Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Hommes et institutions municipales

Identités et fiertés municipales à travers les almanachs administratifs et historiques au xviiie siècle

Véronique Sarrazin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Véronique Sarrazin

  • 1 Voir Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers, 1659-1789, Angers, 1984, chap. I et XV.
  • 2 Pour une réflexion d'ensemble sur le sujet, voir Roger Chartier, Histoire de la France urbaine, P (...)

2La période moderne, notamment à partir de la seconde moitié du xviie siècle, est généralement vue comme une période d'abaissement des municipalités, progressivement placées sous la tutelle monarchique. Amoindries dans leurs compétences judiciaires, financières et administratives par le développement des intendants et, pour les grandes villes, par celui des lieutenants de police, elles sont atteintes dans leur principe institutionnel même par la création répétée d'offices municipaux. Cette évolution n'est cependant pas uniforme et n'empêche pas la survivance, parfois vivace, d'une fierté municipale, entretenue par le rappel des chartes obtenues et par la défense acharnée de privilèges réels ou honorifiques. La municipalité d'Angers n'hésite pas à s'endetter lourdement pour racheter les offices municipaux et rétablir ainsi une forme d'élection, et multiplie les démarches pour obtenir la charge de lieutenant de police, assurant le plein exercice de ses compétences municipales en ce domaine1. L'affirmation municipale s'exprime aussi dans les images que ces institutions donnent d'elles-mêmes traditionnellement, dans les processions qui déploient les pouvoirs dans un ordre protocolaire défendu avec vigueur, dans les insignes distinctifs de leur fonction, et dans leurs programmes architecturaux, tels que la restauration ou la construction d'Hôtels de Ville, de bourses ou de halles2. Le xviiie siècle voit naître un nouveau support de cette expression : les almanachs administratifs.

  • 3 Voir Geneviève Bollême, Les almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles, Paris, La Haye, Mou (...)
  • 4 Voir Véronique Sarrazin, « Lectures politiques des almanachs au xviiie siècle », dans Gazettes et (...)
  • 5 Parfois sous le titre d'état, tableau, tablettes, calendrier ou étrennes, termes à peu près synon (...)

3L'almanach imprimé se définit à l'origine comme un calendrier, augmenté d'informations pratiques et de prédictions météorologiques ou plus générales3. Ce type de livret perdure jusqu'à la fin du xixe siècle, mais dans les années 1690, un nouveau genre apparaît avec l'Almanach exactement supputé sur le méridien de Paris, qui devient en 1700 Almanach Royal lorsque son éditeur le présente au roi. Il conjugue un calendrier religieux et astronomique à l'exactitude scientifique, et un annuaire administratif, détaillant les institutions, les responsables, les adresses, les horaires etc. C'est un outil nécessaire à l'administration elle-même et à tous ceux qui y ont affaire ; c'est aussi une image du pouvoir monarchique, de son organisation et de son efficacité idéales ; c'est enfin une sorte de who's who, qui, indiquant le rang et les fonctions de chacun, détermine aussi le respect attendu. L'inscription, en bonne place, dans l'Almanach Royal, est aussi socialement importante que politiquement significative4. À partir des années 1730, la plupart des provinces et les principales villes se dotent d'almanachs5 adaptant ce modèle à l'échelle locale, annuaires « ecclésiastiques, civils, et militaires », qui, à la différence de l'Almanach Royal, se veulent aussi souvent historiques. L'enjeu est de rendre disponibles des informations utiles au public et de promouvoir l'image de la province ou de la ville, à travers la présentation de ses institutions, mais aussi la description de ses bâtiments et de ses productions économiques et le rappel de ses heures de gloire. Ces almanachs ne suivent pas un modèle uniforme, chaque éditeur créant sa propre formule en fonction de ses moyens et de ses ambitions, mais il existe des parentés, car tous ont pour modèle commun l'Almanach Royal et ils s'imitent les uns les autres.

  • 6 J'ai volontairement, quoique à regret, laissé Angers de côté, pour ne pas empiéter sur une recher (...)

4Comment rendent-ils compte de l'identité municipale ? quelle image donnent-ils de ses institutions, de ses membres et de ses compétences ? Cette étude s'appuie sur un corpus d'almanachs de villes, ceux des provinces n'accordant que peu de place à chaque cité. Il comporte des villes d'importance variable, capitales provinciales, comme Lyon, Rouen, Bordeaux, Nantes, Marseille et Dijon, ou villes plus moyennes, comme Tours, Reims, Orléans, Cambrai et Troyes6. J'y ai ajouté l'Almanach Royal, qui sert d'annuaire pour Paris. Du point de vue de la répartition géographique et des modèles urbains, l'échantillon est varié, mais il manque de continuité chronologique, les séries complètes étant rares, d'autant que, pour des nécessités pratiques, j'ai travaillé essentiellement sur les collections parisiennes. Pour chaque titre, on ne dispose souvent que de quelques éditions, ce qui empêche d'étudier l'impact d'événements précis comme la réforme Laverdy en 1764. Je me contenterai donc de dégager quelques traits plus généraux et des évolutions moins ponctuelles.

Un contrôle variable des municipalités sur les almanachs locaux

  • 7 Voir Affiches d'Angers, Angers, Billault, 19 août 1774, 25 août 1775, 15 août 1776, etc. ; Affich (...)
  • 8 Voir H. Jadart, Table des almanachs de Reims, Rems, 1887, p. XI : l'abbé Hillet en 1783 envoie un (...)
  • 9 Bib. Nat. de France, Ms fr. 22073, Lettre de Malesherbes à l'inspecteur de la Librairie, 20 mars (...)
  • 10 Arch. Dép. d'Ille et Vilaine, C. 1464, correspondance entre le directeur de la Librairie et l'int (...)

5Avant d'envisager le contenu de ces almanachs, il faut poser la question de leur rédaction et du degré d'intervention des autorités municipales. Aucune de ces publications n'est directement émise par une municipalité ; toutes relèvent d'initiatives privées, avant tout celles des imprimeurs ou des libraires qui les éditent et organisent eux-mêmes la collecte et la mise en forme des informations. Cette collecte repose d'abord sur la coopération de ceux qui sont inscrits dans l'almanach et sont chaque année invités, par la voie du journal local, à transmettre avant la mise sous presse les changements survenus7. Cependant, comme l'éditeur porte souvent le titre d'imprimeur de la ville ou d'un autre pouvoir local, il a des facilités pour se procurer les mises à jour, d'autant plus si, comme l'éditeur de l'Almanach Royal, il offre des gratifications, sous forme d'exemplaires gratuits, à ses principaux informateurs. Il peut aussi recourir à des collaborateurs érudits qui rédigent les notices historiques, mais l'aident aussi à se procurer des informations variées8. Il n'y a donc pas de transmission institutionnelle régulière des informations, sauf pour certains bureaux de l'administration centrale inscrits dans l'Almanach Royal9. Ailleurs, la transmission est plus hasardeuse. En novembre 1766, suite à la demande de permission pour l'Almanach de Bretagne, c'est la Direction de la Librairie qui s'adresse à l'intendant de Rennes, qui lui-même contacte le premier Président du Parlement pour veiller à ce que la liste de la cour soit conforme aux derniers changements10.

  • 11 Pour les imprimés inférieurs ou égaux à 2 feuilles d'impression, soit, dans les formats usuels de (...)
  • 12 Bib. Nat. de France, nouv. acq. Ms fr. 3344, f° 88 : lettre à Malesherbes, 6 fév. 1762.
  • 13 Les permissions royales sont délivrées par la chancellerie, mais s'il existe déjà un titre local (...)

6Les municipalités, comme d'autres pouvoirs, s'efforcent cependant d'avoir un droit de regard sur ces almanachs, mais y parviennent difficilement par la censure officielle. Celle-ci relève de la police dans le cas des plus modestes livrets11, police qui n'appartient pas toujours à la ville ; sinon, elle relève des censeurs royaux, majoritairement parisiens, ce que dénoncent parfois des pouvoirs locaux, comme les officiers du bailliage et présidial de Troyes, qui en 1762 demandent en vain qu'on leur attribue la censure des Ephémérides troyennes, car, ne traitant « que d'objets et de détails qui ne concernent que cette ville et qui ne peuvent être connus que de ses habitants, l'examen d'un Censeur étranger qui demeure à Paris est absolument insuffisant ; le défaut de connoissances locales l'empêchera de reconnoître la plus grande partie des traits de la satire12 ». En revanche, la municipalité peut obtenir une censure officieuse, en contrepartie de sa protection. Lorsque l'éditeur est imprimeur de la ville, il doit être prudent s'il tient à conserver cette place lucrative. De plus, beaucoup d'almanachs provinciaux ne jouissent que de permissions royales simples, qui ne leur garantissent aucun monopole en droit ; pour en bénéficier de fait, ils doivent satisfaire la municipalité, pour qu'elle n'accepte pas un projet concurrent13. Certains attirent cette protection par une dédicace, comme à Reims, Lyon ou Orléans :

  • 14 Étrennes orléanaises, curieuses et utiles, Orléans, C.A. Le Gal, 1773.

Messieurs, Le Calendrier historique de l'orléanais, que j'ai eu l'honneur de vous offrir pendant plusieurs années, a mérité vos suffrages & celui du Public. Celui que je vous présente Aujourd'hui sous le nom d'Etrennes orléanaises, peut espérer la même faveur. Plus resserré dans son objet, il s'occupera particulièrement de ce qui concerne Orléans & ses environs ; et par là deviendra, en quelque manière, plus digne de vous être offert. Je donnerai tous mes soins pour le rendre intéressant. Heureux si par mon zèle & mon travail, je puis mériter l'honneur de votre protection ; c'est l'avantage que j'ambitionne, étant avec le plus profond respect, MM., votre etc.14.

  • 15 Voir H. Jadart, Table des almanachs..., p. XI.
  • 16 Permission d'imprimer garantissant un monopole à son détenteur.
  • 17 Voir les Étrennes orléanaises et Nouvelles étrennes orléanaises pour 1773, 1776, 1784 et 1788.
  • 18 Voir Vie de M. Grosley, écrite en partie par lui-même ; continuée et publiée par M. l'abbé Maydie (...)

7Cette dédicace implique la présentation annuelle d'exemplaires au corps de ville, avant la mise en vente, ce qui permet d'en vérifier le contenu. Lorsque la ville accorde en outre une subvention, comme à Reims, l'éditeur prend soin de lui faire approuver les changements avant de mettre sous presse15. À mesure que ces almanachs se multiplient et que leur diffusion s'élargit, les autorités les regardent avec plus d'attention, comme des images quasi-officielles. Parfois elles les prennent en charge, comme à Lyon où, depuis 1742, le privilège16 est attribué à la municipalité, qui le concède ensuite à l'imprimeur de son choix, s'assurant ainsi un contrôle permanent. Mais l'éditeur peut placer son almanach sous la protection d'un autre pouvoir, notamment dans un cas de concurrence éditoriale : à Orléans, deux almanachs se disputent le marché dans les années 1770-1780 et triomphent alternativement, l'un dédié à la municipalité, l'autre à l'intendant17. Cette protection vise parfois même à se mettre à couvert des ingérences locales : ainsi l'auteur des Éphémérides troyennes obtient pour 1763 un privilège et dédie son almanach au comte de Clermont, prince du sang et gouverneur de la Champagne, s'assurant ainsi contre la censure du bailliage et la saisie subie l'année précédente18.

8L'almanach de la ville reste donc une publication privée, sur laquelle la municipalité n'a pas toujours de contrôle. La protection qu'elle lui accorde peut lui assurer un caractère semi-officiel, mais sinon l'image que l'almanach donne de la ville, sans pouvoir être contraire aux souhaits de la municipalité, n'y est pas forcément non plus entièrement conforme.

Les éléments de la représentation municipale dans les almanachs

  • 19 Voir Éphémérides troyennes, Troyes, Vve Michelin, 1757, p. 2-3.
  • 20 Voir Affiches, annonces et avis divers, dits Affiches de Province, Paris, 26 fév. 1755, 6 fév. 17 (...)
  • 21 Les formats usuels vont du petit in-12 à l'in-32, ce dernier imitant le Calendrier de la Cour, le (...)
  • 22 Dans les années 1760-70, ils ne coûtent souvent que 10 à 15 s. brochés, contre 2# pour un in-12 o (...)

9Le contenu et la présentation de l'almanach local relèvent surtout des choix de l'éditeur, qui imite plus ou moins l'Almanach Royal, qui choisit une optique citadine ou provinciale selon l'évolution qu'il envisage pour son livret19, etc. Ils découlent aussi d'un certain nombre de faits qui s'imposent à l'éditeur. L'image du pouvoir municipal dépend forcément de la réalité variable de celui-ci et du paysage institutionnel régional dans lequel il s'inscrit. Il existe aussi des contraintes matérielles. L'almanach doit paraître à une date impérative, pour une vente à l'occasion des étrennes et qui ne se prolonge guère au-delà de la mi-février. Chaque éditeur demande instamment qu'on lui transmette les mises à jour au plus tard début octobre, et si elles arrivent trop tard, par négligence ou par des circonstances exceptionnelles, il les insère où il peut, modifiant éventuellement l'ordre habituel des articles. C'est d'ailleurs a contrario une preuve du contrôle étroit de la municipalité de Lyon sur l'almanach, que d'imposer une mise en vente tardive, pour y faire insérer en bonne place le résultat des « élections » municipales qui ont lieu le 21 décembre20. L'espace textuel aussi est limité, car l'almanach, ouvrage utilitaire de grande diffusion, doit conserver un volume réduit21, maniable et peu coûteux22, tout en fournissant un maximum d'informations. L'impression est donc serrée, le caractère petit et les fantaisies typographiques limitées. On ne peut guère perdre de l'espace avec des interlignes, des gros titres ou des ornements. L'économie de papier semble parfois primer sur la lisibilité même.

10C'est donc avec une marge de manœuvre réduite que les almanachs des villes présentent celles-ci. Ils peuvent jouer cependant sur un certain nombre d'éléments de contenu et formels, pour dessiner et éventuellement promouvoir leur image.

  • 23 Almanach pour la ville de Rouen, Rouen Machuel, 1754 ; Almanach historique de Marseille, 1784 ; É (...)
  • 24 Almanach pour la ville de Rouen, 1754, p. 68.
  • 25 Almanach historique de la ville de Reims, Reims, Jeunehomme, 1772, p. 63-64.

11La municipalité apparaît avant tout par la nomenclature du corps de ville restreint, maire, échevins, procureur, greffier etc. Sa présentation exprime parfois une situation de tutelle : à Rouen, Orléans, Lyon ou Marseille23, le gouverneur est placé en tête. À Tours, on signale avant la liste que certaines personnes ont « droit de séance » aux assemblées de l'hôtel de ville, de sorte que, sur la page, les noms de ces notables précèdent immédiatement ceux des maires et échevins, alors même que le texte souligne que seul le maire ou le doyen des échevins peuvent présider. C'est donc peut-être autant une question de rang que de pouvoir. Si les édiles n'occupent pas toujours la première place même dans l'article qui leur est consacré, leur position dans d'autres institutions auxquelles ils participent est encore plus discrète : à Rouen24, le maire siège à la police, mais sans mention de sa charge municipale. À Reims, prévôt et échevins sont aussi membres du Conseil de Ville, d'une compétence supérieure au Buffet de l'Échevinage, mais y apparaissent en qualité de négociant, avocat en Parlement ou procureur au présidial25. Inversement, la dignité de la fonction municipale peut être soulignée, en doublant la liste actuelle et utilitaire par celle des anciens magistrats.

12Cette nomenclature peut être développée par une introduction sur l'ancienneté de la municipalité, ses privilèges, sa composition et ses modalités de renouvellement. Sa formulation est souvent ambivalente, soulignant l'honneur et les compétences, tout en révélant l'intervention du pouvoir royal :

  • 26 Almanach Historique de Touraine, Tours, Lambert, 1755, p. 68.

Cet Hôtel, établi en 1462 par Louis XI, est composé d'un Maire dont l'élection se fait tous les quatre ans, le 1er Dimanche De Juillet ; de 6 Echevins, dont il s'en élit deux tous les deux ans à pareil jour [...] Le Maire se choisit par M. le Gouverneur Entre trois Sujets qu'on lui présente. Il est Colonel né de la Ville, porte la Robe de couleur, les Échevins & Procureur Du Roi, le chaperon. L'hôtel a le commandement dans la Ville, & fait les fonctions du Gouverneur En son absence. Il a la Direction des Logemens de gens de guerre, des Impositions de la Capitation, Ustensile & des Impositions extraordinaires De la Bourgeoisie. [...] Les Officiers De Milice Bourgeoise sont maintenant électifs à la nomination des Maires & Echevins : ils prêtent serment entre leurs mains26.

  • 27 Étrennes orléanaises, 1773, p. 65. Même type de formule dans les Étrennes nantaises, 1742, p. 59, (...)
  • 28 Étrennes orléanaises, 1773, p. 42 ; 1784, p. 20-21. Voir aussi l'Almanach historique de Marseille (...)

13L'article de la municipalité ne présente pas toujours complètement ses fonctions : de celle d'Orléans, on sait qu'elle s'assemble tous les jours « pour délibérer sur ce qui regarde les affaires de la ville27 ». On mentionne presque toujours sa juridiction ; c'est d'ailleurs avant tout sous cet aspect que sont présentées les municipalités de Paris, Nantes ou Cambrai. On signale aussi souvent le commandement de la milice bourgeoise, même si celle-ci n'a plus guère de rôle que cérémoniel. En revanche d'autres compétences comme l'administration des institutions d'assistance, l'urbanisme ou la police économique apparaissent moins fréquemment, et surtout sans être toujours bien reliées à la municipalité, insérées dans des articles distincts placés immédiatement avant ou après la nomenclature municipale, voire dans des articles dispersés au fil des pages. Ainsi, dans les Étrennes orléanaises, le « Siège de la Police », auquel participent les édiles, précède l'article municipal, et les « compagnies de bourgeoisie » le suivent ; mais c'est à l'article du Clergé, parmi les hôpitaux, qu'on voit que le Sanitas « dépend de MM. Les Maire et Échevins », et dans une note du calendrier qu'on apprend leur action pour l'éclairage urbain28.

14Les almanachs donnent rarement un tableau complet de l'institution municipale, en tout cas un tableau immédiatement lisible, alors que les articles des principaux tribunaux royaux sont plus fournis sur leur fonctionnement, leur ressort, leurs compétences et le rappel de leur éminente dignité. L'article de la municipalité est donc souvent bref, 1 à 4 pages contre 20 à 30 pages pour ceux, plus conséquents, du clergé ou de telle cour souveraine : cela tient à la réalité d'un personnel moins nombreux, mais aussi au moindre détail qu'on y consacre.

15L'espace accordé au texte étant restreint, la présentation matérielle est aussi un élément important de l'image d'une institution. Chaque almanach met au point sa propre signalétique pour hiérarchiser l'information et la rendre plus accessible : jeu de frises pour séparer les articles, taille des caractères, majuscules pour certains noms propres etc. Les premières éditions sont souvent matériellement médiocres et confuses. Ainsi les Étrennes nantaises en 1742, où la liste du clergé, placée en tête, est donnée d'emblée, sans titre ; où les titres
d'autres articles utilisent les majuscules de façon peu lisible : « état militaire de la ville de Nantes » ou « listes de nos seigneurs de la Chambre des comptes ». Assez vite cependant, chaque almanach fixe ses règles, dont les lecteurs sont assez familiers pour en saisir les nuances et les changements.

  • 29 Almanach Historique de Touraine, 1755, p. 2.
  • 30 Bib. Nat. de France, Ms. fr. 21864, f° 10, 28 sept. 1783 et 16 oct. 1783 : protestations des nota (...)

16Un des éléments les plus évidemment expressifs est l'ordre des articles et des noms, les préséances étant essentielles pour exprimer, mais aussi imposer son statut. Elles sont une préoccupation récurrente des corps de la ville lors des cérémonies publiques : la place dans les processions, le banc occupé à la cathédrale, l'ordre dans lequel on effectue des visites officielles sont autant de signes manifestes du rang que l'on tient, auquel on prétend ou que l'on reconnaît aux autres. Les almanachs déroulent des listes de corps et de noms, comme une procession permanente annuelle. Généralement l'éditeur avertit que « dans l'ordre qui se trouve parmi les Monastères, dans celui des Juridictions, Séances, Charges ou emplois, on n'a point prétendu fixer les rangs29 », mais il s'agit d'une simple précaution face aux réclamations fréquentes et parfois coûteuses, lorsqu'elles impliquent la publication d'un correctif dans le journal local, ou pire, l'impression d'un carton. En réalité cet ordre n'est jamais innocent ; le plus neutre serait l'ordre alphabétique, mais il est presque toujours rejeté30 au profit d'un ordre hiérarchique plus significatif.

17Le plan global des almanachs est presque standardisé : en tête, le calendrier, suivi de l'annuaire, puis des informations pratiques, telles que foires, poids et mesures, etc. Les notices historiques sont plus mobiles, insérées avant, après ou dans l'annuaire. Les nomenclatures institutionnelles suivent l'ordre fixé par l'Almanach Royal dès les années 1710 et d'autant plus respecté qu'il se modèle sur la hiérarchie traditionnelle des fonctions et des dignités : état ecclésiastique, puis militaire, puis civil, à savoir administratif et judiciaire, puis financier et économique, et enfin culturel. L'article de la municipalité est généralement placé parmi les juridictions locales, après les pouvoirs de ressort provincial (intendant, cours souveraines), mais aussi après la majorité des institutions royales judiciaires. Il précède surtout les justices non royales et des juridictions financières secondaires, comme les Hôtels des Monnaies, les maîtrises particulières des Eaux et Forêts, parfois le Grenier à sel. Cependant, dans des almanachs à vocation plus commerciale (Rouen, Bordeaux) ou lorsque telle grande institution de la province ne siège pas dans la ville même (le Parlement pour Marseille, l'intendance pour Nantes), la municipalité peut précéder des institutions qui lui sont supérieures.

18L'économie de papier étant essentielle, les signes de distinction spatialement coûteux, tels que le placement en début de page, qui peut laisser en blanc la fin de la page précédente, les interlignes, l'usage de frises pour séparer les informations, les grands caractères etc., sont utilisés avec parcimonie et la municipalité en bénéficie rarement. Son article s'inscrit souvent à la suite du précédent, séparé par une simple ligne et la police du titre l'assimile aux institutions royales secondaires, entre lesquelles il est placé et avec lesquelles il est souvent en concurrence réelle et protocolaire. La nomenclature se déroule sans fantaisie, noms et fonctions s'enchaînant de façon serrée et avec un minimum de hiérarchisation interne. C'est une présentation utilitaire avant tout.

  • 31 Almanach Historique de Touraine, 1755, p. 55-56 ; 1765, p. 54-55 ; 1773, p. 56-58.

19Les procédés formels qui distinguent un individu (nom en majuscules, centrage, espaces etc.), sont peu appliqués aux magistrats municipaux. Le premier d'entre eux n'est généralement distingué qu'au sein du corps de ville, et surtout par sa position en tête de liste, parfois isolé par un interligne et mis en relief par une grande initiale en gras, comme l'est presque tout individu en tête d'une nomenclature. Sa fonction s'inscrit à la suite de son nom, en italiques. La mise en valeur de son statut par un intitulé individuel est rare, et plus encore l'emploi de majuscules pour son nom, majuscules réservées aux principaux personnages de la province, gouverneur, évêque, intendant, premiers présidents des cours souveraine, et, évidemment, à tout membre de la famille royale. Jamais le maire ne fait l'objet d'un éloge personnel, comme c'est parfois le cas pour le gouverneur ou l'intendant31. Lorsque l'un des édiles est mentionné dans un autre article par suite d'un cumul de fonctions, sa qualité municipale n'est pas toujours mentionnée, et la table des matières, quand il y en a une, ne signale généralement que l'Hôtel de Ville, sans renvoi particulier pour le maire ou les échevins.

  • 32 Voir les titres : Almanach pour la ville de Rouen, contenant son commerce, ses manufactures... ou (...)
  • 33 Éphémérides troyennes, 1758.
  • 34 Tableau de Rouen, Rouen, Vve Machuel, 1775, p. 66-67.

20Ainsi, dans l'ensemble, et même dans les almanachs dédiés à la municipalité, celle-ci apparaît comme une institution subalterne, derrière le clergé et l'administration monarchique, en tout cas derrière ses institutions de ressort provincial, mais parfois même derrière celles de compétence plus locale. Elle est souvent décrite avec le minimum d'informations pratiques, sans mise en valeur ni de ses pouvoirs, ni de son honorabilité. L'institution municipale ne semble pas un élément primordial de la fierté urbaine, qui s'exprime bien davantage dans son dynamisme économique32 ou dans son patrimoine architectural et artistique, ce qui, paradoxalement, permet parfois de lui rendre hommage, comme l'almanach de Troyes qui inaugure sa série d'estampes des monuments remarquables par la façade de l'Hôtel de Ville33, ou celui de Rouen, qui signale, en passant, les Halles et le Jardin des Plantes aménagés grâce à la municipalité34. Par rapport à ces tendances générales, quelques exemples permettront de mieux saisir les modalités de l'affirmation du pouvoir municipal.

Entre effacement et fierté, les nuances de l'identité municipale

21Paris constitue un cas particulier, n'ayant pas d'almanach propre. À la fin du xviiie siècle, elle compte des almanachs de commerce, de tourisme ou simplement d'adresses, mais sa municipalité n'apparaît que dans l'Almanach Royal, ce qui est à la fois un honneur et un risque, car, côtoyant le sommet des administrations et les plus éminents personnages, elle y apparaît forcément en retrait. À l'origine, l'Almanach Royal n'inclut d'ailleurs pas la municipalité, mais il publie un « Journal du Palais », calendrier des audiences et vacations des cours siégeant dans l'enclos du Palais, avec une introduction sur leurs compétences et les procédures pour s'y adresser, à l'intention des nombreux plaideurs. L'Hôtel de Ville y apparaît alors sous la mention brève des « autres juridictions » parisiennes. Le monopole exclusif dont jouit l'Almanach Royal sur la majorité de ses listes l'incite à diversifier son contenu pour étendre sa clientèle captive. En 1710, la municipalité parisienne y occupe un article autonome, mais encore secondaire, sèche nomenclature de moins de 2 pages : « la Maison de Ville est composée d'un grand nombre d'officiers dont les principaux sont... », le premier cité et le seul typographiquement mis en valeur étant le gouverneur.

  • 35 Voir Jean Chagniot, Nouvelle histoire de Paris : Paris au xviie siècle, Hachette, 1988, p. 93-120.

22Faut-il l'attribuer à l'intervention de la municipalité ou au rôle de résidence royale provisoirement retrouvé par Paris, sous la Régence ? En 1717, l'article se développe, adoptant une forme désormais stable : quelques lignes d'introduction sur la composition, la désignation et les horaires de la « Juridiction du Bureau de l'Hôtel de ville », puis une liste où le Prévôt des Marchands apparaît en tête, isolé, en petites capitales, suivi des échevins, gens du roi et huissiers. Le Corps de Ville en lui-même et son administration n'apparaissent qu'au second plan : « On a jugé à propos, après avoir parlé de la Juridiction de l'Hôtel de Ville, de placer ici les noms des Officiers qui composent le Corps de la Maison de Ville », suivi d'une liste de plus en plus détaillée au fil des ans des membres de la municipalité et des personnels qui en dépendent. À partir des années 1730, la table des matières mentionne, outre l'Hôtel de Ville, son Bureau, le Prévôt des Marchands (et anciens), les Échevins (et anciens), les Conseillers et les Quartiniers. La municipalité parisienne apparaît donc ici avant tout comme une des juridictions de la ville, secondaire par rapport aux cours souveraines, mais aussi au Châtelet et aux instances financières comme le Bureau de Finances et le Grenier à sel. La prééminence formelle de son premier magistrat est reconnue, mais sa dépendance est d'avance signalée : « M. le Prévôt des Marchands est nommé par le Roy, & sa Commission est pour deux ans ; mais ordinairement il est continué pendant quatre prévôtés, qui font huit ans ». Cette image est toute théorique, certains Prévôts étant reconduits pendant 10 à 15 ans, et ne reflète ni certains affaiblissements - la baisse des effectifs réels de dizeniers et cinquanteniers par rapport aux 64 et 256 réglementaires et toujours annoncés - ni certains de ses pouvoirs maintenus, comme sa juridiction spécifique sur les ports35.

  • 36 Voir Maurice Garden, Lyon et les lyonnais au xviiiiesiècle, Paris, Belles-Lettres, 1970, p. 488-5 (...)
  • 37 Almanach astronomique... de Lyon, 1742, p. 2.

23Par rapport à la modestie imposée à la capitale, Lyon, deuxième ville du royaume, incarne la fierté municipale. Si son évolution institutionnelle n'est, depuis le xvie siècle, qu'une « lente sujétion36 », son consulat prétend toujours au premier rang des corps de la cité. Ses rivaux les plus sérieux sont la Cour des Monnaies, dont le rang théorique de cour souveraine est amoindri par son association à la Sénéchaussée, et le Bureau des Finances. Dans l'ordre des cérémonies, le consulat a certes dû accepter le règlement fixé par l'archevêque en 1680, qui le met sur le même rang que ces deux cours, mais il continue à défendre ses prérogatives, notamment dans l'almanach local. Créé en 1711 comme une publication indépendante, celui-ci est fermement repris en main en 1742 par la municipalité, qui se fait attribuer le privilège, qu'elle concède ensuite à son imprimeur : « depuis que MM. du Consulat ont fait choix d'un nouvel imprimeur pour le mettre à jour, et qu'ils ont voulu donner une attention particulière et plus favorable à ce petit ouvrage37 ». Il met systématiquement en valeur l'institution municipale, tout en maintenant un plan classique. En effet, le privilège, surtout formel, de la garde des portes par la milice bourgeoise, les « pennonages », permet à la municipalité de dédoubler son article et de se placer, juste après le gouverneur et l'intendant, au chapitre du gouvernement militaire, avant tous les tribunaux civils. Ce premier article, déjà assez long par la liste complète des officiers, est encore développé par un discours sur l'ancienneté de la municipalité lyonnaise, sa composition « à l'instar de Paris » et son privilège de noblesse, discours suivi d'une première liste du Prévôt des Marchands et des échevins. La dispersion des compétences dans des articles séparés n'est ici pas préjudiciable, car les renvois d'un article à l'autre sont clairement faits et donnent plutôt l'impression d'une multiplication des domaines d'intervention.

  • 38 Ibid, p. 157-171. Ces articles se répètent dans les éditions suivantes.

24La juridiction civile du consulat apparaît ensuite à son rang, après les cours royales, mais mise en valeur par une typographie identique, par l'énumération systématique des anciens magistrats, et surtout par la mention insistante des « juridictions dépendantes de l'Hôtel de Ville & unies au Consulat38 » : « Le Consulat a une direction et une juridiction contentieuse sur tous les Arts & Métiers de la Ville... », ainsi que la juridiction pour la conservation des privilèges des foires « réunie au Corps consulaire pour être exercée par le Prévôt des Marchands et les quatre Échevins » ; la police « appartient au Consulat, auquel elle a été réunie, avec le droit de la faire exercer par les Officiers Qu'il nomme & commet », mais il a « été de temps immémorial, en possession » de celle de la voirie, de même qu'il a « toujours eu une inspection » sur les Halles de la Grenette et sur la Chambre de la Santé, car les échevins « ont encore le droit de pourvoir à tout ce qui peut être nécessaire pour maintenir dans la Ville la santé », droit « spécialement confirmé par les Rois Henri III & Henri IV » ; enfin la Chambre de Commerce est « toujours composée de M. le Prévôt des Marchands, d'un Échevin Négociant, d'un ancien Échevin aussi Négociant, & d'autres Marchands de différents commerces... à la nomination du Consulat ; le Secrétaire de la Ville est le Secrétaire né de cette Chambre, dont les assemblées se tiennent dans l'Hôtel de Ville ». Les consuls affichent aussi leur mécénat envers deux collèges et l'École de Droit. Ainsi, le consulat de Lyon exploite différents éléments textuels et typographiques de l'almanach pour affirmer ses compétences, et sait détourner l'ordre protocolaire traditionnel à son avantage.

  • 39 Éprennes nantaises et de la province de Bretagne ; puis Éprennes nantaises, ecclésiastiques, civi (...)
  • 40 Voir Guy Saupin, Nantes au xviie siècle : vie politique et société urbaine. Rennes, Presses unive (...)
  • 41 Voir Paul Bois, Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 162-73.

25Le contraste est grand avec la ville de Nantes, dont la formidable croissance, qui en fait au xviiie siècle une des capitales économiques du royaume, ne se reflète pas dans l'image de sa municipalité. L'almanach local39 n'est pas sous la protection directe de la municipalité, son éditeur étant surtout imprimeur de l'évêque. Sur ses 130 à 144 pages annuelles, la municipalité de Nantes en occupe moins d'une, réduite à la liste succincte, en minuscules, du corps de ville, avec une note sur ses jours de réunion ; l'almanach déjà avare de majuscules, réservées au gouverneur et à l'évêque, ne distingue pas spécialement le maire. L'article, encadré par deux lignes, prend place selon les éditions entre la prévôté, l'amirauté, les eaux et forêts ou l'hôtel des monnaies, une position subalterne et instable, symptôme de sa difficulté à imposer son rang. Elle n'est qu'une juridiction parmi d'autres et c'est ainsi qu'elle apparaît, ou plutôt n'apparaît pas dans la table des matières, confondue parmi les « Tribunaux de la ville de Nantes », alors que la même table distingue dans la liste des prélats, les « évêques de France dans les pays infidèles ». Est-ce dû à la relative jeunesse de l'institution, créée au xvie siècle ? à la perte de son privilège de noblesse ? à la concurrence de puissantes institutions royales40 ? Si dans les processions la municipalité défile aux côtés du Présidial et devant la Maréchaussée, dans l'almanach elle vient nettement après eux41.

  • 42 Voir G. Saupin, Nantes au xviie siècle..., p. 20.

26Pourtant une lecture attentive révèle qu'elle n'est pas dépouillée de tous ses pouvoirs. L'article « Police, voirie et conservation des arts » mentionne que celle-ci siège à l'Hôtel de Ville, où elle est exercée par le lieutenant de police avec le corps de ville. En 1781, on y lit que celui-ci a acquis la charge de police « par arrêt du Conseil revêtu de lettres patentes ». Nantes compte aussi une milice bourgeoise, dont le maire est le colonel, prérogative à laquelle il est attaché, car elle lui permet le port de l'épée en certaines circonstances42. Deux compagnies de gardes, encore à la nomination du gouverneur à la mi-xviiie, sont ensuite réunies à cette milice pour faire le même service. Ainsi, on constate non seulement le maintien, mais le renforcement de certaines compétences, propres aux municipalités et terrains ordinaires de leur affirmation. Mais, à la différence de Lyon, ici elles ne servent pas l'image de la municipalité, étant traitées dans des articles séparés, sans qu'il y ait de liaison claire avec le corps de ville.

  • 43 Voir les critiques dans les Affiches de Province, Paris, 1755-1789.

27L'affirmation de l'identité municipale dans les almanachs n'est donc pas proportionnelle à la taille de la ville, ni à son poids économique, ni même toujours à la réalité des fonctions exercées. Certes les édiles des capitales provinciales sont souvent mieux mis en valeur, vigoureusement à Lyon, plus modérément à Bordeaux, Dijon ou Marseille, mais a contrario, les institutions de Rouen, Nantes ou Paris apparaissent très affaiblies, et les almanachs de villes plus moyennes comme Troyes ou Cambrai affirment clairement les compétences et « libertés » de leur corps de ville. L'explication réside peut-être plutôt dans l'équilibre institutionnel local, dans une tradition d'autonomie plus ou moins vivace, et enfin dans le statut ambigu de l'almanach, méprisé comme genre, apprécié dans certains de ses titres. Ainsi, tant que l'almanach local n'a pas acquis une certaine reconnaissance, il n'est pas un espace de représentation souhaitable : les almanachs de Lyon et Troyes ont excellente réputation, alors qu'il faut attendre les années 1770 pour trouver une mention élogieuse de celui de Nantes43.

Évolutions et révolutions municipales dans les almanachs au xviiie siècle

28À défaut de pouvoir mesurer la réception d'un événement ponctuel, l'échantillon chronologiquement assez large, permet de s'interroger sur quelques évolutions plus lentes, et notamment sur la résistance ou le recul apparents des municipalités face aux institutions royales.

  • 44 Voir Bib. nat. de France, Ms. fr. 21965, f° 572-812 et fr. 21966, f° 18-273. ; et Véronique Sarra (...)
  • 45 Almanach astronomique... de Lyon, 208 pages en 1742, près de 500 en 1783 ; Étrennes nantaises, 13 (...)

29L'évolution matérielle des almanachs est favorable à l'affirmation de l'identité municipale, par l'augmentation du nombre de pages ou au moins des informations. Les monopoles de droit ou de fait des titres locaux sont, à partir des années 1770, battus en brèche, notamment à la faveur d'une imposition sur les almanachs44. La diversification des informations devient une arme dans la concurrence ; développer les nomenclatures, c'est augmenter l'utilité et flatter la vanité d'autant de clients potentiels. La croissance la plus spectaculaire est celle de l'Almanach Royal, d'une centaine de pages en 1700 à plus de 700 en 1789. Pour les titres provinciaux, plus concurrentiels et obligés de maintenir un prix assez bas, les augmentations sont de 10 à 50 %45. Les municipalités bénéficient de cette croissance. Dans l'Almanach Royal, l'article de l'Hôtel de Ville passe de 5 pages en 1725 (1,3 % du texte) à 14 en 1787 (presque 2 %).

30Malgré une présence matériellement accentuée, des évolutions de détail suggèrent de nouvelles restrictions à l'autonomie très relative des municipalités. Celle de Paris voit son article gonflé par l'adjonction de listes plus détaillées des agents municipaux et des anciens titulaires des charges échevinales, et par une typographie plus aérée, qui valorise les individus, en substituant un intertitre à la simple mention de la fonction après le nom. Mais la structure d'ensemble reste la même, et ce qui apparaît en tête, c'est toujours la mention de l'intervention royale dans la nomination du Prévôt des Marchands, intervention à l'arbitraire renforcé, puisque la reconduction longtemps présentée comme un renouvellement « ordinaire », ayant tout le poids d'un droit acquis, se fait en 1789 « suivant la volonté du Roi ».

  • 46 Almanach astronomique... de Lyon, 1773, p. 94 ; 1783, p. 95 : le texte rappelle ses franchises à (...)
  • 47 Voir M. Garden, Lyon et les lyonnais..., p. 508-511.
  • 48 Almanach astronomique... de Lyon, 1742, p. 129.
  • 49 Ibid, 1750, 1773, etc.

31Le consulat lyonnais, quant à lui, accentue apparemment son affirmation, dans le discours — « La Ville de Lyon fut indépendante dès les premiers instants de son existence...46 » - comme dans la présentation matérielle, adoptant pour son titre un caractère plus grand et une police de fantaisie plus voyante que pour les institutions royales. Mais s'il réussit à maintenir ainsi sa prééminence, c'est en partie par chance. En 1771, la réforme du chancelier Maupeou remplace la Cour des monnaies par un Conseil supérieur, d'autorité et de rang plus élevés. L'almanach, sans modifier son plan, continue à placer le consulat avant les cours royales pour ses compétences militaires, une préséance désormais inacceptable et qui entraîne, en janvier 1773, une saisie du livret sur la requête du procureur général du Conseil47. Le rétablissement des anciennes cours en 1774 évite sans doute à la municipalité une défaite. Derrière une structure d'ensemble stable, des évolutions de détail signalent au lecteur attentif d'autres petits reculs. Ainsi, les formules décrivant le pouvoir militaire de la ville évoluent. Dans un premier temps, l'almanach s'est efforcé d'atténuer le rôle réel de garde assuré par des soldats royaux sous l'autorité du gouverneur : « Quoique la Bourgeoisie soit chargée de la garde de la Ville, elle ne la fait néanmoins que pendant la nuit, & le jour, pour n'être pas détournée de ses affaires : on employe une Compagnie franche du Régiment du Lyonnois pour la Garde des Portes de la ville, & assister à leur ouverture & fermeture, dont les clefs sont portées chez M. le Prévôt des Marchands et MM. Les Échevins48 ». Après 1750, il adopte une formule plus explicite : une compagnie franche fut « tirée en 1670 par ordre du Roi, du Régiment Lyonnois, & établie à la garde des Portes de cette Ville, auxquels elle fait le service journalier49 ». D'autres compétences semblent rognées, comme la présidence de la Chambre de commerce, attribution désormais permanente de l'intendant.

32L'almanach de Lyon suit donc une évolution contradictoire, significative peut-être de l'effort de certaines municipalités pour maintenir un pouvoir menacé : une affirmation formelle accentuée, mais, dans le détail institutionnel, l'admission d'un amoindrissement de ses compétences.

  • 50 Voir Daniel Ligou, « À propos de la Révolution municipale », dans Revue d'Histoire économique et (...)
  • 51 Je m'arrête ici aux éditions de 1793, imprimées en octobre-novembre 1792.

33À l'été 1789, la révolution juridique et politique au sommet de l'État se double de « révolutions municipales », qui voient souvent le remplacement ou le doublement des anciens corps de villes par des comités, la renaissance de forces de défense citadines - les gardes nationales - et la reprise en main par ces nouveaux pouvoirs communaux de différentes compétences d'administration. Les municipalités sont ensuite refondues et uniformisées par la loi de décembre 1789, qui induit de vastes opérations électorales en janvier-février 179050. Cette transformation institutionnelle, et ce qu'elle peut signifier en termes d'affirmation ou de reconquête du pouvoir municipal, s'inscrit dans les almanachs à partir de 179051.

  • 52 Voir Almanach de Bordeaux, 1791, pp. 15-25 : Conseil d'État du Roi, Administration du Royaume, et (...)
  • 53 Almanach Royal, 1790, p. 417.

34Dans l'ensemble, ils accordent aux municipalités des articles plus développés et plus cohérents. Les changements institutionnels sont importants, et il faut non seulement les inscrire, mais aussi les expliquer. En outre, la loi définit désormais clairement et uniformément les compétences municipales, qui ne sont plus réglées par un rapport de force local, et il est plus facile de réunir en un seul article, les listes des individus et leur inscription dans différentes fonctions. À Lyon, Nantes, Orléans ou Paris, l'article de la municipalité décrit la composition, les modes de désignation et les pouvoirs, en renvoyant généralement aux derniers textes de loi, avant de détailler les bureaux. On maintient ou on ajoute des notes pratiques sur la localisation, les horaires et les démarches pour s'y adresser. La description détaillée des bureaux aboutit parfois à une augmentation notable de la part quantitative de la municipalité dans l'almanach : en 1793, elle occupe 3,5 % des pages de l'Almanach Royal. Cet accroissement utilitaire signifie-t-il pour autant une affirmation symbolique des municipalités ? Ce n'est pas évident. Les municipalités restent des institutions essentiellement locales, et les almanachs adoptent pour la plupart un cadre départemental, voire y ajoutent des informations nationales52, la disparition des privilèges éditoriaux laissant chaque éditeur libre d'insérer ce qu'il veut dans son livret. Les municipalités s'inscrivent donc après les institutions du département et des districts. La typographie de l'article les met cependant au rang des autres, et la dignité des nouveaux magistrats désormais « élus librement53 » est soulignée, le maire ayant presque toujours l'honneur d'un patronyme en capitales, de même parfois que le commandant de la garde nationale.

  • 54 Ce qui marque la continuité avec les « pennons », drapeaux des milices bourgeoises lyonnaises, le (...)

35En réalité, malgré l'uniformisation institutionnelle qui devrait aboutir à une uniformisation des nomenclatures administratives, chaque almanach conserve sa propre formule et suit une évolution distincte, en fonction de ses choix idéologiques, mais aussi du contenu de ses principaux concurrents. L'expression des nouvelles identités municipales à Lyon, Nantes ou Paris reste donc aussi diverse qu'avant la Révolution. À Lyon, le même esprit subsiste : en 1790, l'ensemble des nouveautés institutionnelles est réuni dans une première partie, insérée avant le corps de l'almanach, dont on a ôté les articles corrigés mais qui garde son ordre habituel. Cette réorganisation pratique permet aussi à la nouvelle municipalité de précéder tout ce qui subsiste des institutions royales régionales, y compris le gouvernement. Elle s'insère immédiatement après l'administration du département, détaillée dans ses membres et ses bureaux, et les intitulés en grands caractères font ressortir les principaux élus. Mais l'accent est, comme avant, surtout mis sur le pouvoir militaire, la garde nationale, avec les emblêmes de ses drapeaux54, ses serments et adresses à l'Assemblée nationale, etc.

36À Nantes, la municipalité gagne en visibilité, mais son affirmation reste timide. Elle bénéficie d'un article plus développé, qui réunit enfin ses principales compétences (police, économie et finances, garde nationale) ; le nom de son maire est mis en majuscules, comme celui de l'évêque, et la table des matières lui attribue enfin une entrée particulière. Mais le plan de l'almanach reste globalement semblable jusqu'en 1792, les tribunaux du département se substituant simplement aux tribunaux royaux, et certains articles disparaissant. C'est peut-être l'effet d'une réticence de l'almanach face au changement. En 1790, son rédacteur développe ses articles administratifs de notices historiques, soulignant la dignité liée à leur ancienneté, ce qui évidemment ne vaut pas pour la municipalité. Celle-ci reste donc une institution mineure, un peu mieux définie, mais toujours peu mise en valeur.

37À Paris, en revanche, bien que la municipalité continue à s'insérer dans l'Almanach Royal, puis National, elle s'y affirme plus nettement. Certes, son article vient encore après ceux de l'assemblée légiférante, du gouvernement et du département de Paris ; mais il est désormais matériellement bien distingué par un titre en très grandes capitales grasses, et une typographie aérée, hiérarchisée, qui énumère les hommes et les fonctions. Deux traits sont à remarquer. C'est d'abord la multiplication des détails sur les compétences et le fonctionnement des bureaux, qui donnent de la municipalité l'image d'un d'organisme d'administration polyvalent, et non plus d'un corps de magistrats. C'est ensuite la mise en valeur des figures du commandant de la garde nationale et du maire, tous deux isolés en tête de liste et en capitales. Le maire surtout est omniprésent : chaque bureau se trouve formellement sous sa direction ou sa surveillance, et cette responsabilité est toujours mentionnée et mise en valeur par la typographie. La lecture de l'article municipal, désormais une vingtaine de pages, est donc scandée par cette référence permanente au « maire », qui peut se faire jusqu'à 2 fois par page. C'est pour la mairie de Paris l'affirmation d'une autonomie et d'un pouvoir reconquis, incarnés par le développement de son personnel, la multiplicité de ses bureaux et services (souvent hors de l'hôtel de ville), et la personne de son maire, principal responsable désormais de la gestion de la plus grande ville du royaume.

***

  • 55 Voir Affiches de Province, en février, presque chaque année.
  • 56 Voir M. Garden, Lyon et les lyonnais..., p. 461.

38La lecture des almanachs semble donc confirmer globalement l'affaiblissement des municipalités. Réduites à des corps de magistrats aux fonctions imprécises, elles apparaissent comme secondaires dans leur ville même, et ont des difficultés à faire reconnaître les pouvoirs qu'elles exercent. Elles sont en retrait non seulement face à l'intendant et au gouverneur, omniprésents dans les almanachs, ou aux Cours souveraines qui bénéficient d'articles très développés, mais même face à des institutions plus modestes, auxquelles, au quotidien, elles font pièce avec plus de succès. Il est vrai qu'elles ne peuvent généralement pas contrôler leur image dans les almanachs comme elles peuvent le faire à travers des cérémonies publiques où elles ont un rôle d'organisation. Les almanachs restent largement des publications d'initiative privée, et si certains choisissent ou acceptent la protection d'un pouvoir local, c'est plus souvent celui du gouverneur ou de l'intendant, d'autant que ce dernier a, en matière de police du livre, une autorité utile. L'almanach de Lyon apparaît comme original par son entreprise énergique d'affirmation municipale. Sa démarche porte loin l'image du consulat, puisque le titre a une réputation critique et une diffusion qui dépassent largement la clientèle locale, recommandé comme un ouvrage d'histoire et d'érudition sur la ville55. Il prend place ainsi, dans les bibliothèques des notables lyonnais, auprès des ouvrages plus savants d'histoire de la ville, inscrivant le nom de leurs possesseurs dans cette histoire même56. Mais les almanachs ne constituent qu'un élément, et relativement nouveau, dans l'expression de l'identité municipale, qu'il faudrait pouvoir étudier plus précisément par rapport à d'autres systèmes de représentation symbolique plus traditionnels.

Notes

1 Voir Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers, 1659-1789, Angers, 1984, chap. I et XV.

2 Pour une réflexion d'ensemble sur le sujet, voir Roger Chartier, Histoire de la France urbaine, Paris, Seuil, t. 3 ; et Jean-Louis Biget et Jean-Claude Hervé, Panoramas urbains : situation de l'histoire des villes, Paris, ENS, 1996 ; pour des exemples particuliers : Robert Descimon, « Le corps de ville et le système cérémoniel parisien », dans Statuts individuels, statuts corporatifs, Garant, 1996 ; voir Sylvie Mouysset, « Rouge et noir, la robe fait le consul : l'exemple de Rodez aux xvie et xviie siècles Regards sur les sociétés urbaines, Mélanges C. Petitfrère, P.U. Tours, 1997, p. 123-32.

3 Voir Geneviève Bollême, Les almanachs populaires aux xviie et xviiie siècles, Paris, La Haye, Mouton, 1969.

4 Voir Véronique Sarrazin, « Lectures politiques des almanachs au xviiie siècle », dans Gazettes et information politique sous l'ancien Régime, Saint-Étienne, Presses universitaires, 1999, p. 257-268.

5 Parfois sous le titre d'état, tableau, tablettes, calendrier ou étrennes, termes à peu près synonymes pour ce type de publications.

6 J'ai volontairement, quoique à regret, laissé Angers de côté, pour ne pas empiéter sur une recherche en cours, menée par une étudiante angevine.

7 Voir Affiches d'Angers, Angers, Billault, 19 août 1774, 25 août 1775, 15 août 1776, etc. ; Affiches du Dauphiné, Grenoble, Vve Giroud, 5 sept. 1777, 28 août 1778, 3 sept. 1779, etc. ; Affiches de la Haute et Basse Normandie, Rouen, 14 sept. 1772, 10 sept. 1773, etc.

8 Voir H. Jadart, Table des almanachs de Reims, Rems, 1887, p. XI : l'abbé Hillet en 1783 envoie un questionnaire à tous les curés du diocèse.

9 Bib. Nat. de France, Ms fr. 22073, Lettre de Malesherbes à l'inspecteur de la Librairie, 20 mars 1762, transmettant, de la part du chancelier, une liste à faire insérer dans l'Almanach Royal.

10 Arch. Dép. d'Ille et Vilaine, C. 1464, correspondance entre le directeur de la Librairie et l'intendant, novembre-décembre 1766.

11 Pour les imprimés inférieurs ou égaux à 2 feuilles d'impression, soit, dans les formats usuels des almanachs, 64 p. in-16 ou 96 p. in-24.

12 Bib. Nat. de France, nouv. acq. Ms fr. 3344, f° 88 : lettre à Malesherbes, 6 fév. 1762.

13 Les permissions royales sont délivrées par la chancellerie, mais s'il existe déjà un titre local qui donne satisfaction, on s'abstient ordinairement d'accorder une permission concurrente.

14 Étrennes orléanaises, curieuses et utiles, Orléans, C.A. Le Gal, 1773.

15 Voir H. Jadart, Table des almanachs..., p. XI.

16 Permission d'imprimer garantissant un monopole à son détenteur.

17 Voir les Étrennes orléanaises et Nouvelles étrennes orléanaises pour 1773, 1776, 1784 et 1788.

18 Voir Vie de M. Grosley, écrite en partie par lui-même ; continuée et publiée par M. l'abbé Maydieu, Londres et Paris, T. Barrois le jeune, 1787, p. 209.

19 Voir Éphémérides troyennes, Troyes, Vve Michelin, 1757, p. 2-3.

20 Voir Affiches, annonces et avis divers, dits Affiches de Province, Paris, 26 fév. 1755, 6 fév. 1760, 2 mars 1763, etc.

21 Les formats usuels vont du petit in-12 à l'in-32, ce dernier imitant le Calendrier de la Cour, le plus « portatif » des almanachs parisiens.

22 Dans les années 1760-70, ils ne coûtent souvent que 10 à 15 s. brochés, contre 2# pour un in-12 ordinaire.

23 Almanach pour la ville de Rouen, Rouen Machuel, 1754 ; Almanach historique de Marseille, 1784 ; Étrennes orléanaises, 1773 ; Almanach astronomique et historique de la ville de Lyon, Lyon, La Roche, 1742, 1750, 1760, etc.

24 Almanach pour la ville de Rouen, 1754, p. 68.

25 Almanach historique de la ville de Reims, Reims, Jeunehomme, 1772, p. 63-64.

26 Almanach Historique de Touraine, Tours, Lambert, 1755, p. 68.

27 Étrennes orléanaises, 1773, p. 65. Même type de formule dans les Étrennes nantaises, 1742, p. 59, et 1781, p. 84.

28 Étrennes orléanaises, 1773, p. 42 ; 1784, p. 20-21. Voir aussi l'Almanach historique de Marseille, 1784 : la police dont la municipalité a acheté et exerce la charge apparaît 15 pages avant.

29 Almanach Historique de Touraine, 1755, p. 2.

30 Bib. Nat. de France, Ms. fr. 21864, f° 10, 28 sept. 1783 et 16 oct. 1783 : protestations des notaires du Châtelet de Paris et de la Faculté de médecine, pour faire retirer l'ordre alphabétique introduit par l'éditeur dans l'Almanach Royal.

31 Almanach Historique de Touraine, 1755, p. 55-56 ; 1765, p. 54-55 ; 1773, p. 56-58.

32 Voir les titres : Almanach pour la ville de Rouen, contenant son commerce, ses manufactures... ou Almanach de commerce, d'arts et métiers pour la ville de Bordeaux.

33 Éphémérides troyennes, 1758.

34 Tableau de Rouen, Rouen, Vve Machuel, 1775, p. 66-67.

35 Voir Jean Chagniot, Nouvelle histoire de Paris : Paris au xviie siècle, Hachette, 1988, p. 93-120.

36 Voir Maurice Garden, Lyon et les lyonnais au xviiiiesiècle, Paris, Belles-Lettres, 1970, p. 488-530.

37 Almanach astronomique... de Lyon, 1742, p. 2.

38 Ibid, p. 157-171. Ces articles se répètent dans les éditions suivantes.

39 Éprennes nantaises et de la province de Bretagne ; puis Éprennes nantaises, ecclésiastiques, civiles et nautiques.

40 Voir Guy Saupin, Nantes au xviie siècle : vie politique et société urbaine. Rennes, Presses universitaires, 1996, chap. 1 et 2.

41 Voir Paul Bois, Histoire de Nantes, Toulouse, Privat, 1977, p. 162-73.

42 Voir G. Saupin, Nantes au xviie siècle..., p. 20.

43 Voir les critiques dans les Affiches de Province, Paris, 1755-1789.

44 Voir Bib. nat. de France, Ms. fr. 21965, f° 572-812 et fr. 21966, f° 18-273. ; et Véronique Sarrazin, Les almanachs parisiens au xviie siècle, Thèse inédite de l'université de Paris I, sous la direction de D. Roche, 1997, p. 429-35.

45 Almanach astronomique... de Lyon, 208 pages en 1742, près de 500 en 1783 ; Étrennes nantaises, 130 à 144 pages ; Almanach... de Touraine, 96 à 104 pages ; Almanach de Reims, 92 à 112 pages.

46 Almanach astronomique... de Lyon, 1773, p. 94 ; 1783, p. 95 : le texte rappelle ses franchises à l'époque romaine, confirmées par une soumission « volontaire » aux rois de France.

47 Voir M. Garden, Lyon et les lyonnais..., p. 508-511.

48 Almanach astronomique... de Lyon, 1742, p. 129.

49 Ibid, 1750, 1773, etc.

50 Voir Daniel Ligou, « À propos de la Révolution municipale », dans Revue d'Histoire économique et sociale, 1960, p. 146-177 ; et Bruno Benoit dir., Ville et Révolution française, Lyon, Presses universitaires, 1994.

51 Je m'arrête ici aux éditions de 1793, imprimées en octobre-novembre 1792.

52 Voir Almanach de Bordeaux, 1791, pp. 15-25 : Conseil d'État du Roi, Administration du Royaume, etc.

53 Almanach Royal, 1790, p. 417.

54 Ce qui marque la continuité avec les « pennons », drapeaux des milices bourgeoises lyonnaises, les « pennonages ».

55 Voir Affiches de Province, en février, presque chaque année.

56 Voir M. Garden, Lyon et les lyonnais..., p. 461.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540