Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Cinquième partie. Vie religieuse

Le Sacré-Cœur, la France et la mémoire de la guerre de Vendée à Cholet (1914-1945)

Yves Denéchère

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Yves Denechere

2Le 16 juin 1940, alors que les troupes allemandes déferlent sur la France et approchent de la Loire, solennellement — par la voix de son maire - la ville de Cholet est consacrée au Sacré-Cœur de Jésus. Quatre ans plus tard, une fois la ville libérée de l'occupation allemande, elle est de nouveau consacrée au Sacré-Cœur (16 juin 1944). Au nord de la ville, à partir de 1937, une nouvelle église dédiée au Sacré-Cœur est en construction. Elle est achevée et consacrée en octobre 1941 par l'évêque d'Angers Mgr Costes. La construction de cette église est pour Cholet un événement majeur et l'édifice, construit par l'architecte Maurice Laurentin (1885-1959), est le seul monument historique d'une ville davantage connue à l'extérieur pour ses mouchoirs ou son club de basket. Nombre d'articles de journaux, de présentations, d'études publiées ou non évoquent l'église du Sacré-Cœur, ses origines, sa conception architecturale, sa décoration artistique, les protagonistes de son élévation. Il est bien plus difficile de discerner ce qui s'explique par le contexte tourmenté de la Première guerre mondiale et des relations internationales de l'Entre-deux-guerres et ce qui relève de la mémoire collective choletaise de la guerre de Vendée dont le Sacré-Cœur a été l'un des emblêmes. En effet, de nombreuses références aux guerres de Vendée sont rappelées sans que l'on sache très bien quelle est la part de cet héritage dans la ferveur religieuse des Choletais envers le Sacré-Cœur. Entre foi « traditionnelle » et engagement personnel des protagonistes, entre crainte face aux événements de la Seconde guerre mondiale et mémoire de la guerre de Vendée, entre la Révolution Nationale de Vichy et le poids de l'Église dans l'Ouest, est-il possible de s'y retrouver ? Cette contribution tente de proposer des explications et des significations des actes de dévotion des Choletais envers le Sacré-Cœur en temps de guerre, en prenant en compte la mémoire d'un événement unique : la guerre de Vendée.

Le culte du Sacré-Cœur en France, dans l'Ouest et à Cholet depuis les origines

  • 1 Pour les aspects historiques de la dévotion au Sacré-Cœur, on peut se reporter à Jacques Benoist, (...)
  • 2 On dispose sur ce point d'un travail dirigé par Jacques Maillard : Frédéric Catrevaux, La dévotion (...)

3Depuis les messages adressés à Marguerite-Marie Alacoque à Paray-le- Monial, et en particulier celui du 16 juin 1675, la dévotion au Sacré-Cœur est inséparable de l'espoir d'un contrat entre la France et le Sacré-Cœur : « je prépare à la France un déluge de grâces lorsqu'elle sera consacrée à mon divin cœur ». Dès ses origines, la dévotion au Sacré-Cœur est unie à celle de la France. Tout ce qui peut arriver à celle-ci est lié à la fidélité ou aux manquements à celle-là, comme l'illustrent le message à Louis XIV de 1689 et le vœu de Louis XVI de consacrer la France au Sacré-Cœur. Mais, formulé en 1792, en pleine tourmente révolutionnaire, il est vite oublié1 Cependant, à la fin du xviie siècle et au début du xviiie, le culte du Sacré-Cœur s'est développé dans le royaume. Dans l'Ouest, ce sont les Eudistes, les Jésuites et les monastères de la Visitation qui en sont les meilleurs propagateurs. Les Visitandines d'Angers sont pour beaucoup dans la diffusion de la dévotion au Sacré-Cœur en Anjou2.

  • 3 Toutes ces problématiques ont été bien identifiées par Frédéric Catrevaux, La dévotion au Sacré- C (...)

4On sait que lors du soulèvement de 1793 et pendant la guerre de Vendée, le Sacré-Cœur devient l'emblème des Vendéens contre-révolutionnaires. L'épisode le plus connu étant celui de Jacques Cathelineau partant au combat muni de son chapelet et d'un Sacré-Cœur cousu sur la poitrine. La question de l'origine de la dévotion des Vendéens pour le Sacré-Cœur demeure posée. Sans entrer dans une problématique qui n'est pas la nôtre, on peut indiquer que les missions du Père de Montfort et la connaissance par les Vendéens du vœu de Louis XVI sont les deux éléments les plus souvent évoqués, sans que la question ne reçoive de réponse totalement satisfaisante. De même, les implications de la valeur emblématique du Sacré-Cœur pendant la guerre de Vendée sur la dévotion dans le Choletais dans la période postérieure sont très mal connues3.

  • 4 Frédéric Catrevaux, La dévotion au Sacré-Cœur... op. cit., p. 81.
  • 5 A. Bachelier, Les filles, de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus de la Salle-de-Vihiers, Angers, 1949

5Au début du xixe siècle, un culte est rendu au Sacré-Cœur dans l'église Saint-Pierre de Cholet4. En 1823, c'est dans la Vendée historique, à La Salle-de-Vihiers, qu'est fondée la première congrégation du diocèse d'Angers consacrée au Sacré-Cœur de Jésus. Il s'agit de la congrégation hospitalière et enseignante des Filles de la charité du Sacré-Cœur dont le rayonnement sera très vite grand dans le Choletais et au-delà5. Mais le grand renouveau du culte du Sacré-Cœur se situe dans la seconde moitié du xixe siècle. En 1856, Pie IX rend la fête du Sacré-Cœur universelle ; en 1864, Marguerite- Marie Alacoque est béatifiée et ses œuvres largement diffusées. À Angers, en 1865, une Garde d'Honneur du Sacré-Cœur est érigée par Monseigneur Angebault dans la chapelle de la Visitation et La Semaine Religieuse du Diocèse d'Angers propage les actions des zélateurs. En 1871, le diocèse est tout entier consacré au Sacré-Cœur et une souscription est lancée pour construire l'église de la Madeleine du Sacré-Cœur ; ce qui permet à l'évêché de garder pour le diocèse un argent qui aurait pu alimenter la souscription nationale lancée pour la construction de l'église du Sacré-Cœur de Montmartre. L'église d'Angers est bénite en 1878. Entre-temps, en 1873 et 1875, les célébrations qui marquent le bicentenaire des apparitions à la Bienheureuse Marguerite-Marie sont suivies par de nombreux Angevins dont certains se rendent en pèlerinage à Paray-le-Monial.

  • 6 Archives municipales de Cholet (AMC), dossier documentaire sur les écoles, historique de l'école S (...)

6Partout dans le diocèse, on célèbre le « mois du Sacré-Cœur » en juin de chaque année et des paroisses s'associent aux activités de la Garde d'Honneur du Sacré-Cœur, mais dans le Choletais peut-être existe-t-il aussi le sentiment que le culte du Sacré-Cœur a été en quelque sorte « nationalisé » dans une France conservatrice mais républicaine. Il y a là sans doute une question à creuser afin de mieux comprendre la nature de la dévotion au Sacré- Cœur dans l'Ouest de la France. En 1885, est fondé par Mère Marie de la Croix, professe du carmel d'Angers, le carmel de Cholet. Il est dédié au Sacré- Cœur et Mgr Freppel en bénit la chapelle en octobre. Prises dans la tourmente de la lutte entre l'Église et l'État, les Carmélites de Cholet s'exilent en 1901 pour la Belgique. En cette même année, sur la paroisse de Saint- Pierre de Cholet, une nouvelle école, dédiée au Sacré-Cœur, ouvre ses portes pour la rentrée 1901. Lorsque les filles de la Sagesse ne peuvent plus y enseigner en 1904, ce sont des sœurs sécularisées de la Providence de La Pommeraye qui les remplacent sous la direction légale d'une laïque. En 1914, l'école du Sacré-Cœur devient momentanément un hôpital militaire6.

  • 7 L'expression est de A. Denizot, Le Sacré-Cœur et la Grande Guerre... op. cit.
  • 8 Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, Armand Colin, 1994, (...)
  • 9 Jean-Clément Martin, Une guerre interminable ; la Vendée 200 ans après, Nantes, Reflets du passé, (...)

7La Grande Guerre constitue un grand tournant dans l'histoire du culte du Sacré-Cœur, une « apothéose7 ». Au moment où s'achèvent les travaux de Montmartre, la guerre éclate en Europe. En France, le Sacré-Cœur est « mobilisé » jusqu'à la victoire finale. Nombreux sont les mobilisés qui portent sur eux un Sacré-Cœur protecteur. Les soldats du 77e régiment d'infanterie de Cholet qui se battent à Mondement en 1914 l'arborent-ils d'une manière particulière en référence à celui que portaient leurs aïeux lors de bataille de Cholet de 1793 ? Le 11 juin 1915, dans toutes les églises de France, est lue une « amende honorable et consécration de la France au Sacré-Cœur de Jésus », mais la France officielle ne s'y associe pas. Ni les exhortations des évêques, ni les lettres de la jeune Claire Ferchaux de Loublande (Vendée) au président Poincaré et aux généraux ne changeront la position laïque des autorités françaises ; la remise d'un « message du Christ » par Claire Ferchaux — accompagné du député conservateur de la Vendée De Baudry D'asson - à Poincaré, le 21 mars 1917 n'a pas davantage d'effet8. La jeune fille se réfère aux guerres de Vendée et aux persécutions religieuses dont certains membres de sa famille ont été victimes. Si l'on suit Jean-Clément Martin, « on comprend ainsi comment le souvenir de la Vendée de 93 se prolonge par le culte dans le Sacré-Cœur9 ». En 1918, la canonisation de la Bienheureuse Marguerite-Marie et la victoire finale renforceront bien plus la dévotion au Sacré-Cœur que les discours anti­républicains et réactionnaires d'une minorité de catholiques extrémistes.

Une église pour le Sacré-Cœur à Cholet

  • 10 Voir Nadine Gate, La municipalité de Cholet de 1919 à 1932 - les mandats d'Alexis Guérineau, mémoi (...)

8Cholet a beaucoup de difficultés à se remettre de la Grande Guerre avant de connaître un développement certain. L'urbanisation se fait essentiellement au nord de la ville où un véritable quartier se développe de la Terre Jaune à la côte de Beaupréau le long de grands boulevards ; les habitations à bon marché sont nombreuses, certaines construites par l'architecte Maurice Laurentin10. En 1928, des dons de Mademoiselle Baron et de son frère, chanoine, y permettent l'établissement d'une école catholique de filles (la Sainte-Famille) et d'une école de garçons (Saint Jean-Baptiste). Un groupement, présidé par le docteur Sourice, vient en aide aux deux associations qui achètent un terrain nécessaire à la construction d'une future église.

  • 11 Cité par Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin de la Société des Scie (...)

9L'impulsion décisive est donnée en 1937. Au mois de juin, maître Georges Perrin, ancien bâtonnier des avocats d'Angers, est reçu par Monseigneur Rumeau, en tant qu'exécuteur testamentaire du docteur Sourice et de sa sœur, célibataire. Il indique à l'évêque d'Angers (1898-1940) que la succession dont il a la charge doit être employée à la construction à Cholet d'une église dédiée au Sacré-Cœur. Perrin précise clairement : « Pour me conformer aux intentions de ceux qui m'ont investi de leur confiance, si Cholet ne pouvait ou ne voulait bénéficier du concours que je me propose d'apporter, j'envisage la construction, dans un tout autre pays, même étranger, d'une église ou d'une chapelle dédiée au Sacré-Cœur11 ». C'est que la volonté des défunts ne saurait suffire : la succession Sourice ne peut assurer la construction d'une église assez grande pour être le lieu de rassemblement de tout un quartier de Cholet. La balle est donc dans le camp de l'évêque. Il la saisit au bond sans hésiter : les 500 000 francs destinés à l'érection d'une église dédiée au Sacré-Cœur seront utilisés à Cholet.

  • 12 Sur son œuvre missionnaire, voir Yves Dénéchère, «  Construire des églises pour les missions : l' (...)
  • 13 Maurice Laurentin, Le Sang de la France, Bloud, 1919, illustré par l'auteur. Jean-Norton CRU, Tém (...)
  • 14 C'est devant ce monument que le maire de la commune, le prince de Robech, consacre la commune au (...)
  • 15 AMC, fonds Laurentin, 3 J 7.4, lettre de Mgr Costes à Laurentin du 23 septembre 1937.
  • 16 Lettre pastorale de Monseigneur Rumeau, évêque d'Angers, du 25 octobre 1937, lue en chaire dans e (...)

10Les choses vont très vite. L'architecte est désigné en la personne de Maurice Laurentin12. Sa religiosité, proche du mysticisme, semble le gage d'une œuvre qui sera bien inspirée. Membre du conseil paroissial de Notre- Dame, architecte reconnu et artiste touche-à-tout, Maurice Laurentin est alors une personnalité choletaise. Après la Grande Guerre, il a notamment publié Le sang de la France, qui le fait considérer par Jean Norton Cru comme un « bon » témoin de la guerre13Par ailleurs, Laurentin semble particulièrement inspiré par le Sacré-Cœur pour lequel il a déjà réalisé plusieurs monuments, notamment un à Neuvy-en-Mauges14. En septembre, Monseigneur Costes, évêque de Telmesse et coadjuteur de l'évêque d'Angers, écrit à Laurentin que Mgr Rumeau a chargé l'abbé Louis Cesbron, vicaire de Notre-Dame, de la construction de la nouvelle église de Cholet. C'est donc lui qui sera le trésorier de l'entreprise sous le contrôle de l'Association diocésaine. Costes indique qu'il s'investira lui-même dans la tâche car il est préoccupé du prix total du devis approuvé par l'évêque15. L'entreprise est rendue publique dans la lettre pastorale de Mgr Rumeau du 25 octobre 1937 qui dévoile un peu les motivations des donateurs : « Ne suffit-il pas, nos très chers Frères, d'avoir le sens religieux pour comprendre l'immense bienfait de cette nouvelle paroisse, étant donné surtout qu'en souvenir des héros Vendéens, elle sera consacrée au Sacré-Cœur de Jésus16 ? » Il est donc clair que la future église sera construite en souvenir de la guerre de Vendée.

  • 17 AMC, délibération du conseil municipal du 3 novembre 1937 ; lettre de Mgr Costes du 30 octobre 19 (...)
  • 18 La Semaine Religieuse, 21 novembre 1937, n° 47, p. 930-934.
  • 19 Idem, p. 933. L'Intérêt Public, 13 novembre 1937.

11Le maire de Cholet, Alphonse Darmaillacq, ainsi que tous les membres du conseil municipal sont invités à assister à la pose de la première pierre de l'église du Sacré-Cœur17. La cérémonie a lieu le dimanche 7 novembre devant « une foule immense pieusement attentive » rapporte La Semaine Religieuse puisque « tout Cholet était là, tout Cholet dont la vie religieuse - on en put juger une fois de plus, demeure si intense18 ». L'appel insistant lancé ce jour-là par Mgr Costes à la générosité des Choletais, est relayé par l'organe du diocèse d'Angers qui rappelle les précédentes souscriptions qui ont permis l'élévation de sanctuaires au Sacré-Cœur : « Paris avait à Montmartre son temple national élevé à la gloire du Sacré-Cœur ; Angers avait le sien, bâti à la suite de 1a. guerre de 1870, sur la paroisse de la Madeleine ; Cholet et le Choletais auront ici leur église du Sacré-Cœur de Jésus ». L'extension géographique est ici à noter ; elle est tactique. Il faut ratisser large pour récolter l'argent nécessaire à la construction. Mais cela ne semble pas suffisant et Mgr Costes poursuit : « Si quelqu'un s'étonne, ce sera d'apprendre qu'ils [les Choletais] ont attendu jusqu'à ce jour, alors que la dévotion au Sacré-Cœur est si ancienne dans le pays. Quand les héros vendéens mirent sur leur poitrine l'image du Sacré-Cœur, n'est-ce pas parce que cette image était honorée dans leurs maisons et dans leurs églises bien avant la révolution19 ? » La référence à la guerre de Vendée est on ne peut plus claire, mais comment la comprendre ? Le rappel du contexte de la vie politique et de la mémoire de la guerre de Vendée à Cholet en cette période du Front populaire est très éclairant.

  • 20 Ce paragraphe s'appuie sur François Drémeaux, La vie culturelle et artistique à Cholet dans l'Entr (...)
  • 21 Archives diocésaines, 7 F 2, de Mgr Rumeau à Coubard des 25 et 29 août 1934 et lettre de Coubard (...)

12À Cholet, ceux qui cultivent le souvenir de la guerre de Vendée constituent une minorité plutôt élitiste qui se retrouve au sein de la Société des Lettres et Beaux-Arts. De 1923 à 1939, sur les 79 articles historiques publiés par le bulletin de la société, 36 ont trait aux guerres de Vendée et beaucoup d'autres évoquent indirectement cette période, en présentant toujours l'insurrection vendéenne sous un jour positif. En 1932, un des membres de la SLBA — et de l'Action Française — le docteur Charles Coubard fonde l'association Le Souvenir Vendéen et la revue du même nom dans le but de rappeler aux Choletais (qui l'ont manifestement un peu oublié) l'épopée de la guerre de Vendée20. Propageant des idées proches de l'extrême droite, Coubard, qui écrit également dans d'autres titres, reçoit en 1934 de Mgr Rumeau des avertissements sérieux. L'évêque considère comme très dommageable que Le Souvenir Vendéen soit associé, en la personne de son président-fondateur à l'Action Française et notamment au journal La Province qui vient d'être condamné par l'officialité et l'archevêque de Rennes. Mgr Rumeau indique donc que le clergé ne prendra « aucune part » aux prochaines manifestations de l'association21.

  • 22 Sur les tractations, voir Jean-Luc Marais, «  Commémoration et guerre civile en Anjou », in Jean- (...)
  • 23 La Semaine Religieuse, 12 septembre 1937, n° 37, p. 724.

13Quelques semaines avant la cérémonie de la première pierre de l'église du Sacré-Coeur, le 5 septembre 1937, le monument « Au Vendéen » était inauguré par Le Souvenir Vendéen. Œuvre de Real del Sarte, « sa main droite, dans un mouvement de supplique et d'offrande, tient un cœur dans lequel est plantée une croix ». Devant l'opposition déterminée du Rassemblement Populaire et de la Ligue des Droits de l'Homme, le maire et le sous-préfet, qui craignent des troubles, ont obtenu que le monument soit placé sur un terrain privé appartenant... à Charles Coubard et invisible de la rue car masqué par une palissade22. Le jour de l'inauguration, de 10 000 à 15 000 personnes sont présentes, mais il n'y a aucun représentant de l'évêque d'Angers. Mgr Rumeau estime sans doute que la construction de l'église du Sacré-Cœur, à laquelle les autorités de la ville sont tout à fait favorables, est une affaire d'une autre importance et qu'il faut protéger l'entreprise de toute division. Ceci étant, l'absence de l'évêché à cette manifestation peut se révéler tout aussi dommageable que sa présence. Aussi, si La Semaine Religieuse n'a pas annoncé l'inauguration du « Vendéen » de Cholet, elle rapporte l'événement. L'allocution prononcée par l'abbé Tricot, de l'Institut Catholique de Paris, est mise en valeur tandis que les propos politiques et polémiques d'autres intervenants sont omis23. C'est tout en nuance et avec grande précaution que l'évêché utilise les références à la guerre de Vendée. Car le Sacré-Cœur, lié à la France éternelle, est un symbole acceptable - sinon revendiqué - par tous : républicains patriotes rappelant 1870 et 1914 et nostalgiques de la Vendée de Grignon de Montfort et/ou de la monarchie rappelant le vœu de Louis XVI. Il serait contre-productif de briser cette unanimité autour du Sacré-Coeur.

  • 24 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin SLBA, année 1938, p. 125-126.
  • 25 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin SLBA, année 1938, p. 127. Noël (...)

14En 1938, faisant l'« historique » de la construction de la nouvelle église de Cholet, Maurice Laurentin rapporte la référence de Mgr Costes à la Vendée et en ajoute d'autres : « Il fallait que cette église fut celle du Sacré- Cœur et celle de la Vendée ». Plus loin, évoquant le travail de conception de l'église : « Ainsi fut cherchée, entre les multiples esquisses qui convenaient au vocable choisi, celle qui pourrait s'offrir au culte du Sacré-Cœur, et devenir bientôt, en même temps qu'une paroisse de Cholet, un sanctuaire de la Vendée, de la grande Vendée, celle qui embrasse tous les "champs des martyrs24" ». Si l'évêque d'Angers est prudent en ce qui concerne l'évocation de la guerre de Vendée à propos de la construction de l'église du Sacré-Cœur, nul doute que l'architecte ne prend pas les mêmes précautions. D'ailleurs, cela n'échappe pas à certains Choletais hostiles au rappel trop fréquent de cet épisode vieux de 150 ans. Le 7 mai 1938 au matin, les ouvriers du chantier peuvent lire sur une pierre une inscription signée d'une tête de mort : « demain, cette construction sautera ». Maurice Laurentin remarque que « la pierre fait partie du pilier où doit être sculptée la statue de Noël Pineau (sic), le martyr25 ». Choix délibéré ou coïncidence, en tout cas l'architecte rappelle encore une fois la période révolutionnaire, ici l'exécution d'un prêtre réfractaire, en la rapprochant de la construction de l'église au Sacré-Cœur.

  • 26 La Semaine Religieuse, 4 décembre 1938, p. 926-928, publiant la lettre de Mgr Costes à Laurentin (...)
  • 27 La Semaine Religieuse, 25 mai 1939, p. 433 ; 11 juin 1939, p. 464-465, p. 926.
  • 28 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet (suite) », Bulletin SLBA, année 1939, p. 1 (...)

15À la fin de l'année 1938, Mgr Costes - qui s'est rendu au moins trois fois sur le chantier au cours de l'année - adresse une lettre dithyrambique et publique à Maurice Laurentin dans laquelle il exalte « l'âme vendéenne, si dévote au Sacré-Cœur ». Il est surtout nécessaire de lancer des appels à la générosité du diocèse dans son entier, celle des habitants de Cholet atteignant ses limites26. Le 250e anniversaire des promesses du Sacré-Cœur concernant la France constitue un contexte favorable aux dons, tout comme les menaces de guerre qui vont en s'amplifiant. Mgr Rumeau recommande aux familles leur consécration (ou renouvellement) au Sacré-Cœur de Jésus conformément à son mandement du 1er juin 1915 et à son instruction pastorale du 4 avril 191627. À la veille de la déclaration de guerre, Maurice Laurentin rappelle de nouveau le soulèvement religieux des Vendéens : « Que d'efforts, de dons, de sacrifices ne faudra-t-il pas avant le jour attendu où le prêtre dira pour la première fois sur cette Terre Jaune encore brute et mal damée, la parole dont le bienheureux Noël Pinot découvre à la Vendée le sens profond : Introïbo ad altare Dei28 ».

16Quelle est la raison de ces références répétées à la guerre de Vendée et aux excès de la déchristianisation révolutionnaire ? Sans doute, la nécessité de trouver des fonds auprès d'une certaine élite choletaise très marquée par l'identité vendéenne doit être prise en compte. Mais à le lire, on peut penser que Maurice Laurentin envisage la construction de l'église du Sacré-Cœur de Cholet comme une expiation des crimes contre la religion de la période révolutionnaire, comme la construction du Sacré-Cœur de Montmartre, selon certains, devaient expier les excès de la Commune de Paris. Là encore, l'architecte semble plus engagé dans cette voie que ne veut — ou que ne peut l'être l'Église diocésaine.

  • 29 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet, troisième partie », Bulletin SLBA, année (...)
  • 30 Il a également peint un tableau représentant la place Travot de Cholet envahie par les réfugiés d (...)

17La guerre déclarée en septembre 1939 augure d'autant plus mal de la poursuite des travaux que l'abbé Cesbron et Maurice Laurentin sont mobilisés. Mais ils sont vite de retour... Et, malgré tout, les travaux se poursuivent. Ce dernier raconte d'une manière significative l'épisode : « Quelques semaines après une mobilisation bâclée devant des magasins sans armes, malgré l'absence de ceux qui avaient pu paraître indispensables à la marche du chantier29... » Parfois, la guerre fournit une occasion heureuse : Henri Genevrier, artiste connu sous le nom de « Grand Aigle », arrive à Cholet avec les impressionnantes cohortes de l'exode de juin 1940. Il y demeure quelques mois et emploie son temps à peindre les portiques de l'église30.

Le Sacré-Cœur à Cholet pendant la Seconde guerre mondiale : La Vendée et la France enfin réconciliées ?

  • 31 Lettre pastorale de Mgr Costes du 26 mai 1940, parue dans La Semaine Religieuse, n° 22 p. 427- 42 (...)

18L'offensive allemande de mai 1940 et les dangers qu'elle fait peser sur la France provoquent un regain de la dévotion au Sacré-Cœur. Dans sa lettre pastorale du 26 mai 1940, Mgr Costes — devenu évêque d'Angers à la mort de Mgr Rumeau en février - indique que « la fête du Sacré-Cœur_le vendredi 31 mai - sera célébrée cette année avec une ferveur particulière ». La veille, octave de la Fête-Dieu, une veillée de prières pour la France aura lieu à la cathédrale d'Angers. Le 1er juin sera célébrée la fête de Jeanne d'Arc par « un salut solennel avec chants, invocations en l'honneur de la Sainte de la Patrie et ferventes supplications pour le salut de la France ». Le 2 juin, La Semaine Religieuse rappelle les promesses du Sacré-Cœur aux familles31. Sur les champs de bataille, la blitzkrieg menée par les troupes allemandes balaye tout sur son passage. L'Anjou est menacé et même si l'on veut croire à Cholet que la Loire peut constituer un obstacle à l'avancée allemande, la situation semble désespérée.

  • 32 L'Intérêt Public, 15 juin 1940 ; Le Petit Courrier, 18 juin 1940 ; L'Intérêt Public, 21 juin 1940

19Le 15 juin, L'Intérêt Public publie une lettre du maire Alphonse Darmaillacq à l'archiprêtre de l'église Notre-Dame Gallard qui a déjà été lue en chaire le dimanche précédent. Le maire annonce que Cholet va être officiellement consacrée au Sacré-Cœur. Alors que le maire ne fait aucune référence à la Vendée, le journal commente : « N'est-il pas d'ailleurs dans la tradition de chez nous d'avoir ainsi recours au Sacré-Cœur ? Les Vendéens de jadis arboraient sur leur poitrine son emblème sacré, alors qu'ils partaient pour la défense de la religion ». La consécration a lieu le dimanche 16 juin devant la chapelle de l'église Notre-Dame dédiée au Sacré-Coeur. « Rappelant que les membres du Gouvernement français venaient par deux fois à Notre-Dame et à Montmartre, de donner l'encourageant exemple d'une union fraternelle dans le recours aux forces spirituelles », Darmaillacq indique que ce « geste de piété courageux » répond au « vœu secret de nos compatriotes ». Seuls les chefs de famille ont accès à l'église tandis qu'une foule immense est sur la place. Le maire lit solennellement l'acte de consécration qui est largement cité dans Le Petit Courrier et L'Intérêt Public. Il se termine par ces mots : « Oubliez nos erreurs, pour ne vous souvenir que des saintes œuvres de nos anciens, répandez sur nous votre miséricorde. Cœur Sacré de Jésus, par ma voix Cholet vous implore. Conservez-nous votre amour, bénissez-nous, protégez tous ceux qui nous sont chers32. » Là encore aucune référence à la Vendée, en revanche, l'archiprêtre de Notre- Dame évoque « cette confiance, désormais implantée pour des générations, qui accrochait l'emblème sacré sur la veste de futaine des "Chouans" de 1793, sur la soie immaculée de la bannière des Volontaires de l'Ouest de 1870, comme sur la capote bleue ou kaki des soldats vendéens de 1914 et de 1939. In Hoc signo vinces »

  • 33 Alphonse Darmaillacq, Cholet sous l'occupation, Cholet, imprimerie du centre, 1946 (réédition 199 (...)

20La cérémonie, où se sont mêlés Credo et Marseillaise, pieux recueillement et espérance patriotique est un moment de concorde et d'unité pour la ville et sa population. Les 19 et 20 juin, les Choletais apprennent qu'Angers est occupée par les Allemands et que leur ville est ouverte ; le gouvernement du maréchal Pétain a demandé l'armistice. Certains Choletais, qui ont vu passer tant de réfugiés sont partis à leur tour. Le 21, les Allemands entrent dans Cholet, une « ville vivante comme en temps de paix » auraient dit les Allemands si l'on en croit le maire Darmaillacq qui a su éviter que des soldats français ne fassent opposition aux Allemands, ce qui aurait pu avoir pour les Choletais des conséquences graves33.

  • 34 L'Intérêt Public, 14 septembre 1940, «  L'église du Sacré-Cœur » par Louis Cesbron, vicaire à Not (...)

21Pour beaucoup de fidèles, il va de soi que c'est la protection du Sacré- Cœur qui a épargné à Cholet bien des tourments. L'abbé Cesbron l'exprime publiquement en signant un article de son nom dans L'Intérêt Public du 14 septembre 1940. Face aux difficultés financières qui augurent mal de l'achèvement de la construction - alors que l'extérieur est pratiquement terminé — l'abbé ne peut envisager une telle issue : « Cholet, en effet, par un acte officiel et public, s'est consacré au Sacré-Cœur ; Cholet a reçu, dans le fait de sa préservation providentielle, l'éclatante, la manifeste, l'indubitable réponse à son bel acte de foi ; Cholet pourrait-il renoncer maintenant, sans coupable ingratitude, à l'achèvement du Sanctuaire Choletais élevé à la gloire du Cœur de Jésus ». Certes, l'objectif de ce vibrant appel est une fois encore de provoquer la générosité des fidèles en des temps difficiles, mais incontestablement, certains Choletais attribuent à une intervention divine le fait que la ville ait été épargnée. Et l'abbé Cesbron de conclure : « l'Église du boulevard Guy Chouteau s'achèvera, et bientôt, parce que Cholet se souviendra 34 ».

  • 35 Ouest-Éclair, article repris dans La Semaine Religieuse, 20 octobre 1940, p. 618-620.

22Quelques jours plus tard, les lecteurs choletais et angevins d’Ouest - Éclair apprennent qu'il reste encore beaucoup à faire pour le Sacré-Cœur ; une longue liste de travaux est dressée. Mais plus intéressant pour nous est le rappel des paroles prononcées par Mgr Costes lors de la pose de la première pierre en 1937 : « Paris avait à Montmartre son temple national élevé à la gloire du Sacré-Cœur ; Angers avait le sien, bâti à la suite de la guerre de 1870, sur la paroisse de la Madeleine », mais la suite diffère des paroles vraiment prononcées. Au lieu de « Cholet et le Choletais auront ici leur église du Sacré-Cœur de Jésus », on peut lire : « Cholet aura ici l'église du Sacré- Cœur, sanctuaire de la Vendée ». L'article est repris tel quel par La Semaine Religieuse. Alors de deux choses l'une : ou les rédacteurs de l'organe religieux n'ont pas vérifié les paroles prononcées exactement par leur évêque et cela montre que la référence à la Vendée ne les gêne pas ou bien dans le contexte de la Révolution nationale, Ouest-Éclair et La Semaine Religieuse expriment de manière plus directe que par le passé l'épopée vendéenne lorsque l'on évoque le Sacré-Cœur. Notons, qu'après avoir fait l'éloge des « matériaux vendéens », l'article se termine sur une autre référence, prise à Maurice Laurentin cette fois : « sanctuaire de la grande Vendée, il embrassera tous les "champs des martyrs35" ».

  • 36 Charles Coubard, «  Sursum Corda ! », Le Souvenir Vendéen, n° 27, juin-septembre 1940, p. 29.

23Il faut dire que Le Souvenir Vendéen, comme d'autres organisations passéistes, adhère immédiatement à la Révolution nationale que le maréchal Pétain appelle de ses vœux. Le nouveau régime de Vichy trouve au moins grâce à leurs yeux de remplacer un « néfaste régime démocratico-parlementaire36 ». De plus, la nouvelle administration comble certaines de leurs revendications comme l'inscription au programme de l'école élémentaire de l'histoire locale. Lors de sa visite à Cholet en septembre 1940, le préfet Roussillon donne « l'ordre au sous-préfet de faire enlever la palissade qui masque le monument « Au Vendéen ».

  • 37 L'Intérêt Public de Cholet, 21 décembre 1940. Article repris par La Semaine Religieuse du 29 déce (...)
  • 38 L'Intérêt Public, 21 juin 1941.

24Dans ce contexte de pression importante des nostalgiques de la Guerre de Vendée, l'avancée des travaux de l'église du Sacré-Cœur est telle que le but final apparaît désormais à tous à travers des cérémonies qui marquent les esprits. Le dimanche 15 décembre 1940, le baptême des cloches de la nouvelle église par Mgr Costes est une nouvelle occasion de rassembler les fidèles autour du futur sanctuaire. Pour la première fois, et bien que l'autel ne soit pas encore élevé, le Saint-Sacrement est exposé à l'adoration des fidèles37. La Fête-Dieu 1941 (15 juin) célèbre tout à la fois l'anniversaire de la consécration officielle de la ville au Sacré-Cœur et de la réponse providentielle qui l'a immédiatement suivie. Une procession des deux paroisses de Saint-Pierre et de Notre-Dame monte vers la nouvelle église dont la façade, qui a été décorée pour l'occasion, sert de reposoir : « tout Cholet croyant est là et l'immense foule n'a qu'une voix pour chanter publiquement Jésus-Hostie », rapporte L'Intérêt Public. Devant l'église, dont l'extérieur est pratiquement achevé, l'archiprêtre de Notre-Dame Douillard évoque « ce sanctuaire que la générosité choletaise a élevé au Cœur de Jésus, en témoignage de sa foi et de son amour ». Il poursuit : « Ô Jésus, vers qui vont nos hommages, bénissez notre cité choletaise ; gardez-y la foi. Il y a cent cinquante ans, elle a fait monter vers vous le sang des martyrs, et vous nous avez protégés. Confiants dans votre amour, nous pensons que, même par l'épreuve, vous nous manifestez cet amour ; bénissez donc nos épreuves et permettez que, du milieu de ses malheurs, la France sorte régénérée38 ». Il ne s'agit là rien moins qu'une réécriture de l'histoire, puisque contrairement aux dires de l'archiprêtre, Cholet était une ville « bleue » qui fut prise pendant la guerre de Vendée. Mais peu importe, se trouvent ainsi mêlés, la Révolution nationale, le souvenir des persécutions religieuses dans la Vendée contre-révolutionnaire et le culte du Sacré-Cœur. Évidemment, ce que tous les croyants de Cholet attendent, c'est le jour de la bénédiction de l'église.

  • 39 Archives Diocésaines, 2 C 8, érection du Chemin de croix en l'église du Sacré-Cœur de Cholet, 26 (...)
  • 40 L'Intérêt Public, 1er novembre 1941.
  • 41 Homélie prononcée par S. Exc. Mgr Costes, Évêque d'Angers après la Bénédiction de l'église du Sac (...)
  • 42 Archives diocésaines, 2 C 8. Texte officiel repris dans La Semaine Religieuse du 21 juin 1942.
  • 43 L'Intérêt Public, 20 juin 1942.

25La cérémonie a lieu le dimanche 26 octobre 1941. La bénédiction des murs et la messe solennelle ont lieu le matin tandis que l'après-midi est consacré à l'inauguration des fonds baptismaux et à l'érection du chemin de la croix39. Au cours de la messe solennelle, à laquelle assistent la municipalité et le sous-préfet40, Mgr Costes prononce l'homélie qui rend hommage aux bienfaiteurs et aux bâtisseurs de l'église : « Ah ! comme nous comprenons, Mes Frères, que tous ici, à la suite des principaux donateurs, aient voulu placer cette église sous le vocable du Sacré-Cœur de Jésus, alors qu'avant la néfaste Révolution française, le Sacré-Cœur avait fait son royaume d'élection de votre région privilégiée, alors que les héroïques Vendéens, défenseurs de la religion proscrite, portaient un Sacré-Cœur, rouge sur fond de laine blanche, attaché à leur poitrine ? » La bataille de Cholet (octobre 1793) est aussi évoquée : « Comment le Sacré-Cœur n'aurait-il pas choisi le promontoire qui domine vos plaines et vos coteaux, pour y élever un temple à la gloire de la divine majesté, quand il n'est pas un point de la catholicité où la dévotion à ce divin Cœur règne en souveraine autant que dans la capitale et les paroisses des Mauges : Æternum et universelle regnum ? ». Il ne s'agit plus là d'allusions ou de références subtiles à la guerre de Vendée. L'époque est désormais propice au rappel du combat contre-révolutionnaire et religieux de 1793. Jamais le culte du Sacré-Cœur n'a été aussi en phase avec la France, une France que l'on dit désormais retrouvée grâce à la Révolution nationale et qui peut espérer voir se réaliser les promesses qui lui ont été faites au xviie siècle. Mgr Costes va même jusqu'à placer également sous le vocable des victimes des luttes de 1973, la nouvelle église du Sacré-Cœur : « Le jour où les martyrs vendéens de la Révolution française auront été canonisés, le jour où leurs nimbes d'or seront venus rejoindre la statue-colonne du bienheureux Noël Pinot, dont vous avez salué sous le porche l'étole croisée, les bras liés contre la chasuble et le regard levé vers le ciel, ce jour-là notre action de grâces envers les saints protecteurs de cette église sera complète41 ». L'érection canonique de la paroisse du Sacré-Cœur de Cholet n'est plus qu'une formalité qui est réalisée le 12 juin 194242. Le dimanche 14, l'abbé Cesbron est installé officiellement curé de la nouvelle paroisse. Comme le soulignait Mgr Costes le jour de la bénédiction de l'église, « lequel, chose rare, sinon inouïe, pourra revendiquer, entre autres mérites, celui d'avoir bâti son église et son presbytère, avant d'avoir reçu sa nomination43 ».

  • 44 L'Intérêt Public, 21 septembre 1940 et 6 septembre 1942. Joël Barraud, Les réactions des Choletai (...)
  • 45 Archives municipales de Cholet, délibérations du conseil municipal, 19 novembre 1942.
  • 46 Joël Barraud, réactions des Choletais face à l'occupation allemande et à la révolution nationale (...)

26Une église du Sacré-Cœur à Cholet, comme un lien entre la Vendée et la France nouvelle, est un signal fort pour Le Souvenir Vendéen, et les autorités ne déçoivent pas les nostalgiques de la Vendée. En septembre 1942, le préfet Roussillon autorise que le monument « Au Vendéen » soit implanté dans un endroit visible de tous - ce qui était le vœu initial du Souvenir Vendéen - et avec comme plaque « À la Vendée martyre, héroïque et fidèle44 ». Cette mesure encourage l'association à demander encore davantage. « Maintenant que le monument commémoratif de la Vendée est transféré à sa place définitive », écrit le docteur Coubard à la municipalité, « ne pourrait-on pas compléter, en quelque sorte cette mesure de "justice et de réparation" en réservant à la vaste place, non encore dénommée, qui s'étend devant le monument, le nom de "Place des Vendéens" ». Après une relance nécessitée par le silence du Conseil municipal, la demande est rejetée en novembre 194245. Il n'en demeure pas moins que la pression exercée par Le Souvenir Vendéen est forte dans un contexte qui lui est indiscutablement favorable. Si dans beaucoup de régions les thèmes de la révolution nationale ne font déjà plus recette en 1942, dans la grande Vendée, certains semblent s'y accrocher davantage. Mais l'évolution de la guerre condamne à terme le régime et dans le Choletais des réseaux de résistance s'organisent, y compris dans le clergé choletais pour qui adhésion aux thèmes de la révolution nationale ne signifie pas collaboration. Soupçonnés de résistance active, l'abbé Cesbron a des démêlés parfois très sérieux avec la kommandantur ; l'archiprêtre de Notre-Dame Douillard est arrêté, il est libéré mais interdiction lui est signifiée de reparaître à Cholet46.

27Lorsque le 16 juin 1944, Cholet renouvelle solennellement sa consécration au Sacré-Cœur, c'est dans une toute autre ambiance que celle du 16 juin 1940. Pour autant, les dangers qui menacent Cholet ne sont pas moindres et la population est encore une fois massivement présente. La grande différence entre les deux cérémonies vient plutôt du fait que la seconde a lieu dans l'église dédiée au Sacré-Cœur. Pendant le temps de la guerre, les Choletais ont réussi le tour de force extraordinaire de poursuivre et de terminer la construction de leur église.

  • 47 Revue du Souvenir Vendéen, n° 60, septembre 1962, p. 25.

28Bien après la Libération de Cholet (fin août 1944), le 13 novembre suivant, le monument du Souvenir Vendéen saute, comme un choc en retour. Une fois passées les récriminations, certains nostalgiques de la guerre de Vendée se consolent en s'appropriant un autre monument... « Quel plus beau Mémorial Vendéen ? » se demande la Revue du Souvenir Vendéen en 1962 en évoquant « une église du Sacré-Cœur aux lieux même où tant de braves gens de chez nous tombèrent pour la Cause de Dieu, avec, sur la poitrine, imbibé de leur sang, ce même insigne du Sacré- Cœur » ; « Quand la Providence veut réaliser quelque chose, ne le fait-elle pas magnifiquement47 ? »

***

29Le Sacré-Cœur n'appartient à personne et ne peut être revendiqué par aucun courant politique ou religieux. Profondément lié à l'histoire de la France, son culte est en revanche chargé d'une dimension politique forte. Dans une ville comme Cholet, marquée sinon traumatisée par les guerres de Vendée et qui a donné son nom à la grande bataille de 1793, le Sacré-Cœur ne peut être distingué de la force emblématique qu'il a prise pendant ces événements. Que ce soit chez les antirépublicains nostalgiques de la monarchie ou chez les Choletais, bien plus nombreux, seulement attachés à leur histoire et à leurs racines, le Sacré-Cœur est investi d'une valeur symbolique et mémorielle essentielle. Pour autant, ceux qui tournent le dos au passé, ceux qui ont également foi dans le Christ et dans une république conservatrice ou plus avancée respectent le Sacré-Cœur érigé en protecteur de la patrie. La guerre, les guerres du vingtième siècle, quels que soient les situations et le sort des armes, quels que soient les combattants et les camps choisis par la victoire, renforcent cette unanimité chez les croyants. Si pour certains le Sacré-Cœur et la Vendée ne font qu'un ; si pour d'autres le Sacré- Cœur et la France ne font qu'un ; à Cholet, peut-être plus qu'un.

Notes

1 Pour les aspects historiques de la dévotion au Sacré-Cœur, on peut se reporter à Jacques Benoist, Le Sacré-Cœur de Montmartre de 1870 à nos jours, spiritualité, art et politique, Éditions Ouvrières, 1992, 3 tomes ; A. Denizot, Le Sacré-Cœur et la Grande Guerre, Nouvelles Éditions Latines, 1994.

2 On dispose sur ce point d'un travail dirigé par Jacques Maillard : Frédéric Catrevaux, La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus en Anjou à la lumière de l'emblème de 1793 (fin xviiie-fin xixe siècles), mémoire de DEA d'histoire de l'Université d'Angers, 2001, 109 p. Inédit. Diverses études des érudits locaux ont porté sur ce thème, notamment, F. Uzureau, «  Origine du culte du Sacré-Cœur en Anjou », La Semaine Religieuse du Diocèse d'Angers, 23 juin 1929, p. 492-494, réédition du même article paru en 1907 dans la même revue p. 694-695.

3 Toutes ces problématiques ont été bien identifiées par Frédéric Catrevaux, La dévotion au Sacré- Cœur... op. cit.

4 Frédéric Catrevaux, La dévotion au Sacré-Cœur... op. cit., p. 81.

5 A. Bachelier, Les filles, de la Charité du Sacré-Cœur de Jésus de la Salle-de-Vihiers, Angers, 1949.

6 Archives municipales de Cholet (AMC), dossier documentaire sur les écoles, historique de l'école Saint-Pierre (l'école du Sacré-Cœur prendra ultérieurement ce nom pour éviter toute confusion avec l'école privée de filles de la paroisse du Sacré-Cœur).

7 L'expression est de A. Denizot, Le Sacré-Cœur et la Grande Guerre... op. cit.

8 Annette Becker, La guerre et la foi. De la mort à la mémoire 1914-1930, Paris, Armand Colin, 1994, p. 77-87.

9 Jean-Clément Martin, Une guerre interminable ; la Vendée 200 ans après, Nantes, Reflets du passé, 1985, p. 132-133.

10 Voir Nadine Gate, La municipalité de Cholet de 1919 à 1932 - les mandats d'Alexis Guérineau, mémoire de maîtrise de l'université d'Angers sous la direction d'Yves Denéchère, 2002, 198 p. ; Marie-Paule Halgand, «  Pour construire des maisons », Catalogue de l'exposition Maurice Laurentin, Archives municipales de Cholet - musée de Cholet, 1989.

11 Cité par Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin de la Société des Sciences, Lettres et Beaux-Arts (SLBA) de Cholet, année 1938, p. 124.

12 Sur son œuvre missionnaire, voir Yves Dénéchère, «  Construire des églises pour les missions : l'architecte Maurice Laurentin et les missionnaires de l'Ouest », Missionnaire et humanitaire de l'Ouest, Annales de Bretagne et dans les pays de l'Ouest, tome 112, 2005, n° 2, p. 135-147.

13 Maurice Laurentin, Le Sang de la France, Bloud, 1919, illustré par l'auteur. Jean-Norton CRU, Témoins, p. 346-348 : «  récits lestement contés [...] l'esprit du front s'y affirme et imprègne toutes les pages ».

14 C'est devant ce monument que le maire de la commune, le prince de Robech, consacre la commune au Sacré-Cœur à l'été 1935. «  Consécration de la commune de Neuvy-en-Mauges au Sacré-Cœur », La Semaine Religieuse du Diocèse d'Angers, 14 juillet 1935, n° 28.

15 AMC, fonds Laurentin, 3 J 7.4, lettre de Mgr Costes à Laurentin du 23 septembre 1937.

16 Lettre pastorale de Monseigneur Rumeau, évêque d'Angers, du 25 octobre 1937, lue en chaire dans es églises de Cholet le 1er novembre 1937. Reproduite dans L'Intérêt Public du 6 novembre 1937. La «  collecte personnelle » de Mgr Rumeau est de 20 000 francs et celle de Mgr Costes s'élève à 10 000 francs.

17 AMC, délibération du conseil municipal du 3 novembre 1937 ; lettre de Mgr Costes du 30 octobre 1937.

18 La Semaine Religieuse, 21 novembre 1937, n° 47, p. 930-934.

19 Idem, p. 933. L'Intérêt Public, 13 novembre 1937.

20 Ce paragraphe s'appuie sur François Drémeaux, La vie culturelle et artistique à Cholet dans l'Entredeux- guerres, mémoire de maîtrise d'histoire de l'Université d'Angers, 2002, sous la direction d'Yves Denéchère.

21 Archives diocésaines, 7 F 2, de Mgr Rumeau à Coubard des 25 et 29 août 1934 et lettre de Coubard à Mgr Rumeau du 28 août 1934.

22 Sur les tractations, voir Jean-Luc Marais, «  Commémoration et guerre civile en Anjou », in Jean-Clément Martin (dir.), La guerre civile entre histoire et mémoire, n° 21 des Enquêtes et documents du CRHMA, 1995, Nantes, p. 175-184.

23 La Semaine Religieuse, 12 septembre 1937, n° 37, p. 724.

24 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin SLBA, année 1938, p. 125-126.

25 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet », Bulletin SLBA, année 1938, p. 127. Noël Pinot, curé du Louroux-Béconnais, réfractaire au serment imposé par la Révolution, fut arrêté puis guillotiné à Angers en 1794. Il a été béatifié en 1926.

26 La Semaine Religieuse, 4 décembre 1938, p. 926-928, publiant la lettre de Mgr Costes à Laurentin du 17 novembre 1938 ; 30 octobre et 6 novembre 1938, p. 854-855, 12 mars 1939 p. 213 ; 13 et 20 août 1939, p. 652-653.

27 La Semaine Religieuse, 25 mai 1939, p. 433 ; 11 juin 1939, p. 464-465, p. 926.

28 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet (suite) », Bulletin SLBA, année 1939, p. 166, texte signé du 15 août 1939.

29 Maurice Laurentin, «  L'église du Sacré-Cœur de Cholet, troisième partie », Bulletin SLBA, année 1941, p. 138.

30 Il a également peint un tableau représentant la place Travot de Cholet envahie par les réfugiés de l'exode de 1940

31 Lettre pastorale de Mgr Costes du 26 mai 1940, parue dans La Semaine Religieuse, n° 22 p. 427- 428 ; n° 23 du 2 juin 1940, p. 446-448.

32 L'Intérêt Public, 15 juin 1940 ; Le Petit Courrier, 18 juin 1940 ; L'Intérêt Public, 21 juin 1940.

33 Alphonse Darmaillacq, Cholet sous l'occupation, Cholet, imprimerie du centre, 1946 (réédition 1991), p. 312-319.

34 L'Intérêt Public, 14 septembre 1940, «  L'église du Sacré-Cœur » par Louis Cesbron, vicaire à Notre-Dame, croix de Guerre.

35 Ouest-Éclair, article repris dans La Semaine Religieuse, 20 octobre 1940, p. 618-620.

36 Charles Coubard, «  Sursum Corda ! », Le Souvenir Vendéen, n° 27, juin-septembre 1940, p. 29.

37 L'Intérêt Public de Cholet, 21 décembre 1940. Article repris par La Semaine Religieuse du 29 décembre 1941, qui rappelle en plus les noms des bienfaiteurs de l'église.

38 L'Intérêt Public, 21 juin 1941.

39 Archives Diocésaines, 2 C 8, érection du Chemin de croix en l'église du Sacré-Cœur de Cholet, 26 octobre 1941.

40 L'Intérêt Public, 1er novembre 1941.

41 Homélie prononcée par S. Exc. Mgr Costes, Évêque d'Angers après la Bénédiction de l'église du Sacré-Cœur de Cholet le 26 octobre 1941, Angers, Éditions de l'Ouest, 1941, 15 p.

42 Archives diocésaines, 2 C 8. Texte officiel repris dans La Semaine Religieuse du 21 juin 1942.

43 L'Intérêt Public, 20 juin 1942.

44 L'Intérêt Public, 21 septembre 1940 et 6 septembre 1942. Joël Barraud, Les réactions des Choletais... op. cit., p. 181-183 ; Jean-Luc Marais, «  Commémoration et guerre civile... », op. cit., p. 182.

45 Archives municipales de Cholet, délibérations du conseil municipal, 19 novembre 1942.

46 Joël Barraud, réactions des Choletais face à l'occupation allemande et à la révolution nationale (juin 1940-août 1944), mémoire de maîtrise d'histoire de l'université d'Angers, 2002, sous la direction d'Yves Denéchère, p. 240-241.

47 Revue du Souvenir Vendéen, n° 60, septembre 1962, p. 25.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540