Version classiqueVersion mobile

Relations internationales et stratégie

 | 
Frédéric Bozo

Première partie. La France dans la guerre froide

Mitterrand, la diplomatie française et la « nouvelle » guerre froide (1981-1984)

Frédéric Bozo

Texte intégral

  • 1 Sur l’idée d’une « victoire reaganienne » dans la guerre froide, cf. Beth A. Fischer, « The US and (...)
  • 2 Sur la France et les relations Est-Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide, cf. Fré (...)

1Succédant à la détente des années soixante-dix, la « nouvelle guerre froide » du tournant des années quatre-vingt constitue une étape importante dans l’enchaînement qui devait conduire en quelques années à une « nouvelle détente » puis à la fin de la guerre froide proprement dite. De fait, si la crise des euromissiles – dernier bras de fer entre l’Est et l’Ouest – devait mettre en évidence les limites de la puissance soviétique, le regain de tension du début de la décennie ne devait pas interrompre la tendance à l’intensification des contacts humains entre les deux parties de l’Europe divisée. Dès lors, que l’on analyse la sortie du conflit bipolaire en termes de « victoire » occidentale (c’est la prépondérance stratégique américaine qui aurait mis à terre la puissance soviétique) ou « d’effet Helsinki » (ce sont les contacts entre individus et sociétés qui auraient permis de sortir de l’impasse Est-Ouest), la nouvelle guerre froide constitue bien un jalon décisif vers la fin de la confrontation bipolaire1. Il n’est donc pas inutile, pour comprendre les événements de la seconde moitié puis de la fin des années quatre-vingt, de revenir sur la crise Est-Ouest du début de la décennie tant celle-ci devait marquer, dans la durée, le jeu des principaux acteurs. Ce retour sur la nouvelle guerre froide s’impose d’autant plus en ce qui concerne la diplomatie française que la France de Mitterrand a pu donner, un temps, l’impression paradoxale d’un alignement sur la « croisade » antisoviétique de Reagan. Or cette perception résulte pour l’essentiel du jeu politique intérieur sur fond de dégradation du contexte international : car en dépit de certains enthousiasmes de convertis, la diplomatie mitterrandienne ne se complaira guère dans une nouvelle guerre froide qui ne fera que raviver ses vieux dilemmes et la contraindra en permanence à rechercher un délicat équilibre dont le discours de Mitterrand au Bundestag le 20 janvier 1983 sera l’illustration la plus marquante. Dès lors, derrière un rapprochement de circonstance avec la politique américaine, Mitterrand reviendra en fait très vite à la ligne gaullienne de dénonciation de l’impasse Est-Ouest, et, une fois surmontée l’épreuve des euromissiles, la diplomatie française recherchera activement les voies d’un retour à la détente, anticipant sur les changements qui interviendront quelques mois plus tard en URSS2.

LA FRANCE, CROISÉE DE LA NOUVELLE GUERRE FROIDE ?

  • 3 La double décision de l’OTAN (proposition d’une négociation avec les Soviétiques sur les forces nu (...)
  • 4 L’idée de la rencontre semble avoir procédé de l’analyse selon laquelle la direction soviétique, d (...)
  • 5 Conférence de presse du 27 janvier 1981, citée par Froment-Meurice, op. cit., p. 580.

2Pour comprendre comment la France de Mitterrand a pu, un temps, faire figure de « croisée » de la nouvelle guerre froide, il faut revenir quelques années en arrière et à la politique de Valéry Giscard d’Estaing. Après l’apogée de la détente marqué par le sommet d’Helsinki à l’été 1975, les relations Est-Ouest connaissent une dégradation régulière. Dans un premier temps, ce sont les conflits « périphériques » qui conduisent à une détérioration sensible des relations entre les deux superpuissances, puis, surtout à partir de 1979, les tensions entre Moscou et Washington en viennent à saper la détente en Europe, une évolution à laquelle Paris se résout difficilement. Or face aux deux principaux enjeux qui alimentent le renouveau de tension Est-Ouest – la détérioration de l’équilibre « eurostratégique » et les crises du tiers-monde – la diplomatie giscardienne apparaît surtout soucieuse de limiter les dégâts. Certes, le président français partage la préoccupation exprimée par Helmut Schmidt dès l’automne 1977 face au déploiement par l’URSS des missiles SS 20, et il jouera un rôle non négligeable dans l’élaboration de la réponse occidentale lors du sommet de la Guadeloupe en janvier 1979 ; pourtant, soucieux de ne pas afficher une logique de bloc et de préserver une image d’indépendance, le président français s’attachera à ne pas associer la France à la « double décision » qu’adoptera l’OTAN en décembre 19793. De même, tout en reconnaissant que l’invasion soviétique en Afghanistan pourrait – comme le souligne Giscard dès le 31 décembre 1979 – entraîner « un risque de guerre  », la diplomatie française ne veut pas y voir un arrêt de mort de la détente en Europe ; d’où la rencontre controversée avec Léonid Brejnev à Varsovie en mai 1980 dont le président français espérait obtenir un début de retrait soviétique4. Ce dernier fera en outre preuve d’une grande retenue vis-à-vis de la situation en Pologne, où s’affirme une contestation qui culminera après les grèves de l’été 1980 et la création du syndicat Solidarnosc : il faut « tenir compte des réalités géographiques et stratégiques  », devait-il souligner dans les premières semaines de 1981, une remarque qui pouvait sembler légitimer la domination soviétique en Europe orientale5.

  • 6 Voir à ce sujet Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine. Les rapports politiques et stratégiqu (...)
  • 7 C’est ce que confiait Jacques Chaban-Delmas à Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 559. Sur l’évolu (...)

3Les motivations de la retenue giscardienne face au retour de l’URSS à un comportement agressif étaient de plusieurs ordres. Il s’agissait avant tout, bien sûr, de préserver l’Europe des retombées négatives du retour à la confrontation entre les superpuissances : pour la France comme pour ses partenaires européens, à commencer par la République fédérale, la détente était devenue, à la fin des années soixantedix, une composante structurelle de la sécurité. À ces considérations Est-Ouest s’ajoutait la problématique Ouest-Ouest : Giscard – comme Schmidt avec lequel il avait établi une relation exceptionnellement étroite – voyait en l’Amérique de Carter un partenaire peu fiable : après avoir été trop laxiste à l’égard de l’URSS, l’administration américaine n’était-elle pas désormais tentée par une approche par trop confrontationnelle ? Une coopération politico-stratégique franco-allemande et, audelà, ouest-européenne était dès lors souhaitable afin d’équilibrer la politique américaine : Giscard et Schmidt, à la fin de la décennie, renouaient ainsi avec un objectif resté la plupart du temps en sommeil depuis le traité de l’Élysée en 19636. Il y avait, enfin, une motivation plus étroitement nationale : en maintenant une relation « privilégiée » avec l’URSS devenue depuis de Gaulle une composante majeure de la politique du « rang  », Giscard, initialement soupçonné de vouloir liquider l’héritage du Général dans ce domaine, se voyait décerner, en fin de mandat, un brevet de « gaullisme »7.

Le tournant de 1981

  • 8 Selon Pierre Grosser, « Serrer le jeu sans le fermer : l’Élysée et les relations franco-soviétique (...)
  • 9 Cf. par exemple ministère des Relations extérieures (MRE), Centre d’analyse et de prévision (CAP), (...)
  • 10 Selon les mots d’Hubert Védrine, Les Mondes de François Mitterrand. À L’Élysée 1981-1996, Paris, F (...)
  • 11 MRE, Note du chef du CAP pour le ministre, a.s. Audience de M. Ponomarev, 26 octobre 1981, AN, 5AG (...)
  • 12 Exposé de la nouvelle ligne dans MRE, sous-direction Europe orientale, note a.s. Relations franco- (...)

4Ce n’est donc qu’en mai 1981 que la diplomatie française devait tourner la page de la détente, l’objectif de Mitterrand semblant d’emblée consister, en matière Est-Ouest, à « se démarquer des pratiques précédentes »8. Durement critiquées par le candidat Mitterrand, celles-ci sont jugées très sévèrement après le 10 mai : à la retenue de l’ancien président de centre droit face à l’Union soviétique se substituent paradoxalement les accents très nouvelle guerre froide de son successeur socialiste9. Le soutien que Mitterrand affiche d’emblée à la double décision de l’OTAN est « l’acte fondateur » de ce nouveau cours ; il trouvera, on le sait, son expression la plus forte dans le discours du Bundestag10. Le durcissement est également très net à l’égard de la situation en Afghanistan, jugée incompatible avec le maintien d’une « normalité » dans les relations entre Paris et Moscou, mais aussi en ce qui concerne la Pologne où la crise débouchera sur la proclamation de l’état de siège en décembre 198111. De fait, la diplomatie française s’impose désormais une « cure de désintoxication » qui consiste à réduire la visibilité des relations avec Moscou ; une cure qui tournera à la purge avec l’expulsion en avril 1983 de 47 « diplomates » soviétiques : s’il n’y a pas interruption des contacts – ils se poursuivent notamment au niveau ministériel – on entend bien mettre fin au rituel, développé sous Pompidou et surtout Giscard, des sommets réguliers ponctués par des textes communs12.

  • 13 Sur ce qui suit, Frédéric Bozo, « La France, fille aînée de l’Alliance ? La politique atlantique d (...)
  • 14 Note de Jean-Marie Mérillon, « Sommet de Bonn », 1er juin 1982, AN, 5AG4/2627.
  • 15 International Herald Tribune, 12 juin 1982. François Mitterrand avait ainsi participé au dîner des (...)
  • 16 Note de Jean-Marie Mérillon, Sommet de Bonn, 1er juin 1982, doc. cité.

5Corollaire du durcissement envers l’Est, l’élection de 1981 entraîne une évolution spectaculaire de la posture française dans le camp occidental, où le nouveau président souhaite d’emblée réaffirmer une solidarité jugée malmenée par son prédécesseur13. Le soutien désormais officiel à la double décision marque en soi une inflexion majeure, mais la volonté de mettre en avant l’appartenance atlantique de la France va au-delà de la solidarité affichée dans l’affaire des euromissiles : il s’agit désormais, note le représentant permanent français à l’OTAN « d’illustrer un sentiment [de] fidélité à l’Alliance »14. D’où, au début du mandat, un certain nombre de gestes politiques qui contrastent avec la pratique antérieure et qui, conjugués avec l’intensification des relations militaires avec l’OTAN, conduiront le secrétaire général de l’Alliance à déclarer en juin 1982 que le président français se montre « plus positif » à l’égard de l’Alliance « que son prédécesseur ne l’a jamais été »15. Une réaffirmation de solidarité qui s’accompagne, dès le début du septennat, de l’affichage d’une politique de défense ambitieuse (priorité à la dissuasion nucléaire, effort de remise à niveau dans le domaine conventionnel) au point que, face à la « nouvelle » menace soviétique, les Français en arrivent à penser que « États-Unis mis à part » ils sont les seuls dans l’Alliance à être « sérieux »16.

  • 17 MRE, CAP, La « carte française » dans la diplomatie soviétique, 14 mai 1981, doc. cité.
  • 18 Védrine, op. cit., p. 117.
  • 19 MRE, CAP, La « carte française » dans la diplomatie soviétique, 14 mai 1981, doc. cité ; quant au (...)
  • 20 Note de Jean-Marie Mérillon, Sommet de Bonn, 1er juin 1982, doc. cité.
  • 21 Voir Védrine, op. cit., p. 102 sq.
  • 22 Cherchera-t-il de surcroît à se dédouaner de la désignation de quatre ministres communistes dans l (...)

6Plusieurs facteurs expliquent cette inflexion de la politique française. D’abord, la dégradation continue du climat international ; certes, à part la situation en Pologne – dont on discute à Paris comme ailleurs pour savoir si elle relève d’un renouveau d’agressivité de l’URSS ou au contraire d’un réflexe défensif – rien de vraiment nouveau n’intervient, au cours de l’année 1981, pour accréditer l’idée d’une menace accrue : pourtant, estime-t-on au Quai d’Orsay dès le lendemain de l’élection présidentielle, il est désormais exclu de faire semblant d’ignorer « l’image menaçante de l’expansionnisme soviétique »17. L’aggravation du conflit, en d’autres termes, disqualifie toute attitude complaisante : face à la « rupture délibérée de l’équilibre » que traduit selon Mitterrand le déploiement des SS 20, la détente à tout prix n’est plus possible18. D’où les données occidentales ; car alors que le renouveau des tensions constitue un défi militaire (rétablir l’équilibre face aux SS 20), stratégique (maintenir le « couplage » euro-américain) et surtout politique (gagner la bataille des opinions publiques face à l’offensive de paix soviétique), les vulnérabilités de l’Alliance sont patentes : faiblesse structurelle des démocraties face au totalitarisme, incertitude de l’engagement américain en Europe, situation critique – on y reviendra – de la République fédérale. Or la France, estime-t-on au Quai d’Orsay au lendemain de l’élection présidentielle, a été jusqu’ici « l’allié objectif » d’une politique soviétique visant à « détacher l’Europe des États-Unis et à affaiblir l’Alliance »19 ; dans ces conditions, contribuer à maintenir la cohésion atlantique devient une exigence pour laquelle les Français ont le sentiment que leur position particulière est un atout, leur pays étant « le plus résolu de l’Alliance tout en étant le moins engagé dans celleci »20. Bref, estiment les responsables de la politique française, l’indépendance de la France doit servir à renforcer l’Alliance : tout en la plaçant à l’abri de la « vague » pacifiste, elle lui confère un poids qu’ils sont décidés à jeter dans la balance. D’où le troisième facteur : la politique intérieure. Car on ne peut comprendre les nouveaux accents de la diplomatie française après 1981 sans évoquer les tendances à l’œuvre dans la société et surtout chez les intellectuels français depuis les années soixante-dix ; de fait, tandis que l’opinion publique se montre de plus en plus critique à l’égard de l’URSS, « l’effet Soljénitsyne » entraîne un bouleversement du paysage intellectuel français qu’accentue, après Helsinki, le retour de bâton de la répression en URSS et en Europe de l’Est21. Au moment de l’affaire d’Afghanistan en 1979, la majeure partie de l’intelligentsia française s’est convertie à « l’anti-totalitarisme » et a rejoint l’opinion publique dans une sorte de consensus antisoviétique, comme Mitterrand l’a bien vu : d’où sa critique virulente de la « complaisance » giscardienne, une attitude qui a probablement pesé en sa faveur dans l’élection22. Le jeu politique interne, on le voit, amplifie nettement la perception d’une rupture dans la politique française en 1981, accréditant un temps l’idée d’une entrée tardive mais résolue dans la nouvelle guerre froide aux côtés de l’Amérique reaganienne.

NOUVELLE GUERRE FROIDE, VIEUX DILEMMES

  • 23 C’est la « manière » de la politique giscardienne, non son « orientation » que fustige Mitterrand, (...)

7Cette impression, pourtant, est trompeuse. Car au-delà des changements de ton et de discours, c’est en réalité la continuité qui l’emporte : c’est bien davantage sur la forme que sur le fond que se produit le changement de cours – décidément très politique – de la diplomatie française23. D’un président à l’autre, le contexte Est-Ouest ne change guère au demeurant ; mieux : en continuant de se détériorer, il continue de peser sur les choix internationaux de la France, aggravant ses dilemmes et hypothéquant sa marge de manœuvre internationale.

Les dilemmes atlantiques

  • 24 Pour ce qui suit, cf. Bozo, « La France, fille aînée de l’Alliance ? », contribution citée.
  • 25 Note de Pierre Morel pour le président, Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relation (...)
  • 26 Entretien entre le président de la République et le chancelier Helmut Schmidt, Latché, 7 octobre 1 (...)
  • 27 La réserve de Mitterrand à l’égard de l’option zéro n’est pas de principe (dès 1979, il s’est pron (...)
  • 28 De fait, si Mitterrand soutient, devant le Parlement ouest-allemand, l’implantation de missiles am (...)
  • 29 Ministère de l’économie, Note de la direction du Trésor, 16 juillet 1981, AN, 5AG4/2265 ; quant au (...)
  • 30 Selon le secrétaire général du Quai d’Orsay, Francis Gutman, Fiche pour le ministre, « Réflexion s (...)
  • 31 Note de Claude Cheysson pour le président, 18 octobre 1982, AN, 5AG4/11437.
  • 32 Note du CAP, Relations franco-américaines : le contexte psychologique et politique avant et après (...)
  • 33 Note de Hubert Védrine, a.s. Relations franco et euro-américaines, 28 juillet 1982, AN, 5AG4/11437

8La nouvelle guerre froide ravive d’abord ses dilemmes atlantiques24. Certes, l’atout que représente sa position particulière dans l’ensemble occidental n’est pas négligeable : la France, dans le bras de fer avec l’URSS, paraît à beaucoup d’égards plus solide que ses voisins européens – à commencer par la RFA – dans la mesure où elle échappe au mouvement pacifiste. Mais cette logique se heurte très vite aux réalités atlantiques : si les Français se flattent d’être les seuls à avoir « une vision d’ensemble susceptible d’équilibrer la démarche américaine au sein de l’Alliance  », l’inflexion occidentale de la diplomatie française l’expose davantage à un leadership américain de plus en plus envahissant25. Deux dossiers illustrent cette réalité au début du premier septennat mitterrandien, à commencer par celui des euromissiles, dans lequel le soutien de la France à la position de l’OTAN menace de conduire à un alignement sur Washington. Car tandis que Mitterrand s’en tient à une lecture équilibrée de la double décision, l’interprétation reaganienne privilégie délibérément le volet « modernisation » (c’est-à-dire le déploiement de nouveaux missiles) au détriment du volet « négociation » (ouverture de pourparlers avec Moscou), conduisant le président français, dès l’automne 1981, à préciser sa position : « toute l’opinion croit que je suis pour les Pershing  », dit-il à Schmidt, mais « c’est plus compliqué »26. Malgré l’ouverture des négociations sur les Forces nucléaires intermédiaires (FNI) à Genève en novembre, la difficulté persiste, « l’option zéro » mise en avant par l’administration américaine apparaissant rapidement comme un paravent destiné à masquer le refus d’une négociation sérieuse ; dès lors, le président français ne cessera, pendant l’année 1982, de chercher à s’en démarquer27. Puis, estimant avoir défendu au Bundestag une approche équilibrée à cet égard, Mitterrand déplorera l’assimilation par les commentateurs de sa position à celle du président américain, éprouvant, pendant les mois qui suivent, une frustration croissante devant la difficulté de faire entendre un discours nuancé28. Le second dossier concerne la question des « sanctions » à l’égard de l’URSS, que l’administration américaine cherche à imposer et dont les responsables français redoutent un renforcement de la logique de bloc29. Sur fond d’affaire du « gazoduc eurosibérien  », ce sujet alimentera, du sommet de Versailles en juin 1982 à celui de Williamsburg un an plus tard, une tension franco-américaine entretenue, en outre, par la volonté prêtée à Washington d’étendre géographiquement l’Alliance, en particulier par le biais de sommets des Sept où seraient traitées les questions stratégiques. Tout cela, estime-t-on à Paris, ne peut conduire qu’au « renforcement d’un leadership des États-Unis qui, partant de la sécurité, s’étende à tous les autres domaines »30 et alimenter de leur part, écrit Claude Cheysson, « le plus intolérable unilatéralisme »31. Bref, les Français entrevoient les effets pervers d’une solidarité affichée qui « a considérablement élevé les attentes des Américains  », rendant d’autant plus difficile l’expression d’une « différence » française32. La croisade antisoviétique de Reagan, en d’autres termes, renforce la main des Américains dans le bloc occidental et les conforte dans une « conception du leadership » en contradiction avec « la notion d’alliance33 ». Un an à peine après l’arrivée de Mitterrand à l’Élysée, on en revient ainsi au schéma des habituels malentendus transatlantiques, et ceux-ci se révéleront durables.

Le problème allemand

  • 34 Sur tout ceci, Froment-Meurice, op. cit., p. 603 sq. (après Moscou, l’auteur est alors ambassadeur (...)
  • 35 Entretien entre le président de la République et le chancelier Helmut Schmidt, Latché, 7 octobre 1 (...)
  • 36 Ce à quoi le chancelier acquiesce, non sans ajouter que l’unification deviendra « un problème rela (...)
  • 37 Je ne partage pas sur ce point l’analyse de Tilo Schabert selon lequel la question allemande était (...)

9La nouvelle guerre froide remet également à l’ordre du jour un « problème allemand » que les Français avaient pu croire durablement réglé à la faveur de la détente des années soixante-dix. À Paris comme ailleurs, l’Ostpolitik avait pu d’abord susciter de la méfiance : non seulement l’objectif était de maintenir ouverte la possibilité de l’unité allemande, mais elle induisait un rapprochement germano-soviétique de nature à réveiller la hantise française d’un nouveau « Rapallo  ». Pourtant, après une décennie d’Ostpolitik, les Français pouvaient porter un jugement plus serein : le statu quo européen paraissait garantir le statu quo allemand et, surtout, la République fédérale restait solidement arrimée au camp occidental. Mais ce constat devait se trouver remis en cause à la faveur de la crise des euromissiles : en replaçant l’Allemagne au cœur de la confrontation Est-Ouest, celle-ci posait en effet la question du sens de la division du pays mais aussi de son appartenance occidentale34. Il faut certes se garder de tout anachronisme : s’il est rétrospectivement tentant de situer dans cette période le point de départ du processus qui devait conduire à l’unification allemande moins de dix ans plus tard, celle-ci ne peut alors apparaître comme une hypothèse sérieuse, du moins dans un avenir prévisible ; l’intensité même de la confrontation Est-Ouest, s’ajoutant à plus de trois décennies de division, l’exclut sans doute pour longtemps. Dès lors, si les plus méfiants peuvent redouter que la crise Est-Ouest ne débouche sur une neutralisation de la République fédérale qui serait la première étape d’un processus conduisant au retour à l’unité, une telle crainte – quoique sans doute présente dans les arrière-pensées de certains – n’est sans doute pas dominante chez les responsables de la diplomatie française. Mitterrand paraît au demeurant plus prompt que certains Allemands eux-mêmes à évoquer l’unité allemande ; lorsque Helmut Schmidt lui fait part en octobre 1981 de son scepticisme quant aux chances d’y assister dans les vingt années à venir, le président français, qui l’estime « inscrite dans l’histoire » – du fait surtout de sa conviction de l’affaiblissement inéluctable de la domination soviétique en Europe de l’Est – dit y voir l’affaire « d’une génération »35. Trois ans plus tard, c’est encore Mitterrand qui aborde la question, devant Helmut Kohl cette fois : « Vous ne pouvez pas décréter la réunification  », lui dit-il, « mais il faut partir du principe que tout ce qui n’est pas impossible est possible »36. S’il est donc indiscutable – comme il le soulignera plus tard face à ses détracteurs – que Mitterrand envisage dès le début de la décennie l’hypothèse d’une unification qu’il juge probable tout au moins à long terme, il faut bien voir que la question de l’unité allemande n’est en tout état de cause guère saillante dans le contexte du moment : sans être entièrement esquivée, elle est abordée tout au plus occasionnellement – de surcroît en privé – comme une perspective lointaine ; elle ne représente donc pas, pour l’heure, un enjeu actuel ni par conséquent véritablement décisif dans la relation franco-allemande37.

  • 38 Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 659.
  • 39 Entretien Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, doc. cité.
  • 40 Note de Pierre Morel pour Jean-Louis Bianco, Discours au Bundestag : nécessité et modalités d’une (...)
  • 41 Hélène Miard-Delacroix, « Les relations franco-allemandes », dans Berstein, et al. (dir.), op. cit (...)
  • 42 Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 642.
  • 43 Cf. MRE, sous-direction d’Europe orientale, note, a.s. Les relations interallemandes, 6 octobre 19 (...)
  • 44 Note de Pierre Morel, « Discours au Bundestag », 17 janvier 1983, doc. cité.
  • 45 Petit-déjeuner du 30 mai 1983 avec Helmut Kohl, feuillets manuscrits de François Mitterrand, AN, 5 (...)

10Mais si l’unification n’est pas à l’ordre du jour, il reste que la crise des euromissiles, comme le constate l’ambassadeur français à Bonn, entraîne bel et bien la « réémergence de la question allemande » dans la conscience des Allemands38. Le phénomène ne passe évidemment pas inaperçu en France où abondent alors les interrogations sur la fameuse Angst germanique. Des interrogations que les dirigeants allemands, il est vrai, nourrissent eux-mêmes : « tous les Européens se sentent bien dans leur État-nation sauf les Allemands  », confie Helmut Schmidt à François Mitterrand en octobre 1981, non sans ajouter : « cette inquiétude de mon peuple m’inquiète »39. Bref, l’Allemagne occidentale, au début des années quatre-vingt, traverse une crise d’identité préoccupante pour les Français, qui redécouvrent alors les « incertitudes allemandes » : le sentiment dominant, chez les responsables de la diplomatie française, est bien celui d’une « épreuve majeure et multiforme  », d’une nation dont « la psyché » est « effectivement malade »40. Reste qu’au-delà de cette crise « existentielle  », ce que ces derniers redoutent avant tout, c’est la vulnérabilité de la République fédérale dans la confrontation Est-Ouest et, d’abord, dans l’épreuve de force des euromissiles, une vulnérabilité qui pourrait remettre en cause ses orientations atlantique et ouest-européenne : il faut bien comprendre que, vue de Paris comme d’ailleurs des autres capitales occidentales, la « question allemande  », est et restera pendant les années quatre-vingt bien davantage celle de l’ancrage occidental de la RFA que celle de l’unification. De fait, pendant toute l’année 1982, la vague pacifiste est prise très au sérieux à Paris, où l’on n’exclut pas que les partisans d’une ligne « neutraliste » l’emportent à Bonn41. Schmidt, en particulier, apparaît de moins en moins capable d’endiguer « la dérive d’une bonne partie de l’opinion » et surtout du SPD « vers le neutralo-pacifisme  », hypothéquant ainsi la mise en œuvre de la double décision de l’OTAN et le déploiement éventuel des missiles américains42. Dans ce contexte, le changement de coalition et l’arrivée au pouvoir de Helmut Kohl en octobre 1982 rassurent : le nouveau chancelier apparaît plus vigilant que son prédécesseur dans les rapports avec l’Est et surtout plus à même de défendre les positions occidentales43. Trois mois plus tard, le discours au Bundestag apparaît donc avant tout comme une occasion de « soutenir la RFA dans l’épreuve  » : c’est bien le sentiment du risque d’un « glissement de la RFA » qui va conduire à une prise de position mitterrandienne jugée à l’Élysée « la plus importante en politique étrangère depuis le début du septennat »44. Dès lors, le succès électoral de la coalition CDU-FDP en mars 1983 – auquel le discours du Bundestag aura peut-être contribué – constitue un soulagement pour les Français : la RFA reste solidement ancrée à l’Ouest, ce que confirmera, en novembre, le vote du Bundestag en faveur du déploiement des Pershing et des missiles de croisière. Un soulagement que Mitterrand exprime en termes lyriques après une discussion avec Kohl au printemps 1983, dans laquelle le chancelier a une nouvelle fois souligné que « l’Allemagne, pour traiter avec l’Est, doit s’appuyer sur l’Ouest  » : « dans ses propos  », note le président, « apparaît une thèse, qu’il me confirme : le Rhin avant l’Elbe, l’Allemagne romaine plutôt que l’Empire allemand, Adenauer et non Bismarck »45. Le début du déploiement, fin 1983, achèvera de rassurer Paris ; même si les responsables français demeureront attentifs aux vulnérabilités de la RFA face à l’Est sur fond de retour à la détente, ce qui restera des « incertitudes allemandes » sera à l’avenir compensé par la solidité d’un ancrage occidental auquel la relation Paris-Bonn apportera désormais une contribution majeure. Cette donnée – indissociable de l’excellence de la relation qui se développera entre Mitterrand et Kohl à partir du tournant de 1983 – constituera bien évidemment un facteur essentiel en 1989-1990.

Le dilemme français

  • 46 Cf. note de Pierre Morel, Discours au Bundestag, 17 janvier 1983, doc. cité.
  • 47 La préoccupation de la « non-inclusion », mise entre parenthèse pendant le bras de fer de 1983, ré (...)

11Pour l’heure, la nouvelle guerre froide place donc en définitive la France devant son dilemme le plus constant : quel équilibre entre indépendance et solidarité ? D’un côté, on l’a compris, se tenir entièrement à l’écart de la bataille des euromissiles est exclu : Mitterrand y a renoncé dès 1981 en apportant son soutien à la double décision. Alors que le déploiement des missiles américains en Allemagne devient l’enjeu principal du bras de fer Est-Ouest, prétexter de la « non intégration » française pour ne pas s’impliquer dans l’affaire FNI serait non seulement renoncer à peser, mais prendre le risque d’encourager en République fédérale cette dérive « neutralo-pacifiste » dont les Français sont persuadés qu’elle serait fatale pour l’Occident et donc pour la France, celle-ci ne pouvant, seule, résister à la pression soviétique en Europe. Bref, une neutralité française n’apparaît pas viable en termes politiques, pas plus qu’en termes militaires ou stratégiques : tel est bien le constat qui inspire le discours du Bundestag46. Pourtant, d’un autre côté, adopter une ligne de solidarité systématique en direction de l’Alliance apparaît également périlleux ; n’estce pas s’exposer au risque de voir la posture française assimilée à celle de l’OTAN et donc aboutir à une « réintégration » de fait ? Que resterait-il alors de la justification même d’une politique de sécurité fondée sur l’exigence d’une stratégie autonome qui, à long terme, doit demeurer un possible substitut à une stratégie américaine défaillante ? Surtout, et plus concrètement, comment éviter le danger que les Français redoutent par-dessus tout depuis les débuts de l’arms control dans les années soixante : celui de l’inclusion, fût-ce de fait, de l’armement nucléaire français dans les négociations soviéto-américaines ? Ce dernier point demeurera capital par la suite tant l’inquiétude restera grande – sur fond de retour à la détente – de voir les partenaires de la France (les États-Unis au nom de la logique même de l’arms control, la RFA par réflexe antinucléaire) demander comme l’URSS la « prise en compte » de la force nucléaire française47.

  • 48 Le débat en France autour du discours du Bundestag rend bien compte de ce dilemme, de cette tensio (...)

12Au total, la nouvelle guerre froide et la crise des euromissiles placent donc la diplomatie et la stratégie françaises sur la corde raide : il faut éviter à la fois le danger de la neutralité et le piège de l’alignement, l’erreur de l’abstention et le risque de la réintégration48. Plus que tout autre épisode, le discours du Bundestag illustre cette difficile recherche d’un équilibre : il s’agit de préserver l’acquis de la dissuasion en Europe sans exposer l’arme nucléaire française, de soutenir le déploiement des missiles américains sans revenir au giron otanien, de conforter l’orientation pro-occidentale de la République fédérale sans renoncer à une posture autonome. Même si le talent de Mitterrand parvient à le transformer en une initiative majeure, le discours du Bundestag donne donc avant tout la mesure des contraintes étroites dans lesquelles la crise Est-Ouest enferme la politique française. Dès lors, loin d’une « conversion » à la nouvelle guerre froide, la diplomatie mitterrandienne, conformément à l’ambition affichée depuis les années soixante, n’aura de cesse de chercher à desserrer l’étau.

LA CONTINUITÉ AU-DELÀ DU « CHANGEMENT »

  • 49 Allocution à l’occasion de la présentation de ses vœux aux Français, 31 décembre 1981, MRE, Politi (...)
  • 50 Sur tout ceci, voir les intéressants développements de Pierre Grosser, contribution citée.
  • 51 François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 13.
  • 52 Entretien entre Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, doc. cité. Dès le printemps 1981, l’Él (...)
  • 53 Compte rendu des entretiens entre le président Mitterrand et le président Reagan à la Maison Blanc (...)
  • 54 C’est ce que font valoir les Polonais après la proclamation de l’état de siège (Varsovie, au passa (...)
  • 55 TD Diplomatie 11089 DSL, 17 mars 1982, AN, 5AG4/2317.

13De fait, au-delà d’une inflexion pro-occidentale et antisoviétique fortement marquée par les circonstances, le discours français retrouve très vite ses accents traditionnels : « tout ce qui permettra de sortir de Yalta sera bon  », déclare François Mitterrand dès le 31 décembre 1981, s’appropriant la formule gaullienne et signifiant ainsi la continuité fondamentale de la politique française49. Certes, dans le contexte du début de la décennie, la marge de manœuvre française demeure limitée dans les relations Est-Ouest : il s’agit surtout, pour la diplomatie mitterrandienne, de se démarquer de la guerre froide « reaganienne  ». Car si Mitterrand souscrit à l’objectif du rétablissement de l’équilibre stratégique, la France et les Etats-Unis divergent en réalité profondément quant aux tenants et aboutissants de la nouvelle guerre froide. Divergences dans l’évaluation de l’URSS et du bloc soviétique d’abord : face à la vision fortement idéologique qui domine à Washington et qui postule une sorte d’irréversibilité des régimes communistes, les analyses françaises apparaissent nettement plus pragmatiques50. Mitterrand, élu président, a-t-il, comme il l’écrira plus tard, donné consigne à ses collaborateurs « d’ordonner » les réflexions élyséennes autour de « l’hypothèse majeure » selon laquelle « en l’an 2000, c’en serait fini de l’Empire soviétique »51 ? C’est plausible. Certes, on apparaît alors sceptique à l’Élysée quant aux possibilités d’évolution de l’Union soviétique elle-même, et rien ne permet de penser que Mitterrand anticipe alors l’implosion de l’URSS telle qu’elle interviendra dix ans après. En revanche, il est incontestable que, vu de Paris, l’Empire soviétique – autrement dit la domination de l’URSS en Europe de l’Est – n’apparaît pas immuable : dès octobre 1981, Mitterrand, on l’a dit, confie à Schmidt sa certitude que son affaiblissement – condition préalable, souligne-t-il, à l’unification allemande – « interviendra dans les 15 ans »52. Certes, la diplomatie mitterrandienne – comme l’illustreront ses réactions somme toute modérées à l’instauration de l’état de siège en Pologne – restera durablement prudente en Europe de l’Est, s’attachant à éviter tout ce qui pourrait s’apparenter à une provocation et misant avant tout sur les évolutions endogènes de « l’autre » Europe. Reste que la conviction de l’efficience de ces dernières ne fera que se renforcer dans les années qui suivent : Mitterrand n’essaierat-il pas, en 1984, de convaincre Reagan de la « décadence idéologique et pratique » de l’Empire soviétique « depuis Berlin-Est jusqu’à la Pologne en passant par la Hongrie et la Tchécoslovaquie » et du développement dans les démocraties populaires « de ce qu’on pourrait appeler un courant national-libéral »53 ? Divergences, par conséquent, dans les prescriptions : les Français, comme la plupart des Européens, rejettent la tendance américaine à étendre la guerre froide du « stratégique » vers les autres aspects de la relation Est-Ouest, à commencer par l’économie. D’où le refus des « sanctions  », qui n’est pas uniquement motivé par le rejet des méthodes unilatérales américaines, mais par un désaccord de fond : comme leurs partenaires européens à commencer par les Allemands – qu’il s’agit aussi, bien évidemment, de ne pas laisser seuls sur le terrain est-européen – les Français redoutent les conséquences d’une interruption des contacts économiques Est-Ouest non seulement pour des raisons d’intérêt bien compris (cette motivation est indéniable même si la France est bien moins engagée économiquement à l’Est que la RFA) mais parce qu’une telle politique serait à leurs yeux contre-productive dans la mesure où elle n’aboutirait qu’à renforcer la domination soviétique en Europe de l’Est54. Bref, les Français veulent mettre à l’abri des retombées de la nouvelle guerre froide le bilan de plus d’une décennie d’intensification des rapports entre les deux parties de l’Europe divisée : il s’agit de « garder ouvertes les voies de communication avec les pays d’Europe orientale. »55

  • 56 Pierre Grosser, contribution citée, p. 253, 258 et 262.
  • 57 Note de Pierre Morel pour le président, Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relation (...)
  • 58 MRE, note de la direction d’Europe, La CSCE et la réunion de Madrid, 29 septembre 1982, AN, 5AG4/2 (...)

14Malgré l’illusion d’optique de l’alignement sur la croisade reaganienne et derrière la critique du « trop de détente » giscardien, il faut donc bien comprendre, comme le souligne justement Pierre Grosser, que les « effets à long terme de la détente » continuent, après 1981, à être « espérés » par les Français : n’abandonnant en rien « l’analyse traditionnelle qui fait des blocs des systèmes provisoires » dont le dépérissement permettra de revenir à une sorte de normalité des rapports entre les nations européennes, ils entendent pratiquer une diplomatie qui, selon le Quai d’Orsay, mène « de front la riposte nécessaire aux risques stratégiques de l’ordre international et la construction prudente des fondations de l’après-Yalta »56. Bien sûr, ce même « sortir de Yalta » dont Mitterrand se fait l’avocat à la suite de De Gaulle apparaît pour le moins, en ce début des années quatre-vingt, comme un objectif lointain : comment rompre avec une logique de confrontation qui atteint alors son point haut ? Sans prétendre remettre en cause hic et nunc un système bipolaire dont cette dernière semble confirmer la pérennité, il s’agit surtout de préserver l’acquis politique, économique et humain (les trois « corbeilles » de la conférence d’Helsinki) d’une coopération entre les deux parties de l’Europe que la détente avait permis de mettre en place dans les années soixante-dix. Priorité française depuis les origines du processus dix ans plus tôt, la conférence sur la sécurité et la coopération en Europe, vue de Paris, reste en effet, en pleine nouvelle guerre froide, le meilleur cadre pour « favoriser l’épanouissement progressif des nations dans leur diversité »57. La CSCE demeure donc, comme le suggère le rôle qu’elle entend jouer à la réunion des 35 à Madrid en 1982, une orientation majeure de la diplomatie française – une orientation qui, au surplus, permet d’éviter « de laisser aux Américains le monopole exclusif des discussions avec l’URSS sur le thème de la sécurité européenne »58. Même si les Français restent toujours attentifs à ce que la CSCE ne dérive pas vers une logique de sécurité collective qui remettrait en cause la sécurité atlantique ou préviendrait l’émergence d’une défense européenne, la poursuite du processus d’Helsinki et l’émergence d’une dimension paneuropéenne de coopération et de sécurité demeureront pour eux une priorité dans les années à venir, surtout lorsque l’arrivée de Gorbatchev permettra le retour de la détente.

  • 59 Entretien, Le Monde, 26 novembre 1982 ; cf. aussi sa lettre à Reagan du 20 novembre 1982 dans laqu (...)
  • 60 Note de Pierre Morel pour le président, « Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relati (...)

15Si la capacité française de remise en cause du statu quo Est-Ouest reste théorique dans cette période de confrontation, c’est au sein de l’ensemble occidental que la France entend d’abord combattre le « système de Yalta  ». De fait, la nouvelle guerre froide et la mobilisation reaganienne du camp atlantique face à l’URSS sont propices à la contestation française de l’hégémonie américaine dans l’Alliance. Une contestation qui relève bien évidemment, avant tout, de la défense de l’indépendance nationale, comme Mitterrand ne manque pas de le souligner à chaque fois qu’il estimera celle-ci menacée par le comportement hégémonique des États-Unis : « La souveraineté de la France ne se marchande pas  », avertira-t-il en pleine affaire des sanctions ; « je n’apprécie pas qu’on l’oublie. »59 En fait, pour la diplomatie mitterrandienne comme naguère pour la diplomatie gaullienne, « sortir de Yalta » c’est, avant tout, résister à ce qui est perçu comme une tendance – jugée inhérente à la politique américaine – à imposer une logique de bloc dans le camp occidental et, au-delà, à l’ensemble du système international. Face à la volonté américaine d’accroître le rôle de l’Alliance au-delà de sa fonction strictement défensive – quant à elle parfaitement acceptée – et d’en étendre le champ géographique, Mitterrand se montrera donc particulièrement intransigeant : « la cohésion occidentale est indispensable  », juge-t-on à l’Élysée, « mais l’Alliance n’est pas un bloc au service des États-Unis »60.

  • 61 Sur tout ceci, Frédéric Bozo, Deux Stratégies pour l’Europe. De Gaulle, les États-Unis et l’Allian (...)
  • 62 Note de Pierre Morel, « Discours au Bundestag », 17 janvier 1983, doc. cité.
  • 63 Cf. note de Hubert Védrine pour le président de la République, Perspectives des relations Est-Oues (...)

16Reste la dimension ouest-européenne, décisive pour la politique étrangère et de sécurité française dans les dernières années de la guerre froide. Dans la vision gaullienne, on le sait, la perspective d’une Europe occidentale constituée en tant qu’acteur politico-stratégique visait non seulement à renforcer le statut international de la France et à rééquilibrer la relation transatlantique, mais elle s’inscrivait également, à plus long terme, dans la stratégie de sortie de « Yalta  » : une Europe émancipée des États-Unis – donc moins inquiétante vue de Moscou – devait amener l’URSS à abandonner la logique de confrontation et peut-être, un jour, à relâcher son emprise à l’Est61. Ce schéma était resté en souffrance depuis l’échec des projets européens du Général après le rejet du plan Fouchet et, surtout, depuis la confirmation du statu quo Est-Ouest au lendemain de l’écrasement du printemps de Prague : tout cela contribuait en effet inévitablement à consolider l’ordre établi atlantique et à renvoyer à un terme indéfini les ambitions politico-stratégiques ouest européennes. La nouvelle guerre froide pouvait paraître peu propice à l’accomplissement d’une vision qui n’avait pu s’imposer à la faveur de la détente : or c’est pourtant justement le regain de confrontation Est-Ouest qui, au début des années quatre-vingt, devait conduire la politique française à renouer avec le projet stratégique européen, et ce par le biais d’un rapprochement franco-allemand envisagé par Giscard et Schmidt, puis repris à leur compte dès 1982 par Mitterrand et Schmidt puis Kohl. La raison en est simple : la France, afin de renforcer l’amarrage occidental de l’Allemagne, se devait de procéder à une réaffirmation solennelle de la solidarité stratégique franco-allemande et, par conséquent, d’accepter dans ce domaine un « saut qualitatif » dont le discours du Bundestag devait donner le signal62. Coïncidant avec le 20e anniversaire du traité de l’Élysée, celui-ci devait donc marquer le coup d’envoi d’un approfondissement de la coopération franco-allemande qui, sur fond de relance de la construction communautaire, allait devenir la grande affaire du septennat dans le domaine politico-stratégique, l’«  ancrage à l’ouest de la RFA par l’amitié franco-allemande » et le « renforcement de l’expression de l’Europe en matière de sécurité » étant les deux faces de la même pièce63. Le binôme intégration européenne et coopération franco-allemande est bien, à partir de 1983, l’axe majeur de la politique étrangère et de sécurité française, et il constituera une donnée décisive au moment des événements décisifs de 1989-1990.

Nouvelle guerre froide, nouvelle détente ?

  • 64 MRE, note du directeur des Affaires politiques, J. Andréani, « Relations Est-Ouest », 26 mai 1983, (...)
  • 65 MRE, Note du CAP, M. Duclos, « Quel discours politique pour Williamsburg et autres sommets ? », 11 (...)
  • 66 MRE, note du directeur des Affaires politiques, J. Andréani, « Relations Est-Ouest », 26 mai 1983, (...)
  • 67 Compte rendu de l’entretien entre le président de la République et Madame Thatcher, Londres, jeudi (...)
  • 68 Compte rendu des entretiens entre le président de la République et le président finlandais M. Koiv (...)

17Loin de s’accommoder de la nouvelle guerre froide, la diplomatie française en cherche activement la sortie dès 1983. À partir du printemps, une certaine impatience se manifeste ; on déplore « qu’une attitude de confrontation domine les rapports Est-Ouest  », et cela « tant dans l’attitude de l’Union soviétique que des États-Unis  », classiquement renvoyés dos-à-dos64. L’analyse de la situation est partagée : d’une part, on est conscient de l’incertitude qui pèse sur le déploiement des missiles américains et on mesure, par conséquent, « le caractère redoutable des prochaines échéances » dont on attend, pour la fin de l’année (avec le vote programmé du Bundestag), « une épreuve de force »65 ; d’autre part, on constate que l’offensive soviétique marque le pas : certes « la vague pacifiste demeure forte  », « mais les Soviétiques ont dû compter avec la fermeté de la France, la victoire électorale de M. Kohl et la solidité des positions de Mme Thatcher »66. Les mois qui suivent confirment le sentiment que la dynamique soviétique a peut-être atteint son point haut ; sans qu’on en prenne immédiatement conscience, l’affaire du Boeing sud-coréen abattu par la chasse soviétique, début septembre, en marque peut-être l’apogée : la tragédie contribue de manière décisive à discréditer l’URSS et son offensive pacifiste en direction des opinions occidentales, et d’abord allemande. À l’automne 1983, François Mitterrand commence à envisager la fin du bras de fer : il confie à Margaret Thatcher, en octobre : « si nous avons tenu bon sur les missiles, nous pourrons tendre la main aux Soviétiques »67 ; et au président finlandais Koivisto, le mois suivant : « nous vivrons un moment difficile » après le déploiement, puis « la France sera à la disposition des uns et des autres pour aider à toute reprise des conversations »68.

  • 69 Note pour le président de la République, « Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après le (...)
  • 70 Note de J.-L. Gergorin et B. Dorin, « Relations franco-américaines : éléments pour l’étape de Wash (...)
  • 71 « L’Alliance est plus forte que jamais », dit-il à Mitterrand ; « elle a su résister à l’Union sov (...)

18Le commencement du déploiement des missiles américains, au lendemain du vote favorable du Bundestag, est donc un moment décisif du point de vue français ; il lève une hypothèque à laquelle bien des projets sont suspendus. Certes, le bras de fer ne prend pas fin immédiatement : dans une importante note analytique et programmatique rédigée au lendemain du vote du Parlement ouest-allemand69, Hubert Védrine concède que l’URSS ne renoncera pas à son registre habituel de pressions et d’intimidations pour peser sur les occidentaux et les diviser, sachant que son objectif antérieur, le non-déploiement, devient « le moins de déploiement possible  ». Reste que la France peut désormais envisager de nouvelles perspectives. D’abord, à l’Ouest : après les turbulences de 1982-1983, l’année 1984 marque un « répit » dans une relation américaine qui revient à la « sérénité  », « une cohabitation plus tranquille où chacun comprend mieux, même s’il le désapprouve, le comportement de l’autre »70 ; c’est ce qu’illustre, au printemps 1984, le voyage aux États-Unis d’un François Mitterrand encore auréolé de son discours au Bundestag et de son soutien à l’Alliance, jugé décisif par Reagan71. Dans ce contexte transatlantique apaisé, la France, forte du crédit que lui vaut sa fermeté dans l’affaire des FNI, peut s’atteler à ce qui redevient désormais un objectif majeur : relancer le projet politico-stratégique européen. L’année 1984 marque à cet égard un tournant ; après le choix décisif, en mars 1983, du maintien du franc dans le SME, et avec la présidence française de la Communauté au premier semestre 1984, Mitterrand s’attelle à une relance communautaire que rendent possible le succès du sommet de Fontainebleau et le règlement du contentieux sur la contribution britannique en juin ; parallèlement, la relance politico-stratégique franco-allemande, consécutive au discours du Bundestag, prend désormais une dimension européenne avec la relance de l’UEO à l’automne, qui s’inscrit dans la perspective d’un pilier européen de la défense, désormais l’axe principal de la politique française dans la dimension politico-militaire.

  • 72 Cf. note pour le président de la République, « Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après (...)
  • 73 Hubert Védrine, op. cit., p. 256.
  • 74 Compte rendu des entretiens entre le président Reagan et le président Mitterrand à la Maison Blanc (...)
  • 75 Sur la visite en URSS de juin 1984, cf. Pierre Grosser, contribution citée.

19Mais c’est surtout à l’Est que la diplomatie française envisage du nouveau pour l’après FNI sous la forme d’une « réactivation des relations franco-soviétiques » ; l’idée est simple : dès lors que l’Occident a tenu bon, notamment grâce à la « détermination » mitterrandienne, l’«  important capital constitué par l’interruption des sommets réguliers avec l’URSS » doit permettre à la diplomatie française – une fois achevée la « cure de désintoxication – de reprendre toute sa place dans les relations Est-Ouest »72. Mitterrand, lors de sa visite à Washington en mars 1984, ne le cache pas à un Reagan d’ailleurs jugé « modéré, responsable et pragmatique »73 : « nous avons une sorte de détente avec l’Union soviétique, c’est incontestable » ; « nous recevrons sans doute une autre invitation pour Claude Cheysson ou pour moi-même ; j’en informerai bien sûr nos amis  », confie-t-il au président américain qu’il tente de convaincre d’engager l’URSS au dialogue « pour le jour certain ou le Premier soviétique voudra discuter »74. Malgré le scepticisme américain sur l’opportunité d’une visite occidentale au plus haut niveau à Moscou, le président français ne s’en laissera pas dissuader. Certes, la visite de Mitterrand en URSS en juin 1984 donnera lieu, jusqu’au dernier moment, à une hésitation très politique : il ne faut pas donner à l’opinion française ni aux partenaires occidentaux l’impression d’un revirement brutal ni accréditer l’idée d’un « cadeau » français au régime soviétique75. Le président français, on le sait, saura éviter le piège : en évoquant le sort du dissident Andreï Sakharov lors du toast qu’il prononce au Kremlin lors du dîner officiel, il parvient à faire passer le message qu’il souhaite faire entendre : la fermeté des convictions et des positions n’est pas incompatible avec le dialogue. Certes, la visite de Mitterrand en URSS ne devait guère n’apporter de nouveau ; les Français avaient d’ailleurs cherché à en limiter par avance la portée, notamment en réduisant le nombre et la durée des entretiens. Mais il s’agissait pour la diplomatie française de prendre date, de se positionner dans l’attente d’une « nouvelle » détente qu’elle anticipait une fois tournée la page de la nouvelle guerre froide.

  • 76 Cf. entretien entre M. le président de la République et M. Henry Kissinger, 28 juin 1984, arch. pr (...)
  • 77 Sur la politique de la France à la fin de la guerre froide, cf. Frédéric Bozo, Mitterrand, la dipl (...)

20La suite allait confirmer ce schéma. Mitterrand reviendra de Moscou persuadé de la volonté des dirigeants soviétiques de rétablir le dialogue stratégique avec les occidentaux, pour peu, confiera-t-il à Henry Kissinger, que Washington fasse preuve de modération et renonce à pousser l’avantage une fois l’équilibre rétabli grâce au déploiement des Pershing76. Dans la continuité de De Gaulle vingt ans auparavant, Mitterrand aura ainsi ouvert la voie à une « nouvelle détente » dans laquelle, après avoir clairement marqué sa capacité de s’opposer à l’hégémonisme soviétique, il souhaitait voir la France jouer un rôle pionnier. Loin de marquer une « conversion » française à une politique de guerre froide, la crise des euromissiles, en ce sens, n’aura été qu’une parenthèse dans la politique Est-Ouest de la France. Cette donnée est importante pour comprendre ce que sera, à partir de mars 1985, l’attitude mitterrandienne face à l’arrivée de Gorbatchev et, au-delà, aux événements qui, quelques années plus tard, allaient mettre un terme à la guerre froide et à la division de l’Europe77.

Notes

1 Sur l’idée d’une « victoire reaganienne » dans la guerre froide, cf. Beth A. Fischer, « The US and the Transformation of the Cold War », in Olav Njølstad (dir.), From Conflict Escalation to Conflict Transformation : The Cold War in the 1980’s, Londres, Frank Cass, 2004 ; sur le rôle du processus d’Helsinki dans la fin de la guerre froide, cf. Daniel C. Thomas, The Helsinki Effect : International Norms, Human Rights and the Demise of Communism, Princeton, Princeton University Press, 2001.

2 Sur la France et les relations Est-Ouest pendant la dernière décennie de la guerre froide, cf. Frédéric BOZO, « Before the Wall : French Diplomacy and the Last Decade of the Cold War », in Njølstad (dir.), op. cit.

3 La double décision de l’OTAN (proposition d’une négociation avec les Soviétiques sur les forces nucléaires intermédiaires et déploiement en Europe de fusées Pershing II et de missiles de croisière américains en cas d’échec de la négociation) constitue un compromis entre la préférence allemande pour la négociation et celle, américaine, pour le déploiement ; c’est au sommet de la Guadeloupe (États-Unis, France, Grande-Bretagne, RFA) tenu à son initiative que le président français avait contribué à l’émergence de ce compromis : cf. Valéry Giscard d’Estaing, Le Pouvoir et la vie, vol. 2, « L’affrontement », Paris, Compagnie 12, p. 263 sq. et, pour le point de vue allemand, Helga Haftendorn, Deutsche Außenpolitik zwischen Selbstbeschränkung und Selbstbehauptung, Munich, DVA, 2001, p. 281 ; voir aussi la synthèse historiographique sur la crise des euromissiles dans Leopoldo Nuti, « L’Italia e lo schieramento dei missili da crociera BGM-109 G “Gryphon” », dans Ennio Di Nolfo (dir.) La politica estera italiana negli anni ottanta, Bari, Piero Lacaita editore, 2003.

4 L’idée de la rencontre semble avoir procédé de l’analyse selon laquelle la direction soviétique, d’emblée divisée dans l’affaire afghane et très tôt consciente du risque d’enlisement, pourrait rapidement rechercher une « porte de sortie ». À Varsovie, Giscard, pourtant, ne devait pas tenir à Brejnev un discours d’apaisement ; c’est surtout l’annonce imprudente par le président français, lors du sommet de Venise quelques semaines plus tard, d’un prochain retrait partiel de l’Armée soviétique, qui devait permettre à Mitterrand d’ironiser sur le thème du « petit télégraphiste ». Sur cette affaire, voir notamment Henri Froment-Meurice, Vu du Quai. Mémoires 1945-1983, Paris, Fayard, p. 560 sq. (l’auteur était alors ambassadeur à Moscou).

5 Conférence de presse du 27 janvier 1981, citée par Froment-Meurice, op. cit., p. 580.

6 Voir à ce sujet Georges-Henri Soutou, L’Alliance incertaine. Les rapports politiques et stratégiques francoallemands 1954-1996, Paris, Fayard, 1996.

7 C’est ce que confiait Jacques Chaban-Delmas à Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 559. Sur l’évolution de la diplomatie giscardienne, voir Frédéric Bozo, La Politique étrangère de la France depuis 1945, Paris, La Découverte, 1997, p. 70 sq.

8 Selon Pierre Grosser, « Serrer le jeu sans le fermer : l’Élysée et les relations franco-soviétiques, 1981-1984 », dans Serge Berstein, Pierre Milza, Jean-Louis Bianco (dir.), François Mitterrand. Les Années du changement, 1981-1984, Paris, Perrin, 2001.

9 Cf. par exemple ministère des Relations extérieures (MRE), Centre d’analyse et de prévision (CAP), note, La « carte française » dans la diplomatie soviétique : orientations pour redéfinir les rapports franco-soviétiques, 14 mai 1981, Archives nationales (AN), 5AG4/11385 ; selon l’auteur, la « complaisance » française à l’égard de l’URSS aurait favorisé rien moins qu’« un certain désarmement moral » occidental.

10 Selon les mots d’Hubert Védrine, Les Mondes de François Mitterrand. À L’Élysée 1981-1996, Paris, Fayard, 1996, p. 93.

11 MRE, Note du chef du CAP pour le ministre, a.s. Audience de M. Ponomarev, 26 octobre 1981, AN, 5AG4/11385.

12 Exposé de la nouvelle ligne dans MRE, sous-direction Europe orientale, note a.s. Relations franco-soviétiques en 1981,1er décembre 1981, AN, 5AG4/11385.

13 Sur ce qui suit, Frédéric Bozo, « La France, fille aînée de l’Alliance ? La politique atlantique de François Mitterrand 1981-1984 », dans Berstein et al. (dir.), op. cit.

14 Note de Jean-Marie Mérillon, « Sommet de Bonn », 1er juin 1982, AN, 5AG4/2627.

15 International Herald Tribune, 12 juin 1982. François Mitterrand avait ainsi participé au dîner des chefs d’État et de gouvernement à l’ouverture du sommet de l’Alliance à Bonn en juin 1982 (sans participer au sommet proprement dit, où la France fut représentée par Pierre Mauroy et Claude Cheysson : cf. TD Diplomatie 18748, 5 mai 1982, AN, 5AG4/2266) ; puis, en mai 1983, Paris était l’hôte – pour la première fois depuis le retrait de 1966 – de la réunion ministérielle de printemps du Conseil atlantique en mai 1983.

16 Note de Jean-Marie Mérillon, Sommet de Bonn, 1er juin 1982, doc. cité.

17 MRE, CAP, La « carte française » dans la diplomatie soviétique, 14 mai 1981, doc. cité.

18 Védrine, op. cit., p. 117.

19 MRE, CAP, La « carte française » dans la diplomatie soviétique, 14 mai 1981, doc. cité ; quant au refus d’associer la France à la double décision de l’OTAN, il n’a fait qu’entretenir « une impression de complaisance vis-à-vis de l’URSS », écrira Védrine, op. cit., p. 116.

20 Note de Jean-Marie Mérillon, Sommet de Bonn, 1er juin 1982, doc. cité.

21 Voir Védrine, op. cit., p. 102 sq.

22 Cherchera-t-il de surcroît à se dédouaner de la désignation de quatre ministres communistes dans le gouvernement Mauroy à partir de juin 1981 ? Ce facteur n’aura sans doute eu qu’un rôle limité dans le durcissement à l’égard de l’URSS, tant Mitterrand – tout en s’attachant à rassurer ses interlocuteurs américains – rejette toute ingérence étrangère dans les affaires françaises : cf. à ce sujet Pierre Favier et Michel Martin-roland, La Décennie Mitterrand, t. I, « Les Ruptures » (1981-1984), Paris, Seuil, 1990, en particulier p. 241.

23 C’est la « manière » de la politique giscardienne, non son « orientation » que fustige Mitterrand, note Védrine, op. cit., p. 110. De fait, que ce soit en ce qui concerne la double décision (que Giscard, on l’a dit, avait lui-même contribué à élaborer) ou l’Afghanistan (à propos duquel l’ancien président s’était montré ferme face à Brejnev à Varsovie) il n’y a pas de véritable rupture quant au fond de la position française.

24 Pour ce qui suit, cf. Bozo, « La France, fille aînée de l’Alliance ? », contribution citée.

25 Note de Pierre Morel pour le président, Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relations Est-Ouest, 1er juin 1982, AN, 5AG4/2266.

26 Entretien entre le président de la République et le chancelier Helmut Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, arch. privées.

27 La réserve de Mitterrand à l’égard de l’option zéro n’est pas de principe (dès 1979, il s’est prononcé pour la formule « ni Pershing, ni SS 20 », et il soutiendra le traité de Washington en 1987) mais de circonstance : dans le contexte de 1981-1983, il la juge irréaliste car inacceptable pour les Soviétiques, puisqu’elle les conduirait à démanteler leurs SS 20 déjà déployés alors que les Américains n’auraient pas à opérer de retrait, les Pershing et les missiles de croisière n’étant pas encore implantés en Europe occidentale.

28 De fait, si Mitterrand soutient, devant le Parlement ouest-allemand, l’implantation de missiles américains face aux SS 20, il précise que « le niveau de déploiement » devra dépendre du résultat de la négociation de Genève.

29 Ministère de l’économie, Note de la direction du Trésor, 16 juillet 1981, AN, 5AG4/2265 ; quant au représentant désigné par Mitterrand pour préparer le sommet d’Ottawa, il s’interroge : Washington ne va-t-il pas par ce biais pousser à la création d’une organisation « qui serait analogue en matière économique à ce que constitue, pour la défense, l’OTAN ? » : Lettre de Jean-Marcel Jeanneney à François Mitterrand, 24 juin 1981, AN, 5AG4/2265.

30 Selon le secrétaire général du Quai d’Orsay, Francis Gutman, Fiche pour le ministre, « Réflexion sur l’exercice de La Sapinière », 22 octobre 1982, AN, 5AG4/11437.

31 Note de Claude Cheysson pour le président, 18 octobre 1982, AN, 5AG4/11437.

32 Note du CAP, Relations franco-américaines : le contexte psychologique et politique avant et après le 10 mai 1981, 21 juillet 1982, 5AG4/11537.

33 Note de Hubert Védrine, a.s. Relations franco et euro-américaines, 28 juillet 1982, AN, 5AG4/11437.

34 Sur tout ceci, Froment-Meurice, op. cit., p. 603 sq. (après Moscou, l’auteur est alors ambassadeur à Bonn).

35 Entretien entre le président de la République et le chancelier Helmut Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, doc. cité.

36 Ce à quoi le chancelier acquiesce, non sans ajouter que l’unification deviendra « un problème relatif » grâce à la coopération franco-allemande : compte rendu d’entretien entre le président de la République et le chancelier Kohl, Bad-Kreuznach, le 30 octobre 1984, archives privées.

37 Je ne partage pas sur ce point l’analyse de Tilo Schabert selon lequel la question allemande était alors pour Mitterrand une « question actuelle » : cf. Wie Weltgeschichte gemacht wird. Frankreich und die deutsche Einheit, Stuttgart, Klett-Cotta, 2002, p. 125. Si la question allemande avait en effet été actuelle dès cette époque, elle aurait donné lieu à des échanges plus fréquents et nourris entre Français et Allemands ainsi qu’à des prises de position publiques, ce qui n’est pas le cas (certains, comme Henri Froment-Meurice, le déplorent, l’ambassadeur de France à Bonn jugeant que les dirigeants français ne mesurent pas, dans cette période critique, l’importance que revêtirait pour l’Allemagne et pour les relations franco-allemandes l’expression solennelle, au-delà du discours traditionnel, d’une solidarité française avec l’objectif de l’unité : le discours du Bundestag, dans lequel il avait suggéré – sans être entendu à l’Élysée – une telle mention, devait ainsi constituer à ses yeux une occasion manquée qui ne serait pas rattrapée par la suite et qui devrait peser négativement en 1989 : cf. Froment-Meurice, op. cit., p. 660-662).

38 Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 659.

39 Entretien Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, doc. cité.

40 Note de Pierre Morel pour Jean-Louis Bianco, Discours au Bundestag : nécessité et modalités d’une grande initiative, 17 janvier 1983, AN, 5AG4/6523.

41 Hélène Miard-Delacroix, « Les relations franco-allemandes », dans Berstein, et al. (dir.), op. cit., p. 304.

42 Henri Froment-Meurice, op. cit., p. 642.

43 Cf. MRE, sous-direction d’Europe orientale, note, a.s. Les relations interallemandes, 6 octobre 1982 ; note a. s. Est-Ouest, 13 octobre 1982 ; et sous-direction des affaires stratégiques et des pactes, note a. s. Sommet franco-allemand. Questions stratégiques, 8 octobre 1982, AN, 5AG4/2627.

44 Note de Pierre Morel, « Discours au Bundestag », 17 janvier 1983, doc. cité.

45 Petit-déjeuner du 30 mai 1983 avec Helmut Kohl, feuillets manuscrits de François Mitterrand, AN, 5AG4/11240.

46 Cf. note de Pierre Morel, Discours au Bundestag, 17 janvier 1983, doc. cité.

47 La préoccupation de la « non-inclusion », mise entre parenthèse pendant le bras de fer de 1983, réapparaît logiquement dès que le commencement de l’installation des missiles américains laisse présager une reprise à terme des négociations de Genève ; cf. note de Hubert Védrine pour le président de la République, Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après le commencement du déploiement. Rôle de la France, 1er décembre 1983, AN, 5AG4/4066. Elle deviendra omniprésente à partir de la reprise effective des négociations en 1985.

48 Le débat en France autour du discours du Bundestag rend bien compte de ce dilemme, de cette tension entre deux objectifs antinomiques ; voir par exemple (côté « gaulliste ») Gabriel Robin, « Hors des Pershings, point de salut ? », Le Monde, 18 janvier 1983, et (côté « atlantiste ») Pierre Lellouche, « Réplique à Gabriel Robin », Le Monde, 22 janvier 1983.

49 Allocution à l’occasion de la présentation de ses vœux aux Français, 31 décembre 1981, MRE, Politique étrangère de la France. Textes et documents (PEF), novembre-décembre 1981, p. 85.

50 Sur tout ceci, voir les intéressants développements de Pierre Grosser, contribution citée.

51 François Mitterrand, De l’Allemagne, de la France, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 13.

52 Entretien entre Mitterrand-Schmidt, Latché, 7 octobre 1981, doc. cité. Dès le printemps 1981, l’Élysée n’exclut pas une « finlandisation » à terme des démocraties populaires qui prendrait la forme d’une désoviétisation des régimes sans remise en cause de la tutelle géopolitique de l’URSS : cf. note manuscrite de Jean-Michel Gaillard pour Hubert Védrine à propos de la note CAP du 14 mai 1981, La « carte française » dans la politique soviétique, doc. cité, AN, 5AG4/11385.

53 Compte rendu des entretiens entre le président Mitterrand et le président Reagan à la Maison Blanche, 22-23 mars 1984, I. Entretien du jeudi 22 mars, archives privées.

54 C’est ce que font valoir les Polonais après la proclamation de l’état de siège (Varsovie, au passage, fait aussi comprendre que si la France ne maintenait pas son soutien économique et financier à la Pologne, celle-ci devrait se retourner vers la République fédérale ; de toute évidence, ne pas laisser agir seule une Allemagne qui, elle aussi, refuse toute logique de rupture économique avec l’Est, est également un impératif du côté français) : ministère de l’Économie, note du directeur du Trésor, M. Camdessus, pour le ministre, démarche officieuse polonaise, 19 avril 1982, AN, 5AG4/2317.

55 TD Diplomatie 11089 DSL, 17 mars 1982, AN, 5AG4/2317.

56 Pierre Grosser, contribution citée, p. 253, 258 et 262.

57 Note de Pierre Morel pour le président, Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relations Est-Ouest, 1er juin 1982, doc. cité.

58 MRE, note de la direction d’Europe, La CSCE et la réunion de Madrid, 29 septembre 1982, AN, 5AG4/2627.

59 Entretien, Le Monde, 26 novembre 1982 ; cf. aussi sa lettre à Reagan du 20 novembre 1982 dans laquelle il appelle au respect de « la personnalité nationale de chaque État », AN, 5AG4/11437.

60 Note de Pierre Morel pour le président, « Le sommet de Versailles, le sommet de Bonn et les relations Est-Ouest », 1er juin 1982, doc. cité.

61 Sur tout ceci, Frédéric Bozo, Deux Stratégies pour l’Europe. De Gaulle, les États-Unis et l’Alliance atlantique, Paris, Plon, 1996.

62 Note de Pierre Morel, « Discours au Bundestag », 17 janvier 1983, doc. cité.

63 Cf. note de Hubert Védrine pour le président de la République, Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après le commencement du déploiement. Rôle de la France, 1er décembre 1983, doc. cité.

64 MRE, note du directeur des Affaires politiques, J. Andréani, « Relations Est-Ouest », 26 mai 1983, doc. cité.

65 MRE, Note du CAP, M. Duclos, « Quel discours politique pour Williamsburg et autres sommets ? », 11 mai 1983, AN 5AG4/4329.

66 MRE, note du directeur des Affaires politiques, J. Andréani, « Relations Est-Ouest », 26 mai 1983, doc. cité.

67 Compte rendu de l’entretien entre le président de la République et Madame Thatcher, Londres, jeudi 20 octobre 1983, Archives privées.

68 Compte rendu des entretiens entre le président de la République et le président finlandais M. Koivisto, mardi 15 novembre 1983, Archives privées.

69 Note pour le président de la République, « Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après le commencement du déploiement. Rôle de la France », 1er décembre 1983, doc. cité.

70 Note de J.-L. Gergorin et B. Dorin, « Relations franco-américaines : éléments pour l’étape de Washington du voyage présidentiel », s. d., mars 1984, AN, 5AG4/11441 ; voir aussi Hubert Védrine, op. cit., p. 251 sq.

71 « L’Alliance est plus forte que jamais », dit-il à Mitterrand ; « elle a su résister à l’Union soviétique sur les FNI. Votre rôle a été crucial » ; compte rendu des entretiens entre le président Reagan et le président Mitterrand à la Maison Blanche, Washington le jeudi 22 mars et le vendredi 23 mars. Entretien du jeudi 22 mars, doc. cité.

72 Cf. note pour le président de la République, « Perspectives des relations Est-Ouest en 1984, après le commencement du déploiement. Rôle de la France », 1er décembre 1983, doc. cité.

73 Hubert Védrine, op. cit., p. 256.

74 Compte rendu des entretiens entre le président Reagan et le président Mitterrand à la Maison Blanche, Washington le jeudi 22 mars et le vendredi 23 mars. Entretien du jeudi 22 mars, doc. cité (Cheysson s’était rendu à Moscou au printemps 1983.)

75 Sur la visite en URSS de juin 1984, cf. Pierre Grosser, contribution citée.

76 Cf. entretien entre M. le président de la République et M. Henry Kissinger, 28 juin 1984, arch. privées.

77 Sur la politique de la France à la fin de la guerre froide, cf. Frédéric Bozo, Mitterrand, la diplomatie française et la fin de la guerre froide. De Yalta à Maastricht, Paris, Odile Jacob, 2005.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search