Version classiqueVersion mobile

Relations internationales et stratégie

 | 
Frédéric Bozo

Quatrième partie. De l'après-guerre froide à la guerre contre le terrorisme

Stratégie et diplomatie des États-Unis depuis le 11 septembre 2001

Yves-Henri Nouailhat

Texte intégral

1La période de « l’après-guerre froide » a bouleversé les conditions de l’environnement stratégique des États-Unis. Toutefois, les dirigeants américains restent un certain temps dans l’incertitude quant au rôle que Washington devrait jouer dans ce nouveau contexte.

STRATÉGIE ET DIPLOMATIE DES ÉTATS-UNIS À LA VEILLE DU 11 SEPTEMBRE

  • 1 Gary J. Schmitt, « La stratégie de sécurité nationale de l’administration Bush » in Guillaume Parm (...)

2Depuis 1989, l’Amérique est la seule superpuissance du monde mais ses responsables ne semblent pas pressés de mettre au point une nouvelle doctrine stratégique correspondant à cette situation. Pourtant, en 1992, un document intitulé Defense Policy Guidance, émanant du département de la Défense, s’efforce d’exposer une stratégie donnant aux États-Unis un « leadership mondial » face à « la situation fondamentalement nouvelle créée par l’effondrement de l’Union soviétique ». Ce document, qui en réalité n’est jamais devenu officiel, préconise l’utilisation de la suprématie américaine pour empêcher l’émergence d’une nouvelle superpuissance rivale et réduire toutes les sources d’instabilité internationale1. Cependant, l’opinion publique aspire à « un retour à la normale » après les efforts consentis pendant l’époque de l’affrontement avec l’URSS. Les milieux politiques sont alors également hostiles à une politique extérieure interventionniste. Les conservateurs républicains ont du mal à estimer que l’intérêt national nécessite l’utilisation de la puissance américaine. Pour la plupart d’entre eux, l’Amérique n’est soumise à aucune menace extérieure sérieuse et doit donc « rentrer chez elle ».

3Il faut cependant préciser que le fait pour les États-Unis de ne pas avoir de vision stratégique précise de leur nouveau rôle dans le monde ne signifie pas qu’ils soient restés inactifs. On peut ainsi rappeler un certain nombre d’interventions montrant que l’Amérique se comportait en superpuissance mondiale, au Proche-Orient, en Irak, en Somalie, à Haïti, au Panama, au Kosovo, etc. On peut également rappeler que, bien avant l’entrée en fonction du président George W. Bush en 2001, Hubert Védrine, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement Jospin qualifiait déjà les États-Unis d’« hyperpuissance ».

  • 2 Art. cité, p. 268.

4Pour justifier le rôle joué de fait par l’Amérique sur le plan mondial, les néoconservateurs ont préconisé que les États-Unis assument plus consciemment leurs responsabilités de leader mondial au nom de la défense de la « zone de paix démocratique » et étendent cette zone de paix dans la mesure du possible. Dans la mesure où les États-Unis constituent la première puissance économique et militaire du monde et ou la plupart des autres grandes puissances du monde sont à la fois leurs alliés et des démocraties libérales, une occasion se présentait pour « faire du monde un lieu de paix et de prospérité accrues pour une période durable »2.

  • 3 Ibid., p. 269.

5Cependant, les Américains dans leur grande majorité, s’intéressaient peu aux affaires extérieures et pensaient que l’heure était à la « pause stratégique » – formule utilisée dans les années 1990 par des spécialistes de la sécurité, convaincus que l’unique superpuissance de la planète peut se concentrer sur ses problèmes internes et renforcer ses capacités pour l’éventualité de l’apparition d’un nouvel adversaire majeur. Ainsi, en 1997, le National Defense Panel – instance créée par le Congrès – critique la Quadriennal Defense Review rédigée par le Pentagone parce qu’il prévoit de maintenir une armée capable de mener en même temps deux guerres majeures à l’extérieur. Cette option est considérée par le National Defense Panel comme un vestige d’une « façon de penser datant de la guerre froide »3.

6Sous la présidence Clinton, les États-Unis cherchent à utiliser leur puissance politique et militaire pour guider le processus de démocratisation et d’intégration économique constituant la mondialisation. Le multilatéralisme est pratiqué pour renforcer d’anciens liens et attirer de nouveaux États au sein de la communauté démocratique.

7Avant 2001, il y a bien eu quelques menaces contre le territoire américain, mais elles paraissent trop lointaines pour justifier une action. Le programme de bouclier antimissile se développe de façon limitée et hésitante, dans les limites fixées par le traité antimissile balistique (ABM).

8De même la restructuration de l’armée américaine et l’investissement dans les capacités d’innovation restent assez modestes. Les forces américaines issues de la guerre froide sont considérées comme plus ou moins adéquates et autorisent des réductions de dépenses.

  • 4 Camille Grand, « La défense antimissile : un nouveau paradigme ? », Politique étrangère, 4/2001, p (...)

9Dès son arrivée à la Maison Blanche en janvier 2001, George W. Bush a relancé avec vigueur le projet déjà ancien du bouclier antimissile visant à protéger le territoire américain contre le lancement de missiles balistiques. Rebaptisé Missile Defense, ce programme est érigé en priorité par l’administration républicaine qui l’estime indispensable pour assurer la défense du territoire américain face à la prolifération des armes de destruction massive et des missiles. Le 1er mai de cette même année, Bush réaffirme devant la National Defense University son intention de doter les États-Unis d’une défense antimissile réunissant les programmes de défense stratégique et de théâtre. Un tel système permettrait théoriquement de « sanctuariser » le sol américain mais aussi celui des alliés qui accepteraient le bouclier, face au lancement, accidentel ou volontaire, de missiles balistiques en provenance de pays hostiles ou de groupes terroristes. Les attentats du 11 septembre ont fait passer la MD au second plan du débat aux États-Unis, mais elle n’en demeure pas moins à la fois l’une des réponses au sentiment de vulnérabilité et l’un des outils technologiques le mieux adapté au défi de la prolifération balistique4.

10En dépit de difficultés techniques qui ont entraîné des retards dans la phase des tests, la construction des premiers silos de missiles débute le 15 juin 2002 à Fort Creely. D’autres doivent être installés à Vanbenberg, en Californie. Les tests d’interceptions réalisés en 2001 et 2002 ont été réussis, sauf celui du 11 décembre 2002. Des frégates munies du système Aegis doivent également être déployées avant la fin de 2005.

  • 5 Sabine Lavorel, La politique de sécurité des États-Unis sous George W. Bush, Paris, L’Harmattan, 2 (...)
  • 6 Yves Boyer, « La puissance militaire américaine », in Questions internationales, n° 3, septembre-o (...)

11Malgré la volonté de l’administration Bush et le soutien du Congrès qui a voté le 10 octobre 2002 une augmentation de 37 % des crédits alloués à la défense antimissile pour 2003, l’objectif de « sanctuariser » l’espace nord-américain est encore loin d’être atteint. En effet, le projet présente des difficultés techniques et le coût financier risque d’être beaucoup plus élevé que prévu5. Les projets actuels prévoient le déploiement d’un système capable de protéger les États-Unis contre cinq ogives d’ici 2005 et contre quinze d’ici 2015. Le système américain de MD est conçu comme un système de défense antimissile non nucléaire basé au sol utilisant des interceptions de type « hit to kill » placés en silo, des systèmes d’alerte avancée placés au sol ou en orbite et un système de gestion de la bataille6.

12La dénonciation unilatérale du traité ABM par les États-Unis le 13 décembre 2001 a été critiquée par certains observateurs comme une remise en cause des efforts déployés depuis plusieurs décennies en vue de mieux réaliser la maîtrise des armements. Un nouveau traité de réduction des deux tiers des armements stratégiques d’ici 2012 a par contre été signé entre les États-Unis et la Russie le 24 mai 2002. Ce traité laisse toutefois d’importantes marges de manœuvre aux deux États : les têtes nucléaires pourront être soit détruites, soit simplement stockées en vue d’une éventuelle remise en service ultérieure.

L’IMPACT DU 11 SEPTEMBRE

13Pendant la campagne électorale précédant l’élection présidentielle de novembre 2000, il n’avait pas été question de la menace terroriste d’Al-Qaida. Le candidat Bush et ses principaux conseillers avaient été toutefois informés du danger représenté par Ben Laden avant même l’élection. En effet, au début du mois de septembre 2000, des spécialistes du renseignement et de l’antiterrorisme de la CIA rencontrent George W. Bush, alors gouverneur du Texas et candidat à la présidence, dans son ranch de Crawford, au Texas. Après l’élection et la décision de la Cour Suprême le 12 décembre, le directeur de la CIA Tenet et certains de ses collaborateurs transmettent les informations qu’ils possèdent sur le terrorisme à George W. Bush et à ses conseillers.

  • 7 11 septembre. Rapport de la commission d’enquête. Rapport final de la Commission nationale sur les (...)
  • 8 Ibid., p. 255.

14Bien que le responsable de l’antiterrorisme Richard Clarke ait insisté sur le fait « qu’Al-Qaida ne représentait pas un enjeu terroriste mineur », aucune réunion du comité d’état-major sur la menace Al-Qaida n’eut lieu avant le 4 septembre 20017. Une directive présidentielle sur l’action à mener contre l’organisation de Ben Laden est encore en préparation lorsque survient le 9 septembre l’assassinat de Massoud, chef de l’Alliance du Nord en Afghanistan, puis les attaques deux jours plus tard contre le World Trade Center et le Pentagone8.

15À partir du 11 septembre, des mesures sont prises pour faire face au danger terroriste : rappel des réservistes, mise sur écoutes de personnes suspectes, détention de suspects potentiels, création d’un ministère de la Sécurité intérieure (Homeland Security).

  • 9 Cité par Michael Hirsh, « Bush and the World », Foreign Affairs, septembre-octobre 2002, p. 19.

16Presque aussitôt après les attentats, le gouvernement américain fait savoir qu’il met sur le même plan les terroristes et les États qui les abritent. Il indique son intention de s’en prendre non seulement aux États où sont implantés des réseaux terroristes mais également à ceux qui fabriquent des armes prohibées. Dès le 26 septembre, Bush prévient : « ou vous êtes avec nous, ou vous êtes du côté des terroristes »9.

17Aux États-Unis mêmes, la guerre a rendu sa primauté à la politique étrangère. Lors de sa campagne électorale pour les élections présidentielles, George W. Bush n’avait prononcé qu’un seul discours de politique étrangère. Désormais, celle-ci prend la première place. Dans un premier temps, les attentats ont paru déboucher sur un regain de multilatéralisme. Mais, rapidement, les dirigeants américains ont décidé de ne pas être ralentis par les réserves ou les arrière-pensées de leurs partenaires. L’administration entend placer la sauvegarde des intérêts nationaux au-dessus des contraintes politiques et juridiques internationales. La formule « multilateralist if possible, unilateralist when necessary » résume bien cette position.

  • 10 Pierre Melandri, « Le terrorisme, voilà l’ennemi : Les attentats et la politique étrangère des Éta (...)
  • 11 Ibid.

18C’est la réapparition d’un National Security State (un État dont la sécurité nationale est la grande priorité) comme au temps de la guerre froide10. La CIA et les services secrets sont renforcés. Le Congrès vote à une quasi-unanimité une résolution donnant au président et à ses ministres tous les pouvoirs nécessaires pour la protection du pays. Un peu plus tard, l’USA Patriot Act permet de supprimer l’habeas corpus pour les étrangers11.

LE RENFORCEMENT DE L’OUTIL MILITAIRE

  • 12 Étienne de Durand, « Révolution dans les affaires militaires : révolution ou transformation », Hér (...)

19L’arrivée au pouvoir de l’administration Bush avait entraîné une véritable « révolution stratégique » en fonction du nouveau concept de « révolution dans les affaires militaires » (RMA). Dès mars 2001, le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld engage un plan de réformes visant à accroître les capacités de projection des forces et d’action à distance12.

20Le Quadriennal Defense Review, mis en chantier dès l’arrivée au pouvoir de la nouvelle équipe, est publié moins de trois semaines après les attentats du 11 septembre 2001. Ce document traduit la volonté de transformer de manière sélective les capacités militaires américaines afin de pouvoir répondre à tous les types de menace. Il est complété le 9 janvier 2002 par la Nuclear Posture Review qui précise la doctrine d’emploi des armements stratégiques. Désormais, l’arme nucléaire vise non seulement à dissuader une attaque nucléaire, chimique ou bactériologique mais aussi à pallier à une défaite des forces conventionnelles américaines dans la défense d’intérêts vitaux. Un document publié le 10 décembre 2002 par la Maison Blanche prévoit expressément l’utilisation préemptive de la force armée contre tout ennemi disposant d’armes de destruction massive et souligne la détermination de Washington à employer tout moyen, y compris nucléaire, pour riposter à une attaque du territoire américain ou de troupes américaines stationnées à l’étranger.

  • 13 David C. Gompert, « La transformation de l’appareil militaire américain », in Guillaume Parmentier(...)
  • 14 Ibid., p. 237.

21Les augmentations successives des budgets du département de la Défense témoignent de la volonté de transformer l’armée. Dès décembre 2001, les forces américaines ont décidé l’acquisition de nouveaux matériels : sous-marins stratégiques armés de missiles de croisière Tomahawk, engins sans pilote, détecteurs, ordinateurs et d’une façon générale, les systèmes de communication. Le budget annuel de la défense aux États-Unis a été augmenté de façon spectaculaire, passant en cinq ans de 300 milliards de dollars à environ 400 milliards en dollars constants. À ce chiffre, il convient d’ajouter les 40 milliards de dollars consacrés à la sécurité du territoire13. Ainsi, « le fossé se creuse entre les capacités militaires des États-Unis et celles des autres pays. En 1998, les sommes que les États-Unis consacraient à leur défense équivalaient à celles des cinq autres « grandes » puissances réunies – Union européenne, Russie, Japon, Inde et Chine »14. Les attaques du 11 septembre entraînèrent une augmentation du budget de la défense d’un peu plus de 25 % par an en dollars courants. Les sommes investies dans la recherche, le développement et l’acquisition de matériel s’accroissent plus vite que dans les autres pays. Une part très importante du budget de la défense américaine est consacrée aux forces expéditionnaires. Ainsi, la supériorité des États-Unis s’accroît.

22En outre, les unités sont réduites pour devenir plus modulaires. La seconde guerre du Golfe en 2003 contre Saddam Hussein a été menée avec des troupes deux fois moins nombreuses que pour la première en 1991. Toutefois, les opérations de « stabilisation » qui ont suivi la chute du régime de Saddam Hussein ont exigé plus d’hommes que prévu sur le terrain. L’idée que la transformation de l’armée américaine permettrait à l’Amérique d’alléger ses forces tout en augmentant ses capacités se trouve donc partiellement remise en cause.

  • 15 Gary J. Schmitt, art. cité, p. 284.
  • 16 Ibid.

23Par ailleurs, même si les forces militaires des États-Unis sont gigantesques, elles semblent encore trop limitées pour mener à bien les responsabilités mondiales que s’est assigné le pays. Le secrétaire à la Défense Rumsfeld pensait que les forces armées transformées et modernisées seraient capables d’en faire plus avec moins d’effectifs. Malgré l’augmentation des dépenses, « il manque toujours des fonds pour financer l’entraînement, la restructuration et la transformation de l’armée voulue par le Pentagone »15. En outre, « les dépenses d’équipement sont encore inférieures de quelque 20 milliards de dollars à ce qui est nécessaire pour couvrir les besoins actuels et à venir »16. Pourtant, le pourcentage du produit intérieur brut absorbé par les dépenses militaires ne dépasse pas 3,5 %, ce qui reste nettement au-dessous du pourcentage de l’époque de la guerre froide.

24Le fossé qui grandit entre la puissance militaire et celle des autres pays s’accompagne d’une divergence croissante en matière de concepts opérationnels, ce qui rend plus difficile une coopération avec des forces alliées qui n’ont pas les technologies et les systèmes de communication. La transformation des forces armées renforce ainsi leur autonomie. On peut ajouter que l’administration Bush n’a guère confiance dans les alliances officielles ni dans les organisations multilatérales et qu’elle préfère la mise sur pied de coalitions en fonction des circonstances.

L’UNILATÉRALISME ET LA « PRÉEMPTION »

25L’unilatéralisme s’exprime d’abord sur le plan commercial avec l’adoption de mesures protectionnistes, notamment sur les produits en acier en mars 2002. Les aides fédérales aux agriculteurs sont augmentées en mai 2002 (Farm Nill). Le refus de ratifier le protocole de Kyoto, pourtant signé par Clinton en décembre 1997, correspond également à un souci de protéger les intérêts américains. Toutefois, le président Bush s’est engagé à réduire de 18 % d’ici 2010 les émissions de CO2.

26Le 6 mai 2002, les États-Unis retirent leur signature du traité instituant la Cour pénale internationale, signé par Clinton et déjà ratifié par 60 pays.

27La politique étrangère américaine après le 11 septembre revêt une dimension rhétorique quasi-religieuse avec l’idée d’une lutte du Bien contre le Mal. Le 11 septembre a joué un rôle de catalyseur. Il a accéléré le passage d’une situation encore floue à une position beaucoup plus claire en faveur de l’unilatéralisme.

28Dès 1995, Clinton avait signé un décret affirmant que la priorité absolue de la politique étrangère américaine était d’empêcher les terroristes d’avoir accès à des armes de destruction massive. En prouvant qu’il existe désormais un monde sans frontières pour les terroristes, les attentats du 11 septembre ont convaincu les dirigeants américains qu’ils étaient en droit, si nécessaire, d’ignorer ces dernières. Ils ont contribué à légitimer la notion de guerre « préemptive », le droit d’aller chercher l’ennemi et le combattre sur place avant qu’il n’ait eu le temps de frapper.

29George W. Bush pense qu’il a une mission à accomplir : lutter contre le terrorisme, choisir une nouvelle politique qui protège les Américains du mal absolu que constitue la conjugaison du terrorisme, des armes de destruction massive et des États voyous.

30Les attentats du 11 septembre ont modifié l’approche des Américains sur la politique étrangère. Ils sont désormais prêts à accepter des actions au coût humain et financier élevé. L’obsession du « no casualty » est oubliée et il est permis de ne pas se préoccuper de l’équilibre budgétaire. Enfin, les attentats semblent avoir persuadé à tort les dirigeants américains qu’ils n’auraient aucune difficulté à entraîner derrière eux l’ensemble de leurs alliés. En effet, si une coalition s’est facilement mise en place derrière eux pour faire la guerre à Al-Qaida et aux talibans en Afghanistan, il n’en a pas été de même pour l’Irak.

31La guerre en Afghanistan a en effet bénéficié d’un large soutien international. Un groupe important de nations a offert des troupes, des avions, des navires et d’autres formes d’assistance militaire. Cependant, malgré l’invocation de l’article 5 du traité de Washington par les alliés de l’OTAN, les militaires des pays alliés se sont vus cantonnés dans un rôle très secondaire. Après avoir rejeté beaucoup d’offres d’aide, l’administration Bush a finalement accepté la participation limitée de troupes spécialisées d’une vingtaine de pays. Les contributions militaires ont d’ailleurs continué après la fin des hostilités proprement dites. Vingt mois après avoir renversé le régime taliban à Kaboul, plus de la moitié des forces militaires présentes en Afghanistan proviennent d’autres pays que les États-Unis. En août 2003, le commandement de la force de paix internationale à Kaboul a été transféré à l’OTAN.

  • 17 Ivo H. Daalder et James H. Lindsay, America Unbound : The Bush Revolution in Foreign Policy, Washi (...)

32La volonté exprimée par de nombreux pays de participer aux opérations militaires en Afghanistan reflétait bien la légitimité de la cause américaine de la lutte contre Ben Laden. Après le 11 septembre, aucun pays ne défend Al-Qaida et les talibans et presque tous acceptent le droit de légitime défense dont les États-Unis avaient usé pour réagir contre ceux qui les avaient attaqués. Mais ils s’attendent à ce que Washington s’engage dans des stratégies à long terme destinées à poursuivre ceux qui leur ont échappé, comme Ben Laden, et à prévenir de futures attaques. Beaucoup souhaitent le remplacement des actions militaires directes par des activités plus discrètes confiées aux services secrets ou aux forces spéciales17.

  • 18 Ibid., p. 117.

33De même que beaucoup de pays se sont trompés en croyant que la politique américaine au lendemain du 11 septembre évoluait vers le multilatéralisme, de même ils font erreur quand ils estiment et espèrent que la stratégie d’intervention en Afghanistan va se limiter à ce pays. Pourtant, George W. Bush avait bien précisé depuis le début que les États-Unis étaient engagés dans une entreprise beaucoup plus vaste : « Notre guerre contre le terrorisme commence avec Al-Qaida » avait-il déclaré le 20 septembre, « mais elle ne s’arrêtera pas là. Elle se terminera lorsque chaque groupe terroriste aura été trouvé, stoppé et battu »18. Le jour même où les premières bombes tombent sur l’Afghanistan, John Negroponte, ambassadeur des États-Unis à l’ONU, prévient ses collègues que « d’autres actions dirigées contre d’autres organisations et d’autres États, pourraient être nécessaires ».

34Durant la guerre en Afghanistan, l’Irak apparaît à beaucoup comme la prochaine cible possible. Malgré une sérieuse défaite lors de la guerre du Golfe et presque douze ans de sanctions, Saddam Hussein continue à sembler ne pas vouloir se plier aux demandes de l’ONU de ne pas se doter d’armes nucléaires, chimiques et biologiques. D’autres cibles possibles sont constituées par les États susceptibles d’abriter Al-Qaida et d’autres cellules terroristes ayant dû quitter l’Afghanistan : la Somalie, le Soudan, le Yémen, la Géorgie et les Philippines sont souvent mentionnés. Dans certains cas, Washington y envoie des forces spéciales pour aider les troupes locales à lutter contre les terroristes.

35La question de la possession d’armes de destruction massive est évoquée à plusieurs reprises. Le vice-président Dick Cheney redoute notamment que des « États voyous » (rogue states) ne fournissent des armes chimiques, biologiques ou même nucléaires à des terroristes. Des cas de décès par anthrax aux États-Unis, à partir du 5 octobre 2001, développent une véritable psychose.

  • 19 Ibid., p. 121.
  • 20 George W. Bush, « Remarks at the 2002 Graduate Exercice of the U. S. Military Academy », West Poin (...)

36La détermination du président américain à combattre le terrorisme l’amène à envisager la nécessité de frapper le premier : « Nous n’attendrons pas que les auteurs de tuerie massive acquièrent des armes de destruction massive ». Dans son discours sur l’état de l’Union en janvier 2002, Bush évoque « l’axe du Mal » représenté par les États voyous à l’instar de l’Iran, de l’Irak et de la Corée du Nord. Les États-Unis – prévient-il – ne peuvent pas rester passifs. « Les États-Unis d’Amérique ne permettront pas aux régimes les plus dangereux du monde de nous menacer avec les armes les plus destructrices du monde ». Le 15 février 2002, devant le Council on Foreign Relations, Dick Cheney déclare que seuls les États-Unis peuvent prendre la tête de la lutte contre le terrorisme et ses protecteurs. De son côté, Donald Rumsfeld, s’exprimait le 21 janvier 2002 devant les professeurs et les étudiants de la National Defense University à Washington, laisse entendre que dans certains cas la meilleure défense est l’offensive. Quant à George W. Bush, dans un discours à West Point le 1er juin 2002, il déclare que « la menace de représailles massives ne signifie rien contre des réseaux terroristes n’ayant ni nation ni citoyens à défendre. L’endiguement ne peut pas fonctionner face à des dictateurs possédant des armes de destruction massive qu’ils peuvent placer sur des missiles ou fournir secrètement à des alliés terroristes »19. Bien que la défense du territoire américain par des missiles soit une claire priorité, « la guerre contre le terrorisme ne sera pas gagnée en pratiquant la défensive », remarque Bush, qui préconise au contraire de « porter la bataille chez l’ennemi, bouleverser ses plans et faire face aux pires menaces avant qu’elles n’apparaissent. Dans le monde où nous sommes, le seul chemin vers la sécurité est celui de l’action. Cette nation agira ». Bush conclut que « la sécurité de la nation exige de tous les Américains qu’ils soient résolus et qu’ils aient une vision d’avenir, qu’ils soient prêts à une action préemptive quand elle s’avérera nécessaire pour défendre notre liberté et nos vies »20.

  • 21 David Gompert, art. cit., p. 243.

37L’annonce par G. Bush de ce qu’il appelle « la nouvelle doctrine appelée préemption » représente une grande innovation pour la politique étrangère américaine. Certes, comme le remarque le secrétaire d’État Colin Powell, les États-Unis ont toujours eu l’option d’utiliser la force de manière préemptive. Mais c’est la première fois qu’un président américain défend la possibilité d’une action préemptive dans un discours public. Après ce discours, Condoleezza Rice essaya de minimiser sa portée en précisant que le concept de préemption signifiait en réalité une action très rapide. Elle ajoute que le nombre de cas où la préemption pourrait être justifiée sera toujours très réduit. Ainsi, les États-Unis ont renoncé à utiliser la force contre la Corée du Nord après le redémarrage de sa production de plutonium utilisable à des fins militaires en décembre 2002, la dénonciation du traité de non-prolifération nucléaire et l’expulsion des inspecteurs nucléaires de l’ONU. Les États-Unis ont été placés devant le fait accompli et ont renoncé à intervenir de façon préventive. Leur attitude a consisté « à rendre le problème multilatéral en espérant que Pékin compenserait l’absence d’influence de Washington sur Pyong Yang »21. Ils maintiennent cependant en Corée du Sud et dans la région des forces suffisantes pour anéantir l’armée nord-coréenne.

  • 22 The National Security Strategy of the United States of America, Falls Village, Connecticut, Winter (...)

38Un petit fascicule de 35 pages, intitulé The National Security Strategy of the United States22, rédigé par l’administration Bush et transmis au Congrès le 19 septembre 2002, présente au public américain la nouvelle stratégie américaine de « contre prolifération visant à éradiquer les groupes terroristes et les régimes menaçant directement les États-Unis ». Dans une introduction à ce document, le président Bush écrit : « La guerre contre les terroristes est une entreprise globale et d’une durée incertaine. » « Dans un esprit de bon sens et d’autodéfense, l’Amérique agira contre toute menace apparaissant avant même qu’elle ne soit totalement opérationnelle. »

39Le document précise bien que les États-Unis s’efforceront certes d’obtenir le soutien de la communauté internationale mais qu’ils n’hésiteront pas à agir seuls, si nécessaire, et à exercer leur droit de légitime défense en agissant « préemptivement » contre les terroristes afin de les empêcher de nuire.

  • 23 Ibid.

40Les auteurs du document affirment également que l’Amérique peut influencer le monde vers la paix, la prospérité et la liberté. Aussi le but de la stratégie qu’elle a adoptée ne doit pas être seulement d’établir un monde plus sûr, mais aussi meilleur, en encourageant la liberté politique et économique, des relations pacifiques avec d’autres États et le respect de la dignité humaine23.

LA GUERRE EN IRAK

41Si Al-Qaida n’avait pas attaqué l’Amérique le 11 septembre 2001, l’Irak serait-il devenu une préoccupation majeure pour les dirigeants américains ? Le seul responsable de haut niveau mettant en garde contre le danger que représentait selon lui l’Irak était Paul Wolfowitz, secrétaire adjoint à la Défense. Lors de la guerre conduite par George Bush Sr en 1991, il avait regretté que Saddam Hussein soit laissé au pouvoir. Il préconise son renversement, suivi en cela par Richard Perle, James Woolsey, William Kristol et Robert Kagan. Quelques minutes seulement après les attentats du 11 septembre, Wolfowitz déclare qu’à son avis Saddam Hussein est impliqué. Dick Cheney est à son tour convaincu de la nécessité de se débarrasser du dirigeant irakien à cause du danger présenté par la relation entre les terroristes d’Al-Qaida et les armes de destruction massive. Une fois les Taliban chassés du pouvoir en Afghanistan, l’attention se porte donc sur Bagdad. Ainsi, Richard Perle insiste dès la minovembre 2001 sur la nécessité de se préoccuper de l’Irak.

  • 24 « L’Empire américain après le 11 septembre 2001 : Entretien avec Pierre Melandri », Hérodote, Revu (...)

42Tout en réclamant la poursuite du travail des inspecteurs de l’ONU en Irak et la livraison à ces derniers de toutes les armes de destruction massive, Bush commence à préparer une intervention militaire. À cet effet, il rencontre le général Tommy Frank, chef du CENTCOM en décembre 2001, tandis que David Frum est prié de rédiger une justification d’une intervention à la fin de l’été. À la mi-février Condoleezza Rice affirme à la télévision que le monde serait davantage en sécurité lorsque les Irakiens auraient le régime qu’ils méritent. De son côté, Colin Powell se déclare favorable à la poursuite des inspections tout en ajoutant que le peuple irakien serait plus heureux sous un nouveau gouvernement. Une partie des dirigeants américains voit dans une intervention en Irak une entreprise de promotion de la démocratie dans ce pays avec par la suite une contagion par effet de dominos dans la région24.

  • 25 Michel Chatelier, « Pétrole : mythes et réalité de l’hégémonie des États-Unis », Politique étrangè (...)

43Selon un certain nombre d’observateurs, en occupant l’Irak, les États-Unis auraient cherché à sécuriser les fournitures de pétrole, à la fois grâce à la stabilité établie au Moyen-Orient par une pax americana apportant démocratie et stabilité politique et par la généralisation des régulations marchandes dans le secteur pétrolier. Cette perspective s’inscrit dans les grandes options de la politique énergétique américaine. La dépendance croissante des États-Unis vis-à-vis de l’extérieur exige que les considérables ressources du Moyen-Orient soient disponibles et sécurisées. Certes, les États-Unis importent aujourd’hui peu de brut de cette région, mais du fait du caractère global des marchés pétroliers, une pénurie affectant une zone particulière se répand rapidement sur l’ensemble du monde. Dans cette optique, la sécurité et l’accès aux ressources du Moyen-Orient revêt une grande importance. L’intégration de l’Irak et de son immense potentiel dans le marché pétrolier mondial permettrait d’accroître considérablement l’accès aux ressources25.

  • 26 Ibid.
  • 27 Ibid., p. 619.

44Les relations entre les États-Unis et l’Arabie saoudite pourraient être radicalement révisées si l’ouverture aux compagnies américaines de la prospection et de la production devenait réalité en Irak. En fait, les intérêts des États-Unis sont contradictoires : importateur majeur, ils désirent des prix bas pour le brut. Mais, en tant que deuxième producteur mondial, aux coûts de production élevés, ils ne sont pas favorables à des prix trop bas. Par ailleurs, il faudra sans doute beaucoup plus de temps et d’argent qu’on ne le prévoyait pour relancer la production pétrolière irakienne. L’utilisation par les responsables américains du potentiel irakien, qu’ils contrôleraient pour faire pression, notamment sur l’OPEP et l’Arabie saoudite, est une hypothèse à exclure, à court comme à moyen terme. Les nombreux attentats commis contre les oléoducs viennent encore aggraver la situation. La vision d’un Eldorado exploité par les majors américaines est totalement irréaliste. À court terme, le problème est davantage d’attirer des investisseurs que de les exclure26. En juillet 2003, Riyad a conclu un accord pour autoriser Shell, Total et l’Aramco à mener une campagne d’exploitation gazière. Il s’agit du premier retour des majors dans le secteur gazier saoudien depuis le milieu des années 197027.

UNE STRATÉGIE DANS L’IMPASSE ? LES LIMITES DE LA PUISSANCE

45L’administration bush espérait qu’une démonstration de force militaire servirait de base à une refondation du système international, au moins au Moyen-Orient.

  • 28 Voir notamment les ouvrages de Bob Woodward, Plan d’attaque, Paris, Denoël, 2004 et Richard Clarke(...)
  • 29 Zbignew Brzezinski, « Pour une nouvelle stratégie américaine de paix et de sécurité », Politique é (...)
  • 30 John G. Mason, « Gulliver en procès : la guerre en Irak et ses retombées aux États-Unis », Politiq (...)

46Les deux principaux motifs avancés pour l’opération irakienne – la présence d’armes de destruction massive et l’implication de Saddam Hussein dans les attentats du 11 septembre – sont aujourd’hui considérés comme sans fondements réels28. Le rapport de David Kay, chef du Groupe d’inspection en Irak, nommé par l’administration Bush, conclut, après six mois de recherche sur le terrain, à l’absence de toute arme chimique ou biologique prohibée, tandis que le programme nucléaire secret irakien reste à la veille de la guerre, à un stade très rudimentaire. « Il est accablant de penser que les États-Unis ont fait la guerre à l’Irak sans savoir si ce pays disposait ou non d’armes de destruction massive » remarque Zbignew Brzezinski29. Par ailleurs, aucune preuve n’a pu être apportée de liens éventuels entre Saddam Hussein et Ben Laden. La seule raison qui reste est la volonté des États-Unis de débarrasser les Irakiens d’un dictateur sanguinaire et, à partir de là, de construire un Irak démocratique, modèle pour les autres pays musulmans de la région30.

47Les États-Unis semblent maintenant durablement enlisés au Moyen-Orient. L’hypothèse selon laquelle l’Irak aurait pu être érigé en modèle de réforme pour la région et que le Moyen-Orient était mûr pour un changement de politique, semble se révéler inexacte. La tentative de démocratisation de l’Irak risque de déboucher sur un échec. Par ailleurs, l’administration Bush, à la différence de l’administration Clinton, ne s’est pas attaquée sérieusement jusqu’ici à la solution du problème israélo-palestinien.

  • 31 Thierry de Montbrial (entretien avec), « L’Amérique a redécouvert les limites de sa puissance », P (...)
  • 32 Zbigniew Brzezinski, art. cité.

48« L’Amérique a donc sans doute redécouvert en 2003, comme elle le fait périodiquement, les limites de sa puissance »31. Au cours du mois d’octobre 2003, deux résolutions concernant le Moyen-Orient ont été soumises au vote de l’assemblée générale de l’ONU. Elles ont été votées respectivement par 133 et 141 pays, quatre seulement s’y opposant : les États-Unis, Israël, les îles Marshall et la Micronésie. Pour Brzezinski, c’est une preuve de « la perte de crédibilité des États-Unis et de leur isolement sur la scène internationale ». Les États-Unis sont riches et puissants mais « la guerre contre le terrorisme qui définit aujourd’hui la préoccupation centrale de l’Amérique vis-à-vis du monde, reflète une vision plutôt étroite et extrême de la politique étrangère de la première puissance mondiale qui est aussi une grande démocratie, aux traditions sincèrement idéalistes »32.

  • 33 Justin Vaïsse, « La nouvelle politique étrangère américaine », Politique internationale, n° 99, pr (...)

49Les États-Unis ont proclamé « la guerre contre le terrorisme ». Pour certains analystes, les menaces de George W. Bush contre « l’axe du mal » auraient été contre productives. Ces propos auraient poussé Kim Jong-Il à accélérer son programme nucléaire. L’Iran, de son côté, aurait tiré de la nouvelle stratégie nationale américaine la même conclusion que la Corée du Nord : la nécessité de se doter d’urgence d’un arsenal nucléaire afin de se préserver d’une attaque préventive33. En réalité, les Nord-Coréens avaient conclu un pacte secret avec le Pakistan dès 1995, violant ainsi l’accord de 1994, pour lancer des recherches sur une filière d’enrichissement d’uranium.

50Les États-Unis possèdent une puissance à la fois militaire, économique et technologique sans égale. Ils sont devenus les principaux responsables de la sécurité du monde. Celui-ci comporte quelques grandes unités de puissance économique, technologique et militaire : l’Europe, la Russie, l’Inde, la Chine et le Japon. L’Europe et le Japon ne sont pas hostiles aux États-Unis. L’Inde n’a que des aspirations régionales. La Russie de Poutine n’a plus de contentieux majeur avec les États-Unis. En 2003, les deux pays ont résolu le problème du traité ABM et se sont mis d’accord sur une réduction des armes offensives stratégiques en les limitant à 2000 unités de part et d’autre. La Russie est engagée dans une coopération significative avec l’OTAN. En fait, seule la Chine possède à la fois la capacité et éventuellement la motivation de défier les États-Unis. Un affrontement avec les États-Unis n’est pas à exclure dans l’avenir. La Chine est déterminée à réunir Taïwan au continent d’une manière ou d’une autre, tandis que les États-Unis restent déterminés à prendre la défense de Taïwan.

51Par ailleurs, la sécurité du monde, qui s’est dégradée ces dernières années, pourrait encore empirer. Parmi les pays dont l’évolution pourrait se révéler inquiétante, on peut citer notamment le Pakistan, l’Indonésie et l’Iran.

52Aux États-Unis mêmes, il existe un solide consensus sur la nécessité d’une solide puissance militaire américaine et la réélection du président George W. Bush en novembre 2004, même si elle s’explique aussi par des motifs de politique intérieure, le confirme. Toutefois des dissensions s’expriment lorsqu’il s’agit d’utiliser cette puissance de façon unilatérale et préventive.

53Le 11 septembre et ses lendemains ont démontré tout à la fois, en l’espace de quelques mois, l’extraordinaire vulnérabilité des États-Unis ainsi que leur extraordinaire puissance.

Notes

1 Gary J. Schmitt, « La stratégie de sécurité nationale de l’administration Bush » in Guillaume Parmentier, Les États-Unis aujourd’hui : choc et changement, Paris, Odile Jacob, 2004.

2 Art. cité, p. 268.

3 Ibid., p. 269.

4 Camille Grand, « La défense antimissile : un nouveau paradigme ? », Politique étrangère, 4/2001, p. 821.

5 Sabine Lavorel, La politique de sécurité des États-Unis sous George W. Bush, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 113.

6 Yves Boyer, « La puissance militaire américaine », in Questions internationales, n° 3, septembre-octobre 2003, La puissance américaine, La Documentation française,

7 11 septembre. Rapport de la commission d’enquête. Rapport final de la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis, éd. des Équateurs, 2004, p. 241.

8 Ibid., p. 255.

9 Cité par Michael Hirsh, « Bush and the World », Foreign Affairs, septembre-octobre 2002, p. 19.

10 Pierre Melandri, « Le terrorisme, voilà l’ennemi : Les attentats et la politique étrangère des États-Unis », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, octobre-décembre 2002.

11 Ibid.

12 Étienne de Durand, « Révolution dans les affaires militaires : révolution ou transformation », Hérodote, Revue de géographie et de géopolitique, n° 109, 2e trimestre 2003. Les États-Unis et le reste du monde.

13 David C. Gompert, « La transformation de l’appareil militaire américain », in Guillaume Parmentier, Les États-Unis d’aujourd’hui, op. cit., p. 235.

14 Ibid., p. 237.

15 Gary J. Schmitt, art. cité, p. 284.

16 Ibid.

17 Ivo H. Daalder et James H. Lindsay, America Unbound : The Bush Revolution in Foreign Policy, Washington D.C., Brookings Institution Press, 2003.

18 Ibid., p. 117.

19 Ibid., p. 121.

20 George W. Bush, « Remarks at the 2002 Graduate Exercice of the U. S. Military Academy », West Point, N.Y., June 1 2002, cité par Daale et Lindsay, op. cit., p. 122.

21 David Gompert, art. cit., p. 243.

22 The National Security Strategy of the United States of America, Falls Village, Connecticut, Winterhouse Editions, 2002.

23 Ibid.

24 « L’Empire américain après le 11 septembre 2001 : Entretien avec Pierre Melandri », Hérodote, Revue de géographie et de géopolitique, n° 109, 2e trimestre 2003, p. 27.

25 Michel Chatelier, « Pétrole : mythes et réalité de l’hégémonie des États-Unis », Politique étrangère, n° 3-4, automne-hiver 2003, p. 613.

26 Ibid.

27 Ibid., p. 619.

28 Voir notamment les ouvrages de Bob Woodward, Plan d’attaque, Paris, Denoël, 2004 et Richard Clarke, Contre tous les ennemis, Paris, Albin Michel, 2004.

29 Zbignew Brzezinski, « Pour une nouvelle stratégie américaine de paix et de sécurité », Politique étrangère, n° 3-4, 2003.

30 John G. Mason, « Gulliver en procès : la guerre en Irak et ses retombées aux États-Unis », Politique étrangère, n° 3-4, automne-hiver 2003.

31 Thierry de Montbrial (entretien avec), « L’Amérique a redécouvert les limites de sa puissance », Politique étrangère, automne-hiver 2003.

32 Zbigniew Brzezinski, art. cité.

33 Justin Vaïsse, « La nouvelle politique étrangère américaine », Politique internationale, n° 99, printemps 2003.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search