Version classiqueVersion mobile

Relations internationales et stratégie

 | 
Frédéric Bozo

Avant-propos

Frédéric Bozo

Texte intégral

  • 1 Le CRHIA recense annuellement les sujets de recherches déposés par les étudiants du département d’ (...)

1Depuis l’origine, l’orientation atlantique des recherches en histoire menées à l’université de Nantes a été, très largement, une orientation internationale : c’est ce dont témoigne aujourd’hui l’intitulé même du laboratoire sous l’égide duquel est publiée cette revue, le Centre d’études en histoire internationale et atlantique (CRHIA). De cela, les raisons sont bien connues. L’histoire elle-même d’abord : l’appartenance atlantique de Nantes a toujours été, pour la ville et son port, synonyme d’ouverture globale, et cette donnée ne pouvait que s’imposer aux historiens de son université. D’où, ensuite, le rôle de ces derniers : depuis les années soixante, la présence des historiens nantais dans le domaine des relations internationales à l’époque contemporaine – mais aussi moderne – a été une constante, qui a fait de celle-ci l’une des rares universités françaises non parisiennes à pouvoir compter dans ce domaine. L’implantation à Nantes à la fin des années quatre-vingt d’une partie des archives du ministère des Affaires étrangères, enfin, a tout à la fois consacré et pérennisé cette réalité en permettant aux enseignants-chercheurs et à leurs étudiants en maîtrise ou en DEA ainsi qu’à leurs doctorants d’alimenter leurs travaux à des fonds dont la richesse est indiscutable. Depuis bientôt une génération, le Centre des archives diplomatiques de Nantes (CADN) aura ainsi représenté, en fonction des sujets ou des périodes, pour certains le lieu principal de leurs recherches et, pour d’autres, le non moins indispensable terrain d’initiation au travail de l’historien, préalable à l’exploitation d’autres fonds en France comme à l’étranger. Mais les archives ne sont pas tout : de plus en plus, les historiens contemporanéistes s’estiment fondés à étudier un passé récent, voire proprement contemporain, avec les méthodes de l’historien, y compris lorsque lesdites archives ne sont pas encore disponibles : pourquoi en effet devraient-ils, au profit d’autres disciplines, se refuser à l’intelligence du temps présent ? Les historiens nantais, étudiants ou professeurs, ne sont pas en reste à cet égard : en témoignent les sujets traités par les uns et les autres, dont les problématiques ou les périodes s’inscrivent bien souvent dans une volonté de forte présence sur le terrain du très contemporain1.

2C’est de tout cela que ce numéro d’Enquêtes et documents entend se faire l’écho en réunissant des contributions d’historiens travaillant tous dans le cadre du CRHIA. Il ne s’agit évidemment pas d’un quelconque exclusivisme : il n’aurait guère été difficile de faire appel aux nombreux chercheurs qui, en France comme à l’étranger, entretiennent avec le CRHIA des relations étroites de coopération et d’afficher ainsi l’insertion de ce dernier dans un réseau scientifique national et international très dense. Nous avons préféré privilégier la mise en avant de la cohérence et de la diversité de la production proprement nantaise en histoire des relations internationales et, surtout, la démonstration de la vitalité de cette production : se côtoient en effet, dans ce numéro, chercheurs débutants (étudiants en maîtrise ou en DEA, autrement dit en master), doctorants et enseignants-chercheurs confirmés, preuve s’il en est besoin que l’université joue, dans le cas d’espèce, son rôle essentiel de formation et de transmission. Quant au choix du thème d’ensemble et des contributions, il vise, d’abord, à montrer que cette production s’inscrit dans le domaine aujourd’hui de loin le plus fréquenté en histoire des relations internationales, à savoir l’histoire de la guerre froide. Celle-ci est abordée d’un double point de vue, illustratif des priorités de recherches du centre : celui, d’une part, de la politique française dans la guerre froide, que ce soit à l’origine (Mathieu Allard) ou vers sa fin (Frédéric Bozo) ; celui, d’autre part, de l’interaction entre guerre froide et décolonisation, tant en Afrique (Michel Catala) qu’en Asie (Sandrine Bègue). Il vise, ensuite, à illustrer la capacité des historiens nantais des relations internationales à embrasser la période et les problématiques les plus contemporaines : d’où, d’une part, les contributions portant sur ce que l’on a pu qualifier, faute de mieux, d’« après-guerre froide », synonyme du retour des guerres balkaniques (Gaëlle Schmit) mais aussi, et dans le même temps, de la difficile recherche d’un rôle stratégique par l’Union européenne (Olivier Dupont) ; et, d’autre part, les articles consacrés aux transformations les plus récentes de la logique des relations internationales, que ce soit du point de vue des conflits régionaux (Frédéric Loquin) ou de la stratégie américaine après les événements du 11 septembre (Yves-Henri Nouailhat). Puisse ce numéro contribuer à établir la réputation du CRHIA et, surtout, inciter ses chercheurs, jeunes ou moins jeunes, à poursuivre dans cette voie dans les années à venir.

Notes

1 Le CRHIA recense annuellement les sujets de recherches déposés par les étudiants du département d’histoire, que ce soit en maîtrise (M1), DEA (M2) et, bien sûr, en thèse: cf. http://palissy.humana.univnantes.fr/labos/crhia/crhiap.htm.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search