Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Troisième partie. La domination de la ville sur le plat-pays

11 juillet 1675, un document inédit sur la révolte des Bonnets rouges

Michel Nassiet

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Michel Nassiet

  • 1 Arch. dép. Côtes d'Armor, 20 G 66.

2Les révoltes constituent une des rares occasions lors desquelles s'expriment les masses. Leur étude est au cœur de l'histoire sociale, un des thèmes auquel ce volume est consacré. Les documents qui s'y rapportent doivent faire l'objet d'une attention particulière, notamment pour une grande révolte comme celle des Bonnets rouges en 1675. Un épisode très peu connu de celle-ci est mis en lumière par un document inédit que j'ai grand plaisir à offrir à Jacques Maillard. Il s'agit d'une information d'office1 devant la juridiction royale de Carhaix, en raison d'une plainte du « recteur » de Duault à la suite du pillage de son presbytère le 11 juillet.

  • 2 Liste des vingt paroisses dans E.S.B., Arthur de La Borderie, Boris Porchnev, Les Bonnets rouges, (...)

3En 1675, on le sait, la création de nouveaux impôts indirects, à la suite d'édits de 1673-1674, a joué un rôle de détonateur. Après que des émeutes éclatèrent en avril à Rennes et Nantes, pour des motifs fiscaux, des paysans s'attroupèrent en Cornouaille à partir du 9 juin, en raison des nouveaux impôts indirects qu'ils assimilaient à la gabelle. Le 7 juillet encore, les habitants de Commana fouillèrent la maison du recteur pour y chercher la gabelle. Dès lors la révolte en Basse Bretagne consista en une succession d'épisodes dont les modalités et les motifs ont évolué. Déjà la révolte trouvait dans les rapports de production ruraux de nouveaux motifs de s'étendre. Dès la fin de juin, les paysans de Basse Cornouaille ont commencé à s'en prendre à des seigneurs en pillant plusieurs manoirs. Dans le pays de Pont-l'Abbé, quatorze paroisses se donnèrent même une remarquable organisation et un système de députation qui leur permit de discuter et d'adopter un programme revendicatif écrit, dont nous reste le fameux Code paysan. Puis la révolte se centra sur le pays de Carhaix où une série d'émeutes éclata au cours de la seconde semaine de juillet. Le 6, à Carhaix, fut pillée la maison du fermier des Devoirs ; le lendemain, à Spezet, celle d'un notaire-tavernier. On connaissait la journée du 11 juillet comme un des sommets de la révolte rurale de Basse Bretagne du fait de l'attaque du château de Kergoët en Saint-Hernin, à laquelle prirent part plus de six mille personnes venant de pas moins de vingt paroisses formant un vaste polygone allant de Huelgoat et Poullaouen au nord à Scaër au sud (soit 40 kilomètres), et de Plonévez-du-Faou à l'ouest à Plévin à l'est2 (25 km), soit une aire de 1 000 km2. Il s'avère maintenant que ce jour-là la région immédiatement au nord-est n'était pas plus calme puisque les paroissiens de Duault, Carnoët, Plusquellec, Plourac'h et même Poullaouen, encore, au nombre de plus de deux mille personnes, le passèrent à piller, quant à eux, le presbytère de Duault. C'est cet épisode que nous allons étudier maintenant.

  • 3 Jean Kerherve, François Roudaut, Jean Tanguy, La Bretagne en 1665 d'après le rapport de Colbert d (...)
  • 4 Henri See, Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution,rééd. Monfort, 1978, p. (...)
  • 5 Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415

4Il faut commencer par examiner quels étaient précisément dans cette communauté les rapports de production. Le « recteur » (curé) de Duault était aussi le prieur du prieuré de Landugen situé dans la même paroisse et qui relevait de l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé. Les revenus du prieuré sont estimés, en 1686, à 934 livres, très au-dessus des 300 livres auxquelles les estime Colbert de Croissy3 en 1665. Le temporel du prieuré comprenait deux prés, un moulin, une mouvance comprenant des censives, et des convenants baillés à domaine congéable. Outre diverses rentes en deniers et en avoine, des journées de corvée étaient dues au prieur, non seulement du fait des convenants, mais aussi sur les censives. Ces corvées en fait étaient payées en deniers, et vers 1650, avec certes beaucoup de retard sur la hausse des prix, les seigneurs fonciers avaient augmenté l'apprécis des corvées de façon aussi forte que soudaine4. Ainsi un des accusés du pillage, François Le Boulch, était codétenteur de la tenue Tanguy qui devait au prieur 41 sols monnaie, une bigottée d'avoine et trois journées de corvée ; cette tenue contraignait aussi à fréquenter le moulin. Enfin s'y ajoutait, perçue à la douzième gerbe, la dîme « de toutz bledz5 », ce qui était un germe de contestation.

  • 6 Dont un arrêt du 10 août 1641 (Arch. dép. Côtes d'Armor, E 3038).
  • 7 Hervé Tigier, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du parlement de Bret (...)
  • 8 Cité d'après la publication de Tempier, op. cit., p. 125.
  • 9 Garlan, Nieres, op. cit., p. 140.

5Si, au pillage du presbytère de Duault, participèrent les paroissiens de Plusquellec (à 4,5 kilomètres au nord-ouest), Carnoët (6,5 km), Plourac'h (10 km) et même Poullaouen (à 15 km), ce ne pouvait guère être que parce que le prieuré y étendait un droit de dîme. Selon le dix-huitième témoin (infra), il fut affirmé par un prêtre, François Gourlay, que le prieur ne devait plus percevoir les dîmes « vertes », c'est-à-dire les « menues dîmes » qui pesaient sur de menus grains comme le lin et le blé noir. Or de telles dîmes avaient déjà fait l'objet de contestations en Basse Bretagne, notamment dans les années 1641-1643. Les chanoines du chapitre deTréguier avaient prétendu introduire la dîme sur le lin, le mil et le blé noir en Brelevenez et des paroisses environnantes, et le conflit avec les paroissiens était allé jusqu'au conseil d'État en 16416. En 1643 la prétention du prieur du Gavre, près d'Hennebont, à percevoir la dîme sur le millet, et celle du recteur de Peaule à la percevoir sur le mil et le blé noir, avaient provoqué des procès devant le parlement de Bretagne7. En 1675, ce type de contestation restait sensible : en Basse Cornouaille, l'article 9 du Code paysan venait de préciser « que les recteurs, curés et prestres seront gagés pour le service de leurs parouesses sans qu'ilz puissent pretendre auchun droict de dixme novalle ny autre sallaire pour toutes leurs fonctions curialles8 ». Trois jours plus tard, le 14 juillet, à Tréaugan, les paysans allaient contraindre l'abbaye de Langonnet à accepter de ne lever « aucunes dîmes de blé noir9 ». La contestation des dîmes « novalles » a été un des grands motifs de la révolte des paysans de Basse Bretagne, à côté de celle des nouveaux impôts indirects et de celle des abus en matière de droits seigneuriaux.

6Enfin les prélèvements du prieur-recteur sur les paysans n'étaient pas la seule source de conflit. Un prêtre, François Gourlay, guignait le bénéfice de prieur. C'est lui qui, un dimanche où le prieur était absent, prit la parole pour exciter le mécontentement à son encontre, et réussit même à se faire reconnaître prieur par les autres meneurs. Le conflit passait donc aussi au sein du clergé.

  • 10 Kerherve, op. cit., p. 124.
  • 11 Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415.

7C'est que, au-delà des rapports de production qui avaient cours en Cornouaille, il est patent que ce prieur-recteur faisait l'objet d'une haine particulière. L'un des « capitaines » du pillage, Jacob Lencot, le qualifie de « gros ventrier et grand voleur », et propose de le pendre avant de l'écarteler ! Ce prieur recteur, messire Claude Budes seigneur du Rufflay, était noble, et même un noble riche car en 1665 Colbert de Croissy l'avait remarqué et lui attribuait un revenu personnel de 6 000 à 7 000 livres de rente10. Claude Budes avait été pourvu du prieuré de Landugen11 en 1646, et il avait effectivement résidé à Duault, au moins par intermittence. Il possédait aussi des bovins à « mi-croît », c'est-à-dire qui étaient élevés par des paysans ou des marchands, comme le quinzième témoin. Il cumulait donc et les statuts, et les sources de revenu, et, apparemment, les opportunités d'exploiter les paysans. Quatre jours après le pillage du presbytère, les meneurs s'emparèrent d'une douzaine de bovins appartenant au recteur, et déclarèrent à cette occasion que ce faisant ils n'avaient pas le dixième de la valeur dont ils avaient à se dédommager (17e témoignage) : ils avaient donc le sentiment de faire un acte de justice, de même que, lors des émeutes de subsistance dues à la cherté des grains, les émeutiers qui se mettaient à vendre des grains à un prix qu'ils jugeaient convenable, inférieur au cours du marché.

8L'information d'office rassemble les témoignages de quarante personnes, trente hommes et dix femmes. 30 % sont de condition inconnue. On compte huit laboureurs, cinq « ménagers », trois artisans, deux marchands de blé (les « blastiers »), trois domestiques, deux notaires, et un « noble homme ». Le jeudi 11 juillet (la date n'est précisée que par le quatrième et le quatorzième témoin, un notaire), certains témoins, comme le second, se trouvaient à Landugen où ils assistèrent au début de l'action ; d'autres, comme le premier, et l'« hoste » (l'hôtelier), se trouvaient au bourg de Duault où ils ont pu voir le pillage du presbytère. D'autres nomment des participants de Plusquellec, et les derniers témoins décrivent précisément les meubles riches et nombreux qui se trouvaient dans la grande maison presbytérale. Au moins plusieurs de ces témoins étaient des dépendants du plaignant : ses domestiques, le notaire du prieuré, le marchand avec lequel il avait des bestiaux à « mi-croix » (15e témoin), que d'ailleurs les meneurs voulurent « maltraiter ».

  • 12 Sur ce sujet, cf. La prise de parole politique, source des conflits, régulateur des conflits, Jou (...)

9Récapitulons les événements. L'action commence le dimanche 7 juillet : à l'issue des vêpres, dans l'église priorale, le prêtre François Gourlay invita les habitants de Landugen à exprimer leur mécontentement à l'encontre du prieur. Comme les assistants observaient le silence, c'est « un des plus anciens », le douzième témoin, qui osa prendre la parole à haute voix ; même en ce temps de révolte, on ne prenait pas la parole à la légère, et l'âge était un facteur de légitimité de la parole politique12.Alors que ce premier intervenant défendit le prieur, d'autres témoins (les 7e et 18e) nous montrent les comparses du prêtre rebelle donner raison à celui-ci. C'est alors sans doute que les meneurs décidèrent de convoquer les paroissiens. Le jeudi 11, environ deux mille personnes se rassemblèrent. Au matin le tocsin sonna, non seulement à l'église priorale de Landugen, mais aussi à la chapelle de Penity et à l'église paroissiale de Plusquellec. À cet appel, deux assemblée au moins se formèrent, l'une à Landugen devant l'église, l'autre en Plusquellec, près de la chapelle de Coetleau, c'est-à-dire près de la limite de Carnoët, où se rassemblèrent des paysans de ces deux paroisses (21e témoignage). Ceux-ci rejoignirent l'assemblée de Landugen, et c'est celleci qui délibéra et décida d'aller piller le presbytère.

10Les témoins identifient globalement les révoltés comme des « paysans » (9e, 21e témoignages), mais citent aussi quelques pauvres artisans et quelques marchands plus aisés (un marchand de beurre), et même un notaire et deux frères nobles. Ils insistent sur le caractère d'unanimité, tant du rassemblement que de la prise de décision. « Tous les habitants de Landugen » (2e, 4e, 8e, 11e, 18e témoignage) y étaient, ou du moins « la plus part » (1er). Et « tous disaient d'une commune voix » qu'il fallait aller piller le presbytère (14e, 18e, 19e). À l'assemblée et à la marche sur le bourg prirent part les femmes autant que les hommes, « et même des enfants ».

11Ce souci d'unanimité conduit enfin à réinterpréter les débordements éthyliques qui présidaient souvent aux actes de révolte. En effet, l'un des premiers actes des révoltés consista à tirer dans la cour quatre barriques de vin et à enfoncer un tonneau de cidre, lesquels furent bus de telle sorte que les révoltés furent bientôt ivres. Certes, vin et cidre étaient des moyens efficaces de faire, de cet acte que l'on considérait comme un acte de justice, une fête. Mais ce n'est pas tout. Habituellement, comme les sources criminelles le montrent souvent, boire du vin ensemble dans un lieu collectif était un geste exprimant que l'on n'était pas ennemi. Boire du vin collectivement, c'était d'abord et surtout accomplir un geste signifiant. Dans le contexte d'un acte collectif attentatoire à une autorité, percer les barriques de l'ennemi absent était une forme de « violence symbolique ». Le partage du breuvage bachique était une façon d'affirmer que chacun revendiquait et assumait l'acte de révolte. De même, les meneurs volèrent les bovins du recteur, les tuèrent et les donnèrent à manger aux membres de la communauté le jour du pardon de la chapelle (15e témoignage). Le sacrifice des bœufs et la beuverie étaient des moyens d'exalter le moment présent en tant qu'acte de justice, et de manifester l'union de la communauté, de réaliser une communion.

  • 13 E.S.B., Arthur de La Borderie, op. cit., p. 213.

12Après la fin de la révolte, le sénéchal de Carhaix fut commis pour en instruire les actes criminels le 11 septembre. Après que le recteur eut porté plainte, le sénéchal se rendit à Duault pour entendre les témoins et ordonna que les accusés soient arrêtés pour être interrogés à Carhaix. Plusieurs des principaux accusés, qui semblent bien figurer parmi les dépendants du prieuré en 1686, ont eu la vie sauve. En février-mars 1676, le roi a donné des lettres d'amnistie et d'abolition « aux séditieux de la province de Bretagne », mais en exclut un certain nombre d'accusés parmi lesquels figure un certain Jacques Lancot, de Landujan en Duault13, qui sans doute n'est autre que le Jacob Lencot qui se disait « capitaine » des révoltés.

***

13Pour conclure, ce document ne change pas radicalement ce que nous savons sur les motivations de la révolte des paysans bretons en 1675. Il étend notre connaissance sur les agissements qui se situent à l'apogée de la révolte, à la mi-juillet, et confirme que le poids du prélèvement, tant seigneurial que décimal, a été une des motivations fondamentales des révoltés. Il donne à penser que les violences les plus graves ont été dirigées contre des nobles et des décimateurs qui étaient objets d'une haine particulière en raison d'abus particuliers.

  • 14 Roland Mousnier, Fureurs paysannes, 1967, p. 154.
  • 15 Garlan, Nieres, op. cit. p. 2 0 5.

14Au temps du débat Porchnev-Mousnier, le modèle de référence pour interpréter les révoltes de l'Ancien Régime était la révolution. « Ces furieux n'étaient pas des révolutionnaires. Leur explosion n'était pas une tentative de révolution », écrit Roland Mousnier14 en 1967. En réponse, en 1975, Y. Garlan et C. Nières15, soucieux de caractériser cette révolte de façon éminente, envisagent que « les Bonnets Rouges se soient par ailleurs élevés à un niveau de conscience et d'action révolutionnaire qui satisfasse aux normes actuelles » (sic). Mais cette hypothèse très générale n'est fondée sur aucune source. En l'occurrence, l'épisode que révèle ce document présente plutôt des caractères assez proches de ceux que Pierre Bourdieu observe dans les mouvements sociaux très récents, qui sont souvent des actions orientées « vers des objectifs précis, concrets et importants pour la vie sociale », et qui privilégient « l'action directe ». Toujours le présent pèse sur les interprétations des historiens.

  • 17 Étant donné les nombreuses répétitions entre les témoins, il nous a paru inutile de publier tous (...)
  • 18 En 1686, Yvon Le Mouser est codétenteur de deux censives et d'un convenant dépendant du prieuré ( (...)
  • 19 En 1686, Mathieu Brecot, « filz Laurens », tient une censive dépendant du prieuré (Arch. dép. Côt (...)
  • 20 En 1663, François Le Boulch avait rendu aveu pour une censive relevant du prieuré de Landugen (Ar (...)

15Information17 d'office faicte par la cour & siege royal de Carhaix a la requête & sur les faictz de la plainte de messire Claude Budes, prêtre, chevallier, sieur du Rufflay, prieur de Saint-James & de Landugen & sieur recteur de la paroisse de Duault, demandeur & complaignant, contre missire François Gourlay, prêtre, Jacob Lencot & Margueritte Guenechdu sa femme, Charles Le Bourchis & Françoise Jaouen sa femme & François Le Bourchis leur fils, Jan Floch, Yvon Le Mouzer18, Mathieu Guenegon, Mathieu Bercot19, Yves & François Le Boulch20, Sebastien Guenechdu,

16Sebastien & Guillaume Ropertz & aultres, leurs complices, a quoy a esté vacqué par nous sénéchal dudit siege, subdelegué & commissaire en cette partye suivant la commission de monsieur de Marillac, conseiller du roy en ses conseils, maître des recquestes ordinaires de son hostel, intendant de justice & commissaire departy par sa majesté en cette province de Bretaigne pour la connoissance des crimes, sédition, revolte & pillages publicqs en datte du XIe de septembre présent mois, signé de Marillac, & plus bas Du Pont, ayant avec nous Le Joubyt, greffier civil & criminel dudit siege, & au bourg parochial de Duault suivant la reservation porté par nostre procesverbal de desente audit bourg de ce jour 23e de 7bre 1675.

  • 21 Armoire.
  • 22 Un côté de lard est un demi-porc salé.

17Gilles Auffray, cuisinnier demeurant au village de Kergroas, paroisse de Duault, agé de 40 ans, themoin juré par serment dire verité par grand conseil & aultres causes de faveur examines & enquis d'office sur les faicts de la plainte dudit sieur complaignant, depose qu'il est servant travaillant de son mestier au presbitaire dudit Duault & qu'il chasse aussy quelque foys pour le sieur complaignant & qu'estant au presbitaire un jour de jeudy sur le [f° 1 v°] commensemes du mois de juillet deraint qu'il ne peut autrement cotter, environ les dix heures du matin il ouid sonner le tocsain dans l'eglise de Landugen & deux heures apres vid arriver dans ce bourg une grande quantité de peuples assemblés au nombre d'environ quinze centz ou deux mille personnes, tant hommes, femmes que filles & a leur teste comme leurs cheffs & capitaines Jacob Lencot, Charles Le Bourchis, Jan Floch, Yvon Le Mouzer et Mathieu Guenegon, et estoint aussy de la troupe Margueritte Guenichdu, femme dudit Lencot, et Françoise Jaouen, femme dudit Le Bourchis, & la plus part des habitants du prieuré de Landugen & des paroisses voisines comme Plusquellec, Carnot & Plourach, d'entre lesquels il reconneust Janne Le Mouzec, la femme de François Ringuiz de Kermarec, Yvon Cuziat filleur de lesne, le sieur de Commanna, son frere le sieur de Kerhuel, Le Gourivinnec, & estoint lesdits Jacob Lencot, Commanna & Kerhuel armés de fusils & tous les aultres hommes de fourches de ferrs & longs batons, lequel Lencot commensa a esmouvoir le peuple assemblé, par dire en ces termes : « allons mes soldats, je suis vostre capitaine », & puis tira une corde de sa poche qu'il montra a toutte l'assemblée. Il dit tout haut : « Cherchons le gros ventrier & grand volleur de recteur pour le pendre de cette corde, & puis nous le mettrons en quatre quartiers. Il faut aussy prendre Renée sa servante & je feray moy mesme le mestier », & sur ce, ledit Lencot, Bourchis & leurs femmes & aultres cy devant nommés a l'ayde de toutte la populace, thesmoignant estre toutte esmeue, assaillirent qui deça, qui dela, les portes dudit presbitaire & depandances, en sorte qu'a grands coups de haches, marteaux & pierres ils eurent vistement effondrés les portes tant d'abas que du haut, comme aussy touttes les presses21, cabinets [f° 2 r°] coffres & fermetures cy estans, & sur icelluy presbitaire pillé tout ce qu'il y avoit. Vid iceux Lencot, Bourchis, Floch, Mouzec, Guenegon et aultres tirer quatre baricques de vin dans la court qui furent bien tost beues & coullées, comme aussy effoncerent une tonne de quatre baricques de cildres estante dans un petit cellier proche et avis la porte de la cuisine & enfin emporterent touts les effects & meubles portatiffs dudit sieur de Sainct James, consistante en papiers & livres, or, argend, vesselles tant d'argenterie que d'estain, linges, garnitures de licts, couettes, mattelatz et provisions comme farines, tant fromant que seigle, bledz, tant froment, seigle, avoine & bled noir en grande quantité, provisions de viande consistans en sept costés22 de lart & plain un grand charnier de beuff, en sorte qu'ils ne laisserent rien du tout que quelques gros meubles de bois tout brisés ainsy qu'ils se voient encor dans la maison, et remarqua entre aultres les femmes desdits Lencot & Bourchis qui emportoint chacun un costé de lart, ledit Jacob Lencot deux grands bassins, ledit Bourchis un grand pochon d'actes & des poches de farines de fromant & de seigle, Janne Le Mouzec emporta une couette de plumes & oultre emporta aussy un costé de lart, la femme de François Rinquiz un costé de lart, Yvon Cusiac, filleur de laine, emporta une garniture de lict d'escarlatte, & enfin qu'il n'y eust que que ce soit de ladite populace qui ne beut du vin & du cildre & qui n'enporta chicun sa piesce. & avoir apris que quelques jours apres ledit pillage, iceux Lencot, Bourchis, Floch, Guenigon & aultres habitants dudit Landugen, avoint brullé du genest en grand nombre que ledit sieur complaignant avoit dans un parc depandant du village de la Villeneuffve & quantité des pailles en une aire au bourg de Landugen comme aussy [f° 2 v°] avoint emporté du bled a muions en gerbes audit Landugen, & mesme que ledit Lencot & Bourchis & Floch ont amené du bestial avec eux que ledit sieur demandeur avoit a my croix avec quelques particulliers au parc Duault & ailleurs. & avoir aussy ouï par bruit commun que missire François Gourlay, prêtre, avoit esté le suject & motteur de cette assemblée audit Landugen, & qu'icelluy, ledit Lencot, Bourchis, Mouzec & Guenigon ont estés avec armes a feu sur les chemins de Carhaix & de Saint-Servais guetter ledit sieur de Saint- James pour le tuer, & avoir aussy ouï dire qu'ils disoint persister dans leur dessain jusques a la mort. Si dict avoir souvent foys veu, tant du soir que du matin, depuis cedict pillage, ledit missire François Gourlay, prêtre, se promener aux environs & advenues de ce bourg, themoignant voulloir espier quelques-uns. C'est la deposition lui leue & donnée a entendre, qu'il affirme veritable, & ne sçavoir signer, ainsy signé, de La Boessiere, senechal, & Thepault, greffier, ainsy signé Thepault, greffier [sic].

182. Guyon Teunou, jardrinier, demeurant au village de Lannenir, paroisse de Duault, aagé de 32 ans, thesmoin jure par serment dire verité par grand conseil & aultres causes de faveur examinés & enquis d'office sur les faicts de la plainte dudict sieur complaignant.

  • 23 Chapelle au bord de l'Hyère, au point de concours des limites de Duault, Plusquellec et Carnoët, (...)

19Depose qu'un jour de jeudy sur le commensement de juillet dernier si bien luy souvient, estant a travailler au jardin de Landugen, environ les neuff heures du matin, il ouid les cloches dudit Landugen & de la chappelle de Pinity23 sonner le tocsain. & incontinant vid assembler audict Landugen une grande quantité de peuples, tant hommes, femmes que filles, au nombre de plus de huict cents ou mille personnes, ce que l'ayant estonné, il se mist a observer par dessus le fossé [f° 3 r°] par une brousse ladite assemblée & y reconneust entre aultres Jacob Lencot & Charles Le Bourchis, Yves Le Mouzer, Jan Floch, François Le Bourchis pere dudit Charles & aultre François Le Bourchis, fils dudit Charles, Margueritte Guenechdu, femme dudit Lencot & Françoise Jaouen, femme dudit Charles Le Bourchis, & generallement touts les habitants dudit Landugen, qu'il ouy dire par entr'eux qu'il estoit arrivé la des personnes en grand nombre des paroisses de Carnot, Plourach, Poullaouen & Plusquellec, & ayant ouy tout ledit peuple desquels ledit Lencot, Charles Le Bourchis, Mouzer & Floch disoint estre les capitaines, murmurer par entr'eux contre ledit sieur de St James, recteur, & qu'il failloit qu'il fussent tous aller au presbitaire de Duault pour le tuer, faire revolte sur lui & le piller, le deposant partit dudit Landugen pour se rendre au bourg dudit Duault dans le dessain de donner quelque avis de ce qu'il avoit veu & ouy audit sieur recteur. Mais il ne fut pas sy tost rendu dans ledit presbitaire qu'il ne vid aussy arriver lesdits Lencot, Bourchis, leurs femmes, Mouzer & Floch, suivi de toute la populace, paroissante desja esmeue, & ouid ledit Lencot demander haultement ou estoit le gras ventrier & volleur de recteur, qu'il le failloit mettre en quatre quartiers, & sur ce assaillirent tous, checun de son costé, ledit presbitaire, ayans rompus & brisés les portes d'icelluy & depandances a coups de haches, marteaux & pierres, ils entrer [sic] dans le dedans & ayans pareillement rompus & brisé toutes les portes des chambres & galtas comme aussy les presses, coffres & fermetures, vid que lesdits hommes et femmes firent en premier sortir quatre baricques de vin qui furent bientost beue et coullés, ce qu'il y avoit de pain mangé, & apres effoncer aussy une tonne de cildre de quatre baricques qui fut aussy en partye beue, & en aultre partie gastée. & ensuilte ledit Lencot, Bourchis et leurs femmes, Mouzer & Floch aians dict : « allons [f° 3 v°] nos soldats, nous sommes vos capitaines, pillons tout », eux & tous les aultres de l'assemblée se mirent a piller & emporter chacun ce qu'il pouvoit dudict presbitaire, en sorte qu'a moins d'une heure & demie de temps ils emporterent & voilerent tout ce qu'il y avoit de portatiff comme papiers, livres, lingeries, couettes de plumes, mattelats, linceuls, couvertures de garnitures de licts, bledz, farines, barres de fer, costé de lart au nombre de sept, plain un grand charnier de viande de beuff, vesselles tant d'estain que d'argeant & generallement tout ce qu'il y avoit. & aperceu parmy ladite populace Yvon Cuziat, filleur de laine, qui emportoit une garniture d'escarlatte, la femme d'un nommé Rinquin un cotté de lart, un appellé Le Bigat dont il ne sçait le nom propre mais qu'il est marchand beurier, des barres de fer & aultres hardes, & vid aussy trois ou quatre personnes lui inconneu d'une societté dont l'un emportoit un coffret de fer dans lequel il est certain qu'il y avoit quantité d'argent & d'or, lequel coffre fut trouvé quelques jours apres effoncés dans un courtil parmy du choux. & apres que ladite populace se fut retiré il entra dans ledit presbitaire ou il vid que ce qui estoit restés de gros meubles estoint tous brisés & que les chambres estoint jusques a my jambes remplis de plumes parce que aparement quelques uns avoint vuidés des couettes pour emporter du bled dans les couettils. Dit avoir ouï que quelques jours apres ledit pillage qu'on avoit brullé des genets & de pailles & emportés des mullons de bleds audit Landugen apartenants audit sieur recteur & que s'avoit esté ceux de Landugen qui lui avoint aussy faict ce second desordre. C'est sa deposition, lui lue & donné a entendre, qu'il affirme veritable, & ne saçavoir signer, ainsy signé de La Boessiere, senechal, & Thepaut, greffier.

  • 24 Rapporte le pillage à partir du tocsin sonné à Landugen.

203. François Thomas, du village de Treffles en Guillen, menager, aagé de 58 ans, thesmoin24...

214. Pierre Derien depose que le jeudy xie juillet dernier, environ midi, il ouid un grand bruit vers le presbitaire [...] & ouï dire communnement par un chacun que toute ceux de Landugen estoint du nombre desdits peuples & que ceux de Plusquellec, Carnot, Plourach & Poullaouen y estoint aussy...

225. Françoise Desjars, femme de Pierre Derien...

  • 25 Ces témoins se trouvaient au bourg de Duaut.

236. Jan Guillaume, laboureur...25

  • 26 C'est le quinzième témoin.
  • 27 Comprendre : qu'il était vrai.

247. Janne Le Boulch, femme d'Yves Le Berre26, depose qu'elle estoit allé, quelques jours avant la révolte & assemblée se fist, au presbitaire de Duot, tant aux messes qu'apres, elle ouid a l'issue d'une vespres missire François Gourlay, prêtre, proner & insulter contre le sieur recteur de Duot & prieur de Landugen, disant haultement qu'il ne s'acquittoit pas de son devoir en qualité de prieur dudit Landugen, & demandoit aux habitans dudit Landugen qui assistoint ausdits vespres leurs sentiments la dessus, sur quoy Charles Le Bourchis, Jacob Lencot & quelques aultres repondirent qu'il estait27, & dirent audit Gourlay qu'ils voulloint tres vollontiers qu'il eust esté prieur a l'advenir, & eust perceu les rentes & revenus dudit prieuré, & l'appellerent effectivement prieur de Landugen, & en apres aprocherent lesdits Lencot & Bourchis de l'autel & dudit Gourlay & touts trois tindrent quelques discours dudit sieur prieur de Landugen [f° 6 v°]...

25Continuation de ladite informaion du 24e 7bre 1675

  • 28 Rapporte le pillage.

268. Louis Gueguen...28

279. Jan Le Clerc, hoste au bourg dudit Duault, depose que certain jour du mois de juillet dernier qu'il ne peut aultrement cotter, il vid arriver dans ledit bourg, environ les unze
heures a midi, une assemblée de paisants au nombre d'environ deux milles, & a leur teste comme leur capitaines, Jacob Lencot, Charles Le Bourchis, les deux [f° 8 v°] armés de chacun son fusil...

2810. Janne Thepot, hotesse, femme dudit Le Clerc [...] dit que touts les habitans generallement de Landugen y estoint...

  • 29 Rapporte le pillage.

2911. Pierre Le Ballan, laboureur de terre...29

  • 30 En 1686, Olivier Coz est détenteur d'un convenant dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, (...)
  • 31 C'est le témoin suivant, qui confirme ce témoignage.

3012. Ollivier Coz, menager30 dudit Landugen, depose qu'un jour de dimanche, sur le commencement de juillet dernier, a l'issue des vespres qui s'estoint dictes a l'eglise de Landugen, il ouid missire François Gourlay, prêtre, demander a tous les habitans dudit Landugen par forme de prone s'ils estoint satisfaict & s'ils se contentoint du prieur & s'ils trouvoint qu'il deservoit bien le prieuré, sur quoy tous les présents observerent la [sic] silence, en sorte que personne ne faisoit aucune reponse, ce que voiant le deposant, comme l'un des plus enciens des habitans dudit Landugen, il dit haultement & repondit que tous les habitans estoint contants & tres satis- faict du service quy s'y faisoit, ce que n'ayant en aparance plut audit Gourlay, il dit au deposant qu'il estoit excommunié, [f° 10 r°] qu'il n'estoit pas catholicque & eust a sortir de ladite eglise & mesme le poussa rudement pour l'obliger de sortir. & croist qu'il lui eust fallu sortir sans que Jacques Poessel31 s'i opposa...

3113. Jacques Paessel, cordonier dudit Landugen...

  • 32 En 1686, maître Pierre Le Boulch est un des co-détenteurs, avec Mathieu Bercot, d'une censive dép (...)

3214. Maître Pierre Le Boulch32, notaire dudit prieuré, depose que le jeudy 1 le juillet dernier au matin, estans dans sa demeure, il ouit les cloches dudit Landugen & de la chapelle du Pinity sonner fortement & pandant une heure ou environ sans qu'il sçait le suject. & neantmoins vit arriver audit Landugen une grande quantité de peuple, tant hommes, femmes que filles, qui s'assembloint. Tous disoint d'une commune voye qu'il failloit se rendre a Duot pour rompre, briser & piller le presbitaire...

3315. Yvon Le Berre, blastier, depose qu'il avoit a my croist en ses prairies soubz le sieur de Sainct [f° 12 r°] James complaignant quatre vaches & que ce mesme jour de la revolte fut dans ce bourg de Duault environ les quatre heures apres midi, Jacob Lencot & Margueritte Guenechdu sa femme & Maurice Guenechdu, armés de fourches ferrés & longs batons firent prendre & enlever de force lesdites vaches qu'ils amenerent effectivement contre le gré de deposant & non contans dudit enlevement ils se mirent encorre en devoir de le maltraiter & tuer, ce qu'ils avoint faict sans qu'il prist la fuitte & se sauva a traver les champs. & avoir ouy par bruit commun un chacun dire comme chose contante que dix beuffs & touts les aultres bestiaux qu'avoit ledit sieur complaignant aussy a my a Parc Duot ont esté aussy pris et enlevés de force par Mathieu Guenegon & ledit Jacob Lencot & les ont faict tuer & manger a leurs soldats le jour de pardon de la chapelle de Nostre Dame du Pinity & que Charles Le Bouchis avoit vandu l'un desdits beuffs. C'est sa deposition.

  • 33 Témoignage conforme au suivant.

3416. Charles Hingant, laboureur de terre33...

35[f° 12 v°] 17. Allain Legeat, menager, depose que quatre jours apres le mesme jour que la revolte et pillage furent faicts au presbitaire de ce bourg, se retournant d'envoier son bestial a la pasteure du matin, il rencontra Jacob Lencot & Mathieu Guenegon & Charles Le Bourchis, armés de fourches ferrés, & deux jeunes garsons luy inconneus qui touchoint et menoint devant eux dix bestes a cornes apartenante au sieur de Sainct James, desquels Lencot, Guenegon & Bourchis lui dirent qu'ils n'amenoint pas encor avec eux la valleur du dixiesme denier de ce qu'ils devoint reprendre sur ledit sieur de Saint James. Ne sçait ou ils avoint estés les prendre ny ce qu'ils en firent. C'est sa deposition.

3618. Charles Tanguy depose qu'il y a environ un mois & demy, un jour de dimanche qu'il ne peut aultrement cotter, a l'issue du prosne de la grande messe dudit Landugen, il ouid, aussy bien tous les aultres asistans de la grande messe habitans dudit Landugen, missire François Gourlay, prêtre, dire haultement par forme de prosne, que le sieur de Duault & de Saint-James n'estoit plus, il y avoit longtemps, prieur dudit Landugen, & qu'il ne devoit plus percevoir les dixmes vertes ny droicts du prieuré puisqu'il ne faisoit pas le service, a quoy quelqu'un que le deposant ne peut reconnoistre, estant esloigné de luy & aiant parlé sans qu'il le vid, dict qu'il estoit vray, & n'y eust lors aultre chose le touchant, & croist neantmoins que par ce moien, icelui Gourlay ne laissa pas d'esmouvoir les habitans dudit [f° 13 r°] Landugen & de leur faire murmurer contre ledit sieur prieur parce qu'il ouid quelques uns le faire destrer [sic]. Mesme & environ 10 ou 12 jours apres qui estoit un jeudy, estant dans sa maison, du matin il ouid les cloches dudit Landugen sonner le tocsain & que c'estoit Charles Le Bourchis qui les sonnoit, ce qui dura pendant deux heures, auquels on vid une assemblée se faire, proche & au devant de l'eglise, & y arriver en foulle plus de sept a huict cents personnes, tant hommes, femmes que filles, & mesme des enffens, & croit que tous les habitans dudit Landugen estoint, d'entre lesquels il vid & reconneust Jacob Lencot armé d'un fusil, Charles Le Bourchis, Yves Le Mouzer et Mathieu Guenigon, armés de fourches ferrés, qui se disoint cheffs & capitaines de l'assemblée, dans laquelle il vid aussy François & Jan Le Bourchis pere & fils, Margueritte Guenechdu, femme dudit Lencot & François Jaouen, femme dudit Charles Le Bourchis, Janne Le Mouzer, François Le Bigat & son frere, le fils de Martin Prigent, Jan Floch, Yves Cuziat, la femme de Rinquiz, ne peut reconnoistre aultres pour les pouvoir nommer, mais sçait for bien que les peuples quy composoint ladite assemblée au-dessus des habitans de Landugen estoint des paroisses voisines comme Plusquellec, Carnot & Plourach, & vid aussy les sieurs de Commana & Kerhuel, dudit Plusquellec, & ouid que toue [sic] l'assemblée, d'une commune voye, delibera qu'il failloit aller au presbitaire de Duault pour le le bourg dudit Duault, & sur la vesprée dudit jour, vid des personnes luy inconneus, retournante yvres dudit bourg, passer par ledit Landugen [f° 13 v°] pour s'en aller a leur demeure aux paroisses cy devant nommées, qui lui dirent qu'on avoit faict beau jeu audit presbitaire, qu'on avoit beu 4 baricques de vin & aultan de cildres & tout ledit presbitaire & ce qui estoit dedans avoit esté foudroyé, pillé & emporté. C'est sa deposition.

3719. Yves Sanson...

3820. Pierre Sanson, qu'un jour de jeudy du mois de juillet dernier qu'il ne peut aultrement cotter, apres midi, aiant ouy dire qu'il y avoit une grande quantité de peuple assemblée dans le bourg de Duot pour piller le presbitaire, il se rendist environ [f° 14 r°] sur les trois heures apres midi pour prevenir a son posible qu'il ne seroit arrivé du mal a ses gents & a une maison qu'il a dans le bourg...

39Continuation d'information ce jour 17e janvier 1676

  • 34 Semble de Plusquellec.
  • 35 « au bourg de Landugen », rayé, ainsi que la suite sur trois lignes. Le témoin a d'abord trouvé u (...)
  • 36 Chapelle au sud de la paroisse de Plusquellec, à un kilomètre du bourg, et près de la limite de Ca (...)

4021. Matieu Le Luclais34 depose que le matin dudit jour de jeudy du mois de juillet dernier qu'il ne peult aultrement cotter, passant par le pont du Pré pour devoir se rendre chez Mathieu Guenegon, il fist rencontre, proche dudit pont, d'Allain Le Goff, d'un vieillart duquel il ne sçait le non, qui pechoint du poisson, lesquels luy demanderent s'il sçavoit pour quoy les cloches de Plusquellec sonnoint, & leur aiant reparty que non, ils lui dirent unanimens qu'il luy failloit aller avec eux au bourg de Landugen ou il se faisoit une assemblée de peuple pour faire revolte sur le sieur recteur de Duot & piller le presbitaire, ce que voiant il voullut se cacher par les chemins, ce que n'aiant peu, tant les deux aultres l'observoint de pres, il alla audit [f° 15 r°35] proche de Coetleau36 ou il vid & trouva quantité de paisants tant de Plusquellec que de Carnot assemblés, & Me Jan de La Rochehuon qui prenoit le non & surnon de toutte l'assemblée, & avant de partir de la il y fit appel & leur dit qu'il failloit aller au bourg de Landugen pour prendre les ordres & deliberé ce qui se feroit dans ledit Duot. Sur quoy icelluy Rochehuon & Raoul Madec son vallet furent les premiers a marcher, & suivis de touts les aultres & du deposant, en tout au nombre de deux cents, se rendirent audit Landugen ou il y avoit une grande quantité d'aultres paisants aussy y assemblés...

  • 37 Dénonce surtout des paroissiens de Plusquellec.

4122. Issabeau Logeat, femme d'Allain Poessel37...

  • 38 Du 23e

4223. Bertrand Le Bozec, blastier, depose qu'un certain jour de jeudy du mois de juillet dernier qu'il ne peut aultrement cotter, environ les cinq heures du soir38, allant de compaignie avec Janne Le Gouez sa femme au moulin du Pré en ladite paroisse de Plusquellec pour accomoder de l'avoine & icelle faire moudre...

4324. Jan Pan, laboureur...

4425. Pierre Remond, couvreur d'ardoise...

  • 39 Nomme des paroissiens de Plusquellec ayant participé au pillage.

4526. Gilles Soubin, laboureur39...

46[f° 17 r°] Continuation d'information du 18 janvier 1676

  • 40 En 1686, la veuve et les enfants de François Lencot tiennent une censive dépendant du prieuré (Ar (...)
  • 41 Du 27e au 33e, les témoignages portent sur le vol de bestiaux commis à la fin de juillet.

4727. Noble homme Yves Le Clerc, sieur de Kerberinnir, depose qu'un jour sur la fin du mois de juillet dernier qu'il ne peut aultrement cotter, environ les deux heures appres midy, retournant du mannoir de Kermabilou ou il avoit esté en compaignie de plusieurs aultres pour devoir empecher la revolte qui se devoit faire, il fit rencontre sur les chemins entre le moullin de Kermabillou & le village de Kerscuil, de Me François Lencot40,Jacob Lencot [...] il ouid ledit Jacob Lencot dire, parlant aux quatre aultres, qu'ils estoint seurs de trouver des beuffs & aultres bestiaux du sieur de St James, recteur de Duot41...

4828. François Lesné, laboureur...

4929. François Guenigon, laboureur, depose qu'un jour sur la fin du mois de juillet dernier [f° 18 r°] qu'il ne peut aultrement cotter, environ les trois heures de l'apres midi, il fit rencontre proche du moulin de Kermabillou de Jan Lannes, tessier, de Parc Duot, avec lequel s'estant arresté a parler entre aultres du pillage du presbitaire de Duot il luy dit que le sieur recteur n'estoit pas encor quitte parce que ceux de Landugen devoint le landemain aller querir et enlever les beuffs & aultres bestiaux qu'il avoit au Penlun, & sur ce ils se separerent. & le landemain il ouid communement par ceux dudit canton que Jacob Lencot, Me François Lencot, Charles Le Bourchis, Mathieu Guenegon & un fils au Pinson avoint estés audit Penlun a mains armés & de force avoint enlevez & emmenés les bestiaux dudit sieur recteur de Duot au nombre d'onze ou douze. C'est sa deposition.

5030. Louis Courtois, cousturier...

5131. Louis Gueguen, laboureur...

5232. Allannette Olivier, fille feu Yves de Poseguer...

5333. Marie-Anne Collart, femme Pierre Thomas...

5434. Janne Le Boulch, femme François Ringuiz...

5535. Me Yves Guillou, notaire royal, depose qu'il y a 4 ou 5 ans qu'il demeure audit bourg de Duault, pandant lequel temps il a souvant foys hanté la maison presbiterale dudit bourg où demeuroit ledit sieur complaignant, qu'il y avoit quantité de linges comme nappes, serviettes, linceulx de divers toilles, bledz, licts garnis de grand couettes & traversiers de plumes, catalonnes, rideaux de vallent, vesselles tant d'argeant que d'estain de divers sortes & mesme avoir veu dans le cabinet [f° 20 r°] dudit sieur recteur quantité de beaux grandz livres tant en latin que françois [...]

5637. Renée Garel, servante dudit sieur recteur, depose qu'il y a 6 ans passés qu'elle est sans discontinuation au service dudit sieur...

5738. Perine Jeunon depose qu'il y a six ans qu'elle est marié & demeurante au bourg de Duot pandant lequel temps elle a esté par divers foys chez le sieur recteur dudit Duot dans le presbitere ayder laver & faire des buées, faisant quoy elle y a veu grand quantité de lingerie comme serviettes, nappes d'environ 30 aulnes de longueur & sans aucunes coustures...

5839. Moricette Corrouge depose qu'avant son mariage elle a demeuré en qualité de servante domesticque avec le sieur recteur de Duot, ainsy estre certaine qu'avant le pillage de son presbitaire qui se fist un jour du mois de juillet dernier ledit presbitaire estoit garny richement de toutes sortes d'ameublement convenable a une personne de qualité comme quantité de vesselles d'argend, de plusieurs especes chandelliers, vinaigrier, sucrier, plats, assiettes, cuillers, fourchettes, mouchettes d'argeand, quantité de vaissaux tant d'estain fin que commun & toute ladite vesselle d'estain pouvante estre du poidz de quatre a cincq cens livres, de la belle lingerie delicée de touttes especes & de la valleur assurement de deux mille livres, dix licts garnys de garniture & de rideaux de draps & de bergame & deux de drap fin coulleur de feu avec franges de soye...

5940. Yvon Le Ballan, menager, depose qu'il a esté consecuttivement deux ans en qualité de serviteur domesticque avec le sieur recteur de Duot...

Notes

1 Arch. dép. Côtes d'Armor, 20 G 66.

2 Liste des vingt paroisses dans E.S.B., Arthur de La Borderie, Boris Porchnev, Les Bonnets rouges, 10-18, Union générale d'éditions, Paris, 1975, p. 109. Yvon Garlan, Claude Nieres, Les révoltes bretonnes de 1675. Papier timbré et Bonnets rouges, Éditions sociales, Paris, 1975, p. 134. Sources dans D. Tempier, « La Révolte du papier timbré en Bretagne. Nouveaux documents », Mémoires de la Société archéologique et historique des Côtes du Nord, 1885-1886, 2e s., 2, p. 123-151.

3 Jean Kerherve, François Roudaut, Jean Tanguy, La Bretagne en 1665 d'après le rapport de Colbert de Croissy, CRBC, Brest, 1978, p. 200.

4 Henri See, Les classes rurales en Bretagne du xvie siècle à la Révolution,rééd. Monfort, 1978, p. 283.

5 Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415

6 Dont un arrêt du 10 août 1641 (Arch. dép. Côtes d'Armor, E 3038).

7 Hervé Tigier, La Bretagne de bon aloi. Répertoire des arrêts sur remontrance du parlement de Bretagne, 1554-1789, dact., 1987, n° 2410-2411 et n° 3789.

8 Cité d'après la publication de Tempier, op. cit., p. 125.

9 Garlan, Nieres, op. cit., p. 140.

10 Kerherve, op. cit., p. 124.

11 Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415.

12 Sur ce sujet, cf. La prise de parole politique, source des conflits, régulateur des conflits, Journée d'étude à l'université de Poitiers sous la direction d'Anne Jollet, 24 novembre 2001, Gerhico.

13 E.S.B., Arthur de La Borderie, op. cit., p. 213.

14 Roland Mousnier, Fureurs paysannes, 1967, p. 154.

15 Garlan, Nieres, op. cit. p. 2 0 5.

17 Étant donné les nombreuses répétitions entre les témoins, il nous a paru inutile de publier tous les témoignages exhaustivement.

18 En 1686, Yvon Le Mouser est codétenteur de deux censives et d'un convenant dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

19 En 1686, Mathieu Brecot, « filz Laurens », tient une censive dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

20 En 1663, François Le Boulch avait rendu aveu pour une censive relevant du prieuré de Landugen (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

21 Armoire.

22 Un côté de lard est un demi-porc salé.

23 Chapelle au bord de l'Hyère, au point de concours des limites de Duault, Plusquellec et Carnoët, et à un kilomètre à l'ouest de Landugen.

24 Rapporte le pillage à partir du tocsin sonné à Landugen.

25 Ces témoins se trouvaient au bourg de Duaut.

26 C'est le quinzième témoin.

27 Comprendre : qu'il était vrai.

28 Rapporte le pillage.

29 Rapporte le pillage.

30 En 1686, Olivier Coz est détenteur d'un convenant dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

31 C'est le témoin suivant, qui confirme ce témoignage.

32 En 1686, maître Pierre Le Boulch est un des co-détenteurs, avec Mathieu Bercot, d'une censive dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

33 Témoignage conforme au suivant.

34 Semble de Plusquellec.

35 « au bourg de Landugen », rayé, ainsi que la suite sur trois lignes. Le témoin a d'abord trouvé une assemblée intermédiaire à Coetleau.

36 Chapelle au sud de la paroisse de Plusquellec, à un kilomètre du bourg, et près de la limite de Carnoët.

37 Dénonce surtout des paroissiens de Plusquellec.

38 Du 23e

au 25e, les témoins ne sont arrivés au bourg de Duault que le jeudi soir.

39 Nomme des paroissiens de Plusquellec ayant participé au pillage.

40 En 1686, la veuve et les enfants de François Lencot tiennent une censive dépendant du prieuré (Arch. dép. Côtes d'Armor, H 415).

41 Du 27e au 33e, les témoignages portent sur le vol de bestiaux commis à la fin de juillet.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540