Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité

 | 
Thierry Piel

Des contingents étrusques en Méditerranée occidentale : mercenaires ou forces d’intervention civiques ?

Thierry Piel

Texte intégral

Prologue : Mémoires de guerres

  • 1 Voir APP., Sic., V, 3. De son côté, l’historien Polybe, dont on ne connaît pas la source, ne mentio (...)
  • 2 Pour Carthage cette clause n’est pas sans conséquence compte tenu de l’importance du mercenariat da (...)

1Le 10 mars 241 av. J.-C., la flotte carthaginoise aux ordres de Hannon cingle vers Drépanon pour secourir l’armée d’Hamilcar acculée dans l’Ouest sicilien. Par une habile manœuvre, le consul romain C. Lutatius Catulus réussit à empêcher la jonction en remportant une éclatante victoire à la hauteur des îles Aegates. Cet échec aura pour conséquence immédiate d’amener Carthage à négocier avec Rome, mettant ainsi fin à la première guerre punique. Parmi les clauses qui constituent le traité final, il est fait obligation à Carthage de ne plus recruter de mercenaires en Italie1. Sans aller jusqu’à prétendre que cette clause signa l’acte de décès d’une pratique bien attestée depuis fort longtemps, il est certain qu’à terme le bassin de recrutement qu’avaient été l’Italie et la Sicile devait rapidement se tarir. Les velléités combattantes des populations italiotes soumises par Rome ne pouvaient désormais s’exprimer que dans un cadre romain, celui des unités auxiliaires2.

  • 3 Nous reprenons ici la terminologie de Gianluca Tagliamonte qui l’amène à distinguer pour le mercena (...)
  • 4 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994.
  • 5 Voir HDT, VII, 165. L’auteur mentionne par ailleurs des Corses, des Élysikes, des Sardes, des Ligur (...)

2Auparavant, depuis le VIe siècle et jusqu’au IIIe siècle av. J.-C., les mercenaires et le mercenariat avaient fait partie des réalités militaires italiotes3. Il y a quatorze ans de cela, Gianluca Tagliamonte a consacré une très large étude à ce phénomène tant dans ses dimensions sociopolitique et économique que guerrière. L’auteur choisit de limiter son champ d’investigation aux peuples dits italiques dont les traits culturels communs permettent de mettre en évidence les fondements mêmes d’une dynamique conduisant au développement de pratiques militaires mercenaires tout en proposant au final un portrait assez exhaustif des peuples osco-ombriens4. L’internationalisation des conflits en Méditerranée occidentale à partir de la fin du VIe siècle av. J.-C. et les migrations italiques et celtes aux Ve-IVe siècles av. J.-C. ont eu pour effet d’accroître le recours à des forces mercenaires, d’élargir les aires de recrutement et au final d’« institutionnaliser » celui-là à l’échelle méditerranéenne. La présentation par Hérodote des forces rassemblées par Hamilcar le Magonide, lors de son expédition sicilienne de 480 av. J.-C. témoigne de cette évolution. À propos de cette bataille Diodore évoque pour la première fois, des mercenaires italiques impliqués dans un conflit se déroulant au-delà du détroit de Messine5.

  • 6 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156-157.
  • 7 Voir infra tableau A. Pour un état exhaustif de la bibliographie sur les mercenaires étrusques voir (...)

3Si le mercenariat semble d’abord le fait de peuples plutôt que de cités, ceux-là Italiques ou Celtes n’en eurent pourtant pas l’exclusivité. À partir du IVe siècle av. J.-C., Grecs, Latins et Étrusques, signalés plutôt comme employeurs de troupes stipendiées, apparaissent également en tant que mercenaires au gré des nombreux conflits ayant pour théâtre la Méditerranée occidentale. Gianluca Tagliamonte, évoquant à ce propos le cas plus particulier des mercenaires étrusques, a justement souligné qu’ils ne bénéficiaient pas actuellement d’une étude spécifique6. Il faut dire que le dossier documentaire apparaît bien maigre si on le compare à celui des peuples italiques. Nous voudrions cependant revenir sur cette documentation par ailleurs bien connue des étruscologues, pour amorcer une réflexion portant sur la nature et la genèse d’un mercenariat étrusque7.

INTRODUCTION : AUX ORIGINES D’UN MERCENARIAT ETRUSQUE

  • 8 Sur les sources de Diodore de Sicile à propos de la tyrannie d’Agathocle (voir GOUKOWSKY P., Diodor (...)
  • 9 Voir DS., XIX, 106,2 ; XX, 11, 1 et 64, 2 ; XXI, fr., 10-11. L’utilisation du mot misthophoroi pour (...)
  • 10 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156, n. 295.

4L’existence d’un mercenariat étrusque repose sur le témoignage du seul Diodore de Sicile auteur au Ier siècle av. J.-C. d’une histoire universelle en grec, comportant des éclairages appuyés sur l’histoire de son île natale8. Sur les six occurrences généralement retenues, quatre font état, sans doute possible, de mercenaires tyrrhéniens9. Ces témoignages se situent entre 339 av. J.-C. et 298 av. J.-C. Nous disposons par ailleurs d’une documentation numismatique du temps du Syracusain Timoléon (344-338 av. J.-C.) qui semble confirmer la présence d’unités étrusques mercenaires dès cette époque10. Il s’agit de pièces en bronze portant à l’avers une effigie d’Athéna et au revers les lettres TYRRE (NOI) désignant très probablement ces contingents étrusques, pour le paiement desquels ces monnaies ont été frappées.

Tableau A. Sources littéraires

Tableau A. Sources littéraires
  • 11 Voir DH., VII, 6-7. Pour un état de la question (voir Piel T., « Porsenna rex Etruria », Grecs et R (...)
  • 12 Voir Mosse C., La tyrannie dans la Grèce antique, Paris, PUF, 1969, p. 79-86 et FINLEY M., La Sicil (...)
  • 13 Voir Liv., II, 14, 5-9 et L. T. U. R. V, p. 195-197.
  • 14 Après le revers subit par les Étrusques auxquels devaient être probablement associés des Romains, q (...)
  • 15 Sur ces questions il existe une très abondante bibliographie. Nous mentionnerons la synthèse de Mas (...)
  • 16 Voir Aigner Foresti L., « La tradizione antica sul ver sacrum, Coercizione e mobilità umana nel mon (...)

5L’existence d’un mercenariat étrusque n’apparaît donc que tardivement et sporadiquement surtout si l’on compare cet état de faits avec le large usage de mercenaires Italiques, Celtes voire Grecs. Pourtant il est un épisode que nous rapporte Denys d’Halicarnasse pour l’année 506 av. J.-C. qui pourrait être interprété comme une attestation précoce de mercenaires étrusques11. Cette année-là, Aristodémos de Cumes, à la tête d’armées civiques, remporte un succès militaire sur une armée étrusque qui assiège la cité latine d’Aricie. Durant le combat, le chef étrusque Arruns, fils du roi de Clusium Porsenna, est tué et ses hommes faits prisonniers par Aristodémos. Voulant alors établir un pouvoir tyrannique dans sa cité, il décide de libérer ses prisonniers sans rançon pour se les attacher comme gardes du corps et mener à bien son coup d’État. À travers ce détournement de soldats, nous trouvons une pratique coutumière chez les tyrans de Sicile consistant à privilégier des éléments étrangers à la cité au détriment des citoyens de manière à éteindre toute opposition politique12. Tite-Live il est vrai nous propose une autre relation des faits, évoquant l’installation des rescapés de l’armée d’Arruns à Rome, dans le Vicus tuscus13. La chronique cumaine utilisée par Denys d’Halicarnasse dans ce récit nous semble cependant plus fiable que le récit étiologique de Tite-Live, même si les deux traditions ne sont pas contradictoires en soi14. Quoi qu’il en soit, il nous semble difficile de voir dans cet épisode un exemple de mercenariat. Il semble que ce scénario doive être analysé à l’aune de ce que les modernes nomment communément le « condottierisme » étrusco-latin. Cette pratique sociopolitique et militaire caractéristique des temps archaïques voit un « dux » à la tête de sodales, voire de clientes, s’installer sur le sol d’une autre cité. Les migrations de Tarquin l’Ancien, de Mastarna/Servius Tullius, des frères Vibenna et de Porsenna vers Rome ressortissent probablement à cette pratique15. Il convient cependant de la distinguer du ver sacrum des peuples italiques, même si le fonctionnement de ces sodalités pouvait avoir un patronage divin16. Cette forme de mobilité horizontale ne peut cependant être considérée comme une forme de mercenariat. Pour revenir sur le cas des transfuges étrusques recrutés par Aristodème de Cumes, on supposera que le tyran en aura peut-être fait des nouveaux citoyens une fois le coup d’État accompli. Il nous faut donc revenir sur le cas de ces mercenaires étrusques évoqués dans la Bibliothèque historique de Diodore de Sicile et dont les activités se situent dans le dernier tiers du IVe siècle av. J.-C.

ENQUETE SUR LA NATURE DU MERCENARIAT ETRUSQUE

En temps et lieux17

  • 17 Pour un tour d’horizon du contexte politique et militaire voir Finley M., op. cit., p. 103-114 et W(...)
  • 18 Archagatos est le fils d’un autre Archagathos fils d’Agathocle, mort en 307 av. J.-C. lors de la mu (...)

6L’apparition de mercenaires étrusques en Méditerranée occidentale est attestée à partir de la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. dans le cadre de l’affronte ment pluriséculaire auquel se livrèrent Syracuse et Carthage pour le contrôle de la Sicile. Au temps de Timoléon (344-338 av. J.-C.) et d’Agathocle (317-289 av. J.-C.), ce conflit connaît deux moments paroxystiques. En 339 av. J.-C. Timoléon réussit à vaincre les armées carthaginoises sur le Crimisos restaurant ainsi l’hégémonie syracusaine sur les territoires situés à l’est de l’Halycos et du Platani. Entre 311 et 307 av. J.-C. Agathocle réussit à son tour, mais non sans mal, à rétablir la position hégémonique de Syracuse à la suite d’une guerre se déroulant tant en Sicile qu’en Afrique. C’est pour ce second épisode que nous disposons du plus grand nombre d’occurrences. En dehors de ces théâtres d’opération un fait militaire d’une autre nature trouve son dénouement dans le Bruttium au cours de l’année 298 av. J.-C. Il y est question d’une mutinerie contre le petit-fils d’Agathocle, Archagathos18. Cette séditon sévèrement reprimée par Agathocle a pour toile de fond la guerre victorieuse que vient de livrer le basileus syracusain au roi macédonien, Cassandre, et la mainmise d’Agathocle sur l’île de Corcyre.

Les employeurs

  • 19 Voir DS., XIX, 106, 2.
  • 20 Voir Oros., IV, 8.
  • 21 Voir Le Bohec Y., op. cit., p. 39-55 et Decret F., Carthage ou l’Empire de la mer, Paris, Seuil, 19 (...)
  • 22 Voir Pol., VI, 52 et DS., V, 38, 3.

7Il y en a deux, Carthage et Syracuse. Carthage n’apparaît qu’une seule fois en 311 av. J.-C. alors que la cité punique s’apprête à voler au secours des cités sicéliotes menacées dans leur indépendance par la politique hégémonique du tyran syracusain Agathocle19. Le général carthaginois Hamilcar, fils de Giscon, recrute une armée comprenant, entre autres, 1 200 mercenaires étrusques soit 8 % de l’effectif total. Rappelons que le Poenorum Imperator 20 était un aristocrate carthaginois élu par les citoyens et agissant sous le contrôle d’une instance civique, le Conseil des 104, devant lequel il devait rendre des comptes21. L’usage par les Carthaginois de mercenaires n’est pas neuf. Les Anciens, Grecs et Romains, en nostalgiques de l’éthique hoplitique traditionnelle, ont tôt fait de présenter ce recours systématique à des troupes stipendiées comme un signe de la lâcheté proverbiale des Puniques22. En fait les armées puniques comptent des unités civiques, mais il est exact qu’elles étaient très nettement minoritaires. Dans le cas des forces rassemblées par Hamilcar, les fantassins carthaginois ne représentent de fait que 12,7 % de l’effectif total.

  • 23 Diodore fait un décompte global des mercenaires non grecs : Étrusques, Samnites et Celtes. Il est p (...)
  • 24 Nous pensons que les unités Libyennes étaient plutôt des alliés.

8Pour Syracuse, plus que les institutions civiques, ce sont les tyrans qui déterminent le recrutement des troupes. Agathocle porte le titre de strategos autocrator, expression de ses pouvoirs militaires, derrière laquelle il serait bien naïf de voir une magistrature civique. C’est bien entendu par la contrainte que l’homme fort de Syracuse s’est vu décerner ce titre. Le caractère fondamentalement militaire des tyrannies sicéliotes apparaît dès le début du Ve siècle av. J.-C. avec les Deinoménides de Syracuse et les Emménides d’Agrigente. Même après qu’il a pris, en 306 av. J.-C., le titre de basileus dans le but d’imiter les Diadoques, Agathocle conservera à son gouvernement l’aspect d’une tyrannie civique. Au moment où débute l’invasion de la Sicile par Hamilcar, Agathocle dispose lui aussi de mercenaires étrusques qu’il emmènera avec lui en Afrique en 310 av. J.-C. Ils représentent un effectif qui peut avoir été de 1 000 hommes, soit 8 % de l’effectif total d’une armée composée pour une moitié de Syracusains et pour l’autre de mercenaires23. Nous les retrouvons trois ans plus tard, toujours en Afrique. À ce moment, leur nombre a doublé, passant à 2 000 hommes, ce qui signifie que, compte tenu des pertes humaines, Agathocle a effectué entre-temps de nouveaux engagements. Ce faisant, nos mercenaires tyrrhéniens représentaient désormais 6,7 % de l’effectif, fantassins et cavaliers confondus. L’intérêt réside surtout dans le fait que le corps expéditionnaire, que commandent alors les deux fils d’Agathocle, Archagathos et Heracleides, ne comprend plus à ce moment aucun Syracusain mais uniquement des mercenaires ou des alliés24. Nous laisserons pour l’instant de côté l’intervention décisive d’une flotte étrusque dans le port de Syracuse cette même année 307 av. J.-C. Il est plus que probable qu’il ne s’agisse pas de mercenaires étrusques au service d’Agathocle mais d’alliés du tyran syracusain.

  • 25 Nos sources principales sur Timoléon sont Diodore de Sicile et Plutarque. Nous savons que l’histori (...)

9La tradition a conservé de Timoléon l’image d’un « démocrate », ennemi de la tyrannie25. Son abdication est en soi la marque du total désintéressement d’un homme oeuvrant au renouveau citoyen de la Sicile et à l’éloignement du péril carthaginois. L’épisode qui le met aux prises avec un pirate étrusque est de ce point de vue significatif dans la mesure où Diodore ne le présente pas clairement comme un mercenaire. D’ailleurs la décision prise par Timoléon de l’exécuter s’inscrit bien dans sa politique d’assainissement politique et militaire de la Sicile. Les monnaies qu’il a fait frapper avec la mention TYRRE (NOS) ne laissent pourtant aucun doute sur l’emploi de mercenaires tyrrhéniens dans son armée. Idéalisé par l’historien Timée de Tauromenion – une des sources de Diodore de Sicile – Timoléon bénéficie d’une aura que n’a pas Agathocle. Diodore qui suit également quelques auteurs favorables au tyran comme Callias et Antandros, le frère d’Agathocle, nuance il est vrai le portrait tyrannique du strategos syracusain. Il est cependant évident que les deux hommes ont fait appel de la même manière à des troupes mercenaires parmi lesquelles figuraient des Étrusques.

Les mercenaires

  • 26 Sur les armées étrusques voir Adam A.-M. et Rouveret A., Guerre et sociétés en Italie aux Veet IVes (...)
  • 27 On a un bon exemple avec le récit que donne Polybe de la bataille du Bagradas entre Regulus et Xant (...)
  • 28 Voir infra tableau B.
  • 29 Voir Geer R. M., Diodorus of Sicily. Vol. X, L. C. L., 1962, p. 121, n. 3. Ces amphippoi sont menti (...)
  • 30 Voir supra n. 22.

10Les mistophoroi étrusques de Diodore de Sicile sont pour la majorité d’entre eux des fantassins. Compte tenu de ce que nous savons des équipements et des pratiques militaires en Étrurie, il est probable qu’il s’agisse de fantassins lourds26. Les Carthaginois privilégient, nous le savons, le combat en phalange à la grecque27. Les mercenaires étrusques peuvent donc constituer un appoint non négligeable en fantassins lourds sachant que les contigents hoplitiques carthaginois étaient peu fournis. On remarquera par ailleurs que le corps expéditionnaire d’Hamilcar ne compte aucun Grec mais le général punique pouvait espérer le ralliement de nombreuses cités grecques sicéliotes. Si l’on analyse l’armée d’Hamilcar en 31128, en laissant de côté les 130 trirèmes nécessaires au transport des troupes, on relèvera, qu’à côté des 2 000 Carthaginois dont certains étaient de noble ascendance, l’effectif principal est constitué par 10 000 Libyens que Diodore ne désigne pas comme des mercenaires mais qui devaient probablement l’être. À moins qu’il ne faille définir ces troupes recrutées dans l’arrière-pays carthaginois comme l’équivalent de troupes « coloniales » allogènes. Ces Libyens constituent un corps de fantassins équipés plus légèrement. Sont désignés comme mercenaires les 1 200 Étrusques et les 1 000 Baléares dont la spécialité militaire était le maniement de la fronde. L’intérêt plus particulier du texte de Diodore réside dans la mention faite de deux catégories de mercenaires étrusques : 1 000 hommes qui sont probablement des fantassins et 200 zeugippae. Nous ne savons pas à quoi renvoi cet hapax. Selon Russel M. Geer, il pourrait s’agir soit de zeugitai donc de fantassins lourds soit d’amphippoi donc de cavaliers29. Nous avons peut-être là un élément de différenciation sociale dans le recrutement de ces mercenaires. Ainsi le recours à des contingents étrusques semble avoir plutôt répondu à la nécessité de combler le déficit de Carthage en fantassins lourds30.

Tableau B. Le corps expéditionnaire d’Hamilcar en Sicile (311)

Tableau B. Le corps expéditionnaire d’Hamilcar en Sicile (311)
  • 31 Voir infra tableau C.
  • 32 Sur les rapports entre Ophellas et Agathocle (voir Will E., op. cit., p. 116-117).
  • 33 Voir infra tableau D.

11Le corps expéditionnaire rassemblé par Agathocle en 310 av. J.-C. ne comporte que des fantassins31. Diodore, citant les mercenaires présents, établit une hiérarchie entre les 3 000 Grecs et les 3 000 « barbares », Samnites, Étrusques et Gaulois mentionnés globalement. L’ordre dans lequel ils sont cités ne nous semble pas susceptible d’une interprétation. La question qui se pose à nouveau est de saisir le rôle tenu par ce contingent. Diodore évoquant l’aile gauche commandée par Agathocle se contente d’énumérer la composition de la phalange composée de 3 500 Syracusains, de 3 000 mercenaires grecs et de 3 000 autres mercenaires samnites, étrusques et celtes. Il est donc probable que ceux-là complétaient la phalange gréco-syracusaine. À cela s’ajoutaient quelques troupes légères d’archers et de frondeurs dont on ne nous dit pas l’origine ethnique. Trois ans plus tard, en 307 av. J.-C., nous retrouvons les mêmes unités mercenaires, mais avec un effectif qui a doublé, tant pour les Grecs que pour les Italiotes. La nouveauté consiste en la présence de nombreux Africains recrutés ou ralliés par Agathocle après les premiers succès qui ont suivi son débarquement en 310 av. J.-C. et le débauchage de l’armée de son allié Ophellas de Cyrène après son assassinat à l’automne 308 av. J.-C.32. Ainsi la composition de l’armée que tente de reprendre en main Agathocle se rapproche du profil des armées carthaginoises33 : 12 000 fantassins lourds grecs, étrusques, samnites et celtes tous mercenaires, 10 000 fantassins légers, 1 500 cavaliers et 6 000 chars libyens. Agathocle a modifié la composition de son armée pour l’adapter à celle de son adversaire. Par ailleurs on ne peut s’empêcher de penser que le recours à un nouveau recrutement de mercenaires lui permettait par ailleurs de rapatrier en Sicile les éléments les plus sûrs de son armée, c’est-à-dire les Syracusains, en vue de poursuivre la lutte contre les cités grecques sicéliotes soutenues par Carthage.

Tableau C. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (310)

Tableau C. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (310)

Tableau D. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (307)

Tableau D. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (307)
  • 34 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 157-164.
  • 35 Voir DS., XX, 11-12.
  • 36 Voir DS., XXI, fr. 10-11. Les Lygiens constituent un hapax. Dans son édition du livre XXI de Diodor (...)

12Quant au fonctionnement de ce mercenariat nous n’avons que peu d’indications. Gianluca Tagliamonte en fait une bonne analyse pour le mercenariat italique plus facile à cerner34. Il est probable que pour le recrutement et le paiement des mercenaires étrusques il en allait de même que pour les Italiques comme semble l’indiquer le fait que nos Tyrrhéniens apparaissent indistinctement aux côtés des Samnites et des Celtes. Cela nous amène à évoquer l’organisation logistique du mercenariat telle que nos sources nous la laissent entrevoir. Diodore souligne qu’Hamilcar avait prévu d’embarquer sur ses navires de l’argent, de la nourriture, des munitions et d’autres équipements militaires. Lors du combat victorieux qu’Agathocle va livrer devant Carthage en 310 av. J.-C., il est fait allusion à un manque d’équipement pour l’ensemble de ses troupes mais il s’agit peut-être là d’un artifice pour introduire l’anecdote de la confection de faux boucliers pour les valets de camp35. Il est donc possible que les mercenaires soient équipés par leur employeur pour répondre à certaines nécessités tactiques. C’est par contre sans surprise que nous trouvons un passage de Diodore évoquant une mutinerie dont le motif était le non-versement de la solde. Il s’agit de troupes qui sont « en réserve » dans le Bruttium : 2 000 Étrusques et Lygiens36. Ils se sont déjà manifesté une première fois pour obtenir leur dû auprès du petit-fils d’Agathocle, Agatharchos, mais en vain. À son retour de Corcyre le tyran les fait massacrer. L’intérêt de l’épisode réside dans le fait que les Bruttiens vont se révolter à leur tour. Ce peuple italique, grand fournisseur de mercenaires à cette époque, semble par cette action manifester sa désapprobation, vis-à-vis du comportement injuste et cruel d’Agathocle mais peut-être aussi par solidarité avec les mercenaires étrusques et lygiens. Ceci montre qu’il existe des solidarités mercenaires capables parfois de s’opposer aux comportements peu scrupuleux de certains employeurs.

13Nous aimerions bien sûr connaître l’origine géographique de ces mercenaires étrusques, les raisons de leur engagement dans les grands conflits du temps et les motifs qui les amenaient à servir, qui les Carthaginois, qui les Syracusains. Malgré le silence des sources, il est peut-être possible d’esquisser une réponse en partant des deux occurrences litigieuses, celle des navires étrusques venus au secours d’Agathocle et celle des mésaventures de Postumius l’Étrusque à Syracuse.

ENQUETE SUR LA GENESE DU MERCENARIAT ETRUSQUE

Dernier acte thalassocratique

  • 37 Voir DS., XX, 61, 6.

14Nous avions sciemment écarté de notre présentation du mercenariat étrusque un épisode maritime qui se situe en 307 av. J.-C., à un moment particulièrement critique pour Agathocle37. Les opposants à son régime mènent alors des opérations militaires à proximité de Syracuse – c’est le cas de Deinocrates et de Xenodochos, deux opposants politiques notoires à la tyrannie d’Agathocle – dans le même temps une escadre de trente navires puniques bloque le port de Syracuse. La dégradation des positions syracusaines en Afrique nécessite le retour d’Agathocle qui, pour se faire, a armé dix-sept navires qui ne peuvent à ce moment sortir du port. C’est alors qu’intervient une escadre étrusque de dix-huit navires qui parvient à forcer le blocus et à pénétrer dans le port. Profitant de ce renfort inopiné, Agathocle, par une habile manœuvre, réussit à envelopper la flotte adverse. C’est un succès : cinq navires sont capturés et le strategos punique se suicide. Grâce à cette victoire, Agathocle pourra regagner l’Afrique avec l’espoir de rétablir la situation militaire à son avantage.

  • 38 Voir Thc., VI, 88, 6.
  • 39 Voir Thc., VI, 103, 2 et VII, 53, 2-3 ; 54,1.
  • 40 Voir Thc., VII, 57, 11.
  • 41 Pour une vue d’ensemble des affrontements en mer Tyrrhénienne (voir Pallottino M., op. cit., 1993, (...)
  • 42 Voir Torelli M., Elogia tarquiniensia, Florence, Samsoni Ed., 1975 contra Pallottino M., « Proposte (...)

15À aucun moment, Diodore ne parle de mercenaires pour cette flotte étrusque au demeurant assez imposante. Le fait qu’il ne soit pas question de troupes embarquées signifie qu’il s’agit très probablement d’une action menée par une cité étrusque du littoral tyrrhénien favorable à Agathocle et par conséquent défavorable à Carthage. D’un point de vue strictement formel, nous pourrions rapprocher cet événement militaire d’une autre intervention étrusque au-delà du détroit de Messine. Thucydide nous rapporte qu’en 414 av. J.-C. lors de la malheureuse expédition athénienne suscitée par Alcibiade contre Syracuse, Athènes envoya entre autres des ambassades auprès de cités étrusques qui avaient par ailleurs proposé leur aide38. L’année suivante, trois pentécontères arrivèrent d’Étrurie transportant des troupes qui ne tardèrent pas à s’illustrer dans un combat victorieux sur le plateau des Épipoles39. Dans la liste qu’il dresse des forces en présence, Thucydide cite à nouveau les Tyrrhéniens qu’il distingue des Iapyges présentés eux comme des mercenaires40. Il s’agit donc bien d’un contingent civique, mais de quelle cité ? Comme le souligne l’historien athénien, il existait une séculaire inimitié entre Syracuse et certaines cités côtières étrusques. De la bataille de la mer de Sardaigne en 540 av. J.-C. à l’attaque de l’île d’Elbe par les amiraux syracusains Apelles et Phaillos en 453 av. J.-C., sans oublier la bataille de Cumes remportée en 474 av. J.-C. par le tyran Hiéron de Syracuse, il semble établi que, durant le Ve siècle av. J.-C. la mer Tyrrhénienne fut le champ clos d’affrontements maritimes fréquents entre Syracuse et certaines cités étrusques41. On pense bien entendu à Caere, mais on a également évoqué Tarquinia après la découverte des précieux elogia tarquiniensia, éloges de trois membres de la gens Spurinna originaire de cette cité. Gravé au temps d’Auguste, ce document épigraphique met en valeur la carrière politique et militaire de trois magistrats tarquiniens que l’on situe traditionnellement entre la fin du Ve siècle et le milieu du IVe siècle av. J.-C. Le plus ancien des trois, Velthur Spurinna, qui fut deux fois préteur, se voit attribuer une expédition militaire victorieuse en Sicile. Mario Torelli, auteur d’une brillante synthèse sur ces elogia, considère qu’il ne peut s’agir que de l’intervention éclair du contingent étrusque rapportée par Thucydide42.

  • 43 Tite-Live a solennisé ce moment en dramatisant la traversée par les légions romaines de l’« infranc (...)
  • 44 Voir Colonna G., op. cit., 1980-1981, p. 181-190 ainsi que Cassola F., I gruppi politici romani nel (...)

16L’épisode de l’année 307 av. J.-C. diffère sur deux points de l’opération menée par Velthur Spurinna si c’est lui : premièrement la nature de l’intervention semble strictement navale, deuxièmement nous assistons à un renversement d’alliance de la part de la cité étrusque impliquée dans cette opération, Syracuse étant cette fois une alliée. En 307, le fait le plus saillant est l’affrontement que se livrent en Italie centrale Romains et Samnites. Or, à partir de 311 av. J.-C., un autre conflit débute entre d’une part la plupart des cités et communautés étrusques et ombriennes du Val di Chiana et d’autre part Rome qui rapidement, réussit à se rendre maîtresse, de la moyenne vallée du Tibre43. Les cités côtières ne sont pas concernées par ce conflit dans la mesure où elles n’interfèrent pas avec les visées expansionnistes de Rome. C’est ainsi que, depuis 351 av. J.-C., après un rude conflit entre Rome et Tarquinia, une trêve de quarante ans – reconduite pour la même durée en 311 av. J.-C. – assure la paix entre les deux cités, alors que Caere a déjà été juridiquement absorbée par Rome en recevant la civitas sine suffragio. L’archéologie semble par ailleurs attester que les grandes cités de l’Étrurie minière, Populonia et Vetulonia connaissent un véritable déclin depuis le Ve siècle av. J.-C. au profit de Roselle. Seules Tarquinia et sa voisine Vulci sur laquelle nous manquons cruellement d’informations pour cette époque, nous semblent susceptibles d’avoir pu affréter des navires pour aider Syracuse. Giovanni Colonna a justement souligné ce parti pris pro-syracusain en soulignant une des clauses du troisième traité romano-carthaginois établi en 306 av. J.-C., à savoir la neutralisation de la Corse, territoire jusqu’alors contrôlé par les Étrusques44. Une telle clause ne peut être que la conséquence d’une avancée carthaginoise dans ce secteur de la Méditerranée au détriment de l’Étrurie maritime. Dans ce contexte, l’intervention navale de 307 av. J.-C. peut être analysée comme l’ultime sursaut de ces cités étrusques pour maintenir leurs dernières positions d’outre-mer face aux appétits de Carthage. Le traité que passe Agathocle avec Carthage cette même année 306 av. J.-C. ne modifiera en rien la situation. Le tyran syracusain obtient le retour aux frontières telles qu’elles étaient au début du conflit. Par la suite, ses ambitions le conduiront du côté de la mer

17Ionienne. Ainsi ce triple partage de la Méditerranée occidentale entre Rome, Carthage et Syracuse scellait le long repli des cités côtières étrusques.

Les malheurs de Postumius

  • 45 Voir DS., XVI, 82, 3.
  • 46 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 146-148.
  • 47 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156.

18Nous allons revenir maintenant sur le passage intéressant Postumius l’Étrusque45. Si nous écartons l’hypothèse selon laquelle il ne ferait qu’un avec Mamercus, un condottiere campanien devenu tyran de Catane vers 350 av. J.-C.46, Postumius est le seul chef mercenaire étrusque dont le nom nous soit parvenu. Nous sommes en 339 av. J.-C. Timoléon parachève sa victoire sur Carthage et ses alliés, les tyrans sicéliotes. Diodore nous présente Postumius à la tête de douze navires cherchant à se gagner les faveurs de Timoléon en se présentant comme ami des Syracusains. Timoléon décide malgré cela de le faire exécuter. Avec justesse Gianluca Tagliamonte analyse cette étonnante démarche du pirate étrusque comme étant une offre de service47.

  • 48 Voir HYG., Fab., 134 et STR. VI, 2, 2 à propos d’actes de piraterie étrusque sur les côtes sicilien (...)
  • 49 Voir Tagliamonte G., I Samniti, Caudini, Irpini, Pentri, Carricini, Frentani, Milan, Longanesi, 199 (...)
  • 50 Voir Str., V, 3, 5.
  • 51 Voir Cristofani M., Gli Etruschi del Mare, Milan, Longanesi, 1983, p. 105-107. L’auteur estime que (...)
  • 52 Voir Plut., Tim., VIII, 1-3. Plutarque présente sans ambage la mission du « condottiere » corinthie (...)

19Le nom de Postumius est un gentilice assez répandu de l’Étrurie à la Campanie, des gentes romaines ont porté ce nom. Nous pouvons cependant nous interroger sur l’« étrucité » du personnage. De fait Diodore ne nous parle pas d’une escadre étrusque mais d’un « condottiere » surnommé l’Étrusque. La tradition littéraire grecque a largement fait usage à l’endroit des Tyrrhéniens d’une réputation de pirate. Le mythe du rapt de Dionysos par des pirates étrusques ainsi que divers épisodes militaires sur mer opposant Grecs et Étrusques ont contribué à forger un des topoi majeurs sur les Étrusques48. En insistant sur la qualité de pirate de Postumius l’Étrusque, nous sommes en droit de nous demander s’il ne s’agirait pas d’un sobriquet plutôt que d’une information ethnique. Même si nous admettons que ce personnage était étrusque cela ne saurait signifier que ses équipages l’étaient. Venant probablement des rivages tyrrhéniens de l’Italie, il convient de rappeler que la démarche de Postumius se déroule dans un contexte particulièrement troublé. De 343 à 341 av. J.-C., Romains et Samnites s’affrontent dans ce que l’on appelle le premier conflit samnite. Un an plus tard, à la suite d’un curieux retournement d’alliance, éclate la guerre latine qui s’achèvera en 338 av. J.-C. au bénéfice de Rome, victorieuse sur mer à Antium49. L’histoire de Postumius trouve également un lointain écho chez Strabon50. Le géographe évoque pour l’année 334 av. J.-C. une soit-disant ambassade romaine auprès d’Alexandre le Molosse. Le roi épirote se plaint d’une piraterie antiate et tyrrhénienne endémique et il demande à Rome de faire la police des mers. Si cette rencontre n’a peut-être jamais eu lieu, elle révèle une situation d’insécurité à laquelle Rome portera un rude coup en 338 av. J.-C. en s’emparant du port d’Antium51. Comme beaucoup de « condottieres » italiques, Postumius a dû essayer de profiter de la situation en se vendant au plus offrant. Nous ignorons pourquoi il décide un beau jour de chercher un nouvel employeur en la personne de Timoléon. C’est en tout cas une erreur d’appréciation. La brutale fin de non-recevoir du chef syracusain peut s’expliquer par le fait qu’ayant vaincu ses adversaires Timoléon s’apprête à recoloniser la Sicile en restaurant la vie civique52. L’air du temps est donc à l’éradication des tyrans et des « condottieres » trop ambitieux. Postumius l’Étrusque arrive décidément trop tard.

Courte chronique du mercenariat étrusque

  • 53 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 219-220.
  • 54 Voir Defente V., Les Celtes en Italie du nord. Piémont oriental, Lombardie, Vénétie du VIesiècle au (...)
  • 55 Voir Pallottino M., op. cit., 1993, p. 123-124. On met en relation le sac de Rome de 390 ou 386 av. (...)
  • 56 Voir Liv., X, 10, 6-12 ; 13, 2-3 ; 18, 1-3 et 26, 7-9. Pol., II, 19 et 20, 1-5. DS., XXI, 6, 1. Fro (...)
  • 57 Il ne nous est pas permis de savoir pour quel motif précis les mercenaires étrusques massacrés par (...)

20L’épisode du pirate Postumius est selon nous révélateur de l’importance qu’il convient de donner aux grands affrontements que connaît alors la Méditerranée occidentale. L’apparition d’un mercenariat étrusque est de toute évidence liée aux deux grands conflits opposant Carthage et Syracuse sous Timoléon et Agathocle. Gianluca Tagliamonte a justement relevé une césure dans les recrutements de mercenaires italiques. Le rapprochement romano-campanien qui suit la fin de la guerre latine serait à l’origine d’un tarissement du recrutement de ces mercenaires campaniens encore très présents au temps de Timoléon53. Nous avons déjà signalé le recours d’Agathocle à des mercenaires Grecs, Celtes, Samnites, Étrusques et Ligures en observant le fait que Celtes, Samnites et Étrusques étaient présentés comme un ensemble ce qui laisse à penser que leur recrutement se faisait peut-être par la même filière. Si la présence de Celtes en Étrurie toscane est attestée dès le VIe siècle av. J.-C., c’est principalement aux IVe et IIIe siècle av. J.-C. que nous les rencontrons engagés dans des combats contre Rome54. Quelques auteurs pensent que le sac de Rome par Brennus aurait été téléguidé par Denys l’Ancien qui serait par conséquent le premier à utiliser des Celtes – plus précisément des Sénons – comme mercenaires55. Quoi qu’il en soit nous les trouvons engagés comme tels tout au long de la première moitié du IVe siècle av. J.-C. dans des combats contre Rome, pour le compte des Latins. Après une interruption nous retrouvons les mêmes Sénons aux côtés des Étrusques, des Ombriens et des Samnites durant la troisième guerre samnite. Ainsi, lors de la bataille décisive livrée par Rome à Sentinum, ces quatre peuples sont alliés. Après la capitulation des Samnites en 290 av. J.-C., d’autres combats aussi malheureux verront Étrusques, Ombriens et Celtes à nouveau coalisés dans une vaine résistance à l’expansion de Rome56. Nous remarquons qu’une tradition de combats menés en commun unissait Italiques, Étrusques et Celtes. Or c’est précisément à partir de 310 av. J.-C., juste au moment où les hostilités débutent entre Rome d’une part, certaines cités étrusques et communautés ombriennes d’autre part, que nous rencontrons pour la première fois un contingent de mercenaires comportant des Étrusques, des Celtes et des Samnites. Cela pourrait donc expliquer cette curieuse association. L’épisode de la mutinerie de mercenaires étrusques et ligures dans le Bruttium en 298 av. J.-C. semble indiquer qu’Agathocle avait encore à ce moment la possibilité de se procurer des mercenaires étrusques pour ses opérations militaires en mer Ionienne. On supposera que c’est par les routes du Samnium que nos mercenaires étrusques gagnaient le sud de l’Italie de là ils pouvaient être engagés en Sicile, en Afrique ou sur les rives de la mer Ionienne comme ce fut peut-être le cas lorsqu’Agathocle décida d’affronter Cassandre57.

  • 58 Voir Liv., X, 13, 2-3.
  • 59 Voir Torelli M., Storia degli Etruschi, Bari, Laterza, 1990, p. 257-265. L’exemple le plus souvent (...)
  • 60 Voir Liv., X, 3, 2. Les Cilnii, une famille dirigeante d’Arezzo est renversée par une révolte qui n (...)
  • 61 Voir Liv., X, 27, 3-6 et ACC., Aenead. 2-3. Il est question ici de trois transfuges quittant leur c (...)

21Il est significatif que les cités étrusques engagées contre Rome semblent souffrir, à la veille de la troisième guerre punique, à la fois d’un déficit démographique et d’un manque de soldats comme le montrent les débats houleux qui se tinrent au sein des instances civiques étrusques, opposant résolument principes et populus58. Il est donc étonnant que des Étrusques se soient engagés comme mercenaires alors qu’un déficit en citoyens-soldats existait. Ce paradoxe ne peut s’expliquer que par les situations de stasis que semblent connaître certaines cités étrusques aux IVe et IIIe siècles av. J.-C.59. Cette crise sociopolitique des cités étrusques est par ailleurs alimentée par des prises de position antagonistes à propos de l’attitude qu’il convient d’adopter face à Rome. Cela est perceptible à Arezzo en 302 av. J.-C. à l’occasion de l’éviction des Cilnii 60 mais également à Clusium à la veille de la bataille de Sentinum en 295 av. J.-C.61. Ce « malaise des cités » a pu favoriser des engagements mercenaires.

  • 62 Nous ne suivons pas Giovanni Colonna lorsqu’il envisage une origine padane pour nos mercenaires étr (...)

22Ainsi le mercenariat étrusque apparaît tardivement dans un contexte de crise sociopolitique dont il convient de ne pas exagérer la portée. Le changement d’alliance entre Étrusques et Puniques pourrait certes être invoqué pour expliquer la présence de mercenaires étrusques dans les armées de Timoléon et d’Agathocle. Pourtant nous remarquons que l’on trouve des mercenaires tant chez les Carthaginois que chez les Syracusains. Même si l’on considère qu’un rapprochement diplomatico-militaire a pu favoriser le recrutement par Agathocle de mercenaires étrusques, il resterait à prouver qu’ils viennent des cités côtières. Au demeurant nous pensons pour notre part que c’est plutôt du côté de l’Étrurie intérieure qu’il convient de situer la principale aire de recrutement62. Le phénomène semble débuter sous Timoléon dont nous savons qu’il eut largement recours à des mercenaires. Sans le témoignage de la numismatique, nous ne disposerions que de l’épisode de Postumius l’Étrusque qui ne nous semble pas le plus exemplaire. Ni Diodore, ni Plutarque, auteur d’une Vie de Timoléon, ne nous parlent de contingents étrusques à cette époque, signe peut-être de leur faible effectif. Il n’en va pas de même sous Agathocle où l’engagement de mercenaires étrusques de 310 à 298 av. J.-C. semble être devenu régulier. On remarquera au passage que ces contingents tyrrhéniens connurent tous un destin tragique, abandonnés en Afrique ou massacrés dans le Bruttium. Par la suite, nous n’avons plus de témoignage, ce qui peut, bien entendu, s’expliquer par la perte de l’œuvre de Diodore à partir du livre XXI qui débute en 301 av. J.-C. Nous pouvons cependant comprendre cet arrêt comme étant la conséquence de la progressive intégration de l’Étrurie dans la « fédération » romaine au cours du premier quart du IIIe siècle av. J.-C. Désormais les citoyens étrusques combattront comme socii à côté de la légion. Par ailleurs l’apaisement des relations entre Carthage et Syracuse ouvrira une relative ère de paix jusqu’aux années précédant le déclenchement de la première guerre punique en 264 av. J.-C. Si l’on excepte la brillante mais fugitive intervention sicilienne de Pyrrhus en 278-276 av. J.-C., l’engagement massif de mercenaires ou de « condottieres » étrusques ne sera plus d’actualité.

CONCLUSION : LA FIN DU MERCENARIAT ETRUSQUE

23Si l’on se fie aux sources, il n’y aurait donc plus de mercenaires étrusques après 298 av. J.-C. On mesurera aisément l’incongruité d’une telle conclusion. Ce qui disparaît c’est l’engagement en nombre de mercenaires. Il serait par ailleurs étonnant que quelques individus n’aient pas fait le choix de tenter l’aventure en s’engageant à Carthage ou ailleurs. Pour le reste, les cités étrusques fédérées à Rome contribuaient financièrement et militairement à l’effort de guerre de l’Urbs. La liste que donne Polybe des différents peuples constituant les contingents mercenaires de Carthage lors de la grande révolte des années 241-238 av. J.-C. ne mentionne pas d’Étrusques alors que l’un des principaux instigateurs du soulèvement, Spendius, était campanien. Avec le traité de 241 av. J.-C. aggravé par la saisie par Rome en 238 av. J.-C. de la Corse et de la Sardaigne, l’Italie et la Sicile cesseront d’être les grands pourvoyeurs en mercenaires qu’ils avaient été durant des siècles.

  • 63 Voir Liv., XXVII, 24, 1-5 ; XXVIII, 45, 14-18 et XXIX, 36, 10.
  • 64 Voir Sordi M., « Laris Felsnas e la resistenza di Casilino », StEtr., LVI, 1991, p. 123-125.
  • 65 Voir Liv., XXIII, 17, 8-11.

24C’est donc plutôt du côté du second conflit punique qu’il convient de se tourner pour poursuivre notre enquête sur le mercenariat étrusque. L’invasion de l’Italie par Hannibal a entraîné certains ralliements, qu’il s’agisse de Celtes ou de différents peuples italiques tels que les Samnites, les Bruttiens ou les Lucaniens. Qu’en est-il de l’Étrurie ? Tite-Live nous informe bien de certaines inquiétudes à Rome en ce qui concerne la loyauté de quelques notables étrusques, mais aucun engagement militaire massif dans les armées d’Hannibal ne semble avoir eu lieu63. La découverte, dans une tombe tarquinienne du milieu du IIe siècle av. J.-C., d’une inscription mentionnant la présence du défunt, Laris Felsnas, dans des opérations militaires du côté de Capoue impliquant Hannibal avait fait croire un peu hâtivement que cet Étrusque était un mercenaire ou, pour le moins, un transfuge ayant rallié la cause du général carthaginois64. Une relecture plus posée de l’inscription funéraire a pu montrer que ce Laris Felsnas était probablement un ancien combattant du siège héroïque de Casilinum en 215 av. J.-C. Des unités originaires de Préneste et de Pérouse – cité étrusque pour laquelle nous connaissons de nombreux Felsnas – avaient résisté durant plusieurs mois à Hannibal avant de capituler honorablement65. Ainsi Laris Felsnas ne fut pas le dernier mercenaire étrusque mais un vaillant auxiliaire au service de Rome.

Épilogue : souvenirs de guerres ?

25Nous voudrions clore cette étude sur le mercenariat étrusque par un épilogue en forme de clin d’œil à mon cher directeur de thèse le professeur Jean-René Jannot. En 1984, lors d’une conférence qu’il donnait au musée Dobrée à

  • 66 Voir Jannot J. -R., « Un ordre étrusque à télamons », MEFRA, 96.2, 1984, p. 579-600. Cet ordre à té (...)
  • 67 Voir Hdt, VII, 166. Les télamons de 7,65 mètres de hauteur feignent de porter le lourd entablement (...)
  • 68 Voir Ath., Deipnosophistes, V, 208, b. Le prudent Hiéron II reprend à son compte l’image du télamon (...)

26Nantes, il était question de l’apparition et de la diffusion en Étrurie, entre le milieu du IIIe siècle av. J.-C. et le milieu du IIe siècle av. J.-C., de représentations de télamons dans le style de ceux qui ornaient l’Olympeion d’Agrigente en Sicile66. Ce temple bâti au temps du tyran Théron célébrait la victoire qu’il avait remportée avec son collègue syracusain Gelon sur Carthage67, à Himère, le « Salamine » de l’Occident grec. Des représentations de télamons sont à nouveau attestées au temps de Hiéron II qui, pour des raisons de prestige les utilise pour orner le grand autel construit près du théâtre de Syracuse ainsi que pour un navire colossal multifonctionnel, la « Dame de Syracuse », qu’il offrit finalement aux Ptolémées68. Or, c’est justement à partir de cette époque qu’apparaît en Étrurie cet ordre à télamons. En conclusion l’auteur proposait de mettre en relation la présence de mercenaires étrusques en Sicile sous Agathocle et la diffusion de ce décor sicéliote en terre étrusque. Cette solution se heurte cependant à la chronologie. Un demi-siècle au moins sépare le recrutement des mercenaires des réalisations mégalomaniaques de Hiéron II. Par contre il est possible d’envisager que des socii étrusques, opérant en Sicile pendant la première guerre punique, ou quelques marchands tyrrhéniens en affaire dans le royaume de Hiéron II, aient pu être les propagateurs de ces atlantes.

Notes

1 Voir APP., Sic., V, 3. De son côté, l’historien Polybe, dont on ne connaît pas la source, ne mentionne pas cette clause (voir Pol., I, 62, 7). Pour une présentation et analyse de ces événements voir Le Bohec Y., Histoire militaire des guerres puniques. 264-146 av. J.-C., Paris, Éditions du Rocher, 1996, p. 99-105.

2 Pour Carthage cette clause n’est pas sans conséquence compte tenu de l’importance du mercenariat dans les armées puniques (voir pour la première guerre punique Pol. I, 17, 4 ; 32, 1 ; 43, 1-2 et 60, 3).

3 Nous reprenons ici la terminologie de Gianluca Tagliamonte qui l’amène à distinguer pour le mercenariat italique une première phase non « professionnelle » entre le VIIe siècle et la fin du Ve siècle av. J.-C. qui ne concerne par ailleurs que les peuples osco-ombriens de l’Italie centro-septentrionale. À partir de la fin du Ve siècle av. J.-C. apparaît un véritable mercenariat qui s’étend aux peuples de l’Italie méridionale (voir Tagliamonte G., I Figli di Marte. Mobilità, mercenari e mercenariato italici in Magna Grecia e Sicilia, Rome, Giorgio Bretschneider Ed., 1994, p. 27-29).

4 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994.

5 Voir HDT, VII, 165. L’auteur mentionne par ailleurs des Corses, des Élysikes, des Sardes, des Ligures, des Ibères, des Libyens et des Phéniciens. On remarquera que ces peuples s’inscrivent dans la zone d’influence de Carthage (voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 98).

6 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156-157.

7 Voir infra tableau A. Pour un état exhaustif de la bibliographie sur les mercenaires étrusques voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156, n. 294.

8 Sur les sources de Diodore de Sicile à propos de la tyrannie d’Agathocle (voir GOUKOWSKY P., Diodore de Sicile. Bibliothèque historique. Fragments, t. II, Paris, CUF, 2006, p. 3-11).

9 Voir DS., XIX, 106,2 ; XX, 11, 1 et 64, 2 ; XXI, fr., 10-11. L’utilisation du mot misthophoroi pour les deux premières occurrences et le contexte pour les deux autres ne laissent aucun doute. Sur les terminologies antiques des mercenaires voir RE., XV. 1, col. 972-974 et DA., III. 2, p. 1784-1802.

10 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156, n. 295.

11 Voir DH., VII, 6-7. Pour un état de la question (voir Piel T., « Porsenna rex Etruria », Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, t. II, Rennes, PUR, 2003, p. 527-537).

12 Voir Mosse C., La tyrannie dans la Grèce antique, Paris, PUF, 1969, p. 79-86 et FINLEY M., La Sicile antique. Des origines à l’époque byzantine, Paris, Macula, 1968, p. 58-69.

13 Voir Liv., II, 14, 5-9 et L. T. U. R. V, p. 195-197.

14 Après le revers subit par les Étrusques auxquels devaient être probablement associés des Romains, quelques combattants ont certainement regagné Rome et ont été intégrés dans l’Urbs.

15 Sur ces questions il existe une très abondante bibliographie. Nous mentionnerons la synthèse de Massimo Pallottino qui comporte une abondante bibliographie (voir Pallottino M., Histoire de la première Italie, Strasbourg, AECR, 1993, p. 196-343). La découverte d’une inscription dédiée à Mamartei (Mars) mentionnant les suodales d’un Poplioso Valesioso dans lequel il convient de reconnaître le Publicola de la tradition littéraire (voir dernière mise au point de Simone C., « Ancora sull’iscrizione satricana di P. Valerio », StEtr., LXI, 1995, p. 247-253 a permis de valider ces phéno mènes de mobilité horizontale auxquels certaines populations italiques ont également participé tels les Sabins d’Atta Clausus en 504 av. J.-C. (voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 50-59).

16 Voir Aigner Foresti L., « La tradizione antica sul ver sacrum, Coercizione e mobilità umana nel mondo antico », Milan, 1995, p. 141-147 et Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 55-65.

17 Pour un tour d’horizon du contexte politique et militaire voir Finley M., op. cit., p. 103-114 et Will E., Histoire politique du monde hellénistique. 323-30 av. J.-C., Paris, Seuil, 2003, p. 114-120, Talbert J., Timoleon and the Revival of Greek Sicily, Cambridge, 1974 et Mosse C., op. cit., p. 167-177.

18 Archagatos est le fils d’un autre Archagathos fils d’Agathocle, mort en 307 av. J.-C. lors de la mutinerie des mercenaires du corps expéditionnaire africain. Diodore commet quelques approximations en confondant les deux Archagatos. Par ailleurs le fils d’Agathocle est parfois nommé Agatharchos (voir Goukowsky P., op. cit., p. 187, n. 19).

19 Voir DS., XIX, 106, 2.

20 Voir Oros., IV, 8.

21 Voir Le Bohec Y., op. cit., p. 39-55 et Decret F., Carthage ou l’Empire de la mer, Paris, Seuil, 1977, p. 80-85.

22 Voir Pol., VI, 52 et DS., V, 38, 3.

23 Diodore fait un décompte global des mercenaires non grecs : Étrusques, Samnites et Celtes. Il est par conséquent possible qu’un peuple ait été mieux représenté que les autres.

24 Nous pensons que les unités Libyennes étaient plutôt des alliés.

25 Nos sources principales sur Timoléon sont Diodore de Sicile et Plutarque. Nous savons que l’historien sicilien Timée de Tauromenion a été largement utilisé par ces deux auteurs. Le fait que le père de Timée, Andromachos, ait été un allié de Timoléon et que Timée lui-même ait été exilé par Agathocle n’est pas sans conséquence sur la présentation très contrastée des deux hommes politiques syracusains. Timoléon apparaît sous les traits d’un restaurateur de la démocratie tandis qu’Agathocle incarne le tyran cruel et démagogue. Les Modernes ont depuis longtemps souligné ces partis pris qui déjà, choquaient Diodore lui-même (voir DS., XXI, 17, 1). Timoléon comme Agathocle sont deux « condottieres » grecs qui, s’étant rendu maître de Syracuse, firent largement usage de mercenaires dans leurs armées.

26 Sur les armées étrusques voir Adam A.-M. et Rouveret A., Guerre et sociétés en Italie aux Ve et IVe siècles avant J.-C., Paris, Presses de l’École normale supérieure, 1986 et Jannot J.-R. « Les cités étrusques et la guerre. Remarques sur la fonction militaire dans la cité étrusque », Ktéma, X, 1985, p. 127-141. La documentation archéologique tend à confirmer l’adoption par les Étrusques dès la fin du VIIe siècle av. J.-C. d’un armement lourd comparable à celui des hoplites grecs. Il existait également des fantassins légers et une cavalerie dont le rôle était plus sociopolitique que militaire (voir Lubtchansky N., Le cavalier tyrrhénien. Représentations équestres dans l’Italie archaïque, Rome, BEFAR 320, 2005). La présentation que fait Tite-Live de la réforme servienne au milieu du VIe siècle av. J.-C. reflète de manière assez satisfaisante ce que devaient être les armées étruscolatines (voir LIV, I, 43).

27 On a un bon exemple avec le récit que donne Polybe de la bataille du Bagradas entre Regulus et Xanthippe en 255 av. J.-C. (voir Pol., I, 3, 6). Nous connaissons surtout les pratiques militaires carthaginoises pour l’époque des guerres puniques.

28 Voir infra tableau B.

29 Voir Geer R. M., Diodorus of Sicily. Vol. X, L. C. L., 1962, p. 121, n. 3. Ces amphippoi sont mentionnés par Diodore de Sicile au chapitre 29 du même livre (XIX, 29, 2). Il s’agit de cavaliers possédant une seconde monture. Ce rapprochement nous semble très hasardeux. Si ces zeugippae sont des fantassins lourds, il faut peut-être en déduire que les 1 000 autres étaient équipés plus légèrement. Si ce sont des cavaliers, peut-être étaient-ils destinés à affronter ces equites campaniens qu’affectionnaient les tyrans syracusains.

30 Voir supra n. 22.

31 Voir infra tableau C.

32 Sur les rapports entre Ophellas et Agathocle (voir Will E., op. cit., p. 116-117).

33 Voir infra tableau D.

34 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 157-164.

35 Voir DS., XX, 11-12.

36 Voir DS., XXI, fr. 10-11. Les Lygiens constituent un hapax. Dans son édition du livre XXI de Diodore de Sicile Russel M. Geer traduit par Liguriens contra Goukowsky P., op. cit., p. 15 qui maintient Lygiens.

37 Voir DS., XX, 61, 6.

38 Voir Thc., VI, 88, 6.

39 Voir Thc., VI, 103, 2 et VII, 53, 2-3 ; 54,1.

40 Voir Thc., VII, 57, 11.

41 Pour une vue d’ensemble des affrontements en mer Tyrrhénienne (voir Pallottino M., op. cit., 1993, p. 101-129 et Colonna G., « La Sicilia e il Tirreno nel V e IV secolo », Kokalos, XXVI-XXVII, 1980-1981, p. 157-191).

42 Voir Torelli M., Elogia tarquiniensia, Florence, Samsoni Ed., 1975 contra Pallottino M., « Proposte, miraggi, perplessità nella ricostruzione della storia etrusca », StEtr., LIII, 1985, p. 4-7 et Colonna G., « La gens titulare della tomba tarquiniese dell’Orco », StEtr., LXI, 1995, p. 95-102. Les conclusions de Mario Torelli sont aujourd’hui fortement nuancées voire contestées.

43 Tite-Live a solennisé ce moment en dramatisant la traversée par les légions romaines de l’« infranchissable forêt ciminienne » (voir Liv., IX, 36).

44 Voir Colonna G., op. cit., 1980-1981, p. 181-190 ainsi que Cassola F., I gruppi politici romani nel III secolo a. C., Rome, « L’Erma » di Bretschneider, 1968, p. 84-88 pour la question des traités romanocarthaginois.

45 Voir DS., XVI, 82, 3.

46 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 146-148.

47 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 156.

48 Voir HYG., Fab., 134 et STR. VI, 2, 2 à propos d’actes de piraterie étrusque sur les côtes siciliennes.

49 Voir Tagliamonte G., I Samniti, Caudini, Irpini, Pentri, Carricini, Frentani, Milan, Longanesi, 1996, p. 136-155 à propos des problèmes de datation des guerres samnites, particulièrement la première.

50 Voir Str., V, 3, 5.

51 Voir Cristofani M., Gli Etruschi del Mare, Milan, Longanesi, 1983, p. 105-107. L’auteur estime que Postumius serait originaire de Caere. À cette époque la cité étrusque est déjà sous influence romaine, elle ne peut par conséquent avoir été une base de pirate. Rappelons également que Rome établit en 311 av. J.-C. des duouiri nauales chargés de la police des mers (voir Liv., IX, 30).

52 Voir Plut., Tim., VIII, 1-3. Plutarque présente sans ambage la mission du « condottiere » corinthien comme celle d’un oikiste. Voir Plut., Tim., XXXII-XXXV. Il est question des châtiments que subissent les tyrans vaincus par Timoléon. Postumius n’est pas cité par Plutarque mais Mamercus et Hicétas subissent le supplice des esclaves. Ce fut peut-être le sort réservé à Postumius. Il semble donc que la démarche du pirate étrusque se soit inscrite dans cette atmosphère tyrannochtone.

53 Voir Tagliamonte G., op. cit., 1994, p. 219-220.

54 Voir Defente V., Les Celtes en Italie du nord. Piémont oriental, Lombardie, Vénétie du VIe siècle au IIIe siècle av. J.-C., Rome, CEFR 312, 2003. Tite-Live est notre principale source (voir surtout les livres VII et X).

55 Voir Pallottino M., op. cit., 1993, p. 123-124. On met en relation le sac de Rome de 390 ou 386 av. J.-C. par les Sénons avec celui de Pyrgi le port de Caere par Denys l’Ancien, deux ans plus tard (voir DS., XV, 14, 3-4 et STR., V, 2, 8).

56 Voir Liv., X, 10, 6-12 ; 13, 2-3 ; 18, 1-3 et 26, 7-9. Pol., II, 19 et 20, 1-5. DS., XXI, 6, 1. Frontin, Strat., I, 8, 3. Zon., Chr., VIII, 1. APP., Samn., VI, 1-2 et Celt., XI. DC., HR., VIII, 36, 38 et IX, 39, 1. Eutr., II, 10.

57 Il ne nous est pas permis de savoir pour quel motif précis les mercenaires étrusques massacrés par Agathocle se trouvaient dans le Bruttium. Venaient-ils de Sicile pour garantir les lignes arrières du basileus syracusain durant sa campagne en mer Ionienne ? Ou bien s’agissait-il de troupes au repos après l’arrêt des hostilités qui suivit la mort de Cassandre en 298 av. J.-C. ? C’est ce que pourraient laisser attendre leurs insistantes réclamations pour obtenir leur dû.

58 Voir Liv., X, 13, 2-3.

59 Voir Torelli M., Storia degli Etruschi, Bari, Laterza, 1990, p. 257-265. L’exemple le plus souvent cité est celui de Volsinies en 264 av. J.-C. (voir Zon., Chr., VIII, 7. Flor., Ep., I, 16, 21, 1. Val.-Max., IX, 1, ext. 2. Oros., Hist., IV, 3-5).

60 Voir Liv., X, 3, 2. Les Cilnii, une famille dirigeante d’Arezzo est renversée par une révolte qui nous est présentée comme populaire. Il est intéressant de noter que Tite-Live fait de cette affaire la cause de la reprise des hostilités entre Rome et cette partie de l’Étrurie. Il ne serait donc pas impossible que les Cilnii aient été favorables à Rome à ce moment.

61 Voir Liv., X, 27, 3-6 et ACC., Aenead. 2-3. Il est question ici de trois transfuges quittant leur cité, Clusium, assiégée par les Sénons. Ils rejoignent ensuite le camp du consul romain Quintus Fabius Rullianus Maximus à la veille de la bataille de Sentinum qui obtient d’eux des informations sur ses adversaires.

62 Nous ne suivons pas Giovanni Colonna lorsqu’il envisage une origine padane pour nos mercenaires étrusques. Il s’appuie sur la proximité géographique des Celtes et des Ligures avec l’ancienne Étrurie padane. Outre le fait que Celtes et Ligures – si ce sont des Ligures – ne soient pas associés par Diodore, l’écart chronologique nous semble trop important entre la dissolution des cités étrusques de la plaine du Pô et les campagnes militaires d’Agathocle (voir Colonna G., op. cit., 1980-1981, p. 180).

63 Voir Liv., XXVII, 24, 1-5 ; XXVIII, 45, 14-18 et XXIX, 36, 10.

64 Voir Sordi M., « Laris Felsnas e la resistenza di Casilino », StEtr., LVI, 1991, p. 123-125.

65 Voir Liv., XXIII, 17, 8-11.

66 Voir Jannot J. -R., « Un ordre étrusque à télamons », MEFRA, 96.2, 1984, p. 579-600. Cet ordre à télamons est présent à Bolsena, Tarquinia, Vulci et Volterra.

67 Voir Hdt, VII, 166. Les télamons de 7,65 mètres de hauteur feignent de porter le lourd entablement du temple de Zeus. On y voit généralement une allégorie des captifs carthaginois employés à l’édification de ce colossal édifice.

68 Voir Ath., Deipnosophistes, V, 208, b. Le prudent Hiéron II reprend à son compte l’image du télamon comme symbole de la victoire des Grecs sur les barbares puniques, un moyen pour lui de minorer l’effacement politique de Syracuse au moment ou Rome et Carthage combattent pour l’hégémonie en Méditerranée occidentale (voir Zevi F., « Ostie et son port : histoire d’un échec et de ses remèdes », Ostia port et porte de la Rome antique, Genève, Georg, 2001, p. 116-117).

Table des illustrations

Titre Tableau A. Sources littéraires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25879/img-1.jpg
Fichier image/, 103k
Titre Tableau B. Le corps expéditionnaire d’Hamilcar en Sicile (311)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25879/img-2.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Tableau C. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (310)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25879/img-3.jpg
Fichier image/, 110k
Titre Tableau D. Le corps expéditionnaire d’Agathocle en Afrique (307)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25879/img-4.jpg
Fichier image/, 62k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540