Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Culture des élites urbaines

La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854

Jean-Luc Marais

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Luc Marais

  • 1 La sociabilité méridionale : confréries et associations en Provence orientale dans la deuxième moi (...)
  • 2 Colloque de Bad-Homburg, complété et publié sous la direction d'Étienne François sous le titre Soc (...)

2Depuis les travaux de Maurice Agulhon1 la sociabilité organisée est un champ bien labouré de la recherche historique. Un premier bilan historiographique en fut tracé en 1983 lors d'un colloque franco-allemand2, et complété par M. Agulhon lui-même dans la préface à la troisième édition de son Pénitents et Francs-Maçons (1984). Nous nous situerons ici dans ce sillage en ignorant la coupure académique entre modernes et Histoire contemporaine pour étudier la sociabilité des élites de part et d'autre de la Révolution. En nous concentrant sur la ville d'Angers, nous pensons pouvoir confirmer la précocité de la sociabilité égalitaire et formalisée dans cette ville. Nous ne nous intéresserons qu'à la sociabilité de pur loisir, écartant volontairement sociabilités académiques ou maçonniques, pourtant présentes. Les mutations politiques des années révolutionnaires ont-elles touché cette sociabilité « apolitique » ? Alors que florissaient clubs et cercles constitutionnels, les réunions organisées pour le pur loisir pouvaient-elles maintenir leurs habitudes ?

La « Grande Société » : une élite angevine

  • 3 François Lebrun, Histoire d'Angers, Toulouse, 1975, p. 127-128.
  • 4 Jean-Luc Marais, Les Sociétés d'hommes. Histoire d'une sociabilité du xviiiesiècle à nos jours, An (...)

3En 1975, François Lebrun, dans l'Histoire d'Angers, avait évoqué la « Sociabilité angevine3 », et décrit en particulier la Société d'Angers, ou Grande Société. En 1986, nous avions situé cette Société par rapport à des créations identiques dans des villes voisines, proposant d'y voir la première des structures portant cette appellation à Angers et dans l'Ouest, et suggérant qu'on y trouvait une imitation précoce en France du club anglais4 : une association exclusivement masculine, recrutée par cooptation et suffrage, dotée d'un lieu de réunion indépendant du logis de l'un ou l'autre des membres, où l'on se retrouve pour les plaisirs de la conversation, la lecture des nouvelles, les jeux « de société ». À partir de documents jusque-là ignorés, nous voudrions analyser l'évolution de cette société après la coupure révolutionnaire.

  • 5 Ce document se trouvait aux archives de l'évêché, coté G 18 bis. Il n'y était plus dès les années (...)

4F. Lebrun s'était appuyé sur un petit carnet de 25 pages5, portant le titre suivant : « Tableau chronologique et alphabétique de Messieurs de la Société d'Angers depuis son établissement qui est du 25 janvier 1748 ». Ce carnet contenait la liste de « Messieurs instituteurs de la société », puis les résultats d'élections successives, jusqu'à la 49e, du 10 mai 1791. F. Lebrun note : « Tout a été écrit en même temps (même encre, même écriture) jusqu'à la 44e élection du 11 avril 1786 - ce qui signifie que le carnet a été rédigé en avril 1786, puis complété à cinq reprises en 1787, 1788, 1789, 1790 et 1791. La mention « 50e élection du... » a été portée au lendemain du 10 mai 1791 (même encre). Mais il n'y a pas eu de 50e élection... La mention M. (mort) a été écrite en même temps » (1786).

  • 6 Il y a plusieurs exemplaires de l'annuaire du Cercle du Collège à la bibliothèque des Archives dép (...)
  • 7 1845-1903 (Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, (...)

5En 1905, le Cercle du Collège, situé à Angers, publie à l'occasion de son centenaire, un annuaire avec la liste de tous ses membres depuis sa création, mais aussi la « Liste générale par ordre d'admission de MM. les membres de la Société de l'Anjou depuis sa fondation, 17486 ». Grâce à ce document jusqu'à présent oublié, nous avons donc une seconde source sur la Grande Société, et la preuve qu'elle s'est d'une certaine manière prolongée dans le Cercle du Collège, nous permettant une comparaison des deux associations. Selon l'auteur anonyme de la présentation de l'annuaire de 1905, le registre de la Société de l'Anjou a été offert au Cercle du Collège en 1898 par le comte Retailliau7 ; sa couverture portait : « 1748. Livre des Règlements de la Société... » (ligne grattée). Manquent les six premières pages. Le registre ne commençait donc, et sa transcription ne commence, qu'avec l'élection du 11 mars 1748. L'original portait les noms des élus de chaque élection, ainsi que les signatures des membres présents ce jour-là, y compris les nouveaux élus (le 11 mars 1748, 48 personnes signent, dont les 10 élus du jour. Il est précisé que ce jour-là, il y avait 17 candidats, mais cette indication n'est plus transcrite pour les autres élections). L'éditeur du registre précise qu'il n'y avait pas de président, mais seulement des secrétaires trésoriers, le dernier, depuis 1777 est Aubin de Nerbonne fils, succédant à son père.

  • 8 Jusqu'à l'élection du 1er août 1766, l'ordre des noms dans le registre est aléatoire, alors qu'il (...)
  • 9 B. Mayaud, Généalogies angevines, 14 volumes.
  • 10 Rappelons que le cahier indique les décès : lorsqu'on peut vérifier, les indications concordent, m (...)
  • 11 Nous considérons comme nobles ceux (57) qui figurent parmi les électeurs de l'ordre de la noblesse (...)
  • 12 18 cas sur 29 hommes dont nous avons la date de naissance.
  • 13 Sur la loge du Tendre Accueil, voir Anjou historique, 1924. Pour les autres structures de sociabil (...)
  • 14 J.-L. Marais, Les sociétés d'hommes..., p. 81.

6Les deux documents (que nous appellerons désormais le carnet et le registre) sont donc comparables de l'élection du 11 mars 1748 jusqu'à celle du 22 mars 1788. Les élections de 1789 à 1791 ne sont reportées que sur le carnet8. Le rédacteur de ce document, qui l'a rédigé en 1786 (sans doute à partir du registre officiel), l'a complété dans les années qui suivent, alors que le registre n'était plus tenu à jour, ce qui est inexplicable. Jusqu'en 1757, les noms portés sur le registre sont généralement plus courts que ceux du carnet : par exemple, Burolleau, et Burolleau de Fesles, de la Fautrière (fils) et Poisson de la Fautrière (fils aisné), etc. De 1758 à 1783, ce sont les mêmes noms, et à partir de 1785, les noms du carnet sont généralement plus courts, comme si le copiste, connaissant les personnes, ne donnait pas l'entier patronyme. On constate aussi sur l'ensemble des deux documents de nombreuses différences de d'orthographe des noms, ce qui n'est pas surprenant. Les indications professionnelles ou de statut sont un peu plus nombreuses sur le registre, surtout pour les premières années, que sur le carnet. À l'aide des dictionnaires, des travaux de généalogistes9, on peut tenter de fournir quelques indications sur les membres de cette société. Nous avons considéré que ceux qui étaient admis à partir de 1764, et dont le décès n'était pas attesté, étaient encore vivants en 1791. Sur cette base de 141 personnes10, il y a 40 % de nobles 11, 20 % d'officiers de justice, de finances d'avocats et de membres de l'échevinage (non nobles), 6,3 % de clercs, 6 % de médecins et professeurs de droit, et 39 % pour qui aucune indication n'est donnée. Ceci confirme donc les jugements très critiques de Viger, qui n'en était pas membre, dans son mémoire de 1787 (Discours sur cette question : quels sont les moyens d'encourager le commerce à Angers) : il faut détruire cette Grande Société, trop repliée sur elle-même, et développer des cafés où se rencontreraient rentiers et entrepreneurs. On est admis à la Grande Société par tradition de famille : 1/3 de ceux qui sont cooptés entre 1764 et 1791 ont un parent ayant déjà été sociétaire. L'âge médian d'entrée se situe entre 25 et 35 ans12, fréquemment peu après le mariage. Vingt-quatre membres de la Grande Société sont également membres de la loge maçonnique du Tendre Accueil, constituée en 1778 ; 10 sont membres de la Société des Botanophiles, et autant de l'Académie d'Angers13. Pour la loge et l'Académie, les sociétaires de la Grande Société représentent environ un quart des effectifs ; moins pour les Botanophiles. Il est assez logique qu'ils soient plus nombreux dans les institutions socialement les plus prestigieuses. Pour les sociétaires également maçons, on peut noter la fréquente proximité des dates d'admission dans les deux associations. L'établissement par le mariage s'accompagne de l'entrée dans les cercles de la sociabilité organisée angevine. Il y a d'autres sociétés de loisir à Angers14, mais nous n'avons pas de listes de leurs membres. On peut supposer que les négociants, commerçants, complètement absents de la Grande Société, fréquentent d'autres associations, puisque c'est la situation que nous constaterons en 1796, et qui n'est sûrement pas nouvelle.

  • 15 J.-L. Marais, Ibid, p. 91-93.
  • 16 F. Uzureau, « Les Sociétés à Angers (1791-1852) », Angegaviana, 12, p. 377-386. F. Uzureau n'indiq (...)

7Cette société de notables, comme d'autres établies dans les villes voisines, ne pouvait pas ne pas être touchée par les événements politiques des années 1789. On n'a pas trace à Angers d'attaques contre la Grande Société comme celles qui visent la Grande Société de Baugé dès 1790, ni d'interventions populaires contre la société comme au Mans en mars 1792, ni d'autodissolution comme à Laval en 1792, ni de fusion avec un club comme à Saumur et Loudun en 179215. On constate simplement que d'après le carnet l'élection de 179215 n'a pas eu lieu, et qu'à la fin 1791, lors du recensement des sociétés qu'effectue la mairie d'Angers conformément à la loi, la Grande Société n'est pas mentionnée16.

1796-1798 : trois sociétés pour l'élite, les clivages politiques sous-jacents

  • 17 Arch. mun. d'Angers, I 145. Document de 6 folios, recensant 17 sociétés. La date n'apparaît plus d (...)
  • 18 Sociétés avec un nombre relativement élevé de sociétaires, où l'on ne joue pas uniquement à la bou (...)

8En 1796, les autorités municipales établissent un « Tableau nominatif des citoyens composants les sociétés ci-après établies dans la commune d'Angers », le 21 pluviôse an IV (9 février 1796)17. Parmi ces dix-sept sociétés, quatre nous intéressent ici, qui regroupent les notables18. Deux ans plus tard, un nouvel « État des sociétés » est dressé, 2e décade de nivôse an VII (21-30 décembre 1798). À deux ans et demi d'intervalle, nous avons les noms des sociétaires, et constatons la continuité de trois de ces regroupements.

  • 19 Soit sur les listes, soit par identification par les notices du Dictionnaire... de Maine-et-Loire, (...)
  • 20 Pour ce faire, ont été utilisés les ouvrages cités dans la note précédente ainsi que l'article de (...)
  • 21 On a considéré que ceux qui étaient seulement juges, sans autre information, n'étaient pas d'arden (...)
  • 22 Un seul, Letourneau, sera nommé par les représentants en mission secrétaire de l'administration dé (...)
  • 23 Peut-être un noble, si Fouché de la Grande Société est le même personnage que Foucher de Pérignan (...)

9L'une de ces sociétés s'appelle « Société de Littérature de la rue de Roë, ancienne société » (1796), elle a 92 membres. En 1798, c'est la « société de la rue de Roë », même adresse, regroupant 87 membres, dont 60 étaient présents en 1796. Les listes de 1796 et 1798 portent les noms de 121 personnes différentes. On dispose d'indications socio-professionnelles sur 82 d'entre elles19. Trente et un membres identifiés sont négociants, marchands, manufacturiers ; 12 appartiennent à la bourgeoisie des talents (professeurs, médecins, avocats), 21 sont magistrats ou remplissent des fonctions administratives non politiques, 18 sont qualifiés de « propriétaires ». Si l'on considère que ceux pour qui aucune indication n'est donnée sont aussi des propriétaires, cette catégorie fournit donc la moitié des membres. La place des négociants marque la différence avec la Grande Société, plus que la proportion de magistrats, assez proche. Dix membres étaient aussi membres de la défunte Grande Société. Si l'on tente de cerner leur position politique pendant la Révolution20, 50 ont siégé ou siègent dans les instances politiques et administratives nouvelles, dont 43 peuvent être considérés comme nettement patriotes21, de tendance fédéraliste ou girondine22. Aucun n'est noble23.

  • 24 Il est mentionné dans les deux recensements de 1796 et 1798.
  • 25 Boucler, qui rapporte ce fait, continue : « Ici l'injure était directe et l'allusion toute personn (...)

10En 1796, une « société patriotique près les anciens Incurables, n° 12 », est également mentionnée, formée de 48 membres ; en 1798, 43 d'entre eux se retrouvent dans la société dite de la Promenade, qui a un lieu de réunion d'été, près les Incurables, et un lieu d'hiver, en ville, rue Cordelle. En 1816, elle déclarera exister depuis le 21 décembre 1791, ce qui correspond à la date de la déclaration des sociétés évoquée plus haut : on peut sans doute la considérer comme la suite de la première des sociétés du recensement de 1791, la Société de la rue Cordelle, 150 membres, se réunissant pour amusement et nouvelles. Cette place en tête de la liste de 1791 pourrait aussi signifier que c'est la plus prestigieuse à cette date (c'est l'usage jusqu'au Second Empire de procéder ainsi dans les recensements de sociétés), ce que confirme son recrutement en 1796 et 1798 : sur 67 membres connus par les deux recensements, on trouve 30 négociants ou marchands, et 7 membres des administrations locales ou magistrats, 14 propriétaires... On voit donc que le recrutement est sensiblement différent de celui de la Grande Société (5 personnes seulement appartenaient aussi à la Grande Société) : les commerçants, manufacturiers, que E Lebrun ne trouvait pas à la Grande Société sont là : Sartre, Joubert-Bonnaire, Farran, Giraud, Coullion, etc. Trente-quatre membres au moins peuvent être qualifiés de patriotes (ce qui explique son appellation de 1796 : « société patriotique »). En l'an III, lorsque Delaunay jeune écarte les « terroristes » des administrations, ceux-ci l'accusent de préparer ces mesures « dans un jardin de plaisance appelé la Promenade » : il est en effet membre de cette société24, et ceci confirme bien que la Société de la Promenade est le lieu de rencontre de la bourgeoisie thermidorienne d'Angers25. On y trouve en 1798 cinq membres du Corps législatif, un ancien constituant.

  • 26 Les membres de cette liste de notabilité nationale sont élus (Étienne Kiss, La vie politique en Ma (...)

11En 1796, la Société de la rue de la Roë et celle de la Promenade ont 11 membres communs, en 1798, 17. Le tableau qui suit prouve qu'elles ont en effet des points communs, mais que la Promenade est de recrutement socialement plus élevé, et plus proche des nouveaux pouvoirs, comme du prochain : si 8 des membres de la rue de la Roë seront sur la liste des 76 notables nationaux dressée en novembre 180126, ce sera le cas de 19 % des membres de la Promenade (et 8 % des sociétaires de la rue de la Roë seront membres du conseil municipal d'Angers en 1806, contre 12 % de ceux de la Promenade).

  • 27 On n'a pas compris ici les « fonctionnaires publics » tels que membres des municipalités, district (...)

12Note27

  • 28 Il s'agit d'une petite société, 33 membres, probablement située hors des murailles, comme la socié (...)
  • 29 « Une société de terroristes à Angers », Anjou historique, 1913, et Benjamin BOIS, La vie scolaire (...)
  • 30 Ses membres sont des fonctionnaires ou magistrats (27 %), des marchands et artisans (42 %) : son r (...)
  • 31 14 n'apparaissaient que dans la Société des Amis de la liberté ; en 1798, 6 de ceux-ci ont rejoint (...)

13On peut adhérer à plusieurs sociétés, comme on vient de le voir. Le Cercle de la Rue de la Roë, en raison de son effectif important, est au centre d'un réseau de sociabilité. On y participe parce qu'on est d'un certain milieu, parce qu'on partage certaines options politiques, mais on peut aussi fréquenter des « sociétés d'hommes » plus réduites, et plus tournées vers le divertissement : treize membres se retrouvent ainsi à la Société des Deux Pavillons en 179828. Mais la double appartenance peut aussi avoir une signification politique. En 1796, la Société des Amis de la Liberté et de l'Égalité est formée de 33 membres ; elle est, dans le document qui la décrit, mentionnée comme dissoute, tout comme la société « pour la lecture des papiers nouvelles chez Gillot ». Cette dernière société est présentée comme un regroupement de « terroristes » : sur les 55 noms cités, trois sont présents rue de la Roë en 1796 (ils ne sont pas les plus « avancés » de cette société), mais n'y sont plus en 1798, ce qui conduit à penser qu'il s'agit bien d'une mise à l'écart politique29. Quant à la Société des Amis de la liberté, on n'a pas d'information sur les reproches qui lui sont faits pour justifier sa dissolution. Sur ses 33 sociétaires30, 16 sont aussi membres de la Société de la rue de la Roë, 2 de la Société de la Promenade31, deux sont membres de la Promenade et de la rue de la Roë. Après la dissolution, 10 des 14 membres qui n'étaient pas des autres sociétés disparaissent, 3 rejoignent la rue de la Roë, et un la Promenade. Ceci pourrait confirmer la situation de la Société de la rue de la Roë, point de rencontre de la partie de la bourgeoisie moyenne et haute d'Angers, qui a accepté la Révolution, hors la période terroriste.

  • 32 13 membres de 1796 ne sont pas présents en 1798, dont deux au moins probablement décédés.
  • 33 Desmazières, Huvelin du Vivier, Riche, Milscent, Turpin.
  • 34 Les anciens de la Grande Société membres des Cordeliers sont moins engagés politiquement : 5 sur 2 (...)
  • 35 - Jean-Baptiste Aubin de Nerbonne, conseiller au présidial, puis juge au tribunal de district en 17 (...)
  • 36 Même si la mention de 1816 va contre : fondée « avant la Révolution ».
  • 37 Ils sont 11 % à être conseillers municipaux d'Angers, proportion proche de la Promenade.
  • 38 12 si Gouin et Gouin père dit Terrandière sont la même personne.
  • 39 Sur les 32 membres de la Société d'Agriculture de 1806, 11 sont de la Société des Cordeliers, cont (...)
  • 40 Guillier de la Touche, 17 janvier 1799, B. Bois, La vie scolaire..., p. 421.

14En 1796, existe aussi une « société de la place de la Loy [nom nouveau de la place du Pilori], chez le citoyen Cossé, n° 13 (jardin Paris près le Mail) ». Elle est très probablement la suite de la société qui s'était déclarée en 1791, Société du Pilori, dans la maison Cossé, dont le procureur était Fleuriot, un membre de la Grande Société. En 1796, elle est formée de 64 personnes, 50 d'entre elles se retrouvent parmi les 91 membres de la Société des Cordeliers en 179832. Cette Société des Cordeliers de 1798 se réunit aussi l'été au Jardin Hanneloup. En 1796 et 1798, 96 personnes apparaissent : 14 sont fonctionnaires ou magistrats, 4 négociants ou marchands, 10 membres de professions libérales, et pour les autres, l'absence d'indications permet de les ranger dans la catégorie des propriétaires. Cinq membres étaient ci-devant nobles. Vingt-six ont participé aux nouvelles institutions, dont 24 peuvent être qualifiés de patriotes (25 %), mais essentiellement dans les années 1789-179033. En 1796, 16 patronymes étaient présents sur les registres de la Grande Société, en 1798, c'est 28 (soit le tiers des membres)34. Aubin de Nerbonne, dernier trésorier de la Grande Société35, est présent dès 1796 (mais il est aussi au Cercle de la rue de la Roë). S'agit-il d'une société ancienne, à laquelle auraient adhéré les membres de la Grande Société, ou d'une société nouvelle constituée en 1791 après disparition de celle-ci ? Nous pencherions pour cette seconde hypothèse36 : un regroupement dominé par des propriétaires, s'engageant modérément dans les nouvelles institutions, mais sans les refuser lorsqu'elles sont appelées à durer avec le Consulat : 7 % seront sur la liste de notabilité nationale, proportion proche de celle de la société de la rue de la Roë. Mais en 1807, 31 sociétaires des Cordeliers sont sur la liste des élus du collège départemental (31 %), ce qu'on peut interpréter comme l'intégration dans la vie politique limitée de cette époque des notables qui, sans s'opposer à la Révolution, y avaient joué un rôle effacé37. Entre la Société des Cordeliers et la Société de la rue de la Roë, 11 noms sont communs38 (5 pour les deux années, 2 en 1796, 3 en 1798). Trois membres des Cordeliers sont aussi membres de la Société de la Promenade. Moins nettement engagés dans la Révolution que les sociétaires de la rue de la Roë, les membres de la Société des Cordeliers reconstituent le monde de la Grande Société, sans les nobles. Rien d'étonnant à ce qu'ils trouvent leur place parmi les nouvelles élites que veut créer le régime impérial39. En définitive, des membres de ces trois sociétés, on pourrait dire ce que le commissaire du département dit des membres de la Société de Médecine fondée en décembre 1797, où d'ailleurs se retrouvent des sociétaires de nos trois cercles : « Je crois tous les officiers de santé patriotes ; le plus grand nombre sont républicains : ceux qui n'ont pas d'enthousiasme prennent la chose en philosophe et montrent des sentiments civiques40. »

L'Empire : réapparition et isolement de la noblesse

  • 41 En 1820, à Laval, les aristocrates font sécession pour fonder « la société du Collège ». Michel De (...)
  • 42 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3, Recensement des sociétés en 1840, et Arch. mun. d'Angers, 11 (...)
  • 43 Les noms utilisés dans ces listes sont les noms d'usage, qui peuvent évoluer : il ne faut donc pas (...)
  • 44 Ayrault de la Roche, Ayrault du Tertre, Gontard, Halbert, Prévost de la Chauvellière père et fils, (...)
  • 45 Le cas de Prévost de la Chauvellière est intéressant : membre des Cordeliers, puis du cercle du Co (...)
  • 46 Et ces six patronymes disparaîtront ensuite des listes : leurs éventuels héritiers ne seront pas a (...)
  • 47 Il y a des absents : les Cossé-Brissac, par exemple.
  • 48 Directeur du Jardin botanique et professeur à l'École Centrale.
  • 49 Élu du Tiers en 1789, mais vite démissionnaire. Il était membre de la Grande Société.
  • 50 Député de Maine-et-Loire en 1803.
  • 51 Repérage à partir de la liste établie par Christophe Pacreau, Les émigrés du Maine-et-Loire, 1789- (...)
  • 52 Il meurt en 1817.
  • 53 Robert Lauvrière, Grands notables du Premier Empire, Maine-et-Loire, Paris, p. 170.
  • 54 La Bourdonnaye est le seul noble d'empire admis avant 1814, mais il l'a été en 1805, avant donc la (...)
  • 55 R. Lauvriére, Grands notables..., p. 171.

15En 1813, l'administration municipale recense les cercles et sociétés d'Angers. Le Cercle de la rue de La Roë, le Cercle des Cordeliers, la Société de la Promenade sont toujours là, mais un nouveau cercle est apparu, rue du Collège, présidé par Ménage. Les annuaires du Cercle du Collège nous indiquent qu'il est fondé le 9 avril 1805, dans les bâtiments alors inoccupés de l'ancien collège des Oratoriens, mais en 1816, il déclare être fondé « depuis 15 ans ». Son président est toujours M. de Ménage, comme le confirme l'annuaire de 1905. L'incertitude sur la date de fondation rend difficile une analyse en terme politique de cette création. Installé ensuite rue Saint-Denis en 1823, il porte toujours en 1850 le nom officiel de Cercle du Collège41, mais l'usage était déjà de le nommer Cercle des Nobles42, ce que l'analyse de la liste des membres explique facilement. Parmi les membres de 1805 et 1806, c'est-à-dire ceux qui créent le cercle, on trouve 89 patronymes (et 99 personnes, en raison de la présence simultanée de pères, fils, et frères) : 48 de ces patronymes étaient présents sur les listes de la Grande Société depuis ses origines43. À noter que seuls 6 hommes ont appartenu successivement à la Grande Société, à la Société des Cordeliers, puis au Cercle du Collège ; 3, qui n'étaient pas de la Grande Société, viennent des Cordeliers44 : ils sont bien moins nombreux que les anciens de la Grande Société (ou leurs descendants) qui se retrouvent soit dans la Société des Cordeliers (28), soit dans le Cercle du Collège (32). Il est évident qu'il y a un partage au sein des anciens de la Grande Société : ceux qui se sont retrouvés dans le Cercle des Cordeliers ne sont pas membres (sauf six « transfuges45 ») du Cercle du Collège quand il apparaît46. Autre caractéristique impressionnante, la proportion de nobles : sur les 99 membres admis en 1805 et 1806, 62 sont membres ou issus de la noblesse angevine de 178947, sans compter les nouveaux venus, nobles d'autres provinces. Merlet de la Boulaye48, Milscent49, Halbert50 sont les rares roturiers présents (à côté d'autres qui cachent leur roture derrière une particule : Bogais de la Boissière, Menoir de Langottière). Et 29 membres des deux premières années ont émigré51. Un seul membre du cercle était sur la liste de notabilité nationale de 1801 (Milscent), mais 26 sont parmi les élus du collège départemental de 1807, dont les 6 qui avaient appartenu aux Cordeliers. Si l'on écarte ces derniers pour ne tenir compte que des vrais « revenants », ils sont donc 20, proportion (20 %) moins forte qu'aux Cordeliers (31 %). Sur ces 20, 5 avaient appartenu à la Grande Société. Peut-on tenter de situer politiquement ces membres ? Y manquent des « bleus », comme Le Tourneux de la Perraudière, noble, ancien de la Grande Société puis des Cordeliers52, et des ralliés notoires, présidents du conseil général, comme Cossé-Brissac, Jullien de Jully, de Contades... Mais d'autres membres, comme le président du cercle, Ménage de Soucelle, ou de la Bourdonnaye seront un peu plus tard nommés à cette fonction. On peut aussi noter que les deux élections qui suivent la fondation (décembre 1805 et juin 1806), et qui complètent donc le cercle, introduisent Milscent, patriote très modéré, mais aussi Merlet de la Boulaye présent à Angers dans toutes les institutions culturelles de la période révolutionnaire, et Halbert, député de Maine-et-Loire en l'an X. Un peu plus tard (1807), Bidon, qui avait donné des gages à la Révolution en acceptant des fonctions fin 1792 et sous le Directoire, est élu53. Et si quelques non nobles sont élus, aucun noble d'empire, après 1808, n'est admis54. Le premier noble d'empire accueilli sera Boreau de la Besnardière, en novembre 1814 (il est d'ailleurs le seul nouveau membre de 1813 à 1815). Les membres du cercle ne lui tinrent pas rigueur de ses bonnes relations avec le régime impérial : il est vrai qu'il s'était écarté des affaires publiques en 181355.

  • 56 Le cercle..., p. 70-72.

16L'annuaire de 1905 du Cercle du Collège revendique nettement la filiation de ce cercle avec la Grande Société. Qu'en est-il ? Sur les 141 membres de la Grande Société vivants en 1791, nous avons des informations sur le destin individuel ou familial de 91. Sur ces 91, 22 sont décédés avant 1805, ou sans descendance masculine, 15 sont vivants ou ont un fils mais sont absents des listes conservées des structures de loisir. Sur les 54 restants, 31 se retrouvent dans le Cercle du Collège lors de sa création (6 après être passés par le Cercle des Cordeliers), 23 furent membres d'un autre cercle en 1796-1798 et ne rejoignent pas le Cercle du Collège. Il nous semble clairement établi, à travers l'étude du choix parfaitement libre qu'est l'adoption d'un cercle, que la Révolution a introduit un clivage supplémentaire au sein des élites angevines. À l'ancien clivage, plutôt socio-professionnel, qui distinguait Grande Société d'une part (nobles et rentiers du sol, monde de la robe et de l'Université), et les sociétés de la Promenade et de la rue de la Roë (plus tournées vers le monde des affaires) d'autre part, s'est superposé un clivage politique : une partie des membres de la Grande Société, regroupés au sein de la Société des Cordeliers, s'est prudemment accommodée de la Révolution à ses débuts, pendant que les sociétaires de la Rue de la Roë et surtout de la Promenade s'y engageaient plus nettement. Le reste des membres de la Grande Société s'est tenu à l'écart, a parfois émigré ou s'est engagé dans la contre-révolution, ne sortant de la discrétion qu'avec la stabilisation des institutions impériales. Ces institutions réunissaient les élites de toute origine, n'excluant que les « terroristes », et faisant la part belle aux « propriétaires ». Mais dans le choix de leurs relations privées, dans les réunions inspirées par les « affinités électives », les clivages révolutionnaires étaient trop forts pour que se réunissent à nouveau les anciens de la Grande Société. Désormais les élites angevines étaient pour longtemps divisées, entre les anciens patriotes du Cercle de la rue de la Roë et de la Promenade, les attentistes du Cercle des Cordeliers, les « blancs » de plus en plus repliés sur eux-mêmes du cercle du Collège. Que le monde aristocratique et légitimiste ne se contentât pas des salons, mais qu'il ait aussi recours au cercle égalitaire dans son principe et moderne dans son esprit, comme l'a montré M. Agulhon56, cela vient ajouter une touche supplémentaire au portrait d'une noblesse angevine capable d'adaptation.

Quand les élites se réconcilient-elles ?

  • 57 Arch. mun. d'Angers, I 145.

17L'évolution ultérieure des cercles de la haute société angevine ne fait que confirmer ces clivages. Pour le Cercle du Collège ou des Nobles, nous disposons de la liste des membres successifs, ce qui permet une étude fine du recrutement. Après 1806, les nouveaux admis sont peu nombreux, un ou deux à chaque élection : de 1806 à 1809, il y a deux élections annuelles, il n'y a en a plus qu'une ensuite, et parfois même pas du tout (1810, 1813, 1815). Il faut attendre novembre 1816 pour qu'une élection importante (8 élus) soit tenue (en janvier 1816, le nombre des membres était tombé à 7257) : le rythme de deux élections annuelles est généralement tenu ensuite.

  • 58 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3.
  • 59 C. Port, édition de 1965, tomeI, p. 147. Ànoter qu'il se trouve sur le côté du boulevard correspon (...)

18Quelques ralliés à l'Empire, ou leurs descendants, sont ensuite accueillis : Danquetil (devenu d'Anquetil) en 1817, Méry de Contades en 1818, un Serrant en 1822. Un La Perraudière apparaît en 1823 : on oublie sans doute l'engagement révolutionnaire de son père. Mais les Cossé-Brissac ne seront jamais membres. En 1850 sur 206 membres58, il n'y a apparemment que 4 roturiers. En 1881, sur 116 membres, 3 sont non ni titrés ou sans particule. Le Cercle des Nobles se replie sur lui-même : il n'accueille plus que des nobles, y compris des descendants conservateurs de nobles patriotes (comme les Soland), mais n'admet pas (sans doute n'y sont-ils pas candidats) les descendants de roturiers patriotes devenus royalistes à la fin du xixe siècle (Bougère, Joubert). Ce Cercle des Nobles s'est installé rue Saint-Denis lorsque l'ancien collège est transformé en hôtel de ville, puis au 21 boulevard de Saumur (1861), où il garde son autonomie jusqu'en 194759.

  • 60 Jean-Jacques Duboys, député pendant les Cent-Jours, magistrat révoqué en 1815.

19Pour les autres cercles, nous disposons de moins d'informations. En 1813, la Société de la Promenade, avec ses deux lieux de réunion, est présidée par Moron (qui était sur les listes de 1796 et 1798). En 1816, cette Société de la Promenade existe toujours, avec 53 membres, deux lieux de réunion (hiver et été), présidée par Montalant, négociant (présent en 1796 et 98 à la Société de la rue de La Roë), et Dubois, avocat. Deux personnalités nettement patriotes, et pour le dernier, s'affichant nettement libéral à cette date60. Pour 1824, on a le règlement imprimé de la « société de la Promenade, dit le Club patriotique ».

  • 61 Les patronymes Bouchet et Gaultier sont sur la liste de 1798 ; une liste de 1816 de 43 noms, de la (...)
  • 62 Arch. mun. d'Angers, I 145, Règlement de la Société du Cercle (imprimé).

20En 1813, on retrouve la « Société du Cercle », rue de la Roë, présidée par Bareilhier-Aubin ; le nom de Delaunay-Vallée apparaît aussi cette annéelà. En 1816, avec 43 membres (toujours à la même adresse depuis 1796, maison Petit, rue de la Roë), les responsables sont Bouchet-Breton, Chaussée aîné, Gautier-Goupille61. En 1838, la Société du Cercle, présidée par Gaultier, s'installe rue Saint-Georges62. Dans les années qui suivent, on parle du Cercle du Commerce qui déclare en 1843 exister depuis 1813, et a 135 membres, « commerçants ou anciens commerçants notables » selon la mairie. Il est en 1854 présidé par Mordret, dont le père était présent à la Société de la rue de la Roë dès 1796.

  • 63 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3. Selon « M. Bonneau, bourgeois d'Angers », il y a trois socié (...)
  • 64 Ce cercle s'installe rue Saint-Michel, dans l'hôtel Giraud, aujourd'hui appelé Demarie-Valentin (l (...)
  • 65 C. Port, Dictionnaire historique..., 1878, T. I, article Angers, cercles.
  • 66 Alors que les anciens cercles sont tous situés « en ville », proches d'ailleurs les uns des autres (...)
  • 67 L'union n'est cependant pas absolue : en novembre 1880, ce cercle est dissous, dans le contexte de (...)

21Le Cercle des Cordeliers existe toujours en 1813 : Gaultier de Brulon (il en était membre en 1798) en est président, tout comme en 1816. À cette date, la société a 129 membres, et déclare exister depuis « avant la révolution ». En 1843, elle déclare exister depuis 1818, et a 95 membres, « négociants et propriétaires », ou selon une autre source, « les magistrats, principaux fonctionnaires et notables propriétaires d'Angers63 ». En 1849, le Cercle des Cordeliers devient par fusion avec un autre cercle le Cercle des Arts64 : le contexte politique d'union du parti de l'ordre en cette année-là n'est peut-être pas sans rapport avec ce regroupement autour de la bourgeoisie bleue très modérée. Célestin Port y vit « l'alliance de la haute bourgeoisie et de la magistrature65 ».Ce rapprochement se poursuit lorsqu'en 1854 le Cercle de la rue Saint-Georges, ou Cercle du Commerce (l'ancien cercle de la rue de la Roë) fusionne avec le Cercle des Arts, pour former le Grand Cercle du Boulevard, situé presqu'en face du Cercle des Nobles66, le cercle de la bourgeoisie angevine enfin réunie, oubliant ses clivages partisans devenus sans signification face à la montée de nouvelles forces politiques et de nouvelles couches sociales67.

  • 68 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 351 T 1.

22Aux marges de ce domaine de la pure sociabilité de loisir, nous avons d'autres preuves de la vivacité des divisions de la société angevine. En 1817, le ministre de l'Intérieur s'inquiète auprès du préfet de la situation des sociétés savantes à Angers : le haut-fonctionnaire répond qu'il n'y en a pas, mais qu'il sera sûrement facile d'en recréer une... mais un an plus tard, il lui faut reconnaître que c'est impossible, car il « n'y avait pas encore assez de disposition à l'oubli des opinions politiques pour tenter avec succès la réunion de personnes adonnées à la science, que cette ville peut renfermer68 ».

  • 69 Jean Quéniart, Culture et société urbaine dans la France de l'Ouest au xviiiesiècle, Paris, 1978, (...)
  • 70 B. Bois, La vie scolaire..., p. 4 3 9.
  • 71 C. Port, 1878, T. I, article Aubin. Il s'agit de Henry (1778-1844), fils de Jean-Baptiste, sociéta (...)
  • 72 C. Port, 1878, T. I, p. 95.
  • 73 Ibid.
  • 74 C. Port, 1965, T. I, article Aubin (Henry).

23Il est vrai qu'une académie pouvait, on le sait bien, aborder des questions créant débats. Mais la musique ne pouvait-elle pas rester à l'écart de ces ressentiments ? Un « Concert », c'est-à-dire une société organisée par souscription pour entendre de la musique existe à Angers avant la Révolution69. L'Institut de Musique du Directoire en prend la suite, avec un caractère semi-officiel70. Le Concert des Amateurs qui existe en 1804, fréquenté par 300 abonnés, « principaux habitants de la ville » (1812), en est plus ou moins le prolongement puisqu'on retrouve parmi ses membres Voillemont, l'ancien maître de chapelle de la Psalette de la cathédrale, organisateur des fêtes révolutionnaires à Angers. Mais nous y retrouvons des notables angevins des années 1796-1798, comme Joubert-Bonnaire, Mame, Brouard, Haudeville, ces deux derniers ayant été à la fois membres des Cordeliers et de la rue de la Roë. Ce Concert semble avoir fusionné en 1806 avec la Société philharmonique, animée par Aubin-Nerbonne71. « Les concerts se tenaient dans le Collège d'Anjou pris à bail par la société72 », donc dans le même bâtiment que le Cercle du Collège. Ce Concert des Amateurs disparaît vers 1820. Selon C. Port, « dès les premiers jours de la Restauration, les froissements, les antipathies rendirent inévitables une transformation qui s'opéra à l'exclusion de l'élément aristocratique73 ». Le Concert d'étude reconstitué en 1821 regroupe des personnalités libérales, et dure jusqu'en 1839. Mais parallèlement, ou en face, Aubin-Nerbonne maintenait la Société philharmonique qui « réunissait chaque semaine dans son hôtel de la rue de Flore une élite d'amateurs pour entendre des concerts74 ». En 1843, la Société philharmonique est rejointe par une « réunion de chant », pour former une Société des concerts. Les rivalités s'étaient donc atténuées. Cette société semble n'avoir pas duré très longtemps, puisqu'elle est disparue en 1846. Mais lorsqu'en 1852 une société philharmonique réapparaît, elle trouve rapidement asile au Cercle du Boulevard, devenu ainsi le temple des notables angevins réconciliés.

***

  • 75 Arno J. Mayer, La persistance de l'Ancien Régime en Europe, 1982
  • 76 « L'explication communément admise est que les souvenirs de la Révolution et de la Terreur auraien (...)
  • 77 Règlement de la Société du Cercle, rue Saint-Georges, 1838.
  • 78 « La noblesse la plus brillante de l'Ouest est certainement celle de l'Anjou », [son] « hégémonie (...)

24La Révolution n'est pas seulement une frontière académique... Sans doute peut-on souligner en bien des domaines « la persistance de l'ancien régime75 », et en particulier en ce domaine de la sociabilité, la continuité des formes de loisir, des structures maçonniques, des confréries, des « corporations ». Bien évidemment, nous ne nions pas la fusion des élites, commencée avant 1789 et qui se poursuit pendant et après l'événement révolutionnaire. Mais l'exemple d'Angers révèle aussi, pensons-nous, que les clivages politiques nés pendant la crise révolutionnaire ne sont pas si facilement surmontés, qu'ils structurent la vie politique pour longtemps76, mais aussi qu'ils pénètrent la vie quotidienne des hommes, les moments de loisir, dès la période directoriale. Sans doute par la suite la force de l'habitude, l'usage de privilégier le recrutement « des fils et après eux des gendres des sociétaires77 » contribuent-ils à faire perdurer des divisions qui perdent peu à peu de leur signification. Les commotions politiques des années 1848-1851 provoquent des reclassements à l'échelle nationale, à des Cordeliers et de la Rue de la Roë, ancien de la Grande Société. L'article souligne le rôle fédérateur de cet amateur enthousiaste. Rappelons que C. Port était amateur de musique et compositeur : ses articles font allusion aux souvenirs qu'il a recueillis.concerts se tenaient dans le Collège d'Anjou pris à bail par la société72 », donc dans le même bâtiment que le Cercle du Collège. Ce Concert des Amateurs disparaît vers 1820. Selon C. Port, « dès les premiers jours de la Restauration, les froissements, les antipathies rendirent inévitables une transformation qui s'opéra à l'exclusion de l'élément aristocratique73 ». Le Concert d'étude reconstitué en 1821 regroupe des personnalités libérales, et dure jusqu'en 1839. Mais parallèlement, ou en face, Aubin-Nerbonne maintenait la Société philharmonique qui « réunissait chaque semaine dans son hôtel de la rue de Flore une élite d'amateurs pour entendre des concerts74 ». En 1843, la Société philharmonique est rejointe par une « réunion de chant », pour former une Société des concerts. Les rivalités s'étaient donc atténuées. Cette société semble n'avoir pas duré très longtemps, puisqu'elle est disparue en 1846. Mais lorsqu'en 1852 une société philharmonique réapparaît, elle trouve rapidement asile au Cercle du Boulevard, devenu ainsi le temple des notables angevins réconciliés. l'échelon départemental, mais aussi dans les habitudes de la vie privée des notables angevins. Reclassement ici inachevé : la persistance d'un Cercle des Nobles — jusqu'en 1947 ! — n'est pas qu'anecdotique : il est un indice de la force de cette noblesse royaliste angevine, dont Siegfried reconnaît un demi-siècle plus tard le dynamisme78.

Notes

1 La sociabilité méridionale : confréries et associations en Provence orientale dans la deuxième moitié du xviiie siècle, 1966, réédité en 1968 et 1984 sous le titre Pénitents et Francs-Maçons de l'ancienne Provence (essai sur la sociabilité méridionale), puis Le Cercle dans la France bourgeoise, 1810-1848, Paris, 1977.

2 Colloque de Bad-Homburg, complété et publié sous la direction d'Étienne François sous le titre Sociabilité et société bourgeoise en France, en Allemagne et en Suisse, Éditions Recherche sur les Civilisations, 1987, 319 pages.

3 François Lebrun, Histoire d'Angers, Toulouse, 1975, p. 127-128.

4 Jean-Luc Marais, Les Sociétés d'hommes. Histoire d'une sociabilité du xviiie siècle à nos jours, Anjou, Maine, Touraine, Vauchrétien, 1986, p. 77-90.

5 Ce document se trouvait aux archives de l'évêché, coté G 18 bis. Il n'y était plus dès les années 1980, et l'archiviste d'alors, le chanoine Pouplard, ne l'avait jamais vu.

6 Il y a plusieurs exemplaires de l'annuaire du Cercle du Collège à la bibliothèque des Archives départementales, mais l'annuaire de 1905, avec sa liste rétrospective, et la liste des membres de la Grande Société, n'est connu que par un exemplaire conservé dans une bibliothèque privée.

7 1845-1903 (Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, T. III, Angers, 1989, p. 412).

8 Jusqu'à l'élection du 1er août 1766, l'ordre des noms dans le registre est aléatoire, alors qu'il est alphabétique dans le carnet. De 1767 à 1787, les deux documents suivent l'ordre alphabétique. En 1788, le registre reprend un ordre différent pour la dernière élection qu'il mentionne. Pour 1771, le registre place l'élection le 1er mars, le carnet le 8 juin, ce qui doit être une erreur, les élections dans ces années se font en mars ou en avril.

9 B. Mayaud, Généalogies angevines, 14 volumes.

10 Rappelons que le cahier indique les décès : lorsqu'on peut vérifier, les indications concordent, mais les problèmes d'homonymie sont nombreux (les prénoms n'étant jamais portés).

11 Nous considérons comme nobles ceux (57) qui figurent parmi les électeurs de l'ordre de la noblesse lors de la convocation des États généraux, d'après la liste publiée par Louis De La Roque et Édouard DE Barthélémy, Catalogue des gentilshommes d'Anjou et du Pays saumurois, Paris, 1864, 32 p., soit 57 nobles. En 1783, Jacques Maillard compte à Angers 113 nobles hommes, et 53 foyers nobles dirigés par un homme (Le Pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, T. 1, p. 244.)

12 18 cas sur 29 hommes dont nous avons la date de naissance.

13 Sur la loge du Tendre Accueil, voir Anjou historique, 1924. Pour les autres structures de sociabilité, Bénédicte Dugué, L'élite intellectuelle angevine à la veille de la Révolution, mémoire de DEA, Tours, 1991.

14 J.-L. Marais, Les sociétés d'hommes..., p. 81.

15 J.-L. Marais, Ibid, p. 91-93.

16 F. Uzureau, « Les Sociétés à Angers (1791-1852) », Angegaviana, 12, p. 377-386. F. Uzureau n'indique pas où se trouve ce document. Ce texte est partiellement repris, sous le titre « Les sociétés et les clubs à Angers pendant la Révolution », Anjou historique, 1947.

17 Arch. mun. d'Angers, I 145. Document de 6 folios, recensant 17 sociétés. La date n'apparaît plus dans le titre du document, mais est indiquée après la liste des membres de chaque société.

18 Sociétés avec un nombre relativement élevé de sociétaires, où l'on ne joue pas uniquement à la boule, mais aussi au billard, où on lit les nouvelles, où l'on ne boit pas de vin mais seulement des rafraîchissements (bière) et où les cotisations sont relativement élevées : il s'agit des sociétés de notables, qui prennent généralement au xixe le nom de cercle, tandis que les associations au recrutement social plus modeste gardent le nom de société.

19 Soit sur les listes, soit par identification par les notices du Dictionnaire... de Maine-et-Loire, les travaux de F. Lebrun et Serge Chassagne et l'ouvrage de Blordier-Langlois, Angers et le département de Maine-et-Loire de 1787 à 1830, 2 vol., 1837.

20 Pour ce faire, ont été utilisés les ouvrages cités dans la note précédente ainsi que l'article de Claude Petitfrère, « La jeunesse angevine et les débuts de la Révolution », A.B.P.O., 1974, 4.

21 On a considéré que ceux qui étaient seulement juges, sans autre information, n'étaient pas d'ardents patriotes.

22 Un seul, Letourneau, sera nommé par les représentants en mission secrétaire de l'administration départementale rénovée de la période montagnarde (où l'on ne trouve aucun autre membre de nos sociétés)... mais il sera maintenu après Thermidor : preuve de sa modération, de son habileté, ou tout simplement de son caractère irremplaçable en tant que secrétaire du département.

23 Peut-être un noble, si Fouché de la Grande Société est le même personnage que Foucher de Pérignan de la rue de la Roë en 1796. En ce cas, il y aurait 11 membres communs à la Rue de la Roë et à la Grande Société.

24 Il est mentionné dans les deux recensements de 1796 et 1798.

25 Boucler, qui rapporte ce fait, continue : « Ici l'injure était directe et l'allusion toute personnelle, car M. Delaunay, quoique arrivé à l'âge de quarante ans, n'avait point rompu avec ses habitudes de jeunesse, et il y avait en effet à la porte d'Angers un pavillon et un jardin que l'on nommait la Promenade, et où il allait tous les jours, [...] mais personne ne supposait que les réunions qui s'y tenaient eussent un caractère officiel, ni que l'on y traitât jamais d'affaires tant soit peu sérieuses », (Le mouvement provincial en 1789, et biographie des députés de l'Anjou, 1865,T. II, p. 147). Bougler confirme ici l'ancienneté de cette société, mais nous ne le suivons pas quand il exclut toute affaire « sérieuse » des conversations qu'on y tient.

26 Les membres de cette liste de notabilité nationale sont élus (Étienne Kiss, La vie politique en Maine-et-Loire sous le Consulat et le Premier Empire à travers les élections, Mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 2003, p. 57-58).

27 On n'a pas compris ici les « fonctionnaires publics » tels que membres des municipalités, districts, etc.

28 Il s'agit d'une petite société, 33 membres, probablement située hors des murailles, comme la société de la Promenade. Sur ces 13 personnes, 3 appartiennent aussi à la Promenade.

29 « Une société de terroristes à Angers », Anjou historique, 1913, et Benjamin BOIS, La vie scolaire et les créations intellectuelles en Anjou pendant la Révolution (1789-1799), Paris, 1929, p. 431-435. Certains des membres de cette société se retrouvent en mars 1799 dans une Société s'occupant des questions politiques : Dubouiex, Jahier, Royer (« les Sociétés à Angers... », Andegaviana, 12).

30 Ses membres sont des fonctionnaires ou magistrats (27 %), des marchands et artisans (42 %) : son recrutement social est plus modeste que celui de la Rue de la Roë dans son ensemble, il n'y a que 15 % de propriétaires et S.A.I. ; 42 % des membres sont des patriotes attestés.

31 14 n'apparaissaient que dans la Société des Amis de la liberté ; en 1798, 6 de ceux-ci ont rejoint la rue de la Roë, 1 la Promenade, et 1 les deux sociétés.

32 13 membres de 1796 ne sont pas présents en 1798, dont deux au moins probablement décédés.

33 Desmazières, Huvelin du Vivier, Riche, Milscent, Turpin.

34 Les anciens de la Grande Société membres des Cordeliers sont moins engagés politiquement : 5 sur 28 sont « patriotes », dont 4 par leurs participations aux événements de 1789 et 1790.

35 - Jean-Baptiste Aubin de Nerbonne, conseiller au présidial, puis juge au tribunal de district en 1790, plutôt que son fils Henry, né en 1778.

36 Même si la mention de 1816 va contre : fondée « avant la Révolution ».

37 Ils sont 11 % à être conseillers municipaux d'Angers, proportion proche de la Promenade.

38 12 si Gouin et Gouin père dit Terrandière sont la même personne.

39 Sur les 32 membres de la Société d'Agriculture de 1806, 11 sont de la Société des Cordeliers, contre 5 de la rue de la Roë, et 5 de la Promenade : répartition normale puisque les Cordeliers regroupent des propriétaires, tandis que la rue de la Roë et la Promenade rassemblent plutôt le négoce.

40 Guillier de la Touche, 17 janvier 1799, B. Bois, La vie scolaire..., p. 421.

41 En 1820, à Laval, les aristocrates font sécession pour fonder « la société du Collège ». Michel Denis, Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne, Paris, 1977, p. 142. Simple coïncidence, ou effet des rapports étroits entre noblesse angevine et noblesse mayennaise ?

42 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3, Recensement des sociétés en 1840, et Arch. mun. d'Angers, 1145, réponse du maire A. Giraud à l'enquête préfectorale, 18 septembre 1843. « Ce cercle, comme l'indique son titre, se compose en général d'hommes appartenant à la classe nobiliaire ou titrée. »

43 Les noms utilisés dans ces listes sont les noms d'usage, qui peuvent évoluer : il ne faut donc pas attendre de ce comptage une trop grande exactitude. Le comptage des patronymes, et non des personnes, évite de compter deux fois les pères, les fils, les frères.

44 Ayrault de la Roche, Ayrault du Tertre, Gontard, Halbert, Prévost de la Chauvellière père et fils, Milscent, Menoir-Langottière, Verdier-Miltière.

45 Le cas de Prévost de la Chauvellière est intéressant : membre des Cordeliers, puis du cercle du Collège, il est membre du conseil général sous l'Empire, procureur à la cour d'appel, maintenu sous la Restauration, il démissionne en 1830, devenu légitimiste !

46 Et ces six patronymes disparaîtront ensuite des listes : leurs éventuels héritiers ne seront pas admis.

47 Il y a des absents : les Cossé-Brissac, par exemple.

48 Directeur du Jardin botanique et professeur à l'École Centrale.

49 Élu du Tiers en 1789, mais vite démissionnaire. Il était membre de la Grande Société.

50 Député de Maine-et-Loire en 1803.

51 Repérage à partir de la liste établie par Christophe Pacreau, Les émigrés du Maine-et-Loire, 1789- 1815, mémoire de maîtrise, 1987.

52 Il meurt en 1817.

53 Robert Lauvrière, Grands notables du Premier Empire, Maine-et-Loire, Paris, p. 170.

54 La Bourdonnaye est le seul noble d'empire admis avant 1814, mais il l'a été en 1805, avant donc la création de cette nouvelle noblesse en 1808.

55 R. Lauvriére, Grands notables..., p. 171.

56 Le cercle..., p. 70-72.

57 Arch. mun. d'Angers, I 145.

58 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3.

59 C. Port, édition de 1965, tomeI, p. 147. Ànoter qu'il se trouve sur le côté du boulevard correspondant à l'aristocratique quartier de la rue des Arènes. Geoffroy De La Villebiot (Mes souvenirs de jeunesse, 1949, p. 44-45), évoque ce cercle et note : « La réunion actuelle [en 1947] des cercles de la bourgeoisie et de la noblesse est une heureuse innovation » !

60 Jean-Jacques Duboys, député pendant les Cent-Jours, magistrat révoqué en 1815.

61 Les patronymes Bouchet et Gaultier sont sur la liste de 1798 ; une liste de 1816 de 43 noms, de la « Société du collège de Buées [il s'agit du collège de Bueil, qui était situé rue de la Roë], maison Petit », ne porte que 9 (plus 2 ?) patronymes communs avec la liste de 1798. Les noms des deux présidents de 1813 y apparaissent. Ce document est annoté : « Il y a six ans que la société existe ». Y aurait-il eu à cette date une scission de la société de la rue de la Roë, qui expliquerait la chute des effectifs et la disparition de certains patronymes ?

62 Arch. mun. d'Angers, I 145, Règlement de la Société du Cercle (imprimé).

63 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 3. Selon « M. Bonneau, bourgeois d'Angers », il y a trois sociétés à Angers, la société d'En-haut, la société du Centre, la société d'En-Bas. Le Cercle des Arts correspond selon M. Saché à la société du centre, que Bonneau décrit ainsi : « composée d'honnêtes bourgeois, inoccupés, graves, fort polis, magistrats, bourgeois, voire quelques négociants devenus riches et prétendant désormais au rang de la bourgeoisie » (Commandant Pinguet, « La vie bourgeoise de M. Bonneau, bourgeois d'Angers », Anjou historique, 1953, p. 208 et 215).

64 Ce cercle s'installe rue Saint-Michel, dans l'hôtel Giraud, aujourd'hui appelé Demarie-Valentin (l'actuel muséum).

65 C. Port, Dictionnaire historique..., 1878, T. I, article Angers, cercles.

66 Alors que les anciens cercles sont tous situés « en ville », proches d'ailleurs les uns des autres (actuelles rue David d'Angers, rue des Cordelliers, rue Saint-Georges, rue de la Roë) les nouveaux cercles, sont situés sur le boulevard, alors sans commerce, lieu de résidence des élites.

67 L'union n'est cependant pas absolue : en novembre 1880, ce cercle est dissous, dans le contexte des luttes entre cléricaux-conservateurs et républicains (expulsion des congrégations), et le préfet évoque dans son rapport au ministre la présence au sein du cercle des « bourgeois blancs » et des bourgeois « libéraux et républicains ». En 1881, il se reconstitue sous le nom de Grand Cercle. (Arch. dép. de Maine-et-Loire, 40 M 4 - des documents concernant ce cercle, vus en 1983 ne s'y trouvent plus).

68 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 351 T 1.

69 Jean Quéniart, Culture et société urbaine dans la France de l'Ouest au xviiie siècle, Paris, 1978, p. 479,481, et Philippe François, Musique et concerts classiques à Angers, 1840-1914, maîtrise, 1993, p. 16 et sv.

70 B. Bois, La vie scolaire..., p. 4 3 9.

71 C. Port, 1878, T. I, article Aubin. Il s'agit de Henry (1778-1844), fils de Jean-Baptiste, sociétaire.

72 C. Port, 1878, T. I, p. 95.

73 Ibid.

74 C. Port, 1965, T. I, article Aubin (Henry).

75 Arno J. Mayer, La persistance de l'Ancien Régime en Europe, 1982

76 « L'explication communément admise est que les souvenirs de la Révolution et de la Terreur auraient crispé les diverses fractions des notables, les empêchant d'évoluer et de fusionner » (C. Charle, Histoire sociale de la France au xixe siècle, 1991, p. 41 ).

77 Règlement de la Société du Cercle, rue Saint-Georges, 1838.

78 « La noblesse la plus brillante de l'Ouest est certainement celle de l'Anjou », [son] « hégémonie est largement justifiée par la persévérance et l'intelligence avec laquelle ses membres se préoccupent, en ce siècle qui n'est plus celui de leur ordre, d'adapter au présent les forces que leur a transmis le passé ». André Siegfried, Tableau politique de la France de l'Ouest, 1913.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25449/img-1.png
Fichier image/png, 343k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540