Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire sociale des villes

 | 
Philippe Haudrère

Introduction

Philippe Haudrère

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1En septembre 2003, le professeur Jacques Maillard, après trente-trois années passées à l'Université d'Angers, dans laquelle il a occupé des fonctions d'enseignement, de recherche et d'administration, a demandé à faire valoir ses droits à la retraite. À cette occasion, ses amis et ses collègues ont souhaité lui offrir un volume de mélanges.

2Les travaux de Jacques Maillard portent sur l'histoire urbaine, en particulier les aspects culturels et religieux, depuis sa thèse de troisième cycle sur l'Oratoire d'Angers présentée en 1972, ainsi que sur l'évolution des institutions et des sociétés avec sa thèse d'État consacrée au corps de ville d'Angers, soutenue en 1983, aussi le titre d'ensemble de ces mélanges est-il : Pour une histoire sociale des villes. Ses collègues de l'Université d'Angers sont les plus nombreux contributeurs, ainsi près de la moitié des articles sont-ils consacrés à l'histoire de cette ville, cependant il a paru intéressant de permettre des comparaisons avec d'autres cités, tant en France qu'en Europe ou ailleurs dans le monde ; de même, et bien que les travaux de Jacques Maillard portent sur l'histoire moderne, il a semblé nécessaire d'aborder une longue période historique, de l'Antiquité grecque et romaine au monde actuel.

3Les vingt-six contributions qui composent cet ouvrage sont groupées autour de cinq thèmes : évolution des institutions municipales ; affirmation de l'autorité des « gens du roi » sur les habitants de la cité ; domination du plat pays ; culture des élites ; pratiques religieuses.

4Aux xve et xvie siècles, les rois de France dotent les cités de « corps de ville », si elles n'en ont pas encore, ainsi à Angers. De nouvelles fonctions de maires et d'échevins sont ouvertes à une élite de juristes fortunés, appartenant à des familles déjà bien installées dans les hautes dignités ecclésiastiques et dans les grands offices de la cour du duc (J.-M. Matz). Ces élites affirment leur autorité en relayant celle du roi, ainsi en Champagne où ils organisent l'approvisionnement et la mise en défense des villes contre les menées de l'armée impériale au milieu du xvie siècle (L. Bourquin). De leurs fonctions ils tirent du profit et surtout de l'honneur, jusqu'à l'obtention de lettres de noblesse (C. Petitfrère). Ils s'attachent à maintenir les privilèges des villes, en particulier les privilèges fiscaux, ainsi le produit des octrois de Nantes (G. Saupin), et ils veillent au bon fonctionnement des institutions municipales, comme la prison de Beaune (B. Garnot). À partir de la seconde moitié du xviie siècle, cependant, l'autorité des corps de ville décline. Dans les almanachs administratifs du xviiie siècle ils sont placés dans une position subalterne, après le clergé et l'administration monarchique (V. Sarrazin). Toutefois les fonctions municipales continuent d'attirer des personnalités à la recherche d'une ascension sociale comme celle d'Antoine Farron, épicier en gros à Angers, juge au tribunal de commerce, administrateur de la caisse d'épargne, conseiller municipal, puis maire de la ville de 1837 à 1843 (J. Petit).

5Les gens du roi affirment donc progressivement leur autorité sur les habitants de la ville, et ceci même si le prince est loin. Au xiiie siècle déjà, les officiers de Charles d'Anjou, roi de Sicile, sont attentifs à l'augmentation des productions agricoles et textiles pour assurer le bon ravitaillement des villes et l'augmentation des revenus des habitants (N. Tonnerre). Au xvie siècle, les Valois s'appuient sur des juristes angevins pour surveiller le fonctionnement des institutions des provinces voisines, récemment rattachées à la couronne, ainsi la Bretagne dont les officiers de la Chambre des comptes, à partir de 1572, doivent être recrutés pour moitié hors de la province afin de briser d'éventuelles « complicités ». Les Angevins René Vergé, puis Jean Ayrault, successivement présidents de cette chambre, appartiennent à l'élite municipale et sont des fidèles d'Henri III, ancien duc d'Anjou, auquel ils demeurent attachés, de même qu'à Henri IV, pendant les guerres de la Ligue (D. Le Page). L'évolution est analogue parmi les officiers d'un moindre rang. Les notaires royaux d'Angers prennent une place croissante dans la société et le mouvement des affaires de la ville du xvie siècle au xviiie siècle. Ils développent leurs activités au détriment des notaires seigneuriaux, affirmant leur compétence en veillant à la bonne formation des clercs et à la bonne tenue des actes passés devant eux ; ils regroupent les offices pour obtenir une meilleure rentabilité des études (Ph. Haudrère). L'enquête conduite en 1664 par l'intendant de Berry sur le comportement des officiers royaux de justice dans la province confirme ce tableau. Selon cet observateur impitoyable, qui informe Colbert, tous les magistrats mènent une vie digne car la volonté de maintenir l'honorabilité de la famille est la préoccupation dominante, et plus de la moitié d'entre eux fait correctement son travail (C. Michaud). Un souci analogue d'efficacité apparaît dans la correspondance adressée à la Cour entre 1706 et 1718 par le consul de France à Naples. Celui-ci donne des informations sur les difficultés administratives, politiques et militaires du passage de la domination des Espagnols à celle des Impériaux, et surtout sur les opérations de contrebande du sel et du tabac menées par des Français (F. Brizay). C'est que l'autorité des gens du roi s'exerce aussi sur les plus humbles. Plus de mille Angevins sont envoyés au bagne à Brest entre 1750 et 1789, soit plus de 5 % du total des galériens, et ce sont pour une large part des artisans citadins condamnés pour des vols de bétail dans les campagnes voisines de la ville ou bien pour contrebande de sel avec la Bretagne toute proche qui ne connaît pas la gabelle (Ph. Jarnoux).

6La présence des gens du roi dans la ville contribue à l'autorité de celle-ci sur le plat pays, troisième thème abordé dans ces mélanges. Elle s'exerce directement sur la « banlieue » dont les limites administratives sont progressivement élaborées autour d'Angers du xiiie siècle au xviiie siècle (F. Comte). Elle s'étend plus largement avec le développement de la fiscalité royale, parfois mal supportée comme le montre en Bretagne la révolte des Bonnets rouges, le 11 juillet 1675, au voisinage de Carhaix (M. Nassiet). La domination de la ville sur la campagne est non seulement fiscale mais davantage encore commerciale. Au xviiie siècle des marchands angevins récupèrent les cendres des foyers de la ville et les portent dans les environs pour les mêler avec des fumures et mettre en culture des terres pauvres (A. Follain). Au xixe siècle, les transports de grains sont protégés sur ordre des autorités urbaines, tant municipales que royales, pour permettre la libre circulation, malgré l'inquiétude des plus pauvres qui redoutent les pénuries et les hausses des prix qui s'en suivent (J.-P. Simonin).

7La culture des élites est le quatrième thème abordé dans ces mélanges. La formation des jeunes y tient une place importante. Le livre du chevalier de la Tour-Landry, seigneur angevin du xve siècle, résume la réflexion de l'aristocratie de l'époque sur l'éducation des filles. Dans un présupposé général de fragilité et de besoin de protection, les qualités recherchées pour les femmes sont la fidélité, la chasteté et l'humilité, qui en feront des épouses parfaites (J. Tricard). Au xviie siècle, les préoccupations chrétiennes dominent dans la pensée de Frain du Tremblay, conseiller au présidial d'Angers, membre fondateur de l'Académie de la province, ainsi se prononce-t-il en faveur de la langue française dans la querelle des Anciens et des Modernes, car, assure-t-il, les savants en grec et en latin sont trop imprégnés de la culture profane (F. Pitou). Au xviiie siècle les valeurs « bourgeoises » d'épargne et d'attachement à la famille prennent une place importante dans l'éducation comme en témoignent les lettres adressées à leur famille par des enfants en pension à Lyon (S. Chassagne). Au même moment, nobles, élites municipales, officiers du roi et négociants se rencontrent dans les sociétés de discussion et de loisirs, de plus en plus nombreuses à Angers comme dans les autres villes françaises. Il se produit donc une certaine fusion entre les idées d'élites venues d'horizons différents. La Révolution ne brise pas ce mouvement, mais elle fait apparaître de nouveaux clivages qui structurent la vie politique au xixe siècle, particulièrement à Angers (J.-L. Marais). Durant la période récente apparaissent de nouvelles sociabilités et de nouveaux loisirs, comme la photographie pratiquée avec passion par le pharmacien angevin Robert Brisset et ses amis (S. Bertoldi). Chez ceux-ci la pratique de cet art est aussi une manifestation de l'attachement à la patrie locale.

8La religion occupe une place importante dans les préoccupations des citadins. Dans le monde antique elle est l'expression supérieure de l'appartenance à la cité, qui porte le nom du dieu qui y est vénéré, comme Taphrosiris, près d'Alexandrie (J.-Y. Carrez-Maratray), ou bien elle reflète une volonté de syncrétisme, ainsi la stèle datant du Ier siècle apr. J.-C., découverte près de la cathédrale d'Angers, dédiée à Mars Loucetius, « brillant comme l'éclair », par un dévot, sans doute originaire de la région rhénane (M. Molin). Avec le développement du christianisme, les institutions charitables se multiplient dans les villes, par exemple dans celles de Hongrie du xiiie siècle au xve siècle. Aux anciennes fondations bénédictines viennent s'ajouter les établissements de soin créés par les ordres militaires et hospitaliers, puis les maisons de bienfaisance fondées par des chanoines et des curés (M.-M. de Cevins). En même temps l'Église catholique cherche les méthodes d'évangélisation les mieux adaptées au moment : au xviiie siècle le missionnaire Jacques Bridaine cherche les effets spectaculaires pour inspirer la crainte de la mort et de l'enfer puis amener à la conversion (R. Sauzet) ; dans la seconde moitié du xixe siècle l'évêque de Montréal, Ignace Bourget, crée de nombreuses paroisses urbaines pour attirer et retenir les migrants ruraux venus travailler en ville, en leur offrant des services tant religieux et sociaux, d'éducation, de loisirs, d'aide aux pauvres et aux malades ; au xxe siècle, les fidèles acceptent de donner les sommes nécessaires pour la construction d'une nouvelle église à la condition que celle-ci soit proche d'une dévotion populaire, comme en témoigne la construction rapide du Sacré Cœur de Cholet en moins de cinq ans, de 1937 à 1941, dans une période de grandes difficultés économiques et sociales, sous un vocable qui rappelle celui qu'invoquaient les Vendéens durant les guerres de la Révolution (Y. Denéchère).

9Des institutions urbaines aux activités commerciales et aux spéculations intellectuelles ou aux pratiques religieuses ; des officiers du roi aux gens d'Église ou aux pauvres et aux galériens, le présent volume offre un panorama des recherches actuelles sur l'histoire des villes. Le vœu des auteurs est qu'elles puissent être poursuivies et donner naissance à de nouveaux travaux, en particulier sur le passé d'Angers, dans la continuité de ceux qui ont été engagés par Jacques Maillard.

10Ph. Haudrère

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540