Version classiqueVersion mobile

La médecine vétérinaire antique

 | 
Marie-Thérèse Cam

Deuxième partie. Traditions et transmission des savoirs et savoir-faire

Essor de la production littéraire hippiatrique et développement de la cavalerie : contribution à l’histoire du cheval dans l’Antiquité tardive *

Stavros Lazaris

Texte intégral

  • * Nous tenons à remercier tout particulièrement Monsieur le professeur Alain Chauvot (Institut d’Hist (...)
  • 1 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation, Nouvelle histoire de l’Antiquité 10, Pari (...)
  • 2 Il est vrai que la cavalerie militaire n’avait pas vraiment percé dans l’Antiquité et les exceptio (...)
  • 3 Il ne s’agit pas de réformes majeures, telles qu’elles ont été décrites autrefois, mais plutôt d’u (...)
  • 4 Nous nous limiterons dans cette étude à une présentation succincte de quelques « étapes » de l’uti (...)

1L’armée romaine n’a cessé, tout au long de son histoire, de s’adapter aux différents théâtres d’opérations et aux diverses civilisations guerrières qu’elle a été amenée à combattre. Ainsi, J.-M. Carrié notait que « le trait principal de l’évolution tactique réside dans l’emploi croissant de la cavalerie1 ». Toutefois, ce n’est qu’au terme d’un long processus de réformes, motivées par les défaites infligées à l’infanterie, que la cavalerie a gagné définitivement sa place au sein de l’armée de l’Empire2. Ces réformes ont mis longtemps à émerger3. Quelles en ont été les causes ? Avant d’essayer de donner quelques éléments de réponse, dressons un rapide aperçu historique du développement de la cavalerie romaine4.

  • 5 À propos du terme Scutarius, qui est exclusivement associé aux unités de la cavalerie, voir S. Jan (...)
  • 6 Des exemples sont présentés sur différents monuments (voir, par exemple, sur l’arc de Galère à The (...)

2Les défaites qu’infligent les Parthes en 53 av. J.-C. à Carrhes, ou encore les escarmouches avec les Sarmates et les Daces qui commencèrent à menacer la frontière du Danube dans la seconde moitié du ier siècle de notre ère, marquent véritablement le point de départ du développement de la cavalerie, lourde de surcroît. Avec Hadrien (117-138) les premiers cavaliers cuirassés font leur apparition et, grâce à l’adoption du bouclier par certaines unités de cavalerie blindées, le clibanaire-scutaire5, tel qu’il est représenté dès la fin du iiie siècle, devient le cavalier lourd par excellence6.

  • 7 Voir une reproduction dans S. James, The arms and armour and other Military equipment. The excavat (...)
  • 8 L’abondant matériel militaire découvert sur ce site nous renseigne sur l’équipement de la garnison (...)
  • 9 R. Ghirshman, Iran. parthes et sassanides, Univers des formes 3, Paris, Gallimard, 1962, p. 50 et (...)

3On voit également se développer peu à peu une cavalerie très lourde. La reconstitution, par exemple, d’un cataphractaire romain d’après les fouilles effectuées à Doura-Europos entre 1928 et 1937, montre un cavalier très lourdement armé7. Sur le même site, on peut voir, sur l’un des graffitis parthes, un clibanaire aussi lourdement armé que le soldat romain8. Chargeant à la lance, il est protégé par une cuirasse, sa monture est couverte d’un caparaçon d’écailles. Comme le note R. Ghirshman, il s’agit ici « de l’un de ces hommes appartenant à cette cavalerie lourde bardée de fer qui, dans une guerre de manœuvre, constituait une force redoutable9 ».

4Selon H. Wolfram, les empereurs du iiie siècle,

  • 10 H. Wolfram, » L’armée romaine comme modèle pour L’Exercitus barbarorum », dans Fr. Vallet, M. Kaza (...)

« en constituant des corps de cavaliers cuirassés selon le modèle emprunté aux Perses, les cataphractaires ou clibanaires (cuirassiers), avaient bien montré qu’ils étaient prêts à abandonner la traditionnelle prééminence de l’infanterie lourde, et à faire de la cavalerie l’épine dorsale de l’armée romaine10 ».

  • 11 J.-M. Carrié, :A. Rousselle, op. cit., p. 136-137.

5Outre la montée en nombre et en puissance de la cavalerie, on a souvent situé à cette même période l’existence d’une réforme qui aurait conduit à la création d’une armée de cavaliers autonomes placée sous le commandement d’un chef, préfigurant les magistri equitum du ive siècle. Toutefois, bien que « de nombreux textes relatifs aux années 250-270 suggèrent l’existence d’une armée mobile de cavalerie », il est plus probable que « le schéma classique de constitution d’unités mobiles à partir de soldats détachés d’ailes ou de numeri barbares a […] continué à fonctionner jusqu’à Dioclétien11 ».

6Donc, même si les premiers signes de changement apparaissent dès la seconde moitié du iiie siècle, il faut attendre le siècle suivant pour qu’ils soient véritablement effectifs. Le ive siècle est caractérisé par l’abandon des hésitations antérieures et l’accélération dans la mise en place des réformes touchant aussi bien l’armement (en ce qui nous concerne ici, celui du cavalier et de sa monture) que l’organisation du commandement avec, entre autres, l’apparition du magister equitum et du magister peditum (qui seront même multipliés pour répondre à la régionalisation de l’armée mobile).

  • 12 J. Bidez (éd.), L’empereur Julien, Œuvres complètes, éloge de constance, t. I, 1re partie, CUF, Pa (...)
  • 13 Id., p. 55.
  • 14 J.-L. Charlet (éd.), Claudien, Œuvres, t. II, 1. Poèmes politiques (395-398), CUF, Paris, Les Bell (...)

7Selon l’empereur Julien (361-363), c’est à son prédécesseur, Constance II (337-361), qu’il faut attribuer la constitution et le développement des cataphractaires. Ainsi, Julien nous apprend que Constance II, après s’être exercé « le premier à porter la cuirasse », a appris « aux autres à user de cette armure inattaquable » (ᾖ πрῶτος αὐτὸς ἐγγυμνασάμενος, διδάσκαλος ἐγένου τοῖς ἂλλοις ὄπλων χрήσεως ἀμάχου, Ad Constantium, I, 30, l. 11-12)12. D’après son récit, la cuirasse couvre tout le corps, « de sorte qu’aucune partie… ne se laisse voir à nu » (οὐδὲν ἂν ὀϕθείῃ τοῦ σώματος γυμνὸν μέрος, id., l. 26)13. Claudien évoque, quant à lui, l’armure en fer qui protège aussi bien les hommes que les chevaux (credas simulacra moueri/ferrea cognatoque uiros spirare metallo./par uestitus equis : ferrata fronte minantur/ferratosque leuant securi uulneris armos, in rufinum, II, 360-362, « On croirait voir remuer des statues/De fer et respirer des hommes par le métal qui fait corps avec eux./Même tenue pour les chevaux : ils menacent d’un front de fer/Et soulèvent leurs flancs bardés de fer, à l’abri des blessures14 »).

  • 15 L. B. Moss, La naissance du Moyen Âge (395-814), Bibliothèque historique, Paris, Payot, 1961, p. 5 (...)

8Pour comprendre l’accélération des changements dans l’armée, il faut prendre en considération la dangereuse situation de l’Empire au ive siècle. Comme le soulignait L. B. Moss15,

« sur le Rhin, les tribus éparses qu’avaient connues César et Tacite, étaient remplacées par une formidable ligne de peuples qui s’étaient lentement déplacés depuis les régions baltiques dans la direction de l’Ouest, gagnant en cohésion et en valeur militaire à mesure qu’ils approchaient des frontières romaines ».

  • 16 Sur les causes de la chute de l’Empire romain d’Occident, voir, outre les références déjà citées, (...)

9La légion romaine avait créé un immense empire, mais elle s’avérait impuissante devant les attaques des guerriers des steppes16. Fondamentalement liés au cheval, ceux-ci n’ont jamais cessé d’améliorer leurs techniques d’équitation et de combat monté, leur armement et leur protection ainsi que celle de leur monture. Aussi les avantages tactiques de la légion sont-ils peu à peu inversés en faveur de la cavalerie, obligeant à une reconversion rapide et profonde du système militaire romain.

  • 17 Sur cet événement voir, entre autres, J. Straub, « Die Wirkung der Niederlage bei Adrianopel auf d (...)
  • 18 À Andrinople, la défaite des légionnaires et des auxiliaires d’élite face aux fantassins wisigoths (...)
  • 19 Voir, entre autres, Ch. Oman, A History of the Art of War in the Middle Ages, t. I. 378-1278 ad, L (...)

10Plus à l’est, même scénario. À Andrinople par exemple, les pertes subies le 9 août 378 par l’armée de Valens (364-378) furent irrémédiables17. Cette défaite, qui vient se rajouter à celle de 363 face aux Perses, constitue pour les Romains le plus grave désastre militaire du ive siècle, et a eu un impact considérable sur le moral des troupes18. À partir de là, l’Empire « n’est plus souverain militairement », selon Ph. Richardot. La conséquence immédiate fut l’amplification de la pénétration barbare dans toutes les provinces de l’Illyricum, entre l’Asie mineure et l’Italie. Une autre conséquence, à plus long terme, est l’amorce de la fin de la suprématie de l’infanterie lourde, caractéristique de l’Antiquité classique, au profit de la cavalerie19.

  • 20 J. Haldon, « Quelques conclusions pour l’empire d’Orient », dans Fr. Vallet, M. Kazanski, op. cit. (...)
  • 21 Voir A. D. H. Bivar, « Cavalry equipment and tactics on the Euphrates frontier », dop 26 (1972), p (...)
  • 22 Sur l’armée byzantine en général, voir, entre autres, A. pertusi, « Ordinamenti militari, guerre i (...)
  • 23 L’epitoma rei Militaris est nécessairement postérieure à 383 et ne peut avoir été composée après 4 (...)
  • 24 M. D. Reeve (éd.), vegetius, epitoma rei Militaris, Scriptorum Classicorum Bibliotheca Oxoniensis, (...)

11Ainsi, d’après J. Haldon20, « les contre-mesures [devant les assauts des Goths, des Huns ou des Perses à cette même période], prises d’urgence, furent l’organisation des corps de cavalerie et la construction des forteresses et les murs de défense ». Pour l’histoire militaire, même s’il convient désormais de nuancer fortement, cette date est considérée comme décisive car elle marque le passage du combat à pied, mené par les Romains, à celui à cheval, des Byzantins21. Pour ces derniers, le cheval prend un rôle prépondérant dans l’armée et va régner sur les champs de bataille durant tout le Moyen Âge22. C’est d’ailleurs au vu de ces changements que Végèce23, en évoquant la cavalerie, juge inutile toute référence au passé et renvoie ses lecteurs à la « doctrine contemporaine » (mil. 3,26,34 : De equitatu sunt multa praecepta ; sed cum haec pars militiae usu exercitii, armorum genere, equorum nobilitate profecerit, ex libris nihil arbitror colligendum, cum praesens doctrina sufficiat)24.

  • 25 Sur ce point, voir Th. S. Burns, op. cit., p. 336-345 ; C. M. Gillmor, « Cavalry, European », dans (...)
  • 26 Voir « L’armée », op. cit., p. 151.

12Andrinople n’est pas un cas isolé mais plutôt une des dernières étapes de ce processus de réorganisation de l’armée romaine. Même si cet épisode ne doit ni être exagéré, comme cela a souvent été le cas25, ni constituer un quelconque terminus, c’est tout de même vers cette époque que la cavalerie gagne définitivement sa place au sein de l’armée. Ainsi, comme le soulignait C. Zuckerman26,

« la place de la cavalerie sur les listes de la Notitia [Dignitatum], celles de l’armée mobile comme des garnisons provinciales, reflète une transformation profonde de l’art de la guerre, innovation qui sépare en ce domaine l’Antiquité du Moyen Âge ».

13Néanmoins, la montée en puissance de la cavalerie aurait été sans doute fragilisée sans le développement de deux autres facteurs : l’hippiatrie et les « instruments » hippiques. Le développement de l’hippiatrie et la mise au point de ce genre d’ » instruments » sont-ils des conséquences immédiates de cet avènement ? Ou en sont-ils les causes ?

  • 27 À ce propos, voir par exemple notre étude sur l’étrier, S. Lazaris, « Considérations sur l’apparit (...)

14En ce qui concerne les accessoires hippiques, croyant le plus souvent qu’il s’agissait de découvertes médiévales, on ne s’est jamais vraiment soucié de les étudier à l’intérieur de ce processus complexe du développement de la cavalerie dans l’Antiquité tardive. Pourtant, une analyse minutieuse et la prise en considération de textes longtemps restés dans l’oubli, pourraient contribuer à changer cette idée27.

  • 28 K.-D. Fischer, « Littérature médicale », dans R. Herzog, Nouvelle Histoire de la littérature latin (...)
  • 29 Ces textes, écrit L. Bodson (« La médecine vétérinaire dans l’Antiquité gréco-romaine. Problèmes, (...)

15Quant au développement de la littérature vétérinaire, force est de constater que, jusqu’à présent, on a accordé peu d’importance à la période d’intensification de la production, ainsi qu’aux raisons de cet essor. Pourtant, des philologues comme K.-D. Fischer28 attiraient depuis longtemps l’attention sur l’apparition quasi simultanée de « la totalité des écrits latins sur la médecine vétérinaire », sans toutefois, il est vrai, « pouvoir donner une explication du phénomène ». Ce phénomène s’observe également du côté grec. Il s’agit à chaque fois d’une littérature de seconde main qui exploite, abrège, remanie et adapte des ouvrages plus anciens29.

16Le présent travail est consacré à cette production littéraire et, tout particulièrement, à la période durant laquelle son développement s’accélère. En effet, l’examen de la période d’activité des sept principaux hippiatres, dont l’œuvre forme le Corpus Hippiatricorum Graecorum (désormais CHG), peut nous être utile pour mieux comprendre si le développement de l’hippiatrie est une conséquence immédiate du développement de la cavalerie ou, au contraire, s’il s’agit de l’un des facteurs qui ont permis, ou, du moins, facilité, ce changement dans l’armée romaine.

Essor de la production littéraire hippiatrique

17Rares sont les traités, avant l’apparition de ceux parvenus jusqu’à nous par l’intermédiaire du CHG, consacrés exclusivement aux maladies du cheval. En général, celles-ci faisaient partie des ouvrages d’agriculture, d’hippologie ou encore de cynégétique. Pour pouvoir parler d’une véritable production littéraire hippiatrique, il faut attendre les traités d’Apsyrtos, d’Eumèlos, d’Hiéroclès, de la Mulomedicina Chironis, de Pélagonius, de Théomnestos ou encore de Végèce.

  • 30 Pendant fort longtemps la distinction entre médecin et vétérinaire ne se faisait pas et il est tou (...)

18Avec eux, du moins avec une partie d’entre eux, l’art vétérinaire quitte alors l’empirisme pour le raisonnement et l’expérience et, pour la première fois peut-être, il est enseigné par des maîtres. Même s’il est incontestable que des hippiatres ont existé avant la période d’activité de ces auteurs, il s’agissait dans la majorité des cas de simples praticiens30. Désormais, l’hippiatrie gagne en considération.

  • 31 Le CHG renferme des fragments de plusieurs auteurs dont Anatolios, Apsyrtos, Eumèlos, Hiéroclès, H (...)
  • 32 Le problème de sa constitution reste entier, et ceci malgré de vaines tentatives de rattachement a (...)
  • 33 Une traduction arabe établie, selon toute vraisemblance, à partir de l’œuvre originale de Théomnes (...)
  • 34 Si nous utilisons le terme de « collection », et non celui de « Corpus », c’est parce que la maniè (...)

19Les textes de ces auteurs, dont un certain nombre n’étaient pas des professionnels, circulaient indépendamment jusqu’à ce qu’on en réunisse une partie dans le CHG31, à une date inconnue32. La majorité de ces œuvres, mais aussi cette première opération de rassemblement, ne nous sont pas parvenues33. Seules sont connues actuellement quatre recensions dérivées de cette collection34 hippiatrique primitive. Elles sont composées en général d’extraits, répartis pour la plupart par matière.

  • 35 Sur le CHG et ces quatre recensions, voir, avec bibliographie, S. Lazaris, « Contribution à l’étud (...)
  • 36 À ce sujet, voir S. Lazaris, « Deux textes grecs hippiatriques pseudo-hippocratiques : remarques e (...)

20Ces quatre recensions ne nous intéresseront pas davantage ici35. Ainsi que nous l’avons souligné, c’est la période du développement de la production littéraire hippiatrique, autrement dit la période d’activité de ces hippiatres, qui fait l’objet de notre étude. Leur période d’activité paraissait définie aux yeux de différents spécialistes depuis les travaux de G. Björck qui ont, il est vrai, beaucoup contribué à l’avancement des connaissances en la matière. Toutefois, des découvertes récentes concernant Apsyrtos36, le principal contributeur du CHG et dont l’œuvre a influencé plusieurs autres hippiatres, nous ont poussé à réévaluer les propositions admises, aussi bien sur Apsyrtos que sur les autres hippiatres qui lui sont liés. Cette tâche, certes délicate, est importante, puisqu’elle permet de déterminer la période durant laquelle la littérature hippiatrique se développa et d’établir ses liens avec l’avènement de la cavalerie romaine.

La période d’activité d’Apsyrtos

  • 37 Son œuvre a été rédigée sous forme d’une série de lettres adressées à diverses personnes.
  • 38 Pour toutes les références au CHG nous nous référons à l’édition de E. Oder et K. Hoppe, Corpus Hi (...)
  • 39 A. Adler (éd.), Suidae lexicon, Lexicographi Graeci 1, 1re partie, Leipzig, Teubner, 1928 (réimpr. (...)

21Pour dater l’œuvre de cet hippiatre, on se reportait principalement à des informations tirées de ce qui nous est parvenu dans le CHG et de la notice qui lui est consacrée dans la Souda, dictionnaire encyclopédique byzantin du xe siècle. Au début de sa lettre37 sur la fièvre, Apsyrtos écrit qu’il a participé à une campagne militaire qui se déroulait dans la région du Danube (Στрατευσάμενος ἐν τοῖς τάγμσι τοῖς ἐπὶ Ἴστрου ποταμοῦ…, CHG I, 1,3-4 [= Hipp. Berol., I, 1])38. La Souda nous a transmis cette même information, enrichie de deux éléments : la campagne en question eut lieu en Scythie, sous le règne d’un empereur Constantin ἌΨυрος, Прουσαεύς Νικομηδεύς στрατιώτης στрατευσάμενος ἐπὶ Κωνσταντίνου τοῦ βασιλέως ἐν Σκυθίᾳ παрὰ τὸν Ἴστрον)39.

  • 40 K. Sprengel, Versuch einer pragmatischen Geschichte der arzneykunde, t. II, Halle, Gebauer, 1800, (...)
  • 41 Il faut noter que cette expédition a commencé en 680 et non en 671, comme K. Sprengel le note dans (...)
  • 42 K. Sprengel, Geschichte der Botanik, t. I, Altenburg, F. A. Brokhans, 1817, p. 191.
  • 43 K. Sprengel, Opuscula academica. collegit, edidit vitamque auctoris breviter enarravit Julius rose (...)
  • 44 Il s’agit de la bataille du 18 février 332 menée par Constantin le Grand contre les Goths après qu (...)
  • 45 Voir, entre autres, E. Oder, » Apsyrtus. Lebensbild des bedeutendsten altgriechischen Veterinärs » (...)
  • 46 Voir, par exemple, C. F. Heusinger, Recherches de pathologie comparée, t. I, Cassel, H. Hotop, 184 (...)
  • 47 En 322, les Sarmates attaquèrent effectivement la rive pannonienne de Constantin et assiégèrent le (...)

22En s’appuyant sur ce passage, K. Sprengel40 a d’abord estimé qu’Apsyrtos vécut au viie siècle, durant le règne de Constantin IV Pogonatos (668-685), qui essaya en vain d’arrêter en 671 l’expansion bulgare41. Par la suite, il a rectifié sa datation en situant Apsyrtos au ive siècle42, tout en précisant43 que la bataille dont il est question dans la Souda est celle que Constantin le Grand (306-337) mena en 332 contre les Goths44. Cette même date a été retenue par d’autres érudits45. En revanche, d’autres savants46 ont cru qu’il s’agissait des expéditions de Constantin le Grand contre les Sarmates en 32247.

  • 48 G. Björck, op. cit., p. 7.

23Selon G. Björck48, les hypothèses émises antérieurement sont inconciliables avec la date qu’il propose pour la publication de l’œuvre de Théomnestos, hippiatre grec qui cite Apsyrtos et sur lequel nous reviendrons. Ainsi, en réexaminant les hypothèses de ses prédécesseurs et le passage de la Souda, G. Björck a estimé que le texte de ce dernier ouvrage provenait directement de l’œuvre d’Apsyrtos et qu’il ne fallait donc pas le considérer comme une source de valeur historique très importante. Il a également relevé que Constantinople n’était pas mentionnée par Apsyrtos. Enfin, il a souligné que les noms des correspondants de ce dernier, à une exception près, étaient classiques. Sur la base de ces observations, G. Björck a cru pouvoir situer l’activité d’Apsyrtos à une date antérieure à celle avancée par ses prédécesseurs.

  • 49 Il la compare à un passage de Galien dans lequel le nom de Xénocrate apparaît également (cf. C. G. (...)
  • 50 G. Björck, op. cit., p. 12.

24Plus précisément, s’appuyant sur le fait que Théomnestos cite Apsyrtos et étant donné qu’il a daté le premier entre 313 et 324, il estima la période d’activité du second d’avant 313. De plus, G. Björck pensait avoir trouvé dans une lettre d’Apsyrtos, CHG II, 49,1-3 (= Hipp. paris. 245), une citation de Xénocrate d’Aphrodisias (Τὸ Ξενοκрάτους σαрκωτικόν)49, médecin grec de la seconde moitié du ier siècle apr. J.-C., qui lui fournit un terminus post quem. Donc, après avoir rejeté la possibilité d’utiliser les informations provenant de la Souda (à cause de leur incompatibilité avec les dates proposées pour Théomnestos), le philologue suédois50 arrive à la « conclusion provisoire que c’est entre les années 150 et 250 apr. J.-C. que culmina l’activité d’Apsyrtus ».

  • 51 S. Lazaris, « Deux textes grecs hippiatriques… », op. cit., p. 479-484.
  • 52 Sur ce personnage et son identification avec le correspondant d’Apsyrtos, voir A. H. M. Jones, J. (...)

25Ses hypothèses ont été suivies, y compris par nous-même, sans jamais être mises en doute, jusqu’à dernièrement. C’est l’identification d’un des correspondants d’Apsyrtos qui nous a poussé à reconsidérer ses propositions. En effet, Apsyrtos s’adresse dans une lettre à un certain Ursus, ἌΨυрτος Οὔрσῳ στрατηλάτῃ χαίрειν (CHG II, 216, 16-17 = Hipp. cant., LXXX, 1). Or, nous savons, depuis la publication de notre étude sur Hippocrate l’hippiatre51, que cet Ursus est, selon toute vraisemblance, Flavius Ursus, consul prior en 33852.

  • 53 A.-M. Doyen-Higuet, » Contributionàl’histoiredelamédecinevétérinaire », Scientiarum Historia 27 (2 (...)

26Anne-Marie Doyen-Higuet53 a tenté récemment de mettre en doute cette identification en la qualifiant de « trop incertaine ». Peut-être, mais outre cette identification, un examen minutieux de l’argumentation de G. Björck révèle que celle-ci présente des inexactitudes, ce qui remet en cause les dates proposées et renforce l’identification du correspondant d’Apsyrtos avec Flavius Ursus.

27En effet, si nous considérons comme correctes d’un côté la période d’activité supposée par le philologue suédois et, de l’autre, son idée que le texte de la Souda provient de celui d’Apsyrtos, un problème se pose concernant les dates de la campagne militaire évoquée par Apsyrtos. D’après le passage de la Souda – emprunté, si l’on en croit Björck, à l’œuvre même d’Apsyrtos – cette campagne eut lieu en Scythie, pendant le règne d’un empereur Constantin (cf. supra). Or, dans la fourchette proposée par Björck (150 à 250 apr. J.-C.), il n’y a aucun empereur romain de ce nom.

  • 54 G. Björck, op. cit., p.9, n.1.
  • 55 C’est en tout cas un des résultats de la comparaison entre la traduction arabe de l’œuvre de Théom (...)

28Le savant philologue54 a certes cru trouver la solution à ce problème en prétendant que l’auteur de la Souda « n’a pas nécessairement vu les livres originaux d’Apsyrtos » mais plutôt un Corpus « dédié à un empereur Constantin », d’où ce supplément d’information qui ne se trouverait donc pas dans l’œuvre originale d’Apsyrtos. Avouons-le, son explication manque d’arguments convaincants, d’autant plus que l’original ne nous est pas parvenu ; seules sont connues des lettres réunies dans le CHG (mentionnées ci-dessus). Autrement dit, rien n’indique non plus que ce ne soit pas, au contraire, la Souda qui nous ait transmis en définitive un passage d’une qualité supérieure au CHG, d’autant plus que nous savons désormais que le compilateur du CHG n’a pas hésité à retravailler les textes sélectionnés pour qu’ils fassent partie de la collection hippiatrique55.

  • 56 Sur les incitations à venir s’établir à Constantinople, voir G. Dagron, Naissance d’une capitale. (...)
  • 57 C. Mango (introd.), Byzantina-Metabyzantina. La périphérie dans le temps et l’espace, Actes de la (...)

29Ensuite, même si les noms de ses correspondants sont presque tous classiques, il ne faut pas oublier que le christianisme ne devient une religion d’État que sous Théodose et que les noms païens ont tardé à disparaître. Enfin, si Apsyrtos ne cite pas Constantinople, cela n’a rien de surprenant à notre sens. Résidence impériale, Constantinople évolue progressivement en capitale ecclésiastique, mais elle ne devient centre culturel important que plus tard56. Comme le mentionnait C. Mango57, « peuplée de soldats et de fonctionnaires, Constantinople reste excentrique par rapport aux vieilles villes de culture… ». D’ailleurs, même si elle attire des intellectuels par des positions profitables, elle n’en produit pas. En effet, parmi les écrivains de la période protobyzantine, seuls Socrate (l’historien de l’Église) et Ménandre le Protecteur étaient originaires de Constantinople. Aux yeux d’Apsyrtos, cette ville n’avait donc probablement pas l’importance qu’elle a acquise par la suite.

30Il apparaît donc que les raisons qui ont poussé G. Björck à situer la période d’activité d’Apsyrtos entre 150 et 250 de notre ère ne sont pas vraiment convaincantes. Il devient dès lors très probable qu’Apsyrtos ait vécu au ive siècle et, plus précisément, dans le deuxième quart de ce siècle, date qui concorde avec les informations contenues dans la Souda, concernant les campagnes militaires menées par Constantin le Grand contre les Goths, mais également avec celle de Flavius Ursus. Une fois cette date acquise, la période d’activité d’autres hippiatres, auteurs d’ouvrages dont les extraits composent le CHG, doit être réexaminée puisqu’elle repose sur celle d’Apsyrtos.

La période d’activité des hippiatres liés à Apsyrtos

  • 58 Il est l’auteur d’une compilation agricole ayant servi de base, avec les Géorgiques de Didymos, à (...)

31Outre Anatolios58, pour lequel nos propositions concernant Apsyrtos n’influencent en rien la période d’activité située au ive siècle, celle de cinq hippiatres (présentés, pour plus de commodité, par ordre alphabétique) sera brièvement examinée dans les pages qui suivent.

Eumèlos

  • 59 Voir J. N. Adams, « Pelagonius, Eumelus and a Lost Latin Veterinary Writer », dans G. Sabbah, text (...)
  • 60 ὡς εἲрηται καὶ Εὐμήλῳ τῷ Θηβαίῳ (CHG I, 17,9-10 = Hipp. Berol., II, 7) ; εἲрηαι δὲ καὶ Eὐμήλῳ ἱππο (...)
  • 61 Voir P.-P. Corsetti, op. cit., p. 10.
  • 62 C. F. Heusinger, op. cit., p. 17 ; E. Leclainche, op. cit., p. 648.

32Situé entre Columelle et Apsyrtos, il semble avoir eu accès aussi bien à la littérature grecque que latine, puisqu’il renvoie à l’une comme à l’autre (ὅπεр Ἕλληνές τε καὶ Ῥωμαῖοι…, CHG II, 31,20 = Hipp. Paris., 29). Il s’appuie souvent sur Magon, Columelle et une autre source latine anonyme59. Par ailleurs, Apsyrtos l’utilise et le cite60. Suite aux propositions de G. Björck concernant Apsyrtos, la période d’activité d’Eumèlos a été située entre 68 (date de fin de règne de Néron pendant lequel Columelle, la dernière des sources d’Eumèlos clairement datée, a composé son ouvrage De re rustica, dont les livres VI à IX sont consacrés à l’élevage)61 et 150 (terminus post quem établi par Björck pour la composition de l’œuvre d’Apsyrtos). Avant G. Björck, C. F. Heusinger et E. Leclainche situaient la période d’activité d’Eumèlos au iiie siècle62 sans présenter les raisons de cette datation. En se basant sur les recherches récentes relatives à Némésien, il est possible de donner raison à ces deux savants et, peut-être même, de préciser la date de cet hippiatre.

  • 63 V. Gitton, « La médecine vétérinaire de Némésien, cynegeticon, vv. 283-289 », dans A. Debru, N. Pa (...)

33Dans la partie de son poème didactique, cynegetica, consacrée à l’élevage des chevaux, Némésien propose un traitement prophylactique, la saignée préventive, qui consiste à saigner le cheval bien portant, au début du printemps, pour le rendre plus fort et lui éviter les maladies. Ce traitement est mentionné chez Apsyrtos qui justifie son hostilité envers cette pratique en faisant référence à Eumèlos (εἴрηται δὲ καὶ Εὐμήλῳ ἱπποϊατрῷ…, CHG I, 56,17-18 = Hipp. Berol., X, 1). Ainsi que le laisse supposer ce renvoi, il est très probable qu’Eumèlos avait déjà écrit sur le sujet, mais ce texte n’est pas parvenu. Or, comme le conclut Valérie Gitton63, cette pratique, « encore inconnue au premier siècle après J.-C., […] semble s’être développée entre le deuxième et le troisième siècle, et ceci dans l’ensemble de l’Empire… ». Ainsi, si Eumèlos l’évoquait dans son œuvre, cela signifie qu’il a probablement vécu autour ou après les iie-iiie siècles. Pouvons-nous préciser davantage ?

  • 64 Id., p. 146-149.
  • 65 En effet, dans une autre lettre (CHG I, 336,9-14 = Hipp. Berol., XCVII, 3), Apsyrtos décrit longue (...)
  • 66 Selon toute vraisemblance, il a composé son poème entre 283 et 284 (K. Smolak, « Némésien », dans (...)
  • 67 V. Gitton, op. cit., p. 153.

34Comme nous venons de le souligner, Apsyrtos, s’appuyant sur Eumèlos, refuse cette procédure. Dans la Mulomedicina Chironis et, plus tard, chez Végèce, on la déconseille également64, bien que des explications fort détaillées sur son application soient proposées65. Donc, si du temps de Némésien66 cette pratique, qu’il choisit « en priorité et en exclusivité comme traitement du cheval67 », ne semble pas contestée, elle le deviendra avec les traités hippiatriques d’Apsyrtos, de Chiron, de Végèce mais aussi d’Eumèlos. Il y a donc eu une évolution dans la façon de considérer ce traitement prophylactique. Par conséquent, il est fort probable qu’Eumèlos soit postérieur à Némésien, et il faudrait le situer entre cet auteur et Apsyrtos, autrement dit, entre l’extrême fin du iiie ou le tout début du ive siècle.

Hiéroclès

  • 68 Dans le prologue du premier livre de son œuvre, il fait allusion à deux reprises aux tribunaux (Ἀλ (...)
  • 69 Notons qu’Apsyrtos, au début de sa lettre sur la fièvre, met en garde quiconque chercherait de l’é (...)
  • 70 Voir, par exemple, F. Smith, « The Early History of Veterinary Literature and its British Developm (...)
  • 71 A.-M. Doyen-Higuet, « Les prologues de Hiéroclès », Les études classiques 70 (2002), p. 50, n. 77.
  • 72 Sur Hiéroclès, voir bibliographie d’Anne-Marie Doyen-Higuet (ibid.), et A. McCabe, Apsyrtos, Hiero (...)

35Vraisemblablement avocat de profession68, il a principalement puisé dans l’œuvre d’Apsyrtos pour produire un texte dans un grec plus éloquent69. Il est généralement daté entre le ive et le ve siècle70. Néanmoins, comme se le demande, à juste titre, Anne-Marie Doyen-Higuet, le fait qu’il n’évoque pas Apsyrtos dans les prologues des deux livres de son œuvre pourrait trahir une certaine proximité dans le temps avec ce dernier71. Il se pourrait donc que sa période d’activité soit plutôt à situer dans la seconde moitié du ive siècle72.

Hippocrate l’hippiatre

  • 73 Voir, par exemple, J. A. Van der Linden (éd.), Magni Hippocratis coi opera omnia Graece et latine, (...)

36Les Hippiatrica ont transmis quelques fragments attribués à un certain Hippocrate. Certains l’ont assimilé au médecin de Cos et ont ainsi inclus lesdits fragments dans l’édition de l’œuvre du célèbre médecin73. Il se peut en fait qu’il s’agisse d’Hippocrate l’hippiatre auquel Apsyrtos s’adresse à deux reprises (ἌΨυрτος Ἱπποκрάτει ἱπποϊατрῷ Χαίрειν, CHG I, 74,15 = Hipp. Berol., XII, 1 ; ἌΨυрτος Ἱπποκрάτει Χαίрειν, CHG II, 143,16-17 = Hipp. cant., X, 11). Si c’est bien le cas, sa période d’activité devrait être à peu près la même que celle d’Apsyrtos.

Pélagonius

  • 74 Grâce, notamment, à l’intérêt que lui a porté K.-D. Fischer, cet auteur a été beaucoup étudié ces (...)
  • 75 K.-D. Fischer, « Ancient Veterinary Medicine… », op. cit., p. 202, écrivait : « In concluding this (...)
  • 76 K.-D. Fischer, « Littérature médicale… », op. cit., p. 91-92.
  • 77 Sur ce point, voir K.-D. Fischer, « The First Latin Treatise on Horse Medicine and Its Author Pela (...)
  • 78 Voir A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris, op. cit., p. 88-89 (Asterius), 686-687 (Pelagoni (...)
  • 79 Suivant l’exemple d’Apsyrtos, Pélagonius avait composé son ouvrage sous forme de lettres. Signalon (...)
  • 80 K.-D. Fischer (éd.), Pelagonii ars veterinaria, Leipzig, 1980, p. 1-2 (epist. ded.), 10-12 (epist. (...)
  • 81 Sur la confusion entre Astyrius et Asterius, voir TLL t. II, p. 947, l. 28-30.
  • 82 K.-D. Fischer (éd.), Pelagonii…, op. cit., p. 28-30 (epist. VIIII).

37En ce qui concerne Pélagonius74, il doit être situé entre Apsyrtos, dernière source connue qu’il utilise75, et Végèce, qui le mentionne et l’utilise à son tour76. Il est généralement daté du milieu du ive siècle. Cependant, si l’on prend en considération d’une part les nouvelles propositions pour la période d’activité d’Apsyrtos et, d’autre part, le fait que les passages provenant de l’œuvre de ce dernier n’ont apparemment pas été traduits par Pélagonius mais par quelqu’un d’autre77, sa période d’activité remonterait au début de la seconde moitié du ive siècle. D’ailleurs, cette datation correspond aux dates de Betitius Perpetuus Arzygius, consularis tusciae et vmbriae après 366 et de L. Turcius Apronianus Asterius, corrector tusciae et vmbriae en 342 et Praefectus urbi en 362-36478, qui pourraient être deux de ses correspondants79 : Arzygius, à qui Pélagonius dédie son ouvrage et adresse les lettres III, VI et XXIV80, et Astyrius81, à qui est destinée la lettre IX82.

Théomnestos

  • 83 Le 18 septembre 324, dans une bataille près de Chrysopolis, Constantin le Grand vainquit Licinius (...)
  • 84 Voir M. Haupt, « Varia LIV », Hermes 5 (1871), p. 23-25.
  • 85 Constantin avait promis sa sœur Constantia à Licinius. L’entrevue des deux hommes à Milan, lieu dé (...)

38Il a dû publier son livre après Apsyrtos puisqu’il utilise son œuvre et le cite une fois (ἌΨυрος γὰр τοῦτο τὸ πάθος…, CHG I, 273,15-16 = Hipp. Berol., LXIX, 16). Il faut probablement situer cette entreprise vers la fin de la première moitié du ive siècle et non, comme G. Björck le pense, entre son voyage avec l’empereur Licinius en 313 (départ de Licinius vers Milan pour épouser Constantia) et la chute de celui-ci en 32483. Théomnestos signale dans le chapitre sur le tétanos (CHG I, 183-186 = Hipp. Berol., XXXIV, 11-14) qu’il avait accompagné un empereur, en tant qu’ami, à son départ de Pannonie pour l’Italie à travers les Alpes. Grâce au supplément d’informations contenues dans le Paris. gr. 2322, il a été établi84 que l’empereur cité est Valérius Licinianus Licinius (308-324), qui partit de Carinthie pour Milan à la fin de l’hiver 313, en vue d’épouser la sœur de l’empereur Constantin le Grand85.

  • 86 G. Björck, op. cit., p. 9.
  • 87 Id., p. 8.

39En essayant de situer la période d’activité d’Apsyrtos, cité par Théomnestos, G. Björck pensait que ce dernier ne devait pas être beaucoup plus jeune que Licinius, sinon il n’aurait pas décrit avec autant de fierté son amitié avec l’empereur86. Le philologue suédois, partant de cet argument et du fait que Licinius se maria, selon lui, à 60 ans passés, croyait pouvoir situer la publication de l’ouvrage de l’hippiatre entre 313 et 324. Il donne comme date ultime l’an 324, parce qu’après « la chute et la condamnation de Licinius, un auteur aurait été décidément mal avisé de se vanter de ses relations intimes avec ce prince87 ».

  • 88 M. Festy (éd.), Pseudo-aurélius victor, abrégé des césars, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p (...)
  • 89 Un autre témoignage sur l’âge de l’empereur est moins précis que celui de Pseudo-Aurélius Victor. (...)

40Cependant, nous pensons que G. Björck s’est égaré à propos de Théomnestos et, par conséquent, à propos d’Apsyrtos lui-même. Tout d’abord, même si Théomnestos n’était pas beaucoup plus jeune que l’empereur, il faut tout de même souligner que ce dernier se maria vers l’âge de 48 ans, et non à 60 ans, puisque c’est à cet âge-ci qu’il est, semble-t-il, décédé. Dans l’epitome de caesaribus (XLI, 8) de Ps-Aurélius Victor88, il est précisé que l’empereur Licinius « périt après environ quatorze ans de règne, à près de soixante ans » (Hic licinius annum dominationis fere post quartum decimum, uitae proxime sexagesimum occidit). Il devient alors plus que probable que Björck se soit trompé dans ses calculs89.

  • 90 Théomnestos fait aussi allusion à un empereur dans le chapitre sur la pneumonie (CHG I, 47,22 = Hi (...)

41Ensuite, celui-ci soutenait que Théomnestos ne pouvait pas décrire son amitié avec Licinius et publier son ouvrage après la défaite de l’empereur. Toutefois, il ne s’agit pas ici d’un éloge envers Licinius mais plutôt d’un supplément d’informations pour expliquer son expérience à propos du tétanos90. En effet, après une introduction sur ce mal, il précise : τοῦτο δὲ ἔγνων ἐγὼ γενόμενος ἐπὶ <… τῆς > Παννονίας, βασιλεῖ παрεπόμενος…( CHG I, 183, 21-22 = Hipp. Berol., XXXIV, 12).

  • 91 Même si nous admettons qu’il n’était pas beaucoup plus âgé que Licinius, son âge, au moment du déc (...)

42En outre, G. Björck a négligé un détail : Théomnestos ne mentionne nulle part le nom de Licinius, il fait juste allusion à un empereur (…βασιλεῖ παрεπόμενος καὶ ὡς ϕίλος σὺν αὐτῷ διάγων, id.. 183,22-23). Ceci, avec les nouveaux calculs sur l’âge de l’empereur (et, indirectement, sur celui de Théomnestos) et les précisions sur les raisons de la présence de cette information dans ce chapitre, renforce l’hypothèse d’une publication après la damnatio memoriae de Licinius91.

43Dans le tableau ci-dessous, nous avons résumé, dans la colonne du milieu, les datations, provenant notamment des recherches de G. Björck sur Apsyrtos, des principaux auteurs dont l’œuvre forme le CHG. Dans la colonne de droite, sont présentées leurs périodes d’activité suite à la réévaluation de celle d’Apsyrtos. La lecture de ce tableau permet de constater que ces auteurs, que G. Björck appelait « l’heptade vétérinaire », ne sont pas antérieurs aux changements survenus dans l’armée romaine, mais bien contemporains. En effet, six hippiatres, et peut-être même le septième (Hiéroclès), ont vécu entre l’extrême fin du iiie et la fin du ive siècle, période qui correspond aux grandes réformes de l’armée romaine.

  • 92 Nous ne prenons pas en compte des œuvres telles que les traités d’hippologie, de cynégétique, d’ag (...)
  • 93 Un autre bond dans la production, cette fois-ci autant dans la copie d’anciens textes que dans la (...)
  • 94 Étant donné que l’œuvre de Pélagonius a été utilisée dans le CHG, nous avons inclus l’auteur dans (...)
  • 95 Selon toute vraisemblance, ce personnage est le même que Flavius Vegetius Renatus auquel on doit u (...)
  • 96 En dehors de Palladius dont le livre XIV occupe une place à part, nous ne faisons pas référence ic (...)

44L’absence presque complète avant le ive siècle de traités entièrement consacrés à la médecine vétérinaire92, ainsi que le silence des auteurs sur des œuvres hippiatriques qui auraient pu avoir disparu, tendent à prouver que la production littéraire hippiatrique grecque s’est véritablement développée durant cette période93. La production vétérinaire latine connaît, au même moment, ce même élan : outre Pélagonius94, Végèce aurait vécu à la fin du ive siècle95. Quant à la Mulomedicina chironis, elle est à situer entre Apsyrtos et Végèce. Enfin, Palladius, dont le XIVe livre de l’Opus Agriculturae est entièrement consacré à ce sujet, vécut au ve siècle96.

  • 97 Ch. M. Ternes, « L’érudition zoologique au passage de l’Antiquité au Moyen Âge », dans Homme et an (...)

45Ce développement s’inscrit bien entendu dans l’effervescence culturelle plus générale du ive siècle. Selon Ch. M. Ternes97, « il y a des époques scientifiquement très actives, novatrices, qui en suscitent presque invariablement d’autres, synthétiques, portées aux sommes, aux bilans ». Quant au ive siècle, c’est plutôt une époque de récolte, dans laquelle l’érudition est abondante : les édits impériaux sont regroupés en compendia, les abrégés se multiplient, la grammaire et la rhétorique font l’objet d’études de synthèse, l’érudition historiographique explose, aussi bien que la médecine humaine et vétérinaire.

46Si la production vétérinaire a connu l’essor que nous venons de décrire à cette période, ce n’est pas seulement un effet lié à ce renouveau culturel. Même si la production, tous domaines confondus, a été renforcée par le changement de support (passage du rouleau au codex) et l’effervescence littéraire que cela a provoqué, cette offre en nouveaux textes hippiatriques doit être également comprise comme la réponse à une forte demande.

  • 98 Nous nous limitons ici à ces deux auteurs pour lesquels les informations dont nous disposons nous (...)
  • 99 Il ne faut pas oublier que l’hippiatrie, et plus généralement la médecine vétérinaire, n’était pas (...)
  • 100 Voir K.-D. Fischer, « Ancient Veterinary Medicine… », op. cit., p. 198.

47D’où venait cette demande ? Tout d’abord de l’armée, pour soigner les chevaux de la cavalerie. D’ailleurs, au moins un hippiatre, Apsyrtos, était engagé dans l’armée. Un autre, Théomnestos, était le vétérinaire de l’empereur Licinius et, très probablement, participait aussi à des campagnes militaires98. Les riches propriétaires devaient également être demandeurs. C’est probablement pour eux que Hiéroclès a paraphrasé l’œuvre d’Apsyrtos, dans le but d’offrir un texte, d’un langage moins technique, à un public plus large99. C’est à un public similaire, cette fois-ci de langue latine, qu’un autre auteur, Végèce, destinait son ouvrage100.

48Cette demande, contemporaine de la réorganisation de l’armée romaine, peut s’expliquer par une utilisation plus intensive du cheval. Cette nouvelle place du cheval ne pouvait pas se faire sans les changements entrepris dans l’armée, sans le développement de l’hippiatrie pour répondre aux nouveaux besoins, mais aussi sans la mise au point d’ » instruments » hippiques fondamentaux. C’est donc le concours de ces facteurs qui a permis à la cavalerie de se développer et au cheval d’acquérir une place prépondérante, d’abord dans l’armée, puis, peu à peu, dans la vie quotidienne.

Notes

* Nous tenons à remercier tout particulièrement Monsieur le professeur Alain Chauvot (Institut d’Histoire romaine de l’université Marc-Bloch) qui a bien voulu lire attentivement la présente contribution et nous faire part de ses idées et de ses observations.

1 J.-M. Carrié, A. Rousselle, L’Empire romain en mutation, Nouvelle histoire de l’Antiquité 10, Paris, Seuil, 1999, p. 135.

2 Il est vrai que la cavalerie militaire n’avait pas vraiment percé dans l’Antiquité et les exceptions furent sporadiques. La seule singularité d’envergure fut celle d’Alexandre le Grand qui a été un des rares à avoir rapidement saisi les avantages que pourrait lui procurer la cavalerie, surtout utilisée en association avec l’infanterie. Malgré cet illustre précédent, notait J.-P. Digard, Une histoire du cheval. Art, techniques, société, Arles, Actes sud, 2004, p. 63, « la cavalerie n’a pas cessé de diminuer en nombre absolu durant la période hellénistique ».

3 Il ne s’agit pas de réformes majeures, telles qu’elles ont été décrites autrefois, mais plutôt d’une « série de mesures ponctuelles étalées dans le temps, tentatives pour parer au fur et à mesure aux faiblesses de l’armée impériale » (C. Zuckerman, « L’armée », dans C. Morrisson, Le monde Byzantin, t. I, L’Εmpire romain d’orient (330-691), Nouvelle Clio, Paris, PUF, 2004, p. 144).

4 Nous nous limiterons dans cette étude à une présentation succincte de quelques « étapes » de l’utilisation de plus en plus importante de la cavalerie et du développement de la cavalerie lourde au cours des quatre premiers siècles de notre ère.

5 À propos du terme Scutarius, qui est exclusivement associé aux unités de la cavalerie, voir S. Janniard, « Armati, Scutati et la catégorisation des troupes dans l’Antiquité tardive », dans Y. Le Bohec, C. Wolff, L’armée romaine de dioclétien à valentinien Ier (Actes du Congrès de Lyon, 12-14 septembre 2002), Collection du Centre d’études romaines et gallo-romaines, NS 26, Lyon, diff. de Boccard, 2004, p. 393.

6 Des exemples sont présentés sur différents monuments (voir, par exemple, sur l’arc de Galère à Thessalonique, dans H. P. Laubscher, Der reliefschmuck der Galeriusbogens in thessaloniki, Archäologische Forschungen 1, Berlin, G. Mann, 1975, taf. 30.1-31.1).

7 Voir une reproduction dans S. James, The arms and armour and other Military equipment. The excavations at dura-europos conducted by Yale university and the French academy of inscriptions and letters 1928 to 1937. Final report, VII, London, The British Museum Press, 2004, pl. 13.

8 L’abondant matériel militaire découvert sur ce site nous renseigne sur l’équipement de la garnison romaine de la cité, mais également sur celui des assiégeants sassanides qui ont envahi la ville en 255-256 (voir S. James, op. cit., p. 39-46).

9 R. Ghirshman, Iran. parthes et sassanides, Univers des formes 3, Paris, Gallimard, 1962, p. 50 et fig. 63c.

10 H. Wolfram, » L’armée romaine comme modèle pour L’Exercitus barbarorum », dans Fr. Vallet, M. Kazanski, l’armée romaine et les barbares du 3e au 7e siècle. Actes du colloque international organisé par le Musée des Antiquités nationales et l’URA 880 du CNRS (Saint-Germain-en-Laye, 24-28 février, 1991), Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne 5, Rouen, Association française d’archéologie mérovingienne – Musée des Antiquités nationales, 1993, p. 13.

11 J.-M. Carrié, :A. Rousselle, op. cit., p. 136-137.

12 J. Bidez (éd.), L’empereur Julien, Œuvres complètes, éloge de constance, t. I, 1re partie, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1932, p. 54.

13 Id., p. 55.

14 J.-L. Charlet (éd.), Claudien, Œuvres, t. II, 1. Poèmes politiques (395-398), CUF, Paris, Les Belles Lettres, 2000, p. 110-111.

15 L. B. Moss, La naissance du Moyen Âge (395-814), Bibliothèque historique, Paris, Payot, 1961, p. 54.

16 Sur les causes de la chute de l’Empire romain d’Occident, voir, outre les références déjà citées, A. H. M. Jones, Le déclin du monde antique (284-610), Coll. Histoire de l’Europe 1, Paris, Sirey, 1970, notamment p. 347354, et Ph. Richardot, La fin de l’armée romaine (284-476), Hautes études militaires, Paris, Economica, 2001 (2e éd. Revue et augmentée).

17 Sur cet événement voir, entre autres, J. Straub, « Die Wirkung der Niederlage bei Adrianopel auf die Diskussion über das Germanenproblem in der spätrömischen Literatur », Philologus 95 (1943), p. 255286 ; Th. S. Burns, « The Battle of Adrianople : A reconsideration », Historia. Zeitschrift für alte Geschichte 22 (1973), p. 336-345 ; A. Ferrill, The Fall of the roman empire, London, Thames and Hudson, 1990, p. 56-67. De façon plus générale, voir E. Chrysos, Το Βυζάντιον καί οι Γότθοι, Thessalonique, Hetaireia Makedonikôn Spoudôn, 1972, p. 129-134, et Ph. Richardot, op. cit., p. 271-291.

18 À Andrinople, la défaite des légionnaires et des auxiliaires d’élite face aux fantassins wisigoths, après le succès décisif des cavaliers ostrogoths et alains, ternit encore plus la réputation de supériorité de l’infanterie romaine (voir également les observations de E. Demougeot, La formation de l’Europe et les invasions barbares, t. II, 1. De l’avènement de dioclétien (284) à l’occupation germanique de l’empire romain d’occident (début du vie siècle), Collection historique, Paris, Aubier, 1979, p. 143-146).

19 Voir, entre autres, Ch. Oman, A History of the Art of War in the Middle Ages, t. I. 378-1278 ad, London, Greenhill Books, 1991, p. 22-37.

20 J. Haldon, « Quelques conclusions pour l’empire d’Orient », dans Fr. Vallet, M. Kazanski, op. cit., p. 466.

21 Voir A. D. H. Bivar, « Cavalry equipment and tactics on the Euphrates frontier », dop 26 (1972), p. 273.

22 Sur l’armée byzantine en général, voir, entre autres, A. pertusi, « Ordinamenti militari, guerre in Occidente e teorie di guerra dei Bizantini (secc. vi-x) », dans Ordinamenti militari in occidente nell’alto Medioevo, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’Alto Medioevo 15, t. II, Spoleto, 1968, p. 631-700 ; L. Bréhier, Le monde byzantin. t. II. Les institutions de l’empire byzantin, L’évolution de l’humanité 20, Paris, Albin Michel, 1970, p. 271-322 ;T. Kolias, Byzantinische Waffen. ein Beitrag zur byzantinischen Waffenkunde von den anfängen bis zur lateinischen eroberung, Byzantina Vindobonensia 17, Wien, Verlag der Österr. Akad. derWiss., 1988 ; A. Hyland, the MedievalWarhorse : From Byzantium to the crusades, Stroud, Sutton, 1994 (rééd. 1996), notamment p. 18-53 (ces mêmes propos ont été résumés dans the Horse in the Middle ages, Stroud, 1999, surtout p. 85 et 140-141) ; D. Nicolle, Medieval Warfare source Book. christian europe and its neighbours, London, Arms and Armour, 1996 ; X. Papasôtèriou, Βυζαντινή υΨηλή στрατηγική (6ος-11ος) αιώνας, Σειрά Μελετών Διπλωματίας και Στрαηγικής 4, Athènes, Poiotèta, 2001 (3e éd.) ; v C. Zuckerman, « L’armée », op. cit., p. 143-180. Sur l’équipement de l’armée byzantine, voir, F. Aussaresses, l’armée byzantine à la fin du vie siècle d’après le Strategicon De l’empereur Maurice, Bibliothèque des Universités du Midi 14, Bordeaux, Feret, 1909 ; A.D.H. Bivar, op. cit., p. 273-291 ; J. F. Haldon, « Some Aspects of Byzantine Military Technology from the Sixth to the Tenth Centuries », Byzantine and Modern Greek studies 1 (1975), p. 11-47 ; P. Schreiner, « Zur Ausrüstung des Kriegers in Byzanz, im Kiewer Rußland und in Nordeuropa nach bildlichen und literarischen Quellen », dans R. Zeitler, Les pays du nord et Byzance (scandinavie et Byzance), Actes du colloque nordique et international de byzantinologie (Upsal, 20-22 avril 1979), Uppsala, 1981, p. 215-236 ; G. Dagron, « Modèles de combattants et technologie militaire dans le stratègikon de Maurice », dans Fr. Vallet, M. Kazanski, op. cit., p. 279-284.

23 L’epitoma rei Militaris est nécessairement postérieure à 383 et ne peut avoir été composée après 450. Sur la période de sa composition les opinions divergent, le plus souvent entre les règnes de Valentinien II (375392), de Théodose ier (378-395) et de Valentinien III (425-455). Voir, entre autres, W. Goffart, « The Date and Purpose of Vegetius “De Re Militari” », traditio 33 (1977), p. 65-100 ; T. D. Barnes, « The Date of Vegetius », Phoenix 33 (1979), p. 254-257 ; G. Sabbah, Pour la datation théodosienne du De re militari De végèce, dans Mémoires 2 du Centre Jean Palerne, Saint-Étienne, 1980, p. 131-155 ; A. Chauvot, opinions romaines face aux Barbares au ive siècle apr. J.-C., Études d’archéologie et d’histoire ancienne, Paris, diff. de Boccard, 1998, p. 312-318 ; C. Zuckerman, « Sur la date du traité militaire de Végèce et son destina taire Valentinien II », scripta classica israelica 13 (1994), p. 67-74. Nous tenons à remercier notre ami, Constantin Zuckerman, de nous avoir communiqué ses recherches sur le sujet.

24 M. D. Reeve (éd.), vegetius, epitoma rei Militaris, Scriptorum Classicorum Bibliotheca Oxoniensis, Oxford, Clarendon Press, 2004, p. 119, l. 24-120, l. 2. Sur Végèce et son œuvre militaire, voir également Ph. Richardot, végèce et la culture militaire au Moyen Âge (v -xve siècles), Bibliothèque stratégique, Paris, Economica, 1998.

25 Sur ce point, voir Th. S. Burns, op. cit., p. 336-345 ; C. M. Gillmor, « Cavalry, European », dans J. R. Strayer, dictionary of the Middle ages, t. III, New York, 1989, p. 201, ou encore A. Ferrill, op. cit., p. 56-67, notamment p. 60.

26 Voir « L’armée », op. cit., p. 151.

27 À ce propos, voir par exemple notre étude sur l’étrier, S. Lazaris, « Considérations sur l’apparition de l’étrier : contribution à l’histoire du cheval dans l’Antiquité tardive », dans A. Gardeisen, Les équidés dans le monde méditerranéen antique, Actes du colloque organisé par l’École française d’Athènes, le Centre Camille Jullian et l’UMR 5140 du CNRS, Athènes, 26-28 nov. 2003, Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, Lattes, Éd. de l’Association pour le développement de l’archéologie en Languedoc-Roussillon, 2005, p. 275-288.

28 K.-D. Fischer, « Littérature médicale », dans R. Herzog, Nouvelle Histoire de la littérature latine, t. V. Restauration et renouveau, Turnhout, Brépols, 1993, p. 93.

29 Ces textes, écrit L. Bodson (« La médecine vétérinaire dans l’Antiquité gréco-romaine. Problèmes, composantes, orientations », Ethnozootechnie 34 (1984), p. 5), « véhiculent des connaissances accumulées au cours d’une longue tradition où se combinent l’expérience des éleveurs et des gardiens du bétail et celle des praticiens, anonymes ou non, de la médecine vétérinaire ».

30 Pendant fort longtemps la distinction entre médecin et vétérinaire ne se faisait pas et il est toujours difficile de déterminer le moment où cette profession a commencé à exister en tant que telle. Sur les termes utilisés (ἱππιατрός, ueterinarius et mulomedicus), voir, entre autres, K.-D. Fischer, « Ancient Veterinary Medicine », MHJ 23 (1988), p. 191-193, et J. N. Adams, Pelagonius and latin veterinary terminology in the roman empire, Coll. Studies in Ancient Medicine 11, Leiden, Brill, 1995, p. 51-65.

31 Le CHG renferme des fragments de plusieurs auteurs dont Anatolios, Apsyrtos, Eumèlos, Hiéroclès, Hippocrate l’hippiatre, Pélagonius et Théomnestos pour lesquels ont été conservés le plus grand nombre de textes.

32 Le problème de sa constitution reste entier, et ceci malgré de vaines tentatives de rattachement au mouvement culturel qui s’observe autour du ixe siècle.

33 Une traduction arabe établie, selon toute vraisemblance, à partir de l’œuvre originale de Théomnestos et non d’après ce qui lui est attribué dans le CHG, est parvenue (voir, en dernier lieu, R. G. Hoyland, « Theomnestus of Nicopolis, Hunain ibn Ishaq and the beginnings of Islamic veterinary science », dans R. G. Hoyland, Ph. F. Kennedy, Islamic reflections arabic Musings. studies in Honour of professor alan Jones, Cambridge, Gibb Memorial Trust, 2004, p. 150-169). Par contre, la version de l’œuvre d’Hiéroclès en deux livres est postérieure à la constitution du CHG d’où elle a d’ailleurs été tirée (sur l’essor de cette œuvre, voir S. Lazaris, « Contribution à l’étude de l’hippiatrie grecque et de sa transmission à l’Occident (xiiie-xve siècles) », dans M.-Cl. Amouretti, Fr. Sigaut, Traditions agronomiques européennes. élaboration et transmission depuis l’antiquité, Actes du 120e congrès national des sociétés historiques et scientifiques (Aix-en-Provence, 23-25 octobre 1995), Paris, éd. du CTHS, 1998, p. 143-169). Sur l’œuvre de Pélagonius, voir dans les références citées infra.

34 Si nous utilisons le terme de « collection », et non celui de « Corpus », c’est parce que la manière de procéder, c’est-à-dire de décomposer plusieurs œuvres et ensuite de regrouper, par rubrique, des extraits de celles-ci, rappelle très justement une collection. Sur la notion de ces deux termes, voir G. Björck, Apsyrtus, Julius africanus et l’hippiatrie grecque, UUA 4 (1944), p. 26.

35 Sur le CHG et ces quatre recensions, voir, avec bibliographie, S. Lazaris, « Contribution à l’étude de l’hippiatrie grecque… », op. cit., p. 143-149 et annexe I et II (p. 154-160).

36 À ce sujet, voir S. Lazaris, « Deux textes grecs hippiatriques pseudo-hippocratiques : remarques et considérations », dans I. Garofalo, A. Lami, D. Manetti et alii, Aspetti della terapia nel Corpus Hippocraticum, Atti del « IX Colloque International Hippocratique » (Pisa, 25-29 settembre 1996), Accademia toscana di Scienze e Lettere « La Colombaria », 183, Firenze, L. S. Olschki, 1999, p. 479-484.

37 Son œuvre a été rédigée sous forme d’une série de lettres adressées à diverses personnes.

38 Pour toutes les références au CHG nous nous référons à l’édition de E. Oder et K. Hoppe, Corpus Hippiatricorum Graecorum, t. I (1924) et II (1927) (réimpr. Stuttgart, 1971).

39 A. Adler (éd.), Suidae lexicon, Lexicographi Graeci 1, 1re partie, Leipzig, Teubner, 1928 (réimpr. Stuttgart, 1989), p. 444, article 4739 :ἌΨυрος.

40 K. Sprengel, Versuch einer pragmatischen Geschichte der arzneykunde, t. II, Halle, Gebauer, 1800, p. 306 et n. 67.

41 Il faut noter que cette expédition a commencé en 680 et non en 671, comme K. Sprengel le note dans son ouvrage (sur ces événements, voir G. Ostrogorsky, Histoire de l’état byzantin, Bibliothèque historique, Paris, Payot, 1956, p. 156-157).

42 K. Sprengel, Geschichte der Botanik, t. I, Altenburg, F. A. Brokhans, 1817, p. 191.

43 K. Sprengel, Opuscula academica. collegit, edidit vitamque auctoris breviter enarravit Julius rosenbaum, Lipsiae-Viennae, Apud Braumueller & Seidel, 1844, p. 112.

44 Il s’agit de la bataille du 18 février 332 menée par Constantin le Grand contre les Goths après que les Sarmates, en guerre contre les Goths, eurent fait appel à lui (sur ces événements, voir E. Stein, Histoire du Bas-empire, t. I. De l’état romain à l’état byzantin (284-476), Paris, Desclée de Brouwer, 1959, p. 129).

45 Voir, entre autres, E. Oder, » Apsyrtus. Lebensbild des bedeutendsten altgriechischen Veterinärs », VJh 2 (1926), p. 121-122, et E. Leclainche, « La médecine vétérinaire », dans M.-P. Laignel-Lavastine, Histoire générale de la médecine, de la pharmacie, de l’art dentaire et de l’art vétérinaire, t. I, Paris, 1936, A. Michel, p. 645 (ces mêmes propos ont été repris dans son Histoire illustrée de la médecine vétérinaire, t. I, Paris, A. Michel, 1955, p. 96).

46 Voir, par exemple, C. F. Heusinger, Recherches de pathologie comparée, t. I, Cassel, H. Hotop, 1844, p. 17-18.

47 En 322, les Sarmates attaquèrent effectivement la rive pannonienne de Constantin et assiégèrent le fort de Campona au sud d’Aquincum (Budapest). Constantin le Grand les battit, tua leur roi Rasimond et les poursuivit même jusqu’en Mésie II en intervenant ainsi dans la Pars imperii de Licinius, ce qui déclencha la guerre civile entre les deux empereurs (sur ces événements et la controverse au sujet de Rasimond, voir E. Demougeot, op. cit., p. 64-65 et 326).

48 G. Björck, op. cit., p. 7.

49 Il la compare à un passage de Galien dans lequel le nom de Xénocrate apparaît également (cf. C. G. Kühn [éd.], Claudii Galeni opera omnia, t. XIII. De compositione medicamentorum secundum locos libri x, Medicorum graecorum opera quae extant, Lipsiae, Libr. Car. Cnoblochii, 1827 [réimpr. Hildesheim, 1965], p. 846, l. 13), et il renvoie à M. Wellmann, « Xenokrates aus Aphrodisias », Hermes 42 (1907), p. 614-629.

50 G. Björck, op. cit., p. 12.

51 S. Lazaris, « Deux textes grecs hippiatriques… », op. cit., p. 479-484.

52 Sur ce personnage et son identification avec le correspondant d’Apsyrtos, voir A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris, The prosopography of the later roman empire, t. I. a.d. 260-395, Cambridge University Press, 1971, p. 989.

53 A.-M. Doyen-Higuet, » Contributionàl’histoiredelamédecinevétérinaire », Scientiarum Historia 27 (2001), n. 31.

54 G. Björck, op. cit., p.9, n.1.

55 C’est en tout cas un des résultats de la comparaison entre la traduction arabe de l’œuvre de Théomnestos (basée, selon toute vraisemblance, sur l’original, cf. n. 33 supra) et les fragments qui lui sont attribués dans le CHG (cf. R. G. Hoyland, op. cit., p. 157).

56 Sur les incitations à venir s’établir à Constantinople, voir G. Dagron, Naissance d’une capitale. constantinople et ses institutions de 330 à 451, Bibliothèque byzantine, Paris, PUF, 1974, part. p. 519-525.

57 C. Mango (introd.), Byzantina-Metabyzantina. La périphérie dans le temps et l’espace, Actes de la 6e séance plénière du XXe Congrès international des études byzantines, Dossiers byzantins 2, Paris, Centre d’études byzantines, néo-helléniques et sud-est européennes, 2003, p. 7.

58 Il est l’auteur d’une compilation agricole ayant servi de base, avec les Géorgiques de Didymos, à la réalisation des Géôponika (sur cette œuvre, voir S. Georgoudi, des chevaux et des bœufs dans le monde grec. réalités et représentations animalières à partir des livres xvi et xvii des Géoponiques, Paris-Athènes, Daedalus, 1990). D’après P.-P. Corsetti, « Columelle et les dents du cheval », dans G. Sabbah, Médecins et médecine dans l’antiquité, Mémoires 3 du Centre Jean Palerne, Saint-Étienne, 1982, p. 10, il pourrait être identifié au préfet de l’Illyricum du même nom († 360 apr. J.-C.).

59 Voir J. N. Adams, « Pelagonius, Eumelus and a Lost Latin Veterinary Writer », dans G. Sabbah, textes médicaux latins antiques, Mémoires 5 du Centre Jean Palerne, Saint-Étienne, 1984, p. 7-32.

60 ὡς εἲрηται καὶ Εὐμήλῳ τῷ Θηβαίῳ (CHG I, 17,9-10 = Hipp. Berol., II, 7) ; εἲрηαι δὲ καὶ Eὐμήλῳ ἱπποϊατрῷ(CHG I, 56,17-18 = X, 1) ; τò αὐτò δὲ καὶ Εὐμήλῳ δεδήλωται (CHG I, 57,23 = X, 3).

61 Voir P.-P. Corsetti, op. cit., p. 10.

62 C. F. Heusinger, op. cit., p. 17 ; E. Leclainche, op. cit., p. 648.

63 V. Gitton, « La médecine vétérinaire de Némésien, cynegeticon, vv. 283-289 », dans A. Debru, N. Palmieri, « docente natura », Mélanges de médecine ancienne et médiévale offerts à Guy Sabbah, Mémoires 24 du Centre Jean Palerne, Saint-Étienne, 2001, p. 154.

64 Id., p. 146-149.

65 En effet, dans une autre lettre (CHG I, 336,9-14 = Hipp. Berol., XCVII, 3), Apsyrtos décrit longuement comment il faut faire cette saignée de printemps. À en croire H.-J. Sévilla, « L’art vétérinaire antique. Considérations sur l’hippiatrie grecque », recueil de médecine vétérinaire 98 (1922), p. 7-8, Apsyrtos aurait changé d’avis au cours de sa carrière. V. Gitton, op. cit., p. 149, se demande si ce revirement d’Apsyrtos, qui se retrouve également dans la Mulomedicina Chironis et chez Végèce, n’est pas dû au fait que cette pratique « était si répandue qu’il leur semblait pratiquement impossible de l’empêcher ».

66 Selon toute vraisemblance, il a composé son poème entre 283 et 284 (K. Smolak, « Némésien », dans R. Herzog, nouvelle Histoire de la littérature latine, t. V. restauration et renouveau, Turnhout, Brepols, 1993, p. 353-354).

67 V. Gitton, op. cit., p. 153.

68 Dans le prologue du premier livre de son œuvre, il fait allusion à deux reprises aux tribunaux (Ἀλλ’ εἰ καὶ κατακούειν ἡμᾶς ἑτέрων τὰ νῦν ἐΧрῆν ἔν τε δικαστηрίοις παрέΧειν Χрείαν τοῖς δεομένοις…, CHG I, 3,19-20 = Hipp. Berol., I, 9 ; καὶ λειποτάκτης ἐπὶ καιрοῦ τινος τῆς πεрὶ τοὺς δικάξοντας γενέθαι ϕάλαγγος, ibid. 4,1-2).

69 Notons qu’Apsyrtos, au début de sa lettre sur la fièvre, met en garde quiconque chercherait de l’érudition éloquente dans son texte (ἐν ᾦ μὴ ἐπιξητήσῃς λογιότητα…, CHG I, 1,7-8 = Hipp. Berol., I, 1).

70 Voir, par exemple, F. Smith, « The Early History of Veterinary Literature and its British Development », The Journal of comparative pathology and therapeutics 26 (1913), p. 113 ; S. Georgoudi, op. cit., p. 62.

71 A.-M. Doyen-Higuet, « Les prologues de Hiéroclès », Les études classiques 70 (2002), p. 50, n. 77.

72 Sur Hiéroclès, voir bibliographie d’Anne-Marie Doyen-Higuet (ibid.), et A. McCabe, Apsyrtos, Hierocles and the Byzantine Hippiatrika (MPhil), Oxford, 1995.

73 Voir, par exemple, J. A. Van der Linden (éd.), Magni Hippocratis coi opera omnia Graece et latine, t. 2,2, Lugduni Batavorum, 1665, chap. LXXXV : « Ἱππιατрικά. Veterinaria », p. 875-896. Voir également dans P. A. Valentini (éd.), Ἱπποκрάτους Ἱππιατрικά. Hippocratis veterinaria, Romae, Apud L. Contedini, 1814, qui a repris en partie le travail précédent.

74 Grâce, notamment, à l’intérêt que lui a porté K.-D. Fischer, cet auteur a été beaucoup étudié ces dernières années. Outre les références ci-après, voir également V. Ortoleva, « Un nuovo testimone frammentario di Pelagonio e alcune considerazioni sulla tradizione manoscritta e sul testo dell’ars veterinaria », res publica litterarum 21 (1998), p. 13-44, et V. Gitton-Ripoll, Pélagonius, Ars Veterinaria : Étude du texte, traduction et commentaire, Thèse de doctorat (dir. Fr. Biville), Université Lyon II, 1999, 2 vol. : I. Texte et traduction. II. Étude du texte et commentaire (à paraître aux Belles Lettres).

75 K.-D. Fischer, « Ancient Veterinary Medicine… », op. cit., p. 202, écrivait : « In concluding this discussion of Pelagonius’ sources I may add that he quotes, in addition to Celsus, Columella and Apsyrtos, some authorities whose names occur nowhere else ». Sur les sources de Pélagonius, voir également J. N. Adams, « Pelagonius, Eumelus… », op. cit., p. 7-32 (ses recherches portent principalement sur une source latine anonyme utilisée également par Eumèlos, cf. supra).

76 K.-D. Fischer, « Littérature médicale… », op. cit., p. 91-92.

77 Sur ce point, voir K.-D. Fischer, « The First Latin Treatise on Horse Medicine and Its Author Pelagonius Saloninus », MHJ 16,3 (1981), p. 221. Notons toutefois que, dans ses travaux plus récents (par ex. K.-D. Fischer, « Littérature médicale… », op. cit., p. 92), l’auteur hésite à déterminer si finalement Pélagonius n’a pas traduit lui-même les passages provenant de l’œuvre d’Apsyrtos ou bien s’il ne les a pas « empruntés à un traducteur latin d’Apsyrtus, dont l’existence n’est pas autrement établie ».

78 Voir A. H. M. Jones, J. R. Martindale, J. Morris, op. cit., p. 88-89 (Asterius), 686-687 (Pelagonius), 689 (Arzygius), et K.-D. Fischer, « Pelagonius on Horse Medicine », dans F. Cairns, Papers of the Liverpool Latin Seminar Third Volume, Arca. Classical and Medieval Texts, Papers and Monographs 7, Liverpool, F. Cairns, 1981, p. 289.

79 Suivant l’exemple d’Apsyrtos, Pélagonius avait composé son ouvrage sous forme de lettres. Signalons tout de même que cette identification n’est pas certaine pour beaucoup de spécialistes de cet hippiatre.

80 K.-D. Fischer (éd.), Pelagonii ars veterinaria, Leipzig, 1980, p. 1-2 (epist. ded.), 10-12 (epist. III), 16-22 (epist. VI), 53-54 (epist. XXIIII).

81 Sur la confusion entre Astyrius et Asterius, voir TLL t. II, p. 947, l. 28-30.

82 K.-D. Fischer (éd.), Pelagonii…, op. cit., p. 28-30 (epist. VIIII).

83 Le 18 septembre 324, dans une bataille près de Chrysopolis, Constantin le Grand vainquit Licinius une nouvelle et dernière fois. Celui-ci se rendit au vainqueur quelques semaines plus tard, à Nicomédie.

84 Voir M. Haupt, « Varia LIV », Hermes 5 (1871), p. 23-25.

85 Constantin avait promis sa sœur Constantia à Licinius. L’entrevue des deux hommes à Milan, lieu désigné pour la célébration du mariage, parut sceller l’union de leurs intérêts et de leurs familles.

86 G. Björck, op. cit., p. 9.

87 Id., p. 8.

88 M. Festy (éd.), Pseudo-aurélius victor, abrégé des césars, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1999, p. 44.

89 Un autre témoignage sur l’âge de l’empereur est moins précis que celui de Pseudo-Aurélius Victor. Il s’agit d’Eusèbe de Césarée, qui mentionne seulement (Histoire ecclésiastique, X, VIII, 13) que l’empereur était parvenu à une extrême vieillesse (ἐσχατόγηрως) sans autres détails (cf. E. Grapin (éd.), Eusèbe, Histoire ecclésiastique. Livres IX-X, Livres et documents, Paris, Picard, 1913, p. 158).

90 Théomnestos fait aussi allusion à un empereur dans le chapitre sur la pneumonie (CHG I, 47,22 = Hipp. Berol., VII, 7) sans autant de détails que dans le chapitre sur le tétanos. Enfin, dans le prologue de son œuvre, tel qu’il apparaît dans la traduction arabe, il mentionne sa présence dans des palais royaux sans autre précision (sur ce prologue, voir R. G. Hoyland, op. cit., p. 153).

91 Même si nous admettons qu’il n’était pas beaucoup plus âgé que Licinius, son âge, au moment du décès de l’empereur, ne doit plus être un obstacle à cette hypothèse d’après les corrections que nous venons d’apporter aux calculs de G. Björck.

92 Nous ne prenons pas en compte des œuvres telles que les traités d’hippologie, de cynégétique, d’agriculture et d’élevage dans lesquelles seule une partie est consacrée à la médecine vétérinaire.

93 Un autre bond dans la production, cette fois-ci autant dans la copie d’anciens textes que dans la production de nouveaux, se remarque aux xive-xve siècles. Sur ce phénomène et ses raisons, voir S. Lazaris, « La production nouvelle en médecine vétérinaire sous les Paléologues et l’œuvre cynégétique de Démétrios Pépagôménos », dans M. Cacouros, M. H. Congourdeau, Philosophie et sciences à Byzance de 1204 à 1453 : Les textes, les doctrines et leur transmission, Actes de la table ronde organisée au XXe Congrès International d’Études Byzantines (Paris, 2001), Analecta Orientalia Lovaniensia 146, Louvain, Peeters, 2006, p. 225-267.

94 Étant donné que l’œuvre de Pélagonius a été utilisée dans le CHG, nous avons inclus l’auteur dans le tableau ci-dessus tout en étant conscient que son ouvrage appartient à la production latine.

95 Selon toute vraisemblance, ce personnage est le même que Flavius Vegetius Renatus auquel on doit une Epitoma rei Militaris. Sur la période d’activité de celui-ci, voir supra n. 23.

96 En dehors de Palladius dont le livre XIV occupe une place à part, nous ne faisons pas référence ici non plus à des œuvres indirectement liées à la médecine vétérinaire.

97 Ch. M. Ternes, « L’érudition zoologique au passage de l’Antiquité au Moyen Âge », dans Homme et animal dans l’antiquité romaine (actes du colloque de Nantes, 1991), Tours, Centre de recherches A. Piganiol, 1995, p. 374-375.

98 Nous nous limitons ici à ces deux auteurs pour lesquels les informations dont nous disposons nous permettent de nous prononcer de façon certaine sur le lieu où ils ont exercé leurs fonctions. Malheureusement, la lecture de la plupart des textes hippiatriques parvenus dans le CHG ne livre pratiquement aucune information sur la vie et la profession des auteurs auxquels ils sont attribués.

99 Il ne faut pas oublier que l’hippiatrie, et plus généralement la médecine vétérinaire, n’était pas seulement pratiquée par des professionnels mais également par les soldats et les officiers qui étaient responsables de leur monture ou encore par les propriétaires de chevaux et par les éleveurs.

100 Voir K.-D. Fischer, « Ancient Veterinary Medicine… », op. cit., p. 198.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25524/img-1.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search