Version classiqueVersion mobile

Relations internationales et stratégie

 | 
Frédéric Bozo

Première partie. La France dans la guerre froide

La France face à la soviétisation de l’Europe de l’Est : le cas tchécoslovaque (1944-1948)

Mathieu Allard

Texte intégral

1L’expansion soviétique et la soviétisation de l’Europe de l’Est sont un des phénomènes majeurs de la fin de la guerre et de l’après-guerre en Europe avant que celle-ci ne bascule dans la guerre froide. Si l’historiographie reste divisée sur la date du déclenchement de ce conflit singulier, sur ses origines ainsi que sur les responsabilités des diverses parties, il est indéniable que la politique soviétique dans cette région de l’Europe contribua au déclenchement de la guerre froide.

  • 1 Milovan Djilas, Conversations with Stalin, New York, 1962, p. 114.

2À partir de 1943, l’avancée de l’Armée rouge au cœur de l’Europe centrale est suivie de l’établissement, par étapes successives, des démocraties populaires qui s’alignent toutes progressivement entre 1945 et 1948 sur l’Union soviétique. Il est nécessaire d’insister sur le fait que la soviétisation n’est pas un phénomène « événementiel » comme le retentissement donné au « coup de Prague » a par exemple pu le faire croire. S’il est difficile de trouver une date originelle à la soviétisation, nous pensons néanmoins qu’il faut revenir au cœur de la Seconde Guerre mondiale pour comprendre les fondements de ce phénomène. Pour Staline, cette guerre n’était pas comme les autres. Parallèlement à une volonté d’expansion idéologique, il y avait également une volonté d’expansion territoriale. Staline confia ainsi au communiste yougoslave Milovan Djilas, « cette guerre n’est pas comme celles du passé ; celui qui occupe un territoire impose également son système social. Chacun impose son propre système aussi loin que son armée peut parvenir »1. Partout où l’Armée rouge est présente s’enclenche le processus de soviétisation. Profitant de cet atout majeur, les partis communistes prennent le pouvoir et imposent, à des sociétés peu préparées, de considérables bouleversements politiques, économiques, sociaux et culturels. Il apparaît ainsi très vite, et ce malgré les ambiguïtés de 1945, que la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et la Yougoslavie sont condamnées à devenir les satellites de l’URSS. Seule la Tchécoslovaquie, pays qualifié de « sage » par François Fejtö, semble de 1945 à 1947 prouver au monde que la règle de Yalta est respectée. Cette situation particulière, voulue par Staline, va nourrir les illusions de ceux qui croient possible une entente entre l’Ouest et l’Est, au premier rang desquels une grande majorité de la classe politique française. Avec le déclenchement de la guerre froide, la situation tchécoslovaque n’est plus tenable. Le « coup de Prague » de février 1948 marquera la fin de cette expérience, provoquant l’émoi des opinions publiques occidentales.

  • 2 À l’image de René Mayer. Raymond Poidevin, « René Mayer et la politique extérieure de la France (1 (...)
  • 3 Étienne Santiard, « Les diplomates français en 1946 : Le problème soviétique au cœur de la déchiru (...)

3La France, devenue objectivement une puissance moyenne, observe avec inquiétude la constitution de ce bloc communiste à l’Est de l’Europe. Consciente de la faiblesse de ses moyens, animée, à l’instar de De Gaulle, par la volonté de reconquérir son rang, celle-ci assiste impuissante à l’emprise rapide et brutale de l’Union soviétique sur cet espace. De Gaulle et Georges Bidault, aux commandes de la politique étrangère, optent dès 1944 pour une politique d’équilibre entre l’Est et l’Ouest car tous deux se méfient des Soviétiques, après les décevantes retombées du pacte d’alliance de décembre 1944, et entretiennent des relations difficiles avec les Anglo-Américains. Surtout, l’Allemagne est alors pour une grande majorité de la classe politique française le problème prioritaire2, « le problème central de l’univers » selon de Gaulle. Mais la France peine à imposer ses vues sur l’Allemagne, étant absente des grandes conférences internationales de 1945. Dans ce contexte, l’URSS apparaît comme un allié difficile mais essentiel pour contenir une éventuelle résurgence de la traditionnelle menace allemande. Ceci explique notamment les concessions françaises sur la Pologne. La crainte d’un rapprochement soviéto-allemand3 et la soviétisation de l’Europe centrale et orientale vont être les deux facteurs permettant aux dirigeants français de prendre progressivement conscience des nouveaux rapports de force dans le monde de l’après-guerre et consacrer ainsi pour la politique extérieure française le passage « de la menace allemande traditionnelle à la nouvelle menace soviétique ». C’est un processus long et hésitant, comme nous le montre l’étude du « cas tchécoslovaque », en ce sens des plus révélateurs.

  • 4 Documents diplomatiques français, 1945 (1er janvier-30 juin), t. I, ministère des Affaires étrangè (...)
  • 5 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique par le Quai d’Orsay entre 1945 et 194 (...)
  • 6 Note du 3 février 1945, Archives du ministère des Affaires étrangères (noté désormais MAE), Y inte (...)
  • 7 Seuls les pays ayant signé les actes de reddition de ces États prendront part à l’élaboration des (...)
  • 8 DDF, 1945…, t. I, note de la Direction d’Europe, 18 avril, doc. n° 285.
  • 9 DDF, 1945…, t. I, dépêche n° 679, doc. n° 202, 19 mars, p. 371-372.
  • 10 DDF, 1945…, t. I, p. XV.
  • 11 Note du 13 août 1945, MAE, Europe 1944-1960, Généralités, vol. 28.

4La France entend retrouver à l’est de l’Europe une partie au moins de l’influence qui était la sienne avant guerre. Pendant la guerre, de Gaulle a multiplié les contacts, notamment avec les gouvernements polonais et tchécoslovaques en exil à Londres. Si certains, comme Maurice Dejean, futur ambassadeur à Prague, envisagent avec optimisme le retour de la France en Europe orientale4, d’autres diplomates se montrent beaucoup plus mesurés. En effet, dès 1945 la politique soviétique en Europe centrale et orientale inquiète une partie des dirigeants du Quai d’Orsay. Paris, qui réorganise son réseau diplomatique commence dès 1944-1945 à faire face à ce phénomène, et certains diplomates en tirent les premières conséquences. Il apparaît ainsi très vite, qu’au sein de la diplomatie française, un petit groupe de diplomates influents, comme Jean Chauvel, René Massigli, Henri Bonnet ou Jean Laloy, mis en évidence par Georges-Henri Soutou5, a parfaitement saisi l’imminence de la menace soviétique qui devient alors pour eux le danger numéro un. En février 1945, Jean Laloy écrit : « On voit apparaître les premiers symptômes d’une campagne permettant à l’URSS de maintenir ses troupes en Europe sans aucun délai défini, ou même de les réintroduire dans les pays vaincus qu’elle jugerait insuffisamment démocratiques. Sans aucun doute ne pourrait-elle le faire que de concert avec ses alliés, mais elle préférerait sans doute le maintien prolongé d’une occupation commune dont elle tire les plus grands avantages, à une évacuation simultanée qui marquerait sans doute un brusque recul de son influence en Europe »6. Après la conférence de Yalta, la France sait qu’elle ne pourra participer à l’élaboration des traités de paix avec les ex-satellites du Reich, à savoir, la Hongrie, la Bulgarie et la Roumanie7. D’autre part, le sort de la Pologne est alors quasiment réglé, la France et de Gaulle ayant joué un rôle non négligeable en reconnaissant le comité de Lublin, conséquence directe du traité franco-soviétique du 10 décembre 1944. Quant à la Yougoslavie, la personnalité du maréchal Tito pose de nombreuses questions, le Quai d’Orsay s’inquiétant du fait qu’il « offre toute garantie au Kremlin »8. Pour René Massigli, la situation est claire : « les États baltes ont disparu, la Pologne, la Roumanie, la Yougoslavie, la Bulgarie et sans doute aussi la Hongrie seront des satellites de la Russie et la Tchécoslovaquie aura beaucoup de peine à s’assurer plus d’indépendance. Le jour où ces États prendront ou reprendront conscience de leurs intérêts propres, il est à prévoir qu’ils se trouveront en opposition avec Moscou ; dans ce cas ils regarderont vers l’ouest et nous demanderont notre appui. Mais leur indépendance ne sera jamais assez grande pour que, dans une question n’affectant pas leurs intérêts propres, mais qui nous opposerait à la Russie, ils prennent notre parti contre celui des Soviets »9. Dans ce contexte, le Quai d’Orsay, dès le 7 mai 1945, indique au général de Gaulle que les difficultés provoquées par l’URSS à la France en Europe centrale et orientale sont « révélatrices et d’une politique et d’une méthode qui l’une et l’autre, tendent à nous décourager de restaurer ou de maintenir nos positions traditionnelles en Europe de l’Est »10. Surtout, ce qui inquiète la France, c’est la formation d’un bloc slave qui, à l’image de Jean Laloy, est jugé dangereux dès août 1945 : « de caractère défensif, le nouveau bloc slave a deux pointes offensives, l’une dans la Baltique vers les Détroits danois, l’autre vers la Méditerranée par le Bosphore et les Balkans. Il prend ainsi un caractère dynamique, générateur de crises […]. Les années qui viennent montreront si l’URSS réussit à implanter son influence jusqu’au cœur de l’Europe ou si elle est obligée de reculer dans des limites qui correspondent mieux aux traditions historiques des pays russes »11.

  • 12 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique… », op. cit., p. 274.

5Cependant, comme nous l’avons déjà dit, ces inquiétudes, encore rares en 1945, n’étaient pas partagées par l’ensemble de la classe politique française. Les idées de ce groupe « n’étaient pas du tout admises par tous, bien au contraire, et on peut considérer qu’une majorité de diplomates, au moins jusqu’en 1947 voire 1948, considéraient, comme d’ailleurs la plupart des hommes politiques, l’Allemagne toujours comme le problème numéro un et l’URSS plutôt comme une alliée contre cette dernière »12. C’est le cas notamment de grands diplomates comme Maurice Dejean, Henri Hoppenot ou le Général Catroux.

  • 13 MAE, Télégramme du 5 juillet 1945, Europe 1944-1960, Pologne, vol. 59.
  • 14 DDF, 1945…, t. I, dépêche n° A/1836, doc. cité.

6Il est vrai que la situation politique intérieure française, avec un parti communiste très puissant, interdit aux dirigeants français de considérer l’expérience nouvelle qui commence à se profiler à l’Est comme totalement néfaste. Le prestige de l’URSS est alors à son apogée. De plus, ces pays témoignent très rapidement vis-à-vis de la France une sympathie marquée, et l’appellent à jouer un rôle dans l’après-guerre. Il se peut que ces déclarations d’amitiés aient brouillé dans les esprits la perception des réalités des pays de l’Europe de l’Est. C’est vrai par exemple pour une partie de la diplomatie française, notamment pour les diplomates nommés dans les capitales de l’Europe orientale. Ainsi Roger Garreau, nouvel ambassadeur à Varsovie, estime le 5 juillet 1945 que « jamais les circonstances n’avaient été plus favorables au raffermissement de notre influence politique et spirituelle » en Pologne13. Maurice Dejean, quant à lui, part à Prague avec comme idée que si « la France devra sans doute plus que par le passé tenir compte des conceptions des autres grandes puissances » il y a « toutefois de sérieuses chances pour qu’elle soit appelée à jouer en Europe centrale un rôle important »14. D’autres diplomates enfin, sans grande illusion, estimaient que la France devait être présente, tenter un rôle de médiateur et ainsi aider dans la mesure de ses moyens ces pays de l’Europe centrale et orientale.

7Dans ce tableau contrasté, bien à l’image des ambiguïtés de 1945, où il apparaît que les dirigeants français peinent à prendre l’exacte mesure des ambitions soviétiques en Europe, un pays, qui entretient une relation spéciale avec la France, va nourrir nombres d’illusions pour les tenants d’une politique d’équilibre et pour ceux qui espèrent une nouvelle Europe. Ce pays, c’est la Tchécoslovaquie.

  • 15 Georges-Henri Soutou, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre europée (...)
  • 16 MAE, note de la Direction d’Europe, 12 juin 1947, Europe 1944-1949, Généralités n° 20.

8Insistons un instant sur les caractéristiques communes de ces deux pays. D’abord, un passé riche, mais aussi des structures politiques, économiques et culturelles semblables : prestige identique d’un homme qui a combattu le IIIe Reich, de Gaulle et Benes ; poids très important d’un parti communiste qui a joué un rôle essentiel dans la Résistance ; deux peuples qui ont durement vécu l’occupation et qui aspirent à de jours meilleurs dans un pays progressiste. Il y a surtout en 1945, une même approche des conséquences de la guerre, en premier lieu la crainte d’une résurrection allemande. Les deux pays ont signé, pour cette raison notamment, des pactes très contraignants avec l’URSS, respectivement le 12 décembre 1943 pour la Tchécoslovaquie, le 10 décembre 1944 pour la France. Le premier a d’ailleurs grandement inspiré le second, beaucoup plus que le traité anglo-soviétique15. De cette crainte commune naît également une vision commune des relations internationales, la fameuse idée de « pont entre l’est et l’ouest », expression n’ayant réellement de sens que pour ces deux pays. Georges Bidault comme Jan Masaryk se donnent en 1945 comme mission de faciliter les rapports entre les Soviétiques et les Anglo-Saxons. Même si à partir de 1946, Bidault doute de plus en plus de l’efficacité de cette politique, l’idée de « pont » durera jusqu’à la fin de l’année 1947. En effet, en juin 1947, le Quai d’Orsay appelle encore à « jeter des ponts entre l’Est et l’Ouest, même si l’on n’est pas sûr de la solidité des culées sur l’autre rive »16.

  • 17 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, Centre des Archives diplomatiques de Nantes (noté désormais CADN), Pr (...)
  • 18 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.
  • 19 Dépêche n° 309, 7 août 1945, Relations culturelles, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.
  • 20 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

9Ces points communs ne font cependant pas oublier aux dirigeants tchécoslovaques le grave contentieux de Munich. Impossible en effet de comprendre non seulement l’évolution de la Tchécoslovaquie mais également les relations franco-tchécoslovaques de l’après-guerre sans prendre l’exacte mesure des conséquences des accords de Munich de septembre 1938, rupture la plus importante dans l’histoire tchécoslovaque. Le souvenir des accords de Munich a fortement altéré l’image des puissances occidentales, dont la France, en Tchécoslovaquie. Si comme l’affirme Keller, le chargé d’affaires français arrivé à Prague, « Munich n’est pas évoqué à l’encontre de tel ou tel pays, et n’a pas restreint les sympathies à notre égard »17, force est de constater que Munich est « une honte » ayant laissé dans les esprits tchécoslovaques un véritable sentiment d’abandon. Keller remarque que tous « communient dans la même détestation de Munich »18 et qu’un « certain dépit »19 s’affiche dans l’attitude des personnalités tchécoslovaques. La peur « d’un nouveau Munich », hante désormais l’esprit des dirigeants tchécoslovaques, ceux-ci ayant la conviction qu’ils ne peuvent plus s’en remettre qu’aux seules puissances occidentales. C’est dans cet esprit que Benes a conclu le traité d’alliance avec l’URSS signé le 12 décembre 1943 pour ne plus dépendre seulement, en cas d’agression, d’une réaction de l’Occident. La diplomatie française l’a bien compris comme le montre une dépêche de G. Bidault dans laquelle il confie que « la politique extérieure de la Tchécoslovaquie s’explique par la recherche auprès de la Russie de sa sécurité et la garantie contre un deuxième Munich ». Enfin, sur le plan intérieur, le traumatisme de Munich est une leçon que beaucoup veulent retenir pour transformer radicalement l’orientation politique du pays. D’où une volonté farouche d’éliminer de la vie publique tout ce qui rappelle Munich, comme le remarque Keller : « Munich est une honte dont les extrémistes rejettent la faute sur les adversaires d’une alliance avec les communistes » reconnaissant qu’il s’agit là d’un « argument massue. »20

  • 21 Yvon Lacaze, Les rapports franco-tchécoslovaques de la libération au « coup de Prague » 1945-1948, (...)
  • 22 Déclaration du 17 août 1944, CADN, Prague 1945-1954, n° 200.
  • 23 Th. Schreiber, Les relations de la France avec les pays de l’Est, 1944-1980, Notes et études docum (...)

10De Gaulle, bien conscient de cet état de fait, a voulu très rapidement régler le contentieux de Munich. La reprise des relations diplomatiques entre la France et la Tchécoslovaquie qui s’établit bien avant la fin de la Seconde Guerre mondiale permet à la France libre de se dissocier des accords de Munich. Dès le 8 août 1940, de Gaulle rencontre à Londres, Benes et reconnaît son gouvernement provisoire. Dès lors, les deux gouvernements en exil qui entretiennent de très bons rapports, règlent « le contentieux de Munich »21 le 29 septembre 1942 en dénonçant les accords qui ont « offert » la Tchécoslovaquie à Hitler. Enfin, le 17 août 1944, une nouvelle proclamation des deux parties proclame « à nouveau qu’ils considèrent comme nuls et non avenus les accords de Munich avec toutes leurs conséquences »22 et s’engagent alors à modifier et à compléter ultérieurement les traités existants « pour rendre plus étroite et plus efficace la collaboration » entre les deux pays. Cette déclaration jette véritablement les fondements des futures relations franco-tchécoslovaques. Le 3 juin 1945, la France et la Tchécoslovaquie constatant « leurs liens d’amitié traditionnels » et la « fraternité d’armes entre les deux peuples »23 prennent la décision d’élever la légation de France à Prague au rang d’ambassade.

  • 24 Dépêches n° 2870 du 25 mai 1945, n° 5 du 7 juin 1945 et n° 31 du 19 juin 1945, CADN, Prague 1945-1 (...)
  • 25 Benes ne semble pas s’inquiéter. Il confie d’ailleurs au chargé d’affaires : « J’ai bon espoir de (...)
  • 26 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

11Le premier représentant français, le chargé d’affaires Louis Keller, arrive à Prague, très peu de temps après la libération de la capitale, qui intervient le 8 mai 1945. Il dresse un bilan mitigé, notamment en raison des conséquences importantes de la présence des troupes soviétiques. Si ces dernières se livrent à des abus, entraînant un certain mécontentement dans la population, il semble cependant que ces exactions soient moins nombreuses et moins pénibles que dans d’autres pays, faisant de la Tchécoslovaquie un pays vitrine, montrant les bonnes intentions de l’URSS. Keller insiste ainsi sur le fait que « les rapports entre l’état-major soviétique et les autorités locales s’avèrent faciles et cordiaux »24 et que « les Soviets s’efforcent de ne pas laisser leur présence constituer une charge ». Il semble partager l’optimisme du président Benes, pourtant stigmatisé par Massigli ou l’ancien ambassadeur à Prague Léon Noël25. Si l’influence russe ne paraît pas intervenir « directement » sur l’administration tchécoslovaque, celle-ci a cependant des conséquences politiques, Keller convenant que leur seule présence « et peut-être contre leur désir » suffit à donner un caractère ambigu à toutes les initiatives du gouvernement. S’il paraît si mesuré sur l’influence soviétique, c’est qu’il a parfaitement conscience des nouvelles aspirations du peuple tchécoslovaque, et de la réalité du rapport de force existant à Prague constatant qu’« adversaires et partisans du communisme sont d’accord pour estimer à 50 % les voix »26 que recueilleraient les communistes en cas d’élections. Il est vrai que le gouvernement, formé le 4 avril 1945 à Kosice, a pris une orientation claire, en établissant le « programme de Kosice » : ce programme établit la réorganisation de la Tchécoslovaquie sur la base de deux nations slaves : les Tchèques et les Slovaques. Il préconise également l’expulsion des minorités allemandes et hongroises, une réforme agraire, la nationalisation des industries essentielles et des banques. L’administration est assurée par des comités nationaux ou des comités d’action qui devaient agir à tous les échelons de la vie publique (au niveau provincial, local et même dans certaines grandes entreprises). Au niveau politique, les partis de droite sont éliminés, les autres partis, appelés à gouverner se regroupe dans le gouvernement de Front national. Enfin, le programme met clairement en lumière la volonté du gouvernement d’orienter sa politique étrangère vers l’URSS en vertu du traité d’alliance de 1943. Au sein de ce gouvernement, les communistes forts de l’appui de l’URSS, occupent les postes clefs. En conclusion, le chargé d’affaires indique que « l’impression générale est celle d’un peuple laborieux qui se remet à la tâche avec autant d’ordre que d’ardeur » et ajoute, non sans sous-entendus, « la classe ouvrière avec beaucoup d’espoir pour l’avenir, les autres avec quelques anxiétés ». Comme pour justifier de sa bonne foi, Keller transmet à G. Bidault et à de Gaulle une confidence que lui a faite le président Benes et qui reflète l’état d’esprit de cette nouvelle Tchécoslovaquie : « Nous avons fait, nous poursuivons la révolution, la révolution sociale, sans retour possible en arrière ».

  • 27 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.
  • 28 Note du 31 juillet 1945, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 48.
  • 29 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique… », op. cit., p. 275.
  • 30 Note du 29 octobre, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 60 ; Rapport du général Leclerc, envoyé en mission (...)

12Dès lors, ses conclusions sur la politique a mener en Tchécoslovaquie sont sans ambiguïtés. Optimiste, il insiste sur la facilité « extrême » avec laquelle l’ambassade de France à Prague « peut et pourra poursuivre l’œuvre réalisée de 1918 à 1938 »27. Selon lui, la France doit se manifester à Prague, mener une politique ambitieuse, « y faire une réelle politique de prestige » et ce « sans tarder, tout de suite » afin d’attirer à elle « toute une jeunesse avide de progrès ». Il faut pour cela des hommes « à l’esprit très large », « à l’avant-garde des réformateurs ». Cet aveuglement peut surprendre, surtout si l’on songe à la mise en garde d’un Massigli qui insistait dès juillet 1945 sur l’indépendance « apparente » de la Tchécoslovaquie et sur les illusions du président Benes28. Il est néanmoins représentatif d’un courant au sein de la diplomatie française qui considérait que la France nouvelle, « progressiste, issue de la Résistance et de la Libération, pourrait s’entendre avec les nouveaux régimes d’Europe orientale, et qu’il fallait être en garde contre les réactions antisoviétiques des anciennes élites dirigeantes »29. À côté de cette vision, d’autres diplomates et dirigeants, plus mesurés, estimaient néanmoins important une politique de présence, en attendant mieux30.

  • 31 Accord commercial du 24 octobre ; accord culturel du 8 décembre ; visites d’Henri Frenay, ministre (...)
  • 32 Dépêche n° 1413, 27 décembre 1945, CADN, Prague 1945-1954, n° 230.

13Outre les convergences de vues sur le problème allemand, plusieurs éléments vont alimenter, à partir de l’été 1945, le relatif optimisme des dirigeants français sur l’évolution de la Tchécoslovaquie. Tout d’abord, les excellents rapports franco-tchécoslovaques, marqués par des échanges fréquents et empreints d’une grande chaleur31. Ensuite, le résultat des élections françaises du 21 octobre 1945 à l’Assemblée constituante, qui font du parti communiste le premier parti de France, provoque la satisfaction en Tchécoslovaquie et constitue donc un puissant facteur de rapprochement. Il y a enfin et surtout l’évacuation rapide des troupes soviétiques du territoire tchécoslovaque. En effet, le 9 novembre 1945, dans un communiqué conjoint, les autorités américaines et russes s’engagent à quitter simultanément la Tchécoslovaquie pour le 1er décembre 1945. L’évacuation ne sera pas totale, les troupes russes restant notamment à Karlovy Vary « sous couvert notamment de nécessités de renseignement »32.

  • 33 Dépêche n° 1496, 19 octobre 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.
  • 34 Dépêche n° 680, 16 mai 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.
  • 35 Le Monde, 6 juillet 1946, La situation intérieure de la Tchécoslovaquie.

14C’est dans ce contexte que Maurice Dejean arrive à Prague en décembre 1945. Loin de partager l’inquiétude de certains de ses collègues, il envisage avec optimisme l’évolution de la Tchécoslovaquie entre 1945 et 1946. Témoignant d’un véritable intérêt pour « la voie spécifique tchécoslovaque vers le socialisme », selon le mot du communiste Klement Gottwald, il juge les réformes « courageuses » et montre un réel intérêt à ces modifications structurelles. S’il ne dissimule pas l’infiltration des communistes dans les rouages de l’État, il se réjouit de voir la cohésion du gouvernement se maintenir, bon gré mal gré. Probablement sensible aux nombreuses déclarations d’amitiés, Dejean note que la Tchécoslovaquie, « alliée fidèle de l’Union soviétique […] n’en demeure pas moins consciente de ses affinités occidentales et attachée à des formes d’existences très proches des nôtres »33. Ce qui tend également à rassurer les diplomates en poste, c’est l’attitude des milieux politiques et de la population qui semblent loin d’avoir adopté dans leur ensemble l’idéologie communiste ainsi que les formules sociales et économiques de l’URSS. Surtout, pour Dejean « l’intention est manifeste de ne pas laisser s’accréditer dans les pays anglo-saxons l’idée que la Tchécoslovaquie a cessé d’être une nation indépendante pour devenir un simple satellite de l’URSS »34. Il faut noter que c’est également l’image qui est renvoyée à l’opinion française comme le montre cet article de J. Jaeger qui écrivait dans Le Monde du 6 juillet 1946 que « la démocratie tchécoslovaque donne depuis la résurrection de la nation, une remarquable démonstration de la maturité politique de ses masses et surtout de ses chefs »35.

  • 36 Dépêche n° 776, 4 juin 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.
  • 37 Dépêche n° 751, 31 mai 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.
  • 38 Dépêche n° 471, 17 juin 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.
  • 39 E. Santiard, Les diplomates français en 1946…, op. cit., p. 149.
  • 40 « L’URSS souhaite certainement que la France en garantissant la frontière de l’Oder devance à cet (...)

15Cette vision plutôt positive se trouve corroborée par les élections générales du 28 mai 1946 destinées à élire l’Assemblée nationale constituante. Si le parti communiste triomphe en Bohême, il échoue relativement en Slovaquie. Mais, au-delà du succès des communistes, qui a « néanmoins surpris par son ampleur »36, le véritable enseignement est que le « scrutin s’est déroulé dans des conditions parfaites »37. Preuve, pour beaucoup que la Tchécoslovaquie est véritablement une démocratie. Bonnet, ambassadeur à Washington, affirme à ce sujet que le résultat du scrutin n’a pas surpris les cercles politiques américains et qu’à Washington ce résultat « est considéré comme un témoignage encourageant de la renaissance de l’esprit démocratique en Europe centrale »38. Au printemps 1946, nous sommes à l’apogée des illusions concernant l’évolution de la Tchécoslovaquie. Rappelons qu’en janvier 1946, le général de Gaulle, très conscient des ambitions soviétiques en Europe centrale et orientale, a quitté le pouvoir. Le gouvernement tripartite de Félix Gouin, dans lequel les communistes sont toujours fortement représentés, mène une prudente politique officielle sur le plan international et il est difficile alors de parler ouvertement de la menace soviétique. Il est probable qu’à cette époque Maurice Dejean représente le courant majoritaire dans ses analyses sur la politique soviétique en Europe. Si certains ne sont pas dupes des manœuvres communistes et de l’influence pesante de l’URSS, la plupart des diplomates, notamment en poste à Prague, rejettent souvent les analyses ou critiques « hostiles » à la politique soviétique. Ces derniers sont généralement beaucoup plus diserts sur le problème allemand. « Le danger soviétique, écrit Santiard, est assez systématiquement sous-estimé ou dévalorisé par souci idéologique, par entêtement sur le danger allemand ou pour d’autres raisons »39. Il est ainsi fort possible que les nouvelles venant de Tchécoslovaquie viennent justifier l’orientation de la politique française. La volonté tchécoslovaque, si souvent affirmée par Masaryk ou Benes aux diplomates français, de rester indépendant et de demeurer « ce pont entre l’Est et l’Ouest », a peut-être influencé, voire biaisé, le jugement français sur la situation réelle de la Tchécoslovaquie. Par aveuglement ou par souci stratégique, notamment dans le but de s’attirer les bonnes grâces de Moscou sur le problème allemand, une grande partie des dirigeants français « acceptent » l’influence soviétique en Europe orientale et ne considèrent pas cette politique comme agressive. Cependant, au sein du Quai d’Orsay, quelques diplomates réfutent ces analyses. Le contraste entre diverses notes et dépêches traçant l’évolution de l’Europe centrale et orientale en cette année 1946, selon qu’ils viennent des postes ou des services du Département, est d’ailleurs parfois saisissant. Pourtant, preuve des inquiétudes qui gagnent le Quai d’Orsay : l’accueil sceptique à Paris, fin 1945, de la proposition des dirigeants polonais de conclure un nouveau pacte d’alliance garantissant les frontières des deux pays. Les diplomates français soupçonnaient Moscou d’être à l’initiative de cette proposition, destinée à organiser l’Europe continentale autour de l’URSS40.

16À partir de 1947, les tensions en politique intérieure, l’engagement officiel des États-Unis, à travers la doctrine Truman et le plan Marshall, ainsi que l’échec de la conférence des ministres des Affaires étrangères de Moscou (10 mars-24 avril), vont permettre aux dirigeants français, notamment à Georges Bidault passablement affecté, de prendre clairement conscience de la rupture Est-Ouest et pour les plus optimistes, de revoir leurs conceptions sur la politique que mène Staline. À plus d’un titre, la Tchécoslovaquie va être au cœur de cette prise de conscience progressive.

  • 41 Télégramme n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.
  • 42 Dépêche n° 706/EU, 2 juillet 1947, de Prague,, doc. cité.
  • 43 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Journal 1939-1973, Fayard, 1977, p. 201.
  • 44 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, t. 1, éd. du Seuil, coll. « Politique », 1972 (...)
  • 45 Télégramme n° 623, 15 juillet 1947, Archives, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.
  • 46 Très caractéristique, la vive réaction de Dejean qui avoue ne pas avoir apprécié les propos de l’a (...)
  • 47 Dépêche n° 795/EU, 30 juillet 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.

17Le discours prononcé à Harvard le 5 juin 1947 par le secrétaire d’État américain et ancien général de l’US Army, George Marshall, destinée à assurer le relèvement économique de l’Europe, marque une étape fondamentale de l’après-guerre en Europe. À Prague, les dirigeants tchécoslovaques réagissent dans un premier temps avec « la plus grande réserve »41. Maurice Dejean, explique que « la première réaction des milieux tchécoslovaques au discours du général Marshall sur l’aide économique à l’Europe a été, après plusieurs semaines de silence, une prudente réserve que M. Clémentis a exprimée le 23 juin par ces mots : “la question est à l’étude” »42. Cette réserve s’explique évidemment par l’attente d’une prise de position de l’URSS. À Paris, lors de la conférence tripartite pour discuter l’ordre du jour de la prochaine conférence internationale chargée d’étudier l’offre américaine, Molotov annonce la couleur en refusant les conditions liées à l’offre américaine. Hervé Alphand écrit le 4 juillet dans son journal : « en voyant hier Molotov descendre les marches du Quai d’Orsay, je me suis dit que nous entrions dans une ère nouvelle qui pourrait se prolonger et même prendre un tournant dangereux pour la paix. Désormais, contrairement à nos vœux, les exigences économiques allaient modifier la nature de nos liens avec l’Est européen »43. Pourtant à Prague, Dejean constate avec satisfaction les bonnes dispositions des dirigeants, même si « en ce qui concerne l’avenir, le gouvernement tchécoslovaque réserve sa décision ». Il est vrai que la Tchécoslovaquie va être le seul pays de l’Europe de l’Est à accepter officiellement de participer à la conférence de Paris du 12 juillet réunissant tous les pays intéressés. Mais le 8 juillet, une délégation tchécoslovaque, à l’instigation de Benes part à Moscou, officiellement pour s’entretenir du projet d’alliance franco-tchécoslovaque. Or il ne sera question quasiment que du plan Marshall. Le 9 juillet, la délégation rencontre les dirigeants soviétiques. Le lendemain, le gouvernement tchécoslovaque annonce qu’il renonce à participer à la conférence de Paris, en raison de ses obligations envers l’URSS. À son retour de Moscou, Masaryk aurait dit à Ripka : « Cher ami, nous ne sommes plus que des vassaux »44. Il faut attendre la mi-juillet pour que Dejean relate en détail l’évolution des faits « en eux-mêmes assez graves » des 9 et 10 juillet45. Avant de recevoir la délégation tchécoslovaque, Staline aurait rencontré Gottwald et obtenu, de ce dernier, le revirement tchécoslovaque. Pour l’ambassadeur français, qui peine encore à accepter les conséquences des tensions internationales46, le refus du plan Marshall a fait apparaître « une ligne de cassure » au sein du gouvernement. Et celle-ci subsiste. « L’ombre des deux blocs rivaux qui se disputent l’Europe et le monde, se projette déjà sur la Tchécoslovaquie »47.

  • 48 Note de la sous-direction d’Europe orientale, 17 juillet 1946, archives, MAE, Tchécoslovaquie 1944 (...)
  • 49 Exposé de M. Dejean à l’occasion de la remise à la presse de la déclaration franco-tchécoslovaque (...)
  • 50 Note de la sous-direction d’Europe orientale, 17 juillet 1946, doc. cité.
  • 51 Le contre projet replaçait le traité dans le cadre des obligations assumées par la France vis-à-vi (...)
  • 52 Télégramme n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.
  • 53 Télégramme n° 645, 23 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.
  • 54 Télégramme n° 645,23 juillet, doc. cité.
  • 55 Dépêche Londres, n° 2833/EU, 23 décembre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 200
  • 56 Télégramme de Londres, n° 2859, 27 novembre 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.

18Le Quai d’Orsay tire alors les conclusions qui s’imposent, comme le montre l’échec du projet d’alliance franco-tchécoslovaque. Rappelons que les bons rapports entre les deux pays après la guerre amènent rapidement les Tchécoslovaques, dès 1946, à vouloir un traité d’alliance avec la France afin de contrebalancer l’alliance avec les Soviétiques et d’obtenir de nouvelles garanties contre l’éventuelle renaissance d’une Allemagne agressive. Comme pour la Pologne, la France se montre réservée, car elle s’interroge sur l’évolution interne de la Tchécoslovaquie, susceptible de devenir une « énième République socialiste soviétique »48. Le gouvernement tchécoslovaque proposa officiellement au gouvernement français un projet d’alliance le 6 août 1946. Cependant, les négociations ne s’ouvrirent que le 14 février 1947 après une rencontre entre Masaryk, Clémentis et Bidault. Ce retard s’explique par les hésitations du Quai d’Orsay quant à la politique à suivre à l’Est, sous l’impulsion notamment de René Massigli et contre les positions optimistes de Dejean qui déclare en février 1947 aux journalistes « qu’avant même d’être formellement conclue, elle [l’alliance] est déjà ratifiée par nos deux peuples, par les alliés de nos deux pays et par toutes les nations amies de la paix »49. Malgré les bonnes relations et l’attention que porte la France à la Tchécoslovaquie, le manque de clarté de la politique soviétique entretient doutes et incertitudes. Le Quai d’Orsay, à l’heure où les tensions s’amplifient, craint d’être pris dans « un écheveau d’intrigues slaves »50 en raison du réseau d’alliance qui commence à s’ériger à l’Est. Le manque d’empressement de Paris déçoit à Prague, d’autant que le contre-projet français remis le 31 mai s’éloigne des conceptions tchécoslovaques51. Dejean note le 9 juillet 1947 que le projet d’alliance avec la France ainsi que l’invitation franco-britannique à la conférence de Paris ont provoqué au sein du Conseil des ministres « les débats les plus vifs qu’il ait connu depuis la libération »52. Ces débats « dominés par les grandes controverses internationales », ont fait apparaître des divergences profondes sur l’orientation que doit adopter la politique extérieure tchécoslovaque « en présence de la déchirure de plus en plus grave entre l’Est et l’Ouest ». Dejean, inquiet, explique que pour la première fois, il a été impossible au gouvernement de trancher la question. « C’est dans ces conditions qu’a été décidé l’envoi à Moscou d’une délégation qui exposerait sincèrement la situation aux dirigeants soviétiques ». À Moscou, « l’affaire du traité franco-tchèque » ne constitue pourtant pas, en juillet 1947, la principale préoccupation de Staline. Si Staline s’est déclaré favorable au traité, il a néanmoins « marqué sa préférence pour un texte qui se rapprocherait davantage des accords politiques signés à Prague avec Belgrade et Varsovie » et encourager les Tchécoslovaques à « chercher à obtenir un texte meilleur »53. Dans le contexte de l’été 1947, les deux parties souhaitent temporiser à l’instar d’un Dejean qui estime « qu’il convient de laisser la situation se décanter et se clarifier avant d’arrêter notre attitude »54. D’autre part le Quai d’Orsay est sensible aux craintes des Britanniques de voir la France entraînée par l’entremise du gouvernement tchécoslovaque, « dans le réseau fort complexe d’accords bilatéraux qui lient les pays du rideau de fer entre eux et les rattachent à l’URSS »55. Malgré une dernière tentative en septembre, la perspective d’un accord s’éloigne, sous l’influence de Massigli notamment, pour qui « nous sommes vraiment trop incertains du développement de la situation en Tchécoslovaquie pour nous engager à long terme »56. Dans le climat très tendu des grandes grèves de novembre 1947 en France, Bidault convaincu, finit par renoncer aux traités d’alliance avec la Pologne et la Tchécoslovaquie.

  • 57 Dépêche n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Papiers Dejean, vol. 87.
  • 58 Dépêche n° 1030/EU, 21 octobre 1947, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.
  • 59 Dépêche n° 376/4, 17 octobre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 215
  • 60 Télégrammes n° 2515-2523, 7 octobre 1947, de Moscou, MAE, Z Europe, Généralité, vol. n° 28.
  • 61 Télégrammes n° 2515-2523, 7 octobre 1947, de Moscou, doc. cité. Dépêche n° 597, 9 octobre 1947, de (...)

19Ces deux événements amènent les dirigeants français à reconsidérer leur opinion sur l’évolution de la Tchécoslovaquie. À Prague, Dejean prend conscience des conséquences de la tension internationale sur la politique tchécoslovaque. Ainsi, les communistes qui gagnent du terrain à mesure que s’accentuent les désaccords entre l’Union soviétique et les puissances occidentales, « brandissent comme un argument sans réplique, comme une arme irrésistible, l’alliance avec Moscou »57. Le 21 octobre, Dejean constate amèrement que « malgré les essais de “replâtrage”, le fossé idéologique qui paraît diviser l’Europe et le monde, semble bien avoir scindé le “Front national” »58. Principale conséquence, le durcissement très net du Parti communiste tchécoslovaque. Étienne Manac’h, consul à Bratislava, indique alors que « les communistes seraient fatigués de la formule du Front national qui en dépit de leur dynamisme, neutralise leur action, sauvegarde l’égalité théorique des divers partis et fait obstacle à une radicalisation politique dans l’esprit de la démocratie populaire »59. L’annonce de la création du Kominform en septembre 1947 ne fit que confirmer cette impression. Charpentier, à Moscou affirme ainsi que « la constitution du bureau répond, dans l’esprit de ses créateurs, à une nécessité urgente ; il s’agit de lutter contre “l’agressif” impérialisme américain, ainsi que “contre ses alliés anglais et français, contre les socialistes de droite surtout en Angleterre et en France” »60. Désormais, « le communisme redevient ouvert, dynamique, agressif »61. Pour les partis communistes, et notamment pour la Tchécoslovaquie, le message est clair : c’est l’abandon de la tactique de « Front Populaire », l’heure de la soviétisation totale.

  • 62 Dépêche n° 416/4, 18 novembre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.

20Dès lors, les communistes tentent de réduire l’influence de l’opposition en l’accusant de complots, notamment en Slovaquie. À cette occasion et pour la première fois, les diplomates mettent en évidence les méthodes communistes. Manac’h écrit ainsi, au sujet de la récente crise slovaque et des fameux complots : « Je suis de plus en plus convaincu que la sûreté a joué un grand rôle au cours du récent complot, non seulement pour le découvrir mais aussi dans une certaine mesure pour l’inventer. On peut dire, sans presque manquer à la vérité qu’on ne fait pas l’épuration parce qu’il y a eu complot, mais qu’on a fait un complot parce qu’on voulait faire une épuration. »62 Pour Dejean, alors que s’ouvre la campagne pour les élections de mai 1948, l’attitude du parti communiste est claire : « à une démocratie encore trop liée à leurs yeux avec la bourgeoisie, ils cherchent à substituer ce qu’on appelle “la démocratie populaire” ». Désormais pleinement conscients des enjeux, les diplomates français assistent début janvier 1948 à la « une lutte très âpre dont l’enjeu est le régime même ». Le régime tombera fin février lors de ce que l’on appelle aujourd’hui, le « coup de Prague ».

  • 63 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.
  • 64 Télégramme n° 263-266, tel, 26 février 1948, MAE, Papiers Dejean, vol. 89.
  • 65 Communiqué du ministère des Affaires étrangères, 26 février 1948, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.
  • 66 V. Mastny, The February 1948…, Prague coup and the origins of NATO, Soudobe dejiny, n° 2, juin 199 (...)

21Nous ne reviendrons pas en détail sur ces journées de février. Rappelons simplement que l’opposition, ne s’estimant pas battue, prend comme argument la mainmise communiste sur la police pour lancer une contre-offensive, en menaçant de démissionner si on ne procédait pas à l’épuration de la police. Face à cette attaque de front, le parti communiste mobilise à partir du 19 février les masses, les formations de police et les milices ouvrières armées de fusils (mobilisées pour la première fois) qui déferlent dans les rues de Prague à grands cris de slogans communistes. Après plusieurs jours d’extrême tension, le 25 février au matin, impressionné par le déploiement communiste et la mobilisation populaire, le président Benes constatant « que la situation est sans issue et pour éviter toute effusion de sang […] se résigne, dès 10 heures du matin à accepter la démission des douze ministres des partis modérés »63. Benes signe la liste du nouveau gouvernement. Alors que les purges se généralisent dans tous le pays, Dejean constate avec amertume que « le zèle fébrile que déploient dans tous les domaines, les comités d’action, selon les directives du ministère de l’Intérieur et sous l’impulsion du Comité central […] ne laisse en effet aucun doute sur la rapidité avec laquelle va s’effectuer la soviétisation du pays »64. Quelques jours plus tard, Jan Masaryk se suicide. Les communistes avaient gagné, le coup de Prague, coup d’État « constitutionnel », devenait le symbole des prises de pouvoir communistes en Europe de l’Est. Le 26 février, les gouvernements français, britannique et américain diffusent une déclaration condamnant « une évolution dont les conséquences ne sauraient être que désastreuses pour le peuple tchécoslovaque qui avait prouvé une fois de plus au milieu des souffrances de la Seconde Guerre mondiale son attachement à la cause de la liberté »65. Incontestablement, le coup de Prague amena les dirigeants occidentaux à élaborer une conception plus précise de la sécurité européenne, aboutissant à la signature du pacte de Bruxelles le 17 mars 1948 entre la France, la Grande-Bretagne et les trois pays du Benelux. Cependant, l’échec de la Conférence de Londres, la situation précaire en Italie, la pression russe sur la Finlande (et la Norvège) expliquent tout autant la volonté occidentale de former un nouveau système d’alliance : « À une plus grande échelle historique, c’est l’impact symbolique du coup de Prague, plus que l’impact militaire ou politique, qui s’est avéré le plus durable. Son souvenir a perpétué dans les esprits occidentaux l’image du cynisme des impérialistes communistes »66.

  • 67 Télégramme n° 230-239, 24 février 1948, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 40.
  • 68 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, doc. cité.
  • 69 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, doc. cité.
  • 70 Télégramme n° 309, 7 mars 1948, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 41.
  • 71 Télégramme de Berlin n° 526-537, 2 mars 1948, MAE, Tchécoslovaquie, n° 58.
  • 72 Télégramme n° 309, 7 mars 1948, doc. cité.
  • 73 Télégramme, sans date, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 41.

22Tout au long de ces jours dramatiques, Dejean multiplie l’envoi de télégrammes informant, presque heure par heure, de l’évolution de la crise. Le ton est urgent, inquiet et sec. Pour l’ambassadeur français, les mesures communistes « constituent un véritable coup d’État »67, à tel point que quelques jours après, il estime qu’il s’agit là « d’un modèle du genre », de « chef-d’œuvre de la stratégie communiste » qu’il convient d’étudier très soigneusement68 car sa « portée dépasse largement les frontières de ce pays ». Son analyse souligne que « si la manœuvre fut rapide et brillamment exécutée, sa préparation remonte à de longs mois »69. En possédant les principaux leviers de commandes en noyautant « systématiquement » toutes les administrations, « le parti s’efforçait essentiellement d’acquérir une mainmise totale sur les trois facteurs décisifs en cas d’une éventuelle épreuve de force » : la police, le prolétariat et l’armée, neutralisée par le bienveillant Svoboda. Mais ce qui ressort principalement des analyses de Dejean, c’est l’aspect international de l’événement et donc le rôle de l’URSS, dans la crise tchécoslovaque. Pour lui, « tout indique que le coup de force qui vient de mettre fin en Tchécoslovaquie au régime parlementaire a été inspiré par le Kremlin, déclenché sur son ordre et surveillé en cours d’exécution et jusqu’à ce que la réussite en fût assurée » indiquant même qu’en Tchécoslovaquie « aucune personne sérieuse n’a douté un seul instant » du rôle de l’URSS dans la crise70. Les quelques renseignements obtenus sur l’activité de M. Zorine (récemment nommé vice-ministre des Affaires étrangères) arrivé à Prague le 19 février, les méthodes mises en œuvres, le caractère du régime instauré, les commentaires de la presse moscovite, sont, pour Dejean, autant d’arguments venant étayer sa thèse. Des informations venants de Berlin et Vienne confirment ces impressions, montrant que Moscou se préparait à intervenir en cas de résistance71. Mais Dejean s’interroge devant une intervention offrant « au regard d’avantages assez médiocres […] de très graves inconvénients »72 pour l’URSS. Il en conclut que « l’idée d’une guerre a fait depuis l’été dernier de singuliers progrès dans l’esprit des maîtres du Kremlin et que sans désirer un conflit ils sont prêts à en accepter l’éventualité et les risques ». Dans cette optique, l’URSS aurait déclenché « l’opération tchécoslovaque » en vue de s’assurer « l’obéissance inconditionnée d’un pays » sur lequel elle exerçait pourtant la plus large influence. Pour Dejean, le danger d’une guerre imminente existe bel et bien. Pris d’une grande anxiété devant « la très grande disproportion entre les forces militaires soviétiques et les forces des puissances occidentales stationnées ou disponibles sur le continent européen »73, il préconise des mesures militaires rapides tout en estimant qu’il faut tenter « une dernière chance d’enrayer une évolution qui, à la lumière des événements de Prague, risque de s’orienter dans un délai peut-être assez bref, vers une nouvelle conflagration mondiale ».

  • 74 V. Mastny, The February 1948…, op. cit., p. 7.
  • 75 Bidault à Marshall, 5 mars 1948, cité par A. Fontaine, Histoire de la…, op. cit., p. 417.
  • 76 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème… », op. cit., p. 283.

23Victime de l’illusion tchécoslovaque, c’est en France que le coup de Prague engendra le plus de changements politiques où, selon Mastny, « la puissance des communistes et des compagnons de route […] avait d’inquiétantes similarités avec la situation tchécoslovaque »74. L’émotion en France fut grande en effet, à l’image du discours ému de Bidault à l’Assemblée nationale dans lequel il souligne que « ce qui vient de se produire […] ne laisse intacts ni la situation internationale déjà préoccupante, ni l’équilibre incertain du monde ». À l’inverse des Américains, qui ne croient pas à l’imminence d’une guerre, les dirigeants français, jusqu’au président Auriol, partagent alors les inquiétudes de Maurice Dejean. Tous soulignent que désormais, la menace principale est l’URSS. Le 5 mars, Bidault écrivait personnellement à Marshall lui demandant de « resserrer sur le terrain politique et, le plus vite qu’il se pourra, sur le terrain militaire, la collaboration de l’ancien et du nouveau monde, si étroitement solidaires dans l’attachement à la seule civilisation qui vaille »75. Ce sera la priorité française en 1948-1949, à savoir la consolidation de l’engagement des États-Unis dans la sécurité de l’Europe occidentale. Après le coup de Prague, la soviétisation politique de l’Europe de l’Est était achevée. Alors qu’un véritable système Est européen de sécurité était en train de s’édifier, la France qui achève alors son entrée en guerre froide, se résigne, avec déchirement, à considérer ces pays comme de fidèles satellites de Moscou, donc des ennemis potentiels. « On peut dire qu’à la suite de ce processus d’apprentissage de la politique soviétique et de la guerre froide, dès 1949 la doctrine commune du Quai d’Orsay était établie. Elle reposait sur une bonne compréhension des principes de base du système et de la politique soviétique, sur une claire perception de ce qui s’était passé depuis 1945 en Europe orientale. »76

Notes

1 Milovan Djilas, Conversations with Stalin, New York, 1962, p. 114.

2 À l’image de René Mayer. Raymond Poidevin, « René Mayer et la politique extérieure de la France (1943-1953) », in Guerres mondiales et conflits contemporains, n° 134, avril 1984, p. 73-98.

3 Étienne Santiard, « Les diplomates français en 1946 : Le problème soviétique au cœur de la déchirure », Revue d’Histoire diplomatique, n° 2, 1996, p. 141-156. Georges-Henri Soutou, « Les dirigeants français et l’entrée en guerre froide : un processus de décision hésitant (1944-1950) », Le Trimestre du monde, 3e trimestre 1993, p. 135-149.

4 Documents diplomatiques français, 1945 (1er janvier-30 juin), t. I, ministère des Affaires étrangères, Paris, Imprimerie nationale, 1998 (noté désormais DDF). Dépêche n° A/1836, de Londres, 6 janvier, doc. n° 8, p. 11-16.

5 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique par le Quai d’Orsay entre 1945 et 1949 », Hommages à François-Georges Dreyfus, Revue Allemagne, t. 30, n° 3, 1998, p. 278-284. Jean Chauvel est secrétaire général du Quai d’Orsay depuis 1944, René Massigli est ambassadeur à Londres, Henri Bonnet est ambassadeur à Washington.

6 Note du 3 février 1945, Archives du ministère des Affaires étrangères (noté désormais MAE), Y internationale 1944-1949, vol. 414.

7 Seuls les pays ayant signé les actes de reddition de ces États prendront part à l’élaboration des traités de paix.

8 DDF, 1945…, t. I, note de la Direction d’Europe, 18 avril, doc. n° 285.

9 DDF, 1945…, t. I, dépêche n° 679, doc. n° 202, 19 mars, p. 371-372.

10 DDF, 1945…, t. I, p. XV.

11 Note du 13 août 1945, MAE, Europe 1944-1960, Généralités, vol. 28.

12 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique… », op. cit., p. 274.

13 MAE, Télégramme du 5 juillet 1945, Europe 1944-1960, Pologne, vol. 59.

14 DDF, 1945…, t. I, dépêche n° A/1836, doc. cité.

15 Georges-Henri Soutou, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre européen », Revue d’Histoire diplomatique, n° 4, 1994, p. 303-355.

16 MAE, note de la Direction d’Europe, 12 juin 1947, Europe 1944-1949, Généralités n° 20.

17 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, Centre des Archives diplomatiques de Nantes (noté désormais CADN), Prague 1945-1954, n° 214.

18 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

19 Dépêche n° 309, 7 août 1945, Relations culturelles, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.

20 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

21 Yvon Lacaze, Les rapports franco-tchécoslovaques de la libération au « coup de Prague » 1945-1948, Revue d’Histoire diplomatique, n° 1, 1998, p. 11-13.

22 Déclaration du 17 août 1944, CADN, Prague 1945-1954, n° 200.

23 Th. Schreiber, Les relations de la France avec les pays de l’Est, 1944-1980, Notes et études documentaires, La Documentation française, 1980, p. 20 ne cite malheureusement pas sa source.

24 Dépêches n° 2870 du 25 mai 1945, n° 5 du 7 juin 1945 et n° 31 du 19 juin 1945, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

25 Benes ne semble pas s’inquiéter. Il confie d’ailleurs au chargé d’affaires : « J’ai bon espoir de voir certaines exagérations prendre fin […] À Moscou, on témoigne quelque confiance à ce sujet. » Dépêche n° 51, 5 juillet 1945, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

26 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

27 Dépêche n° 31, 19 juin 1945, doc. cité.

28 Note du 31 juillet 1945, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 48.

29 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique… », op. cit., p. 275.

30 Note du 29 octobre, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 60 ; Rapport du général Leclerc, envoyé en mission à Prague pour le 14 juillet. Le général Leclerc, accompagné notamment du capitaine Georges de Lannurien qui organisa un maquis français en Slovaquie, fut envoyé à Prague à l’occasion du 14 juillet pour célébrer l’alliance franco-tchécoslovaque durant la guerre, consacrant ainsi la reprise des relations entre les deux pays.

31 Accord commercial du 24 octobre ; accord culturel du 8 décembre ; visites d’Henri Frenay, ministre des Anciens Combattants, et du général Faucher ; voyage de Gaston Deferre secrétaire d’État à la présidence du Conseil. Signalons également les visites à Paris du maire de Prague, du ministre du Commerce extérieur Clémentis, du ministre de la Défense Svoboda ou de Hubert Ripka, tous s’efforçant de rassurer les dirigeants français, notamment de Gaulle qui s’inquiète de la politique soviétique.

32 Dépêche n° 1413, 27 décembre 1945, CADN, Prague 1945-1954, n° 230.

33 Dépêche n° 1496, 19 octobre 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.

34 Dépêche n° 680, 16 mai 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

35 Le Monde, 6 juillet 1946, La situation intérieure de la Tchécoslovaquie.

36 Dépêche n° 776, 4 juin 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

37 Dépêche n° 751, 31 mai 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

38 Dépêche n° 471, 17 juin 1946, CADN, Prague 1945-1954, n° 214.

39 E. Santiard, Les diplomates français en 1946…, op. cit., p. 149.

40 « L’URSS souhaite certainement que la France en garantissant la frontière de l’Oder devance à cet égard les puissances anglo-saxonnes et contribue à une organisation du continent qui se ferait sous la seule égide de l’Union soviétique. Se prêter à ce jeu risquerait de compromettre les relations de la France avec les puissances anglo-saxonnes. Il n’est d’ailleurs pas impossible que Moscou ait envisagé cet aspect du problème et qu’il ait espéré empêcher ou retarder la création d’une entente franco-anglo-saxonne dont l’idée lui déplaît certainement parce qu’il voit en elle le germe d’un bloc occidental hostile à l’URSS. » Télégramme de Varsovie du 7 novembre 1945 ; Note pour le ministre du 26 novembre 1945. Cité par Georges-Henri Soutou, « La perception du problème soviétique… », op. cit., p. 277-278.

41 Télégramme n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.

42 Dépêche n° 706/EU, 2 juillet 1947, de Prague,, doc. cité.

43 Hervé Alphand, L’étonnement d’être, Journal 1939-1973, Fayard, 1977, p. 201.

44 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, t. 1, éd. du Seuil, coll. « Politique », 1972, p. 185.

45 Télégramme n° 623, 15 juillet 1947, Archives, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.

46 Très caractéristique, la vive réaction de Dejean qui avoue ne pas avoir apprécié les propos de l’ambassadeur américain Steinhardt, qui ne lui a pas caché sa satisfaction lorsqu’il a appris le revirement tchécoslovaque : « on saura à l’avenir que les nations slaves soi-disant indépendantes, reçoivent des ordres de Moscou. Désormais nous sommes fixés. Au fond c’est ce que nous voulions ». Télégramme n° 644, 23 juillet 1947, Archives, MAE, Papiers Dejean, vol. 87.

47 Dépêche n° 795/EU, 30 juillet 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 233.

48 Note de la sous-direction d’Europe orientale, 17 juillet 1946, archives, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, n° 48

49 Exposé de M. Dejean à l’occasion de la remise à la presse de la déclaration franco-tchécoslovaque du 14 février 1947.

50 Note de la sous-direction d’Europe orientale, 17 juillet 1946, doc. cité.

51 Le contre projet replaçait le traité dans le cadre des obligations assumées par la France vis-à-vis de la charte de l’ONU et réservait l’action commune contre la seule Allemagne supprimant toute action contre un État tiers, voulu par les Tchèques.

52 Télégramme n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.

53 Télégramme n° 645, 23 juillet 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.

54 Télégramme n° 645,23 juillet, doc. cité.

55 Dépêche Londres, n° 2833/EU, 23 décembre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 200

56 Télégramme de Londres, n° 2859, 27 novembre 1947, MAE, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 60.

57 Dépêche n° 587, 9 juillet 1947, MAE, Papiers Dejean, vol. 87.

58 Dépêche n° 1030/EU, 21 octobre 1947, Tchécoslovaquie 1944-1949, vol. 58.

59 Dépêche n° 376/4, 17 octobre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 215

60 Télégrammes n° 2515-2523, 7 octobre 1947, de Moscou, MAE, Z Europe, Généralité, vol. n° 28.

61 Télégrammes n° 2515-2523, 7 octobre 1947, de Moscou, doc. cité. Dépêche n° 597, 9 octobre 1947, de Belgrade, MAE, Généralité, vol. n° 28 ; Dépêche n° 2484, 14 octobre 1947, de Londres, MAE, Généralité, vol. n° 28.

62 Dépêche n° 416/4, 18 novembre 1947, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.

63 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.

64 Télégramme n° 263-266, tel, 26 février 1948, MAE, Papiers Dejean, vol. 89.

65 Communiqué du ministère des Affaires étrangères, 26 février 1948, CADN, Prague 1945-1954, n° 215.

66 V. Mastny, The February 1948…, Prague coup and the origins of NATO, Soudobe dejiny, n° 2, juin 1998, p. 15.

67 Télégramme n° 230-239, 24 février 1948, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 40.

68 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, doc. cité.

69 Dépêche n° 143/EU, 5 mars 1948, doc. cité.

70 Télégramme n° 309, 7 mars 1948, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 41.

71 Télégramme de Berlin n° 526-537, 2 mars 1948, MAE, Tchécoslovaquie, n° 58.

72 Télégramme n° 309, 7 mars 1948, doc. cité.

73 Télégramme, sans date, MAE, Tchécoslovaquie, vol. 41.

74 V. Mastny, The February 1948…, op. cit., p. 7.

75 Bidault à Marshall, 5 mars 1948, cité par A. Fontaine, Histoire de la…, op. cit., p. 417.

76 Georges-Henri Soutou, « La perception du problème… », op. cit., p. 283.

Auteur

Doctorant, Université de Nantes

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search