Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité

 | 
Thierry Piel

Transmission et distinction en Grèce ancienne : une étude des règles de nomination

Jérôme Wilgaux

Texte intégral

  • 1 Des présentations rapides des règles et des usages se trouvent dans les dictionnaires et encyclopéd (...)

1Les noms personnels des Grecs de l’Antiquité ont fait l’objet, depuis le XIXe siècle, d’études nombreuses et diversifiées, privilégiant le plus souvent la question de leur origine, de leur formation et de leur diffusion. L’approche choisie ici est tout autre, puisqu’il s’agit d’essayer de mettre en évidence ce que les règles de nomination nous apprennent sur les structures sociales, et plus précisément sur les normes et pratiques dans les domaines conjoints de la filiation et de l’alliance1.

2Commençons par rappeler les principes de base :

  • 2 Cf. Rudhardt J., « La reconnaissance de la paternité, sa nature et sa portée dans la société athéni (...)
  • 3 Voir par exemple IS., 3.30 ; AR., Oiseaux, 922-923 ; Dem., 39.20 et 22 ; 40. 28-29. Arstt., Histoir (...)
  • 4 Cf. Eur., El. 653-654 ; Ath., 15. 668d ; Dem., 58. 40.
  • 5 Démosthène 39.39 : les enfants sont nommés par les parents (goneis).
  • 6 Cf. Eur., Égée, fgrt 5 CUF (2 Nauck) : « Quel nom t’a donné ta mère le dixième jour après ta naissa (...)
  • 7 Hom., Od., 19. 399 sq. ; Apd., 3.72 ; PAUS., 10.26.4. Voir Gernet L., « Fosterage et légende », Mél (...)

3– La dation du nom personnel de chaque enfant a lieu lors des rites qui suivent la naissance et qui officialisent la reconnaissance du père et l’intégration de l’enfant dans le groupe familial2. Cette cérémonie se déroule généralement le dixième jour (dékatè)3, en présence de plusieurs parents, qui pourront témoigner par la suite en cas de doute sur la légitimité d’un individu ou sur le nom attribué4. Le nom est donné par le père, en concertation sans aucun doute avec son épouse et les parents de cette dernière5. Dans les légendes, et probablement en partie dans la réalité, la mère nomme seule l’enfant illégitime6. Le nom peut également être donné par le grand-père maternel7.

  • 8 Voir par exemple Bresson A., op. cit., p. 351 : Damokratès et Xénokratéla ; p. 352 : Aristeus, Aris (...)
  • 9 Le sens des noms n’est pas aléatoire, et peut généralement être mis en rapport avec le statut socia (...)
  • 10 Bresson A., op. cit., 1983, p. 44.
  • 11 Cf. Schol. Arstd., III, p. 515 Dindorf : les noms de trois des enfants de Cimon sont donnés « à par (...)

4– Les noms sont le plus souvent composés et permettent ainsi des variations d’un parent à l’autre8. Chaque famille possède un « stock » de termes significatifs9, repris et combinés génération après génération10. La répétition de noms déjà portés par des ascendants est le principe essentiel sur lequel repose la nomination des individus11. Il s’agit ainsi d’assurer la conservation des noms familiaux, de permettre, en quelque sorte, la « résurrection » (anastasè) des ancêtres défunts, en particulier des grands-parents.

  • 12 Voir également Eust., Commentaire de l’Iliade, 2.811 sq. ; [DÉM] 43.80 ; IS., 2.36 : « J’ai donné s (...)

5Cette finalité générale est clairement exposée par Eustathe, dans son Commentaire de l’Iliade (2.145, v. 546)12 :

« Il faut savoir que c’était une coutume très ancienne de nommer les petits-fils d’après les noms des grands-pères, en “souvenir” (eis anamnêsin) des ancêtres, pour que les défunts semblent en quelque sorte revivre (anazên), et d’autre part assurer la transmission du nom et le rendre ainsi en quelque sorte immortel. Ainsi donc Orsilochos fils d’Alphée, eut pour fils Dioklès, qui eut des jumeaux Krêtôn et Orsilochos, nommé comme son grand-père, jumeaux qu’a fait périr Énée. »

  • 13 Voir Hombert M., « Une famille nombreuse en Égypte au IIe siècle », in Mélanges Paul Thomas, Recuei (...)
  • 14 Voir par exemple MAMA 10, n ° 287 : Alexandros et Zôtikos ont pour père Alexandros et pour mère Zôt (...)

6– Les règles suivantes sont généralement respectées lors de l’attribution des noms : l’aîné porte le nom du grand-père paternel, le second fils le nom du grand-père maternel ; l’aînée porte le nom de la grand-mère maternelle, la seconde fille le nom de la grand-mère paternelle13 ; les autres enfants reprennent le nom de collatéraux, généralement des oncles ou des tantes, voire les noms des parents eux-mêmes14. L’application de ces règles, comme nous le verrons, peut bien sûr varier selon les circonstances, notamment démographiques, et les stratégies suivies par les familles.

  • 15 Voir par exemple Plut., Dém., 2.1, le don du nom du frère du père ; DEM., 39. 32 (frère de la mère)
  • 16 Voir néanmoins Cox C. A., The Social and Political Ramifications of Athenian Marriages ca. 600-400 (...)

7La papponymie, que le nom repris soit celui du grand-père paternel ou maternel, est bien sûr très clairement attestée dans nos sources, littéraires et épigraphiques. La reprise des noms des collatéraux est également fréquente15. Les règles suivies pour les noms féminins sont moins assurées, du fait du manque de données relatives aux femmes16.

  • 17 Cf. Chamoux F., « Épitaphes de deux sœurs à Cyrène », dans Hellènikon Symmikta. Histoire, archéolog (...)
  • 18 Voir par exemple Bean G. E et Mitford T. B., Journeys in rough Cilicia 1964-1968, TAM 3, Wien, 1970 (...)

8– L’enfant dont la naissance est postérieure au décès d’un de ses germains, peut reprendre le nom du défunt, et ainsi assurer à nouveau la transmission du nom17. Par ailleurs, deux enfants d’une même famille peuvent porter le même nom18.

  • 19 Sur les changements de noms, voir par exemple Dem., 39 et 40 ; IS., 2.41 ; Plut., Sur les oracles d (...)
  • 20 Un exemple amusant est donné par CIC., Discours, V, 66, 148, p. 92 : « Les tables sont retenues par (...)

9– Un même individu pouvait porter plusieurs noms au cours de sa vie19, et les surnoms étaient fréquents20.

  • 21 C’est le cas à Athènes à l’époque classique : cf. par exemple Dem., 39. 7 : « Naturellement, la tri (...)
  • 22 Dem., 39. 9 ; cf. par ailleurs la légende étiologique rapportée par Aug., La cité de Dieu, 18. 9 : (...)

10– Les désignations des hommes, officielles ou non, accompagnent le nom personnel du nom du père, et généralement d’une indication supplémentaire, le nom de la tribu par exemple ou le démotique21. Les noms féminins sont accompagnés du nom du père, et/ou de l’époux. Il n’est pas habituel de faire mention du nom de la mère22.

  • 23 Voir notamment Loraux N., L’Invention d’Athènes, Paris, Payot, 1993 2, p. 37 sq. et particulièremen (...)

11Les usages civiques sont cependant très variables. À Athènes par exemple, les noms des morts au combat sont inscrits sans patronyme, ni démotique, afin de mettre en valeur leur égalité dans un régime démocratique23.

  • 24 Voir notamment les numéros spéciaux de revues : L’Uomo, 7 (1-2), 1983 ; Burguiere A., Klapisch-Zube (...)

12Les règles de nomination présentent de telles similitudes en Europe et dans le bassin méditerranéen24, sont si clairement exprimées dans les sources littéraires grecques, si facilement retrouvées dans les corpus épigraphiques les plus riches, qu’il ne devrait plus être nécessaire de prouver leur application et leur importance.

  • 25 Un ouvrage prosopographique tel que celui de Davies J. K., op. cit., repose en partie sur la prise (...)
  • 26 Cf. Herman G., « Patterns of name diffusion within the Greek world and beyond », CQ 40, 1990, p. 34 (...)
  • 27 Cf. Bresson A., « Graphes et réseaux de parenté en Grèce ancienne », in Informatique et prosopograp (...)

13La prise en compte de ces principes généraux est bien sûr capitale pour toute étude prosopographique et sociale du monde grec. La découverte de noms de fils et de pères semblables, mais alternés, de noms combinant les mêmes éléments, facilite en effet la reconstitution de généalogies25 ; le fait de retrouver un même nom dans deux familles différentes permet par ailleurs d’envisager un mariage entre ces deux familles dans les générations précédentes26, tandis que des similitudes dans les noms des époux ou entre alliés autorisent l’hypothèse d’un mariage entre parents27.

14Ces reconstitutions, si elles ne reposent que sur ces éléments onomastiques, sont certes fragiles. Il est toujours possible de dire que l’étude la plus pertinente d’un corpus épigraphique est celle qui sait choisir le moyen terme entre une prudence excessive et des rapprochements hasardeux, mais les définitions que les chercheurs donnent de ces extrêmes sont bien sûr variables.

  • 28 Voir par exemple Thompson W. E., «Tot Atheniensibus idem nome eart… », in Phoros, Tribute to B. D. (...)
  • 29 Voir notamment Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, éd. de Minuit, 1980, p. 285 sq. Dans le domain (...)
  • 30 Remarquons que dans les régimes monarchiques, en Macédoine par exemple, et plus encore dans les dyn (...)

15Les études prosopographiques sont généralement biaisées par les a priori des chercheurs, car des corpus épigraphiques limités ne permettent pas d’induire les principes que nous venons d’exposer. Ce sont ces principes qui doivent au contraire être pris comme base afin de développer une approche plus sociale des données disponibles. Les homonymes existent dans l’Athènes classique, mais ils ne sont pas qu’une source de confusion, ils peuvent également être l’expression des rapports de force et des stratégies concurrentielles des lignées. Les appels à la prudence, et les critiques qui rejettent le caractère systématique des règles de nominations manquent leur cible28, car effectivement leur application ne peut qu’être variable dans la pratique, et l’analyse de P. Bourdieu, en termes de stratégies, de capital matériel et symbolique, se révèle ici particulièrement pertinente. Il ne s’agit pas tant, pour les parents, d’appliquer un schéma figé que d’inscrire leurs descendants dans la continuité familiale et légitimer, par les noms donnés, leur prétention à perpétuer les « bonnes renommées » et hériter des patrimoines29. Les noms sont associés à des droits et à des devoirs30.

16Les noms portés et transmis à ses descendants ne sont donc rien moins qu’indifférents, et dès l’époque classique la reprise du nom d’un ancêtre glorieux permet tout à la fois de perpétuer et de profiter de ce prestige familial, comme le montre cet exemple datant de l’époque hellénistique :

« [Ophellas] envoya aussi une députation aux Athéniens pour conclure avec eux une alliance, car Ophellas avait épousé Euthydice, fille de Miltiade, qui faisait remonter son origine au vainqueur de Marathon. Le mariage et d’autres services lui avaient acquis la faveur des Athéniens, dont un grand nombre s’empressèrent de prendre service dans l’armée d’Ophellas » (Diodore de Sicile 20.40.5-6).

17Les travaux d’Alain Bresson illustrent particulièrement cette nécessaire prise en compte des règles de nomination lors d’études épigraphiques ou prosopographiques, et de manière générale lors de nos interprétations anthropologiques.

  • 31 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356.

18L’exemple suivant montre l’application rigoureuse des règles par une famille rhodienne. Les noms des grands-parents paternel et maternel ont été donnés aux enfants du couple, ainsi que le nom du père, également attesté à de nombreuses reprises dans les branches collatérales ou chez les ascendants du père. Nous pouvons noter également que le nom de la fille d’Hagémon I, Hagèsikléia, est construit avec la même racine que le nom paternel. Or, comme à la génération intermédiaire, nous avons affaire à un mariage entre cousins parallèles patrilatéraux, ce sont en fait les noms de trois germains qui sont répétés à la génération des petits-enfants (fig. 1 ci-dessous31).

  • 32 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356-358.

19Du point de vue de la nomination (comme des patrimoines, en particulier si la fille est épiclère), le mariage entre cousins parallèles patrilatéraux exprime une volonté de reproduction à l’identique d’un groupe de germains32.

  • 33 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356 (stemma simplifié).
  • 34 C’est-à-dire le fils du fils du frère du père de sa mère.

20Dans cet autre exemple (fig. 2 ci-dessus33), tiré en fait du même stemma que le précédent, Phila, dont le nom reprend celui de sa grand-mère paternelle, épouse son MFBSS34, adopté par Timokratès, autre membre de la même famille. Leurs enfants, par le jeu des différentes règles, reprennent le nom de leurs arrièregrands-parents.

21Dans ce cas précis, si la reconstitution de l’ensemble du stemma n’avait pas été possible, le mariage de Phila avec une personne portant le même nom que son frère et son grand-père maternel aurait pu néanmoins être interprété comme un mariage entre parents.

  • 35 Humphreys S. C., « Family tombs and tomb-cult in classical Athens : tradition or traditionalism », (...)
  • 36 Cf. SEG 23, 161 + 137-8, 155-158, 160, 166 et SEG 25, 258.
  • 37 Un autre exemple nous est donné par Cox C. A., 1988, op. cit., p. 185 note 2.
  • 38 Cf. Cox C. A., op. cit., 1983, p. 254-5.

22Un autre exemple nous est donné par l’analyse que Sally C. Humphreys 35 propose des inscriptions du peribolos de Meidôn36 : elle remarque ainsi que trois des épouses des membres de cette famille portent des noms comportant des similitudes : Mnèsiptolémè, Mnèsistratè et Kléoptolémè. Mnèsistratè et Kléoptolémè sont peut-être des sœurs, filles du frère de Mnésiptolémè, et seraient donc épousées par leurs cousins croisés patrilatéraux37. Les ressemblances entre les noms du père d’Euripide, Mnèsarkhidès, et du père de son épouse, Mnèsilokhos, ont par ailleurs incité U. von Wilamowitz à proposer une relation de parenté entre les deux hommes ; l’hypothèse a été reprise par Kirchner (PA, 5953), qui suppose qu’Euripide a épousé sa nièce (la fille de son frère). Nous ne pouvons en fait préciser quelle était leur relation de parenté, mais il est plus que probable que les deux conjoints étaient reliés par les hommes. Euripide a par ailleurs nommé ses trois fils Mnèsarkhidès, Mnèsilokhos et Euripide38.

23Deux plaidoyers attiques du IVe siècle av. J.-C. illustrent particulièrement l’importance accordée aux noms : le Contre Bœotos (I) de Démosthène et le Contre Macartatos, attribué au même orateur.

  • 39 Cf. Bresson A., op. cit., p. 42.

24Dans le Contre Bœotos I (Démosthène 39), Mantithéos, le fils de Mantias de Thoricos, homme politique connu, s’oppose à ce que son demi-frère de même père Bœotos puisse porter le même nom que le sien, Mantithéos, sous lequel ce dernier s’est fait inscrire dans le dème. Il craint, dit-il, les confusions qui s’ensuivraient puisque les deux hommes auraient même nom, même père, même démotique. Mais Mantithéos est également le nom du grand-père paternel, et reprendre son nom est donc le privilège de l’aîné (§27). Et c’est sans doute là le véritable enjeu du procès : savoir lequel des deux frères, aux passés bien distincts puisque l’un a été légitimé dès sa naissance et l’autre beaucoup plus tard, suite à un procès, sera désormais considéré comme l’aîné et, en tant que tel, le principal continuateur de la lignée paternelle. Le premier nom reçu par l’adversaire de Mantithéos, Bœotos, est en effet un nom maternel, le nom porté par le frère de la mère (§32), et place donc ce fils en position de cadet. Ce fils, sans doute effectivement plus âgé que le premier Mantithéos, en reprenant le nom qu’il considère comme devant être le sien et en occupant la maison paternelle ([Démosthène] 40, 56-57) revendique donc les privilèges symboliques, et peut-être matériels, de l’aîné39.

  • 40 Bresson A., op. cit., 1981, p. 355-356 ; 1983, p. 43-44. Sur les relations entre adoption et nomina (...)

25Si l’aîné perpétue la branche paternelle, le cadet, comme A. Bresson l’a souligné, peut profiter d’une position de « réserve » pour capter un héritage maternel. En effet, s’il est nommé d’après un parent maternel et que celui-ci ou l’un de ses collatéraux homonymes n’a pas d’héritier, ce cadet sera la personne la plus appropriée pour une adoption. Les plaidoyers attiques nous en donnent de nombreux exemples40.

26Dans le Contre Macartatos, attribué à Démosthène ([Démosthène] 43), les noms portés par les différents protagonistes et leurs parents les plus proches permettent à l’orateur, Sôsithéos, de légitimer ses prétentions à l’héritage d’Hagnias (par l’intermédiaire de son fils, nommé comme son grand-père maternel et qui lui a été donné en adoption posthume) et au contraire de dénigrer les titulaires actuels de ce patrimoine, puisque leurs noms ne reprennent nullement ceux portés par la « maison d’Hagnias » :

  • 41 Voir également le §74, dans lequel Sôsithéos expose son propre respect des règles de nomination hab (...)

« Voilà donc une autre maison, celle d’Hagnias, un des fils de Bousélos, et dans cette maison, pas un seul nom qui soit un de ceux des descendants de Stratios, ou même qui y ressemble. Cette maison constitue une série indépendante, où les noms se transmettent de l’un à l’autre. De tous les côtés et par tous les moyens, la preuve est donc faite que nos adversaires sont d’une autre maison, d’un degré plus éloigné, et qu’ils n’ont aucun droit à l’héritage » (50, trad. L. Gernet, CUF)41.

27Intégration dans une lignée et perpétuation de cette lignée, rapport entre aîné et cadet, légitimation de droits par le nom que l’on porte, ces exemples montrent toute l’importance de la nomination en Grèce ancienne.

28D’un point de vue plus général, les principes que nous avons exposés nous semblent parfaitement illustrer les caractéristiques essentielles de la parenté grecque.

29Tout d’abord, nous retrouvons le caractère cognatique du système. La reprise de noms paternels et maternels souligne l’importance des deux lignées dans la vie sociale ; cette alternance est l’une des concrétisations de cette nouvelle unité formée par le mariage. La perpétuation des noms familiaux à la fois par les hommes et par les femmes permet aux donneurs d’épouse, en cas d’absence de descendance masculine, d’intégrer par adoption dans leur lignée un descendant par les filles déjà lié à son grand-père ou à ses proches par le nom qu’il porte. Du point des vues des preneurs d’épouse, le nom porté par les cadets leur donne la possibilité de capter le patrimoine maternel.

  • 42 Bresson 1981, p. 347 ; Bresson 1983, p. 42.
  • 43 Bahloul J., « Noms et prénoms juifs nord-africains », Terrain 4, 1985, p. 69.

30L’alternance des noms, dans son principe, sa pratique effective ou au contraire ses irrégularités, est par ailleurs l’expression d’un rapport de force entre lignées alliées42. Dans la pratique régulière, le nom paternel donné à l’aîné marque l’inflexion patrilinéaire du système, la ligne symboliquement la plus prestigieuse étant ainsi constituée d’aînés reprenant toutes les deux générations le même nom. À cette ligne masculine s’oppose une ligne féminine constituée d’aînées se transmettant de la même manière les noms maternels, mais celle-ci n’a pas d’existence reconnue. La valorisation des paternels, des preneurs, des hommes, peut paradoxalement apparaître renforcée par cette nomination maternelle de l’aînée, dans le sens où cette dernière reçoit donc son nom du côté qui nomme les membres masculins cadets de la famille. Pour reprendre l’heureuse expression de J. Bahloul43, l’aînée est ainsi une « cadette structurale », placée symboliquement dans une position inférieure à celle de l’aîné.

  • 44 Cf. Isée 11 et [Démosthène] 43. Voir Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de (...)

31Dans des circonstances exceptionnelles, les noms maternels peuvent ne pas être repris, de sorte que l’union des deux familles ne sera pas symboliquement perpétuée. L’absence de fils peut par exemple expliquer cette transgression des règles. Dans le cas de la famille des Bousélides, connue grâce à deux plaidoyers athéniens du IVe siècle, Euboulidès II n’a qu’un seul enfant, une fille qu’il a nommée d’après sa propre mère, Phylomachè, et non pas, comme le voudrait la tradition, d’après le nom de la mère de son épouse ; l’épiclère épouse ensuite un parent paternel, et les noms de leurs enfants se rattachent tous évidemment à cette branche paternelle44. De manière générale, lorsqu’un couple donne aux enfants des noms qui proviennent tous de la branche paternelle, cet oubli des maternels donne ainsi un « faciès endogame » à l’union matrimoniale.

32Mais un rapport de force en faveur des maternels, des donneurs, peut modifier la pratique, en valorisant les noms maternels. Toute nomination est l’aboutissement d’une concertation durant laquelle s’affichent les prétentions de chacun :

« Marsyas raconte que Knôpis, un Colchidien, arrivant en Macédoine séjourna chez Karanos. Un fils étant survenu à Karanos qui voulait appeler cet enfant selon son propre père, Kirarôn, sa mère s’y opposa et voulut le nommer selon son propre père. Knôpis interrogé répondit qu’il ne devait recevoir son nom ni de l’un ni de l’autre. C’est pourquoi ils l’appelèrent Koinos (“Commun”). Certains se trompent en l’appelant Kainos (“Nouveau”) » (Marsyas, FGrHist, frgt 14 = Et. Magn. p. 523,39 ; trad. pers.).

  • 45 Cf. Bresson A., op. cit., 1983, p. 42.
  • 46 Phidonide signifie « l’économe », nom bien adapté à la personnalité de Strepsiade, près de ses sous (...)

33Un passage des Nuées d’Aristophane (v. 60-74) 45est sans doute l’exemple le plus clair et le plus amusant des prétentions féminines en cas d’hypogamie manifeste : Strepsiade, un campagnard a épousé une Alcméonide. Lorsqu’il lui naît un fils, il désire l’appeler comme son père, Phidonide, mais celle-ci veut un nom en -hippe, plus prestigieux, plus aristocratique. Un compromis burlesque, Phidippide, est trouvé46.

  • 47 Voir IG II2 6746, 6719, 6722-3, 7400 (et 5434 ?) ; Davies J. K., op. cit., p. 9-22, et les remarque (...)

34Au IVe siècle av. J.-C. l’épitaphe d’une descendante du célèbre Alcibiade révèle une situation peut-être similaire : Hipparétè, fille d’Alcibiade fils d’Alcibiade, a épousé Phanoklès fils d’Andromachos, et leurs fils se nomment Alcibiade et Aristion ; ce second nom n’est attesté dans aucune des familles. Il peut être le nom du grand-père de Phanoklès, mais peut aussi avoir été choisi pour rappeler le passé prestigieux de la famille maternelle du garçon. Quoi qu’il en soit, Aristion lui-même respecte la tradition en donnant le nom de son père à son fils (fig. 3 ci-dessous)47.

  • 48 L’auteur fait ici allusion à la matronymie, mais la situation est semblable ; il s’agit des vers 93 (...)

35Dans l’Électre d’Euripide, l’auteur tragique dénigre à son tour ceux qui se marient au-dessus de leur condition, et dont les enfants sont nommés d’après leur mère48.

36Nous voilà donc dans le domaine de l’alliance.

37L’ancrage symbolique dans une lignée, la relation créée par le nom entre un ascendant et un descendant, permettent tout d’abord une lecture « verticale » des règles de nomination. Transmission, héritage, nous entraînent dans le domaine de la filiation, ainsi d’ailleurs que les rapports conflictuels et concurrentiels entre lignées collatérales.

38Mais la prise en compte des noms maternels souligne au contraire l’importance des rapports d’alliance dans ce processus : l’application des règles qui sont l’expression de la valorisation des preneurs, des paternels, dépend en fait du rapport de force entre preneurs et donneurs. Une hypogamie excessive peut entraîner l’inversion de l’ordre des reprises et favoriser ainsi les noms maternels ; au contraire, une hypergamie manifeste peut entraîner la reprise des seuls noms paternels.

39Les noms doivent-ils également être pris en compte lors de l’analyse du choix des conjoints ? Bernard Vernier répond par l’affirmative à cette question originale :

  • 49 Vernier B., « Fétichisme du nom, échanges affectifs intra-familiaux et affinités électives », Actes (...)

« Nous avons pu montrer qu’à Karpathos, les choix d’objet incestueux sont fortement déterminés par les rapports de domination intra-familiaux et par les caractéristiques spécifiques des structures familiales concernées. Dans cette société à droit d’aînesse où la fille aînée est la seule héritière parmi les filles, et où les cadettes sont condamnées au célibat, les hommes ont plus de chance d’épouser des femmes portant le prénom de leur propre sœur aînée, valorisée par toute la société et leur famille, que d’épouser des femmes portant le prénom de leurs sœurs cadettes. Dans chacun des choix amoureux les plus libres, c’est toute la structure sociale et familiale qui se trouve impliquée49. »

  • 50 Vernier B., 1989, op. cit., p. 10.

40B. Vernier remarque également que les aînés épousent plus fréquemment une femme portant le prénom de leur mère, et les aînées un homme portant celui de leur père50.

  • 51 Vernier B., 1999, op. cit., p. 11.

41Le système de parenté de l’île grecque de Karpathos, située à proximité de Rhodes et de la Crète, se singularisait par « l’existence de lignées masculines et féminines nettement séparées qui avaient pour base économique des patrimoines sexués et indivisibles 51 ». Dans chaque famille, le premier-né des garçons héritait de son père et portait le prénom de son grand-père paternel, la première-née des filles héritait de sa mère et portait le prénom de sa grand-mère maternelle. Les prénoms attribués par la suite aux cadets provenaient alternativement du stock paternel ou maternel. Cette transmission « parallèle » des patrimoines et des prénoms à l’aîné de chaque sexe structurait en fait l’ensemble du système de parenté, et aboutissait à une sorte de « partage » des enfants entre chaque parent.

42Une prise en compte attentive des règles de nomination rend alors possible une analyse plus précise des rapports économiques, symboliques et affectifs entre parents. Le rôle important joué par le prénom d’une personne dans la définition de son identité, de sa position sociale, des héritages qu’il peut légitimement espérer, mais aussi de ses attachements familiaux, est ainsi souligné dans les nombreuses études de B. Vernier.

  • 52 Eumathios, Les amours homonymes, intr. et trad. par Fl. Meunier, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

43Les prénoms peuvent donc être le support de choix d’objet incestueux ou narcissique. Ce dernier cas est le sujet d’un célèbre roman byzantin, précisément intitulé Amours homonymes52.

44Le héros, Hysminias, jeune homme de la ville d’Eurykomis, est envoyé comme héraut en députation sacrée à Aulikomis. Il est hébergé par le riche Sosthénès et son épouse Pantheia, et lors du repas, la fille de Sosthénès, « la vierge Hysminèé », a l’occasion d’aborder son homonyme :

  • 53 Cf. également p. 56 : « Comme le même nom m’unit à toi par hasard, la même coupe m’unit à toi par a (...)

« La jeune fille s’approche de moi et me dit tout doucement :
– Tu reçois ta coupe des mains d’une fille qui a le même nom que toi. Et elle pose son pied sur le mien, en le laissant pendant tout le temps que je bois. Je rougis, et, pardieu, j’en aurais fait un sujet de plaisanterie si je n’avais pas cru que c’était le fait du hasard » (1991, p. 43)53.

45À l’imitation des romans hellénistiques, les deux jeunes gens devront se séparer et subir de nombreuses aventures avant de pouvoir se marier.

  • 54 Voir supra Phila qui épouse un parent éloigné, par ailleurs homonyme de son frère. Parmi les exempl (...)

46Le monde grec antique ne se prête pas aisément, bien sûr, à la vérification de l’hypothèse de B. Vernier, non pas tant d’ailleurs par manque de données que parce que la combinaison des règles de nomination et de mariages fréquents entre parents a pour conséquence évidente un nombre relativement important de mariages avec un ou une homonyme de consanguins54.

  • 55 Bahloul J., op. cit., p. 63 note 8.

47Dans ce type de société, l’interprétation du choix d’un homonyme en tant qu’objet incestueux ne paraît pas cependant convaincante, puisqu’il peut s’agir d’un moyen détourné pour faciliter la perpétuation des noms des ascendants. Comme le remarque J. Bahloul, dans son étude de communautés juives d’Afrique du Nord55, un père abondamment pourvu en filles peut désirer le mariage de l’une d’entre elles avec un homonyme, pour assurer la perpétuation de son propre nom, mais nous restons ici dans le cadre des logiques précédemment évoquées. Tenter, à partir de ces observations, une économie des échanges affectifs paraît très délicat.

48Pour conclure cette étude des règles de nomination, évoquons la famille de Thémistocle, telle qu’elle nous est décrite par Plutarque :

« (1) Thémistocle laissait trois fils qu’il avait eus d’Archippè, fille de Lysandre, du dème d’Alopékè : Archéptolis, Polyeucte et Cléophante. Platon le philosophe fait mention de ce dernier comme d’un excellent cavalier, mais dénué de tout autre mérite. (2) De ses deux fils aînés, l’un, Néoclès, était mort, encore enfant, d’une morsure de cheval, l’autre, Dioclès, avait été adopté par son grand-père Lysandre. Il eut aussi plusieurs filles : Mnésiptoléma, qui lui était née d’un second mariage, fut épousée par son frère Archéptolis, qui n’était pas de la même mère ; Italia fut mariée à Panthoïdès de Chios et Sybaris à l’Athénien Nicomède ; (3) Nicomachè devint, après la mort de son père, la femme de Phrasiclès, neveu de Thémistocle, qui se rendit à Magnésie pour la recevoir de la main de ses frères ; Asia, enfin, la dernière des enfants de Thémistocle, fut élevée par Phrasiclès » (Plutarque, Thémistocle, 32).

  • 56 Voir Davies J. K., op. cit., 212 sq. ; Podlecki A. J., The Life of Themistokles, Montréal, London, (...)

49Thémistocle a donc eu, de différentes épouses, dix enfants (5 fils et 5 filles)56. Ce nombre élevé d’enfants lui a donné une certaine liberté dans le choix des noms (remarquons cependant qu’une connaissance peu étendue des noms des ascendants et des collatéraux limite notre interprétation). Le premier a été nommé, selon la tradition, d’après le propre père de Thémistocle. Le deuxième porte également un nom paternel, avec la racine -clès (kleos, la « renommée », la « gloire » : Neoklès, Thémistoklès, Dioklès, Kléophantos, auxquels nous pouvons ajouter le cousin Phrasiklès). Le nom du troisième fils comporte par contre une racine maternelle, Archè- (le « commandement », le « pouvoir »). Plutarque précise clairement que Néoclès et Dioclès sont les deux fils aînés, mais comme Dioclès porte un nom paternel et qu’il a été adopté par son grand-père maternel, nous pouvons supposer qu’il s’agit d’une erreur : Archéptolis serait en fait le deuxième fils, et étant devenu l’aîné à la mort de Néoclès, ce n’est pas lui qui a été adopté par son grand-père, mais son frère cadet, Dioclès.

50Quoi qu’il en soit, les noms portés par les filles révèlent une plus grande liberté. Certaines portent des noms géographiques (Italia, Sybaris, Asia), qu’on peut s’amuser à mettre en relation avec des épisodes de la vie de leur père ; les autres portent des noms évocateurs de la gloire militaire de leur père : Mnésiptoléma («  souviens-toi de la guerre »), Nicomachè («  victoire au combat »).

  • 57 Dans ce cas le nom d’Archéptolis serait composé d’une racine paternelle et d’une racine maternelle.

51Archéptolis, devenu le fils aîné après la mort ou l’adoption de ses frères, épouse sa demi-sœur Mnésiptoléma, qui semble également l’aînée des filles. Les deux noms présentent une légère ressemblance, même si les racines en fait diffèrent (polis et polemos). Leur attribution est peut-être le résultat d’un jeu sur une racine appartenant au stock paternel -ptol-57 ; ce n’est sans doute pas cependant la similitude de racines qui a justifié ce mariage, mais la position d’aîné des deux conjoints.

  • 58 Selon P. Bicknell («  Athenian politics and genealogy ; some pendants », Historia 23, 1974, p. 160) (...)
  • 59 Phrasiclès pourrait être le fils de Ménon, fils de Néoclès, mentionné sur quelques ostraka, cf. Bic (...)

52Le fait que le nom de Lysandre 58 n’a pas été repris et que les noms donnés par Thémistocle sont des variations de la racine paternelle ou des noms nouveaux, célébrant sa propre gloire, semble attester que Thémistocle faisait peu de cas des familles de ses épouses successives. Les choix matrimoniaux effectués pour deux de ses filles 59 révèlent également une orientation patrilatérale. La famille de Thémistocle est ainsi un bon exemple pour démontrer que souvent l’application des règles de nomination et les choix matrimoniaux obéissent à la même logique (fig. 4 ci-contre). Dans un système caractérisé expressément par sa bilatéralité et son inflexion patrilinéaire, l’application des règles de nomination nous invite donc, comme tant d’autres pratiques grecques, à souligner l’importance indubitable du rapport d’alliance, si déterminant dans la construction des identités individuelles et familiales.

Notes

1 Des présentations rapides des règles et des usages se trouvent dans les dictionnaires et encyclopédies de référence : Smith W., Dictionnary of Greek and Roman Antiquities, London, Walton and Maberly, 18562, s. u. Nomen (Leonhard Schmitz), p. 800 ; Daremberg et Saglio, s. u. Nomen (Ch. Morel) ; Oxford Classical Dictionary (1996), s. u. « names, personal, Greeks » (Elaine Matthews), p. 1022-1023. Deux études d’Alain Bresson sont particulièrement utiles : « Règles de nomination dans la Rhodes antique », DHA 7, 1981, p. 345-362 (citée Bresson 1981) ; « Nomination et règles de droit dans l’Athènes classique », in Sistemi di denominazione nelle societa europee e cicli di sviluppo familiare, Atti del primo seminario degli incontri mediterranei di etnologia, Siena, L’Uomo, 7 (1-2), 1983, p. 39-49 (citée Bresson 1983).

2 Cf. Rudhardt J., « La reconnaissance de la paternité, sa nature et sa portée dans la société athénienne. Sur un discours de Démosthène », MH 19, 1962, p. 58 : reconnaissance et nomination vont de pair à la naissance ; de même, la répudiation s’accompagne d’un retrait et d’une radiation du nom donné à la naissance. Voir également Golden M., « Names and naming at Athens. Three studies », EMC 30, 1986, p. 252-6 ; Gherchanoc Fl., « Le lien filial dans l’Athènes classique : pratiques et acteurs de sa reconnaissance », Mètis 13, 1998, p. 325-330 ; Bonnard J.-B., « Un aspect positif de la puissance paternelle : la fabrication du citoyen », Mètis, n. s. 1, 2003, p. 76-80.

3 Voir par exemple IS., 3.30 ; AR., Oiseaux, 922-923 ; Dem., 39.20 et 22 ; 40. 28-29. Arstt., Histoire des animaux, 7.12. 588a9, place cette cérémonie le septième jour après la naissance. Les sources présentant un certain nombre de divergences, plusieurs chercheurs ont émis l’hypothèse que l’importance et le déroulement des cérémonies pouvaient varier selon la richesse des parents et le sexe de l’enfant, sans oublier de possibles variations régionales.

4 Cf. Eur., El. 653-654 ; Ath., 15. 668d ; Dem., 58. 40.

5 Démosthène 39.39 : les enfants sont nommés par les parents (goneis).

6 Cf. Eur., Égée, fgrt 5 CUF (2 Nauck) : « Quel nom t’a donné ta mère le dixième jour après ta naissance ? » (trad. F. Jouan et H. Van Looy, CUF) ; sur l’usage, par ailleurs, de la matronymie pour les enfants naturels, cf. Bremmer J., « The Importance of the Maternal Uncle and Grandfather in archaic and Classical Greece and Early Byzantium », ZPE 50, 1983, p. 176 avec indications bibliographiques.

7 Hom., Od., 19. 399 sq. ; Apd., 3.72 ; PAUS., 10.26.4. Voir Gernet L., « Fosterage et légende », Mélanges Glotz, t. I, Paris, PUF, 1932, p. 385-395.

8 Voir par exemple Bresson A., op. cit., p. 351 : Damokratès et Xénokratéla ; p. 352 : Aristeus, Aristanax, Aristanassa ; Davies J. K., Athenian Propertied Families 600-300 BC., Oxford, Clarendon Press, 1971, n ° 849 p. 32 : Androklès, Androsthénès, Androtélès, Androkleidès.

9 Le sens des noms n’est pas aléatoire, et peut généralement être mis en rapport avec le statut social, le métier, des particularités de naissance, les positions politiques.

10 Bresson A., op. cit., 1983, p. 44.

11 Cf. Schol. Arstd., III, p. 515 Dindorf : les noms de trois des enfants de Cimon sont donnés « à partir des noms de parents (suggeneia) ».

12 Voir également Eust., Commentaire de l’Iliade, 2.811 sq. ; [DÉM] 43.80 ; IS., 2.36 : « J’ai donné son nom à mon petit garçon pour que ce nom de famille ne disparût point » (trad. P. Roussel, CUF), ou bien encore, dans le monde romain, VERG., Enéide, 6.768 : « et celui qui par son nom te fera revivre (qui te nomine reddet), Silvius Aeneas ».

13 Voir Hombert M., « Une famille nombreuse en Égypte au IIe siècle », in Mélanges Paul Thomas, Recueil de mémoires concernant la philologie classique, Bruges, 1930, p. 440-450 : l’article décrit une famille qui a très scrupuleusement suivi ces règles. Pour Athènes voir essentiellement Dem., 39. 27 et 29 ; 43. 74.

14 Voir par exemple MAMA 10, n ° 287 : Alexandros et Zôtikos ont pour père Alexandros et pour mère Zôtikè ; la fille de Zôtikos se nomme quant à elle Zôtikè, à l’instar de sa grand-mère paternelle.

15 Voir par exemple Plut., Dém., 2.1, le don du nom du frère du père ; DEM., 39. 32 (frère de la mère).

16 Voir néanmoins Cox C. A., The Social and Political Ramifications of Athenian Marriages ca. 600-400 BC, PhD, Duke University, 1983, p. 141-143 et les exemples épigraphiques données par Bresson 1981, ainsi qu’Isée 3.30 et 71 (grand-mère paternelle) ; Eur., Phéniciennes, 55-58 (les deux filles de Jocaste portent, l’une, un nom paternel, l’autre, un nom maternel) ; Papyrus d’Oxyrhynchos, 1800, à propos de Sappho (qui nomma sa fille du nom de sa propre mère) ; Gregoire de Nysse, Vie de Macrine, 2 (grand-mère paternelle). Sur l’omission des noms féminins dans les plaidoyers ou dans les sources littéraires, cf. Schaps D. M., « The woman least mentioned. Etiquette and women’s names », CQ 27, 1977, p. 323-330 ; Sommerstein A. H., « The naming of women in Greek and Roman comedy », Quaderni di Storia 6, 11, 1980, p. 393-418 ; Bremmer J., « Plutarch and the naming of Greek women », AJPh 102, 1981, p. 425-426.

17 Cf. Chamoux F., « Épitaphes de deux sœurs à Cyrène », dans Hellènikon Symmikta. Histoire, archéologie, épigraphie, éd. par P. Goukowsky et Cl. Brixhe = Études d’archéologie classique, VII, Presses universitaires de Nancy, 1991, p. 35-41.

18 Voir par exemple Bean G. E et Mitford T. B., Journeys in rough Cilicia 1964-1968, TAM 3, Wien, 1970, n ° 48 et 68 ; La Souda, s. v. Hippocratès (5 et 6) : Thymbraios a donné le nom d’Hippocrate à ses deux fils, cf. Jouanna J., Hippocrate, Paris, Fayard, 1992, p. 71. Le plaideur de Démosthène 39 affirme qu’une telle pratique n’a pas cours à Athènes (§32 et 40), mais les juges lui ont donné tort.

19 Sur les changements de noms, voir par exemple Dem., 39 et 40 ; IS., 2.41 ; Plut., Sur les oracles de la pythie, 401b ; Naour C., Tyraion en Cabalide : épigraphie et géographie historique, Terra Publishing Co. Zutphen, Holland, 1980, n ° 25 ; Carney E. D., « “What’s in a name ?” The Emergence of a Title for Royal Women in the Hellenistic Period », in Women’s history and ancient history, éd. par S. B. Pomeroy, The Univ. of North Carolina Press, Chapel Hill and London, 1991, p. 159 ; Daremberg et Saglio, op. cit. avec le renvoi à CIG n ° 406.

20 Un exemple amusant est donné par CIC., Discours, V, 66, 148, p. 92 : « Les tables sont retenues par un certain Théomnaste, un fou dont on s’amuse et que les Syracusains surnomment Théoracte [c’est-à-dire frappé de folie par les dieux] : c’est un homme que les enfants poursuivent et dont on se moque dès qu’il se met à parler ».

21 C’est le cas à Athènes à l’époque classique : cf. par exemple Dem., 39. 7 : « Naturellement, la tribu procédera comme dans les autres cas : elle portera “Mantithéos, fils de Mantias, du dème de Thoricos”, qu’il s’agisse de chorégie, de gymnasiarchie, d’organisation des banquets religieux ou de toute autre liturgie » ; voir également Arstt., Constitution d’Athènes, 21.4 : « [Clisthène] rendit concitoyens de dème ceux qui habitaient dans chaque commune [c’est-à-dire dème], ceci pour les empêcher de s’interpeller par le nom de leur père et de dénoncer ainsi les nouveaux citoyens, et pour les faire au contraire appeler d’après leur dème ; de là vient que les Athéniens se nomment encore d’après leur dème » (trad. G. Mathieu, B. Haussoullier, CUF) ; sur la patronymie, Paus., 7. 7, 8 ; Xen., Econ. 7, 3 ; THC., 7. 69.

22 Dem., 39. 9 ; cf. par ailleurs la légende étiologique rapportée par Aug., La cité de Dieu, 18. 9 : « Pour apaiser la colère de ce dieu [Neptune], les Athéniens, suivant le même auteur [Varron], frappèrent les femmes d’une triple déchéance : elles ne durent plus à l’avenir être admises aux suffrages ; nul enfant en naissant ne dut recevoir désormais le nom de sa mère ; enfin, il ne fut plus permis de les appeler “Athéniennes” ».

23 Voir notamment Loraux N., L’Invention d’Athènes, Paris, Payot, 1993 2, p. 37 sq. et particulièrement p. 44.

24 Voir notamment les numéros spéciaux de revues : L’Uomo, 7 (1-2), 1983 ; Burguiere A., Klapisch-Zuber C. et Zonabend F. éd., « Formes de nomination en Europe », L’Homme 20 (4), 1984 ; Terrain 4, 1985.

25 Un ouvrage prosopographique tel que celui de Davies J. K., op. cit., repose en partie sur la prise en compte de l’alternance des noms et de l’existence de « stocks » familiaux. Les diverses reconstitutions de stemmata proposées, en retour, montrent tout l’intérêt d’un tel usage de l’onomastique grecque.

26 Cf. Herman G., « Patterns of name diffusion within the Greek world and beyond », CQ 40, 1990, p. 349-363 : l’auteur donne des exemples de passage d’un nom d’une famille à une autre suite, soit à un mariage, soit à l’établissement de liens d’hospitalité (xenia). D’une manière générale, la reprise des noms maternels renouvelle à chaque mariage le stock familial et exprime d’une certaine manière l’unité des deux familles. Voir également Habicht C., « Athenian citizens with foreign names », PAA 75-2, 2000, p. 435-447.

27 Cf. Bresson A., « Graphes et réseaux de parenté en Grèce ancienne », in Informatique et prosopographie, Table ronde CNRS, Paris, 1984, p. 261-277 ; Cox C. A., « Sisters and daughters and the deme of marriage. A note », JHS 108, 1988, p. 186 note 2.

28 Voir par exemple Thompson W. E., «Tot Atheniensibus idem nome eart… », in Phoros, Tribute to B. D. Merritt, éd. par D. W. Bradeen et M. F. McGregor, Locust Valley, New York, 1974, p. 144-149 ; Habicht Chr., « Notes on Attic prosopography coincidence in father-son pairs of name », Hesperia 59, 1990, p. 459-462.

29 Voir notamment Bourdieu P., Le sens pratique, Paris, éd. de Minuit, 1980, p. 285 sq. Dans le domaine religieux, voir Nagy B., « The Naming of Athenian girls. A case in point », The Classical Journal 74, 1979, p. 360-364.

30 Remarquons que dans les régimes monarchiques, en Macédoine par exemple, et plus encore dans les dynasties hellénistiques, cette reprise incessante des noms ancestraux a pour conséquence l’apparition de « noms royaux » : Antigone, Démétrios, Séleucos, Ptolémée… L’histoire politique hellénistique est sans doute l’illustration la plus parfaite de l’importance de la nomination. Sur les rapports entre filiation et nomination voir également Gernet L., « Droit et prédroit en Grèce ancienne », L’Année sociologique, 3e série, 1948-1949, repris dans Droit et institutions en Grèce antique, Paris, Flammarion, 1982, p. 71-72.

31 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356.

32 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356-358.

33 Bresson A., op. cit., 1981, p. 356 (stemma simplifié).

34 C’est-à-dire le fils du fils du frère du père de sa mère.

35 Humphreys S. C., « Family tombs and tomb-cult in classical Athens : tradition or traditionalism », in The family, women and death. Comparative studies, Routledge & Kegan Paul, London, 1983, p. 109 ; voir également Garland R., « A first catalogue of the Attic peribolos tombs », ABSA 77, 1982, p. 168-169.

36 Cf. SEG 23, 161 + 137-8, 155-158, 160, 166 et SEG 25, 258.

37 Un autre exemple nous est donné par Cox C. A., 1988, op. cit., p. 185 note 2.

38 Cf. Cox C. A., op. cit., 1983, p. 254-5.

39 Cf. Bresson A., op. cit., p. 42.

40 Bresson A., op. cit., 1981, p. 355-356 ; 1983, p. 43-44. Sur les relations entre adoption et nomination, voir également Cox C. A., « The names of the adoptees : some prosopographical afterthoughts », ZPE 107, 1995, p. 249-254.

41 Voir également le §74, dans lequel Sôsithéos expose son propre respect des règles de nomination habituelles, et les §76-77, dans lesquels il critique à nouveau la famille de son adversaire sur ce point : « (76) Et bien ! que peut-on faire de mieux pour rendre déserte la maison d’Hagnias que d’en évincer les plus proches parents alors qu’on est d’une autre maison – de celle de Stratios – ou encore, que de prétendre à l’héritage d’Hagnias comme parent successible, alors qu’on porte un nom étranger non seulement à la maison d’Hagnias, mais à celle de Stratios, son bisaïeul, un nom qui n’est celui d’aucun des nombreux descendants de Bousélos ? (77) Au fait, d’où vient de nom de Macartatos ? Il lui vient du côté de sa mère. C’est au frère de celle-ci, Macartatos, du dème de Prospalta, que mon adversaire a été donné en adoption ; il a d’ailleurs hérité de lui. Et il est si peu attaché à ses devoirs, qu’ayant eu lui-même un fils, il n’a pas pensé à l’installer comme fils adoptif dans la maison d’Hagnias, dont il détient pourtant l’héritage et dont il se dit parent du côté masculin » (trad. L. Gernet, CUF).

42 Bresson 1981, p. 347 ; Bresson 1983, p. 42.

43 Bahloul J., « Noms et prénoms juifs nord-africains », Terrain 4, 1985, p. 69.

44 Cf. Isée 11 et [Démosthène] 43. Voir Bourdieu P., Esquisse d’une théorie de la pratique, précédé de Trois études d’ethnologie kabyle, Genève, Droz, 1972, p. 83.

45 Cf. Bresson A., op. cit., 1983, p. 42.

46 Phidonide signifie « l’économe », nom bien adapté à la personnalité de Strepsiade, près de ses sous ; Phidippide signifie « qui épargne les chevaux ».

47 Voir IG II2 6746, 6719, 6722-3, 7400 (et 5434 ?) ; Davies J. K., op. cit., p. 9-22, et les remarques de Humphreys S. C., op. cit., p. 117. D’un point de vue général, voir Bahloul J., op. cit., p. 69.

48 L’auteur fait ici allusion à la matronymie, mais la situation est semblable ; il s’agit des vers 930 sq. : « Les Argiens parlant de vous disaient toujours “l’époux de Clytemnestre”, non “la femme d’Egisthe”. Il est pourtant honteux que dans une maison ce soit la femme qui commande ; et je déteste qu’on nomme des enfants d’après leur mère, et non d’après leur géniteur. L’homme qui prend plus haut que soi une épouse au grand nom ne compte plus pour rien : on ne parle que de la femme » (trad. M. Delcourt, Gallimard).

49 Vernier B., « Fétichisme du nom, échanges affectifs intra-familiaux et affinités électives », Actes de la recherche en sciences sociales, 78, 1989, p. 3 ; du même auteur, voir également La genèse sociale des sentiments. Aînés et cadets dans l’île grecque de Karpathos, Recherches d’histoire et de sciences sociales 50, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1991, p. 276 sq., ainsi que Le visage et le nom. Contribution à l’étude des systèmes de parenté, Paris, PUF, 1999.

50 Vernier B., 1989, op. cit., p. 10.

51 Vernier B., 1999, op. cit., p. 11.

52 Eumathios, Les amours homonymes, intr. et trad. par Fl. Meunier, Paris, Les Belles Lettres, 1991.

53 Cf. également p. 56 : « Comme le même nom m’unit à toi par hasard, la même coupe m’unit à toi par amour ».

54 Voir supra Phila qui épouse un parent éloigné, par ailleurs homonyme de son frère. Parmi les exemples que nous avons pu relever, citons simplement TAM 19 n ° 234, où la mère et l’épouse portent le même nom.

55 Bahloul J., op. cit., p. 63 note 8.

56 Voir Davies J. K., op. cit., 212 sq. ; Podlecki A. J., The Life of Themistokles, Montréal, London, 1975 ; Bicknell P., « Themistokles’father and mother », Historia 31, 1982, p. 161-173 ; Cox C. A., op. cit., 1983, p. 133 sq., 181-182 et 205 sq. ; Cox C. A., Household Interests. Property, marriage strategies and family dynamics in Ancient Athens, Princeton, Princeton Univ. Press, 1998, p. 216-219.

57 Dans ce cas le nom d’Archéptolis serait composé d’une racine paternelle et d’une racine maternelle.

58 Selon P. Bicknell («  Athenian politics and genealogy ; some pendants », Historia 23, 1974, p. 160), ce Lysandre serait l’oncle du fameux Aristide, adversaire politique de Thémistocle ; l’adoption de Dioclès montre que les liens entre les deux familles étaient maintenus.

59 Phrasiclès pourrait être le fils de Ménon, fils de Néoclès, mentionné sur quelques ostraka, cf. Bicknell P., op. cit., 1982, p. 171-172.

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540