Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures et expressions du pouvoir dans l'Antiquité

 | 
Thierry Piel

Avant-propos

Thierry Piel

Texte intégral

1C’est avec un grand plaisir qu’il m’est permis d’écrire ces quelques lignes introductives à un nouveau numéro garanti 100 % histoire ancienne de notre périodique Enquêtes et Documents, ce qui de mémoire d’enseignant n’a pu dû arriver souvent. Je me dois donc de remercier tout d’abord ceux qui ont permis que ce projet puisse aboutir, Jean-Pierre Bois et Michel Catala, successivement directeurs du CRHIA, et à travers eux les membres dudit laboratoire de recherche qui ont bien voulu que s’expriment les temps les plus lointains de l’histoire à travers les plumes d’enseignants-chercheurs et d’étudiants confirmés de Nantes et d’ailleurs. À l’aube d’une nouvelle étape pour un CRHIA qui va intégrer pleinement et naturellement l’ensemble des antiquistes de notre UFR, ce recueil d’articles, consacré aux mondes grec et romain et à quelques-unes de leurs périphéries, veut être le modeste avant-courrier de fructueuses collaborations « transpériodiques ».

2Il y a dix ans de cela, Jean-René Jannot, professeur d’histoire ancienne au sein de l’université de Nantes prenait une retraite bien méritée. Il faut dire que notre collègue, que beaucoup d’entre vous ont connu dans l’exercice de ses fonctions, a entretenu une longue relation scientifique et pédagogique avec l’université de Nantes en général et la Censive du Tertre en particulier. L’auteur de ces lignes l’a connu, alors qu’il était tout jeune étudiant, au tout début des années 80, peu de temps avant la victoire de Sylla sur les Marianistes. Je me suis même laissé dire que Jean-René Jannot n’aurait pas été pour rien dans la décision du pape Pie II d’octroyer un studium generale à Nantes. Il est vrai qu’Enea Silvio Piccolomini était natif de Corsignano, petite pieve toscane située en pleine terre étrusque.

3Quoi qu’il en soit Jean-René Jannot est très justement associé à cette histoire ancienne dont il assura la diffusion des années durant auprès des étudiants, suscitant pour quelques-uns une vocation qui les conduisit à épouser ces civilisations antiques à la fois familières et exotiques. Comme chacun le sait Jean-René Jannot est un grand spécialiste des Étrusques, peuple peu bavard faute d’écrits mais généreux par les nombreux objets et images qu’ils nous ont laissés. Ce n’est donc certainement pas par hasard si notre collègue fut l’un des pères fondateurs d’un enseignement en histoire de l’art et archéologie devenu aujourd’hui un département à part entière.

4Pourtant ce n’est pas l’étruscologie qui réunit les huit auteurs de ce numéro d’Enquêtes et Documents mais plus simplement la convivialité d’enseignants et d’étudiants liés, d’une manière ou d’une autre, à la sous-section d’histoire ancienne nantaise, et heureux de dire leur reconnaissance au savant, au maître, au collègue, à l’ami, en souvenir des cours théâtraux, des vagabondages romains et des symposiaques séminaires de la rue Gresset. Dans cette commedia dell’arte quatre figures se détachent : des commensaux (Jean Peyras, Hervé Inglebert, Isabelle Pimouguet-Pédarros), des diadoques (Frédéric Hurlet, Jérôme Wilgaux), des épigones (Cécile Chauviré, Simon Guinebaud) et un disciple (Thierry Piel). C’est donc en toute sympathie et en signe de gratitude que nous offrons et dédions ces quelques écrits à Jean-René Jannot, Grand Zilath de la Dodécapole étruscocéane vannetaise.

5Chaque auteur ayant sa spécialité, il était impossible de fixer une problématique commune. C’est pourquoi nous optâmes pour une thématique suffisamment large de manière à ce que chacun puisse y trouver sa juste place : « Figures et expressions du pouvoir dans l’Antiquité ». Les champs les plus divers de ces expressions du pouvoir sont explorés : politique, militaire, social, économique et culturel. Au gré des articles vous croiserez des hommes de pouvoir qu’il s’agisse de tyrans grecs, de dynastes anatoliens, de puissantes familles sénatoriales ou de l’empereur de Rome lui-même, mais également divers agents du pouvoir parmi lesquels figurent des arpenteurs, des conseillers militaires et de nombreux combattants réguliers ou mercenaires enfin, pour compléter le tout, quelques ambassadeurs et hommes de plume. Petit clin d’œil aux contrées transmaritimes chères à quelques collègues modernistes et contemporainistes, les espaces parcourus par ces contributions conduiront le lecteur du détroit de Gibraltar à la mer de Chine.

6Merci aux collègues et étudiants qui ont accepté de contribuer à cet hommage. Bonne lecture à tous et longue vie aux études anciennes.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25871/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540