Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité

 | 
Thierry Piel

La gens Fabia avant le Crémère

Cécile Chauviré

Texte intégral

  • 1 Cels-Saint-Hilaire J., 1995, La république des tribus. Du droit de vote et de ses enjeux aux débuts (...)
  • 2 Le lecteur se référera avec profit aux récents travaux de Jean-Claude Richard, en particulier : Ric (...)

1Exécution de Spurius Cassius et très fortes tensions entre la plèbe et le patriciat. Succession ininterrompue de trois frères, issus de la gens Fabia, au consulat. Reprise de la guerre avec Véies. Désastre du Crémère. Voilà sans doute l’essentiel de ce que nous donne aujourd’hui à savoir l’annalistique sur les années 486-477. Dans un processus électoral annuel, comme celui qui est décrit pour toute la période républicaine, une telle mainmise d’une famille sur le pouvoir suprême est exceptionnelle, d’autant qu’il s’agit de sa première apparition dans les Fastes consulaires. Si la mort de Spurius Cassius crée une réelle rupture, cette prise de pouvoir s’inscrit dans une cité où la différenciation sociale s’accentue. Les tensions, exacerbées après la mort de Tarquin le Superbe, n’ont pas disparu avec la création du tribunat de la plèbe en 494, ni avec l’exil de Coriolan, le patriciat cherchant à protéger son patrimoine agraire quand la plèbe réclame un accès à la propriété terrienne1. Nous avons choisi de ne considérer que les années où un Fabius occupe le consulat, excluant volontairement le massacre des 306 Fabii sur les rives du Crémère en 477 puisqu’il est déjà par ailleurs très bien étudié2, pour essayer de comprendre les enjeux de ce moment pour Rome et pour le clan fabien, tant sur le plan civil que militaire, dans la mesure où les sources, exclusivement littéraires, le permettent, le décalage chronologique étant très important et induisant un fort biais dans la lecture que nous pouvons en faire.

  • 3 Voir en particulier Heurgon J., Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Par (...)
  • 4 Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, vol. 1, New York, American Philological (...)
  • 5 Liv., X, 8, 6 : l’arrivée d’Atta Clausus à Rome et son intégration dans le patriciat sont reprises (...)
  • 6 Martin P.-M., 1994, L’idée de royauté à Rome, t. 2 : Haine de la royauté et séductions monarchiques (...)
  • 7 Briquel D., « La référence à Héraklès de part et d’autre de la révolution de 509  », Le mythe grec (...)
  • 8 SIL., Punica, VI, v. 628-636. Plutarque donne aussi l’hypothèse d’une nymphe, à côté de celle d’une (...)
  • 9 Op. cit., p. 114 et 117-120.
  • 10 II, v. 361-380 ; le récit parallèle de Tite-Live (I, 5) ne nomme pas leurs compagnons.
  • 11 Gage J., La chute des Tarquins et les débuts de la République romaine, Paris, Payot, 1976, p. 206-2 (...)
  • 12 Jean Gagé rappelle le mariage d’une des sœurs Fabia avec Caius Licinius Stolo, les Lecne ayant des (...)
  • 13 Briquel D., op. cit., p. 117 n. 80 : Kalatur Fapena (voir RIX H., Etruskische Texte, 1991, Cr 2.31)
  • 14 Heurgon J., op. cit., p. 90-91. C’est sur cette colline que Gaius Fabius Dorsuo célèbre un rite de (...)

2L’historiographie contemporaine3 a mis en évidence un changement ethnique et social dans les Fastes à partir de 485, au moment où les Fabii prennent le pouvoir pour sept années consécutives. Il semble, en effet, que les noms d’origine étrusque et plébéienne disparaissent alors durablement du pouvoir et que, à côté de la gens Fabia, de nouvelles familles à la postérité prestigieuse accèdent pour la première fois aux responsabilités consulaires4. C’est le cas de la gens Cornelia avec Servius Cornelius Maluginensis en 485, collègue de Quintus Fabius, de la gens Aemilia, avec Lucius Aemilius Mamercus en 484 (collègue de Caeso Fabius), de la gens Furia par Spurius Furius (lors du deuxième consulat de Caeso Fabius) et de la gens Manlia en 480, lors du second consulat de Marcus Fabius, avec Cnaeus Manlius Cincinnatus. S’il y a visiblement bien l’émergence, au terme d’un quart de siècle de régime républicain, de nouveaux visages sur la scène politique romaine, dont l’appartenance au patriciat n’est pas douteuse, la question de leur origine nous semble, au moins dans le cas des Fabii, difficile à trancher. Les sources littéraires inscrivent le clan dans la longue histoire de Rome, à la différence des Claudii5, en reprenant leur prétention à descendre d’Hercule, comme du reste les Tarquins qui, eux, s’y rattachaient par le Corinthien Démarate. Paul Marius Martin6 fonde cette tradition sur le culte très archaïque que la famille rend à un Faunus – Silvain primitif, assimilé à l’Hercule italique, alors que Dominique Briquel7 la rattache à un motif courant dans la légende du héros à la massue, l’union avec une femme indigène, la fille du roi Evandre, son hôte, d’après Silius Italicus8, peut-être nommée Acca Larentia9, ce qui rapprocherait les Fabii des jumeaux fondateurs par l’homonymie avec leur nourrice, épouse du berger Faustulus. Ce rapprochement avec Romulus et Rémus se retrouve aussi dans le récit des Lupercales des Fastes d’Ovide10, dont un groupe de desservants porte justement le nom de Luperci Fabiani, et dont le sens primitif est perdu à l’époque historique. L’enracinement romain de la gens proclamé par les sources est peut-être issu d’une manipulation très ancienne de l’annalistique, Jean Gagé11 expliquant par une origine falisque leur intérêt pour la rive droite du Tibre et certaines de leurs alliances12. Nous pouvons aussi noter que la plus ancienne mention connue de cette famille est une inscription de Caéré datée du VIe siècle13 et que des rites familiaux la rattachent à la colline du Quirinal et à une éventuelle origine sabine si nous acceptons le rapprochement étymologique avec la cité de Cures14, dont est originaire Numa Pompilius.

  • 15 Gary Forsythe (Forsythe G., A Critical History of Early Rome. From Prehistory to the First Punic Wa (...)
  • 16 De Sanctis G., Storia dei Romani, vol. 1, Florence, « La nuova Italia  », 1956, p. 228.

3Plus que le caractère nouveau et l’origine ethnique mal aisée à définir de la génération qui occupe le pouvoir à partir de 485, il nous semble important de souligner le raidissement du patriciat à l’égard de la plèbe, à commencer par le premier événement auquel les Fabii sont liés par l’annalistique, la condamnation de Sp. Cassius, consul plébéien sortant, lors d’un procès en perduellio mené par les questeurs Caeso Fabius et Lucius Valerius15, Gaetano De Sanctis définissant ce mouvement comme la «serrata del patriziato16  ».

  • 17 Flor., I, 17.
  • 18 De multiples exemples nous montrent cette autorité des pères sur les enfants aux premiers temps de (...)
  • 19 Chassignet M., « La « construction » des aspirants à la tyrannie : Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manl (...)
  • 20 DE CAZANOVE O., « Spurius Cassius, Cérès et Tellius  », REL, 67, 1989, p. 93-116, plus précisément (...)
  • 21 II, 41.
  • 22 Rep. II, 35.
  • 23 VIII, 77-79.
  • 24 Magdelain A., « Le ius archaïque  », MEFRA, 98, 1986, p. 333-334.
  • 25 Si nous admettons son existence à une date aussi reculée, Michelle Ducos (L’influence grecque sur l (...)
  • 26 Op. cit.
  • 27 Op. cit., p. 92-94 ; l’auteur considère qu’il est plus reproché aux adfectationes regni de vouloir (...)

4La mort de Spurius Cassius est connue par quatre auteurs, les historiens augustéens Tite-Live et Denys d’Halicarnasse, mais aussi Cicéron et Florus. Ce dernier auteur, mettant en parallèle les décès de Sp. Cassius et de Sp. Maelius, ne connaît qu’une version des événements17, celle où Cassius est supplicié par son père. Cette tradition, illustrant toute la sévérité de la patria potestas18, est considérée par les Modernes comme la plus ancienne19 même si elle soulève une difficulté majeure : comment expliquer qu’une famille se prive de son élément le plus populaire, trois fois consul et auteur du foedus Cassianum20. D’après Tite-Live21, Cassius proposait, après l’annexion des deux tiers du territoire hernique, de partager celui-ci en deux parties, une moitié pour les Latins, l’autre pour la plèbe, ainsi que le partage de l’ager publicus, détenu abusivement par des particuliers. Une telle proposition ne pouvait qu’être mal reçue par le patriciat, directement visé, mais aurait dû contribuer à renforcer l’influence de la famille Cassia. L’autre consul s’y oppose vigoureusement, soutenu par le sénat, comme nous pouvions l’attendre, mais aussi par une partie de la plèbe, vexée que les Latins soient invités au partage, en s’appuyant sur la crainte d’un rétablissement de la monarchie. Dans une course à la popularité, Verginius annonce qu’il est favorable au partage, s’il ne concerne que des citoyens romains, tandis que Cassius propose de rembourser au peuple le prix du blé de Sicile. C’est dans ce contexte qu’il est condamné, tout juste sorti de charge. Mais les auteurs anciens qui ont connaissance de l’existence d’un procès instruit par les questeurs ne sont pas d’accord entre eux sur la répartition des responsabilités : pour Cicéron22, il est condamné par un questeur après la reconnaissance de sa culpabilité par son père (un moyen de synthétiser les deux versions), le peuple devant s’incliner ; pour Tite-Live et Denys d’Halicarnasse23, qui donnent les deux versions des faits, les questeurs sont les accusateurs, et les exécuteurs, mais c’est le peuple qui condamne Cassius. Deux points attirent l’attention du lecteur : un procès mené par les questeurs, alors que l’on attendrait les nouveaux consuls, et surtout, dans le cas des deux historiens augustéens, comment expliquer que le peuple condamne celui qui semble être le défenseur de ses intérêts. Les auteurs modernes semblent suivre Cicéron, et donc l’hypothèse d’une passivité du peuple dans le jugement. Pour André Magdelain24, malgré les doutes que l’on peut formuler sur l’historicité d’un procès conduit par un questeur, il faut retenir que la prouocatio ad populum25 n’intervient jamais contre ce magistrat, même s’il agit sur mandat du consul. Le patriciat tiendrait donc là un moyen sûr d’obtenir la condamnation de Cassius et de protéger ses intérêts patrimoniaux. Une autre hypothèse, formulée par Olivier de Cazanove26, envisage ces événements comme un coup de force patricien, emmené par les Fabii qui placent Quintus au consulat et Caeso à la questure, visant à condamner un magistrat peut-être encore en charge plutôt qu’un simple déni d’appel. En effet, chose très rare chez le Padouan, qui a pris la précaution d’indiquer qu’il venait de déposer sa magistrature, les noms des consuls de l’année ne sont donnés qu’après la description de la condamnation. Cette tentative de « normalisation » de l’épisode, comme du reste celle de l’exécution de Spurius Maelius par Gaius Servilius Ahala, maître de cavalerie de Lucius Quinctius Cincinnatus ou simple priuatus, les deux variantes existant dans les sources, serait à lire dans le contexte de la propagande de restauration de la république menée par Auguste, après les guerres civiles. Il s’agirait donc, pour Martine Chassignet27, de légitimer le tyrannicide en gommant les détails qui pouvaient laisser supposer que les défenseurs de l’ordre établi, sénatorial, dépassaient parfois le cadre de la légalité.

  • 28 II, 41, 6 : l’invitation des alliés au partage de la terre des Herniques serait un encouragement à (...)
  • 29 Auliard C., La diplomatie romaine. L’autre instrument de la conquête, de la fondation à la fin des (...)
  • 30 VIII, 78.
  • 31 C’est le choix de Camille ou, plus proche des faits, de Caeso Quinctius en 462/1, son père se réfug (...)
  • 32 Tite-Live II, 21, 5-6.
  • 33 IX, 2.
  • 34 Tite-Live II, 45, 5 : « On ne voulait pas tolérer ces insultes ; mais non plus, par un succès, fair (...)
  • 35 Si la crainte d’un passage de Spurius Cassius à l’ennemi provoque son exécution rapide, les tribuns (...)

5Cependant, Tite-Live, comme Denys d’Halicarnasse, donne un rôle actif au peuple dans la condamnation de Sp. Cassius, alors qu’une partie de la plèbe prend la défense de Sp. Maelius comme de Marcus Manlius Capitolinus. Or, les deux auteurs font, à des moments différents du récit, la même comparaison avec l’épisode récent de Coriolan : Tite-Live, dans les attaques du consul Verginius28, d’autant plus que son collègue a mené une intense politique diplomatique en direction des Latins avec le foedus Cassianum, les Volsques mais surtout les Herniques29 ; Denys30 justifie la célérité de l’exécution par la crainte que Cassius utilise la possibilité que tout citoyen romain avait de préférer l’exil à une honteuse condamnation31, mettant ses capacités de brillant chef de guerre à la disposition d’autres nations. Ce point nous semble symptomatique des trente premières années de la République où la plèbe semble hésiter entre une domination étrangère et celle des élites nationales, cette tentation extérieure étant un facteur d’explication de l’attitude du patriciat avant la mort en exil de Tarquin le Superbe32. Nous retrouvons cette hésitation lors de la levée des troupes en 482/1, pendant le deuxième consulat de Caeso Fabius, où, d’après Denys33, les consuls ont d’autant moins de mal à utiliser l’intercessio des tribuns contre leur collègue Icilius que celui-ci fait, en présence du peuple, la remarque qu’il préférerait voir les Étrusques et leurs autres ennemis maîtres de la cité plutôt que de laisser impunie l’occupation de l’ager publicus ; et en 480, lorsque Marcus temporise avant d’envoyer ses troupes au combat afin de s’assurer de leur fidélité34. Dans ce cas, il faudrait admettre que la fermeture du patriciat correspond aussi à un repli de Rome sur elle-même, un sentiment national semblant émerger progressivement de toutes ces tensions35.

  • 36 Op. cit., p. 193-195.
  • 37 Gary Forsythe (op. cit., p. 195) ne liste que quatre cas pouvant être rapprochés de cette situation (...)
  • 38 Liv., X, 9, 10-11.
  • 39 Val.-Max., IV, 1, 5.

6La tradition relative à la mort de Spurius Cassius est donc complexe et Gary Forsythe la rapproche des tentatives contemporaines, parfois réussies comme à Cumes ou Syracuse, d’exploitation d’une crise dans le développement de la cité – État par un aristocrate ambitieux pour devenir l’unique législateur au Ve siècle, sans que cela ne constitue une preuve de la réalité des événements36. Cependant, à Rome, l’échec de Cassius est suivi non pas de l’avènement d’un homme mais bien d’un groupe aristocratique distinct de celui qui exerçait le pouvoir avant 485, en particulier la gens Fabia, qui, par ses sept années d’occupation du consulat, constitue un unicum dans l’histoire de Rome37. Le contraste avec les propos et les actes de Quintus Fabius Rullianus pendant la troisième guerre samnite est intéressant puisqu’il refuse une élection consulaire pour lui en 29938 et pour son fils Gurgès en 29239 à cause du risque que l’itération des magistratures par un individu ou une famille fait courir à la République. Il nous faut donc comprendre comment un groupe qui s’est aliéné la majeure partie de la population de l’Urbs a pu se perpétuer au pouvoir.

  • 40 Denys d’Halicarnasse (VIII, 77) créditant les nouveaux consuls Cornelius et Fabius d’une grande inf (...)
  • 41 Ainsi pour l’élection de Caeso en 484 (II, 42, 2), mais aussi II, 42, 7 par exemple.
  • 42 VIII, 82.
  • 43 VIII, 87.
  • 44 Liv., II, 42, 6.
  • 45 DH., VIII, 83.

7À la lecture de Tite-Live et de Denys, il semble clair que les Fabii sont avant tout les représentants d’une aristocratie s’appuyant sur le prestige de son nom, sa puissance économique et humaine40. Ceci est montré très clairement lors des comices décrits par le Padouan où leur élection au consulat est directement liée aux suffrages du patriciat41, Denys allant même plus loin42 : le patriciat ordonne à Caeso Fabius et à Lucius Aemilius de se présenter afin de frustrer la plèbe de son espoir d’élire un « démagogue » qui reprendrait le projet agraire de Sp. Cassius. L’historien grec décrit alors la plèbe quittant les comices et le Champ de Mars, et le fonctionnement des comices centuriates selon un principe d’égalité géométrique : la priorité est donnée aux plus riches, les classes moyennes n’ayant que rarement un rôle dans la décision, les plébéiens les plus nombreux, mais aussi les plus pauvres, regroupés dans la dernière centurie appelée à voter, ne disposant que d’une seule voix. Pour les comices de l’année suivante, il montre le rôle fondamental du président de l’assemblée puisque, pour éviter l’élection de candidats « démagogues  », Caeso refuse de prendre en compte les votes se portant sur les anciens consuls qui, bien que non-candidats, ont la faveur de la plèbe, au profit des candidats déclarés, choisis par le Sénat et peu acceptables pour la foule : son frère Marcus et Lucius Valerius, son collègue à la questure l’année précédente43. Il est pourtant très difficile d’appréhender les réalités électorales de cette période, nos deux sources principales, Tite-Live et Denys d’Halicarnasse ne rapportant pas exactement la même histoire. En effet, pour le consulat de Caeso Fabius et Lucius Aemilius, le premier mentionne le rôle des consuls dans l’opposition patricienne à une loi populaire sur le partage des terres44 quand le second prétend qu’il est heureux qu’il n’y ait pas de troubles internes à l’État cette année-là, ce qui permet de faire face à la menace extérieure45.

  • 46 II, 43, 1.
  • 47 VIII, 90.
  • 48 Cette sorte de partage du consulat est reprise pour l’élection des consuls Caeso Fabius et Spurius (...)
  • 49 Liv., II, 42, 8 : l’attitude des Fabii face à la plèbe est un titre de gloire pour la famille.
  • 50 Liv., II, 42, 2 ; c’est ce qui rendrait l’élection au consulat de Caeso difficile, et non sa partic (...)
  • 51 Liv., II, 43, 11.
  • 52 DH., VIII, 90.
  • 53 Liv., II, 45, 16.
  • 54 Liv., II, 47, 10-12.
  • 55 II, 5, 7.
  • 56 Liv., II, 48, 1.
  • 57 IX, 14.
  • 58 II, 48, 1-3 (trad. CUF) : la proposition était pourtant indolore pour les grands clans aristocratiq (...)

8La seconde élection au consulat de Quintus, pour l’année 482, est à cet égard encore plus évidente. Le récit livien est très bref46, faisant passer les tensions domestiques et la guerre extérieure comme le prolongement routinier des années précédentes, tandis que celui de Denys47 semble être une anticipation des troubles précédant l’adoption des lois liciniennes – sextiennes en 367, tribuns et consuls s’empêchant mutuellement de tenir leurs élections jusqu’à la nomination d’un interroi et l’adoption d’une solution de compromis, le patriciat obtenant l’élection de Quintus et la plèbe celle de Gaius Julius48. Or, cette soumission des Fabii au patriciat et au sénat, si elle leur assure le pouvoir et la renommée49, leur ménage aussi de nouvelles occasions de dégrader leur image, en vendant, sur ordre du Sénat, le butin fait sur les Eques et les Volsques au profit du trésor au lieu de le distribuer aux soldats50 jusqu’au tournant du second consulat de Marcus Fabius, réélu grâce au patriciat malgré la rébellion des troupes contre son frère Caeso51. Déjà, lors de la seconde élection de Quintus, la plèbe avait préféré sa candidature à celle d’Appius Claudius, qu’elle souhaitait priver de cet honneur52. Ensuite, après le combat contre Véies, la vaillance53, l’humilité du consul, qui refuse de triompher à cause du deuil de son frère et de son collègue morts sur le champ de bataille54 ou, selon Orose55, à cause des lourdes pertes subies par son armée, et les soins apportés aux blessés dans les grandes demeures patriciennes en général et chez les Fabii en particulier, amèneraient à un consensus pour le troisième mandat consulaire de son frère Caeso56, ce que nous ne retrouvons pas dans le récit dionysien57 où est mentionnée la tenue des comices sous la présidence de deux interrois. Tite-Live prolonge cette unanimité par un extraordinaire renversement du récit : la proposition d’une loi agraire par Caeso Fabius, refusée par le Sénat malgré sa modération, « certains regrettant même que “l’excès de sa gloire amollît et réduisît à néant l’ancienne énergie d’un Caeso58”  ». Ces derniers éléments nous amènent à évoquer les moyens de contrôle de la plèbe et de ses tribuns par les patriciens, pour tenter de comprendre pourquoi un membre la gens Fabia est préféré à un Claudius et aussi le problème de la composition de l’armée et des assemblées.

  • 59 Liv., II, 34, 16 – 35, 1-6.
  • 60 DH., VIII, 87 ; IX, 1. Liv., II, 43, 2-4 ; 44, 1.
  • 61 VIII, 87-88.
  • 62 Liv., II, 39, 5-6.
  • 63 II, 43, 3-4 : le tribun Licinius est attaqué encore plus vivement par ses collègues que par les con (...)
  • 64 IX, 1-2.
  • 65 Voir supra : la mesure est facilitée par la maladresse du tribun, préférant l’étranger au patriciat (...)
  • 66 II, 44, 1-6.
  • 67 Liv., III, 1.
  • 68 Bloch G., Les origines du Sénat romain. Recherches sur la formation et la dissolution du Sénat patr (...)
  • 69 Martin P. -M., L’idée de royauté à Rome, t. 1 : De la Rome royale au consensus républicain, Clermon (...)
  • 70 Cornell T. J., The Beginnings of Rome. Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 100 (...)

9Contrôler le pouvoir d’intercessio des tribuns est un objectif du patriciat depuis sa création, après la première sécession de la plèbe, comme le montre l’épisode de Coriolan, ce dernier étant contraint à l’exil après avoir proposé de troquer les avantages politiques concédés à la plèbe contre le blé de Sicile à la faveur de la famine59. Cela devient d’autant plus important dans notre période que des tribuns utilisent ce droit pour essayer d’empêcher la levée des troupes contre les ennemis èques, volsques et étrusques60, et imposer une loi agraire inacceptable pour le patriciat puisqu’il s’agit de borner et lotir l’ager publicus. La première méthode est décrite par Denys d’Halicarnasse61 et exploite la restriction géographique qui marque la puissance tribunicienne, leur pouvoir étant exclusivement urbain, et la domination manifeste exercée par les patriciens sur une grande partie de la plèbe. Elle n’est pas sans rappeler les destructions sélectives de Coriolan, qui préservait les terres appartenant au patriciat62, puisqu’il s’agit de dévaster les propriétés rurales (champs et maisons) des récalcitrants s’ils étaient propriétaires ou, s’ils ne l’étaient pas, en leur enlevant leurs outils de travail, animaux compris. Les plébéiens, dépourvus de l’assistance de leurs tribuns, sont alors contraints à l’obéissance, d’autant plus que l’auteur a précisé que ce sont les plus pauvres qui refusent de répondre au dilectus tant qu’une décision sur le lotissement des terres n’est pas prise. L’autre méthode, consistant à opposer au veto d’un tribun celui d’un ou plusieurs de ses collègues, est décrite par anticipation par Tite-Live pour l’année 48163, parallèlement au texte de Denys d’Halicarnasse64 qui oppose à l’action du tribun Spurius Icilius la proposition d’Appius Claudius65. Celle-ci n’intervient chez Tite-Live que l’année suivante66, contre le tribun Tiberius Pontificius. Nous comprenons alors mieux l’opposition des plébéiens à l’élection d’Appius Claudius, qui ruine ainsi l’un de leurs rares moyens d’opposition au patriciat. La proposition de loi agraire par Caeso peut aussi être lue dans cette optique, en anticipant sur l’attitude des tribuns tout en protégeant les propriétés patriciennes. Cette dernière proposition est reprise par Quintus Fabius67, le neveu de Caeso, en 467, cette fois avec l’appui du Sénat, son collègue Titus Aemilius étant connu pour être favorable à un partage de l’ager publicus, par-delà l’épisode du Crémère, et confortant la nouvelle orientation de la gens après, nous semble-t-il, la mort de Quintus Fabius en 480, qui est lié, comme successeur au consulat et donc dépositaire de l’autorité judiciaire, déléguée en l’occurrence aux questeurs, à l’exécution de Sp. Cassius. La mort de Quintus laisserait alors s’exprimer une tendance plus modérée au sein de la gens Fabia. Ce revirement reste très difficile à expliquer pour les historiens68. Paul-Marius Martin69 interprète la menace de retirer aux fermiers leurs outils de travail comme une opposition entre un patriciat, détenant par sa propriété foncière un quasi-monopole du ravitaillement, et une plèbe en partie urbaine, artisanale, et en partie rurale, constituée alors de métayers, de fermiers et d’ouvriers agricoles. Par contre, sur le deuxième point, Tim Cornell70 considère l’opposition d’un tribun à son collègue à propos d’une loi agraire comme un nonsens et l’interprète plutôt comme l’impossibilité de transformer un plébiscite en loi jusqu’en 339.

  • 71 DH., VIII, 87, 3.
  • 72 Liv., II, 58, 1.
  • 73 Humm M., Appius Claudius Caecus. La République accomplie, Rome, BEFAR, 322, 2005, p. 251-257.
  • 74 Nicolet CL., Rome et la conquête du monde méditerranéen, Paris, PUF, 2001 (1re éd. 1979), p. 303-30 (...)
  • 75 Humm M., op. cit., p. 284-285.
  • 76 Op. cit. p. 288-291.
  • 77 Gage J., op. cit., p. 9.

10Les patriciens, que l’initiative vienne des Fabii ou non, ont donc des moyens de contrôler l’action des tribuns de la plèbe. Deux questions se posent alors : pourquoi ne pas faire élire directement, par le biais des clients des grandes gentes, des tribuns plus malléables et surtout qui sont ces plébéiens, qualifiés de « pénestes71  », qui refusent la conscription jusqu’à ce que les patriciens s’en prennent à leurs biens ruraux. Les deux sont liées puisque Denys nous décrit le fonctionnement des comices centuriates et que nous savons par ailleurs72 que les tribuns ne seront élus par les comices tributes qu’à partir de 471, afin de limiter l’influence du patriciat. Si nous suivons l’explication de Michel Humm73 sur les termes humiles et humillimi qui apparaissent dans le récit livien à propos des deux censures d’Appius Claudius Caecus 312 et de Quintus Fabius Rullianus en 304, il s’agirait d’individus placés dans une situation d’infériorité sociale par l’origine mobilière de leurs revenus, par opposition à une propriété terrienne valorisée dans une société prémonétaire (les classes centuriates ayant pu être au départ définies, comme à Athènes, par rapport à des mesures de grains) ou, puisque Denys envisage cette possibilité, de petits propriétaires. Dans les deux cas, leur importance dans les comices centuriates, à recrutement censitaire, est faible, voire nulle. Comment pourraient-ils alors perturber le fonctionnement de l’armée romaine puisque, en dehors du cas particulier du tumultus, les proletarii et capite censi, ceux qui n’ont pas la qualification censitaire de la cinquième classe, ne servent pas74 ? Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que l’adoption de la réforme servienne à une date aussi haute est remise en cause par les historiens75, Michel Humm76 ne datant l’apparition des deuxième et troisième classes qu’en parallèle avec la création de la censure en 443, les infra classem n’étant intégrés qu’à partir du siège de Véies. À ces formes légales, il faut ajouter le rôle probable dans l’encadrement de la jeunesse et dans les conflits avec la plèbe de certains groupes religieux, en particulier les luperques, puisque si les Fabii interviennent dans le jugement de Sp. Cassius et dans les années qui suivent, après la disparition des forces vives de la gens sur les rives du Crémère, la gens Quinctia intervient dans les conflits suivants par le bouillant Caeso et par les très respectés Quintus Capitolinus et Lucius Cincinnatus77.

  • 78 Hinard F., Histoire romaine, t. 1, Paris, Fayard, 2000, p. 163.
  • 79 Il est consacré aux ides de juillet 484 (Tite-Live II, 42, 5) alors que le temple de Cérès, voué au (...)
  • 80 C’est une des explications que donne Denys (VIII, 83) pour la campagne des Volsques de 484 ; Tite-L (...)

11Il nous semble impossible, compte tenu de la documentation actuelle, de comprendre les mécanismes réellement mis en jeu dans l’opposition entre la plèbe et le patriciat, représenté par les Fabii, entre 485 et 480. Cependant, Rome semble entrer dans une phase moins brillante de son histoire, la « nuit du Ve siècle » pour reprendre le titre de Dominique Briquel78, comme en témoigne la lenteur avec laquelle est construit le temple des Castores voué par le dictateur Postumius à la bataille du lac Régille79, la permanence des attaques sabelliennes annuelles et la réouverture du front véien, calme depuis une vingtaine d’années, sans doute à cause de la faiblesse réelle ou supposée de l’Urbs80. Dans ce contexte émerge l’image d’une cité sur la défensive face aux agressions et apparaissent en filigrane des parallèles avec la figure majeure de la gens Fabia, Quintus Fabius Maximus Verrucosus Cunctator.

  • 81 DH., VIII, 87.
  • 82 DH., VIII, 88.
  • 83 Liv., II, 43, 1.
  • 84 VIII, 91.
  • 85 N. 1 p. 68 de l’édition de 1954 ; les auteurs penchent pour un changement de source de l’historien.
  • 86 43, 5.
  • 87 44, 11.
  • 88 Liv., II, 48, 8-10 et DH., IX, 15.
  • 89 IX, 14.

12Dans les récits de Tite-Live et de Denys, Rome n’est jamais décrite comme agresseur mais défendant ses terres ou celles de ces alliés. Ainsi, en 484, les deux consuls partent en campagne contre les Volsques, Caeso étant chargé de la défense des alliés tandis que Lucius Aemilius est envoyé contre Tarente, par tirage au sort81 ; l’année suivante, c’est Marcus qui se porte au secours des alliés, son collègue portant la guerre sur le territoire volsque82. Dans le cas véien, la guerre n’est que la conséquence de leurs pillages en profondeur, atteignant presque les murs de la ville, puisque les Eques poursuivent leurs ravages sur le territoire des alliés latins de Rome83. D’après Denys84, c’est le Sénat qui choisit de privilégier ce front, de préférence au Latium, probablement pour des raisons de proximité immédiate du danger, mais il n’y a pas d’affrontement direct entre les deux armées, seulement une guerre de razzia. L’attribution des différents théâtres d’opération est cependant confuse puisque, comme le font remarquer Jean Bayet et G. Baillet dans leur édition du livre II de l’Ab Vrbe Condita aux Belles Lettres85, Tite-Live nous présente les troupes de Caeso Fabius fuyant le champ de bataille contre les Véiens86 puis contre les Eques dans le discours des assemblées étrusques87. Par contre, c’est bien la nature de ces guerres, essentiellement du brigandage, qui, pour les deux historiens de l’époque augustéenne, qui est en cause dans la proposition des Fabii au Sénat d’assumer seuls la guerre contre Véies en 47988. L’armée consulaire est en effet limitée dans ce type d’action car elle n’est pas permanente, trop lente à se mettre en place et le maintien d’une troupe derrière les enseignes serait trop coûteux pour la République, alors que le stipendium ne sera instauré que trois quarts de siècle plus tard. Dans la version dionysienne89, les Véiens ont le temps de ravager le territoire romain jusqu’au Tibre et au Janicule et de repartir avant que les Romains n’aient eu le temps de rassembler les troupes.

  • 90 Liv., II, 49, 1-8 ; DH., IX, 15 ; Ov., F., II, v. 197-207 ; Flor., I, 6 ; DC., V, 21.
  • 91 Liv., II, 45, 16 et 46, 4.
  • 92 VIII, 82.
  • 93 II, 46, 4-7.
  • 94 II, 43, 1.
  • 95 II, 43, 6-7 ; le récit de Denys d’Halicarnasse en IX, 3 est parallèle.
  • 96 DH., IX, 4.
  • 97 Liv., II, 58-59.
  • 98 Martin P. -M., op. cit., p. 110.
  • 99 Comme Verrucosus lorsque Minucius, son maître de cavalerie, devient son égal.
  • 100 Nous pourrions reprendre l’exemple d’Appius Claudius Caecus cité par Michel Humm (op. cit., p. 75-7 (...)

13Les descriptions des Fabii quittant Rome pour s’établir le long du Crémère mettent l’accent sur les qualités militaires de la famille90, en particulier du consul en exercice et de son frère et prédécesseur Marcus. C’est déjà en faisant preuve de vaillance l’année précédente qu’ils avaient pu se rapprocher de la plèbe91. Denys d’Halicarnasse92 avait déjà insisté sur les qualités de chef de guerre avisé de Quintus face aux Eques en 485 puisqu’il était resté attentif aux mouvements ennemis y compris lorsque son armée se livrait au pillage, lui permettant de la remettre en ordre de bataille à temps ; dans les combats de 480, l’historien padouan décrit le flottement que sa mort provoque dans les rangs romains et que ses frères doivent dissiper en montrant l’exemple93. De même, d’après Tite-Live94, Caeso Fabius et Spurius Furius sont faits consuls pour l’année 481 pour faire face aux guerres contre les Sabelliens et les Véiens. Cette année-là, contre Véies, Caeso est présenté par Tite-Live comme le soutien de l’État, que trahissent ses troupes par haine de leur général, par ses qualités d’organisation de la campagne et des combats95. Donnant l’ordre du départ, il ne parvient cependant pas à leur faire regagner Rome en bon ordre, ce qui cause une vive inquiétude dans la ville, qui ne sait pas s’il s’agit d’amis ou d’ennemis96. Il n’y a qu’un seul autre exemple de refus de combattre de l’armée romaine, sous le commandement d’Appius Claudius en 47197, quoique dans le cas de Caeso, la cavalerie lui soit restée fidèle. Le contraste entre les deux commandants est saisissant puisque Caeso ramène ses troupes à Rome, sans que les sources ne donnent plus de précision, alors qu’Appius fut qualifié de carnifex pour avoir décimé son armée98. La moderatio de la gens Fabia, qui accepte noblement les humiliations99, s’oppose à la violence dont les sources parent traditionnellement la gens Claudia100.

  • 101 IX, 9.
  • 102 Punica, VI, v. 619-626.
  • 103 Oros., II, 5-7.
  • 104 VI, v. 613-618.
  • 105 II, 43, 10.
  • 106 DH., VIII, 86.
  • 107 Liv., XXVII, 16, 12-16.
  • 108 Liv., II, 48, 4-5.
  • 109 Plut., Fab. Max., XI-XII.
  • 110 Liv., III, 26-28.
  • 111 Liv., II, 45 ; Frontin, Strat., I, 11, 1.
  • 112 Liv., XXIV, 14, 9.
  • 113 Mineo B., Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, Klincksieck, Études et commentaires, 107, 2006, p (...)
  • 114 Encore salué par Val.-Max., V, 5, 2.
  • 115 Liv., II, 45, 13-14.
  • 116 Hinard F., « Aulu Gelle et les serments militaires  », in Au miroir de la culture antique. Mélanges (...)
  • 117 En particulier XXVIII, 51, 7-10 ; Mineo B., op. cit., p. 305.

14Ce rôle de soutien de l’État, malgré la haine que cela peut entraîner, nous amène à considérer les nombreux parallèles qui existent dans la présentation des trois consulaires fabiens avant 477 et le Cunctator. Dans le récit de Denys d’Halicarnasse, les troupes de Caeso agissent afin de le priver des honneurs du triomphe et qu’une majorité de ses soldats, après la fuite, l’accuse d’être responsable de la mort de nombre de leurs camarades. Or, Marcus, dans son discours aux troupes l’année suivante101, leur rappelle que c’est la fuite qui est la plus coûteuse en hommes, alors que se battre ensemble minimise les pertes. Dans la même veine, Silius Italicus insiste sur l’importance qu’avait pour Verrucosus le fait de ramener ses troupes intactes à Rome102, Orose explique d’ailleurs le refus de triompher de Marcus en 480 par la lourdeur des pertes et non par le chagrin de la mort de son frère et de son collègue103. Mais surtout, il le présente comme aussi brillant en toge qu’en armes, serein et éloigné des passions104 alors que Tite-Live montre un Caeso désemparé : brillant général, il ne trouve pas de remède à la sédition105. À deux reprises, Caeso se porte, ou se propose de se porter au secours d’un de ses collègues. En 484, il envoie ses meilleures troupes à Lucius Aemilius, lui-même étant retenu par le respect des auspices, qui étaient défavorables à son départ106 ; ce même respect des auspices préserve Verrucosus du piège tendu par Hannibal à Métaponte107. En 479, son arrivée sauve Titus Verginius d’une défaite due à sa témérité108 ce qui n’est pas sans rappeler le secours apporté à Minucius, imprudent face à Hannibal109. Le passage parallèle de Denys, impliquant le siège du camp romain menacé d’être réduit par la famine, nous semble à rapprocher d’un autre passage prestigieux, celui de la dictature de Lucius Quinctius Cincinnatus en 459/8110 qui sauve les troupes de Minucius des Eques. La comparaison avec la tactique que Marcus impose, semble-t-il, à son collègue Cn. Manlius est encore plus frappante, consistant à repousser le combat jusqu’à ce que les troupes le demandent, opposant le calme, la grauitas du magistrat au grondement de la foule111, à l’image d’un Verrucosus Cunctator face à Hannibal pendant sa dictature, ou d’un Caius Gracchus face à ses soldats112. Pour Bernard Mineo113, ce manque de sagesse de la foule, emprisonnée dans sa passion guerrière, la rend aisément manipulable. La suite du récit montre une modestie, un sens du devoir, envers sa famille (deuil de Quintus, probablement l’aîné des trois frères) et envers l’État par un refus exemplaire de l’honneur triomphal114 et un respect pour la religion et les serments puisque, à l’initiative de Flavoleius115, les soldats romains en prêtent un nouveau, différent du sacramentum traditionnel, qui ne comportait apparemment pas d’obligation d’obéissance116. Quant au départ de l’expédition du Crémère, elle est placée sous le même auspice du devoir, de la protection de l’État romain, qui est la seule source de gloire, idée que nous retrouvons dans le discours du Cunctator au Sénat en 205 rapporté par Tite-Live117.

15La tradition accorde donc un rôle majeur à la gens Fabia à la fin des années 480 mais il est difficile aujourd’hui de démêler l’écheveau de l’histoire tant il est grevé par les parallèles et les anticipations, à tel point que l’idée d’une « cunctatorisation » du clan mérite une plus ample discussion. Nous retrouvons en effet, dès les années 485-478, les grands axes de l’histoire de la gens Fabia : des représentants du parti sénatorial, faisant des ouvertures modérées en direction de la plèbe et des chefs de guerre compétents, retirant leurs honneurs de la défense de l’Urbs.

Notes

1 Cels-Saint-Hilaire J., 1995, La république des tribus. Du droit de vote et de ses enjeux aux débuts de la République romaine (495-300 av. J.-C.), Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1995, chap. 2 à 5.

2 Le lecteur se référera avec profit aux récents travaux de Jean-Claude Richard, en particulier : Richard J.-C., 1990, « Les Fabii à la Crémère : grandeur et décadence de l’organisation gentilice  », Crise et transformation des sociétés archaïques au V e siècle av. J.-C., Rome, collections de l’École française de Rome, 137, 1990, p. 245-262.

3 Voir en particulier Heurgon J., Rome et la Méditerranée occidentale jusqu’aux guerres puniques, Paris, PUF, 1969.

4 Broughton T. R. S., The Magistrates of the Roman Republic, vol. 1, New York, American Philological Association, 1951.

5 Liv., X, 8, 6 : l’arrivée d’Atta Clausus à Rome et son intégration dans le patriciat sont reprises par Publius Decius Mus dans son discours en faveur de la lex Ogulnia en 300.

6 Martin P.-M., 1994, L’idée de royauté à Rome, t. 2 : Haine de la royauté et séductions monarchiques (du IV e siècle av. J.-C. au principat augustéen), Clermont-Ferrand, Adosa, 1994, p. 234.

7 Briquel D., « La référence à Héraklès de part et d’autre de la révolution de 509  », Le mythe grec dans l’Italie antique. Fonction et image, Rome, École française de Rome, 1999, p. 114-115.

8 SIL., Punica, VI, v. 628-636. Plutarque donne aussi l’hypothèse d’une nymphe, à côté de celle d’une femme du pays (Vie de Fabius Maximus, I, 2).

9 Op. cit., p. 114 et 117-120.

10 II, v. 361-380 ; le récit parallèle de Tite-Live (I, 5) ne nomme pas leurs compagnons.

11 Gage J., La chute des Tarquins et les débuts de la République romaine, Paris, Payot, 1976, p. 206-207.

12 Jean Gagé rappelle le mariage d’une des sœurs Fabia avec Caius Licinius Stolo, les Lecne ayant des attaches établies avec Faléries, la principale cité falisque. Nous pourrions compléter avec l’assistance que portent les trois ambassadeurs Fabii à Clusium en 391, outrepassant la mission qui leur avait été assignée par le Sénat, et la trahison que commettent trois ressortissants de cette cité au profit de Quintus Fabius Rullianus juste avant la bataille de Sentinum en 295 (Liv., X, 27).

13 Briquel D., op. cit., p. 117 n. 80 : Kalatur Fapena (voir RIX H., Etruskische Texte, 1991, Cr 2.31).

14 Heurgon J., op. cit., p. 90-91. C’est sur cette colline que Gaius Fabius Dorsuo célèbre un rite de famille en plein siège du Capitole par l’envahisseur gaulois en 390 (Liv., V, 46, 2).

15 Gary Forsythe (Forsythe G., A Critical History of Early Rome. From Prehistory to the First Punic War, Berkeley, Los Angeles, Londres, University of California Press, 2005 p. 194) s’appuie sur ce dernier nom pour faire remonter la tradition d’un procès en perduellio mené par les questeurs à Valerius Antias, influencé par le procès de Rabirius en 63 (CIC., Rab. perd.).

16 De Sanctis G., Storia dei Romani, vol. 1, Florence, « La nuova Italia  », 1956, p. 228.

17 Flor., I, 17.

18 De multiples exemples nous montrent cette autorité des pères sur les enfants aux premiers temps de la République : en 431, le dictateur Aulus Postumius Tubertus aurait fait exécuter son fils sorti du rang pour combattre mais Tite-Live ne croit pas en l’historicité de l’événement (IV, 29) ; en 418, Quintus Servilius Priscus oblige son fils, le tribun militaire à pouvoir consulaire Gaius Servilius, à rester à Rome alors que ses collègues se disputent l’honneur de diriger les troupes (Liv., IV, 45, 5-8) ; en 340, Titus Manlius est exécuté par son père, le consul, pour avoir combattu en dépit des ordres (Liv., VIII, 7), à l’origine du proverbial ordre « à la Manlius  ».

19 Chassignet M., « La « construction » des aspirants à la tyrannie : Sp. Cassius, Sp. Maelius et Manlius Capitolinus  », L’invention des grands hommes de la Rome antique, Paris, De Boccard, 2001, p. 91.

20 DE CAZANOVE O., « Spurius Cassius, Cérès et Tellius  », REL, 67, 1989, p. 93-116, plus précisément 100-103.

21 II, 41.

22 Rep. II, 35.

23 VIII, 77-79.

24 Magdelain A., « Le ius archaïque  », MEFRA, 98, 1986, p. 333-334.

25 Si nous admettons son existence à une date aussi reculée, Michelle Ducos (L’influence grecque sur la loi des XII Tables, Paris, PUF, 1978, p. 71) reculant l’adoption de la lex Valeria de prouocatione de 509 aux XII Tables, voire même à 300, date à laquelle les comices ne sont plus soumis à l’auctoritas patrum, la ratification de leurs décisions par le Sénat.

26 Op. cit.

27 Op. cit., p. 92-94 ; l’auteur considère qu’il est plus reproché aux adfectationes regni de vouloir établir un pouvoir anti-sénatorial que restaurer la monarchie.

28 II, 41, 6 : l’invitation des alliés au partage de la terre des Herniques serait un encouragement à remplacer Coriolan par Cassius (pour se libérer de la tutelle romaine).

29 Auliard C., La diplomatie romaine. L’autre instrument de la conquête, de la fondation à la fin des guerres samnites (753-290 av. J.-C.), Rennes, PUR, 2006, p. 186.

30 VIII, 78.

31 C’est le choix de Camille ou, plus proche des faits, de Caeso Quinctius en 462/1, son père se réfugiant sur ses terres trans Tiberim où on vient lui offrir la dictature en 458.

32 Tite-Live II, 21, 5-6.

33 IX, 2.

34 Tite-Live II, 45, 5 : « On ne voulait pas tolérer ces insultes ; mais non plus, par un succès, faire le jeu des patriciens, des consuls ; entre les ennemis du dehors et ceux du dedans, c’était dans leur cœur un conflit de haines » (trad. CUF).

35 Si la crainte d’un passage de Spurius Cassius à l’ennemi provoque son exécution rapide, les tribuns de la plèbe comme les soldats, malgré leurs hésitations, font le choix de Rome et donc de laisser les consuls mener la levée des troupes et les combats. Nous sommes toutefois encore loin des accents lyriques de Camille célébrant dans son discours de la fin du livre V son attachement au paysage romain.

36 Op. cit., p. 193-195.

37 Gary Forsythe (op. cit., p. 195) ne liste que quatre cas pouvant être rapprochés de cette situation : des membres d’une même famille se succèdent au consulat trois années de suite en 330-328 (Plautii), 247-245 (Fabii) et 51-49 (Claudii Marcelli), voire quatre années sur cinq pour les Valerii entre 508 et 504, l’auteur excluant le consulat suffect de 509 comme relevant de la fiction.

38 Liv., X, 9, 10-11.

39 Val.-Max., IV, 1, 5.

40 Denys d’Halicarnasse (VIII, 77) créditant les nouveaux consuls Cornelius et Fabius d’une grande influence par leurs richesses et leurs compagnons.

41 Ainsi pour l’élection de Caeso en 484 (II, 42, 2), mais aussi II, 42, 7 par exemple.

42 VIII, 82.

43 VIII, 87.

44 Liv., II, 42, 6.

45 DH., VIII, 83.

46 II, 43, 1.

47 VIII, 90.

48 Cette sorte de partage du consulat est reprise pour l’élection des consuls Caeso Fabius et Spurius Furius (DH., IX, 1).

49 Liv., II, 42, 8 : l’attitude des Fabii face à la plèbe est un titre de gloire pour la famille.

50 Liv., II, 42, 2 ; c’est ce qui rendrait l’élection au consulat de Caeso difficile, et non sa participation au procès de Sp. Cassius.

51 Liv., II, 43, 11.

52 DH., VIII, 90.

53 Liv., II, 45, 16.

54 Liv., II, 47, 10-12.

55 II, 5, 7.

56 Liv., II, 48, 1.

57 IX, 14.

58 II, 48, 1-3 (trad. CUF) : la proposition était pourtant indolore pour les grands clans aristocratiques puisqu’elle ne concernait que les terres prises à l’ennemi et non l’ager publicus.

59 Liv., II, 34, 16 – 35, 1-6.

60 DH., VIII, 87 ; IX, 1. Liv., II, 43, 2-4 ; 44, 1.

61 VIII, 87-88.

62 Liv., II, 39, 5-6.

63 II, 43, 3-4 : le tribun Licinius est attaqué encore plus vivement par ses collègues que par les consuls, sans que l’on connaisse le contenu des attaques.

64 IX, 1-2.

65 Voir supra : la mesure est facilitée par la maladresse du tribun, préférant l’étranger au patriciat. Les deux auteurs ne sont donc pas d’accord sur le nom des tribuns concernés, mais dans les deux cas, ce sont deux familles historiquement connues pour leurs affrontements virulents avec le Sénat et le patriciat jusqu’en 367.

66 II, 44, 1-6.

67 Liv., III, 1.

68 Bloch G., Les origines du Sénat romain. Recherches sur la formation et la dissolution du Sénat patricien, Paris, BEFAR, 29, 1883, p. 249 : il se fait l’écho, sans vraiment y adhérer, d’une supposition qui, rapprochant cette nouvelle attitude de l’épisode du Crémère, faisait rechercher aux Fabii le soutien de la plèbe face à des patriciens fatigués de la domination du clan.

69 Martin P. -M., L’idée de royauté à Rome, t. 1 : De la Rome royale au consensus républicain, Clermont-Ferrand, Adosa, Miroir des civilisations antiques, 1982, p. 324-325.

70 Cornell T. J., The Beginnings of Rome. Italy and Rome from the Bronze Age to the Punic Wars (c. 1000-264 BC), Londres, New York, Routledge, 1995, p. 270.

71 DH., VIII, 87, 3.

72 Liv., II, 58, 1.

73 Humm M., Appius Claudius Caecus. La République accomplie, Rome, BEFAR, 322, 2005, p. 251-257.

74 Nicolet CL., Rome et la conquête du monde méditerranéen, Paris, PUF, 2001 (1re éd. 1979), p. 303-305.

75 Humm M., op. cit., p. 284-285.

76 Op. cit. p. 288-291.

77 Gage J., op. cit., p. 9.

78 Hinard F., Histoire romaine, t. 1, Paris, Fayard, 2000, p. 163.

79 Il est consacré aux ides de juillet 484 (Tite-Live II, 42, 5) alors que le temple de Cérès, voué au même moment, était achevé depuis dix ans.

80 C’est une des explications que donne Denys (VIII, 83) pour la campagne des Volsques de 484 ; Tite-Live (II, 42, 9) ne donne aucun motif à la reprise de ce conflit mais, pour la reprise des hostilités en 480, les Véiens comptent profiter de la division de l’État romain (II, 44, 7-12).

81 DH., VIII, 87.

82 DH., VIII, 88.

83 Liv., II, 43, 1.

84 VIII, 91.

85 N. 1 p. 68 de l’édition de 1954 ; les auteurs penchent pour un changement de source de l’historien.

86 43, 5.

87 44, 11.

88 Liv., II, 48, 8-10 et DH., IX, 15.

89 IX, 14.

90 Liv., II, 49, 1-8 ; DH., IX, 15 ; Ov., F., II, v. 197-207 ; Flor., I, 6 ; DC., V, 21.

91 Liv., II, 45, 16 et 46, 4.

92 VIII, 82.

93 II, 46, 4-7.

94 II, 43, 1.

95 II, 43, 6-7 ; le récit de Denys d’Halicarnasse en IX, 3 est parallèle.

96 DH., IX, 4.

97 Liv., II, 58-59.

98 Martin P. -M., op. cit., p. 110.

99 Comme Verrucosus lorsque Minucius, son maître de cavalerie, devient son égal.

100 Nous pourrions reprendre l’exemple d’Appius Claudius Caecus cité par Michel Humm (op. cit., p. 75-76) qui imposerait au Sénat d’infliger une dégradation militaire aux prisonniers romains libérés par Pyrrhus (Val.-Max., II, 7, 15a-b et Frontin, Strat., IV, 1, 18) ou celui de Claudius Marcellus pendant la deuxième guerre punique, en 209, qui donne de l’orge à manger aux cohortes qui ont perdu leurs enseignes (Liv., XXVII, 13).

101 IX, 9.

102 Punica, VI, v. 619-626.

103 Oros., II, 5-7.

104 VI, v. 613-618.

105 II, 43, 10.

106 DH., VIII, 86.

107 Liv., XXVII, 16, 12-16.

108 Liv., II, 48, 4-5.

109 Plut., Fab. Max., XI-XII.

110 Liv., III, 26-28.

111 Liv., II, 45 ; Frontin, Strat., I, 11, 1.

112 Liv., XXIV, 14, 9.

113 Mineo B., Tite-Live et l’histoire de Rome, Paris, Klincksieck, Études et commentaires, 107, 2006, p. 49-51.

114 Encore salué par Val.-Max., V, 5, 2.

115 Liv., II, 45, 13-14.

116 Hinard F., « Aulu Gelle et les serments militaires  », in Au miroir de la culture antique. Mélanges offerts au président R. Marache, Rennes, PUR, 1992, p. 290-291.

117 En particulier XXVIII, 51, 7-10 ; Mineo B., op. cit., p. 305.

Auteur

Doctorante, université de Nantes

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540