Version classiqueVersion mobile

La médecine vétérinaire antique

 | 
Marie-Thérèse Cam

Première partie. Connaître et prévenir

Marques au fer et amulettes : identifier et protéger les animaux

Isabelle Villeveygoux

Texte intégral

1Les sources concernant le marquage des animaux dans l’Antiquité gréco-romaine sont de natures variées, épigraphiques, archéologiques, iconographiques et littéraires. Elles nous renseignent essentiellement sur sa fonction la plus évidente, à savoir l’identification des animaux. J’aborderai ce point, ainsi que les aspects techniques et les risques sanitaires de cette pratique, dans la première partie de cet article.

  • 1 A. Van Gennep, Tabou et totémisme à Madagascar, Paris, 1904 ; M. Dupire, « Contribution à l’étude (...)
  • 2 M. Dupire, op. cit., p. 131.

2Nous pourrions nous arrêter à ces considérations très rationnelles concernant le marquage. L’exemple ethnographique nous incite toutefois à suivre d’autres pistes. En effet, au début du siècle dernier, Arnold Van Gennep et Marguerite Dupire ont étudié, l’un à Madagascar, l’autre chez les Peuls, les traditions de marquages. Ils ont tous deux relevé qu’outre leur rôle dans la traçabilité des animaux, les marques incisées dans les oreilles pouvaient avoir une valeur prophylactique magique1.Ainsi, Marguerite Dupire explique que « non seulement le rite […] est un charme contre la mort mais il l’est aussi contre la maladie et les dangers qui menacent la violation d’un interdit2 ».

3La marque avait-elle une fonction semblable dans le monde gréco-romain ? L’étude des pratiques magiques dans le milieu de l’élevage et des courses de chevaux ne répond pas complètement à cette question mais révèle des analogies parfois surprenantes entre les marques (dont les motifs ont une valeur symbolique) et les amulettes.

La fonction première du marquage : l’identification

  • 3 E. Landais, » Le marquage du bétail dans les systèmes pastoraux traditionnels », Revue scientifiqu (...)
  • 4 En introduction de la recette dans CHG II, 250,10 (Hipp. cant., chap. 108, § 8), l’auteur explique (...)
  • 5 Ch. Chandezon, L’élevage en Grèce (fin ve-fin iers. A.c.). L’apport des sources épigraphiques (Aus (...)
  • 6 K. Braun, « Der Dipylon-Brunnen B1. Die Funde », Mdai (a) 85 (1970), p. 129-269 ; J.H. Kroll, « An (...)

4La nécessité d’identifier les animaux par leur appartenance à un cheptel a conduit les peuples de l’Antiquité à marquer leur bétail. Ainsi, la première fonction du marquage permanent des animaux dans les sociétés pastorales était d’affirmer un lien de propriété3. Pratiquement, la marque permettait de restituer un animal égaré ou volé à l’éleveur4 et de dissocier des troupeaux qui pourraient se trouver mêlés à l’herbage ou lors des déplacements. Chaque éleveur devait alors avoir sa propre marque. Cette identification servait aussi dans des circonstances administratives pour la gestion des pâturages et du bétail5 ou l’enregistrement des cavaliers athéniens6.

  • 7 La qualité des chevaux de Sicyone était déjà reconnue à l’époque homérique. Ainsi L’Iliade (XXIII (...)
  • 8 Éd. H. Van Daele, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1934.

5Si différencier son bétail de celui de son voisin était utile pour des raisons liées aux conditions d’élevage, revendiquer l’appartenance de son cheptel à une région ou une cité pouvait aussi présenter un intérêt économique non négligeable. Certaines cités étaient, en effet, réputées pour la qualité de leurs élevages7. Les chevaux porteurs du Coppa de Corinthe ou du Sampi de Sicyone étaient fameux au point qu’Aristophane dans Les nuées en parle comme de chevaux chers et réservés à un emploi noble. La pièce débute en effet par les récriminations de Strepsiade à l’encontre de son fils dont la passion pour les chevaux de course a causé sa ruine8 :

« Pourquoi douze mines à Pasias ? Pourquoi ai-je emprunté ?…. C’est quand j’achetai le cheval au Coppa. » (l. 22-24)
« Alors, par Déméter, tu ne mangeras plus à mes dépens, ni toi, ni ton cheval attelé, ni ton SAMPHORAS. » (l. 121-123)

6Certains éleveurs avaient donc tout intérêt à choisir l’initiale de leur cité comme motif de marquage.

7Ces deux aspects de l’identification des animaux – l’un faisant référence au propriétaire, l’autre à un espace géographique – ne sont pas forcément incompatibles. D’une part, un animal pouvait porter plusieurs marques ; d’autre part, il pouvait y avoir plusieurs manières de décliner un symbole. Nous voyons, par exemple, sur les vases italiotes des chevaux marqués de serpents représentés dans des positions variées (fig. 1).

Figure 1 – a : marque du cheval représenté sur le cratère en cloche italiote du Louvre G501 (ED142 ; N2483) ; b et c : marques des chevaux du cratère à colonnes de Berlin, Antikenmuseum inv. 1969.6. Dessin I. Villeveygoux.

  • 9 Virgile, Georg. 3,157-162 (trad. e. de Saint-Denis, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1968).

8Les marques permanentes pouvaient également servir à différencier les animaux suivant leur fonction. Ainsi Virgile raconte9 :

« Lorsque les génisses ont mis bas, tous les soins passent aux petits. On les marque sur-le-champ au fer rouge pour indiquer leur race, et distinguer ceux qu’on choisit pour perpétuer le troupeau, ceux qu’on réserve aux sacrifices des autels, et ceux qu’on destine à déchirer la terre et à retourner la plaine hérissée de mottes brisées. Tout le reste du troupeau va paître les verts herbages. »

Les techniques

  • 10 Des chevaux retrouvés dans les kourganes de Pazyryk (Sibérie) avaient les oreilles entaillées : S. (...)

9La marque pouvait être apposée sur diverses parties du corps ou incisée dans le cartilage des oreilles. Si l’incision a été pratiquée par les peuples de l’Altaï10, les peuples méditerranéens ont visiblement préféré l’impression d’un motif au moyen d’un fer brûlant.

  • 11 V. Gitton-Ripoll, « La chirurgie des chevaux dans l’Antiquité : étude lexicale des termes latins d (...)
  • 12 Ce phénomène de dépigmentation du poil est évoqué dans CHG II, 250,10-21 (Hipp. cant., chap. 108, (...)

10Peu de fers ont été conservés mais leur forme ressemble à celle des fers modernes. En grec, ils sont désignés par les termes kauter et kauterion, en latin par cauter et cauterium. Il ne faut pas les confondre avec les cautères médicaux. Si les deux outils cautérisent la peau de l’animal, ils le font de manière différente et dans des buts presque opposés. La cautérisation médicale se veut un acte de dernier recours et doit laisser le moins de traces possible pour éviter d’amoindrir la valeur de l’animal11. Le marquage, lui, est un acte non contraint par la nécessité sanitaire. La marque a pour vocation d’être visible et peut, dans certains cas, augmenter la valeur de l’animal. La brûlure sera profonde afin de perturber la repousse du poil au point de créer un épi, d’altérer sa couleur12, voire d’empêcher sa repousse. La divergence de fonction et de mode d’utilisation de ces objets se traduit naturellement dans leur forme.

Figure 2 – Fer phénicien retrouvé à Sichem datant d’environ 1750 av. J.-C., d’après O. Keel, Corpus der Stempelsiegel-Amulette aus Palästina/Israel, von den anfängen bis zur perserzeit. Einleitung, Fribourg, 1995, coll. OBO n° 10, p. 272-273, fig. 603.

  • 13 De nouveaux systèmes de marquage sont apparus au xxe siècle : le marquage à froid (cryomarquage), (...)
  • 14 CHG II, 250,22 – 251,11 (chap. 108, § 9).

11Le marquage au fer actuel présente beaucoup de similarités avec celui pratiqué dans l’Antiquité. Les préoccupations des vétérinaires et des propriétaires sont semblables au point qu’hier comme aujourd’hui, ils ont cherché à remplacer cette méthode par des procédés moins agressifs13. Non seulement la brûlure est douloureuse et ne vise pas à guérir, mais elle présente un risque sanitaire qui pourrait amoindrir la valeur de l’animal, voire amener sa perte. Probablement conscients de ces risques, les Anciens mirent au point une recette pour marquer sans utiliser le fer brûlant14.

Les risques

12Marquer au fer un animal revient à le brûler au second ou au troisième degré. La surface brûlée doit être suffisamment grande pour que le motif de la marque soit lisible.

  • 15 Voir par exemple la page dédiée au marquage au fer du site de l’International Texas Longhorn Assoc (...)

13Le danger le plus immédiat est celui d’une mauvaise manipulation du fer qui entraînerait une brûlure grave ou une marque informe. Ainsi, de nos jours, les éleveurs ont à leur disposition des listes de recommandations concernant cette pratique15. Aucun document antique de cette nature n’a été conservé. Pourtant certains de ces conseils sont essentiels. Bien sûr, un tel savoir-faire a pu être transmis oralement par l’exemple et la pratique.

  • 16 D. O’Toole, J. D. Fox, « Chronic hyperplastic and neoplastic cutaneous lesions (Marjolin’s ulcer) (...)
  • 17 Id., p. 66.

14Généralement l’inflammation se guérit en quelques mois mais parfois la marque se trouve affectée d’un kératome au bout de quelque temps. Les analyses histologiques mettent alors en évidence la présence de carcinomes et/ou de papillomes16. Ces tumeurs peuvent être chroniques et bénignes et n’engendrer qu’une dévalorisation de l’animal par l’atteinte qu’elles portent à son esthétique. Cependant, dans un petit nombre de cas, elles sont étendues, s’infectent, peuvent être infestées d’asticots et deviennent localement infiltratives17. L’animal doit alors être abattu.

Figure 3 – Marque en S d’une vache adulte affectée par un kératome, d’après D. O’Toole, J. D. Fox, « Chronic hyperplastic and neoplastic cutaneous lesions (Marjolin’s ulcer) in hot-branded cattle », Journal of Veterinary Diagnostic Investigation 15 (2003), p. 64-67, fig. 1. © Journal of Veterinary Diagnostic Investigation.

15Rien ne garantit que les maladies d’aujourd’hui soient identiques à celles d’hier. Cependant, la recette pour « faire une marque aux chevaux sans cautère » que nous trouvons dans CHG II, 250,22-251,11 (chap. 108, § 9) se finit par : « et la marque sera belle ». Si l’on observe l’aspect d’une marque au fer présentant un kératome (fig. 3), la pertinence de cette phrase est évidente.

Les pratiques magiques liées à l’élevage

Dents et croissants

  • 18 Pline, nat. 28,257 (trad. A. Ernout, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1977).
  • 19 Buc. 6,32-45 (trad. J. Amat, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1991).
  • 20 Stace, theb. 9,667-669. Traduit d’après le texte de l’édition Loeb.

16Comme ils l’ont fait pour eux-mêmes ou leurs proches, les Anciens ont bardé d’amulettes les animaux qui leur étaient les plus chers, affectivement ou économiquement. Cette pratique est surtout connue par des témoignages d’époque romaine. Son but semble avoir été de les protéger mais aussi d’améliorer leurs performances. Ainsi Pline nous dit18 : « Les plus grosses dents du loup attachées < au cou > des chevaux les rendent, dit-on, infatigables à la course. » D’autres textes mentionnent des pendentifs du même type sans leur attribuer de fonction particulière. Dans la description d’un cerf apprivoisé, choyé par son propriétaire, Calpurnius Siculus mentionne « un collier aux torsades rutilantes » qui « flotte au bas de son cou, où pend une défense de sanglier qui rehausse son poitrail d’un croissant de lune neigeux19 ». De même, Stace parle d’un cheval « portant un pendentif en ivoire en forme de croissant, signe de la forêt20 ».

17Ces pendentifs pour animaux en forme de croissant appartiennent à un type répandu et très ancien. La Bible fait référence à des croissants portés par des chameaux :

  • 21 Juges 8,21 et 26 (trad. La Bible de Jérusalem, Paris, Éditions du Cerf, 1998).

21. « Zébah et Çalmunna dirent alors : “Debout ! Toi, et frappe-nous, car tel est l’homme, telle est sa force.” Alors Gédéon se leva, il tua Zébah et Çalmunna et il prit les croissants de leurs chameaux […]. »
26. « Le poids des anneaux d’or qu’il avait demandés s’éleva à mille sept cents sicles d’or, sans compter les croissants, les pendants d’oreilles et les vêtements de pourpre que portaient les rois de Madiân, sans compter non plus les colliers qui étaient au cou de leurs chameaux21. »

  • 22 F. H. Marshall, « Recent acquisitions of the British Museum », JHs 29 (1909), p. 159-160.
  • 23 F. H. Marshall, Ibid. ; H. Wrede, « Lunulae im Halsschmuck », dans Wandlungen. studien zur antiken (...)

18Des pendentifs similaires, éléments de harnais de chevaux, ont été retrouvés dans des tombes du Sud de la Russie et à Alexandropol en Arménie22, comme dans une tombe d’Élis datant de la fin du ive siècle av. J.-C.23. Ces objets apparaissent également dans l’iconographie romaine. Ils ornent notamment l’encolure des chevaux de l’un des attelages de la course de chars de la mosaïque décorant la palestre de la villa de Piazza Armerina (ive siècle après J.-C.). Sur la colonne Trajane, le croissant est le principal pendentif du cheval de l’empereur (fig. 4). Il s’agit d’une amulette puisque c’est un objet qui s’attache, mais aucun texte ne précise sa fonction exacte. Dans le texte de la Bible, le geste de prendre les croissants des chameaux peut s’interpréter de deux manières : s’approprier la valeur matérielle des croissants ou les animaux eux-mêmes.

Figure 4 – Trajan à cheval, colonne Trajane, 113 après J.-C. Dessin I. Villeveygoux.

Les pendentifs en bois de cerf

  • 24 Cassianus Bassus, Géoponiques, XVI, 1,17. S. Georgoudi, Des chevaux et des bœufs dans le monde gre (...)
  • 25 Cassianus Bassus, op. cit., XVI, 3,6. S. Georgoudi, op. cit., p. 98-99 et n. 69 p. 159.
  • 26 R. Desalbres, « Talismans en bois de cerf : permanence à travers les âges ? », Revue archéologique (...)

19Cassianus Bassus évoque la valeur prophylactique de ce type de pendentifs : « Le cheval ne tombe jamais malade quand on lui attache (au cou) une corne de cerf24 » ; « Ni les bœufs, ni les chevaux ne tomberont malades si on leur attache (au cou) une corne de cerf25. » Peut-être a-t-il alors à l’esprit des objets semblables aux rondelles en bois de cerf retrouvées « de la Grande-Bretagne à la Bulgarie, à travers la France, l’Allemagne, la Hollande, la Suisse et l’Autriche26 » et généralement identifiées comme étant des amulettes.

Les amulettes composées

  • 27 V. Gitton-Ripoll, « Les pratiques magiques dans le Traité de médecine vétérinaire de Pélagonius », (...)
  • 28 Voir aussi G. Schlumberger, « Amulettes byzantins anciens destinés à combattre les maléfices et ma (...)

20D’autres types d’amulettes ont coexisté. Elles font souvent appel à plusieurs ingrédients. Valérie Gitton a rassemblé plusieurs recettes pour constituer de telles amulettes27. Il n’y est plus question de dents d’animaux sauvages, ni de croissant. En revanche, un poil de loup entre dans la composition de l’une et « un anneau de fer ayant une gravure de lion » dans la composition d’une autre. Tout comme dans de nombreuses recettes données par Pline l’Ancien dans son livre 28, les animaux sauvages, qu’ils soient représentés ou qu’ils fassent physiquement partie des ingrédients, semblent avoir une efficacité magique remarquable28

La magie noire

  • 29 J. G. Gager, Curse tablets and binding spells from the ancient world, New York – Oxford, 1992, p. (...)
  • 30 D. R. Jordan, op. cit., n° 109.
  • 31 Les travaux et les jours, 348 (trad. P. Mazon, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1928).

21Les animaux d’élevage étaient également menacés par la magie noire. Ils pouvaient, comme les humains, être la cible d’une defixio. Dans le milieu des courses de chars, cette pratique à l’encontre d’une faction rivale est bien attestée29. Ce maléfice pouvait aussi être jeté sur le bétail d’une personne à qui l’on voulait nuire30. Hésiode pensait peut-être à un maléfice aux effets analogues lorsqu’il écrivait dans son ouvrage Les travaux et les jours : « Votre bœuf ne mourrait pas si vous n’aviez pas un mauvais voisin31 »

Processus magique

  • 32 F. Heintz, op. cit., p. 337-342.
  • 33 Trad. R. Schilling, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1977.

22La nature même de l’amulette est d’être portée par l’individu ou l’animal qu’elle est censée protéger. Si l’on en croit l’étude de Florent Heintz, les tablettes de defixio devaient être placées à l’endroit le plus proche possible de la victime ciblée ou près du mort censé servir d’intermédiaire à la malédiction32. Comme la distance semble être un facteur influant sur l’efficience magique, la marque imprimée sur la peau devait être jugée, de ce point de vue-là, particulièrement efficace. Selon Pline, nat. 7,50, les marques corporelles pouvaient même, chez les humains, devenir héréditaires : « Certaines marques, les naevi et même les cicatrices peuvent se reproduire. (Toutes les quatre générations, les Daces voient reparaître sur le bras leur tatouage originel […].)33 »

Les motifs

  • 34 Voir supra n. 6.

23Pour le monde grec classique, nous disposons de sources que je classerai en trois groupes : les tablettes des archives de la cavalerie athénienne, les monnaies et les autres représentations (peintures, sculptures, etc.). J’écarte tout de suite les monnaies, car les symboles représentés sur les animaux sur ce support correspondent généralement au monogramme de la cité émettrice ou de l’artiste. Les autres représentations de marque semblent être plus réalistes et corroborent en partie les données issues des archives de la cavalerie athénienne qui restent la source la plus fiable. Ces listes de cavaliers et de leurs chevaux inscrites sur des plaques en plomb, datant du iiie siècle avant J.-C., ont été retrouvées à Athènes au Dipylon et à l’Agora34. Elles mentionnent les noms des cavaliers, la robe et/ou la marque des chevaux, ainsi que leur prix.

24Parmi les 53 marques mentionnées, au moins 22 semblent être des références plus ou moins directes à des entités mythologiques, le plus souvent des divinités.

  • 35 Ph. Borgeaud, Recherche sur le dieu pan, Rome, Genève, 1979, p. 73-114, spéc. 97-98.
  • 36 Pausanias 1,30,4, au sujet de Colonos Hippios : « Il y a un autel de Poséidon Hippios, d’Athéna Hi (...)

25Ainsi, nous trouvons Apollon, la lyre et le trépied. Certaines de ces entités ont un lien tout particulier avec les animaux. Pan pouvait indiquer l’origine arcadienne d’un animal mais il est aussi un protecteur des troupeaux35. Liée à la reproduction, Artémis patronne la croissance des humains et des bêtes. Le trépied se réfère à Apollon et aux jeux Pythiques. Le trident et la chouette évoquent le patronage de Poséidon et d’Athéna qui portent parfois les épithètes Hippios et Hippia36. Marquer un animal de l’attribut d’un dieu ou d’un héros, voire du personnage lui-même, pouvait être une manière de le mettre sous sa protection.

  • 37 Voir notamment Homère, il. II 764-765 et XXIII 503-506. L’image est reprise aussi par Juvénal, sat (...)

26Les motifs animaliers avaient sans doute pour but de donner au cheval marqué des qualités attribuées à l’animal représenté : la puissance du lion ou du taureau, la combativité du coq, la vitesse des oiseaux37. Comme nous l’avons vu précédemment, des animaux sauvages comme le sanglier ou le lion pouvaient aussi détenir une certaine puissance magique. C’est notamment le cas pour le serpent, l’animal chthonien par excellence, et le motif le plus souvent mentionné dans les archives de la cavalerie athénienne (63 fois). Chez les Grecs, comme dans de nombreuses autres cultures voisines, le serpent est lié à la fertilité. Il est l’attribut d’Asclépios, le dieu-héros réputé pour ses talents de guérisseur. La gorgone coiffée de serpents est un des plus fameux motifs apotropaïques et, dans le contexte athénien, se retrouve sur l’égide d’Athéna elle-même. Ces croyances ont évolué entre l’époque classique et l’époque romaine, mais elles n’ont pas fondamentalement changé à en croire Pline (nat. 28,19) qui dit des serpents qu’ils « sont capables de retourner les enchantements ».

27De nombreuses marques appartiennent au registre du combat ou de la victoire, notamment aux jeux : le casque, les boucliers, la hache, la massue, la lance, le coq, Niké, la palme et le trépied.

  • 38 V. Dasen, « Les amulettes d’enfants dans le monde gréco-romain », Latomus 62,2 (avril-juin 2003), (...)

28Enfin, même des marques aussi surprenantes que le drépanon (la faucille) ont pu détenir une valeur magique, car ce type d’outil en miniature était une amulette portée par les humains38.

29Pour l’époque romaine, nous ne disposons pas de témoignage aussi précieux que les archives de la cavalerie athénienne. Cependant, les mosaïques représentant des courses de char ou des haras semblent obéir à un grand réalisme. Elles proviennent essentiellement de la Sicile, de la péninsule ibérique et de Tunisie. D’autres supports nous renseignent aussi sur les marques, comme les ivoires et les lampes. Il est à noter que l’ensemble de ces témoignages sont datés entre le iiie et le vie siècle après J.-C. Les marques représentées sont de deux types : des noms ou des symboles.

  • 39 M. Guardia Pons, Los Mosaicos de la antigüedad tardía en Hispania, Barcelona, 1992, p. 319 ; P. Vi (...)
  • 40 Pélagonius 129 (trad. Valérie Gitton-Ripoll, Pélagonius, Ars Veterinaria : Étude du texte, traduct (...)

30Il est généralement admis que les noms portés par les chevaux étaient ceux des propriétaires des haras dont ils étaient issus39. Il est difficile de trouver une valeur prophylactique magique à ce type de marques. Cependant, Pélagonius raconte ceci : « Si le cheval a mal aux intestins et qu’il est tourmenté par la colique, un remède incroyable qu’ont indiqué les Perses : écris en toutes lettres le nom du maître de l’animal en question sur le sabot du pied droit, avec un poinçon40. »

  • 41 H. Humphrey, Roman circuses arenas for chariot racing, London, 1986, p. 237.
  • 42 À l’époque byzantine, deux Papyri (Per 157 et BGu 469) et une plaque conservée au Klagenfurt Museu (...)

31John H. Humphrey a fait, au sujet de la mosaïque de Barcino, un commentaire applicable à pratiquement toutes les représentations de l’époque romaine41. Il relève, en effet, que sur cette mosaïque les noms apparaissent sur le côté droit des chevaux et que la seule marque sur un côté gauche visible est un motif (une palme). Cette observation recouvre peut-être une pratique : un animal a pu porter plusieurs marques, comme c’est parfois le cas de nos jours, pour les étalons par exemple42. Si l’une des marques était celle du haras d’origine, la seconde pouvait être celle du propriétaire ou avoir une autre fonction.

  • 43 Voir par exemple le cratère apulien de Ruvo, Musée A. Jatta J. 1494, ou le cratère lucanien de Mad (...)
  • 44 « Recent acquisitions of the Museum of Fine Arts, Boston », aJa 40 (1936), p. 310-311.

32Les symboles imprimés sur les croupes sont très variés. La palme de la victoire, présente à l’époque grecque, est encore utilisée à l’époque romaine. Le motif de la roue, déjà présent sur des vases apuliens et lucaniens des ve et ive siècles avant J.-C., se retrouve dans des scènes de course de chevaux du ve siècle43. Ce motif semble avoir très tôt été associé à la thématique des jeux. Une roue de chariot miniature en bronze datant du vie ou du ve siècle avant J.-C., conservée au Museum of Fine Arts de Boston, porte une dédicace à Apollon et une autre, mal conservée, qui pourrait faire allusion aux jeux Pythiques44. Si cet exemple montre la permanence de certains motifs, rien ne nous assure que leur valeur symbolique n’ait pas évolué au cours des siècles.

33Pour compenser la pénurie de documents, nous avons utilisé des sources de différentes périodes, ce qui rend toute conclusion générale délicate. Nous pouvons toutefois avancer quelques nouveaux éléments : si les marques avaient une fonction magique, celle-ci devait relever de la magie blanche et pouvait avoir un double emploi : la prophylaxie et l’optimisation des performances d’un animal. En optant pour le marquage d’un animal, avec les risques que cela comporte, l’éleveur a fort bien pu choisir un symbole détenant une valeur magique. Si des raisons économiques ont pu inciter des éleveurs de Corinthe à choisir de marquer leurs chevaux du Coppa, quelles considérations ont amené d’autres éleveurs à marquer leurs chevaux d’un caducée ou d’une niké ? Ne pourrait-il s’agir de considérations d’ordre magique ?

  • 45 Strabon, 5,1,9, raconte l’histoire d’un loup qui, libéré par l’entremise d’un notable, ramena à so (...)

34Les lycophores, dont Strabon nous raconte l’origine peu ordinaire, étaient issus de la bienveillance d’un loup45. Le fait d’être marqués du symbole d’un animal sauvage, dont certaines parties du corps entraient dans la composition d’amulettes, pouvait leur accorder une protection supplémentaire.

35Enfin, nous pouvons nous demander si la fonction prophylactique est le seul lien entre les amulettes et les marques. D’une part, l’interprétation problématique du texte de la Bible, Juges 8,21-26, laisse entrevoir un lien possible entre amulettes et propriétaires. D’autre part, Alphonse de Lamartine, dans son voyage en orient (1835, t. II, p. 223), raconte ceci :

« Le cheval était arrivé de Palmyre il y avait peu de temps, et l’Arabe qui l’avait vendu à l’aga avait reçu cinq mille piastres et un magnifique manteau de soie et d’or. L’animal, comme tous les chevaux arabes, portait au cou sa généalogie, suspendue dans un sachet en poil, et plusieurs amulettes pour le préserver du mauvais œil. »

  • 46 Ce serait le cas de certaines plaques de propriété byzantines qui étaient probablement portées par (...)

36Ainsi la question peut être posée de savoir si les amulettes n’auraient pas, comme les marques, servi à identifier les animaux46. Techniquement, les amulettes ont pour défaut de pouvoir être facilement enlevées et le marquage d’être un procédé risqué, requérant un certain savoir-faire et le matériel approprié. Propriétaires et éleveurs ont eu à prendre en compte ces considérations matérielles ainsi que des croyances moins rationnelles lors du choix de la méthode la plus adéquate, suivant le résultat recherché, protection ou identification.

Notes

1 A. Van Gennep, Tabou et totémisme à Madagascar, Paris, 1904 ; M. Dupire, « Contribution à l’étude des marques de propriétés du bétail chez les pasteurs peuls », J. Soc. Africanistes 24,2 (1954), p. 123-143, spéc. p. 123-131.

2 M. Dupire, op. cit., p. 131.

3 E. Landais, » Le marquage du bétail dans les systèmes pastoraux traditionnels », Revue scientifique et technique de l’Office international des épizooties 20,2 (2001), p. 445-462, spéc. 446, 456-459. Les marques non permanentes sont aussi pratiquées mais leur fonction est plutôt liée à la « gestion technique du troupeau ».

4 En introduction de la recette dans CHG II, 250,10 (Hipp. cant., chap. 108, § 8), l’auteur explique qu’elle est utilisée par les voleurs de chevaux pour faire disparaître la marque.

5 Ch. Chandezon, L’élevage en Grèce (fin ve-fin ier s. A.c.). L’apport des sources épigraphiques (Ausonius-Publications – Scripta Antiqua, vol. 5), Paris, de Boccard, 2003, p. 41-43, n. 7 (Dittenberger, IG, VII, 3171) : un contrat inscrit sur une stèle de la cité Orchomène en Béotie (vers 230-210 av. J.-C.) prévoit un inventaire des moutons, chèvres, vaches et juments marqués ou non ; p. 109-114, n° 24 : une clause de la Hiera Syngraphè de Délos (301 ou 300 av. J.-C.) prévoit que les fermiers doivent fournir un garant s’ils veulent vendre un animal marqué ; p. 139-141, n° 32 (Hiller, IG, XII.5, 2A) : c’est probablement dans un contexte similaire qu’a été écrit un règlement sacré d’Ios (iiie s. Av. J.-C.) qui veut que « les hiéropes fassent proclamer que tous ceux qui en font pâturer doivent faire marquer au feu les bestiaux comme sacrés ou ne pas les faire pâturer ».

6 K. Braun, « Der Dipylon-Brunnen B1. Die Funde », Mdai (a) 85 (1970), p. 129-269 ; J.H. Kroll, « An Archive of the Athenian Cavalry », Hesperia 46 (1977), p. 83-140.

7 La qualité des chevaux de Sicyone était déjà reconnue à l’époque homérique. Ainsi L’Iliade (XXIII 295-298)raconte qu’une jument de l’attelage de Ménélas appartenait à Agamemnon qui l’avait reçue d’Echépolos.

8 Éd. H. Van Daele, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1934.

9 Virgile, Georg. 3,157-162 (trad. e. de Saint-Denis, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1968).

10 Des chevaux retrouvés dans les kourganes de Pazyryk (Sibérie) avaient les oreilles entaillées : S. I. Rudenko, Frozen tombs of siberia : the pazyryk burials of iron age horsemen, London, 1970, p. 117-119.

11 V. Gitton-Ripoll, « La chirurgie des chevaux dans l’Antiquité : étude lexicale des termes latins désignant le personnel soignant, les gestes chirurgicaux, les instruments spécialisés », dans F. Gaide et Fr. Biville (éd.), Manus Medica. actions et gestes de l’officiant dans les textes médicaux latins. questions de thérapeutique et de lexique, Actes du Colloque de Lyon II (18-19 sept. 2001), Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2003, p. 211, 218-219.

12 Ce phénomène de dépigmentation du poil est évoqué dans CHG II, 250,10-21 (Hipp. cant., chap. 108, § 8).

13 De nouveaux systèmes de marquage sont apparus au xxe siècle : le marquage à froid (cryomarquage), les agrafes auriculaires et le système d’identification électronique. Les buts de ces méthodes alternatives sont de réduire la douleur subie par les animaux et une plus grande efficacité de la traçabilité. Cf. notamment S. Ammendrup, A.-E. Füssel, « Obligations légales en matière d’identification et de traçabilité des animaux de ferme au sein de l’Union européenne », Revue scientifique et technique 20,2 (2001), p. 437-444 ; K.S. Schwartzkopf, J. M. Stookey, P. R. Hull, E. G. Clark, « Screening of depigmenting compounds for the development of an alternate method of branding beef cattle », Journal of animal science 72,6 (1994), p. 1393-1398.

14 CHG II, 250,22 – 251,11 (chap. 108, § 9).

15 Voir par exemple la page dédiée au marquage au fer du site de l’International Texas Longhorn Association (http ://www.itla.com/BrandingTips.htm, consulté le 28/06/2004).

16 D. O’Toole, J. D. Fox, « Chronic hyperplastic and neoplastic cutaneous lesions (Marjolin’s ulcer) in hotbranded cattle », Journal of veterinary diagnostic investigation 15 (2003), p. 64-67.

17 Id., p. 66.

18 Pline, nat. 28,257 (trad. A. Ernout, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1977).

19 Buc. 6,32-45 (trad. J. Amat, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1991).

20 Stace, theb. 9,667-669. Traduit d’après le texte de l’édition Loeb.

21 Juges 8,21 et 26 (trad. La Bible de Jérusalem, Paris, Éditions du Cerf, 1998).

22 F. H. Marshall, « Recent acquisitions of the British Museum », JHs 29 (1909), p. 159-160.

23 F. H. Marshall, Ibid. ; H. Wrede, « Lunulae im Halsschmuck », dans Wandlungen. studien zur antiken und neuen Kunst, ernest Homann-Wedekind gewidmet, Waldsassen, 1975, p. 243-254, spéc. 243.

24 Cassianus Bassus, Géoponiques, XVI, 1,17. S. Georgoudi, Des chevaux et des bœufs dans le monde grec. réalités et représentations animalières à partir des livres XVI et XVII des Géoponiques, Paris-Athènes, Daedalus, 1990, p. 96-97.

25 Cassianus Bassus, op. cit., XVI, 3,6. S. Georgoudi, op. cit., p. 98-99 et n. 69 p. 159.

26 R. Desalbres, « Talismans en bois de cerf : permanence à travers les âges ? », Revue archéologique de Bordeaux 87 (1996), p. 63-70.

27 V. Gitton-Ripoll, « Les pratiques magiques dans le Traité de médecine vétérinaire de Pélagonius », dans N. Palmieri (éd.), rationnel et irrationnel dans la médecine ancienne et médiévale : aspects historiques, scientifiques et culturels, Saint-Étienne, 2003, p. 193-214, spéc. p. 201-203.

28 Voir aussi G. Schlumberger, « Amulettes byzantins anciens destinés à combattre les maléfices et maladies », REG 5 (1892), p. 73-93, spéc. 86-87.

29 J. G. Gager, Curse tablets and binding spells from the ancient world, New York – Oxford, 1992, p. 42-75 ; F. Heintz, « Circus Curses and their Archaeological Contexts », JRA 11 (1998), p. 337-342 : les tombes où ont été retrouvées les tablettes concernant des factions rivales se trouvaient dans les quartiers proches des cirques ; D. R. Jordan, « New Greek CurseTablets (1985-2000) », GRBS 41 (2000), p. 5-46, n° 86, 90, 102 et 103.

30 D. R. Jordan, op. cit., n° 109.

31 Les travaux et les jours, 348 (trad. P. Mazon, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1928).

32 F. Heintz, op. cit., p. 337-342.

33 Trad. R. Schilling, CUF, Paris, Les Belles Lettres, 1977.

34 Voir supra n. 6.

35 Ph. Borgeaud, Recherche sur le dieu pan, Rome, Genève, 1979, p. 73-114, spéc. 97-98.

36 Pausanias 1,30,4, au sujet de Colonos Hippios : « Il y a un autel de Poséidon Hippios, d’Athéna Hippia » ; Pausanias 1,31,6, au sujet du dème d’Acharnes : « Ils appellent aussi Athéna Hippia. » Aristophane, dans Les cavaliers, v. 551, nomme Poséidon le « seigneur des chevaux ».

37 Voir notamment Homère, il. II 764-765 et XXIII 503-506. L’image est reprise aussi par Juvénal, sat. 8,57, au sujet d’un cheval de course.

38 V. Dasen, « Les amulettes d’enfants dans le monde gréco-romain », Latomus 62,2 (avril-juin 2003), p. 275289, spéc. p. 282.

39 M. Guardia Pons, Los Mosaicos de la antigüedad tardía en Hispania, Barcelona, 1992, p. 319 ; P. Vigneron, Le cheval dans l’antiquité gréco-romaine, Nancy, 1968, p. 28 ; A. Hyland, Equus :the Horse inthe roman World, London, 1990, p. 212.

40 Pélagonius 129 (trad. Valérie Gitton-Ripoll, Pélagonius, Ars Veterinaria : Étude du texte, traduction et commentaire,Thèse de doctorat (dir. Fr. Biville), Université Lyon II, 1999, 2 vol. : I.Texte et traduction. II. Étude du texte et commentaire (à paraître aux Belles Lettres).

41 H. Humphrey, Roman circuses arenas for chariot racing, London, 1986, p. 237.

42 À l’époque byzantine, deux Papyri (Per 157 et BGu 469) et une plaque conservée au Klagenfurt Museum indiquent que les animaux pouvaient porter plusieurs marques sur diverses parties du corps, mais il n’est pas certain que toutes aient été permanentes (S. Bendall, C. Morrisson, « Protecting Horses in Byzantium. A Bronze Plaque from the Armamenton, a Branding Iron and a Horse Brass », dans A. Avramea, A. Laiou, E. Chrysos (éd.), Byzantium, state and society, Athens, 2003, p. 31-49, spéc. p. 44).

43 Voir par exemple le cratère apulien de Ruvo, Musée A. Jatta J. 1494, ou le cratère lucanien de Madrid Mus. Arq. 11197.

44 « Recent acquisitions of the Museum of Fine Arts, Boston », aJa 40 (1936), p. 310-311.

45 Strabon, 5,1,9, raconte l’histoire d’un loup qui, libéré par l’entremise d’un notable, ramena à son bienfaiteur des chevaux qui furent alors marqués du symbole de l’animal sauvage.

46 Ce serait le cas de certaines plaques de propriété byzantines qui étaient probablement portées par les animaux d’élevage (D. Feissel, « Notes d’épigraphie chrétienne (IX) », BCH 118 (1994), p. 277-290, spéc. p. 284-288).

Table des illustrations

Légende Figure 1 – a : marque du cheval représenté sur le cratère en cloche italiote du Louvre G501 (ED142 ; N2483) ; b et c : marques des chevaux du cratère à colonnes de Berlin, Antikenmuseum inv. 1969.6. Dessin I. Villeveygoux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25519/img-1.png
Fichier image/png, 102k
Légende Figure 2 – Fer phénicien retrouvé à Sichem datant d’environ 1750 av. J.-C., d’après O. Keel, Corpus der Stempelsiegel-Amulette aus Palästina/Israel, von den anfängen bis zur perserzeit. Einleitung, Fribourg, 1995, coll. OBO n° 10, p. 272-273, fig. 603.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25519/img-2.png
Fichier image/png, 109k
Légende Figure 3 – Marque en S d’une vache adulte affectée par un kératome, d’après D. O’Toole, J. D. Fox, « Chronic hyperplastic and neoplastic cutaneous lesions (Marjolin’s ulcer) in hot-branded cattle », Journal of Veterinary Diagnostic Investigation 15 (2003), p. 64-67, fig. 1. © Journal of Veterinary Diagnostic Investigation.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25519/img-3.png
Fichier image/png, 861k
Légende Figure 4 – Trajan à cheval, colonne Trajane, 113 après J.-C. Dessin I. Villeveygoux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25519/img-4.png
Fichier image/png, 127k

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search