Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La médecine vétérinaire antique

 | 
Marie-Thérèse Cam

Deuxième partie. Traditions et transmission des savoirs et savoir-faire

Témoignages papyrologiques sur la médecine vétérinaire dans l’Égypte gréco-romaine et byzantine1

Marie-Hélène Marganne

Texte intégral

Le statut privilégié des animaux en Égypte

  • 1 Dans le texte et les notes, l’abréviation MP3 ou Mertens-Pack3 désigne la 3e édition, commencée so (...)
  • 2 Ph. Germond et J. Livet (iconogr.), Bestiaire égyptien, Paris, Citadelles et Mazenod, 2001, p. 7.
  • 3 Ph. Germond, op. cit., p. 9 ; P. Koemoth, « L’art naturaliste en Égypte pharaonique. Aspects icono (...)
  • 4 F. Dunand et r. Lichtenberg, Momies d’égypte et d’ailleurs. La mort refusée, Condé-sur-Noireau, Éd (...)

1« De toutes les civilisations antiques, la civilisation égyptienne est celle qui a entretenu la relation la plus importante avec le monde animal », écrit Philippe Germond dans son Bestiaire égyptien merveilleusement illustré2, où il montre « la place essentielle occupée par l’animal dans les domaines les plus importants de la civilisation égyptienne, profanes ou sacrés3 ». De fait, pour les Égyptiens, contrairement aux Grecs, il ne semble pas exister une différence fondamentale entre les animaux et les hommes, qui ont été créés à égalité et sans hiérarchie par le démiurge4. Point n’est besoin ici de rappeler l’étonnement d’Hérodote visitant l’Égypte vers le milieu du ve siècle avant notre ère, face aux animaux sacrés de ce pays (Histoires, II, 65-77).

  • 5 Sur le papyrus vétérinaire de Kahun, voir la synthèse de W. Westendorf, Handbuch der altägyptische (...)
  • 6 P. Ghalioungui, The physicians of pharaonic egypt, Cairo, Al-Ahram Center for Scientific Translati (...)

2Si donc les animaux jouirent toujours d’un statut privilégié en Égypte, on peut en inférer que la médecine vétérinaire dut également y jouer un rôle non négligeable. Existait-il une médecine vétérinaire et des vétérinaires dans l’Égypte pharaonique ? Il est bien difficile de répondre à ces questions à propos desquelles les avis des spécialistes sont partagés. Sans doute invoquera-t-on le papyrus vétérinaire de Kahun, trouvé en 1889 par Flinders Petrie dans une ville en ruine qu’il désigna sous le nom de Kahun et qui est en fait Illahun, à l’est de la dépression du Fayoum. Conservé à Londres, University College, ce papyrus très fragmentaire, qui mesure 80 cm de long sur 14,5 cm de haut, est écrit au recto en hiéroglyphes cursifs. C’est un unicum en égyptologie, en raison de son ancienneté, – il remonte au Moyen Empire, XIIe Dynastie, vers 1900 avant notre ère –, de son contenu et de son style, sans parallèle connu jusqu’ici. Construit sur le même modèle que les catalogues de cas de la médecine humaine, ce texte évoque l’examen d’une oie, d’un poisson et d’un taureau. S’agit-il en définitive d’un livre de médecine vétérinaire ou d’un rituel concernant le soin des animaux intervenant dans le culte, soit comme représentants de la divinité, soit comme offrandes5 ? Si les témoignages écrits et figurés attestent que les Égyptiens prodiguèrent des soins aux animaux dès l’apparition de l’élevage, il n’est pas sûr que la médecine vétérinaire y fut individualisée avant une époque assez tardive. Pour la période pharaonique, le regretté Paul Ghalioungui a évoqué le rôle des paysans qui nourrissent les animaux, les soignent et les aident à mettre bas, celui du scribe, qui est aussi médecin (SWNW), pour inspecter et comptabiliser le bétail, et celui du médecin, qui peut (ou doit) être en même temps prêtre, éventuellement de Sekhmet, dans la surveillance du bétail et l’inspection de la viande, spécialement pour s’assurer de la pureté rituelle de celle-ci lors des sacrifices6.

  • 7 À ce sujet, voir C. Gorteman, « Sollicitude et amour pour les animaux dans l’Égypte gréco-romaine  (...)
  • 8 Ainsi doit-on revoir dans un sens plus optimiste la remarque de N. Lewis, La mémoire des sables. L (...)

3La situation va changer aux périodes gréco-romaine et byzantine, pour lesquelles on dispose d’un certain nombre de témoignages papyrologiques qui, à côté de documents sur la sollicitude et l’amour envers les animaux7, – non étudiés ici –, fournissent des informations de première main sur les hippiatres (ἱππιατрοί, substantif grec signifiant, au sens restreint, « médecins des chevaux » et, au sens large, « vétérinaires ») et sur leur discipline8. Remarquons d’emblée que ces textes, que nous allons passer brièvement en revue, posent parfois de délicats problèmes d’identification, d’attribution, de déchiffrement, de datation ou d’interprétation.

L’Égypte gréco-romaine et byzantine

4Les papyrus grecs ont été retrouvés par dizaines de milliers en Égypte, où le climat sec et chaud a assuré leur conservation. Ils datent, grosso modo, des ive-iiie siècles avant notre ère aux viie-viiie siècles de notre ère, c’est-à-dire de la période qui s’étend de l’installation en Égypte de nombreux Grecs, suite à l’annexion de ce pays par Alexandre le Grand, en 332 avant notre ère, jusqu’à la conquête arabe, en 641 de notre ère. Parmi ces pièces, on distingue deux grandes catégories : les papyrus documentaires (des dizaines de milliers de témoignages de la vie publique et privée : décrets officiels, actes de vente, contrats, lettres privées, inventaires, etc.) et les papyrus littéraires (restes de livres, de brouillons, d’exercices scolaires, etc.), dont près de 7 000 unités ont été répertoriées à ce jour dans leur catalogue en ligne accessible sur le site du CEDOPAL de l’Université de Liège (http ://www.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal).

5Notons qu’aujourd’hui encore, on découvre plus de papyrus et plus rapidement que ne peuvent en déchiffrer et éditer les papyrologues de par le monde. Chaque année apporte sa moisson de nouvelles éditions, identifications, commentaires, sans parler des progrès en paléographie, codicologie et technologie (imagerie multispectrale, digitalisation, etc.), en sorte qu’il faut se livrer à un recadrage constant des données.

Les papyrus littéraires

6Si, lors d’une requête sur la base de données du CEDOPAL, on y cherche le mot « vétérinaire », on trouvera les deux notices suivantes :

787.03 Anatolius (<Berytus) ( ?), Fragment vétérinaire cité dans Geoponica XVII

88 et 22-23

9P. Vindob. inv. G 40302 < 503 >

10Ed. A. Papathomas, WS 113 (2000) 135-151 VI/VII écrit → (palimpseste, script. sup. ; script. inf. : doc.) et ↓

11Dim. : 14 x 9 Reprod. : éd., p. 144

122400 (fortasse delendum : cfr ed. Alt.)

13Prescription vétérinaire (ed. pr.) ou médicale ou liste de produits alimentaires et d’ustensiles d’usage domestique (ed. Alt.) < 204 >

14P. Iand. 5.86 (inv. 695)

15Ed. Alt. : G. Azzarello, Testi medici su papiro (Florence, 2004) 251-256

16Acquis à Medinet el-Fayoum ; Arsinoïte, archive de Zénon ? (Azzarello) III (ed. pr. ; III/IIaEd. Alt.) → (↓ traces d’écriture Ed. pr. ; petites taches d’encre Ed. Alt.)

17Dim. : 6.3 x 7

18Bibl. : H.G. Gundel, KB 12 (1962), n° 30, 19 (1965) 1-8, et 30 (1971), n° 35 ; Pr. med. 96 ; Marganne 96 ; Andorlini 162

19Reprod. : KB 19 (1965) 5 ; Ed. Alt., pl. XIVb

20Photographie à Liège.

P. Vindob. inv. G 40302 (= MP3 87.03) : fragment d’Anatolius de Beyrouth ?

  • 9 A. Papathomas, « Das erste antike Zeugnis für die veterinärmedizinische Exzerptensammlung des Anat (...)

21Le papyrus a été édité en 2000 par Amphilochios Papathomas9. De provenance inconnue, il mesure 14 cm de large sur 9 cm de haut. Daté paléographiquement du vie ou, au plus tard, du viie siècle, il est écrit au recto et au verso par des mains différentes. Le recto qui, de plus, est palimpseste (la scriptio inferior semble appartenir à un document), porte la partie droite d’une colonne de 12 lignes qui correspond, dans le livre XVII des Géoponiques, à l’intégralité du chapitre 8 consacré à l’élevage des veaux (πεрὶ τῆς τῶν μόσχων ἀνατрοϕῆς). Il y est question de l’alimentation des vaches qui allaitent, de la castration des veaux de deux ans et du traitement de la plaie qui s’ensuit. Alors que, dans la tradition manuscrite, le chapitre est attribué à Didymos (Διδύμου, vie siècle ?), son nom n’apparaît pas dans le papyrus, qui atteste par ailleurs quelques variantes orthographiques et autres par rapport à celle-ci. Quant au verso, il conserve les restes de 2 colonnes (col. I :10 lignes ;col. II :1ligne)écrites par une autre main, plus exercée que celle du recto. Les deux premières lignes de la col. i contiennent la fin du chapitre 22 du livre XVII des Géoponiques, qui donne une recette d’emplâtre à base de sels fins et de poix liquide pour traiter les ulcères purulents des bœufs (πεрὶ ἐμπυϊĸῶν), tandis que les lignes suivantes contiennent le début du chapitre 23, précédé de son titre, – « De la claudication » (Πεрὶ χωλείας) –, qui, ici non plus, n’est pas accompagné du nom d’auteur attesté par la tradition manuscrite, Florentinos (Фλωрεντίνου, première moitié du iiie siècle). Un trait de fin de ligne tracé après le dernier mot du chapitre 22 et un long trait horizontal séparant le titre du reste de la col. i manifestent un effort de mise en page. De la col. II, il ne reste que la partie gauche d’une ligne où l’on déchiffre deux mots appartenant à la fin du chapitre 23. Cette ligne est suivie aussi d’un long trait horizontal confirmant que l’on a affaire à la fin d’un chapitre ou d’une section.

  • 10 Identifiant le papyrus de Vienne comme un fragment de volumen, A. Papathomas, op. cit., p. 139, n. (...)
  • 11 Sur Anatolius de Beyrouth, dont Photios, Bibl., cod. 163 (II, p. 134-135 dans l’édition de R. Henr (...)

22L’édition du papyrus vétérinaire par A. Papathomas appelle deux remarques. Premièrement, faut-il, comme lui, considérer ce papyrus de Vienne comme un fragment de rouleau10, – forme de livre pourtant rarissime aux vie-viie siècles –, rouleau qu’il tente de reconstituer et qui aurait contenu, réparti sur une longueur d’un mètre, au recto et au verso (rouleau opisthographe), tout le livre XVII des Géoponiques, ou plutôt de son lointain archétype ? Ne s’agit-il pas plutôt d’un coupon de papyrus où deux personnes différentes auraient copié des extraits d’une utilité immédiate ? Deuxièmement, faut-il, comme l’éditeur, attribuer le texte à Anatolius de Beyrouth, comme le font E. Oder et C. Hoppe dans leur édition du Corpus Hippiatricorum Graecorum (Leipzig, Teubner, 1927) ? De fait, en appendice à celle-ci, ils ont ajouté des extraits de l’Histoire des animaux d’Aristote, les livres XVI et XVII des Géoponiques et d’autres textes qui se rapportent à l’art vétérinaire, mais qui n’ont pas été intégrés à la collection hippiatrique compilée (ou remaniée), au xe siècle, à l’époque de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (905 [913]-959). Or, dans leur édition, Oder et Hoppe intitulent le livre XVI des Géoponiques « Anatoli de equis » (p. 325-330), et le livre XVII, « Anatoli de bubus » (p. 330-336). Même si l’on sait que Cassianus Bassus (activité vers le vie siècle) s’est beaucoup inspiré du recueil des pratiques agricoles (∑υναγωγὴ γεωрγιĸῶν ἐπιτηδευμάτων) d’Anatolius de Beyrouth (c. ive ou ve siècle) pour rédiger son recueil (Πεрὶ γεωрγίας ἐĸλογαί), qui a lui-même été utilisé au xe siècle pour les Géoponiques, il nous paraît quelque peu hasardeux d’attribuer sans réserve le texte du papyrus à Anatolius11.

P. Iand. 5.86 (= MP3 2400) : prescription vétérinaire, ou médicale, ou texte documentaire ?

  • 12 G. Azzarello, « PIand V 86 : papiro veterinario o culinario », dans i. Andorlini (a cura di), test (...)

23Considéré jusqu’il y a peu comme une prescription vétérinaire, ce papyrus conservé à Giessen a maintenant toutes les chances, après un nouvel examen et sa réédition par G. Azzarello12, de quitter le domaine médical et même littéraire, pour rejoindre les listes de produits alimentaires et d’ustensiles d’usage domestique attestées dans les papyrus documentaires. En effet, son identification comme fragment vétérinaire reposait essentiellement sur le déchiffrement et la restitution du substantif pluriel ĸ]τήνη, « les bestiaux, le bétail », à la dernière ligne. Or, l’autopsie du papyrus révèle qu’il ne manque aucune lettre avant τ et que la lettre déchiffrée comme un ν par le premier éditeur pourrait bien être un μ. Il s’agirait donc du mot τημη qui équivaut à τιμή (iotacisme), le prix.

24D’autres papyrus littéraires donnent encore des renseignements intéressants sur la médecine ou la pratique vétérinaire au sens large.

PSI inv. 3011 (= MP3 2388) : matière médicale

  • 13 PSI inv. 3011 a été édité par G.A. Gerhard, « Da papiri della Società Italiana. Frammento medico s (...)
  • 14 Pour l’identification des passages parallèles de Dioscoride, voir notre article « Nouvelles perspe (...)

25Pour son éditeur G.A. Gerhard13, le papyrus était relatif, au moins aux lignes 7-16, à l’efficacité de l’asphalte liquide dans le traitement de certaines maladies, comme la gale des quadrupèdes. Étant donné que l’asphalte et le ricin, qu’il croit attesté à la ligne 17 (en fait, le mot ĸрοτών désigne ici une tique et non le ricin), sont recommandés contre la rage canine, il en infère que le fragment tout entier est consacré à la médecine vétérinaire. La révision de ce papyrus, dont nous préparons la réédition14, a permis non seulement de repérer, dans la Matière médicale de Dioscoride, des passages parallèles, grâce auxquels la lecture, la restitution et la compréhension du texte ont pu être améliorées, mais aussi d’identifier récemment un fragment appartenant très probablement à Antoninos de Cos.

  • 15 Antoninos de Cos Ap. Ascl. Ap. Gal., De antidotis, II, 11 (XIV, 168, 11 – 169, 1 Kühn) et probable (...)

26Conservé à l’Istituto Papirologico « G. Vitelli » de Florence, ce papyrus daté du iiie siècle de notre ère et de provenance inconnue conserve les restes de 31 lignes, dont les 6 premières correspondent à la fin d’une introduction, banale en médecine et commune à toutes les sectes (comparer notamment Damocrate Ap. Gal., De compos. medic. sec. gen., VI, 17 = XIII, 945, 6-7 et 13 Kühn ;Thessalos Ap. Gal., Méthode thérapeutique, I, 2 = p. 16 dans l’édition de D. Querleu, J. Boulogne et A. Gérard, stemma 2, 1, Lille, 1992 ; ps.-Gal., De optima secta ad thrasybulum, VII = I, 118, 11-12 K.). La suite rassemble les opinions de quatre autorités médicales au sujet de produits différents, que l’on retrouve, sans nom d’auteur cependant, dans la Matière médicale, I, 73-81 de Dioscoride : celle de Nicératos d’Athènes (activité au début de notre ère) à propos de l’asphalte liquide, celle d’Antoninos de Cos (dont on possède par ailleurs des fragments conservés par Galien, Aetius d’Amida et dans le Corpus Hippiatricorum Graecorum)15 à propos de l’usage vétérinaire de la cédria, résine extraite du grand genévrier ou cèdre-sapin, Juniperus excelsa MB., celle d’un Thessalien, dont le nom est perdu, au sujet du platane et celle d’un Milésien, dont le nom est également perdu, au sujet du peuplier blanc. Voici la traduction du seul passage vétérinaire du papyrus de Florence :

  1. « Antoninos de Cos dit que
  2. la cédria, en onction vigoureuse
  3. soigne les gales sur les quadrupèdes,
  4. les chiens et les bœufs,
  5. qu’elle détruit les tiques
  6. sur eux
  7. et cicatrise les ulcérations
  8. qui se produisent
  9. à (lacune). »

P. Lit. Lond. 164 (inv. 2242 = MP3 157.2) : fragment d’Aristophane de Byzance, De animalibus

  • 16 H. J. M. Milne, « A New Fragment of Theophrastus », cr 36 (1922), p. 66-67 ; catalogue of the lite (...)
  • 17 O. Regenbogen, art. « Theophrastos », dans re, Suppl. VII (1940), col. 1430. Le papyrus a été rééd (...)
  • 18 S. P. Lambros, Excerptorum constantini de natura animalium libri duo. Aristophanis Historiae anima (...)
  • 19 F. Montanari [- T. Heinze trad.], art. « Aristophanes » (4. von Byzanz), dans Der neue pauly, 1 (1 (...)

27Conservé à la British Library de Londres, ce fragment de rouleau de provenance inconnue a été daté paléographiquement des iie-iiie siècles de notre ère. Il porte, au recto, les restes de deux colonnes qui contiennent un résumé de deux passages de l’Histoire des animaux d’Aristote sur les chiens, leur reproduction (VI, 19, 574a 16 – b 30) et les trois maladies dont ils souffrent (VIII, 22, 604 a 4-6), àsavoir l’angine (ĸυνάγχη), la rage (λύσσα) et la goutte (ποδάγрα). Après avoir été attribué avec des réserves à Théophraste lors de son édition16 dans les années 1920, le texte a finalement été identifié par O. Regenbogen17 comme un passage du Πεрὶ ζῴων d’Aristophane de Byzance (c. 257-180 avant notre ère) conservé aux paragraphes 169-177 du 2e livre de la syllogè byzantine sur les animaux réalisée également au xe siècle sous l’empereur Constantin VII Porphyrogénète18. Appartenant à la fois à l’histoire naturelle et à la médecine vétérinaire, ce papyrus apporte donc un témoignage important non seulement sur une des œuvres perdues d’Aristophane de Byzance qui, à la suite de son maître Ératosthène, dirigea la célèbre Bibliothèque d’Alexandrie au début du iie siècle avant notre ère19, sur sa méthode de travail en tant que compilateur d’Aristote et, corollairement, sur celle de son propre compilateur au xe siècle, mais aussi sur l’intérêt suscité par son œuvre et par la zoologie ou l’art vétérinaire dans l’Égypte romaine.

P. Collections privées (= MP3 168.02) : papyrus illustré

  • 20 Voir M.-H. Marganne et n. Istasse, « Livres de médecine illustrés dans l’Égypte gréco-romaine », M (...)
  • 21 K. Weitzmann, Ancient Book illumination, Cambridge (Mass.), 1959, p. 22 et n. 71 ; A.-M. Doyen-Hig (...)

28Avant d’examiner les papyrus documentaires, on terminera ce tour d’horizon des papyrus littéraires par un témoignage papyrologique extraordinaire, puisqu’il porte des représentations d’animaux, parfois accompagnées de leur nom. Pourquoi mentionner ici ce papyrus ? Parce qu’il est une pièce importante à verser au dossier des livres de médecine vétérinaire illustrés20. N’oublions pas qu’il y a des illustrations d’origine apparemment antique dans plusieurs manuscrits de Nicandre de Colophon qui a écrit, au iie siècle avant notre ère, deux épopées didactiques intitulées theriaca (sur les animaux venimeux, leurs morsures et les remèdes appropriés) et Alexipharmaca (c’est-à-dire les Antidotes ou contrepoisons). Or, d’après Tertullien (début du iiie siècle de notre ère), qui, à tout le moins, devait avoir eu entre les mains des exemplaires illustrés de ces ouvrages, « Nicandre écrit et peint » (scorp. 1 : nicander scribit et pingit). D’autre part, plusieurs manuscrits de médecine vétérinaire, tardifs il est vrai, portent également des illustrations21.

  • 22 C. Gallazzi et B. Kramer, « Artemidor im Zeichensaal. Eine Papyrusrolle mit Text, Landkarte und Sk (...)
  • 23 Id., p. 191.

29Ce papyrus récemment porté à la connaissance de la communauté scientifique par C. Gallazzi et B. Kramer22, présente des dessins, ou, mieux, des études de têtes humaines et de parties du corps, à côté d’autres représentations, telle une carte de géographie et des animaux de toutes sortes : oiseaux, mammifères, amphibiens, poissons, et même des animaux fabuleux. D’après les deux papyrologues, le papyrus, qui appartient à une collection privée et est encore en très grande partie inédit, comprend plusieurs fragments d’un volumen, qui, à l’origine devait mesurer au moins 2,5 m de long sur 32,5 cm de haut. Originellement destiné à un traité de géographie illustré – en fait, le livre II de la Géographie d’Artémidore d’Éphèse (activité vers la fin du iie-début du ier siècle avant notre ère) –, il aurait été réutilisé ensuite à plusieurs reprises entre le ier siècle avant notre ère et le ier siècle de notre ère, afin de fournir des modèles de dessins scientifiques et artistiques à un atelier de peintres ou d’illustrateurs. S’il a été retrouvé à Antaeopolis, dans le nord de la Haute-Égypte, ajoutent C. Gallazzi et B. Kramer, il pourrait avoir été confectionné ailleurs, à Alexandrie par exemple, d’où son propriétaire l’aurait apporté là où on l’a découvert23.

Les papyrus documentaires

30Bien plus nombreux que les papyrus littéraires, les papyrus documentaires donnent une foule d’informations sur le genre de vie, l’état sanitaire, l’alimentation, l’hygiène, les accidents, maladies et épidémies des autochtones, ainsi que sur la démographie, l’organisation de la médecine et l’activité vétérinaire. Pour ce dernier domaine, on dispose des études suivantes :

  • quelques pages de la monographie de K. Sudhoff, Ärztliches aus griechischen papyrus-urkunden (studien zur Geschichte der Medizin, Heft 5/6, Leipzig, 1909, p. 272-275), qui répertorie 4 papyrus (P. Petrie 2.25 ; P. Oxy. 1.145 ; P. Hibeh 1.45 ; P. Genève 1.42) ;
  • l’article d’O. Nanetti intitulé ῾Іππιατpoί, paru dans Aegyptus, 22 (1942), p. 49-54, qui mentionne 4 papyrus supplémentaires (P. Oxy. 1.92 ; P. Ross. Georg. 5.60 ; P. Lips. 1.101 ; P. Oxy. 16.1974) ;
  • une mise à jour des occurrences à l’occasion de l’édition du P. Oxy. 61.4132, en 1995, par T. Gagos, qui ajoute à la liste 8 papyrus ou ostraca (o. Florida 15 ; Amst. inv. 8 ; cpr 7.38 ; o. Ashm. shelton 83, 131 et 144 ; Psi 8.955 ; P. Oxy. 61.4132)24.

31Soit un total de 16 documents, auxquels il faut aujourd’hui retrancher une unité (le déchiffrement de ἱπιατрός [sic] n’est plus du tout assuré dans la nouvelle édition du P. Genève 1.42, ligne 35) et en ajouter deux nouvelles : P. Vindob. inv. G 21737 et P. Laur. inv. III/376.

32Ces 17 papyrus et ostraca documentaires qui attestent une activité ou des soins vétérinaires datent du milieu du iiie siècle avant notre ère à 619 de notre ère. Si, dans 4 cas, la provenance est inconnue, 8 ont été retrouvés à Oxyrhynque, 2 à Hermopolis, 1 à Hibeh et peut-être 1 à Edfou et 1 dans l’Arsinoïte. Ces textes sont de nature variée :

  • commerciale, avec des comptes (paiement en argent ou en nature d’un vétérinaire : 13 cas) et une déclaration de propriété ;
  • officielle, avec une perception de taxes et de redevances en nature ;
  • administrative, avec une liste de professions ;
  • privée, avec une lettre.
  • 25 Voir notamment J. C. Wilmanns, Der sanitätsdienst im römischen reich, Hildesheim, Olms-Weidmann, 1 (...)

33Les vétérinaires y portent des noms comme Amesystos, Isidôros, Antinoos, Pamouthios, Quintos, Sambathios, Thônios, Aurelios Epiphanios, et y apparaissent parfois en compagnie d’autres professionnels : médecins, âniers, chevriers, pasteurs, chameliers, cochers, palefreniers, etc. Si, comme l’a écrit O. Nanetti dans son article cité ci-dessus, les noms du vétérinaire, en grec (ἱππιατрός) comme en latin (mulomedicus, medicus ueterinarius, Equarius, iumentarius), montrent que leur fonction consiste essentiellement à traiter des animaux de trait, de bât ou de selle, tandis que les soins aux autres animaux domestiques relèvent plutôt de la connaissance générale des agriculteurs et éleveurs, les papyrus documentaires répertoriés ici, joints à l’un ou l’autre témoignage épigraphique25, lient plus précisément leur activité :

  • aux grands domaines agricoles ;
  • à l’armée ;
  • et aux courses de chevaux qui avaient lieu tant dans la capitale Alexandrie que dans les villes de province. Parmi les pièces remarquables, citons, par ordre chronologique :
  • P. Hibeh 1.45 (257 avant notre ère), lettre officielle à un subordonné à propos des revenus du blé, du transport du grain et de diverses taxes, qui, à la ligne 21, attesterait le mot ἱππιατрιĸόν, taxe « vétérinaire » établie sur le modèle du ἰατрιĸόν, cet impôt en nature levé à la période ptolémaïque (iiie-iie siècles avant notre ère) pour payer le médecin officiel26 ; notons cependant que la lecture des trois premières lettres du mot est incertaine ;
  • P. Petrie 2.25 (226 avant notre ère), compte d’un cocher présenté au patron pour, entre autres, le bain et la saignée d’un cheval « dérangé » ;
  • P. Laur. inv. III/376 (ive siècle de notre ère), qui, dans une liste de paiements à diverses personnes, atteste, pour la première fois, le substantif ὀνοϊατрός (verso, ligne 3), – c’est-à-dire « médecin des ânes » –, alors que, jusqu’ici, on ne connaissait, pour désigner le vétérinaire, que le terme ἱππιατрός, souvent orthographié ὀνοϊατрός dans les papyrus documentaires 
  • P. Oxy. 1.145 (552 de notre ère), quittance d’un banquier pour une préparation d’onguent (μάλαγμα destinée aux chevaux du cirque du parti des Verts.
  • 27 Le papyrus aux auriges a été édité par S.J. Gasiorowski, « A Fragment of a Greek Illustrated Papyr (...)

34Un fragment de codex en papyrus provenant d’Antinoé (P. Ant. s. n. = MP3 2916, vers 500 de notre ère) est une merveilleuse illustration de ce monde des courses de chevaux en Égypte27. On y voit cinq auriges portant tous une cuirasse lacée devant, une ceinture et un serre-tête. Ils sont habillés de rouge, de bleu et de vert, couleurs de trois des quatre factions du cirque romain. L’un d’eux tient un fouet.

Conclusions

  • 28 Voir notamment u. Horak, Illuminierte Papyri, pergamente und papiere, I (Wien, 1992 = Pegasus orie (...)
  • 29 Voir notre article « Une innovation dans la chirurgie hellénistique : l’opération de la cataracte  (...)

35Les papyrus littéraires et documentaires sont certes insuffisants pour donner une idée d’ensemble de la pratique de la médecine vétérinaire dans l’Égypte gréco-romaine et byzantine. Il faudrait pour ce faire exploiter en outre systématiquement les papyrus illustrés de représentations animales28, les sources archéologiques (peintures, mosaïques, tissus, statues, figurines, et aussi restes animaux), épigraphiques et littéraires, spécialement médicales. Ainsi n’est-il pas indifférent de noter que, lorsqu’on ne procéda plus à des dissections de cadavres humains à Alexandrie, c’est à toutes sortes d’animaux, morts ou vivants, que l’on eut recours : singes, porcs, chiens, moutons, chèvres, etc. D’un autre côté, un courant de pensée peut-être empirique attribue à des animaux la découverte de certains procédés utilisés en médecine humaine : les chèvres pour l’opération de la cataracte, les ibis pour l’utilisation du clystère et les hippopotames pour la saignée29.

36Néanmoins, tels quels, les papyrus littéraires et documentaires contribuent à éclairer quelques aspects de l’activité des hippiatres et de l’intérêt pour l’art vétérinaire, en Égypte, du iiie siècle avant notre ère au viie siècle de notre ère. Les papyrus littéraires en particulier montrent non seulement l’étroitesse de la frontière entre les sciences naturelles, l’agriculture et la médecine vétérinaire, encore mal individualisée comme discipline écrite, mais aussi l’utilisation quasi ininterrompue de certains textes (l’Histoire des animaux, la Matière médicale), du ive siècle avant notre ère au xe siècle, époque des grandes compilations byzantines. Cette fidélité aux mêmes thèmes et aux mêmes matières n’exclut cependant pas la réécriture et le résumé, car on a affaire, non à des œuvres canoniques comme les épopées homériques ou les traités hippocratiques, mais à des textes d’utilité immédiate, qui continuent à se nourrir de l’expérience de tout un chacun. Commentant, au cours du ixe siècle, la collection de préceptes sur l’agriculture d’Anatolius de Beyrouth, Photios (Bibliothèque, cod. 163) évoque du reste « tous les autres auteurs qui ont entrepris un ouvrage comme le sien […] et qui enseignent, du moins à [sa] connaissance, les mêmes notions sur les mêmes sujets ».

37Que reste-t-il aujourd’hui de ces nombreux ouvrages ? En tout état de cause, les magnifiques découvertes de ces dernières années, – à savoir le papyrus de Vienne qui conserve des fragments des Géoponiques, le papyrus en grande partie inédit qui contient des dessins d’animaux, et le papyrus documentaire de Florence qui atteste le substantif ὀνοϊατрός –, autorisent les plus beaux espoirs pour l’avenir.

Annexes

I. Liste alphabétique des papyrus documentaires relatifs à l’activité vétérinaire (état automne 2004)

38CPR 7.38 (P. Vindob. inv. G 23208), ligne 3 (ive s)

39J. Kainio (éd.), dans H. Zilliacus (et alii), Corpus papyrorum raineri, VII (Wien, 1979), p. 140-141 et pl. 26.

40O. Ashm. Shelton 83, 131 et 144 (Oxyrhynque, ive siècle)

41J. C. Shelton (éd.), Greek ostraca in the ashmolean Museum, Firenze, 1988, p. 81, 105 et 112 et pl. XX, XXIX et XXXII.

42O. Florida 15 (Edfou ?, iie siècle)

43R.S. Bagnall (éd.), The Florida ostraka. Documents from the roman army in upper egypt, Durham, 1976, p. 34-35 et pl. 7.

44P. Amst. inv. 8, ligne 6 (iiie-ive siècles)

45P. J. Sijpesteijn et K.A. Worp (éd.), « GreekTexts in the Possession of the Amsterdam University Library », talanta 8-9 (1977), n° 5, p. 105-106 et pl. 3 ;

46H.-A. Rupprecht, sammelbuch griechischer urkunden aus Ägypten XIV (Wiesbaden, 1983), p. 443, n° 12059.

47P. Genève 1.42, ligne 35 (Philadelphie, 25 juillet 224)

48[à éliminer maintenant des témoignages sur les vétérinaires]

49J. Nicole (ed. pr.), Les papyrus de Genève, I (Genève, 1906, réimpr. Amsterdam, 1967), p. 55 ;

50P. Schubert et I. Jornot (ed. Alt.), Les papyrus de Genève, I (Genève2, 2002), p. 170-173 et pl. XLIII.

51P. Hibeh 1.45, ligne 21 (Hibeh, 257 avant notre ère)

52B. P. Grenfell et A. S. Hunt (éd.), The Hibeh Papyri I (London, 1906), p. 187188.

53P. Laur. inv. III/376, verso, ligne 3 (ive siècle)

54H. Harrauer et R. Pintaudi, « Papyri der Biblioteca Medicea Laurenziana mit neuen Kleinigkeiten », Analecta papyrologica 10-11 (1998-1999 [2000]), p. 104-108.

55P. Lips. 1.101, col. II, 24 (Hermopolis, iv-ve siècles)

56L. Mitteis (éd.), Griechische urkunden der papyrussammlung zu leipzig I (Leipzig, 1906), p. 296-300, avec les corrections de F. Preisigke, Berichtigungsliste der griechischen papyrusurkunden aus Ägypten I (Berlin-Leipzig, 1922), p. 213.

57P. Oslo inv. 1622 (Arsinoïte, fin iiie-début ive siècle)

58A. Maravela-Solbakk (éd.), « Two Documents about Donkeys from the Collection of the Oslo University Library », ZPE 149 (2004), p. 182-185.

59P. Oxy. 1.92, ligne 3 (Oxyrhynque, 337)

60B. P. Grenfell et A.S. Hunt (éd.), The Oxyrhynchus Papyri I (London, 1898), p. 154-155.

61P. Oxy. 1.145, lignes 2-3 (Oxyrhynque, 552)

62B. P. Grenfell et A. S. Hunt (éd.), The Oxyrhynchus Papyri I (London, 1898), p. 230.

63P. Oxy. 16.1974, lignes 7-8 (Oxyrhynque, 27 avril 538)

64B. P. Grenfell et A.S. Hunt (éd.), The Oxyrhynchus Papyri XVI (London, 1924), p. 226, avec la correction de la date 499 dans Berichtigungsliste der griechischen papyrusurkunden aus Ägypten VII, 143.

65P. Oxy. 61.4132, lignes 13-14 (Oxyrhynque, 2 mai 619)

66T. Gagos [- M.W. Haslam - N. Lewis] (éd.), The Oxyrhynchus Papyri LXI (London, 1995), p. 137-141.

67P. Petrie 2.25, fr. b, lignes 12-13 (226 avant notre ère)

68J. P. Mahaffy (éd.), The Flinders Petrie Papyri II (Dublin-London-Edinburgh, 1893), p. 72-78.

69P. Ross. Georg. 5.60 (Hermopolis, fin du ive siècle)

70G. Zereteli (éd.), Papyri russischer und georgischer sammlungen V (Tiflis, 1935, réimpr. Amsterdam, 1966), p. 175-179.

71PSI 8.955, fr. 2, ligne 14 (Oxyrhynque, vie siècle)

72G. Vitelli et M. Norsa, Papiri greci e latini VIII (Firenze, 1927), p. 147-149.

73P. Vindob. inv. G 21737, col. I, ligne 10 (Arsinoïte ?, ve-vie siècles)

74P. J. Sijpesteijn (éd.), Ausgaben und einnahmen, tyche 11, 1996, p. 223-226 et pl. 7.

II. Sites Internet

75Alexandria docta : bibliographie générale : http ://www.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/pages/bibliographies/ALEXDOCT.htm

76Catalogue des papyrus littéraires grecs et latins (= Mertens-Pack3 ou MP3) : http ://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/index.htm

77Medici et medica : http ://promethee.philo.ulg.ac.be/cedopal/getPackasp ?8genre = 28

78Pharmacopoea Aegyptia et Graeco-aegyptia : http ://www.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/pages/bibliographies/PHARMEG.htm

III. Complément bibliographique

79Bodson L., « La médecine vétérinaire dans l’antiquité gréco-romaine. Problèmes – composantes – orientations », Ethnozootechnie 34 (1984), p. 3-12

80Doyen A.-M., « Les textes d’hippiatrie grecque. Bilan et perspectives », Ac 50 (1981), p. 258-273

81Doyen A.-M. (T. Heinze, trad.), art. Hippiatrika, dans Der neue pauly 5 (1998), col. 577-579

82Fischer K.-D., « Zu den tierärztlichen Verrichtungen im Edict. Diocl. 7.21 », Zpe 48 (1982), p. 171-174

83Fischer K.-D., « Ancient Veterinary Medicine. A Survey of Greek and Latin Sources andSome RecentScholarship », MHJ 23 (1988), p. 191-209

84Gossen h., art. Hippiatrika, dans re 8 (1913), col. 1713-1715 ;

85Groult-Gerletti D., « Les animaux malades au iiie siècle en Afrique », dans Homme et animal dans l’antiquité romaine. Actes du Colloque de Nantes 1991, Tours, Centre de Recherches A. Piganiol, 1995, p. 173204 (Caesarodunum, n° hors série)

86Keenan J. G., « Pastoralism in Roman Egypt », Basp 26 (1989), p. 175-200

87Kudlien F., art. Hippiatrika, dans Der Kleine pauly 2 (1979), col. 1159

88Marganne M.-H., « La médecine dans l’Égypte romaine : les sources et les méthodes », dans ANRW II,37,3 (1996), p. 2709-2740

89Marganne M.-H., « Le livre médical dans le monde gréco-romain », Cahiers du cedopal 3 (Liège, CEDOPAL-Éditions de l’Université de Liège, 2004)

90Thompson D. J., « Ptolemaic Pigs : An Ecological Study », Basp 39 (2002), p. 121-138

91Touwaide A. (T. Heinze, trad.), art. Veterinärmedizin. II. Klassische antike, dans Der neue pauly 12, 2 (2002), col. 146-147

92Walker R. E., « Roman Veterinary Medicine », dans J. M. C. Toynbee, Animals in roman life and art, London, Thames and Hudson, 1973, p. 301-343 et 404-414

Notes

1 Dans le texte et les notes, l’abréviation MP3 ou Mertens-Pack3 désigne la 3e édition, commencée sous la direction du Professeur P. Mertens, Président d’honneur du CEDOPAL, du catalogue de R.A. Pack, The Greek and Latin Literary Texts from Greco-Roman Egypt, 2e édition, Ann Arbor, 1965. Entièrement informatisée et régulièrement mise à jour par nos soins, celle-ci est accessible sur le site Internet du Centre de Documentation de Papyrologie Littéraire (CEDOPAL) de l’Université de Liège, à l’adresse : http ://www. ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/MP3/fexp.shtml

2 Ph. Germond et J. Livet (iconogr.), Bestiaire égyptien, Paris, Citadelles et Mazenod, 2001, p. 7.

3 Ph. Germond, op. cit., p. 9 ; P. Koemoth, « L’art naturaliste en Égypte pharaonique. Aspects iconographiques et sémiologiques », Art & Fact 12 (Liège, 1993), p. 66-75.

4 F. Dunand et r. Lichtenberg, Momies d’égypte et d’ailleurs. La mort refusée, Condé-sur-Noireau, Éditions du Rocher, 2002, p. 110.

5 Sur le papyrus vétérinaire de Kahun, voir la synthèse de W. Westendorf, Handbuch der altägyptischen Medizin, I (Leiden, Brill, 1999 = Handbuch der orientalistik 36, 1), p. 76-78 et 449-453 ; pour une traduction française du papyrus, voir Th. Bardinet, Les papyrus médicaux de l’Égypte pharaonique. Traduction intégrale et commentaire, Coll. Penser la médecine, Paris, Fayard, 1995, p. 480-481.

6 P. Ghalioungui, The physicians of pharaonic egypt, Cairo, Al-Ahram Center for Scientific Translations-Mainz am Rhein, Philipp Von Zabern, 1983, p. 12-14 (Deutsches archäologisches institut. Abteilung Kairo. sonderschrift, 10) ; La médecine des pharaons. Magie et science médicale dans l’Égypte ancienne, Paris, Robert Lafont, 1983, p. 168-169 ; H. Goedicke, art. Tiermedizin, lexikon der Ägyptologie 6 (1986), col. 587-588 ; J.F. Nunn, Ancient egyptian Medicine, London, British Museum Press, 1996, p. 23 et 119-120.

7 À ce sujet, voir C. Gorteman, « Sollicitude et amour pour les animaux dans l’Égypte gréco-romaine », Chronique d’égypte 32 (1957), p. 101-120, et J. n. Adams, Pelagonius and latin veterinary terminology in the roman empire, Leiden, Brill, 1995, p. 100-102 et 105-106 ; pour un aperçu dans l’Égypte romaine, voir L. Kákosy, « Probleme der Religion im römerzeitlichen Ägypten », ANRW 2, 18, 5 (1995), p. 2988-2989 (tierkult) ; plus généralement, on se reportera à L. Bodson, « Aperçu du comportement envers les animaux d’élevage chez les producteurs et les utilisateurs de l’antiquité grecque et romaine », dans C. Guintard et C. Mazzoli-Guintard (éd.), Élevage d’hier, élevage d’aujourd’hui. Mélanges d’Ethnozootechnie offerts à Bernard Denis, Rennes, PUR, 2004, p. 33-63.

8 Ainsi doit-on revoir dans un sens plus optimiste la remarque de N. Lewis, La mémoire des sables. La vie en Égypte sous la domination romaine, Paris, Armand Colin, 1988, p. 150, selon laquelle « le mot “vétérinaire” […] apparaît à deux ou trois reprises, ainsi que l’expression “médecin légionnaire”, mais ce sont de simples indications d’identité, dans des contextes qui n’ont rien à voir avec l’activité professionnelle de ces personnes ».

9 A. Papathomas, « Das erste antike Zeugnis für die veterinärmedizinische Exzerptensammlung des Anatolios von Berytos », Ws 113 (2000), p. 135-151.

10 Identifiant le papyrus de Vienne comme un fragment de volumen, A. Papathomas, op. cit., p. 139, n. 16, renvoie pourtant, pour le format, à des publications relatives au codex.

11 Sur Anatolius de Beyrouth, dont Photios, Bibl., cod. 163 (II, p. 134-135 dans l’édition de R. Henry, Paris, 1960), appréciait l’utilité de l’œuvre, voir notamment M. Wellmann, art. « Vindonius Anatolius aus Berytus », dans RE 1 (1894), col. 2073, qui date son activité des ive-ve siècles ; S. Georgoudi, Des chevaux et des bœufs dans le monde grec. réalités et représentations animalières à partir des livres XVI et XVII des Géoponiques, Paris-Athènes, Daedalus, 1990, p. 47-49, date cet auteur du ive siècle et ne le considère pas spécialement comme l’auteur des deux livres des Géoponiques qu’elle traduit et commente. Sur cette question, voir aussi J. Svennung, « De auctoribus Palladii », Eranos 25 (1927), p. 230-248, référence que nous devons à l’obligeance d’Anne-Marie Doyen.

12 G. Azzarello, « PIand V 86 : papiro veterinario o culinario », dans i. Andorlini (a cura di), testi medici su papiro, Firenze, Istituto Papirologico « G.Vitelli », 2004,p. 251-256 et tav. XIVb. Antérieurement, lepapyrus a été édité par J. Sprey, Papyri Iandanae, V (Leipzig-Berlin, 1931), p. 202-203 ; voir aussi les commentaires de H.G. Gundel, « Das Giessener veterinärmedizinische Rezept aus der Antike (P. Iand. 86) », Kurzberichte aus der Giessener papyrus-sammlungen 19 (1965), p. 1-8.

13 PSI inv. 3011 a été édité par G.A. Gerhard, « Da papiri della Società Italiana. Frammento medico sulle proprietà terapeutiche dell’asfalto », SIFC NS 12 (1935), p. 93-94, et commenté par A. Körte, APF 13 (1939), p. 128, n° 918, et par V. Gazza, « Prescrizioni mediche nei papiri dell’Egitto greco-romano », Aegyptus 35 (1955), p. 96-97.

14 Pour l’identification des passages parallèles de Dioscoride, voir notre article « Nouvelles perspectives dans l’étude des sources de Dioscoride », dans G. Sabbah (éd.), Médecins et médecine dans l’antiquité, Mémoires 3 du Centre Jean Palerne, Saint-Étienne, 1982, p. 81-84.

15 Antoninos de Cos Ap. Ascl. Ap. Gal., De antidotis, II, 11 (XIV, 168, 11 – 169, 1 Kühn) et probablement aussi De compos. medic. sec. Loc., V, 3 (XII, 843, 15 – 844, 7) ; Aetius, VII, 9, 4 ; 87 ; 103, 5 ; CHG II, 136,14-16 (chap. VIII, § 4) ; CHG II, 48,5-6 (chap. 237). Sur ce personnage, voir M. Wellmann, art. « Antoninus » (16), dans re I, 2 (1894), col. 2572.

16 H. J. M. Milne, « A New Fragment of Theophrastus », cr 36 (1922), p. 66-67 ; catalogue of the literary papyri in the British Museum, London, 1927, p. 132 et pl. x.

17 O. Regenbogen, art. « Theophrastos », dans re, Suppl. VII (1940), col. 1430. Le papyrus a été réédité par A. Roselli, « Un frammento dell’Epitome Πεрὶ ζῴων di Aristofane di Bisanzio. P. Lit. Lond. 164 », Zpe 33 (1979), p. 13-16 ; dans Corpus dei papiri Filosofici Greci e latini (Cpf), I 1* (Firenze, 1989), 24.36T, p. 338-345.

18 S. P. Lambros, Excerptorum constantini de natura animalium libri duo. Aristophanis Historiae animalium epitome subiunctis, Berlin, 1885, p. 77-79 (supplementum aristotelicum, I, 1).

19 F. Montanari [- T. Heinze trad.], art. « Aristophanes » (4. von Byzanz), dans Der neue pauly, 1 (1996), col. 1130-1133. Sur l’érudition alexandrine, voir n. istasse, « Alexandria docta : bibliographie générale », Cahiers du cedopal 1 (Liège, CEDOPAL-Éditions de l’Université de Liège, 2004), p. 32-82 et sur le site Internet du CEDOPAL, à l’adresse : http ://www.ulg.ac.be/facphl/services/cedopal/pages/bibliographies/ ALEXDOCT.htm

20 Voir M.-H. Marganne et n. Istasse, « Livres de médecine illustrés dans l’Égypte gréco-romaine », Medsec 13, 1 (2001), p. 1-23.

21 K. Weitzmann, Ancient Book illumination, Cambridge (Mass.), 1959, p. 22 et n. 71 ; A.-M. Doyen-Higuet, « Contribution à l’étude des manuscrits illustrés d’hippiatrie grecque », dans a. Krug (éd.), From epidaurus to salerno, Rixensart, 1992, p. 102-107 (Pact 34).Voir aussi S. Lazaris, « L’illustration des traités hippiatriques byzantins. Le De curandis equorum morbis d’Hiéroclès et L’épitomé », MedSec 11, 3 (1999), p. 521-546 ; « Les rapports entre l’illustration et le texte de l’épitomé, manuel byzantin d’hippiatrie », Archives internationales d’Histoire des sciences 49 (1999), p. 281-301.

22 C. Gallazzi et B. Kramer, « Artemidor im Zeichensaal. Eine Papyrusrolle mit Text, Landkarte und Skizzenbüchern aus späthellenistischer Zeit », APF 44 (1998), p. 189-208 et Abb. 2-4.

23 Id., p. 191.

24 T. Gagos [-M.W. Haslam -N. Lewis], The Oxyrhynchus Papyri, LXI (London, 1995), p. 140.

25 Voir notamment J. C. Wilmanns, Der sanitätsdienst im römischen reich, Hildesheim, Olms-Weidmann, 1995, n° 78, p. 233-234 ; voir aussi Sammelbuch griechischer urkunden aus Ägypten [= sB], V, 1 (Heidelberg, 1934), n° 8541 = n° 1373 d’É. Bernand, Inscriptions grecques d’Égypte et de Nubie. répertoire bibliographique des IGRR, Paris, 1983, p. 86 (Annales littéraires de l’université de Besançon 286). On ne reprendra pas comme témoignage de l’activité vétérinaire le n° 8632 du sB, car, en définitive, il n’atteste pas le mot ἱππιατрός : voir la mise au point de J. Lesquier, L’armée romaine d’Égypte d’auguste à dioclétien, Le Caire, 1918, p. 229 et n. 5 (MIFAO 41) et É. Bernand, op. cit., p. 62, n° 1252.

26 O. Nanetti, « to iatrikon », Aegyptus 24 (1944), p. 119-125 ; voir aussi U. Wilken, Griechische ostraka aus Ägypten und nubien. ein Beitrag zur antiken Wirtschaftsgeschichte, I (Leipzig-Berlin, 1899), p. 375-377 ; A. Bouché-Leclercq, Histoire des lagides, III (Paris, 1906), p. 30 ; C. Préaux, l’Économie royale des lagides, Bruxelles, Fond. Égyptologique Reine Élisabeth, 1939, p. 45 ; 132 ; 401 et 421 ; D. Lippi, « Breve nota sullo iatrikon », Basp 20 (1983), p. 135-136.

27 Le papyrus aux auriges a été édité par S.J. Gasiorowski, « A Fragment of a Greek Illustrated Papyrus from Antinoë », Jea 17 (1931), p. 1-9, et réédité par E.G.Turner, « The Charioteers from Antinoe », JHS 93 (1973), p. 192-195. Sur le monde des courses de chevaux en Égypte, voir E. Wipsycka, « Les factions du cirque et les biens ecclésiastiques dans un papyrus égyptien », Byzantion 39 (1969), p. 180-198 ; J. Gascou, « Les institutions de l’hippodrome en Égypte byzantine », BIFAO 76 (1976), p. 185-212 ; M. Matter, « Factions et spectacles de l’hippodrome dans les papyrus grecs à Hermoupolis de Thébaïde. Étude préliminaire », Ktèma 21 (1996 [1998]), p. 151-156 ; G. Ioannidou, « P. Berol. 25706 : Riot in the Hippodrome », APF 46 (2000), p. 51-61 et pl. V ; sur les opérations de magie appliquée à une faction du cirque (chevaux et auriges), voir D. R. Jordan, « Magica Graeca parvula », Zpe 100 (1994), p. 325-333 et G. Nachtergael et R. Pintaudi, « ostraca de la Collection Martin Schøyen », Aegyptus 81 (2001), p. 175-178.

28 Voir notamment u. Horak, Illuminierte Papyri, pergamente und papiere, I (Wien, 1992 = Pegasus oriens, I).

29 Voir notre article « Une innovation dans la chirurgie hellénistique : l’opération de la cataracte », MHJ 35 (2000), p. 23-33, spéc. n.1-3 ; voir aussi A.E. Hanson, « Papyri of Medical Content », YClS 28 (1985), p. 25-26.

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540