Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dialogue militaire entre Anciens et Modernes

 | 
Jean-Pierre Bois

Avant-propos

Jean-Pierre Bois

Texte intégral

1Il est devenu banal d’en faire l’observation : l’histoire militaire est en renouveau. Inexistante, ou plus ou moins confondue avec l’histoire générale, aussi longtemps que celle-ci se confondait avec des chroniques narratives événementielles, auxquelles le fait militaire apportait les grandes figures et une chronologie, puis abandonnée pendant plus d’un siècle aux officiers, elle s’était appauvrie. Réduite au XIXe siècle aux mémoires que de nombreux généraux consacraient aux campagnes qu’ils avaient conduites, ou à des études consciencieuses et exclusivement descriptives qu’écrivaient des officiers de garnisons, en même temps institutionnelle, prolixe sur les règlements, les uniformes, les histoires régimentaires, l’histoire militaire devenue, schématiquement, cette histoire bataille si fortement décriée depuis un demi-siècle, visait à la gloire ou la mémoire plus qu’à l’histoire proprement dite. Les officiers formés dans les écoles militaires ne recevaient eux-mêmes qu’un contact superficiel avec une histoire née pour eux le 2 décembre 1805. Dans la première moitié du XXe siècle, hostiles à l’étude des grands destins individuels et peu capables de rendre à la guerre son rôle réel dans l’histoire des relations internationales ou plus généralement de la construction de l’État sinon même des sociétés et de l’essor des civilisations, les Universités ont récusé l’histoire militaire.

2Le renouveau est venu de l’École spéciale militaire aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il semblait enfin nécessaire de comprendre pourquoi trois fois de suite les armées françaises avaient subi de redoutables échecs devant leurs agresseurs allemands. Émile Georges Léonard a été le pionnier, auquel est due l’ouverture de la curiosité partagée des officiers et des universitaires sur l’histoire militaire de l’époque moderne, avec en particulier des débats théoriques particulièrement riches, et sur l’histoire des militaires comme corps social, ayant ses règles, en même temps qu’une place entière dans la société dont, au fond, l’armée est une image assez fidèle. Le renouveau de l’histoire militaire a suivi, en plusieurs vagues. Un premier temps, sous la haute direction d’André Corvisier, a vu de grands travaux d’histoire sociale des militaires, avec des ouvertures institutionnelles qui en sont le complément indispensable. Un second temps, en quelque sorte sur les pas de John Keegan, a été celui de la révolution de l’histoire bataille. Le fait militaire en cet instant de transcendance du destin des militaires a été entièrement revisité, débar rassé de son aspect anecdotique ou superficiel, et rendu à l’histoire générale des États et des nations. Geoffrey Parker, inventeur de la Révolution militaire de l’époque moderne, défend même la thèse de la conjonction de l’essor de l’Europe et des mutations de ses armes, entre Moyen Âge et époque moderne. Après l’étude des hommes et celle des événements, un troisième chantier de l’histoire militaire a été plus récemment ouvert avec une étude de la pensée, tactique ou stratégique, opérationnelle ou élevée au niveau de l’articulation entre stratégie et politique. Avec Hervé CoutauBégarie, avec la Commission française d’Histoire militaire, les universitaires ont commencé à ouvrir et à lire les traités des théoriciens militaires.

3Les Universités, un peu sous la houlette de Paris IV et de Montpellier III, ont, dans ses trois moments, encadré cette renaissance d’une histoire désormais accompagnée par les grandes institutions historiques militaires, Service Historique de l’Armée de Terre, puis des autres armes, et Centre d’Études d’Histoire de la Défense au premier rang. Parmi les acteurs plus discrets de l’histoire militaire universitaire actuelle, deux universités de province se sont rencontrées, et ont confronté et associé les travaux de leurs jeunes équipes de recherches. L’université de Nantes, avec le Centre de Recherche en Histoire Internationale et Atlantique dont l’un des axes de recherches, Défense, Guerre et Société en Europe, étend ses travaux à toutes les périodes de l’histoire, mais a particulièrement privilégié la période moderne. L’université d’Artois avec le CRUSUDMA, a ajouté l’histoire militaire au champ de ses recherches en Histoire ancienne, grecque et romaine.

4Les deux universités pouvaient ainsi se rejoindre pour animer ensemble un dialogue militaire entre Antiquisants et Modernistes, double journée d’études, organisée à la fois à Nantes, le 23 mars 2001, et à Arras, le 30 mars suivant. Ces deux journées ont été l’occasion pour quelques spécialistes reconnus, mais aussi et surtout pour de nombreux jeunes chercheurs issus des deux Centres de recherches de se retrouver autour des historiens militaires anciens et des théoriciens en tactique ou stratégie moderne, et de transformer le débat en Dialogue militaire entre Anciens et Modernes. Car les Modernes, attachés à résoudre le problème des blocages de la guerre qui se pose à eux, et en particulier parce qu’ils ne sont plus convaincus que l’arme à feu est vraiment supérieure à l’arme blanche, cherchent dans l’histoire de la phalange macédonienne et celle de la légion romaine les modèles qui leur manquent. Ils étudient leur histoire, puis les textes des théoriciens antiques sur l’organisation ou le commandement militaire. Ils lisent des ouvrages en général retrouvés depuis la Renaissance, y ont trouvé les fondements de leur science, mais aussi l’occasion d’évoquer, comme tels, des aspects spécialisés des batailles et de la guerre antique, qui ont très généralement fourni des études de cas pour les officiers généraux de l’époque moderne, qui s’interrogent sur les vertus de la pique dans une époque ou le feu individuel semble avoir atteint ses limites. Leuctres ou Cannes, Epaminondas et les Romains, de Fabius à César, l’infanterie romaine ou les cavaleries barbares, tout est remis en perspective par des auteurs qui traduisent Polybe ou Végèce, Onosander ou Frontin... Le millénaire médiéval est effacé dans cette enquête historique théorique, dont certains aspects constituent le contenu des études ici présentées. Il ne s’agit pas que de lire les auteurs, ici Onosander et Xénophon, Machiavel et Turpin de Crissé, mais aussi d’entrer dans les armes et les batailles, pour retrouver au fond ce que les uns et les autres appellent l’art de la guerre.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540