Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Deuxième partie. Les gens du roi dans la ville

Charles Ier, prince angevin ?

Noël-Yves Tonnerre

Indexeinträge

Géographique :

France

Volltext

1Noël-Yves Tonnerre

Un destin exceptionnel

  • 1 Le meilleur ouvrage en français sur Charles d'Anjou reste l'ouvrage d'Émile Léonard : Les Angevins (...)
  • 2 Le prince de Morée, Guillaume de Villehardouin, se déclara vassal de Charles d'Anjou en 1267.
  • 3 Charles-Robert, petit-fils de Charles II et de Marie de Hongrie revendiquera avec le succès le roy (...)
  • 4 Nous ne pouvons pas nous attarder sur la politique extérieure de Charles Ier. Si certains objectif (...)

2Le destin de Charles Ier d'Anjou fut exceptionnel1. Comte de Provence par son mariage avec Béatrice de Provence en janvier 1246, il devint sénateur de Rome, vicaire impérial en Toscane et surtout roi de Sicile en 1266 par la volonté pontificale et la victoire de Bénévent. Cette montée en puissance, étonnante pour un cadet de famille royale, l'amena à être le chef du parti guelfe et à jouer un rôle majeur dans la politique italienne à partir de Naples, ville qu'il avait choisie comme capitale à la place de Palerme. On sait aussi que Charles développa des ambitions méditerranéennes luttant contre l'empire Byzantin, rétabli par les Paléologue après la reconquête de Constantinople en 12612, et engagea son fils dans un mariage avec Marie de Hongrie, l'héritière du royaume magyar3. Cette ambitieuse politique devait se terminer par de cuisantes désillusions : perte de la Sicile saisie par la Maison rivale des Aragonais en 1282, revers en Italie du Nord, méfiance des papes italiens4. Mais Charles jusqu'à mort en 1285 vécut dans l'espoir de reconquérir l'hégémonie qu'il avait exercée au début des années 1270.

Un prince rarement présent dans son apanage

  • 5 Charles ne quitta le royaume qu'en janvier 1246 alors qu'il était tout près de ses vingt ans. Il s (...)
  • 6 Joinville, Vie de Saint Louis, Paris, 1995, Collection Classique Garnier p. 203-204 ; Hubert Landa (...)
  • 7 Son intervention dans l'héritage du Hainaut provoqua la colère de son frère : Jacques Le Goff, Sai (...)
  • 8 Cette ordonnance s'inscrit dans le vaste travail réalisé pour établir la coutume d'Anjou sur le mo (...)
  • 9 Plusieurs nobles angevins avaient fait appel au roi. Sur cette question P. Herde, p. 39. Voir auss (...)
  • 10 Son fils Charles, alors qu'il est encore prince de Salerne fait un séjour en Anjou au printemps 12 (...)

3Dans ce destin glorieux et tragique, l'Anjou semble avoir peu de place. Le dernier fils de Louis VIII vécut presque toute sa vie d'adulte en dehors du royaume de France5. Un examen minutieux de ses nombreux déplacements remonte à son adolescence : il avait quinze ans et n'avait pas encore reçu l'apanage angevin. Le 24 juin 1241 il assista à Saumur à l'adoubement chevaleresque de son frère Alphonse qui allait recevoir en même temps le comté de Poitiers. Joinville nous a décrit cette somptueuse journée qui marquait surtout la victoire définitive du roi sur le duc de Bretagne, Pierre Mauclerc6. Charles fut lui-même fut adoubé à la Pentecôte le 27 mai 1246 et dut attendre le mois d'août pour recevoir par un diplôme de Louis IX l'apanage angevin. Mais à ce moment-là le jeune frère de Louis IX était accaparé par les affaires provençales. Il attendit donc janvier 1248 pour passer quelques jours en Anjou avant de rejoindre son frère organisateur d'une nouvelle croisade. De retour en France en octobre 1250 il assista Blanche de Castile dans la lourde tâche du gouvernement royal. La vieille reine devait mourir en 1252. On sait que contrairement à son frère, Alphonse de Poitiers, il joua un jeu personnel en essayant d'obtenir le Hainaut7. Dans l'exercice du gouvernement il eut cependant le temps de venir en Anjou. Il publia en mars 1251 une ordonnance importante concernant les avocats8. Il séjourna de nouveau en 1254 en Anjou au cours d'une année où il passa plusieurs mois au palais royal à Paris. 1254 fut l'année de la naissance de son second fils, le futur Charles II. Le comte de Provence vint sans doute une dernière fois dans son comté en 1261 au moment où le parlement royal, sur la plainte de nobles angevins, débattait d'abus de pouvoir commis par le comte9. Avec cinq séjours en plus de quarante ans, Charles ne fut pas spécialement attiré par les rives de la Loire10 même s'il envoya son fils en Anjou en 1279. Cette constatation doit être cependant relativisée. Depuis Geoffroy Plantagenet, les Angevins voyaient rarement leur prince. Les séjours d'Henri II ne dépassèrent pas quelques mois et Richard Cœur de Lion fut presque toujours absent.

Un gouvernement comtal très efficace

  • 11 Sur l'administration Plantagenêt on se référera ici à Jacques Boussard, Le comté d'Anjou sous Henr (...)
  • 12 L'Anjou fut un des principaux théâtres de l'affrontement entre les Plantagenêts et les Capétiens ; (...)
  • 13 Philippe Auguste avait donné au premier sénéchal Guillaume des Roches des pouvoirs très étendus. I (...)
  • 14 Les baillis restent rarement plus de deux ans au pouvoir. Ainsi Robert Sans Avoir est bailli de 12 (...)
  • 15 En 1256 Michel Villoiseau utilisa l'arme de l'excommunication parce que Guillaume de Rezay avait c (...)
  • 16 Pierre Dorée est « garde de nos marchés en Anjou » en 1276. Hugues d'Allonnes après avoir été bail (...)

4Ceci étant dit, comme ses prédecesseurs, Charles Ier ne fut pas un prince négligent11. Bien accepté par les Angevins qui se félicitaient d'une situation politique stabilisée après plusieurs décennies difficiles12 il assura de loin un gouvernement efficace. La présence du roi de Sicile se manifeste d'abord par la solidité de l'administration. Charles renforça considérablement le pouvoir comtal. Lors de la conquête de l'Anjou Philippe Auguste avait accordé à Guillaume des Roches l'office de sénéchal avec une très large délégation de pouvoir. À sa mort son gendre Amaury de Craon avait hérité de la fonction puis sa fille Jeanne des Roches. Mais quand Saint Louis prit effectivement le gouvernement de l'Anjou cet office connut un affaiblissement définitif. L'office de sénéchal subsista encore pendant près d'un siècle13 mais il devint un titre honorifique. L'homme du comte fut désormais le bailli. Les deux premiers furent nommés par Louis IX : Guillaume de Fougère et Geoffroi Payen. Charles choisit les suivants avec le même souci de nommer des hommes d'expérience et pour un temps limité. On en connaît une dizaine sous son règne14 Confier des pouvoirs aussi étendus puisqu'ils étaient à la fois militaires, fiscaux et judiciaires pouvait se révéler dangereux. La poigne de Guillaume de Rezay lui valut d'être menacé d'excommunication15. Il parut donc nécessaire de créer un pouvoir de contrepoids. Un administrateur des droits du comte apparaît en 1266. Il s'agit de Guillaume Chantre, viendront ensuite Raoul de Vermacio puis Jean de Villemaroy. Ces officiers jouent essentiellement un rôle financier. Apparemment il s'agit de clercs liés à de grands établissements angevins comme Saint-Martin. D'autres officiers apparaissent fréquemment dans les actes. Il y a d'abord le gardien du château d'Angers appelé capitaine, puis le gardien du château de Saumur, le gardien du château des Ponts de Cé, les gardiens des foires. L'office traditionnel de prévôt par contre périclite à Angers comme à Saumur. Ils ne sont plus signalés dans les années 1270-128016.

  • 17 Pour les seules années 1271-1275 le prélèvement se serait élevé à 6 000 onces d'or en moyenne. Les (...)
  • 18 Les hommes d'affaires italiens sont très présents pendant tout le règne de Charles Ier. S'ils font (...)
  • 19 Hubert Landais, Étude sur la géographie, l'histoire et l'administration du comte d'Anjou au xviiie(...)
  • 20 La nouvelle enceinte développa un périmètre de 3 800 mètres. Sur le nouveau paysage urbain d'Anger (...)
  • 21 L'hôpital fut dédommagé après une intervention auprès de Saint Louis qui fit pression sur son frèr (...)
  • 22 Dans sa thèse L. Galffy apporte des témoignages précis sur cette expansion qui semble s'essouffler (...)
  • 23 Au xiiie siècle toutes les abbayes possèdent leurs vignobles qui se sont développés jusqu'au cœur (...)
  • 24 La thèse de Lazlo Galffy apporte de précieuses informations sur la frappe et sur le rayonnement du (...)

5L'historiographie traditionnelle insiste lourdement sur les prélèvements fiscaux opérés par le comte d'Anjou17. Il est vrai que Charles se montra ici terriblement efficace. Faisant venir des banquiers d'Alba en Piémont puis des hommes d'affaires florentins, il tira de l'Anjou des sommes considérables18. Il ne faudrait pas se limiter à cet aspect autoritaire. Hubert Landais19 et plus récemment François Comte et Lazlo Galffy ont souligné l'importance décisive du xiiie siècle dans l'histoire de l'Anjou. L'aspect le plus spectaculaire fut la construction du château et l'édification de l'enceinte d'Angers20. Le paysage urbain en sortit complètement transformé. Désormais il y eut une seule agglomération alors qu'auparavant la minuscule cité était entourée de plusieurs bourgs. L'activité commerciale fut directement concernée par cette transformation. Le comte exigea la création de halles dans la partie orientale de l'agglomération emmurée. Ce déménagement créa un réel préjudice à l'hôpital Saint-Jean mais il offrit aux commerçants de la ville une sécurité qu'ils n'avaient jamais eue auparavant21. Cette sécurité était d'autant plus nécessaire que la deuxième moitié du xiiie siècle vit une montée exceptionnelle du chiffre d'affaires du commerce22. Le négoce du vin est le mieux connu23' il est étroitement lié à la multiplication des plants de vigne autour de la cité, mais il faut aussi insister sur le développement des activités textiles, sur la tannerie, sur les activités alimentaires. L'administration comtale veilla, par ailleurs, à la frappe d'une monnaie solide, suivant là les prescriptions royales24.

6Si les bourgeois d'Angers ne reçurent pas d'autonomie municipale ils obtinrent d'appréciables privilèges économiques. L'exemption du banvin fut ainsi confirmée. Le xiiie siècle vit également l'apparition des premiers métiers. Les artisans sont dispersés dans la ville au xiie siècle. On assiste, par contre, au xiiie siècle à une réelle concentration dans certaines rues, en particulier dans la Doutre. À la demande des étudiants et des bourgeois d'Angers les premiers statuts de métiers furent promulgués en 1270.

La transformation du paysage urbain

  • 25 Les constructions militaires dominent dans l'activité de construction en Anjou au xiiie siècle mai (...)
  • 26 Deux évêques ont marqué cette période : Michel Villoiseau (1240-1260) et Nicolas Gellent (1260-129 (...)

7S'il est difficile d'évaluer le rôle de la protection princière dans la construction de l'abside de la cathédrale ou dans l'édification de l'abbatiale de Toussaint, deux ouvrages majeurs du gothique angevin25, il faut souligner le dynamisme intellectuel qui allait permettre au siècle suivant la naissance de l'université. Bien entendu la qualité de l'épiscopat du xiiie siècle a été un facteur plus déterminant que la politique comtale26. Il faut malgré tout souligner qu'à côté d'un enseignement de base de haut niveau comme celui du collège de Fer à proximité de la cathédrale on assiste à un développement rapide de l'enseignement du droit qui assure la formation des officiers comtaux.

8Le même dynamisme urbain est visible à Saumur. Si l'édification d'un puissant donjon en pierre est antérieure en 1246, une partie importante de l'enceinte fut élevée sous le gouvernement de Charles. Cette enceinte devait faire l'objet de travaux de restauration à la fin du Moyen Âge sans que son périmètre soit modifié. Les conditions d'accès à la ville furent une préoccupation du comte qui imposa en 1264 que les moines de Saint-Florent reconstruisent les ponts. Le comte fit également rebâtir les halles.

  • 27 Une édition complète des actes de Charles Ier est souhaitable. On notera qu'un acte de Charles a é (...)
  • 28 Ce Jean d'Abbeville est venu à Angers en 1275 ; A. De Bouard, n° 905. L'argent est payé par les ha (...)
  • 29 Les juifs doivent approcher du millier. S'ils s'acquittent de la somme demandée, ils refusent de p (...)

9Le roi de Naples eut donc à cœur de faire gouverner efficacement l'Anjou pour garantir un essor économique. L'analyse des 119 actes des archives de Naples publiés par A. de Bouard il y a plus d'un siècle montre bien l'action permanente du prince même s'il est très éloigné27. Sur ces 119 actes plus d'une vingtaine concernent le domaine du comte : ses châteaux à Angers, à Saumur, à Baugé, à Beaufort, aux Ponts de Cé mais aussi ses forêts (5 actes). L'administration même du comté est bien présente dans une quinzaine d'actes avec les ordres donnés aux baillis, les décisions concernant l'exercice de la justice. Les vassaux font l'objet de 22 actes, ce qui montre toute l'importance des structures féodales. On n'est pas étonné de voir par ailleurs que la protection des marchands a été un souci constant du prince. Charles a accordé aux marchands venant aux foires d'Angers et de Saumur les mêmes droits que les marchands allant aux foires de Champagne. Il ne badine pas sur la sécurité ordonnant de redonner à un marchand d'Abbeville les 150 livres qui lui ont été volés28. Les juifs sont protégés mais ils doivent verser une taxe au comte, 10 sous tournois puis 25 sous pour chaque juif âgé d'au moins 10 ans29.

  • 30 En 1277 Charles fait restituer 100 livres à Saint-Aubin. On voit là le rôle créditeur des grands m (...)
  • 31 La discrétion est semblable vis-à-vis du clergé séculier. Le comte donne un terrain pour la constr (...)

10La grande surprise de la lecture des actes de Charles Ier vient de la rareté des actes concernant les institutions ecclésiastiques. Si on élimine les actes concernant les concessions de prébendes on se trouve devant moins d'une dizaine de documents avec une seule donation aux religieux mendiants à Saumur. L'abbaye du Louroux est concernée par deux actes mais il lui est demandé d'envoyer des moines à la nouvelle fondation cistercienne de Charles au monastère de la Victoria près de Bénévent. Quant à Saint-Aubin le comte rembourse la somme qu'il a empruntée aux moines30. Le contraste est complet avec ses prédécesseurs qui ont largement donné aux communautés monastiques et tout spécialement à Fontevraud et aux grandmontains31. Désormais ce sont les seigneurs laïques, la famille de Craon en particulier, et les bourgeois aisés qui assurent le financement des fondations religieuses.

***

  • 32 Parmi les Angevins qui ont accompagné Charles d'Anjou il faut signaler Jean du Mesnil, évêque de P (...)
  • 33 Cette situation se retrouve de manière identique en Artois, en Poitou et dans le comté de Toulouse (...)

11L'analyse du gouvernement de Charles Ier en Anjou met ainsi en évidence un tournant majeur dans la nature du pouvoir princier. Longtemps le comte d'Anjou a exercé dans le cadre d'une principauté féodale une autorité personnelle qui se manifestait par une vie de cour, des chevauchées et des donations nombreuses aux institutions ecclésiastiques. Ce lien physique a été mis en cause dès Henri II ; il disparaît en grande partie avec Charles Ier même si on peut remarquer que quelques Angevins ont accompagné Charles en Provence et à Naples32. Ce que nous voyons en Anjou c'est la naissance d'un état princier étroitement lié à un état supérieur, le royaume de France. La présence du comte n'est donc plus indispensable s'il peut compter sur un réseau administratif efficace. On voit par là combien l'apanage angevin a été le jalon, entre la principauté féodale et le rattachement définitif au domaine royal. Les apanages du xiiie siècle ont bien été d'excellents outils dans la progression de l'autorité royale33. Charles d'Anjou est-il angevin, oui, mais dans le cadre d'une solide administration princière.

Anmerkungen

1 Le meilleur ouvrage en français sur Charles d'Anjou reste l'ouvrage d'Émile Léonard : Les Angevins de Naples. Publié en 1954 ce livre est l'aboutissement de travaux réalisés avant la destruction des archives de Naples en 1943. Cette destruction tragique, aujourd'hui partiellement réparée grâce à un remarquable travail de reconstitution des archives mené en Italie, a éloigné les historiens français du royaume angevin. Ce sont les historiens allemands qui ont relancé les études angevines grâce à plusieurs études essentielles : une biographie de Charles Ier établie par Peter Herde (Stuttgart, Kohlhammer, 1979) et deux thèses qui vont au-delà de la personnalité de Charles Ier, l'une sur les débuts du règne de Charles II réalisée par Andreas Kiesewetter (Husum, 1999) et l'autre sur les structures militaires du royaume de Sicile par Joachim Goebbels (Stuttgart, 1984). Les historiens ont également réalisé d'importantes études sur les Angevins de Naples. Il faut mentionner ici l'excellente synthèse de Giuseppe Galasso : Il Regno di Napoli. Il Mezzogiorno angioino e aragonese (1266-1494), Turin, 1998. Depuis dix ans les historiens français se remettent au travail grâce en particulier à des colloques internationaux. Le premier, tenu à Rome en 1998, concernait l'état angevin : L'état angevin. Pouvoir, culture et société entre xiie et xive siècle, Rome, Bibliothèque de l'École française de Rome, 1998. Les travaux sur la Provence n'ont jamais cessé. La synthèse dirigée par Édouard Baratier, Histoire de la Provence, Toulouse, 1966 a fait place à une nouvelle étude sur la Provence médiévale réalisée par N. Coulet, J.P. Boyer et M. Aurell. Le xiiie siècle en Anjou reste encore très peu exploité. La thèse d'Hubert Landais reste encore un travail isolé : H. Landais, Étude sur la géographie, l'histoire et l'administration de l'Anjou au xiiie siècle, thèse de l'École des chartes, 1946. À noter cependant la thèse toute récente de Lazlo Galffy sur Angers au xiiie siècle.

2 Le prince de Morée, Guillaume de Villehardouin, se déclara vassal de Charles d'Anjou en 1267.

3 Charles-Robert, petit-fils de Charles II et de Marie de Hongrie revendiquera avec le succès le royaume de Hongrie à partir de 1301.

4 Nous ne pouvons pas nous attarder sur la politique extérieure de Charles Ier. Si certains objectifs furent couronnés de succès comme le mariage de Marie de Hongrie avec le futur Charles II, II d'Anjou, princes italiens dans Les princes angevins, un destin européen, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001, p. 85-97.

5 Charles ne quitta le royaume qu'en janvier 1246 alors qu'il était tout près de ses vingt ans. Il séjourna à plusieurs reprises dans le royaume jusqu'en 1266. Ensuite les affaires italiennes l'éloignèrent

6 Joinville, Vie de Saint Louis, Paris, 1995, Collection Classique Garnier p. 203-204 ; Hubert Landais, Histoire de Saumur, p. 95. Si une grande partie de l'Anjou avait été donnée à Pierre Mauclerc, Saumur resta dans le domaine royal.

7 Son intervention dans l'héritage du Hainaut provoqua la colère de son frère : Jacques Le Goff, Saint Louis, p. 254.

8 Cette ordonnance s'inscrit dans le vaste travail réalisé pour établir la coutume d'Anjou sur le modèle royal. Sur l'importance œuvre législative de Charles Ier : Charles Beautemps-Beaupré, Coutumes et institutions de l'Anjou et du Maine antérieures au xvie siècle, Paris, 1890-1897, 4 vol.

9 Plusieurs nobles angevins avaient fait appel au roi. Sur cette question P. Herde, p. 39. Voir aussi J. Le Goff, Saint Louis, p. 726-727 sur les rapports entre la justice royale et l'Anjou : à la mort de Saint Louis les avocats de Philippe III revendiquent la supériorité de la coutume du royaume face aux avocats de Charles d'Anjou.

10 Son fils Charles, alors qu'il est encore prince de Salerne fait un séjour en Anjou au printemps 1279 : A. Kiesewetter, Die Anfange der Regierung Königs Karls II, P. 78.

11 Sur l'administration Plantagenêt on se référera ici à Jacques Boussard, Le comté d'Anjou sous Henri Plantagenêt et ses fils, Paris, Champion, 1938.

12 L'Anjou fut un des principaux théâtres de l'affrontement entre les Plantagenêts et les Capétiens ; rappelons d'abord la tragique odyssée d'Arthur de Bretagne qui tenta de prendre l'Anjou avant d'être capturé à Mirebeau puis la trahison de Pierre Mauclerc qui fit alliance avec Henri III. La défaite de celui-ci à Taillebourg le 23 juillet 1242 mit fin aux prétentions d'Henri III. Rappelons que par sa mère Blanche de Castile, elle-même fille d'Aliénor d'Angleterre, Charles était l'arrière petit-fils d'Henri II.

13 Philippe Auguste avait donné au premier sénéchal Guillaume des Roches des pouvoirs très étendus. Ils furent ensuite exercés par son gendre Amaury de Craon. À la mort de ce dernier en 1226, son épouse Jeanne des Roches remplit la charge au nom de son fils. C'est à la mort de Jeanne que l'office de sénéchal devint honorifique. Beaucoup plus tard, en 1331, Amaury III de Craon se dessaisit de l'office, constatant « que l'on avait mis empêchement indûment et contre raison à ses droits ou temps passé.

14 Les baillis restent rarement plus de deux ans au pouvoir. Ainsi Robert Sans Avoir est bailli de 1267 jusqu'en août 1269. Hugues d'Allonnes lui succède. Ensuite nous connaissons Guillaume Maurier qui tint l'office jusqu'au mois de juillet 1275. Geoffroy de Brézé resta exceptionnellement en fonction quatre ans et demi de juillet 1275 à janvier 1280. Jean de Villemaroy lui succéde et fut remplacé par Guillaume de Gonasse. Parmi ces baillis plusieurs étaient incontestablement angevins. Ainsi Guillaume de Rezay et Hugues d'Alonnes étaient de Saumur. Sur les baillis de Charles Ier : Charles-Jean Beautemps-Beaupré, Notice sur les baillis d'Anjou et du Maine à la fin du xiiie siècle et sur leurs conflits avec l'évêque d'Angers, Orléans, 1885, 24 p.

15 En 1256 Michel Villoiseau utilisa l'arme de l'excommunication parce que Guillaume de Rezay avait contraint les moines de Douces près de Doué à s'acquitter des services dont normalement ils étaient exempts. Le même évêque en 1258 frappa d'interdit les domaines de Charles d'Anjou coupable d'avoir levé des droits sur les terres du chapitre cathédral.

16 Pierre Dorée est « garde de nos marchés en Anjou » en 1276. Hugues d'Allonnes après avoir été bailli d'Angers deviendra gardien du château d'Angers, ce qui montre l'importance de cette fonction. La plupart des officiers sont d'origine angevine. Quelques-uns sont d'origine provençale comme Hugues de Mesnil-Renard, gardien du château d'Angers ou encore Gilles de Camera gardien des halles d'Angers à partir de 1270.

17 Pour les seules années 1271-1275 le prélèvement se serait élevé à 6 000 onces d'or en moyenne. Les revenus du comte proviennent de la taille, des aides et des péages, des taxes pesant sur les marchés et sur les différentes foires de l'Anjou. Il y avait trois foires à Angers : Micarème, l'Angevinière (8 septembre) et Saint Nicolas (6 décembre) et deux foires à Saumur : Saint-Florent en mai et le 15 août. Les juifs dont le nombre dépasse le millier payaient un impôt particulier. Nous savons que les juifs résidaient dans des agglomérations rurales. Un acte de Charles Ier daté de 1273 les autorise à s'installer dans des localités ayant au moins 120 feux (de Bouard, n° 643).

18 Les hommes d'affaires italiens sont très présents pendant tout le règne de Charles Ier. S'ils font du commerce, ils sont surtout chargés de transférer des sommes importantes en Italie. Les Florentins sont mentionnés pour la première fois en 1268 (de Bouard, actes de Charles Ier, n° 64) mais il y eut aussi des marchands d'Alba et d'Asti dans le Piémont, des hommes d'affaires de Rome et de Sienne. Dans sa thèse sur Angers au xiiie siècle L. Galffy apporte de nombreuses précisions sur l'activité de ces Italiens. Après la cession de l'apanage à Charles de Valois la présence de ces hommes d'affaires italiens deviendra exceptionnelle.

19 Hubert Landais, Étude sur la géographie, l'histoire et l'administration du comte d'Anjou au xviiie siècle, op. cit.

20 La nouvelle enceinte développa un périmètre de 3 800 mètres. Sur le nouveau paysage urbain d'Angers : François Comte, Angers sous les premiers comtes apanagés dans L'Europe des Anjou, Angers 2001, p. 249-253.

21 L'hôpital fut dédommagé après une intervention auprès de Saint Louis qui fit pression sur son frère.

22 Dans sa thèse L. Galffy apporte des témoignages précis sur cette expansion qui semble s'essouffler à partir de 1280.

23 Au xiiie siècle toutes les abbayes possèdent leurs vignobles qui se sont développés jusqu'au cœur de la ville. La construction de l'enceinte nécessitera expropriations et indemnisations. Même les cisterciens ont développé des vignes aux abords d'Angers. Roger Dion, Histoire de la vigne p. 275 et 401 ; M. Le Mené, Les campagnes angevines à la fin du Moyen Âge, p. 275 et 401. Le vin d'Anjou est célèbre dans tout le royaume : l'évêque de Paris, Guillaume d'Auvergne (1228-1249) sert du vin d'Anjou au roi de France et même hors du royaume. Henri III accorde des privilèges aux négociants angevins.

24 La thèse de Lazlo Galffy apporte de précieuses informations sur la frappe et sur le rayonnement du denier angevin sous Charles Ier. C'est le dernier grand moment de la monnaie angevine.

25 Les constructions militaires dominent dans l'activité de construction en Anjou au xiiie siècle mais il ne faut pas oublier pour autant que plusieurs édifices religieux importants furent édifiés au xiiie siècle. Sur cette question : Yves Blomme, Anjou gothique, Paris, 1998.

26 Deux évêques ont marqué cette période : Michel Villoiseau (1240-1260) et Nicolas Gellent (1260-1291) Voir ici : Histoire du diocèse d'Angers, dir. Fr. Lebrun, Paris, 1981, les pages 51-67 rédigés par Joseph Avril.

27 Une édition complète des actes de Charles Ier est souhaitable. On notera qu'un acte de Charles a été rédigé lors du siège de Tunis.

28 Ce Jean d'Abbeville est venu à Angers en 1275 ; A. De Bouard, n° 905. L'argent est payé par les habitants du lieu du vol.

29 Les juifs doivent approcher du millier. S'ils s'acquittent de la somme demandée, ils refusent de porter des signes distinctifs.

30 En 1277 Charles fait restituer 100 livres à Saint-Aubin. On voit là le rôle créditeur des grands monastères.

31 La discrétion est semblable vis-à-vis du clergé séculier. Le comte donne un terrain pour la construction de l'abside de la cathédrale mais sa générosité s'est arrêtée là : De Bouard, Actes, n° 725.

32 Parmi les Angevins qui ont accompagné Charles d'Anjou il faut signaler Jean du Mesnil, évêque de Palerme en 1273 et vice-chancelier de Sicile, Thibaud de Saumur qui participa à la construction de l'abbaye cistercienne de Santa Maria di Reale en l'honneur de la victoire de Bénévent sur Manfred, Aymon archiprêtre de Saumur. Il faut cependant remarquer que Charles Ier utilisa avant tout des officiers venant du domaine royal.

33 Cette situation se retrouve de manière identique en Artois, en Poitou et dans le comté de Toulouse. D'un autre côté le gouvernement de Charles Ier en Provence a préparé l'intégration au domaine royal. Rien à voir avec ce qui passera en Bourgogne au xve siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540