Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. Les gens du roi dans la ville

L'entrée en force des Angevins à la Chambre des comptes de Bretagne (xvie-xviie siècles)1

Dominique Le Page

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Nous tenons à remercier Jacques Maillard et Richard Ravallet qui nous ont transmis les renseigneme (...)

1Dominique Le Page

  • 2 Par ce terme, nous entendrons tous les individus qui sont nés en Anjou, qui y ont fait une grande (...)

2Le mariage d'Anne de Bretagne et de Charles VIII en 1491 entraîne une diversification du recrutement du personnel administratif de la province. Alors que sous les ducs les officiers étaient majoritairement recrutés dans le duché, après 1491, les notables des provinces voisines mettent à profit le nouveau contexte politique et leur plus grande proximité avec le pouvoir royal pour accaparer un grand nombre de charges dans les secteurs des finances et de la justice. Parmi eux, on trouve des Tourangeaux mais aussi des Angevins parmi lesquels on peut citer Olivier Barraud qui prit en charge la trésorerie générale de Bretagne de 1494 à 1498 et Jacques Thévin qui occupa la même fonction au cours des années 1560. Si les Angevins acquirent également des offices aux Grands Jours de Bretagne, leur entrée dans la Chambre des comptes, autre cour souveraine de la province sembla plus difficile. Ce n'est que sous le règne d'Henri II que l'on y rencontre les premiers d'entre eux et il faut attendre 1572 pour que leur présence s'impose durablement au sein de l'institution nantaise. Afin de comprendre les raisons de cette évolution, nous décrirons, dans une première partie, les circonstances qui ont permis aux Angevins2 d'intégrer la Chambre puis nous verrons, dans une deuxième partie, les moyens par lesquels ils se sont perpétués dans l'institution à la fin du xvie siècle et dans la première moitié du xviie siècle.

Le tournant de 1572

  • 3 Bitaud de 1552 à 1554 et Cheminart de 1553 à 1555.
  • 4 Celui-ci était signalé comme domicilié à Angers en décembre 1569, Archives Départementales de Loir (...)
  • 5 A.D.L.A. B 54 f° 57.
  • 6 A.D.LA B 54 f° 73, acte du 5-12-1555.
  • 7 Dominique Le Page, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (anné (...)

3Jusqu'en 1572, la présence des Angevins à la Chambre des comptes de Nantes reste modeste. Les premiers d'entre eux y font leur entrée sous le règne d'Henri II en la personne de Louis Bitaud en 1552 et de René Cheminard en 1553. Ces deux officiers ont récupéré la charge d'un Tourangeau, Jean Dalesso pour Bitaud et Jean Tissart pour Cheminard : ils symbolisent ainsi le glissement qui s'opère dans cette seconde moitié du xvie siècle dans le recrutement géographique du personnel et du passage de relais entre Tourangeaux, très présents dans la première moitié du xvie siècle quand la cour royale séjournait régulièrement à Amboise ou dans les châteaux voisins et Angers. Ils ne font qu'un bref séjour à la Chambre, en n'y demeurant que deux ans3. Après eux, on note l'arrivée de Jean Sorée et d'Antoine Charton4. Tous deux présentent également des caractéristiques communes. La première est qu'ils profitent de la création ou du rétablissement d'offices pour entrer à la Chambre : Jean Sorée a acheté l'une des deux charges créées par Henri II en 1555 alors qu'Antoine Charton a profité de la crise qui a failli entraîner la suppression de la Chambre en conséquence de l'ordonnance de Moulins de 1566. Le roi n'a pu mener son projet à terme en raison de l'opposition des États de Bretagne mais aussi et surtout à cause de l'accroissement des besoins financiers suite à la reprise des guerres de Religion après la surprise de Meaux. Dès 1567, la Chambre des comptes a été confirmée et les offices qui étaient demeurés vacants pendant quelques années à la suite de la mort de leur titulaire ont été à nouveau attribués : Antoine Charton a ainsi acheté l'office de Guillaume Morin en septembre 1568. Autre caractéristique commune entre les deux hommes : à la différence des deux premiers Angevins cités, Jean Sorée et Antoine Charton ont fait la majeure partie de leur carrière en Bretagne. Avant de devenir maître, Jean Sorée avait fait l'acquisition d'un office de receveur et payeur des gens des comptes de Nantes5 qu'il a presque aussitôt résigné en faveur de Jean Bernard6. Il est demeuré à la Chambre jusqu'à son décès en 1581, soit pendant vingt-six ans. Antoine Charton quant à lui a débuté sa carrière en servant tout à la fois les Montmorency, propriétaires Thévin, originaire également d'Angers, dont il a été le commis et dont il était le beau-frère. Maître d'hôtel ordinaire de Charles IX, il a conservé son office de maître des comptes jusqu'à sa mort au début des années 1590 et s'est plusieurs reprises à des commissions chargées de placer des rentes ou de lever des emprunts dans la province7.

  • 8 Il devint notamment commis à la trésorerie générale de Bretagne dans les années 1530.
  • 9 Les autres venaient de Tours - Martin de Beaune -, de Blois - Jean Cosson -. Il y avait aussi un F (...)
  • 10 Les quatre présidents étaient tous recrutés en dehors de la province.

4Si l'on excepte ces quatre « éclaireurs », il faut attendre 1572 pour date, Charles IX impose le doublement du personnel : on passe alors de deux à quatre présidents, de huit à seize maîtres puis dix-sept du fait de la création d'un office surnuméraire et de dix à vingt auditeurs. Fait original, le roi décide que la moitié des nouveaux officiers seraient recrutés en dehors de la province. Il reprend ainsi une règle qui avait été introduite par Charles VIII en 1495 lors de la confirmation du Parlement de Bretagne, règle à laquelle la Chambre avait alors échappé. L'application de ce principe profite aux Angevins puisque sur les cinq maîtres non originaires, trois viennent de l'Anjou, à savoir René Bitaud, Jean Gautier et Adrien Brossays. Les seuls offices qui leur échappent sont acquis par le Tourangeau Jean Cosson, dont le père, prénommé lui aussi Jean, avait accompli une partie de sa carrière en Bretagne sous François 1er8 et par Jean Coutel qui, parti trop tard dans la course aux offices, s'est vu rendus à la Couronne dans la gestion de différentes recettes générales. Les Angevins mettent également la main sur l'un des deux nouveaux offices de président qui revient à René Verge, l'autre étant acquis par Jacques Barrin. Le cas des auditeurs est particulier puisque la monarchie ne parvient pas, du fait du moindre prestige de cette charge, à faire respecter le principe de dix nouveaux offices, seuls deux sont achetés par des non originaires, Angevins eux aussi : François Fradin, sieur de Malmouche et Philippe Sorée, le fils de Jean. Si l'on fait un bilan de la composition du personnel à la suite du doublement des non originaires dont cinq Angevins9 ; ceux-ci détiennent aussi deux charges d'auditeurs sur vingt et une charge de président sur les quatre10.

5On peut s'interroger sur les raisons qui ont poussé la monarchie à opérer ce doublement du personnel et surtout à introduire cette clause concernant les non originaires. La première d'entre elles est bien entendu d'ordre financier. Dans le cas présent, l'opération rapporte à la monarchie 114 000 1. puisque chaque office de président est vendu pour 10 000 1., chaque office de maître pour 6 000 1. et chaque office d'auditeur pour 4 000 1. Sur ce total, les Angevins contribuent pour 36 000 l. La Chambre des comptes de Bretagne étant alors l'une des seules à ne pas être dotée de deux semestres distincts, l'occasion était trop belle pour y introduire de nouveaux offices : la mesure permet ainsi d'aligner l'institution sur ses homologues de province tout en répondant à un objectif de plus grande efficacité puisque l'augmentation du personnel est accompagnée d'une réforme du calendrier de travail qui vise, en réduisant les périodes de fermeture, à soumettre les gens de finances à une surveillance quasi permanente.

6L'imposition d'une clause concernant les non originaires répond au souci de briser les complicités que l'on soupçonnait d'exister au sein de l'institution et de lui redonner une crédibilité qu'elle avait perdue aux yeux du pouvoir. Depuis la première moitié du xvie siècle, la monarchie était en effet convaincue que les gens des comptes ne faisaient pas la preuve d'un zèle suffisant pour contrôler les officiers de finances avec lesquels on les accusait d'être en collusion ; la seule solution pour remédier à ces ententes, réelles ou supposées, était d'y introduire régulièrement du sang neuf. Le fait qu'en 1572 la Chambre des comptes sorte d'une grave crise qui a failli entraîner sa suppression n'a pu que favoriser cette volonté de regénération et inciter le roi à imposer le recrutement d'officiers extérieurs à la province.

7Dans cette décision, on peut deviner aussi la pression des notables eux-mêmes et dans le cas présent des notables angevins qui ont été, on l'a vu, les principaux bénéficiaires de l'opération. La monarchie n'était en effet pas la seule à favoriser le mouvement de création d'offices ; elle cédait également à la sollicitation des particuliers qui souhaitaient se faire pourvoir des charges créées ou qui voulaient prendre part aux profits dégagés par leur vente. Dans le cas de Nantes, l'influence qui semble avoir été déterminante est celle de René Verge qui s'est vu attribuer l'un des nouveaux offices de président. C'est du moins ce que laisse deviner l'extrait d'un procès devant la cour des Aides de Paris en 1582 opposant le président de la Chambre, Jean Ayrault, au maire et aux échevins de cette ville. Ayrault, qui voulait se prévaloir de sa qualité de membre d'une cour souveraine pour être exempté de tous les emprunts levés dans la ville, se vit répondre par Toublanc, procureur des seconds que son prédécesseur, René Verge en l'occurrence, « qui poursuivit en 1572 l'érection d'une seconde Chambre des comptes en Bretagne, composée de deux présidents et dix maîtres des comptes et qui se seroit lors fait pourvoir de l'un des présidents, demeurant néanmoins en la ville d'Angers », n'avait jamais joui des privilèges d'exemption, ceux-ci étant, selon le procureur, réservés aux « originaires et résidant sur le lieu ». Cette remarque suggère donc bien que le doublement du personnel a été opéré à la suite de la démarche entreprise par René Verge. Cette piste peut d'autant plus être suivie que l'étude de la carrière de ce dernier apporte des informations intéressantes.

  • 11 Le chancelier avait estimé que la somme de 12 000 1. était trop élevée et il l'avait fait rayer au (...)
  • 12 La Lande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne de 1491 à 1589, Archives de Br (...)
  • 13 Lalande de Calan, Ibid., t. II, p. 18-19.

8Fils de Gilbert Verge, il aurait succédé à celui-ci dans sa charge de juge des traites et impositions foraines d'Anjou. La première fois qu'on le rencontre en Bretagne, c'est en 1557 quand il fit l'acquisition de l'office nouvellement créé de lieutenant civil et criminel au présidial de Nantes. Il ne put en bénéficier longtemps du fait de l'opposition des États de Bretagne à cette innovation. Verge a-t-il mal pris cette suppression ou s'est-il estimé insuffisamment indemnisé de la somme qu'il avait avancée ? On ne sait ; ce qui est sûr c'est qu'il s'est engagé dans les années suivantes dans une lutte ouverte avec les États de la province. Il s'est d'abord associé avec d'autres officiers qui n'avaient pu, tout comme lui, entrer en possession de l'office qu'ils avaient acquis, notamment de Philippe Prévost qui s'était fait pourvoir en 1557 d'un office d'intendant des deniers communs des villes de Bretagne. Ayant demandé 12 000 1. au titre de l'argent qu'il avait versé, Prévost finit par en obtenir 10 000 1. en 1561, ce qui ne l'a pas empêché, aidé par son frère Jean qui était avocat à la Chambre des comptes de Paris, d'engager des poursuites judiciaires pour se faire verser les 2 000 1 restant, et de faire incarcérer un temps le trésorier des États, Jean Avril, au Châtelet à Paris11. René Verge a profité de ces litiges pour mettre en cause le mode de gestion des deniers des États devant le conseil royal : celui-ci a envoyé en 1566 une commission à Nantes - dont René Verge a fait partie - pour saisir les papiers des États déposés à la Chambre des comptes et les transférer à Paris où ils furent remis pour examen au sieur de Granville, l'un des intendants de finances. Ces attaques se développèrent dans le contexte, évoqué précédemment, de tentative de réforme du royaume entrepris par Charles IX et son chancelier Michel de L'Hospital ; quand le pouvoir royal a été confronté à nouveau à la guerre et qu'il est retombé dans la dépendance de ses différents bailleurs de fonds, les États de Bretagne sont passés à la contre-offensive. Dès 1569, dans leurs remontrances, ils se sont plaint « que puis deux ans derniers, quelques uns prétendus estre de la nouvelle secte et réprouvée opinion se sont ingérés de calomnier le ménagement des deniers des États et de leurs comptes, tendant à leur faire ôter tout le pouvoir qu'ils peuvent avoir de subvenir au roi et aux affaires de sondit pays afin que par telles menées et subtilles inventions, ils et ceux de leurdite secte eussent pu avoir plus grande commodité d'exécuter les mauvaises entreprises, voulant faire lier les mains aux bons sujets de sa majesté pour plus aisément leur courir sus, comme l'expérience depuis ledit temps l'a très bien montré12 ». L'accusant d'être protestant pour mieux le discréditer - on ne sait quel crédit il faut accorder à cette insinuation —, les États ont intenté un procès à René Verge auquel font allusion leurs doléances de 1572. Il y est demandé au souverain « de faire exécuter les délibérations prises par les États contre René Verge, qu'il fasse terminer le plus tôt possible le procès que les États lui ont intenté pour les avoir faussement accusés de s'être appropriés 20 000 1. de deniers royaux et pour avoir enlevé leurs archives de Rennes, enfin qu'il n'ait le droit de tenir aucun office en Bretagne, tant que le procès des officiers des États n'aura pas été jugé par le parlement de Bretagne13 ».

  • 14 Lors de leur session de cette même année 1574, les États demandaient à ce que le roi ordonnât que (...)
  • 15 A.D.L.A. B 58 f° 9.
  • 16 Jacqueline Boucher, Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion, sous la direction d'Ariette (...)
  • 17 Un autre secrétaire du duc d'Anjou intervint en juillet et novembre 1567 à la Chambre des comptes  (...)
  • 18 En 1580, il était signalé comme maître des requêtes ordinaires du duc d'Anjou et comme conseiller (...)

9Sur ce dernier point, les espoirs des États ont été déçus mais non sans combat. Qu'on en juge : institué le 1er juillet 1572, Verge s'est heurté au refus des autres présidents de la Chambre de le recevoir. Ayant bénéficié en février 1573 d'un arrêt du conseil ordonnant de mettre fin à cette opposition, il n'a pu obtenir satisfaction, ce qui a contraint ce même conseil à procéder à sa réception le 17 septembre 157414. Ce même jour, Henri III a délivré une nouvelle lettre de jussion en sa faveur et la Chambre s'est finalement inclinée le 17 janvier 1575, soit près de trois ans après son institution15. René Verge semble avoir en l'occasion disposé du soutien du duc d'Anjou, le futur Henri III. On sait que ce dernier commença à jouer un rôle important au Conseil royal après le Tour de France royal en 1566 : il présida l'assemblée des notables tenue à Moulins cette année-là16 et fut élevé au titre de duc d'Anjou, avant de devenir lieutenant général du royaume en 1567. Quand René Verge vint à Nantes en 1566 pour saisir les papiers des États, il était accompagné de l'un de ses secrétaires, Bernard de Girard, sieur du Haillan17, ce qui tendrait à prouver que le duc d'Anjou joua un rôle important dans l'application des décisions prises à Moulins et que fort, des accusations qu'il avait portées, Verge constitua l'un de ses relais, l'un de ses agents d'exécution en Bretagne. La force du lien qui existait entre les deux hommes est confirmée d'ailleurs par le fait que la décision de procéder à la réception de René Verge au conseil royal, décidée, rappelons-le, le 17 septembre 1574, fut prise à Lyon, c'est-à-dire aussitôt après l'arrivée d'Henri III dans le royaume, au terme d'un périple qui l'avait mené, après sa fuite de Pologne, à travers l'Empire et l'Italie. C'était là à tout le moins une marque de faveur à l'égard d'un serviteur dévoué18, la manifestation aussi d'une volonté de mettre fin à la résistance des institutions bretonnes qui avait été facilitée par l'éloignement du duc d'Anjou de France. Avec la réception de René Verge, finalement tout se tient : la volonté de réformer la Chambre en y faisant entrer des éléments extérieurs aux milieux financiers locaux et au premier chef celui qui avait contribué à dénoncer les errements de l'administration provinciale, le désir de trouver des fonds pour financer les guerres et de satisfaire les ambitions des élites locales en quête de la dignité et des profits conférés par l'office. Placés dans une position privilégiée dans les réseaux d'information, disposant d'appuis dans les cercles du pouvoir, les Angevins se sont retrouvés dans une situation idéale pour prendre le contrôle d'une bonne partie des charges créées en 1572 et bénéficier de la clause édictée en faveur des non originaires.

  • 19 A.D.L.A. B 64 f° 7-8.

10Il semble d'ailleurs que cette position favorable ait perduré pendant tout le règne d'Henri III puisque si l'on excepte un office créé en 1575 qui a été acquis par un Nantais, François Trottereau, deux nouveaux offices de maîtres introduits en 1588 revinrent encore à deux Angevins : Julien de Beaurepaire et Trajan de la Coussaye. Cette année-là, la Chambre conclut un accord avec le roi par lequel Henri III renonça à créer les 38 offices initialement prévus contre le versement de trente mille écus dont une partie devait venir de l'introduction de deux nouvelles charges de maîtres, deux de correcteurs, quatre d'auditeurs et une de premier huissier et le reste d'une contribution des membres de la Chambre des comptes. C'est le président Jean Ayrault qui garantit en son propre nom le versement de cette somme et qui joua un rôle décisif dans les tractations menées avec le conseil royal. Il obtint notamment que les officiers qui voudraient acheter l'une des charges créées puissent résigner la leur sans payer de finances si elle était de moindre valeur que celle achetée. Il revendiqua même un rôle prééminent dans le recrutement des nouveaux officiers en demandant à recevoir neuf lettres patentes en blanc en forme de provision d'offices pour pourvoir les personnes capables. Si le pouvoir royal ne lui donna pas totalement satisfaction sur ce dernier point, on peut penser que son influence fut importante, notamment dans le choix des deux nouveaux maîtres19.

  • 20 Les autres officiers non originaires de Bretagne étaient Antoine Coutel, Georges Morin dont l'orig (...)

11De ce fait, en 1589, quand débutent les guerres de la Ligue en Bretagne en 1589, les Angevins étaient toujours majoritaires parmi les non originaires dans les rangs supérieurs de la Chambre20 : ils avaient conservé le contrôle d'une présidence avec Jean Ayrault qui avait succédé à René Verge décédé en 1583 et ils avaient renforcé leurs positions dans le groupe des maîtres en détenant six charges sur les vingt qui existaient alors. Leur présence dans le groupe des auditeurs s'est réduite à la personne de François Fradin du fait que Philippe Sorée, a réussi entre-temps à acquérir une charge de maître, charge qu'il a ensuite transmise à un autre Angevin, Julien Millon, en 1588.

Le maintien des positions des Angevins à la Chambre fin xvie, première moitié xviie siècle

12Le doublement du personnel de 1572 a donc constitué un tournant dans l'histoire de la présence des Angevins à la Chambre des comptes de Nantes. À partir de cette date, leur poids dans l'institution s'est maintenu d'abord grâce tout d'abord à une fidélité presque sans faille à la Couronne sur le plan politique, notamment au cours des guerres de la Ligue.

  • 21 A.D.L.A. B 602 f° 7.
  • 22 Le 5 juin 1590, la Chambre des comptes de Rennes fit une taxation pour les officiers qui avaient s (...)

13Quand en 1589, le gouverneur de Bretagne, le duc de Mercœur s'est emparé de la ville de Nantes, Henri III, par des lettres patentes du 12 avril 1589, a ordonné le transfert de la Chambre des comptes à Rennes. Dès lors, deux institutions concurrentes se sont mises en place, l'une loyaliste dans cette dernière ville sous la direction du premier président Jean Avril, l'autre ligueuse à Nantes. Face à cette situation, le choix des Angevins a été sans ambiguïté : dès le 17 janvier 1590, Jean Ayrault, Adrien Brossays, Julien de Beaurepaire se sont présentés à Rennes pour servir le roi21. Ils ont été rejoints en mars par Julien Millon et Trajan de la Coussaye. Pour montrer leurs bonnes dispositions en ces circonstances difficiles, les uns et les autres ont d'ailleurs accepté de travailler plus que leur statut ne le leur imposait en attendant que la Chambre ait un nombre suffisant d'officiers pour siéger dans des conditions normales22. Le seul maître angevin qui a tardé à venir est Jean Gautier mais c'est à cause de problèmes de santé : en mars 1590, quand la liste des officiers rebelles a été établie, il a été considéré, malgré son absence, comme fidèle au roi et en avril 1591, Henri IV a donné l'ordre de lui payer ses gages depuis 1589. Le 28 juin de la même année, il a prêté serment de fidélité au souverain et a pris son service à Rennes.

  • 23 Le 30 juin 1590, Nicolas Coutureau et Trajan de la Coussaye furent envoyés vers le roi pour le sal (...)
  • 24 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L'autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerr (...)
  • 25 Jean Ayrault, pendant son mandat de maire d'Angers (1578-1582) joua un rôle important contre les L (...)
  • 26 A.D.L.A. B 65 f° 208, mention du 13-3-1598.
  • 27 Le don datait du 16 mars 1596 ; le roi confirma les lettres surannées en faveur de sa veuve par d' (...)
  • 28 L'acte fut enregistré par la Chambre le 13-12-1599, A.D.L.A. B 66 f° 109.

14Comme les autres officiers supérieurs de la Chambre, les Angevins ont donc pris position en faveur d'Henri IV23. Cela peut s'expliquer par différentes raisons. On peut y lire tout d'abord le souci de ces hauts magistrats de respecter le pouvoir légal incarné par Henri IV qui était, du fait des règles de succession, le souverain légitime. On peut y voir aussi l'effet des circonstances puisque le soulèvement ligueur, qui s'est produit à Angers le 28 février 1589, a été rapidement réprimé par les autorités militaires et que la ville est demeurée par la suite, en raison d'une surveillance étroite, sous le contrôle du roi24. Les officiers angevins ont eu aussi la chance de n'être pas présents à Nantes lors du coup de force de Mercœur, d'avoir pu échapper à la pression de ce dernier et de bénéficier ainsi du recul suffisant pour opérer leur choix en fonction d'un examen rigoureux de la situation. On peut penser enfin que ces officiers, appartenant aux élites de la société, ont hésité à s'engager dans une aventure incertaine d'autant que leur statut, renforcé par les évolutions de l'organisation de la Chambre des comptes dans la deuxième moitié du xvie siècle, leur donnait pleinement satisfaction. La plupart d'entre eux ont été récompensés par le roi de leur fidélité : le président Ayrault a reçu ainsi le 13 mars 1598 200 écus de pension par an pour, selon l'acte du don, « les grands et laborieux services25 qu'il a faitz tant en sa charge depuis 16 ans, qu'il a exercé continuellement qu'en autres fonctions à quoy il a esté employé pendant ces troubles et auparavant iceux dont il s'est fidellement acquitté26 ». De même la veuve de Jean Gautier, Renée Goupilleau, s'est vue confirmer en 1597 le versement d'une pension de 40 écus par an qu'Henri IV avait promise à son mari en 1596 — elle devait prendre effet à partir de 1589 - au titre de maître le plus ancien l'ayant servi à Rennes « et pour favorablement traiter ledit Gautier et recongnoistre les fidèlles services qu'il nous a faitz et à nos prédécesseurs roys depuis 24 ans au hazard et péril de sa vie pour se trouver en notre ville d'Angers où il fait sa continuelle demeure audit Rennes pour notre service27 ». Quand Adrien Brossays a résigné son office, il a obtenu, par faveur royale du 18 juillet 1599, le droit de s'appeler pendant toute sa vie conseiller et maître des comptes en Bretagne, de continuer à bénéficier les privilèges qui étaient liés au statut ainsi que le droit de tenir le rang correspondant dans les assemblées publiques28.

  • 29 François Fradin, bien que d'origine angevine, était en fait bien implanté à Nantes. Quand il résig (...)
  • 30 Les convictions catholiques de ce dernier ne faisaient pourtant pas de doute puisqu'il fut nommé l (...)
  • 31 Dominique Le Page, Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (années 1589-1591 (...)
  • 32 Sans que ce dernier ait pourtant eu recours à des mesures de représailles contre les officiers reb (...)

15Le seul Angevin qui s'est rangé dans le camp ligueur est en fait un auditeur, François Fradin, qui est demeuré à Nantes jusqu'en 1598. Il a suivi en cela le comportement de la majorité des officiers de cette catégorie, donnant ainsi plus d'importance à la solidarité professionnelle qu'à celle qui pouvait naître d'une commune origine géographique29 ou des liens familiaux puisque François Fradin était apparenté à Adrien Brossays30. Les auditeurs avaient mal accepté les changements intervenus dans l'organisation du travail à la Chambre depuis le règne d'Henri II et qui les avaient cantonnés progressivement aux tâches subalternes de contrôle des comptes. En participant à la Ligue, ils espéraient favoriser le retour à un mode de fonctionnement plus collégial de l'institution et imposer, dans la conduite des carrières, le principe de l'ancienneté par rapport à la vénalité31. Entré à la Chambre en 1572, François Fradin n'avait pas eu de promotion depuis cette date, ce qui avait pu faire naître en lui un sentiment de frustration. L'examen des livres des audiences de la Chambre des comptes ligueuse révèle qu'il contesta à plusieurs reprises, des nominations de maîtres effectuées par le duc de Mercœur : le 15 avril 1597, avec un autre auditeur, Etienne Maillard, il remit au Bureau de la Chambre le pouvoir qui leur avait été donné par tous les autres auditeurs de s'opposer à la réception de Jean Mériaud, considérant que celui-ci avait récupéré l'office de Georges Morin qui n'avait pas vécu quarante jours après la résignation de sa charge. De ce fait, celle-ci devait être considérée comme vacante et supprimée comme surnuméraire ou attribuée à l'auditeur le plus ancien. Dans ce cas, comme dans les autres, François Fradin n'obtint pas satisfaction mais son obstination le fait apparaître comme l'un des partisans les plus résolus des valeurs traditionnelles défendues par une partie non négligeable du personnel de la Chambre. Cela pourrait être confirmé par le fait qu'il mit un terme à sa carrière en résignant sa charge dès le mois de juin 1598, c'est-à-dire peu de temps après la soumission des gens des comptes à Henri IV32. La portée de ce geste doit être toutefois nuancée par le fait qu'il pouvait se prévaloir alors d'une carrière de vingt-six années à la Chambre et qu'il céda sa charge à son fils René, montrant ainsi un attachement à l'institution nantaise.

  • 33 Julien de Crespy se démit de son office le 28 juillet 1615 « à cause des incommoditez de son vieil (...)
  • 34 On note le même problème lors de la succession de Pierre Gurie. Celui-ci résigna son office en fav (...)
  • 35 L'acte de résignation fut passé par Jean Gautier le 26 mars 1596 à Paris (il était logé rue Saint- (...)
  • 36 Celui-ci versa à cette occasion 2 000 écus dans les caisses royales, c'est-à-dire beaucoup plus qu (...)

16De façon générale, les guerres de la Ligue, si elles purent influer sur certains parcours professionnels, n'empêchèrent pas les officiers qui le désiraient de demeurer à la Chambre des comptes. De ce fait, les Angevins purent maintenir leur présence dans l'institution nantaise et ce d'autant plus qu'ils firent la preuve d'une longévité importante et qu'ils surent développer une stratégie de transmission des charges qui privilégia leur province d'origine. Si l'on reprend le premier point, on constate que pour les 37 Angevins entrés à la Chambre entre 1572 et 1661, date de la prise de pouvoir personnel par Louis XIV, la durée moyenne des carrières est de 21,5 ans, les records étant détenus par René Berthelot auditeur pendant 45 ans de 1656 à 1701, par René Le Febvre auditeur pendant 39 ans de 1654 à 1693, par Jacques Constantin, maître de 1621 à 1659 ou Louis du Pont qui fut avocat général pendant 17 ans puis président pendant 21 ans. On peut en conclure que la majeure partie des officiers avait pour objectif de demeurer dans l'institution le plus longtemps possible et que nombre d'entre eux ne résignaient qu'à la dernière extrémité33, ce qui entraînait le risque de perdre l'office. C'est ce qui faillit arriver à la famille Gautier34 : Jean résigna sa charge en faveur de son fils René le 26 mars 159635 mais son décès, survenu avant le délai des quarante jours, plaça ce dernier dans une position délicate qui le contraignit à céder ses droits de résignation dès le 4 avril 1596 à un autre Angevin, Joseph de la Marqueraye, seul capable apparemment de débourser les sommes exigées par le roi36. Même si les Gautier ne furent pas totalement mis hors-jeu puisque René accepta de renoncer à ses droits à la condition que Joseph de La Marqueraye épouse sa sœur Catherine — ce qui fut effectivement réalisé —, ils perdirent tout de même, du fait des circonstances, le contrôle d'une charge de maître, qui constituait sans nul doute un élément important de leur patrimoine.

  • 37 Son entrée à la Chambre intervint peu de temps après la réforme du mode de désignation du maire et (...)
  • 38 Il décéda en 1618.
  • 39 Jean Ayrault fit valoir que les non originaires qui abandonnaient leurs maisons pour, « à grand fr (...)

17D'autres officiers cherchaient à demeurer au moins vingt ans à la Chambre, afin d'acquérir le titre de conseiller honoraire et de conserver jusqu'à leur mort les privilèges liés à leur charge. Tel semble avoir été le cas de Jean Ayrault qui entra à la Chambre après avoir été maire d'Angers37 et qui y demeura exactement 20 ans de 1583 à 160338. Il mit à profit sa prési-dence pour se voir reconnaître par la cour des Aides de Paris le privilège de ne pas contribuer aux emprunts et aux différentes taxes levés dans la ville d'Angers39 malgré les protestations des bourgeois de la ville qui firent valoir que si les riches et les opulents se faisaient tous exempter, il « conviendroit que toute la charge tumbast sur le menu peuple qui a assez à souffrir d'ailleurs sans estre oppressé de si grandes charges ». Ils rappelèrent en vain que Ayrault, quand il était maire, avait fait voter un statut en 1577 ordonnant que « touz les habitants, privillégiez et non privillégiez, contribueraient à toutes sortes de deniers qu'il conviendrait lever sur ladite ville ». Il est vrai qu'il agissait alors en tant que premier magistrat de la ville et qu'il avait fait adopter ce règlement pour combattre les prétentions de son prédécesseur à la présidence de la Chambre des comptes, qui n'était autre que René Verge !

  • 40 Pour les Angevins entrés avant 1572, ce fut également le cas de Jean Sorée remplacé par Étienne Le (...)
  • 41 Louis Bitaud avait fait de même en 1554 pour devenir receveur général du roi en Touraine. Trajan d (...)
  • 42 II était le frère de Louis qui avait fait lui aussi un bref passage à la Chambre. Les Bitaud appa (...)
  • 43 Il ne décéda qu'en 1587.

18Les officiers qui siégèrent moins de 20 ans ne sont qu'au nombre de treize. Parmi eux, on trouve d'abord ceux qui moururent en charge à l'instar de René Verge, de François Charton ou de Claude Jousselin40. Il y a ensuite ceux qui quittèrent l'institution pour prendre un office plus important à l'instar de Julien Millon qui devint trésorier de France à Tours41 ou ceux qui furent victimes d'une sanction comme Pierre Frain qui fut privé de son office en 1668 du fait d'une décision de justice. Il faut mentionner enfin les officiers dont le comportement est plus difficile à interpréter comme René Bitaud42 qui résigna sa charge en faveur de François Morel en 1578 après seulement six ans de service43, Julien de Beaurepaire, qui ne demeura que neuf ans à la Chambre et que l'on retrouve comme échevin d'Angers en 1599 ou René Le Clerc qui ne siégea que deux ans, de 1612 à 1614. Pour eux, l'office ne fut probablement qu'une opportunité à saisir, un placement temporaire, ce qui peut être confirmé par le fait que Bitaud et Beaurepaire profitèrent tous deux de la création d'un office, le premier en 1572, et le second en 1588 et que René Le Clerc récupéra la charge d'un Parisien, Claude Brethe, sans avoir l'intention, pas plus que ce dernier, de faire carrière en Bretagne.

  • 44 Certains officiers transmirent deux offices de la Chambre au cours de leur carrière.
  • 45 Pour le reste, un cas transmission à un Parisien, un à un Tourangeau. Six à quelqu'un de l'évêché (...)
  • 46 François Charton résigna en faveur de l'Angevin Adrien Jacquelot mais celui-ci ne se fit pas recev (...)
  • 47 Julien de Beaurepaire (il demeurait dans la paroisse Saint-Pierre à Angers) résigna d'ailleurs son (...)
  • 48 François et René Fradin, René Le Febvre en faveur de René, Charles Le Febvre en faveur de René, Re (...)
  • 49 Jean Gautier en faveur de Joseph de La Marqueraye, Adrien Brossays en faveur de Charles Martineau, (...)
  • 50 De Philippe Sorée à Julien Millon.
  • 51 C'est ce qui arriva semble-t-il à Claude Jousselin qui fut remplacé après son décès par René Le Go (...)
  • 52 Philippe Sorée résigna ainsi sa charge d'auditeur en faveur de René Oger quand il devint maître.
  • 53 La charge de président de Jean Ayrault revint au Tourangeau Victor Binet, celle de Louis du Pont (...)

19Au-delà de ces parcours individuels, le groupe des Angevins sut maintenir ses positions à la Chambre par le biais de la transmission des charges. Si l'on prend en considération les 42 offices44 transmis par des Angevins entre 1572 et 1661, on constate que 21 d'entre eux45 revinrent à un autre Angevin46. On peut même porter ce nombre à 23 car dans deux cas les charges furent acquises par des individus apparentés à des familles angevines : Gilles Chapelle, qui bénéficia de la résignation de Julien de Beaurepaire, avait épousé Ysabeau Lasnier, fille de Guy, ancien maire d'Angers47 ; Raoul de Bregel, successeur de Julien de Crespy, était marié avec Marguerite. Le Chat, dont le père fut également maire d'Angers en 1588. Ces transmissions pouvaient se faire dans un cadre familial, soit de père à fils - six cas48 -, de beau-père à gendre — trois cas49 —, ou encore entre beaux-frères — un cas50 — mais ce n'était pas le fait majoritaire. Il existait un marché de l'office à Angers comme il en existait un à Nantes où les individus passaient des accords de façon privilégiée avec des personnes de même origine dont les familles étaient connues et inspiraient pleinement confiance. Tant que le milieu local présentait des acquéreurs potentiels, il gardait le contrôle des charges disponibles ; seul le hasard ou une absence momentanée de candidat permettait à d'autres acteurs de perturber les règles habituelles de transmission. Cette remarque est confirmée a contrario par le fait que lorsqu'un office échappait à un Angevin, c'est que son titulaire était mort - ou destitué - sans avoir pu en disposer51, ou bien que la charge revêtait un faible intérêt comme celle d'auditeur52 ou qu'à l'inverse, elle attirait, à l'exemple des charges de président, toutes les convoitises53.

  • 54 Gabriel Bitault, fils de Louis, mit à profit la crise ligueuse pour entrer au parlement. Sa fille (...)

20La relative homogénéité du groupe des Angevins permet de le décomposer en plusieurs sous-ensembles. On peut distinguer d'abord la catégorie de ceux qui ne furent présents à la Chambre que sur une génération ou qui ne tissèrent pas de liens importants dans l'institution nantaise comme Jean Ayrault, mort sans postérité ou les Charton - Antoine et François —, ou René Le Clerc. Avec les Bitault, on est à la marge de ce premier groupe : deux frères, René et Louis, passèrent brièvement à la Chambre, mais l'essentiel de leur carrière se déroula en Anjou ou en Touraine54.

  • 55 Un parent de René Varice, prénommé Philippe ou Michel Philippe, fut maître de 1614 jusqu'à sa mort (...)

21Un deuxième groupe peut être constitué avec les familles qui se maintinrent à la Chambre sur deux à trois générations. On peut y mettre d'abord les familles Sorée, Millon, Beaurepaire qui se perpétuèrent pendant deux générations : les Sorée fournirent deux officiers à la Chambre dont Philippe Sorée qui résigna sa charge de maître en faveur de son beau-frère Julien Millon. Celui-ci céda à son tour son office à son gendre Julien de Beaurepaire qui se replia assez rapidement sur l'Anjou. Les familles Gautier, La Marqueraye, Varice creusèrent un sillon plus profond puisque Jean Gautier, maître de 1572 à 1596, eut, dans les conditions précédemment évoquées, pour successeur son gendre Joseph de La Marqueraye. Son fils prénommé lui aussi Jean fut auditeur de 1611 à 1643 et résigna cette charge en faveur de René Varice, qui avait épousé sa fille. Sa mort en 1659 interrompit une transmission qui avait commencé en 157255.

  • 56 L'un de ses fils, Adrien, devint conseiller au parlement de Bretagne.

22Un troisième et dernier groupe, plus étoffé, peut être formé par les familles Fradin, Brossays, Crespy, Martineau, Constantin qui fournirent 13 officiers à la Chambre des comptes de la fin du xvie à la première moitié du xviie siècle. À la base, on trouve Olivier Fradin, avocat à Angers, dont au moins trois enfants tissèrent des liens avec la Chambre des comptes. Son fils François devint auditeur en 1572 alors que sa fille Anne épousa Adrien Brossays, devenu maître la même année ; son autre fille Françoise se maria avec l'auditeur Michel Touzelin (1601-1618). Seule la dernière, Charlotte, épousa un individu, Pierre Richer, apparemment étranger au milieu des comptes. À la génération suivante, la présence de ce groupe se maintint à la Chambre puisque deux des filles d'Adrien Brossays se marièrent avec des maîtres des comptes56 : Françoise avec Julien Crespy (1592-1615) et Anne avec Charles Martineau (1599-1632) qui récupéra l'office de son beau-père. René, le fils de François Fradin, hérita quant à lui de l'office d'auditeur de son père avant de devenir maître (1602-1621) en bénéficiant de la résignation d'un autre Angevin, Trajan de la Coussaye. Anne Richer enfin, fille de Pierre Richer et de Charlotte Fradin, épousa Louis du Pont, avocat général de la Chambre et futur président. Si l'on continue à suivre l'histoire de ces familles, on constate que deux des enfants de Julien de Crespy demeurèrent dans le milieu des comptes, Françoise épousant le maître Jean Fourché (1612-1645) et Adrien siégeant lui aussi en tant que maître (1629-1652). Les filles de Charles Martineau, Adrienne et Anne, se marièrent elles aussi avec des maîtres des comptes, la première avec François Boylesve (1622-1645), la seconde avec Jacques Constantin (1621-1659). Avec le fils de ce dernier, Gabriel, correcteur de 1646 à 1677, la présence de ce groupe à la Chambre aurait pu prendre fin si l'un des enfants de Charles Martineau n'avait, à plus de 70 ans, si l'on en croit les généalogies, fait l'acquisition d'un office de correcteur des comptes créé en 1692.

  • 57 Ainsi Adrien, le fils de ce même Julien de Crespy, devint-il maître en 1629, au moment de la mort (...)
  • 58 La cession de l'office pouvait bien entendu signifier un arrêt de la présence de la famille à la C (...)

23En partant de 1572, le relais avait été transmis entre ces familles sur quatre générations. Des offices étaient passés de père à fils (François et René Fradin) ou de beau-père à gendre (Adrien Brossays et Charles Martineau) mais la circulation des charges ne se limitait pas à la parenté. Comme ces familles surent récupérer les offices disponibles sur le marché en faveur d'un fils57 ou d'un gendre, elles furent contraintes de céder des charges quand il fallait mobiliser des capitaux pour établir les différents enfants58 : ainsi Julien de Crespy vendit-il son office de maître en 1615 à Raoul de Bregel peu de temps avant que deux de ses filles ne se marient, l'une, Renée, avec René Ménardeau, lieutenant général du présidial de Nantes ; l'autre, Anne, avec Urbain Avril, conseiller et échevin perpétuel d'Angers. De même Charles Martineau, en vendant son office en 1632 à Jean Frotet, permit-il à sa dernière fille de se marier la même année avec le maître des comptes François Boylesve.

  • 59 Selon les capacités financières, selon les périodes, selon l'ancrage social de la famille, le sort (...)
  • 60 De même Jacques Constantin, devenu maître en 1621, épousa Anne Martineau en 1622.
  • 61 Celui-ci épousa Marie Lasnier en 1631, soit deux ans après avoir fait l'acquisition de son office (...)

24Malgré la diversité des choix opérés, la Chambre resta un point de référence des carrières pour ces familles. Ainsi chez les Brossays, les Crespy comme chez les Martineau, la fille aînée fut mariée à un officier des comptes et l'on peut penser que, dans chacun des cas, la dot fut utilisée pour aider le gendre à acheter sa charge59. Cela est confirmé par le fait que les mariages précèdent fréquemment l'acquisition de l'office. Ainsi Julien de Crespy épousa Françoise Brossays en 1590 et fit l'acquisition de l'office de Julien Millon en 1592. De même Françoise de Crespy épousa en 1611 Jean Fourché qui reprit l'office de son propre père en 161260. Dans ces trois familles, les fils, dont aucun n'était en position d'aîné, connurent des destins divergents puisque celui d'Adrien Brossays, non marié, intégra le parlement alors que celui de Julien Crespy resta fidèle à la Chambre61. Un des fils de Charles Martineau entra dans le clergé alors que l'autre, Guillaume, offre le parcours le plus original puisqu'il mena d'abord une carrière de conseiller au présidial d'Angers avant de prendre une retraite tardive comme correcteur des comptes.

  • 62 Pierre Davy résigna son office de maître à Adrien de Crespy et son fils, prénommé lui aussi Pierre (...)
  • 63 Le choix des parrains et des marraines des enfants de Louis du Pont, marié à Anne Richer, fille de (...)
  • 64 Les autres parrains étaient René Ménardeau, lieutenant général au présidial de Nantes (son frère s (...)
  • 65 Elle était la fille de l'auditeur Pierre Davy dont le fils Pierre reprit l'office du Parisien Clau (...)
  • 66 Les autres marraines étaient Françoise Fourché, femme de Guy de Lesrat, conseiller au parlement en (...)

25Ces familles angevines présentes à la Chambre contractèrent des alliances avec d'autres notables d'Angers présents à la mairie, dans les cours de justice locales ou au parlement à l'instar des Lasnier, des Lesrat, des Avril, des Thévin mais aussi avec des familles nantaises influentes comme les Fourché, les Davy, les Ménardeau, les Touzelin avec lesquelles elles négocièrent l'achat d'offices62, conclurent des mariages et développèrent des liens d'amitié par le moyen du choix de parrains et de marraines pour leurs enfants. L'exemple le plus évocateur de cela est fourni par Jean Fourché qui eut 13 enfants de son union avec Françoise de Crespy63. Sur les 12 parrains connus, on trouve six officiers des comptes appartenant à ce groupe de familles que nous avons identifié : on y trouve en effet, outre Jean Fourché, père du maître des comptes et Adrien de Crespy, frère de son épouse, Charles Martineau, et ses deux gendres, Jacques Constantin et François Boylesve, ainsi que le président des comptes Louis du Pont64. Parmi les marraines, les familles d'officiers des comptes étaient également bien représentées puisque l'on y trouvait Anne Richet, femme de Louis du Pont, Marie Joulain, femme de Jean Fourché, Françoise Brossays, femme de Julien Crespy, Jeanne Davy, femme de Pasquier de Moayre65, Anne de Crespy, femme d'Urbain Avril, Françoise Fradin, femme de l'auditeur Michel Touzelin66.

26Sans constituer à proprement parler un réseau, sans chercher non plus à conserver systématiquement les charges acquises, les familles Fradin, Brossays, Crespy et Martineau surent maintenir pendant plus d'un demi-siècle une présence à la Chambre ; par là même elles constituèrent véritablement l'épine dorsale de la présence angevine dans l'institution nantaise pendant une grande partie du xviie siècle.

***

27À la différence des Tourangeaux qui sont venus surtout lors de la période d'intégration de la Bretagne au royaume et de quelques Parisiens qui ont mis à profit les guerres de la Ligue pour acquérir des offices dans la province, les Angevins ont manifesté un attachement durable à la Chambre des comp-tes de Nantes. Leur arrivée a fixé de façon définitive les limites de la zone de recrutement du personnel de cette institution jusqu'à la fin de l'Ancien régime, une zone comprenant outre l'Anjou, le comté nantais, le Poitou et la Bretagne. Comme on l'a vu, les Angevins ont en quelque sorte forcé l'entrée de la Chambre et c'est à eux qu'a profité en premier lieu l'augmentation du nombre d'offices dans la seconde moitié du xvie siècle. À partir des positions acquises - on pourrait dire conquises - en 1572, ils ont su perpétuer leur influence à la Chambre, qui leur a procuré, en l'absence d'institution comparable à Angers, l'occasion de servir le roi, le moyen de glaner des privilèges supplémentaires et d'intégrer la noblesse pour ceux qui n'en faisaient pas encore partie. Jusqu'à la première moitié du xviie siècle, ils ont conservé une cohésion réelle grâce à une transmission privilégiée des offices à des compatriotes, au moins dans les catégories supérieures du personnel. Cela ne les a pas empêchés de nouer des alliances avec les familles de Nantes, donnant ainsi naissance à de belles réussites.

Les Angevins à la Chambre des comptes de Nantes (xvie siècle-première moitié du xviie)

Les Angevins à la Chambre des comptes de Nantes (xvie siècle-première moitié du xviie)

Notes

1 Nous tenons à remercier Jacques Maillard et Richard Ravallet qui nous ont transmis les renseignements dont ils disposaient sur les officiers angevins présents à la Chambre des comptes de Nantes.

2 Par ce terme, nous entendrons tous les individus qui sont nés en Anjou, qui y ont fait une grande partie de leur carrière ou qui y ont établi leur domicile. C'est au nom de ces critères, qu'en l'état actuel de nos connaissances, nous avons classé dans ce groupe un officier comme Trajan de La Coussaye, baptisé à Angers en avril 1560. Faute d'informations précises, nous avons préféré ne pas retenir des individus comme Louis Merceron, maître de 1571 à 1586, bien que certains généalogis tes indiquent qu'il était originaire d'Anjou. Si nous ne prenons pas en compte cet officier, nous arrivons à un total de 41 Angevins qui ont été officiers des comptes à Nantes du règne d'Henri II à 1661.

3 Bitaud de 1552 à 1554 et Cheminart de 1553 à 1555.

4 Celui-ci était signalé comme domicilié à Angers en décembre 1569, Archives Départementales de Loire-Atlantique, B 587 f° 87.

5 A.D.L.A. B 54 f° 57.

6 A.D.LA B 54 f° 73, acte du 5-12-1555.

7 Dominique Le Page, « Emprunts, aliénations du domaine et constitutions de rentes en Bretagne (années 1550-années 1570) », Enquêtes et documents, n° 29, Rennes, 2004, p. 147-169.

8 Il devint notamment commis à la trésorerie générale de Bretagne dans les années 1530.

9 Les autres venaient de Tours - Martin de Beaune -, de Blois - Jean Cosson -. Il y avait aussi un Florentin, Bernard de Monti, qui avait obtenu des lettres de naturalité. La province d'origine du maître surnuméraire, Jean Coutel, nous est inconnue pour le moment.

10 Les quatre présidents étaient tous recrutés en dehors de la province.

11 Le chancelier avait estimé que la somme de 12 000 1. était trop élevée et il l'avait fait rayer au budget des États comme une somme non vérifiée. En fait, Prévost avait prétexté au début avoir perdu son original et quand il le retrouva, le document fit apparaître qu'il n'avait payé son office que 4240 1. à un sujet romain appelé Paul Lancheloti.

12 La Lande de Calan, Documents inédits relatifs aux États de Bretagne de 1491 à 1589, Archives de Bretagne, Société des Bibliophiles bretons, 2 vol., Rennes, 1908,t.1, p. 205.

13 Lalande de Calan, Ibid., t. II, p. 18-19.

14 Lors de leur session de cette même année 1574, les États demandaient à ce que le roi ordonnât que les accusations qu'ils avaient portées contre me René Verge fussent jugées en la Chambre des comptes ou en la cour de parlement et non au conseil privé du roi, où, disaient-ils « il serait beaucoup plus dispendieux de faire venir des témoins qui peuvent déposer en cette affaire. » Ils demandaient aussi à ce qu'il soit défendu à la Chambre installer René Verge dans l'office de président qu'il avait acquis clandestinement, La Lande De Calan, op. cit., t. II, p. 54.

15 A.D.L.A. B 58 f° 9.

16 Jacqueline Boucher, Histoire et Dictionnaire des guerres de Religion, sous la direction d'Ariette Jouanna, 1998, p. 962-968.

17 Un autre secrétaire du duc d'Anjou intervint en juillet et novembre 1567 à la Chambre des comptes : il s'agit de Renaud de Belvéder.

18 En 1580, il était signalé comme maître des requêtes ordinaires du duc d'Anjou et comme conseiller au Grand Conseil.

19 A.D.L.A. B 64 f° 7-8.

20 Les autres officiers non originaires de Bretagne étaient Antoine Coutel, Georges Morin dont l'origine est encore incertaine mais qui a fait une longue carrière en Bretagne en tant que secrétaire des gouverneurs et que trésorier général - il s'était allié à des familles angevines en épousant la veuve de l'ancien trésorier général Jacques Thévin -, Pierre Gurie, Claude Cosson et Bernard de Monti.

21 A.D.L.A. B 602 f° 7.

22 Le 5 juin 1590, la Chambre des comptes de Rennes fit une taxation pour les officiers qui avaient servi extraordinairement du mois de novembre 1590 au mois de juin 1591 : Jean Ayrault reçut 34 écus pour 17 jours, Brossais et Beaurepaire 25 écus chacun pour le même temps.

23 Le 30 juin 1590, Nicolas Coutureau et Trajan de la Coussaye furent envoyés vers le roi pour le saluer « à cause de son nouvel et heureux avènement à la Couronne » et pour lui faire des remontrances au nom de la Chambre « pour le fait de ses finances et conservation des privilèges et règlements octroyés à icelle », A.D.L.A. B 602 f° 112.

24 Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L'autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Paris, 2001, p. 152 et suivantes.

25 Jean Ayrault, pendant son mandat de maire d'Angers (1578-1582) joua un rôle important contre les Ligueurs.

26 A.D.L.A. B 65 f° 208, mention du 13-3-1598.

27 Le don datait du 16 mars 1596 ; le roi confirma les lettres surannées en faveur de sa veuve par d'autres lettres du 12 juillet 1597. La Chambre n'accepta toutefois le paiement des 40 écus que pour les années 1592-1593-1594-1595 en prenant sans doute en compte le fait que Jean Gautier n'avait comparu à Rennes qu'à partir de 1591, mention du 12 juin 1598, A.D.L.A. B 65 f° 255.

28 L'acte fut enregistré par la Chambre le 13-12-1599, A.D.L.A. B 66 f° 109.

29 François Fradin, bien que d'origine angevine, était en fait bien implanté à Nantes. Quand il résigna son office en faveur de son fils René le 16 juin 1598, il demeurait dans la paroisse Notre-Dame de cette ville, A.D.L.A B 66 f° 39.

30 Les convictions catholiques de ce dernier ne faisaient pourtant pas de doute puisqu'il fut nommé lieutenant des paroisses Saint-Michel-du-Tertre et Saint-Maurille le 29 août 1572, jour du massacre des Huguenots à Angers par le comte de Montsoreau.

31 Dominique Le Page, Le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne en conflit (années 1589-1591), Cahiers d'histoire, n° 4, 2000, p. 587-609.

32 Sans que ce dernier ait pourtant eu recours à des mesures de représailles contre les officiers rebelles.

33 Julien de Crespy se démit de son office le 28 juillet 1615 « à cause des incommoditez de son vieil âge ».

34 On note le même problème lors de la succession de Pierre Gurie. Celui-ci résigna son office en faveur de son frère Jacques le 8 novembre 1596 mais il mourut lui aussi avant l'expiration du délai des quarante jours. Henri IV, par des lettres patentes du 22-11-1596, prenant en considération la supplication d'« aucuns de ses serviteurs » et le fait qu'il s'agissait d'une résignation de frère à frère, accorda une dispense pour les 40 jours à condition que Jacques Gurie lui fournît 3 000 écus. L'affaire se compliqua du fait que le pouvoir royal, sans tenir compte de cet engagement, délivra des lettres de provision pour le même office en faveur de Jean Cebret, notaire et secrétaire du roi, le 20-12-1596. Là aussi les différents candidats durent négocier et Jacques Gurie accepta le 19-4-1597, de subroger Jean Cebret, en la résignation que lui avait faite son frère décédé. Le 7 mai 1597, le roi, prenant en compte le fait que Cebret avait versé 2 800 écus au trésorier de l'Épargne pour le secourir en ses affaires (une somme qui était à rembourser en 1597 sur la recette générale) entérina le changement opéré, A.D.L.A. B 65 f°158.

35 L'acte de résignation fut passé par Jean Gautier le 26 mars 1596 à Paris (il était logé rue Saint-Denis, à l'enseigne à l'image de Saint-Michel, paroisse de Saint-Jacques-de-la-Boucherie) devant les notaires du Châtelet Jacques Landry et Arthur Le Vasseur.

36 Celui-ci versa à cette occasion 2 000 écus dans les caisses royales, c'est-à-dire beaucoup plus que le montant d'une résignation ordinaire mais moins que le prix d'un office de maître.

37 Son entrée à la Chambre intervint peu de temps après la réforme du mode de désignation du maire et des échevins d'Angers, qui permit un renouvellement plus rapide des élites municipales, Laurent Bourquin, op.cit., p. 142-143.

38 Il décéda en 1618.

39 Jean Ayrault fit valoir que les non originaires qui abandonnaient leurs maisons pour, « à grand frais, aller audit pays de Bretagne faire leur service » devaient en priorité bénéficier des exemptions fiscales. Il rappela aussi les « signalez services » qu'il avait rendus à la ville d'Angers en plusieurs charges publiques qu'il avait exercées, considérant qu'on ne pouvait le taxer sans faire preuve d'ingratitude à son égard.

40 Pour les Angevins entrés avant 1572, ce fut également le cas de Jean Sorée remplacé par Étienne Le Franc après son décès en 1581 et avant lui de René Cheminart.

41 Louis Bitaud avait fait de même en 1554 pour devenir receveur général du roi en Touraine. Trajan de la Coussaye présente un cas original puisqu'il bénéficia en 1596 de la résignation à survivance de la charge de trésorier de France de son beau-père François Miron. Il cumula brièvement cet office - de septembre 1603 à février 1604 - avec celui de président des comptes qui lui revint du fait de la résignation faite en sa faveur en 1601 par Jacques Charlet.

42 II était le frère de Louis qui avait fait lui aussi un bref passage à la Chambre. Les Bitaud appartenaient au groupe réduit de familles qui contrôlèrent le pouvoir municipal à Angers pendant la majeure partie du xvie Siècle. Le passage à la Chambre des comptes put constituer pour eux un moyen de conforter leur appartenance à la noblesse. C'est en effet en avril 1575 que le roi délivra des lettres patentes reconnaissant à René Bitaud le droit de faire inscrire son nom au registre des nobles de Bretagne.

43 Il ne décéda qu'en 1587.

44 Certains officiers transmirent deux offices de la Chambre au cours de leur carrière.

45 Pour le reste, un cas transmission à un Parisien, un à un Tourangeau. Six à quelqu'un de l'évêché de Nantes, 6 pour reste de la Bretagne.

46 François Charton résigna en faveur de l'Angevin Adrien Jacquelot mais celui-ci ne se fit pas recevoir à la Chambre.

47 Julien de Beaurepaire (il demeurait dans la paroisse Saint-Pierre à Angers) résigna d'ailleurs son office en faveur de Gilbert Chapelle demeurant à Paris le 13-10-1597 à Angers dans la maison de noble homme Jean Ayrault en présence de noble homme Laurent Davy, sieur de Belligan, et de René Serezin. A.D.L.A. B 65 f° 176.

48 François et René Fradin, René Le Febvre en faveur de René, Charles Le Febvre en faveur de René, René et Claude Davy, Jean Jousselin en faveur de Claude, René Berthelot en faveur de René, Jean Artaud en faveur de Guy.

49 Jean Gautier en faveur de Joseph de La Marqueraye, Adrien Brossays en faveur de Charles Martineau, Jean Gautier en faveur de René Varice.

50 De Philippe Sorée à Julien Millon.

51 C'est ce qui arriva semble-t-il à Claude Jousselin qui fut remplacé après son décès par René Le Gouvello.

52 Philippe Sorée résigna ainsi sa charge d'auditeur en faveur de René Oger quand il devint maître.

53 La charge de président de Jean Ayrault revint au Tourangeau Victor Binet, celle de Louis du Pont à Jacques Huteau.

54 Gabriel Bitault, fils de Louis, mit à profit la crise ligueuse pour entrer au parlement. Sa fille Marguerite épousa René de LaTullaye, maître à la Chambre en 1613.

55 Un parent de René Varice, prénommé Philippe ou Michel Philippe, fut maître de 1614 jusqu'à sa mort en 1646. Il avait épousé Françoise du Pont, sœur de l'avocat général puis président de la Chambre, Louis Du Pont, Gaëtan D'aviau de Ternay, Dictionnaire des magistrats de la Chambre des comptes de Bretagne, Paris, 1995, p. 390.

56 L'un de ses fils, Adrien, devint conseiller au parlement de Bretagne.

57 Ainsi Adrien, le fils de ce même Julien de Crespy, devint-il maître en 1629, au moment de la mort de son père, grâce à l'achat de l'office de Pierre Davy.

58 La cession de l'office pouvait bien entendu signifier un arrêt de la présence de la famille à la Chambre : ainsi François Boylesve, une fois devenu conseiller honoraire, vendit sa charge en 1645 sans qu'aucun de ses enfants ne prenne sa succession.

59 Selon les capacités financières, selon les périodes, selon l'ancrage social de la famille, le sort des autres filles pouvait varier. Chez les Crespy, toutes les filles furent mariées. Sur les trois filles de Charles Martineau, l'une devint religieuse alors que l'autre Adrienne dut attendre 1632, c'est-à-dire l'année où son père résigna sa charge de maître, pour épouser elle aussi un officier des comptes, en la personne de François Boylesve.

60 De même Jacques Constantin, devenu maître en 1621, épousa Anne Martineau en 1622.

61 Celui-ci épousa Marie Lasnier en 1631, soit deux ans après avoir fait l'acquisition de son office de maître.

62 Pierre Davy résigna son office de maître à Adrien de Crespy et son fils, prénommé lui aussi Pierre, qui devint maître en 1644, épousa l'année suivante Anne Avril, descendante d'une famille d'échevins angevins.

63 Le choix des parrains et des marraines des enfants de Louis du Pont, marié à Anne Richer, fille de Pierre Richer et Charlotte Fradin, est également révélateur : quatre parrains sur les six - Charles Martineau, Julien de Crespy, Michel Touzelin et Pierre Bernard - étaient officiers à la Chambre (les deux autres étaient Achille Erbelin et Jean Bouchard). Le choix des marraines était encore plus éloquent puisque toutes étaient femmes de gens des comptes : il s'agissait de Françoise Spadine, épouse de Michel/Jean Touzelin, sieur de la Barre, auditeur des comptes, de Françoise Gayant, épouse de Balthasar Chahu, général des finances, de Françoise de Crespy, fille de Julien, de Marguerite de Coussy, femme de René Fradin, de Suzanne Challot, femme de Auffray de Lescouët, président des comptes, de Françoise Fradin, femme de Michel Touzelin, auditeur, Héléna Rigaud, Les activités et le personnel de la Chambre des comptes de Bretagne sous la régence de Marie de Médicis, 1610-1617, mémoire de maîtrise présenté sous la direction de Dominique Le Page, Université de Nantes, 2002.

64 Les autres parrains étaient René Ménardeau, lieutenant général au présidial de Nantes (son frère serait marié avec Madeleine Millon, fille de Julien), Urbain Avril (époux d'Anne de Crespy), André Rodays, Guy de Lesrat, Pierre Couperie, et Jean Couperie,

65 Elle était la fille de l'auditeur Pierre Davy dont le fils Pierre reprit l'office du Parisien Claude Brethe et qui résigna en faveur d'Adrien de Crespy.

66 Les autres marraines étaient Françoise Fourché, femme de Guy de Lesrat, conseiller au parlement en 1607, Jeanne Rocaz, femme d'écuyer Jean Masoyer, Guyonne Bouriaud, femme de Mathieu Fourché, conseiller au parlement en 1610, Louise Fourché, fille de Mathieu Fourché, Charlotte Thévin, fille du conseiller au parlement.

Table des illustrations

Titre Les Angevins à la Chambre des comptes de Nantes (xvie siècle-première moitié du xviie)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25431/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25431/img-2.png
Fichier image/png, 432k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540