Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Les éléphants des Lagides : de l’appropriation du mythe indien à l’amertume des réalités

P. Schneider

Texte intégral

  • 1 D’après Arrien, Anabase, 3, 8, 6, des éléphants auraient été utilisés par les Perses à la bataille (...)
  • 2 Sur ce sujet, voir H. Scullard, The Elephants in the Greek and Roman World, Londres, 1974, p. 64-10 (...)

1Lorsqu’Alexandre arriva à Babylone en 323, où il mourut, son armée était accompagnée d’un troupeau de 200 éléphants de combat indiens, capturés ou donnés : ces animaux utilisés par les Indiens, qu’ils soient ou non au service des Perses, comptaient au nombre des prodigieuses nouveautés qu’avaient rencontrées les Gréco-Macédoniens1. Après la mort du roi, ils furent en raison de leurs différentes utilisations militaires possibles, l’un des enjeux des batailles qui opposèrent les Diadoques. Parmi eux Ptolémée fils de Lagos, satrape d’Égypte, constitua certainement son troupeau à partir des éléphants pris à Perdiccas en 321 avant J.-C., puis s’empara d’environ 43 éléphants indiens à Gaza (312 avant J.-C.) et accrut probablement ses effectifs après Ipsos (301 avant J.-C.) dans les transactions et arrangements qui suivirent la bataille2. Mais, comme les Modernes l’ont démontré, son troupeau devait se réduire dans la mesure où les rivalités avec le royaume séleucide lui fermaient l’accès à la contrée d’origine des animaux, l’Inde.

  • 3 Même si Ptolémée II Philadelphe put nouer des relations avec le souverain indien Asoka, celles-ci, (...)
  • 4 J. Desanges, Les chasseurs d’éléphants d’Abou-Simbel, dans Actes du 92eCongrès nat. des soc. savant (...)
  • 5 Sur ce sujet, voir H. Scullard, op cit., n. 2, p. 126-133 ; J. Desanges, Recherches sur l’activité (...)

2Il est admis que la situation évolua avec l’arrivée du fils de Ptolémée I, Philadelphe. On reconnaît en effet que la Ire guerre de Syrie poussa le souverain à s’équiper en éléphants de combat et nous savons par les sources anciennes qu’il prit l’initiative de rechercher des éléphants dans l’Afrique nilotique et érythréenne, contrées que les Anciens nommaient Ethiopie et Troglodytique3. Ainsi il pouvait faire pièce à ses rivaux séleucides en s’approvisionnant de manière totalement indépendante. Il est vrai que la concurrence des Séleucides soumettait les Lagides à un effort d’équipement en pachydermes qu’il est légitime de comparer à une « course aux armements »4 et cette contrainte contribua à orienter Philadelphe vers l’idée des chasses africaines. Les travaux des Modernes ont montré comment et jusqu’où la recherche des éléphants africains permit l’exploration de la mer Rouge, préparant ainsi l’ouverture de l’océan Indien au monde méditerranéen5.

  • 6 Voir H. Scullard, op. cit., n. 2, planche 13, clichés a et b. Sur l’éléphant de Poros, qui protégea (...)
  • 7 J.-M. Bertrand, Cités et royaumes du monde grec : espace et politique, Paris, 1992, p. 134.
  • 8 « La deuxième [peinture] représentait les éléphants qui accompagnaient la cour (therapeia) équipés (...)
  • 9 Voir H. Scullard, op. cit., n. 2, pl. 13, cliché c.
  • 10 Athénée de Naucratis, Deipnosophistes, 5, 197c-203c ; le texte traduit est facile d’accès grâce à l (...)
  • 11 Plutarque, Vie de Démétrios, 25, 7.

3Que ces chasses africaines puissent également parer d’honneur et de prestige les souverains lagides n’est en rien incompatible avec ces nécessités stratégiques, bien au contraire, et c’est là que nous souhaitons en venir. En effet, il faut rappeler qu’après l’expédition d’Alexandre, l’éléphant pouvait encore moins être considéré comme un animal ordinaire en raison de tout ce qu’il représentait : une contrée qui ne laissait pas d’émerveiller (l’Inde) ; un homme, le premier des Européens à les rencontrer et à les affronter (Alexandre) ; un dieu qui avait triomphé des Indiens et sur les traces duquel Alexandre affirmait avoir marché (Dionysos). En somme l’éléphant concentrait en lui, outre l’image de sa propre puissance, celle des mirabilia de l’Orient et celle de triomphes inouïs. Pareille image de l’éléphant indien ne manqua pas d’être rapidement exploitée, comme l’illustrent ces quelques données : des décadrachmes dits « de Poros », frappés par Alexandre ou Perdiccas en 323-322 montrent le roi poursuivant le souverain indien Poros monté sur son éléphant6 et commémorent sa « victoire emblématique7 ». Le char funèbre qui transportait la dépouille du roi était orné sur l’un de ses côtés d’éléphants peints, représentés avec leur équipement de combat8. Ptolémée satrape d’Égypte fit frapper en 317 une série dont l’avers représentait Alexandre coiffé du scalp d’éléphant (exuviae), confirmant le fort potentiel symbolique de cet animal9. La participation des éléphants indiens qui restaient en possession de Ptolémée II à un immense défilé en l’honneur de son père (Ptolemaieia) mais aussi d’Alexandre et de Dionysos à Alexandrie, en 271, demeure sans doute la meilleure preuve de la valeur que nous qualifierions aujourd’hui de « médiatique » des éléphants10. Et encore pour compléter le tableau pourrions-nous ajouter que Séleucos reçut le surnom de « capitaine des éléphants » en raison du grand nombre de bêtes qu’il possédait11.

  • 12 Théocrite, Idylles, 17.
  • 13 Voir par ex. Hérodote, 3, 114.
  • 14 Il faut écarter l’hypothèse d’une tradition africaine de domestication et d’utilisation militaire d (...)

4Dans ce contexte Ptolémée II perçut certainement qu’en promouvant les chasses africaines, non seulement il s’assurerait un approvisionnement indépendant, mais il pourrait de surcroît en tirer parti pour sa propre image, dont nous savons (ne serait-ce qu’en lisant l’éloge de Ptolémée II par Théocrite12) combien elle était déterminante dans la compétition qui l’opposait aux autres rois hellénistiques. En effet, en possédant des éléphants africains, le souverain lagide bénéficiait non seulement de leur potentiel militaire mais encore de la prestigieuse valeur emblématique que nous venons d’évoquer, et pour couronner le tout il s’appropriait une créature dont l’Inde passait pour être dépositaire ; certes, on n’ignorait pas que l’Afrique et l’Ethiopie nourrissaient des éléphants tout comme l’Inde13 ; en revanche, l’éléphant domestiqué, apprivoisé, transformé en machine de guerre ou de parade, celui-là appartenait à l’Inde seule et à ses rois14. Et Ptolémée II eut l’intelligence de tout à la fois résoudre un problème d’équipement militaire et réaliser une opération dont il tirerait bénéfice quant à sa renommée. Le principe de celle-ci paraît simple ; se servir des animaux capturés pour valoriser l’image de la puissance royale, pour s’approprier le mythe indien en l’africanisant, pour faire de son domaine une réserve de mirabilia. C’est du moins ce que nous pensons pouvoir tirer de quelques témoignages dispersés.

  • 15 C’est, dit l’auteur [Agatharchide], le Ptolémée successeur de Ptolémée Lagos qui fut le premier à o (...)
  • 16 « Alexandre, le premier des Européens, entra en possession d’éléphants lors de sa victoire sur Poro (...)

5En effet, nous savons par Agatharchide, auteur au IIe siècle avant J.-C. d’un Traité sur la mer Érythrée, connu en particulier par la compilation qu’en fit le moine byzantin Photius, que Ptolémée II fut le premier (prôton) à entreprendre la chasse aux éléphants15. Or l’adjectif peut s’entendre de plusieurs façons. D’une part il signifie au moins que Philadelphe fut le premier de la dynastie à les pratiquer ; mais prôtos pris dans un sens plus absolu et replacé dans le contexte nous semble signifier que Philadelphe fut tout simplement le premier (comprenons des Grecs) à se lancer dans la chasse aux éléphants. La valeur sémantique de prôtos ne se réduit donc pas à un repère chronologique mais laisse entendre qu’en lançant cette opération Philadelphe était à l’origine d’une entreprise nouvelle et remarquable, digne de l’admiration des Grecs. À sa façon, Ptolémée Philadelphe se présentait comme un égal d’Alexandre qui, nous dit Pausanias, fut le premier (prôtos) des habitants de l’Europe à posséder des éléphants16 ; ce qu’Alexandre fut grâce aux éléphants indiens (et qui lui valut cette représentation avec les exuviae), Philadelphe sut l’être au moyen des animaux africains. Par ailleurs, il rejoignait le « club » des rois indiens possesseurs d’éléphants qu’ils pouvaient faire chasser dans leur domaine et auquel ne participait aucun des autres grands rois hellénistiques. Prôtos semble donc conclure ici une victoire dans une compétition où la propagande ne le cédait pas en importance à la stratégie.

  • 17 « Il faut bien réfléchir à ce que l’historien entend dire ici. Avant les Ptolémées, en effet, beauc (...)
  • 18 Théocrite, Idylles, 17, 121-123.
  • 19 Mais dont l’origine est inconnue.
  • 20 « Il [l’éléphanteau] fut élevé dans la langue grecque et il comprenait ceux qui lui parlaient ; or, (...)

6De fait, l’importance de l’adjectif prôtos qu’utilisait Agatharchide paraît confirmée par la suite du texte de Photius qui prend la forme d’un commentaire lexical et historique de ce mot17 : le compilateur en effet fait observer que Ptolémée II n’est pas le premier stricto sensu à utiliser des éléphants puisque les Indiens le faisaient avant lui (ce en quoi il déforme légèrement le propos d’Agatharchide, car celui-ci écrit qu’il fut le premier à les chasser, non à les utiliser). Quoi qu’il en soit, Photius propose donc à son lecteur des interprétations plausibles de l’adjectif prôtos : soit, dit-il en substance, Philadelphe fut considéré comme le premier homme à se lancer dans cette entreprise à grande échelle, soit il fut le premier des successeurs d’Alexandre, soit il fut le premier des Lagides : nous nous risquerions à conclure que Philadelphe fut certainement les trois à la fois. Le plus intéressant de tout ceci reste l’association du nom royal et de l’adjectif « premier », trace tardive mais à coup sûr probable d’une gloire et d’une forme de publicité que recherchait le souverain. Cela nous rappelle d’ailleurs à quel point l’idéal agonistique, le désir de célébrité et de gloire, bien visibles par exemple chez les athlètes des concours panhelléniques et civiques, pénétrait encore profondément les mentalités helléniques. À n’en pas douter donc, Ptolémée avait tout intérêt à faire savoir au monde grec ce dont il était capable, lui seul, en matière d’éléphant, tout comme il sut faire savoir par Théocrite18 qu’il fut seul (et a fortiori premier) à honorer ses parents comme des dieux. Aussi bien fut-il, si l’on en croit Elien, le premier à faire savoir au monde grec, parce qu’il l’expérimenta sur un éléphanteau qui lui avait été offert19, que l’éléphant comprenait la langue grecque (jusqu’alors pensait-on cet animal ne comprenait que le langage des Indiens20).

  • 21 Diodore, 3, 36, 3.
  • 22 Strabon, 17,1, 5.
  • 23 « Les êtres que la nature avait séparés, il les réunit délibérément dans une réserve unique » (Agat (...)
  • 24 Les Romains ne l’ignoreront pas (cf. par ex. Suétone, Auguste, 43).
  • 25 Diodore, 3, 37, 8
  • 26 « Le deuxième Ptolémée, passionné par la chasse des éléphants [...], se procura un grand nombre d’é (...)
  • 27 Cf. J. Desanges, op. cit., n. 5, p. 252-279.
  • 28 « Ptolémée [...] garda en vie le serpent [capturé en Ethiopie] qui avait été apprivoisé, offrant au (...)
  • 29 Strabon, 15,1, 28.

7Nous savons aussi par Agatharchide et d’autres auteurs comme Diodore de Sicile et Strabon que Philadelphe chargeait ses équipes de chasses de capturer d’autres animaux exotiques et étonnants en même temps que les éléphants destinés au combat. C’était pour lui une ambition et un point d’honneur, nous dit Diodore, et il n’hésitait à récompenser généreusement ses hommes21. Nous n’ignorons pas que Ptolémée II manifestait une authentique curiosité pour l’histoire naturelle, et faisait rassembler dans un parc zoologique ces animaux que la nature avait dispersés. Mais Ptolémée II se réservait-il à lui seul un spectacle où il aurait admiré dans ces puissantes et merveilleuses créatures de la nature la force qu’il ne trouvait pas dans son corps faible22 ? Certes non, si l’on en croit les sources anciennes. En effet, tous ces animaux paradoxaux, que les Grecs n’avaient jamais vus, Ptolémée II osait les rassembler23 et les offrait à la vue et à la connaissance de ces contemporains. Indubitablement, le souverain recherchait la gloire et non la discrétion. C’est que l’animal exotique, emblème vivant des extrémités du monde dont on veut montrer qu’on se rend le maître même si l’on n’en est pas le possesseur, constitue à sa façon un instrument de propagande24 : les fastes des Ptolemaieia de 271, où avaient défilé un très grand nombre d’animaux des contrées tropicales, disaient explicitement la puissance et la richesse du royaume lagide qui venait probablement de conclure la Première guerre de Syrie. Ainsi, faisant exposer et présenter aux étrangers de passage dans son royaume25, comme nous l’indique Diodore, les animaux qu’il faisait rechercher et capturer en même temps que ses éléphants, livrant des créatures nouvelles à des visiteurs à l’esprit curieux26, Ptolémée II reléguait au rang d’« amateurs » ses concurrents hellénistiques. Il faisait de l’Ethiopie et de la Troglodytique, sous son influence à des degrés divers27, des réserves de merveilles propres à concurrencer l’Inde. Nos sources ont à ce titre gardé le souvenir de serpents constricteurs du genre Python : Ptolémée II avait livré au regard du public des animaux de 13 et 14 coudées, voire 30 coudées, dont on racontait qu’ils pouvaient affronter victorieusement des éléphants28, et qui pouvaient prétendre rivaliser avec les reptiles proprement incroyables que le roi indien Abisarès avait montrés à Alexandre29.

  • 30 Si l’on en croit Diodore de Sicile, 3, 18, 4, citant Agatharchide, le fils accordait également un g (...)
  • 31 « Le grand roi Ptolémée, fils du roi Ptolémée et de la reine Arsinoé, dieux Adelphes, nés du roi Pt (...)
  • 32 J.-M. Bertrand, op. cit., n. 7, p. 165, lève la difficulté en traduisant : « [...] des éléphants tr (...)

8Il nous semble donc que Philadelphe sut tirer parti de l’éléphant africain pour renforcer l’image royale, et il sut le faire, nous l’avons vu, de deux façons : il profitait de ses chasses pour étonner les Grecs et gagner leur admiration, tout comme il faisait savoir que lui, le premier, s’était approprié une des formes du mythe indien. Lorsque son fils, Ptolémée Évergète, lui succéda, on peut penser qu’il partageait le même orgueil30. C’est ce que l’on peut tirer, semble-t-il, de la stèle d’Adoulis relatant les succès lagides dans la Troisième guerre de Syrie contre le rival séleucide31. N’est-il pas significatif que dans un document de propagande voué à célébrer le souverain d’Égypte, le rédacteur prenne soin de préciser que les éléphants menés au combat étaient ceux qu’ils avaient chassés lui, Ptolémée III Évergète, et son père Philadelphe (curieusement du reste nous retrouvons appliqué au fils le qualificatif de prôtos, qui reviendrait plutôt à son père32) ? N’est-il pas significatif que le rédacteur détaille les différentes opérations (certainement d’authentiques prouesses techniques) qui avaient précédé la bataille (la chasse, le transport vers l’Égypte, le dressage), mettant ainsi en valeur la complexité de l’entreprise et simultanément l’importance de l’exploit réalisé par les rois ? N’est-il pas enfin et surtout significatif que le rédacteur précise nommément les deux régions d’où venaient les animaux royaux, la Troglodytique et l’Éthiopie, avant d’écrire un peu plus loin que Ptolémée III s’empara d’éléphants indiens, façon probablement explicite de prouver l’infériorité de ces derniers. Tout ceci laisse penser que Ptolémée III, comme son père, avait conscience d’avoir entrepris et réalisé avec ses éléphants africains quelque chose d’exceptionnel qui valait la peine d’être rappelé en détail, quelque chose qui signifiait qu’ils avaient surpassé les animaux et le mythe indiens.

  • 33 « Celui-ci [Onésicrite] et d’autres ont aussi affirmé qu’ils [les éléphants indiens] sont plus puis (...)
  • 34 « Il [Onésicrite] dit que (...) celle-ci [l’Inde] l’emporte [sur l’Arabie et l’Ethiopie] par l’abon (...)

9Les deux Lagides avaient d’autant plus conscience d’agir comme novateurs et Évergète pouvait manifester d’autant plus de fierté dans cette victoire sur les éléphants indiens qu’ils allaient à l’encontre d’une opinion bien établie chez les Grecs : celle de la supériorité intrinsèque des éléphants indiens sur leurs congénères africains. Cette idée remonte au moins au pilote d’Alexandre Onésicrite qui aurait rédigé son Sur Alexandre vers 304 et en tout cas avant le commencement des chasses ptolémaïques. L’auteur affirme que sur le critère de la force (implicitement ou explicitement inséparable de celui de la taille), les animaux indiens l’emportent sur leurs semblables africains33. Bien évidemment, cette idée sortait du domaine de son expérience, car aucune confrontation sur le champ de bataille n’avait opposé jusqu’alors les éléphants des deux origines. S’agirait-il de la part d’Onésicrite d’une comparaison des deux espèces, menée avec l’œil et l’esprit du scientifique ? On peut en douter, avant tout parce qu’il ne concevait pas deux espèces différentes (au sens taxonomique). On est plutôt en droit d’y voir le résultat d’un jugement a priori, fondé sur un raisonnement de philosophe et savant dont Strabon nous a d’ailleurs rapporté quelques éléments. Onésicrite admet en effet une exposition solaire égale de l’Inde et de l’Éthiopie qui explique que l’on puisse y trouver des productions identiques, animales ou végétales. En revanche il considère que l’Inde est favorisée par ses fleuves et sa pluie : l’air de l’Inde contient plus d’humidité, les fleuves de l’Inde s’étalent et s’attardent davantage que le Nil. Il en résulte une quantité d’humidité ambiante plus importante qui entraîne une fertilité plus grande et conséquemment assure une taille supérieure aux animaux de l’Inde, qu’ils soient aquatiques ou terrestres. L’éléphant obéit à cette loi et c’est donc de manière abstraite et en transcendant l’expérience qu’Onésicrite imputait sa faiblesse à l’éléphant africain34.

  • 35 « L’Inde possède des montagnes nombreuses et élevées, qui abondent en arbres fruitiers de toutes so (...)

10La notoriété de cette idée fut sans doute renforcée par ce que Mégasthène écrivit sur l’éléphant indien au retour de ses missions au service de Seleucos entre 301 et 297 auprès du roi indien Chandragupta. Une démarche analogue et le souci de valoriser l’Inde guident sans doute Mégasthène lequel affirme (indirectement, par Diodore de Sicile) que les éléphants indiens l’emportent sur ceux de l’Afrique. L’auteur en effet signale la bienfaisante abondance en eau de l’Inde laquelle rend possible une double récolte annuelle et la présence d’animaux variés et remarquables par leur taille autant que par leur force. Il cite en particulier le cas des éléphants indiens qui profitent d’une nourriture abondante et développent donc naturellement une puissance supérieure35.

  • 36 « Lorsque Ptolémée, accompagné de sa sœur, atteignit l’aile gauche de son armée et qu’Antiochos, av (...)
  • 37 Cf. H. Scullard, op. cit., n. 2, p. 60-63.
  • 38 « Mais la plupart des éléphants de Ptolémée se dérobèrent, comme font généralement les éléphants d’ (...)

11Or si Ptolémée Philadelphe et Évergète avaient ainsi pu se vanter d’avoir remporté une forme de bataille de propagande par leurs chasses africaines, malmenant ainsi le mythe de l’éléphant indien, ce succès ne leur survécut guère longtemps. En 217, une gigantesque confrontation opposa à Raphia l’armée de Ptolémée IV Philopatôr à celle d’Antiochos III. Ce fut l’occasion d’un spectaculaire affrontement d’éléphants que nous a rapporté Polybe. Deux mondes se rencontraient par l’intermédiaire des éléphants : d’un côté l’Afrique, de l’autre l’Inde. Les animaux éthiopiens de Ptolémée Philopatôr, effrayés, n’osèrent pas aller au combat ; seuls quelques-uns avancèrent vers la ligne de front. Les éléphants indiens d’Antiochos triomphèrent de leur congénères africains36. Les Modernes ont avancé plusieurs explications de cet échec, arguant par exemple du nombre supérieur des éléphants séleucides ou encore de la moindre aptitude au dressage des éléphants africains37. Mais c’est l’étiologie antique, celle que nous transmet Polybe, qui retiendra notre attention. Polybe en effet ne donne pas une explication mettant en cause l’intervention de l’homme sur l’animal, telle le dressage. Il s’oriente vers une explication biologique, faisant intervenir la nature de l’animal et son comportement. En effet les critères étiologiques qu’il retient sont les suivants : les éléphants africains craignent l’odeur et le cri des éléphants indiens, et ajoute Polybe, ils leur sont inférieurs par la taille et la puissance38. Curieusement, nous retrouvons dans l’examen des causes établi par Polybe les conclusions (s’il ne s’agit pas de préjugés) d’Onésicrite et Mégasthène. On notera aussi que dans le texte de Polybe, la taille et la puissance supérieure des éléphants indiens sont présentées comme une évidence ne nécessitant aucune explication particulière, si bien que la défaite des éléphants africains paraît s’inscrire dans l’ordre des choses. Tout ceci paraît démontrer en premier lieu que Polybe connaissait les théories affirmant la supériorité de l’éléphant indien, et qu’il ne devait pas être le seul ; ensuite, que la défaite de Raphia dut apparaître aux Grecs comme une confirmation par l’expérience de l’infériorité théoriquement affirmée de l’éléphant africain.

12En tout cas cette courte remarque de Polybe entérine une défaite pour les Ptolémées même si la bataille de Raphia fut remportée par le Lagide : la défaite des éléphants éthiopiens anéantit le prestige et le bénéfice glorieux qu’avaient acquis Ptolémée II et son fils grâce à la chasse de ces animaux. En effet, le muthos indien qu’avaient défié les souverains lagides l’emportait au bout du compte et semble-t-il de manière définitive, car la tradition antique retiendra unanimement qu’en ce domaine l’Inde surpassait l’Afrique. La fortune et les réalités d’une bataille avaient mis sans doute fin au mythe de l’éléphant éthiopien qu’avaient édifié les premiers Ptolémées.

Notes

1 D’après Arrien, Anabase, 3, 8, 6, des éléphants auraient été utilisés par les Perses à la bataille de Gaugamèles.

2 Sur ce sujet, voir H. Scullard, The Elephants in the Greek and Roman World, Londres, 1974, p. 64-100.

3 Même si Ptolémée II Philadelphe put nouer des relations avec le souverain indien Asoka, celles-ci, probablement peu importantes, ne devaient pas permettre l’importation d’éléphants (Voir H. Scullard, op. cit., n. 2, p. 124).

4 J. Desanges, Les chasseurs d’éléphants d’Abou-Simbel, dans Actes du 92e Congrès nat. des soc. savantes, Strasbourg et Colmar, 1967, Sect. d’arch., Paris, 1970, p. 36.

5 Sur ce sujet, voir H. Scullard, op cit., n. 2, p. 126-133 ; J. Desanges, Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique (VIe siècle avant J.-C.-IVe siècle après J.-C.), Rome, 1978, p. 247-279.

6 Voir H. Scullard, op. cit., n. 2, planche 13, clichés a et b. Sur l’éléphant de Poros, qui protégea héroïquement son souverain, voir Quinte Curce, 8, 14, 39-40 ; Plutarque, Vie d’Alexandre, 60, 7.

7 J.-M. Bertrand, Cités et royaumes du monde grec : espace et politique, Paris, 1992, p. 134.

8 « La deuxième [peinture] représentait les éléphants qui accompagnaient la cour (therapeia) équipés pour le combat [...] » (Diodore de Sicile, 18, 27, 1).

9 Voir H. Scullard, op. cit., n. 2, pl. 13, cliché c.

10 Athénée de Naucratis, Deipnosophistes, 5, 197c-203c ; le texte traduit est facile d’accès grâce à l’ouvrage d’A. Bernand, Alexandrie la Grande, Paris, 1966, p. 305-312. Antiochos IV usa du même procédé lors des fêtes de Daphné (166 avant J.-C.) : on put voir des éléphants et des défenses (Polybe, 30,25).

11 Plutarque, Vie de Démétrios, 25, 7.

12 Théocrite, Idylles, 17.

13 Voir par ex. Hérodote, 3, 114.

14 Il faut écarter l’hypothèse d’une tradition africaine de domestication et d’utilisation militaire des éléphants (voir J. Desanges, op. cit., n. 4, p. 33-34).

15 C’est, dit l’auteur [Agatharchide], le Ptolémée successeur de Ptolémée Lagos qui fut le premier à organiser la capture des éléphants et d’autres fauves du même genre (Agatharchide, Traité de la mer Erythrée, 1,1 = Photius, Bibliothèque, éd. Henry, t. 7, p. 135 ; trad. Henry).

16 « Alexandre, le premier des Européens, entra en possession d’éléphants lors de sa victoire sur Poros et l’armée des Indiens. » (Pausanias, 5,12, 3).

17 « Il faut bien réfléchir à ce que l’historien entend dire ici. Avant les Ptolémées, en effet, beaucoup de gens déjà utilisaient des éléphants dressés, même à la guerre, comme l’Indien Porus qui combattit Alexandre, et comme d’assez nombreux autres. Peut-être veut-il dire qu’on a considéré ce Ptolémée comme le premier à s’adonner en grand à cette occupation, ou le premier des successeurs d’Alexandre ou le premier souverain d’Égypte à s’y adonner » (Agatharchide, loc. cit., n. 15, trad. Henry).

18 Théocrite, Idylles, 17, 121-123.

19 Mais dont l’origine est inconnue.

20 « Il [l’éléphanteau] fut élevé dans la langue grecque et il comprenait ceux qui lui parlaient ; or, avant cet individu, il était admis que les éléphants ne comprenaient que la langue des Indiens. » (Elien, Nature des animaux, 11, 25).

21 Diodore, 3, 36, 3.

22 Strabon, 17,1, 5.

23 « Les êtres que la nature avait séparés, il les réunit délibérément dans une réserve unique » (Agatharchide, loc. cit., n. 15, trad. Henry).

24 Les Romains ne l’ignoreront pas (cf. par ex. Suétone, Auguste, 43).

25 Diodore, 3, 37, 8

26 « Le deuxième Ptolémée, passionné par la chasse des éléphants [...], se procura un grand nombre d’éléphants de combat et fit parvenir à la connaissance des Grecs d’autres animaux dont l’aspect était inconnu et extraordinaire. » (Diodore de Sicile, 3, 36, 3).

27 Cf. J. Desanges, op. cit., n. 5, p. 252-279.

28 « Ptolémée [...] garda en vie le serpent [capturé en Ethiopie] qui avait été apprivoisé, offrant aux étrangers de passage dans son royaume le plus grand et le plus incroyable des spectacles. » (Diodore de Sicile, 3, 37, 8) ; « Les livres sur l’Égypte rapportent aussi que sous le règne de Philadelphe deux serpents avaient été amenés d’Éthiopie jusqu’à Alexandrie, l’un de 14 coudées, l’autre de 13. » (Elien, Nature des animaux, 16, 38).

29 Strabon, 15,1, 28.

30 Si l’on en croit Diodore de Sicile, 3, 18, 4, citant Agatharchide, le fils accordait également un grand intérêt à la chasse aux éléphants.

31 « Le grand roi Ptolémée, fils du roi Ptolémée et de la reine Arsinoé, dieux Adelphes, nés du roi Ptolémée et de la reine Bérénice, dieux sauveurs, descendants du côté paternel d’Héraklès, fils de Zeus, et du côté maternel de Dionysos, fils de Zeus, ayant recueilli de son père la royauté sur l’Égypte, la Libye, la Syrie, la Phénicie, Chypre, la Lycie, la Carie, les îles Cyclades a fait une expédition en Asie avec une force de fantassins et de cavaliers, une flotte, des éléphants troglodytiques et éthiopiens, que son père et surtout (= prôtos) lui avaient chassés dans ces pays, amenés en Egypte et transformés en instruments de guerre. Puis s’étant rendu maître de tout le pays en deçà de l’Euphrate, de la Cilicie, de la Pamphylie, de l’Ionie, de l’Hellespont, de la Thrace, de toutes les forces armées qui se trouvaient

32 J.-M. Bertrand, op. cit., n. 7, p. 165, lève la difficulté en traduisant : « [...] des éléphants troglodytes et éthiopiques que son père et lui avaient été les premiers à chasser [...] ».

33 « Celui-ci [Onésicrite] et d’autres ont aussi affirmé qu’ils [les éléphants indiens] sont plus puissants que ceux de Libye [i.e. d’Afrique]. » (Strabon, 15, 1, 43)

34 « Il [Onésicrite] dit que (...) celle-ci [l’Inde] l’emporte [sur l’Arabie et l’Ethiopie] par l’abondance de ses eaux, si bien que l’air y est humide, et pour cette raison plus nourricier et plus apte à la génération, tout comme la terre et l’eau ; voilà pourquoi on trouve dans l’Inde des animaux terrestres ou aquatiques plus grands que dans d’autres contrées » (Strabon, 15, 1, 22).

35 « L’Inde possède des montagnes nombreuses et élevées, qui abondent en arbres fruitiers de toutes sortes [...] ; elle est remplie d’animaux variés, exceptionnels par leur taille et leur force, qu’ils soient terrestres ou ailés ; elle nourrit en particulier un très grand nombre d’éléphants de très grande taille, auxquels elle offre à profusion une nourriture grâce à laquelle ces animaux l’emportent de beaucoup sur ceux qu’engendre la Libye [i.e. l’Afrique]. » (Diodore de Sicile, 2, 53, 3-4).

36 « Lorsque Ptolémée, accompagné de sa sœur, atteignit l’aile gauche de son armée et qu’Antiochos, avec l’escadron royal, atteignit l’aile droite de la sienne, les deux rois donnèrent le signal du combat et engagèrent d’abord les éléphants. Peu nombreuses furent les bêtes de Ptolémée qui soutinrent le choc de leurs adversaires, mais quand elles ne se dérobèrent pas, on assistait à de beaux affrontements entre les hommes qui se trouvaient sur les tours que portaient les éléphants et qui, maniant à bout portant leurs sarisses, échangeaient les coups » (Polybe, 5, 84, trad. D. Roussel).

37 Cf. H. Scullard, op. cit., n. 2, p. 60-63.

38 « Mais la plupart des éléphants de Ptolémée se dérobèrent, comme font généralement les éléphants d’Afrique, qui ne peuvent soutenir l’odeur ni le cri des éléphants des Indes. Il y a aussi, je crois, le fait qu’ils sont terrifiés par la taille et la force de ceux-ci. Ils prennent donc la fuite sans se laisser approcher. C’est ce qui arriva en cette occasion. » (Polybe, loc. cit., n. 38, trad. D. Roussel).

Auteur

Université d’Arras

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search