Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Quatrième partie. Culture des élites urbaines

Le livre du chevalier de la Tour Landry et ses lecteurs : hypothèses sur un succès*

Jean Tricard

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • * L'étude de ce texte a d'abord été motivée par la préparation d'une conférence sur l'éducation fémi (...)

1Jean Tricard

De l'Anjou seigneurial à l'Europe des puissants

  • 1 La plus récente édition française du texte - en attendant une nouvelle, annoncée par Danielle Régn (...)
  • 2 Pierre Broisard, « La vie intellectuelle de la noblesse à la fin du xive siècle, d'après le Cheval (...)
  • 3 On suit ici la méthode d'évaluation du succès d'un livre proposée par Bernard Guenée. Il écrit : « (...)
  • 4 Ibid., p. 250.
  • 5 Barthélemy L'Anglais, De Proprietibus Rerum. Cette première grande encyclopédie date des années 12 (...)
  • 6 Le Mesnagier de Paris, éd. Georgina Brereton et Janet Ferrer, trad. et notes par Karim Veltschi, P (...)
  • 7 Pierre Boisard, « La vie intellectuelle... », p. 149.
  • 8 Édité chez l'imprimeur Thomas Van der Noot, qui en assure la traduction en flamand d'après la vers (...)

2Le succès de certains livres étonne parfois, le phénomène n'est pas nouveau. Le Moyen Âge le connaissait déjà, à sa manière. En voici un exemple: en 1371, un gentilhomme angevin, Geoffroy de la Tour Landry entreprend la rédaction d'un livre pour l'éducation de ses filles1. On en connaît aujourd'hui encore vingt et un manuscrits en France2, ce qui est une première façon d'en mesurer le succès3. On appréciera mieux ce chiffre si on rappelle que les célèbres Chroniques de Jean Froissart, écrites sensiblement à la même époque et destinées à tout un monde aristocratique féru du genre, sont connues de nos jours par quarante-neuf manuscrits, englobant plusieurs versions successives4. Dans le domaine de la connaissance, le Livre de la Tour Landry fait sans doute petite figure à côté de l'œuvre de Barthélemy l'Anglais et ses quelque deux cents manuscrits encore répertoriés - mais il s'agit, même si une part y est faite à l'enfant, d'une encyclopédie des connaissances, et qui date des années 1240, non de la fin du xive siècle. Si l'on s'en tient à cette dernière période et au domaine pédagogique5, on constate que le Ménagier de Paris, écrit dans les années 1400 par un vieux mari pour l'éducation de sa jeune femme - plus connu de nos jours que le Livre du Chevalier de la Tour Landry, en partie sans doute à cause d'une édition récente - n'a été édité qu'à partir de trois manuscrits arrivés jusqu'à nous6. Cette « réussite française » du Livre de la Tour Landry se double d'une véritable « réussite européenne » de l'œuvre, liée au développement de l'imprimerie, dans l'Europe septentrionale et centrale, avec des traductions dans la langue du pays, autre manière de mesurer l'intérêt pour l'ouvre d'un lectorat national. En Angleterre, une première traduction en a été faite sous Henri VI; puis le premier imprimeur anglais, Caxton, en réalise une édition en 1484, avec une nouvelle traduction. Dans les pays germaniques, un noble, Marquard von Stein, en donne une traduction allemande en 1493. Elle est imprimée à Bâle par Michaïl Fürster et Johann Bergmann, richement illustrée de gravures attribuées à Durer. Cette version allemande de l'oeuvre fut encore imprimée deux fois au xve siècle, huit fois au xvie, deux fois encore au xviie7.Elle servit à une nouvelle traduction et édition en Flandre en 15158. À l'aune de l'édition du temps, ce sont bien là des signes d'une reconnaissance de son importance, singulièrement dans le domaine de la littérature et de la culture pédagogiques, d'une demande de la part d'une clientèle.

  • 9 Le Livre provoque, depuis une dizaine d'années, un regain d'intérêt chez les spécialistes de la li (...)

3On ne peut cacher sa surprise initiale devant ce succès européen d'une œuvre écrite par un seigneur de campagne angevin, appartenant seulement au « moyen estât » de la noblesse — son plus grand titre est sans doute d'être « chevalier-banneret », - et pour la seule éducation de ses filles, si on veut bien croire le prologue. On souhaite donc avancer ici quelques hypothèses pour tenter d'expliquer une popularité et une consécration a priori inattendues9.

Un nouveau souci, l'éducation des filles

  • 10 « Cette civilisation médiévale avait oublié la paidea des anciens et elle ignorait encore l'éducat (...)
  • 11 Le point sur ce nouvel essor de la recherche médiévale a été fait dans le numéro spécial de la rev (...)
  • 12 Didier Lett a tout récemment résumé ce point de vue novateur dans l'« ouverture » qui figure en tê (...)

4La rédaction de ce manuel répond sans doute d'abord à un nouveau souci, l'éducation des filles - partagé par beaucoup, en particulier dans les hautes sphères de la société. Les chercheurs médiévistes de la fin du xxe siècle ont souvent réagi avec vivacité aux propos provocateurs et stimulants de Philippe Ariès sur l'indifférence des gens du Moyen Âge aux enfants et à leur éducation10. Ils ont apporté d'abondants témoignages sur l'existence d'un « amour maternel » puis d'un « amour paternel » plus anciens et plus vifs que cet auteur l'avait imaginé, se rejoignant dans un « amour parental », dont bénéficia l'instruction enfantine médiévale11. Dans cette optique, cette recherche nous incite aujourd'hui à nuancer encore l'opposition traditionnellement tranchée entre une mère vouée au rôle exclusif de l'éducatrice de l'infantia — le premier âge - et des filles, et un père seulement intéressé par la formation des garçons et durant la pueritia, après sept ans et l'âge de raison. Mieux vaut parler, pour définir le rôle éducatif de la mère et du père, de collaboration plutôt que d'opposition et de rupture12.

  • 13 Parmi une très importante bibliographie, Paulette L'Hermite-Leclercq, L'Église et les femmes dans (...)

5Sans doute l'éducation des garçons demeure-t-elle prioritaire, en particulier dans les milieux aristocratiques où l'avenir du lignage et la formation des héritiers priment. Cependant, à leur façon et à leur place, encore subalternes, les filles nobles participent à l'honneur ou au déshonneur familial, sont source potentielle d'alliances prestigieuses, doivent jouer un rôle d'épouses exemplaires et de mères fécondes. Elles bénéficient peu à peu, au fil des siècles et de la réflexion chrétienne, de la réhabilitation relative de leur sexe, toujours marqué par nature de l'héritage maléfique d'Ève, mais aussi filles de la Vierge rédemptrice et mère du Christ13.

  • 14 Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des Femmes en Occident, t.1 Christiane Klapisch-z (...)
  • 15 M. Rouche (dir.), Histoire de l'éducation..., t. I, p. 420.
  • 16 Ibid., p. 418-419. Aucune édition moderne du Speculum Majus de Vincent de Beauvais.
  • 17 Ibid., p. 416.

6Cette nouvelle considération de leur état traverse notamment le débat pédagogique qui se développe, surtout depuis le xiiie siècle, autour de l'utilité et des modalités de leur éducation14 Prédicateurs, encyclopédistes, auteurs de manuels d'éducation, clercs et même laïcs, disent, chacun à leur manière, leur mot sur l'éducation des filles, même si c'est généralement pour en marquer les limites et la spécificité par rapport à l'éducation des garçons. Rares sont en effet les esprits originaux qui proposent une « éducation à égalité » pour les uns et pour les autres : au xiiie siècle, le dominicain Guillaume de Tournai précise dans son De Institutione Puerorum que « tout doit être enseigné à égalité entre filles et garçons » ; le juriste Pierre Dubois, écrivant au début du xive siècle, souhaite que les filles reçoivent la même éducation intellectuelle que les garçons15. Mais la tradition dominante, quand elle a, au moins, le mérite de ne pas oublier le cas des filles, réserve à celles-ci une éducation à part, qui prétend prendre en compte la malignité de leur nature, la faiblesse de leur entendement, leur soumission obligatoire au père et à l'époux, leur place subalterne dans la famille et la société. Une rigueur qui varie d'un auteur à l'autre, du dominicain Vincent de Beauvais - au moins ouvert à la nécessité d'une éducation élémentaire des filles, un seul chapitre cependant pour elles contre dix pour les garçons dans son encyclopédie16 — au noble Philippe de Novare plus misogyne encore17, les deux tenant un discours voisin sur la fragilité et le besoin de protection des femmes, éternelles mineures.

7Le seigneur de la Tour Landry prend place, comme naturellement, dans ce camp dominant.

  • 18 Livre p. 4.
  • 19 Ibid., p. 2.
  • 20 Elle se fonde en particulier sur Aristote, l'autorité parmi les autorités, qui enseignait « la fai (...)

8C'est un père qui, comme sans doute d'autres aristocrates de son temps, a conscience de ses devoirs à l'égard de tous ses enfants, filles comme garçons, mais ne saurait confondre enseignement pour les uns et pour les autres : nous savons, il nous le dit, qu'il a écrit un manuel particulier pour l'éducation de ses fils — aujourd'hui disparu18. Celui qui est parvenu jusqu'à nous n'est destiné qu'aux filles. Il s'en explique à sa manière dans le prologue programmatique de son Livre : « Vy mes filles venir, desquelles je avoye grant desir que a bien et a honneur tournassent sur toutes riens ; car elles estoyent jeunes et petites et de sens desgarnies. Si les devoit l'en tout au commencement prendre a chastier courtoisement par bonnes exemples et par doctrines19 ». Il s'agit pour ce père de faire connaître à ses filles « le bien et le mal qui passé est, pour elles garder de cellui temps qui a venir est ». Dans ces lignes passent à la fois une tendresse vraie, retenue et comme angoissée du père pour ses filles et leur avenir, la conscience de ses responsabilités d'éducateur, l'annonce de ses méthodes éducatives ; mais aussi la nécessité de l'adaptation de celles-ci à des esprits bornés par l'âge et le sexe. « De sens desgarnies » n'est peut-être dans l'esprit de l'auteur et de l'homme que la traduction personnelle de l'« imbecilitas », le mot terrible appliqué à la femme et à son entendement par la tradition cléricale20. Un sentiment de supériorité et de tendre mépris à l'égard de l'esprit de ses filles traverse tout le Livre de la Tour Landry, et de la difficulté de sa mission. Des interrogations et des comportements fondés sur la culture et les idées reçues du temps.

L'accord avec un temps et un milieu

9Ce livre qui arrivait à son heure avait dans son jeu un certain nombre d'atouts capables de lui attirer l'intérêt et l'approbation d'un lectorat noble, d'abord.

10Les sources et les conditions d'élaboration de l'œuvre étaient déjà susceptibles d'établir une première connivence entre auteurs et lecteurs appartenant à l'élite de la société laïque de la fin du Moyen Âge.

  • 21 Livre, p. 274 ; Pierre Boisard, La famille de la Tour Landry et le roman de « Ponthus et Sidoine »(...)
  • 22 B. Guenée « la culture des Nobles..., dans la Noblesse au Moyen Âge, p. 261-288; Philippe Contamin (...)
  • 23 « Cy parle des trois enseignemens que Cathon dist à Cathonnet son filz » (Livre, p. 277-289).
  • 24 « les Braies au Cordelier » ou « La Dame escoillée ». Mais beaucoup d'autres « historiettes », qui (...)
  • 25 « Débat entre le chevalier et sa femme pour savoir si une femme doit « amer per amours » (Livre p (...)
  • 26 Livre p. 4, 7, 30, 63, 119, 181, 190, 209.
  • 27 Peter Stolingwa Zum livre du chevalier de La Tour Landry pour l'enseignement de ses filles. Die Br (...)
  • 28 Bernard Guenée « Authentique et approuvé ». Recherches sur les principes de la critique histo-riqu (...)

11Geoffroy de la Tour Landry appartenait à une famille cultivée — son père avait un penchant pour la poésie des trouvères. Lui-même était peut-être poète et, pour certains, auteur du « roman » Ponthus et Sidoine21. Les composantes de sa culture, telles qu'elles apparaissent dans son Livre renvoient aux éléments majeurs de la « culture des nobles » — eux-mêmes bien loin de l'image schématique et dévalorisante d'une caste de guerriers incultes, aujourd'hui abandonnée22. Il a reçu, vraisemblablement par précepteurs, abrégés et « miroirs », des éléments de culture et d'histoire antiques — le dernier « exemple » du livre concerne Caton et son fils « Cathonnet23 ». Il partage apparemment avec une grande partie de la population médiévale, un penchant pour les fabliaux et leur exploitation à des fins pédagogiques ; il ne se prive pas d'en citer quelques-uns, même lorsqu'ils sont d'une certaine verdeur24. En revanche, c'est bien dans le milieu des cours seigneuriales que s'est développée aux siècles précédents la littérature courtoise ; elle apparaît encore ici, notamment dans les débats sur l'amour et ses formes25. Surtout, notre auteur partage avec les milieux aristocratiques de son temps le goût pour l'histoire et la chronique. Geoffroy de la Tour Landry prétend en avoir dans sa bibliothèque et s'appuyer sur les chroniques « de France, de Grèce, et d'Angleterre et de maintes étranges terres » ou encore sur l'« histoire de Constantinnoble », les « gestes d'Espaigne » et les « gestes d'Athènes », sur les chroniques de « Napples », des « Romains », de « Romme » ou le « Livre des Roys26 ». Certes, l'érudit allemand Peter Stolingwa a mis en doute, à bon droit, dès le début du xxe siècle, la réalité et l'exactitude des citations de ces prestigieuses sources par le chevalier de la Tour Landry27. Mais ce dernier, en plaçant son œuvre sous l'égide d'histoires et de chroniques réputées tout en puisant dans d'autres textes qui l'étaient moins sans jamais le dire, est fidèle aux méthodes d'écriture et à l'exploitation des sources de son temps. Il valorise son Livre par la citation de titres, renommés, connus et respectés de ses lecteurs — on verra plus loin son exploitation jamais avouée du Miroir des Bonnes Femmes. Nul lecteur de son temps n'aurait sans doute songé à lui en faire grief et son œuvre y gagne en autorité28.

12Les exemples positifs et les modèles à suivre y sont d'abord pris dans le monde aristocratique, rois, princes, seigneurs et, le Livre étant destiné à donner des exemples à suivre aux filles, grandes dames, princesses et reines. Au reste de la société de fournir, dans la grande majorité des cas, les exemples de « mauvaises femmes ».

  • 29 Livre, p. 4.
  • 30 Hervé Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (v. 1230-v. 1530), Paris, 1975 : id., « Religieux m (...)
  • 31 Jean Michel Matz, « La noblesse angevine et l'Église au temps de la seconde maison d'Anjou (vers 1 (...)

13Comme beaucoup de laïcs du temps, Geoffroy de la Tour Landry a, en revanche, conscience des limites de sa culture religieuse. Pour repérer dans la Bible, nous dit-il, les passages propres à donner plus d'autorité à son discours, il fait appel à l'aide de deux prêtres et deux clercs de son entourage29. Situation classique, une fois encore, dans son milieu: des hommes d'église vivaient traditionnellement auprès du maître du château et encadraient sa vie religieuse. C'était particulièrement le cas des Mendiants: Hervé Martin en a étudié la présence et l'influence dans les cours de l'ouest de la France30, Jean Michel Matz a récemment confirmé le phénomène dans les cours seigneuriales angevines, précisément31.

  • 32 John Grisby, « A new source of the Livre du Chevalier de la Tour Landry », dans Romania, LXXXIV, 1 (...)

14Ici, les religieux de l'entourage du seigneur de La Tour Landry semblent avoir proposé à leur maître non pas d'exploiter des « exemples » tirés de la Bible elle-même mais plutôt d'un Miroir des Bonnes Femmes, sans doute écrit par un de leurs prédécesseurs dans l'ordre franciscain au xiiie siècle - comme l'a montré l'historien américain John Grisby en 1960 - et jamais évoqué par son titre dans le Livre32. Celui-ci lui emprunte pourtant encore l'essentiel de son discours moral. Les « exemples » courts et concrets donnés par le Miroir paraissaient aussi particulièrement bien adaptés, dans l'esprit de l'auteur, de ses clercs et de ses lecteurs, aux limites de l'entendement des filles.

  • 33 Le seigneur de la Tour Landry se donne volontiers en modèle à ses filles (Ex. : Chapitre XIII, « D (...)
  • 34 « Avoient leur parler sur touz et convenoient que ils feussent escoutés comme chevaliers autorisez (...)
  • 35 Un chapitre lui est réservé, à une place de choix, la pénultième « Le VIXXVIIe chapitre parle d'un (...)

15Les sources écrites ne constituent cependant qu'une partie des fondements de l'œuvre de Geoffroy de la Tour Landry. Celui-ci fait aussi appel à ses souvenirs personnels et familiaux, évoquant ainsi des épisodes et des modèles qui le rapprochent encore de ses lecteurs d'origine noble33. Certaines de ses « historiettes » se déroulent à la cour et ont pour héros les seigneurs les plus réputés du temps et leur comportement avec les dames, Boucicaut, Charny, Saintré, Beaumanoir, véritables héros de roman34. Il offre encore leur propre famille en modèle à ses filles, cite des anecdotes touchant ses parents, son père et lui-même - sans leur donner obligatoirement toujours le beau rôle. Surtout, il propose à ses filles un modèle féminin issu de leur ascendance et qui a manifestement fait sur lui une forte impression naguère : il s'agit de sa grand-mère paternelle, Olive de Belleville, de très noble origine. Le respect admiratif avec lequel il en parle pourrait faire croire qu'elle fit régner en son temps dans sa famille un matriarcat de fait. Le discours de Geoffroy de la Tour Landry sur son aïeule est bien différent — sinon, à coup sûr, conforme à la réalité : il décrit une forte personnalité aux qualités typiquement féminines et aristocratiques, non un chef de lignage manqué. Olive de Belleville était, selon lui, « la plus courtoise dame... et la plus humble... et qui moins se prisoit et moins estoit envieuse, ne jamais ne voulsit que l'on mesdit de nulz » ; pieuse, pénitente discrète, charitable aux familles nobles dans le besoin, c'est une parfaite chrétienne, presque à l'égal des saintes femmes de l'Écriture ; cultivée et aimant les arts ; au total, elle pouvait servir de modèle à ses petites descendantes sans paraître braver ouvertement l'autorité des hommes de la famille35. Sans doute bien des lecteurs du Livre étaient-ils spontanément entraînés à faire un rapprochement avec une forte personnalité féminine de leur propre parenté.

16Sources familiales associées aux sources écrites, le chevalier de la Tour Landry présente dans son livre un corpus qui le rapproche doublement des lecteurs de son monde.

17En découle le contenu d'une éducation qui ne pouvait que satisfaire ces hommes, du pater familias à l'époux, en passant par les autres hommes de la famille, soucieux de former et de fréquenter une nouvelle génération de femmes soumises et d'épouses obéissantes, capables cependant de tenir leur juste rang dans le milieu nobiliaire et conscientes de l'avenir et de l'honneur de leur lignage.

  • 36 A. M. De Gendt, L'art d'éduquer..., p. 147-193; Mireille Vincent-Cassy, « Péchés de femmes à la fi (...)

18Le discours pédagogique et moral du seigneur de la Tour Landry, très largement inspiré du Miroir des Bonnes Femmes — mais souvent plus radical que lui, dans le bien ou dans le mal - recoupe dans son organisation même les catalogues des vices et des vertus, genre bien connu de la littérature religieuse à l'usage des élites laïques depuis le xiiie siècle - à travers sermons et manuels36.

  • 37 Livre, p. 85-131.
  • 38 Ibid., p. 226-265.

19S'adressant ici aux jeunes femmes, les propos de l'auteur confirment les péchés dominants que leur prête la tradition cléricale. Il est révélateur que la leçon s'ouvre sur huit chapitres consacrés aux « folies d'Ève » discours fondateur de la condamnation des femmes par les clercs et de leur nature mauvaise à travers les siècles médiévaux - aucun signe ici d'une tentative de réhabilitation relative. Bien au contraire, le chevalier de la Tour Landry les renforce de huit autres sur la luxure des femmes, exemples à l'appui. Il insiste sur les conséquences dramatiques qu'a un tel péché, non seulement pour les luxurieuses mais pour leur noble famille, et la vie en société : le mépris pour ces femmes s'étend à tout leur lignage, le doute se met sur la pureté de leur sang, l'affreux soupçon de bâtardise plâne sur tous les héritiers ; elles compromettent la place de tous les leurs, à la fois auprès de leurs serviteurs auxquels elles devraient servir de modèle et, surtout auprès des milieux aristocratiques et de cour. Le chevalier incite donc longuement ses filles à combattre une nature pécheresse par le respect de la virginité et plus encore de la chasteté. Car il s'agit de faire d'elles de bonnes et parfaites épouses, jouissant de la confiance entière de leur époux — non pas des moniales. La chasteté de l'épouse est le gage de sa fidélité, une qualité davantage demandée à la femme qu'au mari37. On pourra sans doute rapprocher cette exigence de fidélité et de chasteté du
rejet de l'amour passion qui fait oublier tous ses engagements — thème central du débat amoureux entre le seigneur de la Tour Landry et son épouse38.

  • 39 Ibid., p. 132-141.

20Ces jeunes aristocrates doivent encore combattre l'orgueil qui les pousserait - comme beaucoup de femmes de leur milieu — à tenir des propos, à prendre une place et des attitudes qui ne sont pas pour les femmes et leur vaudraient, en particulier, des avanies de la part des hommes de cour, prompts et fondés à rabattre leur gloriole et leur caquet. L'audace du comportement et du discours discrédite rapidement une femme noble aux yeux des hommes de son état, nuit à toute sa parenté et, pire que tout, peut empêcher son mariage : le chevalier de la Tour Landry a fréquenté une femme de ce genre dans sa jeunesse et se réjouit, il le dit au moins, de ne pas l'avoir épousée. Il multiplie aussi les exemples prestigieux dans lesquels un prince, venu à la cour d'un roi voisin pour y chercher épouse, dédaigne l'aînée qui s'est trop poussée en avant et s'est trop fait valoir pour choisir la cadette, restée muette et modestement à l'arrière-plan, la vraie place de la femme, la place de l'épouse selon les critères masculins du temps. C'est l'humilité, une des vertus féminines par excellence, qui sied à la jeune aristocrate, avant et après son mariage39.

  • 40 Ibid., p. 142-143 : y est associé, comme c'est souvent le cas, un chapitre qui « parle de convoiti (...)
  • 41 M. Vincent-Cassy, « L'envie au Moyen Âge, dans Annales E. S. C., 35, 1980, p. 253-271.

21L'auteur consacre encore deux chapitres à l'envie, qu'il associe souvent à la médisance. Comme la femme orgueilleuse, l'envieuse peut être punie en n'ayant pas d'enfant40. Le chevalier, à vrai dire, paraît moins éloquent pour condamner ce péché - il n'apparaissait pas dans le Miroir des Bonnes Femmes. Peut-être sacrifie-t-il avant tout à une mode de son milieu et de son temps — le péché d'envie ayant surtout été mis en valeur à partir du milieu du xive siècle41.

  • 42 Livre, p. 146-148.
  • 43 Ibid., chapitre XIX, « De celle qui sailly sut la table », p. 41-43.
  • 44 Le péché est traité à part des autres (Livre, p. 63-69). Il renvoie à l'acédie, le manque de zèle (...)
  • 45 Le péché est également traité dans un chapitre à part, « Cy parle d'une dame qui estoit riche et a (...)
  • 46 Les méfaits de la gourmandise et la nécessité de l'abstinence, du jeûne et de la sobriété sont évo (...)

22Il retrouve toute sa vigueur pour condamner la colère chez la femme : il s'agit d'en préserver avant tout l'époux - lui, en revanche, a le droit d'être coléreux et violent. À la femme la patience, cousine de l'humilité : elle doit tolérer tout au long de sa vie conjugale les écarts de son conjoint dans les chemins de la vertu, de la violence à l'infidélité. C'est en privé seulement, et avec douceur, qu'elle peut se permettre de timides remontrances - elles ne sauraient provoquer ni troubles familiaux ni, encore moins, scandale en société. Le « Ménagier de Paris » ne dira pas autre chose à sa jeune femme, une génération plus tard. Une femme doit être « débonnaire » et rien ne saurait justifier une désobéissance à son époux. C'est, au contraire, la soumission absolue, immédiate, irraisonnée qui fait la parfaite épouse42. Le rappel court dans tout le livre de la Tour Landry. Ce dernier glorifie la femme qui « saille sur la table » parce qu'elle croit avoir entendu que son mari le lui ordonne43. Elle devra encore combattre la paresse44, l'avarice45 et être sobre46.

23Geoffroy de la Tour Landry a pour première et majeure ambition de préparer ainsi ses filles à un beau mariage et de faire d'elles de parfaites auxiliaires de leur mari dans leur nouvelle maison. Elles apprendront dans son Livre les fonctions et les comportements que leur seigneur attend d'elles dans les domaines qu'il leur concède: bonnes chrétiennes, miséricordieuses aux inférieurs et à ceux des nobles qui sont dans le besoin, jamais paresseuses pour accomplir leurs devoirs religieux, faisant passer la prière avant tout — et d'abord le bavardage à la messe — en un mot représentantes modèle de leur lignage à l'église et dans la vie religieuse. Ce seront encore des maîtresses de maison accomplies, perpétuellement actives et jamais écrasées par leur tâche, soucieuses des problèmes domestiques et du sort de leurs gens.

  • 47 Voir, par exemple, le chapitre XXXV (Livre, p. 80), consacré à « ceux qui firent fornication dans (...)

24Elles seront également capables de tenir leur place dans les hiérarchies sociales et de cour. Elles seront enfin prêtes à assurer la relève des générations et l'avenir de la famille en ayant des enfants - la stérilité est un châtiment qui, comme on l'a vu, frappe souvent les pécheresses. Elles sont d'ailleurs informées dès leur jeune âge et sans pudeur excessive - ici par leur père et son Livre — des choses du sexe, meilleure façon de défendre leur vertu47.

25Comment les hommes du temps, et particulièrement de la noblesse, n'auraient-ils pas accueilli avec la plus grande faveur de tels enseignements, si soucieux de leur confort matériel, moral et intellectuel, si conformes à leurs idéaux familiaux et sociaux ? Comment n'auraient-ils pas souhaité les faire connaître à ceux et à celles qui partageaient avec eux la responsabilité de l'éducation des filles, leur épouse, leur milieu familial, leurs proches, leurs semblables ?

Les chemins obscurs de la diffusion

26Reste à imaginer comment ce Livre et ses idées ont pu rencontrer leurs lecteurs, être connus et goûtés hors de la famille du rédacteur, en Anjou, en France, dans une partie de l'Europe même. Le problème de la diffusion de l'œuvre est — disons le tout net — le domaine par excellence des interrogations, des hypothèses et des incertitudes.

  • 48 A. De Montaiglon, Préface p. XX; Boisard, La famille de la Tour Landry..., p. 123-128.

27Le Livre a-t-il bénéficié d'abord de l'ascension et de la réussite sociale des femmes de la famille de la Tour Landry ? Les trois filles de l'auteur, pour lesquelles il avait seules écrit, en principe, ont été bien placées pour en assurer une connaissance plus large : elles ont fait toutes les trois de beaux mariages — on y verra, peut-être, autant la conséquence de stratégies matrimoniales réussies que le résultat des conseils donnés par leur père. Elles ont été amenées à fréquenter les milieux de cour et des grands, où se lancent les modes et où se font la réputation et les réussites : Marie de la Tour Landry a épousé un fils de sa propre belle-mère, Gilles Clerembault, héritier d'une riche famille chevaleresque ; les deux autres, Anne et Jeanne, sont entrées par mariage dans une des premières familles du Limousin, les vicomtes de Rochechouart, dont le chef, Louis Ier, était un familier de la cour royale, conseiller et chambellan de Charles V48.

28La cour d'Anjou, centre culturel réputé avant même le règne du Roi René, a pu participer à la diffusion de l'œuvre, et au-delà des frontières. Particulièrement avec le règne d'une princesse angevine en Angleterre ou la mise en place de souverains angevins en Italie ou en Hongrie.

  • 49 Une tradition veut y voir la reine d'Angleterre Élisabeth Woodville, femme d'Édouard VI, forte per (...)
  • 50 The book of the Knight of the Tower Translated by William Caxton, éd. M. Y. Offord, Londres - New- (...)

29Marguerite d'Anjou a été l'épouse d'Henri VI, sous le règne duquel a été faite la première traduction anglaise du Livre du Chevalier de la Tour Landry. Y eut-elle sa part? Caxton écrit en 1484, dans sa préface de The Book of the Knight of the Tower, que sa nouvelle traduction lui a été inspirée par « une noble dame49 » pour « ladies and gentilwymen douzters to lordes andgentilmen50 ». C'était dire, plus nettement que Geoffroy de la Tour Landry lui-même, que le livre était d'abord destiné à l'aristocratie. C'était indiquer aussi que son succès était lié à sa traduction dans la langue du pays — le phénomène se reproduisit en Allemagne et en Flandre.

  • 51 Marquard von Stein, Der Ritter von Turn... p. 87.

30Tenter de mesurer les influences qui ont pu faciliter la diffusion et le succès du Livre en Europe centrale, principale zone d'édition du texte jusqu'au xviie siècle, tient plus encore de la gageure et du domaine des simples hypothèses. Dans les pays germaniques, où se fit l'impression, on notera seulement que le premier traducteur de l'oeuvre, Marquard von Stein (1425-1495/96) présente des points communs avec Geoffroy de la Tour Landry: issu d'une vieille famille noble de Wurtemberg, il indique qu'il a entrepris la traduction du Livre pour ses filles et, aussi, pour ceux qui ne comprennent pas le français, ambitions familiales et « nationales » mêlées51.

  • 52 « En 1403, le dominicain Giovanni Dominici rédige la Regola di cura familiare... en 1450, l'évêque (...)

31Des influences angevines favorables à la diffusion du Livre peuvent être liées à l'histoire mouvementée et complexe des dynasties angevines de Naples et de Hongrie et à la part qu'y prirent des souveraines « angevines » d'envergure. En Italie, l'influence culturelle angevine directe fut manifestement des plus réduites. Plongés dans une culture italienne de la Renaissance qui dominait en éclat toutes les autres, les princes et seigneurs angevins s'en imprégnèrent, sans tenter d'avancer leurs propres modèles. Dans le domaine de la littérature pédagogique, nul besoin du Livre de la Tour Landry, les auteurs italiens, particulièrement les Mendiants, ayant multiplié les ouvrages d'éducation familiale au cours du xve siècle52. L'échec du Livre en Europe méridionale s'explique donc aisément.

  • 53 Émile Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954, p. 282-283; Erwin Pamleny (dir.), Histoire de (...)

32En Europe centrale, en revanche, les conditions étaient meilleures, la concurrence culturelle moins forte, l'influence des rois angevins, et de leur épouse, plus sensible. Auprès du plus célèbre roi angevin du xive siècle, Louis le Grand, il y eut la reine Élisabeth, qui exerça une forte autorité sur ses filles, Marie « roi » de Hongrie après la mort de son père et épouse de l'empereur Sigismond de Luxembourg, Edwige, reine de Pologne. Sous leurs règnes, le royaume angevin de Hongrie connut une forme de Renaissance, où les rapports culturels entre angevins d'Italie et de Hongrie avaient leur part. La noblesse hongro-angevine fit le voyage d'Italie, le roi Louis le Grand constitua une vaste bibliothèque, les chroniques se multi-plièrent, une première imprimerie fut fondée à Buda et Andras Hess y imprima la Chronica Hungarum en 1473. Il n'est pas jusqu'aux expéditions angevines parcourant l'Europe centrale et méridionale qui n'entraînèrent, bon gré mal gré, échanges de livres et d'idées53.

  • 54 Ph. Contamine, La Noblesse au Royaume de France..., p. 273 ; G. Hasenhor, Histoire des biblio-thèq (...)
  • 55 Ph.Contamine, « À propos du « voyage de Milan », Louis de la Trémouille, Louis XII et Ludovic le M (...)

33Au-delà des circuits « angevins » de diffusion supposés mais un peu décevants, on ne saurait ignorer la circulation et le prêt des livres de château à château, comme, des siècles auparavant, de monastère à monastère54. On aimerait mesurer aussi, sur ce plan, l'influence des voyages de la noblesse à travers l'Europe aux xive et xve siècles, « voyages d'Allemagne » comme « voyages d'Italie », voyages de jeunesse, de formation, de culture, parfois de pèlerinage, de guerre et de croisade55.

  • 56 G. Hasenohr, Histoire des bibliothèques, p. 245.
  • 57 Ph. Contamine, La Noblesse au Royaume de France, p. 273.
  • 58 G. Hasenohr, Histoire des bibliothèques, p. 241
  • 59 « La collection de Philippe le Bon peut rivaliser avec celles des Papes et de Bessarion », dans Ro (...)
  • 60 Jacques Verger estime que « les textes imprimés au xve siècle ont été, dans leur grande majorité, (...)

34Si les conditions de diffusion du Livre gardent leur mystère, son succès au xve siècle est attesté par sa présence dans des bibliothèques réputées ou prestigieuses. Il se retrouve chez Jean Moreau, seigneur de la Jaunière, conseiller du Roi René, aux côtés de livres de droit et de quelques autres traités d'éducation en renom56 ; il est dans la bibliothèque d'Antoine de Chourses et de Catherine de Coetivy, petite-fille de Charles VII et d'Agnès Sorel57 ; Charlotte de Savoie, reine et mère maltraitée, le possède comme Gilles de Rome, Gilbert de Lannoy, les Échecs moralisés ou le Jardin des Nobles du cordelier Pierre le Gros58. Il est à la cour de Philippe le Bon, le plus riche mécène de son temps, en édition luxueuse, comme en Allemagne — encore un indice qu'il est d'abord apprécié par les plus grands et fait partie en principe de leur culture59. L'impression précoce du livre elle-même a pu correspondre à une demande, à une connaissance et une reconnaissance, rapides et durables, de la part de la haute société, à une vente et un succès assurés60.

Succès, rejet, reconnaissance

  • 61 A. De Montaiglon, Préface, p. XXXIII.
  • 62 D. Lett, « Comment parler à ses filles... », p. 77.

35Sans doute, au total, beaucoup d'hypothèses, dont on mesure la fragilité, et auxquelles il faudrait en ajouter sans doute d'autres. On reste cependant frappé par l'adéquation de ce livre à son temps et à son milieu. Précieux par sa rareté encore, bienvenu par ses soucis pédagogiques, il correspond à un nouvel intérêt pour la femme et son éducation et à un amour paternel protecteur, inquiet devant tant de faiblesse, le pater familias décidé tout de même à établir ses filles dans la société, derrière le père ou l'époux. Le conservatisme et la banalité même de la pensée de l'auteur faisaient de ce livre un auxiliaire pratique et nécessaire - et sans danger de trouble de l'ordre du monde — à l'éducation de la jeune aristocrate. Si l'on en juge par son succès dans divers horizons européens, il acquit vite et garda longtemps cette utilité et cette autorité. Puis commença sa descente aux enfers. Rendu obsolète par l'apparition d'une nouvelle génération de manuels d'éducation humanistes, sa verdeur d'expression et son choix des exemples en firent une victime des périodes d'ordre moral et de pudeur exacerbée, depuis la rigueur des temps de Réforme et de Contre-Réforme jusqu'à la pudibonderie bourgeoise du xixe siècle. À la fin du xviiie siècle et au début du xixe, deux auteurs, Gudin dans La lecture des livres français du xive siècle, puis Legrand d'Aussy dans une note spéciale n'y voyaient que « capucinades » et obscénités61. En 1871 encore, Charles Jourdan écrit dans son Éducation des femmes au Moyen Age qu'il y trouve « anecdotes et tableaux qui bravent l'honnêteté et que nous rougirions de faire connaître à nos enfants62 ».

  • 63 « Moralistes préoccupés de l'éducation de leurs enfants, Nompar de Caumont (†l446), Gilbert de Lan (...)

36Les choses changent aujourd'hui. Le Livre de Chevalier de la Tour Landry suscite un nouvel intérêt de la part des spécialistes de la littérature médiévale, de l'histoire de l'éducation et de l'histoire des femmes. Il fait figure de précurseur de l'œuvre pédagogique d'une Christine de Pizan et d'autres œuvres du xve siècle, d'origine aristocratique63. Par son succès quasi immédiat et son autorité associés, il eut sans doute, plus peut-être que le Ménagier de Paris, une influence sur la formation de générations de filles nobles, du Moyen Âge aux Temps modernes, de l'Anjou à divers horizons de l'Europe.

Notes

* L'étude de ce texte a d'abord été motivée par la préparation d'une conférence sur l'éducation féminine à la fin du Moyen Âge demandée par Françoise des Champs de Verneix, alors principale du Collège Pierre et Marie Curie de Chemillé. La ville est située à quelques kilomètres du bourg et château de La Tourlandry (Maine-et-Loire, ar. Cholet, c. Chemillé). Jacques Maillard et son épouse, ma collègue à l'Université de Tours, me firent l'amitié d'y assister.

1 La plus récente édition française du texte - en attendant une nouvelle, annoncée par Danielle Régnier-Bolher - demeure celle d'Anatole de Montaiglon, Le livre du Chevalier de la Tour Landry pour l'enseignement de ses filles. Publié d'après les manuscrits de Paris et de Londres, Paris, 1854. Nos références du texte renvoient à cette édition. Elle est mentionnée dans la suite du texte et des notes sous la formule Livre.

2 Pierre Broisard, « La vie intellectuelle de la noblesse à la fin du xive siècle, d'après le Chevalier de la Tour Landry », dans La littérature angevine médiévale, Actes du colloque du 21 mars 1980, Angers 1981, p. 149. S'y ajoutent trois éditions avant celle d'A. de Montaiglon. L'auteur estime que le Livre « rencontre plus de succès à l'étranger qu'en France ».

3 On suit ici la méthode d'évaluation du succès d'un livre proposée par Bernard Guenée. Il écrit : « Pour évaluer le succès global d'une œuvre au Moyen Âge, il est un moyen grossier mais efficace qui consiste à connaître le nombre des manuscrits subsistants. Mais cette première indication, nécessaire, n'est évidemment pas suffisante. Il faut pousser plus loin l'analyse. Il faut tenter de déterminer le public qui a accueilli l'œuvre et les raisons de sa faveur » (Bernard Guenée, « La culture historique des nobles: le succès des Faits des Romains, (xiiie-xve siècle) » dans Philippe Contamine (dir.), La Noblesse au Moyen Âge, Essais à la mémoire de Robert Boutruche, Paris, 1976, p. 261-288); B. Guenée, Histoire et culture historique dans l'Occident médiéval, Paris, 1980, p. 248-299.

4 Ibid., p. 250.

5 Barthélemy L'Anglais, De Proprietibus Rerum. Cette première grande encyclopédie date des années 1240; elle connut un succès immédiat et durable, également fondé sur des traductions, dans toute l'Europe occidentale jusqu'à la fin du Moyen Âge.

6 Le Mesnagier de Paris, éd. Georgina Brereton et Janet Ferrer, trad. et notes par Karim Veltschi, Paris, 1994.

7 Pierre Boisard, « La vie intellectuelle... », p. 149.

8 Édité chez l'imprimeur Thomas Van der Noot, qui en assure la traduction en flamand d'après la version allemande de Marquard von Stein (Marquard von Stein, Der Ritter von Torn, éd. Ruth Harvey, Berlin, 1988, p. 85).

9 Le Livre provoque, depuis une dizaine d'années, un regain d'intérêt chez les spécialistes de la litt-rature et de l'histoire du Moyen Âge. En témoigne l'importante et toute récente bibliographie dressée par Anne-Marie De Gendt, L'Art d'éduquer les nobles damoiselles, le Livre du Chevalier de la Tour Landry, Paris, 2003, p. 253-274.

10 « Cette civilisation médiévale avait oublié la paidea des anciens et elle ignorait encore l'éducation des modernes. Tel est le fait essentiel : elle n'avait pas l'idée de l'éducation » (Philippe ARIÈS, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, Paris, 1960, p. 462-463). En fait, tout le livre est un réquisitoire contre l'oubli de l'enfant et de son éducation au Moyen Âge. On sait que Philippe Ariès, dont le livre avait eu le mérite de susciter les réactions et la recherche des médiévistes, nuança considérablement son jugement par la suite.

11 Le point sur ce nouvel essor de la recherche médiévale a été fait dans le numéro spécial de la revue Histoire de l'Éducation, « Éducations médiévales, l'enfance, l'école, l'Église (vie-xve siècle) », mai 1991, n° 50.

12 Didier Lett a tout récemment résumé ce point de vue novateur dans l'« ouverture » qui figure en tête de la seconde édition du livre de Jean Delumeau et Daniel Roche (dir.) Histoire des Pères et de la Paternité, Paris, nouvelle éd. 2000, p. 17-40. Il y emploie la formule « tendres souverains ». Ses autres travaux sur les pères et la paternité figurent infra, note 14.

13 Parmi une très importante bibliographie, Paulette L'Hermite-Leclercq, L'Église et les femmes dans l'Occident chrétien des origines à la fin du Moyen Âge, La Haye, 1997.

14 Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), Histoire des Femmes en Occident, t.1 Christiane Klapisch-zuber (dir.), Le Moyen Âge, Paris, 1991 ; Pierre Riché et Danielle Alexandre-Bidon, l'Enfance au Moyen Âge, Paris, 1994 ; Didier Lett, l'enfant des miracles, Enfance et société au Moyen Age (xiie-xiiie siècle), Paris, 1997 ; Danielle Alexandre-Bidon et Didier Lett, Les enfants au Moyen Âge, Paris 1997 ; Jean Delumeau et Daniel Roche (dir.) Histoire des Pères... ; « Liens de famille, Vivre et choi-sir sa parenté », dans Médiévales, 19, automne 1990 (en particulier : Didier Lett « Comment parler à ses filles » p. 77-82) ; Louis Parias (dir.), Histoire générale de l'éducation en France, 11, Michel Rouche (dir.) Des origines à la Renaissance, Paris, 1981 ; Danielle Alexandre-Bidon et Monique Closson, L'enfant à l'ombre des cathédrales, Lyon-Paris, 1985 ; « Être père à la fin du Moyen Âge » dans Cahiers de Civilisation Médiévale (xiiie-xvesiècles), n° 4, 1997 (en particulier, Didier Lett : « Pères modèles, pères souverains, pères rééls » p. 10-17).

15 M. Rouche (dir.), Histoire de l'éducation..., t. I, p. 420.

16 Ibid., p. 418-419. Aucune édition moderne du Speculum Majus de Vincent de Beauvais.

17 Ibid., p. 416.

18 Livre p. 4.

19 Ibid., p. 2.

20 Elle se fonde en particulier sur Aristote, l'autorité parmi les autorités, qui enseignait « la faible raison de la condition féminine » (Paula Casagrande « La femme gardée » dans Georges Duby, Michelle Perrot, dir. Histoire de femmes... t.I, p. 89).

21 Livre, p. 274 ; Pierre Boisard, La famille de la Tour Landry et le roman de « Ponthus et Sidoine » (Paris, Thèse de l'École de Chartes, 1958); id, « la vie intellectuelle... » p. 150; Gérard Jacquin, « Éducation et culture de la noblesse en Anjou au xive siècle. Le livre du Chevalier de la Tour Landry pour l'enseignement de ses filles (1371) » dans La Noblesse dans les territoires angevins à la fin du Moyen Âge, actes du colloque international organisé par l'Université d'Angers, Angers-Saumur, 3-6 juin 1998, sous la dir. de Noël Coulet et Jean-Michel Matz, Rome, 2 000, p. 677-688.

22 B. Guenée « la culture des Nobles..., dans la Noblesse au Moyen Âge, p. 261-288; Philippe Contamine, « Noblesse et culture écrite » dans La Noblesse au Royaume de France, Paris, 1997, p. 171-275. Ph. Contamine répond cependant à la question « la noblesse fut-elle une classe cultivée? » par « une minorité ». À rapprocher de Geneviève Hasenohr, « Aux xive et xve siècles, l'aristocratie est loin d'être une classe d'illettrés » (André Vernet (dir.) Histoire des Bibliothèques françaises, t. I, Paris, 1998, p. 244).

23 « Cy parle des trois enseignemens que Cathon dist à Cathonnet son filz » (Livre, p. 277-289).

24 « les Braies au Cordelier » ou « La Dame escoillée ». Mais beaucoup d'autres « historiettes », qui ne sont pas des fabliaux avérés, leur empruntent leurs thèmes, leur ton, leur vocabulaire et leur liberté.

25 « Débat entre le chevalier et sa femme pour savoir si une femme doit « amer per amours » (Livre p 275) Mais la fin amors est encore évoquée à plusieurs reprises.

26 Livre p. 4, 7, 30, 63, 119, 181, 190, 209.

27 Peter Stolingwa Zum livre du chevalier de La Tour Landry pour l'enseignement de ses filles. Die Breslauer Handschrift Der Textes, Die Kulturhistorische Bedeutung des Werkes und seine Quellen, Breslau, 1911.

28 Bernard Guenée « Authentique et approuvé ». Recherches sur les principes de la critique histo-rique au Moyen Âge », dans Lexicographie du latin médiéval. Actes du Congrès international du CNRS (Paris, 1978), Paris, 1981, p. 215-228; id. « L'histoire et la compilation au xiiie siècle », dans Journal des Savants, 1995, p. 119-135.

29 Livre, p. 4.

30 Hervé Martin, Les ordres mendiants en Bretagne (v. 1230-v. 1530), Paris, 1975 : id., « Religieux mendiants et classes sociales en Bretagne au xive-xve siècles » dans Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 82, 1975, p. 19-46.

31 Jean Michel Matz, « La noblesse angevine et l'Église au temps de la seconde maison d'Anjou (vers 1356-vers 1480) dans la Noblesse dans les territoires angevins..., p. 619-637.

32 John Grisby, « A new source of the Livre du Chevalier de la Tour Landry », dans Romania, LXXXIV, 1963, p. 171-208.

33 Le seigneur de la Tour Landry se donne volontiers en modèle à ses filles (Ex. : Chapitre XIII, « De celle que le chevalier de la Tour refuse pour sa légère manière », Livre, p. 28-29), ainsi que son père, sa tante, sa grand-mère Olive de Belleville, et son voisinage comme cette « baronnesse d'Anjou » (Livre, p. 220).

34 « Avoient leur parler sur touz et convenoient que ils feussent escoutés comme chevaliers autorisez » (Livre, p. 226).

35 Un chapitre lui est réservé, à une place de choix, la pénultième « Le VIXXVIIe chapitre parle d'une dame honnourable » (Livre, p. 274-275).

36 A. M. De Gendt, L'art d'éduquer..., p. 147-193; Mireille Vincent-Cassy, « Péchés de femmes à la fin du Moyen Âge », dans La condicion de la mujer en La Edad Media. Actas del coloquio celebrado en la casa de Velasquez del 5 al 7 de noviembre de 1984, Madrid, Universidad Complutense, 1986, p. 501-517.

37 Livre, p. 85-131.

38 Ibid., p. 226-265.

39 Ibid., p. 132-141.

40 Ibid., p. 142-143 : y est associé, comme c'est souvent le cas, un chapitre qui « parle de convoitise et de Dalida, la fame Sampson », p. 144.

41 M. Vincent-Cassy, « L'envie au Moyen Âge, dans Annales E. S. C., 35, 1980, p. 253-271.

42 Livre, p. 146-148.

43 Ibid., chapitre XIX, « De celle qui sailly sut la table », p. 41-43.

44 Le péché est traité à part des autres (Livre, p. 63-69). Il renvoie à l'acédie, le manque de zèle à accomplir ses devoirs religieux et non à la paresse à accomplir ses devoirs domestiques (A. M. De Gendt, L'artd'éduquer... p. 167-168; M. Vincent-Cassy « Quand les femmes deviennent paresseuses » dans Femmes-Mariages-Lignages, xiie-xive siècles; Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles, 1992, p. 435-437).

45 Le péché est également traité dans un chapitre à part, « Cy parle d'une dame qui estoit riche et avaricieuse » (Livre, p. 271-272).

46 Les méfaits de la gourmandise et la nécessité de l'abstinence, du jeûne et de la sobriété sont évoqués à divers moments du Livre, p. 12; 35; 47; 100; 174.

47 Voir, par exemple, le chapitre XXXV (Livre, p. 80), consacré à « ceux qui firent fornication dans l'église » où les deux amants « s'entreprindent et s'embessonnerent comme chiens, tellement qu'ils furent aussy pris de toute le jour à journée ». Le chapitre suivant reprend l'image des « amants embessonnés ». Les récits de fornication et d'inceste tiennent une place importante dans le texte du seigneur de la Tour Landry. (D. Lett, « Comment parler à ses filles... », p. 81). Ces jeunes aristocrates vivant dans un château de la campagne angevine avaient sans doute aussi connaissance des réalités sexuel-les par le biais de la promiscuité dans les salles, de la vie des champs et des étables. Les récits du Livre ne pouvaient guère les effaroucher (D. Alexandre-Bidon et M. Closson, l'Enfant à l'ombre des cathédrales, p. 178-184).

48 A. De Montaiglon, Préface p. XX; Boisard, La famille de la Tour Landry..., p. 123-128.

49 Une tradition veut y voir la reine d'Angleterre Élisabeth Woodville, femme d'Édouard VI, forte personnalité et mère de nombreuses filles.

50 The book of the Knight of the Tower Translated by William Caxton, éd. M. Y. Offord, Londres - New-York - Toronto, 1971, p. 3.

51 Marquard von Stein, Der Ritter von Turn... p. 87.

52 « En 1403, le dominicain Giovanni Dominici rédige la Regola di cura familiare... en 1450, l'évêque de Florence Opera a ben vivere; la même année, un franciscain Cherubino de Spolete la Regula della vita matrimoniale; dans les années 1470, Jean le Chartreux la Gloria Mulierum ; Denis le Chartreux De laudabili vita conjugatorum ; le grand prédicateur Bernardin de Sienne consacre de nombreux sermons au mariage et à la famille. S'y ajoutent les oeuvres des humanistes, Francesco Barbaro, De Re Uxoria (1418); Giovanni Camparo, De dignitate matrimonii (1460); entre 1431 et 1438, Matheo Palmieri, Vita Civile; Pietro Paolo Vigerio, I libri della famiglia; Maffeo Vegio, De educatione liberorum et eorum claris moribus. » (Silvana Vecchio, « La bonne épouse » dans Histoire des Femmes, 1.1, p. 140).

53 Émile Léonard, Les Angevins de Naples, Paris, 1954, p. 282-283; Erwin Pamleny (dir.), Histoire de la Hongrie des origines à nos jours, Roanne-Budapest, 1974, p. 102-104 ; Miklos Molnar, Histoire dela Hongrie, Paris, 1996, p. 59-114; Isabelle Heullant-Donat « Une affaire d'homme et de livres. Louis de Hongrie et la dispersion de la bibliothèque de Robert d'Anjou » dans N. Coulet et J. M. Matz (dir.) La Noblesse dans les territoires angevins... p. 689-708.

54 Ph. Contamine, La Noblesse au Royaume de France..., p. 273 ; G. Hasenhor, Histoire des biblio-thèques. .., p. 244.

55 Ph.Contamine, « À propos du « voyage de Milan », Louis de la Trémouille, Louis XII et Ludovic le More dans De Jeanne d'Arc aux guerres d'Italie, figures, images et problèmes du XVe siècle, Orléans-Caen, 1994, p. 245-261 ; Françoise Michaud-Fréjaville, « Dangereux Occident: Léon de Roznital et ses compagnons voyagent » dans « Espaces vécus, mesurés, imaginés, n° en l'honneur de Christiane Deluz » dans Cahiers de Recherches Médiévales », n° 3, 1997, p. 43-50 ; Jean Tricard « Voyages de la jeunesse et voyages de la maturité : le « Journal » de Pierre de Saint-Feyre » dans Voyages et voyageurs au Moyen Âge, actes du XXVIe congrès de la SHMESP (Aubazine-Limoges, 1995) Paris, 1996, p. 93-102. Rappelons que le « voyage d'Italie » renvoie traditionnellement aux guerres d'Italie, les « voyages de Prusse » (Reisen) à des croisades auxquelles participe la chevalerie occidentale Alain Demurger, Chevalier du Christ, les ordres religieux-militaires au Moyen Age, xie-xvie siècles, Paris, 1998, p. 257-258).

56 G. Hasenohr, Histoire des bibliothèques, p. 245.

57 Ph. Contamine, La Noblesse au Royaume de France, p. 273.

58 G. Hasenohr, Histoire des bibliothèques, p. 241

59 « La collection de Philippe le Bon peut rivaliser avec celles des Papes et de Bessarion », dans Roger Chartier et Henri-Jean Martin, Histoire de l'édition française, t.I, Paris, 1982, p. 88. Le manuscrit de la Cour de Bourgogne est aujourd'hui à la bibliothèque municipale de Valenciennes.

60 Jacques Verger estime que « les textes imprimés au xve siècle ont été, dans leur grande majorité, des textes « médiévaux » dont le marché semblait assuré, (Jacques Verger, Les gens de Savoir en Europe à la fin du Moyen Âge, Paris, 1997, p. 103).

61 A. De Montaiglon, Préface, p. XXXIII.

62 D. Lett, « Comment parler à ses filles... », p. 77.

63 « Moralistes préoccupés de l'éducation de leurs enfants, Nompar de Caumont (†l446), Gilbert de Lannoy († l462), Jean de Bueil († l477)»,G.Hasenohr, Histoire des bibliothèques, p. 224.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540