Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1En commençant cette recherche, notre ambition était double. Il s’agissait, bien sûr, car c’est l’essentiel, de brosser un tableau de l’histoire monétaire du duché de Bretagne, depuis son émergence dans l’histoire. À cette fin, nous avons tenté d’abord, pour l’époque féodale de mesurer la monétarisation de l’économie, de montrer l’émergence du monnayage ducal, et de poursuivre l’étude sous les Dreux en élargissant la problématique à la pensée politique. Nous avons voulu ensuite définir les liens entre monnaie et théorie ducale, sans oublier les moyens utilisés par le pouvoir pour mettre en œuvre cette dernière. Nous avons cherché enfin à mesurer le degré de réussite de la politique monétaire des Montforts et la place de la monnaie dans la construction d’une principauté dans l’Europe de la fin du Moyen Âge.

2Mais il s’agissait aussi de tester l’efficacité d’une méthode dans laquelle la numismatique se voyait délibérément élevée au rang de science complémentaire – et non seulement auxiliaire – de l’histoire. Cette démarche s’avérait d’autant plus nécessaire que les sources traditionnelles de l’histoire monétaire (les ordonnances, les textes réglementaires et les comptes) font cruellement défaut en Bretagne pour une grande partie de la période traitée. Les inventaires postérieurs nous en révèlent l’existence et sous-entendent leur destruction, qui n’a malheureusement pas pu être surmontée. Les listes de maîtres d’atelier restent étiques, le nombre de graveurs connus pour toute la période s’élève à trois noms et nous ne connaissons que de très loin la vie des ateliers, et même lorsqu’elles existent, elles ne dispensent jamais de l’examen attentif du monnayage et des trésors, si l’on désire dépasser l’approche strictement juridique de la question. Cette confrontation des données numismatiques et des sources textuelles, menée sur la longue période et dans un espace géographique souvent élargi au-delà des frontières du duché, n’a pas été sans poser de problèmes, liés notamment au caractère discontinu de la documentation mais aussi à l’incertitude qui entoure certains aspects de la production monétaire du duché elle-même (distinction des espèces d’or de Jean IV et Jean V, de François Ier et François II, pour ne citer que ces deux exemples). Le recours à l’analyse fine des types monétaires, des légendes, mais aussi des trésors et des trouvailles isolées, et jusqu’aux mentions de pièces dans les textes, nous a permis d’enrichir considérablement notre base documentaire et de jeter un peu de lumière sur des périodes mal connues comme les temps féodaux, pour lesquels l’information, en général, manque cruellement. De plus, seules les cartes de diffusion de la monnaie bretonne, saisie à travers les trouvailles, ont permis de préciser les contours de la sphère d’influence du commerce breton médiéval. Dans l’ensemble, la méthode s’est pourtant révélée efficace puisqu’elle a permis de mieux dégager les principales étapes de la monnaie bretonne.

3De l’an mil à la fin du xiie siècle, la société bretonne se monétarise lentement. Après des débuts difficiles (1000-1150), la monnaie s’impose comme un moyen d’échange pratique et ouvert à tous. Dans le même temps, le commerce breton s’ouvre progressivement, vers l’ouest de la France, puis vers la zone d’influence des Plantagenêts, et en particulier les Îles Britanniques. Ce redémarrage de l’économie est confirmé par la réapparition, timide mais réelle, de l’or, dans les textes comme dans les trésors. Mais dans le duché, la monnaie du prince est sérieusement concurrencée par celle des Penthièvre, dont le denier au nom d’Etienne connaît le succès au xiie siècle et circule de la Bretagne au Proche-Orient. L’occupation du duché par Philippe Auguste (1206-1207) est un épisode-clef pour comprendre la genèse de l’État breton et ses implications sur la monnaie. Si, d’un point de vue économique, cet intermède royal n’a que peu d’impact, il est capital dans la mesure où il aboutit à la fin de la seule dissidence monétaire par le rattachement à la Couronne de l’atelier de Guingamp, et, phénomène exceptionnel dans la France médiévale, il débouche sur une situation de monopole, très favorable aux ducs. Pierre de Dreux (1213-1337) et Jean Ier le Roux (1237-1286) appliquent d’ailleurs une politique monétaire, qui, même si elle n’est pas très élaborée et semble plus pragmatique que théorique, se manifeste de multiples façons. Ils contestent la législation royale naissante en créant des espèces interdites, en s’efforçant de réguler la circulation monétaire et en ouvrant de nouveaux ateliers. Ils sont servis par une économie florissante, qui se traduit par l’abondance des deniers à la croix ancrée, puis à l’écu, dans les trésors français. Cette attitude originale et novatrice vaut au prince des critiques de la part du roi, ce qui nous permet de mieux suivre la mise en place du phénomène. Il ne faut pourtant pas idéaliser le tableau et croire au triomphe des princes, car les successeurs de Jean Ier sont bien plus timorés, ce qui n’empêche pas une certaine fronde, comme l’imitation des doubles royaux à la fin du règne de Jean III (1312-1341). Économiquement, la monétarisation s’accélère, avec l’utilisation de l’or royal et le développement rapide de la grosse monnaie d’argent. L’ouverture du commerce se confirme et les trésors permettent de mieux en cerner les contours : les Îles Britanniques, la Flandre et la péninsule Ibérique.

4La guerre de Succession et la lutte entre Jean de Montfort (1341-1345), puis son fils Jean (1345-1364), et Charles de Blois (1341-1364) modifient considérablement les données du problème. Profitant de l’affaiblissement du royaume, en pleine guerre franco-anglaise, les ducs s’attachent à créer un instrument monétaire efficace, au service de l’économie comme de la politique. La frappe de monnaies d’or et de gros, la création d’ateliers et la mise en place d’une administration de valeur, leur permettent d’achever ce que leurs prédécesseurs avaient empiriquement commencé. Il ne reste plus aux Montforts établis dans la durée (1364-1491) qu’à s’élever de la pratique à la théorie. À la fin du xive siècle, puis au milieu du xve siècle, les légistes ducaux inscrivent le droit de battre monnaie au cœur de leur revendication et de leur exercice de la souveraineté. Cette dernière se manifeste de façon très variée : monopole des émissions monétaires, frappe de l’or, légende des pièces reproduisant la titulature des ducs « par la grâce de Dieu », référence aux droits des anciens rois de Bretagne, établissement du cours des monnaies bretonnes et étrangères courant dans le duché etc. Tout est mis en œuvre pour illustrer l’indépendance des souverains, et le phénomène se manifeste aussi par le choix de types novateurs et spécifiques, comme la targe et l’écu. Enfin, les chroniqueurs relaient auprès des élites cultivées le nouveau message politique. L’ensemble oblige les ducs a contrôler parfaitement les organes de fabrication et la Bretagne se dote alors d’une administration de valeur, dirigée par un général maître des monnaies, sous la surveillance de la Chambre des comptes, et le duc détourne à son service jusqu’aux organisations corporatives en gardant à son service les ouvriers du serment de France, et, même s’il n’y a plus de dissidence, fait punir sévèrement les faussaires. Un tel outil reste cependant inutile s’il n’est pas possible d’alimenter efficacement les ateliers. Pour cela, la mise sous tutelle des métiers du métal, et en particulier des changeurs, permet de mieux contrôler la circulation monétaire et d’approvisionner les ateliers ; par ailleurs, les Montforts encouragent la recherche de mines d’or et d’argent sur le sol breton comme cela se fait dans le reste de l’Europe.

5Passés la bataille d’Auray et l’exil de Jean IV (1373-1379), les conditions économiques se transforment très favorablement. Îlot de paix dans une France ravagée par les armées anglaises, les grandes compagnies et les luttes de factions, le duché profite pleinement de sa situation pour commercer. Les pièces bretonnes suivent de près les autres monnaies qui occupent le marché, en valeur comme en titre, pour éviter tout accroc dans les échanges, et Jean IV (1364-1399) comme Jean V (1399-1442) sont très attentifs à la qualité de leurs espèces, sans perdre de vue le contexte économique français. Le fait est particulièrement net lors de la crise des années 1417-1421, lorsque les émissions bretonnes suivent mois après mois celles du roi et du dauphin. Mais c’est sous François II (1458-1488) que l’ensemble politico-économique que représente la monnaie atteint son apogée. Libérées de toute influence extérieure, les espèces bretonnes d’or et d’argent forment l’essentiel de la masse monétaire locale, et François II peut se targuer d’être le seul prince régnicole à frapper l’or dans le royaume. Cet équilibre est rompu par la guerre qui oppose le royaume au duché à partir de 1487. Si la duchesse Anne (1488-1491) et ses conseillers essaient tant bien que mal de sauver ce qui peut l’être, le duché n’est pas suffisamment puissant pour lutter contre l’appétit de son voisin et l’année 1491 paraît sonner le glas de la principauté. Voire. Car en 1498-1499, lors de son veuvage, une des premières préoccupations de la duchesse-reine est de rétablir la monnaie bretonne. Ce chant du cygne de la tradition monétaire bretonne en est aussi l’expression la plus accomplie, et la très symbolique cadière concentre sur l’or la représentation de la souveraine, de son pouvoir judiciaire et militaire. Par la suite, les ateliers de Nantes et de Rennes s’alignent sur la production royale. Le roi hérite d’une principauté à l’administration centralisée, à l’économie solide, dont les ateliers monétaires ont prouvé depuis longtemps leur efficacité. Mais 500 ans de grande liberté en ce domaine ont habitué les Bretons à leur monnaie, et le pouvoir royal perçoit bien le danger que cette situation originale fait peser sur l’intégration de la principauté. Nous en voulons pour preuve la rapidité avec laquelle les espèces bretonnes disparaissent en Bretagne, comme l’attestent les trésors en général, et celui de Visseiche en particulier. Cette attitude est paradoxalement la meilleure preuve de la réussite de la politique d’indépendance des Montforts.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540