Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

L’exaltation du pouvoir royal dans la guerre de siège

Isabelle Pimouguet-Pédarros

Texte intégral

  • 1 Voir Cocula 1992, 588-589.
  • 2 Souda s.v. Basileia n° 2.

1« C’est l’épée qui a créé tous les monarques et les monarchies, qui les soutient depuis leur création, et qui fait observer leurs lois, leur religion et la justice »1. Cette affirmation tirée des Mémoires du maréchal de camp des armées de l’électeur de Bavière, fait écho à un passage de la Souda relatif aux royautés gréco-macédoniennes, de la seconde moitié du IVe siècle jusqu’à la période hellénistique : « Ce n’est ni la nature, ni les institutions qui donnent aux hommes le pouvoir royal mais la capacité de conduire une armée et de savoir mener les affaires de l’État : tel fut le cas de Philippe et des diadoques »2.

2Autant il paraît logique pour un Moderniste de dénouer les écheveaux du dialogue entre Modernes et Anciens, en montrant comment l’héritage antique a été assimilé et restitué dans le domaine militaire, autant il est délicat, pour un antiquiste, d’établir un lien pertinent entre les deux périodes qui soit susceptible de nourrir un débat, nécessairement rétrodictif. Toutefois les travaux menés par les Modernistes sur l’institution royale, autant que la richesse des sources sur la période et l’intérêt des méthodes mises en œuvre pour les exploiter, sont d’une grande utilité pour l’Antiquiste ; qu’il s’agisse de l’étude de la relation entre guerre et royauté en général, ou de l’analyse du lien existant entre guerre de siège et pouvoir monarchique dans le monde grec à la fin du IVe siècle, au temps de Démétrios Poliorcète.

  • 3 Lecoq 1987 ; Marin 1981 ; Cornette 1993.
  • 4 Tradution de Amyot 1559.

3La recherche sur l’État royal et la guerre à la période moderne a donné lieu à la publication de travaux fondamentaux : ceux de A.-M. Lecocq sur l’image du roi et le langage symbolique de la monarchie, ceux de L. Marin sur le pouvoir de la représentation dans la construction royale ou encore ceux de J. Cornette sur le roi, la guerre et la violence en tant qu’instruments fondamentaux de la souveraineté3. Ces travaux nous ont ouvert des perspectives nouvelles sur l’Antiquité grecque, et en particulier sur la période des grandes monarchies hellénistiques. Cependant, ne voulant pas établir de comparaisons hasardeuses, nous nous sommes limités à rechercher dans la période moderne des réponses méthodologique à des questions posées par l’Antiquité grecque. En effet il ne faut pas oublier que les descriptions de rois guerriers contenues dans la littérature ancienne faisaient figure bien souvent de modèles pour les hommes du Grand Siècle. La connaissance de l’histoire antique, en particulier gréco-romaine, offrait aux princes un champ d’apprentissage privilégié pour la conduite de la guerre tout autant que pour celle de la politique ; l’ouvrage de Plutarque sur les Vies des Hommes Illustres constituait un genre littéraire particulièrement adapté pour l’imatio. Il est intéressant de noter que la première biographie de cet ouvrage à avoir été traduite fut celle de Démétrios poliorcète, laquelle fut particulièrement prisée par les princes, et notamment par Louis XIV4. Ainsi, pour les deux périodes, il ne fait aucun doute que la guerre constitue un facteur d’explication et de compréhension de la construction de l’autorité royale.

  • 5 Momigliano 1966, 112-126.
  • 6 Sur la question des images, des représentations et des idéologies royales dans l’Antiquité voir Bil (...)

4A. Momigliano a noté que les Grecs n’avaient jamais tenté d’analyser la guerre comme un ensemble de pratiques résultant d’un système de pensée, mais qu’ils l’avaient plutôt appréhendée comme une suite de faits militaires5. Il est vrai qu’il n’y a pas eu de véritable anthropologie de la guerre, de polémologie véritablement aboutie, car les Grecs n’ont jamais dépassé, du point de vue du discours, le stade de la pratique. En effet, à la différence du politique qui a donné lieu à une véritable réflexion philosophique, la guerre a toujours été perçue - ainsi d’ailleurs que la justice pénale - comme un épiphénomène. Doit-on pour autant considérer la guerre, et en particulier la guerre de siège, comme un objet d’étude induit et second, et lui laisser ainsi, comme par fatalité, la place qu’elle occupait dans le système de pensée grec ? Nous pensons au contraire que la guerre de siège constitue un thème de recherche autonome, susceptible de révéler avec plus de nuance, les pratiques politiques et de nous faire ainsi reconsidérer la question des royautés gréco-macédoniennes. La guerre de siège met toujours en question la souveraineté des belligérants : au centre du système de légitimation politique, elle joua un rôle fondamental dans la formation et le développement des monarchies hellénistiques ; indissociable de la fonction du roi et de l’exercice de son pouvoir, elle contribua à la formation de l’idéologie et de la représentation royales6.

5Démétrios Poliorcète, fils d’Antigone le Borgne, fut le premier parmi les successeurs d’Alexandre à rompre avec le modèle guerrier macédonien traditionnel, faisant de la guerre de siège le mode de combat privilégié du roi en représentation, porteur des signes et des marques d’une souveraineté nouvelle. La culture des symboles et des images chez les Grecs, dont on s’accorde à reconnaître l’importance, n’avait pas échappé au domaine militaire, bien au contraire, elle sous-tendait un ensemble de références visuelles et sonores donnant corps et matérialité à l’autorité royale. La mise en scène et l’exaltation du roi dans la guerre de siège rendaient sensibles, par un langage hautement symbolique, les principaux attributs de la puissance, révélant ainsi la place prépondérante tenue par ce mode de combat dans l’idéologie royale hellénistique. De tous les sièges auxquels Démétrios participa, celui de Rhodes fut, par sa durée, ses enjeux et les moyens mis en œuvre, l’événement qui permit au roi de faire la meilleure démonstration de sa toute-puissance. Il apparaît en effet que les machines de guerre, et de manière plus générale, la technique plus que la tactique, à savoir le mouvement des forces humaines sur le champ de bataille, avaient été utilisées non seulement à des fins militaires mais également pour exalter la force et la magnificence royales ; Démétrios marquait ainsi une rupture avec le roi-compagnon, chef de guerre, incarné par Philippe et son fils Alexandre.

6Ainsi, nous proposons-nous de mettre en évidence, à travers ce conflit prototypique, les formes et les manifestations de la guerre de siège dans leur relation avec l’autorité royale.

LE ROI-POLIORCÈTE, MAÎTRE DES SCIENCES ET DES TECHNIQUES

  • 7 Pimouguet-Pédarros, 2004.

7Dans un article qui sera prochainement publié nous avons développé l’hypothèse selon laquelle le roi avait conduit la poliorcétique grecque dans une impasse, imposant à ses successeurs de renouveler l’utilisation des moyens humains et matériels, afin d’inverser à nouveau le rapport de forces entre assiégeants et assiégés7. Par-delà ces considérations purement militaires, nous voudrions à présent montrer que les machines de guerre utilisées par Démétrios, à Chypre et à Rhodes, notamment, avaient contribué à l’élaboration d’une image royale et à la formation du mythe du poliorcète. Cependant, pour mieux saisir la place particulière du machinisme militaire dans la construction de la royauté hellénistique, il est nécessaire au préalable de s’interroger sur l’évolution de la science grecque, sur ses applications pratiques et sur la perception que l’on pouvait en avoir.

Le roi, la science grecque et ses applications pratiques

  • 8 Lloyd 1990, 176-177, 200. Voir aussi Préaux, 1975, 215-238 ; Will 1975, 586, 590.
  • 9 Pour l’histoire de ces disciplines voir Lloyd 1990, 177-187.
  • 10 Lloyd 1990, 197, 201. La science à cette époque, selon lui, était « moins un moyen pour une fin qu’ (...)
  • 11 Même s’il est vrai comme le note Lloyd 1990, 111, que cette idée s’était manifestée « dans certains (...)
  • 12 Lloyd, 1990, 198.

8Dans une étude publiée en France en 1990, G. Lloyd a tenté de nuancer la thèse selon laquelle les sciences grecques auraient connu un déclin après le IIIe siècle8. Il a admis que ce siècle avait été extrêmement riche et créateur, mais, considérant en détail l’histoire de la philosophie naturelle (y compris la physique et la cosmologie), celle des mathématiques et de l’astronomie, ou encore de la biologie et de la médecine, il a montré qu’il y avait eu aux siècles suivants une continuation du travail de recherche et une pensée scientifique originale9. La différence entre ces deux périodes tenait surtout au fait qu’après le IIIe siècle le gros des efforts tendait à s’investir dans la préservation des savoirs fondamentaux, plus que dans des tentatives pour les accroître. Ainsi, l’auteur a-t-il noté que la science grecque, dans son ensemble, pouvait être considérée comme un échec, car les conditions nécessaires pour en assurer la progression continue n’existaient pas dans le monde antique et n’y avaient même jamais été créées ; l’isolement relatif des savants, leur manque de communication les uns avec les autres, avaient constitué un obstacle majeur pour le développement de méthodes expérimentales10. Les Anciens considéraient que l’étude de la nature contribuait à la connaissance et à la compréhension du monde, et l’idée selon laquelle la science pouvait avoir une utilité pratique restait très secondaire, voire absente11. Les résultats de la recherche ne furent jamais pleinement exploités pour des applications pratiques, car il existait, sans qu’il faille trop généraliser, une coupure entre la science, trop exclusivement théôria, et la technique ; cette coupure avait nécessairement constitué un frein au développement technologique12.

  • 13 Commentaire à la physique d’Aristote, 641, 23.
  • 14 Voir Lloyd 1990, 200.

9Quelques savants, cependant, avaient pris conscience de l’importance pratique de certains aspects de leurs recherches théoriques. Ainsi, Philopon, étudiant le mouvement de la chute des corps, affirmait que ses vues propres pouvaient « être établies par l’observation de ce qui se passe en fait, plus solidement que par n’importe quelle espèce de démonstration argumentée »13. Considérant cette affirmation, il n’est pas étonnant que la période postérieure au IIIe siècle ait été marquée par des essais réussis pour appliquer des principes mathématiques au traitement de problèmes physiques (Archimède en statique et hydrostatique, Apollonios ou Ptolémée en astronomie)14.

  • 15 Sur la mécanique appliquée voir Gilles, 1980.
  • 16 Pappos d’Alexandrie, Collection mathématique, (VIII, 1-2).
  • 17 Proclos, Commentaire au premier livre des Éléments d’Euclide, 41, 3 sq. Commentaire qui, selon Lloy (...)

10Des domaines de recherche spécifiques avaient connu des avancées considérables, au premier rang desquels, l’ingénierie militaire dont les progrès avaient largement favorisé le développement de la technologie et de la mécanique appliquée15. Nous disposons à ce sujet d’un texte de Pappos d’Alexandrie dans lequel on peut lire que « parmi les arts mécaniques les plus nécessaires du point de vue des besoins vitaux », il faut retenir « l’art de ceux qui fabriquent des instruments nécessaires à la guerre, appelés eux aussi mécaniciens. Des projectiles de pierre, de métal et autres sont lancés à grande distance par les catapultes qu’ils fabriquent »16. On retrouve une définition analogue chez Proclos qui définit la mécanique comme étant « l’étude des objets matériels perçus par les sens » et dans laquelle il inclut « la fabrication d’engins utiles pour la guerre »17. Ces documents montrent que le machinisme militaire avait été l’un des grands secteurs dans lequel la mécanique avait trouvé des applications pratiques et s’était développée. Cela n’a rien d’étonnant car les nouvelles nécessités guerrières de la période hellénistique exigeaient que l’on donnât au savoir technique une finalité utilitaire.

  • 18 Plut., Marcellus, 14-15. Trad. quarto Gallimard.
  • 19 Plut., Marcellus, 14.
  • 20 Certes il est question aussi dans ce même texte de l’invention par Archimède de lance-pierres dont (...)

11Un texte de Plutarque est à cet égard particulièrement significatif. L’auteur, dans sa Vie de Marcellus rapporte qu’Archidème, à la demande du roi Hiéron II de Syracuse, avait appliqué ses connaissances scientifiques à la conception et à la construction de machines antisiège dont la puissance ne résidait pas dans le gigantisme, mais dans une dépense de force minimale pour une efficacité maximale. Si l’on se réfère à l’auteur, « Archimède [...] avait écrit qu’avec une force donnée, il est possible de mettre en mouvement un poids donné [...]. Plein d’étonnement, Hiéron lui demanda de mettre sa théorie en pratique, et de lui montrer une masse considérable déplacée par une petite force [...] »18. Ainsi, pour défendre la ville des attaques maritimes, Archimède avait-il construit un grappin composé d’une série de leviers dont la mise en action successive permettait de soulever les navires ennemis, puis de les laisser retomber brutalement19. Il s’agissait d’un principe mécanique simple, d’une grande efficacité, et qui de surcroît, avait certainement permis de faire l’économie d’une énergie humaine considérable. Au gigantisme des engins de siège de Démétrios avaient fait place des dispositifs antisiège moins spectaculaires, mais véritablement performants20. Cet exemple, pris parmi bien d’autres, montre que des progrès techniques remarquables avaient été accomplis après le IIIe siècle dans le domaine du machinisme militaire, en particulier du point de vue du rendement mécanique, grâce au développement de méthodes expérimentales.

  • 21 Plut., Marcellus, 14, 8, 12.
  • 22 Ibid., 17, 5-6. Trad. quarto Gallimard.
  • 23 Voir aussi Lloyd, 1990, 115.
  • 24 Frazier, 1996, 188, 197.
  • 25 Platon, Georgias, 512 b-c ; Aristote, pol. 1337, 3. Voir aussi Aymard, 1959, 14.

12Cependant, on relève chez Plutarque, un jugement de valeur sur les applications pratiques de la science que l’on ne retrouve pas chez Pappos d’Alexandrie ou Proclos. L’auteur en effet note qu’Archimède ne considérait pas ses machines « comme des ouvrages sérieux : la plupart n’étaient à ses yeux que des à-côtés, des jeux de géomètres. C’était Hiéron qui, longtemps auparavant, s’y était intéressé : il l’avait engagé à détourner des notions abstraites une partie de son art pour le pencher sur les réalités matérielles, et à appliquer son raisonnement aux nécessités de la vie, de manière à le faire mieux comprendre à la multitude en lui permettant en quelque sorte, de l’appréhender par la sensation [...] »21. Et l’auteur d’ajouter que le savant « avait tant de fierté, une âme si profonde, et il avait amassé un trésor tellement inépuisable d’observations scientifiques, qu’il ne daigna laisser aucun écrit consacré à ces inventions qui lui ont valu le renom et la gloire d’une intelligence divine, et non humaine. Ce qui avait trait à la mécanique, et de manière générale, toutes les techniques liées aux besoins de la vie, n’étaient à ses yeux que de vulgaires travaux d’ouvrier. Il consacra son ambition aux seuls objets dont la beauté et l’excellence n’ont rien à voir avec la nécessité [...] »22. Il n’est pas certain qu’Archimède ait eu une opinion conforme à celle que lui prête Plutarque, il est possible qu’il s’agisse d’un jugement rétrodictif. Que le savant ait établi une hiérarchie dans ses recherches scientifiques, plaçant les mathématiques au-dessus de toutes les autres formes de spéculation intellectuelle, est probable, mais qu’il ait eu un profond mépris pour la mécanique est douteux, car les témoignages dont on dispose sur la question tendent à montrer qu’il s’était particulièrement intéressé à cette discipline, tant d’un point de vue théorique que pratique23. Comment alors expliquer les propos de Plutarque ? Si l’on se fonde sur l’étude des Vies Parallèles que F. Frazier nous a livrée, Plutarque a eu tendance en homme de son temps et de son milieu à condamner la chose militaire, oscillant entre l’éloge du courage mis au service de la patrie et la dévalorisation de la bravoure purement guerrière24. L’élite cultivée à laquelle il appartenait était encline à mépriser les travaux des ingénieurs et des architectes, et ce certainement avec plus de force encore lorsqu’ils exerçaient leur art à des fins militaires. Il s’inscrivait ainsi dans la droite ligne des conceptions philosophiques de la période classique à l’égard des applications pratiques de la science, dispositions d’esprit difficilement transposables aux sociétés hellénistiques gravitant dans l’entourage des rois25.

13Mais quel que fût le poids des structures sociales sur les mentalités, il n’en reste pas moins que la période qui suivit la mort d’Alexandre fut marquée par un développement de la mécanique appliquée ; les efforts constants déployés pour développer des méthodes expérimentales en vue de la mise au point d’engins de siège en témoignent de manière significative. Il nous faut mentionner à ce propos un texte de Philon de Byzance sur la balistique :

  • 26 Sur la construction des pièces d’artillerie, chap. 3, 50, 20. On s’accorde à penser que les ingénie (...)

« Certes, quelques-uns des Anciens avaient découvert que la largeur du calibre [...] était l’élément de base, le principe et la règle de mesure dans la construction des pièces d’artillerie. Mais il restait nécessaire de déterminer ce diamètre, non par hasard ou à l’aventure, mais par quelque méthode bien définie permettant aussi de déterminer les dimensions proportionnelles de toutes les grandeurs [...]. Or le seul moyen d’y parvenir était d’augmenter ou de diminuer la largeur du calibre, et d’en observer les résultats. Les Anciens [...] n’avaient pas réussi à déterminer cette grandeur par cette méthode d’essais, parce que leurs expériences n’avaient pas été conduites sur la base d’une multiplicité de types différents de performances, mais uniquement en connexion avec la performance qu’ils attendaient de leur appareil. Les ingénieurs qui vinrent plus tard, ayant remarqué les erreurs de leurs prédécesseurs et les résultats d’expérimentations postérieures, parvinrent à réduire le principe de la construction à un seul élément de base [...]. Les ingénieurs d’Alexandrie sont parvenus récemment à mener cette entreprise jusqu’au succès : ils avaient reçu une aide considérable de la part des rois qui cherchaient avidement la gloire et qui étaient fort bien disposés envers les arts et les métiers. Car il est évident qu’il n’est pas possible d’arriver à une solution complète des problèmes en jeu par la seule raison et par les méthodes de la mécanique, et que beaucoup de découvertes ne peuvent être faites qu’au terme d’une série d’essais » (trad. Garlan, 1974)26.

  • 27 Voir aussi Plut., Marcellus, 14, 14 : « le roi [...] pria Archimède de lui fabriquer diverses machi (...)
  • 28 Aymard 1959, 14, rapporte que l’époque hellénistique avait réalisé des machines très ingénieuses ma (...)
  • 29 Dans un autre contexte, il faut noter l’intérêt des rois hellénistiques pour la machinerie, les dis (...)

14L’esprit de recherche dont bénéficia en particulier la mécanique appliquée fut largement dynamisé par les rois, comme le prouvent le texte de Philon ainsi que le passage de Plutarque auquel nous avons fait référence à propos d’Archimède et de Hiéron II de Syracuse27. Que la technologie antique n’ait pas connu, dans son ensemble, de développements continus, qu’elle ait été parfois freinée par des tendances conservatrices, voire des inhibitions, est indéniable28 ; mais ce constat ne doit pas occulter les progrès réalisés dans la conception et la construction des engins de siège, progrès qui se firent pour l’essentiel sous l’impulsion des monarques hellénistiques. L’enjeu militaire que représentait pour eux la possession de machines de guerre, tant d’un point de vue stratégique que symbolique, constitua, à n’en pas douter, un moteur puissant d’expérimentation29.

Le roi, sa politique d’armement et ses corps de génie

  • 30 Marsden 1977, 212-219, a montré que déjà sous Philippe II il existait un département des engins de (...)
  • 31 Cf. Diod, XX, 48,1. Le terme de technitès désigne l’artisan par opposition au paysan. (Xénophon, (...)
  • 32 Diod. XX, 91.
  • 33 Diod. XX, 93. Voir aussi Fr. Bilabel, Die Kleineren historiker fragmente auf Papyrus, n° 8, col. 1 (...)
  • 34 Anonyme, Berlin, 1. 3-7. Cf. Fr. Bilabel, ibid.
  • 35 Plut., Démétrios, 21,1-4.
  • 36 Vitruve, De Arch., 16, 4. Voir aussi Athénée, Mech., 27.2.
  • 37 Selon Wehrli 1968, 208, parmi les tecntai au service de Démétrios se trouvait Hégétor de Byzance co (...)
  • 38 Plut., Démétrios, 21, 4-5.

15Avec Démétrios, on vit se développer une véritable politique d’armement et se constituer à ses côtés de véritables corps de génie30. Sa quête de puissance et de gloire, sa volonté de s’élever à la dignité royale, le conduisirent à posséder des machines extraordinaires et, de fait, à s’entourer d’ingénieurs, d’architectes, de mécaniciens. Pour le siège de Chypre déjà, Démétrios avait fait venir d’Asie des technitai31, en vue de la construction d’engins de siège. Certains d’entre eux étaient certainement restés à son service et se trouvaient par conséquent en fonction à Rhodes en 305-304. Diodore dans son récit relatif à la construction de la gigantesque tour de siège mobile (hélépole), note que le nombre de technitai et d’ergoi (les travailleurs) requis n’était pas moins de trente mille32. Les premiers constituaient une main-d’œuvre spécialisée, souvent itinérante et recrutée dans l’ensemble du monde grec ; c’est en effet ce que semble indiquer l’auteur en mentionnant la capture par les Rhodiens de onze technitai de renom, réputés pour la fabrication des projectiles et des catapultes, mandés des îles de l’Égée par leur adversaire33. Nous savons aussi que le roi avait offert des rançons pour racheter ses technitai mais que les Rhodiens avaient refusé de les lui remettre, en arguant du fait qu’ils en avaient besoin34. Plutarque, dans son récit du siège, ne fournit aucune information complémentaire sur ces technitai : leur présence est seulement indiquée de manière implicite pour la construction de l’hélépole35. En revanche, Vitruve rapporte que le roi avait emmené avec lui à Rhodes un Athénien célèbre du nom d’Epimachos, qui se trouvait à son service en qualité d’architectum et auquel il avait demandé de construire la fameuse tour de siège36. Cet architectum comptait certainement parmi les technitai mentionnés par Diodore37. En dehors des technitai en fonction aux côtés de Démétrios, il en existait d’autres qui servaient le roi à distance. Plutarque rapporte que pour le siège de Rhodes, on fit parvenir au roi, depuis l’île de Chypre, deux cuirasses de fer fabriquées par un certain Zoïle, qualifié par l’auteur de technitès38.

  • 39 Plut., Démétrios, 20, 2, 6. Voir aussi Diod. XX, 82.
  • 40 Plut., Démétrios, 20, 2, 6-9.

16Nous savons que l’esprit de recherche avait été particulièrement fécond chez des savants connus pour avoir œuvré dans l’entourage de Démétrios, tels Théophraste ou Straton ; il devait en être de même des technitai qui se trouvaient à ses côtés, car les descriptions techniques dont on dispose sur l’hélépole laissent supposer qu’ils avaient eu suffisamment d’ingéniosité pour imaginer de nouvelles applications pratiques à partir de quelques principes mécaniques simples. Leur œuvre était utile au roi pour la conduite effective de la guerre ainsi que pour l’affirmation de son prestige. En effet, les machines du roi avaient été conçues non seulement comme des armes opérationnelles, mais aussi et surtout comme des objets susceptibles de provoquer de la part de ceux qui les voyaient ou les imaginaient des sentiments de crainte et d’admiration. Plutarque rapporte qu’il « était toujours insatisfait de la grandeur de ses navires et de ses machines de guerre et ne se lassait pas du plaisir de les examiner [...]. Leur grandeur frappait de stupeur même ses amis, et leur beauté charmait même ses ennemis »39. Et l’auteur d’ajouter : « Ses vaisseaux à seize ou à quinze rangs faisaient l’admiration de ses adversaires, quand, de l’endroit où ils se tenaient, ils les voyaient longer les côtes de leur pays, et ses hélépoles étaient un spectacle pour ceux qu’il assiégeait, comme le prouvent les faits eux-mêmes. En effet Lysimaque qui était, de tous les rois, le plus hostile à Démétrios et qui s’était rangé contre lui alors qu’il assiégeait Soles en Cilicie, l’envoya prier de lui faire voir ses machines et ses vaisseaux en mer ; il le fit, et Lysimaque, émerveillé, se retira. Les Rhodiens, que Démétrios avait longtemps assiégés, lui demandèrent, quand la guerre eut cessé, quelques-unes de ses machines, afin de conserver un souvenir de sa puissance et aussi de leur propre courage »40.

  • 41 Voir à ce propos Ginzburg, 1991.

17L’affirmation de l’autorité souveraine du roi avait permis la concentration de moyens matériels et humains importants ; sous sa conduite s’étaient développés des corps de génie et une politique d’armement caractérisée par des machines et des navires de guerre dont la construction et la mise en œuvre avaient certes une utilité pratique mais aussi s’inscrivait dans un processus d’exaltation du pouvoir royal. Ces machines et navires de guerre avaient acquis pour la première fois la dimension d’objets sémiophores41 ; ils étaient l’expression privilégiée de son pouvoir charismatique, servant d’intermédiaires entre l’ici-bas et l’au-delà, entre le profane et le sacré, objets représentatifs de la place particulière occupée par le roi, assimilé à un nouveau Dionysos. Ils étaient aussi porteurs d’une signification politique ; ils cristallisaient dans sa personne la notion de toute-puissance ; leur existence manifestait aux yeux de tous, des cités et des monarques rivaux en particulier, la force, la magnificence et la légitimité royales.

Le machinisme militaire élevé au rang de science royale

18Nous pensons qu’avec Démétrios, le machinisme militaire, pour la première fois, s’était imposé comme une science royale à part entière. Le roi s’était affirmé, ou pour le moins avait été perçu par ses contemporains, avant tout comme un roi concepteur et constructeur de machines ; mais aussi s’était vu honoré du titre de « poliorcète » par la seule reconnaissance de ses compétences dans le domaine des techniques de guerre.

  • 42 Wehrli 1968, 140, 199-204. Contre Willamowitz 1924,I, 10.
  • 43 Voir l’éducation d’Alexandre le Grand.
  • 44 Sur l’éducation militaire des rois hellénistiques, notons que Pyrrhus avait, si l’on en croit Pluta (...)
  • 45 Cornette sur l’apprentissage du roi.

19Cl. Wehrli a montré que Démétrios avait bénéficié d’une éducation hellénique, remettant en cause l’hypothèse de U. von Willamowitz qui considérait que ce dernier n’avait reçu qu’une formation militaire42. En effet, il ressort de divers documents épigraphiques, littéraires et archéologiques que le roi était particulièrement attaché à la culture grecque, ce qui laisse penser qu’il avait dû y avoir accès dans sa jeunesse - comme d’ailleurs la plupart des princes macédoniens43. Il avait dû recevoir un enseignement théorique mais également pratique, notamment dans des disciplines qui entretenaient un rapport étroit avec la guerre, comme la géométrie et les mathématiques44. Nous savons qu’au XVIIe siècle, les princes, à l’imitation des rois des temps anciens, recevaient un enseignement spécifique de géométrie et de mathématiques car la maîtrise de ces disciplines pouvait être utile à la conduite des opérations militaires. Susceptibles d’avoir des applications pratiques dans les combats, de servir l’art des fortifications et de l’artillerie, elles étaient à la période moderne indispensables à l’exercice de la guerre, tout autant qu’elles devaient l’avoir été dans l’Antiquité45. Il est probable que l’enseignement de ces disciplines n’avait pas fait défaut à la formation de Démétrios. Nous en tenons pour preuve un passage de Plutarque dans lequel l’auteur souligne le talent du roi pour la mécanique appliquée, en particulier pour la conception et la construction de machines, lesquelles nécessitaient des connaissances approfondies en géométrie et mathématiques :

  • 46 Plut.. Démétrios, 20, 4-5.

« Naturellement doué pour l’observation, il n’appliqua pas son goût de l’art à des amusements et des passe-temps frivoles, comme d’autres rois qui jouent de la flûte, peignent ou cisèlent. Démétrios lui élevait le travail artisanal à un niveau royal et sa méthode avait de la grandeur : ses ouvrages montraient, avec la perfection technique, une telle hauteur de conception et de sentiments qu’ils appa raissaient comme dignes de la main d’un roi autant que de son intelligence et de l’abondance de ses moyens »46.

  • 47 Diod. XX, 85, 1-2 ; 86, 1-2 ; 88, 2-3 ; 91,1-7. Voir aussi Diod. XX, 48,1-3 (siège de Chypre).
  • 48 Diod. XX, 86 ; 88 ; 96. Voir aussi Diod. XX, 48, 5-8 (siège de Chypre)
  • 49 Diod. XX, 87 ; 88 ; 97.

20Il est difficile d’imaginer qu’un roi dépourvu de connaissances à la fois théoriques et pratiques dans le domaine du machinisme militaire, ait porté un intérêt aussi marqué aux engins de siège - un intérêt quasi obsessionnel qui est souligné à de multiples reprises chez Diodore dans son récit du siège de Rhodes. En effet, l’entrée du roi en action est presque toujours mise en relation avec les machines de guerre : c’est lui qui décide de leur construction47, qui intervient en personne, parfois au risque de sa vie, lorsqu’il s’agit de les sauver du feu ou des projectiles adverses48, qui fait cesser les combats pour entreprendre leur réparation49. De longues trêves étaient en effet consacrées à l’édification des engins de siège, à leur remise en état ou à leur consolidation, sans qu’aucun progrès décisif ne fût accompli en vue de les rendre véritablement performants d’un point de vue tactique. La confrontation des témoignages écrits montre clairement que le roi avait accordé plus de valeur à la mise en œuvre et à la préservation de ses machines de guerre qu’à la survie de ses hommes. L’explication réside certainement dans la confiance excessive que Démétrios vouait à la mécanique appliquée ainsi probablement que dans la croyance en laquelle on pouvait tirer de la prouesse technique une partie de sa légitimité royale. Cette dernière hypothèse se fonde sur un passage de Diodore dans lequel le roi est présenté comme le premier parmi les monarques hellénistiques à avoir établi un lien direct entre royauté et machinisme militaire :

  • 50 Diod. XX, 92.

« Parce qu’il fut extrêmement porté à l’invention, qu’il imagina des choses relevant de l’art des maîtres-constructeurs, il fut nommé poliorcète ; et il montra une telle supériorité et force dans ses attaques qu’il apparaissait qu’aucun mur ne fut assez robuste pour protéger de lui les assiégés. À la fois dans sa stature et dans sa beauté, il dégageait une image digne d’un héros, si bien que même les étrangers qui seraient venus de loin, quand ils apercevaient sa grâce revêtue de la splendeur royale, étaient émerveillés par lui et le suivaient comme s’ils s’étaient rendus à l’étranger pour contempler son image. [...] Ce fut de son temps que les plus grandes armes furent perfectionnées et que les machines de toutes sortes surpassèrent de loin celles qui existaient avant ; et cet homme mit à la mer les plus grands navires après ce siège ainsi qu’après la mort de son père »50.

  • 51 Diod. XX, 85, 1-2 ; 88 ; 91, 1-7.

21Face à la ville de Rhodes, Démétrios, paré d’une autorité souveraine, s’était efforcé pour les besoins du siège d’unir son savoir théorique et pratique, faisant du machinisme militaire une science royale dont il avait seul la pleine maîtrise et possession. Il ressort clairement des textes que c’était sur le roi, plus que sur ses corps de génie, que le prestige né de l’invention rejaillissait. Dans le récit de Diodore, on note l’emploi quasi systématique du verbe « construire » à la voie active51 ; on note aussi l’usage du titre architechton pour désigner le roi, ce qui montre que les technitai lui étaient directement subordonnés, que c’était lui qui dirigeait la fabrication des machines de leur conception, jusqu’à leur réalisation matérielle.

22Cependant, on peut s’étonner que Démétrios, échouant à prendre Rhodes, ait été honoré du titre de poliorcète, sauf à considérer que ce titre pouvait se passer de la prise effective de la ville, se justifier uniquement par la mise en œuvre de moyens exceptionnels. Les sources écrites, à l’unanimité, mettent en exergue l’extraordinaire de l’armement et des engins de siège de Démétrios, et semblent montrer que le titre de poliorcète ne gratifiait pas seulement le preneur de ville, mais aussi le roi concepteur et constructeur de machines.

  • 52 XXIII, 4.10 (cf. Kromayer und Veith, heerwesen und kriegführung der Griechen und Römer, 237 et pl. (...)

23Trois témoignages sont à ce sujet particulièrement significatifs : d’abord celui de Diodore qui rapporte que c’est « parce qu’il fut extrêmement porté à l’invention, qu’il imagina des choses relevant de l’art des maîtres-constructeurs, qu’il fut nommé poliorcète » ; ensuite, celui de Plutarque qui note que Démétrios fut « surnommé poliorcète, preneur de villes, à cause de son habileté méthodique dans la conduite des sièges et du talent qu’il avait d’inventer des machines utiles pour emporter les places » ; enfin, celui, plus tardif, d’Ammien Marcellin, qui affirme que « c’est à l’emploi constant qu’il fit de cette machine (hélépole), tant au siège de Rhodes que dans d’autres places, que Démétrios, fils d’Antigone, est redevable de son surnom de poliorcète »52. Ainsi, dans tous les cas, le titre de « poliorcète » est justifié par la maîtrise dont fit preuve Démétrios dans les applications pratiques de la science, par l’intérêt particulier qu’il porta aux techniques d’armement.

24Dans le nouvel environnement politique issu de la formation des monarchies hellénistiques, était poliorcète, non pas le tacticien, preneur de ville, mais celui qui s’imposait comme un technicien, un constructeur de machines - l’étymologie devant alors être séparée de l’évolution du champ sémantique. Ce fut la mise en œuvre d’engins de siège gigantesques qui valut à Démétrios d’être honoré de cette épithète édifiant sa titulature royale. Ce qui désormais était susceptible de marquer les esprits, ce n’était pas la prise de la ville mais les moyens matériels mis en œuvre en vue de s’en emparer. Ainsi s’établissait un nouveau rapport de force entre les monarques et les cités dont Démétrios était l’un des principaux initiateurs. Mais ce titre était également significatif de la façon dont ses contemporains concevaient la poliorcétique : une pratique militaire jouant de la force sur le champ de bataille, mais surtout un acte politique ultime, mettant en œuvre la toute-puissance du roi. Dans cet environnement mental, ce qui comptait, plus que la prise effective de la ville, c’était le rituel, la domination symbolique : Rhodes n’avait pas été emportée par la force, mais elle avait été d’une certaine façon subjuguée par la puissance.

PRÉSENCE ET REPRÉSENTATION DU ROI DANS LA GUERRE DE SIÈGE

  • 53 Sur la prise du titre royal par les Antigonides voir Diod. XIX, 53, 2-4 : « Il envoya alors des mes (...)
  • 54 Sur l’idée de réinvention de la monarchie par les Antigonides voir Tatum, 1996, 141. De manière plu (...)

25Démétrios n’avait jamais véritablement vécu dans le royaume de Macédoine, il avait surtout grandi en Asie. Il n’avait pas connu de manière immédiate le type de la royauté ethnique, enracinée dans des traditions anciennes, de sorte qu’il pouvait plus facilement qu’un autre incarner une nouvelle conception de la monarchie. Et même si ce fut son père, Antigone le Borgne, ancien compagnon de Philippe, passé ensuite au service d’Alexandre, qui fut l’un des précurseurs de la monarchie hellénistique, ce furent bien les succès militaires remportés par Démétrios à Chypre53, qui marquèrent profondément les consciences et qui furent à l’origine de l’instauration d’une royauté nouvelle, dont les récits du siège de Rhodes nous laissent quelque peu entrevoir la nature54. Démétrios, par son comportement sur le champ de bataille, et en particulier dans la guerre de siège, avait institué une royauté personnelle, charismatique, fondée sur un rapport étroit entre pouvoir, imaginaire et représentation.

Démétrios, figure emblématique au centre des combats : les sièges de Chypre, de Messène et de Thèbes

26Ces sièges constituent des points de repères intéressants dans la carrière de Démétrios, car s’ils présentent un certain nombre de similitudes du point de vue des pratiques guerrières, ils traduisent chacun une personnalisation différente du pouvoir politique et militaire. Le lien principal entre ces trois sièges réside dans l’identification entre royauté et engagement guerrier.

  • 55 Diod. XX, 50, 1-4 ; 51, 1-5. Pour des exemples plus tardifs relatifs à d’autres rois voir Polybe, I (...)
  • 56 La Motte le Vayer, 49. Voir aussi Polybe V, 54.
  • 57 Voir à titre de comparaison Polybe V, 84-85.
  • 58 Diod. XIX, 51,1. Voir aussi infra les textes relatifs aux sièges de Messène et de Thèbes.

27Démétrios détenait le commandement suprême sur le champ de bataille, assurant seul la direction des opérations militaires. Cela est attesté dans plusieurs passages de Diodore relatifs à la campagne de Chypre, ainsi que dans le texte de Plutarque relatif au siège de Thèbes55. Il apparaît aussi très clairement à travers ces témoignages que Démétrios combattait en personne aux côtés de ses troupes. Il était de fait contraint de se démarquer militairement, de faire la preuve de sa valeur guerrière qui, seule était susceptible de justifier son autorité politique. Dans le feu de l’action, il lui était nécessaire de voir l’ensemble du théâtre des opérations militaires de manière à pouvoir diriger ses hommes mais aussi à être vu de tous ; la démonstration de son courage pouvait stimuler l’ardeur combative de ses troupes tout autant qu’elle était censée porter atteinte au moral de ses adversaires. La Motte le Vayer à la période moderne, influencé dans sa conception de la royauté par le modèle antique plutarquien affirmait : « l’œil d’un monarque est capable d’inspirer de la hardiesse à ceux qui même en ont le moins »56. La présence physique du roi sur le champ de bataille unissait et fortifiait toutes les énergies en vue de l’obtention d’une victoire décisive ; elle constituait un facteur de cohésion sociale, suscitant autour de sa personne une exaltation compétitive57. S’inscrivant dans la tradition des royautés mycéniennes aussi bien que dans celle des royautés orientales, Démétrios s’était ainsi inévitablement exposé, bravant la mort dans des combats rapprochés, s’infligeant de probables souffrances physiques dans les moments de tensions extrêmes que constituaient les assauts. Diodore, à ce propos, rapporte qu’à Chypre « les princes qui allaient se battre au risque de leur vie étaient très anxieux »58.

28Cependant, ces sièges, si on les considère à présent indépendamment les uns des autres, traduisent chacun une volonté politique bien distincte, dictée par les circonstances politiques du moment. À Chypre, Démétrios s’était imposé comme un prince héroïque, héracléen, proche du modèle alexandrin qui restait le vecteur d’émotions communes particulièrement intenses. Son comportement guerrier dans les opérations navalo-terrestres qui furent menées contre les forces lagides n’était pas sans rappeler, si l’on se fonde sur Diodore, celui d’Alexandre devant les murs de Tyr. La mise en parallèle des deux textes est à cet égard très significative. Diodore à propos d’Alexandre à Tyr décrit ainsi le roi :

  • 59 Diod. XVII, 46, 1-3.

« C’est à cet endroit (du côté des arsenaux où le rempart était faible) qu’il osa accomplir une action à laquelle les spectateurs eux-mêmes ne pouvaient croire : depuis la tour de bois, il fit lancer une passerelle sur le rempart de la ville. Sur cette passerelle, il monta seul sur le rempart [...]. Il ordonna aux autres Macédoniens de le suivre et leur montra le chemin. Il tuait les ennemis qui venaient à sa portée, frappant les uns de sa lance, les autres de son sabre, renversant même certains avec le rebord de son bouclier si bien qu’il calma la grande témérité de l’adversaire »59.

29Sur Démétrios à Chypre, l’auteur rapporte les faits suivants :

  • 60 Diod. XIX, 52, 1-3.

« Démétrios fut celui qui se battit le plus brillamment, ayant pris position sur la poupe de son navire. Une foule d’hommes se précipita contre lui ; mais il lança ses javelines contre eux et se battit contre les autres en combat rapproché avec son épée. Bien que beaucoup de projectiles de toutes sortes le visaient, il en évita beaucoup et en reçut d’autres sur son armure défensive. Des trois hommes qui le protégeaient avec des boucliers, l’un fut touché mortellement par une lance et les deux autres sévèrement blessés. Finalement Démétrios repoussa les forces qui l’attaquaient directement, créa une déroute dans l’aile droite et s’efforça de forcer les navires de l’autre aile »60.

30On retrouve dans ce texte la même recherche de légitimité dans l’identification personnelle aux héros épiques ou mythologiques. L’affrontement apparaît comme ayant été l’affaire du souverain seul, triomphant de ses adversaires, auteur d’un succès militaire reposant uniquement sur sa valeur et sa conduite. En effet, dans le récit, les hommes qui l’entourent ne sont pas présentés comme des compagnons d’armes, mais comme les membres de sa garde rapprochée, de sorte que toute l’action guerrière converge vers la personne du prince, extraite ainsi du monde des humains.

  • 61 Diod. XIX, 33, 4-5.

31À Messène, Démétrios apparaît comme un roi désireux de recouvrer sa souveraineté, sérieusement éprouvée par la défaite et la mort de son père dans la bataille d’Ipsos (301). À la tête d’une armée décomposée, dont la restructuration ne pouvait s’opérer sans imposer une image forte de chef de guerre, dirigeant les troupes et combattant à leurs côtés, il renoue avec le principe traditionnel d’identification entre royauté et engagement militaire, menant des assauts au risque de sa vie. Il était plus que les autres tenu de manifester sa bravoure, d’affronter sans recul les dangers comme un défi lancé aux forces de l’au-delà : « Là, en combattant sous les murs, il courut un grand danger : un trait de catapulte le frappa au visage et à la bouche en lui traversant la joue. Guéri de sa blessure, il remit la main sur quelques villes rebelles »61.

  • 62 Exemples sous Philippe II ; exemples sous Philippe V.

32Enfin, à Thèbes, Démétrios, paré du titre de roi de Macédoine, se fit, non sans difficultés, l’héritier de pratiques militaires et politiques archaïques. Dans la monarchie ethnique et territoriale macédonienne, le roi n’était que le meilleur et le premier des guerriers. L’assaut constituait un moment de particulière exaltation, mais aussi de grande tension émotionnelle, car il appartenait au roi de manifester l’excellence de ses qualités de vaillance et de prouesse ; il lui appartenait aussi d’agir auprès de ses compagnons d’armes comme un modèle, un « régulateur mimétique ». Parallèlement, chaque compagnon mettait un point d’honneur à modeler son attitude et son action sur la personne du roi, cherchant la distinction absolue, incomparable, au risque de sa vie. Participer à l’assaut aux côtés du roi, ou combattre à proximité de lui dans une bataille rangée, était l’expression d’une éthique communautaire, fraternelle, à tendance égalitaire62. La légitimité monarchique de Démétrios reposait donc sur sa capacité à s’imposer comme le primus inter pares, à galvaniser ses troupes, à stigmatiser le compagnonnage guerrier. Voici le témoignage de Plutarque :

  • 63 Plut., Démétrios, 39, 1-3,3-7 et 40,1-6. Thèbes subit deux sièges successifs entre 294 et 287. La s (...)

« Démétrios, qui, après la Macédoine, s’était emparé de la Thessalie [...] marcha contre les Béotiens. Ceux-ci lui firent d’abord des propositions d’amitié raisonnables, mais le Spartiate Cléonymos s’étant jeté dans Thèbes avec une armée, ils reprirent confiance et [...] rompirent avec Démétrios. Celui-ci fit alors avancer ses machines contre Thèbes et assiégea la ville. Cléonymos, effrayé, en sortit à la dérobée, et les Béotiens, découragés, se rendirent. Démétrios mit des garnisons dans leurs cités [...] et leur laissa comme gouverneur et harmoste l’historien Hiéronymos [...]. Les Béotiens firent alors à nouveau défection [...]. Transporté de colère, Démétrios rebroussa chemin promptement, et trouva les Béotiens déjà vaincus dans une bataille par son fils Antigone ; il remit le siège devant Thèbes [...] Il en fit approcher la machine appelée hélépole, si lourde et si grande qu’on avait beaucoup de peine à la manier, qu’elle n’avançait que petit à petit et qu’elle parcourut à peine deux stades en deux mois. Les Béotiens se défendaient vigoureusement, et Démétrios forçait souvent ses soldats à combattre et à s’exposer, plutôt par entêtement que par besoin. Antigone, les voyant tomber en grand nombre, en était très affecté et lui dit : « Pourquoi, père, laissons-nous sans nécessité périr ces gens ? » « Mais toi, répondit Démétrios exaspéré, pourquoi te fâches-tu ? Est-ce que tu dois une ration à ceux qui meurent ? » Cependant, il voulut faire voir qu’il n’exposait pas seulement les autres, mais qu’il partageait les dangers des combattants, et il fut atteint d’un trait qui lui transperça le cou. La blessure était grave, mais il ne se relâcha pas et prit Thèbes pour la seconde fois »63.

La mise à distance de Démétrios pour exalter sa toute-puissance : le siège de Rhodes

  • 64 Diod. XX, 86, 2-4 ; 95, 3 ; 96, 7 ; 98, 5 ; 98, 8.
  • 65 Voir supra. Sur les assauts lancés contre Rhodes voir Diod. XX

33Dans le récit très circonstancié du siège de Rhodes que nous a fourni Diodore, on note en revanche l’absence physique de Démétrios sur le théâtre des affrontements. Certes, le roi restait le commandant suprême, décidant seul de la conduite de la guerre, coordonnant et dirigeant les opérations militaires64, cependant, à aucun moment il n’est mentionné pour avoir combattu en personne aux côtés de ses troupes comme dans les sièges auxquels nous avons fait référence précédemment. Les assauts étaient effectués par des corps d’élite à l’avant desquels ne se trouvait jamais le roi - à la différence d’Alexandre à Tyr65. Dans l’assaut final qui fut lancé près de la zone du théâtre, à travers les brèches faites dans les courtines, seuls les meilleurs soldats sont cités pour y avoir participé, le roi, lui, était probablement resté à proximité de son camp. Diodore rapporte les faits suivants :

  • 66 Diod., XX, 98.

« Démétrios [...] sélectionna les meilleurs au combat et ceux qui convenaient le mieux à l’opération, soit un effectif de 1500 homes. Alors il leur ordonna d’avancer vers le mur au moment de la relève de la garde ; quant à lui, une fois terminé ses préparatifs, il ordonna à ceux qui se trouvaient de tous côtés d’entonner à son signal leurs cris de guerre et d’attaquer à la fois par terre et par mer. Quand ils exécutèrent tous ses ordres, ceux qui s’étaient portés contre les brèches des murs, après avoir repoussé ceux qui assuraient la défense du fossé, lancèrent l’assaut, pénétrèrent dans la cité et occupèrent la zone du théâtre [...] ; le combat s’engagea entre ceux qui avaient pénétré et les Rhodiens, et il en tomba de part et d’autre. En premier lieu aucune des parties ne se retira de sa position ; mais après un moment, comme les Rhodiens renforçaient constamment leurs effectifs et se trouvaient en mesure de faire face aux dangers [...] et que par ailleurs les hommes du roi se trouvaient en péril, Alkimos et Mantyas, leurs commandants, moururent après avoir fait l’objet de plusieurs blessures, la plupart des autres furent tués dans des combats au corps à corps ou furent capturés, et seulement un petit nombre s’échappa et rejoignit vivant le roi »66.

  • 67 Diod. XX, 87, XX, 98.

34Il semble que le roi ne se soit engagé personnellement dans le feu de l’action que pour sauver ses machines de la destruction. Il n’apparaît que lié à elles, faisant des interventions subites, au risque de sa vie, pour les sauver du danger. Cet attachement aux composantes techniques de la guerre de siège, plus qu’aux mouvements tactiques des forces humaines, reste une constante dans tout le récit du siège de Rhodes67.

  • 68 Marin 1981, 9.Il est intéressant de noter que Démétrios fut précisément le premier roi à émettre de (...)

35On a montré précédemment à travers les sièges de Chypre, de Messène et de Thèbes que la présence physique du roi sur le champ de bataille, combattant aux côtés de ses troupes, constituait une forme de justification de l’institution royale par la guerre. Or ce principe traditionnel d’identification entre royauté et engagement militaire est absent du siège de Rhodes. Comment expliquer, par conséquent, que Démétrios n’ait pas compromis son image de roi guerrier, fondant dans la force et l’exaltation de la victoire au combat sa légitimité monarchique ? Nous pensons que la mise en scène du roi, sa théâtralisation dans l’action guerrière, compensèrent dans les consciences son absence physique sur le champ de bataille ; mais cela eût été peut-être insuffisant sans le recours à la force symbolique de la représentation. L. Marin, pour la période moderne, celle de la France de Louis XIV, a mené une réflexion sur le lien entre le pouvoir et la représentation. Il s’agit certes d’un tout autre environnement politique que le nôtre, cependant si l’on considère la guerre et la royauté du point de vue de l’anthropologie sociale, il est possible de dégager des permanences. Selon l’auteur le premier pouvoir de la représentation serait un « effet et un pouvoir de présence », en lieu et place de l’absence et de la mort. Représenter, c’est dire rendre présent à nouveau et ailleurs, maîtriser la durée et l’espace, le temps et le territoire, serait l’essence même de l’autorité politique. Le second effet de la représentation serait un « effet de sujet », un « pouvoir d’institution, d’autorisation et de légitimation de soi », ayant pour conséquence à la fois d’intensifier et de démultiplier une présence au moyen d’une figure substitutrice, démultipliable à l’infini68.

  • 69 Sur la puissance politique de l’imaginaire et sa force d’instrument de pouvoir voir Yates. Sur la p (...)

36La guerre de siège était l’instant privilégié de cette représentation. La construction de machines gigantesques, leur mise en œuvre, en position centrale, dressées devant les murs de Rhodes, manifestaient symboliquement, mais avec violence, la présence de Démétrios hors des normes communes à l’humanité. Ces machines spectaculaires et extraordinaires matérialisaient donc sa toute-puissance, identifiaient la personne royale à l’éclat de sa représentation, donnaient forme et force à sa souveraineté, symbolisaient l’institution d’une monarchie nouvelle où le roi s’assimilait à un dieu69. Ce n’était pas à Rhodes l’engagement personnel de Démétrios sur le Champ de bataille qui donnait corps à l’autorité du roi, mais la démonstration de sa puissance par des engins de siège déployés comme dans un carrousel : c’était le roi poliorcète, maître des sciences et des techniques qui émergeait dans toute sa superbe.

  • 70 Cette mise à distance notable sur le plan militaire se retrouve aussi dans la physionomie, la geste (...)

37Démétrios s’était donc fait « représenter » ; cette représentation s’était tout naturellement accompagnée d’une distanciation qui fut, paradoxalement, un facteur de démultiplication de l’autorité souveraine incarnée par le roi. En effet, la mise à distance du roi imposait une présence plus contraignante, car celle-ci était médiatisée par les machines et devenait par conséquent immanente, s’imposant aux esprits et aux consciences. Le roi se retirait, substituant à sa présence physique sur le champ de bataille la force de l’imaginaire ; il s’imposait aux yeux de tous, de ses troupes comme à ceux de ses adversaires, sous une forme nouvelle, à la fois matérielle et symbolique, exprimant sa force par l’inaccessibilité, donnant ainsi à son pouvoir une dimension sacrée70.

  • 71 Sur la théâtralité dans la vie publique grecque voir Chaniotis 1997.
  • 72 Pour des exemples de faste vestimentaire voir Plut., Démétrios, 41, 5-8 ; Diod. XX, 93, 3-7.
  • 73 Plut. 41, 5 ; 42, 1-7 ; 44, 7. Voir aussi Tatum 1996, 141.

38La royauté de Démétrios, fondée sur un rapport de dépendance entre pouvoir, représentation et imaginaire, n’avait aucune valeur opératoire dans le royaume de Macédoine où le peuple restait attaché à une conception traditionnelle de la guerre et de la royauté. Acclamé roi de Macédoine en 294 par l’assemblée macédonienne, Démétrios était devenu le successeur légitime de Philippe et d’Alexandre. La distanciation nécessaire à la construction d’une monarchie personnelle, charismatique, n’avait pas de sens en Macédoine ; il fut dès lors contraint de se rattacher aux usages macédoniens, de s’imposer comme le primus inter pares, combattant en première ligne aux côtés de ses troupes, comme il le fit dans le siège de Thèbes. Cependant, les Macédoniens eurent probablement conscience que Démétrios n’était pas pour eux le monarque idéal : la théâtralité dont il fit preuve dans la vie publique71, la distanciation qu’il mit entre ses sujets et lui-même, le faste vestimentaire dont il se para72, le rattachaient à une monarchie d’un type nouveau. Pour ces raisons-là, les Macédoniens lui préférèrent Pyrrhos dont la pratique du pouvoir politique et militaire était plus conforme à la tradition, leur renvoyant davantage l’image du courage d’Alexandre73.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Aymard, A. (1959), « Remarques sur la poliorcétique grecque », Éludes d’archéologie classique, Il, p. 3-15.

Bilde, P. (1996), Engberg-Pedersen (Tr.), Hannestad (L.) et Zahle (J.), 1996, éd., Aspects of Hellenistic Kingship, Aarhus (Studies in Hellenistic Civilization, 7).

Billow, R.A. (1985), Antigonos the One-Eyed and the Creation of the Hellenistic States, Berkeley.

Bulloch (A.) et alii, 1993, Images and Ideologies : Self-definition in the Hellenistic World, Hellenistic culture and the Society n° 12, Berkeley Univ.

Chaniotis, A. (1997), « Theatricality beyond the theater. Staging Public Life in the Hellenistic World », Pallas, 47, p. 219-260.

Cocula, A.-M. (1992), Mémoires de M. de la colonie, Maréchal de Camp des armées de l’électeur de Bavière, Paris, éd. prés, et annotée.

Cornette, J. (1993), Le roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris.

Flacelière, R. (1937), Les Aitoliens à Delphes, Paris.

Frazier, F. (1996), Histoire et morale dans les Vies Parallèles de Plutarque, Paris.

Garlan, Y. (1972), La guerre dans l’antiquité, Paris.

Garlan, Y. (1974), Recherches de poliorcétique grecque, Paris.

Gilles, B. (1980), Les mécaniciens grecs : la naissance de la technologie, Paris.

Ginzburg, C. (1991), « Représentation : le mot, l’idée, la chose », Annales ESC, 6, 46e année, p. 1219-1234.

Hesberg, H. (1987), « Mechanische Kunstwerke und ihre Bedeutung für die Höfische Kunst des friihen Hellenismus », MarbWPr., p. 47-72.

Köhler, J. (1996), Pompai. Untersuchungen zur hellenistischen Festkultur, Frankfort.

Lecocq, A.-M. (1987), François Ier imaginaire, Paris.

Lloyd, G. (1990), La science grecque après Aristote, Paris.

Marin, L. (1981), Le portrait du roi, Paris.

Marsden, A.W. (1977), « Macedonian Military Machinery and its Designers under Philip and Alexander », Ancient Macedonia, II, Thessalonique, p. 211-223.

Momigliano, A. (1966), « Some Observations on Causes of War in Ancient Historiography », Studies in Historiography, J.D. Smith (éd.), Londres, p. 112-126.

Mastronarde, D.J. (1990), « Actors on Hight : the Skene Roof, the Crane and the Gods in Attic Drama », Cl. Ant., 9, p. 247-294.

Newell, E.T. (1927), The Coinage of Demetrius Poliorcetes, Londres.

Newiger, H.J. (1990), « Ekkyklema und Mechané in der Inszenierung des griechichen Dramas », WürzJahrb, 16, p. 33-42.

Préaux, Cl. (1975), « Grandeur et limites de la science hellénistique », Chronique d’Égypte, L, p. 215-238.

Pimouguet-Pédarros, I. (2004), « Le siège de Rhodes par Démétrios et la question de l’apogée de la poliorcétique grecque », REA (à paraître dans le numéro de juin 2004).

Stewart (Α.), 1993, Faces of power Alexander’s image and hellenistic politics, Univ. of California Press.

Tatum, J. (1996), « The Regal Image in Plutarch’s Lives », JHS, 106, p. 135-151.

Wehrli, Cl. (1968), Antigone et Démétrios, Genève.

Will, Ed. (1975), Le monde grec et l’Orient, II : le IVe siècle et l’époque hellénistique, Paris.

Willamowitz-Möllendorf, U. von (1924), Hellenistsche Dichtung in der Zeit des Kallimachos, Berlin.

Notes

1 Voir Cocula 1992, 588-589.

2 Souda s.v. Basileia n° 2.

3 Lecoq 1987 ; Marin 1981 ; Cornette 1993.

4 Tradution de Amyot 1559.

5 Momigliano 1966, 112-126.

6 Sur la question des images, des représentations et des idéologies royales dans l’Antiquité voir Bilde et alii 1996 ; Bulloch et alii 1993 ; Stewart 1993.

7 Pimouguet-Pédarros, 2004.

8 Lloyd 1990, 176-177, 200. Voir aussi Préaux, 1975, 215-238 ; Will 1975, 586, 590.

9 Pour l’histoire de ces disciplines voir Lloyd 1990, 177-187.

10 Lloyd 1990, 197, 201. La science à cette époque, selon lui, était « moins un moyen pour une fin qu’une fin en elle-même ».

11 Même s’il est vrai comme le note Lloyd 1990, 111, que cette idée s’était manifestée « dans certains contextes aux VIe et V siècles, aussi bien qu’au IVe siècle ». Voir aussi « Les débuts de la science grecque », p. 155.

12 Lloyd, 1990, 198.

13 Commentaire à la physique d’Aristote, 641, 23.

14 Voir Lloyd 1990, 200.

15 Sur la mécanique appliquée voir Gilles, 1980.

16 Pappos d’Alexandrie, Collection mathématique, (VIII, 1-2).

17 Proclos, Commentaire au premier livre des Éléments d’Euclide, 41, 3 sq. Commentaire qui, selon Lloyd 1990, 112 s’inspirerait de l’œuvre de Geminus, mathématicien et astronome du Ier siècle a.C.

18 Plut., Marcellus, 14-15. Trad. quarto Gallimard.

19 Plut., Marcellus, 14.

20 Certes il est question aussi dans ce même texte de l’invention par Archimède de lance-pierres dont les projectiles pesaient près de 350 kg. Cependant cela n’est pas nécessairement à mettre en relation avec le gigantisme car le poids très important des projectiles n’impliquait peut-être pas l’emploi d’un engin de jet considérable.

21 Plut., Marcellus, 14, 8, 12.

22 Ibid., 17, 5-6. Trad. quarto Gallimard.

23 Voir aussi Lloyd, 1990, 115.

24 Frazier, 1996, 188, 197.

25 Platon, Georgias, 512 b-c ; Aristote, pol. 1337, 3. Voir aussi Aymard, 1959, 14.

26 Sur la construction des pièces d’artillerie, chap. 3, 50, 20. On s’accorde à penser que les ingénieurs auxquels il est fait référence avaient oeuvré sous le règne de Ptolémée II (283-246), soit dans le second quart du IIIe siècle. Voir Marsden, 62, Garlan 1974, 225. Cette datation accréditerait l’idée d’une évolution rapide des applications pratiques de la science dans le domaine militaire, avant même que ne se développât au sein de l’école d’Alexandrie, un corps de mécaniciens sous l’égide de Ctésibios, ingénieur de la génération d’Archimède, dont les recherches avaient favorisé la mise au point de nouvelles catapultes. Sur cette évolution voir Gilles, 1980, 55.

27 Voir aussi Plut., Marcellus, 14, 14 : « le roi [...] pria Archimède de lui fabriquer diverses machines adaptées à toutes les formes de siège, les unes pour se défendre, les autres pour attaquer ».

28 Aymard 1959, 14, rapporte que l’époque hellénistique avait réalisé des machines très ingénieuses mais que l’ingénieur militaire n’a obtenu qu’une considération médiocre car l’insuffisance de ses connaissances scientifiques le condamnait à n’être rien de plus qu’un artisan, un technicien, voué à manipuler la matière et l’outillage pour pouvoir expérimenter et progresser. Selon lui les études qui lui eussent permis d’améliorer ses connaissances scientifiques étaient trop théoriques, car il existait un mépris vis-à-vis des applications pratiques de la science. Voir aussi Lloyd, 1990,126, 128, 130, 132-133 qui, cependant, note des progrès considérables accomplis dans les domaines de la technologie militaire, de l'alimentation et de l’agriculture.

29 Dans un autre contexte, il faut noter l’intérêt des rois hellénistiques pour la machinerie, les dispositifs mécaniques, dans la vie publique. Cf. Polybe XIII, 7, 2-11 ; XII, 13,11 ; Plut., Sulla, 11,1. Sur cette question voir Hesberg, 1987, 52 ; Köhler, 1996, 97-99 ; Mastronarde, 1990, 247-294 ; Newiger, 1990, 3342.

30 Marsden 1977, 212-219, a montré que déjà sous Philippe II il existait un département des engins de siège (peut-être localisé à Pella) et que c’était le roi en personne qui dirigeait les ingénieurs militaires en charge de la conception et de la construction des machines ainsi que les corps d’armée qui avaient pour mission de les mettre en action. L’existence d’ateliers permanents destinés à la fabrication et au test des machines montre que celles-ci n’étaient plus systématiquement construites, comme par le passé, au moment du siège. Elles faisaient désormais partie du train et témoignaient de fait du développement du machinisme militaire. Nous pensons que Démétrios fut le continuateur d’une même tradition mécanique encore largement empirique ne reposant pas encore sur une science expérimentale. Voir Pimouguet-Pédarros, 2004.

31 Cf. Diod, XX, 48,1. Le terme de technitès désigne l’artisan par opposition au paysan. (Xénophon, Mém., 2, 7, 4-5) mais aussi, de façon plus précise, le professionnel, le technicien (Platon, Soph. 219 a). On s’accorde à penser que les technitai au service de Démétrios étaient des ingénieurs, architectes et mécaniciens. Ils avaient à charge la construction et l’entretien du matériel de guerre, le montage et le démontage des pièces les plus encombrantes, ainsi que peut-être leur transport d’une place forte à une autre. Sur ce terme générique et ses variantes voir spéc. Garlan, 1974, 207.

32 Diod. XX, 91.

33 Diod. XX, 93. Voir aussi Fr. Bilabel, Die Kleineren historiker fragmente auf Papyrus, n° 8, col. 1 = FGrHisl. 533.

34 Anonyme, Berlin, 1. 3-7. Cf. Fr. Bilabel, ibid.

35 Plut., Démétrios, 21,1-4.

36 Vitruve, De Arch., 16, 4. Voir aussi Athénée, Mech., 27.2.

37 Selon Wehrli 1968, 208, parmi les tecntai au service de Démétrios se trouvait Hégétor de Byzance connu pour avoir construit une tortue bélière La description de cette machine fournie par divers auteurs anciens offre en effet des ressemblances avec les tortues bélières mises en action devant les murs de Rhodes mais faut-il pour autant y voir la trace d’un même constructeur ? Voir Athénée, 21,2 ; Anonyme de Byzance. 230, 1 ; Vitruve, X, 15, 2.

38 Plut., Démétrios, 21, 4-5.

39 Plut., Démétrios, 20, 2, 6. Voir aussi Diod. XX, 82.

40 Plut., Démétrios, 20, 2, 6-9.

41 Voir à ce propos Ginzburg, 1991.

42 Wehrli 1968, 140, 199-204. Contre Willamowitz 1924,I, 10.

43 Voir l’éducation d’Alexandre le Grand.

44 Sur l’éducation militaire des rois hellénistiques, notons que Pyrrhus avait, si l’on en croit Plutarque, passé « toute sa vie à s’exercer à l’art de la guerre et à en approfondir la théorie » (Plut., Pyrrhos, 8).

45 Cornette sur l’apprentissage du roi.

46 Plut.. Démétrios, 20, 4-5.

47 Diod. XX, 85, 1-2 ; 86, 1-2 ; 88, 2-3 ; 91,1-7. Voir aussi Diod. XX, 48,1-3 (siège de Chypre).

48 Diod. XX, 86 ; 88 ; 96. Voir aussi Diod. XX, 48, 5-8 (siège de Chypre)

49 Diod. XX, 87 ; 88 ; 97.

50 Diod. XX, 92.

51 Diod. XX, 85, 1-2 ; 88 ; 91, 1-7.

52 XXIII, 4.10 (cf. Kromayer und Veith, heerwesen und kriegführung der Griechen und Römer, 237 et pl. 22, fig. 75, pl. 23, fig. 76).

53 Sur la prise du titre royal par les Antigonides voir Diod. XIX, 53, 2-4 : « Il envoya alors des messagers à son père pour l’informer de ses succès, les faisant embarquer sur les plus grands de ses navires. Et quand Antigone apprit la victoire qu’il avait remporté, transporté de joie par la grandeur de cette bonne fortune, se para du diadème et à partir de là prit un style de roi ; et il autorisa également Démétrios à prendre ce titre et ce rang. Ptolémée cependant, pas du tout accablé moralement par cette défaite, prit également le diadème et signa lui-même du titre de roi. Et imitant en cela ces rois, les autres princes se firent eux-mêmes appeler rois : Séleucos qui avait récemment gagné les satrapies supérieures, Lysimaque et Cassandre qui conservaient toujours les territoires qui leur avaient été conférés ». (La prise du diadème par Ptolémée est placée vers 305-304 par le marbre de Paros. Cf. Frag. H, 239.B 23). Pour d’autres références voir Plutarque

54 Sur l’idée de réinvention de la monarchie par les Antigonides voir Tatum, 1996, 141. De manière plus générale, sur l’importance du facteur dynastique, voir Billows 1985, 136, 155.

55 Diod. XX, 50, 1-4 ; 51, 1-5. Pour des exemples plus tardifs relatifs à d’autres rois voir Polybe, II, 66 ; V, 83-84.

56 La Motte le Vayer, 49. Voir aussi Polybe V, 54.

57 Voir à titre de comparaison Polybe V, 84-85.

58 Diod. XIX, 51,1. Voir aussi infra les textes relatifs aux sièges de Messène et de Thèbes.

59 Diod. XVII, 46, 1-3.

60 Diod. XIX, 52, 1-3.

61 Diod. XIX, 33, 4-5.

62 Exemples sous Philippe II ; exemples sous Philippe V.

63 Plut., Démétrios, 39, 1-3,3-7 et 40,1-6. Thèbes subit deux sièges successifs entre 294 et 287. La seconde prise de Thèbes eut lieu sans doute selon Flacelière, p. 205 vers fin 291. Voir aussi Diod. XXI, 14.

64 Diod. XX, 86, 2-4 ; 95, 3 ; 96, 7 ; 98, 5 ; 98, 8.

65 Voir supra. Sur les assauts lancés contre Rhodes voir Diod. XX

66 Diod., XX, 98.

67 Diod. XX, 87, XX, 98.

68 Marin 1981, 9.Il est intéressant de noter que Démétrios fut précisément le premier roi à émettre de son vivant, en Grèce d’Europe, des pièces de monnaies à son effigie. Cf. Newell, 86-87, n° 74 à 76, pl. VII, 5-8 (292-1).

69 Sur la puissance politique de l’imaginaire et sa force d’instrument de pouvoir voir Yates. Sur la personnification des machines voir Plut. 26, 3-4 qui rapporte que Lamia, la maîtresse de Démétrios, fut identifiée par un poète comique à une hélépole.

70 Cette mise à distance notable sur le plan militaire se retrouve aussi dans la physionomie, la geste, le faste vestimentaire du roi : il a imposé une image idéalisée de sa personne, réfractaire à toute représentation matérielle comme celle des dieux. Si l’habit faisait le roi, la souveraineté était l’habit dont devait se parer Démétrios pour imposer une nouvelle royauté.

71 Sur la théâtralité dans la vie publique grecque voir Chaniotis 1997.

72 Pour des exemples de faste vestimentaire voir Plut., Démétrios, 41, 5-8 ; Diod. XX, 93, 3-7.

73 Plut. 41, 5 ; 42, 1-7 ; 44, 7. Voir aussi Tatum 1996, 141.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search