Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Culture des élites urbaines

Frain du Tremblay (1641-1724) angevin, académicien, moraliste

Frédérique Pitou

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Frédérique Pitou

  • 1 À l'occasion de la désignation d'un officier municipal, qu'il estimait devoir être choisi parmi le (...)
  • 2 Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique du Maine et Loire, Paris/Ange (...)

2Jean Frain du Tremblay fut quelques années conseiller au Présidial d'Angers ; ayant fait l'acquisition d'une charge en 1666, il a dû s'en démettre en 16721 mais « la compagnie protesta contre la disgrâce de son confrère en lui maintenant les droits honorifiques de la charge qu'il ne possédait plus2 ». En effet, c'est bien avec le qualificatif de conseiller du Présidial qu'il figure parmi les membres de l'Académie d'Angers, à partir de 1685, année de la création de cette institution dont il a été l'un des premiers membres. Cette même année, il publie son premier ouvrage et se consacre désormais à la littérature. Sa production est abondante, comme le montre la bibliographie présentée à la fin de cet article.

3On trouve trois types d'ouvrage dans cette liste de publication, qui correspondent à trois périodes successives: des traités de morale (1685-1701), des ouvrages de belles-lettres (1703-1713) et des ouvrages de philosophie et de controverse (1719-1724).

  • 3 Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Delagrave, 1870-1873, tome XIII, article Frai (...)
  • 4 Cardinal Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres Françaises, Le xviiie siècle, édition revue et mi (...)
  • 5 Célestin Port, Dictionnaire..., op. cit.

4Les jugements portés sur ses œuvres sont sévères ; dans les Biographies... de Michaud Frain est rangé dans la catégorie « des écrivains les plus médiocres3 », et présenté comme un touche-à-tout superficiel (« Frain avait beaucoup lu mais mal digéré ses lectures ») qui s'est parfois jeté imprudemment dans des combats qu'il ne pouvait gagner. Ainsi, à propos de sa Critique de l'Histoire du Concile de Trente, on trouve le jugement suivant: « critique futile, l'auteur n'était pas de force à discuter de tels ouvrages ». Les auteurs du Dictionnaire des Lettres Françaises évoquent à son propos un « moraliste dont le style est sans éclat4 ». Célestin Port fait de l'auteur lui-même le portrait d'un moraliste grincheux: « Triste et chagrin, d'esprit maussade, aigri encore par des infirmités précoces, il vivait de solitude et d'étude et de la seule fréquentation de l'Académie, dont il fut un des premiers membres jusqu'à sa mort, à 85 ans, le 23 août 17245 ».

  • 6 Début de l'article « Langue » de l'Encyclopédie, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des science (...)
  • 7 Louis Van Delf, La morale classique. Essai de définition et de typologie, Droz, 1982.
  • 8 Michel Bouvier, La morale classique, Champion, 1999. Il est vrai que l'auteur considère Frain, et (...)

5Frain du Trembay n'est cependant pas absolument inconnu, puisque la référence à son Essai sur les Langues ouvre l'article « Langue » de l'Encyclopédie : « Après avoir censuré la définition du mot langue, donnée par Furetière, Frain du Tremblay, dit que6... » Le commentaire n'est cependant guère élogieux : « on peut dire que cet écrivain n'a pas mieux réussi que Furetière à nous donner une notion précise et complète de ce que c'est qu'une langue. Sa définition... pêche contre la brièveté... pêche contre la clarté... pêche enfin contre la vérité... » Par ailleurs, Louis Van Delf7 et Michel Bouvier8 dans leurs études sur les moralistes du xviie siècle, citent Frain du Tremblay pour les Conversation morales sur les jeux et les Nouveaux essais de morale sur le luxe.

  • 9 Paul Hazard, La crise de conscience européenne, 1680-1715, Fayard, 1961 (lre éd. 1935). Après avoi (...)
  • 10 Louis Van Delf évoque « un public mondain » dont le moraliste serait proche, dont il se ferait d'a (...)

6Les quelques remarques qui suivent ne se veulent pas une réhabilitation de l'œuvre de Frain du Tremblay ; il ne s'agit même pas d'analyser ses idées dans le détail mais, considérant que ses ouvrages s'étalent, de 1685 à 1725, sur quarante années , contemporaines de la crise de la conscience européenne9, d'approcher, à travers ses prises de position dans les débats du temps, leur perception par un public, intéressé mais non spécialiste, dont il pourrait être le représentant10.

Des ouvrages soumis à l'Académie d'Angers

  • 11 Sur la fondation de l'Académie d'Angers, Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académi (...)
  • 12 Pour le paragraphe suivant, François Uzureau, « Ancienne Académie d'Angers. Membres titulaires et (...)
  • 13 Frain, Traité des Langues, op. cit., Avertissement.

7La création de l'Académie d'Angers est le témoignage de la politique de reprise en main de la ville par l'autorité royale, dans le contexte de la Révocation et du débat janséniste11. Les notables de la capitale angevine se réunissent dans une institution qui est une copie de l'académie parisienne12. Parmi les 139 membres recensés par le chanoine Uzureau, les juristes représentent un groupe non négligeable: 16 avocats, 16 membres du Présidial, 7 professeurs de droit. Frain du Tremblay (qualifié, on l'a dit, de conseiller au Présidial) est nommé par le roi en 1685 et participe activement aux travaux de l'Académie (il en a été chancelier du 17 mai 1690 au 14 mai 1691). Celle-ci avait des assemblées publiques (deux ou trois par an), lors desquelles les académiciens se livraient à plusieurs types d'exercice, discours de réception, éloge des académiciens décédés (ainsi le 26 novembre 1686, Frain prononce l'éloge de François de Roye, professeur de droit, nommé en 1685 et décédé en 1686 avant même l'installation de l'Académie) et surtout éloges du roi. Le corps de ville d'Angers ayant exprimé le désir qu'un académicien fasse chaque année un discours public « à la louange du roi et à l'honneur de la province d'Anjou », 57 éloges ont été faits (21 sous Louis XIV, 29 sous Louis XV, 7 sous Louis XVI). Frain du Tremblay prononce celui du 14 mai 1692. Les séances ordinaires consistaient en discussions, entre membres de la compagnie, sur certains thèmes. On remarque, d'après les procès-verbaux des séances, que Frain soumet à ses confrères certains de ses projets d'écriture. Ainsi le 28 août 1686, « M. du Tremblay a exposé à la compagnie le projet d'un discours qu'il se propose de faire imprimer pour prouver la justice du procédé du roi à l'égard de la conversion des calvinistes qu'il a soumis au jugement de M. l'évêque de Saintes et de MM. de la compagnie, dont il a reçu l'approbation ». Les discours d'allégeance à la politique royale, peu de temps après la Révocation et la fondation de l'Académie, semblent laisser place, dans les années suivantes, à des préoccupations d'un autre ordre. Ainsi, le 5 mars 1687, « M. du Tremblay a fait un discours de la science des belles-lettres qui doit faire la principale occupation de l'Académie ». Il l'indique dans l'avertissement à son Traité des Langues : « l'Académie Royale d'Angers, dans les assemblées de laquelle j'ai lu ce traité à mesure que je le composais, en approuva le dessein ». Bien avant la publication de ce traité, il évoque, devant ses confrères, « la nécessité d'inventer des mots pour suppléer à la stérilité de notre langue13 » et à plusieurs reprises, en 1695, il lit à l'assemblée des réflexions sur « l'égalité des langues ». En 1696, il lit un discours sur l'origine de la poésie; en 1697, un discours sur le bon goût (l'ouvrage, composé de plusieurs discours, sera publié en 1713); en 1698, à plusieurs reprises, l'Académie entend ses « dissertations critiques du Concile de Trente de Fra Paolo » (pour un ouvrage qui ne sera publié qu'en 1719). Ses confrères ne sont pas toujours réduits au simple rôle d'auditeurs; le 18 janvier 1696, l'un d'entre eux, « sur la prière qui lui avait été faite par M. du Tremblay d'examiner un ouvrage qu'il a composé, en a fait l'examen dans l'assemblée ».

8Les ouvrages de Frain, connus, voire discutés, par ses collègues académiciens, semblent tous le résultat d'une indignation devant les abus du temps et l'évolution de la société. Il se présente comme un redresseur de torts, éternellement révolté, et soucieux de faire triompher, en de multiples domaines, la morale chrétienne. Dans les débats, particulièrement nombreux, de cette période, il prend position avec cette seule boussole.

Le moraliste

  • 14 Frain, Traité de la vocation chrétienne des enfants...,op. cit. Sauf indication contraire, les cit (...)
  • 15 Louis Van Delft, La morale classique..., op. cit., p. 301.
  • 16 Cette vision de l'homme prisonnier de ses passions est directement issue de l'univers de La Rochef (...)

9Le premier de ses ouvrages, Traité de la vocation chrétienne des enfants, est, comme le signale son titre, un traité de morale. Suivant un artifice qu'il utilise fréquemment pour souligner l'utilité de ses propositions et leur caractère concret, Frain indique, dans son Avertissement, que son ouvrage n'était pas destiné à être imprimé, mais que « l'auteur l'avait fait à la prière d'une dame de grand esprit et de beaucoup de piété qui souhaitait de voir quelque chose sur une matière, laquelle lui paraissait d'une grande importance pour le salut des Enfans, et par conséquent aussi pour celui de ceux qui sont chargés de leur éducation14 ». Comme nombre de moralistes, Frain affiche expressément la volonté de montrer le chemin du salut. Selon Louis Van Delft, le moraliste « se croit investi d'une mission, il a charge d'âmes et sa vocation est de sauver ceux qui se sont fourvoyés. Il a donc partie liée avec ceux qui parlent au nom du Seigneur. Le moraliste œuvre en faveur du même Bien que celui que prône l'Église... [il] aide les lecteurs à triompher du Mal, il canalise les passions dans le sens du Bien, [...] être utile au public équivaut à aider le public à faire son salut15 ». Dans cet Avertissement, Frain prévient immédiatement : dans un monde gouverné par les passions, la tâche est difficile; la première discipline consiste donc à dominer ces passions16.

  • 17 Les Qualités nécessaires à un juge..., op. cit., 1699 et Essais sur l'idée du parfait magistrat... (...)

10Partant de considérations sur ce qui est nécessaire à l'homme pour son salut (« Jésus Christ veut que nous travaillions à devenir parfaits, comme son père céleste est parfait » ou « saint Paul exhorte les fidèles à être ses imitateurs, comme il l'est lui même de Jésus Christ »), Frain passe donc très clairement à l'analyse de la société. Son postulat de départ, au-delà de l'idée bourgeoise de la nécessité du travail (l'oisiveté est le mal absolu), est que Dieu assigne à chacun une place dans la société : « on ne peut pas douter qu'en créant les hommes il ne les destine chacun en particulier à quelqu'une de ces professions, et qu'il ne leur donne les lumières et les qualités de l'esprit et les forces du corps dont ils auront besoin pour remplir les fonctions de ces emplois. Cette destination de Dieu est ce qui s'appelle proprement vocation ». La difficulté est de reconnaître cette vocation. Sous le prétexte d'aider à la découvrir, à l'aide « des Lumières toutes pures de la raison et de celles de l'Évangile de Jésus Christ », Frain critique certaines pratiques sociales. La société est rongée, selon lui, par deux passions qui empêchent « l'Amour de Dieu et du prochain, de son Prince, du bien public et de la justice » ; lorsque les passions incriminées s'appellent « avarice » et « ambition », on comprend que c'est tout le fondement de la reproduction voire de l'ascension sociale qui est critiqué. Mais plus précisément, Frain concentre ses attaques sur les magistrats, contre lesquels il dresse un réquisitoire sévère. Sur ce même thème, approfondi et développé, des qualités nécessaires à un juge pour respecter ses devoirs, Frain, quelques années plus tard, publie deux autres ouvrages17.

  • 18 « Nous ne parlerons d'abord que des Garçons, car la vocation des Filles regardant seulement deux o (...)

11L'avenir des enfants est visiblement au centre des préoccupations de beaucoup de contemporains en général et de magistrats en particuliers. Considération théorique du moraliste ou réflexion suscitée par des attitudes fréquemment rencontrées, il évoque tout d'abord « la fausse tendresse des ayeules et des ayeuls pour leurs petits enfants, qu'ils gâtent ordinairement par la trop grande indulgence qu'ils ont pour eux n'osant jamais les contredire dans la moindre chose de peur de les contrister ». Selon Frain, la volonté des jeunes gens18, ou de leurs parents qui les y poussent, d'occuper des emplois dont ils ne sont pas capables, est l'une des causes des désordres de la société. Dès son premier ouvrage, on voit la conception de la société de cet ancien magistrat : les premières fonctions dans un État, les plus importantes, sont la justice et l'Église. Le malheur vient de ce que « les charges et les prélatures étant souvent la proie des plus ambitieux et des plus avares ne sont données que rarement à ceux qui ont le plus de talent pour les remplir ». Malgré ce qui a pu être écrit sur la médiocrité de son talent, Frain cultive l'art des formules : « La raison et la justice veulent que nous préférions en toutes choses l'intérêt public à celui des particuliers et nous préférons toujours les intérêts des familles et des particuliers à l'intérêt de l'Église et de l'État. »

12À côté de l'affirmation selon laquelle Dieu a destiné chacun à une place particulière dans la société, et qu'il faut chercher à savoir quelle est cette place, la manière dont Frain présente les différentes études possibles pour les jeunes gens permet de définir une véritable échelle de l'utilité sociale. En tout premier lieu (après cependant les principes de la religion, nécessaires à tous) vient l'étude des lettres qui doit former des magistrats et des ecclésiastiques. Ce qui préoccupe par-dessus tout Frain, ce sont les charges de magistrat ; il critique les parents « ambitieux et avares » qui veulent faire entrer leurs enfants dans cette carrière. Il ne fait pas du tout œuvre de pédagogue mais prend cependant position contre une certaine forme d'acharnement pédagogique : « Quoiqu'on les applique tous à [l'étude] des lettres dès leurs plus tendres années, tous néanmoins n'y sont pas également propres. On fait bien à la vérité de leur faire quelque violence dans les commencements afin de surmonter leur paresse... Mais enfin si on voit qu'ils ne s'appliquent que par un effort de leur raison et pour obéir à l'autorité qui les y oblige et que le progrès de leurs études soit peu considérable parce qu'ils étudient sans goût et sans aucun plaisir, je crois que de les faire étudier c'est forcer la nature et faire faire à ses enfants tout autre chose que ce que Dieu veut. Et je ne saurais me persuader que cette étude puisse jamais avoir un heureux succès. »

13Quitter l'étude des lettres ne signifie évidemment pas ne rien faire; les emplois que Frain examine ensuite, dans l'ordre, sont ceux du commerce, de la guerre, des finances. C'est pour lui l'occasion de critiquer les titulaires de charge, dont il pense bien qu'ils occupent dans la société une position éminente (ils se sont élevés « au dessus du commun du peuple par les charges »), mais ce qui est obtenu grâce aux talents d'une personne ne devrait pas être acquis à ses héritiers. Même si, dans les familles de magistrat, ne pas obtenir de charge équivaut à une régression sociale, « il est très utile que les enfants qui n'ont ni les capacités ni le bien nécessaire pour remplir les charges de leurs pères descendent au dessous de la profession de leurs pères ». Frain stigmatise la volonté des magistrats de se constituer en caste, de « vouloir que le bien et les honneurs soient éternellement attachés à de certaines familles et par conséquent [c'est vouloir] en fermer la porte au mérite et à la vertu : car si personne ne veut descendre, personne par conséquent ne saurait monter ».

14À propos du commerce, son discours est assez ambigu, car s'il critique le préjugé selon lequel les emplois du commerce sont dédaignés (« Mais quoi, dira quelqu'un, fera-t-on un marchand du fils d'un magistrat? »), il l'alimente : « si des gens de qualité y entraient [dans le commerce], il serait moins méprisable ». Pour juger si un jeune homme qui en a manifesté la volonté présente une aptitude véritable au commerce, le conseil de Frain est de se demander « s'il a du jugement pour prévoir les événements et prendre de justes résolutions sur l'état présent des choses, s'il est capable d'apprendre à bien compter, enfin si on lui reconnaît de la probité et de la bonne foi (car la probité est l'âme du commerce, lequel subsiste tout sur la confiance des marchands les uns aux autres) ».

15Les charges et le commerce ou les finances sont les deux états bourgeois par excellence. Ce sont eux que Frain examine en premier lieu et la place réservée au métier des armes ne vient qu'ensuite, avec des remarques assez négatives : « l'inclination à la guerre est plus difficile à discerner, parce que le plus ordinairement c'est la licence et le libertinage qui y entraînent la jeunesse ». C'est, selon lui, un état réservé à ceux qui ne sont pas capables d'autre chose. À la rigueur, la discipline militaire peut peut-être corriger les jeunes gens au comportement le plus désordonné et canaliser leur excès.

16Il apparaît, à la lecture de ces pages, que derrière un traité sur la vocation des enfants, Frain se livre à une critique des magistrats et des pratiques répandues dans le milieu judiciaire. C'est tout d'abord le système de la vénalité des offices en lui même qui lui apparaît comme très dangereux, l'obligation d'acheter les charges privant le public de personnages qui, bien que peu fortunés, pourraient être de bons juges. Dans ce régime-là, la volonté des pères d'installer leurs enfants dans une charge (« on ne juge de la tendresse des pères pour leurs enfants que par les grands efforts qu'ils font pour leur donner les plus grandes charges qu'ils peuvent ») les amène à des excès (« on en voit qui se sont incommodés pour élever davantage leurs enfants et les mettre plus à leur aise, qui se refusent tout afin que leurs enfants ne manquent de rien ») ou à des pratiques contestables. C'est enfin l'avancement dans la carrière de magistrat qui n'est possible que grâce à l'avarice ou à l'ambition (« on est peu religieux... lorsqu'il est question de s'avancer).

L'homme de lettres

  • 19 Sur cette querelle, voir Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris (...)
  • 20 Traité des langues..., op. cit. Sauf indication contraire, les citations qui suivent en sont extra (...)
  • 21 Nouveaux essais de morale....op. cit. ; Frain y évoque « l'éloquence pompeuse » des orateurs payen (...)

17Quelques années plus tard, Frain intervient dans la « Querelle des Anciens et des Modernes ». « La dispute qui s'éleva, il y a quelques années, entre les Savants, sur le mérite des Anciens et des Modernes19 me fit naître l'envie d'écrire sur le même sujet20 ». Il publie, en 1703, un Traité des langues, où Ton donne des principes et des règles pour juger du mérite et de l'excellence de chaque langue, et en particulier de la langue françoise. Son parti est clairement pris : « ce Traité pourra toujours commencer à désabuser le monde sur les louanges outrées dont on accable les Anciens au préjudice des Modernes ». Pour Frain, le point culminant des disputes a été la querelle des inscriptions sur les monuments publics, survenue en 1675-1676: « les partisans de la langue latine soutenaient qu'elle était seule digne de conserver, par ces inscriptions, la mémoire des grandes choses qui se font de nos jours ». Il a conscience de défendre une opinion minoritaire; l'analyse qu'il fait est la suivante : la préférence que l'on donne traditionnellement aux Anciens sur les Modernes s'explique par celle que l'on donne en même temps aux langues grecque et latine sur le Français. Ce préjugé est partagé par tous ceux qui ont été au collège car on y étudie les sciences, mais aussi les belles-lettres, dans ces deux langues. Pour Frain au contraire, « les payens n'ont eu que des lumières trompeuses et des vertus apparentes ». Son objectif est donc de lutter contre le fort discrédit dans lequel on tient le Français. Il va même plus loin en postulant l'égalité des langues, celles-ci ne rayonnent que par ce qu'en font ceux qui les utilisent : « il faut être prévenu en faveur de sa langue afin d'avoir le courage de la cultiver ». L'homme de lettre disparaît là derrière le moraliste pour qui savoir profane et morale évangélique s'opposent: « l'expérience fait voir que les hommes les plus consommés dans la lecture des livres profanes et qui savent le plus de grec et de latin sont ceux de tous qui le plus souvent ont le moins de goût pour la lecture des livres de l'Écriture sainte21 ».

  • 22 Cette citation et les suivantes sont extraites des Discours sur l'origine de la poésie... op. cit.
  • 23 Houdar De La Motte, L'lliade en vers français, 1714.
  • 24 Madame Dacier, L'Iliade d'Homère traduite en français avec des remarques, 1711 ; Des causes de la (...)

18Le Discours sur l'origine de la poésie se situe dans le prolongement du Traité des langues, en ceci qu'il oppose à nouveau les Anciens aux Modernes, mais il revient cette fois-ci, comme dans les Nouveaux essais de morale, sur la nécessité de soutenir les chrétiens contre les païens, au nom de « la pureté des mœurs » et du « bon ordre » de la société. Il stigmatise en effet le mauvais usage que la plupart des poètes font de la poésie : « on croirait que cet art si excellent n'aurait été donné aux hommes que pour fomenter leurs passions, pour servir au luxe et à la débauche ou tout au plus pour les amuser et les entretenir de visions et de bagatelles22 ». La raison essentielle lui semble que les poètes chrétiens ont conservé comme maîtres des poètes païens, ce qui explique le choix de leurs sujets (ils traitent « des sujets feints et inventés »), leur style (ils pensent que la poésie demande « de la fureur et de l'enthousiasme »). Frain se donne donc comme tâche de lutter contre l'imitation des païens, en montrant, essentiellement, « que la lecture des profanes corrompt le goût en beaucoup de choses ». Publiant cet ouvrage en 1713, il s'inscrit dans la dernière attaque des Anciens contre les Modernes alors qu'une autre génération d'auteurs, comme Houdar de la Motte23 et Madame Dacier24, ont remplacé Perrault et Boileau.

19Les prises de position de Frain pour les Modernes, bien au-delà de la langue ou de la poésie, sont une expression de la rivalité entre christianisme et humanisme, restée pour lui à l'ordre du jour.

Le catholique orthodoxe

  • 25 Bernard Dompnier, Le venin de l'hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siè (...)

20Frain se veut très proche de l'Église et se montre, dans ce domaine, très intransigeant. Il soutient avec la même force les combats qu'elle mène contre la Réforme (paraît, en 1724, un Traité de la conscience, ouvrage de controverse25 qui paraît après la mort de son auteur) et contre le jansénisme. De la même façon, il soutient le Roi contre les protestants (la bibliothèque municipale d'Angers conserve deux essais manuscrits de Frain : Système pour juger tant des droits de l'Église et des princes temporels que de l'autorité de Rome et des libertés de l'Église de France et Réflexions sur l'extrait du Discours du ministre fugitij) et contre le « parti » janséniste. Il soutient également la Tradition contre tous les novateurs (il se lance, après Fénelon, contre Malebranche).

  • 26 Frain indique qu'il connaît l'ouvrage de Fra Paolo dans la traduction d'Amelot De La Houssaye, His (...)
  • 27 Abrégé de l'histoire du concile de Trente, avec un discours contenant les réflexions historiques s (...)
  • 28 Il préfère de beaucoup l'histoire du Cardinal Pallavicino, Istoria del Concilio di Trento, Roma, 1 (...)

21Le projet d'un ouvrage qui serait une Critique de l'histoire du Concile de Trente de Fra Paolo...26 vient, d'après Frain lui-même, de la lecture de l'Abrégé de l'histoire du Concile de Trente par le ministre Jurieu27 qui cite Fra Paolo et lui dresse même des éloges ; il évoque successivement sa sagesse, sa modération, son jugement, son habileté, sa religion. Frain semble avoir senti, dans ce jugement d'un ministre protestant, un combat à mener. Puisque son ouvrage a été conçu en réaction contre celui de Jurieu, en bon polémiste, il conserve le même plan, se proposant, au contraire, de montrer « combien il y a peu de sagesse, de modération, de jugement, de sincérité et d'habileté même dans la conduite de cet ouvrage ». Il pose la question de savoir pourquoi cette Histoire de Fra Paolo rencontre tant de succès, alors que, selon lui, cet ouvrage qui critique « des personnes éminentes » et qui manie la haine, est méprisable28.

  • 29 Cette citation et les suivantes sont extraites de Critique de l'histoire du concile..., op. cit.

22On retrouve là deux caractéristiques du discours de Frain. D'une part, il trouve la solution à tout ce qui lui apparaît comme une anomalie dans la corruption du monde en général et du cœur de l'homme en particulier : « Qu'ils pensent [ceux qui pourraient s'interroger sur le succès du livre] à l'état malheureux du cœur de l'homme corrompu par le péché, à son orgueil, à sa malignité, à son impiété et ils découvriront les causes qui ont produit tant d'estime pour un livre qui ne mérite que leur mépris29 ». D'autre part, il condamne fortement tout ce qui peut apparaître comme une attaque des institutions. Ce qu'il reproche en effet à Fra Paolo, ce sont les critiques des participants au concile, des conciles en général et de celui de Trente en particulier, des dogmes de l'Église, ce qui diminue le poids de son autorité. Il lui reproche surtout le récit de tous les « moyens humains » mis en œuvre dans cette circonstance historique ; il refuse de réduire le concile à de simples assemblées politiques où ne s'affronteraient que de simples opinions humaines alors qu'il considère évidemment que « toutes choses se décident [...] avec l'assistance du Saint-Esprit ». Il se considère en quelque sorte investi d'une mission, la défense de l'Église, du Concile et du Saint-Siège. Il reconnaît dans l'ouvrage de Fra Paolo tout ce qu'il déteste: « son but est de renverser l'église catholique et de favoriser toutes les nouveautés et je démontre que tout ce qu'il raconte fait preuve qu'elle est la vraie église, la colonne et le fondement de la vérité contre laquelle les forces de l'Enfer ne sauraient prévaloir ».

  • 30 Jacques Maillard, L'oratoire à Angers aux xviie et xviiie siècles, Klincksiek, 1975. Le journal at (...)
  • 31 Je n'ai pas pu trouver l'ouvrage intitulé Lettres sur la Phantasmatologie, qui aurait été publié e (...)

23Par ailleurs, Frain n'a pu ignorer les crises qui ont touché le catholicisme angevin à la fin du xviie siècle, notamment les difficultés des oratoriens, accusés de s'opposer à la Tradition en enseignant l'augustinisme et le cartésianisme30. Parmi les thèses suspectes soutenues à Angers, une thèse sur la grâce, qui aurait affirmé, non seulement des propositions de Jansénius mais encore la théorie physiologique de Malebranche. Frain a forcément eu connaissance de ces querelles. Il a souhaité participer au débat, mais n'a pas trouvé à faire éditer toutes ses réflexions, dont la plupart demeurent manuscrites31.

  • 32 Avis de M. Frain du Tremblay, ancien conseiller au Présidial et académicien d'Angers, au père Ques (...)
  • 33 Avis au père Quesnel.., ms. cit.

24Pour combattre le jansénisme, Frain ne se place pas sur le terrain de la doctrine, il intervient après que les combats se soient déroulés et prend acte de la seule attitude possible à un catholique fidèle à l'Église et à un sujet fidèle à son roi. LAvis de M. Frain du Tremblay, ancien conseiller au Présidial et académicien d'Angers, au père Quesnel32, resté manuscrit, se présente comme des conseils adressés à un ami dans l'erreur afin qu'il retrouve la voix de la sagesse : « les personnes sages et désintéressées qui ont lu votre lettre au R.P. de la Chaise sont surprises qu'un homme de votre esprit et de votre suffisance ait pu s'imaginer qu'elle fut capable de le justifier dans l'esprit de tous les gens qui le croient coupable ; elles sont au contraire très persuadées que vous ne pourriez faire une confession plus effective du crime dont vous êtes accusé qui est d'entretenir une cabale dont les desseins sont opposés au bien de l'Église et de l'État33 ». Il examine les griefs qui pèsent contre Quesnel : sa fuite à l'étranger avec Arnauld, son incitation à la désobéissance vis-à-vis des bulles des souverains pontifes, des mandements des évêques et des déclarations du roi, l'expression d'idées condamnées. Le jansénisme, qu'il qualifie de « parti » ou de « cabale », s'oppose à l'union que souhaite Frain, laquelle ne sera obtenue que par l'obéissance de tous les chrétiens « à l'Église et aux princes de la terre quand ces puissances concourent heureusement à la même fin ».

  • 34 Malebranche, Nicolas (Le P.), De la Recherche de la vérité, où l'on traite de la nature de l'espri (...)
  • 35 Seconde lettre sur la phantasmatologie, Bibliothèque municipale d'Angers, Ms 1139. Les citations d (...)
  • 36 Frain lui-même fait référence à sa première lettre qui n'a pas, selon lui, été considérée à sa jus (...)

25Il est par contre plus audacieux en s'attaquant à Malebranche. Une des quatre dissertations manuscrites conservées à la Bibliothèque Municipale d'Angers, est une critique de La Recherche de la Vérité34, intitulée Seconde lettre sur la phantasmatologie35 Elle est datée du mois de mai 1714; une annotation finale indique que le texte a reçu, en mai 1719, le permis d'imprimer, mais il semble que cela ne se soit jamais fait. Par contre une première lettre portant un titre analogue, Première lettre sur la Phantasmatologie l'aurait été en 1713, elle aurait même fait l'objet d'un compte rendu dans le Journal de Trévoux36... La date de ces lettres est assez tardive : La Recherche de la Vérité paraît tout entière en 1675. Elles correspondent sans doute à la nouvelle édition, de 1712, des ouvrages de Malebranche, dont La Recherche de la Vérité.

  • 37 Antoine Adam évoque la réfutation de Fénelon, Histoire de la littérature... op. cit. p. 160.

26Malebranche a été fort critiqué37, mais le registre utilisé par Frain n'est pas celui de la réfutation philosophique et il témoigne de son incompréhension devant le système exposé ainsi que devant celui de Descartes, le maître de Malebranche. Le ton ironique adopté trahit le polémiste, il écrit, évoquant ce dernier : « son dessein est de nous apprendre ce qui n'avait encore été su de personne avant son ingénieux maître, M. Descartes, ce qui avait été ignoré de Moïse... de tous les patriarches... des prophètes et des apôtres... enfin de tous les plus grands génies depuis le commencement du monde ». De même, lorsque Malebranche place Dieu comme cause de toute action, Frain raille « les grands génies [qui] s'élèvent jusque dans le sein de Dieu [...] ils ont découvert qu'il répugne à sa grandeur de ne pas faire tout dans les esprits comme dans les corps » ; il invente même la formule « Dieu est le joueur de marionnette ». Il ne comprend pas non plus ses vues sur la grâce, préférant toujours la tradition, comme « les gens simples » qu'il prend sans cesse comme modèle, qui « croient comme l'église et parlent comme elle, ils marchent avec assurance sous la conduite de leurs pasteurs et ont toujours devant les yeux qu'ils seront jugés selon leurs ouvres ».

***

27Ce survol des différents ouvrages de Frain du Tremblay permet de dreser un bilan des combats dans lesquels il s'est engagé parfois tardivement, parfois maladroitement, toujours, semble-t-il, avec conviction et avec le sentiment d'accomplir une mission. Moraliste pourfendeur des travers de son époque, il stigmatise la pratique destructrice du jeu, des duels, mais aussi les ravages du luxe et des modes. Homme d'ordre, il est soucieux du respect des Institutions et se félicite de tout ce qui peut renforcer l'alliance de la monarchie et de l'Église, d'où ses prises de position pour la révocation de l'Édit de Nantes et contre le jansénisme. Dans le domaine religieux, il affirme l'autorité de l'Église (il ne supporte pas tout ce qui pourrait rompre son unité) et de la Tradition (il ne comprend pas les nouvelles conceptions d'un Malebranche par exemple) et prône par-dessous tout l'obéissance. Il en est de même dans le domaine politique, mais la nécessaire soumission au Prince s'accompagne chez lui d'une forte critique de l'administration monarchique et des détenteurs d'offices. Un certain nombre de valeurs (la richesse, la promotion individuelle) mises en avant ne lui semblent pas respecter l'amour de Dieu et du prochain. Autant de traits qui peuvent classer Frain parmi les conservateurs arc-boutés sur des valeurs traditionnelles, observant, impuissants et désapprobateurs, les évolutions de la société. Même s'il se place résolument au côté des Modernes, dans la querelle qui les oppose aux Anciens, même s'il invite à développer et à servir la langue française, c'est que celle-ci pourra, mieux que les langues anciennes, soutenir les valeurs chrétiennes ; ce Moderne récuse les valeurs universelles de l'humanisme.

Liste des ouvrages de Frain

  • 1685, Traité de la vocation chrétienne des enfants, Paris, Pralard, in 12°, 284 p. - [rééd., Paris, Barbrus, 1754]
  • 1685, Conversations morales sur les jeux et les divertissements, Paris, André Pralard, rue Saint Jacques, à l'Occasion, in-12, 432 p., (dédicace à Henri Arnaud). - [rééd., Paris, Delaulne, 1701]
  • 1691, Nouveaux essais de morale sur le luxe et les modes, l'usage de l'esprit et de la science, la chasteté du style et du langage, l'antipathie et la bizarrerie, les duels, la crainte du tonnerre, et sur ces paroles proverbiales : il ne faut pas disputer des goûts, Paris, Hortemels, in-12, 513 p.
  • 1699, Les Qualités nécessaires à un juge, avec la résolution des questions les plus importantes sur les devoirs de sa profession, Paris, P. Emery, 179 p.
  • 1701, Essais sur l'idée du parfait magistrat, où Ton fait voir une partie des obligations des juges, Paris, P. Emery, 586 p.
  • 1703, Traité des langues, où Ton donne des principes et des régies pour juger du mérite et de l'excellence de chaque langue, et en particulier de la langue françoise, Paris, Jean-Baptiste Delespine, rue Saint Jacques à l'image Saint Paul proche la Fontaine Saint Séverin, in 12, 280 p. et Amsterdam, E. Roger, 1709, in-12, 168 p.
  • 1713, Discours sur l'origine de la poésie, sur son usage et sur le bon goût, Paris, Fournier, in-12, 312 p.
  • 1713, Lettres sur la Phantasmatologie (cet ouvrage est absent des collections de la BnF)
  • 1719, Critique de l'histoire du concile de Trente de Fra Paolo, des lettres et des mémoires de Vargas, Rouen, Guillaume Behourt, in-4
  • 1724, Traité de la conscience, où l'on découvre les véritables marques ausquelles tous les chrétiens qui sont séparez de l'Église peuvent connoître que ce n'est pas par les mouvemens de leur conscience qu'ils tiennent à leurs erreurs et qu'ils s'opiniâtrent dans leurs schismes, Paris, François Fournier, rue Saint Jacques aux armes de la Ville, in-12, 371 p.
  • 38 Selon A. Lemarchand, Manuscrits de la Bibliothèque d'Angers, Angers, 1863, ces cahiers proviennent (...)

28Par ailleurs, la bibliothèque d'Angers possède quatre cahiers manuscrits d'ouvrages attribués à Frain du Tremblay (Ms 1139)38.

  1. Avis au P. Quesnel sur la lettre qu'il a écrite au P. de la Chaise (copie)
  2. Système pour juger tant des droits de l'Église et des princes temporels que de l'autorité de Rome et des libertés de l'Église de France (copie)
  3. Réflexions sur l'extrait du Discours du ministre fugitif (copie)
  4. Seconde lettre sur la phantasmatologie de mai 1714 (Ms autographe avec permis d'imprimer).

Notes

1 À l'occasion de la désignation d'un officier municipal, qu'il estimait devoir être choisi parmi les officiers du Présidial, Frain manifeste son opposition aux décisions de la monarchie, ce qui lui vaut d'être démis de sa charge.

2 Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique du Maine et Loire, Paris/Angers, 1878, article Frain, p. 200.

3 Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, Delagrave, 1870-1873, tome XIII, article Frain du Tremblay.

4 Cardinal Grente (dir.), Dictionnaire des Lettres Françaises, Le xviiie siècle, édition revue et mise à jour sous la direction de François Moureau, Fayard, 1995 (lre éd. 1960).

5 Célestin Port, Dictionnaire..., op. cit.

6 Début de l'article « Langue » de l'Encyclopédie, Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson, 1751-1780 ; la citation du Traité des langues de Frain, est extraite du Chap. II « Ce que c'est qu'une langue », p. 12-13.

7 Louis Van Delf, La morale classique. Essai de définition et de typologie, Droz, 1982.

8 Michel Bouvier, La morale classique, Champion, 1999. Il est vrai que l'auteur considère Frain, et les autres moralistes qu'il étudie, comme l'un de « ces auteurs parfaitement protégés par l'oubli que sont les petits moralistes, protégés en eux-mêmes puisque l'indifférence les a gardés de toute glose impure ».

9 Paul Hazard, La crise de conscience européenne, 1680-1715, Fayard, 1961 (lre éd. 1935). Après avoir rappelé la critique dont cette expression a fait l'objet, Jean Quéniard évoque bien « la réalité d'une crise par laquelle se fait le passage du classicisme aux Lumières », Histoire culturelle de la France, T. 2, p. 348.

10 Louis Van Delf évoque « un public mondain » dont le moraliste serait proche, dont il se ferait d'autant mieux écouter « qu'il n'a pas de pensée vraiment personnelle », Louis Van Delf, Le moraliste..., op. cit., p. 124.

11 Sur la fondation de l'Académie d'Angers, Daniel Roche, Le siècle des Lumières en province. Académies et académiciens provinciaux, 1680-1789, Éditions de L'ehess, Paris, 1978 (Rééd. 1989), 2 vol.

12 Pour le paragraphe suivant, François Uzureau, « Ancienne Académie d'Angers. Membres titulaires et associés ( 1685-1793) » et « Les travaux présentés en séance », Mémoire de la Société d'Agriculture, Lettres, Sciences et Arts d'Angers, 1901, 5e série, T. IV, p. 259-363, qui donne les procès-verbaux des séances de l'Académie.

13 Frain, Traité des Langues, op. cit., Avertissement.

14 Frain, Traité de la vocation chrétienne des enfants...,op. cit. Sauf indication contraire, les citations de ce paragraphe sont extraites de cet ouvrage.

15 Louis Van Delft, La morale classique..., op. cit., p. 301.

16 Cette vision de l'homme prisonnier de ses passions est directement issue de l'univers de La Rochefoucauld, Réflexions ou sentences et maximes morales, Gallimard et Librairie Générale de France, 1965; première édition 1665.

17 Les Qualités nécessaires à un juge..., op. cit., 1699 et Essais sur l'idée du parfait magistrat..., op. cit., 1701.

18 « Nous ne parlerons d'abord que des Garçons, car la vocation des Filles regardant seulement deux ou trois états différents de la vie, la virginité ou le mariage, elle ne demande pas de si grandes discussions que celle des Garçons qui regarde tant de différentes professions », Traité de la vocation chrétienne... op. cit.

19 Sur cette querelle, voir Antoine Adam, Histoire de la littérature française au xviie siècle, Paris, 1958, Tome V : La fin de l'école classique, 1680-1715, Paris, Del Duca, 1962, p. 80-84.

20 Traité des langues..., op. cit. Sauf indication contraire, les citations qui suivent en sont extraites.

21 Nouveaux essais de morale....op. cit. ; Frain y évoque « l'éloquence pompeuse » des orateurs payens, et qualifie l'érudition des Anciens de « ragoûts de l'esprit humain ».

22 Cette citation et les suivantes sont extraites des Discours sur l'origine de la poésie... op. cit.

23 Houdar De La Motte, L'lliade en vers français, 1714.

24 Madame Dacier, L'Iliade d'Homère traduite en français avec des remarques, 1711 ; Des causes de la corruption du goût, 1714 ; La Suite de la corruption du Goût, 1716.

25 Bernard Dompnier, Le venin de l'hérésie. Image du protestantisme et combat catholique au xviie siècle, Le Centurion, 1985.

26 Frain indique qu'il connaît l'ouvrage de Fra Paolo dans la traduction d'Amelot De La Houssaye, Histoire du concile de Trente de Paolo Sarpi, traduit par Abraham-Nicolas Amelot de La Houssaye, Amsterdam, 1686 ; 2e édition même lieu même date; 3e édition... Amsterdam, 1699.

27 Abrégé de l'histoire du concile de Trente, avec un discours contenant les réflexions historiques sur les conciles... pour prouver que les protestants ne sont pas obligés de se soumettre à ce dernier concile, par Pierre Jurieu, Genève, J. H. Widerhold, 1682, 2 vol. in-12, planche; 2e éd. Amsterdam, H. Desbordes, 1683.

28 Il préfère de beaucoup l'histoire du Cardinal Pallavicino, Istoria del Concilio di Trento, Roma, 1660.

29 Cette citation et les suivantes sont extraites de Critique de l'histoire du concile..., op. cit.

30 Jacques Maillard, L'oratoire à Angers aux xviie et xviiie siècles, Klincksiek, 1975. Le journal attribué à l'abbé de la Barre prend pour cible « les deux plus grands ennemis qu'ait à présent l'Église, les Jansénistes et les Carthistes », Le Journal ou relation fidèle de tout ce qui s'est passé dans l'université d'Angers au sujet de la philosophie de Descartes... cité par François Girbal, Un augustinien de l'Oratoire, L'affaire du P. André Martin à Saumur (1669-1675), Paris, Vrin, 1988.

31 Je n'ai pas pu trouver l'ouvrage intitulé Lettres sur la Phantasmatologie, qui aurait été publié en 1713.

32 Avis de M. Frain du Tremblay, ancien conseiller au Présidial et académicien d'Angers, au père Quesnel, Bibliothèque municipale d'Angers, Ms 1139. II existe en effet à la BnF, une Lettre du R.P. Quesnel au R. P. de la Chaise. ; pour se justifier de ses « prétendus mystères d'iniquité », justifier ses amis et nier l'existence d'une cabale des jansénistes (in 12°, 42 p., s.l.n.d).

33 Avis au père Quesnel.., ms. cit.

34 Malebranche, Nicolas (Le P.), De la Recherche de la vérité, où l'on traite de la nature de l'esprit de l'homme et de l'usage qu'il en doit faire pour éviter l'erreur dans les sciences, Paris, A. Pralard, 1675. 2e éd., 2 vol. in 12°.

35 Seconde lettre sur la phantasmatologie, Bibliothèque municipale d'Angers, Ms 1139. Les citations de ce dernier paragraphe en sont extraites.

36 Frain lui-même fait référence à sa première lettre qui n'a pas, selon lui, été considérée à sa juste valeur « peut-être qu'il a regardé ma lettre comme un pur badinage qui ne méritait que d'être méprisé, parce que c'est ainsi que les auteurs du Journal de Trévoux en ont parlé. Il est vrai qu'ils ont qualifié cette lettre de badine, mais ils y ont ajouté le terme de solide ».

37 Antoine Adam évoque la réfutation de Fénelon, Histoire de la littérature... op. cit. p. 160.

38 Selon A. Lemarchand, Manuscrits de la Bibliothèque d'Angers, Angers, 1863, ces cahiers proviennent du cabinet de M. Toussaint Grille.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540