Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Cinquième partie. Vie religieuse

Sur un mystérieux dévot de Mars Loucetius à Iuliomagus*

Michel Molin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * Cette étude n'aurait pu être menée à son terme sans le concours de Mmes M. Dondin-Payre et M. Th.R (...)

1Michel Moulin

  • 1 Voir la photo à la fin du texte. Nos disons merci aussi notre gratitude à M. F. Bérard pour sa rel (...)

2Les collections des Musées d'Angers, si bien connues de Jacques Maillard, comprennent la partie supérieure d'un autel ou d'un socle de statue parallélépipédique en calcaire oolithique dédicacé à Mars Loucetius1. Le bloc a été découvert en 1813 en remploi dans les fondations de l'enceinte du Bas- Empire, place Freppel, près de la cathédrale Saint-Maurice. Comme on le voit sur le cliché, il était surmonté d'un entablement mouluré. Sur la face antérieure se lit l'inscription CIL XIII, 3087, déjà correctement déchiffrée par O. Hirschfeld en 1899:

3MAR † LOVC AVG

4CIVL LECTRI

5Lecture: « Marti Louc(etio)/Aug(usto)/C(aius) Iul(ius) Lectri/[...] »

6Traduction : « En l'honneur de Mars Loucetius auguste, Caius Iulius Lectri ou fils de Lectrus/Lecter, ... »

7Les fouilles de ces dernières décennies ont montré que, contrairement à une idée reçue il y a encore dix ans, Iuliomagus est un exemple du maintien délibéré à l'époque augustéenne d'une capitale de cité à l'emplacement du chef-lieu tribal du temps de l'indépendance, plus fréquent en Lyonnaise (Bourges, Chartres et Orléans) qu'en Belgique (Metz). Dans le cas de Iuliomagus ont même été détournés à son profit à l'époque romaine les chemins protohistoriques de la zone du confluent de la Maine et de la Loire, comme le confirme la construction du pont des Ponts-de-Cé au cours de la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. L'administration romaine transforme rapidement le site défensif en une ville qui devait rester ouverte comme la plupart des autres chefs-lieux de cité jusqu'à la construction de l'enceinte à la fin du iiie s. ap. J.-C. Parmi les principales caractéristiques de la romanisation, figure le développement de la vie urbaine du chef-lieu de la cité.

8Les villes romaines sont habituellement organisées selon un quadrillage régulier dessiné à partir de deux axes directeurs centraux perpendiculaires plus larges que les autres rues : le cardo maximus tracé du nord au sud et le decumanus maximus d'est en ouest, ce plan théorique pouvant toutefois être adapté aux particularités topographiques locales. C'est le cas à Angers où le décalage de près de 45° des cardines par rapport à l'axe nord-sud, confirmé par les campagnes de fouilles effectuées ces dernières années sur le site du musée des Beaux-Arts, s'explique par le parallélisme au cours de la Maine.

9Iuliomagus est alors dotée de l'équipement urbain des capitales de cité gallo-romaines, notamment d'un cadre monumental comprenant au moins l'aménagement d'un forum et d'un sanctuaire du culte impérial, en l'honneur de Rome et d'Auguste, titre désignant aussi bien l'empereur régnant que tous ses prédécesseurs défunts, la topographie pouvant toutefois modifier le schéma directeur. L'identification du decumanus maximus, en liaison avec la voie romaine menant de Lugdunum vers l'Armorique, qui passait par Caesarodunum (Tours) et se dirigeait ensuite vers Condate (Rennes) ou l'estuaire de la Loire, ne fait désormais plus de doute : empruntant le tracé actuel de la rue Bressigny et de la rue Saint-Aubin, il traversait le forum puis descendait vers la Maine en suivant le parcours de la montée Saint-Maurice de manière à aboutir au gué, bien identifié, qui traversait la Maine dans l'Antiquité, à une trentaine de mètres en aval du Grand-Pont du Moyen Âge et de l'actuel pont de Verdun. Si l'existence d'un pont de bois sur la Maine dans l'Antiquité est possible, elle n'est cependant certaine qu'en 590, lors de la retraite d'une partie de l'armée du roi Gontran de Vannes à Tours (Grégoire de Tours, Histoire des Francs, X, 9). Quant au cardo maximus, parallèle à la Maine, attesté au moins pour la période du Bas-Empire dans le prolongement de la route de Suindinum et du Bassin parisien, il traçait l'axe aujourd'hui matérialisé par la rue Saint-Laud et le tronçon inférieur de la rue du Chanoine Urseau, à l'entrée de laquelle était placée la principale porte de l'enceinte du Bas-Empire, empruntait le début de la rue Saint-Evroult pour rejoindre enfin l'entrée de la rue Toussaint, place Kennedy. Logiquement situé à Iuliomagus aussi à l'intersection du cardo maximus et du decumanus maximus sous la cathédrale Saint-Maurice, le forum du Haut-Empire était encore respecté par l'alignement du plus ancien édifice chrétien repéré sur les lieux. C'est précisément de ses abords immédiats (place Saint-Maurice) que provient avec notre bloc (CIL XIII, 3087) la moitié des inscriptions lapidaires latines d'époque impériale retrouvées à Angers (CIL XIII, 3088, 3091, 3092, 3094).

  • 2 Autour d'Allonnes (Sarthe), les sanctuaires de Mars en Occident, Le Mans, 4-6 juin 2003, actes sous (...)
  • 3 L'interprétation par F. Trouillet, BSAO, 16, 1982, p. 537-539, de l'épiclèse Mullo comme la celtis (...)
  • 4 À deux inscriptions connues à Rennes au xixes., CIL XIII, 3148 et 3149, il convient d'ajouter cell (...)
  • 5 CIL III,3101 et 3102.
  • 6 CIL XIII, 3096 (à Craon même) ; CIL XIII, 3097 (provenant du fanum du site des Provenchères, à 2,5 (...)
  • 7 P. Wuilleumier (éd.), ILTG, 343, 344, 345.
  • 8 X. Delamarre Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003, s. u. « leucos, leucet(i)o- », p. 20 (...)
  • 9 Leucetius: CIL XIII, 7242, 7608 ; Loucetios : CIL XIII, 6221, 7241, 7608, 11605, 1990, 750 ; 1991 (...)
  • 10 CIL VII, 36 = RIB 140 : Loucetius Mars y est associé à Nemetona.
  • 11 Sur le sens à donner à l'emploi de cette épithète augustus pour un dieu indigène, voir B. Remy, «  (...)

10Comme l'a rappelé un récent colloque au Mans2, Mars était le grand dieu de l'isthme armoricain et de ses marges. Il faut toutefois remarquer que le Mars en faveur dans la Gaule de l'Ouest à l'époque romaine, peut- être l'héritier d'un grand dieu de la façade atlantique de la Gaule à l'époque de l'indépendance, était Mars Mullo, connu par une douzaine d'inscriptions chez les Riedons, les Namnètes et les Cénomans, mais dont la personnalité reste inconnue tant que l'épiclèse n'a pas été éclaircie par les celtisants3. Mars Mullo était le principal dieu de la cité des Riedons : à Rennes, son culte était à la fois associé au culte impérial et à celui des divinités protectrices des pagi4 étaient également honoré chez les Namnètes, à Nantes même5 et en Mayenne, à Craon6, qui pour cette raison pouvait appartenir à un pagus relevant de la cité des Namnètes, et chez les Aulerques Cénomans, comme le prouvent trois inscriptions du sanctuaire d'Allonnes7. Le Mars Loucetius d'Angers est la seule attestation dans la Gaule de l'Ouest de ce Mars Loucetius ou Leucetius (« brillant comme l'éclair8 ») dont le culte était particulièrement développé chez les Trévires, notamment dans la portion de leur territoire située sur la rive droite du Rhin, coupée par les Romains et placée par eux en Germanie Supérieure (région de Mogontiacum9). La seule dédicace à Mars Leucetius/Loucetius extérieure à la vallée rhénane, a été trouvée à Bath, mais est le fait d'un citoyen trévire10. Dans la mesure où la mention de Mars Loucetius est dans l'état actuel de nos connaissances la seule attestée dans la Gaule de l'Ouest, on peut hésiter entre un culte développé localement et un témoignage de la dévotion d'un Trévire séjournant chez les Andécaves. En revanche, l'épithète augustus rapproche la dédicace de Iuliomagus de celles à Mars Mullo de Craon (CIL XIII, 3096) et de Nantes (CIL XIII, 3101), même si elle se retrouve dans le reste de la Gaule aussi bien pour Mars que pour d'autres divinités11.

  • 12 A. Moscy et al., Nomenclator provinciarum Europae latinarum et Galliae Cisalpinae cum indice inver (...)
  • 13 Selon E. Meillet, Morphologie historique du latin, Paris, 1945, p. 42-44, l'évolution dépend de la (...)
  • 14 Sans doute cognomen dans U. Schillinger-Häfele (éd.), Inscriptiones Bavariae Romanae, BRGK 58, 197 (...)

11Le dernier mot de la troisième ligne pose problème. Il est généralement tenu pour incomplet12. Aucune trace de lettre n'est visible après le I, ce qui ne prouve évidemment pas que le nom ne se soit pas poursuivi à la ligne suivante. En latin, la forme Lectri serait un hapax, génitif d'un nominatif *Lectrus ou *Lecter13. Une syncope du « o » qui permettrait de restituer Lect<o>ri[s] et de retrouver ainsi un terme servant aussi bien comme cognomen que comme nom de métier ou de fonction dans les inscriptions14 est selon les spécialistes, impossible.

  • 15 M. Dondin-Payre, « L'onomastique dans les cités de Gaule centrale (Bituriges Cubes, Éduens, Senons (...)
  • 16 César, Bellum Gallicum, II,4, 1, rappelle l'origine germanique de la plupart des Belges, Tacite, G (...)
  • 17 M.-Th. Morlet, Les noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du vie s. au xiie siècle (...)

12Malgré l'éloignement géographique et l'absence de tout nom germanique indiscutable dans l'onomastique des cités de la Gaule centrale récemment étudiée par M. Dondin-Payre15, l'épiclèse Loucetius, toujours employée par des Trévires à l'intérieur ou hors de leur propre cité autorise l'hypothèse d'un anthroponyme d'origine germanique16. Le dictionnaire de M.-Th. Morlet ne connaît pas non plus Lectrus ni Lecter, mais mentionne Lectrudis (var. Leitrudis) formé des thèmes laic- ou lec- « jeu » et -trud ou drut- « force17 ». Si la substitution du vocalisme « i » au vocalisme « u » ne pose sans doute pas de problème, il faut cependant noter que les noms répertoriés par Morlet sont très tardifs et que Lectrudis est donné pour un nom féminin, ce qui accumule les difficultés pour l'hypothèse germanique.

  • 18 César, Bellum Gallicum, I, 45, 2.
  • 19 Ibid., VII, 7, 1.
  • 20 Ibid., VII, 7, 4.
  • 21 Dion Cassius, XXVII (fgt 90 U. Ph. Boissevain). Sur la prise de Toulouse, voir M. Labrousse, Toulo (...)
  • 22 E. Benoist et S. Dosson, dans leur édition du Bellum Gallicum : César, Commentaires sur la Guerre (...)
  • 23 A. Albanque, Les Rutènes. Étude d'histoire, d'archéologie, de toponymie gallo-romaines. Rodez, 194 (...)
  • 24 R. Fabre, La vallée moyenne du Tarn à l'époque gallo-romaine. Mémoire de Maîtrise, Université de T (...)
  • 25 P.-M. Duval, « Les peuples de l'Aquitaine d'après la liste de Pline », RPh, III, 29, 1955 (81), p. (...)
  • 26 Strabon, IV, 6, 8; Ptolémée, II, 12, 4.
  • 27 X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003, s. u. « Cambo », p. 100.
  • 28 P.-M. Duval, loc. cit., p. 221.

13La troisième et dernière piste, la présence d'un nom celtique est la moins invraisemblable. Si Lectrus/Lecter n'apparaît pas dans les tables du dictionnaire de X. Delamarre parmi les anthroponymes, en revanche la liste des ethnonymes mentionne les Cambolectri, cités par Pline l'Ancien à deux reprises, mais qui ne sont pas connus par ailleurs. Au livre III, chapitre 36, ils figurent une première fois comme peuple de Narbonnaise, doté de l'épithète d'Atlantici, assez surprenante pour des habitants de la Narbonnaise, tandis qu'au livre IV, chapitre 109, ils appartiennent à l'Aquitaine sans que l'on sache si le terme d'Agessinates, qui les suit mais n'est guère plus connu, désigne une autre fraction de ce peuple, qui se trouverait ainsi divisé entre les deux provinces, ou un autre peuple. La double mention désigne donc une cité de la frontière ayant soit appartenu tantôt à l'une tantôt à l'autre des deux provinces, soit, été partagée entre les deux, comme cela avait été le cas pour les Ruteni, mentionnés par les deux mêmes textes de Pline, mais mieux localisés, puisqu'ayant laissé leur nom à Rodez, au moins jusqu'à l'époque de César. En effet l'auteur du Bellum Gallicum indique d'une part qu'avant la fondation de Narbonne, les Rutènes avaient été vaincus comme les Arvernes par Q. Fabius Maximus, mais qu'ils n'avaient été ni les uns ni les autres intégrés à la prouincia18, d'autre part qu'en 52 av. J.-C., ils formaient une ciuitas que Lucterios le Cadurque gagne aux Arvernes19, ce à quoi César réplique en envoyant des détachements chez les Ruteni provinciales20, preuve qu'après la fondation de Narbonne, à une époque discutée, après la prise de Tolosa par Q. Seruilius Caepio en 106 av. J.-C., évoquée par Dion Cassius21 pour les uns22, vers 76 av. J.-C., pour d'autres23, une partition aurait rattaché à la prouincia le territoire situé au sud du fosséThoré/Agoût (E. Griffe), au sud du Tarn (E. Jolibois et A. Caraven-Cachin, au XIXe s.), ou l'ensemble de l'Albigeois (C. Jullian, suivi par A. Albenque24). Toutefois, P.-M. Duval localise les Cambolectri Agessinates, comme les Vassei ou les Sennates qui les précèdent dans la liste du livre IV de Pline, sur la basse ou moyenne Garonne, en aval d'Agen25. En tout cas le terme Cambolectri comprend un premier élément celtique bien connu cambo-, « coude », « courbe », « méandre », à l'origine de toponymes français comme Cambon, Chambon etc., mais que l'on retrouve aussi dans les composés Kαμβoᾳδoυνoν « Fort-du-Méandre », devenu par ex. Kempten, en Bavière26, .Camboritum, « Gué-du-Méandre », aujourd'hui Chambord (Loir-et-Cher), Chambors (Oise) ou Chamboret (Haute-Vienne), Camboglanna, « Rive- du-Méandre », Birdoswald en Grande-Bretagne, sur le mur d'Hadrien, mais aussi de nombreux anthroponymes simples : Cambo, Cambus, Cambius ou Cambia, Cambulus, Cambosa ou Cambarius, ou composés : Cambotrex27. Comme l'avait déjà observé .P.-M. Duval28, ce premier élément permet d'isoler le second -lectri, identique à notre anthroponyme et de garantir le caractère celtique de cet unicum.

14À propos de la nomenclature du dédicant, deux conclusions peuvent être tirées, que la disparition de la fin de l'inscription interdit cependant de transformer de probabilités en certitudes absolues :

  1. le groupe C(aius) Iul(ius), prénom et gentilice impériaux, suggère de voir dans le personnage du dédicant un citoyen romain ;
  2. Lectri, mot d'origine celtique mais dont la forme exacte et complète reste cependant ignorée, était un nom unique pérégrin qui a été conservé comme cognomen au moment de l'obtention de la citoyenneté romaine.
  • 29 M. Christol, « Épigraphie et onomastique dans la cité de Nîmes du milieu du ie s. av. J.-C. à la s (...)

15Deux cas sont à distinguer selon que Lectri concerne le dédicant lui- même ou son père : s'il s'agit du dédicant lui-même, celui-ci, qui est le premier de sa famille à devenir citoyen romain, entre la guerre de César et la fin du règne d'Auguste, garde comme cognomen son nom unique de pérégrin et l'inscription, qui est gravée du vivant de ce personnage, date au plus tard des années soixante-dix ; si c'est le nom unique de pérégrin du père, alors au génitif « nu », sans le terme f(ilius), selon l'expression de M. Christol29, la datation est la même, mais cette datation peut être descendue d'un tiers de siècle, si l'on considère Lectri comme le cognomen du père employé seul pour désigner un citoyen romain lui-même doté des mêmes prénoms et gentilice impériaux que son fils, raison pour laquelle l'on n'a pas jugé utile répéter la partie commune de leur nomenclature. Quoi qu'il en soit, la forme des lettres, la présence conjointe de C(aius) Iul(ius) et de Lectri, si ce nom ou cette portion de nom est bien celtique, incitent à placer l'inscription dans le Ier s. ap. J.-C., avec toutes les précautions dues à son caractère incomplet.

***

16En résumé on peut donc avancer très prudemment l'idée que ce mystérieux dévot de Mars Loucetius était un citoyen romain que l'on supposera d'origine rhénane tant que le culte de Mars Loucetius n'aura pas été explicitement mis en évidence dans d'autres régions de la Gaule, et que la datation de l'inscription dans le cours du Ier s. ap. J.-C. atteste la reprise rapide de la romanisation dans la cité des Andécaves après l'insurrection de 21ap.J.-C.

Autel ou socle dédicacé à Mars Loucetius MA GF1, Conservation des musées d'Angers

Notes

* Cette étude n'aurait pu être menée à son terme sans le concours de Mmes M. Dondin-Payre et M. Th.Raepsaet-Charlier et de M. D. Longrée, que nous tenons ici à remercier pour de nombreux renseignements.

1 Voir la photo à la fin du texte. Nos disons merci aussi notre gratitude à M. F. Bérard pour sa relecture attentive. Numéro d'inventaire : MA GF 1 ; h. : 0,770m. ; 1. : 0,835 ; p. : 0,595. Ces informations ainsi que la photographie et l'autorisation de sa reproduction nous ont été aimablement fournie par la conservation des Musées d'Angers. Qu'elle trouve ici l'expression de notre gratitude, le particulier Mme D. Sauvegrain.

2 Autour d'Allonnes (Sarthe), les sanctuaires de Mars en Occident, Le Mans, 4-6 juin 2003, actes sous presses, édités par M.-Cl. L'Huillier. Voir en particulier la communication de F. Berard sur Mars Mullo.

3 L'interprétation par F. Trouillet, BSAO, 16, 1982, p. 537-539, de l'épiclèse Mullo comme la celtisation du latin mulio « muletier », est aujourd'hui généralement abandonnée, sans raison convaincante du reste, au profit d'une parenté avec le latin mulleus, « le rouge », ou avec une racine celtique *mul « tas », d'où le sens de « celui qui accumule, amoncelle, entasse le butin ou les dépouilles ». Le nom d'une divinité gauloise, régionale ou topique à l'origine, est également possible.

4 À deux inscriptions connues à Rennes au xixes., CIL XIII, 3148 et 3149, il convient d'ajouter celles du dossier de T. Flauius Postuminus, désigné par un décret des décurions de 135 ap. J.-C. comme prêtre de Rome et d'Auguste et premier flamine perpétuel de Mars Mullo : AE 1969-1970, 405a eb, CIL XIII, 3151.

5 CIL III,3101 et 3102.

6 CIL XIII, 3096 (à Craon même) ; CIL XIII, 3097 (provenant du fanum du site des Provenchères, à 2,5 km au nord de Craon).

7 P. Wuilleumier (éd.), ILTG, 343, 344, 345.

8 X. Delamarre Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003, s. u. « leucos, leucet(i)o- », p. 200.

9 Leucetius: CIL XIII, 7242, 7608 ; Loucetios : CIL XIII, 6221, 7241, 7608, 11605, 1990, 750 ; 1991, 1272 ; indéterminé: CIL XIII, 7249a, 7252, 7412 (avec Victoria).

10 CIL VII, 36 = RIB 140 : Loucetius Mars y est associé à Nemetona.

11 Sur le sens à donner à l'emploi de cette épithète augustus pour un dieu indigène, voir B. Remy, « Le culte de Jupiter et de Junon dans la cité de Vienne du Haut-Empire », Savoie et Région alpine. Actes du 116e congrès national des Sociétés savantes, Chambéry et Annecy, 29/4-4 mai 1991, Paris, 1994, p. 49-66 ; Id. (éd.), ILA Arvernes, Bordeaux, 1996, p. 64.

12 A. Moscy et al., Nomenclator provinciarum Europae latinarum et Galliae Cisalpinae cum indice inverso, Budapest, 1983, p. 161 ; B. Lörincz, Onomasticon provinciarum Europae latinarum, III, Vienne, 2001, p. 21.

13 Selon E. Meillet, Morphologie historique du latin, Paris, 1945, p. 42-44, l'évolution dépend de la longueur du « e » de la pénultième. Ni -ctrus ni -cter ne se trouve dans l'index inversum de Nomenclator.

14 Sans doute cognomen dans U. Schillinger-Häfele (éd.), Inscriptiones Bavariae Romanae, BRGK 58, 1977, n° 51 = AE 1978, 532, nom de personne dans l'inscription chrétienne d'époque mérovingienne CIL XII, 1156 = AE 1973, 328, mais nom de fonction à Rome dans l'épitaphe chrétienne AE 1981, 116. Chez les femmes, lectrix est un nom de fonction ou de métier : CIL VI, 8786 (entourage de Livilla, la bru de Tibère), 33473 ; AE 1969-1970, 65a.

15 M. Dondin-Payre, « L'onomastique dans les cités de Gaule centrale (Bituriges Cubes, Éduens, Senons, Carnutes, Turons, Parisii) », Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, éd. par M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier, Bruxelles, 2001, p. 193-341.

16 César, Bellum Gallicum, II,4, 1, rappelle l'origine germanique de la plupart des Belges, Tacite, Germanie, 28, 4, la vanité que Trévires et Nerviens en tiraient.

17 M.-Th. Morlet, Les noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du vie s. au xiie siècle, I— Les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques, Paris, 1968, p. 155.

18 César, Bellum Gallicum, I, 45, 2.

19 Ibid., VII, 7, 1.

20 Ibid., VII, 7, 4.

21 Dion Cassius, XXVII (fgt 90 U. Ph. Boissevain). Sur la prise de Toulouse, voir M. Labrousse, Toulouse antique des origines à l'établissement des Wisigoths, Paris, 1968, p. 126 et suiv. ; sur Q. Seruilius Caepio, consul patricien en 106, prorogé dans son commandement en Gaule en 105 (T. R. S. Brougton, Magistrates of the Roman Republic, t. 1, New York, 1951, p. 553, 557), voir Y. Roman, « Q. Seruilius Caepio, patronus Senatus, et les luttes politiques romaines à la fin du IIe s. av. J.-C. », L'Afrique, la Gaule, la religion à l'époque romaine. Mélanges à la mémoire de Marcel Le Glay, éd. par Y. Le Bohec, Collection Latomus, 226, Bruxelles, 1994, p. 382-389 ; D. et Y. Roman, « Les mules de Caepio ou la chute d'un homme politique "sacrilège" », La Gaule et ses mythes historiques, Paris, 1999, p. 219-240.

22 E. Benoist et S. Dosson, dans leur édition du Bellum Gallicum : César, Commentaires sur la Guerre des Gaules, Paris, Hachette, 1914, p. 713.

23 A. Albanque, Les Rutènes. Étude d'histoire, d'archéologie, de toponymie gallo-romaines. Rodez, 1948, 350 p. ; Ch. Cambon, L. Carozza et B. Devillers, Le Tarn, Carte archéologique de la Gaule, 81, Paris, 1995, p. 43.

24 R. Fabre, La vallée moyenne du Tarn à l'époque gallo-romaine. Mémoire de Maîtrise, Université de Toulouse, 1968, p. 43-53, a résumé les thèses en présence.

25 P.-M. Duval, « Les peuples de l'Aquitaine d'après la liste de Pline », RPh, III, 29, 1955 (81), p. 223.

26 Strabon, IV, 6, 8; Ptolémée, II, 12, 4.

27 X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Paris, 2003, s. u. « Cambo », p. 100.

28 P.-M. Duval, loc. cit., p. 221.

29 M. Christol, « Épigraphie et onomastique dans la cité de Nîmes du milieu du ie s. av. J.-C. à la seconde moitié du Ier s. ap. J.-C. : analyse d'un échantillon », Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire, éd. par M. Dondin-Payre et M.-Th. Raepsaet-Charlier, Bruxelles, 2001, p. 20.

Table des illustrations

Légende Autel ou socle dédicacé à Mars Loucetius MA GF1, Conservation des musées d'Angers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25454/img-1.png
Fichier image/, 1,4M

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540