Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Troisième partie. La domination de la ville sur le plat-pays

Edmond Charlemagne, député de l'Indre, et les émeutes frumentaires de Châteauroux en 1829

Jean-Pascal Simonin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Pascal Simonin

2Les émeutes frumentaires, qui, parties de Buzançais, s'étendirent à une grande partie du département de l'Indre à la mi-janvier 1847, furent sans doute l'événement le plus marquant de ce département dans la première moitié du xixe siècle. Fréquemment citées dans la littérature ainsi que dans les textes politiques ou économiques de ce siècle, elles restent encore un des symboles de la résistance populaire à la gestion rationnelle des crises de subsistances par les économistes libéraux et les responsables politiques. Ces émeutes, essentiellement localisées en milieu rural, eurent, au cours de la disette de 1829, un précédent situé, cette fois, dans la ville de Châteauroux, chef-lieu du département de l'Indre.

  • 1 Cette différence de gravité peut s'expliquer par le fait que la cherté de 1828-1832 fut moins aigu (...)
  • 2 Éd. Briaune, Vote motivé d'un électeur du collège de Châteauroux, Paris, Imp. F. Locquin, 1837.

3Si, comme à Buzançais, le point de départ de ces émeutes fut un arraisonnement de voitures de blé, leur déroulement et leur répression furent beaucoup moins tragiques1 : elles ne provoquèrent pas de mort d'homme et furent simplement sanctionnées par des amendes. La lecture d'un journal de l'époque, L'Iris — Journal de l'Indre, nous permet de retracer le déroulement de ces émeutes et de la séance du tribunal correctionnel de Châteauroux qui les sanctionna. Cette séance fut l'occasion pour le jeune procureur du Roi, Edmond Charlemagne, d'exprimer dans son réquisitoire les idées officielles sur le nécessaire respect de la liberté du commerce des grains. Ce discours frappa particulièrement les esprits, puisqu'en 1837, l'agronome et économiste Edmond Briaune y fit référence dans un texte électoral2 soutenant la candidature d'Edmond Charlemagne à la députation. L'étude de ces différents textes met en évidence l'adhésion de l'ensemble des élites d'une ville provinciale aux principes de la liberté du commerce des grains, tout en montrant la relative tolérance des autorités municipales à l'égard des entraves à la circulation des grains tant qu'elles ne menaçaient pas de porter gravement atteinte à l'ordre public.

Les émeutes de Châteauroux des 21 et 22 avril 1829

  • 3 Bourcuinat, Les grains du désordre,... p. 163.
  • 4 « Troubles de Châteauroux. Responsabilité des Communes. Garde nationale », L'Iris - Journal de l'I (...)

4Le déroulement de ces émeutes, qui s'inscrivaient dans une série de troubles qui, de février à mai 1829, frappèrent une zone en demi-cercle allant du Nivernais à la Vendée et à l'embouchure de la Seine3, fut retracé dans un article de L'Iris - Journal de l'Indre consacré aux lettres4. Ce journal bimensuel, qui parut de février 1827 à octobre 1829, mêlait textes littéraires et artistiques, considérations morales, économie, agronomie, faits divers et se caractérisait par son anticléricalisme. Après avoir rappelé que « la ville de Châteauroux a été le théâtre de plusieurs scènes de désordres, dont la renommée s'est plu à augmenter la gravité » (p. 88), le journal les décrivit ainsi :

  • 5 Idem p. 88-90.

Le mardi de Pâques plusieurs voitures de grains partirent de Châteauroux pour se rendre à la bluterie de Buzançais. Arrivées dans le faubourg St-Christophe, leur passage excita des murmures parmi la classe malheureuse qui l'habite ; et après quelques propos, plusieurs individus se réunirent et forcèrent les voitures à rebrousser chemin. La police fut bientôt prévenue de ce qui se passait ; elle se rendit sur les lieux, mais son autorité fut méconnue, et les blés ne purent continuer leur route. Il faut le dire cependant, (...), la masse ne voulait commettre aucun pillage, et les blés furent déchargés sans désordre, dans une auberge du faubourg.
À peine cette scène était-elle terminée, qu'une voiture chargée de grains pour Ëtampes arriva de Limoges, à l'adresse du sieur Tricoche, commissionnaire de roulage ; arrivée à l'embranchement de la rue du Crucifix, près de la rue Bouquerie, cette voiture est en un instant entourée d'une populace nombreuse, criant et poussant les cris les plus épouvantables ; les chevaux sont dételés, les bâches sont coupées, quelques sacs sont renversés dans la boue, et bientôt la voiture se trouve déchargée. M. le Maire se rend aussitôt sur les lieux, accompagné de la force publique ; mais son autorité n'est pas plus respectée que celle du commissaire de police ne l'avait été à St-Christophe; une grêle de pierres tombe sur les gendarmes; l'un deux est même renversé de son cheval. Une fois le blé déchargé, les assaillants l'introduisent dans des maisons du faubourg, établissent une garde pour l'empêcher d'être enlevé, et se portent en tumulte à la maison du sieur Tricoche. Les portes ne résistèrent pas longtemps à leurs efforts. M. le Maire cherche, mais en vain, à faire entendre la voix de la persuasion et de la douceur ; il tenait à éviter quelques malheurs, et on ne peut que louer sa prudente modération. Que pouvaient d'ailleurs faire quatre ou cinq gendarmes contre quatre ou cinq cents personnes, dont l'exaltation était au comble ? Les magasins du sieur Tricoche allaient être envahis, lorsqu'un de ses amis, le sieur Matheron, maître de poste, se mit devant les portes et parvint à obtenir des assaillants qu'ils respectassent les marchandises et qu'ils se bornassent à enlever le blé. Mais là, comme à St-Christophe, la masse ne voulait qu'empêcher le blé de sortir de la ville ; et celui trouvé chez le sieur Tricoche, chargé sur des charrettes traînées par la multitude proférant des cris de joie, fut conduit dans la maison où se trouvait déjà celui venu de Limoges. Vers 23 heures l'enlèvement fut terminé, et la populace se transporta chez le sieur Vollant-Patureau, autre commissionnaire de roulage, visita ses magasins, de là se rendit dans une auberge voisine, chez le sieur Guynon, où les scènes commises chez le sieur Tricoche se renouvelèrent. Enfin, à quatre heures du matin, la tranquillité put renaître5.

  • 6 Idem p. 90.

5Si les troubles étaient restés jusque-là dans le cadre de la seule entrave à la liberté du commerce des grains, ils risquaient alors de dégénérer en pillages : « Des placards incendiaires furent affichés ; les propos de la nature la plus épouvantable furent proférés ; les bruits les plus fâcheux circulèrent ; il ne s'agissait rien moins que de livrer au pillage les maisons de plusieurs personnes hautement désignées6. » En attendant des renforts militaires en provenance de Bourges, face aux risques d'excès pour la soirée du mercredi :

  • 7 Idem p. 90-91.

L'autorité, dont la modération n'avait pas été appréciée par les auteurs des troubles de la veille, voulût enfin que force demeurât à la loi et elle se disposa à employer tous les moyens de dissoudre tous les rassemblements. Le mercredi, vers huit heures du soir, M. le Maire fut prévenu qu'une voiture chargée de porcelaine, arrivant de Limoges, avait été arrêtée avant d'entrer chez le sieur Tricoche, et qu'une foule nombreuse la soumettait à la visite la plus minutieuse. Il n'hésita pas à se mettre à la tête de la force armée et à se transporter sur les lieux, avec M. le Secrétaire général de la préfecture faisant les fonctions de préfet par délégation. Arrivés dans la rue du Crucifix, accompagnés d'un détachement de soldats du train, ces magistrats furent rejoints par la gendarmerie à cheval. Ce fut alors que M. Le Maire somma les membres de l'attroupement de se séparer, s'ils ne voulaient pas qu'on employât la force contre eux. Après beaucoup d'insistance, et vers onze heures du soir, l'attroupement fut dissipé7.

  • 8 Tolérance confirmée par l'attitude du commissaire de police, qui n'est pas mentionnée dans cet art (...)

6L'ordre sera conforté le lendemain par l'arrivée de 200 militaires de Bourges et du préfet. On remarque la différence dans les comportements répressifs pratiqués pendant ces deux journées : le premier jour, face à la seule mainmise sur les charrettes et magasins de blé, le maire n'employa que des moyens très limités, insuffisants pour y mettre fin, tandis que le lendemain des troupes plus importantes étaient engagées pour éviter un trouble général de l'ordre public. Ainsi la relative tolérance des autorités municipales8 face aux troubles frumentaires n'était pas le seul fait des communes rurales où le maire était très proche des administrés, mais pouvait aussi se retrouver dans une ville d'une certaine importance. L'article se poursuivait ainsi :

  • 9 « Troubles de Châteauroux... » p. 91-92.

Depuis ce temps, la tranquillité n'a pas été troublée. La circulation des grains a repris son cours, et les approvisionnements de la ville ne sont plus équivoques.
Cependant, l'autorité des lois avait été méconnue, la libre circulation des grains avait été entravée, et la propriété privée n'avait pas été respectée. Il devenait impossible de ne pas sévir contre les auteurs du trouble. La justice a dès lors été saisie, et le 7 de ce mois, six individus comparaîtront à la police correctionnelle comme prévenus d'entraves à la circulation des grains.
Mais en même temps qu'elle voulait faire punir les coupables, l'administration n'oubliait pas les intérêts de ceux que le besoin dominait. Elle savait que la classe indigente souffrait, qu'elle manquait d'ouvrage, et que ce qui s'était passé, était un moyen de faire encore enchérir les subsistances: car la liberté seule du commerce peut rendre l'abondance9

7Le conseil municipal vota alors des aides exceptionnelles et établit des « ateliers de charité pour ceux qui n'avaient pas d'ouvrage ».

La séance du tribunal correctionnel de Châteauroux du 7 mai 182910

  • 10 « Tribunal correctionnel de Châteauroux. Présidence de M. Moreau - Audience du 7 mai. Troubles pop (...)
  • 11 « Tribunal correctionnel de Châteauroux... » p. 105.
  • 12 Ibidem, p. 105.

8Le 7 mai 1829, comparaissaient devant le tribunal correctionnel, « où l'affluence des spectateurs est extraordinaire11 » les six prévenus, « Chastang, dit Chougnac, chaudronnier; Renaudet, ouvrier en laine; Moreau-Roux, charpentier; Coulendon, dit Cotillon, charpentier; Laumand, vigneron; Dupuy-Berducat, charpentier » auxquels s'ajoutait « Marie Maillot, femme Morin, charcutière. À leur côté figure le sieur Bouteloup-Hivernault, prévenu d'outrages envers un agent de la force publique, dans un des rassemblements12 ».

  • 13 L'essentiel des renseignements sur les carrières politiques de ses deux personnalités proviennent (...)

9L'article de L'Iris rendait compte de l'essentiel des interventions du procureur du Roi, Edmond Charlemagne, et du défenseur des prévenus, Me Rollinat fils, âgés respectivement de 34 et 23 ans, qui tous les deux allaient devenir des personnalités politiques importantes de l'Indre et qu'il est nécessaire de présenter13

  • 14 Ce type de comportement était répandu chez les notables de l'Indre. François Charles Delavau (1799 (...)
  • 15 Originaire de Tulle, ami (et amant) de Georges Sand, Victor Borie (1814-1880) commença sa carrière (...)
  • 16 L'Éclaireur, 1er novembre 1845.

10Edmond Charlemagne (1795-1872) faisait partie d'une famille issue de marchands d'Issoudun et appartenant à la bourgeoisie de robe avant 1789. Son père, Jean-Claude Charlemagne (1762-1853) fut représentant à la Chambre des Cent-Jours, député de l'Indre de 1818 à 1822 et conseiller général de 1831 à 1835. Lui-même, né à Châteauroux, fut magistrat: substitut à partir de 1819, il fut nommé procureur du Roi à Châteauroux le premier mars 1829. Tout en exerçant cette fonction, il fut élu député dans la circonscription du Blanc le 5 juillet 1831. Bien que dans l'opposition légitimiste, il s'opposa à l'octroi de pensions à ceux qui avaient pris les armes contre la République. Réélu au Blanc le 21 juin 1834, il démissionna de sa fonction de procureur en 1837 afin de se présenter en toute indépendance à la députation à Châteauroux, Il y fut élu le 4 novembre 1837, puis réélu le 2 mars 1839 il passa à l'opposition de gauche. Pour raison de santé, il ne se représenta pas en 1842, au profit de son frère Henri (1808-1854) qui fut alors battu par Léonard Muret de Bort, ferme soutien de la monarchie de Juillet, député de La Châtre depuis 1834, et qui battra Edmond lui-même à l'élection cantonale de Châteauroux du 3 novembre 1845. Edmond Charlemagne fut sous-commissaire du gouvernement provisoire à Issoudun lors de la révolution de 1848, tandis que son frère était maire de Châteauroux. Élu le 23 avril 1848 à l'Assemblée Constituante, il siégea à la gauche modérée. Élu à l'Assemblée Législative le 13 mai 1849, il passa au centre droit. Il approuva le coup d'État du 2 décembre et fut appelé au Conseil d'État en 1852. Son fils, Raoul Charlemagne, maire de Châteauroux de 1855 à 1865, fut député sous l'Empire, de 1859 à 1870, et de 1877 à 1881 sous la IIIe République. Ces changements d'appartenance politique14 ne semblent pas avoir terni l'image d'Edmond Charlemagne. Ainsi en novembre 1845, un journaliste de gauche, Victor Borie15 écrivait pour défendre sa candidature contre celle de Muret de Bort : « Chacun connaît M. Edmond Charlemagne. On sait que magistrat amovible sous la restauration, il sut faire respecter l'indépendance de ses opinions par la dignité de son caractère. Son passage à la chambre n'y a laissé que d'honorables souvenirs; son nom est respecté par tous ses concitoyens16. »

  • 17 À titre de comparaison, Edmond Charlemagne vota pour les poursuites contre Louis Blanc et contre c (...)

11Aux positions politiques fluctuantes d'Edmond Charlemagne on peut opposer la conviction républicaine, quoique modérée, de François Rollinat (1806-1867). D'un tempérament cyclothymique, très lié à George Sand, ce fils d'un avocat, soldat de la République et ami de Hoche et de Kléber, joua un rôle important après la Révolution de 1848 dans l'Indre dont il fut député à l'Assemblée Constituante puis à l'Assemblée Législative où il fut le seul élu républicain de l'Indre. Il y adopta des positions de gauche: il vota contre le rétablissement du cautionnement, contre les poursuites contre Louis Blanc et Caussidière, pour l'abolition de la peine de mort, pour l'amendement Grévy sur la présidence, pour l'ordre du jour en l'honneur de Cavaignac, pour la réduction de l'impôt sur le sel, contre l'interdiction des clubs, contre l'expédition romaine, pour l'abolition de l'impôt des boissons17. Il abandonna la carrière politique après le coup d'État. Il faut aussi souligner qu'il fut l'un des avocats qui défendit les émeutiers de Buzançais devant la Cour d'Assises de l'Indre en février-mars 1847.

  • 18 « Tribunal correctionnel de Châteauroux... » p. 105.

12Après l'audition des accusés et des témoins, Edmond Charlemagne « dans une improvisation pleine de force et de clarté », se livra à une défense de la liberté du commerce des grains. Il rappela tout d'abord aux prévenus « l'injustice de leur conduite, en leur montrant qu'ils avaient agi envers les propriétaires des grains arrêtés et séquestrés par eux, précisément comme on agirait à leur égard, si on les forçait à n'exercer leurs travaux et leur industrie que dans un endroit déterminé » et ajouta « que cette conduite n'était pas seulement injuste, mais encore contraire à leurs intérêts18 ». L'auteur de l'article jugea bon de citer l'intégralité de cette démonstration :

  • 19 Idem p. 106-108.

« Vous vous proposiez d'approvisionner la ville, leur a dit ce magistrat, et vous alliez l'affamer. D'où tirez-vous les grains qui alimentent ordinairement vos marchés ? Des campagnes environnantes. Eh bien ! vos excès, grossis par l'esprit d'exagération, y ont répandu l'épouvante ; et l'aspect du marché, qui a suivi vos scènes de désordre, a dû vous prouver qu'elles étaient un mauvais moyen d'y rappeler l'abondance. La plupart des fermiers étaient restés chez eux, craignant d'être pillés, en traversant vos faubourgs, ou du moins de voir leurs blés taxés arbitrairement par une multitude en délire.
Nos campagnes, d'ailleurs, ne vous offrent cette année qu'une ressource insuffisante, puisque leurs récoltes ont été la proie d'un insecte destructeur, dont les ravages ont forcé les propriétaires à se défaire de la plus grande partie de leurs grains avant le retour des chaleurs, qui aurait été le signal de leur entière destruction.
Qui viendra à votre secours ? Ces marchands de grains eux-mêmes, contre lesquels, dans votre aveugle emportement, vous vous répandiez en menaces et en injures. Le commerce peut seul vous apporter les subsistances qui vous manquent, en allant les chercher dans les provinces qui ont échappé aux fléaux dont nous avons été victimes ; mais sans liberté, sans sécurité, il ne faut pas compter sur le commerce ; car ce sont là les éléments indispensables de son existence. Si vous forcez les marchands à vendre leurs denrées dans un lieu pour lesquels ils ne les destinaient pas, combien trouverez-vous de gens assez insensés pour engager leurs capitaux dans des entreprises qui ne leur offriront plus que des chances de ruine ? Qui voudra aller acheter pour vous des grains dans les départements méridionaux, si les villes intermédiaires, profitant de l'exemple que vous leur avez donné, menacent d'arrêter le spéculateur et de le dépouiller de ses marchandises ? Si vous arrêtez les voitures, si vous outragez leurs conducteurs, si vous les forcez à repartir précipitamment sans prendre du chargement pour leur retour, quel voiturier osera continuer une profession déjà si pénible et si peu productive? Changez donc de conduite ; accueillez et protégez les commerçants, au lieu de les effrayer par leurs menaces, et d'entraver leurs opérations, et bientôt vous verrez ceux qui maintenant se détournent de vos murs avec un sentiment d'effroi, s'empresser d'y ramener l'abondance, certains alors d'y trouver sûreté et bénéfice19. »

13L'article précisait alors que

  • 20 Idem, p. 108-109.

Ces paroles du ministère public ont paru faire une vive impression sur le nombreux auditoire, en partie composé d'artisans, et au mouvement qui s'est opéré, on a facilement reconnu qu'elles avaient atteint leur but.
M. le procureur du roi s'est ensuite attaché à éloigner la crainte d'une disette, et cette partie de son discours a été écoutée dans le plus profond silence par cette foule à qui l'on parlait le langage de la raison.
« Ce fléau est impossible maintenant. Si malgré la fertilité de notre sol, la disette a quelquefois désolé la France, ce malheur a toujours été l'ouvrage de l'homme ; elle n'a régné que dans des temps où l'ignorance, par des règlements absurdes sur la circulation des grains, forçait une partie du royaume à mourir de faim, tandis que l'autre partie restait pauvre au milieu de l'abondance, par le manque de débouchés.
Mais ces temps sont heureusement loin de nous, et le gouvernement du Roi vient de porter le dernier coup à ces funestes préjugés, en proclamant hautement qu'il se repose sur la liberté du commerce, du soin d'approvisionner la capitale. Maintenant penserez-vous que si le commerce a la puissance d'alimenter les 800 000 habitants de Paris, il n'aura pas la force de nourrir les 11 000 qui composent votre population.
Rassurez-vous donc, restez calmes et tranquilles ; et le commerce reviendra remplir vos marchés, et vous ne les verrez plus déserts, tandis que ceux des villes voisines sont approvisionnés. En vérité, j'éprouve une sorte de honte à répéter des vérités si triviales, dans une ville qui doit au commerce presque toute son existence ! »
Jamais organe du ministère public n'avait fait un usage plus noble, plus utile, plus opportun de la parole. Un murmure flatteur succède à ce discours20...

  • 21 Idem, p. 108-109.

14L'article citait ensuite des extraits de la plaidoirie de François Rollinat. Ce dernier n'a pas fondé sa défense des prévenus sur des principes de « l'économie morale » mais « a présenté les troubles comme étant l'effet des erreurs et des préjugés du peuple21 ». Il commença par justifier l'attitude conciliante du commissaire de police au premier jour de l'émeute :

  • 22 Idem, p. 110-111.
  • 23 Idem, p. 111-112.

« Dans ces émeutes populaires, produites par je ne sais quel vertige inopiné, (...), la multitude se laisse aller sans savoir où; elle ne sait pas toujours ce qu'elle veut ; elle marche, mais rarement elle sait où elle va. C'est, pour me servir d'une expression de M. de Martignac, un torrent auquel il faut se hâter d'ouvrir des issues, au lieu de lui opposer une digue inutile. C'est, messieurs, cette grande vérité politique, que la force des choses entraîne tout et qu'il est dangereux de lutter contre elle en efforts impuissants; c'est cette vérité, reconnue maintenant d'une extrémité du monde à l'autre, qui a été si bien comprise et si justement appliquée dans la circonstance par M. le commissaire de police. Il a senti qu'une transaction avec le mouvement insurrectionnel était devenue indispensable ; et, pour éviter de plus grands désordres, il a cru devoir, en donnant un consentement qui lui a paru un palliatif nécessaire dans les circonstances, se mettre lui-même à la tête des séditieux, présider en personne à l'arrestation et au déchargement des grains, surveiller leur emmagasinement, et prendre ainsi sous sa sauvegarde et sous sa responsabilité personnelle, et les intérêts compromis des propriétaires, et les intérêts du peuple. » (p. 109-110.)
Après avoir montré que la multitude a été victime d'un préjugé qui subsiste encore, a-t-il dit, dans le peuple, et même « dans les cerveaux étroits qui se disent les amis du peuple, mais qu'il est facile de détruire par l'ascendant de la vérité », l'avocat s'écrie :
« Le peuple qui souffre ne demande qu'à être éclairé ; il ne demande qu'à comprendre et à connaître les principes généreux et purs qui animent ses administrateurs, pour supporter patiemment sa pauvreté et pour chercher dans le travail l'unique remède à ses maux. Une fois instruit, une fois convaincu des vues désintéressées et de l'esprit éminemment philantropique des lois qui le gouvernent, il étouffera ses plaintes, toutes ses inquiétudes disparaîtront; il croira ce qu'on fait pour lui est ce qu'il y avait de mieux à faire; il se dira: si je souffre, c'est qu'il n'est pas au pouvoir d'un gouvernement protecteur de me soulager. Le peuple n'est aveugle que parce qu'on s'est plu longtemps à l'abrutir; il n'est injuste que parce qu'il a été longtemps le jouet des oppresseurs. Éclairez sa docile ignorance, dissipez ses erreurs, combattez des préjugés qui n'existent chez lui que comme un reste de la barbarie des temps passés, ou comme un souvenir amer de l'oppression bizarre et du régime vexatoire qui a pesé si longtemps sur sa tête ; daignez lui développer les motifs généreux et élevés d'une administration constitutionnelle qui doit protéger de son égide la liberté de tous les commerces, et vous verrez que ces yeux, si long-temps couverts du bandeau de l'erreur, s'ouvriront enfin à la lumière ; vous verrez qu'il saura comprendre ses véritables intérêts, qu'il apprendra à ne plus les séparer de la liberté, et que, loin de murmurer contre un commerce légitime, il s'en montrera le plus sincère et le plus ferme soutien22. »
Après cette plaidoirie, le tribunal délibéra et déclara les prévenus coupables et leur fait l'application de l'article 2 de la loi du 21 prairial an V:
Toute personne convaincue d'avoir porté atteinte à la libre circulation des grains, sera condamnée, outre la restitution, à une amende de la moitié de la valeur des grains arrêtés, pour le paiement de laquelle il sera donné caution, faute de quoi la peine de six mois d'emprisonnement sera prononcée23.

15L'article s'achevait ainsi :

  • 24 Idem, p. 112.

L'influence des paroles de M. le procureur du Roi et du jugement du tribunal s'est déjà fait sentir. Les marchés des 9 et 16 mai ont été plus approvisionnés que de coutume, et le prix du blé a baissé 24.

Le rappel du procès dans le tract électoral de Briaune de 1837

  • 25 - Malgré leur grand intérêt, les écrits de Briaune sont oubliés. En plus de nombreux article d'agro (...)

16Le réquisitoire d'Edmond Charlemagne avait certainement marqué la mémoire des Castelroussins, car, huit ans après le procès, son rappel devint un argument électoral dans le texte écrit par l'agronome et économiste Jean Edmond Briaune (1798-1885)25 en faveur de la candidature d'Edmond Charlemagne à la députation à Châteauroux.

  • 26 « Lettre à M. le rédacteur », L'Iris-Journal de l'Indre, 27 avril 1828, p. 177-183.
  • 27 Ferme actuellement appelée "La Contrie" où Briaune venait d'effectuer un provisoire retour à la te (...)
  • 28 Ces événements furent sans doute importants pour la pensée de Briaune car il commença son livre de (...)
  • 29 Briaune, « Compte rendu de : Antoine Rémy Polonceau, Observation sur les routes, suivies de propos (...)

17Né à Châteauroux dans une famille d'hommes de lois ralliés à la Révolution, Briaune, quoique un peu plus jeune que Charlemagne, fut sans doute un de ses amis d'enfance. Après des études de Droit à Paris, il fut avocat à Versailles de 1825 à 1827 et fit la connaissance en 1827 des fondateurs de l'École Royale d'agriculture de Grignon, son directeur Auguste Bella, l'ingénieur Antoine-Rémy Polonceau et l'industriel Louis Guillaume Ternaux. Briaune était très lié à L'Iris au moment du procès de Châteauroux. Le 17 avril 1828, ce journal publia une lettre26 de Briaune défendant l'École de Grignon attaquée par le rédacteur du Journal, lettre que Briaune signa comme «cultivateur à la Comterie27», ferme de la commune de Jeu-Maloches (Indre). Par la suite, entre mars et juillet 1829, Briaune publia plusieurs articles et lettres dans L'Iris. Briaune, abonné de L'Iris, ami de Charlemagne et partisan de la liberté du commerce des grains, avait certainement suivi avec grand intérêt les événements de Châteauroux28 dont la description par L'Iris suivait immédiatement son compte rendu d'un livre de l'ingénieur Polonceau29.

  • 30 Cette destitution fut provoquée par un conflit entre Briaune et David, le maire d'Écueillé, royali (...)
  • 31 La copie de cette lettre à Degeorge figure en annexe de la lettre au ministre de la Justice écrite (...)

18En 1830, Briaune devint principal de l'École de Grignon. Puis, en 1833, il y devint le premier professeur d'économie rurale, avant d'être amené à démissionner en 1838, au moment de la prise en charge des traitements des professeurs par l'État. Il est possible que cette démission ait été liée aux opinions républicaines de Briaune. En effet, en 1848, sur le point d'être destitué de son poste de juge de paix d'Écueillé30, Briaune demanda l'appui de son ami Frédéric Degeorge, ancien carbonaro, journaliste et militant républicain qui était alors commissaire du Gouvernement provisoire à Arras, et lui écrivit en ces termes : « Tu sais que j'ai été forcé de donner ma démission de professeur à l'Institut de Grignon, lorsque l'ancien gouvernement a pris le traitement des professeurs à son compte. Je ne m'en suis jamais plaint. (...) Dis qui j'ai été depuis 25 ans31. » Briaune présente donc une certaine ambiguïté sur le plan politique puisque, parfois accusé d'être socialistes, il fut lié à des hommes politiques, Edmond Charlemagne puis Léonard Muret de Bort, qui ne l'étaient pas.

  • 32 « Lettres de M. Briaune à M. Bella. Deuxième lettre », Annales de Grignon, 1833, p. 176-187.
  • 33 En 1834 il avait battu le député sortant, un ancien compagnon de Napoléon à Sainte-Hélène, le géné (...)
  • 34 Son frère aîné, Alexandre Pierre, avait épousé en 1806 Anna de Santa-Croce pupille de Talleyrand e (...)
  • 35 Ces deux personnages eurent des destins très différents. Godeau d'Entraigues émigra en 1849 aux Ét (...)

19Pendant sa période d'enseignement à Grignon, Briaune resta attaché à l'Indre et soutint Edmond Charlemagne. Ainsi, le 22 juillet 1831 de Châtillon-sur-Indre, il écrit à Auguste Bella une lettre32 qui commence par la phrase: « Échappé sain et sauf de la bataille électorale,...», ce qui correspond à la campagne éléctorale pour l'élection des députés de l'Indre le 5 juillet 1831. Réélu le 21 juin 1834 dans la circonscription du Blanc, Charlemagne se présenta à l'élection de l'arrondissement de Châteauroux qui se déroula le 4 novembre 1837. Ses adversaires étaient le député sortant, Jules Godeau d'Entraigues (1787-?)33, et le marquis Léon Formose de Barbançois (1792-1863), châtelain de Villegongis (Indre). Le premier, châte-lain d'Entraigues à Langé (Indre) et appartenant à une famille amie de Talleyrand et des souverains espagnols lors de leur exil à Valençay34, avait été gravement blessé pendant les guerres de l'Empire. Le second, lui aussi ancien soldat de l'Empire, conseiller général de Levroux, était un légitimiste libéral féru d'agronomie35.

20Briaune intervint dans cette campagne en publiant son Vote motivé d'un électeur du collège de Châteauroux, soutenant la candidature de Charlemagne. Au début il y précisait que :

  • 36 Briaune, Vote motivé d'un électeur de Châteauroux... p. 1.

Le droit d'élection n'est accordé par la loi que pour l'exercer dans l'intérêt de tous, et celui-là trahit son mandat qui l'exerce dans l'intérêt privé ou dans celui de sa localité. D'ailleurs, comme de tout ce qui est mal, l'avantage qu'on en retire n'est qu'apparent et le plus souvent est détruit par les malheurs publics qu'on a causé36.

  • 37 Briaune, ibidem.

21Bien qu'il admettait que, « fait honorable pour notre pays, et remarquable en cette époque de corruption et de scandale, tous les trois se recommandent par leur probité privée, et la modestie de leur vie intérieure37 ». Briaune critiquait avec humour les concurrents de Charlemagne. Ainsi il considérait que la candidature du marquis de Barbançois, dont il louait la gestion économique et sociale de ses propriétés, était incompatible avec le nouvel ordre politique :

  • 38 Lors des élections de septembre 1816.
  • 39 Briaune, op. cit. p. 3.

J'ai ouï dire que son honorable père s'étant présenté comme candidat aux élections de ce même collège38 fut repoussé par les nobles, comme entaché d'idées libérales, par le peuple, comme marquis; je ne sais ce que feront aujourd'hui les électeurs de la noblesse, mais je conseille aux électeurs du peuple d'imiter leurs devanciers39.

22Godeau d'Entraigues n'était pas mieux traité:

  • 40 Briaune, op. cit. p. 3.

Le second candidat, M. Godeau d'Entraigues, tient le milieu entre la noblesse et la roture, et se trouve par sa position à cheval sur 1830, un pied dans la révolution, l'autre dans la restauration. Position avantageuse en soi, délicate parfois même pour un homme d'esprit comme lui, mais fort douteuse pour nous franchement plébéiens. Car si nous avons la terminaison en eau qui nous rassure, nous avons l'apostrophe qui nous inquiète. Et maintenant que les moucherons de la cour veulent faire une noblesse hantée sur la noblesse impériale et la noblesse antique, l'apostrophe leur sera si utile que M. d'Entraigues aura bien de la peine à se défendre de leurs pièges40.

  • 41 Briaune, op. cit. p. 3-4.

23Après avoir rappelé les ennuis politiques de certains membres de sa famille, il concluait « En renvoyant M. d'Entraigues à la chambre, je vois bien l'avantage que sa famille peut en retirer (...) mais j'aimerais savoir, et vous tous sans doute, l'utilité que la France en retirera41. » Son candidat était évidemment mieux traité:

  • 42 Briaune, op. cit. p. 5.

La position de M. Charlemagne me paraît plus franche et sa conduite parlementaire, sa vie politique tout entière ont été au grand jour. M. Charlemagne est né parmi nous, de parents plébéiens, quoique ayant blé en grange et pignon sur rue. Il a été élevé au collège de la ville, d'où on l'a fait sortir, non pour rompre avec la camaraderie des petites gens, mais parce qu'il avait atteint la limite des études. Revenu parmi nous, il n'avait point oublié ses camarades, ni eux lui42.

24Plus loin Briaune fit référence au réquisitoire de mai 1829 :

  • 43 C'est-à-dire les lois accordant des pensions aux émigrés ayant pris les armes contre la République
  • 44 Briaune, op. cit. p. 7.

Le magistrat qui, ayant à poursuivre (...) un pillage de grain, croyait mieux défendre le commerce par un enseignement d'économie politique mis à la portée du peuple, que par une application outrée de la loi, ne pouvait, comme député, voter les lois de septembre43 44.

  • 45 Cette sentence souleva l'indignation de Karl Marx: « À Buzançais on exécuta les émeutiers de la fa (...)

25Cette phrase avait un caractère presque prophétique puisque Briaune soulignait la mansuétude de Charlemagne envers des émeutiers de la faim, alors que dix ans plus tard Godeau d'Entraigues fit partie du jury de Cour d'Assises de l'Indre qui condamna à mort trois des émeutiers de Buzançais45. Elle montre en tout cas que le souvenir du plaidoyer de Charlemagne en faveur de la liberté du commerce des grains était encore vivace à Châteauroux huit ans plus tard.

  • 46 Canton dont il était le conseiller général depuis le 24 novembre 1839.
  • 47 Dossier de nomination de Briaune (Arch. Nat. BB/8/660).
  • 48 En 1845, Briaune écrivit plusieurs articles dans le Journal de l'Indre acquis aux intérêts de Mure (...)

26Élu député, Charlemagne saura se montrer reconnaissant. Lorsque Briaune demanda et obtint en avril 1841 le poste de juge de paix du canton d'Écueillé46 laissé vacant par le départ à la retraite de son père, il bénéficia d'une lettre47 de recommandation d'Edmond Charlemagne. Cette lettre signalait que Briaune avait aussi bénéficié des recommandations de deux autres députés de l'Indre, Lescot de Lamillanderie, successeur de Charlemagne au Blanc, et Muret de Bort dont Briaune devait se rapprocher par la suite48.

  • 49 Cité par Yvon Bionnier, Les jacqueries de 1847 en Bas-Berry, impr. Badel, Châteauroux, 1979, p. 10 (...)

27Évincé de ses fonctions de député puis de conseiller général, Edmond Charlemagne ne devait jouer aucun rôle lors des émeutes de janvier 1847. Il n'en fut pas de même pour François Rollinat qui fit partie des neuf avocats, dont un autre avocat de l'Indre, Protade-Martinet, qui défendirent les émeutiers traduits devant la Cour d'Assises de l'Indre. Lors des audiences, qui débutèrent le 25 février 1847, Rollinat rejoignit la position de Protade-Martinet pour qui « la misère a été une première cause des événements; la seconde cause, la cause prédominante, c'est l'exportation des grains » car « le peuple ne sait, ne voit qu'une seule chose, c'est qu'on emporte au loin, le blé, sa seule nourriture49 ». Rollinat estime alors que, bien qu'il se résigne à accepter « la place que lui a donnée la Providence », la réaction du peuple est « juste et légitime quand on lui refuse les moyens élémentaires d'existence » :

  • 50 Cité par Y. Bionnier ibidem.

Est-ce à dire que lorsque le peuple se soulève, lorsque Dieu permet que cette formidable voix se fasse entendre pour réveiller le riche sur cet oreiller moelleux où s'endort, et pour lui rappeler qu'à côté de lui qui jouit de tous les plaisirs, il y a des milliers d'êtres qui gémissent et qui souffrent ; est-ce à dire que le peuple, même au milieu de tous les déchaînements de sa colère, ait perdu toute notion du juste et de l'injuste? Gardons-nous de le croire pour l'honneur de l'humanité; le peuple agit toujours sous l'empire d'un sentiment qu'il croit juste et légitime50.

28Cette plaidoirie ne se réduit plus, comme en 1829, à la défense de la liberté du commerce des grains face à l'incompréhension des préjugés populaires, mais fait nettement apparaître des considérations « d'économie morale » qui étaient totalement absentes lors du procès de 1829. De même la référence à la bienveillance du gouvernement et des lois disparaît pour laisser la place à la dénonciation de l'injustice sociale et de l'égoïsme des riches, ce qui correspond bien à la politisation de l'agitation frumentaire à la fin de la monarchie de Juillet.

***

  • 51 L'Éclaireur, « Des subsistances », 10 octobre 1846.
  • 52 L'Éclaireur, Idem, 21 novembre 1846.

29La vision des émeutes de 1829 que donnent ces articles de l'Iris correspond parfaitement à la situation décrite par Nicolas Bourguinat dans les Grains du Désordre. Les masses populaires restaient attachées aux principes de « l'économie morale », en totale opposition avec les élites intellectuelles qui, dans le cas de l'Indre, adhéraient au principe de la liberté du commerce des grains quelle que soit leur appartenance politique : ainsi, au début de la disette de 1846, Victor Borie, rédacteur-gérant d'un journal de contestation politique et sociale dans lequel écrivaient George Sand, Pierre Leroux et Louis Blanc, tout en dénonçant l'action des « accapareurs »51 et l'inaction du gouvernement52, affirmait sa confiance dans le jeu de l'offre et de la demande pour limiter la hausse du prix des grains et avertissait que si

  • 53 L'Éclaireur, Idem, 10 octobre 1846.

les craintes que l'on pourrait concevoir en ce moment (...) se manifestaient par des actes et des tentatives hostiles à la liberté du commerce, elles auraient pour conséquence certaine de produire une de ces crises déplorables qui épouvantent tous les esprits53.

30C'est seulement après les émeutes de 1847 que l'on voit la pensée de Rollinat se radicaliser, en abandonnant l'explication des mouvements populaires par la simple méconnaissance des lois fondamentales de l'économie politique et en les considérant comme une révolte contre l'injustice sociale. Face à cette unanimité des élites, les responsables de l'ordre sur le plan municipal manifestaient une certaine tolérance, ou tout au moins une certaine prudence envers les actions populaires, tant qu'elles ne risquaient pas dégénérer en une perturbation générale de l'ordre social.

Notes

1 Cette différence de gravité peut s'expliquer par le fait que la cherté de 1828-1832 fut moins aiguë que celle de 1846-1847. Pour une comparaison des troubles pendant ces deux chertés, voir Nicolas Bourguinat, Les grains du désordre. Éditions de l'EHESS, 2002, p. 161-173.

2 Éd. Briaune, Vote motivé d'un électeur du collège de Châteauroux, Paris, Imp. F. Locquin, 1837.

3 Bourcuinat, Les grains du désordre,... p. 163.

4 « Troubles de Châteauroux. Responsabilité des Communes. Garde nationale », L'Iris - Journal de l'Indre, 5 mai 1829, p. 88-94, Arch. dép. de l'Indre, Pr 697.

5 Idem p. 88-90.

6 Idem p. 90.

7 Idem p. 90-91.

8 Tolérance confirmée par l'attitude du commissaire de police, qui n'est pas mentionnée dans cet article mais qui sera signalée dans la plaidoirie de l'avocat des émeutiers lors de leur procès.

9 « Troubles de Châteauroux... » p. 91-92.

10 « Tribunal correctionnel de Châteauroux. Présidence de M. Moreau - Audience du 7 mai. Troubles populaires de Châteauroux », L'Iris - Journal de l'Indre, 20 mai 1829, p. 105-112

11 « Tribunal correctionnel de Châteauroux... » p. 105.

12 Ibidem, p. 105.

13 L'essentiel des renseignements sur les carrières politiques de ses deux personnalités proviennent d'Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton.

14 Ce type de comportement était répandu chez les notables de l'Indre. François Charles Delavau (1799-1876), député de la Châtre de 1842 à 1870, ancien carbonaro, fut dans l'opposition de gauche à la Monarchie, dans le « parti de l'ordre » sous la République et se rallia à l'Empire. Isidore Bernard David (1805-1892), maire d'Écueillé et député de l'Indre de 1877 à 1885, sut se rallier avec succès à tous les régimes successifs.

15 Originaire de Tulle, ami (et amant) de Georges Sand, Victor Borie (1814-1880) commença sa carrière comme journaliste politique de gauche. De 1844 à 1847 il dirigea L'Éclaireur, Journal des départements de l'Indre, du Cher et de la Creuse, journal créé par George Sand dans lequel il attaquait violemment Muret de Bort. Quoique condamné par la Cour d'Assises de l'Indre à un an de prison en 1850 pour un article du Travailleur, journal créé par George Sand en 1849, dénonçant les effets de la concurrence économique, Borie était avant tout un économiste libéral qui, après une carrière de journaliste agricole, finit sa vie à la tête du Comptoir National d'Escompte.

16 L'Éclaireur, 1er novembre 1845.

17 À titre de comparaison, Edmond Charlemagne vota pour les poursuites contre Louis Blanc et contre celles contre Caussidière, contre l'impôt progressif, contre l'amendement Grévy, contre le droit au travail, contre la suppression de l'impôt du sel, pour le renvoi des accusés du 15 mai devant la haute cour, pour l'interdiction des clubs.

18 « Tribunal correctionnel de Châteauroux... » p. 105.

19 Idem p. 106-108.

20 Idem, p. 108-109.

21 Idem, p. 108-109.

22 Idem, p. 110-111.

23 Idem, p. 111-112.

24 Idem, p. 112.

25 - Malgré leur grand intérêt, les écrits de Briaune sont oubliés. En plus de nombreux article d'agronomie et d'économie rurale, on peut signaler ses deux livres, Des crises commerciales, de leurs causes et de leurs remèdes, Paris, Bouchard-Huzard, 1840, et surtout, Du prix des grains, du libre échange et des réserves, Paris, Firmin Didot, 1857, qui est l'un des livres d'économie les plus originaux du xixe siècle en France.

26 « Lettre à M. le rédacteur », L'Iris-Journal de l'Indre, 27 avril 1828, p. 177-183.

27 Ferme actuellement appelée "La Contrie" où Briaune venait d'effectuer un provisoire retour à la terre.

28 Ces événements furent sans doute importants pour la pensée de Briaune car il commença son livre de 1840 en signalant qu'il avait commencé à former dès 1830 l'idée selon laquelle les crises commerciales et les révolutions politiques étaient provoquées par les mauvaises récoltes.

29 Briaune, « Compte rendu de : Antoine Rémy Polonceau, Observation sur les routes, suivies de propositions sur leur amélioration et leur entretien », L'Iris-Journal de l'Indre, 5 mai 1829, p. 83-87.

30 Cette destitution fut provoquée par un conflit entre Briaune et David, le maire d'Écueillé, royaliste notoire rallié à la République.

31 La copie de cette lettre à Degeorge figure en annexe de la lettre au ministre de la Justice écrite par Briaune le 8 avril 1848, le jour même où il fut radié et remplacé par Gaulin, auparavant juge de paix à Buzançais, notamment pendant les émeutes de 1847. (Dossier de nomination de Gaulin, Arch. nat. BB/8/803/2).

32 « Lettres de M. Briaune à M. Bella. Deuxième lettre », Annales de Grignon, 1833, p. 176-187.

33 En 1834 il avait battu le député sortant, un ancien compagnon de Napoléon à Sainte-Hélène, le général Bertrand qui avait été élu contre Léonard Muret de Bort en 1831.

34 Son frère aîné, Alexandre Pierre, avait épousé en 1806 Anna de Santa-Croce pupille de Talleyrand et sa soeur cadette Ernestine épousa le marquis de Guadalcazar membre de la suite des princes d'Espagne.

35 Ces deux personnages eurent des destins très différents. Godeau d'Entraigues émigra en 1849 aux États-Unis où il disparut. De Barbançois fut député de l'Indre de 1849 à 1852, puis sénateur sous le Second Empire.

36 Briaune, Vote motivé d'un électeur de Châteauroux... p. 1.

37 Briaune, ibidem.

38 Lors des élections de septembre 1816.

39 Briaune, op. cit. p. 3.

40 Briaune, op. cit. p. 3.

41 Briaune, op. cit. p. 3-4.

42 Briaune, op. cit. p. 5.

43 C'est-à-dire les lois accordant des pensions aux émigrés ayant pris les armes contre la République.

44 Briaune, op. cit. p. 7.

45 Cette sentence souleva l'indignation de Karl Marx: « À Buzançais on exécuta les émeutiers de la faim! » (Les luttes des classes en France, Éditions Sociales, Paris, 1970, p. 43).

46 Canton dont il était le conseiller général depuis le 24 novembre 1839.

47 Dossier de nomination de Briaune (Arch. Nat. BB/8/660).

48 En 1845, Briaune écrivit plusieurs articles dans le Journal de l'Indre acquis aux intérêts de Muret de Bort et, en 1857, il fut choisi pour prononcer l'éloge funèbre de Muret de Bort devant la Société d'agriculture de l'Indre.

49 Cité par Yvon Bionnier, Les jacqueries de 1847 en Bas-Berry, impr. Badel, Châteauroux, 1979, p. 102.

50 Cité par Y. Bionnier ibidem.

51 L'Éclaireur, « Des subsistances », 10 octobre 1846.

52 L'Éclaireur, Idem, 21 novembre 1846.

53 L'Éclaireur, Idem, 10 octobre 1846.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540