Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Hommes et institutions municipales

« Pour le bien publicq de vostre ville » : Les cités de Champagne entre invasion et taxation (1550-1559)

Laurent Bourquin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Laurent Bourquin

  • 1 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre enregistrée le 3 décembre 1550), pub. par Georges Hérelle, (...)
  • 2 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1981, p. 343-347.

2Le 27 novembre 1550, François de Clèves, duc de Nevers, gouverneur de Champagne et de Brie pour Henri II, ordonna au Conseil municipal de Châlons de faire « copper, escarrir, scyer, conduire et mectre à couvert en vostred ville, dedans le jour de Noël prochain venant, une bonne quantité de ormes1 » afin de renforcer l'artillerie urbaine. À cette époque, il ne faisait guère de doutes que la guerre allait bientôt reprendre entre Valois et Habsbourg. Il était clair qu'elle aurait lieu dans le Nord-Est, et que les frontières devaient donc être soigneusement renforcées : personne ne voulait voir se reproduire le désastre de la campagne de 1544, au cours de laquelle l'avant-garde impériale avait pu parvenir jusqu'à Meaux2. Il fallait y préparer les villes.

3Elles furent en effet au cœur du conflit dès 1552. Les concentrations de troupes commencèrent en Champagne au mois de mars, lorsque les armées royales s'assemblèrent à Vitry-le-François, à Châlons et à Troyes. Après une grande montre, réalisée à Vitry par le roi et le connétable de Montmorency, ce dernier partit vers l'Est, entra à Toul sans coup férir (le 5 avril), puis à Metz (le 10). Pour sa part, Henri II pénétra dans Nancy le 14, puis s'empara de Hagenau et de Wissembourg. Au cours de ce « Voyage d'Allemagne », la Champagne fut protégée par 6 000 mercenaires suisses, qui ne purent empêcher l'armée adverse, envoyée depuis les Pays-Bas par Marie de Hongrie, d'incendier au début du mois de mai Beaumont-en-Argonne, Attigny, Grandpré et Montfaucon. La pression exercée par cette colonne ne s'atténua que lorsqu'Henri II fit route vers le Luxembourg, tout en s'emparant de Damvilliers (le 10 juin), d'Ivoy (le 23) et de Montmédy (le 26). Pour les villes de Champagne, cette expédition avait toutefois offert un avantage considérable : désormais, il fallait s'attendre à ce que Charles Quint tente de reconquérir Metz, ce qui leur offrait un peu de répit. L'empereur traversa en effet le Rhin à la mi-septembre, à la tête d'une colossale armée de 55 000 hommes et de 150 canons, qu'il dirigea vers Metz, défendue par François de Guise. Épargnée par les combats, la Champagne abrita une grande armée de secours, que Montmorency prépara en septembre : 30 000 fantassins et 8 000 cavaliers établirent ainsi leur campement aux abords de Reims.

4On sait que l'empereur, dont l'armée était minée par les désertions et les maladies, dut lever le siège de Metz le 26 décembre 1552. Dès lors et jusqu'à la paix du Cateau-Cambrésis, sept ans plus tard, la Champagne ne fut pas directement menacée par les conflits entre Valois et Habsbourg, qui se déroulèrent essentiellement en Picardie et en Flandre. Les sièges de Thérouanne et de Hesdin (1553), la bataille de Renty (1554), celle de Saint-Quentin (1557) et la prise de Calais (1558) se déroulèrent assez loin de la région. De 1552 à 1559, la frontière de Champagne joua donc un rôle stratégique majeur, d'abord parce qu'elle fut directement menacée par l'invasion, en 1552, puis parce qu'elle dut contribuer activement à la défense des Trois Évêchés, pendant sept ans. Le gouverneur, ses officiers et les villes de Champagne furent donc amenés à assurer la défense d'un territoire dont dépendait plus largement le succès de la guerre entreprise par Henri II.

5Dans un tel contexte, le rôle des cités était essentiel. Il fallait d'une part qu'elles apportent leur contribution financière à l'effort de guerre, comme les autres « bonnes villes » de France elles devaient, d'autre part, soutenir concrètement les troupes qui traversaient la région pour combattre les Impériaux. Elles avaient donc des missions bien spécifiques, qui légitimaient sans doute le renforcement de la tutelle royale, mais qui pouvaient également donner lieu à un véritable partenariat, plus équilibré qu'il n'y paraît de prime abord.

Financer la guerre

6Comme bien d'autres, les villes de la frontière champenoise étaient contraintes de répondre aux attentes financières du souverain, qui devait, de par ses engagements, mobiliser d'importants moyens pour ce conflit.

  • 3 Ivan Cloulas, Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 310. Rappelons qu'en échange, Henri II devait rece (...)
  • 4 Philippe Hamon, L'argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Imprimerie Nationale, Comi (...)
  • 5 Ivan Cloulas, Henri II, op. cit., p. 313.

7Les effectifs et les subsides qu'il voulait consacrer à ses alliés protestants de l'Empire avaient été l'objet des négociations de Lochau (25 septembre -5 octobre 1551) menées entre l'ambassadeur de France, Jean du Fraisse, et les princes allemands - notamment Maurice de Saxe. Aux termes du traité de Chambord, signé le 15 janvier 1552, le roi de France promit de leur verser un subside de 75 000 à 80 000 couronnes par mois, et de fournir 50 000 hommes de pied et 20 000 cavaliers. Henri II prévoyait également une grosse artillerie, qui serait regroupée à Joinville pour conduire les nombreux sièges de la campagne3. Afin de payer ses troupes, le roi eut recours, comme son père, à des emprunts4. Le 28 janvier 1550, il avait nommé comme « général et superintendant des Finances hors du royaume » le Florentin Albisse del Bene, dont l'entregent auprès des banquiers européens allait être bien utile. Dès 1552, il sut trouver, par l'intermédiaire des Italiens, des Suisses et des Allemands, de quoi avancer au roi un million de livres : les montants s'élevèrent à un million et demi en 1553, et à deux millions en 1554. Mais ces emprunts ne pouvaient suffire : il fallait aussi que le roi obtienne un soutien significatif de la part de ses propres élites urbaines. C'est la raison pour laquelle il donna l'ordre à toutes les villes closes de son royaume, en janvier 1552, de contribuer à une taxe permettant de payer la solde de 50 000 fantassins pour quatre mois5. Châlons, Reims, Troyes, Sainte-Menehould, Chaumont et Langres furent donc sollicitées comme les autres.

  • 6 Édouard De Barthélémy, Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne, Châlons, 1883, réimp. 1994, p. 2 (...)
  • 7 L'octroi ou la confirmation de l'exemption fiscale était un mode de récompense assez fréquent. On (...)

8Or les cités de Champagne, comme la plupart des villes du royaume, étaient traditionnellement peu taxées, et leur fidélité ou leur affection étaient parfois récompensées par une exemption fiscale. C'est ainsi qu'en février 1552, Henri II, qui avait été accueilli avec faste par Châlons, décida, en témoignage de la « loyauté et obeissance des habitants », de les soulager du paiement des tailles. La Cour des Aides renâcla devant cette générosité, mais cette mesure fut finalement enregistrée, sur ordre du roi, le 2 septembre6. Les habitants de Châlons n'avaient donc plus à payer, exceptionnellement, qu'un « don gratuit », que le roi pouvait obtenir après moult négociations7.

  • 8 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre de Claude de Lorraine datée du 17 janvier 1554 v.s.).
  • 9 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre du roi datée du 9 juin 1556), citée par G. Hérelle, Lm Réform (...)
  • 10 Maurice Poinsignon, Histoire générale de la Champagne et de la Brie, Paris, 1885, réimp. 1974, vol (...)
  • 11 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre du roi datée du 9 novembre 1554), citée par G. Hérelle, La Ré (...)
  • 12 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 131.

9Mais la proximité de la frontière - et donc de l'ennemi - inquiétait les bourgeois, qui accédèrent volontiers, malgré leurs franchises, aux demandes royales. Ainsi, lorsqu'il fallut lever, en août 1555, un emprunt général de 180 000 livres voulu par Henri II, Claude de Lorraine demanda aux échevins de convoquer, à Châlons, les plus riches de leur ville pour les convaincre d'y contribuer8. Quelques mois plus tard, en juin 1556, il créa un office spécial de « superintendant des deniers communs de toutes les villes de Champagne » qu'il confia à Simon Hennequin, dont la famille était bien connue parmi les notables de la région. Celui-ci put ainsi user de toute son influence pour persuader ses pairs d'aider le roi à financer son budget lors de la trêve de Vaucelles9. Dès 1553, Henri II avait emprunté 25 000 livres à la ville de Troyes, peu après la levée du siège de Metz10. De même, Reims avait été taxée pour 1 000 livres en novembre 155411. Deux ans plus tard, le roi demanda de nouveau aux Rémois de l'assister de leurs deniers, et en janvier 1558, Troyes dut payer 36 000 livres à l'issue de l'Assemblée des notables du mois de janvier12.

10Prises en tenaille dans l'implacable dialectique qui associait l'invasion et la taxation, les villes de Champagne recevaient de nombreuses directives, que nous pouvons étudier avec précision grâce à la correspondance échangée entre le roi, ses principaux officiers dans la région et les autorités municipales. Ces dernières enregistraient avec grand soin toutes les lettres qui leur parvenaient, et l'on peut ainsi mesurer la marge d'autonomie dont disposaient maires et échevins pour assurer leur rôle militaire, fiscal et politique dans cette décennie particulièrement troublée.

Défendre la frontière

  • 13 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (procès-verbal du 2 décembre 1550).
  • 14 Georges Hérelle, La Réforme et ta Ligue..., p. 7.

11Le premier devoir des cités de la frontière, que ce fût en Picardie, en Champagne ou en Bourgogne, était de se mettre en défense pour ne pas se laisser surprendre par un coup de main adverse. La lettre du duc de Nevers que nous avons citée au début de cet article avait ce but, de même qu'une inspection générale de l'artillerie de Châlons, qui se déroula le 2 décembre 1550. À cette date, se trouvaient entreposés dans l'enceinte urbaine quatre canons, huit couleuvrines et un fauconneau13. A Reims ou à Sainte-Menehould devaient se trouver d'autres pièces d'artillerie, car Henri II envoya dans ces villes le même type de lettre, demandant de faire une ample provision de bois d'orme14. La défense des villes se préparait donc très à l'avance : dès la fin 1550, il s'agissait de tout mettre en œuvre pour que le travail fût accompli lors de l'ouverture des hostilités.

  • 15 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettres du roi datées du 9 avril et du 8 octobre 1552).
  • 16 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 122.
  • 17 Ibid., p. 123.

12Pour se garantir de toute mésaventure, les villes devaient en outre s'approvisionner avec soin, et stocker des vivres en prévision d'un éventuel siège. En avril 1552, puis en octobre, le roi recommanda aux Châlonnais de retirer entre leurs murailles le plus de blé qu'il leur serait possible d'en mettre15. Chaque ville était ainsi conçue comme un gros château fort, dont il fallait préparer avec soin la mise en défense elle devait accueillir les paysans des alentours, soutenir les troupes royales, retarder la progression des armées adverses et conserver des vivres pour les soldats. Enfin, les habitants devaient porter des armes et veiller sur leurs remparts. Le 15 mai 1552, à Reims, alors que l'armée de Marie de Hongrie pillait les Ardennes, le Conseil municipal ordonna à tous les hommes valides de plus de 18 ans de se tenir en ville et de circuler en armes. Le lendemain, on ouvrit les portes aux paysans des environs, et le surlendemain, on organisa les règles du guet, de jour comme de nuit16. À l'automne, quand l'armée de Charles Quint se dirigea vers Metz pour l'investir, Henri II demanda à Reims l'état des gens capables de participer aux rondes, et à Troyes l'inventaire des armes que possédait la ville : l'échevinage en profita pour recenser également les hommes de 18 à 40 ans, qui pourraient s'en servir afin de résister à une attaque des Impériaux17.

  • 18 Par exemple à Châlons, on avait l'habitude, depuis cette époque, de murer certaines portes de l'en (...)

13La mise en défense de chaque cité était un rituel que les municipalités connaissaient bien, car toutes ces mesures prenaient généralement leur origine dans la guerre de Cent Ans18. Mais ces rites permettaient aussi de mettre en valeur la puissance et l'autonomie de la ville, qui avait vocation à se défendre par ses propres moyens et à faire échec aux assauts d'un ennemi dangereux pour le royaume tout entier. En exaltant la résistance de leur cité, les échevins alimentaient une mythologie ancestrale, tout en offrant au souverain des moyens qu'il n'aurait pu obtenir de lui-même. Pouvoirs locaux et pouvoir central n'étaient donc pas concurrents, bien au contraire : ils tissaient l'un avec l'autre des liens très étroits, qui permettaient d'assurer, dans une certaine mesure, la sécurité du territoire.

14Cette imbrication entre la volonté royale et les efforts sécuritaires des villes fut particulièrement nette au début du conflit, à tel point qu'une chronologie relativement fine peut en être dressée. L'année 1552 fut, en effet, très particulière car l'offensive d'Henri II puis la défense de Metz provoquèrent de nombreux passages de troupes, françaises et étrangères, dans toute la région. Ainsi, le roi de France demanda à Châlons de s'approvisionner dès avril 1552, au moment précis où il s'emparait de Toul (le 13) et de Metz (le 18). De même, les villes parachevèrent leur mise en défense en mai 1552, alors que l'armée de Marie de Hongrie incendiait Beaumont-en-Argonne, Attigny, Grandpré et Montfaucon. La rumeur des atrocités commises par les troupes impériales n'avait pas été longue à parvenir dans les villes, et elles ne tenaient pas à subir le même sort : mais en organisant leur sécurité le mieux possible, en faisant appel à tous les citadins capables de prendre les armes, en faisant l'inventaire de tout leur matériel de guerre, en stockant le plus de grains possible, les municipalités donnaient aussi l'impression de participer à un effort plus vaste, car demandé également aux autres cités du pays - sous une forme strictement financière il est vrai. Ce travail mené par les cités de Champagne culmina lors de la résistance de Metz, qui fut suivie avec attention par toutes les autorités urbaines : des messagers leur apportaient régulièrement des nouvelles, et c'est à cette époque que le roi demanda derechef à Châlons de s'approvisionner en vivres, et à Reims de dresser l'état des gens capables de prendre les armes. L'effort urbain ne se relâcha que lorsque l'armée de Charles Quint dut rebrousser chemin après l'échec du siège de Metz (26 décembre), et que les menaces se firent moins oppressantes. Par la suite, elles ne furent jamais aussi sérieuses. Pour l'essentiel en effet, les combats se déroulèrent l'année suivante en Picardie (Thérouanne, Hesdin), puis, en 1554, en Flandre (Mariembourg, Renty), de nouveau en Picardie en 1555 (Givet), en 1557 (Lens, Saint-Quentin, Ham), le long du littoral de la Manche en 1558 (Calais) et dans le Nord en 1559 (Thionville, Gravelines). Après 1552, la Champagne ne fut donc plus directement menacée par les troupes des Habsbourg : elle devint plutôt un lieu de ravitaillement pour les armées royales.

Approvisionner l'armée

  • 19 Arch. mun. de Reims, reg. X (lettres du 28 mai et du 9 juin 1552), citées par G. Hérelle, La Réfor (...)
  • 20 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 7 octobre 1555).
  • 21 Cité par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 17.

15Outre leur propre défense, les villes étaient en effet investies d'une autre mission : elles étaient conçues comme de solides entrepôts, destinés à apporter aux soldats du souverain tout ce dont ils avaient besoin. Il pouvait s'agir, tout simplement, de fournir du pain : le 28 mai 1552, Catherine de Médicis ordonna au Conseil de ville de Reims d'acheminer 1 500 à 2 000 pains à Stenay. Quelques jours plus tard, elle écrivit une lettre similaire, et ordonna à la municipalité d'expédier au camp du roi une grande quantité de pains dans les six jours, en utilisant « trente charrettes de bonnes longueur et vingt quessons d'ozieres19 ». Les quantités pouvaient être très importantes, comme quand Henri II réclama aux Châlonnais, trois ans plus tard, 100 000 pains et 200 pièces de vin, pour les envoyer là où le duc de Nevers le leur indiquerait20. En plus de la nourriture, il fallait parfois fournir de l'outillage, comme en décembre 1552, lorsque Marguerite de Nevers demanda au gouverneur de Châlons d'envoyer à Stenay, défendu par son mari, deux moulins à bras, des piques, des cognées et des serpes21. Ainsi, le matériel et les vivres entreposés par les citadins n'étaient pas seulement destinés à leur protection : les édiles devaient être persuadés qu'en contribuant à la défense des autres, ils se protégeaient eux-mêmes. Marguerite de Nevers l'exprimait d'une formule lapidaire, en leur expliquant que Stenay était « comme un boullevert de leur ville ». Les autorités urbaines devaient donc être capables de regarder bien au-delà de leurs murailles, et de réfléchir à une tactique régionale. Obéir aux injonctions des agents du souverain nécessitait de les comprendre et de les articuler avec leurs propres besoins de protection. Les magistrats municipaux de cette région eurent sans doute très tôt une claire conscience de ce qui se déroulait à des dizaines de lieues de leur enceinte.

  • 22 Laurent Bourquin, « Un outil militaire au service d'une ambition municipale : la garnison de Châlo (...)
  • 23 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre du 13 octobre 1552), Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettres (...)
  • 24 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 21 mai 1555).

16Depuis la guerre de Cent Ans, ils étaient chargés, dans une relative autonomie, de mener à bien par eux-mêmes toutes les mesures nécessaires à leur sauvegarde. Les conseils de ville avaient donc une importante marge de manœuvre : ils pouvaient compter sur le zèle des habitants, et il était rare que le roi cherchât à leur imposer une garnison22. Ils furent chargés de fournir des munitions (au maréchal de Saint-André en octobre 1552), de la poudre (pour la place forte de Maubert-Fontaine en août 1554), du plomb, des hottes et des mèches (pour La Fère en août 1557), de la poudre et du salpêtre (pour le roi en octobre 155723). Intégrés dans une stratégie provinciale de grande ampleur, ils étaient des interlocuteurs privilégiés du souverain, de son gouverneur, de ses lieutenants et, plus généralement, de tous les officiers qui avaient quelque besoin. Les villes étaient donc des pièces militaires essentielles. Une partie de l'artillerie de Châlons fut ainsi réquisitionnée par Bourdillon, le lieutenant général de la province, en mai 1555 : la cité n'étant pas directement menacée, elle pouvait lui fournir les fauconneaux qui lui étaient demandés24.

  • 25 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 30 juin 1554) et Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre (...)
  • 26 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 14 août 1557).

17La ville fournissait également une main-d'œuvre qualifiée, dont on avait sans cesse besoin pour accompagner les troupes et surtout l'artillerie. En 1554, Henri II demanda aux Châlonnais une centaine de bateliers, et Bourdillon aux Rémois des charpentiers et des scieurs de bois25. Ces derniers étaient envoyés bien loin de chez eux, à Mariembourg, dans les Flandres : à cette date, les villes de Champagne étaient appelées à participer à un effort de guerre de plus en plus ample, qui excédait largement leur cadre régional habituel. Après la défaite de Saint-Quentin que le connétable de Montmorency essuya face aux Espagnols, le 10 août 1557, le ton des lettres royales changea : de l'injonction, elles passèrent à la demande polie, comme le 14 août, lorsque le duc de Nevers suggéra aux échevins de Châlons d'inviter, par cri public, les marchands à apporter au camp des vivres qui leur seraient payés de gré à gré26. De la réquisition, on passait ainsi, insensiblement, à la négociation, comme si les municipalités étaient désormais conçues comme de véritables partenaires dans un jeu d'échanges relativement équilibré avec la couronne.

Aux origines d'une collaboration

  • 27 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettres des 16 mai et 2 juin 1554), citées par G. Hérelle, La Réform (...)

18Globalement, les demandes formulées par le roi, le gouverneur ou ses agents rencontrèrent fort peu de résistances. En mai 1554, les Rémois se plaignirent à Henri II à cause de la levée des grains et des vins que l'on faisait dans leur ville pour l'armée, mais ce type de protestations est assez rare dans nos sources. Un mois plus tard, le souverain accéda d'ailleurs à leur requête, et accorda pareille mainlevée aux habitants de Châlons27. Il ne faut donc pas imaginer ces villes dans une perpétuelle opposition : les conseils municipaux se pliaient volontiers aux ordres qui leur parvenaient, sans doute pour trois raisons essentielles.

  • 28 Arch. mun. de Sainte-Menehould, reg. II (lettres du 18 février 1557 et du 27 octobre 1558).
  • 29 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 27 et suiv.

19La peur de l'ennemi était un facteur important. Les souvenirs de la campagne calamiteuse de 1544 étaient encore frais, et l'incursion de l'armée de Marie de Hongrie dans les Ardennes, en mai 1552, contribua certainement à les raviver. De même, le désastre de Saint-Quentin, qui provoqua en août 1557 le pillage systématique de la ville par les Espagnols, eut un grand retentissement. Une deuxième cause contribue peut-être à expliquer la docilité des municipalités : la présence massive des troupes royales en Champagne, qui logèrent dans le plat pays dès mars 1552. Il fallut en effet que les édiles tiennent compte de ces milliers de soldats lourdement armés, qui pouvaient à tout moment mater une rébellion urbaine et obtenir par la force ce qui n'était pas accepté de plein gré. Il était rare que l'on impose une garnison dans l'enceinte des villes, mais lorsqu'une telle décision leur était signifiée, les municipalités ne pouvaient s'y soustraire. Le 18 février 1557, Bourdillon donna ainsi l'ordre aux habitants de Sainte-Menehould, Triaucourt et Passavant de recevoir une compagnie de cinquante lances. Sainte-Menehould était en effet un verrou particulièrement sensible, ce qui pouvait légitimer une telle mesure : le 27 octobre 1558, le duc de Nevers fit d'ailleurs de même, en y logeant les gens d'armes du marquis d'Elbeuf28. Les autres villes étaient moins sollicitées, mais elles n'étaient pas forcément épargnées pour autant, comme Châlons, qui dut loger, le 24 mai 1558, une compagnie dans ses environs29.

  • 30 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la (...)
  • 31 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre du 20 août 1551), citées par G. Hérelle, La Réforme et la (...)
  • 32 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 17 janvier 1554 v.s.).
  • 33 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 124.

20La peur de l'ennemi et la menace des troupes royales n'étaient sans doute pas seules à l'origine de ce désir de coopération. Car la guerre permit enfin de renforcer l'influence urbaine sur les campagnes environnantes. On connaît bien, depuis les travaux pionniers de Pierre Goubert, Emmanuel Le Roy Ladurie et Jean Jacquart, la nature des liens qui favorisaient la mainmise des villes sur leur plat pays30 : le prestige municipal, le contrôle du marché, l'achat de seigneuries, les prêts consentis aux paysans permettaient aux bourgeois de dominer les communautés villageoises des alentours. Or en consentant à l'effort de guerre voulu par le roi, en acceptant les pouvoirs qu'il leur déléguait parfois dans l'urgence, les cités pouvaient renforcer davantage encore cette emprise. En août 1551, la municipalité et le gouverneur de Châlons furent, par exemple, diligentés par le duc de Nevers pour réquisitionner les moissons et les stocker dans la ville avant l'arrivée des ennemis. Les édiles reçurent à cette occasion le droit de faire « commandement de par led. Sr fie roi] et nous à touttes personnes, tant gentilshommes que gens d'Esglise, de quelque qualité ou condicion qu'ilz soient, et aux habitans des bourgs villaiges, mestarie ». La ville devenait, de la sorte, un relais de la puissance royale en Champagne, qui venait compléter le gouverneur, ses agents et la noblesse seconde du pays. La municipalité devait centraliser les grains - tout en les confiant à la garde de leurs propriétaires - et punir les contrevenants en les déclarant « rebelles et desobeyssans », puis en faisant « mectre le feu partout où lesditctz vivres auraient esté délaissez31 ». L'importance stratégique de la ville se donnait enfin à voir dans la fiscalité régionale en janvier 1555, pour subvenir aux frais de ses fortifications, Châlons reçut l'ordre de dresser un état des sommes qui avaient été levées dans ce but sur son élection et les élections voisines32. Tout le plat pays était donc mis à contribution, car la protection de la ville engageait la sécurité de tous. La ville de Reims en avait déjà bénéficié au printemps 1553, lorsqu'elle avait été autorisée à lever de l'argent sur son élection et celles d'Épernay et de Sézanne33.

***

21Apparemment, la guerre était porteuse d'une triple régression : économique parce qu'elle gênait le commerce, financière parce qu'elle provoquait une augmentation des prélèvements, politique parce qu'elle accentuait la tutelle de l'État. Mais cette image mérite d'être nuancée. Il est certain que les risques d'invasion imposaient aux cités des charges supplémentaires. Villes-frontières, elles devaient absolument se garder de toute surprise, et organiser le mieux possible la défense de leurs murailles, par le « guet et garde » de leurs habitants ou par l'utilisation éventuelle de l'artillerie. En outre, elles étaient insérées dans une vision stratégique plus ample, et servaient de points d'appui et de centres de ravitaillement pour les troupes. Enfin, comme toutes les autres villes du royaume, elles étaient fermement invitées à participer à l'effort financier que le souverain réclamait de la part de ses bourgeois. Le risque d'invasion entraînait donc de nouveaux frais, l'invasion impliquant une taxation.

  • 34 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvf et XVIIe siècles, Publications (...)
  • 35 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre enregistrée le 3 décembre 1550), citée par G. Hérelle, La (...)

22Mais depuis le xve siècle, les villes étaient des interlocutrices privilégiées du pouvoir royal. En tant que gouverneur, François de Clèves était chargé d'assurer la défense de son territoire il faisait donc appel à des relais disséminés dans toute la région pour s'opposer à une éventuelle tentative d'invasion de la part des Impériaux, non seulement dans la noblesse, mais aussi dans les villes34. Le bois qu'il demandait en 1550 aux Châlonnais de couper était, en effet, destiné à « remonter et mectre en estât de service l'artillerie estant en icelle [ville] ». Mais dans la même lettre, il laissait entrevoir que la guerre pouvait également être source de profits. Le gouverneur proposait notamment le partage de nouvelles responsabilités : les échevins avaient le pouvoir de faire obéir « par touttes voyes et maniérés tous ceulx qui seront à contraindre, nonobstant quelques contredictz ou empeschemens, pour lesquelz ne sera différé au service dud. seigneur [le roi] pour le bien publicq de vostre ville35 ».

  • 36 Voir au sujet du don et du contre-don politiques les analyses de Natalie Z. Davis, Essai sur le do (...)

23Cette dernière expression plaçait les enjeux du conflit bien au-delà du simple registre militaire. En faisant appel à leur conscience du « bien publicq », le gouverneur demandait bien sûr aux échevins d'œuvrer pour la sauvegarde de leur cité, mais pas seulement. Cette expression visait également à les intégrer dans un plus vaste dessein, qui englobait le royaume tout entier. En travaillant à la sécurité de leurs murs, ils participaient à la défense du « bien publicq », qui s'identifiait à la protection du territoire. En exécutant au mieux les ordres du gouverneur, la cité savait qu'elle contenterait le roi lui-même et qu'elle aurait certainement lieu, plus tard, de s'en féliciter. Sa mise en défense donnait ainsi l'occasion d'un savant jeu d'échanges36 dont tous les acteurs espéraient un bénéfice : le roi, le gouverneur, ses lieutenants et les citadins. La ville était conçue comme la partie indissociable d'un tout qui la transcendait : une couronne dont elle était l'un des joyaux et dont elle devait soutenir l'éclat.

Notes

1 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre enregistrée le 3 décembre 1550), pub. par Georges Hérelle, La Réforme et la Ligue en Champagne. Documents, 1.1, Paris, 1888-1892, p. 6-8. Georges Hérelle a publié dans son ouvrage de nombreux extraits et analyses des délibérations municipales, que nous reprenons ici.

2 Jean Jacquart, François Ier, Paris, Fayard, 1981, p. 343-347.

3 Ivan Cloulas, Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 310. Rappelons qu'en échange, Henri II devait recevoir le titre de vicaire d'Empire et les trois évêchés de Metz, Toul et Verdun.

4 Philippe Hamon, L'argent du roi. Les finances sous François Ier, Paris, Imprimerie Nationale, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 1994, p. 195-198.

5 Ivan Cloulas, Henri II, op. cit., p. 313.

6 Édouard De Barthélémy, Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne, Châlons, 1883, réimp. 1994, p. 273.

7 L'octroi ou la confirmation de l'exemption fiscale était un mode de récompense assez fréquent. On retrouve cette pratique dans des villes fort éloignées de la frontière, comme Angers, dont les franchises fiscales furent confirmées par la charte de Louis XI. Cf. Laurent Bourquin, Les nobles, la ville et le roi. L'autorité nobiliaire en Anjou pendant les guerres de Religion, Belin, 2001, p. 39 et suiv.

8 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre de Claude de Lorraine datée du 17 janvier 1554 v.s.).

9 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre du roi datée du 9 juin 1556), citée par G. Hérelle, Lm Réforme et la Ligue..., p. 25.

10 Maurice Poinsignon, Histoire générale de la Champagne et de la Brie, Paris, 1885, réimp. 1974, vol. II, p. 124.

11 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre du roi datée du 9 novembre 1554), citée par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 24.

12 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 131.

13 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (procès-verbal du 2 décembre 1550).

14 Georges Hérelle, La Réforme et ta Ligue..., p. 7.

15 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettres du roi datées du 9 avril et du 8 octobre 1552).

16 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 122.

17 Ibid., p. 123.

18 Par exemple à Châlons, on avait l'habitude, depuis cette époque, de murer certaines portes de l'enceinte en cas de danger, et de redoubler les tours de garde. Cf. L. Barbat, Histoire de la ville de Châlons-sur-Marne et de ses monuments depuis ses origines jusqu'en 1855, s. I., 1855, réimp. 1979, p. 315.

19 Arch. mun. de Reims, reg. X (lettres du 28 mai et du 9 juin 1552), citées par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 15.

20 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 7 octobre 1555).

21 Cité par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 17.

22 Laurent Bourquin, « Un outil militaire au service d'une ambition municipale : la garnison de Châlons pendant la Ligue : », communication prononcée au colloque L'armée et la ville dans l'Europe du Nord-Ouest, Lille, 5-7 mai 2004, à paraître.

23 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre du 13 octobre 1552), Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettres du 1er août 1554 et du 14 août 1557), Arch. mun. de Sainte-Menehould, reg. II (lettre du 10 octobre 1557).

24 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 21 mai 1555).

25 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 30 juin 1554) et Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettre du 4 novembre 1554).

26 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 14 août 1557).

27 Arch. mun. de Reims, reg. XI (lettres des 16 mai et 2 juin 1554), citées par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 20.

28 Arch. mun. de Sainte-Menehould, reg. II (lettres du 18 février 1557 et du 27 octobre 1558).

29 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 27 et suiv.

30 Pierre Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730. Contribution à l'histoire sociale de la France du xvtf siècle, EHESS, 1960, 2 vol. : Emmanuel Le Roy Ladurie, Les paysans de Languedoc, EHESS-Mouton, 1966, 2 vol., réimp. EHESS, 1985 : Jean Jacquart, La crise rurale en Île-de-France, 1550-1670, Armand Colin, 1974.

31 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre du 20 août 1551), citées par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue..., p. 9-10.

32 Arch. mun. de Châlons, reg. XIII (lettre du 17 janvier 1554 v.s.).

33 Maurice Poinsignon, Histoire générale..., p. 124.

34 Laurent Bourquin, Noblesse seconde et pouvoir en Champagne aux xvf et XVIIe siècles, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 15 et suiv.

35 Arch. mun. de Châlons, reg. XII (lettre enregistrée le 3 décembre 1550), citée par G. Hérelle, La Réforme et la Ligue en Champagne..., p. 6-8.

36 Voir au sujet du don et du contre-don politiques les analyses de Natalie Z. Davis, Essai sur le don dans la France du XVIe siècle, Seuil, 2003, p. 133 et suiv.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540