Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité

 | 
Thierry Piel

Les relations entre le Daquin (l’empire romain) et le pays des Sères (l’empire chinois)

Hervé Inglebert

Texte intégral

1Réfléchir sur les relations entre Rome et la Chine dans l’Antiquité, c’est accepter de discuter d’hypothèses fondées sur des textes peu nombreux et sur quelques rares objets trouvés au hasard des trouvailles archéologiques. C’est aussi admettre que mille ans avant Jean de Plan Carpin, Guillaume de Robrouck et la famille Polo, et cinq siècles avant Sindbad, le marin imaginaire de Bassora, des hommes de l’empire de Rome ou de l’empire des Hans ont pu traverser continents et océans et parvenir aux extrémités du monde eurasiatique pour en rapporter des produits de luxe et des souvenirs de légendes. On comprend donc que les pouvoirs romain et chinois dont il sera ici question sont avant tout des pouvoirs lointains et imaginés par les uns et les autres, des pouvoirs fabuleux ou merveilleux, des pouvoirs dont les représentations renseignent souvent plus sur ceux qui les ont rêvés que sur ceux qui ont été phantasmés. On abordera le thème des relations entre Rome et la Chine de trois manières. On étudiera d’abord comment les contacts ont pu avoir lieu. Ensuite, nous réfléchirons sur le commerce de la soie, principal objet d’échanges. Enfin, on analysera comment Romains et Chinois ont rêvé les confins du monde, ceux qu’ils appelaient les Sères et les gens du Daqin.

LES CONTACTS

2Malgré les problèmes techniques et les dangers liés à de si longs voyages, les contacts entre les régions européennes et la Chine pouvaient se faire par terre ou par mer. Mais il faut distinguer le transport des marchandises, qui, par relais successifs, parvenaient toujours à arriver à destination, et les possibilités pour des personnes de réaliser des traversées eurasiatiques, qui furent beaucoup plus rares.

Les routes et les empires

3La route de terre, dite ensuite route de la Soie, était en réalité un faisceau de routes. Elle était triple en Asie occidentale et double en Asie orientale. En Asie occidentale, la première route, celle du centre, datait des Achéménides : elle partait de la côte du Proche-Orient (Phénicie, puis Antioche), passait par Palmyre puis traversait l’Iran par Ecbatane pour rejoindre Bactres. La deuxième, celle du sud, passait par Spasinou-Charax et Persépolis et rejoignait Bactres. La troisième, celle du nord, partait de la mer Noire, passait par le Caucase, traversait la Caspienne, et rejoignait Bactres en contournant l’empire parthe puis sassanide (après 226 apr. J.-C.). En Asie orientale, de la Bactriane, on pouvait rejoindre la vallée de l’Indus vers le sud ou parvenir en Chine, par les deux variantes du nord et du sud du désert du Taklamakan (ou bassin du Tarim), et rejoindre la capitale des Hans de l’ouest, Xian (Tchang Ngan, peut-être la Sera Metropolis de Ptolémée), ou celle des Hans de l’est Luoyang (peut-être la Thinai du Périple de la mer Érythrée).

4Ces routes terrestres existaient dès le Ier millénaire av. J.-C. et les marchandises y circulaient, mais cela ne signifiait pas qu’un voyageur pouvait traverser l’Asie par voie de terre de la Méditerranée à la Chine (ou l’inverse). Pour cela, il fallait des circonstances favorables du point de vue politique (comme l’empire mongol au XIIIe siècle), ce qui ne fut possible dans l’Antiquité que grâce à une conjonction rare fondée sur une série continue de quatre empires contigus : Rome, les Parthes, les Kouchans, la Chine des Han. L’empire chinois domina par intermittence le Xinjiang à partir de 120 av. J.-C. ; le royaume parthe domina le Moyen-Orient à partir de 125 av. J.-C. ; le royaume kouchan (des Yue-Tche) domina la Bactriane vers 30 av. J.-C., et Rome domina l’Orient méditerranéen jusqu’à l’Euphrate à partir de 64-63 av. J.-C. Le maillon faible de la route transasiatique était le contrôle chinois sur l’Asie centrale. Malgré des interruptions, la route entre la Méditerranée et la Chine resta partiellement ouverte de 120 av. J.-C. à 750 apr. J.-C. Puis, il y eut une interruption de trois siècles. Ensuite, de 1081 à 1350, on a des attestations de voyageurs transasiatiques, ambassadeurs et marchands byzantins ou européens, avant une fermeture de l’espace terrestre jusqu’au XVIIe siècle. Cependant, pour ce qui concerne l’Antiquité, cette chronologie doit être affinée : la Chine n’a pas toujours maîtrisé la route de l’ouest ; et les guerres qui ont opposé Romains et Parthes, puis Romains et Sassanides ont souvent fermé la frontière occidentale. Au total, les conditions favorables sur l’ensemble du parcours asiatique furent assez rares (voir le tableau).

5La voie maritime de la Méditerranée à l’Inde est attestée depuis environ 120 av. J.-C., lorsque les Grecs maîtrisèrent les vents de moussons, mais ne connut un grand essor qu’avec l’intégration de l’Égypte lagide dans l’empire romain en 30 av. J.-C. Les Indiens allèrent par mer d’Inde en Chine vers 150 apr. J.-C., ouvrant ainsi la voie aux commerçants romains. La route maritime de la mer Rouge à la mer de Chine en passant par l’océan Indien, fut empruntée par des Romains de 160 à 290, puis par des Arabes à partir du VIIIe siècle ; mais les Européens en étaient alors exclus, et ils ne revinrent en Extrême-Orient, via l’Afrique, qu’avec les Portugais au XVIe siècle. Il existait 3 routes maritimes entre le Proche-Orient et l’Inde. La première allait de Spasinou Charax dans le golfe Persique jusqu’à l’embouchure de l’Indus et le port de Barygaza ; cette route était utilisée par les Parthes, les Perses, les Arabes, les Indiens et les Palmyréniens. La deuxième partait de la mer Rouge et rejoignait l’embouchure de l’Indus et le port de Barygaza après avoir longé la côte sud de l’Arabie ; elle était empruntée par les Arabes, les Indiens et les Méditerranéens. La troisième partait de la mer Rouge puis passait par Socotra pour atteindre en droiture l’Inde du sud ou Barygaza grâce aux vents de mousson, et était connue des Arabes, des Indiens et des Méditerranéens ; on pouvait ainsi aller en trois mois de la mer Rouge au sud de l’Inde du sud (Kérala actuel). Puis, les commerçants pouvaient ensuite atteindre Ceylan et remonter la côte indienne vers le golfe du Bengale. De là, 2 routes terrestres permettaient d’atteindre la Chine : Birmanie-Assam et Birmanie-Irrawadi. Mais les marins pouvaient aussi redescendre le long de la péninsule malaise, passer par le détroit de Sumatra et remonter jusqu’en Indochine et en Chine du sud. Il semble que les Indiens maîtrisaient également une route en droiture, de l’Inde du sud à la Birmanie et à Sumatra. Ils sont attestés en Chine du sud en 159 et 161 apr. J.-C., quelques années avant la venue des premiers commerçants romains.

6En conclusion, on peut dire que la route terrestre entre la Méditerranée et la Chine fut ouverte par intermittence entre 120 av. J.-C. à 750 apr. J.-C. et que la route maritime de la mer Rouge à la mer de Chine fut fréquentée de manière régulière par les commerçants de l’empire romains de 160 à 290 apr. J.-C.

Les Chinois sur la route de l’ouest

7Nos connaissances viennent principalement du Heou Han Chou, la Chronique des Hans orientaux, rédigée au Ve siècle de notre ère.

L’expansion des Hans

8Face à la puissance de l’empire Hsiung-Nu (une confédération de peuples turco-mongols), les Hans décidèrent de payer tribut en soie, vêtements et blé de 201 à 174 av. J.-C. ; ensuite, l’arrêt des tributs entraîna des raids dévastateurs de 166 à 154, et les Chinois acceptèrent de repayer. En 141, l’empereur Wu-Ti (141-81) arriva sur le trône ; en 138, il envoya un ambassadeur, Zhang Quian, vers l’ouest, pour trouver un appui de revers contre les Hsiung-Nu auprès des Yue-Tche. Mais ceux-ci étaient trop faibles et ils migrèrent ensuite vers le sud ; ils parvinrent en Bactriane, où ils fondèrent l’empire kouchan. Wu Ti décida alors d’envoyer des expéditions militaires qui, après 121, permirent d’étendre l’empire des Hans jusqu’au Lob Nor et à la Kashgarie. La Grande Muraille fut prolongée jusqu’à la Porte de Jade, la commanderie de Jinquan fut créée en 115 pour favoriser les ambassades avec les peuples de l’ouest (jusqu’à 10 par an) avec de la soie et de l’or, pour gagner des appuis. Le refus du Ferghana de donner des chevaux aux Chinois amena deux expéditions, dont la seconde, en 102, fut victorieuse. Des ambassades chinoises furent alors envoyées au roi parthe Mithridate II, qui régna de 124 à 88 av. J.-C.

L’ambassade des Sères sous Auguste

  • 1 Flor., II, XXXIV (IV, 12, 61).

9Florus (qui écrit vers 120 apr. J.-C.) mentionne qu’en 20 av. J.-C., une ambassade des gens de la Serica et de l’Inde rencontra Auguste ; il avait fallu aux Sères quatre ans de voyage, et Florus rapporte que « leur teint montre clairement qu’ils viennent d’un autre climat1 ». Comme la remarque porte sur la couleur de la peau, on pourrait penser que ces envoyés de la Sérice ne venaient pas d’Asie centrale où l’on trouvait alors des populations de type européen. Cependant, la Serica de Florus n’était pas forcément la Chine ; il pourrait s’agir d’ambassadeurs ou de commerçants d’Indochine.

L’ambassade de Pan Tchao

10En 97 apr. J.-C., le général Pan Tchao envoya un émissaire, Gan Ying, vers l’ouest, avec mission d’aller explorer le monde au-delà des Parthes, jusqu’à Rome ; il parvint jusqu’au golfe Persique, mais n’osa s’embarquer pour atteindre la mer Rouge, car il croyait (ou fit semblant de croire) qu’il lui restait encore 3 mois à 2 ans de voyage.

Le contrôle chinois sur les terres de l’Ouest

11Des Han aux Tang, les Chinois ont plusieurs fois contrôlé la route de l’Ouest, ce qui a permis le passage de marchands ou d’ambassadeurs. Mais pour les Chinois, le voyage en Occident était d’abord celui vers l’Inde, d’où les pèlerins rapportèrent les textes bouddhiques : ainsi, Xuanzang alla en Inde de 629 à 645. Sa Biographie et sa Relation sur les territoires de l’ouest donnèrent naissance à un roman merveilleux, le Voyage en Occident.

Les Méditerranéens sur la route de l’est

Des légionnaires romains en Chine ?

  • 2 Raschke M. G., « New studies in Roman commerce with the East », dans ANRW, II, 9, 2, Berlin, 1979, (...)

12Une hypothèse qui reste très controversée2 suppose que des Romains seraient arrivés jusqu’en Chine à la fin de la République, de la manière suivante. En 53 av. J.-C., les Romains furent battus à Carrhes par les Parthes ; Crassus fut tué avec 20 000 hommes, et 10 000 Romains furent faits prisonniers et déportés dans le royaume parthe. On sait par Pline (NH, VI, 47), que ces Romains furent emmenés à Alexandrie de Margiane (près de Merv en Asie centrale). Or, en 36 av. J.-C., deux généraux chinois battirent des Hsiung-Nu en Asie centrale et firent prisonniers 145 mercenaires étrangers qui étonnèrent les Chinois par leurs techniques de fortifications (des palissades doubles construites autour de la ville, ce qui fait penser aux fortifications de César autour d’Alésia) et par leur méthode de défense avec leurs boucliers disposés « en écaille de poisson » (la formation en tortue est attestée lors des campagnes de Marc Antoine en Arménie contre les flèches des Parthes, mais fut surtout utilisée par les Romains lors des sièges à l’époque impériale). On a donc pu imaginer que des Romains capturés par les Hsiung-Nu lors de combats contre les Parthes auraient ensuite été installés par ces derniers pour combattre à la frontière chinoise ; puis, faits prisonniers par les Chinois, ils auraient été déportés dans une ville du nom de Lijian (dans le Kansu, pour garder la frontière nord), nom qui reprend le terme qui désignait alors Rome pour les Chinois, ce qui a permis l’hypothèse. Cette dernière est cependant peu fondée.

Marchands et ambassadeurs romains en Chine par la voie terrestre

13Par « romain », on entend ici les habitants de l’empire romain ; mais ils n’avaient pas forcément la citoyenneté romaine avant 212 apr. J.-C., et on peut supposer que la plupart d’entre eux venaient de l’Orient romain et parlaient le grec ou l’araméen.

  • Les Annales des Han signalent qu’en 108 av. J.-C., des marchands du Daqin ont offert un bœuf extraordinaire (de 6 pieds de haut, aux sabots fleuris, dont la salive devenait de la pierre, dont la queue faisait le tour du corps et dont les cornes se terminaient par de la chair) à l’empereur qui en fit faire une statue de bronze. On n’a pas d’interprétation satisfaisante de ce texte, tardif par rapport à l’événement supposé.
  • Les annales chinoises signalent vers 100 apr. J.-C., une ambassade venant de Macédoine : or, on sait par Claude Ptolémée, qui rapporte un récit d’un autre géographe, Marin de Tyr, qu’à la fin du Ier siècle de notre ère, Maes Titianos, un grand marchand macédonien installé à Antioche, avait envoyé ses agents au pays des Sères. Ils étaient allés jusqu’à Bactres et de là avaient mis plus de 7 mois pour gagner la capitale des Sères, avant de revenir dans l’empire romain. Ptolémée précise que la Sérique est au nord du pays de Sina, ce que l’on comprend comme une distinction entre le Xinjiang et la Chine intérieure, ou entre la Chine du Nord (Xian/Luoyang) et la Chine du sud. Malheureusement, nous n’avons aucun détail sur le voyage de ces Marco Polo antiques.

14Ensuite, on a des mentions chinoises d’ambassades romaines et byzantines : en 361, une ambassade du roi de Fulin (il s’agissait de Constance II qui résidait à Constantinople) arriva à Luoyang ; en 363, les Jin de l’Est envoyèrent une ambassade en retour. C’était sans doute la première véritable ambassade romaine ; on peut supposer qu’il s’agissait d’établir des contacts en vue d’une alliance de revers contre les Sassanides. Et c’était sans doute la première fois que des Chinois parvenaient en Méditerranée.

15Après la paix entre Rome et les Perses signée en 440, les annales chinoises mentionnent 3 ambassades romaines en 456, 465 et 467 à Pincheng (= Datong) chez les Wei du Nord. Sous les Tang, elles mentionnent 7 ambassades romaines entre 643 et 742 à Chang Ngan ; on peut supposer qu’il s’agissait d’établir des contacts en vue d’une alliance de revers contre les Arabes.

16À cela, il faut ajouter que l’on a retrouvé des fresques gréco-romaines du IVe siècle dans le bassin du Tarim, à Milan, qui furent sans doute réalisées par un artiste romain travaillant dans le royaume kouchan, où l’influence artistique gréco-romaine fut forte.

17Enfin, des missionnaires chrétiens (appelés, à tort, « nestoriens » par les Occidentaux), partis de Mésopotamie perse, allèrent en Chine dès la fin du Ve siècle. Ce christianisme perse fut présenté à l’empereur Taizong par le moine Alopen en 635-638, mais après la destruction de l’empire sassanide, le christianisme fut appelé « voie du Daqin » (religion des Romains) vers 745.

Des marchands gréco-romains en Chine par la voie maritime

18Les vents de mousson furent maîtrisés par les Méditerranéens vers 120 av. J.-C. On sait que les commerçants romains allaient régulièrement vers le sud de l’Inde sous Auguste (120 navires par an selon Strabon ; un temple dédié à Auguste est signalé à Muziris sur la Carte de Peutinger), d’où ils gagnaient Ceylan et le golfe du Bengale (on a trouvé de la céramique arétine à Arikamedu-Podouké, au sud de Pondichéry). Vers 60 apr. J.-C., les Romains avaient déjà des informations sur Sumatra (Périple de la mer Érythrée, Pline, NH, VI, 22, 69) ; la route extrêmeorientale connue des marins indiens fut ensuite empruntée par les commerçants romains : un dénommé Alexandre franchit ainsi le détroit de Malacca, et remonta la côte indochinoise jusqu’à Hanoï ou Canton.

  • Vers 120 apr. J.-C., des magiciens du Daquin arrivèrent à Luoyang, offerts par le roi des Shan en Birmanie.
  • Les annales chinoises mentionnent l’arrivée des Romains en Chine du sud en 166 apr. J.-C. : « Andun, roi du Daqin, envoya une ambassade qui apporta en présents de l’ivoire, des cornes de rhinocéros et de l’écaille [de tortue] ». Les Chinois considèrent que cela fut la première véritable ambassade romaine, mais les cadeaux étaient peu importants (ils déçurent d’ailleurs les Chinois) et n’étaient pas romains, mais indiens et indochinois. Il s’agissait sans doute de commerçants de l’empire romain qui se firent passer pour des ambassadeurs d’Antonin (Marc Aurèle = Marcus Aurelius Antoninus), qui furent envoyés devant l’empereur à Luoyang et qui ne purent offrir que les produits achetés lors de leurs escales.
  • En 226, les Chinois occupèrent le Tonkin, et le gouverneur envoya un commerçant romain, « Qinlun », à Sun Quan, roi de Wu, qui devint empereur en 229 installa sa nouvelle capitale à Nanjing (Nankin) où il fit venir Qinlun, qui repartit pour Rome en 234.
  • En 281, on a mention d’ambassadeurs (commerçants) romains à Canton puis à Luoyang, capitale des Jin de l’ouest ; ils apportaient en cadeau une « étoffe de feu » (tissu d’amiante ?).
  • En 284, on a mention d’ambassadeurs (commerçants) romains à Luoyang. Ensuite, le commerce romain est attesté aux IVe-VIe siècles dans l’océan Indien, mais il n’y a plus de mention d’arrivée de Romains par la voie maritime dans les annales chinoises.

LES ECHANGES COMMERCIAUX

19Le problème du commerce transasiatique antique a été souvent imaginé à partir de réalités ultérieures, comme la route de la soie de l’époque mongole ou les théories économiques des XVIIe et XVIIIe siècles. Or, ni le mercantilisme avec son insistance sur les métaux précieux, ni les stratégies du capitalisme commercial vénitien n’étaient des réalités économiques ou mentales antiques.

La circulation de la soie

20Le problème de la circulation de la soie doit être distingué de celui de la route de la soie et du commerce de la soie. D’abord, on l’a vu, dans l’Antiquité, rares furent les moments où la route terrestre de la soie fut ouverte de bout en bout. Ensuite, la soie arrivait également à Rome par voie maritime, via l’Inde. Enfin, et surtout, la soie ne circulait pas forcément de manière commerciale. En effet, la Chine « n’exportait » pas la soie pour placer des surplus de production, ni pour répondre à la demande romaine. Ceci était secondaire face à une réalité stratégique essentielle, la pression des nomades septentrionaux. Or, dans ces sociétés nomades eurasiatiques, les biens de prestige extérieurs (objets grecs, perses ou chinois selon les régions et les époques) servaient à manifester la hiérarchie sociale. Des Chinois, les nomades obtenaient de la soie principalement par butin, paiement des mercenaires, dons diplomatiques, et secondairement par commerce (contre des chevaux ou du bétail) ; les pratiques de don entre aristocrates nomades expliquent ensuite la diffusion de la soie jusqu’en Europe orientale dès les VIe-Ve siècles av. J.-C. (où elle est présente dans certains kourganes).

  • 3 Raschke M. G., op. cit., p. 604-1361.

21Les Chinois ont payé tribut aux Hsiung-Nu pour acheter la paix au IIe siècle av. J.-C., puis pour conforter leur domination sur eux à partir de 60 av. J.-C. L’arrêt des livraisons a toujours provoqué des raids des nomades jusqu’à la reprise des tributs chinois. On estime les dons de soie annuels en 1 av. J.-C. à 30 000 rouleaux de soie, 30 000 écheveaux de fils de soie, et 370 costumes de soie par an ; les tributs de soie auraient représenté 7 % du budget de l’empire chinois au Ier siècle de notre ère3.

22En tentant de contrôler les régions de l’ouest, les Chinois ont eu avant tout des motivations politiques et militaires (trouver des alliés contre les Hsiung-Nu, maintenir les nomades à distance du cœur agricole de la Chine du nord) et non économiques ; la soie servait d’abord à acheter la paix (comme les laques, les ombrelles, les miroirs ou le blé), et non à être vendue pour améliorer la « balance commerciale ». Les tributs, et non le commerce, expliquent principalement la circulation de la soie qui était communément utilisée par les nomades pour faire de nombreux vêtements (la présence de la soie est banale dans les tombes). Par dons ou par échanges de la part des nomades, une partie de cette soie put parvenir aux Sogdiens, puis aux Parthes ou aux Kouchans, et était vendue aux Romains en Inde à Barbaricum et à Barygaza, car la route de la soie terrestre, de la Chine au Proche-Orient, était sans doute moins importante que la route maritime. Mais ceci était plus une conséquence secondaire des tributs chinois que le résultat d’une volonté commerciale chinoise. La Chine donnait la soie aux Hsiung-Nu plus qu’elle ne la vendait aux Romains. Et ces derniers dépendaient pour une part de leur approvisionnement non d’une politique commerciale chinoise mais des vicissitudes des relations entre Chinois et nomades.

23Cette situation explique également que les Chinois n’ont pas fait d’efforts pour conserver un monopole de la soie. La législation des Hans interdisait la contrebande de métal et d’armes avec les barbares, mais ne dit rien de la soie. En fait, du IIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., les techniques de la soie ont été diffusées en Corée et dans le bassin du Tarim. L’intérêt, ou l’espoir, de l’état chinois était que les barbares, dont les nomades, deviennent par l’enrichissement des partenaires plus que des assaillants. Ensuite, les techniques de la soie se sont diffusées au Ve siècle au Ferghana, en Inde, en Perse. C’est sans doute le monopole sassanide sur la soie par voie de terre et par mer au VIe siècle (car les Sassanides avaient dès le IIIe siècle conquis une partie du royaume kouchan et contrôlaient les ports de l’Inde du nord, débouchés des routes commerciales d’Asie centrale) qui explique les efforts romains pour connaître le secret de la production de la soie. En 552, Justinien obtint des graines de mûrier et des larves de vers à soie depuis l’Asie centrale, ce qui permit une production romaine puis byzantine de la soie, ce qui a dû faire baisser les échanges transasiatiques.

Le problème de la balance commerciale romaine

  • 4 Veyne P., « Rome devant la prétendue fuite de l’or : mercantilisme ou politique disciplinaire ? », (...)

24Pline signale que le commerce oriental, celui de la soie et celui des épices, aurait coûté 100 millions de sesterces par an à l’empire romain (NH VI, 26, 101 et XII, 41, 84), dont la moitié pour l’Inde et l’autre moitié pour l’Arabie et le pays des Sères (la Chine ?). De nombreux historiens en ont déduit qu’il existait une hémorragie de métaux précieux de la Méditerranée romaine vers l’Inde et la Chine, et un appauvrissement de l’empire romain qui aurait été une des causes de sa décadence. Or, il est douteux que cela soit vrai. D’abord, cette somme est une estimation, et on ne sait comment Pline a pu calculer ce nombre, car il existait une douzaine de points de passage du commerce oriental depuis l’Égypte jusqu’en Cappadoce, et qu’il lui était donc difficile d’avoir une conception d’ensemble du problème. Ensuite, Pline ne parle que des importations et ne mentionne pas les exportations ; or, le Périple de la mer Érythrée signale dans chaque port indien ce que l’on pouvait acheter et vendre, et il est probable que l’essentiel de ce commerce se faisait par troc et non par transfert de métaux précieux. Enfin, l’empire romain avait des mines d’or et d’argent dont la production annuelle compensait les éventuelles pertes de métaux précieux. En particulier, il faut se souvenir qu’à partir de 309, le solidus, monnaie d’or, va être frappé durant des siècles et devenir une référence internationale, ce qui prouve que Rome n’était pas ruinée4. En fait, pour apprécier l’impact du commerce de la soie sur l’économie romaine, il faut prendre en compte au moins quatre autres facteurs.

25D’abord, la soie n’était pas hors de prix. On sait que la soie (sauvage) de Cos, qui était à la mode sous les Julio-Claudiens, disparut ensuite face à la soie chinoise, qui était sans doute moins chère. On trouve de la soie dans des tombes dans l’empire romain (en Égypte) et en Europe centrale aux IIIe-IVe siècles, ce qui montre que son usage n’était pas réservé à l’aristocratie sénatoriale ou équestre. Il existait en réalité 60 variétés de soies chinoises, et la plupart étaient chères, mais non inabordables. Dans l’empire romain, la soie dont le prix équivaut au poids de l’or est seulement celle qui est teinte en pourpre (Édit du Maximum de 301), et on peut penser que la teinture valait autant que le tissu.

26Ensuite, les pièces de soie chinoises qui arrivaient dans l’empire romain étaient souvent dévidées puis retissées (avec du coton, avec des fils d’or) ou teintes (en pourpre). Ceci montre qu’il n’y avait pas d’adaptation des Chinois à un marché romain, et que dans l’empire de Rome, la soie arrivait comme une matière première. Or, le prix du travail, et donc la plus-value de la transformation, entrait dans le prix du produit fini qui était vendu dans l’empire mais parfois réexporté chez les Parthes puis chez les Sassanides. Mais le bénéfice des artisans et commerçants d’Alexandrie, de Tyr et d’Antioche restait dans l’empire romain.

  • 5 Les monnaies perses d’argent et romaines d’or (ainsi que des imitations barbares de solidi) attesté (...)

27Le troisième argument est fondé sur le fait que l’on n’a pas retrouvé en Chine de monnaies romaines d’argent ou d’or, ni d’objets manufacturés romains5. Toutefois, les monnaies étrangères étaient refondues en Chine, et l’argument est faible. Plus intéressant, 1 % seulement des monnaies romaines de l’Inde viennent du nord-ouest (la zone kouchane), le reste provenant du sud (et étant lié au commerce des épices et en particulier du poivre). Il y a donc eu peu de déperdition de métal précieux de Rome vers les Kouchans et sans doute vers la Chine ; les Romains échangeaient vraisemblablement la soie contre des objets de luxe et d’art occidentaux (comme ceux que l’on a retrouvés dans le trésor de Bagram). Quant au commerce maritime, on sait que les Chinois achetaient aux commerçants romains du verre (d’Alexandrie et de Constantinople), des émaux (d’Alexandrie), des joyaux (joaillerie-verroterie), des coraux, des agates, de la nacre (très prisée par les bouddhistes), de l’ambre, du cristal de roche, du grenat, des matières médicinales, mais aussi 18 variétés de textiles (dont des lainages fins, des tissus d’amiante, des carpettes de laine, des tissages à fil d’or). Il est possible qu’au total, le commerce de troc des produits de luxe (dont certains provenaient de la mer Rouge ou de l’Inde et étaient achetés en route par les commerçants romains) ait été équilibré. Il n’y eut pas d’interdiction romaine d’exportation de pièces d’argent et d’or avant le IVe siècle, et on a retrouvé bien plus de monnaies romaines en Germanie qu’en Inde.

28Le dernier argument concerne les intermédiaires, qui se seraient enrichis aux dépens de Rome. Dans l’Antiquité, il existait, d’est en ouest, trois tronçons terrestres de la route de la Soie, chinois, parthe et romain ; les Kouchans étaient en Bactriane les intermédiaires entre la Chine et les Parthes (ou les Romains par voie maritime), et les Palmyréniens étaient au Proche-Orient les intermédiaires entre les Parthes et les Romains. Avant les Tang, le commerce n’était ni prisé ni favorisé par les autorités chinoises, et les échanges extérieurs se faisaient principalement par dons ou versements de tributs. À Dunhuang, les archives sur ceux qui passent la frontière, ce pour quoi il fallait une autorisation, mentionnent des soldats et des administrateurs mais peu de marchands. Le constat est le même pour les états indianisés du sud du Tarim. Quant aux marchands sogdiens installés en Chine ou sur la frontière, ils faisaient avant tout du commerce local. L’importance des Kouchans est difficile à apprécier car les incertitudes subsistent sur les dates (apogée au IIe siècle et début IIIe siècle) et l’extension du royaume (jusqu’au Tarim) ; mais on sait qu’ils étaient demandeurs de produits de luxe gréco-romains. Les Parthes contrôlaient les routes terrestres, mais ne pouvaient pas monopoliser le commerce de la soie, car les Romains allaient la chercher en Inde du nord par la voie maritime (mais après la conquête d’une partie du royaume kouchan, les Sassanides furent en position de monopole, d’où les efforts de Justinien pour développer une production romaine de la soie). En fait, ceux qui contrôlaient le mieux le grand commerce international dans le royaume parthe étaient les sujets orientaux de l’empire romain : les Palmyréniens, qui, jusque vers 224, conduisirent leurs caravanes jusqu’à Spasinou Charax et en Égypte, mais aussi les Juifs et les Syriens (Maes Titianos était basé à Antioche). Quant au grand commerce maritime de l’océan Indien, il était contrôlé par des Romains puissants (sous Auguste, Marcus Julius Alexander, qui épousa une fille d’Agrippa et qui était le frère de Tiberius, préfet d’Égypte ; sous Claude, Annius Plocamus, originaire de Pouzzoles, mais qui avait pris à ferme les taxes impériales de la mer Rouge ; et vers 270, Septimius Worod, proche d’Odeynath de Palmyre, et Firmus, ami et allié de Zénobie, usurpateur à Alexandrie en 272). Or, à partir du moment où les navires romains allaient jusqu’en Chine du sud et où les Romains d’Orient contrôlaient partiellement le commerce terrestre parthe, la part des intermédiaires non-Romains était réduite.

29Si l’on ajoute aux profits des marchands romains qui allaient chercher directement la soie en Inde ou en Chine, les bénéfices liés à la transformation de la soie par les artisans romains, les taxes romaines aux frontières de l’Empire (25 % sur la valeur des marchandises) ou des provinces (2,5 à 5 %), l’essentiel des plus-values générées par le commerce de la soie n’allait ni aux Chinois, ni aux intermédiaires sogdiens, kouchans ou parthes, mais dans les caisses des élites romaines et de l’empereur romain.

  • 6 Sartre M., D’Alexandre à Zénobie, Paris, 2001, p. 843-845.

30En conclusion, le marché romain était demandeur de soie, mais les Parthes évitaient de laisser traverser librement leur territoire par les commerçants romains, sans doute plus pour pouvoir taxer la soie que par souci de monopole. Il restait donc deux grandes voies d’approvisionnement : les Palmyréniens utilisaient une route terrestre puis maritime via les Parthes et le golfe Persique ; d’autres commerçants romains parvinrent ensuite en Chine par la voie maritime de l’océan Indien. Il est possible que cela se soit fait au détriment de Palmyre dont le commerce caravanier semble décliner après 1616.

LES ALTERITES REVEES

Le pays des Sères

31Les Romains qui portaient de la soie, ou qui rêvaient d’en porter, n’ont peut-être rien su de la vraie Chine. En effet, les lettrés romains, intrigués par l’origine de la soie (la plupart d’entre eux pensaient que la soie provenait de certains arbres), et fascinés par sa valeur élevée (l’empereur de Constantinople a parfois pu payer en soie des salaires de hauts-fonctionnaires ou des tributs aux peuples barbares) n’ont pas interrogé les rares commerçants qui étaient allés en Chine. En effet, la tradition géographique antique ne reconnaissait comme informateurs valables que les généraux et les ambassadeurs, et se méfiait des marchands dont il était admis que le métier consistait en partie à mentir. Les Romains ont donc plus rêvé que connu le pays des Sères, celui des producteurs de la soie. Mais le problème est que leurs descriptions du pays des Sères, situé à l’écart des autres peuples, parfois décrit comme entouré de montagnes, parfois comme insulaire, ne correspondent guère à la Chine. De même, la description des Sères, qui vivent très vieux (de 140 à 300 ans selon les auteurs), qui sont un peuple de sages pacifiques, qui n’achètent rien aux autres peuples car ils n’ont besoin de rien, qui ignorent le meurtre, la prostitution, le vol, voire l’idolâtrie (selon Bardesane d’Édesse qui écrit vers 200), qui vivent dans un pays naturellement fertile et sain, renvoie à des fantasmes sur l’âge d’or et sur les sages orientaux que l’on peut retrouver appliqués à l’Inde. Enfin, la description physique des Sères, qui sont le plus souvent présentés comme grands, avec les yeux bleus et les cheveux rouges (blonds-châtains ?), correspond plus aux peuples indoeuropéens d’Asie centrale qu’à la Chine. Le pays des Sères de la littérature romaine pourrait donc être le pays des intermédiaires, des vendeurs de la soie, et non celui des producteurs de la soie. Néanmoins, ce dernier point est discutable, car on sait que les techniques de production de la soie ont été lentement diffusées vers l’ouest. Les Romains d’époque impériale avaient peut-être raison de parler des Sères producteurs de soie tout en plaçant leur pays quelque part entre le Xinjiang et le Cachemire, mais évidemment cela ne s’appliquait pas à la Chine.

  • 7 Ferguson J., « China and Rome », dans ANRW, II, 9, 2, Berlin, 1979, p. 581-603.

32Dans les œuvres géographiques antiques, on peut distinguer une évolution quant à la situation, et donc à l’identification, du pays des Sères. Chez Strabon (vers 10 apr. J.-C.) et Pline (vers 70 apr. J.-C.) le pays des Sères est au nord de l’Himalaya et de l’Inde et renvoie plutôt à une région d’Asie centrale. Le Périple de la mer Érythrée, rédigé vers 60-70, mentionne au-delà de Chrysé (la péninsule malaise), dans l’intérieur des terres, la grande ville de Thinai où l’on produit la soie qui arrive ensuite en Bactriane puis au port indien de Barygaza ; toutefois, la description qu’il en donne ne renvoie guère à des réalités chinoises. On disposait désormais de deux dénominations (terrestres), et Claude Ptolémée distinguait vers 150 Sera Metropolis atteinte par terre (Chine du nord) et Sinae que l’on gagnait par mer (Chine du sud), terminus respectifs des routes terrestre ou maritime de la soie7. On retrouve une dichotomie similaire à propos de l’Inde, où on distinguait l’Inde indo-gangétique, atteinte par terre depuis Alexandre et Mégasthène, et l’Inde du sud, atteinte par mer.

  • 8 AMM., Histoires, XXIII, 64-68.
  • 9 Cosmas Indopleustes, Topographie chrétienne, II, 45-47.

33Sur la carte de Peutinger (dont la date de réalisation finale semble pouvoir être datée vers 360 apr. J.-C.), la Sera maior pourrait désigner la Chine du sud, car elle est située au sud du « Taurus » (une chaîne de montagnes traversant l’Asie et supposée aller du Taurus anatolien à l’Himalaya), alors que Ptolémée situait sa Sera Metropolis au nord de ces montagnes. Ammien Marcellin (vers 390) mentionne la très grande étendue du royaume des Sères, entouré de montagnes8 ; il s’agit sans doute cette fois de la Chine, mais la route maritime est oubliée, et le royaume des Sères doit donc désigner l’ensemble Serica-Sinae. Il en est de même chez Cosmas Indicopleustès (vers 550) : le nom de Tzinista permet l’identification avec la Chine, mais on n’y accède que par terre, car Cosmas affirme que les relations sont aisées avec la Perse sassanide. Il précise qu’il faut 150 jours pour aller de l’extrémité orientale de la Tzinista jusqu’à la frontière perse, en passant par le pays des Huns (des nomades turco-mongols), des Indiens (les derniers rois guptas ?) et des Bactriens9.

Rome dans les textes chinois

  • 10 Tzeng-Chyuan Liou, Les relations entre l’Empire byzantin et l’Empire chinois (420-907 A. D.), thèse (...)

34Il exista successivement trois termes chinois pour désigner Rome10.

  • Les termes de Lixuan ou Lijian désignèrent l’empire de Rome au temps des Hans de l’ouest (Ier siècle av. J.-C.), donc à la fin de la République et sous Auguste ; Rome est mentionnée à partir de Sima Quian, qui la connaît grâce aux ambassades de Zhang Quian chez les Parthes (entre 138 et 115) ; le voyage aller-retour durerait 8 à 9 ans.
  • Daqin («  le grand Qin ») désigna Rome durant les cinq premiers siècles de l’ère chrétienne ; ce nom s’expliquerait non parce que les Chinois auraient cru que Rome était plus puissante que leur empire, mais parce que « les habitants y sont grands et bien faits et qu’ils ressemblent aux Chinois » ; certains textes affirment même « qu’ils sont des descendants des Chinois ». Ces remarques montrent que le grand renom de Rome avait traversé l’Asie ; un pays aussi remarquable ne pouvait être que chinois. En fait, Daqin serait la transcription chinoise de dasina (qui signifie « droite » mais aussi « ouest » en parthe ou en persan) ; la transcription aurait été faite à la fin du Ier siècle apr. J.-C., lorsque les contacts reprirent avec les Parthes, après le rétablissement de la puissance chinoise sur l’Asie centrale en 73 apr. J.-C.
  • Fulin est un terme qui désigna d’abord la ville de Byzance (dans un texte en relation avec l’année 313), puis Constantinople, puis l’empire romain d’Orient à partir de 456 (Wei du Nord). Aux Ve-VIe siècles, les textes posent l’équivalence Daqin-Fulin, puis ne gardent que le dernier terme à partir de la fin du VIe siècle, jusqu’au début du XVe siècle.
  • 11 Robert J.-N., De Rome à la Chine. Sur les routes de la soie au temps des Césars, Paris, 1993, p. 96 (...)

35Le Daquin était pour les Chinois un pays lointain, situé principalement à l’ouest de la mer Occidentale (Méditerranée), célèbre pour ses richesses, pour son gouvernement et pour ses sages. Deux documents nous décrivent ce pays rêvé11. La Chronique des Hans orientaux, rédigée au Ve siècle, contient une description du pays de la mer Occidentale, peut-être liée à l’ambassade de 363, car elle concerne l’Orient romain. Le texte insiste sur la prospérité et la richesse du pays, le grand nombre de villes, sur l’honnêteté des marchands, sur le fait que l’empereur n’est pas héréditaire mais choisi, et sur la magnificence du palais de l’empereur, dont les colonnes sont en cristal de roche. La grande subtilité verbale des habitants est mise en valeur, même si on estime que ce sont là des paroles vides : faut-il y voir une critique de la rhétorique, fondement de la culture classique, ou des débats philosophiques ou théologiques ? On dispose aussi d’un voyage imaginaire d’un commerçant au pays de Daqin, daté du VIIe siècle. L’empereur du Daqin accueille le marchand et lui demande ce qu’il désire ; ce dernier répond qu’il voudrait acquérir des escarboucles qui brillent dans la nuit. L’empereur lui demande pourquoi il vient de si loin pour si peu et lui fait un discours sur la vanité des choses. Le marchand repart en admirant la Voie (le Dao) des habitants du Daqin et en conclut que là-bas tout est mieux qu’en Chine. On aura compris que cet empire romain du Daqin n’est qu’une Chine idéalisée confuciano-taoïste, de même que le pays des Sères n’était pour les Gréco-Romains que le pays rêvé d’un peuple de philosophes.

CONCLUSIONS

36Lorsqu’on réfléchit sur les connaissances mutuelles que Romain et Chinois ont pu avoir sur les peuples du bout du monde qu’ils étaient respectivement l’un pour l’autre, il faut distinguer les personnes, les récits, et les produits.

  • Des Romains sont allés en Chine par voie terrestre et surtout par voie maritime, alors que les Chinois ne sont peut-être pas allés en Méditerranée avant le IVe siècle de notre ère ; les Romains utilisaient deux traditions différentes pour parler des Chinois, celle des Sères, peuple d’Extrême-Orient situé à la fin de la route terrestre de la soie, mais qui ne s’applique cependant à la Chine qu’à partir du IIe siècle apr. J.-C., et celle de Sinae (chez Ptolémée), région d’Extrême-Orient située à la fin de la route maritime de la soie.
  • Mais les récits des commerçants romains ne sont guère parvenus jusqu’aux lettrés romains, alors que les mentions de la venue des commerçants ou ambassadeurs romains en Chine ont été conservées dans les sources officielles chinoises.
  • Les produits chinois, avant tout la soie, ont été connus à Rome, et des produits romains ont été connus en Chine. Ces échanges, qui n’étaient pas tous commerciaux, n’ont pas ruiné Rome et n’ont sans doute pas enrichi la Chine. Ces produits de luxe provenant de pays lointains ont fait naître des récits idéalisés du pays des Sères et de l’empire de Daqin, où les lettrés de chaque contrée projetaient leurs idéaux de sagesse dans un double jeu de miroirs : à une Sérique philosophique gréco-romaine a répondu un Daqin chinois, taoiste et confucéen.

37Ainsi, la rencontre entre Romains et Chinois de l’Antiquité n’eut pas lieu ; chacun savait que l’autre existait, mais les informations ne circulèrent pas suffisamment entre les commerçants et les lettrés pour permettre une véritable connaissance de l’altérité extrême.

Tableau des relations entre Romains et Chinois dans l’Antiquité

Tableau des relations entre Romains et Chinois dans l’Antiquité

Notes

1 Flor., II, XXXIV (IV, 12, 61).

2 Raschke M. G., « New studies in Roman commerce with the East », dans ANRW, II, 9, 2, Berlin, 1979, p. 679-681 est absolument contre.

3 Raschke M. G., op. cit., p. 604-1361.

4 Veyne P., « Rome devant la prétendue fuite de l’or : mercantilisme ou politique disciplinaire ? », dans La société romaine, Paris, 2001.

5 Les monnaies perses d’argent et romaines d’or (ainsi que des imitations barbares de solidi) attestées dans le Xin-Jiang aux VIe-VIIIe siècles sont sans doute liées à l’origine au paiement de mercenaires, car à l’époque, la technique de la soie est connue à Byzance.

6 Sartre M., D’Alexandre à Zénobie, Paris, 2001, p. 843-845.

7 Ferguson J., « China and Rome », dans ANRW, II, 9, 2, Berlin, 1979, p. 581-603.

8 AMM., Histoires, XXIII, 64-68.

9 Cosmas Indopleustes, Topographie chrétienne, II, 45-47.

10 Tzeng-Chyuan Liou, Les relations entre l’Empire byzantin et l’Empire chinois (420-907 A. D.), thèse de doctorat, Paris, IV, 1995.

11 Robert J.-N., De Rome à la Chine. Sur les routes de la soie au temps des Césars, Paris, 1993, p. 96-104.

Table des illustrations

Titre Tableau des relations entre Romains et Chinois dans l’Antiquité
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25883/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 576k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540