Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Culture des élites urbaines

« Mon cher papa » : lettres d'enfants à leurs parents à la fin du xviiie siècle

Serge Chassagne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Serge Chassagne

  • 1 Serge Chassagne « La famille Guérin, une famille de banquiers lyonnais », Bulletin de la société h (...)
  • 2 En partie citées par l'ouvrage familial à tirage limité, Auguste Lesourd, Histoire de la famille G (...)
  • 3 Des sept enfants du couple nés en dix ans, un seul, le second, est mort en bas-âge,
  • 4 Sur ce couvent, abbé Javelle, Le royal monastère de Chazeaux, chronique forézienne et lyonnaise, S (...)
  • 5 D'après les quittances payées pour Joseph Guérin par son ami lyonnais Joseph Terrasson, ADR 4 J 41 (...)

2J'ai déjà présenté ailleurs à plusieurs reprises la famille Guérin de St Chamond1 dont les archives non classées conservent près d'une cinquantaine de lettres2 écrites par les six enfants3 de Joseph Guérin et Marie- Antoinette Anginieur (mariés en janvier 1761), tous mis en pension à Lyon après leur première communion, donc vers l'âge de 12 ans, les cinq filles, entre 1774 et 1788, au couvent de Chazeaux, tenu par des bénédictines4, dont la pension coûte 80 livres par trimestre ; le fils (né en août 1764) chez un instituteur de la montée de la Glacière (aujourd'hui rue Romarin), au dessus de la place de la Comédie, François-Claude Milet, où il accomplit ses humanités en trois ans (octobre 1776-juin l779), moyennant 120 livres par trimestre, avant de faire une année de philosophie chez les Sulpiciens au séminaire St Irénée, également sur les pentes, près de la place Croix- Paquet, moyennant cette fois 108 livres par trimestre5.

  • 6 En fait, elle en reprend des leçons, en avril 1776, mais avec « un autre maître, M. Dubroc, qui es (...)
  • 7 Sont pareillement mises en italique les expressions récurrentes dans toutes les lettres, sans savo (...)
  • 8 Il est d'ailleurs représenté avec son violon, et sa sœur aînée avec sa mandoline, sur le tableau f (...)
  • 9 L'expression revenant à plusieurs reprises dans ses lettres, n'y faut-il pas une locution d'origin (...)
  • 10 Envoyant ses félicitations à la nouvelle abbesse, ancienne maîtresse de sa fille, Joseph Guérin lu (...)
  • 11 Voir la communication sur les voyages de Joseph Guérin citée en note 1, supra.
  • 12 Sur l'enseignement du dessin au xviiie, Renaud D'enfert, L'enseignement du dessin en France, Belin (...)
  • 13 Un idiotisme typique du parler lyonnais.
  • 14 Elle a réalisé des portraits au pastel de ses sœurs, conservés dans la famille, et reproduits dans (...)
  • 15 Représentée avec un livre à la main sur le tableau familial de 1778. Mariée à 27 ans, en octobre 1 (...)
  • 16 Les passereaux. Les Guérin offraient soit des becs-figues, soit des coqs d'Inde à leurs amis.

3Premier étonnement de l'historien : les enfants écrivent à un rythme inégal, variant d'une à trois fois par mois (généralement le samedi), et toujours à leur « cher papa », à l'adresse de « M. Guérin, négociant, à St Chamond en Lyonnais », sauf lorsqu'ils le savent en voyage, ou présent à Lyon, auquel cas ils s'adressent alors à leur « chère maman », au même lieu. Seconde remarque : le caractère très normé, voire répétitif, des débuts de cette correspondance. Les premières lettres témoignent « du même empressement à prendre la plume pour vous écrire » (l'aînée, avril 1776) ou du « plaisir de vous répéter que je vous aime et vous chéris au-delà de toute expression » (la même, septembre 1776). Chaque enfant veut persuader ses parents de ses efforts, comme s'il lui fallait justifier ses frais de scolarité, l'aînée « pour apprendre à me bien coiffer » (3 février 1775), « pour me tenir le plus droite (sic) que je peux » ou « pour pouvoir vous donner de la satisfaction et répondre à toutes vos bontés » (18 avril 1776), le fils, « de tâcher de vous plaire dans toutes mes actions » (2 janvier 1777). Chacun entend faire part de ses progrès, l'aînée en musique : « J'ai quitté le maître de musique, j'en avais pris [des leçons] six mois, je crois que j'en sais assez pour ma mandoline6 » (3 février 1775), et son frère d'ailleurs le confirme l'année suivante après une visite à sa sœur : « Je l'ai entendue jouer de la mandoline, j'ai trouvé qu'elle en jouait bien » (29 novembre 1776). Luimême fait tout son possible7 « pour faire des progrès dans le violon8, mais je n'en fais pas autant que je le voudrais parce que je n'ai pas le temps d'étudier » (3 janvier 1777). Pour prouver à son père qu'il est « toujours fort occupé », il lui précise, le 26 juin 1777, « le détail de mes occupations : le matin, dès qu'on est levé, on entre en classe jusqu'à 8 heures, après cela mon maître de violon vient, l'on déjeune, à 9 heures on est en classe jusqu'à midi, l'on dîne à 2 heures, l'on fait la classe jusqu'à 5 heures, mon maître de danse vient jusqu'à 6 h 30, à 7 heures on fait la classe jusqu'au souper, l'on fait la prière, l'on se couche. Vous voyez, mon cher papa, que j'emploie assez bien mon temps ». À la fin de novembre 1776, il avait indiqué à son père : « Je n'ai été qu'en quatrième, nous sommes cinq dans cette classe et il n'y en a point en troisième. J'ai été premier les deux fois que nous avons composés (sic), une en thème et une en version. J'espère de l'être toujours », et en mai 1777, il mentionne laconiquement : » Je suis premier de ma classe ». En avril 1776, Marie-Antoinette, l'aînée, commence le dessin : « j'en ai pris trois leçons, je m'y applique très bien et j'étudie toujours bien ma mandoline ainsi que ma grandmaire (sic) Cette lettre n'est pas bien orthographiée, mais je n'est [ai] pas le temps de la récrire. Et je n'est [ai] pas fait de brouillon [...] Excusez, je vous prie, mon bousillage d'écriture9 » (30 avril 1776). Jenni, la cadette, dont on ne possède qu'une seule lettre à son « cher papa », d'un vendredi soir de juin 1779 (sans quantième du mois), l'informe que « Mme Chaland [une des religieuses, originaire de St Chamond, que les élèves appellent « ma tante »10] m'a dit de vous dire qu'elle avait omis [dans sa note de frais] les 5 louis que vous lui aviez donnés. Elle vous en rendra compte avec le reste. Voilà les deux quittances de ma pension [non conservées] [...] Je n'ai pas le temps de vous en dire davantage. J'ai l'honneur d'être avec un sincère attachement votre très humble et trèsobéissante servante. Je vous prie de m'esquser (sic), si ma lettre est mal écrite, mais ma plume va orriblement (sic) et on a tant [attend] ma lettre ». La troisième, Marie-Claudine, dite Dupoisat (née en juillet 1768 et qui devait rester célibataire avant de se faire religieuse en 1802), écrit à son « cher papa » en mai 1783 « pour vous remercier de votre bonté à nous [à elle et sa sœur Jeanne-Marie-Antoinette, dite Monichard, de quinze mois sa cadette] faire goûter des dragées [du récent mariage de leur sœur aînée auquel elles n'ont donc pas assisté] qui étaient excellentes. Nous vous invitons fort à vous ménager, car vous devez savoir combien votre santé nous est chère [un topo habituel de leur mère11]. Vous nous avez donné une belle espérance qui est de nous venir voir. Nous prions tous les jours le Seigneur qu'il vous conserve tous [...] Mme Chaland me charge de vous témoigner sa reconnaissance de votre attention à lui faire part des fiançailles de ma sœur. Elle vous prie d'agréer son compliment de félicitation sur ce mariage, qu'il n'y a qu'une voix sur le compte de M. Colomb [le nouveau gendre, un stéphanois, Pierre-François Colomb, avocat, sieur de Gaste, né en 1754 et donc de huit ans plus âgé que sa jeune épouse, née en juin 1762] dont tout le monde fait le plus grand éloge. Elle dit que ce mariage a la plaudissement (sic) de tout St Chamond. Nous venons de présenter à Madame l'abbesse le paquet de dragées, elle nous a accueilli (sic) on ne peut mieux et vous fait son compliment empressé, elle nous a dit mille jolies choses que nous ne saurions vous rendre ». Deux semaines plus tard, elle s'adresse à nouveau à son père, en un style plus convenu que ses sœurs : « Il y a un temps infini que je ne vous ai point écrit. Le voilà donc arrivé ce moment d'estime où je puis m'entretenir quelques instants avec vous. Nous serions très flattées de recevoir de vos charmantes lettres, mais nous savons que vos occupations nous en priveront [...] Vous aurez sûrement vu mon cousin Anginieur [Antoine-Marie-Dominique, né en 1766] qui se donna la peine de nous venir voir la veille de son départ. Je lui aurais bien donné une lettre, mais il ne savait pas encore l'endroit où il devait coucher [en rentrant à St Chamond] et il était un peu tard. Vous aviez promis, mon cher papa, de nous venir voir, sûrement que vos affaires nous auront privées de cette heureuse satisfaction [une formule de résignation enseignée par les religieuses ?]. Nous venons de recevoir une lettre de ma sœur Degaste qui nous dit qu'elle ne viendra ici [à Lyon] qu'au mois de septembre. Nous attendons ce jour avec la plus grande impatience. Nous nous appliquons le plus qu'il nous est possible à nos maîtres [payants]. Je suis après faire des têtes d'après la bosse12, qui sont fort difficiles. Le temps me dure13 bien de pouvoir être à la peinture14. Nous eûmes le plaisir de voir mon cousin Ribier dimanche qui nous dit qu'il devait bientôt aller à St Chamond [il a terminé ses deux ans de philosophie au séminaire St Irénée]. Nous serions bien fâchées de le quitter, et vous contents de le voir [...] Monichard vous embrasse du plus profond de son cœur. Je vous prie de dire à Maman que, quoique éloignées, nous gardons toujours la même tendresse pour elle, à mon frère [désormais employé au magasin de St Chamond] et sœurs que nous les embrassons bien tendrement. Le papier me manque. Dupoisat-Guérin ». La seule lettre de Monichard15, adressée à sa mère, date de la fin de juillet 1783 ; « Nous sommes fort en peine de votre santé. Nous n'avons point reçu de vos charmantes lettres, sûrement que ce sera la poste qui aura retardé et qui nous met dans une grande inquiétude. Je vous prie de nous tirer de peine et de nous donner de vos nouvelles le plus tôt qu'il sera possible. Vous savez, chère Maman, que c'est la seule consolation que nous puissions avoir lorsqu'étant éloignées de vous (sic). Je profite de l'occasion de mon cousin [Ribier] qui a bien besoin de s'engraissser comme les becfigues16 quoique je ne le crois pas si maigre que les autres années. Vous m'avez demandé si c'était moi qui avais fait ma lettre [une précédente, non conservée]. C'est toujours nous qui les faisons toute seule, sans que personne nous les corrige, aussi vous devez bien le connaître, nous sentons toujours beaucoup pour vous, mais nous ne pouvons l'exprimer. Nous faisons tout notre possible pour bien profiter de nos maîtres. La musique est toujours fort dure à apprendre, le temps me dure de pouvoir lever, ensuite nous ferons des concerts avec mon frère et nous tacherons de vous amuser le mieux que nous pourrons. Je serai bien plus contente lorsque je serai à même de vous rendre quelques petits services. C'est ce qui me fera le plus de plaisir de pouvoir aider à un papa et une maman qui n'ont cessé de nous combler de tant de biens. Il serait bien temps que vous vous reposiez après toutes les peines que nous vous avons données. Je vous prie de dire à papa que nous ne saurions lui exprimer tout ce que nous sentons pour lui, et mille tendresses à mon frère et à mes sœurs. Dupoisat me charge de dire à Lise [Marie- Louise, la benjamine, née en août 1772] qu'elle vous embrasse un million de fois. Mme Chaland me charge de vous dire les choses les plus tendres. C'est avec le plus sincère regret que je quitte la plume. Monichard-Guérin. »

  • 17 Elle ne semble pas avoir été mise à Chazeaux, mais dans « une pension » où le père était allé se r (...)

4La dernière Lise, encore pensionnaire à seize ans17, informe sa « chère maman », en novembre 1788, qu'« il règne à Lyon une maladie qu'on nomme la brienne, la plus grande partie de ces demoiselles y ont passé, et vous savez, ma chère maman, que Lise est très susceptible de suivre les mauvais exemples. J'ai eu un assez gros rhume, qui est presque passé ; cependant cela ne m'a pas empêché de prendre ma leçon de musique. Je souhaite que ce vilain rhume n'aille pas vous trouver [...] Vous me dites, chère maman, dans votre lettre que l'écriture peut bien contribuer à mon maintien. Je ne l'attribue nullement à cette cause. Je n'ose pas non plus vous dire que c'est entièrement ma faute, parce qu'il me semble que je ne peux pas mieux faire. Mais vous verrez, chère maman, qu'avec ma bonne volonté, les efforts que je ferai et l'attention que Mlle C. veut bien m'y faire faire continuellement, tout cela parviendra à vous donner de la satisfaction. Mon contentement se trouvera alors parafait ».

  • 18 « parce que ce n'était pas jour de congé à cause de la fête de St Saturnin qui était dans la semai (...)
  • 19 Il le dit lui-même à son père, dans la lettre citée supra, au bout d'un mois de pension.
  • 20 La mère écrit le lendemain à son mari à Lyon : « Tu leur diras (à nos enfants lionnais) que Jeanne (...)
  • 21 Recommandation qui semble dictée par la mère, qui désapprouve les pratiques mortifiantes de son ma (...)
  • 22 On ignore la maladie à laquelle le fils fait aussi allusion en avril et mai 1777. Par lui, on appr (...)
  • 23 ADR, Fonds Frécon, dossiers rouges : Jean-Henry Benoit, est le fils d'un marchand fabricant.
  • 24 J.H. Benoit a eu un fils et trois filles de son mariage avec Marguerite Palerne : l'aînée François (...)
  • 25 Un beau-frère de M. Benoit : est-ce le trésorier de France qui demeure alors montée des Carmélites (...)

5Au fil des lettres, l'enfant donne des nouvelles de la parentèle, proche ou lointaine, vue lors de ses sorties ou venue le visiter, manière indirecte de mesurer l'amplexe de leurs relations familiales : « Grand Maman Fabre [labelle-mère de sa cousine Nolhac] m'a chargé de vous dire mille choses de sa part à Maman. Elle lui écrira au premier jour, elle a eu bien mal aux yeux, ce qui lui a empêché d'écrire » (l'aînée, 3 février 1775). « [Dans sa dernière lettre] Maman désirait savoir où était Mlle Béthenod [Marie-Anne, dixième fille de leur voisin le médecin Antoine Béthenod], elle est dans la plus petite société, elle a été accoutumée dès le premier jour. Ma cousine [Marie-Catherine Anginieur, sa quasi jumelle, puisqu'elles ont un jour de différence] qui se porte à merveille m'a chargée de vous offrir ses respects » (avril 1776). « Je vis jeudi au soir Madame Sève, Mlle Terrasson, et Mme Montagnier [épouses ou filles de mouliniers ou de fabricants de rubans St Chamond, alliées entre elles] qui m'apporte les boucles avec les jupons blancs. Je les ai trouvés tout à fait jolis, je vous prie d'en remercier Maman et de lui dire que je me coiffe presque tous les jours pour pouvoir bien apprendre. J'espère que cela viendra. Je n'entends plus parler du voyage que vous deviez faire à peu près dans ce temps-ci avec ma tatan Palerne [sœur aînée de sa mère] et mon oncle Anginieur le cadet [le père de la cousine qui est aussi à Chazeaux]. Le temps me dure beaucoup de vous embrasser [...] Maman me demandait si je voyais souvent Madame l'abbesse [Jeanne-Marie de Savaron, qui vient d'être nommée, en avril, par le roi], je la vois plusieurs fois dans le jour, elle se porte actuellement très bien, sa chambre est à côté de celle de Madame Chaland Elle n'ira pas, je crois, de longtemps demeurer à l'abbaye, parce qu'on y fait beaucoup de réparations. Son installation ne se fera que dans deux ou trois mois » (11 mai 1776). « Mon frère ne put pas me venir voir jeudi18, mais j'y ai envoyé et il se porte à merveille. Le temps lui dure beaucoup de vous voir, ainsi que moi, qui désire bien vous voir. Mon frère me dit qu'il était bien accoutumé et qu'il était très bien pour la pension19. Maman me demandait dans sa dernière lettre s'il allait tous les jours à la messe. Je vous prie de lui dire que non » (24 novembre 1776). Ce petit mouchardage n'empêche Marie-Antoinette d'aimer réellement son frère : « Mon oncle l'abbé [J.B.Guérin, né en 1741, ordonné en 1768 et alors curé dans le Bugey] me vint voir hier avec mon cousin Ribier [élève chez M. Milet avec son frère Hugues], je le priai de se charger d'une lettre pour la fête de mon frère [le 29 avril] avec un petit paquet pour lui. Je vous l'adresserai pour que vous ayez la bonté de le joindre aux bouquets de mes sœurs, si elles lui en donnent un, et de lui remettre la veille de sa fête, je vous en serai obligé » (18 avril 1776). Pareillement, en novembre 1776, elle annonce à son père ; « je vais écrire à ma sœur Jeannette pour lui souhaiter une bonne fête [la sainte Jeanne se fête ordinairement le 4 février]20. Nous nous sommes joints, mon frère et moi, pour lui faire un petit cadeau que je ne peux lui envoyer que lundi ou mardi [...] Mon frère vient de me faire dire qu'il me viendrait voir demain. Cela me fait un sensible plaisir ». « J'ai vu mon frère dimanche », écrit-elle en mars 1777, « il avait goûté avec moi, il entendit en même temps très dévotement vêpres et sermon ici. Il est toujours très content chez M. Milet, mais le temps lui dure beaucoup de vous voir. Je vous prie de bien vous ménager ce Carême21 pour votre fille à qui votre santé est chère ». « Mon oncle et ma tatan Anginieur, qui sûrement vous ont donné de mes nouvelles, ont eu la bonté de me faire sortir trois fois, et de me procurer beaucoup de plaisir. Si j'avais eu le temps, j'aurais écrit à ma sœur Jeannette pour la féliciter de sa guérison22 et qu'elle a fait sa première communion. Le voyage [à St Chamond] de Madame Chaland et de Madame l'abbesse est retardé jusqu'à la fin de juillet. J'ai bien eu les bas que Maman m'a envoyés, je vous prie de lui en faire mes remerciements. Ils allaient très bien, il n'y avait qu'une paire de bas de fil blancs qui était un peu trop larges, mais autrement ils vont à merveille » (mai 1777, sans quantième). En octobre suivant, la même raconte à son père que « Mme Benoît [née Palerne, nièce de leur oncle, fille de négociant et épouse d'un négociant lyonnais, alors juge à la Conservation et futur échevin23] dans la visite qu'elle me fit, il y a quelque temps, me dit qu'elle avait été dans l'impuissance d'aller à St Chamond, arrêtée par un de ses enfants qui avait la petite vérole et une autre qui arrivait d'une pension et qu'elle était obligée de faire habiller. Elle me dit aussi plusieurs autres raisons dont je ne me remets pas. On me presse pour me coucher, sans cela je vous aurais écrit plus longuement et mieux, mais samedi prochain, je tâcherai de prendre un moment dans le jour pour pouvoir vous écrire une lettre bien peinte, parce qu'aujourd'hui cela n'est pas possible, car on ne me laisse pas seulement de mettre l'adresse ». Présent à Lyon, le fils est chargé par ses parents des visites protocolaires de Nouvel An. « J'ai fait toutes les visites que Maman me dit de faire, excepté chez M. Benoît, où j'irai demain », écrit-il le 3 janvier 1777. « Mon oncle [l'abbé Guérin] n'était pas encore dans son nouvel appartement [aux Jacobins]. Je n'ai pu voir M. Giraud [un marchand de soie, rue Sainte Marie, dans le quartier St Jean] parce qu'il était malade, et il commençait à se remettre. Chez M. Nolhac [un petit-cousin de son père, futur échevin de Lyon] n'y était pas. J'ai vu M. Dujast qui est bien affligé de la perte qu'il a faite [de son épouse, Marie-Claudine Guérin, née en 1681, arrière grande tante d'Hugues], il m'a dit de l'aller voir quelquefois. M. son neveu qui est officier est venu me voir hier. Il est venu ici passer quelque temps, car il est marié dans le Béarn. J'ai été voir aussi chez M. Gallien [autre marchand de soie, rue de l'Arbre Sec, près des Terreaux], qui m'a fait beaucoup d'amitiés. Je fus jeudi souhaiter une heureuse année à ma sœur et à ma cousine qui se portent bien ». Dans les jours qui suivent, « j'ai vu vendredi M. Berthollet [Guillaume, un négociant chamonais venu à Lyon pour ses affaires] qui m'a apporté les lettres qui m'ont fait un sensible plaisir. Maman a bien eu de la bonté de se donner la peine d'écrire pour mes sœurs [il est donc chargé de la distribution qui réduit les frais de poste]. J'irai la veille de St Antoine voir ma sœur [Antoinette, l'aînée] pour lui présenter ce que je dois commander de faire demain ». Le dernier dimanche de janvier, « M. et Mme Benoît eurent la bonté de m'envoyer chercher pour y aller dîner. À l'après-dîner, je fus avec les demoiselles Benoît24 chez un de leurs parents où l'on dansait et j'y demeurai jusqu'à minuit ». Pendant le Carnaval 1778, « M. Benoît a eu la bonté de nous envoyer chercher dimanche dernier pour aller danser chez M. Charton25 où j'ai resté jusqu'à minuit » (heure limite de permission de sortie de la pension ?).

  • 26 En revanche, son frère Hugues se plaint, en avril 1780, de « n'avoir jamais reçu le petit louis qu (...)
  • 27 Hugues raconte, le 24 janvier 1777, qu'il vient « d'offrir à sa sœur au nom des autres sœurs un to (...)
  • 28 Œuvre du chanoine Philippe-Louis Gérard, Paris, 1774.
  • 29 Sur le théâtre scolaire, voir avec bibliographie les pages de R. Chartier, M.M.Comper E et D. Juli (...)
  • 30 Membre de l'Académie de Lyon, qui demeure place des Cordeliers.

6Plus dur est l'éloignement physique, plus les enfants donnent à leurs parents des détails sur la vie de leur pension. « Nous nous préparons à faire la Sainte Catherine demain et après-demain », écrit l'aînée, en novembre 1776. « Je vous avoue que le temps me dure beaucoup qu'elle soit passée, parce que cela me fait sauter mes maîtres [payés au mois], mais par bonheur pour moi, il n'y a qu'un jour à cause qu'il y a le dimanche. Nous ne nous habillions point en religieuses comme l'année dernière, Madame l'abbesse ne le veut pas. J'oubliai de vous répondre sur un article que Maman m'avait demandé dans sa dernière, pour savoir combien Madame Chaland avait de pensionnaires : nous sommes sept, et je lui parle souvent de ma sœur [Jenni, née en janvier 1766], Elle me répond qu'elle ne peut pas la prendre avant le mois de septembre » (où elle entre effectivement à Chazeaux, à onze ans et demis). À l'Épiphanie 1777, « nous venons de tirer le royaume général, je suis écuyer du roi, ce qui me fait grand plaisir parce que je n'aurai pas grand compliment à faire et que c'est un rôle bien agréable, je donnerai la main au roi et je lui ferai, je crois, un compliment. J'ai reçu cette année pour étrennes de mon oncle [également parrain] et ma tatan Palerne un louis comme l'année dernière26. J'ai reçu aussi de beaux cadeaux pour ma fête [la Saint Antoine, le 17 janvier] de mon frère et de mes sœurs27, ma cousine Anginieur me donne des livres, Les égarements de la raison en 3 tomes28, avec Les études convenables aux demoiselles en 2 tomes, et Mlle Flachat, le livre de la mythologie. Cela m'a fait grand plaisir, j'aime beaucoup les livres depuis quelque temps, j'aime la lecture à la folie, et je ne peux pas comprendre comment je ne pouvais pas l'aimer. C'était faute d'avoir lu. Je lis à présent de l'histoire ancienne qui m'amuse beaucoup, j'en suis au second tome et je ne trouve pas de moment plus agréable que quand je peux être à mon livre, et je vois qu'il n'y a rien qui puisse mieux former la mémoire » (janvier 1777). « Nous avons représenté mardi Les trois frères rivaux », écrit Hugues à son père le 26 avril suivant, « j'ai été chez M. Benoît pour les inviter à venir voir représenter, mais ils n'ont pas pu venir ». Le 22 juin, il ajoute en post-scriptum : « Nous avons représenté le jour que M. Milet paya sa fête une petite pièce que vous connaissez, qu'on nomme La saignée ou M. Dornel, où je faisais le rôle de la mère ». La pension Milet pratique donc le théâtre scolaire comme naguère les bons pères29. « Les voleurs qui sont venus chez M. Milet », narre le fils à son père le 13 septembre 1778, » ne sont pas venus à la porte de ma chambre parce que je couche au quatrième, où il n'y a pas grand-chose à prendre, ils ne furent qu'au troisième. Il y avait le domestique de M. Rast, le médecin30, qui a fait tout ce qu'il a pu pour avoir sa grâce. Il était encore chez lui ; il y avait aussi un laquais de Bellecour ».

7Un chapitre délicat dans ces lettres tient à l'argent, que très jeunes les enfants Guérin apprennent de leurs parents à ne pas gaspiller. Le 4 décembre 1776, Mme Guérin écrit à son mari, alors à Lyon pour affaires et qui va voir ses enfants pensionnaires : « J'oubliais de te dire que Guérin [le fils] aurait peut-être besoin d'apprendre à danser seulement pour un mois

8pour apprendre à se bien tenir. S'il le faisait sans cela, ce serait encore mieux ». De fait, il n'apprend pas à danser, « parce que M. Denys n'est pas dans ce pays-ci et qu'il ne viendra que dans l'été ». À Pâques 1777, Marie- Antoinette demande à sa mère de lui « faire passer par son frère 9 à 12 livres pour faire un cadeau à ma tante Chaland ». À ce sujet, en avril 1779, Mme Guérin charge son mari, alors à Lyon, « de dire bien des choses à Mme Chaland, combien je suis sensible à la peine que je lui occasionne pour mes enfants. Tu recommanderas à l'aînée de faire des cadeaux, qu'elle ne se fasse pas entraîner par l'exemple de Mlle Perroton [fille d'un agent de change de la rue Ste Catherine], cela nous a surpris ». Donc de la modération dans les inévitables dépenses de civilité. « Mme Chaland me charge de vous dire qu'elle n'avait plus d'argent pour moi », écrit l'aînée à son père en juillet 1777, « elle me fait avancer ma lettre d'une poste parce qu'elle désirerait l'avoir avant que de partir [à St Chamond]. Je vous serai infiniment obligée, vous m'allez dire, cher papa, que je dépense beaucoup, mais je tâche de le mettre bien à profit en m'appliquant bien à tous mes maîtres et à tout ce que vous pouvez désirer de moi ». À la fin de février 1777, Hugues prie son père « de m'envoyer quelque argent, parce que c'est bientôt la fête de Mme Milet qui s'appelle Françoise [fêtée le 9 mars]. Comme nous devons lui faire un présent, je ne voudrais pas être le seul qui n'y contribuât point. Vous croirez que j'ai mal employé tout l'argent que j'ai reçu, mais c'est que l'on fait beaucoup de fêtes dans ce Carnaval. Il a fallu que je donne au jour de l'an 12 livres aux domestiques ». Le père s'exécute, puisque le 23 mars, le fils le « remercie pour l'envoi d'argent [sans en préciser le montant]. Je tâcherai de ne pas en faire un mauvais usage et de bien l'employer ». Le 26 avril, Hugues mentionne laconiquement : « Monsieur Milet m'a acheté un violon qui a coûté 21 livres » (sous-entendu, ce sera sur ma note de pension), et le 22 juin, il rassure son père : « Je mets toujours exactement mes dépenses par écrit ». On apprend incidemment, à la mi-août 1777, qu'il a été « purgé deux fois la semaine passée, à cause des boutons que j'avais, qui sont passés, mais j'en ai repris d'autres en plus grande quantité. Cependant je me porte très bien, et ce qui me fait croire que ce ne sont que des cousins, c'est que j'ai pris ceux-là comme les autres en allant coucher à la campagne [dans la maison des champs de M. Milet, à Fourvière]. Je pense que l'air de St Chamond les dissipera tous. Je tiendrai ma malle prête parce que je compte que vous arriverez jeudi » le chercher pour les vacances d'été.

  • 31 Il revient de St Chamond avec sa sœur qu'il raccompagne à Chazeaux.
  • 32 Sans doute Chol, médecin, rue des deux Angles, dans le quartier de la pension Milet, dont un fils, (...)
  • 33 Mariée à 25 ans au marchand drapier Louis Charrin, en décembre 1797, avec une dot en biens fonds é (...)

9Nouvelle allusion à des dépenses de civilité, le 6 juin 1778 : « On lui [à M. Milet pour sa fête] avait présenté le bouquet lorsque j'arrivai31, mais cela n'a pas empêché que j'y contribuasse parce qu'il manquait encore de l'argent. On lui a fait présent de l'Histoire naturelle de M. de Buffon, en 24 volumes ». Le 19 juillet 1778, il se plaint doublement de son instituteur qui « n'a pas voulu me laisser aller voir ma sœur jeudi dernier. Je vous prie de lui dire de me le permettre. Je trouve que M. Milet tarde bien à me donner un maître de musique vocale. Il en vient un à la maison qui prendra un louis par mois, mais qui ne prendrait que 18 ou 20 livres comme nous serions deux [avec son cousin Ribier ?], et M. Milet n'a pas voulu me le donner avant que je ne vous écris (sic) pour savoir si vous le voulez, mais je ne crois pas que l'on puisse trouver un meilleur maître à meilleur marché. Comme j'avais absolument besoin d'une culotte noire pour porter dans la maison, l'on m'en a fait faire une neuve ». À la mi-août 1779, Hugues (qui a quinze ans et termine sa rhétorique) annonce à son père qu'il a « fait faire son habit à M. Ganière [sans doute le tailleur conseillé par son maître] qui me l'a fait assez mal. Il l'a arrangé de manière qu'il va un peu mieux, mais il est certain qu'il n'habille pas aussi bien qu'Henri. Il a dit pour excuse qu'on ne pouvait pas faire aussi bien la première fois. Je crois bien qu'il ne garde pas de l'étoffe, car il m'a fait un habit large comme un sac, long comme une robe de chambre, et malgré tout, il m'a rendu de quoi faire une veste. Je lui ai donné mon habit gris à retourner. Mais quelque chose de plus agréable se présente sans cesse à mon esprit, ce sont ces précieuses vacances qui se font si fort désirer [...] Vous ne sauriez croire, mon cher papa, le plaisir que j'aurai à vous embrasser ainsi que Maman et mes sœurs. Je vous prie de me dire le jour où Saint-Julien [le domestique de la famille] viendra me chercher. Dans quelque temps qu'il vienne, il sera le bienvenu. Les remèdes que je prends me font toujours du bien., cependant mes boutons ne sont pas encore passés. Je continue à prendre le petit lait et les bains, c'est aujourd'hui le seizième. J'en prendrai encore quelques-uns, après quoi je me purgerai pour la seconde fois. Je pense que cela suffira. Mais il y a déjà quelques jours que je n'ai pas vu M. Chollet32, je ne peux rien dire de positif là dessus. Il ne m'a point ordonné de nourriture particulière, sauf de ne point manger de ragoût, ni de salés ». Le 24 août, l'instituteur Milet témoigne « à M. Guérin, secrétaire du roi à St Chamond », que « c'est avec beaucoup de regret que je vois partir votre fils pour ne plus le revoir qu'en passant. Un caractère aussi bon que le sien ne se trouve pas assez souvent pour ne pas mériter des regrets. La douceur de sa société, sa docilité et sa candeur le feront toujours aimer par tous ceux qui auront à vivre avec lui. Je vous félicite, Monsieur, d'avoir un tel fils digne de la tendresse qu'il éprouve de la part de sa chère maman et de la vôtre. Heureux si l'espèce de prison pour laquelle il n'est pas né et à laquelle vous le condamnez pour un an ou deux [le séminaire St Irénée] n'endurcit pas son caractère par la grossièreté d'un essaim de gens rustiques qui abordent dans cette maison chaque année. Je ne vous envoie point de compte, ne pouvant le faire avant que d'avoir celui du tailleur, du médecin, de l'apothicaire, etc. ». Même la dernière, Lise 33, est victime de la « culture des apparences ». Elle écrit, en novembre 1788, à sa chère maman-. « J'ai parlé à ma sœur dans ma dernière lettre de mon manteau de satin, qui est beaucoup trop petit. Je vous prie, ma chère maman, de me dire comment vous voulez que je fasse, il est importable ».

***

10Un dernier trait de ces lettres d'adolescents à leurs parents (qu'ils vouvoient, on l'aura noté) est l'obligation rituelle de présenter, en terminant, « mes respects à Maman, à mes tatans [tantes] et mes oncles, mes compliments à mon frère et mes sœurs », en fonction de la famille présente alors à St Chamond. L'habitus engendré par ces lettres de pension se maintient ensuite : mariées, les deux aînées (et leurs maris) continuent d'écrire à leur cher papa, ou en son absence, à leur chère maman pour leur donner de leurs nouvelles, les inviter à les rejoindre dans leur résidence campagnarde, leur demander d'embrasser les frères et sœurs à St Chamond et de transmettre leurs respects à toute la parentèle. Ainsi se fortifiaient des liens, des attachements, que les secousses révolutionnaires ne firent évidemment que renforcer.

Notes

1 Serge Chassagne « La famille Guérin, une famille de banquiers lyonnais », Bulletin de la société historique et archéologique du Lyonnais, 2001, p. 67 -84 ; « Le langage d'un banquier lyonnais au xixe siècle », Cahiers du Centre Pierre Léon n° 3, 2003, p. 47-73 ; « Les voyages d'un marchand de soie catholique à la fin du xviie : Joseph Guérin », colloque Commerce, voyages et expérience religieuse, Lyon mars 2004 (à paraître). Sur « l'éducation des négociants français au xviie siècle », Dominique Julia, in Franco Angiolini et Daniel Roche, Cultures et formations négociantes dans l'Europe moderne, EHESS, 1995, p. 215-256.

2 En partie citées par l'ouvrage familial à tirage limité, Auguste Lesourd, Histoire de la famille Guérin du xvie au xviiie, Annonay, St Chamond, Lyon, rééd. Lyon, 1995, 310 p. Sur le même sujet, cf. Philippe Marchand, « Un père et ses enfants au xviiie siècle. Lettres, 1768-1787, de J.B.Carpentier », Lias, Sources and documents relating to the early modern history of ideas, vol. 23/1 et 2, 1996, p. 99- 163 et 165-260.

3 Des sept enfants du couple nés en dix ans, un seul, le second, est mort en bas-âge,

4 Sur ce couvent, abbé Javelle, Le royal monastère de Chazeaux, chronique forézienne et lyonnaise, StÉtienne, 1870, 318 p.

5 D'après les quittances payées pour Joseph Guérin par son ami lyonnais Joseph Terrasson, ADR 4 J 416. Sur le séminaire Saint-Irénée, Marie-Madeleine Compère et Dominique Julia, Les collèges français, xvie-xviiie, France du Midi, INRP, 1984, p. 401-403.

6 En fait, elle en reprend des leçons, en avril 1776, mais avec « un autre maître, M. Dubroc, qui est bien meilleur que l'ancien, pas si grognon et moins cher : il prend 18 livres par mois, c'est toujours 6 livres de moins que l'autre ».

7 Sont pareillement mises en italique les expressions récurrentes dans toutes les lettres, sans savoir si Iles viennent de la famille, ou des enseignants lyonnais.

8 Il est d'ailleurs représenté avec son violon, et sa sœur aînée avec sa mandoline, sur le tableau familial peint en 1778 par le peintre Libon d'Hautecombe, reproduit dans le Bulletin de la société historique et archéologique du Lyonnais cité n.l. Le peintre était venu à Lyon, en mai 1778, portraiturer les deux aînés dans leur pension.

9 L'expression revenant à plusieurs reprises dans ses lettres, n'y faut-il pas une locution d'origine familiale ? Elle signe même une fois : « Guérin bousillonne. »

10 Envoyant ses félicitations à la nouvelle abbesse, ancienne maîtresse de sa fille, Joseph Guérin lui demande « la grâce d'engager Madame Chaland qui ne peut rien vous refuser, à se charger de ma fille, elle sera avec sa cousine et Mlle Flachat (la fille de l'entrepreneur de la manufacture royale de cotons de St Chamond ?), et connaissant les talents et le caractère de cette aimable dame, je serai plus tranquille ». Le choix des enseignants par les parents est donc un usage connu dès le xviiie...

11 Voir la communication sur les voyages de Joseph Guérin citée en note 1, supra.

12 Sur l'enseignement du dessin au xviiie, Renaud D'enfert, L'enseignement du dessin en France, Belin, Paris, 2003, p. 13-18.

13 Un idiotisme typique du parler lyonnais.

14 Elle a réalisé des portraits au pastel de ses sœurs, conservés dans la famille, et reproduits dans Lesourd Histoire de la famille Guérin... Dès avril 1780, le fils Hugues écrit à son père : « J'ai appris que ma sœur (Dupoisat) s'appliquait beaucoup au dessin, et qu'elle avait fait plusieurs portraits très ressemblants ? cela m'a fait beaucoup de plaisir ».

15 Représentée avec un livre à la main sur le tableau familial de 1778. Mariée à 27 ans, en octobre 1798, au négociant en soieries Eustache Godinot, avec une dot de 52 000 F, C.m. 28 vendémiaire VII, Arch. dép. Rhône (ADR), 3E 22989. Godinot, issu d'une famille d'origine rémoise, mais né à Lyon en 1760, émigre dans les pays germaniques sous la Révolution, rentre en 1801, devient président du Conseil des Hospices de Lyon à la fin de 1814 et adjoint au maire en février 1815, est anobli par lettres en août 1816 et décède sans postérité en septembre 1818.

16 Les passereaux. Les Guérin offraient soit des becs-figues, soit des coqs d'Inde à leurs amis.

17 Elle ne semble pas avoir été mise à Chazeaux, mais dans « une pension » où le père était allé se renseigner à son passage à Lyon, an mars 1788.

18 « parce que ce n'était pas jour de congé à cause de la fête de St Saturnin qui était dans la semaine », explique le fils à son père, le 29 novembre 1776.

19 Il le dit lui-même à son père, dans la lettre citée supra, au bout d'un mois de pension.

20 La mère écrit le lendemain à son mari à Lyon : « Tu leur diras (à nos enfants lionnais) que Jeannette reçut hier leurs cadeaux et qu'elle est tout à fait sensible à leur souvenir, qu'elle a failli à pleurer de joie en lisant leur lettre, elle leur fait un million de remerciements. Elle te présente ses respects, ainsi que tes autres enfants ».

21 Recommandation qui semble dictée par la mère, qui désapprouve les pratiques mortifiantes de son mari. À la fin du siècle, sous le Directoire, le beau-père d'Hugues, le fabricant de rubans stéphanois Antoine Neyron, s'oppose formellement au Carême strict (avec jeûne) auquel est soumise sa fille Marie-Antoinette, mariée depuis mai 1791 et qui attend alors son premier enfant, ADR, 4 J 367.

22 On ignore la maladie à laquelle le fils fait aussi allusion en avril et mai 1777. Par lui, on apprend que sa sœur Jeannette « allait bien et qu'elle était allée à la Bénéchère », dans la propriété de l'oncle Palerne.

23 ADR, Fonds Frécon, dossiers rouges : Jean-Henry Benoit, est le fils d'un marchand fabricant.

24 J.H. Benoit a eu un fils et trois filles de son mariage avec Marguerite Palerne : l'aînée Françoise étant déjà mariée à un négociant de Pont-de-Vaux, Hugues n'a pu aller qu'avec les deux cadettes, Mathurine et Marguerite, toutes deux mariées en 1781, ADR, Fonds Frécon.

25 Un beau-frère de M. Benoit : est-ce le trésorier de France qui demeure alors montée des Carmélites ?

26 En revanche, son frère Hugues se plaint, en avril 1780, de « n'avoir jamais reçu le petit louis que mon oncle Anginieur m'avait envoyé au jour de l'an par M. Terrasson ».

27 Hugues raconte, le 24 janvier 1777, qu'il vient « d'offrir à sa sœur au nom des autres sœurs un toquet avec un mouchoir à la mode ».

28 Œuvre du chanoine Philippe-Louis Gérard, Paris, 1774.

29 Sur le théâtre scolaire, voir avec bibliographie les pages de R. Chartier, M.M.Comper E et D. Julia, L'éducation en France du XVIe au XVIIIe, Paris, 1976, p. 202 sq.

30 Membre de l'Académie de Lyon, qui demeure place des Cordeliers.

31 Il revient de St Chamond avec sa sœur qu'il raccompagne à Chazeaux.

32 Sans doute Chol, médecin, rue des deux Angles, dans le quartier de la pension Milet, dont un fils, fabricant, épouse, en 1788, une demoiselle Flachat de St Chamond (lettre d'Hugues à son père, 19 avril 1788).

33 Mariée à 25 ans au marchand drapier Louis Charrin, en décembre 1797, avec une dot en biens fonds évaluée à 51333 F, C.m. 1er nivôse VI, ADR, 3 E 22988.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540