Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Cinquième partie. Vie religieuse

Catholicisme et urbanisation au Canada français, xixe-xxe siècles

Jean-Claude Robert

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Claude Robert

2L'empreinte de la religion catholique sur l'histoire du Québec est aussi fondamentale que profonde. Les Canadiens français — ainsi appelait-on les Québécois avant 1960, ont été façonnés par deux cents ans de présence catholique qui a imprégné des pans entiers de la culture collective. Cette empreinte pour être moins visible aujourd'hui n'en est pas moins profonde. Voilà cent ans, un observateur français bien connu, André Siegfried, écrivait ces lignes :

  • 1 André Siegfried, Le Canada. Les deux races. Problèmes politiques contemporains, Paris, A. Colin, 1 (...)

La protection de l'Église est précieuse, mais elle se paie, dans l'espèce, d'un prix exorbitant. Certes, son influence a rendu les Canadiens sérieux, moraux, travailleurs et prolifiques ; leurs vertus familiales font l'admiration de tous ; leur vigueur et leur santé révèlent une vitalité qui n'est pas près de s'éteindre. Mais d'autre part, la sujétion intellectuelle où le clergé voudrait les tenir, l'autorité étroite qu'il leur impose, les conceptions démodées qu'il persiste à leur inculquer en matière de foi ne sont-elles pas de nature à ralentir l'essor de la société canadienne française et à lui rendre la lutte bien difficile, en face de ses rivaux anglo-saxons, qui sont autrement dégagés du passé et de ses formes vieillies1 ?

  • 2 En 1992, l'historien Ronald Rudin publie « Revisionism and the Search for a Normal Society : A Cri (...)

3Depuis les années 1960 et la « Révolution tranquille » qui ont refaçonné le Québec moderne, l'historiographie a cherché à mettre en perspective son développement en montrant les différents points d'insertion dans la modernité et leur temporalité différente. Les années 1960 apparaissent alors moins comme un point de départ absolu que comme un point terminus d'un processus déjà en marche, un point de basculement. Dans ce contexte, le rôle de l'Église catholique a pu paraître minimisé aux yeux de certains, mais une mise en perspective de tous les facteurs déterminants dans une évolution ne signifie pas nécessairement un déni de l'influence d'un de ces facteurs2. Il est vrai que, dans les décennies de 1960 et de 1970, le catholicisme n'apparaissait pas comme synonyme de modernité. En plus le véritable délitement de l'institution cléricale et ecclésiale, sa répudiation dans l'indifférence par une majorité de la population, ajoutés à l'influence des transformations issues de Vatican II sur la pratique religieuse, ont entraîné une quasi-disparition soudaine de l'Église catholique dans la conscience collective. Les effets se vérifient sur le plan physique d'abord, avec l'effonrement des effectifs religieux et la désertion des églises, sur le plan symbolique ensuite, avec la montée de l'État comme instrument de rechange de représentation et d'action collectives. Seuls demeurent visibles les marqueurs physiques dans le paysage, comme les divers bâtiments religieux et le stock immobilier des anciennes rues occupées par les notables.

  • 3 Publiée en 1943, Chicago, University of Chicago Press, l'ouvrage a été réédité souvent et a été tr (...)

4La montée de l'urbanisation industrielle au xixe présente une bonne occasion de jeter un regard sur l'attitude de l'Église catholique vis-à-vis de la ville. Les rapports entre la ville et l'Église sont ambigus : institution éminemment urbaine, tant dans son administration que dans son maillage du territoire, son discours sur la société s'est volontiers fait champion de ruralité. On a longtemps postulé une attitude hostile monolithique de l'Église vis-à-vis de la ville industrielle. Or, il n'en est rien et, de plus, je crois que cette hostilité est un phénomène qui apparaît plutôt entre 1920 et 1950, alors que la société québécoise a été secouée par une vague massive d'urbanisation qui touche alors tout son territoire, bientôt suivie de la Crise des années 1930, dont les effets ne se résorbent que durant la Seconde Guerre mondiale, voire après. De plus, l'hostilité viendrait aussi de l'échec du modèle de paroisse urbaine mis au point vers le milieu du xixe siècle à servir de matrice à l'urbanisation des Canadiens français. Le sociologue américain Everett C. Hughes, dans son étude classique French Canada in Transition, consacrée à l'analyse de l'urbanisation à travers une petite ville industrielle de la plaine de Montréal entre 1900 et 19403, émet l'hypothèse que, au Québec, l'industrialisation aurait été freinée par l'institution paroissiale et par la structure familiale. Je crois au contraire qu'au xixe siècle, la paroisse a plutôt joué un rôle dynamique de médiation entre la ville et la campagne, facilitant l'urbanisation des ruraux canadiens-français et leur acculturation en ville.

Ignace Bourget et la mise au point du modèle de paroisse urbaine, 1850-1875

5La ville de Montréal a connu une croissance économique relativement lente au xviiie siècle. Fondé au milieu du xviie siècle comme projet utopique d'une nouvelle cité de Dieu où se côtoieraient Français pieux et Amérindiens convertis, le petit bourg devient plutôt l'avant-poste du commerce des fourrures et des contacts avec les tribus amérindiennes de l'intérieur continental américain. Ville religieuse, militaire et commerçante, son économie axée sur les échanges de fourrures demeure fragile et ne crée pas beaucoup d'emplois. Toutefois, à partir de la fin du xviiie siècle, l'ouverture de l'Ouest à la colonisation agricole transforme l'hinterland en créant un véritable marché et Montréal devient la métropole économique de l'Amérique du Nord Britannique. L'industrialisation apparaît vers 1850, touchant d'abord la ville et sa région. Elle est stimulée par la mise en place d'un réseau de canaux permettant l'ouverture de la navigation entre l'Atlantique et les Grands lacs, bientôt doublé par le réseau des chemins de fer. La ville devient alors la plaque tournante de l'économie canadienne tout entière. Sur le plan socio- économique, la caractéristique de cette industrialisation est d'avoir été réalisée et dirigée par la minorité anglo-protestante. Dans ce contexte, l'Église doit composer avec cette caractéristique, qui lui impose une attitude plus passive relativement à l'économie.

6Entre 1800 et 1851, la population de Montréal passe de 9 000 à 58 000 habitants et la fin du siècle, la ville domine le réseau urbain avec ses 208 000 habitants en 1901 alors que la seconde ville en importance, Québec, ne compte que 69 000 habitants. La croissance démographique de Montréal repose sur deux composantes : une immigration britannique à partir de 1800 et un exode rural en provenance de la plaine du Saint-Laurent qui commence vers 1840 et se poursuit tout le long du siècle. Parallèlement, un prolétariat se développe, formé des ruraux canadiens-français et des Irlandais, fondant la dualité linguistique du monde ouvrier montréalais. Le fait que les Irlandais soient en majorité catholiques, crée une situation nouvelle pour l'Église québécoise.

7Dans ce contexte, l'action de l'évêque Ignace Bourget (1799-1885) a été fondamentale. Secrétaire pendant près de vingt ans du premier évêque de Montréal, il lui succède en 1840 et jusqu'à sa démission en 1876, il dirige d'une main de maître les destinées du diocèse. Fier de sa ville épiscopale, il cherche à y établir son pouvoir spirituel. Ultramontain intransigeant et volontiers vindicatif, il impose sa vision du monde et de la ville.

  • 4 Jean-Claude Robert, « Urbanisation et paroisse : le cas de Montréal au xixe siècle », dans Serge C (...)
  • 5 Louis-Antoine Dessaulles, La grande guerre ecclésiastique. La Comédie infernale et les noces d'or. (...)

8Depuis son arrivée, il avait été témoin privilégié de la lutte de pouvoir qui opposait la congrégation des sulpiciens, titulaires de la cure de Montréal, à l'évêque4. Deux conceptions de l'encadrement religieux et de la territorialité urbaine s'affrontaient. Les sulpiciens, plus spiritualistes et tenant d'une religion austère, voulaient conserver une paroisse au territoire démesuré, tandis que l'évêque, gagné à la piété romaine et aux grandes manifestations religieuses, voyait la paroisse comme un instrument privilégié de maillage du territoire urbain pour assurer un encadrement serré des populations catholiques. Il cherchait au contraire à favoriser les unités plus petites, permettant une meilleure interaction entre le clergé et les fidèles. En fait la stratégie de l'évêque Bourget privilégiait une parcellarisation de l'espace urbain. Vers 1846, l'évêque se convainc de morceler l'immense paroisse de Montréal, dont le territoire est demeuré intact depuis 1721. L'opération est longue et ardue et dégénère en intrigues qui se rendent souvent jusqu'à Rome, où le Vatican est sommé de trancher entre les prétentions de l'évêque, qui désire être le maître absolu dans son diocèse et celles des sulpiciens, forts d'un privilège du xviie siècle leur garantissant à perpétuité l'exclusivité de la cure. À cause de la situation particulière du Québec où le droit civil reconnaît la dîme et l'État les registres paroissiaux de baptêmes, de mariages et de sépultures comme registres d'état civil, les querelles prennent une dimension politique et mobilisent les élites laïques, regroupées derrière leur champion respectif. Bref la querelle méritait bien l'appellation de « grande guerre ecclésiastique », titre d'un pamphlet publié en 18745.

  • 6 Lucia Ferretti, Entre voisins. La sociabilité paroissiale en milieu urbain. Saint-Pierre-Apôtre de (...)

9Nonobstant l'âpreté et l'acrimonie des débats, la grande idée d'Ignace Bourget aura été d'aller au-delà du spirituel et du cultuel et de faire de la paroisse une institution de nature tout autant sociale que religieuse, par les services qu'elle offre dans plusieurs domaines comme la santé, la lutte contre la pauvreté, par son souci d'encadrer et de mobiliser l'éducation, la culture ainsi que les loisirs. La stratégie de recourir à une multiplicité de confréries et d'associations donne à la paroisse les moyens de rejoindre beaucoup de monde. L'historienne Lucia Ferretti a examiné dans le détail une des paroisses créées par l'évêque Bourget et en a fait bien ressortir les aspects essentiels6. En particulier, son analyse de la sociabilité permet de comprendre comment la paroisse a facilité l'intégration des nouveaux urbains dans la ville. La multiplication des congrégations et des associations ouvre un large spectre d'activités susceptibles d'atteindre tout de monde, des jeunes aux vieux, de la main-d'œuvre active à ceux qui demeurent dans le cadre familial. La diversité des associations, qui vont des confréries pieuses aux associations culturelles, assure à l'encadrement paroissial son caractère et sa cohésion, du moins pour un temps. Et surtout, cette parcellarisation de la ville a suscité l'émergence et le renforcement d'une notabilité de paroisse qui contribuera à créer un fort sentiment local d'appartenance. En fait, avec le curé et les notables paroissiaux, se créent des cadres sociaux qui permettront d'acculturer les Canadiens français à la ville, en utilisant une institution traditionnelle et familière, la paroisse.

10L'évêque Bourget n'a pas écrit beaucoup sur la ville. Toutefois, les quelques références recueillies montrent une vision plutôt positive, qui contraste avec celle que l'on trouvera plus tard et qui insistera sur le caractère purement débilitant, voire mortifère de la ville. Sa vision est tout à fait compatible avec celle de ses contemporains qui s'émerveillaient plutôt du développement urbain. Ainsi, lorsqu'une partie importante de la ville est dévastée par une conflagration en 1852, qui emporte la cathédrale, le palais épiscopal, 1 200 bâtiments et met 10 000 personnes sur le pavé, l'évêque écrit :

  • 7 [Ignace Bourget], Appel à l'ancienne France pour un secours en faveur de la nouvelle, Paris, Adrien (...)

De tout temps, cette ville fut comblée de bénédictions spirituelles et temporelles, recevant en même temps la rosée du Ciel et la graisse de la terre. Elle est par sa position magnifique, son riche territoire, son commerce florissant, ses immenses ressources sous tous rapports une ville de notre Amérique, que la Providence semble avoir spécialement privilégiée7 !

11Plus tard, évoquant le premier exode rural, il ne pense pas qu'il faille l'empêcher ou le décourager, mais bien plutôt l'encadrer :

  • 8 Ignace Bourget, Fioretti Vescovili, Montréal, Imprimerie du Franc parleur, 1872, p. 15.

Chaque année, un grand nombre de familles viennent de la campagne s'établir en ville. Il s'y rend aussi un bon nombre de jeunes gens qui cherchent de l'ouvrage et surtout beaucoup de jeunes filles, qui ont l'intention de se placer en service. L'on a observé que ces différentes personnes courent de grands dangers pour leur vertu ; et qu'il y aurait de sages précautions à prendre pour qu'elles conservent la foi et la piété qu'elles apportent de la campagne. L'Association de Charité que nous établissons pour toutes les paroisses de la campagne devant être en rapport avec celle de la ville, il sera facile aux dames de correspondre entr'elles, afin que l'expérience des personnes qui arrivent en ville ne soit pas funeste à leur innocence8.

12Parallèlement, l'évêque est soucieux de la formation intellectuelle des urbains ; il écrit à propos du futur collège des jésuites :

  • 9 Idem, p. 20.

...l'établissement d'un Collège dont l'effet principal serait de donner, dans cette ville, aux personnes appelées par la Divine Providence à vivre dans le monde, une éducation qui serait adaptée aux besoins des diverses classes de la société, et qui serait en même temps religieuse9.

13L'image de la ville véhiculée par Ignace Bourget, évêque d'un diocèse dont le centre est une métropole en pleine expansion, apparaît donc comme résolument moderne. Cependant, il fait aussi la promotion d'une ville où la religion domine. L'évêque sera le premier à chercher à réactualiser dans l'histoire de Montréal son caractère religieux essentiel. Il encourage la recherche sur la fondation pieuse de 1642, renouant avec le nom de Ville-Marie, tombé en désuétude depuis les débuts du xviiie siècle. Il ravive même d'anciennes dévotions contemporaines de la fondation. Une fois mises en places ses nouvelles paroisses urbaines - il aura créé 15 paroisses entre 1865 et 1875, là où il n'y en avait qu'une seule, elles connaissent un apogée avant d'éprouver certains problèmes.

Les difficultés de la paroisse urbaine après 1920

  • 10 Lucia Ferretti, « La paroisse urbaine comme communauté sociale : l'exemple de Saint-Pierre- Apôtr (...)
  • 11 Adélard Dugre, La paroisse au Canada français. Montréal, ESP, 1929. p. 15.

14Pour Lucia Ferretti, si la paroisse urbaine connaît sa « plénitude » entre 1870 et 1914, l'institution entre en crise après la Première Guerre mondiale à cause du recul de son rôle social et de sa dilution dans la ville10. Le problème de fond est un conflit de territorialité qui oppose la paroisse comme espace fini, volontiers replié sur ses propres finalités, à la ville comme espace cohérent et signifiant. La paroisse constitue en fait une tentative de créer un isolat comme l'a bien vu le jésuite A. Dugré écrivant en 1929 : « La paroisse en favorisant le groupement des Canadiens français, en accusant leur isolement, les a préservés des mariages mixtes11 ». Mais une fois acculturés à la ville, les citadins d'une paroisse commencent à se définir comme habitants d'un ensemble plus vaste. De plus, les enjeux de la vie sociale, économique et culturelle ouvrent l'espace de relation des paroissiens à une autre échelle, celle de la ville, de ses grandes divisions fonctionnelles et de ses horizons d'attente tournés vers l'extérieur et les échanges. Ce conflit de territorialité est aggravé par les mutations successives du centre-ville de Montréal qui en vient à englober graduellement une superficie de plus en plus grande et à bouleverser la configuration des fonctions urbaines des anciens quartiers résidentiels proches du centre. À leur tour, ces changements entraînent un déplacement de la population, parce que les fonctions administratives, industrielles et commerciales prennent le pas sur les zones résidentielles.

  • 12 Marie-Josée Larocque, « Paroisse et école en milieu urbain », dans Serge Courville et Normand Ség (...)
  • 13 Philip Garrigue, « St. Joseph Oratory : A New Look at Its Meaning », La Nouvelle revue canadienne(...)
  • 14 Sherry Olson, « Ces touchants spectacles », dans Serge Courville et Normand Séguin, Éditeurs, La P (...)

15Graduellement, les anciennes solidarités paroissiales reculent devant les transformations. Les services publics ne concordent plus nécessairement avec le découpage religieux local12. Par ailleurs, l'affaiblissement du cadre paroissial entraîne l'essai d'une nouvelle stratégie, celle de créer un sentiment d'appartenance au niveau du diocèse. Par exemple, l'essor des mouvements d'action catholique, qui se fera surtout sentir après les années 1910, amène une délocalisation ou un recentrage des activités au profit du territoire du diocèse, au détriment de la paroisse, qui commence à être perçue davantage comme un lieu de résidence, isolé des autres activités urbaines. Ainsi, à partir de 1904, se développe un lieu de pèlerinage situé sur le flanc nord-est du mont Royal, l'Oratoire Saint-Joseph, qui attire rapidement des milliers de visiteurs, montréalais surtout, et figure comme une réponse aux nouveaux besoins des masses catholiques et polarise rapidement les grandes activités de dévotion13. Durant la Crise des années 1930, les chômeurs et les fidèles de la ville viendront en masse prier pour le retour de la prospérité. L'Oratoire servira de cadre à des manifestations orientées vers la population de tout le diocèse comme des expositions thématiques pour promouvoir d'autres dimensions de la vie religieuse, hors du territoire paroissial. Ainsi, en 1942 se tient une gigantesque exposition consacrée à l'expansion des missionnaires canadiens dans le monde14

  • 15 Yves Roby, « La paroisse franco-américaine (1850-1976) », dans Serge Courville et Normand Séguin (...)

16Le modèle de la paroisse urbaine a aussi été exporté aux États-Unis, où émigré un fort contingent de Canadiens français entre 1860 et 1900. On a calculé que 327 000 personnes quittent le Canada pour s'installer dans les petites villes manufacturières de la Nouvelle-Angleterre et qu'en 1900, eux et leurs descendants sont 573 000. Cette population a utilisé la paroisse comme double cadre d'intégration sociale : d'abord à la ville industrielle et ensuite à la ville étrangère. Toutefois, après 1900, l'institution paroissiale est déchirée par des luttes entre deux factions. D'une part, les gens nés au Québec et formant les élites paroissiales veulent conserver le caractère catholique et français tandis que, d'autre part, les natifs étatsuniens veulent utiliser la paroisse comme tremplin, comme outil, pour assurer leur intégration et celle de leurs enfants dans la société civile globale15.

  • 16 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la C (...)
  • 17 José Igartua , « Vivre à Arvida », dans Robert Fortier, éditeur, Villes industrielles planifiées, (...)

17Le modèle de la paroisse urbaine connaîtra une large diffusion entre 1900 et 1930, alors qu'une troisième phase d'industrialisation transforme le Québec, propulsée par l'exploitation des ressources naturelles (hydroélectricité, mines et forêts) et liée à l'essor de l'électrochimie, de l'électrométallurgie et de la demande de papier journal. À ce moment, le développement industriel et la croissance urbaine touchent l'ensemble du territoire et dans ce contexte, la paroisse servira une fois de plus de cadre à l'acculturation des nouvelles populations urbaines16. C'est le cas pour les villes industrielles de la grande plaine de Montréal et pour les villes nouvelles nées de l'hydroélectricité. Parfois, comme pour la ville planifiée d'Arvida, au Saguenay, propriété de l'Aluminium Company of America, la paroisse reçoit même des terrains et une avance de fonds pour édifier ses bâtiments, indice assez probant de son rôle social espéré dans un contexte d'implantation industrielle dans un milieu rural17. Par ailleurs, dans ces nouvelles agglomérations, la paroisse participe aussi à une fragmentation de la ville : il y a la paroisse catholique et son territoire bien balisé, mais il y a aussi le quartier des contremaîtres et des patrons, souvent anglophones, dotés de différentes aménités culturelles, religieuses et sportives.

  • 18 Robert Lewis, Manufacturing Montreal. The Making of an Indtistrial Landscape, 1850 to 1930. Batli (...)

18Avec le temps, la paroisse ne peut tout simplement plus remplacer la ville ou isoler ses habitants complètement. Comme l'ont montré les travaux de Lucia Ferretti, la sociabilité paroissiale ne suffit plus et la notabilité paroissiale est aspirée par la sociabilité urbaine, articulée à l'ensemble du territoire. Par ailleurs, les services déterminés et contrôlés au niveau de la paroisse ne répondent plus aux besoins. Enfin, les paroissiens deviennent tiraillés entre deux sentiments d'appartenance : celui de la paroisse, de plus en plus réduite à un lieu de résidence et de voisinage simple et celui de la ville, modulé par le travail, le loisir et la culture. Ainsi pour prendre le cas de Montréal, le redéveloppement constant des pôles industriels entre 1850 et 1930, suscite des déplacements de population sur l'ensemble du territoire, tandis que l'émergence des zones commerciales centrales et des espaces à vocation culturelle, comme le quartier des spectacles, entraîne les citadins bien au-delà des frontières de leurs paroisses respectives18. Quant à la stratégie de créer des activités et un sentiment d'appartenance au niveau du diocèse, elle fait long feu. L'expérience de la territorialité diocésaine ne pouvait se substituer à celle, plus tangible, plus variée et plus immédiate, de la ville.

19Durant les années 1960, le recul de l'encadrement paroissial se confirme de plus en plus et, pour en demeurer à l'exemple de Montréal, un événement mobilisateur et refondateur, l'Exposition universelle de 1967, donne aux citoyens l'occasion de découvrir ou de redécouvrir, les aménités de l'urbanité dans un contexte de modernité et d'universalité.

La pensée catholique sur la ville

  • 19 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la C (...)

20La pensée catholique sur la ville n'a pas été beaucoup développée. Elle se centre presque automatiquement sur la paroisse. De plus, à partir de la fin du xixe siècle, l'Église développe un discours volontiers ruraliste, qu'on a appelé « agriculturisme » et qui prônait le développement d'un Canada français d'abord agricole et catholique 19. Ce véritable parti pris ruraliste dure très longtemps. Par exemple, après la Seconde guerre mondiale, alors que le Québec est largement devenu urbain, les évêques proposent un retour à la terre pour faciliter la réintégration économique des soldats démobilisés.

  • 20 Lucia Ferretti, Brève histoire de l'Église catholique au Québec. Montréal, Boréal, 1999 : 127.
  • 21 Marcel Fournier, « Édouard Montpetit et l'Université moderne ou l'échec d'une génération », Revue (...)
  • 22 Adélard Dugre, La paroisse au Canada français. Montréal, ESP, 1929, 64 p.
  • 23 Semaines sociales du Canada, La Cité. Compte-rendu des Cours et Conférences. Montréal, ESP, 1930. (...)

21Deux ouvrages permettent d'illustrer la pensée catholique sur la ville. Il s'agit de deux publications de l'École sociale populaire, institution créée par les jésuites en 1911 et chargée de stimuler la réflexion sur la pensée sociale de l'Église et de la diffuser. En 1920, elle met sur pied des Semaines sociales, consacrées à l'examen des problèmes sociaux contemporains20. L'École sociale populaire jouit d'un prestige important et structurera même en partie l'enseignement de la nouvelle École des sciences sociales, politiques et économiques de l'Université de Montréal21. En 1929 et 1930 paraissent deux volumes traitant plus spécifiquement de la ville ou de l'urbanisation. Le premier, intitulé La paroisse, paraît en 1929 compte une soixantaine de pages et est rédigé par un jésuite, Adélard Dugré22. Le second, intitulé La Cité, est le compte rendu de la IXe semaine sociale qui se tient à Chicoutimi la même année23.

22L'opuscule sur la paroisse est divisé en deux parties inégales. Les vingt premières pages sont consacrées à des considérations générales sur l'institution paroissiale au Canada français et insistent sur son rôle historique et la dimension de lieu d'appartenance. La seconde partie analyse la paroisse urbaine de l'Immaculée-Conception à Montréal et se consacre à une description détaillée de la vie de ses diverses institutions. Précisons ici que cette paroisse n'est pas ordinaire : confiée aux jésuites qui ont obtenu en contrepartie de l'évêque de pouvoir y établir leur scolasticat, elle est très populeuse ce qui permet à la congrégation d'y trouver les ressources suffisantes pour y faire vivre ses œuvres spirituelles et pédagogiques. En échange, les jésuites offrent une foule de services aux paroissiens comme au diocèse. Ainsi, les presses de leur imprimerie publient les travaux de l'École sociale populaire et d'autres publications religieuses et les jésuites logent de nombreuses organisations. La paroisse est donc bien dotée de services culturels, sanitaires, de bienfaisance et les loisirs sont particulièrement bien encadrés, sans compter les très nombreuses congrégations qui s'adressent aux fidèles de tous les âges. La paroisse apparaît sous la plume d'Adélard Dugré comme un microcosme de la ville, presque autosuffisant, bien encadré par un clergé dévoué et où sont contrôlées les mœurs et les idées considérées subversives.

  • 24 Marlene Shore, The Science of Social Redemption. McGill, the Chicago School, and the Origins of S (...)

23La IXe semaine sociale de Chicoutimi s'est déroulée du 26 au 30 août1929 et a consisté en 12 cours et deux conférences, dont 8 donnés par des clercs et six par des laïcs. Les sujets touchent à divers aspects de la ville, mais la façon de les traiter est tout à fait révélatrice d'une approche normative, très scolastique, très éloignée de la réalité urbaine vécue. Ainsi, le thème de la cité est développé par un prêtre, professeur de dogme au séminaire local et consiste en une dissertation tout empreinte des préceptes du thomisme. Les textes oscillent ainsi entre d'une part, des regards posés de façon très théorique et avec un objectif normatif et, d'autre part, des analyses très ponctuelles - celles-ci faites généralement par les laïcs et qui traitent de leur sujet de façon très descriptive. Il se dégage des textes un sentiment de méfiance et de regret devant le phénomène urbain. La ville apparaît comme l'antithèse de la vie catholique et certaines de ses qualités sont présentées davantage comme des vices rédhibitoires. Toute se passe comme si le mouvement étant inéluctable, il faille bien s'en accommoder, mais vraiment à regret. Cette vision de la question urbaine contraste avec le projet de l'université McGill de Montréal, qui démarre vers la même époque et analyse, avec les méthodes de l'école de sociologie urbaine de Chicago, les problèmes sociaux créés par l'industrialisation et l'urbanisation au Québec24.

24Ce désenchantement de la ville sera accentué par la crise des années 1930 et les misères qui l'accompagnent. L'Église et les pouvoirs publics tenteront de stimuler un retour à la terre pour régler le problème du chômage urbain dans toutes les régions, mais ce mouvement, pour important qu'il ait été, n'a pas duré longtemps et dès la reprise économique consécutive à la déclaration de guerre, les zones récentes de colonisation commenceront à se vider. Toutefois, l'image de la ville devient plus négative pour certains clercs. Ainsi, Lionel Groulx, dont toute la vie adulte se déroule dans un cadre urbain, proposera cette vision de la ville en 1944 :

  • 25 Lionel Grouix, Notre maître le passé. 3e série. Montréal, Granger, 1944, p. 24.

À qui regarde Montréal de quelque point de sa montagne d'où l'oeil embrasse le panorama, l'image que renvoie ce tassement humain à demi plongé dans la fumée des hauts fourneaux, c'est d'abord l'image hideuse de la ville moderne. Image de servitude plus encore que de grandeur, image de désordre et de mort. En ce petit État français du Québec, Montréal, la ville au million d'âmes, tête de géant monstrueux sur un corps de nain. Dur Moloch qui happe la vie de proche et de loin, la vie riante, travaillante et chantante, et qui ne rend que des cendres25.

25Entre la vision positive d'Ignace Bourget et celle, négative, de Lionel Groulx, un fossé s'est creusé. Pour ma part, j'y vois le résultat d'un double échec : celui de la paroisse catholique comme unique matrice de l'urbanisation et celui de la religion catholique à influencer durablement la vie urbaine.

***

26Le délitement du modèle de la paroisse urbaine mise au point au xixe siècle et dont Montréal représente le prototype réussi, est vécu comme un échec par une partie de la génération de clercs qui a connu l'urbanisation massive du tournant du xxe siècle et dont un bon représentant est Lionel Groulx (1878-1967). Le clergé pensait avoir exorcisé la ville en proposant une territorialité fragmentée se repliant sur la paroisse, mais il n'a réussi qu'en partie : jusqu'en 1960, le Montréal francophone est une ville non pas de « villages urbains », mais de paroisses urbaines, qui se comportent comme autant d'entités et tentent de vivre, pour employer le jargon informatique, en « mode détaché » par rapport à la ville. Les Montréalais francophones sont alors en partie tiraillés entre une appartenance locale paroissiale et une appartenance urbaine plus large. Les transformations socio-économiques comme la tertiarisation montante et l'amélioration de la formation de la main-d'œuvre accroissent les tiraillements. L'Exposition universelle de 1967 marquera le triomphe final de la seconde appartenance. La stratégie d'isolement n'a pas fonctionné à terme, mais la paroisse aura joué pleinement son rôle d'acculturation à la ville et l'aura influencée par effet de retour.

27Car, pour reprendre André Siegfried, il y a eu un prix à payer : cette « paroissialisation » a contribué à marginaliser un temps les Canadiens français dans la ville et surtout à les habituer à une gestion de la chose publique dominée par la hiérarchie et ses délégués. Il en résulte une vie politique municipale anémiée, manquant de base populaire. Ce n'est pas un hasard si la municipalité sera dominée longtemps par les politiciens populistes de quartiers. Toutefois, certaines formes contemporaines de décentralisation des services et la structuration des groupes populaires montréalais sont à mettre au crédit de cette influence paroissiale.

28Il subsiste aussi la marque de la paroisse dans l'espace construit et quiconque parcourt la ville de Montréal ou celle de Québec, peut retrouver dans la pierre et la brique les traces des sociabilités encore visibles dans l'organisation spatiale et le stock immobilier, ainsi que le maillage institutionnel religieux.

Notes

1 André Siegfried, Le Canada. Les deux races. Problèmes politiques contemporains, Paris, A. Colin, 1906, p. 68.

2 En 1992, l'historien Ronald Rudin publie « Revisionism and the Search for a Normal Society : A Critique of Recent Quebec Historical Writing » dans Canadian Historical Review, LXXIII, 1 (1992) : 30-61 et développe son argumentation dans un livre qui paraît en 1997 : Making History in Twentieth-Century Quebec. Toronto, University of Toronto Press, 1997. Le livre est traduit en français sous le titre : Faire de l'histoire au Québec. Québec, Septentrion, 1998. Les textes ont suscité une vive controverse, mais le débat porte à faux en partie.

3 Publiée en 1943, Chicago, University of Chicago Press, l'ouvrage a été réédité souvent et a été traduit en français sous le titre de Rencontre de deux mondes. La crise d'industrialisation du Canada français, Beauceville, L'Éclaireur, 1944. La traduction française a été rééditée à Montréal, Boréal, 1972.

4 Jean-Claude Robert, « Urbanisation et paroisse : le cas de Montréal au xixe siècle », dans Serge Courville et Normand Séguin, éditeurs, La paroisse. Atlas historique du Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 2001, p. 82-97.

5 Louis-Antoine Dessaulles, La grande guerre ecclésiastique. La Comédie infernale et les noces d'or. La suprématie ecclésiastique sur l'ordre temporel, Montréal, Typographie Alphonse Doutre, 1873.

6 Lucia Ferretti, Entre voisins. La sociabilité paroissiale en milieu urbain. Saint-Pierre-Apôtre de Montréal 1848-1930, Montréal, Boréal, 1992.

7 [Ignace Bourget], Appel à l'ancienne France pour un secours en faveur de la nouvelle, Paris, Adrien Leclerc, 1855, p. 19-20.

8 Ignace Bourget, Fioretti Vescovili, Montréal, Imprimerie du Franc parleur, 1872, p. 15.

9 Idem, p. 20.

10 Lucia Ferretti, « La paroisse urbaine comme communauté sociale : l'exemple de Saint-Pierre- Apôtre de Montréal, 1848-1930 », dans Serge Courville et Normand Séguin, éditeurs, La paroisse. Atlas historique du Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 2001, p. 219-229.

11 Adélard Dugre, La paroisse au Canada français. Montréal, ESP, 1929. p. 15.

12 Marie-Josée Larocque, « Paroisse et école en milieu urbain », dans Serge Courville et Normand Séguin, éditeurs, La paroisse. Atlas historique du Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 2001, page 169.

13 Philip Garrigue, « St. Joseph Oratory : A New Look at Its Meaning », La Nouvelle revue canadienne, 3,5 (mai-juillet 1956), p. 241-254.

14 Sherry Olson, « Ces touchants spectacles », dans Serge Courville et Normand Séguin, Éditeurs, La Paroisse. Québec, Presses de l'Université Laval, 2001. p. 244-246.

15 Yves Roby, « La paroisse franco-américaine (1850-1976) », dans Serge Courville et Normand Séguin éditeurs, La paroisse. Atlas historique du Québec. Québec, Presses de l'Université Laval, 2001, pages 251-263.

16 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Confédération à la crise (1867-1929). Montréal, Boréal, 1989, p. 409-423, 471-474.

17 José Igartua , « Vivre à Arvida », dans Robert Fortier, éditeur, Villes industrielles planifiées, Montréal, CCA et Boréal, 1996. p. 153-176.

18 Robert Lewis, Manufacturing Montreal. The Making of an Indtistrial Landscape, 1850 to 1930. Batlimore, Johns Hopkins University Press, 2 000 ; Pierre Anctil, Saint-Laurent. La Main de Montreal. Québec, Septentrion, 2002 ; John Gilmore, Swinging in Paradise. The Story of Jazz in Montreal. Montreal, Véhicule Press, 1989.

19 Paul-André Linteau, René Durocher et Jean-Claude Robert, Histoire du Québec contemporain. De la Confédération à la Crise (1896-1929). Montréal, Boréal, 1989, p. 700-707. Voir aussi Yvan Lamonde, Histoire sociale des idées au Québec 1769-1896. Montréal, Fides, 2 000.

20 Lucia Ferretti, Brève histoire de l'Église catholique au Québec. Montréal, Boréal, 1999 : 127.

21 Marcel Fournier, « Édouard Montpetit et l'Université moderne ou l'échec d'une génération », Revue d'histoire de l'Amérique française, 36,1 (juin 1982) : 3-29.

22 Adélard Dugre, La paroisse au Canada français. Montréal, ESP, 1929, 64 p.

23 Semaines sociales du Canada, La Cité. Compte-rendu des Cours et Conférences. Montréal, ESP, 1930. 320 p.

24 Marlene Shore, The Science of Social Redemption. McGill, the Chicago School, and the Origins of Social Research in Canada. Toronto, University of Toronto Press, 1987.

25 Lionel Grouix, Notre maître le passé. 3e série. Montréal, Granger, 1944, p. 24.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540