Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Première partie. Hommes et institutions municipales

Un même monde ? Élites municipales et élites ecclésiastiques à Angers (fin xve -début xvie s.)

Jean-Michel Matz

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jean-Michel Matz

  • 1 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xvie au xvie siècle, Paris, 1982.

2La variété des institutions municipales mises en place dans le royaume de France à la fin du Moyen Âge et à l'époque moderne est un fait bien connu1. Avec Bourges, Le Mans, Troyes, Mende ou Sens, Angers compte au nombre des corps de ville institués pendant le règne de Louis XI (1461-1483), soit tardivement ; le duc Louis Ier (t 1384) avait bien donné aux habitants le droit de nommer six des leurs pour administrer les affaires communes, mais la décision ne semble pas avoir été suivie d'effet. Par la charte créant la Mairie d'Angers, datée de février 1475, le souverain accordait aux Angevins le droit d'administrer librement leur ville en essayant de leur faire oublier l'annexion récente du duché d'Anjou au domaine royal depuis 1474 — par confiscation au détriment de son oncle René qui se le vit restituer en 1476, l'annexion devenant définitive à la mort du duc en 1480.

  • 2 Xavier Martin, « Le corps de ville d'Angers en porte à faux, ou les ambiguïtés d'une constitution (...)
  • 3 René Robert, Recueil de privilèges de la ville et Mairie d'Angers, Angers, 1748 (in 4°), p. 19-27.

3Ce premier échevinage se composait d'un maire, de dix-huit échevins, de trente-six conseillers, d'un procureur et d'un greffier, tous élus, le maire pour trois ans et les autres à vie. Il fut toutefois mal accepté par les habitants, Louis XI leur ayant imposé à vie le premier maire, son secrétaire et greffier au Parlement de Paris Guillaume de Cerizay2. En 1484, après la mort du roi, les Angevins obtinrent de son successeur Charles VIII des lettres patentes portant réforme de l'administration municipale ; elle était confiée désormais à un maire « muable par chacun an » et à vingt-quatre échevins perpétuels3. Le corps de ville ne subit plus aucune modification jusqu'à la fin du xvie siècle.

  • 4 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657à 1789, Angers, 1984, t.I, p. 227.

4Dans sa thèse consacrée au pouvoir municipal à Angers à la fin de l'Ancien Régime, Jacques Maillard, auquel sont dédiées ces quelques pages, a pu écrire4 :

Le corps de ville est l'une des compagnies les plus prestigieuses d'Angers. Entrer à l'échevinage apporte prestige et consécration sociale et, pour de nombreuses familles angevines, l'élection d'un des siens à l'assemblée municipale représente une étape importante de l'ascension sociale. Dans ces conditions, les charges municipales sont convoitées par les groupes sociaux qui constituent l'élite de la cité.

  • 5 Boris Bove, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, 2 (...)
  • 6 « Le journal de Guillaume Oudin, prêtre sacriste du Ronceray d'Angers », éd. Albert Lemarchand dan (...)

5Qu'en est-il aux premiers temps de la Mairie d'Angers, entre la fin du xve siècle et les premières décennies du siècle suivant ? La société angevine n'ayant pas attendu l'invention du corps de ville pour voir des familles notables se distinguer sur le devant de la scène5, quelle fut la place réservée aux charges municipales dans le processus de dynamique sociale et dans le jeu des stratégies d'ascension puisque ces milieux - dont il conviendra de cerner les origine - allaient pouvoir prendre forme et corps dans la structure de pouvoir du contrôle de la municipalité ? À en juger par la réaction des « gens de bien » face à la confiscation du pouvoir municipal opérée par Louis XI, ils avaient bien l'intention de se servir de ce nouveau pouvoir dans le sens de leurs intérêts. Aux lendemains d'une assemblée houleuse tenue en septembre 1478 au couvent des Carmes, une vingtaine de personnes furent arrêtées et soumises à une amende ; sur les six qui furent le plus lourdement punis (à hauteur de 1 100 écus chacun) se trouvaient quatre futurs maires dont nous reparlerons (Jean Belin, Jean Binel, Jean Lohéac et Pierre de Pincé6).

  • 7 La fécondité de cette démarche est prouvée par plusieurs publications : L'État moderne et Us élite (...)
  • 8 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoine (...)
  • 9 Une enquête de même nature a été menée pour la ville d'Amiens par Hélène Millet, « Les Fasti Eccle (...)

6Pour cerner cette réalité nouvelle, seule une étude prosopographique des élites municipales paraît en mesure d'apporter des éléments de réponse7. Or, la lecture des listes de maires et d'échevins d'Angers à partir de 1484 fait immédiatement apparaître un fait marquant, la coïncidence de nombreux patronymes de familles municipales avec les noms des notables ecclésiastiques de la ville, je veux parler des chanoines, titulaires des bénéfices prestigieux et rémunérateurs que sont les prébendes de la cathédrale et, dans une moindre mesure, des six églises collégiales d'Angers. Ces chanoines ayant fait l'objet d'une prosopographie systématique8, il a semblé pertinent de la croiser avec celle des élites municipales afin de déterminer précisément le lien entre ces deux composantes des élites urbaines9.

7Compte tenu des limites imposées aux contributions de ce volume, il m'a fallu adopter plusieurs restrictions. Mon étude n'envisagera que les maires, à l'exclusion des échevins, et pour la seule période comprise entre 1484 (date de la réforme du corps de ville) et 1532 (année du remplacement de l'évêque François de Rohan à la tête du diocèse). Seront successivement envisagées les bases de la notabilité de ces élites municipales et ecclésiastiques, puis les marques de leur distinction sociale.

Les bases de la notabilité

  • 10 Gontard De Launay, Recherches généalogiques et historiques sur les familles des maires d'Angers, A (...)

8Entre 1484 et 1532, trente-quatre individus ont tenu la Mairie d'Angers, issus de vingt-neuf familles, et six parmi eux ont exercé plusieurs fois la plus haute charge municipale10. Sur cet effectif, quinze familles - donc la moitié - sont connues pour avoir donné des chanoines aux chapitres de la ville : Barrault, Belin, Bernard, Binel, Cadu, Cailleau, Fournier, Le Camus, Le Loup, L'Espine, Lohéac, Pincé, Poyet, Ragot et Vaux (voir annexe).

9Il convient de préciser au préalable que les liens de parenté n'ont pu tous être établis avec certitude, les reconstitutions généalogiques de Gontard de Launay et d'autres érudits restant souvent incomplètes. Cependant, au cours du demi-siècle observé, une zone de chevauchement se fait jour entre les deux composantes étudiées des élites urbaines. Placer un membre dans un chapitre de chanoines ou obtenir une charge municipale représente de toute évidence un marqueur de notabilité pour une famille, mais il importe de savoir si un modèle se dégage dans ces stratégies. À partir de ce modeste échantillon, en prêtant attention au déroulement chronologique du positionnement social de ces familles, il faut tenter de déterminer si une même génération peut donner à la fois un maire et un ou plusieurs chanoines, ou si l'entrée dans l'un de ces deux corps d'élite n'est que la consécration d'une ascension marquée antérieurement par l'appartenance à l'autre corps ?

10En dépit du nombre limité des familles de cet échantillon, une évidence s'impose : il semble impossible de proposer un modèle unique d'ascension sociale. En l'état de conservation de la documentation, certaines familles apparaissent d'abord dans le champ ecclésiastique (Le Loup, Lohéac, Poyet, Ragot) pendant que d'autres consolident leur notabilité sociale et municipale déjà acquise en plaçant un ou plusieurs des leurs dans des chapitres de chanoines de la ville (Barrault, Cadu, L'Espine ou de Pincé). Mais si les voies qui mènent aux élites sont diverses, le groupe présente pourtant une forte cohésion où s'articulent la richesse, le savoir et le pouvoir et où s'imbriquent les compétences et les qualités. La dynamique de ces élites se déroule en stratégies, qu'elles soient culturelles, matrimoniales, politiques voire religieuses — les stratégies économiques ne jouant plus un rôle fondamental dans les générations qui nous occupent puisque la richesse leur est semble-t-il déjà acquise.

  • 11 Bernard Chevalier, « Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au (...)

11De nombreuses études s'accordent à noter un renouvellement des élites urbaines en France dans la seconde moitié du xive siècle et, de fait, les familles qui viennent d'être évoquées ne sortent de l'anonymat qu'au xve siècle - du moins dans les sources. Les couches sociales qui se poussent en avant ne sont alors pas formées des chefs de métier ou des marchands, mais principalement des hommes de lois, servis par le grand mouvement d'acculturation juridique de la société médiévale11. Le paysage social des dominants a donc été redessiné et une nouvelle élite s'est cristallisée.

  • 12 Louis De Lens, L'Université d'Angers du xve siècle à la Révolution française, Angers, 1880 (recuei (...)
  • 13 Jean-Michel Matz, « Les chanoines d'Angers au temps du roi René (1434-1480), serviteurs de l'État (...)

12Tout à la fois capitale des comtes puis des ducs d'Anjou (entre 1356 et 1480) et ville universitaire avec une Faculté des droits depuis le xiiie siècle, Angers présente ce premier caractère d'offrir à la fois l'opportunité de prendre des grades juridiques et de détenir des offices au service du prince mais aussi du roi. Or, tant pour ce qui est de la fréquentation de l'Université que pour le service des États, les ancêtres des maires d'Angers, les édiles eux-mêmes et les chanoines de leur parenté ont été des acteurs de premier plan à la fin du Moyen Âge. Laïcs et ecclésiastiques partagent une même culture juridique, dominée par le droit civil étudié en général jusqu'à la licence, et les uns comme les autres ont donné de nombreux régents à l'Université d'Angers12. Jean Binel, régent à partir de 1465 et maire en 1486, passe même pour avoir été le premier laïc à enseigner à la Faculté des droits, bientôt imité par Thibaut Cailleau, maire en 1517, ou Hervé de Pincé. Forts de cette culture pratique de techniciens du droit, laïcs et ecclésiastiques occupent des offices et des charges. Deux profils s'imposent chez les laïcs, même si tous partagent la même tendance à considérer l'office comme un bien patrimonial : d'un côté les familles qui privilégient sur plusieurs générations les carrières judiciaires (Belin, Binel, Cadu, Lohéac, Pincé, Poyet), de l'autre celles qui sont davantage spécialisées dans les finances comme les Bernard au service des ducs d'Anjou, ou les Le Camus et Ragot à la Monnaie d'Angers. La même polyvalence se rencontre d'ailleurs avec le groupe des chanoines que l'on retrouve aussi bien dans les instances judiciaires (Grands Jours des ducs d'Anjou ou Parlement de Paris) que dans les organes financiers (Chambre des comptes du duc ou du roi), fonctions auxquelles ils ajoutent parfois le service spirituel des princes angevins ou des rois de France (aumônier, chapelain, confesseur)13.

  • 14 Voir Hanno Brand, « Les élites de Leyde et leurs familles à la fin du Moyen Âge : morphologie, rap (...)
  • 15 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV et V pour ces informations.
  • 16 Une conclusion identique est proposée par Denis Clauzel, « Les élites urbaines et le pouvoir munic (...)

13Après avoir largement profité de l'ouverture du recrutement du personnel administratif au xve siècle, ce noyau a réussi à contrôler l'accès au pouvoir en se constituant en une oligarchie, et au vu des stratégies matrimoniales développées par ces familles, il ne fait aucun doute que les élites municipales angevines formaient un véritable groupe, historiquement conscient de lui-même14. La forte endogamie dont il témoigne en est la preuve15 : en l'espace de deux générations, quatorze mariages au moins ont été contractés entre onze de ces quinze familles — sans tenir compte des unions avec les autres familles de maires n'ayant pas été pourvoyeuses de chanoines. En tête pour tenir la Mairie le plus souvent, les de Pincé sont aussi les plus efficaces en matière matrimoniale : Jean de Pincé (maire en 1511, 1515 et 1538) a épousé Renée, fille du maire Pierre Fournier (1503) ; Yvonne de Pincé, tante de Jean, avait été mariée à Jean Binel (maire en 1486), et deux autres femmes de la famille ont été données en mariage à des maires, René Le Loup et Pierre de Vaux. L'endogamie concerne les Bernard au même niveau avec quatre mariages, et à un moindre degré les Belin et les Binel (trois mariages chacun), les Cadu, Fournier, Le Camus, Le Loup et Lohéac (deux mariages chacun). Le jeu des stratégies matrimoniales est donc essentiel dans les processus d'accession et de maintien au sein des élites car la dimension familiale leur est inhérente. Selon un procédé éprouvé, les plus anciennes familles ou les mieux installées donnent leurs filles en union à des « hommes nouveaux » afin de les intégrer au groupe. À l'instar des Pincé, les Bernard donnent en deux générations trois filles à deux futurs maires (Jean de Lohéac, qui veuf se remariera à une Binel, et Jean Belin) et à un parent de maire (René Cadu, frère de Jean). À l'inverse, c'est en épousant des filles Binel, Bernard, Fournier ou de Pincé que les familles Le Camus, Le Loup ou Lohéac sont agrégées à cette oligarchie municipale. Le fait qu'à l'occasion ce réseau d'alliances et de fidélités soit resté ouvert à des familles nouvelles ou plus récentes interdit toutefois de parler, au sens strict, de caste municipale, d'autant qu'une hiérarchie les distingue nettement entre elles16

Les marques de la distinction sociale

  • 17 Thierry Dutour, Une société de l'honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Age (...)

14La supériorité sociale s'appuie sur un « circuit de légitimation » — cher à Pierre Bourdieu — c'est-à-dire sur un ensemble de pratiques et de discours qui fondent l'estime sociale et les critères de la distinction. Outre les épithètes d'honneur dont aiment à se parer ces élites afin de partager une désignation commune17, la cohésion du groupe trouve diverses occasions de se renforcer.

  • 18 Jean-Michel Matz, « Les confréries dans le diocèse d'Angers (v. 1350-v. 1560) », dans Annales de B (...)
  • 19 Jean-Michel Matz, « La confrérie Saint-Nicolas dite des bourgeois d'Angers du xive au xvie siècle  (...)
  • 20 Bibl. mun. d'Angers, ms. 760 (682), registre de la confrérie avec la liste des membres entre 1367 (...)
  • 21 On trouvera l'édition du texte de cette réglementation dans Jean-Michel Matz, « Le développement t (...)

15Le cadre particulier de la vie confraternelle en est une première. La ville d'Angers est riche d'une trentaine de confréries au tournant des xve et xive siècle18, mais d’une d’entre-elles tient une place particulière. Née vers 1075 dans le but d'assister les pauvres, la confrérie Saint-Nicolas dite plus tard « des bourgeois d'Angers » est devenue l'archétype des « grandes confréries » qui se définissent par le milieu social de leur recrutement, ici l'oligarchie qui occupe ou monopolise les offices, les charges municipales et nombre de bénéfices ecclésiastiques 19. Dans les sources conservées, la liste de ses membres s'interrompt malheureusement entre 1472 et 150020, soit exactement autour de la création de la Mairie, mais au cours des trois premières décennies du xvie siècle, on ne relève pas moins de quinze maires membres de cette confrérie, douze avant leur élection, deux après et le dernier devenu confrère alors qu'il était en charge, la plupart ayant eu des responsabilités dans l'administration de cette association ; parmi eux, neuf sont parents de chanoines (Binel, Cadu, Cailleau, quatre de Pincé, Poyet et Ragot). Dans le même temps, cette confrérie qui avait son siège dans la collégiale Saint-Laud d'Angers a accueilli une quarantaine de chanoines parmi ses membres dont plusieurs sont mentionnés en annexe (François Barrault, Hélie Cadu, René Fournier, René de Pincé,...). Dans ces conditions, il n'y a pas lieu d'être surpris par les sources lorsqu'elles témoignent du bon accueil réservé dans ces églises cathédrale ou collégiales aux interventions des autorités municipales dans la gestion du sacré et la sphère religieuse, qu'il s'agisse de l'ordonnancement des processions — comme en 1513 avec la procession du Saint-Sacrement ou Fête-Dieu, Jean Cadu étant maire21 - ou de la représentation de Mystères.

  • 22 François Comte, « La géographie paroissiale d'Angers du Moyen Âge à nos jours », dans Archives d'A (...)
  • 23 D'après Pean De La Tuilerie, cité dans Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et bio (...)
  • 24 François Comte, « Angers », dans Jean-Charles Picard (dir.), Les chanoines dans la ville. Recherch (...)

16Si les élites urbaines sont des virtuoses de la mise en scène des rituels publics, elles se préoccupent également de l'aménagement d'un espace matériel de leur notabilité, de leur vivant comme après leur mort. De nombreuses familles de maires avaient élu domicile dans quelques paroisses de la rive gauche de la Maine où vivaient la plupart des détenteurs d'offices et les acteurs de la vie universitaire22. Or, si la culture juridique assurait une homogénéité de ce monde des élites municipales et ecclésiastiques au plan intellectuel, l'habitat a joué dans le même sens pour ce qui regarde la culture matérielle. La ville d'Angers conserve aujourd'hui deux bâtisses édifiées par des maires de la ville. La première est le Logis Barrault (aujourd'hui Musée des Beaux-Arts), construit après 1487 par Olivier Barrault « qui fit bâtir de très belles et somptueuses matières et de grant façon et ouvraige ce bel, honneste et somptueux édifice, à la décoration et honneur de la ville et aussy pour y loger et héberger sa famille et ses biens et pour y recevoir et recueillir honnestement ses amys et autres gens de bien23 ». La seconde est l'Hôtel Pincé (également musée aujourd'hui), véritable demeure princière que fit édifier le maire Jean de Pincé à l'emplacement de bâtiments qui constituaient le temporel d'une chapellenie fondée dans la collégiale voisine de Saint-Maurille. Dans l'espace urbain, les chanoines côtoyaient immédiatement ces demeures puisque la cathédrale et les collégiales étaient établies dans les mêmes quartiers de la ville. Chaque église était entourée d'un quartier canonial et durant le temps de leur canonicat, les chanoines avaient
l'usufruit d'une maison canoniale attachée à leur prébende24 Sans atteindre le luxe ou la splendeur des hôtels des notables, les maisons canoniales aujourd'hui conservées témoignent de demeures pour le moins confortables sinon cossues. Le mode et le cadre de vie constituent donc un élément essentiel des processus de reconnaissance des élites car la renommée se jauge au regard des autres.

17Le pouvoir s'inscrit dans un espace et la conscience qu'en ont les élites ne s'éteint pas avec la mort comme le montre leur attitude à l'occasion de cette ultime mise en scène. Le goût prononcé des hommes et des femmes de la fin du Moyen Âge pour la pompe funèbre et l'accumulation des messes est une réalité objective de la « religion flamboyante » qui marque ces générations, mais la qualité financière et la notabilité de ces élites leur permettent — à l'instar de la noblesse — de se distinguer du commun tant par le lieu des sépultures que par la cérémonie funéraire.

  • 25 Jacques Bruneau De Tartifume, Angers..., p. 150-152 et p. 188-190.
  • 26 Arch. mun. d'Angers, BB 15, f° 48-51.

18Si les lignages nobles sont nombreux à élire sépulture dans les couvents mendiants et si le commun doit se contenter du cimetière paroissial, les élites municipales optent en général pour une inhumation dans leur église paroissiale, donc, pour les paroisses Saint-Julien, Saint-Laud, Saint-Martin, Saint-Maurille et Saint-Pierre, dans une église collégiale qui est aussi le siège de la cura animarum. L'église Saint-Pierre abrite ainsi la nécropole des Le Camus, Saint-Maurille abrite de nombreux membres de la famille Bernard et, dans la chapelle Sainte-Anne, les de Pincé25. Dans ces nécropoles qui sont autant d'espaces condensés de la renommée, certains n'hésitent pas à se faire dresser un monument voyant. Pierre de Pincé fut le premier maire à mourir en charge le 21 novembre 1511. L'ordonnance de ses obsèques fit l'objet de longues délibérations à l échevinage et il fut décidé qu'en tant que maire et capitaine général de la ville, il devait être enterré militairement26. Sa statue le représentait à genoux, armé de toutes pièces sauf la tête et les mains, avec casaque aux couleurs héraldiques de la ville, la clé d'argent en pal sur la poitrine.

  • 27 On en trouve dans les titres des familles (Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 1622 pour les Belin, E (...)
  • 28 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 5 E5 34, pièce 165 (25 juillet 1504).
  • 29 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 717, 38 f° 1-8, et copie en E 2506 (17 novembre 1547).

19Les funérailles sont soigneusement organisées dans les testaments — conservés principalement pour des femmes27. Le nombre de messes demandées tourne en moyenne pour elles autour d'une centaine, réparties entre différentes églises. Ainsi, Marie Bernard, fille du maire Jean Bernard, inhumée à droite du grand autel de l'église Saint-Michel-du-Tertre, y demande 30 messes et 70 autres dans sept églises de la ville (Saint-Maurille, où est enterré son père, La Trinité, les quatre couvents mendiants et les Franciscains observants de la Baumette fondés par le duc René d'Anjou28). Les legs aux pauvres se limitent en général à quelques livres tournois, mais la même Marie Bernard, mariée au riche marchand Raoul Tannerie, consacre 500 l.t. pour les aumônes aux pauvres, aux filles à marier et aux enfants à mettre « à métier ». Au terme d'une carrière bénéficiale bien remplie, René Fournier élit sépulture devant l'autel Notre-Dame de la collégiale Saint-Maimbeuf29 ; il demande la présence dans son cortège des différents chapitres dont il avait été chanoine, et il prévoit 400 messes basses et trois fondations perpétuelles à Saint-Maimbeuf, Saint-Martin et Saint-Pierre pour plus de 600 l.t.

***

20Les observations rapides qui viennent d'être proposées ne prétendent pas à l'exhaustivité. Elles n'en mènent pas moins à quelques conclusions. Derrière la bigarrure du tissu social qui est par excellence un fait urbain à toutes les époques, le renouvellement et la consécration des élites entraînés par la création de la Mairie d’Angers invitent l'historien à écarter toute pétrification d'une société en catégories stables ou immuables. Tout au long de la fin du Moyen Âge et au début du xvie siècle, la réussite sourit de toute évidence aux hommes de lois et aux gens de finance qui parviennent à rassembler idéalement la naissance, la richesse, le savoir et le contrôle du pouvoir municipal qui définit désormais la plus ou moins grande honorabilité des individus et des familles. Or il apparaît que placer un homme dans un chapitre de chanoines participe pour eux de cette qualité — ces ecclésiastiques sont d'ailleurs désignés comme « honorables et discrets » dans les sources. Il est en revanche impossible — faute de documents - de dire si ces laïcs prenaient une part active à la gestion de la vie paroissiale, donc la fonction éventuelle que pouvait revêtir cette activité dans la notabilité urbaine.

21Pourtant, dans son cadre matériel, dans les formes particulières du lien social qui s'y développent, la ville n'a pas suscité une modalité spécifique de religiosité au sein de ces élites. Si la gestion de la mort a partie liée très étroitement avec les stratégies sociales, si les funérailles apparaissent comme la manifestation la plus éclatante de la réussite et si l'attitude de certains a dans ce domaine quelque chose d'un peu tapageur, c'est seulement au plan quantitatif que se distinguent ces élites au sens où elles ne font preuve d'aucune originalité ou spécificité dans leurs pratiques religieuses.

22Ces éléments d'enquête appellent à leur tour d'autres investigations, notamment sur la question des liens de ces notables urbains avec le plat pays, car il faut réfuter fermement la possibilité que la ville ait pu avoir en tant que telle un rôle autonome d'agent historique. Par la possession de seigneuries et par les nombreuses acquisitions de biens ruraux dont témoignent les archives notariales, ces notables apparaissent solidement implantés en milieu rural. Il en va de même des chanoines, tant par le fait que les églises auxquelles ils appartiennent disposent toutes d'un temporel en partie rural que par le truchement des paroisses rurales dont ils sont titulaires — à défaut de les desservir toujours personnellement. Même hors de la ville, élites municipales et élites ecclésiastiques forment bien un même monde.

Annexe

Liste des familles de maires et de chanoines d'Angers (1484-1532)

  • 30 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 155 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

23Barrault : La famille est ancienne, mais peu de documents la concernant sont aujourd'hui conservés. Elle donne un maire avec Olivier (1496, 1504 et 1505), trésorier en la Chambre des comptes de Bretagne, fils d'un échevin prénommé Jean, et plus tard le chanoine de la cathédrale François (1512-1539), également archidiacre d'Angers30.

  • 31 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 281 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., (...)

24Belin : Il s'agit d'une famille originaire du Baugeois. Le chanoine de la cathédrale Pierre (1446-1461), frère de Thibaut, procureur du roi à Baugé, est sans doute l'oncle du maire Jean Belin (1496), sieur du Perray, nommé par Louis XI lieutenant général d'Angers en 1476 mais arrêté deux ans plus tard après l'assemblée tenue au couvent des Carmes ; ce dernier est le père d'un autre chanoine, François Belin, né en 1476, licencié en lois, prébendé à Saint-Laud depuis 1495, chanoine et chantre de Saint-Martin à partir de 1494 où il finit doyen (1510-† 1529)31.

  • 32 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 400 et 356.
  • 33 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 223 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 12 (...)

25Bernard : Il est fortement vraisemblable qu'il y a parenté entre les Bernard de la fin xve siècle et ceux de la première moitié du siècle. Pour ces derniers, Etienne, receveur des finances et trésorier des ducs d'Anjou (Louis II, sa veuve Yolande d'Aragon puis René) est le frère de Jean Bernard, chanoine et archidiacre d'Angers (1423-1441), chancelier de René, qui finit archevêque de Tours († 1466) ; Étienne est le père de Gui Bernard, également chanoine de la cathédrale (1434-1452) qui finit évêque de Langres († l481)32. Un autre Jean Bernard, écuyer, seigneur d'Étiau et de Bordes, trésorier d'Anjou (1477) est plusieurs fois maire (1485, 1487, 1488) ; son frère René, licencié en lois, grenetier d'Angers (1480-1505), est maire en 1490. Ils sont frères ou cousins de René Bernard, bachelier en décret et chanoine de Saint-Pierre (1495-1506)33.

  • 34 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 229 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., (...)
  • 35 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 645, f° 47.

26Binel : Jean Binel, docteur en droit civil, succède à son père comme juge ordinaire d'Anjou (1473-†1491) et devient maire en 1486 ; il a pour fils François, aussi juge ordinaire — après avoir été lieutenant de la sénéchaussée - et maire (1495). Jean est le frère cadet de Jean Binel dit l'aîné, licencié en lois, chanoine de la cathédrale (l485-tl501) après avoir été chantre de Saint-Laud (1477-1484)34. Ces deux frères ont pour cousin issu de germain Thibaut Binel, chanoine de Saint-Jean-Baptiste à partir de 149735.

  • 36 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 189-192 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

27Cadu : On ne connaît pas la parenté exacte qui existe entre Jean, écuyer et juge, plusieurs fois maire (1513, 1514, 1526-1531), et les chanoines de la cathédrale René Cadu (jusqu'en 1535) et son neveu Hélie qui lui succède dans sa prébende (1535-1540), mais la rareté du patronyme en fait des parents certains36. Jean est le fils d'Hilaire, écuyer, lieutenant de la prévôté et échevin perpétuel (1498).

  • 37 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 119 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

28Cailleau : Thibaut, écuyer, seigneur de Chauffour, avocat du roi (1513), régent en droit et maire en 1517, est le frère aîné de Raoul, chanoine de la cathédrale (1516-1531), mais je ne sais pas si le chanoine de Saint-Pierre Jean Cailleau (attesté en 1453) est de la même famille37.

  • 38 Jacques Bruneau De Tartifum, Angers, contenant ce qui est remarquable en tout ce qui estait ancien (...)
  • 39 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 367.
  • 40 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 178 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 701 (pour (...)

29Fournier : Selon Bruneau de Tartifume38, tous ceux dont il va être question ici sont issus de Jean Fournier (†l436), juge ordinaire d'Anjou et du Maine (1427) et chancelier du duc d'Anjou René, à commencer par son fils Guillaume, chanoine des cathédrales du Mans, de Tours et d'Angers (ici 1430-1490) où il fut également archidiacre, pénitencier et trésorier, et par ailleurs chanoine de Saint-Pierre d'Angers39. Pierre Fournier, écuyer, seigneur de Lancerre, licencié en lois, conseiller de la sénéchaussée et maire en 1503, est quant à lui le père d'un autre collectionneur de prébendes, René Fournier (†1549), chanoine à Angers de Saint-Maimbeuf, Saint-Martin et Saint-Pierre où il fut aussi chantre (1523-1539)40.

  • 41 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1 100.
  • 42 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 133 ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, 20 G 9.

30Le Camus : D'une famille de marchands originaires de Tours, Gervais, échevin et receveur des deniers de la Mairie en 1475, donna deux maires parmi ses enfants, Jean (1521) et Jacques (1506, 1528). Guillaume Le Camus, chanoine de Saint-Maurille (1491- après 1510)41 où il fut aussi chantre pourrait être fils du premier, quant à Pierre Le Camus, chanoine de Saint-Pierre à partir de 1522, il est fils de Jacques qui intercéda en sa faveur auprès du chapitre afin de lui obtenir une dispense de résidence pour cause d'études42.

  • 43 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 115 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., (...)

31Le Loup : René Le Loup (†1477), chanoine de la cathédrale et des collégiales Saint-Maimbeuf, Saint-Maurille et Saint-Pierre, est le frère de Jean, échevin en 1475. Ce dernier eut deux fils : René, sieur de la Bachelottière et de Beauchamps, greffier des privilèges de l'Université d'Angers, maire en 1524, et Geffelin dont le fils René accéda également au mairat postérieurement à notre période (1548 et 1549)43

  • 44 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 187 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

32L'espine : Guillaume de L'Espine, écuyer et sieur de Beauchesne, échevin perpétuel à partir de 1475, est le premier maire élu en 1484. Il est parent d'un chanoine homonyme de la cathédrale entre 1517 et 152244.

  • 45 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 215-216 ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1 160 ; Bibl. (...)

33Lohéac : Plusieurs membres de cette famille influente - que l'on a dit, semble-t-il à tort, descendre des Lohéac de Bretagne — se sont illustrés à Angers dans les dernières décennies du xve siècle. Jean de Lohéac, écuyer, seigneur de la Bélotière, avocat au Présidial et juge de la Prévôté, fut maire en 1492 ; il était le neveu de Jean, licencié en lois, chanoine et chantre de la collégiale Saint-Pierre (1478-1498), recteur de l'Université, aux funérailles duquel participèrent en corps le chapitre Saint-Pierre et la Faculté des droits. Ce dernier avait un autre neveu prénommé Jacques, également chanoine de Saint-Pierre (1479-1501)45.

  • 46 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 31 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 11 (...)

34Pincé : La famille de Pincé présente pour notre période la plus forte densité d'occupation de la charge de maire d'Angers avec quatre individus (sans tenir compte de Christophe, maire en 1538 et 1539, postérieurement à notre période d'étude). Mathurin, écuyer, licencié en lois et bailli de Château-Gontier, inaugure la série en 1494 ; son frère Pierre, écuyer, seigneur du Bois et des Essarts, lieutenant du juge ordinaire d'Anjou, le suit en 1511 (et meurt en charge). Deux fils de Pierre prennent la relève à la génération suivante : Jean, écuyer, possesseur de plusieurs seigneuries, licencié en lois, lieutenant du juge d'Anjou comme son père et par ailleurs sénéchal du chapitre Saint-Laud (1527), accède plusieurs fois au mairat (1511, 1515 1538, et meurt également en charge) ; le second, Hervé, écuyer et seigneur, docteur et régent en lois à l'Université d'Angers, conseiller à la sénéchaussée, est aussi maire à trois reprises (1532, 1536, 1537). C'est de l'un des deux premiers maires qu'est issu René de Pincé, chanoine de Saint-Maimbeuf et de Saint-Pierre (1508-†1536) où il fut également doyen à partir de 15 1 6 46.

  • 47 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1172, 20 G 9.
  • 48 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 127 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 1 (...)
  • 49 Bibl. mun. d'Angers, ms. 695 (627).

35Poyet : Jean Poyet, licencié en lois, chanoine de Saint-Jean-Baptiste (1456-1471) et chantre de Saint-Pierre (1460-1471) annonce la fortune des générations suivantes47. Perrin, qui était sans doute son frère, eut cinq enfants dont on retiendra Guy, sieur des Granges, avocat au Présidial et échevin en 1509, l'année de sa mort, et Pierre, licencié en lois, chanoine de Saint-Pierre (1518-1530)48. Des enfants de Guy cette fois il faut retenir Pierre, écuyer, seigneur des Granges et d'Écharbot, avocat du roi et juge des traites d'Angers, plusieurs fois maire (1519, 1532, 1533, 1541), et Hervé, chanoine de la cathédrale (1526-†1572)49.

  • 50 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 79 et ss. ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoir (...)

36Ragot : Cette famille dont l'histoire est intimement mêlée à celle de la Monnaie d'Angers donne son premier maire en 1516 avec Jean, marchand drapier et connétable de la Porte Saint-Aubin, mais les ecclésiastiques l'ont largement précédé avec — outre l'abbé de Saint-Maur-sur-Loire Hilaire Ragot (1477-1496), frère du suivant - Gilles Ragot, doyen de Saint-Pierre (1465-†1489) et chanoine de la cathédrale (1473-1489), et Jean Ragot, chantre de Saint-Pierre (1471-1476)50.

  • 51 Gontard de Launay, Recherches..., t. V, p. 310 et ss., dont les informations restent très laconiqu (...)

37Vaux : j'ignore la parenté - oncle et neveu ? - entre Pierre de Vaux, chanoine de Saint-Pierre (1464-1501), licencié en lois et recteur de l'Université, et son homonyme, seigneur de Laillé, beau-frère de Jean de Pincé, échevin puis maire en 150251.

Notes

1 Bernard Chevalier, Les bonnes villes de France du xvie au xvie siècle, Paris, 1982.

2 Xavier Martin, « Le corps de ville d'Angers en porte à faux, ou les ambiguïtés d'une constitution urbaine tardive (fin du xve siècle) », dans La Charte de Beaumont et les franchises municipales entre Loire et Rhin (Actes du colloque de Nancy, 1982), Nancy, 1988, p. 27-42.

3 René Robert, Recueil de privilèges de la ville et Mairie d'Angers, Angers, 1748 (in 4°), p. 19-27.

4 Jacques Maillard, Le pouvoir municipal à Angers de 1657à 1789, Angers, 1984, t.I, p. 227.

5 Boris Bove, Dominer la ville. Prévôts des marchands et échevins parisiens de 1260 à 1350, Paris, 2003, montre qu'il en va de même dans la capitale du royaume de France.

6 « Le journal de Guillaume Oudin, prêtre sacriste du Ronceray d'Angers », éd. Albert Lemarchand dans Revue de lAnjou, t. 4 (1857), p. l-16 et p. 129-144, t. 5 (1858), p. 64-88.

7 La fécondité de cette démarche est prouvée par plusieurs publications : L'État moderne et Us élites (XIIe-xviiies.). Apports et limites de la méthode prosopographique, Paris, 1996 ; Les élites urbaines au Moyen Age. Actes du 27e congrès de la Société des historiens médiévistes (Rome, 1996), Paris-Rome, 1997.

8 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire prosopographique des évêques, dignitaires et chanoines des diocèses de France (1200-1500). T. 7 : Diocèse d'Angers, Turnhout, 2003 (Fasti Ecclesiae Gallicanae) ; pour les collégiales, Jean-Michel Matz, « Chapitres et chanoines séculiers d'Angers à la fin du Moyen Âge (milieu xive-début xvie s.) », dans Archives d'Anjou. Mélanges d'histoire et d'archéologie angevines, t. 3 (1999), p. 33-53.

9 Une enquête de même nature a été menée pour la ville d'Amiens par Hélène Millet, « Les Fasti Ecclesiae Gallicanae : des clés pour l'histoire des élites urbaines », dans Les élites urbaines..., p. 319-333.

10 Gontard De Launay, Recherches généalogiques et historiques sur les familles des maires d'Angers, Angers, 1893-1899, 5 vol., reste l'ouvrage de base sur les familles municipales ; cité désormais Gontard De Launay, Recherches.

11 Bernard Chevalier, « Le pouvoir par le savoir : le renouvellement des élites urbaines en France au début de l'âge moderne (1350-1550) », dans Construction, reproduction et représentation des patriciats de l'Antiquité au xxe siècle. Actes du colloque de Tours, 1998, éd. Claude Petitfrère, Tours, 1999, p. 73-81 ; Pierre Desportes, « Les gradués d'université dans la société urbaine de la France du Nord à la fin du Moyen Âge », et Jacques Verger, « Les gradués en droit dans les sociétés urbaines du midi de la France à la fin du Moyen Âge », dans Milieux universitaires et mentalité urbaine au Moyen Age. Actes du colloque de Paris, 1986, Paris, 1987, respectivement p. 49-67 et p. 145-156. Des études de cas ont été menées pour différentes villes depuis plusieurs décennies (Besançon, Lyon, Poitiers, Reims,...).

12 Louis De Lens, L'Université d'Angers du xve siècle à la Révolution française, Angers, 1880 (recueil d'articles) ; Jean-Michel Matz, « La culture d'un groupe clérical : les chanoines de la cathédrale d'Angers (milieu xive-début xvie s.) », dans Revue d'histoire de l'Église de France, t. 88 (2002), p. 21-40.

13 Jean-Michel Matz, « Les chanoines d'Angers au temps du roi René (1434-1480), serviteurs de l'État ducal et de l'État royal », dans Les serviteurs de l'État au Moyen Âge. Actes du 29e Congrès de la Société des historiens médiévistes (Pau, 1998), Paris, 1999, p. 105-116.

14 Voir Hanno Brand, « Les élites de Leyde et leurs familles à la fin du Moyen Âge : morphologie, rapports et structures », dans Revue historique, n° 619, 2001, p. 603-638.

15 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV et V pour ces informations.

16 Une conclusion identique est proposée par Denis Clauzel, « Les élites urbaines et le pouvoir municipal : le cas dé la bonne ville de Lille aux xive et xve siècles », dans Revue du Nord, t. 78 (1996), p. 241-267.

17 Thierry Dutour, Une société de l'honneur. Les notables et leur monde à Dijon à la fin du Moyen Age, Paris, 1998.

18 Jean-Michel Matz, « Les confréries dans le diocèse d'Angers (v. 1350-v. 1560) », dans Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, t. 98 (1991), p. 347-372.

19 Jean-Michel Matz, « La confrérie Saint-Nicolas dite des bourgeois d'Angers du xive au xvie siècle », dans Cristianesimo nella storia. Ricerche storiche, esegetiche, teologiche, t. 12 (1991), p. 51-84.

20 Bibl. mun. d'Angers, ms. 760 (682), registre de la confrérie avec la liste des membres entre 1367 et 1472, et ms. 767 (686), de 1500 à la fin du xviiie siècle.

21 On trouvera l'édition du texte de cette réglementation dans Jean-Michel Matz, « Le développement tardif d'une religion civique dans une ville épiscopale. Les processions à Angers (v. 1450-v. 1550) », dans André Vauchez (dir.), La religion civique à l'époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam). Actes du colloque de Paris X-Nanterre, 1993, Rome, 1995 (Collection de l'École française de Rome, 213), p. 351-366 (ici p. 364-366)

22 François Comte, « La géographie paroissiale d'Angers du Moyen Âge à nos jours », dans Archives d'Anjou. Mélanges d'histoire et d'archéologie angevines, t. 7 (2003), p. 240-255 ; Julien Prod'homme Un notaire dans la ville, ou les paroisses Saint-Maurille et Saint-Michel-du-Tertre à travers les actes de Jean Cousturier (1499-1515), Mémoire de maîtrise, Université d'Angers, 2001 ; Richard Ravalet, Le quartier des Halles d'Angers (v. 1515-1580), Mémoire de maîtrise, Université de Paris IV, 1997.

23 D'après Pean De La Tuilerie, cité dans Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, t. I, Angers, 1965 (2e éd.), p. 132.

24 François Comte, « Angers », dans Jean-Charles Picard (dir.), Les chanoines dans la ville. Recherches sur la topographie des quartiers canoniaux en France, Paris, 1994, p. 89-133 (pour les collégiales), et « La Cité, quartier canonial Saint-Maurice », dans Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., p. 87-107 (pour la cathédrale).

25 Jacques Bruneau De Tartifume, Angers..., p. 150-152 et p. 188-190.

26 Arch. mun. d'Angers, BB 15, f° 48-51.

27 On en trouve dans les titres des familles (Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 1622 pour les Belin, E 1676 pour les Binel, E 3611 pour les Pincé,...), et dans les fonds de notaires (Arch. dép. de Maine-et-Loire, 5 E5 34, pièce 165 et 432, 5 E5 35, pièces 31 et 254, 5 E5 39, pièce 108, 5 E5 40, pièce 139,...).

28 Arch. dép. de Maine-et-Loire, 5 E5 34, pièce 165 (25 juillet 1504).

29 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 717, 38 f° 1-8, et copie en E 2506 (17 novembre 1547).

30 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 155 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

31 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 281 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 469 (Pierre Belin) ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, E 1622 (testament), et Bibl. mun. d'Angers, ms. 757-758 (680) pour François.

32 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 400 et 356.

33 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 223 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 1208, 20 G 9.

34 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 229 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 401.

35 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 645, f° 47.

36 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 189-192 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

37 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 119 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

38 Jacques Bruneau De Tartifum, Angers, contenant ce qui est remarquable en tout ce qui estait ancien-nement dict la ville dAngers, éd. Th. Civrays, Bruxelles, 1977 (2e éd.), p. 132.

39 Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 367.

40 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 178 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 701 (pour Saint-Maimbeuf), G 1160, G 1 162.

41 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1 100.

42 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 133 ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, 20 G 9.

43 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 115 ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 494.

44 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 187 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 695 (627).

45 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 215-216 ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1 160 ; Bibl. mun. D’Angers, ms. 773-775 (691).

46 Gontard De Launay, Recherches..., t. IV, p. 31 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 1162, G 1188,...

47 Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1172, 20 G 9.

48 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 127 et ss. ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 1 162.

49 Bibl. mun. d'Angers, ms. 695 (627).

50 Gontard De Launay, Recherches..., t. V, p. 79 et ss. ; Jean-Michel Matz, François Comte, Répertoire..., n° 338 ; Arch. diocésaines d'Angers, 4 5 (G 6) pour Jean Ragot à Saint-Pierre.

51 Gontard de Launay, Recherches..., t. V, p. 310 et ss., dont les informations restent très laconiques ; Arch. dép. de Maine-et-Loire, G 1160, G 1 80, 20 G 9.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540