Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. Les gens du roi dans la ville

La solitude du consul de France à Naples (1706-1718)

François Brizay

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1François Brizay

  • 1 Elle en aurait compté 215 000 en 1707 (Colette Vallat et alii, Naples. Démythifier la ville, Paris (...)
  • 2 Nom que les Napolitains donnaient au royaume de Naples.
  • 3 Hugo Billard, « Le consulat de la nation française à Naples à la fin du xviie siècle », dans Revue (...)

2Au début du xviiie siècle, avec une population de plus de 215 000 habitants1 Naples était la capitale disproportionnée d'un État que ses faiblesses militaires et navales empêchaient de compter sur la scène internationale. Toutefois, la position géographique du Regno2, au carrefour du monde chrétien et du monde ottoman en Méditerranée, incitait les grandes puissances de l'époque à y maintenir des agents pour les renseigner et défendre leurs intérêts commerciaux. En 1672, au nom du roi, Colbert y fit donc nommer, non pas un ambassadeur ou même un chargé d'affaires, mais un consul, en l'occurrence Pierre-François Boccardi. Toutefois, dès 1699, le consul de France à Naples connut une promotion qui reflète l'importance que revêtait désormais ce poste aux yeux de Versailles : il n'était plus considéré comme un simple administrateur, mais comme un représentant de rang diplomatique3.

  • 4 Jean Hanotau, Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités (...)
  • 5 Le comte de Charleval, né à Bordeaux le 25 avril 1682, est le fils du comte de Bacqueville qui, à (...)

3Le consul dépendait de l'ambassadeur de France à Rome avec qui il nouait des contacts étroits et réguliers. Joseph-Emmanuel de La Trémoille (1660-1720), chargé d'affaires à Rome de mai 1706 au 9 janvier 1720, date à laquelle il mourut4, entretint une correspondance avec deux consuls à Naples : Argoud de Laval, qui fut consul de 1698 à 1707, puis Jean-Baptiste-Gaston de Faucon de Ris, comte de Charleval, consul de 1714 à 17185. Entre juillet 1707, date à laquelle les troupes autrichiennes de Daun entrèrent dans la capitale, et décembre 1714, au lendemain de la paix de Rastatt, aucun consul français ne résida à Naples.

  • 6 Le détail de la correspondance se répartit ainsi : 97 lettres d'Argoud entre le 18 mai 1706 et le (...)
  • 7 Arch. du ministère des Affaires étrangères (CADN), Rome-Saint-Siège, lre série, B (papiers du card (...)

4Argoud et Charleval adressèrent 271 lettres à La Trémoille6 soit une moyenne d'une lettre par semaine. Ces documents7 présentent les différents aspects de leur mission à une époque où ils furent les contemporains de l'effondrement de la présence espagnole au profit de la maison d'Autriche, puis des visées espagnoles sur la mer Tyrrhénienne. Rédigés sous la forme de notes qui décrivent plus qu'elles n'analysent les événements, ils abordent régulièrement quatre thèmes : le fonctionnement du consulat, la défense des intérêts de la France et des Français, les affaires du royaume de Naples, et la guerre. Les consuls brossent ainsi un tableau de Naples et des Napolitains qui nous renseigne sur l'image que s'en faisaient alors des sujets du roi de France. Nous allons les lire en privilégiant leur point de vue et leurs réactions, car ils ne se contentèrent pas d'enregistrer les faits ; ils donnèrent souvent leur avis.

Les conditions de travail du consul

5La correspondance apporte des informations sur la situation juridique du consul et sur sa façon de travailler. Pour pouvoir exercer sa charge, il doit d'abord recevoir un exequatur du vice-roi de Naples. Sans ce précieux document, qu'il n'a toujours pas obtenu plus d'un mois après son arrivée dans la capitale du Regno, Charleval se plaint qu'il lui est impossible de nommer des vice-consuls dans les ports [22 janvier 1715]. À l'en croire, le commerce souffre beaucoup d'une telle situation [2 février 1715]. Heureusement pour lui, l'intervention de La Trémoille lui permet d'obtenir l'indispensable pièce [27 février]. Le consul peut désormais travailler en toute sérénité.

  • 8 Victor-Marie, duc d'Estrées (1660-1737), s'illustra aux batailles de Béveziers (1690) et de Vélez- (...)

6Il informe le secrétaire d'État de la marine et, chaque semaine, adresse un courrier à l'ambassadeur de France à Rome. La mort de Louis XIV perturbe quelque peu cette routine, car Charleval apprend avec consternation qu'il dépend désormais du maréchal d'Estrées, président du Conseil de marine8. Non seulement il ne le connaît pas, mais il est mécontent du surcroît de travail qu'il lui donne : d'Estrées l'oblige en effet à lui fournir des nouvelles du Regno, et à rendre compte des affaires du consulat au comte de Toulouse, chef du Conseil de marine. « C'est une double peine qu'on nous donne qui nous paraît asses inutile », soupire-t-il le 22 octobre 1715. Charleval n'avait pas été habitué à de telles exigences que d'Estrées précise en lui réclamant une lettre par affaire, et jamais deux affaires par lettre [29 octobre 1715].

  • 9 Le Conseil collatéral était le conseil de gouvernement du royaume de Naples. Ses membres étaient a (...)
  • 10 À l'entrée du golfe de Tarente, à 38 km au sud de Lecce.
  • 11 En principe, des vice-consuls étaient censés résider dans d'autres postes, non évoqués dans la cor (...)

7La correspondance du consul avec l'ambassadeur du roi à Rome consiste à rendre compte des informations politiques, diplomatiques, militaires et mondaines qui peuvent intéresser La Trémoille. Pour les affaires qui concernent le Regno, il se renseigne auprès des membres du Conseil collatéral9 et des vice-consuls de France en poste dans les ports du Regno qui sont susceptibles d'accueillir des navires français. Entre 1706 et 1718, ces derniers lui écrivent depuis plusieurs ports situés sur les côtes de l'Adriatique (Barletta, Otrante), de la mer Ionienne (Gallipoli10 et Tarente) et de la mer Tyrrhénienne (Gaète11). Ils sont Italiens, comme Giangrande, le vice-consul à Otrante. Du point de vue administratif, ces hommes, qu'il nomme, dépendent de lui. Comme ils vivent loin de Naples, ils prennent cependant des libertés dont Charleval se plaint à La Trémoille. « Il y a plusieurs des vice-consuls qui ont servy du temps de M Argoust qui ne sont pas gens a estre continuez parce qu'ils n'avoient pris ce titre que pour faire la contrebande comme ils ont fait, et qu'ils ne sont affectionnez à la France qu'autant que leurs interests les y portent », écrit-il dépité le 1er janvier 1715. Il est vrai que le vice-consul de France à Gaète faisait de la contrebande et compromettait ainsi les patrons et les négociants français. Son attitude fait écrire à un Charleval scandalisé : « Il est si intéressé que je crois qu'il se feroit pendre pour gagner un escû » [1er février 1718]. Pour les questions relatives à la Méditerranée occidentale et à l'Adriatique, le consul s'appuie sur les lettres que lui adressent des consuls de France qui résident hors d'Italie, à Cagliari en Sardaigne, et à Corfou. Le consul est donc à la tête d'un réseau d'informateurs dont les notes sont résumées et envoyées à Rome par la poste.

  • 12 Le procaccio était moins un courrier qu'un guide de caravane. Il était chargé de mener à bon port (...)

8Grâce aux procacci12, les échanges épistolaires sont rapides et intenses entre Rome et Naples. Toutefois, la correspondance reste soumise aux aléas du transport du courrier que le consul déplore régulièrement. Parfois, le courrier arrive simplement avec du retard, mais à plusieurs reprises, la circulation des informations est durablement gênée : pendant plusieurs semaines, les intempéries empêchent le courrier d'arriver, comme en décembre 1715, en novembre 1716, en février et en décembre 1717. L'absence de courrier n'est cependant pas toujours due à la pluie et à la neige. En janvier 1707, par exemple, le courrier de France et d'Espagne est menacé par les corsaires qui opèrent à partir des ports situés entre Oneglia et Gênes, sur la côte ligure. Mais, quand les routes sont praticables, c'est l'absence de courrier en provenance de Rome qui inquiète le plus le consul. Il redoute alors une disgrâce qui compromettrait sa carrière. Dans sa lettre du 11 mai 1717, Charleval note ainsi qu'il n'a pas reçu de courrier de La Trémoille depuis trois ordinaires : il se demande s'il n'a pas perdu les bonnes grâces du prélat, ce qui l'inquiète beaucoup.

9L'irrégularité du courrier et le peu de nouvelles fournies par les divers correspondants expliquent le sentiment d'isolement qu'éprouve parfois le consul. Dépité, Argoud se plaint de ne plus recevoir de courrier : « il semble que nous soyons icy aux Indes » [26 octobre 1706]. À force de guetter l'arrivée d'une improbable lettre, Charleval a l'impression, lui aussi, de vivre au bout du monde. « Il est vray, écrit-il le 25 juin 1715, que jamais temps n'a esté plus sterile en nouvelles que celuy cy et sur tout pour nous austres qui sommes reculés dans le fonds de l'Italie et qui n'avons que celles dont on veut bien nous faire part ».

10L'isolement n'est pas l'unique cause de cette mauvaise humeur. Le consul rencontre des problèmes personnels qui ne contribuent pas à l'amélioration de son moral. La médiocrité de ses revenus l'aigrit, car il tire peu de droits des bateaux français et de leurs marchandises. Argoud fait savoir à La Trémoille qu'il est « dans une extreme necessité d'argent » [1er février 1707], et Charleval évoque plusieurs fois ses difficultés financières : elles révèlent les faibles moyens dont dispose le consul pour exercer correctement sa charge. Ainsi, il appréhende les réjouissances qui se préparent pour la naissance de l'enfant de Charles VI, car il redoute d'avoir à faire de nouvelles dépenses [7 avril 1716]. Ses embarras financiers sont cependant suffisamment connus pour que des gens malveillants, qu'il ne nomme pas, le soupçonnent de tirer quelque argent de la ferme du sel ou du tabac. Il se défend de telles pratiques [12 mars 1715]. De toute façon, le consul est un personnage que ses fonctions exposent à la malveillance. Charleval doit encore défendre son honneur contre un certain Don Tito Comparati qui a écrit contre lui à La Trémoille. Cet homme, qui fut l'un des vice-consuls du consul d'Angleterre, et que le chevalier d'Argoud estimait, s'était en fait livré à la contrebande [24 septembre 1715]. Toutes ces petites misères, qui empoisonnent la vie quotidienne, et rendent le temps si long au pied du Vésuve, ne détournent cependant pas le consul des missions qui lui ont été confiées.

La défense des intérêts de la France et des Français

11Le consul consacre une bonne partie de son temps à deux activités : la protection et la défense des Français et de leurs intérêts, d'une part, l'observation de la vie politique et des habitants du royaume de Naples, d'autre part. Les intérêts commerciaux de ses compatriotes sont parfois compromis par le naufrage de leurs navires dont il tient scrupuleusement la chronique. D'après la correspondance, ces accidents ont lieu surtout entre décembre et avril, et peuvent parfois être nombreux. Le 7 janvier 1716, Charleval écrit : « Tous les jours j'apprens des nauffrages arrivés de nos batiments ». Un an plus tard, il observe que depuis début décembre 1716, sept ou huit navires français ont fait naufrage au large des côtes du Regno. Après ces constats, le consul tente d'évaluer les pertes subies. Elles ne sont pas négligeables : une tartane française naufragée près de Naples, par exemple, représenterait une perte de plus de 60 000 livres [24 mars 1716].

  • 13 Charles-François de Vintimille, comte du Luc (1653-1740), servit dans la marine avant d'entre-pren (...)
  • 14 Les traités d'Utrecht et de Rastatt donnèrent à l'Autriche les présides que la Monarchie espagnole (...)

12Les marins des navires qui viennent s'échouer sur les côtes du Regno en sont quittes avec la peur, mais ils doivent souvent affronter la mauvaise volonté des autorités du royaume de Naples qui confisquent leurs marchandises, sous prétexte qu'ils feraient de la contrebande. Charleval écrit donc au Conseil de marine et au comte du Luc13 pour les prévenir que les autorités napolitaines veulent empêcher marchands et capitaines de navires de recouvrer ce qu'ils ont pu sauver des naufrages [7 janvier 1716]. En outre, du 14 janvier au 12 mai 1716, dans quatorze lettres, il évoque le naufrage de quatre bâtiments français près de Crotone : les quatre patrons ont été jetés en prison et leurs biens saisis. Charleval multiplie les démarches en leur faveur : il suit l'affaire jour après jour, présente un placet au vice-roi, rencontre ce dernier, demande à La Trémoille de lui envoyer une lettre pour faire pression sur le Collatéral. Ses interventions sont payantes, car les quatre patrons sont finalement libérés. Il se soucie également du sort des Français qui rencontrent des difficultés dans les présides de Toscane14, puisque ces derniers dépendent administrativement du royaume de Naples. En janvier 1717, il prend ainsi la défense d'un certain Guigou, un patron qui venait d'être arrêté à Piombino parce qu'il ne s'était pas acquitté d'un droit de passage pour passer entre l'île d'Elbe et Piombino. Comme les bateaux français sont exemptés de ce droit, Charleval obtient du vice-roi et du Collatéral un ordre d'élargissement de Guigou [26 janvier 1717].

13À la décharge des autorités napolitaines, bien des navires français se livraient à la contrebande dans le Regno, comme Charleval le reconnaît lui-même. Il admet en effet que, malgré ses ordres, des navires français font la contrebande du sel et du tabac [12 mars 1715]. Trois ans plus tard, dans les lettres des 22 février et 1er mars 1718, il rapporte les déboires du patron Pierre Subeiran (ou Saburan) qui, le 26 décembre 1717, est arrivé à Naples avec une cargaison de vingt-quatre caisses de tabac chargées à Livourne. Il n'en déclara que quatre et fit dissimuler les autres. Le subterfuge ayant été découvert, il fut jeté en prison. Même l'empereur, paraît-il, se plaignit auprès du roi de la contrebande que des Français pratiquaient quotidiennement dans le royaume de Naples.

14Charleval informe également La Trémoille sur les problèmes administratifs que rencontrent ses compatriotes. Il l'alerte sur les difficultés que fait le secrétaire de l'ambassadeur de l'empereur à Rome pour donner des passeports aux négociants français qui entrent dans le Regno [19 novembre 1715] ; il rappelle que, tous les jours, surviennent de nouvelles chicanes contre les privilèges des Français [7 janvier 1716]. Les tracas de ses compatriotes ne sont cependant pas tous dus à des questions financières. De février à septembre 1717, Charleval informe régulièrement La Trémoille du sort d'un prêtre, Armand-François de Saussey, que l'archevêque de Tarente a fait mettre en prison en janvier parce qu'il défendait les privilèges de l'église gallicane. Même si cet ecclésiastique qui faisait un pèlerinage lui semble « un peu fou », il ne ménage pas sa peine pour le faire sortir de sa geôle. Il écrit à l'archevêque pour réclamer sa libération, et demande régulièrement des ordres en ce sens à La Trémoille. Ce dernier ne s'émeut guère car, en septembre, le malheureux est encore en prison.

15Navré, Charleval explique qu'il ne dispose d'aucun pouvoir pour faire libérer Saussey. Seule une intervention de La Trémoille pourrait faire plier les autorités ecclésiastiques locales. Cette affaire rappelle combien le consul et des ecclésiastiques placent souvent leurs espoirs dans la protection et l'influence de l'ambassadeur de France à Rome. Le consul lui écrit donc régulièrement pour lui recommander un compatriote, mais aussi des clercs sujets du roi de Naples qui comptent sur ses entrées au Saint-Siège. C'est pourquoi, par exemple, il le prie d'accorder sa protection à D. Antonio Carmignano, frère de l'évêque de Cava [15 février 1707], et à frère Philippe, un olivétain, qui part rencontrer La Trémoille à Rome et n'accepte de rentrer à Naples qu'à la condition d'être exempté de matines dans son couvent [5 avril 1707]. Il lui demande aussi d'intercéder auprès de la Curie en faveur de Gaetano Argenti, qui voudrait un canonicat dans la cathédrale de Cosenza [6 août 1706], et du Père Michele Pisani [7 décembre 1706]. Ce dernier, membre de la congrégation des Pères Lucquois, s'était attiré la haine de ses confrères par son zèle en faveur du rétablissement de la discipline dans son couvent, conformément à une décision d'Innocent XII. Il avait alors été déposé par son supérieur, condamné à sept ans d'enfermement et incarcéré à Naples dans la maison de Sa Maria in Portico à compter du 15 avril 1703. Le 5 mai 1706, il s'était cependant échappé et réfugié dans le couvent des Augustins, puis placé sous la protection de l'abbé, mais aucun ordre, aucune congrégation ne voulait le recevoir, car il était allé en prison. Désormais, son seul espoir de salut était d'obtenir la permission de rester prêtre, par l'entremise de La Trémoille.

  • 15 À l'époque moderne, une barque était un petit bâtiment de charge destiné au cabotage, à la pêche e (...)

16Des laïcs napolitains peuvent réclamer, eux aussi, l'aide et la protection de La Trémoille par l'intermédiaire du consul comme le montre l'affaire Caffiero, évoquée dans la lettre du 9 juillet 1717. Une barque15 napolitaine, commandée par le patron Ambrosio Caffiero, de Sorrente, a été confisquée pour contrebande de sel en France. Or le patron et six matelots ont été condamnés à payer 3 000 livres d'amende d'ici deux mois sous peine de galère. Comme ils n'ont pas payé, ils sont à présent sur la Réale. Alerté par le vice-roi, Charleval a écrit au Conseil de marine et à l'intendant du commerce et des galères à Marseille, mais ils n'ont rien pu faire, car le Conseil des finances a pris l'affaire en main. Le consul, qui redoute des représailles à l'encontre des marchands français, demande à La Trémoille d'accorder sa protection aux sept Napolitains et de faire savoir à la cour que cette affaire pourrait causer un grand préjudice à la nation française.

17Cette menace montre que le consul ne se soucie pas des seuls intérêts privés des marchands. Il doit également défendre les intérêts commerciaux, politiques et militaires du royaume. Confronté à la mise en place de la nouvelle administration sous autorité autrichienne, Charleval se bat pour le maintien des franchises dont la nation française a toujours joui dans le Regno [1er octobre 1715], conformément aux ordres reçus de la cour [26 mai 1716], La défense des intérêts commerciaux est nécessaire, car, observe-t-il, « ...notre pavillon [...] commence à devenir bien rare de ces costés icy » [23 février 1717].

  • 16 Après que les Franco-Espagnols eurent levé le siège de Barcelone le 11 mai, Philippe V dut rentrer (...)
  • 17 Il s'agit de l'évocation du coup de main mené par l'armée de Philippe V, conduite par le marquis d (...)
  • 18 Frédéric De Hesse-Cassel (1676-1751) combattait avec les Impériaux. Le 9 septembre 1706, il fut va (...)

18Pendant la guerre de Succession d'Espagne, la situation est très préoccupante sur le plan militaire. Soucieux de maintenir la confiance des Napolitains et de ne pas laisser se diffuser des nouvelles contraires aux intérêts des Gallispani, le consul utilise les ressources de la propagande, notamment pendant la campagne de 1706. À la demande de La Trémoille, Argoud fait publier dans l'antichambre du Palais royal, à Naples, la lettre de l'ambassadeur qui donne une version moins négative de la campagne de Flandre que celle que diffusent les Espagnols [8 juin]. Pour mettre fin au bruit selon lequel Philippe V se trouve hors de ses États, il fait circuler des feuilles où l'on peut lire que ce dernier marche en fait sur Madrid [15 juin 1706]16. À deux reprises, il fait même réaliser plus de trente copies de deux documents favorables à la cause des Gallispani : le premier est l'annonce d'un succès militaire des troupes du roi d'Espagne [24 août 1706]17, le second une relation de la défaite du prince de Hesse-Cassel18 que lui a adressée La Trémoille [17 septembre]. En outre, il donne des nouvelles encourageantes, pour montrer que Louis XIV n'abandonne pas le Regno : il rapporte aux princes de Cellamare, de Sonnini et de Bisaccia que le Regno sera secouru par les troupes du roi de France [19 octobre].

Un regard sur le royaume de Naples et ses habitants

  • 19 D.Juan Manuel Fernández Pacheco y Zuñiga, duc d'Escalona et marquis de Villena (1648-1727) Saint-S (...)

19Son action de renseignement concerne aussi la vie politique du Regno. Pour que La Trémoille et le Conseil du roi puissent se faire une idée précise de la puissance politique et financière du royaume de Naples, le consul mentionne les nominations aux charges politiques. Il privilégie celles de régents au Collatéral et de vice-roi, n'hésitant pas à donner son avis sur leur personnalité et leur action. Le 21 juin 1707, par exemple, exaspéré par l'insouciance et l'incompétence du gouvernement napolitain, il brosse ce portrait féroce du vice-roi, le marquis de Villena19 :

Il n'est pas possible de s'imaginer jusqu'à quel point M. le Viceroy s'est décredité depuis un mois. Tout le monde parle avec une liberté sans borne de son incapacité et de son insensibilité, et sa conduite authorise tous les jours tout ce qu'on dit. Il ne parle à personne et ne se laisse voir que le moins qu'il peut. S'il parle un moment dans l'antichambre, ce n'est que pour désanimer les gens au lieu de les encourager. Il n'y a point d'affaire importante qui puisse l'empescher de diner et de souper toujours à la mesme heure, et samedy dernier il s'alla coucher sans avoir signé une seule de toutes les depesches du Roy.

  • 20 À l'avènement de Philippe V, un groupe de nobles favorables aux Habsbourg, conduits par le prince (...)
  • 21 Alexis Petrovitch (1690-1718) était le fils de Pierre Ie et d'Eudoxie Lapouchkine, et, par son mar (...)

20Le consul s'intéresse surtout à l'action menée par le gouvernement. Il suit de près toutes les affaires qui relèvent de la justice et mentionne deux types d'individus arrêtés : les nobles impliqués dans des délits de droit commun et les auteurs de délits politiques, comme six Napolitains qui avaient participé au tumulte du 23 sept 170120 [28 septembre 1706], quatre malheureux impliqués dans une conjuration (sans suites) qui eut lieu à Lecce [2 novembre 1706], ainsi que deux personnes qui ont agi avec un moine pour provoquer une sédition. Le moine s'est échappé, mais on a arrêté le baron Piccolomini, gouverneur du duc de Seminara, que l'on soupçonne d'intelligence avec le moine [10 et 17 mai 1707]. Un emprisonnement retient particulièrement l'attention de Charleval, puisqu'il est l'un des thèmes de cinq lettres écrites entre le 1er juin et le 26 octobre 1717. Le consul cherche à savoir qui est le mystérieux personnage qui a été enfermé dans le château Saint-Elme. Fin août, on commence à murmurer qu'il s'agirait du fils du tsar, information confirmée à la mi-octobre. Selon les rumeurs qui circulent à Naples, Pierre Ier ayant voulu le faire tuer parce qu'il était devenu amoureux de la fille d'un capitaine, le tsarévitch a préféré s'enfermer lui-même à Saint-Elme pour échapper aux émissaires paternels21. Intrigué par la présence de ce prince étrange, Charleval, qui l'a vu visiter Naples, le décrit comme un homme « d'une assez vilaine figure », avare, qui « ne fait autre chose toute la journée que boire de l'eau de vie » [26 octobre].

21L'autre souci du consul est la politique économique et financière du Regno. II décrit la conjoncture, c'est-à-dire la mortalité des bestiaux et le coût des vivres, si élevé que des placards séditieux sont affichés au Palais royal [21 avril 1716]. Il insiste sur les finances d'un État à court d'argent qui envisage d'autant plus la levée d'expédients que, à partir de 1716, Vienne réclame de l'argent « a corps et à cris » [24 novembre 1716], La capitale exige encore 150 000 écus par mois au printemps 1717 et, six mois plus tard, le bruit court que l'empereur veut créer un impôt de 5 % sur les revenus des particuliers du Regno. Même si Charleval doute du succès de cette entreprise [30 novembre 1717], il constate l'alourdissement de la fiscalité et les économies budgétaires : la taxe sur les gens d'affaires est la plus grosse qui ait jamais été imposée, ce qui devrait augmenter les revenus du roi [25 janvier 1717], et on parle d'établir un impôt d'un cinquième sur les biens, comme le dixième en France [1er juin 1717]. En outre, les Espagnols au service de l'empereur commencent à murmurer, car on ne les paye plus aussi régulièrement qu'autrefois, et on leur doit cinq à six mois de solde [16 mars 1717] ; un an plus tard, pour les calmer, Vienne ordonne de « lever deux mois de gages » à tous les officiers du Regno qui sont « sur le pied espagnol », autrement dit le vice-roi, les ministres, les juges et les officiers à la solde de l'Espagne [18 janvier 1718].

22Le consul ne s'intéresse pas uniquement aux affaires politiques et financières. Il regarde vivre les habitants du royaume et reste attentif aux problèmes qu'ils rencontrent. Il est sensible aux variations du temps et à leurs conséquences. Il mentionne la canicule et la sécheresse qui sévissent de juin à octobre 1715, au point que « les honnestes marchands sont tout à fait ruinez » [12 novembre], puis de nouveau de la fin février à la fin avril 1717. Il est encore plus disert sur les rigueurs du mauvais temps qui persiste pendant l'hiver 1715-1716, le printemps 1716, l'hiver 1716-1717 et, surtout, l'hiver 1717-1718, car Charleval écrit : « Il a fait cet hyver et fait encore aujourd'huy le plus terrible temps que j'aye veü de ma vie » [8 février 1718]. Ce mauvais temps est d'autant plus redouté qu'il provoque des naufrages et affaiblit les organismes : « il ne laisse pas d'y avoir grande quantité de maladie dans la ville, qui ont esté causées par les grands froids qu'il a faits » [1er mars 1717]. L'une des tâches du consul est précisément d'avertir l'ambassadeur à Rome des épidémies, il annonce qu'une barque napolitaine, dont l'équipage a la peste, est arrivée à Otrante, et il mentionne la présence de la petite vérole à Naples [27 octobre 1716], puis à Bari [1er mars 1717].

23Il évoque les catastrophes naturelles qui rendent parfois la vie périlleuse à Naples. La terre tremble début novembre 1706, faisant plus de peur que de mal, mais dans les Abruzzes, plusieurs villes ont été détruites, dont Popoli, Pettorano, Sulmona. Un nouveau séisme secoue la capitale en avril 1707. En outre, Naples reste sous la menace du Vésuve qui est redevenu actif depuis 1631. Le 5 juin 1717, commence vers 23 heures une éruption qui allait durer huit jours. Fasciné, Charleval se rend deux fois sur place pour observer cinq rivières de lave qui sortent du cratère.

  • 22 Le compositeur et maître de chapelle Francesco Gasparini (1661-1727) composa plus de cinquante opé (...)

24Dans une ville que les voyageurs et les rédacteurs de guides s'accordent alors à considérer comme une des plus belles d'Europe, le consul ne demeure pas insensible aux divertissements, à la vie culturelle et mondaine. Il mentionne l'ouverture de la saison lyrique sans indiquer le titre des opéras qui sont donnés. Il note qu'en 1716 et en 1717, les Napolitains ont pu écouter des œuvres de Scarlati, sans préciser s'il s'agit d'Alessandro ou de son fils Domenico, et de Gasparini22. Il mentionne aussi le carnaval et la fête de San Gennaro, le patron de la ville. Il se montre toutefois plus attentif aux célébrations qui concernent les têtes couronnées. À l'occasion de l'annonce de la grossesse de la reine d'Espagne, les autorités organisent un Te Deum [15 mars 1707], puis des prières publiques et un nouveau Te Deum dans l'église des Théatins (St-Paul) [5 avril 1707]. La naissance de l'archiduc Léopold, fils de Charles VI et d'Elisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel, donne lieu à une fête le 10 mai 1716. À sa mort, en revanche, les spectacles cessent aussitôt [24 novembre 1716], Charleval observe une différence de protocole à l'occasion de la naissance de la future impératrice Marie-Thérèse : « Comme ce n'a esté que d'une princesse, l'on n'a pas fait les salues que l'on fit à la naissance de l'archiduc. L'on se contenta d'en faire une seule et je vois que toutes les fêtes se borneront aux illuminations » [25 mai 1717]. La chronique mondaine, qui n'exclut ni les mariages ni les deuils des familles de la noblesse napolitaine, ne doit cependant pas faire oublier que la guerre est, en termes quantitatifs, le principal sujet des lettres que le consul adresse à Rome.

La guerre vue de Naples

25De 1706 à 1718, depuis leur observatoire napolitain, Argoud et Charleval sont les contemporains de plusieurs guerres et opérations militaires : la guerre de Succession d'Espagne et le débarquement des troupes espagnoles en Sardaigne en 1717 en Méditerranée occidentale, la guerre vénéto-ottomane et la guerre austro-ottomane en 1715-1718 dans l'Adriatique et dans les Balkans. Pour chaque conflit, les consuls présentent l'état d'esprit de la population et les préparatifs de guerre dans le Regno, ainsi que les opérations militaires sur différents fronts.

  • 23 Expression populaire qui signifie « quatre chats », pour désigner des gens inoffensifs.

26L'évocation de l'opinion publique, ou plus précisément des sentiments des Napolitains sur les péripéties des conflits, tient une place non négligeable dans la correspondance du consul. Il ne dit pas si les sentiments qu'il prête aux Napolitains sont ceux des ministres et des officiers qu'il croise régulièrement au Palais royal. En tout cas, il évoque des rumeurs, comme celles que rapporte Argoud pendant les campagnes d'Italie de 1706 et de 1707. Le 25 juin 1706, il affirme : « Les nouveautez consistent à mille faussetez qui se glissent tous les jours dans le public, ce qui est un mal irreme-diable, et qu'il faut feindre de mepriser ». Ces bruits sont alors d'autant plus gênants pour les Gallispani qu'ils évoquent leurs difficultés sur différents fronts. Argoud note stoïquement les témoignages du défaitisme des Napolitains au fur et à mesure que les troupes autrichiennes avancent en Italie : ils pensent que l'ennemi va prendre Plaisance ou une autre place lombarde [17 août 1706] puis, après l'annonce de la chute de Turin, ne doutent plus que Milan soit aux mains de l'ennemi [1er octobre 1706] et restent consternés devant la situation militaire des troupes des Bourbons [5 octobre]. Dès l'automne 1706, ils ne se font guère d'illusion sur la chute probable de Naples : ils pensent que « ce Royaume est entierement abandonné » [2 novembre 1706] et, à l'annonce du départ du duc d'Orléans pour la cour, « l'on conclud que l'Italie etant abandonnée, les Ennemys en seront bientost absolument les maitres et pourront passer dans ce Royaume quand bon leur semblera et par où il leur plaira » [23 novembre]. Une semaine plus tard, Argoud constate que « Tout le monde commence a esperer que nous pourrons avoir la paix, et tous ceux qui ont quelque chose à perdre la desirent ardemment » [30 novembre]. Au printemps suivant, quand la menace autrichienne se précise, même les Napolitains qui sont bien intentionnés envers Philippe V doutent de l'efficacité des mesures prises pour la sûreté du Regno [12 avril 1707], et les esprits sont si « abattus » que rien ne pourra les ranimer, sinon l'annonce que le roi de France va secourir le royaume. Dans ce cas, chacun fera le nécessaire « pour empescher quattro gatti23 (comme ils disent) de s'emparer de ce Royaume... » [7 juin 1707].

  • 24 La noblesse de ta ville de Naples se regroupait et délibérait de ses intérêts dans cinq seggi qui (...)

27Le consul ne se contente pas de rapporter les bruits de la rue ; il mobilise ses informateurs pour fournir des renseignements sur les mesures prises par le gouvernement napolitain en 1706-1707 et en 1717 pour faire face à une éventuelle invasion autrichienne puis espagnole, ou pour participer à l'effort de guerre autrichien contre les Ottomans. Il s'intéresse donc aux préparatifs financiers, conscient des difficultés que rencontre le Regno pour payer ses troupes. Argoud insiste beaucoup sur la levée d'un expédient qui représenterait 2 % de l'ensemble des revenus. Ce donativo, réclamé aux Seggi24 par le vice-roi en novembre 1706, est évoqué dans la correspondance jusqu'au 7 juin 1707. Argoud reste cependant réaliste ; il ne se fait aucune illusion sur les capacités financières de l'allié napolitain et prévient La Trémoille que « l'argent manque et les expediens que l'on trouve ne sont qu'une goute d'eau dans la mer par ce que tout avoit été entierement abandonné par le lieutenant de la Chambre qui causera la perte de ce royaume » [31 mai 1707].

28Il informe aussi sur les préparatifs militaires qui ont lieu dans le Regno ou dans les États voisins. Il mentionne le nom des commandants des régiments et des officiers que le vice-roi envoie sur tel ou tel endroit du front. C'est ainsi qu'Argoud se réjouit de la nomination du duc de Bisaccia comme commandant en chef des troupes napolitaines, car ce baron est le plus ancien et le plus expérimenté des généraux napolitains [24 mai 1707]. Il évoque également la levée et la revue de troupes, l'inspection de forteresses, et indique les effectifs et le nombre de certaines compagnies mobilisées.

29Il tient La Trémoille au courant des opérations militaires en lui fournissant des informations sur la progression des Impériaux à travers les États du pape et dans le Regno en 1707, le débarquement de troupes espagnoles en Sardaigne en août 1717, la progression de la flotte ottomane le long des côtes grecques en 1715 ainsi que sur les manœuvres vénitiennes et ottomanes autour de Corfou en 1716. Le vice-consul à Otrante et le consul à Corfou sont ses principaux informateurs pour les opérations militaires qui opposent les Ottomans aux Vénitiens et aux Impériaux dans l'Adriatique et dans les Balkans. Ces conflits intéressent le Regno dans la mesure où il pourrait un jour être envahi par des troupes ottomanes. En revanche, il évoque plus brièvement la chute de Majorque aux mains des troupes de Philippe V en 1715, car cet épisode ne concerne pas directement le royaume de Naples. La campagne sur laquelle le consul donne le plus de renseignements est, bien sûr, celle de 1707 dans le Regno.

30Angoud évoque les bruits et les informations qui rendent crédibles la nouvelle d'une invasion du royaume de Naples. Dans sa lettre du 12 octobre 1706, l'attaque ennemie semble imminente : on publie à Naples que l'ennemi a demandé au pape le droit de faire traverser ses États par 20 000 soldats qui doivent aller dans le Regno. Cette nouvelle arrache ce cri à Argoud : « Enfin, Monsieur, il me semble que ce Royaume n'a jamais été plus exposé à un bouleversement général qu'il l'est presentement ». Au printemps 1707, il est résigné : l'ennemi n'a pas besoin de se presser pour s'emparer du Regno, puisque rien ne peut l'empêcher de le prendre quand il le voudra [26 avril]. Une semaine plus tard, il cherche à se rassurer en pensant que La Trémoille a de bonnes raisons de croire que l'ennemi n'interviendra pas dans le Regno. Mais à partir du 17 mai, toutes ses informations sont catastrophiques : un détachement ennemi marche vers le Regno tandis que le détachement des bandits du cardinal Grimani, 250 hommes comman-dés par Scarpaleccio, sont sur la frontière des Abruzzes [17 mai]. À lire Argoud, qui semble accablé, la défaite des Espagnols dans le royaume de Naples est due à deux causes : d'une part, l'irrésolution du vice-roi qui, fin mai, ose prétendre que ni l'ambassadeur d'Espagne ni La Trémoille ne l'ont prévenu de la progression de l'ennemi [21 mai] ; d'autre part, la faiblesse des moyens militaires. Pour défendre le royaume, le vice-roi doit se résoudre à recourir au service des barons, pourtant bien peu expérimentés dans le métier des armes [17 mai].

31À partir du 21 juin, Argoud note la progression rapide de l'ennemi qui pénètre dans le Regno sans rencontrer la moindre résistance, la défection de régiments et d'officiers qui passent à l'ennemi, la chute de Capoue [3 juillet] et le sauve-qui-peut général dans la capitale. Argoud, qui quitte Naples le 6 juillet avec la cour et se réfugie avec elle à Gaète, poursuit fidèlement sa chronique d'une débâcle annoncée en mentionnant la chute de Naples, survenue le 7 juillet, et celle de Fondi. Dans sa dernière lettre rédigée dans le royaume de Naples, le 13 juillet, il annonce que les deux derniers châteaux de Naples que les Espagnols tenaient encore ont capitulé sans avoir été attaqués !

32Si le consul est un témoin privilégié des opérations qui se déroulent dans le Regno, il est en revanche moins sûr de la véracité des renseignements qu'il reçoit d'autres fronts. En effet, le trait le plus frappant des informations qui concernent les opérations militaires et les batailles menées hors du royaume de Naples est l'incertitude. Le consul reçoit visiblement des informations contradictoires qui le plongent dans le doute, surtout quand elles mentionnent une éventuelle défaite des troupes françaises. Prenons l'exemple du siège de Turin en 1706 où, le 7 septembre, La Feuillade et le duc d'Orléans furent vaincus par le prince Eugène. Cet épisode l'intéresse, car il sait que l'issue de ce siège aura des conséquences pour le royaume de Naples. Alors que dans une lettre datée du 7 septembre, Argoud annonce que Naples attend avec impatience la nouvelle de la chute de Turin, que les troupes françaises assiègent depuis le 13 juin, il s'inquiète le 15 septembre de l'issue de la bataille qui vient d'avoir lieu. Deux jours plus tard, il redoute une très mauvaise nouvelle de Turin, et le 21 du même mois ne sait que penser des rumeurs contradictoires qu'il entend à Naples. Dans le courrier suivant, une semaine plus tard, résigné à l'annonce du cuisant échec français, il cherche à atténuer le dépit et trouve que, finalement, les nouvelles de « l'evenement de Thurin ont paru bonnes en comparaison de ce qu'on en avoit publié d'abord. Tous les gens bien intentionnez font de necessité vertu » [28 septembre].

33Les consuls ne s'en tiennent donc pas à la rédaction de simples bulletins des mouvements de troupes. Ils expriment les sentiments que leur inspirent les événements. Argoud, ne cache pas son découragement à l'annonce des défaites militaires des troupes françaises et espagnoles. « Nous sommes accablez de dechainement de malheurs qui nous arrivent sans nous donner le tems de respirer », gémit-il le 6 juillet 1706. La conjoncture ne s'améliorant pas, il évoque même « un temps où il semble que toutes les disgraces du Ciel et de la terre nous veulent accabler » [9 novembre 1706]. En cédant au découragement, il en dit plus long que bien des discours sur l'état d'esprit des partisans des Gallispani.

34Les deux consuls transmettent à La Trémoille des informations qu'il doit trier avant de les utiliser dans sa correspondance avec le secrétaire d'État des affaires étrangères. Certaines sont pertinentes et témoignent de la qualité des renseignements donnés. Si l'on prend l'exemple des lettres qui évoquent la situation politique et militaire du Regno en 1706 et au printemps 1707, on constate que le cardinal, aussi indolent fût-il, ne pouvait pas ignorer l'état lamentable dans lequel se trouvait le royaume de Naples à la veille d'une invasion prévisible.

***

35Si ces lettres contribuent à la connaissance de la progression des armées ou de la politque financière de Naples, elles participent aussi à la construction de l'image du Regno. Elles confortent leurs destinataires dans l'idée que, décidément, le royaume de Naples est bien une terre de voleurs et de coquins : le petit peuple de Naples est dangereux, car il est composé d'« une multitude sans nombre de Canaille et de gens chargez de crimes et de debtes qui n'espèrent leur salut que dans le desordre et la confusion que peut causer le moindre changement » [2 novembre 1706]. En outre, ses « peuples sont si avilis qu'on n'en sauroit rien attendre » [27 juin 1707]. Les classes dirigeantes ne valent guère mieux, puisque « les juges de ces païs là [...] veullent absolument voler » [4 février 1716], Elles soulignent aussi l'importance de la piraterie qui rend les côtes du Regno si menaçantes. La réputation de ses mers, et de ses habitants, est telle que, au début du xviiie siècle, très peu de voyageurs européens s'aventurent au sud de Naples. Par leur répétition, les stéréotypes que véhicule la correspondance des consuls sont un outil — certe rudimentaire — pour connaître du royaume de Naples. Ces lieux communs, que l'on rencontre alors dans des guides et des récits de voyage, se font aussi l'écho d'une tradition peu favorable à l'Italie méridionale, tradition qu'ils contribuent à entretenir.

Notes

1 Elle en aurait compté 215 000 en 1707 (Colette Vallat et alii, Naples. Démythifier la ville, Paris, 1998, p. 84). Dans le royaume de Naples vivaient alors 3 300 000 habitants.

2 Nom que les Napolitains donnaient au royaume de Naples.

3 Hugo Billard, « Le consulat de la nation française à Naples à la fin du xviie siècle », dans Revue d'histoire diplomatique, 2002 (n° 3), p. 279-290. Boccardi fut consul à Naples de 1672 à 1683.

4 Jean Hanotau, Recueil des instructions aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu'à la Révolution française, t. XVII, Rome (1688-1723) Paris, 1911, p. 347-350. Ce prélat, qui était le frère de la princesse des Ursins, fut d'abord auditeur de la Rote en 1693 avant d'être nommé cardinal le 17 mai 1706.

5 Le comte de Charleval, né à Bordeaux le 25 avril 1682, est le fils du comte de Bacqueville qui, à partir de 1686, fut le premier président au parlement de Rouen. Il entreprit une carrière militaire, puis se retira de l'armée en 1707. Envoyé à Naples pour le service du roi, il y fut nommé consul de France par provisions du 23 juillet 1714, poste où il resta jusqu'en 1718, Anne Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997, p. 280-282.

6 Le détail de la correspondance se répartit ainsi : 97 lettres d'Argoud entre le 18 mai 1706 et le 28 septembre 1708, et 174 lettres de Charleval entre le 17 décembre 1714 et le 22 mars 1718.

7 Arch. du ministère des Affaires étrangères (CADN), Rome-Saint-Siège, lre série, B (papiers du cardinal de La Trémoille), cartons 15 et 16.

8 Victor-Marie, duc d'Estrées (1660-1737), s'illustra aux batailles de Béveziers (1690) et de Vélez-Málaga (1704) avant d'occuper les charges de vice-amiral du Ponant de 1707 à 1737, de premier vice-amiral de France, puis de président du Conseil de marine dans le régime polysynodique mis en place sous la Régence (Michel Vergé-Franceschi (éd.), Dictionnaire de la Marine, Paris, 2002, t. 1, p. 578).

9 Le Conseil collatéral était le conseil de gouvernement du royaume de Naples. Ses membres étaient appelés régents.

10 À l'entrée du golfe de Tarente, à 38 km au sud de Lecce.

11 En principe, des vice-consuls étaient censés résider dans d'autres postes, non évoqués dans la correspondance. Il s'agit des villes de Reggio de Calabre, Crotone, Monteleone, Bari, H. Billard, « Le consulat de la nation française à Naples..., p. 279-290.

12 Le procaccio était moins un courrier qu'un guide de caravane. Il était chargé de mener à bon port un convoi de voyageurs et de marchandises légères, notamment le courrier, Jean Delumeau, Rome au xvie siècle, Paris, p. 16.

13 Charles-François de Vintimille, comte du Luc (1653-1740), servit dans la marine avant d'entre-prendre une carrière diplomatique. Il fut ambassadeur en Suisse (1708-1714) puis à Vienne à partir de 1714.

14 Les traités d'Utrecht et de Rastatt donnèrent à l'Autriche les présides que la Monarchie espagnole possédait sur une partie du littoral toscan depuis 1557 : Orbetello, Porto Ercole, l'Argentario, Talamone et Piombino, ainsi que Porto Longone dans l'île d'Elbe.

15 À l'époque moderne, une barque était un petit bâtiment de charge destiné au cabotage, à la pêche et aux courtes distances. Elle jaugeait de 10 à 150 tonneaux, M. Vergé-Franceschi (éd.), Dictionnaire de la Marine, t. 1, p. 171.

16 Après que les Franco-Espagnols eurent levé le siège de Barcelone le 11 mai, Philippe V dut rentrer à Madrid en passant par Perpignan, Toulouse et Pau, car des troupes ennemies circulaient en Aragon. Il entra à Madrid le 6 juin, Henry Kamen, Philip V of Spain. The King who reigned twice, New Haven et Londres, 2001, p. 48-4.

17 Il s'agit de l'évocation du coup de main mené par l'armée de Philippe V, conduite par le marquis de Legal. Début août 1706, elle réussit à entrer à Madrid que les troupes alliées occupaient depuis le 25 juin, à y fomenter une émeute contre l'archiduc et à le couper de l'armée alliée qui venait du Portugal.

18 Frédéric De Hesse-Cassel (1676-1751) combattait avec les Impériaux. Le 9 septembre 1706, il fut vaincu à Castiglione, au sud du lac de Garde, par le comte de Médavy, texte annoté par Yves Coirault, Saint-Simon, Mémoires, Paris, 1983, t. 2, p. 788-789.

19 D.Juan Manuel Fernández Pacheco y Zuñiga, duc d'Escalona et marquis de Villena (1648-1727) Saint-Simon, op. cit., t. 8, Additions au Journal de Dangeau, p. 671-672.

20 À l'avènement de Philippe V, un groupe de nobles favorables aux Habsbourg, conduits par le prince de Macchia et le prince Tiberio Carafa, envisagea de susciter un soulèvement en faveur de l'archi-uc Charles de Habsbourg et d'assassiner le vice-roi. Le complot échoua aussitôt, faute de soutiens nobles et populaires.

21 Alexis Petrovitch (1690-1718) était le fils de Pierre Ie et d'Eudoxie Lapouchkine, et, par son mariage avec une princesse de Brunswick-Wolfenbüttel, le beau-frère de Charles VI. Pendant que son père visitait l'Europe, en 1716-1717, il se rendit à Vienne. Charles VI se débarrassa de cet encombrant visiteur en l'envoyant à Innsbruck puis à Naples. Pierre le rappela en Russie et le fit condamner à mort sous le prétexte d'un prétendu complot contre lui.

22 Le compositeur et maître de chapelle Francesco Gasparini (1661-1727) composa plus de cinquante opéras. Celui que Charleval considère comme « un des plus mauvais » est peut-être II gran Cid qui fut donné pour la première fois à Naples en 1717, Dizionario Biografico degli Italiani, t. 52, p. 476-479.

23 Expression populaire qui signifie « quatre chats », pour désigner des gens inoffensifs.

24 La noblesse de ta ville de Naples se regroupait et délibérait de ses intérêts dans cinq seggi qui correspondaient chacun à une circonscription territoriale. Ils étaient donc une structure fondamentale du pouvoir communal.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540