Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. Les gens du roi dans la ville

D'Anjou en Bretagne : mobilités géographiques et mobilités sociales dans la France du xviiie siècle

Philippe Jarnoux

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Philippe Jarnoux

2Il est plusieurs voies qui mènent, au xviiie siècle, de l'Anjou vers la Bretagne. Dans une société d'Ancien Régime longtemps présentée comme peu mobile, géographiquement et socialement, la deuxième moitié du siècle des Lumières autorise, on le sait, des élargissements progressifs des espaces et laisse apparaître parfois des mouvements et des déplacements caractéristiques des mutations en cours, des espoirs ou des échecs des individus. Ce sont quelques-unes de ces glissements - géographiques et sociaux - que nous voudrions évoquer ici.

Les chemins de la réussite

  • 1 Voir par exemple O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et déve (...)

3L'une des voies qui conduisent en Bretagne est celle de l'ascension sociale, de la recherche de la réussite économique ou de la consécration de respectabilités publiques. On connaît bien désormais l'attraction économique qu'exerce le port de Nantes sur les élites marchandes des villes de la vallée de la Loire comme sur un petit peuple citadin ou rural qui rêve sans doute de lendemains meilleurs à l'ombre des cargaisons de sucre débarquées près du quai de la Fosse1. Mais derrière ces mouvements inspirés par l'économie, il en est un autre, plus discret sans doute mais tout aussi symbolique, qui consacre la réussite sociale : celui des officiers de la Chambre des comptes de Bretagne.

4De 1750 à 1789, 166 nouveaux officiers intègrent la cour souveraine nantaise. Parmi eux, 43 sont des Angevins, soit 26 % de l'ensemble. Dans la première moitié du siècle, ils n'avaient été que 38 et entre 1650 et 1699 on n'en comptait que 12 (soit 8 % des nouveaux venus). En 1789, les officiers d'origine angevine n'ont probablement jamais été aussi nombreux à la Chambre. Cette irruption angevine n'est pas homogène et uniforme car, quoique croissante, elle concerne très prioritairement, les offices inférieurs de la chambre. Les Angevins n'accèdent qu'assez peu aux fonctions de maître, plus exceptionnellement encore à celles de président. À l'inverse ils cumulent les charges de correcteurs et d'auditeurs. Dans la seconde moitié du xviiie siècle, ils en arrivent presque à occuper la moitié de ces offices subalternes.

  • 2 Les offices de généraux de finances, de greffiers, de premiers huissiers, de gardes des livres et (...)

Les Angevins à la Chambre des comptes de Bretagne, 1650-17892.

Les Angevins à la Chambre des comptes de Bretagne, 1650-17892.
  • 3 La très modeste chambre des comptes de Blois avec sa compétence sur les biens de la maison d'Orléa (...)
  • 4 Ces trois institutions, quoique n'étant pas cours souveraines, apportaient une respectabilité cert (...)

5Comment expliquer cette attraction de la Chambre des comptes sur les Angevins ? Sans doute faut-il faire intervenir la proximité et les liens nombreux que bien des familles ont tissés au fil du temps avec une ville qui connaît alors une croissance spectaculaire. Sans doute aussi faut-il invoquer l'absence dans un large rayon de toute autre cour souveraine susceptible de satisfaire les appétits de reconnaissance sociale3. Le discrédit relatif des élections, des bureaux de finances et des présidiaux au xviie siècle4, l'exclusiisme nobiliaire du parlement de Bretagne, l'éloignement et le coût élevé des charges parisiennes ne laissent guère d'opportunités aux élites traditionnelles dans leur marche vers les sommets.

  • 5 On trouve en effet à la même époque à la Chambre des comptes un phénomène similaire avec l'arrivée (...)
  • 6 On pourrait dans une certaine mesure le comparer à celui qui touche au xviiie siècle les présidiau (...)

6Par ailleurs, le déclin relatif de la Chambre des comptes à l'intérieur de la Bretagne favorise aussi les arrivées extérieures. Mal considérée, perdant ses pouvoirs au profit des États provinciaux ou du Parlement, la Chambre des comptes n'attire plus guère la noblesse bretonne sauf pour les charges les plus hautes, celles de président ; elle ne tente guère plus les richissimes négociants nantais qui lui préfèrent des charges de conseillers-secrétaires du roi à la Chancellerie à l'effet anoblissant plus rapide et plus sûr. Dès lors, et dans la mesure où les charges d'auditeurs ne sont pas très chères, la chambre nantaise devient intéressante pour les notables angevins, mais aussi poitevins5, qui convoitent à terme l'anoblissement de leur lignée. Le recrutement de la Chambre des comptes connaît donc à la fois un déplacement géographique vers les provinces voisines de la Bretagne et un repli sensible vers les strates moyennes de l'élite sociale. Le processus n'est pas unique dans la France d'Ancien Régime6 mais l'ascension des nouveaux membres, lente et discrète, ne mènera jamais très haut.

7Au-delà de l'évolution particulière de la Chambre des comptes durant les dernières décennies de l'Ancien Régime, l'observation des origines des nouveaux venus et des conditions de leur entrée révèle les stratégies mises en place par les familles concernées. L'augmentation de la présence des Angevins s'insère en effet dans une dilatation et une réorganisation géographique des espaces familiaux des élites locales qui recherchent à concrétiser des réussites encore modestes. Le déracinement géographique de ces officiers, souvent issus des rangs de la bourgeoisie de robe angevine, est un des éléments importants pour faire aboutir des processus d'ascension commencés localement. Deux exemples, celui des Béritault et celui des Vollaige illustrent les possibilités d'évolution de ces familles angevines.

  • 7 Armand Vollaige de Vaugirault est auditeur à la Chambre des comptes de 1732 à 1752 ; son frère cad (...)

8À la fin du xviie siècle, Jacques Vollaige est un notable d'Angers. Avocat, échevin, il a épousé en 1698 une fille d'avocat, Renée Gautreau, et les deux familles font partie de ces élites roturières urbaines traditionnelles que l'on trouve dans toutes les villes importantes du royaume. Ses deux fils, Armand et François acquièrent des offices d'auditeurs aux comptes en 1732 et 17427 tandis que leur cousin germain, François Gautreau devient correcteur en 1739. Derrière cette proximité des acquisitions, on ne peut s'empêcher de penser à des choix professionnels réfléchis et à des relations préalables avec Nantes car les offices ont été achetés à des Bretons (Nantais ou Vannetais) sans lien apparent ou spécifique avec l'Anjou. Pourtant, les trois hommes épousent entre 1739 et 1741 des demoiselles de la meilleure bourgeoisie d'Angers, filles ou sœurs d'officiers de justice de la ville.

  • 8 Armand II Vollaige de Vaugirault est maître à partir de 1768 et le reste jusqu'à la Révolution.
  • 9 François Vollaige de Chavagnes est auditeur à partir de 1767 ; son frère, Charles Vollaige de Roui (...)
  • 10 Jean-Baptiste Gaudin du Plessis, fils d'un docteur régent de la faculté de Médecine d'Angers est a (...)
  • 11 Il s'agit de François Gautreau du Fresne qui occupe l'office de son père de 1762 à 1782, puis de R (...)
  • 12 Michel Jean Laboureau des Bretesches occupe une charge d'auditeur à partir de 1782 et rejoint à la (...)

9À la génération suivante, les deux filles d'Armand Vollaige épousent des militaires tandis que son fils Armand II acquiert un office de maître aux comptes et épouse sa cousine Émilie Gautreau (la fille du correcteur François8). Les deux fils de François deviennent à leur tour auditeurs aux comptes en 1767 et 17859 tandis que sa fille épouse un autre Angevin détenteur lui aussi d'un office d'auditeur depuis 1775, Jean-Baptiste Gaudin du Plessis10. Deux des fils de François Gautreau lui succéderont dans l'office de correcteur11 l'un d'entre eux ayant par ailleurs épousé la sœur d'un autre auditeur angevin, Michel Laboureau12. Entre 1739 et 1789, huit hommes de la famille (5 Vollaige et 3 Gautreau) ont donc siégé à la Chambre des comptes et, par les filles, on dénombre en plus trois alliés très proches. En 1789, deux frères Vollaige y côtoient leur cousin germain, leur beau-frère Gaudin, leur cousin au second degré Gautreau et le beau-frère et le beau-père de celui-ci (Laboureau).

  • 13 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 548.
  • 14 Mais on ne peut pas observer aussi attentivement l'activité des auditeurs dont la présence n'est p (...)

10Pourtant ce groupe familial compact n'est nantais que par l'activité. Depuis cinquante ans, aucun d'entre eux ne s'est vraiment installé dans la ville, leurs vies et leurs relations sociales habituelles restent angevines ; tous les mariages et toutes les naissances familiales se situent en Anjou. Plus encore, ils ne sont pas très présents à la Chambre. S'ils apparaissent en général lors des séances d'ouverture des semestres, on ne les voit plus guère ensuite. Armand Vollaige, maître depuis 1767, ne traite, par exemple, aucune requête de justiciable en 1778, 1779, 1781 et il n'en recevra que 35 entre 1782 et 1789 alors que les maîtres du premier semestre dont il fait partie en traitent 1 19413, certains réalisant en un semestre le travail que Vollaige accomplira en une décennie... Il semble bien que les autres membres du groupe ne se comportent pas différemment14.

  • 15 À l'exception de quelques ecclésiastiques.
  • 16 C'est sans doute ainsi qu'il faut entendre leur demande dispense de parenté. Au cours du xviiie si (...)

11Les Vollaige et leurs parents représentent un modèle particulièrement évident de recherche d'ascension même s'ils ne parviennent pas encore très haut dans la hiérarchie sociale. La plupart des garçons sont orientés vers la Chambre des comptes à l'exclusion de toute autre activité15 et ces offices nantais représentent pour eux l'assurance d'un anoblissement à terme. Les deux branches de la famille Vollaige ont acquis, de fait, une noblesse définitive à partir de 1787 après 40 années de présence ; chez les Gautreau, le fils aîné s'est retiré en faveur de son cadet en 1783 après avoir, lui aussi, satisfait aux besoins de l'anoblissement au second degré et, probablement, pour lui permettre d'en faire autant. Les alliés Gaudin n'en sont encore qu'à la première génération tandis que les Laboureau, dont le père et le fils siègent en même temps, aspirent sans doute eux aussi à l'anoblissement16. Mais cette ascension sociale malgré sa concentration extrême sur une seule voie ne se traduit pas par un réel déplacement géographique. Tous ou presque restent des Angevins, certains prolongeant et renforçant même cet enracinement au xixe siècle. François Vollaige, par exemple, sera de l'an VIII à 1825, maire de Chavagnes, la paroisse où il est probablement né et où sa mère et sa grand-mère ont été enterrées. Pour ces hommes, Nantes et la Chambre des comptes ne sont qu'un outil, en aucun cas un but.

  • 17 C'est le cas du grand-père de Guy et Jacques Poullain qui deviendront maîtres et correcteurs aux c (...)
  • 18 Les deux frères Poullain sont des cousins par alliance de Pierre-Anne Béritault, lequel est à la f (...)

12Le cas des familles Poullain, Béritault et Marquis, trois familles étroitement liées par des alliances nouées à la fin du xviie siècle, est un peu différent car il révèle, à côté de la progression sociale, les déplacements géographiques. Au milieu du xviie siècle, les uns et les autres n'occupent encore que des charges bien modestes de notaire seigneurial ou de grainetier au grenier à sel de Candé par exemple17. La première étape de leurs ascensions les conduit à Angers, Château-Gontier ou Cholet. C'est depuis ces villes qu'ils s'introduisent ensuite à la Chambre des comptes. Les Poullain y accèdent dès 1705 par l'acquisition de deux offices de correcteur et de maître nouvellement créés. Les Marquis les y rejoignent en 1730 comme correcteur puis les Béritault en 1739 (ils y resteront jusqu'en 1789 avec cinq officiers successifs issus de quatre branches de la famille). Au total, les trois familles comptent 10 officiers à Nantes, qui sont tous, frères, cousins, neveux18... et dans les années 1780, le groupe familial - un peu moins solide que celui des Vollaige - rassemble néanmoins cinq officiers. Comme dans le cas précédent des Vollaige, l'installation à Nantes n'est que transitoire et provisoire mais la différence essentielle vient ici de la diversité des voies d'ascension utilisées. Pierre Anne Béritault résigne en 1767 sa charge de maître à Armand II Vollaige. Il fait de son fils un militaire, marie l'une de ses filles avec un bailly de Meaux et l'autre avec un parisien conseiller à la Cour des Aides. Jacques Poulain envoie l'un de ses fils à la Chambre des comptes de Blois.

  • 19 Un déplacement de Cholet à Nantes, même s'il fait franchir les frontières provinciales, n'entraîne (...)

13Si, dans l'ensemble, l'enracinement angevin subsiste et si la chambre nantaise paraît souvent privilégiée dans les choix d'installation des enfants, il ne s'agit jamais de choix uniques et systématiques. Face à l'opportunité nantaise et robine, le choix de l'armée, de Paris ou de la vallée de la Loire se présente comme une alternative régulière. On peut même se demander si ces choix du val de Loire ou du bassin parisien ne sont pas, à terme, plus utiles à la réussite de la famille. Face à l'option nantaise choisie peut-être par défaut ou par facilité en raison de la proximité19, la route de l'Est est sans doute aussi attirante. En un peu plus d'un siècle, au fil des alliances et des choix professionnels, l'aire de dispersion de la parenté s'est élargie depuis les petites villes angevines jusqu'à des réseaux intégrant l'ensemble de la province, s'est aventurée dans le pays nantais et a remonté la Loire pour se tourner aussi vers le cœur du bassin parisien et la capitale. Ici, mobilité géographique et sociale vont de pair, la première étant mise au service de la seconde.

Les voies du déclassement

14Si les destins des Gens des comptes dessinent certaines des voies classiques de l'ascension sociale, il est d'autres chemins, de l'Anjou vers la Bretagne, qui — plus obscurs et sinistres — révèlent les tensions, les rigidités et les difficultés d'une France dans laquelle les Lumières ne brillent pas uniformément et n'apportent pas toujours progrès et amélioration sociale. À côté des magistrats devenus presque nantais mais à l'autre extrémité des hiérarchies sociales, plus d'un millier d'Angevins traversent la Bretagne entre 1750 et 1789, les chaînes au pied, pour venir purger au bagne de Brest une peine de galères qui les met, définitivement ou provisoirement, à l'écart de la société en leur imposant une véritable mort civile.

  • 20 On compte 21 698 fiches de prisonniers mais il faut tenir compte des récidivistes et des évadés re (...)
  • 21 Des chaînes de Bretagne sont organisées tous les ans jusqu'en 1759, des grandes boucles à douze re (...)

15C'est en 1749, à l'issue de la réunion du corps des Galères royales à celui de la Marine que les condamnés aux galères, jusqu'alors établis à Marseille, sont répartis entre les ports militaires du royaume. Les uns sont envoyés à Toulon, les autres acheminés vers Brest tandis qu'un troisième bagne s'ouvrira à Rochefort en 1767 et les galériens devenus forçats y resteront jusqu'au milieu du xixe siècle avant leur ultime exil vers les bagnes tropicaux de Nouvelle-Calédonie ou de Guyane. De son ouverture à 1789, le bagne de Brest accueillera ainsi près de 22 000 prisonniers arrivant pour leur grande majorité dans des chaînes qui ont auparavant traversé tout ou partie du royaume20. Le parcours le plus habituel des futurs prisonniers les conduit de Paris à Brest en passant par Alençon et Rennes mais d'autres chaînes traversent aussi l'Anjou. Les unes, dites chaînes de Bretagne, partent de Saumur, où sont jugés et provisoirement incarcérés nombre de contrebandiers de sel, passent par Angers et Candé avant d'entrer en Bretagne et de rejoindre Rennes ; les autres — les grandes boucles — rassemblent peu à peu après Paris, des condamnés de la France de l'Est en passant par Metz, Besançon, Dijon puis Orléans avant de descendre la Loire jusqu'à Saumur pour retrouver le parcours précédent. Les chaînes de Bretagne sont surtout fréquentes dans les années 1750, les grandes boucles plus souvent organisées à partir des années 1770 mais il n'est presque pas d'années au cours desquelles les routes de l'Anjou ne résonnent pas du bruit des chaînes des condamnés21.

  • 22 Intégralement conservés au Service Historique de la Marine à Brest, ils se répartissent en 39 gros (...)

16L'analyse du matricule du bagne de Brest22 permet de cerner très précisément le profil et l'origine de ces hommes. Elle fait apparaître clairement que l'Anjou est une des provinces les plus fortement marquées par les condamnations au bagne au xviiie siècle. Elle partage ce triste privilège avec le Maine voisin, les franges septentrionales du Poitou et le doit bien évidemment à la contrebande du sel aux frontières de la Bretagne.

  • 23 Les registres de matricules indiquent la paroisse et le diocèse d'origine des condamnés, c'est pou (...)

Les principaux diocèses d'origine des condamnés au bagne de Brest (1749-1789) 23

Les principaux diocèses d'origine des condamnés au bagne de Brest (1749-1789) 23
  • 24 Le Maine-et-Loire arrive 23e position des départements envoyant des prisonniers à Brest entre 1790 (...)
  • 25 Voir par exemple M. Huvet-Martinet, « La répression du faux-saunage dans la France de l'Ouest et d (...)
  • 26 Voir P. Jarnoux, « Le roi, la frontière et le contrebandier : les faux sauniers des confins de la (...)
  • 27 P. Jarnoux, op. cit., p. 480.

17Les Angevins représentent à eux seuls plus de 5 % du total des prisonniers brestois. Pendant l'Ancien Régime, 948 condamnations sont dues à des faits de contrebande et seules 243 ont d'autres origines. Une très rapide confrontation avec la décennie révolutionnaire - quand la contrebande n'est plus poursuivie — est tout aussi instructive. Pour 9 502 condamnés entrant au bagne de Brest entre 1790 et 1802, il n'y en a plus alors que 121 qui viennent de l'Anjou ou du département du Maine-et-Loire, ce qui correspond à 1,2 % du total, à peine plus désormais que la moyenne des départements du nord de la France24. La contrebande du sel aux frontières de Bretagne a été souvent étudiée et nous ne nous y arrêterons guère25. Tout juste doit-on remarquer à la lumière des données brestoises que la condamnation au bagne n'est pas géographiquement homogène et touche plus fortement les Angevins, Manceaux et Poitevins que les Bretons. Certes, les diocèses de Rennes et de Nantes sont très bien représentés au bagne — la petite paroisse de Vritz, tout près de Candé mais du côté breton de la frontière détient même un record absolu avec 51 condamnations en 40 ans26 - mais le déséquilibre entre la province privilégiée et ses voisines reste manifeste. Alors que du côté breton, l'impact de la contrebande semble se limiter aux paroisses frontalières (sur une dizaine de kilomètres), en Anjou presque toutes les paroisses à l'ouest d'Angers sont représentées à un moment ou un autre par un contrebandier envoyé aux galères27.Cela tient à la fois aux formes de la contrebande et à la rigueur beaucoup plus grande des gardes des fermes et des tribunaux angevins et en particulier de la Commission de Saumur qui juge les cas criminels les plus graves.

18Les contrebandiers ne sont pourtant pas les seuls Angevins condamnés aux galères et les 243 forçats qui y sont conduits pour d'autres raisons apportent quelques lueurs sur la criminalité et sa répression dans la province à la fin de l'Ancien Régime mais aussi et surtout sur la mobilité géographique d'une partie de la population et l'insertion de l'Anjou dans des espaces plus vastes.

19Quand ils ne sont pas faux-sauniers, les forçats angevins présentent un profil social assez caractéristique. Ce sont dans 35 % des cas des citadins. La ville d'Angers elle-même en fournit une trentaine mais les petites villes et les gros bourgs sont aussi bien représentés. La surreprésentation du monde de l'artisanat est tout aussi manifeste que celle des villes puisqu'on relève parmi les condamnés angevins 82 artisans. Si l'on excepte un perruquier et un orfèvre, tous les autres relèvent des métiers les plus habituels, ceux du textile et de l'habillement (tisserands, sergers, cardeurs de laine ou tailleurs d'habit), du bois (scieurs, charpentiers, menuisiers, tonneliers) ou du cuir (cordonniers, corroyeurs) mais très peu de l'alimentation (on ne compte que 3 bouchers et 2 boulangers). Plus citadin et plus volontiers artisan, le bagnard angevin ne correspond pas exactement au profil social le plus courant dans la province mais il semble assez caractéristique en revanche d'un petit peuple instable économiquement et souvent aux limites de l'illégalité en cette seconde moitié du xviiie siècle. Perspective que renforce ou confirme la vision des motifs de condamnation.

  • 28 Les capitaines de chaînes apportent au bagne de Brest des extraits de jugement des tribunaux qui co (...)

20Note28

  • 29 SHM Brest, 2 O 8, matricule 6998.
  • 30 SHM Brest, 2 O 17, matricule 26716.
  • 31 SHM Brest, 2 O 12, matricule 9996.

21Le bagne punit avant tout les atteintes à la propriété, en particulier quand elles sont aggravées : vols avec effraction, avec violences, vols domestiques, vols d'église, vols d'argent mais sanctionne parfois aussi des crimes sans doute plus modestes. Louis Normand, en 1752 est condamné pour « avoir forcé une armoire dans un cabaret et y avoir pris 103 écus de 6 livres, 70 de 3 livres et 3 louis en or de 24 livres29 ». René Gélineau est aussi condamné à vie par la prévôté d'Angers le 9 août 1788 pour « vols et attaques sur le grand chemin et suspecté de tentative de viol30 ». Mais Charles Gauré, un tisserand, a seulement volé « une pelle et une pioche » pour être condamné à trois ans de galères en 176631.

  • 32 Sur les 109 condamnations pour vol, 45 mentionnent des vols de bétail. Comme la nature des produit (...)

22De fait, on distingue aisément, malgré le laconisme des extraits de condamnations, les vols commis par de véritables habitués et ceux qui relèvent peut-être des nécessités du moment. Nombre d'individus commettent de petits vols, peut-être liés à des difficultés économiques mais, dans d'autres cas, les mentions de violences, d'effraction, de menaces, d'usage d'arme, voire de récidive... révèlent l'existence d'une criminalité organisée et dangereuse. L'une des cibles privilégiées de ces voleurs semble être le bétail et les cas de vols de chevaux en pâture, de vols de moutons à l'étable (sic) ou même le cas de cet homme condamné pour avoir volé des peaux de moutons après les avoir égorgés et écorchés ne sont pas exceptionnels32. Si ces vols de bétail sont fréquents dans nos registres, c'est qu'ils sont particulièrement réprimés et surveillés mais c'est aussi, en Anjou, comme en Bretagne ou dans le Maine, du fait de l'importance de l'élevage et de la probable facilité de l'écoulement des produits volés passés les premiers kilomètres de la fuite. D'ailleurs, ces vols - ruraux par définition - sont fréquemment commis par des citadins et la majorité d'entre eux semblent bien relever d'une criminalité organisée.

23À côté des vols, les condamnations pour mendicité, errance ou vagabondage sont particulièrement significatives et nous ramèneront aux villes et à la mobilité des individus. Le vagabondage en lui-même, n'est pas passible des galères mais on sait combien la crainte du phénomène tend à le criminaliser régulièrement. C'est particulièrement vrai dans les années 1750-1775 et l'Anjou est, de ce point de vue un observatoire intéressant. Face aux demandes de surveillance des errants, face aux volontés réitérées de répression, d'enfermement et de mise au travail des pauvres, les tribunaux angevins, et ceux du Val de Loire dans son ensemble, ne sont pas inactifs. Les déclarations royales contre la mendicité du 20 octobre 1750 et du 3 août 1764 sont ici relativement bien appliquées et les errants, vagabonds et mendiants risquent effectivement l'arrestation, l'enfermement ou les galères pour ceux qui paraissent les plus dangereux. Alors qu'en temps normal, ils n'étaient guère envoyés au bagne que quand ils étaient aussi condamnés pour vol, il suffit alors d'un soupçon « violent » de vol pour subir cette punition. Parfois même, l'extrait de condamnation se contente de la vie errante et vagabonde pour envoyer le condamné à Brest.

  • 33 Sur ce point, B. Le Louet, Le bagne et l'exclusion. Mendiants et vagabonds au bagne de Brest, 1749 (...)
  • 34 Très généralement, ces gens sont arrêtés dans les villes où ils se trouvaient et y sont jugés par (...)

24Les registres du bagne mentionnent ainsi entre 1765 et 1770, 714 condamnations de vagabonds33. Leur intérêt tient aussi au fait qu'ils signalent à la fois l'origine géographique et le lieu de condamnation des individus concernés34 et on peut donc en confrontant ces deux données avoir un aperçu des aires de déplacement, de divagation des errants au cœur du xviiie siècle. Parmi les 52 condamnations d'Angevins liées au vagabondage, 16 seulement sont le fait de tribunaux angevins (11 à la prévôté d'Angers, 5 à Château-Gontier). Les autres condamnés le sont dans la vallée de la Loire (7 à Nantes, 1 à Tours, 1 à Blois, 8 à Orléans, et 1 à Gien), ou ne s'en éloignent guère et on les retrouve à Chartres (1), à Montargis (1) au Mans (2), à Rennes (1) ou à Montaigu (1). Au delà, la carte de dispersion des vagabonds angevins condamnés alors nous conduit dans un large bassin parisien, de Reims à Bourges, de Rouen à Auxerre en passant par Beauvais, Evreux ou bien sûr Paris.

Migration des mendiants et vagabonds condamnés au bagne de Brest (1749-1776)

Migration des mendiants et vagabonds condamnés au bagne de Brest (1749-1776)

D'après B. Le Louët, op. cit, 1998, p. 118. Les régions représentées sont constituées par regroupement de diocèses et non par provinces ou généralités, ce qui explique le caractère variable des appellations retenues.

25Cette géographie recoupe en partie celle qu'on peut deviner en opérant la même confrontation entre lieu d'origine et lieu de condamnation pour les voleurs. L'image est ici moins précise car beaucoup de condamnations initiales ne sont pas connues étant donné les possibilités d'appels et nos registres ne signalent alors que le jugement final rendu par un parlement. Pour 109 condamnations définitives, 46 ont été rendues par le parlement de Paris, 17 par celui de Bretagne pour des vols commis dans cette province, ce qui révèle au passage des déplacements de l'Anjou vers la Bretagne qui n'apparaissaient presque pas pour les vagabonds. Viennent ensuite les jugements rendus à Angers (10) Château-Gontier (7) ou La Flèche (1) puis une aire d'extension qui va de Vannes (1 cas) à Orléans (1 cas) en passant par Poitiers, Fontenay-le-Comte, Tours, Chinon et Blois.

  • 35 Il n'y a qu'un seul cas de provenance lointaine, celui d'un vagabond flamand du diocèse de Tournai

26Poussons encore un peu plus loin l'observation en nous intéressant aux individus condamnés par la prévôté d'Angers mais n'étant pas eux-mêmes angevins. Parmi 25 condamnés, sept viennent de Bretagne (5 du diocèse de Nantes, 1 de celui de Rennes et un de Vannes), 3 viennent du Maine, 3 autres de Normandie, deux arrivent du diocèse de Poitiers, deux autres de celui de Tours, deux encore de celui de La Rochelle et de celui de Saintes35.

27Les chiffres certes, sont modestes et ne peuvent être tenus pour représentatifs mais, à l'échelle du royaume entier, ces confrontations entre origines géographiques et lieux de condamnation sont néanmoins intéressantes pour mettre en évidence des aires de circulation plus ou moins habituelles. Les cartes de la page précedente montrent bien le caractère très endogène de la circulation des mendiants bretons ou alsaciens. À l'inverse, elles révèlent aussi l'intensité de la circulation ou la relative facilité des échanges et des mobilités possibles à l'intérieur du bassin parisien. L'Anjou, de ce point de vue, apparaît comme une zone intermédiaire de l'Ouest intérieur ouverte sur la Bretagne et souvent liée à elle mais ouverte aussi et surtout sur la vallée de la Loire et le vaste bassin parisien.

***

28Revenons pour conclure à notre route de l'Anjou vers la Bretagne. La Chambre des comptes manifeste pour les élites angevines une opportunité occidentale d'ascension, une voie — nantaise plus que complètement bretonne - rapide et brève vers la réussite. Une belle route royale bénéficiant parfois de points de vue sur la Loire qui feront le bonheur des voyageurs du siècle suivant. La route du bagne, à son exact opposé, s'enfonce au contraire dans le sombre bocage et pénètre en Bretagne par l'intérieur, les forêts, les landes du pays de Châteaubriant avant d'aboutir, 300 kilomètres plus loin, dans les brouillards et les crachins d'un grand port militaire ou le petit peuple des contrebandiers, des voleurs et des vagabonds purge sa peine, au plus bas niveau des hiérarchies locales, méprisé et craint de tous. Ces deux routes menant à la réussite ou au déclassement définitif, a priori, ne se croisent jamais. Pourtant, il est un homme au xviiie siècle qui a presque suivi les deux.

29Jean-Louis Biaille de l'Engibaudière est né vers 1733 alors que son père Jean vient d'obtenir l'office de greffier en chef de la Chambre des comptes de Bretagne où un autre parent, Louis Biaille de la Milletière, deviendra auditeur en 1748. Issue de la bourgeoisie d'offices poitevine, l'homme semble avoir un avenir assuré. En 1761, avocat et sénéchal seigneurial, il épouse la fille du procureur du roi aux Sables d'Olonnes puis son père lui abandonne sa charge de greffier dans laquelle il est reçu le 12 mars 1761. Pourtant, quelques années plus tard, jugé par le parlement de Paris pour faux et escroquerie il est condamné le 3 mars 1769 à cinq années de galères qu'il passera au bagne de Brest. C'est le seul cas d'officier membre d'une cour souveraine ainsi condamné à Brest. Eut-il été membre d'un parlement qu'on lui eut certainement réservé une cellule dans une forteresse plus ou moins éloignée ? Mais pour un greffier en chef de Chambre des comptes, on n'a pas les mêmes égards.

  • 36 SHM Brest, 2 0 13
  • 37 Toutes ces données proviennent des registres paroissiaux et d'état-civil des Sables d'Olonnes aux (...)

30Sur le registre du matricule de Brest, Jean-Louis Biaille ne bénéficie pas de traitement spécifique. Il porte le numéro 3318, arrive le 13 juin 1769 dans la chaîne qui vient de Paris et sera libéré exactement cinq ans après sa condamnation le 3 mars 177436. Nous n'avons pas pu retrouver immédiatement sa trace après sa libération. Son épouse meurt à Paris en 1775 et ce n'est que quelque temps plus tard qu'on retrouve notre homme dans sa région d'origine. Le 11 juin 1783, il épouse Elisabeth Leroux, la veuve d'un matelot des Sables d'Olonnes disparu en mer. De cette femme, il avait eu un premier enfant né en 1777 et légitimé ensuite, puis suivront deux autres naissances en 1785 et 1789. Dans les mariages et les baptêmes de ses enfants, on devine le déclassement de celui qui aurait pu être anobli définitivement à partir de 1781 s'il n'avait été condamné et qui pouvait penser préparer à sa descendance des positions solides. Lors de son mariage, aucun membre de sa famille n'est présent, le parrain de sa fille en 1785 est Nicolas Cochon, un boulanger, la marraine ne sait pas signer et cette enfant épousera quelques années plus tard un modeste greffier de juge de paix37... La rupture avec le passé est complète et le passage par le bagne n'y est sans doute pas totalement étranger.

  • 38 SHM Brest, 2 O 13, matricule 13 253.
  • 39 SHM Brest, 2 O 16, matricule 21 542.

31Certes, l'exemple n'est pas angevin mais vendéen ; pourtant son cas — extraordinaire - amène à réfléchir sur les mobilités géographiques et sociales des hommes du xviiie siècle. Le déplacement géographique est dans un cas la concrétisation d'une réussite sociale, même si l'entrée à la Chambre des comptes ne suppose pas nécessairement une réelle résidence nantaise. Dans l'autre, il est parfois le résultat d'un déclassement préalable que la condamnation au bagne ne fait que renforcer. Charles Dutertre fut compagnon orfèvre à Angers ; pourtant c'est comme « vagabond mendiant avec insolence et menace » qu'il est condamné à Orléans en 1768 à 5 ans de galères38. François Gilbert, lui, vient de Bonneuil près de Saintes. En 1776 il est condamné au bagne par la prévôté d'Angers pour vol de chevaux et vagabondage. Quand il s'en évade en 1784, c'est à Melun qu'on le rattrapera39. De Saintes à Angers, de Brest à Melun, les chemins de sa vie difficile semblent bien l'entraîner vers le bassin parisien plus que vers les bocages de l'Ouest.

32Dans ces deux cas, le mouvement vers la Bretagne est le fruit d'une contrainte tandis que le « tropisme » habituel des Angevins les conduirait plutôt vers l'Est. Petit peuple et élite sociale suivent parfois les mêmes chemins, pas toujours pour les mêmes raisons...

Note

1 Voir par exemple O. Pétré-Grenouilleau, L'argent de la traite. Milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996, p. 18-32.

2 Les offices de généraux de finances, de greffiers, de premiers huissiers, de gardes des livres et de payeurs des gages ne sont pas comptabilisés dans ce tableau car la présence d'Angevins y est exceptionnelle.

3 La très modeste chambre des comptes de Blois avec sa compétence sur les biens de la maison d'Orléans disparaît seulement en 1775. Mais ses activités sont de plus en plus réduites et elle ne peut être mise sur un pied d'égalité avec les autres cours souveraines.

4 Ces trois institutions, quoique n'étant pas cours souveraines, apportaient une respectabilité certaine à leurs officiers aux xvie et xviie siècles et pouvaient en tant que telles apparaître comme des objectifs enviés. Ce n'est plus le cas au xviiie et nombre d'offices restent vacants.

5 On trouve en effet à la même époque à la Chambre des comptes un phénomène similaire avec l'arrivée de nombreuses familles de Fontenay-le-Comte, souvent liées au présidial de la ville et qui se transmettent pendant plusieurs décennies quelques offices d'auditeurs.

6 On pourrait dans une certaine mesure le comparer à celui qui touche au xviiie siècle les présidiaux du royaume.

7 Armand Vollaige de Vaugirault est auditeur à la Chambre des comptes de 1732 à 1752 ; son frère cadet, François Vollaige de Verdigny l'est de 1742 à 1767 et leur cousin François Gautreau est correcteur de 1739 à 1762.

8 Armand II Vollaige de Vaugirault est maître à partir de 1768 et le reste jusqu'à la Révolution.

9 François Vollaige de Chavagnes est auditeur à partir de 1767 ; son frère, Charles Vollaige de Rouillon, à partir de 1785.

10 Jean-Baptiste Gaudin du Plessis, fils d'un docteur régent de la faculté de Médecine d'Angers est auditeur de 1775 à la Révolution.

11 Il s'agit de François Gautreau du Fresne qui occupe l'office de son père de 1762 à 1782, puis de René Gautreau qui siège à partir de 1782.

12 Michel Jean Laboureau des Bretesches occupe une charge d'auditeur à partir de 1782 et rejoint à la Chambre des comptes son père, Michel François Laboureau des Garennes, qui y siégeait depuis 1779.

13 Arch. dép. Loire-Atlantique, B 548.

14 Mais on ne peut pas observer aussi attentivement l'activité des auditeurs dont la présence n'est pas systématiquement pointée.

15 À l'exception de quelques ecclésiastiques.

16 C'est sans doute ainsi qu'il faut entendre leur demande dispense de parenté. Au cours du xviiie siècle, les dispenses de parenté semblent être accordées presque systématiquement ce qui permet de constituer des fronts familiaux solides à l'intérieur de la Chambre.

17 C'est le cas du grand-père de Guy et Jacques Poullain qui deviendront maîtres et correcteurs aux comptes en 1705 et 1706.

18 Les deux frères Poullain sont des cousins par alliance de Pierre-Anne Béritault, lequel est à la fois neveu de René Paul Marquis et oncle de trois autres Béritault auditeurs et correcteurs.

19 Un déplacement de Cholet à Nantes, même s'il fait franchir les frontières provinciales, n'entraîne qu'un déracinement très relatif.

20 On compte 21 698 fiches de prisonniers mais il faut tenir compte des récidivistes et des évadés repris tardivement pour lesquels on rédige une nouvelle fiche. Le nombre exact d'individus est donc un peu moins élevé.

21 Des chaînes de Bretagne sont organisées tous les ans jusqu'en 1759, des grandes boucles à douze reprises au moins à partir de 1773. L'Anjou fut donc traversé au minimum par 22 chaînes de bagnards. Pour le trajet précis des chaînes et leur organisation, voir F. Joannic-Séta, Le bagne de Brest. Naissance d'une institution carcérale au siècle des Lumières, Rennes, PUR, 2000, p. 41 -67.

22 Intégralement conservés au Service Historique de la Marine à Brest, ils se répartissent en 39 gros registres de plusieurs centaines de pages. SHM Brest, 2 O 7 à 2 O 45 de 1749 à 1858.

23 Les registres de matricules indiquent la paroisse et le diocèse d'origine des condamnés, c'est pourquoi ce sont les résultats par diocèses que nous présentons ici. Si l'on tenait compte des paroisses angevines qui relèvent des diocèses de Nantes, La Rochelle, Poitiers et Le Mans, on dépasserait nettement les 1 300 détenus et la prépondérance de l'Anjou apparaîtrait alors encore plus sensible. À titre d'exemple pour les 16 paroisses angevines du diocèse de Nantes, on compte 20 condamnations, pour la seule ville de Cholet, 32. Du fait de la nature de la source, toutes les données que nous utiliserons ici sont celles du diocèse d'Angers et non de la province.

24 Le Maine-et-Loire arrive 23e position des départements envoyant des prisonniers à Brest entre 1790 et 1802.

25 Voir par exemple M. Huvet-Martinet, « La répression du faux-saunage dans la France de l'Ouest et du Centre à la fin de l'Ancien Régime (1764-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1977, n° 3, p. 423-443 et du même auteur « Faux-saunage et faux-sauniers dans la France de l'Ouest et du Centre à la fin de l'Ancien Régime (1764-1789) », Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 1978, p. 377-400 et 573-594.

26 Voir P. Jarnoux, « Le roi, la frontière et le contrebandier : les faux sauniers des confins de la Bretagne au bagne de Brest, 1749-1776 », J-Y. Carluer (prés), Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, Brest, CRBC, 2000, p. 481.

27 P. Jarnoux, op. cit., p. 480.

28 Les capitaines de chaînes apportent au bagne de Brest des extraits de jugement des tribunaux qui constituent notre principale source d'information sur les crimes commis. Mais certains tribunaux condamnent « sans dire pourquoi » ou « pour les cas résultants du procès ». Cette discrétion des magistrats explique 11 de ces 13 cas.

29 SHM Brest, 2 O 8, matricule 6998.

30 SHM Brest, 2 O 17, matricule 26716.

31 SHM Brest, 2 O 12, matricule 9996.

32 Sur les 109 condamnations pour vol, 45 mentionnent des vols de bétail. Comme la nature des produits volés n'est pas toujours indiquée, ce chiffre doit s'entendre comme un minimum.

33 Sur ce point, B. Le Louet, Le bagne et l'exclusion. Mendiants et vagabonds au bagne de Brest, 1749-1776, mémoire de maîtrise, UBO-Brest, dactyl., 1998, 143 p.

34 Très généralement, ces gens sont arrêtés dans les villes où ils se trouvaient et y sont jugés par les prévôtés.

35 Il n'y a qu'un seul cas de provenance lointaine, celui d'un vagabond flamand du diocèse de Tournai.

36 SHM Brest, 2 0 13

37 Toutes ces données proviennent des registres paroissiaux et d'état-civil des Sables d'Olonnes aux archives départementales de Vendée.

38 SHM Brest, 2 O 13, matricule 13 253.

39 SHM Brest, 2 O 16, matricule 21 542.

Indice delle illustrazioni

Titolo Les Angevins à la Chambre des comptes de Bretagne, 1650-17892.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25436/img-1.png
File image/png, 274k
Titolo Les principaux diocèses d'origine des condamnés au bagne de Brest (1749-1789) 23
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25436/img-2.png
File image/png, 168k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25436/img-3.png
File image/png, 131k
Titolo Migration des mendiants et vagabonds condamnés au bagne de Brest (1749-1776)
Legenda D'après B. Le Louët, op. cit, 1998, p. 118. Les régions représentées sont constituées par regroupement de diocèses et non par provinces ou généralités, ce qui explique le caractère variable des appellations retenues.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25436/img-4.png
File image/png, 760k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540