Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Cinquième partie. Vie religieuse

Assistance et charité en Hongrie médiévale (fin xiiie-début du xvie siècle)

Marie-Madeleine de Cevins

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Marie-Madeleine de Cevins

  • 1 Le présent article s'appuie pour l'essentiel sur les observations formulées (en hongrois) dans: « (...)

2Dès la fin du siècle de saint Louis, le secours aux pauvres et aux malades s'effectuait en Occident, et notamment dans les villes, à partir d'une multitude de centres1 Les établissements à vocation caritative se comptaient souvent par dizaines au sein d'une même agglomération urbaine. Ils purent concentrer leur attention sur tel type de mal ou telle catégorie de miséreux, amorçant une spécialisation qui préfigure nos structures modernes. Parallèlement, la multiplication des hôpitaux laïcs avait fortement entamé le monopole traditionnel de l'Église dans ce secteur.

  • 2 Voir en priorité Zoltán Somogyi, A középkori Magyarország szegényügye, Budapest, 1941 ; Lajos Pasz (...)

3Le royaume de Hongrie, faiblement urbanisé, n'en était pas là. C'est ce qui ressort de l'historiographie récente les publications anciennes tendant quant à elles à estomper ce décalage2. Mais faut-il vraiment parler de« retard » ? Cette situation ne reflète-t-elle pas des besoins moins aigus, plus ponctuels et plus diffus, que dans les villes occidentales ?

  • 3 J'utiliserai notamment les testaments imprimés ou inédits de Sopron et de Bratislava - en hongroi (...)

4À l'aide des observations faites par les historiens hongrois et de quelques documents inexploités dans cette perspective, je tenterai dans les lignes qui suivent d'élucider trois points susceptibles d'apporter des éléments de réponse à cette question globale3 Quelles institutions se chargeaient d'assister les pauvres et les malades en Hongrie — depuis le xiiie siècle, c'est-à- dire depuis les premières traces de leur existence ? Le second volet concernera les bénéficiaires du système, mais aussi ses acteurs et ses bienfaiteurs, en s'interrogeant sur le sens qu'ils donnaient à l'action caritative. Enfin, dans quelle mesure peut-on parler de modernisation à l'extrême fin du Moyen Âge ?

Les établissements chargés de l'assistance aux pauvres et aux malades

Le réseau caritatif de la Hongrie médiévale : formation et densité

  • 4 Marie-Madeleine de Cevins, L'Église dans les villes hongroises à la fin du Moyen Âge, Paris-Szeged (...)

5Les institutions caritatives hongroises sont aussi anciennes que l'Église magyare. Dès le règne de saint Étienne (997-1038), la documentation mentionne des hospitalia dans le bassin des Carpates. Mais leur essor ne commença véritablement qu'au début du xive siècle ; du moins dans les villes, mieux documentées que les bourgades et devant répondre par définition à une demande localement supérieure. Le nombre d'établissements hospitaliers y doubla entre le début du xive siècle et la première décennie du xvie siècle4. Une progression spectaculaire, bien qu'en retard de deux siècles par rapport aux villes françaises. Le faible degré d'urbanisation du royaume magyar ne peut expliquer à lui seul cet écart. En effet, à l'opposé des églises paroissiales et des couvents mendiants, la chronologie des fondations hospitalières hongroises ne suit pas la courbe de la population urbaine : elles ne se multiplièrent que dans la phase ultime du développement urbain, et surtout après les années 1480. Nombre de villes magyares venaient en effet d'entrer dans une période de récession économique doublée d'un recul démographique ; ce retournement de conjoncture grossit brusquement le nombre d'indigents, décuplant les besoins en matière d'assistance.

  • 5 Voir carre en fin de chapitre.
  • 6 Les villes hongroises les mieux loties étaient les cités épiscopales, où coexistaient au moins de (...)
  • 7 Eugeniusz Winsniowski, «  Structures diocésaines et paroissiales de l'Église catholique romaine d (...)
  • 8 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.i, p. 266 ; Ead., L'Église..., p. 65 ; Gérard Giordanengo(...)
  • 9 Vingt-quatre au plus à Sainte-Élisabeth de Besztercebánya (Banská Bystrica, Slovaquie), environ vi (...)

6Même à son épanouissement maximal pour la période médiévale, le réseau caritatif du royaume de Hongrie restait médiocre. Certaines villes n'abritaient toujours aucun établissement hospitalier à la fin du xve siècle, sans parler des bourgades seigneuriales et des villages5. Les quelque vingt ou vingt-cinq localités les plus populeuses du pays ne disposaient le plus souvent que d'un ou deux hôpitaux au tournant des xve et xvie siècles ; les villes moyennes n'en avaient qu'un seul6. C'était mieux qu'en Pologne, certes7. Mais on sait qu'à cette date, la plupart des villes italiennes ou françaises comptaient une bonne dizaine, voire une quinzaine d'établissements caritatifs. De plus, rapportés au nombre d'habitants, les chiffres hongrois demeurent très inférieurs aux moyennes françaises : il y avait environ quatre mille citadins par institution vers 1500, soit dix fois plus qu'à Arles8 ! Il s'agissait, en outre, de petites structures. Les dimensions des bâtiments exhumés par l'archéologie, les fragments de comptes alimentaires ou les règlements internes conservés ici ou là montrent qu'elles regroupaient au mieux une vingtaine de lits9.

7Un sous-équipement aussi chronique ne saurait être uniquement l'effet d'optique résultant des immenses pertes documentaires. Ne l'imputons pas non plus à la passivité des évêques et des chanoines des cathédrales hongroises. Bien au contraire, c'est à eux que les hôpitaux hongrois devaient souvent leur existence. On y verra plutôt la traduction d'une réalité sociale, à savoir la proportion relativement faible des miséreux, malades ou pauvres, dans le royaume magyar. Du moins jusqu'aux premiers signes de crise urbaine dans le dernier tiers du xve siècle. Et même dans ces années difficiles, on assista moins à une explosion de la pauvreté urbaine qu'à une augmentation continue du nombre de miséreux, assortie d'une mobilitaccrue de la population. Les pandémies, si meurtrières ailleurs - avec les retours périodiques de la peste après le milieu du xive siècle - semblent avoir fait assez peu de victimes en Hongrie ; sans doute parce que les hommes résistèrent mieux à ces agressions, leur organisme n'ayant pas été affaibli par les famines ou disettes récurrentes que l'on déplorait alors en Occident.

Un moule commun

8Le vocabulaire désignant les établissements de charité dans les sources hongroises ne manque pas d'une certaine variété. À côté des termes les plus courants — hospitale et xenodochium, ou leurs formes allemandes Spittal, sichhaus et krankenhaus —, on en trouve bien d'autres, moins usités. Souvent interchangeables, ils ne suffisent pas à effacer pour autant l'impression d'homogénéité qui caractérise au premier coup d'œil l'ensemble des hôpitaux du royaume magyar.

  • 10 L. Pasztor, A magyarság..., p. 53, 56; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 262; Gábor Klaniczay, Hol (...)
  • 11 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. I, p. 276-280 et tableau n° 25, t. IV, p. 1297-1298; L. (...)

9Parmi leurs nombreux traits communs, citons tout d'abord leur vocable. Il s'agissait le plus souvent du Saint-Esprit — y compris pour les maisons n'appartenant pas à l'ordre du même nom - ou de sainte Élisabeth de Hongrie, traditionnellement vénérée pour son action au service des pauvres et opportunément remise à l'honneur par les rois angevins10. Ces deux patronages célestes étaient du reste fréquents, on le sait, dans les hôpitaux d'Occident. Autre élément que l'on retrouve à peu près partout : la position excentrée des hôpitaux dans l'espace urbain. À de rares exceptions près, ils étaient construits loin du centre-ville, en dehors des fortifications urbaines (extra muros) et à plusieurs centaines de mètres des autres établissements ecclésiastiques. Ceci exprimait, en Hongrie comme ailleurs, les tabous médicaux et religieux dont ils étaient victimes - plus sans doute que le faible coût du terrain dans les faubourgs, car leurs riches fondateurs n'en avaient cure. Cette mise à distance frappait plus que toutes les léproseries, rejetées à un ou deux kilomètres des remparts urbains et parfois juchées sur un promontoire rocheux11.

  • 12 L. Pásztor, A magyarság..., p. 58; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 261-262.
  • 13 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 261, note 93.

10Les hôpitaux hongrois se caractérisent enfin par l'absence de toute spécialisation médicale ou sociale. Avant le xvie siècle, on ne repère aucun établissement spécifiquement voué à l'accueil d'une catégorie précise de population - les aveugles, les pèlerins de passage, les prostituées repenties, les pauvres veuves, les clercs miséreux ou malades... —, à l'exception des léproseries. Celles-ci formaient près du dixième des hôpitaux urbains attestés au tournant des xve et xvie siècles ; elles naquirent presque toutes assez tardiveinent, entre les années 1420 et 1490, à l'initiative de clercs séculiers qui en assumaient ensuite la direction12. Mais elles n'accueillaient sans doute pas seulement des lépreux. Et elles évoluaient parfois en établissements « généralistes » : ainsi, l'hôpital Saint-Lazare de Buda, initialement affilié à l'ordre de ce nom, est-il mentionné vers 1500 comme simple «  maison des pauvres13 ». Le faible nombre global d'institutions hongroises explique naturellement cette tendance. Quand il n'existait qu'un ou deux hôpitaux dans toute la ville, pas question d'en refuser l'entrée à tel malheureux au motif qu'il n'avait pas le profil requis ! Une attitude qui resta longtemps ancrée dans les mœurs : même dans les villes les plus peuplées et les mieux pourvues en structures d'accueil - telle Buda avec ses dix mille habitants et sa demi-douzaine d'hôpitaux autour de 1490 - la notion de spécialité paraît toujours absente des préoccupations des fondateurs et des responsables à l'extrême fin du Moyen Âge.

Le recul des hôpitaux monastique

  • 14 Z. Somogyi, A középkori..., p. 15.

11Comme ceux d'Occident, les Bénédictins hongrois se soucièrent dès l'origine de fournir l'hospitalité aux pauvres hères qui venaient frapper à leur porte. Ils avaient fait édifier un hospice (hospitale) à l'intérieur de l'enceinte monastique, en complément de l'infirmerie (infirmarium) où étaient habituellement soignés les moines malades. Vers le milieu du xiie siècle, le ban serbe nommé Belus déclarait que s'il dotait aussi généreusement le monastère bénédictin de Bánmonostor (Banoator, Serbie) qu'il venait de fonder, c'était pour assurer l'entretien de ses membres tonsurés, mais aussi pour nourrir et loger les voyageurs et les pauvres ad ipsum monasterium divertentes. Les mêmes intentions caractérisent les fondateurs et bienfaiteurs des monastères ou prieurés de Lébény, Pannonhalma et Pécsvarad au tout début du xiiie siècle14.

  • 15 Ibid., p. 16-18.

12Toutefois, dans les siècles suivants, le rôle des moines traditionnels déclina. On ne relève plus aucune trace dans les sources de bâtiments accueillant des hospites dans le sillage des Bénédictins ; la magna tabula elemosinarie dressée à Pannonhalma en 1459 était une mesure ponctuelle. Les preuves de l'entretien régulier de pauvres et de malades par les religieux manquent tout autant chez les Cisterciens et les Prémontrés15. Pourquoi cet effacement ? L'arrivée des ordres hospitaliers dans le bassin carpatique à partir du xiie siècle relégua les moines anciens au second plan sur le terrain de la charité. Et la crise des vocations monastiques - perceptible en Hongrie au début du xive siècle et dramatique au siècle suivant en dépit d'une relative stabilité matérielle et de multiples réformes internes - ne pouvait qu'accélérer cette évolution.

  • 16 Ibid., p. 30.
  • 17 Ibid., p. 35-37.
  • 18 La documentation conservée montre qu'ils étaient présents en Transdanubie - à Buda et à Pécs - mai (...)

13Deux congrégations semi-régulières et trois ordres militaro-hospitaliers se vouaient exclusivement à la prise en charge des nécessiteux dans le royaume magyar. L'ordre de saint Antoine comptait trois maisons hongroises au moins depuis la fin du xiiie siècle, très éloignées les unes des autres et formant dès 1309 une province autonome : Daróc (Dravce, Croatie), Bratislava et Segesvár (Sighi oara, Roumanie)16. Manifestement peu touchés par la désaffection dont souffraient leurs confrères occidentaux depuis le milieu du xive siècle, les Antonins hongrois réclamèrent la direction de nouveaux hôpitaux en Slovaquie : à Kassa (Koaice) entre les années 1360 et jusqu'au début du xve siècle, à Bratislava en 1505, et peu après à Szepesváralja (Spiaské Podhradie). Ils n'avaient aucun mal à recueillir des dons, au point que la municipalité de Bratislava recommandait vers 1428 aux prêtres séculiers chargés de quêter dans la ville d'endosser l'habit antonin17. L'ordre du Saint-Esprit, né à Montpellier et ayant pour maison-mère la célèbre confrérie romaine du Saint-Esprit, créa sa première maison hongroise à Nagyszeben (Sibiu, Roumanie) avant 1292. D'autres fondations suivirent - principalement en Transylvanie -, chapeautées dès 1330 par un preceptor generalis per Hungariam18. La fin du xve siècle fut marquée cependant, là aussi, par un net repli.

  • 19 Rappelons que Charles-Robert d'Anjou les plaça à son service lors de la difficile conquête du trôn (...)
  • 20 Z. Somogyi, kozepkori..., p. 25-26 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.
  • 21 Z. Somogyi, A középkori..., p. 22-28 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.
  • 22 Z. Somogyi, A középkori..., p. 24-25.
  • 23 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260, qui se fonde sur les travaux inédits de K. Gy. Boroviczenyi, (...)
  • 24 Ibid., p. 260 ; Egyed Hermann, A katolikus egyház története Magyarországon 1914-ig, München, 1973 (...)

14Les Hospitaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, longtemps crédités d'une intense activité caritative, n'auraient joué en réalité qu'un rôle secondaire, pour mieux se consacrer à leurs tâches militaires19. Ce sont eux qui fondèrent l'hôpital de Sopron au xiiie siècle. Dans les années 1280, ils revendiquaient la tutelle de l'hôpital de Kassa. Ils eurent peut-être un hospice à Székesfehérvár20. L'existence d'un hôpital auprès de chacune de leurs commanderies hongroises - au nombre d'une douzaine à la fin du Moyen Âge - demeure toutefois hypothétique21. Seule une poignée de documents, rédigés au moment où l'ordre était encore dynamique, au xiiie siècle, mentionnent les «  pauvres » et les «  hôtes » nourris par les Hospitaliers22. Les Chevaliers de Saint-Étienne-d'Esztergom, souvent confondus avec les précédents, avaient deux prieurés comprenant chacun un hôpital, à Esztergom et à Budafelhévíz. Lorsqu'ils furent transformés en chapitres séculiers au milieu du xve siècle, ils n'avaient déjà plus de fonctions hospitalières23. Quant à la maladrerie d'Esztergom dépendant initialement des Chevaliers de Saint Lazare, elle ne franchit pas le seuil des années 1450, probable contrecoup des difficultés d'un ordre quasiment moribond à la fin du Moyen Âge24.

  • 25 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 268 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.
  • 26 La présence de manuels de médecine dans les bibliothèques de certains couvents mendiants ne suffit (...)

15Toutes catégories confondues, la part des religieux dans l'assistance aux pauvres et aux malades se réduisit donc fortement au fil des ans. S'ils tenaient en mains la moitié des hôpitaux urbains hongrois au début du xive siècle, ils n'en avaient plus qu'un cinquième vers 1500. Ils ne parvinrent à se maintenir qu'en Transylvanie : c'est là que se trouvaient sept des douze hôpitaux réguliers encore actifs en Hongrie à l'extrême fin du xve siècle. Ils devaient leur survie au prestige encore intact des ordres militaires dans cette région particulièrement exposée25. Pour expliquer ce recul général, on invoquera le possible désintérêt de moines de plus en plus renfermés sur eux-mêmes ou accaparés par les questions matérielles - dérive dénoncée par les réformateurs du xve siècle - mais aussi l'abandon de nombreux établissements anciens et leur transfert au clergé séculier, prouvés par la documentation hongroise. Les réformes bénédictines du Moyen Âge tardif donnèrent la priorité à la restauration de la discipline monastique sur l'exercice «  externe » de la charité. Ajoutons que, comme en Occident, les ordres nouveaux — mendiants et ermites de saint Paul — n'avaient pas pris le relais : ces pauvres volontaires - et se considérant de surcroît comme les seuls «  vrais » pauvres - n'avaient ni les moyens ni la volonté de soulager les misères temporelles26.

Les hôpitaux séculiers

  • 27 Z. Somogyi, A középkori..., p. 75-77.
  • 28 Ibid., p. 87, 92. La documentation hongroise ne mentionne pas en revanche la présence d'administra (...)

16Les hôpitaux ecclésiastiques nés après 1 300 résultaient tous d'initiatives venues des membres du clergé séculier. Les évêques hongrois continuèrent à en fonder jusqu'à la fin du xve siècle inclus : après Saint-Jacques d'Eger, institué avant 1240, Saint-Esprit de Gyulafehérvár (Alba Iulia, Roumanie) dut sa création avant 1418 à l'évêque de la ville, tandis que Sainte-Élisabeth de Zagreb fut restauré par l'évêque de Zagreb en 145327. En conséquence de quoi ils restèrent longtemps dépendants de l'évêché : c'est l'évêque qui nommait maîtres et desservants, d'après les exemples de Bacs, Eger et Zagreb28.

  • 29 C'était le cas à Sainte-Catherine de Veszprém, Sainte-Élisabeth de Zagreb (jusqu'en 1453), Saint- (...)
  • 30 V. Bedy, GyQr katolikus..., p. 29 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 77-78.

17Les chanoines cathédraux se montrèrent presque aussi dynamiques. Outre les legs privés et les distributions alimentaires collectives organisées par les chapitres, ils patronnaient souvent les hôpitaux des cités épiscopales, soit parce qu'ils avaient été fondés par l'un des leurs, soit par concession de l'évêque29. Et ils tenaient à exercer leurs droits, en matière de collation comme pour l'administration des biens et du personnel. Les chanoines de la cathédrale de Pécs recrutaient encore le rector de l'hospice Saint- Barthélemy à l'extrême fin du xve siècle. Ceux de GyQr empruntèrent l'argent nécessaire à la réfection de l'hôpital Sainte-Catherine en 1520, après avoir défendu deux ans plus tôt contre leur évêque leur pouvoir de juridiction sur ses desservants30.

  • 31 On en a la preuve documentaire à Kassa et à Besztercebánya. Z. Somogyi, A középkori..., p. 83. Con (...)
  • 32 Z. Somogyi, A középkori..., p. 81 -83, 87, 89. Les réserves pontificales restaient rares. Dans l'h (...)
  • 33 Ibid., t. II, p. 483 ; Z. Somogyi, A középkoi..., p. 83-84.

18Hors des cités épiscopales, les établissements caritatifs séculiers étaient placés sous le pouvoir des curés de paroisse. Les clercs qui y exerçaient leur ministère relevaient en effet, à l'instar des chapelains paroissiaux, de sa compétence au spirituel. Pour autant, ils n'étaient pas recrutés directement par lui, mais par le recteur de l'hôpital, qu'il n'avait pas choisi31. En effet, les prérogatives anciennes des curés hongrois dans ce domaine étaient d'emblée limitées par les droits des descendants des fondateurs — à Besztercebánya, Újlak (Ilok, Croatie), Csázma azma, Croatie) —, à commencer par le roi (à Sainte-Élisabeth de Buda) ; elles le furent ensuite par l'ingérence des corps de ville, ainsi qu'on le verra plus loin. Si le curé de Leibic (Lubicza, Slovaquie) nommait le maître de Saint-Esprit au début du xve siècle, c'est parce que l'hôpital avait été fondé par l'un de ses prédécesseurs à la cure32. Les institutions charitables restaient redevables de la dîme, pour toutes les terres qui leur avaient été concédées sur place - à Leibic, à Kassa, à Körmöcbánya (Kremnica, Slovaquie...). Une situation qui engendra nombre de conflits, d'autant que l'espoir d'obtenir de l'évêque une exemption était mince : il fallait pour cela l'assentiment préalable du curé, comme le prouve une charte de 1391 concernant les hôpitaux de Besztercebánya et d'Újbánya33.

L'action caritative menée par les confréries de laïcs

  • 34 Lajos Reissenberger, Imre Henszlmann, A nagyszebeni és a székesfehérvári régi templom, Budapest, 1 (...)
  • 35 M.-M. de Cevins, «  Les confréries en Hongrie à la fin du Moyen Âge : l'exemple de la confrérie "M (...)
  • 36 Z. Somogyi, A középkori..., p. 22.

19Curieusement, les confréries hongroises ne brillaient guère par leur zèle dans l'exercice de la charité. Entre membres, celle-ci se bornait à organiser des funérailles décentes pour les confrères morts sans laisser de biens. L'assistance «  externe », à peine plus présente dans les statuts confraternels que la précédente, consistait d'une part à financer le service funèbre des pauvres ou des gens de passage (dans la confrérie Saint-Sacrement de Nagyszeben), et d'autre part à nourrir de temps à autres les indigents. Ceci par des distributions périodiques de vivres et l'organisation une fois par an de repas collectifs (à Saint-Sacrement de Besztercebánya dans les années 152034). Le tout ne pesait pas bien lourd dans le budget des associations. Les comptes de Mère-de-Miséricorde de Bártfa (Bardejov, Slovaquie), presque intégralement conservés, ne mentionnent aucune dépense caritative, à l'exception d'une table des pauvres de quatorze couverts dressée en 1524 qui coûta en tout et pour tout 55 deniers35. La puissante confrérie Corpus Christi de Besztercebánya, dont les recettes dépassaient quatre cents florins annuels dans les années 1520 ( !), se contentait d'inviter une fois l'an les pauvres de la ville autour de vingt tables abondamment garnies36.

  • 37 A Kolozsvár (Cluj, Roumanie) dès 1368, à Sopron au siècle suivant. J. Hazi, Sopron..., p. 302-303.
  • 38 A Buda et à Sopron, par exemple. Ibid., p. 301-302 ; András Kubinyi Orvoslás... » ; Id., «  Vallás (...)
  • 39 On trouve des domus animarum à Sopron, Bratislava, LQcse (Leva, Slovaquie), Mateóc, Nagyvárad, Nag (...)

20Certaines associations s'étaient cependant données pour vocation de secourir les nécessiteux. Elles étaient parfois rattachées à un hôpital, dont elles suppléaient les besoins en personnel et au profit duquel elles recueillaient des dons. Mais les plus nombreuses agissaient seules, sans lien institutionnel ni avec un hôpital, ni avec l'église paroissiale ou conventuelle qui abritait leur oratoire. Les confréries «  des exilés » (fraternitas exulum/exulorum, ellendzech) réconfortaient les prisonniers et les condamnés à mort ; elles assuraient aussi, comme ailleurs, l'enterrement des miséreux et des voyageurs37. D'autres associations priaient pour les âmes du Purgatoire (fraternitas omnium fidelium animarum, allerglaubigen seelenzech38). Toutes secouraient indistinctement pauvres et malades. Les confréries s'intéressant plus spécifiquement aux indigents (domus animarum) se multiplièrent toutefois à partir de la fin du xve siècle. Elles organisaient des distributions, dans les hôpitaux et hors de ceux-ci, notamment aux grandes fêtes liturgiques ; elles soignaient les malades et payaient les frais de leur enterrement, qu'ils soient ou non originaires de la ville39. Cette multiplication des confréries caritatives à l'extrême fin du Moyen Âge a évidemment un lien étroit avec la crise économique déjà évoquée. N'en exagérons pas cependant la portée : les hôpitaux relevant du clergé séculier demeuraient largement plus nombreux et plus actifs que les confréries dans ce domaine, surtout dans les villes épiscopales.

L'action caritative : déroulement et signification.

Les acteurs : le personnel hospitalier.

  • 40 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 271-275 ; Ead., L'Église..., p. 72-73.
  • 41 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 2 (dir. par Jacques Le Goff) : La ville méd (...)
  • 42 J. Hazi, Sopron..., p. 136.
  • 43 La documentation l'indique pour les chapelains des hôpitaux Saint-Esprit de Nagyszeben, Saint- Ant (...)

21Une demi-douzaine de personnes desservait en moyenne chaque hôpital40. Voilà qui semble conforter la thèse du «  retard » de la Hongrie en matière d'assistance : les institutions françaises disposaient d'équipes trois ou quatre fois plus grosses41. Ce nombre est en réalité proportionnel à la faible capacité d'accueil des maisons hongroises. Il diminua encore dans les établissements monastiques ou militaro-hospitaliers, prélude à leur abandon ou à leur sécularisation. Après le milieu du xive siècle, l'hospice que tenaient les Hospitaliers à Sopron n'était animé que par un ou deux infirmiers ; il passa au clergé séculier en 138442. Les sources mentionnent également les clercs affectés aux célébrations liturgiques régulières - ils étaient parfois trois à desservir la même chapelle hospitalière - et les chapelains assurant les services perpétuels43. Mais rien n'indique qu'ils s'occupaient des hôtes de l'établissement.

  • 44 L. Pasztor, A magyarság..., p. 55 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 73.

22Les documents du début du xvie siècle décrivant le fonctionnement des fondations civiles montrent en revanche que, comme dans d'autres régions de la Chrétienté, les pensionnaires qui en avaient les capacités mettaient à l'occasion la main à la pâte. Ils pouvaient même se voir confier les plus hautes responsabilités internes. La gestion de Sainte-Élisabeth de Debrecen, hôpital fondé par un laïc en 1529, était laissée à un curator nommé par le recteur parmi les hôtes44. Sans aller jusque-là, les dirigeants des hôpitaux ecclésiastiques faisaient certainement appel eux aussi aux bonnes volontés, sollicitant l'aide des gens valides, compétents et honnêtes qu'ils hébergeaient.

  • 45 M-M. de Cevins, L'Église..., p. 71-72 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 72-73.
  • 46 György Györffy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza. Geographia historica Hungariae tem (...)
  • 47 Le preceptor du couvent antonin de Daróc, alors chef de la province de Slavonia et Hungaria, était (...)
  • 48 Z. Somogyi, A középkori..., p. 91-92.

23Difficile de repérer la fonction exacte des différents membres du personnel des hôpitaux hongrois, ou de situer leur position dans la hiérarchie ecclésiastique, quand on ne dispose que de termes flous et plus ou moins synonymes. Ces réserves faites, la direction à la fois temporelle et spirituelle de l'établissement revenait généralement à un seul individu : le magister (ou rector, commendator, preceptor, prior, provisor...), presque toujours de condition cléricale et éventuellement doublé d'un intendant laïc (Spitalmeister ; rector, procurator). S'il était prêtre, c'est lui qui administrait les sacrements aux fidèles vivant sur place45. Ses revenus fixes - environ dix à vingt florins par an à la fin du xive siècle, peut-être le double un siècle plus tard - le plaçaient au même niveau que les curés des paroisses de taille moyenne, celles des bourgades ou des faubourgs urbains46. Sans même parler des supérieurs de congrégations, qui rivalisaient quant à eux avec les abbés et les évêques47. Les plaintes existent - le recteur de l'hôpital de Szepesváralja démissionna à la fin du xive siècle parce qu'il jugeait son salaire insuffisant, et celui de Sainte-Élisabeth de Zagreb disait ne pas pouvoir se nourrir lui-même en 151248 - mais elles semblent isolées.

Quelle action ? Les fonctions hospitalières

  • 49 L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., passim.
  • 50 «  ...ipsi hospitale in honore sancti spiritus in dicti civitate nostra Cassoviensi pro sustentac (...)

24Principale forme de l'action caritative dans ces institutions : le secours aux pauvres. Vagabonds, mendiants, vieillards, veuves et orphelins constituaient en effet, comme partout, la majeure partie des pensionnaires des hôpitaux hongrois - plus proches en cela de nos foyers d'accueil que de structures médicalisées. Aucun recensement ne permet d'estimer quelle était la part respective de chaque catégorie d'assistés. Les documents les désignent généralement comme «  pauvres », rarement comme «  malades » ou infirmes, et il y est souvent question d'hospitale pauperum49. La tâche essentielle du personnel consistait donc à fournir aux arrivants le gîte et le couvert. Les fondateurs le reconnaissent eux-mêmes, à Kassa en 1397 comme à Bártfa en 145950, et les longues listes d'achats de denrées alimentaires ou d'articles textiles consignées dans les registres internes en gardent la trace.

  • 51 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 254-255, 259-260.
  • 52 Z. Somogyi, A középkori..., p. 100 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 253.

25Soigner les malades, au sens médical du terme, n'était pas une priorité. Les rares «  médecins », apothicaires, barbiers-chirurgiens et rebouteux en tous genres que l'on rencontre dans les grandes villes hongroises à la fin du Moyen Âge n'exerçaient pas leur art dans les hôpitaux51. Les soins qui y étaient prodigués se limitaient, au mieux, à des bains. Les bâtiments hospitaliers de Sopron, Nagyszeben, Eperjes (Preaov, Slovaquie) et Brassó (Braov, Roumanie) abritaient des chambres de bains ; certains établissements utilisaient les sources thermales voisines52.

  • 53 L. Pasztor, A magyarság..., p. 50.
  • 54 Cité par Lajos Pasztor, ibid. La formule n'est certes pas très originale.
  • 55 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56.
  • 56 Le legs pieux d'un bourgeois de la ville nommé Nicolas Sarlabicz, effectué en 1474, permit de cons (...)

26L'accueil des gens de passage, quel que fiât le but de leur voyage, revenait aussi à ces maisons. Saint-Antoine de Brassó hébergea à la fin du xve siècle les réfugiés venus des marges orientales du royaume, investies depuis peu par les Turcs53. En 1523, Clément VII faisait aux moines antonins de Daróc l'éloge de leur ordre, qui s'était acquis selon lui de grands mérites «  en nourrissant et en habillant avec charité les victimes d'affreuses maladies et autres malchanceux venus de toutes parts, ainsi qu'en recevant les pèlerins54 ». Toutefois, dans les villes minières au moins, l'esprit de clocher l'emportait sur le principe universel de la charité chrétienne : l'hôpital de Besztercebanya n'accueillait que ceux qui étaient nés dans la ville55. Sans avoir droit nécessairement à un traitement de faveur, les pèlerins étaient parfois séparés des pensionnaires moins recommandables. Un bâtiment spécifique leur fut réservé à la fin du xve siècle à Sainte-Élisabeth de Sopron56.

  • 57 Cité par Lajos Pasztor, dans A magyarság..., p. 50-51.

27Les hôpitaux hongrois faisaient office également de maisons de retraite. Si ce n'est pour la majorité de la population, normalement prise en charge par les proches, du moins pour les bienfaiteurs âgés qui en exprimaient le vœu. On a plusieurs exemples de riches habitants, nobles ou bourgeois, qui choisirent ainsi de finir leurs jours dans la pauvreté évangélique et le service des autres. Un noble transylvain, Désiré de Méra, décida avec son épouse de s'installer à demeure dans un hôpital de Kolozsvár. «  Gardant à l'esprit que tous les biens de ce monde sont éphémères, disparaissent brutalement sans qu'il n'en reste rien pour l'éternité, ils décidèrent de renoncer à jamais à tous ces biens terrestres et, pour mieux faire leur salut, de se consacrer entièrement au service de Dieu et d'emménager dans l'hôpital Sainte-Élisa- beth construit hors les murs de Kolozsvár », lit-on dans le testament par lequel ils laissaient à l'établissement la moitié de leurs terres, du bétail, des vignes et un moulin, le 6 janvier 152557.

  • 58 Les exceptions sont rares. Z. Somogyi, A középkori..., p. 86 ; J. HAZI, Sopron..., p. 157 ; Ede Re (...)
  • 59 Comme à Besztercebánya au xive siècle. Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280 6 (...)
  • 60 V. Bedy, GyQr katolikus..., p. 41.
  • 61 Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280639 ; Gy. Fejér (éd.), Codex..., t. VIII, (...)
  • 62 L.Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 623-624 ; Gyula Kristo (dir.), Szeged története, Szeged, (...)
  • 63 Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280639.

28Enfin, s'agissant d'établissements ecclésiastiques, on ne saurait négliger leur fonction spirituelle. L'église de l'hôpital ne servait qu'exceptionnellement de centre paroissial pour les habitants du quartier58 ; mais son clergé encadrait religieusement les pensionnaires. Il les confessait librement - à l'exclusion d'autres fidèles, comme le précisent les accords souvent conclus avec le curé local au sujet de la pastorale — et leur administrait les autres sacrements59. On enterrait les hôtes défunts dans le cimetière entourant l'hôpital, ainsi peut-être que les paysans travaillant sur les domaines dont il était propriétaire60. Non sans restrictions cependant, comparables à celles imposées alors aux frères mendiants. Les statuts fondateurs de Sainte-Élisa- beth de Besztercebánya, rédigés en 1391 avec l'approbation du curé de la ville, précisent que les offrandes déposées au cours des funérailles reviendraient intégralement au curé ; ils ajoutent qu'il faudra, une fois passé le septième trentenaire du décès, transférer les dépouilles dans le cimetière paroissial61. On disait une messe par jour dans les chapelles hospitalières (à Körmöcbánya, Sainte-Élisabeth de Szeged et Sainte-Élisabeth de Besztercebánya,...), à des heures différentes des messes paroissiales62. Le règlement de Sainte-Élisabeth de Besztercebánya stipulait ainsi que les chapelains y célébreraient la messe infra primam parochialis ecclesie et summam missam63. Comme pour les couvents mendiants, ces dispositions visaient naturellement à préserver les droits des paroisses.

Les dons aux pauvres : pratiques et signification religieuse

  • 64 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. III, p. 1091-1093 ; Arch. Mun. de Bratislava, Protocollum (...)
  • 65 L. Pasztor, A magyarság..., p. 61-62 ; K. Szende, «  A soproni... », p. 271.

29Point de fonctionnement possible dans la durée sans une dotation suffisante et des bienfaiteurs fidèles. Les séries testamentaires conservées dans certaines villes de Slovaquie et de Hongrie occidentale - à Bártfa, à Sopron et surtout à Bratislava - indiquent que les citadins plaçaient les hôpitaux justes après les paroisses dans leurs préférences, devant les couvents mendiants64. Le classement était le même selon qu'ils étaient membres de la noblesse, bourgeois influents ou simples ouvriers urbains. Seule la nature des biens légués différait : effets personnels (vêtements, pièces d'étoffe, à vendre ou réutiliser selon les besoins) ou faibles sommes d'argent chez les testateurs peu fortunés, tandis que les plus riches finançaient des bains gratuits (pro uno balneo animarum) et des fondations alimentaires, qui obligeaient leurs héritiers à nourrir périodiquement les pauvres à leur table65.

  • 66 La moitié environ des testaments de Bártfa comporte ce type de dons entre 1430 et 1490 ; les prop (...)

30Outre ceux qu'ils destinaient aux établissements de charité, les testateurs effectuaient souvent des dons en argent ou en nature à l'intention des «  pauvres » (ad usum pauperum, pauperibus66). La législation de certaines villes en faisait d'ailleurs un devoir civique. Certes, il s'agissait rarement de sommes d'un montant élevé. On soupçonne même ici ou là des dons plus fictifs que réels : selon une pratique dont on a maints exemples en France, les dons aux pauvres figurant à la fin des actes n'étaient parfois que pure forme, puisqu'il ne restait rien à léguer à ce stade du testament !

  • 67 L. Pasztor, A magyarság.... p. 58, 62-63 ; M.-M. de Cevins, «  La religion des laïcs, vue par les (...)

31Ces mentions montrent malgré tout que l'on considérait l'aide aux nécessiteux comme un moyen privilégié de faire son salut. De manière générale, secourir les pauvres et les malades, que ce soit de manière directe - en aidant le personnel hospitalier — ou indirecte - par ses dons -, était présenté par les prédicateurs de l'époque comme l'une des meilleures façons d'acquérir le bonheur éternel. Pelbart de Temesvár explique dans un sermon composé à la fin des années 1490 que les chrétiens devaient permettre aux lépreux eux-mêmes de faire l'expérience des sentiments de fraternité, de connaître des soins et une attention égale à ceux que le Christ avait prodigués aux malades qu'il avait rencontrés. Pas question donc de les enfermer et de les éloigner pour mieux les oublier - allusion explicite à la localisation excentrée des hôpitaux, au nom du prétendu bien de la communauté —, ce qui reviendrait à les abandonner moralement et spirituellement. Sainte Élisa- beth de Hongrie, souvent représentée sur les retables de la fin du xve siècle soignant les lépreux, devait servir d'exemple. Osvald de Laskó soulignait lui aussi les grands mérites que procuraient les dons aux pauvres. Pour lui comme pour Pelbart de Temesvár, ces aumônes plaisent davantage à Dieu que les mortifications ; à condition seulement que l'intention y soit, c'est- à-dire que le donateur éprouve un réel sentiment de solidarité avec le pauvre que sa générosité réconfortera67.

  • 68 L. Pasztor, A magyarság..., p. 64 ; Id., «  Temesvári Pelbárt és Laskai Ozsvát az egyházi és világ (...)
  • 69 L. Pasztor, A magyarság..., p. 55.

32Pour autant, les deux prédicateurs franciscains établissent clairement une distinction entre «  bons » et «  mauvais » pauvres. Pelbart de Temesvár dénonce en particulier tous ceux qui mendient par paresse, alors que leurs capacités physiques et mentales ne les empêchent aucunement de travailler68. De fait, des critères moraux furent parfois adoptés pour sélectionner les bénéficiaires de l'action caritative. Le règlement de l'hospice de Debrecen évoqué plus haut stipulait en 1529 que le directeur déciderait de l'admission des hôtes en fonction de la «  piété et de la crainte de Dieu » dont ils feraient preuve69.

Premiers signes de modernisation dans les années 1490 à 1530

Des institutions en crise ?

33La situation matérielle des établissements de charité hongrois à la veille de leur sécularisation est très difficile à apprécier, faute de comptes internes intégralement conservés et en raison de l'imbrication croissante entre registres urbains et comptabilité hospitalière. Dans un royaume épargné jusqu'alors par l'effondrement de la rente foncière et par l'accroissement brutal de la pauvreté urbaine, on ne saurait conjecturer une crise comparable à celle des hôpitaux français aussitôt après la Guerre de Cent Ans.

  • 70 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. II, p. 757-760 ; L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., (...)
  • 71 Z. Somogyi, A középkori..., p. 39.
  • 72 J. Hazi, Sopron..., p. 152-153.
  • 73 L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 492.

34La dotation initiale des maisons hongroises se composait presque exclusivement de biens fonciers - assurance de revenus réguliers. Immenses domaines chez les Hospitaliers, concédés par le roi ; terres de labour, vignes, mais aussi maisons locatives, moulins et concessions minières (à Sainte- Élisabeth de Besztercebánya) pour les institutions dépendant du clergé séculier. Le temporel de ces dernières s'accrut constamment jusqu'à la fin du Moyen Âge par le jeu des donations successives, par nature aléatoires mais presque ininterrompues dans la pratique. À Saint-Esprit de Bártfa, les dons s'élevaient certaines années à près de 150 florins entre 1430 et 149070 ! Certes, en 1346, l'hôpital Saint-Esprit de Buda dut hypothéquer la moitié de son moulin situé à Szentendre ex urgente necessitate71. Les sources du siècle suivant indiquent en tout cas une amélioration générale. Les salaires des recteurs hospitaliers étaient parvenus à un niveau honorable, on l'a vu. L'alimentation paraît abondante et variée. Le menu ordinaire des hôtes de Sainte-Élisabeth de Sopron comprenait du pain, de la viande et des légumes. Le vin ne manquait pas : l'établissement en avait huit tonneaux en réserve72. En 1439, les lépreux de Sainte-Trinité de Bártfa buvaient du vin de Sirmie, très prisé73.

  • 74 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.
  • 75 Ibid., p. 55.

35En réalité, si l'on examine la chronologie, on constate que ces progrès correspondent au passage de la gestion des hôpitaux urbains sous tutelle municipale. Les clercs avaient jusqu'alors, semble-t-il, des méthodes peu rationnelles - voire suspectes, dans certains cas - qui se trouveraient à l'origine de la plupart des mesures de sécularisation. Les difficultés pour parvenir à un équilibre financier tenaient en partie à la rétribution excessive du personnel, largement supérieure aux frais d'entretien des hôtes ou aux dépenses sur les bâtiments. L'accord conclu entre le conseil de la ville de Segesvár et le supérieur de l'ordre de saint Antoine prévoyait en 1487 que le tiers des revenus de l'hôpital de la ville irait aux pauvres qui y vivaient, et les deux tiers au recteur et à ses chapelains. Si toutefois le partage s'avérait insuffisant pour subvenir aux besoins des pensionnaires, il serait modifié à leur avantage ; les travaux sur les bâtiments ne seraient financés sur leur part qu'à la même condition74. Au début du xvie siècle, les clercs avaient toujours mauvaise réputation en matière de gestion hospitalière. Le fondateur de l'hôpital de Debrecen, un laïc, précisa en 1529 qu'il ne faudrait pas en laisser la direction à un prêtre «  pour que l'hôpital ne sombre pas dans la destruction » ( !) ; c'est aux autorités urbaines, non au curé, qu'il confia le recrutement de son recteur75.

La mainmise des autorités urbaines sur les établissements caritatifs

  • 76 L. Pasztor, A magyarság..., p. 51-52.
  • 77 Z. Somogyi, A középkori..., p. 60 ; M.-M. de Cevins, L'Église..., p. 128-130.
  • 78 Z. Somogyi, A középkori..., p. 58.

36Le processus par lequel les corps de ville contrôlèrent peu à peu les établissements caritatifs urbains débuta en Hongrie environ deux siècles après ses premières manifestations dans les villes françaises, italiennes et allemandes. Il se déroula selon un rythme extrêmement variable d'une localité à l'autre ; y compris à l'intérieur d'un même ordre, puisque l'hôpital antonin de Segesvár passa sous contrôle municipal un siècle et demi après celui de Bratislava76. De manière générale, les hôpitaux monastiques furent touchés bien avant les hôpitaux séculiers. Les établissements situés dans les cités épiscopales résistèrent mieux, l'influence de l'évêque et des chanoines aidant77 ; de même que ceux qui avaient pour patrons de puissants barons. L'hôpital de Galgóc, fondé par le palatin Kont au tournant des xive et xve siècles, ne fut dirigé par un représentant de la ville qu'à partir de 1464, lequel devait compter avec le maître resté sur place78.

  • 79 Ibid., p. 88.
  • 80 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.

37Pour appuyer leurs revendications, les magistrats des villes royales invoquaient souvent le droit de patronage reçu du souverain. Les chartes royales de confirmation de privilèges prennent soin d'énumérer les églises hospitalières parmi les établissements dont les habitants avaient la collation. À leur demande, Matthias Corvin reconnut aux bourgeois de Szeged en 1488 la légitimité du droit de patronage qu'ils exerçaient sur les deux paroisses de la ville comme sur ses deux hôpitaux, Saint-Pierre et Sainte-Élisabeth79. Les hôpitaux réguliers n'étaient pas exclus de ce droit, mais les prérogatives des citadins ne pouvaient s'y exercer qu'avec l'accord des supérieurs. C'est la municipalité de Segesvór qui proposait un candidat à la charge de recteur de l'hôpital antonin de Segesvár selon l'accord de 1487, mais il n'entrait en fonction qu'après avoir été accepté par le prieur général et admis dans l'ordre au terme d'une année probatoire80.

  • 81 Ibid.

38Matthias Corvin écrivait quelques années plus tard à propos des habitants de cette ville : «  Nous voulons maintenir les bourgeois dans leurs privilèges ; d'ailleurs nous sommes convaincus de ce que les bourgeois choisiront un recteur bon et honnête. Les bourgeois ne sont ni gaspilleurs, ni voleurs de biens d'Église, mais plutôt les défenseurs et bienfaiteurs de ceux-ci81 ».

  • 82 Un médecin municipal est mentionné à Bratislava au milieu du xve siècle ; on en rencontre dans plu (...)

39N'y voyons pas un éloge purement gratuit. Ce document nous éclaire au contraire sur les raisons pour lesquelles les municipalités urbaines cherchaient à étendre leur contrôle sur les hôpitaux ecclésiastiques : ce n'est ni par convoitise, ni par anticléricalisme, mais pour améliorer le fonctionnement de ces institutions, dont la gestion désastreuse risquait de ternir la réputation de la ville et de briser la paix sociale. La crise économique s'aggravant au fil des ans, il devenait urgent d'agir. On passa dès lors à une administration plus efficace - quitte à puiser dans les fonds municipaux pour remettre à flot les hôpitaux. Dans le même temps, les autorités locales se préoccupaient aussi de la santé de leurs hôtes : les premiers médecins et apothicaires municipaux avaient facilement accès désormais aux établissements hospitaliers82.

  • 83 En 1456, le recteur de l'hôpital Saint-Esprit de Nagyszeben fut nommé directement par le précepteu (...)
  • 84 Le prieur de Vrána choisit en 1422 le recteur des Hospitaliers de Sopron, puis le destitua en 1434 (...)
  • 85 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.
  • 86 M. Varady, «  A nagyszebeni... », p. 541-542.
  • 87 Z. Somogyi, A középkori..., p. 26-28.

40La sécularisation des hôpitaux hongrois se déroula en plusieurs étapes. La première vit, le cas échéant, le transfert des établissements réguliers au clergé séculier. L'objectif était de ne plus avoir à composer avec les supérieurs monastiques ou militaro-hospitaliers. Ceux-ci nommaient et destituaient encore les recteurs hospitaliers à la fin du Moyen Âge, chez les Antonins (dirigés par le commandeur général de Daróc), comme dans l'ordre du Saint-Esprit (par le précepteur de leur maison romaine83) et parmi les Hospitaliers84. Ils exigeaient en outre qu'une fraction des revenus hospitaliers leur soi t régulièrement versée. L'accord conclu en 1487 entre la municipalité de Segesvár et le supérieur de l'ordre de Saint-Antoine réservait à ce dernier douze florins d'or par an... en échange de sa renonciation à intervenir dans la gestion de l'établissement85. Après 1503, les Hospitaliers du Saint-Esprit de Nagyszeben versaient chaque année un marc d'argent aux maisons de Buda et de Vienne, dont ils dépendaient86. Le prieur de Vrána ponctionnait lourdement les revenus des commanderies hongroises d'Hospitaliers au xve siècle, ce qui précipita sans aucun doute leur disparition87.

  • 88 A Bártfa en 1438, à Kassa en 1463, etc. L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 371, 390 ; Laj (...)
  • 89 Z. Somogyi, A középkori..., p. 99.
  • 90 L. Pasztor, A magyarság..., p. 51-52.
  • 91 Pál Krisko, A körmöcbányai római katolikus egyházközség története, Budapest, s.d., p. 19.
  • 92 Ils sont mentionnés à partir des années 1430-1440 : à Saint-Esprit de Bártfa en 1440, dans l'hôpit (...)
  • 93 Quatre fois l'an à Körmöcbánya en 1393. Z. Somogyi, A középkori..., p. 71.

41La seconde phase du processus correspond à la prise en mains effective de la gestion des établissements, mentionnée dès le début du xive siècle dans certains hôpitaux monastiques. Les comptes urbains montrent que les municipalités accordèrent de nombreuses subventions aux hôpitaux urbains (en argent, mais surtout en nature), assumant peu à peu leurs frais de fonctionnement et d'entretien. Les dépenses ratio hospitalis, ad hospitalem ou zum spital reportées dans les registres concernent aussi bien des travaux sur les bâtiments (rétribution des artisans, achat des matériaux de construction) que l'achat de denrées alimentaires (pain, poisson...) ou les salaires versés au personnel hospitalier88. Les lois urbaines leur procurèrent par ailleurs des sources d'approvisionnement stables : c'est à eux que revenaient les pains ne pesant pas le poids réglementaire (à Bratislava en 1376, à Sopron en 1523), la viande non conforme ou provenant de bêtes malades (selon les statuts des bouchers de Bratislava dès 1376, une disposition étendue à toute la ville en 151189). Progressivement, les municipalités obtinrent ainsi l'exclusivité de l'administration temporelle des hôpitaux. Le supérieur de l'ordre lui-même ne pouvait plus intervenir. Le prieur antonin de Saint-Ladislas de Bratislava ne fut pas même autorisé à réparer les dommages causés par les hussites dans son établissement au début du xve siècle, géré depuis près d'un siècle par un procurator choisi par le conseil de la ville90. La municipalité de Körmöcbánya rappela en 1393 son droit exclusif de vendre les biens de l'hôpital91. Le xve siècle se caractérise dans l'ensemble par la généralisation des intendants hospitaliers mis en place par les citadins. Sous le nom de vitricus, rector ou encore Spittal Vater, Spitalmeister, ils étaient tenus de remettre des bilans périodiques92. Et lorsqu'il n'y avait pas d'intendant municipal, le maître devait produire ses comptes devant les autorités urbaines plusieurs fois par an93.

  • 94 Une mise en garde s'impose toutefois. Il n'est pas toujours facile de distinguer cette phase de la (...)
  • 95 On en a la preuve à Saint-Ladislas de Bratislava en 1397, à Zagreb en 1433, à Saint-Esprit de Buda (...)
  • 96 Z. Somogyi, A középkori..., p. 58.
  • 97 M.-M. de Cevins, «  Relations de dépendance spirituelle entre corps de ville et églises paroissial (...)

42Au stade ultime du processus, ce sont les magistrats urbains qui recrutaient le directeur de l'hôpital94. Cette pratique apparut dans la seconde moitié du xive siècle, pour se répandre au début du siècle suivant - sauf dans les villes épiscopales95. Le droit de patronage servit alors de justification théorique. Le curé avait parfois son mot à dire, il est vrai. Non seulement lorsque l'un de ses prédécesseurs avait fondé l'établissement - à Saint-Esprit de Leibic, déjà cité, dont le chef était choisi par le curé parmi ses chapelains paroissiaux, en concertation avec la municipalité depuis 1409 —, mais aussi en dehors de tout lien structurel avec la paroisse (à Olaszi en 1487, à Miskolc en 148996). N'oublions pas cependant que le curé représentait lui aussi, bien qu'indirectement, le corps de ville, puisqu'il était élu par les bourgeois97...

Les premiers hôpitaux laïcs

43Dans ce contexte, la fondation par les autorités civiles de nouveaux établissements caritatifs visait moins à battre en brèche le monopole de l'Église en matière d'assistance qu'à améliorer les cadres existants. Au moment où les villes du Midi français supprimaient et regroupaient des foyers devenus trop nombreux, les municipalités hongroises cherchaient à densifier un réseau encore clairsemé.

  • 98 Béla Wick, Kassa torténete és mqemlékei, Kassa, 1941, p. 394 ; L. Pasztor, A magyarság..., p. 51 ; (...)
  • 99 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56 ; Z. Somogyi, A köépkori..., p. 64-68.
  • 100 A. Kubinyi, «  Orvoslás... » ; Id., «  Budapest törente... », p. 160.
  • 101 ..de consilio comitis et iudicis et iuratorum civium de eadem Königsperk. z. somogyi, A középkori. (...)

44Les fondations laïques hongroises remonteraient, pour les plus anciennes, à la fin du xive siècle : à Kassa avant 1397, et peut-être à Pécs dans les mêmes années98. Elles se poursuivirent timidement au siècle suivant, à Nagyszeben, à Zagreb avec l'hôpital Sainte-Marie avant 1433 et peut-être à Szeged, avec l'hôpital Saint-Pierre. C'est surtout au xvie siècle que les créations se succédèrent - à Sopron, Körmöcbánya, Eperjes et Bratislava au début du siècle -, le gros des fondations ayant eu lieu dans les années 1520-153099. Le roi tarda à s'impliquer dans le mouvement : le premier hôpital royal, fondé à Buda à partir de l'ancien hospice du Saint-Esprit, ne date que de 1526. Les barons magyars brillèrent par leur absence, que ce soit en tant que fondateurs ou bienfaiteurs d'établissements caritatifs100. Il faut dire qu'eux aussi avaient été contraints de renoncer à leurs prérogatives anciennes. En 1391, le Comte de la Chambre nommé Hengmann, fondateur de l'hôpital d'Újbánya, dut accepter de choisir le maître de celui- ci en accord avec les magistrats de la ville101.

  • 102 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56.

45Nombre de ces fondations laïques, privées ou municipales, conservèrent cependant un fort caractère religieux. En témoigne leur saint patron, mais aussi les intentions expressément formulées par leurs fondateurs, qui disent œuvrer pour leur salut et celui de leurs proches. Les nouveaux hôpitaux avaient chacun une chapelle, où le service divin était assuré périodiquement, par le curé local ou un chapelain spécialement affecté à cette tâche. La messe y était parfois célébrée chaque jour (à Sopron) et des confréries venaient y organiser des cérémonies supplémentaires (à Eperjes, à Bratislava102...). Enfin, on l'a constaté, les fondateurs laïcs se montraient plus exigeants que les clercs eux-mêmes quant à la qualité morale des hôtes ! Ils ne dissociaient donc toujours pas la pratique chrétienne de la charité des besoins concrets de la population qui les entourait.

***

46En définitive, l'organisation de l'assistance en Hongrie se trouvait en parfaite adéquation avec le milieu local, au plan de l'organisation de la société comme du point de vue des croyances religieuses. Le faible nombre des établissements hospitaliers et leur contrôle par l'Église jusqu'au xive siècle finissant reflétaient à la fois la dispersion des détresses et la priorité donnée à la quête du salut.

47Par la suite, divers facteurs se combinèrent pour aboutir finalement à la tutelle des hôpitaux par les autorités urbaines : l'augmentation soudaine du nombre de nécessiteux dans les villes, la montée des revendications des municipalités, les difficultés traversées par des ordres hospitaliers qui ne trouvaient plus ni bienfaiteurs ni recrues, ainsi enfin que la gestion hasardeuse et intéressée de certains clercs.

48On ne saurait parler pour autant de réelle modernisation, y compris au début du xvie siècle. Faute de moyens, et victimes d'un profond fatalisme qu'expriment les sources littéraires avant même le désastre de Mohács contre les Turcs (1526), clercs et laïcs se contentaient de parer au plus pressé, sans songer à planifier une refonte du système. La charité l'emportait encore sur l'assistance.

Les établissements caritatifs dans le royaume de Hongrie à la fin du Moyen Âge (fin xve-début xvie siècle) D'après A. Kubinyi, Föpapok..., carte hors texte, p. 352

Notes

1 Le présent article s'appuie pour l'essentiel sur les observations formulées (en hongrois) dans: « A szegények és a betegek gondozàsa a középkor végi magyar városokban », Korall. Társadalomtörténeti folyóirat n° 11-12 (mai 2003), p. 47-74.

2 Voir en priorité Zoltán Somogyi, A középkori Magyarország szegényügye, Budapest, 1941 ; Lajos Pasztor, A magyarság vallásos élete a Jagellók korában, Budapest, 1940, p. 50-65 ; András Kubinyi, « Orvoslás, gyógyszerészek, fürdQk és ispotályok a késQ középkori Magyarországon », dans A. Kubinyi, FQpapok, egyházi intézmények és vallásosság a középkori Magyarországon, Budapest, 1999, p. 253-267. Quelques monographies urbaines apportent des précisions complémentaires : JenQ hazi, Sopron középkori egyháztörténete, Sopron, 1939 ; Tivadar Ortvay, Pozsony város története, Pozsony, 1894-1903 ; András Kubinyi, «  Budapest története a késQbbi középkorban Buda eles- téig (1541-ig) », dans L. Gerevich (dir.), Budapest története, vol. 2 (dir. L. Gerevich et D. Kosáry), Budapest, 1973 ; Vince Bedy, GyQr katolikus vallásos életének múltja, GyQr, 1939 ; Béla Wlck, Kassa története és mqemlékei, Kassa, 1941. Aperçu des pratiques médicales à Buda vers la fin du Moyen Age dans László Zolnay, « Betegek, orvosok, kórházak a középkori Budán », Budapest V/7, juillet 1967, p. 20-22. Ces travaux se fondent sur les registres de comptabilité municipale, où apparaissent les subventions accordées aux hôpitaux urbains et les bilans fournis par les intendants hospitaliers, sur quelques inventaires internes et sur les diplômes ecclésiastiques ou royaux relatifs aux hôpitaux (lettres d'indulgences, bulles de réserve, actes d'arbitrage pontificaux ou épiscopaux, rôles de la décime pontificale, chartes royales de donation, etc.). Tandis que les testaments privés et les sources des confréries demeurent peu explorés.

3 J'utiliserai notamment les testaments imprimés ou inédits de Sopron et de Bratislava - en hongrois Pozsony, en allemand Preßburg, en français Presbourg. Je désignerai ici les toponymes du royaume de Hongrie par leur nom hongrois, à l'exception des capitales politiques aujourd'hui étrangères, en indiquant à la première occurrence dans le texte leur équivalent actuel. Voir carte en annexe.

4 Marie-Madeleine de Cevins, L'Église dans les villes hongroises à la fin du Moyen Âge, Paris-Szeged- Budapest, Publications de l'Institut Hongrois de Paris, 2003, p. 63-75 ; présentation plus détaillée dans L'Église dans les villes hongroises aux xive et xve siècles, Thèse de Doctorat de l'Université de Paris-Sorbonne, 1995 (dactyl.), t.I, p. 265-280 - que j'abrégerai L'Église... (Thèse) dans les lignes qui suivent.

5 Voir carre en fin de chapitre.

6 Les villes hongroises les mieux loties étaient les cités épiscopales, où coexistaient au moins deux hôpitaux. Elles avaient bénéficié des fondations épiscopales ou canoniales, de loin les plus nombreuses jusqu'au xve siècle. Buda, résidence privilégiée du roi et de la Cour à partir de la fin du xive siècle, abritait déjà quatre établissements hospitaliers dans les années 1490 et environ le double en 1526, grâce aux largesses royales. M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 265-266 et tableau n° 23, t. IV, p. 1295.

7 Eugeniusz Winsniowski, «  Structures diocésaines et paroissiales de l'Église catholique romaine dans les territoires polonais aux xive et xve siècles », dans L'Église et le peuple chrétien dans les pays de l'Europe du Centre-Est et du Nord (xive-xve s.), Actes du colloque de Rome (27 au 27 janvier 1986), Rome, 1990, p. 23.

8 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.i, p. 266 ; Ead., L'Église..., p. 65 ; Gérard Giordanengo, «  Les hôpitaux arlésiens du xiie au xive siècle », dans Cahiers de Fanjeaux 13, Toulouse, 1978, p. 189, 192.

9 Vingt-quatre au plus à Sainte-Élisabeth de Besztercebánya (Banská Bystrica, Slovaquie), environ vingt à Saint-Ladislas de Bratislava comme dans l'hôpital de Sopron, et douze au total dans l'hôpital de Szakolca vers le milieu du xve siècle. M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 275 ; Ead., L'Église..., p. 65 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 100 ; JenQ Szqcs, Vdrosok és kézmqvesség a XV századi Magyarországon, Budapest, 1955, p. 40.

10 L. Pasztor, A magyarság..., p. 53, 56; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 262; Gábor Klaniczay, Holy Rulers and Blessed Princesses. Dynastic Cuits in Medieval Central Europe, Cambridge, 2000 (pour la traduction anglaise).

11 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. I, p. 276-280 et tableau n° 25, t. IV, p. 1297-1298; L. Pasztor, A magyarság..., p. 58.

12 L. Pásztor, A magyarság..., p. 58; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 261-262.

13 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 261, note 93.

14 Z. Somogyi, A középkori..., p. 15.

15 Ibid., p. 16-18.

16 Ibid., p. 30.

17 Ibid., p. 35-37.

18 La documentation conservée montre qu'ils étaient présents en Transdanubie - à Buda et à Pécs - mais surtout en Transylvanie : outre Nagyszeben déjà citée, on les trouve à FöldvárFerdioara), Márosvásárhely (Tîrgu Mure), Beszterce (Bistrica), Segesvár, Királynémet et dans un lieu non identifié nommé Azra. L. Pasztor, A magyarság..., p. 53 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 37-48 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.

19 Rappelons que Charles-Robert d'Anjou les plaça à son service lors de la difficile conquête du trône magyar au début du xive siècle, après quoi ils furent associés à la lutte contre les Turcs dans les régions frontalières du royaume. Cela leur permit de conserver jusqu'à l'avènement de Sigismond de Luxembourg en 1387 une réputation prestigieuse, sans développer pour autant leurs activités hospitalières. Zsolt Hunyadi, «  The Hospitaliers in the Kingdom of Hungary : Commanderies, Personnel, and a Particular Activity up to c. 1400 », dans Zs. Hunyadi, J. Laszlovszky (dir.), The Crusades and the Military Orders Expanding the Frontiers of Medieval Latin Christianity, Budapest, Central European University, 2001, p. 253-268 ; Anthon Luttrell «  The Hospitaliers in Hungary before 1418 : Problems and Sources », ibid, p. 269-281.

20 Z. Somogyi, kozepkori..., p. 25-26 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.

21 Z. Somogyi, A középkori..., p. 22-28 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.

22 Z. Somogyi, A középkori..., p. 24-25.

23 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260, qui se fonde sur les travaux inédits de K. Gy. Boroviczenyi, notamment «  Cruciferi Domus Hospitalis Ecclesiae Sancti Regis Stephani, ein ungarischer Kreuzherrenorden », Communication pour le 24e congrès international d'histoire de la médecine, (Budapest, 26 au 26 août 1974).

24 Ibid., p. 260 ; Egyed Hermann, A katolikus egyház története Magyarországon 1914-ig, München, 1973 (Ie éd.), 1982 (2e éd.), p. 81.

25 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 268 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 260.

26 La présence de manuels de médecine dans les bibliothèques de certains couvents mendiants ne suffit pas à prouver que les frères soignaient des malades n'appartenant pas à la communauté. A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 256.

27 Z. Somogyi, A középkori..., p. 75-77.

28 Ibid., p. 87, 92. La documentation hongroise ne mentionne pas en revanche la présence d'administrateurs désignés par l'évêque pour gérer le temporel de ces hôpitaux.

29 C'était le cas à Sainte-Catherine de Veszprém, Sainte-Élisabeth de Zagreb (jusqu'en 1453), Saint- Barthélemy de Pécs, Sainte-Catherine de GyQr, et sans doute pour l'un des trois hôpitaux de Nagyvárad (Oradea Mare, Roumanie) jusqu'au xive siècle. V. Bedy, GyQr katolikus..., p. 29 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 75, 77-78, 87.

30 V. Bedy, GyQr katolikus..., p. 29 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 77-78.

31 On en a la preuve documentaire à Kassa et à Besztercebánya. Z. Somogyi, A középkori..., p. 83. Contrairement à ce qu'écrit ce dernier, les desservants hospitaliers étaient le plus souvent choisis par le maître (ou recteur) de l'établissement, et non par le curé. M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 482.

32 Z. Somogyi, A középkori..., p. 81 -83, 87, 89. Les réserves pontificales restaient rares. Dans l'hôpital Saint-Barthélemy de Pécs, la charge de recteur ne fut attribuée que trois fois par réserve apostolique durant les xive et xve siècles : en 1365, 1393 et 1459. M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. II, p. 477.

33 Ibid., t. II, p. 483 ; Z. Somogyi, A középkoi..., p. 83-84.

34 Lajos Reissenberger, Imre Henszlmann, A nagyszebeni és a székesfehérvári régi templom, Budapest, 1883, p. 39 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 22.

35 M.-M. de Cevins, «  Les confréries en Hongrie à la fin du Moyen Âge : l'exemple de la confrérie "Mère de Miséricorde" de Bardejov (1449-1525) », Le Moyen Âge t. 106, fasc. 2, 2000, p. 508-509.

36 Z. Somogyi, A középkori..., p. 22.

37 A Kolozsvár (Cluj, Roumanie) dès 1368, à Sopron au siècle suivant. J. Hazi, Sopron..., p. 302-303.

38 A Buda et à Sopron, par exemple. Ibid., p. 301-302 ; András Kubinyi Orvoslás... » ; Id., «  Vallásos társulatok a késQ középkori magyarországi városokban », dans A. Kubinyi, FQpapok..., p. 349.

39 On trouve des domus animarum à Sopron, Bratislava, LQcse (Leva, Slovaquie), Mateóc, Nagyvárad, Nagybánya et Pécs. L. Pasztor, A magyarság..., p. 21-22, 58-59.

40 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 271-275 ; Ead., L'Église..., p. 72-73.

41 Georges Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 2 (dir. par Jacques Le Goff) : La ville médiévale. Des Carolingiens à la Renaissance, Paris, 1980, p. 350.

42 J. Hazi, Sopron..., p. 136.

43 La documentation l'indique pour les chapelains des hôpitaux Saint-Esprit de Nagyszeben, Saint- Antoine de Bratislava, Saint-Esprit de Beszterce et Saint-Antoine de Segesvár au xve siècle. Franz Zimmermann et coll. (éd.), Urkundenbuch zur Geschischte der Deutschen in Siebenbiirgen, Hermannstadt-Bucuresti, 1975, t. V, p. 251-252, 560. Les recteurs d'autels situés dans des établissements caritatifs apparaissent fréquemment aussi dans les sources. Voir les données réunies par Zoltán SOMOGYi dans : A középkori..., p. 31,37, 86-87.

44 L. Pasztor, A magyarság..., p. 55 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 73.

45 M-M. de Cevins, L'Église..., p. 71-72 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 72-73.

46 György Györffy, Az Árpád-kori Magyarország történeti földrajza. Geographia historica Hungariae tempore stirpis arpadianae, Budapest, 1963, t. II, p. 268 ; László Fejerpataky (éd.), Magyarországi városok régi számadáskönyvei, Budapest, 1885, p. 509-510, 520, 570 ; M.-M. de Cevins, L'Église..., p. 165-168 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 90.

47 Le preceptor du couvent antonin de Daróc, alors chef de la province de Slavonia et Hungaria, était nommé par le pape au xive siècle ; il le fut ensuite exclusivement par le roi de Hongrie. Autant d'indicateurs de sa position élevée- en termes de revenus et de prestige - dans la hiérarchie ecclésiastique hongroise. Ibid., p. 30.

48 Z. Somogyi, A középkori..., p. 91-92.

49 L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., passim.

50 «  ...ipsi hospitale in honore sancti spiritus in dicti civitate nostra Cassoviensi pro sustentacione et alimento debilium et miserorum fundarunt et edificarunt », lit-on dans une charte rappelant en 1397 les circonstances de la fondation de l'hôpital Saint-Esprit de Kassa. Arch. Nat. Hongroises (Magyar Országos Levéltár), Département des Microfilms, Df 269200. Le registre urbain de Bártfa précise en 1459 que l'hôpital du Saint-Esprit avait pour fonction principale de nourrir et de loger les pauvres de la ville : Er unsere arme lewte beych euch behawset und behaldet... Df 213 848.

51 A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 254-255, 259-260.

52 Z. Somogyi, A középkori..., p. 100 ; A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 253.

53 L. Pasztor, A magyarság..., p. 50.

54 Cité par Lajos Pasztor, ibid. La formule n'est certes pas très originale.

55 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56.

56 Le legs pieux d'un bourgeois de la ville nommé Nicolas Sarlabicz, effectué en 1474, permit de construire pour eux un logement dans la ville. J. Hazi, Sopron..., p. 151.

57 Cité par Lajos Pasztor, dans A magyarság..., p. 50-51.

58 Les exceptions sont rares. Z. Somogyi, A középkori..., p. 86 ; J. HAZI, Sopron..., p. 157 ; Ede Reiszic, A jeruzsálemi szent János-lovagrend Magyarországon, Budapest, 1925-1928, t. II, p. 58.

59 Comme à Besztercebánya au xive siècle. Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280 639 ; György Fejér (éd.), Codex diplomaticus hungariae ecclesiasticus ac civilis, Buda, 1829-1844, t. VIII, vol. 1, p. 140-142.

60 V. Bedy, GyQr katolikus..., p. 41.

61 Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280639 ; Gy. Fejér (éd.), Codex..., t. VIII, vol. 1, p. 140-142.

62 L.Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 623-624 ; Gyula Kristo (dir.), Szeged története, Szeged, 1983, p. 16,417 ; Df 280639.

63 Arch. Nat. Hongroises, Département des Microfilms, Df 280639.

64 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. III, p. 1091-1093 ; Arch. Mun. de Bratislava, Protocollum testamentum ; sur Sopron, voir Katalin Szende, «  A soproni késQközépkori végrendeletek egyház- és tárgytörténeti tanulságai », Soproni Szemle 1990 n°3, p. 270-271.

65 L. Pasztor, A magyarság..., p. 61-62 ; K. Szende, «  A soproni... », p. 271.

66 La moitié environ des testaments de Bártfa comporte ce type de dons entre 1430 et 1490 ; les proportions sont voisines à Sopron et Bratislava. M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. III, p. 1152- 1154 ; Arch. Mun. de Bratislava, Protocollum testamentum.

67 L. Pasztor, A magyarság.... p. 58, 62-63 ; M.-M. de Cevins, «  La religion des laïcs, vue par les prédicateurs franciscains hongrois de la fin du Moyen Âge », dans Specimina nova. Pars Prima. Sectio Mediaevalis I (Pécs), 2001, p. 161.

68 L. Pasztor, A magyarság..., p. 64 ; Id., «  Temesvári Pelbárt és Laskai Ozsvát az egyházi és világi pályáról », Regnum 1937, p. 150 ; Pelbart Detemesvar, Sermones de Tempore, Pars estivalis 20.

69 L. Pasztor, A magyarság..., p. 55.

70 M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. II, p. 757-760 ; L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., passim.

71 Z. Somogyi, A középkori..., p. 39.

72 J. Hazi, Sopron..., p. 152-153.

73 L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 492.

74 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.

75 Ibid., p. 55.

76 L. Pasztor, A magyarság..., p. 51-52.

77 Z. Somogyi, A középkori..., p. 60 ; M.-M. de Cevins, L'Église..., p. 128-130.

78 Z. Somogyi, A középkori..., p. 58.

79 Ibid., p. 88.

80 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.

81 Ibid.

82 Un médecin municipal est mentionné à Bratislava au milieu du xve siècle ; on en rencontre dans plusieurs villes saxonnes de Transylvanie au tournant des xve et xvie siècles, puis (après 1530) dans d'autres villes hongroises. Nagyszeben avait son apothicairerie municipale vers 1520. A. Kubinyi, «  Orvoslás... », p. 255-256.

83 En 1456, le recteur de l'hôpital Saint-Esprit de Nagyszeben fut nommé directement par le précepteur du, centre de l'ordre. Móric Várady, «  A nagyszebeni és segesvári ispotályok történetébQl a XV. században », Új Magyar Múzeum 1856, p. 541-542.

84 Le prieur de Vrána choisit en 1422 le recteur des Hospitaliers de Sopron, puis le destitua en 1434 ; en 1470, le recteur de Sopron fut recruté par le commandeur de Székesfehérvár. Ede Reiszig, «  A János-lovagok Sopronban », Századok 1910, p. 634-635.

85 L. Pasztor, A magyarság..., p. 52.

86 M. Varady, «  A nagyszebeni... », p. 541-542.

87 Z. Somogyi, A középkori..., p. 26-28.

88 A Bártfa en 1438, à Kassa en 1463, etc. L. Fejerpataky (éd.), Magyarországi..., p. 371, 390 ; Lajos Kemeny (éd.), Kassa város régi számadáskönyvei (1431-1533), Kassa, 1892, p. 11 ; M.-M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t.I, p. 490-491.

89 Z. Somogyi, A középkori..., p. 99.

90 L. Pasztor, A magyarság..., p. 51-52.

91 Pál Krisko, A körmöcbányai római katolikus egyházközség története, Budapest, s.d., p. 19.

92 Ils sont mentionnés à partir des années 1430-1440 : à Saint-Esprit de Bártfa en 1440, dans l'hôpital de Kassa en 1468, puis dans de nombreuses villes hongroises. A partir de 1420, le spitalmeister de l'hôpital Sainte-Élisabeth de Sopron dut faire état par écrit de sa gestion au corps de ville. M.- M. de Cevins, L'Église... (Thèse), t. II, p. 493 ; J. Hazi, Sopron..., p. 150-151.

93 Quatre fois l'an à Körmöcbánya en 1393. Z. Somogyi, A középkori..., p. 71.

94 Une mise en garde s'impose toutefois. Il n'est pas toujours facile de distinguer cette phase de la précédente : le rector peut désigner l'intendant laïc - plus souvent nommé curator ou vitricus - ou au contraire, quand il en existe un, le maître spirituel de l'établissement. Les sources, et certains historiens comme Zoltán Somogyi, ne font pas toujours clairement la distinction entre ces deux fonctions.

95 On en a la preuve à Saint-Ladislas de Bratislava en 1397, à Zagreb en 1433, à Saint-Esprit de Buda en 1438, à Saint-Esprit de Nagyszeben vers le milieu du xve siècle, à Saint-Pierre de Szeged en 1458, à Segesvár en 1487, à Sainte-Élisabeth de Sopron en 1495. A. Kubinyi, «  Orvoslás... » ; Id., «  Urbanisation in the East-Central part of medieval Hungary », dans L. Gerevich (dit.), Towns in medieval Hungary, Budapest, 1990, p. 115-116 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 64, 71, 40, 42 ; L. Pásztor, A magyarság..., p. 52 ; J. Hazi, Sopron..., p. 288-289.

96 Z. Somogyi, A középkori..., p. 58.

97 M.-M. de Cevins, «  Relations de dépendance spirituelle entre corps de ville et églises paroissiales en Hongrie au bas Moyen Âge », Revue d'Histoire Ecclésiastique vol. XCII, 1997, n° 2, p. 395-418.

98 Béla Wick, Kassa torténete és mqemlékei, Kassa, 1941, p. 394 ; L. Pasztor, A magyarság..., p. 51 ; Z. Somogyi, A középkori..., p. 71 ; Gy. Kristó (dir.), Szeged..., p. 417.

99 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56 ; Z. Somogyi, A köépkori..., p. 64-68.

100 A. Kubinyi, «  Orvoslás... » ; Id., «  Budapest törente... », p. 160.

101 ..de consilio comitis et iudicis et iuratorum civium de eadem Königsperk. z. somogyi, A középkori..., p. 56.

102 L. Pasztor, A magyarság..., p. 56.

Table des illustrations

Légende Les établissements caritatifs dans le royaume de Hongrie à la fin du Moyen Âge (fin xve-début xvie siècle) D'après A. Kubinyi, Föpapok..., carte hors texte, p. 352
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25455/img-1.png
Fichier image/png, 719k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540