Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Troisième partie. La domination de la ville sur le plat-pays

Qu'est-ce que la banlieue à Angers ? (xiiie-xviiie siècles)

François Comte

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1François Comte

La banlieue [de la route] d'Angers au Mans était affreuse. Cette banlieue était tracée depuis la carrière de Pigeon jusqu'au moulin de la Lieue.
André Blordier-Langlois, Angers et l'Anjou sous le régime municipal depuis leur réunion à la commune jusqu'à la Révolution, Angers, 1843, p. 292.

Le Brionneau... forma un instant la limite de l'Anjou, comme plus tard de la quinte ou banlieue administrative d'Angers.
Julien Péan de la Tuillerie, Description de la ville d'Angers et de tout ce qu'elle contient de plus remarquable, nouvelle édition augmentée de notes critiques par Célestin Port, Angers, 1869, p. 448, note 1.

  • 1 Jacques Jeanneau, La banlieue d'Angers. Étude de géographie historique et urbaine, Université de R (...)
  • 2 Certains aspects généraux ont été dégagés par Sylvie Freney qui indique justement que faubourg et (...)

2Les anciens historiens angevins du xixe siècle tels André Blordier-Langlois ou Célestin Port connaissaient l'existence de cet espace géographique aux portes d'Angers et en précisaient même certaines limites. Par banlieue, il faut entendre non pas une série de communes aux environs immédiats d'Angers, étendue suburbaine entre ville centre et campagne - comme l'a analysée Jacques Jeanneau pour Angers contemporain1 - mais un territoire s'étendant d'une lieue depuis la sortie de la ville, là où s'exerce le ban recouvrant des pouvoirs réglementaires en matière de justice, de commerce et de pavage2.

  • 3 Xavier Martin, L'administration municipale d'Angers à la fin du xvie et au début du xviie siècle. (...)
  • 4 François Lebrun, Histoire d'Angers, Toulouse, 2e édit., 1984, p. 85-86.
  • 5 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, t. 1, p. 22.
  • 6 Sur l'origine des quatre quintes d'Angers, espace lié à la défense de la ville, voir en dernier li (...)
  • 7 René Robert, Recueil des privilèges de la ville et mairie d'Angers, Angers, 1748, p. 8-9. Ce n'est (...)
  • 8 Arthur Giry, Les Établissements de Rouen. Étude sur l'histoire des institutions municipales..., Pa (...)
  • 9 Roland Fiétier, Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Age, Besançon, 1973 ; Michel Bocha (...)
  • 10 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xve siècle, Paris, 1982, p. 176 et p. 17 (...)

3Une tendance existe depuis longtemps pour nier la réalité de ce territoire, il est vrai mal défini et limité comme nous allons le voir, et de l'assimiler à la quinte en les considérant comme équivalent3 Quand on décrit la ville, trois espaces sont distingués : l'intra-muros (Cité, Ville, Doutre), les faubourgs et au-delà la campagne4 qui commence « lorsque l'habitat devient discontinu5 ». On évoque parfois la quinte apparue après la construction de l'enceinte urbaine dite de Saint Louis et qui sert, depuis le xive siècle, d'assiette de perception pour l'impôt de « la cloison » et de réquisition pour la corvée dont le ressort est théoriquement de cinq lieues communes soit environ 20 à 25 kilomètres, mais en fait assez variable6 Or, entre la quinte et le faubourg, un espace intermédiaire, la banlieue, existe et on la trouve citée dans la charte communale octroyée par Louis XI au sujet des droits aux « habitants de la dite ville, faubourg, banlieue et quintes d'Angers en ce compris les Ponts-de-Cé7 ». Cette confusion déjà ancienne8 provient de l'imprécision du vocabulaire. Ce qui est appelé quinte à Angers, au Mans ou à Poitiers, est nommé banlieue à Besançon, Bordeaux ou Caen9. Bernard Chevalier fait bien la distinction en parlant de « petite banlieue ou banlieue originelle » soit notre banlieue d'Angers et la « grande banlieue » qui serait analogue à notre quinte10.

  • 11 François Lebrun, Histoire d'Angers..., p. 86.

4La constitution de ce territoire est bien antérieure à la mise en place d'institution communale et semble dérivée de l'ancien « territorium ». Cette banlieue dispose de prérogatives propres quoique restreintes et d'un ressort particulier qui s'est affranchi à plusieurs reprises des limites paroissiales pour épouser un espace plus familier à l'angevin contemporain que l'ancien cadre administratif des seize paroisses considérées urbaines sous l'Ancien Régime11.

Le territoire et la banlieue de la coutume d'Anjou

  • 12 Cf. note 23, texte de 1408 « la bamleue ».
  • 13 Cité par Michel Bochaca, « Banlieues et détroits municipaux : les espaces suburbains soumis à la j (...)
  • 14 Cartulaire de La Trinité de Vendôme, édit. C. Métais, Paris, t.I, 1893, n° 295.
  • 15 François Comte, « Le territoire d'Angers du xe au xiiie siècle : naissance des bourgs et faubourgs (...)
  • 16 François Comte, « Recherches sur la topographie d'Angers au haut Moyen Âge (vie-milieu ixe s.) » d (...)
  • 17 À ces noms, voir notices de Célestin Port dans Dictionnaire historique, géographie et biographique (...)

5Le terme banlieue n'apparaît dans les textes, avec le sens où nous l'avons préalablement déterminé, qu'au début du xve siècle12. Auparavant, et comme dans d'autres villes, seuls territorium et terminus civitatis sont attestés. Le mot banleuga est pourtant connu dans des villes proches, au Mans au xie siècle13 ou bien à Vendôme14 C'est ainsi que l'ancien village des Banchais, constituant encore de nos jours la limite entre Angers et Saint-Barthélemy d'Anjou, est situé « in territorio ville Andecavis » au xve siècle15. Les quelques lieux évoqués à l'époque mérovingienne « in termino civitatis » ne sont pas vraiment localisables16. Quant au terme « juxta Andegavum », devenu par la suite « lès-Angers » on le retrouve sur une distance allant de la Haie-aux-Bonhommes (Avrillé) à Saint-Barthélemy d'Anjou, de Saint-Augustin ou de Saint-Léonard à Éventard représentant un rayon d'environ 4 à 5 kilomètres (1 lieue) dès le franchissement des portes de la ville17.

  • 18 Les Établissements de Saint Louis publiés par Paul Viollet, Paris, 1881, t. II, p. 196 et 204-206.
  • 19 Remarque d'Eusèbe de Laurière reprise par Paul Viollet, id., 1886, t. IV, p. 92.
  • 20 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l'Anjou et du Maine antérieures au xvi(...)
  • 21 Christian Cussonneau, Les moulins d'Angers et d'Anjou, Angers, 1995.

6Les premières apparitions du mot banlieue sont inscrites dans la littérature coutumière mais avec une signification très différente. L'exercice des banalités concernant en particulier le moulin contraint les sujets d'un seigneur à moudre au moulin seigneurial. Les Établissements de Saint Louis datant de la fin du xiiie siècle stipulent cette obligation qui concerne également tous les sujets d'un vassal sans moulin obligeant ceux-ci, s'ils sont à moins d'une lieue de ce moulin, à utiliser celui du suzerain18. Cette banlieue s'étend sur deux mille pas de cinq pieds (environ 3,2 km) puisqu'en Anjou mille tours de roue valent quinze pieds19. Le non-respect de ces dispositions peut aller jusqu'à la confiscation de la farine par le seigneur. Cependant on peut décider d'une distance supérieure à une lieue que l'on précise dans l'acte de concessions ou lorsque l'on détermine les limites entre les populations dépendant de plusieurs moulins proches. Ces prescriptions, reprises dans la coutume de 1463, sont élargies au seigneur propriétaire d'un moulin à foulon mais sur une étendue de trois lieues. Pour l'utilisation du four, ce sont les mêmes règles à condition néanmoins que le seigneur du fief ne puisse faire valoir son droit que s'il dispose d'un bourg en totalité ou en partie20. Ces droits seront plus vite abandonnés en ville d'ailleurs plus riche en moulins tant sur la Maine qu'aux environs immédiats21. Ces premiers textes juridiques parlant de la banlieue ne sont pas d'une grande utilité pour le sujet traité et il faut plutôt recourir à des sources comptables, aux statuts des métiers et enfin aux délibérations du conseil de ville pour définir l'emprise de cette banlieue.

Prérogatives de la ville et des métiers sur la banlieue à la fin du Moyen Âge (xve siècle)

  • 22 François Comte, « Angers sous les premiers comtes apanagés (2e moitié du xiiie siècle), dans L'Eur (...)
  • 23 Paul Marchegay, Archives d'Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, Ang (...)
  • 24 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions... Seconde partie : Recherches sur les ju (...)
  • 25 Tous les textes des statuts de métiers d'Angers ont été édités par Sylvie Meslay, Les métiers à An (...)
  • 26 Statut des tisserands de 1496 modifié par le roi Charles VIII : Sylvie Meslay, Les métiers..., p. (...)

7En 1279, la confirmation du comte d'Anjou, Charles II, d'une mesure de police rendue par son prédécesseur sur la vente au détail du vin et des poissons souligne qu'elle ne peut s'effectuer dans la quinte d'Angers pour revendre en ville22, alors qu'en 1408 il est permis aux pêcheurs et poissonniers de se fournir dans la banlieue pour ne revendre qu'à la poissonnerie d'Angers23. Un dispositif assez proche interdit en 1415 aux poulaillers et marchands de chevreaux d'Angers d'acheter avant 10 heures à l'intérieur de la banlieue sous peine de pilori et de privation de métier. En 1462, on limite l'usage de certains poids et mesures à la ville et à la banlieue24. Durant tout le xve siècle, les statuts des métiers étendent leur règlement à toute la banlieue25. C'est ainsi que le statut des pâtissiers, octroyé en 1430 par la duchesse d'Anjou, Yolande d'Aragon, s'applique aux ouvriers voulant devenir maître dans la ville et la banlieue. Les articles 15 et 16 donnent la possibilité aux maîtres d'exercer dans la ville et sa banlieue alors que les valets ne peuvent vendre dans ce ressort. Pour d'autres métiers, l'exercice est étendu au baillage (pour les lormiers ou éperonniers) ou à la quinte d'Angers y compris les Ponts-de-Cé (cordonniers). En 1461, les drapiers sont cantonnés à la ville et aux faubourgs. Le contrôle du métier par des maîtres-jurés et l'exécution de sanction pouvant aller jusqu'à être interdit de résidence s'étend le plus souvent jusqu'à la banlieue26. La police des métiers d'Angers s'étend donc presque indifféremment sur la banlieue ou la quinte qui pourraient être considérées comme équivalente dans les statuts des corporations.

  • 27 Albert Lecoy De La Marche, Extrait des comptes et mémoriaux du roi René, Paris, 1873, p. 163.
  • 28 Pour Albert Lecoy De La Marche, idem, p. 162, note 1, ces deux travaux ne formaient qu'un seul et (...)
  • 29 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Age : les villes du duché de Bretagne aux xive et xv(...)
  • 30 Délibération du 31 décembre 1590 citée par Xavier Martin, L'administration..., t. III, p. 317.
  • 31 Arch. mun. d'Angers, BB 102, fol. 138.
  • 32 Le toponyme est cependant très ancien. Il est attesté depuis le début du xiie siècle : Cartulaire (...)
  • 33 Jean-Pierre Leguay, « Le paysage péri-urbain au xve siècle : l'aspect et le rôle de la campagne vo (...)

8Depuis le début du xve siècle, un « maistre gouverneur et visiteur des pavaiges et barraiges d'Angiers27 » est nommé par le conseil du duc d'Anjou dont dépend un fermier des pavages et barrages de la ville et banlieue d'Angers qui obtient, après enchères, cette charge pour trois années. Il a pour tâche de prélever, aux barrières des faubourgs, les droits sur les marchandises qui vont permettre de procéder à deux types de travaux28. Le plus important était le pavage et l'entretien des routes de la banlieue et l'autre celui de la construction de barrières et fossés en cas de danger. Ce dispositif de barrières existait également à Rennes29. Pourtant Jean-Pierre Leguay doute de son efficacité militaire dont on connaît à Angers quelques détails pour le xvie siècle : on y emploie du bois de chêne, mais aussi des ferrures, on installe une tour (de guet ?), puis des fossés30. D'anciennes tours avec embrasures de tir sont encore mentionnées en 1702 aux extrémités des faubourgs Bressigny et Saint-Laud31. À l'entrée des faubourgs, ces barrières permettent le prélèvement des taxes ; elles peuvent être éloignées comme celles des Ponts-de-Cé et peut-être aussi « La Barre », l'une en direction de Sainte-Gemmes-sur-Loire et l'autre sur la route de Nantes32. À Rennes, on dénombre sept « barres » autour de la ville33.

  • 34 Albert Lecoy De La Marche, Extrait des comptes..., n° 456, p. 164.
  • 35 Idem, n° 457-458, p. 164 et Arch. mun. d'Angers, II 6.

9L'entretien des routes de la banlieue incombe au duc mais chaque habitant de la ville est obligé d'entretenir le pavé qui borde sa maison. Néanmoins, certaines grandes rues d'Angers sont refaites à neuf par le duc d'Anjou comme la rue Baudrière en 145334. La localisation d'un de ces travaux en banlieue nous fournit un indice sur ce territoire. En 1463, on remplace totalement le pavé du pont de Brionneau à la Barre appelé grand chemin d'Angers à Champtocé ou route de Nantes par Saint-Georges qui, en 1411-1412 avait déjà fait l'objet de réfections35. Les limites semblent claires : c'est une rivière, le Brionneau, qui marque l'entrée de la banlieue et qui se termine à La Barre, peut-être ancienne barrière et encore aujourd'hui à l'extrémité du territoire communal. Si la quinte inclut la banlieue, la banlieue n'englobe par le faubourg et ne commence qu'à ses confins. Mais comme nous le verrons par la suite, les autres contours de la ville n'ont pas à une délimitation aussi simple.

  • 36 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Les coutumes et institutions..., t. Il, p. 36-37 et t. IV, p. 226.
  • 37 Idem. Première partie : Coutumes et styles, t. III, p. 78-79.

10En 1456, quatre sergents ordinaires de la prévôté « en la ville et banlieue d'Angiers » prêtent serment à la Chambre des comptes d'Anjou, de faire rapport sur tous les abus constatés, en particulier sur les marchandises entrées en fraude sans paiement des droits. De ces sergents relevaient l'imposition d'amende et l'exercice de la basse justice. Un auditoire de la prévôté avait été construit au xve siècle près de la poissonnerie36. Si quelques officiers ducaux exerçaient leur fonction dans la ville et dans la banlieue, les coutumes de 1463 indiquent un ressort de la prévôté d'Angers étendu à la quinte37.

  • 38 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 8-10.
  • 39 Olivier Guillot, Le comte d'Anjou et son entourage au xie siècle, Paris, 1972, t. I, p. 410-415, n (...)

11La charte octroyée par Louis XI va attribuer au maire une grande partie des droits que nous avons évoqués sur la banlieue. La nouvelle juridiction mentionne le plus souvent « ville et cité » mais par quatre fois est indiqué « ville, faubourgs, banlieue et quinte d'Angers y compris les Ponts-de-Cé38 ». L'échevinage dispose du pouvoir judiciaire sur les habitants qu'il perdra très vite par ailleurs, le roi rétablissant les magistrats royaux dans leurs prérogatives. Un certain contrôle des métiers et commerces lui est attribué. Il peut prélever une taxe sur chaque pipe de vin hors d'Anjou arrivée dans la ville. En revanche, la banlieue n'est pas indiquée mais est étendue à la quinte pour ce qui concerne les poids et mesures, les fours et les moulins. Enfin, le maire lève « la cloison » mais aussi les droits de barrages et pavages pour entretenir les routes et les défenses de la ville. En somme, il n'y a qu'un transfert de compétences vers l'échevinage car les droits sur la banlieue existaient sans doute depuis plusieurs siècles pour certains d'entre eux comme celui de la prévôté39. Si nous comparons la situation angevine avec d'autres villes, nous constatons une émergence ou du moins une précision sur les attributions de la ville sur la banlieue qui, à partir du xiiie siècle, s'occupe à la fois des mesures de police, de défense (même si le rôle principal est la quinte à Angers), de taxation des vins et d'entretien de routes. Rares sont les villes où les limites apparaissent précisément dès le Moyen Âge et c'est par la connaissance des travaux de voirie, principalement au xviie et xviiie siècles et des plaintes qu'ils entraînent, que nous connaissons les limites de la banlieue quand la ville veut étendre ses pouvoirs sur la campagne.

Un espace d'environ une lieue hors les faubourgs à l'origine du territoire communal (xviiie siècle)

  • 40 Anne Lombard-Jourdan, « Oppidum et banlieue. Sur l'origine et les dimensions du territoire urbain  (...)
  • 41 Anne Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris. La genèse de la rive droite jusqu'en 1223, Paris, 198 (...)

12La question de l'emprise de la banlieue semble différente dans chacune des villes et ne correspond jamais à un cercle parfait autour de la ville centre. La plupart des historiens des villes ont considéré que la banlieue inclut les faubourgs attenants à la ville et les villages avoisinants dans un rayon d'environ 4,5 kilomètres soit une lieue commune40. Faute de textes précisant des limites dont on s'est peu par ailleurs souciées ou de plans comme il en existe plusieurs pour Paris41, il nous faut donc recourir au toisé des travaux de voirie.

  • 42 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 720.
  • 43 Sylvie Freney, Les faubourgs de villes moyennes en France au xviiie siècle, Université d'Angers, m (...)
  • 44 Voir François Comte « Plan des faubourgs et les barrières d'octroi » dans Document d'évaluation du (...)
  • 45 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337, pièce n° 1.
  • 46 Une délibération du 21 novembre 1785 confirme que « fait partie du faubourg les maisons qui formen (...)
  • 47 Ce vœu pieux est évoqué depuis la fin du xxiie siècle et aurait pu trouver son aboutissement avec (...)
  • 48 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337, pièce n° 2.
  • 49 Hervé Martin, « La fonction polyvalente des croix à la fin du Moyen Âge », Colloque L'Espace et le (...)
  • 50 La croix Pelette, les Deux croix et la croix des Jonchères ne sont, quant à elles, que des croix d (...)
  • 51 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 768.
  • 52 Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de l'ancien Paris. Histoire d'un espace urbain, Paris, 1985 (...)

13À l'occasion d'un arrêt du conseil du roi de 1716 qui accorde à l'Hôpital général le droit de percevoir quinze sous par pipe de vin au-delà des barrières, on rappelle qu'est « entendu comprendre sous le nom de fauxbourgs, que ce qui est au-dedans des barrières qu'en faisaient pour hors les limites suivant le procès-verbal de 167142 ». Pour Sylvie Freney, ce qui distingue faubourg et banlieue, c'est l'octroi43. Cependant, les barrières d'octroi coupent parfois en deux le faubourg comme nous le montre le « plan de la ville et faubourgs d'Angers et des environs » de 1704 par René Thibaudeau (cf. fig. 3)44. Une ordonnance royale de janvier 1741 affirme que « barrières et poteaux qui sont au bout des faubourgs d'icelle et qui font la distinction de ce qui est réputé de la ville, d'avec la banlieue45 ». Pour les maires et les échevins, les bornes ou barrières placées tantôt à la fin du faubourg (rue Bressigny), tantôt au milieu (rue Châteaugontier) ne sont là que pour une perception plus facile des droits. En revanche, le faubourg ne s'arrête pas tant qu'il y a continuité de maisons. L'argument principal des habitants du faubourg Saint-Jacques pour que la ville répare leur chemin est qu'il y a bien continuité de leur habitat (cf. fig. 2) et que du pont Brionneau à l'Épicerie, il n'y a que trois-quarts de lieue commune. La continuité des maisons sans aucune place vide dans le faubourg n'est pas sans poser de problèmes46 C'est ainsi que les échevins vont faire appel une nouvelle fois à Simon des Granges, bien connu par le splendide plan de la ville de 1736, afin de relever la limite des faubourgs. Il ne semble pas qu'il y ait eu un début de réalisation de cette commande47. En revanche, l'argument de la distance d'à peine une lieue ne tient pas car vers Sorges, elle fait une lieue et demie ; vers Paris cinq quarts de lieue jusqu'à l'Épervière en limite d'Écouflant et une demi-lieue jusqu'au Tertre-au-Jau. Il n'y a donc aucune règle qui prescrit une distance précise d'une lieue48. La seule certitude que l'on puisse avoir et d'après ces distances, c'est que la banlieue ne commence qu'à la fin de faubourgs signalés parfois par des croix de carrefour49 : croix de l'Hommeau à la fin du faubourg Saint-Michel, croix Montaillé et croix Hanneloup pour celui de Bressigny, croix des Ladres avant la léproserie Saint-Lazare, croix Renard pour le faubourg Saint-Laud50. À ces marqueurs discrets de l'entrée dans la ville, on peut utiliser un élément topographique tel une rivière (Brionneau) pour Saint-Jacques, une pierre remarquable ou une carrière pour Saint-Michel (la Grosse Pierre ou carrière du Pigeon), de même qu'on utilise une rivière entre paroisse taillable et paroisse urbaine comme celle qui longe le faubourg Saint-Samson appelée « ruisseau de séparation » sur le plan Thibaudeau. Les rues les moins urbanisées restent en dehors de tout contrôle et une fraude importante existe pour se soustraire aux « aides » perçues aux barrières qui regroupent droit de prévôté, boîte simple, double et triple cloison, graisse, pied fourché et subvention51. À Paris, la fraude a conduit à élever le mur dit des fermiers généraux à partir de 1785, qui règle ainsi tout litige sur les limites de la ville soumises au droit d'entrée52.

  • 53 La banlieue de Saint-Denis est aussi bornée par des piliers et des croix. Michaël Wyss dir., Atlas (...)
  • 54 Célestin Port, « La pyramide de Sorges », dans Questions angevines, Angers, 1884, p. 93-98 relève (...)
  • 55 Le lieudit « La Belle-Borne » près de l'avenue Pasteur ne correspond à aucune limite connue. Voir (...)
  • 56 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337: « Les grands chemins qu'on appelle la banlieue... qui ne com (...)
  • 57 Ces procès-verbaux d'Ancien Régime ont été intégrés dans la série O contemporaine des archives mun (...)
  • 58 Ce document important des archives municipales (II 13) peut être complété par le cadastre de 1810 (...)
  • 59 La paroisse de Sorges a, quant à elle, été rattachée pour l'essentiel aux Ponts-de-Cé. Plan de dél (...)

14Pour la fin de la banlieue un seul toponyme significatif, en dehors de La Barre déjà mentionnée, existe sous l'appellation « la lieue » (com. de Saint-Sylvain d'Anjou) — que l'on a cité en exergue de cet article - qui est d'ailleurs prolongée par la rivière de l'Épervière pour former la limite nord correspondant aussi à celle paroissiale de Saint-Samson en englobant Éventard, manoir épiscopal. Là encore, on retrouve une série de croix qui marque la frontière de la banlieue53. Au sud : croix Verte, croix Villiers, croix du carrefour Saint-Augustin, Bourg-la-Croix, maison de la croix Rouge et à l'est, croix d'Orléans, croix des Banchais et croix Blanche. À partir de 1753, à la suite de l'achèvement de la levée il y aura aussi « La pyramide » instalée aux carrefours des routes d'Angers, des Ponts-de-Cé et de Trélazé54 Des points culminants ou des rochers imposants sont utilisés comme bornage: la Baumette, le Tertre-au-Jau, le Tertre de l'Épervière, ou le Grézil (com. de Bouchemaine). Les ponts comme ceux de Sorges, d'Épinard et le pont aux Filles ou les bois surtout à l'ouest de la ville tels le bois l'Abbé, le bois du Roy et les bois de Saint-Nicolas sont autant de repères. En revanhe, les bornes de pierres inexistantes à Angers, y compris dans les rensies, semblent d'ailleurs d'un usage rare55. Toute une série de lieux-dits mentionnés dans les adjudications des travaux de pavage de la banlieue a donc permis une certaine précision. La question des pavages reste la plus importante pour définir la banlieue. Nous en voulons pour preuve l'aception de ce mot au xviiie siècle qui désigne les routes ou grands chemins aux sorties immédiates de la ville56 Encore en 1787, le voyer procède à des visites « des rues et chemins de la ville et banlieues57 ». On arrive à une carte différente de celle issue du recensement de 1769 car y sont incluses les paroisses « taillables » de Saint-Laud campagne, Saint-Augustin, Saint-Léonard et Saint-Samson ainsi que Sorges58 (fig. 1). Mais cette carte ne regroupe pas l'emprise totale des dites paroisses et épouse dans la partie sud, une portion des limites de la commune d'Angers depuis 1790-1793 à la suite des partages des communes de Saint-Léonard et de Saint-Augustin. Dans le nord, on est plus proche des limites paroissiales de l'Ancien Régime que des limites actuelles en particulier en ce qui concerne les accroissements vers Éventard et Épinard59.

***

15La banlieue avec son paysage fait de terres cultivables, de vignes, d'écarts et de moulins est une entité indissociable de l'emprise de la ville mais demeure une notion floue, y compris pour les contemporains qui ne précisent les limites qu'à l'occasion de procès. Elle englobe, au-delà de l'extrémité des faubourgs, une zone d'environ une lieue où s'étendent, à l'origine, le pouvoir de la prévôté d'Angers et la juridiction de la ville. L'extension de cette zone périurbaine, « tête de pont » de la ville gagnant sur la campagne, est donc déduite par les tronçons de chaussées entretenus ou refaits totalement au xviiie siècle. On ne sera donc pas surpris de savoir que la commune d'Angers a repris une grande partie des limites de notre « petite banlieue » constituant ainsi la survivance de cet espace dont on avait même douté de son existence.

Illustrations

La banlieue d'Angers au xviiie siècle

La banlieue d'Angers au xviiie siècle

Fig. 1 : La banlieue d'Angers (xviiie siècle) comparée avec les limites paroissiales de l'Époque modernes et communales actuelles (cartographie Christophe Bartardy, DRAC Pays de la Loire).

Plan de l'extrémité du faubourg Saint-Jacques au-delà de la barrière d'octroi (1744)

Plan de l'extrémité du faubourg Saint-Jacques au-delà de la barrière d'octroi (1744)

Fig. 2: Est-on encore dans le faubourg ou au début de la banlieue s'il n'y a pas continuité d'habitat ? Question posée à l'occasion d'un procès avec plan à l'appui (Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337. Cl. Éric Jabol).

Extrait du plan Thibaudeau (1704)

Extrait du plan Thibaudeau (1704)

Fig. 3: La croix Montaillé marque la fin du faubourg Bressigny plus que la barrière près de l'auberge de Malte, rue Châteaugontier (Arch. mun. d'Angers, 1 Fi 1575).

Notes

1 Jacques Jeanneau, La banlieue d'Angers. Étude de géographie historique et urbaine, Université de Rennes, thèse de doctorat de géographie, 1972. Ce présent article a bénéficié des remarques et corrections de Sylvain Bertoldi, Michel Bochaca, Martine Denis et Sylvie Freney que je suis heureux de remercier pour avoir pris le temps de relire attentivement mon texte.

2 Certains aspects généraux ont été dégagés par Sylvie Freney qui indique justement que faubourg et banlieue sont deux réalités distinctes avec leur propre territoire, Les faubourgs et leur évolution au milieu du xixe : étude comparée d'Angers et de Montréal, Université d'Angers, thèse de doctorat d'histoire, vol. 1, 2004, p. 13-16 et p. 24-25.

3 Xavier Martin, L'administration municipale d'Angers à la fin du xvie et au début du xviie siècle. Les institutions, Université de Paris II, thèse de doctorat de droit, 1972, t. III, p. 294, note 3 ; Michel Balard dir., « Banlieue », dans Dictionnaire de la France médiévale, Paris, 2003, p. 28.

4 François Lebrun, Histoire d'Angers, Toulouse, 2e édit., 1984, p. 85-86.

5 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, t. 1, p. 22.

6 Sur l'origine des quatre quintes d'Angers, espace lié à la défense de la ville, voir en dernier lieu Aurélien Rousseau, Finances politiques et société à Angers au xve siècle (v. 1420-v. 1485), Université d'Angers, mémoire de DEA d'histoire, 2003, dactyl., p. 59-62 et annexe II.

7 René Robert, Recueil des privilèges de la ville et mairie d'Angers, Angers, 1748, p. 8-9. Ce n'est en rien une figure de style comme cela a pu être avancé.

8 Arthur Giry, Les Établissements de Rouen. Étude sur l'histoire des institutions municipales..., Paris, 1883, t.1, p. 411-412.

9 Roland Fiétier, Recherches sur la banlieue de Besançon au Moyen Age, Besançon, 1973 ; Michel Bochaca, La banlieue de Bordeaux. Formation d'une juridiction municipale suburbaine (v. 1250 -v. 1550), Paris, 1997 ; Laurence Jean-Marie, Caen aux xie et xiie siècles. Espace urbain, pouvoirs et société, Caen, 2000.

10 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xive au xve siècle, Paris, 1982, p. 176 et p. 179-180.

11 François Lebrun, Histoire d'Angers..., p. 86.

12 Cf. note 23, texte de 1408 « la bamleue ».

13 Cité par Michel Bochaca, « Banlieues et détroits municipaux : les espaces suburbains soumis à la juridiction des communes du bordelais (xiiie -xvie siècle) », Histoire. Économie. Société, 1996, p. 353-369.

14 Cartulaire de La Trinité de Vendôme, édit. C. Métais, Paris, t.I, 1893, n° 295.

15 François Comte, « Le territoire d'Angers du xe au xiiie siècle : naissance des bourgs et faubourgs monastiques et canoniaux », dans John Mc Neill et Daniel Prigent dir., Anjou. Medieval Art, Architecture and Archaeology, Leeds, 2003, p. 8.

16 François Comte, « Recherches sur la topographie d'Angers au haut Moyen Âge (vie-milieu ixe s.) » dans Le haut Moyen Age en Anjou, table ronde d'Angers de mars 2002 (à paraître).

17 À ces noms, voir notices de Célestin Port dans Dictionnaire historique, géographie et biographique de Maine-et-Loire, Angers, 1874-1878, 3 vol.

18 Les Établissements de Saint Louis publiés par Paul Viollet, Paris, 1881, t. II, p. 196 et 204-206.

19 Remarque d'Eusèbe de Laurière reprise par Paul Viollet, id., 1886, t. IV, p. 92.

20 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l'Anjou et du Maine antérieures au xvie siècle. Première partie : coutumes et styles, Paris, 1879, t. III, p. 189-194.

21 Christian Cussonneau, Les moulins d'Angers et d'Anjou, Angers, 1995.

22 François Comte, « Angers sous les premiers comtes apanagés (2e moitié du xiiie siècle), dans L'Europe des Anjou. Aventure des princes angevins du xiiie au xve siècle, Paris, 2001, p. 250.

23 Paul Marchegay, Archives d'Anjou. Recueil de documents et mémoires inédits sur cette province, Angers, t. II, 1853, p. 294.

24 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions... Seconde partie : Recherches sur les juridictions de l'Anjou pendant la période féodale, Paris, 1897, t. IV, p. 111, n° 80.

25 Tous les textes des statuts de métiers d'Angers ont été édités par Sylvie Meslay, Les métiers à Angers à la fin du Moyen Âge, (1279-début du xvie siècle). Université d'Angers, mémoire de maîtrise d'histoire, 1996.

26 Statut des tisserands de 1496 modifié par le roi Charles VIII : Sylvie Meslay, Les métiers..., p. 205.

27 Albert Lecoy De La Marche, Extrait des comptes et mémoriaux du roi René, Paris, 1873, p. 163.

28 Pour Albert Lecoy De La Marche, idem, p. 162, note 1, ces deux travaux ne formaient qu'un seul et même service.

29 Jean-Pierre Leguay, Un réseau urbain au Moyen Age : les villes du duché de Bretagne aux xive et xve siècles, Paris, 1981, p. 226.

30 Délibération du 31 décembre 1590 citée par Xavier Martin, L'administration..., t. III, p. 317.

31 Arch. mun. d'Angers, BB 102, fol. 138.

32 Le toponyme est cependant très ancien. Il est attesté depuis le début du xiie siècle : Cartulaire de l'abbaye du Ronceray d'Angers publié par Paul Marchegay, Angers, 1854, p. 66-67.

33 Jean-Pierre Leguay, « Le paysage péri-urbain au xve siècle : l'aspect et le rôle de la campagne voisine dans la vie des cités bretonnes au Moyen Âge », Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, t. 57 (1980), p. 63-67.

34 Albert Lecoy De La Marche, Extrait des comptes..., n° 456, p. 164.

35 Idem, n° 457-458, p. 164 et Arch. mun. d'Angers, II 6.

36 Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Les coutumes et institutions..., t. Il, p. 36-37 et t. IV, p. 226.

37 Idem. Première partie : Coutumes et styles, t. III, p. 78-79.

38 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 8-10.

39 Olivier Guillot, Le comte d'Anjou et son entourage au xie siècle, Paris, 1972, t. I, p. 410-415, note cependant que les compétences du prévôt d'Angers étaient supérieures aux autres prévôts à l'origine et qu'il est difficile de déterminer son ressort exact.

40 Anne Lombard-Jourdan, « Oppidum et banlieue. Sur l'origine et les dimensions du territoire urbain », Annales E.S.C., 1972, n° 2, p. 385-393.

41 Anne Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris. La genèse de la rive droite jusqu'en 1223, Paris, 1985, p. 108-110 et p. 213.

42 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 720.

43 Sylvie Freney, Les faubourgs de villes moyennes en France au xviiie siècle, Université d'Angers, mémoire de DEA d'histoire, 1988, p. 24-27, nuance beaucoup plus cette affirmation par rapport à son arti-cle « Les faubourgs d'Angers au xviiie siècle : sources et premiers résultats démographiques », Archives d'Anjou. Mélanges d'histoire et d'archéologie angevines, 2002, n° 6, p. 105.

44 Voir François Comte « Plan des faubourgs et les barrières d'octroi » dans Document d'évaluation du patrimoine archéologique urbain d'Angers, Paris-Tours, 1990, p. 58, d'après Arch. mun. d'Angers, BB 102, fol. 137 et 138 (délibération du 21 oct. 1702), et principalement le plan Thibaudeau, idem, 1 Fi 1575.

45 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337, pièce n° 1.

46 Une délibération du 21 novembre 1785 confirme que « fait partie du faubourg les maisons qui forment une continuité... », Arch. mun. d'Angers, BB 132, fol 15.

47 Ce vœu pieux est évoqué depuis la fin du xxiie siècle et aurait pu trouver son aboutissement avec le plan Thibaubeau s'il avait été correctement levé. Voir François Comte, « Angers à travers ses plans (1652-1813) : une cité immobile » dans Claude Petitfrère dir., Images et imaginaire de la ville à l'époque moderne, Tours, 1998, p. 153-173.

48 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337, pièce n° 2.

49 Hervé Martin, « La fonction polyvalente des croix à la fin du Moyen Âge », Colloque L'Espace et le Sacré. Rennes, 1982, Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1980, n° 4, p. 614-677. Il existe toute une littérature locale plus ou moins érudite sur ces croix. Voir en dernier lieu Yves Cadou, « Voies anciennes et croix de carrefour en Anjou », Bulletin trimestriel de la Société d'études scientifiques de l'Anjou, n° 88 (1993), p. 27-30. En revanche, les notices courtes, accompagnées généralement de photos dues à André Sarazin, sont utiles à consulter dans les Bulletin de l'Association départementale pour la sauvegarde des chapelles et calvaires.

50 La croix Pelette, les Deux croix et la croix des Jonchères ne sont, quant à elles, que des croix de carrefour assez éloignées des faubourgs. Sur les deux premières croix, voir Jean Marcot « Traces et tracés des voies anciennes », Histoire des coteaux de la Loire et de la Maine, n° 1 (1987), p. 25-29 et Camille Humeau, « Les Deux-Croix en Anjou », Mémoires de l'Académie d'Angers, 9e s., t. V et VI (1971-1972), p. 62.

51 René Robert, Recueil des privilèges..., p. 768.

52 Bernard Rouleau, Villages et faubourgs de l'ancien Paris. Histoire d'un espace urbain, Paris, 1985, p. 103-107.

53 La banlieue de Saint-Denis est aussi bornée par des piliers et des croix. Michaël Wyss dir., Atlas historique de Saint-Denis des origines au xviiie siècle, Paris, 1996, p. 366-371 (DAF n° 59).

54 Célestin Port, « La pyramide de Sorges », dans Questions angevines, Angers, 1884, p. 93-98 relève qu'elle marque « l'achèvement de la grande levée d'Angers jusqu'à l'entrée de la banlieue d'Angers ».

55 Le lieudit « La Belle-Borne » près de l'avenue Pasteur ne correspond à aucune limite connue. Voir aussi Michel Bochaca, « Banlieux et juridictions municipales suburbaines dans le royaume de France et sur ses marges au Moyen Âge », dans Josette Pontet dir., En quête de banlieue(s) du Moyen Age à nos jours, Bordeaux, 1998, p. 16 et Simone Roux, « Bornes et limites dans Paris à la fin du Moyen Âge », Médiévales, 28 (1995), p. 129-137.

56 Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337: « Les grands chemins qu'on appelle la banlieue... qui ne commence qu'à l'endroit où le pavé est en forme de chaussée ».

57 Ces procès-verbaux d'Ancien Régime ont été intégrés dans la série O contemporaine des archives municipales: 1 O 958 (chemin de Frémur), 1 O 1033 (chemin de Saint-Augustin), 1 O 1036 (chemin de Saint-Léonard).

58 Ce document important des archives municipales (II 13) peut être complété par le cadastre de 1810 qui poursuit la numérotation des maisons entreprise en 1769.

59 La paroisse de Sorges a, quant à elle, été rattachée pour l'essentiel aux Ponts-de-Cé. Plan de délimitation: Arch. dép. de Maine-et-Loire, 1 L443.

Table des illustrations

Titre La banlieue d'Angers au xviiie siècle
Légende Fig. 1 : La banlieue d'Angers (xviiie siècle) comparée avec les limites paroissiales de l'Époque modernes et communales actuelles (cartographie Christophe Bartardy, DRAC Pays de la Loire).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25438/img-1.png
Fichier image/png, 971k
Titre Plan de l'extrémité du faubourg Saint-Jacques au-delà de la barrière d'octroi (1744)
Légende Fig. 2: Est-on encore dans le faubourg ou au début de la banlieue s'il n'y a pas continuité d'habitat ? Question posée à l'occasion d'un procès avec plan à l'appui (Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 4337. Cl. Éric Jabol).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25438/img-2.png
Fichier image/png, 869k
Titre Extrait du plan Thibaudeau (1704)
Légende Fig. 3: La croix Montaillé marque la fin du faubourg Bressigny plus que la barrière près de l'auberge de Malte, rue Châteaugontier (Arch. mun. d'Angers, 1 Fi 1575).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25438/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540