Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Culture des élites urbaines

Angers à travers l'objectif d'un passionné : Robert Brisset

Sylvain Bertoldi

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sylvain Bertoldi

2Cartes postales, photographies anciennes originales, contretypes des photothèques publiques et privées, photographies-reportages sur la ville depuis les années cinquante : telle est la collection iconographique réunie par Robert Brisset en l'espace de trente-cinq ans. Une collection qui n'a pas son équivalent à Angers.

3Le 24 avril 1984, au Rotary Club, le professeur Maurice Fresneau concluait ainsi son éloge funèbre de Robert Brisset : « Le souvenir de Robert Brisset, disparu si subitement le 26 février dernier, restera présent dans nos esprits et dans nos cœurs. Nous ne l'oublierons pas ».

4Tous ceux qui l'ont bien connu ne l'ont pas oublié.

  • 1 Accepté par le conseil municipal du 25 septembre 1990.
  • 2 La collection Robert Brisset est conservée sous la cote 9 Fi. Elle est directement consultable en (...)

5Ceux qui ne l'ont pas connu le découvriront et ne l'oublieront pas, grâce à son œuvre iconographique, généreusement donnée en juillet 1990 aux Archives de la ville d'Angers par son épouse, Mme Huguette Brisset de La Chaussée. Ce don1 constitue le véritable acte de naissance de la photothèque des Archives municipales, ouverte en 19892.

Une famille angevine

  • 3 La biographie de Robert Brisset a été rédigée grâce aux conversations que j'ai eues avec son épous (...)

6La famille Brisset3, originaire de La Pommeraye, est ancienne en Anjou. Jacques Charrier-Brisset, qui en a dressé l'arbre généalogique en 1991, a pu remonter au xviie siècle. Le patronyme Brisset est un hommage à saint Brice (Brictius), évêque de Tours, successeur de saint Martin (397-444). Il a pris plusieurs formes : Bris, Bresset, Brisson, Brissonneau, Brissaud,Brissard. Les premiers Brisset connus exercent la profession de grêleur affranchisseur, c'est-à-dire de vétérinaire. L'aîné de la famille est traditionnellement prénommé Pierre. François (1820-1902), arrière-grand-père de Robert Brisset, dernier né des six enfants de Pierre Brisset (1785-1822), revient à La Pommeraye, après avoir servi sept ans en Algérie, pour y exercer la profession de boulanger et s'y marie en 1849 avec Caroline Royer.

  • 4 Rebaptisée place du Château, puis Marguerite-d'Anjou (1893-1913), à nouveau place du Château et en (...)

7En 1860, le couple s'installe à Angers, 2 rue Toussaint, puis après 1867, 7 place Toussaint4, dans l'immeuble qui est aujourd'hui le siège d'Angers- Tourisme. Lui aussi a six enfants. L'aîné meurt pendant son service militaire à Alençon. Le second, Pierre (1852-1914), reprend la boulangerie (fig. 1), tandis que son cadet Henri (1854-1934) fonde en 1889 les établissements Brisset, dépôt d'allumettes et épicerie en gros, d'abord installés rue Thiers. Ce grand-oncle de Robert mène son affaire de main de maître et, de fait, tous les Brisset se montrent très entreprenants (fig. 2). En 1908, il transforme son épicerie de gros en société anonyme d'alimentation générale qui se développe dans l'Ouest de la France jusqu'à compter, à la veille de la seconde guerre mondiale, trois cent cinquante succursales. Bélonie, le dernier fils de François, ne connaît pas ce succès. Il meurt de façon inattendue en 1867. Sortant d'un fagot entreposé devant la boulangerie, une vipère aspic Rubra le mord à la main et le jeune enfant de huit ans décède vingt-quatre heures plus tard malgré les soins.

Professions et alliances familiales

8La boulangerie familiale se transmet de Pierre à son fils cadet Henri, père de Robert Brisset. Le frère aîné d'Henri, Pierre comme il se doit (1883- 1965), acquiert une certaine célébrité. À dix-neuf ans, en 1902, il fonde la section angevine du mouvement social le Sillon et réussit une belle carrière dans les affaires, créant la Société des maisons de détail de produits de régime l'Aliment pur à Angers, rue des Lices. Elle fusionne en 1938 avec une autre société pour former la Société des Aliments de régime Bénédictus. Pierre Brisset occupe les fonctions de secrétaire de la Chambre de Commerce et d'Industrie, de la société des Amis des Arts et d'administrateur du Courrier de l'Ouest. Sa seconde épouse est encore plus célèbre, puisqu'il s'agit de « Christine », à l'origine du mouvement squatter angevin et fondatrice en 1950 de l'association des Castors angevins en faveur du logement social.

Fig. 1 : Pierre Brisset devant sa boulangerie, place du Château, en 1905. 9 Fi 13752.

Fig. 2 : Angers depuis Montéclair, propriété d'Henri Brisset. Cliché H. Brisset. Vers 1910. 9 Fi 1965. Les vergers ont fait place au Centre hospitalier régional Universitaire.

9Henri Brisset (1887-1918), boulanger malgré lui à cause de la guerre, avait épousé en 1912 Madeleine Thibault, fille d'un plâtrier, entrepreneur de travaux publics, qui avait fait construire plusieurs immeubles dans le quartier de la gare Saint-Laud. L'arrière-grand-père de Madeleine était cousin issu de germains de François Thibault, dit France Thibault et tout simplement Monsieur France, père d'Anatole Thibault, en littérature Anatole France (1844-1924). Henri meurt de la grippe espagnole en 1918, sans avoir pu mener à bien son ambition de créer une chaîne de salons dethé dans la ville. Pour élever son jeune fils Robert, né le 20 juillet 1913, sa veuve entre comme secrétaire chez le notaire Magdeleine. Toute l'enfance de Robert se passe dans le quartier de la gare Saint-Laud, rue Fulton, dans une atmosphère austère et triste, peuplée de femmes en noir : sa mère, et sa tante restée célibataire après la mort de son fiancé tué à la guerre (fig. 3). Sa soeur cadette, Christiane, meurt à quelques mois et lui-même, également atteint par la grippe espagnole, n'en réchappe que par miracle.

  • 5 Ouest-France, 4 septembre 1979.

10Par sa famille, Robert Brisset était donc d'abord un pur Angevin, ce qu'il aimait rappeler : « Angevin d'Anjou depuis 350 ans et Angevind'Angers, quartier de la Gare, depuis 150 ans5 ».

La passion de la chimie

11Toutes ses études secondaires se déroulent à Mongazon, études classiques, avec allemand et latin (section A'). On peut le voir sur une photographiede la classe de troisième en 1927-1928. Dès cette époque lui vient la passion de la chimie. Il installe dans le fond du jardin de la maison familiale, rue Fulton, un laboratoire de chimie, sous un appentis, et en sait bien vite plus que l'abbé Supiot, responsable du cours de physique-chimie de Mongazon.

12Après son baccalauréat, Robert s'oriente donc vers la chimie et la pharmacie, préparant la licence de chimie à l'Université catholique et les diplômes de pharmacie à l'école de Médecine. À l'Université catholique, il est élève du professeur Paul et du chanoine Blanchard. Préparateur au laboratoire de chimie, il fait la connaissance de son directeur, Mgr Riobé, qui devient un ami. Son stage se déroule à la pharmacie Mercier, 27 rue Hoche.

Fig. 3 : Robert Brisset et sa tante Jeanne Thibault (1895-1977) au jardin des Plantes. Vers 1920. 9 Fi 1022.

13L'école de Médecine n'étant encore qu'une école préparatoire, il termine ses études de pharmacie à Paris (quatrième année) et passe avec succès le concours de l'internat des hôpitaux en 1939. La guerre interrompt l'internat : tout le corps médical, mobilisé, est dirigé sur Châteauroux, à la caserne Bertrand, dès le 16 septembre 1939. Robert Brisset part en compagnie de Maurice Fresneau, tous deux étant incorporés à la 9e section d'infirmiers militaires. Ils y retrouvent un autre Angevin, Jean-Adrien Mercier, qui décore le réfectoire de la caserne. Après un mois reposant passé à jouer au bridge, chacun est orienté en fonction de sa spécialité : Robert est affecté à la section spéciale « hygiène-lavage-désinfection », chargée de lutter contre les gaz et pilote un camion d'oxygénothérapie. Avant de partir pour Libourne, il épouse à Poitiers une jeune pharmacienne, Mireille Riant. Démobilisé après l'armistice, il est un moment chimiste à l'Institut Pasteur, puis dans l'équipe de recherche du professeur Paul, chez Rhône-Poulenc. Son épouse possède une pharmacie à Aulnay-sous-Bois où il travaille quelque temps.

Spécialiste en toxicologie

14En instance de divorce, il revient à Angers vers 1945 où on lui confie les travaux pratiques de PCB (physique-chimie-biologie) à l'école de Médecine (première année de médecine). Il passe peu après en pharmacie pour devenir chef de travaux, puis maître-assistant chargé du cours de toxicologie, matière vers laquelle sa passion le porte. Il acquiert très vite la réputation d'un bon enseignant, clair et net, droit dans ses jugements. Il distingue l'une de ses élèves, Huguette de La Chaussée, et l'épouse à Angers le 26 décembre 1950. Plus le temps passe, plus il apprécie l'enseignement. Étant inscrit au registre du commerce, il ne peut cependant exercer que comme maître-assistant. Aussi envisage-t-il un moment de postuler aux fonctions de responsable de la pharmacie de l'hôpital psychiatrique de Sainte-Gemmes-sur-Loire, ce qui lui aurait permis de devenir professeur. Sa thèse de doctorat était d'ailleurs prête. Mais, avec deux enfants en bas âge, il renonce à ce projet et conserve son laboratoire d'analyses médicales, ouvert vers 1947 au 19 de la rue d'Anjou, dans l'immeuble construit par son grand-père maternel (fig. 4).

  • 6 Laboratoires du docteur Pierre Briand, 3 boulevard du Maréchal-Foch ; Fonty, 43 boulevard du Roi-R (...)

15Il n'y avait alors que trois laboratoires à Angers6. Passionné par l'aspect chimique et toxicologique du laboratoire, Robert Brisset s'attire une grande réputation dans la recherche des toxiques et devient expert près des tribunaux : analyses de terre, analyses pratiquées sur les animaux pour le haras du Lion-d'Angers, sur les viscères en cas de présomptions d'empoisonnement. Lors du procès de la « bonne dame de Loudun », Marie Besnard, accusée d'empoisonnement à l'arsenic, il critique vivement les expertises qui lui semblent mal conduites. Grâce à son ami, le docteur Fresneau, il est le premier à analyser le taux d'alcool dans le sang pour les tribunaux.

  • 7 Cette distinction lui est remise par Jean Foyer, au restaurant le Vert d'Eau, le 7 novembre 1966.

16Le succès venant, dix-sept employés travaillent au laboratoire. Sa mère en est un moment la secrétaire. C'est en tant qu'expert chimiste près la Cour d'Appel et expert analyste pour le contrôle des spécialités pharmaceutiques auprès du ministère de la Santé qu'il est promu commandeur des Palmes Académiques, chevalier de la Légion d'honneur au titre de la justice en 19667 et membre correspondant de l'Académie nationale de Pharmacie.

17Il bricole beaucoup dans son laboratoire, souffle des éprouvettes et du matériel en verre, construit des appareils, en particulier une sorte d'alambic. Le travail du verre le captive véritablement et il possède chez lui toute une collection de sulfures.

Fig. 4 : Robert Brisset au microscope, dans son laboratoire. Vers 1949. 9 Fi supplément.

Une seconde passion : la défense du patrimoine angevin

18On comprend qu'avec toutes ces activités, Robert Brisset ait été terriblement occupé. Mais ce n'était qu'une face de sa personnalité. Une autre passion apparaît dès son retour à Angers : le goût de l'histoire. Il prend ses premières photographies en 1932, de format 6 x 8, des photographies de lieux qui lui sont familiers : le kiosque du Mail, le pont de la Basse-Chaîne lors d'un exercice des pompiers (fig. 5), Mongazon, un peu plus tard l'Université catholique et l'école de Médecine. On les retrouve aujourd'hui dans sa collection. Après l'épisode parisien de sa vie, il reprend peu à peu des photographies d'Angers et rassemble toutes les cartes postales anciennes qu'il trouve : peu s'y intéressent alors, elles sont à prendre pour qui les veut à quelques centimes.

19Désormais bien établi professionnellement, Robert Brisset s'engage dans les activités associatives et la société angevine. En 1957, il entre à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts d'Angers. En 1960, il participe avec Jules Lecoq à la fondation des Amis du Vieil Angers. Il en est le président de 1964 à 1980, de même qu'il est porté, toujours en 1964, à la vice-présidence de l'association Renaissance de la Doutre, nouvellement créée. Il aurait aimé devenir président du Syndicat d'initiative, mais son emploi du temps surchargé ne le lui permet pas. C'est avec le Syndicat d'initiative qu'il organise en 1965 les premières visites guidées d'Angers : visites en nocturne de la Cité et visites en car de la ville, pour lesquelles il établit un itinéraire détaillé. Comme ses notes, ses itinéraires se présentent sous la forme de rouleaux de papiers, à la manière d'un parchemin. Ils sont conservés aux Archives municipales, ainsi que ses fiches historiques et architecturales classées par rue.

Fig. 5 : Pont de la Basse-Chaîne, manœuvre de matériel d'incendie. Première photographie de Robert Brisset, collée sur bristol et annotée par ses soins, suivant la méthode qu'il emploie pour toute sa collection. 1932. 9 Fi 2 115.

  • 8 Secrétaire, puis président de la Sauvegarde du vieil Angers, devenue Sauvegarde de l'Anjou en 1973 (...)

20Robert Brisset se bat, notamment avec son ami Roger Mattéi8, pour que le vieil Angers vive. La pharmacie de l'hôpital Saint-Jean lui tient à cœur. En octobre 1964, la revue Le Pays d'Anjou fait paraître son article sur « Le retour de la pharmacie à l'hôpital Saint-Jean ». Il y analyse de façon critique le transfert de la pharmacie, qui semble comme en pénitence dans un local qui n'a jamais été fait pour elle.

Tout Angers en photographie

  • 9 Le Courrier de l'Ouest, 27 août 1973.

21Faisant partie du Photo-Club de l'Anjou, il s'attire la collaboration de ses membres, en organisant un concours photographique sur le vieil Angers. Plusieurs travaillent personnellement avec lui à la constitution d'une collection iconographique sur Angers, son grand dessein. C'est un déjeuner en famille, vers 1949, qui lance Robert Brisset dans l'aventure. Personne ne se souvenait plus de ce qu'il y avait avant la construction de la Maison bleue, à l'angle du boulevard du Maréchal-Foch et de la rue d'Alsace. « C'est tout de même formidable qu'en vingt ans on oublie si vite l'ancien visage de sa ville9... ». Frappé par cette constatation et devant l'évolution rapide d'Angers après la seconde guerre mondiale, Robert Brisset décide de photographier systématiquement rues et quartiers d'Angers. Ce n'est pas seulement le vieil Angers qui l'attire, mais toutes les transformations de la ville : les nouvelles ZUP, la cité Phoenix en 1968, les Kalouguine, les casernes, les bords de Maine, la démolition des quartiers Ligny, Saint-Michel, Saint- Nicolas (fig. 6)... Il effectue naturellement un reportage complet sur le chantier de construction de la faculté de Médecine à partir de 1969...

  • 10 Ouest-France, article du 4 septembre 1979.

22Avec ses fidèles amis, Marteau, Barbé, Delfaut, Mattéi, Jousseaume, Henry Rameau (fig. 7) ; avec sa mère Madeleine, la plus dévouée collaboratrice, il part en chasse, furète dans les arrière-cours du faubourg Saint-Michel, va droit à l'immeuble en démolition, mitraille les fouilles de la place du Ralliement. « Quelquefois, dit-il au journaliste en 1973, j'arrive trop tard, les démolisseurs ont déjà commencé leur travail ! ». Lors de la démolition d'un pavillon des abattoirs en mai 1973, il n'a pas le temps de recharger son appareil que les bulldozers achèvent de raser son sujet de prise de vue10.

Devant sa grande « ormoère »

23De retour chez lui, il développe lui-même ses clichés, les colle sur des fiches de bristol qu'il annote de sa haute écriture, place au dos le négatif dans une pochette de papier cristal. Un grand nombre de clichés sont aussi développés par les studios Bruel, rue Boisnet (fig. 8). Sa mère les classe ensuite selon ses instructions dans un grand fichier métallique renfermé dans une armoire Louis XIII. Elle était d'une activité débordante, allait elle-même - plus régulièrement que son fils trop occupé - au Photo-Club. C'était un caractère ! Autoritaire et volontaire, caractère dont son fils hérita, elle a beaucoup travaillé pour lui. Au cours de leurs reportages photographiques, il leur est arrivé de se photographier mutuellement en train d'opérer (fig. 9). Elle eut la douleur de survivre un an à son fils.

Fig. 6 : La voie sur berge en cours d'aménagement, au niveau de l'ancien quai National. Au premier plan, l'ombre de Robert Brisset, en train de prendre sa photographie. Février 1979. 9 Fi 3 354.

Fig. 7 : 15 quai René-Bazin (ancien quai Royal, puis National). 1957. Cliché Henry Rameau. 9 Fi 1 163.

Fig. 8 : La devanture des studios Bruel en 1973, 31 rue Boisnet. 9 Fi 6 670.

Fig. 9 : Mme Madeleine Brisset, en reportage à l'Arboretum. 1967. Cliché Robert Brisset, 9 Fi 797.

  • 11 « Ma vieille ormoère », dans Rimiaux d'Anjou, Paris-Angers, E. Lechevalier, G. Grassin, 1913.
  • 12 Ibidem.

24« Quand je mets le nez dans mes documents, disait-il, je suis un peu comme le paysan angevin décrit par Marc Leclerc devant sa grande armoire ancienne bourrée de souvenirs11. Il y retrouve toute sa vie en objets aimés et se souvient12... ». Dès 1964 (1er au 8 mars), les plus beaux documents de la collection sont exposés à l'hôtel d'Anjou par l'association des Amis du Vieil Angers. Le Courrier de l'Ouest note : « Le très savant professeur en pharmacie Brisset nous ouvre son incomparable collection ».

Projet de photothèque municipale

  • 13 Assisté par Gui Garreau.

25Bientôt l'idée de créer une photothèque municipale se fait jour. C'est le moment précisément où les Archives municipales sortent des limbes. Depuis 1966, elles sont ouvertes au public avec André Sarazin13. Roger Mattéi, conseiller municipal de 1965 à 1971, ébauche les contours d'une photothèque dans une note du 15 avril 1969 :

26« Une ville vit... Rassembler des archives photographiques qui constitueraient [...] une histoire « visuelle » de la cité, permettrait des confrontations fructueuses avec le présent comme le rétablissement d'un état ancien, comme un répertoire des adjonctions, comme une preuve de limites effacées, comme un atlas des modes successives... Ainsi donc, notre photothèque n'apparaît pas comme un inventaire des choses précieuses ou archéologiques, mais comme celui des aspects quotidiens de la vie d'une époque. [...]

  • 14 Arch. mun. Angers, 1 625 W 10.

27Par l'ampleur du travail de prise de vues, par l'urgence dans le cas des secteurs transformés ou en transformation (fig. 10), la masse de documents à accumuler dès ce jour doit atteindre dix à quinze milliers de clichés [...]. Il ne faut pas hésiter à faire la dépense du salaire d'un photographe, ni à confier le développement et le tirage à un professionnel14... ».

28De son côté, André Sarazin conçoit un projet plus modeste, ouvert sur des collaborations multiples : « Des contacts pris avec M. Robert Brisset, président de la Commission du Vieil Angers et avec M. Jacques Mallet, président de la Commission du pré-inventaire du Maine-et-Loire, il ressort qu'une collaboration efficace, permettant une moindre dépense, pourrait être entreprise : il s'agirait de s'assurer le concours d'un photographe amateur, choisi pour sa compétence, qui consacrerait aux prises de vue deux après midi par semaine (8 F de l'heure, charges comprises, soit 64 F par semaine).

Fig. 10 : L'hôtel de la Grandière, carrefour du Haras, détruit en septembre-octobre 1954. 9 Fi 1 239.

  • 15 Ibidem

29Les frais techniques, achat de matériel, développement, tirage, seraient à la charge de la commission du pré-inventaire. Les négatifs enfin seraient conservés par les Archives départementales, lesquelles fourniraient gratuitement un tirage 13/18 de chaque cliché à la photothèque des Archives municipales et ultérieurement à toute demande de la ville15 ».

  • 16 Ibid. Seul le brouillon en esr conservé, sans mention de destinataire.

30Les deux projets sont soumis à Robert Brisset. Il ne tarde pas à répondre, sans doute au maire Jean Turc16 : « Notre ami Mattéi m'a fait passer les notes ci-jointes en me priant de dire ce que j'en pense avant de vous les faire parvenir... Je suis nettement d'accord avec le projet de M. Mattéi. Je le suis beaucoup moins avec celui de M. Sarazin. Pour ma part, le problème au départ se résume à l'alternative suivante : ou l'on veut une photothèque réelle, digne de ce nom, ou l'on veut un semblant de photothèque d'intérêt relatif. Si l'on choisit la première proposition, il faut y mettre le « poids »... On fait quelque chose de valable. [...] Si l'on préfère l'autre solution, je ne vous cache pas que je ne saurais m'y associer : elle n'est pas dans le standing d'une grande cité et il est probable qu'elle n'aura pas d'aboutissement valable ».

Fig. 11 : Cloître de l'hôpital Saint-Jean, dessin de Morel. Musée Saint-Jean, cliché R. Brisset. 1964. 9 Fi 377.

31Quatre ans plus tard, le projet n'a pas avancé. Le 27 août 1973, le Courrier de l'Ouest consacre un article à Robert Brisset : « Un collectionneur de l'histoire : trois siècles d'Angers en gravure et cartes postales ». Il n'y est fait qu'une brève allusion à cette photothèque municipale : « C'est aussi grâce à lui que germe à la mairie l'idée de créer une photothèque ».

Valeur documentaire et valeur de sauvegarde

32Les principes de Robert Brisset sont clairs : constituer une collection documentaire, instructive, sur tout genre de construction. « Je ne fais pas une collection d'amateur, dit-il dans l'article du 27 août 1973. Bien sûr, je suis content de trouver une gravure authentique, mais je préfère des cartes postales sans valeur qui m'apportent une information. De même [...], je m'efforce de rassembler des documents sur tous les monuments d'Angers. Peu importe s'ils sont beaux ou s'ils ont une quelconque valeur historique. Ce qui compte c'est qu'ils appartiennent à l'ensemble de la ville [...]. Il n'y a pas que les belles choses qui donnent une signification à une ville ! ». Ce qui nous vaut aussi bien des vues de fontaines que de cheminées d'anciennes usines.

  • 17 Contretype : copie d'un cliché photographique.

33Documents achetés, reportages accroissent sans cesse la collection, mais aussi campagnes de prises de vue dans les collections publiques et privées : Robert Brisset contretype17 les collections des musées (photographies, dessins, gravures) (fig. 11), du Syndicat d'initiative (diapositives) et des Archives départementales (collection Célestin Port). Des particuliers lui prêtent leurs clichés. Ces contretypes jouent un rôle de sauvegarde documentaire. C'est grâce à une de ces copies que s'est conservée l'image d'un daguerréotype de la collection du comte de Perrochel. Il s'agit d'une précieuse vue du pont suspendu de la Basse-Chaîne, vers 1849, probablement l'une des plus anciennes photographies connues d'Angers (fig. 12).

Fig. 12 : Le pont de la Basse-Chaîne, 1849. Contretype d'un daguerréotype ayant fait partie de la collection du comte de Perrochel. Cliché pris en 1963. 9 Fi 2 100.

Fig. 13 : La place Hérault vers 1904 ou 1905. Coll. Rouault. Cliché R. Brisset, première prise de vue, 9 Fi 13 684

34À propos d'une photographie de la place Hérault vers 1904 ou 1905, extraite de la collection privée Rouault, il explique les opérations minutieuses auxquelles il doit parfois se livrer : « Reprise de photo très ancienne et devenue incolore ou presque. Ma première photo sous écran orangé a été tirée au mieux, puis photographiée à nouveau sous écran orangé, donc deux reprises de l'une sur l'autre. Comme le côté « tram » était trop foncé, truquage, d'où le triangle trop clair, mais plus de détails du côté « tram ». Reprise le 20 novembre 1974 » (fig. 13).

  • 18 Également aux Archives municipales, elles sont cotées en 8 Fi.

35Une riche collection de gravures, ainsi qu'une belle bibliothèque sur l'histoire d'Angers et de ses monuments, depuis l'ouvrage de Jean Hiret, Des Antiquitez de lAnjou, dans sa première édition publiée en 1605, complètent sa documentation. Il se constitue aussi un jeu de 3650 diapositives18, dont beaucoup sont la transposition des clichés de sa collection principale, pour faire découvrir, à travers de nombreuses conférences, la ville qu'il aime et partager plus largement sa passion.

Au Rotary

36En 1973, Robert Brisset devient aussi vice-président de la fédération la Sauvegarde de l'Anjou, aux côtés de Roger Mattéi, président. Ce n'était pas tout encore. Marcel David, pharmacien 6 rue de la Gare, puis professeur à l'école de Médecine, cofondateur du Rotary Club en 1925, lui propose d'entrer au Rotary en 1959 et l'y parraine. Ce pharmacien, qui eut un ascendant considérable sur ses confrères, a également tenu une grande place pour Robert Brisset qui l'aimait beaucoup. C'est d'ailleurs à l'épouse de Robert Brisset que Marcel David vend sa pharmacie en novembre 1955.

37L'activité de Robert Brisset au Rotary fait mieux voir encore les traits de sa personnalité : la fidélité dans l'amitié, la droiture, la culture et l'humour. Henri Marteau, qui allait le chercher rue d'Anjou tous les mardis pour les déjeuners du Rotary, en témoigne : « Il était très assidu, très gai et aimait les fêtes. C'était un type extraordinaire, d'une vivacité d'esprit très

38grande, il était pétillant, spontané, c'était un gentleman, on pouvait lui parler d'un tas de choses, même au point de vue littérature, écriture, il était très fort. Il avait une grande culture. Il était curieux de tout ».

39Sa conférence statutaire, le 5 janvier 1960, est menée avec un spirituel mélange de conscience professionnelle et d'humour. Le poète Maurice Perrier la résume ainsi :

  • 19 Pastiche du célèbre poème de René-François Sully Prudhomme, « Le vase brisé ».

Le vase à Brisset19
Ce vase, ou mieux, cette éprouvette
Doit surtout n'être pas fêlé
Car dans ses flancs il faut qu'on mette
Ce qui doit être révélé.
D'une main énergique et sûre
On y versera tour à tour
L'huile vierge ou la moisissure,
Le vin, le lait ou l'oeuf du jour.
Tous ces éléments goutte à goutte
Minutieusement dosés
Sont par Brisset, comme on s'en doute
Complètement analysés. [...]

Fig. 14 : La plus ancienne photographie originale de la collection : le jardin du Mail, lors de la 7e exposition d'Angers. Cliché Gaspard Berthault. 1864. 9 Fi 13 091.

Humour

40Robert Brisset avait la parole élégante, l'humour à fleur de parole, l'aisance et les références que lui donnait sa vaste culture. C'est tout cela qui apparaît lors de sa présidence du Rotary, en 1965-1966. Pour décembre 1965, il rappelle dans le bulletin du Rotary la devise du Club, « consolidation et continuité » : « L'assiduité, c'est le secret de la continuité. Un repas chaque semaine : c'est beaucoup, pense le néophyte. Quelques mois écoulés, il ne dit plus que c'est trop et s'arrange pour ne point manquer le déjeuner ou le dîner hebdomadaire. Pourquoi ? Parce qu'il est heureux d'y retrouver des amis et le cycle est fermé : Amitié appelle assiduité et celle-ci fatalement continuité. Tout se tient ».

41Au sortir de son mandat, en juin 1966, il a ces mots : « Ultimanecat. Ça, encore, au Rotary, c'est faux. L'ultime ne tue pas le président, elle lui impose ce que j'ai déjà osé appeler, irrévérencieusement peut-être, la pasteurisation ! J'étais un peu inquiet à cette idée, car tout de même la bactériologie nous apprend que c'est là une opération qui s'apparente de fort près à la stérilisation. Je sais bien que mon prédécesseur immédiat, d'aspect floride, avait poussé la gentillesse jusqu'à me dire que ce n'était pas douloureux du tout ! »

42Son humour, le professeur Fresneau en rapporte encore quelques exemples en 1984 : un trait de son caractère, « c'est la bonne humeur, et un certain esprit carabin. C'est ainsi qu'il ne m'en voulut pas de lui avoir fait analyser, un soir où il était pourtant grippé, le sang d'un poulet. Il se vengea amicalement à sa façon en débarquant chez moi le soir de mes quarante ans avec toute une armée de béquillards, tous plus ou moins plâtrés et enveloppés de bandelettes ».

  • 20 Malgré les conseils de son entourage, il ne cède son laboratoire qu'au 31 décembre 1983.

43Hélas, Robert Brisset décède trop tôt, pour les siens, pour ses amis et pour Angers. Un mois et demi après sa retraite, prise trop tard après beaucoup de surmenage20, une rupture d'anévrisme l'emporte le 26 février 1984, rue d'Anjou. S'il en avait eu le temps, sans doute aurait-il écrit une histoire d'Angers et une étude sur les pharmaciens de la ville. Son souvenir et son œuvre demeurent néanmoins. En juillet 1990, son épouse prend la généreuse décision — en mémoire des projets de son mari - de faire don de l'ensemble de la collection aux Archives municipales.

44Un an auparavant, les premières séries iconographiques avaient été ouvertes : plans, cartes postales, photographies... Cet embryon de photothèque se voyait consacré par l'arrivée des 15 666 documents (fig. 14) et des 3 650 diapositives de Robert Brisset, complété quelques années après par un nouvel ensemble de quelque 400 photographies. Troisième acte en 1996 : la création officielle d'une section Photothèque dans l'organigramme du service Archives-Documentation-Photothèque, avec le transfert de la photothèque de communication du service Information et le recrutement d'un cadre responsable de cette section. Aujourd'hui, la photothèque municipale est riche de plus de 300 000 clichés, dont 21 300 sont numérisés.

***

45Tous les jours, amateurs et chercheurs bénéficient de sa collection. Il n'est guère d'articles, de publications, d'expositions sur Angers qui n'y puisent largement. Afin de la mettre à disposition du plus nombre, sa numérisation a été entreprise en 2003-2004. Elle doit constituer le pivot de la base de photographies « Images d'Angers » qui sera accessible sur internet. Le projet, pour la numérisation des 6600 premiers clichés, a reçu une subvention du conseil régional des Pays de la Loire dans le cadre de Mégalis, réseau haut débit en Bretagne et Pays de la Loire.

Notes

1 Accepté par le conseil municipal du 25 septembre 1990.

2 La collection Robert Brisset est conservée sous la cote 9 Fi. Elle est directement consultable en salle de lecture sous forme de photocopies, afin de préserver les originaux des consultations répétées, en attendant sa numérisation et sa mise sur internet. Ayant effectué son choix grâce aux reproductions, le chercheur peut ensuite demander communication des photographies originales.

3 La biographie de Robert Brisset a été rédigée grâce aux conversations que j'ai eues avec son épouse - Mme Huguette Brisset - avec M. le professeur Fresneau et avec M. Henri Marteau, deux de ses plus fidèles amis. Les archives du Rotary, dont Robert Brisset a été membre et président, m'ont été ouvertes par M. Raymond Gaignard. M. Hyacinthe Simon, ancien archiviste du Rotary, m'a donné d'autres précisions. Je les remercie tous très vivement pour la contribution qu'ils ont apportée à cette étude.

4 Rebaptisée place du Château, puis Marguerite-d'Anjou (1893-1913), à nouveau place du Château et enfin place du Président-Kennedy depuis 1968.

5 Ouest-France, 4 septembre 1979.

6 Laboratoires du docteur Pierre Briand, 3 boulevard du Maréchal-Foch ; Fonty, 43 boulevard du Roi-René et Burgevin, 11 rue du Pré-Pigeon. Quatre pharmacies réalisent également des analyses, mais selon la réglementation, elles ne peuvent faire que les analyses de base : Cottin, 54 boulevard Ayrault ; Dersoir, 2 rue Plantagenêt ; Richard, place du Pélican et pharmacie du Progrès, carrefour Rameau.

7 Cette distinction lui est remise par Jean Foyer, au restaurant le Vert d'Eau, le 7 novembre 1966.

8 Secrétaire, puis président de la Sauvegarde du vieil Angers, devenue Sauvegarde de l'Anjou en 1973, fédération d'associations groupant notamment à l'origine les Amis du Vieil Angers et la Renaissance de la Doutre.

9 Le Courrier de l'Ouest, 27 août 1973.

10 Ouest-France, article du 4 septembre 1979.

11 « Ma vieille ormoère », dans Rimiaux d'Anjou, Paris-Angers, E. Lechevalier, G. Grassin, 1913.

12 Ibidem.

13 Assisté par Gui Garreau.

14 Arch. mun. Angers, 1 625 W 10.

15 Ibidem

16 Ibid. Seul le brouillon en esr conservé, sans mention de destinataire.

17 Contretype : copie d'un cliché photographique.

18 Également aux Archives municipales, elles sont cotées en 8 Fi.

19 Pastiche du célèbre poème de René-François Sully Prudhomme, « Le vase brisé ».

20 Malgré les conseils de son entourage, il ne cède son laboratoire qu'au 31 décembre 1983.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Pierre Brisset devant sa boulangerie, place du Château, en 1905. 9 Fi 13752.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-1.png
Fichier image/png, 914k
Légende Fig. 2 : Angers depuis Montéclair, propriété d'Henri Brisset. Cliché H. Brisset. Vers 1910. 9 Fi 1965. Les vergers ont fait place au Centre hospitalier régional Universitaire.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-2.png
Fichier image/png, 673k
Légende Fig. 3 : Robert Brisset et sa tante Jeanne Thibault (1895-1977) au jardin des Plantes. Vers 1920. 9 Fi 1022.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-3.png
Fichier image/png, 326k
Légende Fig. 4 : Robert Brisset au microscope, dans son laboratoire. Vers 1949. 9 Fi supplément.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-4.png
Fichier image/png, 207k
Légende Fig. 5 : Pont de la Basse-Chaîne, manœuvre de matériel d'incendie. Première photographie de Robert Brisset, collée sur bristol et annotée par ses soins, suivant la méthode qu'il emploie pour toute sa collection. 1932. 9 Fi 2 115.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-5.png
Fichier image/png, 792k
Légende Fig. 6 : La voie sur berge en cours d'aménagement, au niveau de l'ancien quai National. Au premier plan, l'ombre de Robert Brisset, en train de prendre sa photographie. Février 1979. 9 Fi 3 354.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-6.png
Fichier image/png, 534k
Légende Fig. 7 : 15 quai René-Bazin (ancien quai Royal, puis National). 1957. Cliché Henry Rameau. 9 Fi 1 163.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-7.png
Fichier image/png, 465k
Légende Fig. 8 : La devanture des studios Bruel en 1973, 31 rue Boisnet. 9 Fi 6 670.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-8.png
Fichier image/png, 374k
Légende Fig. 9 : Mme Madeleine Brisset, en reportage à l'Arboretum. 1967. Cliché Robert Brisset, 9 Fi 797.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-9.png
Fichier image/png, 635k
Légende Fig. 10 : L'hôtel de la Grandière, carrefour du Haras, détruit en septembre-octobre 1954. 9 Fi 1 239.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-10.png
Fichier image/png, 617k
Légende Fig. 11 : Cloître de l'hôpital Saint-Jean, dessin de Morel. Musée Saint-Jean, cliché R. Brisset. 1964. 9 Fi 377.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-11.png
Fichier image/png, 1020k
Légende Fig. 12 : Le pont de la Basse-Chaîne, 1849. Contretype d'un daguerréotype ayant fait partie de la collection du comte de Perrochel. Cliché pris en 1963. 9 Fi 2 100.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-12.png
Fichier image/png, 540k
Légende Fig. 13 : La place Hérault vers 1904 ou 1905. Coll. Rouault. Cliché R. Brisset, première prise de vue, 9 Fi 13 684
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-13.png
Fichier image/png, 680k
Légende Fig. 14 : La plus ancienne photographie originale de la collection : le jardin du Mail, lors de la 7e exposition d'Angers. Cliché Gaspard Berthault. 1864. 9 Fi 13 091.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25450/img-14.png
Fichier image/png, 660k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540