Version classiqueVersion mobile

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Charge de cavalerie, choc ou esquive : sur un problème rencontré dans l’Hipparque de Xénophon

Alexandre Blaineau

Texte intégral

  • 1 C. Guischard, Mémoires militaires sur les Anciens. Ou idée précise de tout ce que les Anciens ont é (...)
  • 2 Id., p. 61 sq. (l’orthographe est modernisée).

1Dans ses Mémoires militaires sur les Anciens1, Charles Guischard évoquait, parmi les types de cavaliers de la Grèce ancienne, une figure particulière, celle du cataphracte. Voici ce qu’il en disait2 :

« La Cavalerie Grecque était de plusieurs espèces. Il y eût des corps que l’on appelait Cataphractes, qui étaient armés de toutes pièces, comme autrefois notre Gendarmerie. Le Cavalier portait des cuissards, avec la cuirasse de fer en écailles ; et il avait pour arme une forte et longue lance. Le cheval avait le fronteau de fer, et était bardé par tout. C’étaient ces escadrons qui dans le choc s’avançaient du centre, et s’ouvraient les premiers le chemin à travers des ennemis. Ils étaient suivis à droite et à gauche par la Cavalerie moins pesamment armée, qui élargissait les ouvertures qu’ils avaient faites, et qui empêchait le ralliement des escadrons qu’ils avaient rompus. Les Grecs reconnurent de bonne heure que ces Cataphractes faisaient une cavalerie trop pesante pour les marches, et pour le service en campagne. »

2Ce texte intéressant pose le problème de l’existence d’une cavalerie cataphracte en Grèce ancienne. Bien sûr, il faut le lire avec précaution, puisqu’il nous offre une vision somme toute trop globalisante, puisque aucune référence tant chronologique que textuelle n’est ici effectuée.

  • 3 J.K. Anderson, Ancient Greek Horsemanship, Berkeley-Los Angeles, 1961 ; I.G. Spence, The Cavalry of (...)
  • 4 L’hoplite apparaît en effet comme un modèle guerrier durant la période classique. Cf. V. D. Hanson, (...)

3Ceci permet toutefois d’engager une réflexion sur la réalité d’une telle cavalerie en Grèce ancienne, et particulièrement durant l’époque classique. Mais rapidement, on doit se rendre à l’évidence : l’examen des sources archéologiques, iconographiques ou textuelles ne met pas en valeur ce type de cavalier cataphracte3. En effet, la cavalerie majoritaire dans la Grèce des cités est celle de harcèlement, voire de reconnaissance. Dans le cadre tactique général qui fait la part belle à l’hoplite4, le cavalier est donc un combattant annexe, qui ne charge pas, ou peu. On est loin ici de la description effectuée par Guischard.

4Cependant, si nous nous permettons de relever le problème d’une cavalerie cataphracte, c’est parce que celle-ci existait dans l’Empire achéménide. Xénophon notamment en a fait une description dans sa Cyropédie :

« Toute la garde était équipée des mêmes armes que Cyrus, tuniques écarlates, cuirasses de bronze, aigrettes blanches, coutelas, et un javelot de cornouiller par tête ; les chevaux avaient des chanfreins, poitrails et cuissards de bronze, ces derniers servant encore aussi de cuissards pour le cavalier. Il y avait cette simple différence pour Cyrus qu’un enduit doré avait été passé sur toutes les armes : les siennes seules étincelaient comme un miroir. » (Cyrop., VII, 1, 2) (traduction Delebecque)

5Xénophon a d’ailleurs repris cette description dans son petit traité technique appelé De l’art équestre qui est destiné aux apprentis-cavaliers d’Athènes du premier tiers du IVe siècle :

« (1) Nous voulons écrire encore quel doit être l’équipement du cavalier qui s’apprête à affronter les dangers. D’abord donc, nous affirmons qu’il lui faut avoir une cuirasse faite sur mesure, car une cuirasse bien ajustée, c’est le corps qui doit la porter, tandis qu’une trop lâche porte sur les seules épaules, et une trop étroite n’est pas une arme mais un carcan. (2) Comme le cou est un endroit vital, nous disons aussi qu’il doit avoir une pièce de protection en genre de collerette [...] ; cette pièce constituera un ornement, et, en même temps, si elle est fabriquée selon les règles de l’art, couvrira le visage du cavalier, s’il veut, jusqu’au nez. [...] (4) Pour la région du bas-ventre et du sexe et des endroits environnants, que les ailes soient assez nombreuses et assez bien disposées pour pouvoir écarter les traits. [...] (8) Et puisque, si un accident survient au cheval, le cavalier se trouve en plein danger, le cheval aussi doit être armé d’un chanfrein, d’un poitrail et de ces couvre-côtes, qui sont en même temps comme des cuissards pour le cavalier. [...] (11) Telles sont, avec le secours des dieux, les armes défensives. » (AE, XII, 1-11) (traduction Delebecque)

  • 5 I.G. Spence, op. cit., p. 60-65.
  • 6 S.W. Hirsch, The Friendship of the Barbarians. Xénophon and the Persian Empire, Hanovre-Londres, 19 (...)

6Ce chapitre XII de L’Art équestre est un chapitre novateur en ce sens que Xénophon veut réformer la cavalerie athénienne pour la rendre plus performante, en la calquant sur le modèle perse. Il faut redire, notamment avec Spence5, que cet apport perse est une vue de l’esprit de Xénophon. D’ailleurs, la plupart de ses écrits montrent qu’il a été influencé par certains éléments achéménides6.

SUR UN PROBLÈME TECHNIQUE DANS L’HIPPARQUE

  • 7 Ε. Delebecque pense que ce traité a été rédigé entre 360 et 355 : cf. Notice à la traduction de l’H (...)

7Un autre traité technique de Xénophon, dénommé l’Hipparque7, doit aussi être considéré à l’aune de ce chapitre novateur de L’Art équestre. L’Hipparque est destiné à un commandant de la cavalerie athénienne qui peut y puiser des conseils techniques et tactiques, comme par exemple le détail de différentes formations face à l’ennemi, l’art de lancer le javelot du haut de sa monture, la manière de mener des actions combinées avec des cavaliers et des fantassins, la manière encore de diriger des opérations destinées à préserver les frontières de la cité. Ce traité est le reflet le plus clair des actions de la cavalerie athénienne, actions principalement de harcèlement ou de reconnaissance. Mais une phrase interpelle tout de même le lecteur :

« [...] Après quoi, il faut armer les chevaux et les cavaliers (όπλιστεον και ἵππού και ἱππεά) de manière à leur épargner, à eux, le plus de blessures possibles et à les mettre en état de nuire le plus possible à l’ennemi. » (Hipp., 1, 6)

8L’extrait de la phrase qui nous intéresse est celui-ci : « il faut armer les chevaux et les cavaliers (όπλιστέον καὶ ἳππού καὶ ἱππεά) ». On sait qu’à Athènes, les cavaliers étaient protégés par une cuirasse assez imposante qui a été décrite d’ailleurs par le même Xénophon dans son Anabase (III, 4,47-48). Mais les sources, quelles qu’elles soient, n’insistent pas sur les protections des chevaux, qui étaient pratiquement inexistantes.

9Par ailleurs, ce court extrait de l’Hipparque se rapproche du chapitre XII de L’Art équestre en ce sens que, dans ces deux cas, Xénophon insiste sur le fait qu’il faut protéger chevaux et cavaliers des dangers provenant de l’ennemi (éviter les dangers dans L’Art équestre : « κινδυνεύειν » ; éviter d’être blessé dans l’Hipparque : occurrence du verbe « τιτρώσκω »).

10Un lien est effectué entre les deux textes, sans que l’on puisse engager une analyse plus fine. Mais il faut confronter ces extraits avec un autre passage de l’Hipparque :

« Une fois les chevaux en état, comment les cavaliers peuvent, à leur tour, acquérir la perfection, c’est ce que je vais exposer. Je conseillerai volontiers à ceux d’entre eux qui sont jeunes d’apprendre tout seuls à sauter à cheval ; mais tu n’aurais pas tort de leur donner quelqu’un pour le leur enseigner. Quant aux plus âgés (Τού γε μὴν πρεσβυτέρου), tu leur rendrais à eux aussi service en les accoutumant à se faire mettre à cheval, les uns par les autres, à la perse. » (Hipp., I, 17)

11Que signifie la mise à cheval à la mode perse ? Un extrait de L’Art équestre nous éclaire sur ce point :

« Il est bon aussi que le piqueur sache mettre le cavalier à cheval à la perse, de façon que non seulement le maître, s’il est un jour indisposé (άρρωστήση) ou s’il prend de l’âge (πρεσβύτερό γίγνηται), ait un homme pour le mettre en selle aisément, mais que, s’il veut être agréable à quelqu’un, il le soit en lui donnant un homme pour le faire monter. » (AE, VI, 12) (traduction Delebecque)

12Le cavalier qui est mis en selle à la perse ne saute pas (utilisation du verbe αναπηδάω, cf. Hipp., I, 17), mais est aidé par quelqu’un au sol qui le « hisse » (verbe αναβάλλω). Le cavalier ainsi mis en selle à la mode perse est d’une part « πρεσβύτερο » et d’autre part « ἄρρωστό ».

13Un détail de la traduction de Delebecque doit être ici revu : il s’agit de cette notion de « πρεσβύτερο », qui ne signifie pas seulement « plus âgé ». Elle peut signifier aussi : « plus expérimenté ». Nous préférons cette seconde traduction, puisque le service dans la cavalerie athénienne est l’objet d’une surveillance des institutions militaires de la cité (notamment dans le cadre de la dokimasie), et qu’une condition physique correcte est exigée. Dans cette perspective en effet, le fait que Xénophon préconise une mise en selle à la perse pour des soldats âgés induit l’idée que ceux-ci sont faibles ou diminués physiquement. Quelles fonctions pourraient en effet avoir ces soldats dans le corps de cavalerie athénien, qui se veut tout de même efficace et potentiellement actif ?

14Si maintenant on considère le terme « ἄρρωστό », qui signifie « faible », « épuisé », mais qui désigne aussi une personne « incapable » ou « impuissante », on reste bloqué devant la même raison. Là encore, hisser un cavalier faible ou épuisé ne convainc pas puisqu’il doit combattre, et donc posséder une bonne condition physique. Cette traduction « d’un cavalier qui prend de l’âge » n’a donc pas de sens.

15Nous sommes donc ici devant un problème technique. Une tentative d’explication peut être apportée si on se réfère encore à la Cyropédie. Un passage de ce roman est en effet éclairant :

« (37) [...] Il y avait là une mêlée confuse de fantassins et de cavaliers lorsqu’un certain soldat, tombé sous le cheval de Cyrus et piétiné, frappe de son coutelas l’animal au ventre ; blessé, le cheval dans ses soubresauts, secoue et désarçonne Cyrus. (38) On eût pu comprendre alors l’importance pour un chef d’attirer l’affection de son entourage : immédiatement ce fut une clameur universelle et une ruée à la bataille. [...] Sautant au bas de sa monture, un des aides de camp de Cyrus l’aide à monter (αναβάλλει) sur son propre cheval. » (Cyrop., VII, 1, 37-38) (traduction Delebecque)

16Ajoutons à cela un passage extrait de l’Anabase :

« Ce pays s’appelait l’Arménie occidentale. Un lieutenant du satrape, Tiribaze, la gouvernait. Ce Tiribaze était devenu le favori du roi, et, quand il était à ses côtés, nul autre que lui ne l’aidait à monter à cheval. » (Anab., IV, 4, 4) (traduction Chambry)

  • 8 On retrouvera le même geste décrit par des auteurs postérieurs, par exemple : « Car à l’instant mêm (...)
  • 9 C. Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de mental (...)

17Nous pourrions considérer que le fait de hisser le roi de Perse sur son cheval est une marque de pouvoir. Ceci est peut-être en effet le cas8. Mais, il faut rappeler que Cyrus ou Artaxerxès combattaient à cheval, et étaient lourdement armés, comme en témoigne la description effectuée par Xénophon dans un passage précédemment cité de la Cyropédie. Les cavaliers ainsi lourdement armés sont dans l’incapacité de monter en selle. Un parallèle peut être dressé avec l’image des chevaliers du Moyen Âge qui étaient hissés sur leurs montures par deux personnes parfois, à cause de la lourdeur de leur armement9. Les chevaliers se trouvaient eux aussi dans l’incapacité physique de se débrouiller seuls. Le terme « άρρωστο » peut être compris ainsi.

18De ce fait, une hypothèse doit être avancée. Dans l’Hipparque, Xénophon insiste sur la nécessité d’une protection pour le cavalier, mais aussi pour le cheval. Par ailleurs, il préconise, pour un cavalier expérimenté (πρεσβύτερό) une mise en selle à la perse, d’autant plus que celui-ci se trouve dans l’incapacité de monter à cheval. Il semblerait donc que dans ce petit traité de Xénophon, l’innovation d’un armement perse, déjà constaté dans le chapitre XII de L’Art équestre, soit apparent.

19Une cavalerie lourde serait donc présente dans le propos de Xénophon. Or, on a vu que les actions militaires présentées dans l’Hipparque, étaient majoritairement de harcèlement ou de reconnaissance. Quelle serait la place, dans ce cas, pour une cavalerie lourde, cataphracte, dont le but est de charger l’ennemi, et ce dans un ensemble tactique athénien qui ne laisse que peu de place à ce schéma ?

LES CAVALIERS DANS L’HIPPARQUE, CHOC OU ESQUIVE ?

  • 10 La thèse d’Aidant du Picq, qui estimait le choc impossible pour des cavaliers de l’Antiquité - parc (...)

20Il faut soulever ici le problème du choc effectué par les cavaliers dans l’Antiquité. L’absence d’étriers limite cette éventualité, puisque lancé à vive allure, le fait de frapper un ennemi avec une lance est difficile : le cavalier tomberait de sa monture10.

  • 11 L.J. Worley, op. cit., revient sur ce problème dans le cadre de son chapitre concernant la cavaleri (...)

21Un choc est effectivement inconcevable pour des cavaliers lancés vers une phalange hoplitique solide. Mais un cavalier lancé à vive allure sur un soldat isolé (monté ou non) peut le frapper sans risquer de chuter, pour peu qu’il maîtrise son assiette11. Par ailleurs, une opération combinant cavaliers et fantassins dans une logique de charge peut être utilisée en ménageant un effet de surprise :

« Si les deux formations peuvent disposer de fantassins (πεζού), j’entends des fantassins dissimulés derrière les cavaliers puis, à l’improviste, débouchant sur le flanc pour engager le combat, je le crois en état d’assurer bien plus fortement la victoire ; car je constate que la surprise si elle est heureuse, augmente le charme, mais augmente la terreur si elle est fâcheuse. » (Hipp., VIII, 19)

22Se pose aussi la question de l’armement offensif utilisé. Il convient ici d’être très prudent devant ce que nous offrent les sources. Précisément, la description de cet armement offensif par Xénophon n’est pas claire. Tantôt il évoque l’usage d’une lance :

« N’oublions pas d’indiquer en passant le meilleur moyen d’empêcher les lances (δόρατα) de s’entremêler », (Hipp., III, 3)

23Tantôt il préconise un armement plus pratique constitué de deux javelots de cornouiller :

« Au lieu d’une lance à longue hampe, en soi fragile et peu maniable, nous recommandons plutôt les deux javelots de cornouiller. [...] Il est possible d’(en) employer un vers l’avant, les flancs et les arrières ; ils sont en même temps plus solides que la lance et plus maniables. » (AE, XII, 12) (traduction Delebecque)

24Aussi, un javelot, utilisé comme une pique, peut permettre quelques actions rapprochées. Peut-être aussi l’usage d’un javelot plutôt qu’une lance permet-il au cavalier une meilleure stabilité. Quoi qu’il en soit, la méfiance est de rigueur devant cette question, d’autant plus qu’un passage de L’Art équestre tend à brouiller les pistes :

« Puisqu’il faut pousser de toutes ses forces son cheval en terrain varié tout en conservant une assiette et savoir bien se servir monté de ses armes, on approuve, là où se trouve une contrée propice et giboyeuse, la pratique de l’équitation par les chasses. Là où il n’y en a pas, un bon exercice aussi est d’aligner deux cavaliers : l’un s’échappe à cheval en terrains variés et fuit en retournant la lance (δόρυ) derrière lui ; l’autre prend la chasse, avec des javelots (ακόντια) mouchetés et une lance (δόρυ) arrangée de même ; arrivé à portée de trait, il lance les javelots mouchetés sur le fuyard ; à portée de lance, il en frappe l’adversaire attrapé. » (AE, VIII, 10)

25Le cadre agonistique est ici clairement établi, grâce d’une part à l’utilisation d’un champ sémantique se rapportant à l’univers de la chasse, et d’autre part par la nature même de l’exercice opposant deux cavaliers d’égale valeur. De ce fait, Xénophon ne décrit pas une action guerrière. Mais ici, la lance est bien l’arme qui sert à frapper l’ennemi.

26Quoi qu’il en soit - et quel que soit l’armement offensif utilisé, Xénophon considère qu’un affrontement entre deux groupes de cavaliers peut aboutir à un choc de moyenne ampleur :

« (17) Si jamais il arrive que l’on combatte contre une force égale de cavaliers, il ne serait pas trop mauvais, je crois, de diviser chaque escadron en deux unités, le phylarque emmenant l’une, et le cavalier possédant la meilleure réputation d’excellence l’autre, (18) ce dernier suivant quelque temps derrière l’unité du phylarque et, une fois les adversaires de force égale à proximité, sur un ordre transmis de bouche en bouche, déboîtant pour charger l’ennemi ; car c’est ainsi, je crois, que l’on aura plus d’aptitude à frapper l’ennemi de terreur et qu’on lui portera de plus rudes coups. » (Hipp., VIII, 17-18)

27Une telle combinaison joue sur l’effet de surprise, mais aboutit très vraisemblablement à un choc. Un passage du chapitre III est intéressant à ce propos :

« (11) Il est beau encore, au cours de l’anthippasie, où les escadrons se poursuivent et se fuient en galopant, que, les hipparques étant à la tête de leurs cinq escadrons, les deux groupes soient traversés l’un par l’autre. Un tel spectacle fait voir la fougue d’une charge de deux fronts de cavaliers l’un contre l’autre, le caractère imposant d’une traversée de l’hippodrome suivie d’un arrêt face à face (12) et la beauté de cavaliers fonçant d’un galop plus rapide au signal de la trompette. Après l’arrêt, il est bon, pour la troisième fois encore, au signal de la trompette, de foncer les uns contre les autres au galop le plus allongé, de se traverser en vue de la fin de manoeuvre en se formant alors tous en bataille, selon votre habitude, et de charger en direction du Conseil. (13) Il me semble qu’une telle manoeuvre donnerait un plus grand air de guerre et de nouveauté. » (Hipp., III, 11-13)

28Nous sommes ici dans un cadre religieux et agonistique (en l’occurrence la fête des Panathénées), où les cavaliers démontrent leur force devant les Athéniens, en effectuant diverses manoeuvres, dont l’exercice de l’anthippasie que Xénophon décrit dans ce passage. Celui-ci démontre qu’une charge de cavalerie était possible. Le choc n’est pas évoqué ici, et pour cause, puisque ce sont des simulations, destinées à impressionner la foule. Dans ce cadre, il y a esquive, naturellement pour éviter des accidents fâcheux durant la démonstration. Mais la volonté de choc est ici présente.

29Entre choc et esquive, entre affrontement et harcèlement, Xénophon semble alors hésiter devant deux schémas tactiques. Nous avons dit précédemment que les actions militaires évoquées dans l’Hipparque étaient majoritairement de harcèlement. Mais, nous avons constaté d’une part la possible présence d’une cavalerie lourde et d’autre part certaines actions de choc, parfois simulées, mais qui incitent à s’interroger sur les conceptions tactiques de Xénophon.

ESSAI D’INTERPRÉTATION

30Il semble alors possible d’avancer un essai d’interprétation.

  • 12 La réalité est naturellement beaucoup plus complexe. La phalange hoplitique n’est évidemment pas l’ (...)

31On sait que, durant l’époque classique, les cavaliers athéniens, issus de l’élite financière de la cité, se trouvent en quelque sorte marginalisés sur le champ de bataille, au détriment de la figure dominante et symbolique qu’est l’hoplite. Cet hoplite concentre en lui toutes les valeurs militaires et morales nécessaires au bon citoyen athénien, et notamment le fait d’affronter directement l’ennemi, sans esquive et avec courage12.

32Pour tenter de cerner les conceptions de Xénophon sur ce point, il est nécessaire de faire encore un détour par la Cyropédie, qui peut permettre de comprendre la démarche de l’auteur.

  • 13 Traduction Bizos.

33La structure de ce roman est marquée par trois étapes dans la création de la cavalerie de Cyrus. Dans les premiers chapitres de l’ouvrage en effet, les soldats perses sont présentés pas Xénophon comme étant des fantassins légers, possédant des armes de jet, utilisant surtout la tactique de harcèlement. Mais Cyrus va vite modifier l’armement des Perses pour qu’ils puissent combattre au corps à corps, à la manière des hoplites, ce qui va augmenter leurs chances de réussite, notamment lors de la guerre contre les Assyriens (II, 1, 8-20). L’intérêt réside dans la troisième étape : Cyrus va encore modifier ces pseudo-hoplites lorsqu’il se pose cette question : « quels ennemis auraient peur de s’approcher de nous et de nous faire mal, archers, lanceurs de javelot ou cavaliers, sachant pertinemment qu’ils ne risquent pas plus d’être malmenés par nous que par les arbres qui poussent ici ? » (Cyrop., IV, 3, 5)13.

  • 14 Le lien entre hoplites et cataphractaires avait été effectué par un archéologue lors d’une fouille (...)

34Ainsi, pour augmenter la potentialité et l’efficacité de son armée perse, Cyrus crée une cavalerie. Les Perses, passés de l’infanterie légère à l’infanterie lourde, se transforment alors en cavaliers, tout en gardant ce caractère cuirassé. Il est intéressant de constater alors que Xénophon considère les cavaliers lourdement armés, les cataphractes, comme des cavaliers « hoplitisés », pouvant charger et frapper l’ennemi de près14.

  • 15 La figure du peltaste en est l’exemple le plus patent.

35Aussi, devant le récit de la création de ce corps cataphracte, Xénophon tente de réhabiliter la cavalerie, qui ne possède plus la seule fonction de harceler l’ennemi. En s’intéressant aux cavaliers cataphractes, et en insistant sur la possibilité d’une charge suivie d’un choc, on peut avancer l’hypothèse que Xénophon, dans la Cyropédie, mais aussi dans l’Hipparque, dresse un projet idéologique destiné à mettre sur le même plan moral et militaire le cavalier et l’hoplite. Avec un paradoxe : préconiser un alourdissement de la cavalerie athénienne pour augmenter son effectivité lors d’un choc va à l’encontre des évolutions techniques et tactiques du IVe siècle, en ce sens qu’on assiste alors à un certain allègement de l’armement, qui favorise une meilleure mobilité des troupes15.

  • 16 À la fin du XIXe, siècle, A. Martin, dans un ouvrage fondamental intitulé Les Cavaliers athéniens ( (...)

36Mais au-delà d’une préoccupation strictement militaire, la marque d’une revendication sociale de type aristocratique peut aussi être avancée16 : avec les innovations présentées dans l’Hipparque, le cavalier d’Athènes peut devenir un combattant « hoplitisé », en ce sens que, lourdement armé et avançant vers le choc - oubliant donc sa fonction de harcèlement-, il assoit son prestige moral, en légitimant ainsi sa place dans la cité.

Notes

1 C. Guischard, Mémoires militaires sur les Anciens. Ou idée précise de tout ce que les Anciens ont écrit relativement à l’art militaire, t. 1, Bruxelles, 1762.

2 Id., p. 61 sq. (l’orthographe est modernisée).

3 J.K. Anderson, Ancient Greek Horsemanship, Berkeley-Los Angeles, 1961 ; I.G. Spence, The Cavalry of Classical Greece, Oxford, 1993 ; L. J. Worley, Hippeis, The Cavalry of Ancient Greece, Oxford-San Francisco, 1994.

4 L’hoplite apparaît en effet comme un modèle guerrier durant la période classique. Cf. V. D. Hanson, Le modèle occidental de la guerre, Paris, 2e édition, 2001.

5 I.G. Spence, op. cit., p. 60-65.

6 S.W. Hirsch, The Friendship of the Barbarians. Xénophon and the Persian Empire, Hanovre-Londres, 1985.

7 Ε. Delebecque pense que ce traité a été rédigé entre 360 et 355 : cf. Notice à la traduction de l’Hipparque, Paris, Les Belles Lettres, 1973, p. 20.

8 On retrouvera le même geste décrit par des auteurs postérieurs, par exemple : « Car à l’instant même où ce dernier venait à mourir en Cilicie, un soldat qui de sa main droite aidait Julien à monter à cheval (lapso milite equo dextra manu erexit) glissa et tomba de tout son long ; Julien s’écria aussitôt - et beaucoup de gens l’entendirent - que celui qui l’avait élevé jusqu’au plus haut sommet était tombé. » (Ammien Marcellin, XXII, 1, 2 [traduction CUF]). Hisser un Empereur sur son cheval apparaît bien comme un geste symbolique. Voir aussi Tite-Live, VI, 24,5 ; XXXI, 37, 10 ; XXV, 36,8 ; Plutarque, Crassus, 31, etc.

9 C. Gaier, « La cavalerie lourde en Europe occidentale du XIIe au XVIe siècle. Un problème de mentalités », dans C. Gaier, Armes et combats dans l’univers médiéval, Bruxelles, 1995, p. 299-310 et particulièrement p. 303.

10 La thèse d’Aidant du Picq, qui estimait le choc impossible pour des cavaliers de l’Antiquité - parce que ceux-ci ne connaissaient pas l’usage des étriers-, a été contestée depuis quelques décennies, et notamment par P. Vigneron, dans Le cheval dans l’Antiquité (t. 1-2, Nancy, 1968) : « Certes, un cavalier dépourvu d’étriers ne peut subir, sans être désarçonné, des chocs très violents. Mais il faut remarquer que la brutalité du choc dépend, en grande partie, de la résistance de l’obstacle que le cavalier heurte de sa lance. S’il s’agit, comme dans les tournois médiévaux, d’un adversaire calé dans sa selle à arçons surélevés et solidement appuyé sur de larges étriers, le choc sera d’une grande violence. Mais ce n’est pas le cas dans l’Antiquité où s’affrontent des cavaliers également menacés dans leur équilibre. Certes il ne faut pas un coup de lance extrêmement brutal pour qu’un cavalier antique morde la poussière. Mais inversement, le choc nécessaire pour que cet homme soit abattu est assez faible pour que l’agresseur, avec un peu de chance et beaucoup de maîtrise équestre parvienne à sauvegarder son propre équilibre. Car un bon cavalier montant sans étriers peut parfaitement faire face à un choc de moyenne violence par l’excellence de son assiette [...]. Entre deux cavaliers sans étriers, un tournoi est donc parfaitement concevable [...] Si l’infanterie n’est qu’une piétaille sans cohésion, le cavalier, même dépourvu d’étriers, attaquera par le choc des hommes dispersés. » (p. 239-240).

11 L.J. Worley, op. cit., revient sur ce problème dans le cadre de son chapitre concernant la cavalerie archaïque (p. 21-58) : grâce à l’analyse combinée des représentations figurées et de certains textes, il paraît clair que « the direct assault or use of shock against one’s enemy was a tactical option for the Archaic heavy cavalryman. This probably occurred most often in cavalry-versus-cavalry battles » (p. 48).

12 La réalité est naturellement beaucoup plus complexe. La phalange hoplitique n’est évidemment pas l’argument tactique principal, surtout au IVe siècle. Cependant, l’idéologie athénienne insiste sur l’importance de l’hoplite, figure symbolisant la démocratie et l’exaltation du courage guerrier. Nous possédons un écho de cette conception dans un dialogue platonicien :
« Lachès [...] quand un soldat reste à son poste et tient ferme contre l’ennemi au lieu de fuir, sache que cet homme est un brave.
Socrate [...] Mais cet autre qui, au lieu de tenir, se bat tout en reculant ? [...] Comme les Scythes, par exemple, qui combattent aussi bien, dit-on, en reculant qu’en poursuivant. [...]
Lachès [...] (Ce sont) des cavaliers. Leur cavalerie combat ainsi, et l’infanterie grecque comme je l’ai dit. » (Lachès, 191 a-b) (traduction Croiset)
L’assimilation du cavalier au Scythe (figure du barbare par excellence) lui confère une certaine infériorité militaire.

13 Traduction Bizos.

14 Le lien entre hoplites et cataphractaires avait été effectué par un archéologue lors d’une fouille sur une île de la mer d’Aral. B. Rubin, « Die Entstehung der Kataphraktenreiterei im Lichte der chorezmischen Ausgrabungen », Historia, 4, 1955, p. 264-283. L’auteur de l’article pense que la possible existence d’une cavalerie cataphracte au VIe siècle sur cette île aurait pu influencer la constitution progressive de la phalange hoplitique. L’hypothèse est séduisante mais délicate. Quoi qu’il en soit, Xénophon use de ce lien, mais inversé : l’hoplitisme serait à l’origine de la cavalerie lourde de Cyrus.

15 La figure du peltaste en est l’exemple le plus patent.

16 À la fin du XIXe, siècle, A. Martin, dans un ouvrage fondamental intitulé Les Cavaliers athéniens (Paris, Thorin, 1887), terminait son propos en dressant un portrait-type de l’aristocrate athénien, et constatait ceci : « La cavalerie est, par certains côtés, une troupe permanente dans l’armée athénienne ; comme l’instruction est longue et des plus difficiles, les hommes sont convoqués fréquemment. Les aristocrates qui sont dans la cavalerie ont donc entre eux plus de rapports que ceux qui sont dans les hoplites ; ils sont en outre moins nombreux ; ils forment une élite ; ils appartiennent presque tous à la haute aristocratie [...]. Il s’établit facilement entre tous les cavaliers une confraternité, une camaraderie, un véritable esprit de corps. [...] C’est à qui montrera les plus vivement son opposition contre l’ordre des choses établies, et affichera le plus ouvertement son mépris pour le peuple » (p. 526). Presque considérée comme une caste, un corps militaire extrêmement fermé, la cavalerie athénienne développe ses propres aspirations ; les innovations de Xénophon s’ancrent dans cette perspective.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search