Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Hommes et institutions municipales

Les Mémoires d'Antoine Farran, maire d'Angers de 1837 à 1843

Jacques-Guy Petit

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jacques-Guy Petit

  • 1 Le manuscrit d'Antoine Faran, après achat le 3 juin 1989, est entré à la Bibliothèque municipale d (...)

2Antoine Farran (1791-1872), maire d'Angers de 1837 à 1843, député du Maine-et-Loire pendant la Monarchie de Juillet puis jusqu'au début du Second Empire, a écrit Mes souvenirs administratifs et politiques encore inédits à ce jour1.

  • 2 En 1993, Fréderic Bernard a réalisé sous notre direction une maîtrise d'histoire contemporaine con (...)

3Ces Mémoires, quantitativement importants (plus de 700 pages), le sont aussi qualitativement car ils apportent de nombreux renseignements sur la vie sociale, politique et culturelle de cette époque. Cet éclairage se concentre principalement sur la ville d'Angers, ses moeurs politiques, ses institutions, ses événements marquants, ses réseaux relationnels mais il touche aussi à la politique nationale2.

Des Mémoires

  • 3 Philippe Lejeune, L'autobiographie en France, Paris, A. Colin, 2e éd., 1998, p. 10-16.

4Bien connus par les écrits aristocratiques des xviie et xviiie siècles, les Mémoires se multiplient autour de 1800 puis tout au long du xixe siècle, grande période de développement de l'alphabétisation et de diffusion de la culture écrite. L'ébranlement révolutionnaire, surtout, a suscité un nombre très important de Mémoires politiques et militaires, littéraires et artistiques, sous formes de chroniques historiques et/ou sociales, de livres de souvenirs, de recueils d'anecdotes, etc.3.

  • 4 Article « autobiographie », Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, 1866, t 1.
  • 5 Philippe Lejeune, op. cit. (3).
  • 6 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, nouvelle édition, Seuil, 1996, p. 14-30.

5Comme le relève Philippe Lejeune, spécialiste de la « littérature de soi et du moi », c'est surtout vers le milieu du xixe siècle que l'on commence à distinguer les Mémoires des autobiographies4. Si la plupart des Mémoires comportent une part d'autobiographie et si la distinction est souvent difficile à faire ( comme, par exemple, pour les Mémoires d’Outre-tombe de Chateaubriand), il importe d'abord de considérer le projet initial et le point de vue de celui qui écrit. L'auteur fait-il de lui-même, explicitement, son propre objet d'étude ? Il s'agit d'une autobiographie. Quand il veut d'abord relater l'histoire de son temps, décrire, bien qu'il y soit engagé, ce qui dépasse l'étude de sa propre personne, donc les événements politiques, les groupes sociaux, il écrit alors des Mémoires5. Ainsi les Confessions de J.-J. Rousseau ou l'histoire de ma vie de G. Sand sont clairement des autobiographies, tandis que les Mémoires pour servir à l'histoire de mon temps de Guizot sont bien des Mémoires. D'autre part, il convient de préciser que le « pacte autobiographique emploie généralement le « je », en tout cas qui affirme clairement son nesque » (non identité et attestation de fictivité)6. Enfin, rappelons que pour l'historien, ce qui compte, c'est l'authenticité du document et non le fait qu'il soit publié ou resté manuscrit.

  • 7 François-Yves Besnard, Souvenirs d'un nonagénaire, 2 vol., (1e éd. 1880), réédition, Marseille, La (...)
  • 8 Comme le journal du procureur général T.J. Metivier. Voir J.-L. Marais, « Thomas-Jules Métivier (1 (...)

6Plusieurs Mémoires d'Angevins contemporains de Farran ont été édités, souvent après leur décès. Relevons ceux de la Révellière-Lépeaux (1753-1824) présentés par son fils en 1895, les souvenirs pittoresques de F.Y. Besnard (1752-1842) publiés par C. Port en 1895, les Mémoires de Falloux (1811-1886) en 1888 et ceux de David d'Angers, homme que Farran estimait beaucoup, publiés encore plus tardivement, en 19587. D’autres sont restés inédits8.

  • 9 C. PORT, dans sa notice biographique de A. Farran (Dictionnaire historique, géographique et Mémoir (...)
  • 10 Manuscrit in-4° de 503 p. Voir C. PORT, ibid. et l'Anjou Historique.
  • 11 Sur cette question, F. Bernard commet quelques confusions, op. cit. (2), p. IV.

7Les souvenirs de Farran, encore manuscrits, sont authentiques, écrits de sa main pendant le second Empire, à l'encre noire, d'une écriture régulière Port en fait état en 1876 tout en regrettant de n'avoir pu les lire9. En 1906, l'Anjou historique publie des extraits d'une autre oeuvre de Farran, de très sommaires notes sur les événements survenus à Angers depuis la Révolution10 et, alors, les érudits angevins regrettent encore de n'avoir pu lire les Souvenirs11. Il n'a pas été possible de retrouver le cheminement d'un manuscrit retrouvé seulement en 1989 à l'occasion de son achat par la Bibliothèque municipale d'Angers. Sans doute est-il resté longtemps chez les descendants du petit-fils auquel Antoine Farran dédicaça son texte. Malgré leur titre, ces « souvenirs », sont bien des Mémoires, selon la distinction rappelée ci-dessus, ce que confirment les adjectifs « administratifs et politiques »

  • 12 Cette gravure se retrouve aux Archives Départementales de Maine-et-Loire : Collection iconographiq (...)
  • 13 Voir le Mss 2 093 de la Bibliothèque Municipale d'Angers. Nous nous référerons à ce manuscrit et à (...)

8Le manuscrit conservé à la Bibliothèque municipale d'Angers, relié et enrichi du portrait gravé d'Antoine Farran12, compte 731 pages ou folios écrits recto-verso. Les Souvenirs proprement dits ne s'étendent que sur 692 pages, car ils sont complétés par une « Table des chapitres », puis par une table analytique. Le tout couvre la période qui s'étend de juin 1821 (date de son mariage) à janvier 1860 (date du décès de son ami Désiré Richou)13. Ce texte, écrit avec soin, de la même écriture et de la même encre (sauf les dernières pages), n'est pas un journal tenu au jour le jour, mais une vision rétrospective, l'emploi du passé simple ou du passé composé marquant généralement cette distance par rapport aux événements.

  • 14 Discours de Dély à l'occasion des obsèques de Farran, Journal de Maine-et-Loire, 14 août 1872.

9Si Farran a terminé ses Mémoires en 1860, il est probable que logiquement font alors place à des développements thématiques (institutions municipal d'Angers et du conseil général en 1855, à 64 ans, c'est à ce moment qu'il a trouvé le loisir de se consacrer à ses Souvenirs pour lesquels il avait, depuis longtemps, accumulé de nombreux matériaux, dans sa bibliothèque la collection complète des principaux journaux angevins14.

10Le texte se termine par une page consacrée au décès de son épouse Adélaïde, le 12 décembre 1858, alors qu'il avait évoqué, juste avant, le décès de Richou en 1860. L'ordre des folios, d'après leur écriture, a été remanié par Farran. Alors que le texte est écrit sans rature ni repentirs (donc recopié par l'auteur), la pagination a souvent été reprise, biffée. Il apparaît ainsi que le document a compté jusqu'à 733 pages (en dehors des annexes) : une quarantaine a donc été supprimée. Les « chapitres » dont les titres scandent les pages à un rythme soutenu, dont la pagination est reproduite dans la « table » avec des oublis et des erreurs, sont au nombre de 257, donc très courts, moins de 4 pages en moyenne. Beaucoup ne tiennent que sur une page, voire moins, tandis que d'autres, comme celui qui traite de la crise municipale de 1843 s'étendent sur plus de 10 pages.

  • 15 Henri Legroux, de deux ans son aîné (il naît le 23 mai 1789), est son « meilleur ami » (Souvenirs, (...)

11Les Souvenirs présentent quelques chapitres autobiographiques consacrés à sa famille, son mariage, des amis proches (Henri Legroux), son épouse et son gendre Fréderic Parage15. Le premier chapitre, une longue dédicace à ce petit-fils, indique bien les objectifs de l'auteur :

« À mon petit enfant. C'est pour toi, mon cher enfant, pour ton instruction, que j'ai recueilli ces souvenirs. Je vais dérouler sous tes yeux les grands événements qui se sont passés dans ces temps de révolutions et te faire connaître la petite part que j'y ai prise, les diverses fonctions toutes gratuites auxquelles j'ai été appelé et la ligne que je n'ai cessé de suivre dans toute ma carrière politique » (Souvenirs, p. 1).

12Cette part autobiographique est très réduite (4 % des chapitres) et n'évoque ni l'enfance ni la jeunesse de Farran qui ouvre son récit sur son mariage, alors qu'il est âgé de près de 30 ans. Les principales questions traitées sont la politique locale (27 % des chapitres) et nationale (27 %), puis un ensemble concernant la ville d'Angers, ses événements, ses institutions sociales et culturelles (16 %), son action politique (11 %), des notices individuelles sur des amis ou des adversaires (12 %), enfin des considérations diverses (3 %). Les 18 années de la Monarchie de Juillet sont présentées sur 275 pages ; les quatre années de la Seconde République en 233 pages ; le Second Empire, de 1852 à 1858, en moins de 100 pages (les autres pages sont thématiques).

  • 16 Voir la fine analyse de F. BERNARD, op. cit. (2), p. XX.

13Dans ces Mémoires, les lignes du début adressées au petit-fils, auxquelles répondent (en conclusion) quelques lignes au même, ne sont qu'un prétexte. Farran s'adresse en réalité à un éventuel lectorat futur pour faire connaître les nombreux événements, les individus, les institutions et les débats qu'il a vécus ou connus, tout en valorisant constamment sa ligne de conduite16.

Un notable provincial

14Par sa famille, son mariage et ses relations, ainsi que par sa fortune, A. Farran s'inscrit dans la bonne bourgeoisie provinciale du négoce.

  • 17 C. Port, op. cit., t 2, p. 134. Montpeyroux, bourg de l'Hérault, qui compte alors environ 3 000 ha (...)
  • 18 Léon Cosnier, « L'hôpital d'Angers », Société d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers, 3e série, (...)
  • 19 Sur la déconfiture de la Société des Mines de Montjean et les récriminations des protagonistes apr (...)

15Son oncle, Jean Farran, né à Montpeyroux dans le Languedoc, s'était établi à Angers comme négociant17. Réussissant dans sa profession, il sera juge consulaire de cette ville, puis maire en 1795. Simple conseiller municipal en 1797, il redevint maire, par nomination, en juin 1800. Il avait fait preuve d'efficacité pour rétablir l'ordre et les finances des établissements de charité d'Angers pendant la réorganisation de la France au début du Consulat, faisant affecter de nombreux biens nationaux vacants au profit de l'hôtel-dieu18. Décédé le 19 juin 1801 à la suite d'une opération, il laissait l'essentiel de sa fortune à sa veuve, Anne-Marie, née Lollivrel. Celle-ci, habitant place des Halles à Angers, continua le négoce et s'enrichit par des opérations diverses dont des prêts. Elle serait « multimillionnaire », écrit avec exagération le notaire Royer, dans le différend qui les oppose au sujet de la déconfiture de la Société des Mines de Montjean, affaire pour laquelle il lui doit 385 000 francs en 183719.

  • 20 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 5E6, 346 N° 210. Étude de M° Médric Lechalas. Contrat de mariage d'A (...)
  • 21 René-Louis Bourgeois-Farran, témoin du mariage, né le 17 février 1784, sera Conseiller général du (...)

16Quand, avant le mariage du 11 juin 1821, le notaire Lechalas établit, le 7 juin, le contrat de mariage d'Antoine Farran (29 ans) et d'Adélaïde Lachèse (17 ans), cette Anne-Marie Farran-Lollivrel apparaît au premier rang des signataires. Antoine Farran père, le frère de l'ancien maire, constitue une dot de 60 000 francs en valeurs mobilières, pour son fils qui habite encore avec lui place des Halles. La mère, Rose Thiriault, est décédée le 14 avril 1808. Les signatures du contrat puis de l'acte de mariage font apparaître tout l'entrecroisement des lignées et réseaux de ces notables angevins qui accompagnent ce mariage Farran-Lachèse20. Du côté du futur apparaissent les noms de Jean-Baptiste Farran, le frère cadet, lui aussi négociant place des Halles ; de Marie Marthe Farran, épouse de Pierre Abraham Blancler négociant, plus une autre famille de négociants d'Angers, les Bourgeois-Farran21.

  • 22 Sur la lignée des chirurgiens Lachèse, voir les notices de C. PORT dans son Dictionnaire.
  • 23 Henri Legroux, propriétaire, né le 23 mai 1784, était « le plus ancien et le meilleur ami de A. Fa (...)
  • 24 Acte de mariage, le 11 juin 1821.

17La mariée, Adélaïde, est la fille mineure de Ferdinand-Pierre Lachèse-Lollivrel, négociant, alors président du tribunal de commerce et membre du Conseil municipal d'Angers. La mère, Perrine Lollivrel, est décédée le 26 septembre 1802. Parmi les témoins de ce côté : la grand-mère paternelle Camille Chesneau, veuve de Michel Lachèse, ancien juge consulaire ; la tante paternelle Renée Chesneau, veuve du notaire Clément Lachalas ; Joséphine Tharreau épouse du notaire Lechalas, cousine d'Adélaïde. Signe aussi Casimir-Jean Lachèse, ancien « bleu » des guerres de Vendée et membre de l'état-major de Hoche, professeur à l'École de médecine d'Angers depuis sa création en 180722. Tous se retrouvent ensuite pour le mariage, avec quelques autres témoins, dont l'ami Legroux23 et l'oncle Jacques-François Farran, négociant à Poitiers24.

  • 25 Acte de mariage de Ferdinand Pierre Lachèse et Perrine Lollivrel, 7 décembre 1790, Arch. Dép. de M (...)
  • 26 Les biens de communauté du couple Lachèse-Lollivrel se composent, en 1802, de valeurs et biens mob (...)

18Les mariés, Antoine et Adélaïde, sont cousins car les deux familles sont étroitement apparentées. Anne Lollivrel, veuve de Jean Farran, est la soeur de Perrine (mère d'Adélaïde) et la belle-sœur d'Antoine Farran frère. Elle est donc la tante paternelle d'Antoine fils et la tante maternelle d'Adélaïde. Le 7 décembre 1790, Ferdinand-Pierre Lachèse, négociant à Rouen et Angers, avait épousé, en l'église St Maurille d'Angers, Perrine Lollivrel, fille mineure de Pierre Lollivrel négociant. On relève, parmi les témoins, Jean Farran le futur maire et sa femme Anne Lollivrel (beau-frère et sœur de l'épouse). Du côté de l'époux, déjà, les chirurgiens Lachèse : l'oncle Philippe Alexandre, de l'hôpital Saint Jean, un accoucheur très réputé, avec son fils Casimir-Jean, le cousin germain du marié ; les oncles Chesneau et Lechalas25. Antoine Farran et son épouse Adélaïde se trouvent donc, par ces parentèles croisées, au cœur d'un vaste réseau de notables bourgeois : des négociants (les Farran, les Lachèse, les Lollivrel), des notaires (les Lechalas), des propriétaires (les Bourgeois, les Lollivrel), des maîtres-chirurgiens (les Lachèse). Tous forment de puissantes et déjà riches dynasties26 reconnues par leurs pairs, les électeurs consulaires ainsi que par les autorités supérieures car ils accèdent aux fonctions de juges consulaires, conseillers municipaux ou généraux, maires, etc.

  • 27 Adeline Daumard, Les bourgeois et la bourgeoisie en France, Paris, Aubier, 1987, p. 139.
  • 28 Contrat de mariage, op. cit. (20).
  • 29 Souvenirs, p. 7 et 691.

19Dans le monde du négoce, celui des Farran (ce sont des épiciers en gros), « l'égalité de la valeur des apports du mariage était presque toujours la règle », souligne A. Daumard27. Le mariage de 1821 n'y déroge pas, car les Lachèse-Lollivrel dotent aussi leur fille de 60 000 francs. Un tiers est versé immédiatement et le reste sera donné au plus tard dans trois ans avec le règlement de la succession de la grand-mère maternelle d'Adélaïde, Marthe Cormeray28. Mais ce mariage d'intérêt et de cousinage est aussi un mariage d'amour. Par le contrat (art. 11), les conjoints se font donation entre vifs, au profit du survivant. Dans ses Souvenirs, Farran évoque le jour de son mariage avec beaucoup de sensibilité, ainsi que son amour pour Adélaïde « l'élue de son cœur », à « la voix enchanteresse ». Dans sa vieillesse, il se réjouira encore de cette union certes « fortunée », mais surtout « assortie » et il pleurera, après le décès de son épouse le 12 décembre 1858, cette « moitié de (son) âme »29.

  • 30 Arch. Dép. de Maine-et-Loire - 5E6, 346. Étude Lechalas, 4 septembre 1821.
  • 31 Ibid., 348 (1823) ; 349 (1824) ; 350 (1825) ; 351 (1826), etc. Pour l'année 1823, par exemple, voi (...)

20Nanti d'un avoir de 120 000 francs, le couple continue d'habiter place des Halles au centre de la parentèle et du négoce angevin. Antoine Farran, d'abord associé avec son frère Jean-Baptiste, développe son négoce d'épicier en gros et se lance rapidement dans de nombreuses affaires commerciales et bancaires. Dès septembre 1821, il prête 13 000 francs (à rembourser en or ou argent) à la veuve du marquis de Montbel30. De 1823 à 1826, il prête encore chaque année environ 20 000 francs, parfois en association avec son frère31.

  • 32 Voir cette ascension de la bourgeoisie du négoce à Rouen, à la même époque, dans J.-P. Chaline, Le (...)
  • 33 Annuaire statistique de Maine-et-Loire pour 1830, p. 175 ; pour 1832, p. 112 et 172.
  • 34 Succession de F.P Lachèse, 6 août 1834. (Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 3Q 1741). 110 700 francs de (...)
  • 35 Donation du 11 juillet 1842.
  • 36 Agnès Delebecque, La crise municipale de 1843 à Angers, mémoire de maîtrise (dir. J.-G. Petit), Un (...)
  • 37 A.J. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), PUF, 1964, T l, p. 89.

21Notable reconnu et fortune faite, après avoir été juge au tribunal de commerce, Farran commencera une carrière politique en 1830 qui le conduira du conseil municipal à la mairie et à la députation. Mais, au début de la Monarchie de Juillet, comme beaucoup de négociants de son temps, il poursuit son ascension32. En 1830, les frères Farran sont encore « épicier en gros ». En 1836, Antoine Farran, seul, apparaît dans les annuaires comme « banquier, épiciers en gros et droguiste », ou « négociant »33. En 1834, après le décès du beau-père Lachèse, mort pendant l'épidémie de choléra, Adélaïde avait hérité de la moitié d'une succession de plus de 220 000 francs34. En 1842, les époux Farran peuvent donc doter leur fille Adélaïde de 150 000 francs quand elle épouse le docteur en droit et propriétaire Frédéric Parage35. En 1843, au moment où il est chassé de la mairie par Guizot, le cens d'A. « Farran-Lachèse » s'élève à 1 662 francs, ce qui le situe au 7e rang parmi les 36 conseillers municipaux d'Angers, certes bien après Poudret de Sevret et Guillory aîné (plus de 5 000 francs), mais dans le groupe qui suit, et juste après son rival Auguste Giraud 36. Cet impôt ne correspond pas à sa richesse réelle, car le cens rend surtout compte de la fortune immobilière et très peu des activités commerciales et des fortunes mobilières, celles des négociants37.

  • 38 Succession, 10 février 1873. Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 3Q 1848.
  • 39 Selon Grégoire Bordillon. Voir F. Bernard, op. cit., p XVI.
  • 40 A.J. Tudesq, op. cit., p. 91 à 98.

22Cependant, quand A. Farran décède à l'âge de 80 ans, le 12 août 1872, il avait effectué de nombreuses ventes, vivait comme propriétaire du revenu de ses propriétés et avait déjà donné une bonne part de ses biens à sa fille unique, plus une rente de 600 francs (capital 12 000 francs) en faveur de sa petite fille Marie-Adélaïde Parage, à l'occasion de son mariage en février 1870. Il lui restait encore des maisons à Angers et à Montreuil-Belfroy (8 km au N.O. d'Angers) ainsi que des propriétés (Avrillé, Juigné-Béné, etc.), pour une valeur totale de 189 800 francs38. Au début de la Troisième République, une succession de l'ordre de 200 000 francs représente une belle mais non une très grande fortune. A. Farran avait, en fait, disposé d'une plus grande richesse au cours de sa vie et sa fortune était estimée à un million de francs en 184839. Cette fortune estimée, comme son cens des années 1840 qui le situe parmi la centaine des principaux contribuables de la ville d'Angers, le classe bien, d'après les critères d'A.J. Tudesq, parmi les notables importants40.

  • 41 « Mes places et emplois gratuits », Souvenirs, p. 669.
  • 42 On sait combien le mouvement philanthropique des Lumières se répand encore au xixe siècle dans une (...)
  • 43 Souvenirs, p. 1.

23Le notable de la Monarchie censitaire est un homme d'influence, respecté pour sa fortune réelle ou estimée, ses antécédents familiaux et ses relations, sa profession et ses fonctions41. Fonctions et responsabilités gratuites au service de ses concitoyens sont parties intégrantes des devoirs du notable en même temps qu'elles le valorisent et prouvent la notabilité (cette gratuité coûte cher en temps et en énergie), surtout quand on se veut philanthrope42. A. Farran est fier des nombreux « places et emplois » de sa longue existence publique, fier surtout de les avoir exercées après élection et gratuitement. Il y revient souvent dans ses Souvenirs, reconnaissant cependant qu'il convenait de se faire pardonner sa prospérité par une « générosité bien entendue », l'honnêteté, le « dévouement envers sa patrie », en rendant de nombreux services à ses concitoyens43.

  • 44 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 1U32 et 1U33. Le tribunal de commerce d'Angers, créé le 16 août 1790 (...)
  • 45 Liste des membres (...), Ibid. et Souvenirs, p. 11.
  • 46 Discours de Dély, lors des obsèques de Farran, le 13 août 1872, Journal de Maine-et-Loire, 14 août

24Avec la prospérité de ses affaires, le parrainage de son beau-père président du tribunal de commerce (1819 à 1821) auquel succède son parent Blancler en février 1822, il ne lui fut pas difficile d'être compté parmi les quarante notables commerçants d'Angers, d'être élu juge suppléant en 1825, puis juge titulaire en 1827. Il est réélu le 2 mai 1830 et encore le 10 août 1831, mais il cesse ses fonctions en 183244. Sa vie publique commence donc en 1825, quand il a 34 ans et elle se poursuivra jusqu'en 1855. C'est au tribunal de commerce qu'il rencontre des collègues qui deviendront des amis : J. R. Saulnier, C. Guillory (« l'aîné »), L. Chevré-Bouchet, J.-P. Lainé et celui qui sera, après Legroux, l'ami le plus proche, Désiré Richou45. Il y côtoie aussi les Joubert-Bonnaire et Tessié-Delamotte. Il s'y fait remarquer par son jugement et son esprit de conciliation, qualités utiles dans le règlement des conflits commerciaux46.

  • 47 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 77 T1 à 10, Enseignement mutuel. Liste des souscripteurs, octobre 18 (...)
  • 48 Souvenirs, p. 581.
  • 49 Ibid. p. 585-614.

25Les engagements philanthropiques commencent en 1828, quand il entre dans le Bureau de la Société d'encouragement pour l'enseignement mutuel. Cette société créée à Angers en 1816 par 24 souscripteurs comprend plusieurs de ses parents comme Bourgeois-Farran, ainsi que de nombreuses personnalités locales comme le médecin Chevreul, les juristes Desmazières et Gaultier, des industriels et négociants (Joubert-Bonnaire, Tessié-Delamotte, Grille, etc.). Ce bastion du libéralisme angevin pendant la Restauration subit les assauts des ultras en 1824-1825, quand l'évêque d'Angers, Montault, avec l'aide du maire Villemorge, décida de prendre leur grand local pour le donner aux frères des Écoles chrétiennes. La résistance de la société libérale aboutit, en 1825, à un demi-échec. Elle se compose alors de 63 membres. Outre les premiers souscripteurs, on retrouve F.P. Lachèse-Lollivrel, Guillory, A. Giraud, Joubert-Bonnaire, Grégoire Lachèse, presque tous des parents ou des amis (sauf Giraud) de Farran47. Mais Farran n'entre officiellement dans la Société qu'en 1828, comme membre du Bureau, quand, après un relâchement du « pouvoir ombrageux et jésuitique », l'École mutuelle d'Angers peut rouvrir, après une fermeture de près de quatre ans48. Pendant toute sa vie publique, il sera un solide soutien des écoles primaires d'Angers, et surtout des écoles mutuelles dont il présidera la Société de 1841 à 1849. Lors de la distribution des prix, en août ou septembre de chaque année, il prononçait de longs discours où l'émotion le disputait à la générosité ainsi qu'à la célébration de tous les poncifs de la philanthropie paternaliste de son temps. Ces écoles devaient former de « vertueuses mères de famille » et des « hommes utiles » en leur inculquant « les principes sacrés d'honneur, de probité et d'économie49 ».

  • 50 Bulletin de la Société Industrielle d'Angers, vol. I, 1830. Voir aussi J.-G. Petit, op. cit. (47) (...)
  • 51 Audrey Locusse, La Caisse d'épargne d'Angers : les administrateurs, les employés et les déposants (...)
  • 52 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, X 613, Lettres de Farran au préfet, 18 décembre 1834 et 29 octobre 1 (...)
  • 53 A. Locusse, op. cit. p. 29.

26Dès 1830, et avant Nantes, le réseau libéral angevin avait créé la Société industrielle d'Angers (SLA) à l'imitation de celle de Mulhouse. Les frères Giraud ainsi que Guillory étaient les principaux fondateurs de cette société qui rassemblait les grandes dynasties bourgeoises d'Angers, avec les Joubert-Bonnaire, les Grille, les Richou, etc., et A. Farran50. C'est dans une des créations suscitées par cette société, la Caisse d'épargne d'Angers, que notre mémorialiste développera l'essentiel de son activité philanthropique. La SIA avait créé, le 6 mars 1831, un « comité de la Caisse d'Épargne et de Prévoyance » composé de 7 membres souscripteurs dont quatre négociants : Farran, Saulnier, Talbot et Deschers. Il en résultera l'adoption de statuts, puis l'élection des premiers administrateurs, le 28 août 1833 avec, encore, A. Farran en compagnie de D. Richou, Talbot, Guillory et A. Joubert-Bonnaire51. Comme maire adjoint, en l'absence de Giraud, c'est A. Farran qui mettra un local de l'hôtel de Ville à la disposition de la Caisse d'épargne en 1834. Devenu maire, Farran sera encore à l'origine de l'attribution de nouveaux bâtiments en 183952. Farran sera de nouveau élu administrateur en 1839 puis président à partir de 1847, jusqu'à son décès en 1872. C'est là qu'il donna toute sa mesure, dans la délicate gestion du quotidien avec, toujours, le risque de désaffection des épargnants pendant les crises économiques ou politiques. De 1834 à 1941, alors que dix présidents seulement se sont succédés à la tête de la C.E. d'Angers (soit, en moyenne 11 années de présidence chacun), Farran bat de loin le record de longévité et de confiance (les élections étaient annuelles), avec 26 années de présidence53. En comptant ses fonctions préalables d'administrateur ce sont 38 années qu'il a passées au service de la Caisse d'épargne.

  • 54 Notice nécrologique de Farran, par Dély administrateur de la Caisse d'épargne, Journal de Maine-e (...)
  • 55 Souvenirs, p. 571. Pour les Caisses d'épargne en France au xixe siècle, voir les travaux d'A. Gues (...)

27Jusqu'à ses derniers jours, il visitait quotidiennement les locaux et les employés. Bien connu des Angevins pour sa probité, il inspirait confiance aux épargnants et, plus encore que son « dévouement », c'est là l'explication de ses nombreuses réélections à la présidence54. Quant à lui, il a accepté longtemps ce « service gratuit », le seul qu'il ait gardé après 1855, parce que, en notable avisé, il considérait que la Caisse d'Épargne était la principale et la plus utile des œuvres philanthropiques de son temps, « le moyen le plus simple et le plus puissant pour améliorer les mœurs » et le bien-être des « classes laborieuses », celle qui offrait au pays « une source de prospérité et à l'ordre public une garantie efficace55 ».

Un maire

28Quelle fut l'empreinte d'Antoine Farran, comme maire, sur sa ville ?

  • 56 Agnès Delebecque, « Un épisode de la vie municipale angevine : la crise de 1843 », Archives d'Anjo (...)
  • 57 R. d'Amat, Dictionnaire de biographie française, t. 13, Paris, Letouzey et Ané, 1975, p. 633.

29Ses responsabilités politiques locales (nous ne ferons qu'évoquer leurs prolongements nationaux) s'étendirent sur 25 années, de 1830 à 1855. Membre du Conseil municipal dès 1830, il est nommé adjoint d'Alexandre Joubert le 12 juin 1832, puis d'A. Giraud en janvier 1833. Il est élu membre du Conseil d'Arrondissement d'Angers en 1833 (jusqu'en 1841), nommé une nouvelle fois premier adjoint de Giraud en 1835. Maire de la ville en 1837, de nouveau nommé en 1840, il n'est pas renouvelé en 1843, Guizot préférant Giraud56. Farran, élu Conseiller général du Maine-et-Loire trois fois, en 1842, 1845 et 1848 avait été élu député le 4 novembre 1837, (battant nettement son rival Giraud), puis réélu le 2 mars 1839, le 9 juillet 1842 et le 1er août 1846. Élu représentant à la Constituante le 23 août 1848, réélu le 13 mai 1849, « il ne fut plus employé après le coup d'État de décembre 185157 ». Cependant, il sera encore conseiller municipal en 1855.

  • 58 Souvenirs, p. 67-70 ; J.-G. Petit, « Nouveau christianisme, République et Révolution dans le Val (...)
  • 59 F. Vittori, Le précurseur de l'Ouest, Mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 1992.

30Voilà donc une carrière politique locale et nationale bien remplie pendant la Monarchie de Juillet et la Seconde République, qui manifeste l'accomplissement de la notabilité du bourgeois négociant. Cette carrière est marquée localement par la rivalité avec A. Giraud, surtout pendant la crise municipale de 1843-1845, et nationalement, par une évolution de plus en plus conservatrice. En 1830-1833, notre négociant est encore proche du manufacturier Giraud qu'il côtoie au tribunal de commerce, à la SIA et à la municipalité. À partir de 1833, Giraud restant souvent à Paris pour sa charge de député, Farran assure la continuité de l'administration municipale. Il prend quelques mesures marquantes comme l'emprisonnement puis l'expulsion de prédicateurs Saints-Simoniens, au printemps 1833, sous prétexte de menace pour l'ordre public. C'est l'origine de la rupture entre la grande bourgeoisie libérale des affaires d'Angers et la petite bourgeoisie démocratique des talents qui se constitue autour de Grégoire Bordillon, le futur commissaire de la République en 184858. Celui-ci fondera en 1840, avec le médecin Lefrançois et le juriste Freslon, le Précurseur de l'Ouest, le premier journal républicain d'Anjou au xixe Siècle59.

  • 60 Souvenirs, p. 89-90.
  • 61 G. Bodinier, Les élections et les représentants de Maine-et-Loire depuis 1789, Angers, 1888.
  • 62 A. Delebecque, op. cit. (56), p. 152-159.
  • 63 Armand Rivière se montre sévère pour cet ancien libéral « entraîné dans le courant réactionnaire » (...)
  • 64 Souvenirs, p. 175.

31Dès 1833, les rapports entre le maire Giraud et ses adjoints se détériorent. Selon Farran, Giraud est très autoritaire, souvent absent et le considère comme un commis, alors qu'il assume le plus lourd des responsabilités de l'administration de la ville, avec l'aide très efficace du secrétaire général, F.L. Dainville60. Surtout, A. Giraud calque sa carrière sur celles de Guizot et de Duchâtel, tandis que Farran, moins conservateur et plus proche de Thiers, peut être situé au centre-gauche. D'où la nomination de Farran comme maire en 1837, contre Giraud, alors que Guizot ne domine plus la Chambre des députés, puis le remplacement de Farran par Giraud à la mairie, en 1843, après les élections générales de juillet 1842 qui ont été favorables à Guizot61. Mais alors, la majorité du conseil municipal d'Angers, favorable à Farran (avec les Bordillon, Delaage, Freslon, Guillory, Guitet, Lefrançois, A. Leroy, Richou, etc.) s'oppose ouvertement à la minorité de conseillers qui appuie Giraud. Cette crise qui va durer deux années intéresse une grande partie de la France car il est question de l'évolution de la démocratie municipale. Si le pouvoir central a le droit « légal » de nommer le maire et ses adjoints parmi les conseillers élus, depuis 1831, peut-il le faire légitimement contre la volonté d'une forte majorité d'électeurs ? Cette crise municipale d'Angers dont A. Farran fut le héros marque le progrès des courants démocratiques qui triompheront provisoirement en 184862. Mais Farran ne se montrera que très modérément « bleu » en 1848, se situant à la droite de la Constituante, et il ne sera pas arrêté lors du coup d'État63. Cependant cet honnête et timide libéral n'aimait pas Louis-Napoléon Bonaparte car, dans ses Souvenirs, il ne se prive pas de brocarder les tentatives de putsch du prétendant, en 1836 à Strasbourg puis en 1840 à Boulogne64.

  • 65 Voir ses appréciations sur les clubs démocratiques de 1848 : « des maximes les plus pernicieuses » (...)

32Le Journal de Maine-et-Loire, aux ordres de son propriétaire A. Giraud, critiquait méchamment Farran en 1843 avant de le féliciter en 1849, contrairement aux appréciations du Précurseur. Farran affecte d'y voir la preuve de la versatilité journalistique alors que ces périodiques lui renvoient l'image de son évolution politique. Mais, pendant la Seconde République, pour un épicier en gros millionnaire (ou supposé tel), entre le parti de l'ordre et de la propriété et celui des clubs et de la démocratie radicale, le choix était vite fait65.

  • 66 M. Roncayolo, « La production de la ville », dans G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t (...)

33Plus encore que par son action politique, un édile souhaite marquer sa cité par des traces durables : la pierre, les aménagements, l'urbanisme. À Angers comme dans l'ensemble de la France, les principales transformations urbaines se réaliseront pendant la prospérité du Second Empire, dans le prolongement de l'haussmanisme et grâce aux facilités de l'ordonnance de juin 1845 sur l'alignement des rues66. Cependant, ces améliorations ont commencé dès la Restauration par la formation des boulevards sur l'emplacement des anciens remparts. Les transformations se développent après 1830. Les boulevards sont complétés en 1835 et la municipalité Farran exige l'uniformisation des façades rue Botanique ainsi que sur les quais Royal et Ligny, sur la rive gauche de la Maine (1837-1839). Angers prend ainsi davantage possession des bords de sa rivière (le quai Ligny de 1835 est prolongé vers le château en 1840-1842) et se relie davantage à son quartier populaire de la Doutre, rive droite. Les deux ponts de la Haute-Chaîne (commencé en 1835, inauguré en 1839) et de la Basse-Chaîne (1835-1838, puis reconstruit en 1852-1856 après son effondrement meurtrier du 16 avril 1850) complètent le cercle des boulevards et permettent d'y inclure ce quartier de la Doutre. C'est encore la municipalité Farran qui réalise l'adjudication des nouveaux abattoirs en 1841 (terminés en 1847) qui construits au débouché du nouveau pont de la Basse-Chaîne.

  • 67 Souvenirs, p. 159-168, 171, 661, etc. Voit aussi S. Chassagne, « Le paysage urbain » dans F. Lebru (...)
  • 68 Souvenirs, p. 169. Ces travaux d'infrastructure seront complétés par ceux qui prépareront l'arrivé (...)

34Donc, si une partie de ces travaux a été décidée par la première municipalité Giraud, Farran y a été associé comme adjoint dès 1833 et il les a achevés de 1837 à 1843 ou en a lancé d'autres. Dans ses Souvenirs, il ne se prive pas de mettre en valeur la politique municipale : « Ce concours simultané de travaux utiles, ces bâtiments, ces belles rues nouvellement percées, ces quais resserrant les rives de la Maine, ces ponts élégants et solides (sic) qui lient ensemble les deux parties de la ville par une ceinture de boulevards qu'on chercherait vainement ailleurs qu'à Paris, ces écoles (...)67 ». Il se targue aussi d'avoir facilité les améliorations d'Angers par ses relations avec les ministres des travaux publics à l'occasion de ses fonctions de député à Paris68.

  • 69 Ibid., p. 141-150 ; p. 577-584.
  • 70 Alors que l'École de médecine ne recevait auparavant aucune subvention de la municipalité, cette d (...)

35Angers, quinzième ville de France par sa population en 1851, avec 46 000 habitants, bien après Nantes (96 000), mais avant Rennes (40 000), Tours (33 000) et Le Mans (27 000), siège d'une Cour d'appel, d'un rectorat (jusqu'en 1854) et d'une École de médecine de qualité, se veut alors « l'Athènes de l'Ouest ». Farran met particulièrement en valeur son action à la tête de la municipalité pour le développement des institutions culturelles : outre la création des salles d'asile dès 1831-1832, quand il remplissait les fonctions de maire comme adjoint, ou les Écoles mutuelles déjà évoquées, ce sont l'École Primaire Supérieure, la Galerie David d'Angers et l'École préparatoire de médecine. Il revendique l'honneur (pourtant partagé) d'être à l'origine de la Galerie David d'Angers consacrée à l'un des « plus nobles enfants d'Angers », inaugurée le 17 novembre 1839, dans le Logis Barrault69. De même, la transformation de l'École de médecine en École préparatoire de Médecine et de Pharmacie, en 1840-1841, a été réalisée, affirme-t-il, sur sa proposition. Cette École dirigée par son parent Grégoire Lachèse, devient ainsi un établissement communal, la municipalité finançant les salaires des professeurs, ce qui contribue au rapprochement de cette École (il en existe alors une quinzaine en France) avec les rares et prestigieuses facultés70. C'est encore Farran qui crée officiellement le Musée d'Archéologie par décret de la municipalité, le 24 avril 1841 et qui en confie la direction à Victor Godard-Faultrier.

  • 71 Souvenir de musée, 1841-1991, (150e anniversaire du Musée Saint-Jean), Angers, 1992 et Vincent Tuc (...)
  • 72 F. Bernard, op. cit. (2), p. XXXVIII.

36Si le blason « d'Athènes de l'Ouest » est discutable, il est vrai que la ville d'Angers est alors le centre d'une grande vitalité intellectuelle et artistique animée et financée par une élite bourgeoise et noble cultivée, soucieuse non seulement de développement industriel et agricole, mais aussi de la l'éducation. Cette élite qui se réunit dans plusieurs sociétés et cercles, surtout la Société Industrielle et la Société d'Agriculture Sciences et Arts, reçoit le soutien actif de la municipalité Farran71. Pour la bourgeoisie orléaniste, il ne s'agit pas seulement de manifester une réussite économique, il convient aussi de marquer son empreinte sur la ville et, tout autant, de former des instruments de moralisation du peuple72.

  • 73 S. Chassagne, op. cit. (67), p. 227.
  • 74 Souvenirs, p. 77.
  • 75 Francis Demier, Histoire des politiques sociales. Europe du xixe-xxe siècle, Seuil, 1996. Voir aus (...)

37Comment furent financées toutes ces réalisations dont une bonne partie est à la charge de la municipalité ? S. Chassagne a montré que le budget de la ville double de 1830 à 1843, passant de 300 000 F à 600 000 F, les recettes l'emportant sur les dépenses jusqu'en 184073. Pourtant, Farran et la bourgeoisie orléaniste refusent d'augmenter les recettes par des centimes additionnels. Le développement des finances municipales est en fait assuré par la croissance économique et le dynamisme de la démographie urbaine, par la vente de nombreux terrains communaux, ainsi que par la réforme de la gestion de l'octroi. En 1834, alors que celui-ci était affermé pour 269 000 F par an, la municipalité Giraud, sous l'impulsion notamment de Farran, en confie la gestion à une régie municipale. En 1842, l'octroi rapporte alors 368 000 F par an74. Mais en dehors des travaux d'urbanisme et du soutien aux institutions d'enseignement ou de culture, les orléanistes Celle-ci relève, comme il est habituel à l'époque, de la charité religieuse ou de la philanthropie privée (Monts de piété, bureaux de Bienfaisance, Société maternelle, etc.). Pour les libéraux, la Caisse d'Épargne est l'institution centrale de ce dispositif où les classes laborieuses doivent d'abord se responsabiliser en s'aidant elles-mêmes et l'Hôtel-Dieu ne reçoit pas de subvention municipale à Angers75.

***

  • 76 Souvenirs, « Fontaines publiques », p. 641-659. Sur la politique d'hygiène municipale et le choix (...)

38Au nom d'une prudente gestion des finances municipales, Antoine Farran, simple conseiller municipal au début du Second Empire, se battra jusqu'au bout contre l'augmentation des impôts, même lorsque la municipalité prendra enfin la décision, en 1853-1854, d'établir des fontaines publiques si importantes pour la vie quotidienne et l'amélioration de l'hygiène. C'est son combat de trop. Considéré alors comme « un vieux radoteur », il n'est plus écouté76. Notre mémorialiste, dont la trajectoire est si emblématique de l'ascension économique et politique des négociants provinciaux pendant la monarchie orléaniste, ne comprend plus les nouveaux enjeux de l'économie, de l'urbanisme et de l'hygiène politique, ni les ambitions de la bourgeoisie du Second Empire. Il ne lui reste qu'à se consacrer à la rédaction de ses Souvenirs.

Notes

1 Le manuscrit d'Antoine Faran, après achat le 3 juin 1989, est entré à la Bibliothèque municipale d'Angers où il est conservé sous la cote Mss 2 093.

2 En 1993, Fréderic Bernard a réalisé sous notre direction une maîtrise d'histoire contemporaine consacrée à ces « souvenirs » d'A. Farran : Fréderic Bernard, Mes souvenirs administratifs et politiques. Mémoire d'un Maire d'Angers du xixe, Université d'Angers, 1993, XLII p + 276 p. Ce bon travail retranscrit le texte d'Antoine Farran en 266 pages dactylographiées très serrées et en donne une présentation historique (p. I-XLII). Si nous utilisons ici quelques éléments de cette maîtrise, en remerciant l'auteur, elle comporte cependant des lacunes et nous reprenons entièrement l'étude à partir des sources originales et du manuscrit de Farran. Nous remercions aussi, pour leur aide, Christian Gasnier des Archives Départementales, Cristiana Oghina-Pavie, historienne-archiviste, et Odile Pineau, doctorante en histoire.

3 Philippe Lejeune, L'autobiographie en France, Paris, A. Colin, 2e éd., 1998, p. 10-16.

4 Article « autobiographie », Grand Dictionnaire Universel du xixe siècle, 1866, t 1.

5 Philippe Lejeune, op. cit. (3).

6 Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, nouvelle édition, Seuil, 1996, p. 14-30.

7 François-Yves Besnard, Souvenirs d'un nonagénaire, 2 vol., (1e éd. 1880), réédition, Marseille, Laffitte Reprints, 1979 ; Mémoire de Lareveillere — Lépeaux (...) publié par son fils, 3 vol., Paris, Plan, 1895 ; FA. Falloux, Mémoire d'un royaliste, Paris, Perrin et Cie, 1888, 2 vol. ; David d'Angers, Les Carnets de David d'Angers, 2 vol., Paris, Plan, 1958. Quant aux Souvenirs d'un ancien préfet (1787-1848), de F. De Barthélémy, ce ne sont pas ceux d'un Angevin et ils ne concernent que partiellement Angers, puisqu'il n'y a été préfet que de août 1830 à janvier 1834.

8 Comme le journal du procureur général T.J. Metivier. Voir J.-L. Marais, « Thomas-Jules Métivier (1809-1877), magistrat et témoin de son temps », Fédération des Sociétés savantes de Maine-et-Loire, Bulletin, 3e série n° 4, 1990-1992.

9 C. PORT, dans sa notice biographique de A. Farran (Dictionnaire historique, géographique et Mémoires personnels, librement écrits sur les hommes et les choses de la vie angevine, dont j'ai.

10 Manuscrit in-4° de 503 p. Voir C. PORT, ibid. et l'Anjou Historique.

11 Sur cette question, F. Bernard commet quelques confusions, op. cit. (2), p. IV.

12 Cette gravure se retrouve aux Archives Départementales de Maine-et-Loire : Collection iconographique.

13 Voir le Mss 2 093 de la Bibliothèque Municipale d'Angers. Nous nous référerons à ce manuscrit et à sa pagination, en le citant : Souvenirs.

14 Discours de Dély à l'occasion des obsèques de Farran, Journal de Maine-et-Loire, 14 août 1872.

15 Henri Legroux, de deux ans son aîné (il naît le 23 mai 1789), est son « meilleur ami » (Souvenirs, p. 3-4). Frédéric Parage (1818-1874), docteur en droit, propriétaire, conseiller général de Maine-et-Loire en 1864, adjoint au maire d'Angers en 1865. C. PORT, Dictionnaire (...), t 3, p. 49.

16 Voir la fine analyse de F. BERNARD, op. cit. (2), p. XX.

17 C. Port, op. cit., t 2, p. 134. Montpeyroux, bourg de l'Hérault, qui compte alors environ 3 000 habitants est connu pour ses fabriques de tricots, de savons et de liqueurs. Vosgien, Dictionnaire géographique (...), 2e éd., Paris, 1811, p. 438.

18 Léon Cosnier, « L'hôpital d'Angers », Société d'Agriculture, Sciences et Arts d'Angers, 3e série, t XVII, 1873, p. 319-320.

19 Sur la déconfiture de la Société des Mines de Montjean et les récriminations des protagonistes après l'arrêt de la Cour d'Angers condamnant (le 24 mai 1834) le notaire Royer au profit de la veuve Jean Farran ; Réponse de M. Royer, notaire à Angers (...) à Mme Farran, Angers, V. Pavie, 1837, 14 p., ainsi que Quelques observations de Mme Ve Farran sur la prétendue réponse du Sieur Royer », s.d. (Arch. Dép. de Maine-et-Loire, Bib 2705/1 et 2).

20 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 5E6, 346 N° 210. Étude de M° Médric Lechalas. Contrat de mariage d'A. Farran et A. Lachèse, 7 juin 1821.

21 René-Louis Bourgeois-Farran, témoin du mariage, né le 17 février 1784, sera Conseiller général du canton de Vihiers de 1835 à 1842 (C. Port, Dictionnaire (...), tl, p. 452).

22 Sur la lignée des chirurgiens Lachèse, voir les notices de C. PORT dans son Dictionnaire.

23 Henri Legroux, propriétaire, né le 23 mai 1784, était « le plus ancien et le meilleur ami de A. Farran (Souvenirs, p. 3).

24 Acte de mariage, le 11 juin 1821.

25 Acte de mariage de Ferdinand Pierre Lachèse et Perrine Lollivrel, 7 décembre 1790, Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 6E7/101 et 5 mi 221.

26 Les biens de communauté du couple Lachèse-Lollivrel se composent, en 1802, de valeurs et biens mobiliers pour 157775 francs. S'y ajoutent de nombreuses propriétés et maisons, principalement à Bouchemaine. Acte de mutation après décès de Perrine Lollivrel, 23 nivôse an XII (Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 3 Q 1705).

27 Adeline Daumard, Les bourgeois et la bourgeoisie en France, Paris, Aubier, 1987, p. 139.

28 Contrat de mariage, op. cit. (20).

29 Souvenirs, p. 7 et 691.

30 Arch. Dép. de Maine-et-Loire - 5E6, 346. Étude Lechalas, 4 septembre 1821.

31 Ibid., 348 (1823) ; 349 (1824) ; 350 (1825) ; 351 (1826), etc. Pour l'année 1823, par exemple, voir les actes de prêt des 26 mai, 27 mai, 15 juin, 30 juillet, 1er août, 16 août. Tous ces actes sont passés dans l'étude du cousin Lechalas.

32 Voir cette ascension de la bourgeoisie du négoce à Rouen, à la même époque, dans J.-P. Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au xixe siècle, Paris, FNSP, 1982.

33 Annuaire statistique de Maine-et-Loire pour 1830, p. 175 ; pour 1832, p. 112 et 172.

34 Succession de F.P Lachèse, 6 août 1834. (Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 3Q 1741). 110 700 francs de biens mobiliers, plus 5 500 francs de revenus fonciers (soit un capital de 110 000 francs), surtout à Bouchemaine, Domaines des landes et de la Brunellière. Donc, au total 220 000 francs.

35 Donation du 11 juillet 1842.

36 Agnès Delebecque, La crise municipale de 1843 à Angers, mémoire de maîtrise (dir. J.-G. Petit), Université d'Angers, 1997, vol. annexe, p. 30-77.

37 A.J. Tudesq, Les grands notables en France (1840-1849), PUF, 1964, T l, p. 89.

38 Succession, 10 février 1873. Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 3Q 1848.

39 Selon Grégoire Bordillon. Voir F. Bernard, op. cit., p XVI.

40 A.J. Tudesq, op. cit., p. 91 à 98.

41 « Mes places et emplois gratuits », Souvenirs, p. 669.

42 On sait combien le mouvement philanthropique des Lumières se répand encore au xixe siècle dans une grande partie de la bourgeoisie paternaliste. Voir Philanthropies et politiques sociales en Europe (xviiie-xxes.), textes réunis par C. BEC, C. Duprat, J.N. Luc et J.-G. Petit, Paris, Anthropos, 1993 et C. Duprat. Usages et pratiques de la philanthropie, Paris, Comité d'Histoire de la Sécurité sociale, 2 vol., 1997.

43 Souvenirs, p. 1.

44 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 1U32 et 1U33. Le tribunal de commerce d'Angers, créé le 16 août 1790, compte un président, 4 juges titulaires et 4 suppléants. Les titulaires sont généralement élus parmi les suppléants. Dans sa liste de ses « places et emplois gratuits », Farran se trompe parfois. Il n'est pas réélu juge en 1832 mais dès 1830. Voir la Liste des membres du Tribunal de Commerce de l'arrondissement d'Angers de 1790 à 1860, Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 1U32 (une grande affi-che). Voir aussi Céline Cudennec, Commerce et commerçants d'Angers et de Maine-et-Loire au xixe siècle d'après les archives des Tribunaux de Commerce (1815-1895), DEA (dir. J.-G. Petit), Univ. Angers, 1995, 100 p. plus annexes.

45 Liste des membres (...), Ibid. et Souvenirs, p. 11.

46 Discours de Dély, lors des obsèques de Farran, le 13 août 1872, Journal de Maine-et-Loire, 14 août.

47 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, 77 T1 à 10, Enseignement mutuel. Liste des souscripteurs, octobre 1816 (T5) ; et « Mémoire au Roi par les Membres de l'Association fondatrice de l'École élémentaire et gratuite (...), Angers, 1825, 44 p. (T7). Voir J.-G. Petit, « Libéraux, démocrates et républicains angevins (1830-1848) », Républiques et Républicains d'Anjou, Annales de Bretagne et des Pays de Loire, t 99, 1992, 4, p. 401-414. Sur le contexte national de la lutte des libéraux en France dans le cadre des Sociétés d'enseignement mutuel, à la fin de l'Empire et de sa restauration, voir F. Jacquet-Francillon, Naissance de l'école du peuple, 1815-1870, Paris, éd. de l'Atelier, 1995.

48 Souvenirs, p. 581.

49 Ibid. p. 585-614.

50 Bulletin de la Société Industrielle d'Angers, vol. I, 1830. Voir aussi J.-G. Petit, op. cit. (47) et Nadine Bulourde, Étude des Bulletins de la Société Industrielle d'Angers (1830-1932), mémoire de maîtrise, Nantes, 1990.

51 Audrey Locusse, La Caisse d'épargne d'Angers : les administrateurs, les employés et les déposants de 1834 à 1939, mémoire de maîtrise (dir. J.-L. Marais), univ. Angers, 2000, p. 8. Voir aussi A. Bruas, La Caisse d'épargne et de prévoyance d'Angers (...), Angers, 1911.

52 Arch. Dép. de Maine-et-Loire, X 613, Lettres de Farran au préfet, 18 décembre 1834 et 29 octobre 1839.

53 A. Locusse, op. cit. p. 29.

54 Notice nécrologique de Farran, par Dély administrateur de la Caisse d'épargne, Journal de Maine-et-Loire, 14 août 1872. En 1870, au moment de la crise qui suivit l'effondrement de l'Empire, Farran s'était démené pour rassurer les épargnants. Lettre de Farran au préfet, 22 septembre 1870. Arch. Dép. de Maine-et-Loire, X 613.

55 Souvenirs, p. 571. Pour les Caisses d'épargne en France au xixe siècle, voir les travaux d'A. Gueslin dont « Aux origines de l'État-providence : la mise en place des Caisses d'Épargne », RHMC, avril juin 1991, p. 231-250 ainsi que Y. Marec, La Caisse d'Épargne de Haute-Normandie, des origines à nos jours (1820-1995), Paris, Les Éditions de l'Épargne, 1995.

56 Agnès Delebecque, « Un épisode de la vie municipale angevine : la crise de 1843 », Archives d'Anjou, 2, 1998, p. 145-161.

57 R. d'Amat, Dictionnaire de biographie française, t. 13, Paris, Letouzey et Ané, 1975, p. 633.

58 Souvenirs, p. 67-70 ; J.-G. Petit, « Nouveau christianisme, République et Révolution dans le Val de Loire (1828-1851) », dans J.-C. Martin (dir.), Religion et Révolution, Paris, Anthropos, 1994, p. 185-201.

59 F. Vittori, Le précurseur de l'Ouest, Mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 1992.

60 Souvenirs, p. 89-90.

61 G. Bodinier, Les élections et les représentants de Maine-et-Loire depuis 1789, Angers, 1888.

62 A. Delebecque, op. cit. (56), p. 152-159.

63 Armand Rivière se montre sévère pour cet ancien libéral « entraîné dans le courant réactionnaire » en 1848, qui votera comme Falloux et Giraud en juillet 1851, pour la révision de la Constitution au profit du Prince-Président, Histoire de la démocratie angevine, 2e éd., Paris, Libraire de la Renaissance, 1869, p. 34 et 243-245.

64 Souvenirs, p. 175.

65 Voir ses appréciations sur les clubs démocratiques de 1848 : « des maximes les plus pernicieuses », « des hommes les plus exaltés, d'anciens condamnés politiques », qui déclarent « guerre aux riches. Toi seul, ô peuple tu dois être riche », des hommes qui ne veulent que le « carnage et la dévastation », Souvenirs, p. 351-354.

66 M. Roncayolo, « La production de la ville », dans G. Duby (dir.), Histoire de la France urbaine, t. 4, Paris, Seuil, 1983, p. 77-155 et S. Bertoldi, L'Anjou. Confluences d'histoire, Angers, Gal'art édition, 2001, p. 177-215.

67 Souvenirs, p. 159-168, 171, 661, etc. Voit aussi S. Chassagne, « Le paysage urbain » dans F. Lebrun (dir.), Histoire d'Angers, Toulouse, Privat, 1975, p. 225-235.

68 Souvenirs, p. 169. Ces travaux d'infrastructure seront complétés par ceux qui prépareront l'arrivée du chemin de fer à Angers en 1849.

69 Ibid., p. 141-150 ; p. 577-584.

70 Alors que l'École de médecine ne recevait auparavant aucune subvention de la municipalité, cette dernière lui octroie maintenant 16 000 francs par an pour financer les salaires des professeurs de chaire. Voir S. Supiot, L'École de médecine d'Angers-Genèse et premiers développements (1795-1840), mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 1995, 153 p. + annexes J.G. Petit dir.) ; Olivier Faure, Histoire sociale de la médecine (xviiie - xxe siècles), Paris, Anthropos, 1994, p. 81-83.

71 Souvenir de musée, 1841-1991, (150e anniversaire du Musée Saint-Jean), Angers, 1992 et Vincent Tuchais, Victor Godard-Faultrier et le Musée d'Antiquités d'Angers (1841-1881), mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 2001.

72 F. Bernard, op. cit. (2), p. XXXVIII.

73 S. Chassagne, op. cit. (67), p. 227.

74 Souvenirs, p. 77.

75 Francis Demier, Histoire des politiques sociales. Europe du xixe-xxe siècle, Seuil, 1996. Voir aussi O. Faure « Municipalités et hôpitaux dans les villes françaises au xixe siècle », dans J.-G. Petit et Y. Marec (dir.), Le social dans les villes en France et en Europe, 1750-1914, Paris, l'Atelier, 1996, p. 63-74.

76 Souvenirs, « Fontaines publiques », p. 641-659. Sur la politique d'hygiène municipale et le choix tardif, en 1854, après le retour du choléra, d'alimenter Angers par l'eau de Loire grâce à un emprunt de 600 000 F et un impôt exceptionnel de 13, 52 centimes, voir Céline Brogard, La politique d'hygiène de la ville d'Angers entre 1830 et 1860, mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 2000, p. 114-119.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540