Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Troisième partie. Le temps des Montforts

Chapitre X. Apogée et chant du cygne du monnayage breton

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Dans la seconde moitié du xve siècle, une documentation plus fournie permet de mieux comprendre la chronologie et l’opportunité des différentes émissions. Le cours, le titre et l’aloi peuvent être précisés, ainsi que les difficultés rencontrées par les ateliers, et il devient possible de reconstituer assez précisément la politique monétaire. L’arrivée au pouvoir de François II provoque des changements notables dans le domaine politique et aboutit à la frappe de nouvelles espèces. Techniquement, les ateliers monétaires fonctionnent bien, spécialement lors de la crise qui secoue le duché entre 1487 et 1491. Malgré une résistance acharnée et le recours aux méthodes traditionnelles en ces temps difficiles (dévaluations, décris et dons de seigneuriage), le duc ne peut en effet empêcher l’inflation liée à la guerre. À sa mort en 1488, il laisse à sa fille Anne un duché ruiné, qui ne résiste pas plus de trois ans à la pression de son puissant voisin, le roi de France. L’année 1491 ne marque cependant pas tout à fait la fin du monnayage breton puisqu’en 1498-1499, la duchesse et reine profite de son veuvage pour émettre à nouveau l’or et l’argent. Ces frappes fugaces sont peut-être celles qui incarnent le mieux l’esprit qui anime les Montforts.

Les monnaies de 1458 à 1491

Les monnaies d’or

  • 1 Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, t. II, p. 388.
  • 2 Bigot, Essai…, p. 259.
  • 3 Ordonnances des rois de France, t. xvi, p. 405, et Bigot, pièce justificative xxxv, octobre 1465.
  • 4 Berthemet, acte 204.
  • 5 Jolec, acte 322.
  • 6 Corcuff, acte 486.
  • 7 ALA B 11, f° 133 et v°.
  • 8 Corcuff, acte 1070.

2Il est difficile de suivre les différentes émissions de monnaies d’or ducales et il faut faire appel à toutes les ressources de la documentation, au risque de se fourvoyer quelquefois. On commencera donc par récapituler tous les actes connus concernant les émissions monétaires du règne. On décèle une première frappe vers 1464. Cette année-là, Louis XI envoie une ambassade au duc, alors à Nantes. Le roi lui reproche cinq empiétements de souveraineté, entre autres de « forger monnoye d’or en sa duchié sans le congié du roi1 », et le31 octobre François II est condamné à verser une amende de 4000 marcs d’or, avec défense de frapper monnaie d’or2. L’année suivante, Louis XI l’autorise à monnayer ce métal3. Deux mandements de 1466 et 1467 sont plus clairs. Le premier, daté du 16 mars 1466, concerne des florins d’or à 6 s de taille, 22 carats 3/4, courant pour 22 s 11 d, au remède de 10 grains de poids pour un marc et ¼ de carat de loi, et au brassage de 2 sous par marc4. Le deuxième est de l’année suivante (21 avril 1467) et concernedes « deniers d’or nommez flourins, […]savoir à vingt deuxcaratz trois quars et doze soulz de taille, ayans cours chacune piece pour unze soulz cinq deniers obole », battus à Rennes et Nantes5. Cette émission est décidée « pour obvier aux pertes et dechez que nosdits maistres de monnaie particuliers ont eu et pevent avoir à ouvrer seulement lesdits flourins », c’est-à-dire ceux de l’année précédente. Par la suite, tout devient très flou. Le 28 décembre 1486, un versement au trésorier des guerres détaille 100 florins d’or à 22 s 1 d, 300 écus d’or de Bretagne à 29 s 2 d, et 200 écus du roi à 29 s 6 d (pour 36 s 3 dt dans le royaume)6. Le 15 mars 1488, une liste de monnaies d’or évalue l’écu couronne de Bretagne et de Dauphiné à 40 sols, et le florin ducal à 35 sols7. Enfin, en plein coeur de la crise de la fin du règne, un mandement du 21 juin 1487 mentionne la frappe d’écus à 18 carats et 6 s de taille appelés duchaulx au cours de 35 s la pièce8. On voit donc que la documentation, souvent lacunaire, n’est pas toujours facile à interpréter et que l’enquête est même rendue plus difficile par l’absence de description des pièces, dans les mandements aussi bien que dans les comptes. Comme il est fort probable que les écus bretons et royaux ont cours à la même valeur en temps normal, les comptables se donnent rarement la peine de détailler. Comble de malchance, les trésors susceptibles de nous aider sont souvent mal décrits et difficiles à dater. Il faut dès lors parfois une certaine imagination pour rattacher un type particulier aux sources.

Le florin au cavalier

Florins (Rennes et Nantes) et demi-florin au cavalier de François II (Rennes). Jézéquel 385, 384 et 387.

Florins (Rennes et Nantes) et demi-florin au cavalier de François II (Rennes). Jézéquel 385, 384 et 387.
  • 9 Catalogue de la Maison Platt, septembre 1997, n° 1049 ; catalogue Jean Elsen, Bruxelles, juillet 19 (...)
  • 10 Bigot, Essai…, p. 259.
  • 11 Cariou, « Dénomination… », p. 23.
  • 12 Jézéquel 384-387.
  • 13 Jézéquel 387.
  • 14 Pour plus de détails sur la mise en page, « Quelques précisions… ».

3La monnaie qui représente François II à cheval est certainement la pièce d’or bretonne la plus connue. Elle figure dans les listes de vente sous l’appellation usuelle de cavalier9. Pour Bigot, c’est d’un écu qu’il s’agit, mais il admet la difficulté de nommer les monnaies d’or subsistantes10. D. Cariou, pour qui il ne fait pas de doute que c’est un écu, soulève aussi le problème du florin11, et Y. Jézéquel parle quant à lui de florin12. La représentation du duc sur cette monnaie est très proche de celle du florin de Jean V. Il est armé en guerre, l’épée nue et haute, le bouclier au bras gauche mais tourné de façon à ce que les hermines soient visibles. Au revers, une croix feuillue et tréflée figure dans un entourage ogival. Il existe une division13. On constate une évolution stylistique très nette : sur les monnaies habituellement attribuées à François Ier, le cheval est ramassé, prêt à bondir, et la croupe est carrée, les rênes bien visibles et festonnées ; sur l’émission dite de François II, l’animal galope de façon plus naturelle, la croupe est ronde et les rênes se perdent dans le décor14. Les deux monnaies sont différenciées par d’autres aspects, réunis dans le tableau suivant.

Tableau 61. – Comparaison entre les émissions de florins au cavalier de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 61. – Comparaison entre les émissions de florins au cavalier de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies…

4Le style plaide en faveur du classement chronologique traditionnel, mais les différents d’émission employés vont dans l’autre sens (raccourcissement de la légende et doublement de l’étoile). Plusieurs éléments concordent pour faire d’une de ces pièces celle de l’émission de 1466-1467. La comparaison entre le mandement de mars 1466 et les émissions royales d’or de la même époque est troublante.

Tableau 62. – Comparaison entre le florin breton et l’écu couronne royal. Sources : Duplessy, Les monnaies…, et Berthemet, acte 204.

Tableau 62. – Comparaison entre le florin breton et l’écu couronne royal. Sources : Duplessy, Les monnaies…, et Berthemet, acte 204.
  • 1 Le rapport entre les deux monnaies est à cette époque de 1 st = 0,833 sb, cf. Kerhervé, L’État bret (...)

Note 11

  • 15 Bompaire, « Saisies de monnaies prohibées au milieu du xv s. Le talbot d’or », RN, 1995, p. 170-171

5De plus, c’est à cette époque que cette pièce se répand dans la circulation, comme nous l’apprend Marc Bompaire. Dans les années 1466-1472, des cavaliers d’or bretons font partie de monnaies saisies aux Pays-Bas, avec des postulats de Liège, Utrecht et Cologne15. Ils figurent aux côtés de monnaies dont on sait qu’elles sont de poids, et surtout de titre faibles. Il ne s’agit donc ni d’un cavalier, ni d’un écu, mais d’un florin dans la filiation typologique et terminologique des monnaies de Jean V. L’acte du 15 mars 1466 mentionne les ateliers de Nantes et Rennes, et nous pouvons y rattacher le florin et le demi-florin de type II, le demi de Nantes restant à trouver. Dans ce cas de figure, et sous réserve d’antériorité du florin de type I, il est tentant d’y voir la première émission de 1464, celle dénoncée par le roi.

Tableau 63. – Les florins de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 63. – Les florins de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies…
  • 16 C’est le cas des trésors de Soudan, 1497-1515 ; Bourdet, 1508-1515 ; Herrenthals (Belgique, arr. de (...)
  • 17 Fichier manuscrit de M. Jean Duplessy.
  • 18 Harmois, « Inventaire des découvertes archéologiques… », p. 160.
  • 19 PVSAIV 1901, 10 avril 1900, p. xxvi.

6Nous ne savons pas combien de marcs d’or ont été employés, ce qui limite considérablement nos possibilités d’estimer le total de l’émission. Le tableau ci-dessus suggère que Rennes produit beaucoup plus que Nantes. Pour plus de renseignements, il faudrait se livrer à une étude détaillée des variétés de coins. Sept trésors contiennent des monnaies d’or de François II, uniquement au type du cavalier. Comme cette monnaie n’est pas rare sur le marché numismatique, on est en droit de penser qu’on est loin d’en connaître toutes les trouvailles. Trois enfouissements seulement sont contemporains du règne de François II. Les autres sont postérieurs ou trop mal connus16. À Boussac (Creuse), un florin au cavalier breton figure parmi les 45 monnaies d’or enfouies vers 1476-148317. Le trésor très varié de Glomel II, comporte environ 500 monnaies. Il a été trouvé en 1900, mais il est mal décrit par Harmois qui ne signale pas les monnaies d’or de François II18. L’abbé Robert détaille un peu plus la trouvaille, mais ne donne pas le nombre de pièces19. Les « écus » bretons y figurent avec des monnaies d’or royales de Jean le Bon, Charles V, Charles VI, Louis XI et Charles VIII. Enfin, à Bréhand, des cavaliers sont présents dans un trésor postérieur à la guerre (1491-1497).

L’écu couronne

L’écu couronne de François II (indéterminé). Jézéquel 388.

L’écu couronne de François II (indéterminé). Jézéquel 388.
  • 20 Soullard, « Un écu d’or à la couronne de François II, duc de Bretagne, frappé à Nantes », BSAN, 190 (...)
  • 21 Elle est aussi connue à Cambrai et en Dauphiné, Dieudonné, Manuel…, p. 398.
  • 22 ALA B 11, f° 133. Bigot ne reconnaît pas son existence et pense qu’il s’agit d’un écu et que l’écu (...)

7Cette monnaie a été publiée par P. Soullard dans le Bulletin de la société archéologique de nantes en 1904, puis dans la Revue Numismatique l’année suivante20. L’auteur l’attribue à François II à cause du style, du type et de la ponctuation des légendes (une étoile), propres aux monnaies de ce duc. Il signale qu’elle provient « d’une petite collection locale », sans donner plus de précisions d’origine. À l’avers, on voit un écu à 6 mouchetures, posées 3 2 1, surmonté d’une couronne à hauts fleurons et entouré d’une cordelière, avec la traditionnelle légende : + (étoile) FRANCISCVS (étoile) BRITONVM (étoile) DVX (étoile) N. Au revers, on trouve une croix ancrée en cordelière, un nœud et deux glands à chaque branche, dans un quadrilobe orné de feuilles d’ache. La légende est beaucoup plus originale : + (étoile) BENEDICTA (étoile) SIT (étoile) SCA (étoile) TRINITAS (étoile)21. Le seul exemplaire connu de cette monnaie est celui de la collection Soullard, actuellement au Musée Dobrée à Nantes. Il pèse 3,31 g, pour un diamètre de 22 mm. Avant 1904, cette monnaie n’était connue que par la liste de cours du 15 mars 1488, mentionnée ci-dessus22.

  • 23 DL II 1316, testament de la princesse du 22 septembre 1469.
  • 24 ALA E 102/12, sceau 459.
  • 25 Musée départemental breton, Quimper, inv. 922.1.1. Cf. catalogue de l’exposition 1491-1991. La Bret (...)
  • 26 1491-1991, La Bretagne…, n° 210.9.
  • 27 Même écu couronné et entouré d’une cordelière, 1491-1991, La Bretagne…, n° 207.1. La notice indique (...)
  • 28 La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 602.

8La cordelière est très fréquente dans l’emblématique de François II et d’Anne de Bretagne. Elle reprend la thématique de François d’Assise et de sa ceinture à nœuds, et se réfère explicitement au saint patron du prince. On la retrouve sur de nombreux objets des règnes du père et de sa fille. Sous François II, elle figure sur l’écu, mais aussi sur la chaîne d’or portée par Marguerite, sa première femme, et sur le tombeau du duc à Nantes, érigé par Anne23. Car c’est surtout Anne de Bretagne qui en fait un symbole majeur. On la voit sur le sceau armorial de 1491, qui porte un écu semé de 10 hermines, posées 4 3 2 1, surmonté d’une couronne fleuronnée, entouré d’une cordelière à laquelle s’accrochent les deux lions des montants. Le champ est limité par un listel cordé24. Elle encadre aussi un blason de la tour Tanguy à Brest25, et celui d’un jeton de l’écurie de la reine Anne26. Des nœuds et des lacs sont répartis sur la cordelière. Elle entoure également les armoiries de la duchesse peintes par Jean Bourdichon27. À l’église Saint-Armel de Ploërmel, le mur du chevet montre quatre écussons, dont un au moins est entouré d’une cordelière. Enfin, le vaisseau la Cordelière, qu’Anne fait construire de ses deniers, et l’ordre féminin du même nom rappellent l’importance que lui accorde la duchesse reine28.

  • 29 Duplessy 539 A du 4 janvier 1474.
  • 30 Duplessy 544 du 2 novembre 1475.
  • 31 Duplessy 539 A.

9De fait, nous serions tenté de voir dans l’écu couronne une monnaie de la seconde moitié du règne de François II. L’inventaire de 1488 nous donne son nom, mais les autres actes consultés ne la mentionnent jamais. Son poids et le décor de l’avers comme du revers la rattachent à l’écu couronne royal. En 1475, Louis XI réévalue l’écu qui passe du poids de 3,399 g 29 à 3,496 g30, et du cours de 30 s 3 dt à 33 st. En Bretagne, en 1488, l’écu couronne de François II a le même cours que son homologue royal (40 s), alors que l’écu au soleil vaut un peu plus (41 s 8 d). Le premier relève donc de l’ancien système, ce qui le place avant 1475. Le florin de 1466 est au titre de 22 carats ¾, soit 946/1 000, taillé à 72 au marc pour un poids de 3,399 g et un cours de 22 s 11 d, soit 27 s 6 dt. Pour le cours, cette monnaie correspond alors exactement à l’écu couronne de Louis XI ordonné le 31 décembre 1461, mais le titre et le poids sont plus faibles, et le module nettement inférieur. Si le florin au cavalier est bien la monnaie de 1466-1467, il faut admettre que l’écu couronne breton a été émis entre 1466 et 1475. Il pourrait correspondre à la deuxième émission de Louis XI, du 4 janvier 1474, mais cette hypothèse n’est pas pour l’instant confirmée par les sources31.

Le ducal

  • 32 Corcuff, actes 1019, 1070 et 1134.
  • 33 La Borderie, » Choix de documents inédits sur le règne de la duchesse Anne », MSAIV, 1868, p. 336-3 (...)
  • 34 Le Bourhis, Compte du produit de la délivrance des sceaux, acte 303.
  • 35 Cochard, acte 574.

10Jusqu’à présent le ducal n’a pas été retrouvé. La décision d’émettre une nouvelle monnaie d’or date des alentours d’avril 1487. Le 20, Gilles Thomas, trésorier de l’Épargne, reçoit l’ordre de remettre à Guillaume Picaud, maître de Nantes, un pot en or pesant 14 marcs 1 once 2 grains en gage d’une somme de 12 000 £, nécessaire pour soudoyer les gens de guerre. Le 21 juin 1487, François II ordonne de monnayer 200 marcs d’or en écus à 18 carats et 6 s de taille, appelés duchaulx, au cours de 35 s la pièce. La frappe se poursuit en août. Le 11, Guillaume de Kerloeguen et Olivier Lestour sont chargés d’emprunter le plus possible de marcs d’or et d’argent dans les évêchés de Léon, Cornouaille et Tréguier32. Dès le mois de juillet, les pièces déjà frappées servent à payer les soldats allemands et diverses autres dépenses33. Le ducal se maintient à 35 s au début de l’année 1488, jusqu’en mars. Le 24 décembre 1490, 20 marcs d’or sont encore envoyés à la Monnaie de Rennes, mais nous ne connaissons pas le type de la pièce fabriquée34. Le 29 juillet 1491 enfin, Anne ordonne de monnayer 50 marcs d’or, en réutilisant les coins du ducal de François II, et en ajoutant un gros point sous le treff de l’avers et sous une des hermines cantonnant les bras de la croix de revers35.

  • 36 Le titre est considéré comme stable, à 18 carats, soit 750/1 000.

Tableau 64. – Les émissions possibles de ducaux de François II et Anne36. Sources : Corcuff, acte 1070 ; Le Bourhis, Compte du produit…, acte 303 ; ALA B 11, f° 171 bis v° ; Cochard, acte 574.

Tableau 64. – Les émissions possibles de ducaux de François II et Anne36. Sources : Corcuff, acte 1070 ; Le Bourhis, Compte du produit…, acte 303 ; ALA B 11, f° 171 bis v° ; Cochard, acte 574.
  • 1 La destination du métal n’est pas précisée, et il est possible qu’il ait été utilisé en lingots.

Note 11

  • 37 DM II cciii et ccv.
  • 38 Cariou remet en cause cette analyse dans « À propos d’un article sur les florins d’or de François I (...)

11La parcimonie avec laquelle les informations sont distillées par les textes ne facilite pas le repérage archéologique du ducal. En 1994, nous pensions qu’il fallait comprendre le mot treff dans le sens abri, pavillon. Le type aurait alors été proche de celui du sceau en majesté de Jean V37. Force est de constater que nous n’en savons pas plus38. Il ne peut s’agir de l’écu couronne, qui figure à part dans la liste de mars 1488 et qui ne comporte pas d’hermines dans le cantonnement de la croix. Il pourrait s’agir d’un florin au cavalier, mais rien ne permet de trouver un treff à l’avers, à moins que ce mot soit compris dans le sens de solive, c’est-à-dire bras de la croix. Dans ce cas, la croisette de légende d’avers pourrait être cantonnée d’un gros point, mais ce différent n’est pas signalé. Le problème reste donc entier. La découverte d’une monnaie avec un point sous une des mouchetures du revers résoudrait le problème, mais il n’en a pas encore été retrouvé. À part ce mystérieux ducal, Anne ne monnaye pas l’or entre 1488 et 1491.

12Il n’est donc pas toujours facile de s’y retrouver au chapitre des monnaies d’or, malgré une documentation moins pauvre que sous Jean IV et Jean V. Pour ce qui est de l’argent, la situation devient plus claire et les ambiguïtés de vocabulaire disparaissent fort heureusement.

Les monnaies d’argent

13Depuis la fin du règne de Jean V, les types de monnaies d’argent sont stabilisés et les Bretons utilisent targes, doubles et deniers. François II garde ce système, mais y ajoute une monnaie de plus forte valeur, le gros.

Le gros à l’écu

Gros et demi-gros à l’écu (Nantes). Jézéquel 413 et 416.

Gros et demi-gros à l’écu (Nantes). Jézéquel 413 et 416.
  • 39 Jézéquel 413-415.
  • 40 ALA E 127/13, DM II 1739-1740, Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, Bigot, pièce justificative xxxiv(...)
  • 41 Duplessy 548.
  • 42 Jézéquel 416-417.
  • 43 Duplessy 549.
  • 44 3,2525 g de fin pour la monnaie royale, et 3,3242 g pour le gros breton.
  • 45 Jézéquel 432-435.

14Le gros à l’écu est en effet une innovation de François II, au même titre que l’écu couronne39. Il apparaît avant 1466 puisqu’à cette date il subit une baisse de titre. Il n’en est pas question dans le mandement du 7 juillet 1459 sur le cours de la targe, ni dans l’ordonnance de frappe de la même année40. Entre 1456 et 1459, le double-gros flamand est sous-estimé en Bretagne, ce qui provoque des remous sur le cours et l’émission de la targe. Par ailleurs, Louis XI émet le 31 décembre 1461 le gros de roi, au titre de 917/1 000, pour un poids de 3,547 g, au cours de 33 dt41. Le gros breton pourrait être la réponse à cette monnaie : il est émis à 978/1 000 de titre, au poids de 3,399 g et au cours élevé de 2 s 6 d, soit 30 d ou 36 dt. Un demi répond à la même description, et se différencie du gros par le poids (en théorie 1,699 g, en pratique entre 1,3 et 2,1 g) et le module42. Il correspond au demi-gros de roi43. La surcote de la monnaie bretonne s’explique par un poids de fin un peu plus élevé de 2,1 % par pièce44. À l’avers, l’écu de Bretagne porte six hermines posées 3 2 1 pour suivre la forme du bouclier. La légende est + FRANCISCVS BRITONVM DVX, suivie des différents d’atelier et d’émission. Au revers, une croix feuillue assez chargée porte en cœur la lettre d’atelier, entourée de + SIT NOMEN D (omi) NI BENEDICTVM. On retrouve le même type sur l’écu couronne. Sous le règne d’Anne, il continue d’être émis à Nantes et Rennes, et de nouveau lors de son retour en Bretagne en 1498-1499, mais pour un poids plus léger qui le rapproche de la targe. L’écu est alors mi-partie France-Bretagne, dans un cas surmonté de la lettre d’atelier (N). Le revers est différent de celui de l’époque ducale45.

  • 46 Point sous la cinquième lettre pour Anne, B 1 279 pour Rennes.

15Les variétés sont nombreuses, marquées par des différents quelquefois difficiles d’interprétation, comme les points et/ou annelets cantonnant la croix de revers, et la présence d’une étoile ou d’une hermine en fin de légende, d’un annelet entre la moucheture de fin de légende et la croix. L’écu et certaines lettres peuvent être pointés46. Le cadre de la lettre d’atelier peut être torsadé. La comparaison des variétés de cantonnement de la croix et des différents ne donne rien de probant, sauf dans le cas de l’émission rennaise à la moucheture, où se distinguent deux ensembles, avec quatre points (quatre occurrences) et avec quatre annelets (trois). Par contre, la mise en parallèle de l’évolution du titre, du pied et des différents permet de dater précisément les émissions monétaires.

Tableau 65. – Le titre du gros et les différents sous François II. Sources : Kerhervé, L’État breton…, p. 212 ; Jolec, acte 846 ; Bigot, PJ xxxviii ; ALA B 11, f° 206 v°-208 v° ; AMN HH 24.1, f° 3 ; ALA B 11, f° 263 v° et ALA E 128.8.

Tableau 65. – Le titre du gros et les différents sous François II. Sources : Kerhervé, L’État breton…, p. 212 ; Jolec, acte 846 ; Bigot, PJ xxxviii ; ALA B 11, f° 206 v°-208 v° ; AMN HH 24.1, f° 3 ; ALA B 11, f° 263 v° et ALA E 128.8.
  • 1 Le pied a été calculé pour les besoins du tableau, car les ordonnances monétaires bretonnes ne le d (...)
  • 2 Émission de Vannes.
  • 3 Jézéquel 415, une seule variété.

Note 11
Note 22
Note 33

16Les questions restent nombreuses et les actes ne détaillent pas assez souvent les différents, mais l’ensemble apporte un peu de cohérence dans les séries de François II. La répartition par atelier et par différent permet de mieux comprendre les évolutions par atelier.

Tableau 66. – Répartition par différents et ateliers des gros de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 66. – Répartition par différents et ateliers des gros de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies…
  • 47 Type 1 : + FRANCISCVS : BRITONVM : DVX : N. Ecu semé de 6 hermines posées 3 2 1 ; + : SIT : NOMEN : (...)
  • 48 Bigot, Essai…, pièce justificative xlvi, et ALA B 10, f° 215.
  • 49 1487 (novembre) : on frappe à Nantes un gros de plus basse loi, que l’on appelle le gros d’Orléans, (...)

17Comme le montre le tableau n° 66, Rennes et Nantes ont le même rythme de travail, alors que Vannes n’est activé que pour l’émission décrétée le 23 juin 1488. Les émissions à l’étoile peuvent être séparées en deux groupes pour Rennes. Conformément aux habitudes des ateliers monétaires, nous plaçons en premier l’émission avec l’étoile après la lettre d’atelier, et ensuite les monnaies avec l’étoile avant la lettre d’atelier. Dans ce cas, seul l’atelier rennais aurait frappé en 1467. Les variétés avec étoile creuse et étoile pleine sont connues pour Rennes et Nantes, et forment peut-être un différent inconnu entre deux émissions. La quartefeuille torsadée de certaines émissions relève plutôt d’un différent de maître ou de graveur. Nous l’avons trouvé sur deux monnaies nantaises, de la première émission et de la dernière47. Le gros à six deniers de loi, qui se caractérise par la présence d’un annelet, est rapidement appelé le gros à l’œillet48. Après la dévaluation d’octobre, il devient le gros d’Orléans. À l’époque, le duc d’Orléans, réfugié en Bretagne, mène la coalition contre la régente et c’est peut-être ce qui explique le nom de la pièce49.

  • 50 Berthemet, acte 205.
  • 51 Jézéquel 416 f.

18Les demi-gros ne sont frappés qu’au début du règne, avant le 16 mars 1466, à cette date et le 20 octobre 146750. Deux autres émissions ont lieu à Nantes en 1472 et 1479, et se caractérisent semble-t-il par une moucheture d’hermine en fin de légende51. Nous possédons aussi un mandement de fabrication du 27 février 1488, mais le différent est alors une moucheture suivie d’un point creux. Il n’a pas encore été retrouvé. Ces pièces ont cours pour 15 sous et sont frappées avec le même titre que les gros.

  • 52 Que ce soit dans Corcuff ou dans ALA B 11, les dons de seigneuriage se succèdent à un rythme souten (...)

Tableau 67. – La production de gros sous François II. Sources : CC 101 ; DL II 1420 ; DM III 239 ; Poullélaouën, acte 119 ; Corcuff, actes 341, 471, 829, 1 035 et ss., et ALA B 11, f° 2 ssq52.

Tableau 67. – La production de gros sous François II. Sources : CC 101 ; DL II 1420 ; DM III 239 ; Poullélaouën, acte 119 ; Corcuff, actes 341, 471, 829, 1 035 et ss., et ALA B 11, f° 2 ssq52.
  • 1 Le 13 février 1488, mandement de monnayer des gros. Le seigneuriage se monte à 16 £ pour chaque sou (...)

Note 11

  • 53 Morisson, La numismatique, p. 70.
  • 54 Day, « Les frappes de monnaies en France et en Europe aux xive-xve siècles », Rythme de la producti (...)

19L’estimation de la production sous François II jette un jour nouveau sur les monnaies bretonnes. Les émissions sont estimées pour l’essentiel d’après les dons de seigneuriage. Pour remercier ses alliés ou ses courtisans, qu’il n’a plus les moyens de payer, le duc leur fait cadeau de sa part de bénéfice sur le métal qu’ils apportent aux ateliers, ce qui permet une plus-value appréciable, et les mandements de don précisent presque toujours les quantités d’argent engagées. Mais c’est sans tenir compte des émissions normales et du métal envoyé directement de la trésorerie de l’Épargne qui n’apparaît pas toujours dans la documentation. Des années entières nous échappent en outre du fait des lacunes. Ces chiffres ne sont donc qu’un minimum. Malgré tout, le volume des émissions est surprenant, avec un record en août 1485 de 6,5 millions de gros. Lors de la guerre contre la France, les quantités de métal frappées deviennent encore plus élevées. Même si les 5,8 millions de juin 1487 forment un maximum, la moyenne mensuelle connue est de 1 525 545 pièces, pour l’essentiel à Nantes et Rennes, soit une production journalière d’un peu plus de 63 500 monnaies pour une semaine de six jours. Si on se réfère à un calcul fait pour la Flandre, un monnayeur peut frapper 3 000 pièces par jour (à Gand en 1467), ce qui revient à affecter 22 monnayeurs aux ateliers de Nantes et Rennes53. À raison de deux ouvriers pour préparer le métal, le personnel de ces deux ateliers s’élève à une trentaine de personnes. Il s’agit d’un minimum puisque les chiffres de production cités plus haut ne prennent en compte que les informations que nous livrent les registres de chancellerie. Ces chiffres placent les ateliers bretons largement en tête de la production française et européenne à cette époque54. En 1488, tous les ateliers royaux réunis ne dépasseraient pas un total de 6 t d’argent pur, contre 7,6 t en Bretagne de janvier à août 1488. Les chiffres bretons amènent à reconsidérer le problème de la grande famine de billon. Le métal ne disparaît pas, mais se cache sous forme de vaisselle, de lingots, etc. En cas de nécessité, comme c’est le cas en Bretagne à la fin de l’époque des Montforts, il est mobilisable très facilement.

  • 55 Cochard, acte 201.

20Sous le court règne de la duchesse Anne, la qualité de ces pièces se dégrade. Nous ne possédons qu’une ordonnance de fabrication, du 4 novembre 1490. Elle envoie à la Monnaie de Rennes 740 sous de loi pour y être frappés en gros neufs, « des loy et taille ci-davant […] ordonnez », et donne le seigneuriage à l’argentier de l’écurie Thomas de Rio, « obstant l’excessiff pris qu’ils coustoint a celuy temps55 ». Cela n’exclut pas que d’autres gros aient été frappés, car on trouve dans les registres de chancellerie de nombreux versements d’argent aux ateliers, sans précision de type. Comme la frappe de targes est en général précisée, il s’agit très probablement de gros, ce qui permet de dresser le tableau suivant.

  • 56 Le titre est donné par Kerhervé, L’État breton…, p. 212, tableau 12.

Tableau 68. – Les émissions de gros de la duchesse A nne à 2 deniers de loi56. Source : AMN HH 24.3 ; Le Bourhis, actes 205 et 5 02, et Cochard, acte 201.

Tableau 68. – Les émissions de gros de la duchesse A nne à 2 deniers de loi56. Source : AMN HH 24.3 ; Le Bourhis, actes 205 et 5 02, et Cochard, acte 201.
  • 57 On reste confondu quand on compare la quantité de métal frappée et le peu de monnaies subsistantes.

21En trois ans, la duchesse émet plus d’un demi-million de gros, pour un poids total de 2 650 kg d’alliage57. Ces chiffres ne forment qu’un minimum, du fait que toutes les émissions n’apparaissent pas dans les registres de chancellerie. Par exemple, il ne reste pas d’ordonnance de frappe de doubles et de deniers, dont on connaît pourtant de nombreuses variétés. Il faut conclure à une sous-estimation globale des émissions d’Anne de Bretagne, liée au contexte de crise.

Gros à l’écu d’Anne de Bretagne (Nantes). Jézéquel 420.

Gros à l’écu d’Anne de Bretagne (Nantes). Jézéquel 420.

Tableau 69. – Les variétés de gros d’Anne de Bretagne.

Tableau 69. – Les variétés de gros d’Anne de Bretagne.

Tableau 70. – Les variétés de cantonnement de la croix des gros d’Anne de Bretagne. Source des deux tableaux : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 70. – Les variétés de cantonnement de la croix des gros d’Anne de Bretagne. Source des deux tableaux : Jézéquel, Les monnaies…
  • 58 Jézéquel 421 c 3 et 4.

22Compte tenu des émissions mentionnées par les textes, il est difficile de mettre de l’ordre dans les différents, d’autant qu’ils interfèrent de façon curieuse. Les deux variétés de cantonnement de la croix ne correspondent pas aux différents de fin de légende, et certaines monnaies ont l’extrémité de l’écu pointée, d’autres non. Enfin, le B de BRITONV est parfois pointé, ce qui ne simplifie pas le classement58. La seule monnaie susceptible d’être rattachée à une émission est le gros nantais avec les différents de François II, moucheture et annelet. Il s’agit très certainement de la pièce émise à Nantes par Rieux.

La targe

Blanc et demi-blanc à la targe (Nantes). Jézéquel 390 et 394.

Blanc et demi-blanc à la targe (Nantes). Jézéquel 390 et 394.
  • 59 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv, (...)
  • 60 Kerhervé, L’État breton…, p. 212.

23Les targes de François II sont bien moins connues que les gros, et seulement deux actes datés du 14 avril et du 7 juillet 1459 les évoquent. Dans le premier cas, il s’agit d’un mandement qui ordonne la fabrication de grands blancs de 10 d et de petits blancs de 5 d59. Une autre frappe a lieu avant 1479, à 5 deniers de loi (416/1 000)60. La classification est relativement simple. Si l’on rend à François II les targes à légende longue (FRANCISCVS), on distingue bien les différentes émissions.

Tableau 71. – Les targes et demi-targes de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 71. – Les targes et demi-targes de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies…

24Les émissions de 1491 s’expliquent par la guerre et l’occupation du duché, méthodiquement menées par les troupes royales depuis la fin de l’hiver 1490-1491. La moucheture en début de légende est caractéristique du début du règne d’Anne de Bretagne, et correspond au différent de la fin du règne de François II. Une targe sans différent au droit, et avec une moucheture d’hermine en début de légende au revers, si elle n’est pas due à l’inattention d’un graveur, permet de situer cette série entre les deux autres. Par contre, aucun indice ne permet de la dater précisément. La production de targes est mieux connue sous Anne de Bretagne que celle des gros. Quatre émissions sont connues par les registres de chancellerie, et nous en donnons ci-dessous un tableau de synthèse.

Blanc à la targe d’Anne (Rennes). Jézéquel 423.

Blanc à la targe d’Anne (Rennes). Jézéquel 423.

Tableau 72. – Les émissions de targes d’Anne de Bretagne. Sources : Le Bourhis, acte 688 ; Cochard, actes 574, 576 et 577, DL II 1528.

Tableau 72. – Les émissions de targes d’Anne de Bretagne. Sources : Le Bourhis, acte 688 ; Cochard, actes 574, 576 et 577, DL II 1528.
  • 1 DL II 1528.

Note 11

  • 61 Cf. Bigot 1288-1292, Cochard, acte 573. Il n’en subsisterait que quatre exemplaires, dont un à la B (...)

25Le différent du 29 juillet 1491 est d’un côté un gros point masseix (c’est-à-dire plein) sous la petite croix du caractère en louche. Le prince d’Orange, le vice-chancelier, les trésoriers et contrôleurs généraux, ainsi que Jehan Hagomar, Thomas Thierry et autres, siègent alors au conseil61. La présence de l’ancien maître de Rennes et futur général des Monnaies, Jehan Hagomar, n’est pas anodine. Dans ce contexte de crise, il faut conseiller au mieux le pouvoir et les spécialistes sont invités à donner leur avis. La classification par type apporte quelques éléments complémentaires.

Tableau 73. – Les variétés de targes d’Anne de Bretagne. Sources : ibid. et Jézéquel, Les monnaies…

Tableau 73. – Les variétés de targes d’Anne de Bretagne. Sources : ibid. et Jézéquel, Les monnaies…

26Le différent de l’émission à 84 au marc étant connu, il suffit de placer en premier les pièces qui portent le différent utilisé à la fin du règne de François II (moucheture en début de légende avers et revers), et par conséquent en dernier la suppression de la moucheture de début de légende de revers. La moucheture, placée en fin de la légende d’avers et au début de la légende de revers, dernier différent pour cette période, est caractéristique de l’atelier de Nantes, mais nous ne possédons aucune information sur l’émission de référence. Celle qui porte la moucheture en début d’avers et de revers peut être datée de 1490, par comparaison avec Rennes. Si l’on récapitule toutes les frappes de monnaies blanches sous Anne mentionnées dans les registres de chancellerie, on obtient le tableau suivant.

Tableau 74. – La production de monnaies d’argent sous Anne. Sources : mêmes sources que les tableaux 84 et 88.

Tableau 74. – La production de monnaies d’argent sous Anne. Sources : mêmes sources que les tableaux 84 et 88.
  • 1 C'est le métal envoyé à la fonte par Rieux révolté dans Nantes.

Note 11

  • 62 ALA B 570, et Kerhervé, L’État breton…, p. 220.
  • 63 Les émissions de Rieux ne sont pas comptées par J. du Verger dans son total.

27Pour l’atelier de Nantes, les dons de seigneuriage et mandements de frappe confirment le chiffre de 5 199 marcs de fin battus par Julien du Verger entre le 12 juin 1488 et le 28 novembre 149062. L’essentiel de son activité se place sous François II, à l’exception de 700 marcs de gros battus le 30 juin 148963. Les targes nantaises sont donc frappées après novembre 1490 puisque le métal n’apparaît pas dans le compte de Julien du Verger. Avec 5 200 marcs de fin connus, l’atelier de Rennes distance largement celui de Nantes, qui cesse quasiment toute activité après la mort de François II, à l’exception d’une forte émission de 200 000 pièces en juin 1489. Le montant d’ensemble de la production est d’autant plus étonnant que les Monnaies fabriquent aussi des petites espèces, sur lesquelles nous sommes bien moins renseignés.

Le double et le denier

  • 64 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justif (...)
  • 65 AIV 1 F 638, Turnus-Brutus.
  • 66 ALA B 11, f° 123 v°.
  • 67 Tous les doubles et les deniers ont été compris dans le tableau. Pour les attributions de monnaies (...)

28Nous possédons trois mandements qui enjoignent de fabriquer des doubles et des deniers. Le premier date du 22 janvier 1460, suite à une délibération du conseil ducal du 14 avril 1459, et porte sur un total de 143 000 deniers et un peu moins de 100 000 doubles, à Nantes et Rennes64. Le deuxième texte est de 1472 et mentionne les mêmes conditions, mais sans donner de chiffres65. Enfin, un acte du 27 février 1488 donne la permission aux maîtres de « Rennes et Nantes de faire ouvrez et monnoyer esdictes monnoyes des demys-gros et des doubles et deniers », hélas sans plus de précision66. Les monnaies conservées peuvent être en partie rattachées à ces trois frappes67.

Double et denier (Rennes). Jézéquel 400 et 405.

Double et denier (Rennes). Jézéquel 400 et 405.

Tableau 75. – Doubles et deniers de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 75. – Doubles et deniers de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies…
  • 68 Jézéquel 403.

29Un denier sans différent, mais avec une étoile en fin de légende, pourrait avoir été émis dans les années 146068. La moucheture d’hermine en début de légende étant caractéristique des targes frappées à la fin du règne de François II et au début de celui d’Anne, elle peut donc tout à fait être retenue pour l’émission de 1488. Dans ce cas, les monnaies nantaises attendent d’être retrouvées. Il est dès lors possible que le point en fin de légende corresponde à l’émission de 1472. Rennes se distingue par le nombre des monnaies retrouvées, 25, contre seulement 12 pour Nantes, ce qui laisse croire à une activité moins importante de ce dernier atelier pour les espèces de billon.

30Malgré une documentation très complète, nous ne savons rien de la frappe de deniers et de doubles sous Anne de Bretagne. Les variétés sont pourtant assez nombreuses, surtout pour Nantes, fait surprenant puisque cet atelier reste discret pour les autres monnaies et que la ville est inaccessible à la duchesse pendant une bonne partie de son règne breton.

Double et denier d’Anne (Rennes). Jézéquel 425-427.

Double et denier d’Anne (Rennes). Jézéquel 425-427.

Tableau 76. – Les variétés de doubles et de deniers d’Anne de Bretagne. Source : Jézéquel, Les monnaies…

Tableau 76. – Les variétés de doubles et de deniers d’Anne de Bretagne. Source : Jézéquel, Les monnaies…
  • 69 Jézéquel 424 a.
  • 70 Jézéquel 432 d.
  • 71 Jézéquel 426.

31On retrouve la croisette initiale pointée comme différent d’atelier, caractéristique de l’émission de targes du 29 juillet 1491. Deux pièces à l’hermine passante posent problème. La première est le double de Nantes sur lequel la lettre d’atelier est placée au-dessous de l’animal, au lieu d’être en fin de légende, comme c’est le cas depuis Jean V69, c’est-à-dire qu’un type nouveau apparaît à un moment de troubles, qu’on pourrait croire peu propice à l’innovation. Cette singularité se retrouve en 1498-1499, pendant le veuvage de la reine Anne, avec un gros dont l’écu est surmonté du N de Nantes70. La deuxième est un denier surfrappé, de lecture incertaine et qui porterait la légende inversée A DVCISSA BRIT au lieu de ANNA BRITO DVCISSA71. Rien n’explique cette particularité.

Les oboles

Les oboles de François II (Rennes). Jézéquel 418-419.

Les oboles de François II (Rennes). Jézéquel 418-419.
  • 72 Jézéquel 419. Sur cette monnaie, Coativy et Dhénin, « Une ou des oboles de François II… », p. 23423 (...)
  • 73 Duplessy 564.
  • 74 Duplessy 565.
  • 75 Boone et Dieudonné, « Une monnaie de résistance d’Anne de Bretagne ? », PVSFN, 4 juillet 1931, p. x (...)

32L’acquisition par le Cabinet des Médailles en 1987 d’une obole de François II a permis d’éclairer d’un jour nouveau le chapitre de la petite monnaie72. Cette obole de billon de 0,90 g porte à l’avers une hermine dans un quadrilobe, avec la légende + FRANCISCVS : DVX R, et au revers une croix, avec une moucheture en cœur dans un quadrilobe. Exceptionnellement, elle porte sa valeur inscrite en toutes lettres : + OBOLVS : BRITANIE. Cette obole nous donne la clé d’une autre monnaie au nom de François, qui porte à l’avers une moucheture d’hermine dans un quadrilobe, et + FRANCISCVS : DVX : R, et au revers une croix longue, avec en cœur la lettre R dans un quadrilobe. Elle pèse 0,81-0,87 g, soit à peu de chose près le même poids que la précédente. Il s’agit donc de deux oboles appartenant à deux émissions différentes, la première précoce, nécessitant seule, probablement en raison de sa nouveauté, l’inscription de sa valeur. Il faut les mettre en rapport avec les oboles royales, à la croix courte, émises le 31 décembre 146173, puis à la croix longue, émises le 20 novembre 146774. Comme son équivalent royal, la monnaie porte OBOLVS à l’avers, pour éviter la confusion avec un denier. Rappelons que le trafic de fausse monnaie en provenance du nord de l’Europe se poursuit sous François II et qu’il est dès lors nécessaire d’émettre de la petite monnaie pour l’endiguer. La frappe continue sous le règne d’Anne de Bretagne. Une monnaie publiée en 1931 dans les Procès Verbaux de la société française de numismatique, est inspirée du coronat de Marseille75. Non reproduite, elle pourrait être décrite comme suit : une moucheture d’hermine dans un trilobe, et pour légende (moucheture) ANNA D EI G DCIS. Au revers, on trouve une croix dans un quadrilobe, avec une légende inconnue. Le coronat massaliote a cours pour trois-quarts de denier. Il est dès lors tout à fait plausible qu’il s’agisse de l’obole, dont la description théorique (en dehors de la légende d’avers) correspond assez aux oboles de François II. La moucheture de début de légende est caractéristique de l’émission de targes du 10 septembre 1491, et place la monnaie très tardivement, ce qui est à nouveau surprenant pour une valeur aussi faible, à un moment où la duchesse aux abois cherche surtout à solder les mercenaires à son service, qui ne sauraient se contenter d’oboles…

33La description des pièces, passage obligé de l’histoire de la monnaie, ne doit éclipser l’analyse de la politique monétaire des deux derniers souverains bretons. Le pouvoir ducal s’attache en effet à contrôler étroitement la frappe et la circulation monétaire, avec plus ou moins de succès en fonction des circonstances, heureuses ou dramatiques.

La politique monétaire de François II et Anne

34Si les premières années de règne de François II sont calmes et marquent l’aboutissement d’une longue et efficace politique d’indépendance et de neutralité, les conditions changent dans les années 1460 et les nuages s’accumulent. Le roi Louis XI supporte mal les principautés indépendantes et s’attache à les réduire une par une. 1477 voit la disparition de la Bourgogne, 1481 celle de la Provence, et la Bretagne se trouve rapidement dans une situation très difficile, ce qui ne va pas sans remettre en cause le bel équilibre de l’État breton.

Le contrôle de la circulation monétaire

  • 76 Sur les plaques, et en particulier les imitations, Dieudonné, Manuel…, p. 48-49.
  • 77 Duplessy 480, double gros.
  • 78 AIV 1F 109 f° 52.

35En dehors de la frappe de monnaies, nécessaire à la vie économique du pays, le pouvoir accorde une place très importante au contrôle de la circulation monétaire, et des mandements en ce sens ponctuent le règne de François II. L’affaire des plaques flamandes, déjà évoquée parce qu’elle remonte au règne précédent, est tout à fait révélatrice de ce fait. Au premier semestre 1456, le duc décide de régler le cours de la plaque, très prisée de la bourgeoisie d’affaires bretonne. Il s’agit d’une monnaie du module du gros esterlin, au poids comparable à celui du gros tournois76. Elle est frappée en France du Nord et aux Pays-Bas, et rapidement assimilée au double gros de Flandre. Elle a tellement de succès que Charles VII n’hésite pas à en monnayer à Tournai77. Après 1456 en Bretagne, elle menace de déséquilibre le marché monétaire, et le conseil décide qu’il est interdit de prendre la plaque à plus de 11 deniers. Cette sous-évaluation, très néfaste à la pièce concurrente, a certainement pour but de favoriser la targe. Le 10 juin 1456 une délégation rennaise se rend à Nantes devant le duc afin de se plaindre du mandement78. L’opération est couronnée de succès puisqu’en 1459 les plaques ont cours à 12 deniers.

  • 79 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justif (...)
  • 80 ALA E 127/16, 25 avril 1459.
  • 81 ALA E 131, f° 21 v°.
  • 82 Berthemet, acte 206.
  • 83 AIV 1 F 638, Turnus-Brutus.
  • 84 AIV 1 F 632, Turnus-Brutus.
  • 85 ALA E 127.15, 1er mars 1459.
  • 86 Jolec, acte 846.
  • 87 Le 1er octobre 1467, le duc d’Alençon signe avec François II et Charles de Valois un traité pour re (...)

36L’affaire n’est pourtant pas réglée. Le 10 avril 1459 – François II est duc depuis le 26 novembre 1458 – le conseil ducal revient sur le sujet car le duc s’inquiète de la surestimation des monnaies étrangères79. Le 25 avril, le Conseil décide que la plaque aura cours à onze deniers pièce, au lieu de douze auparavant80. Il faut croire que tout le monde n’est pas satisfait, car le 7 juillet le conseil intervient une nouvelle fois sur le cours de la targe et de la plaque, et décide « que les placques aient cours a XII deniers et que oncque soit a XI deniers maille la piece81 ». Nous ne connaissons hélas pas la fin de l’histoire, mais il est possible que les difficultés de la targe face à la plaque se soient réglées par la frappe du gros à l’écu qui apparaît à cette époque. Deux autres mandements évoquent des monnaies étrangères, le 16 mars 1466 une ordonnance concernant le cours des esterlins dans le duché82, et en 1470 un mandement touchant le cours des monnaies, sans plus de précisions83. Le pouvoir intervient aussi pour régler le cours du métal précieux, par suite de ses implications sur la frappe monétaire. En 1459 François II fait défense à tous ses sujets de transporter aucun argent blanc ni billon, sous peine de perdre le tout84. En parallèle, le général maître des monnaies publie une lettre sur les changeurs et interdit par annonce publique cette profession à quiconque ne lui aura pas prêté serment85. Le 20 octobre 1467 le duc ordonne de monnayer des gros et demi-gros, de 5 sous 4 d de taille, 11 d 12 grains de loi d’argent le roi. Comme la somme de 7 £ 10 s donnée aux marchands par marc est insuffisante, et que ces derniers portent le métal « aux païs voisins de notre païs », le duc l’augmente à 7 £ 12 s 6 d. Le texte précise que si l’argent apporté est de meilleur aloi, les ateliers doivent en tenir compte et mieux le payer86. À cette époque, le duché est en guerre et le métal précieux à la hausse87.

37Toutes ces mesures montrent bien l’intérêt que le gouvernement porte à ces questions. Avec la guerre et surtout l’invasion française qui frappent le duché à la fin des années 1480, la situation monétaire de la Bretagne se transforme et oblige le pouvoir à intervenir dans tous les domaines.

La crise (1487-1491)

  • 88 Kerhervé, L’État breton…, p. 211.

38La guerre qui affecte le duché à partir de 1487 modifie profondément la situation monétaire bretonne. Le duc doit faire face à des dépenses de plus en plus fortes pour solder son armée et entretenir les forteresses. Dans le même temps, la population subit les crues d’impôts et le passage des armées étrangères. De plus, le seigneuriage fait rapidement figure de succédané d’impôt sur la possession du métal précieux, et les ateliers monétaires frappent abondamment le métal issu de la bourgeoisie et des collectivités. La monnaie est devenue « un expédient budgétaire88 ». Les effets du conflit sont classiques et se traduisent en particulier par une hausse du prix du métal précieux.

Tableau 77. – Le titre du gros, le cours du marc d’argent et de l’écu d’or (1466-1491). Sources : Kerhervé, L’État Breton…, p. 214 ; Berthemet, acte 205 ; DM III 239 ; Corcuff, acte 1059 ; ALA B 11, f° 18 et Cochard, acte 578.

Tableau 77. – Le titre du gros, le cours du marc d’argent et de l’écu d’or (1466-1491). Sources : Kerhervé, L’État Breton…, p. 214 ; Berthemet, acte 205 ; DM III 239 ; Corcuff, acte 1059 ; ALA B 11, f° 18 et Cochard, acte 578.
  • 1 Il s'agit du rapport entre la valeur du marc et le denier de fin.
  • 2 Il s'agit de targes.

Note 11
Note 22

  • 89 La Borderie, Choix de documents…, acte xviii, Le Bourhis, acte 676.
  • 90 La Borderie, Choix de documents…, acte xix, Le Bourhis, acte 688.

39Au fur et à mesure que la conjoncture se dégrade et que le marc de métal blanc augmente, l’aloi des monnaies diminue. De 1466 à 1488, le titre du gros passe de 11 d 18 grains à 3 d, et par la suite, la targe descend même à 2 d de titre. Si l’on compare le rapport entre l’aloi et le cours de l’argent, on remarque aussi que les monnaies à 2 d de fin coûtent plus cher aux ateliers que celles à 11 d 18 grains de 1466. Ce phénomène oblige le pouvoir à une fuite en avant, pour maintenir ses bénéfices. En parallèle, le cours de l’écu s’envole. L’émission de 200 marcs de florins en juin 1487 ne suffit pas à enrayer le phénomène, qui affecte par ricochet la monnaie d’argent. Après la trêve de Francfort, la duchesse assainit la situation et ramène les monnaies à un cours plus habituel : le 22 mars 1490, une table de change reprend les cours de juin 148789. La frappe d’une targe à 4 d de loi, 80 au marc et 10 d de cours permet de rétablir la situation90. La reprise de la guerre en mars 1491 relance la crise, mais le duché exsangue ne peut plus ou ne veut plus fournir de métal et les émissions monétaires restent dérisoires.

  • 91 En Bourgogne en 1359 par exemple ; Dumas, le monnayage…, p. 113.
  • 92 ALA B 11, f° 13 v°, 253 v°, et 257.
  • 93 Kerhervé, L’État breton…, p. 212.
  • 94 ALA B 11, f° 30, f° 211, etc. Même situation dans les mêmes circonstances en Bourgogne dans les ann (...)

40Ces difficultés ultimes nous rappellent que le problème de l’approvisionnement des ateliers marque toute la période, et face à cette situation, le pouvoir recourt aux dons de seigneuriage. Le phénomène est ancien et attesté ailleurs qu’en Bretagne91. Comme le duc ne prélève pas sa part, la rentabilité de la frappe est accrue pour le déposant : celui-ci peut être un particulier, laïc ou clerc, ou une collectivité, civile (ville) ou religieuse (abbaye), et il s’agit essentiellement de récompenser un service rendu. Le don d’un marc d’argent en 1487-1488, au prix de 10 £ 15 s, pour la frappe de gros à 3 d de loi et 2 s 6 d de cours, permet un bénéfice d’un peu plus de 25 £. Le duc peut ainsi récompenser un service sans aucun débours et pour un manque à gagner relatif, car rien ne dit que sans cela les versements de métal aux ateliers lors de la guerre contre la France auraient été très élevés. Le don de seigneuriage peut aussi représenter une forme pratique de remboursement de prêt, mais les raisons sont rarement précisées dans les ordonnances de monnayage. Face au manque à gagner, le prince se reprend parfois et casse les ordonnances de don, mais il ne s’agit que de velléités, qui n’ont que peu d’effet sur la situation92. Entre le 1er juin et le 30 septembre 1487, 9475 marcs sont battus à Nantes et Rennes, soit un manque à gagner de 90 000 livres93. Les bénéficiaires sont variés, des alliés comme le prince d’Orange, le comte de Comminges, le duc d’Orléans, ou encore tout ce que le duché compte de puissants et de riches, comme le sire d’Avaugour ou les bourgeois de Rennes94. Subtil moyen de conserver des fidélités, le don de seigneuriage vise aussi à éviter le retour d’un vieux démon, que la guerre fait souvent réapparaître, celui de la dissidence monétaire, qui sévit notamment à Nantes.

La monnaie du maréchal de Rieux

  • 95 Merlet, La famille de rieux, Vannes, 1908, extrait de la Revue morbihannaise, p. 13-15, Planiol, Hi (...)
  • 96 Jean IV de Rieux est né le 27 juin 1447. Il participe en 1464 à la Ligue du bien public au côté de (...)

41Après la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier (28 juillet 1488), la signature du traité du Verger (19 août 1488) et la mort du duc François II (9 septembre 1488), la Bretagne connaît une période mouvementée. L’héritière de la couronne ducale, la jeune duchesse Anne doit faire face à l’occupation française puis à la reprise de la guerre. En 1488, les Français occupent Saint-Malo, Dinan, Fougères et Saint-Aubin ; les Laval, leurs alliés, Vitré, Châteaubriant, La Guerche… Les terres de Rohan, au centre du duché, sont difficilement contrôlables en raison du ralliement de leur seigneur à Charles VIII. Anne, bientôt interdite de séjour à Nantes, n’étend guère son autorité que sur Rennes et sa région, mais conserve le contrôle de l’essentiel de la Basse-Bretagne. La situation militaire difficile est aggravée par une faillite du trésor ducal, incapable de financer la guerre95. Cette crise se double d’une situation politique confuse. En effet, la haute noblesse est prise entre sa fidélité à sa suzeraine et ses intérêts du côté du royaume. Les cas de conscience sont nombreux et offrent une palette de nuances, de la fidélité à la trahison, en passant par le double jeu. C’est dans ce contexte que se place la rébellion du sire de Rieux96.

  • 97 Le Bourhis, acte 502, 1er mars 1489 : envoi à la fonte à Rennes de 6 écuelles d’argent de 12 marcs (...)
  • 98 Les sommes versées et la liste nominative des habitants existent toujours, AM Nantes, CC 102 f° 5, (...)
  • 99 La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 564-572.
  • 100 Dupouy, Histoire de Bretagne, Quimper, 1932, p. 184.
  • 101 La Borderie, Choix de documents inédits…, p. 7-8.

42Il se révolte contre la duchesse en février 1489 et s’enferme dans la ville de Nantes, mais contrôle aussi Ancenis et Rochefort. Il est favorable au mariage de la jeune héritière avec Alain d’Albret, ce qu’elle refuse catégoriquement. La situation se tend et les troupes des deux camps en arrivent même à se ranger en ordre de bataille. Finalement, Anne se réfugie à Rennes le 7 février 1489, où elle est couronnée le 10. Le mois suivant, elle fait confisquer et envoyer à la fonte la vaisselle d’argent du maréchal97. À Nantes, Rieux établit un véritable contre-pouvoir, s’appuyant sur d’Albret, Lescun, Françoise de Dinan, comtesse de Laval… Il fait main basse sur le trésor et les bijoux de la Couronne, et lève une imposition extraordinaire sous forme d’emprunt forcé98. Les Français reprennent leurs expéditions militaires en Bretagne, arrêtées en mai par l’arrivée de renforts espagnols et anglais. Il faut noter pour la défense de Rieux que sa rébellion ne l’empêche pas de faire la guerre aux Français. Finalement, après le traité conclu le 22 juillet 1489 à Francfort entre Charles VIII et Maximilien de Habsbourg, par lequel le roi s’engage à rendre les places qu’il occupe, assurant une année de répit au duché, intervient, en juillet 1490, une réconciliation entre Rieux et la duchesse qui accepte de faire cesser la dissidence, malgré les prétentions exorbitantes de son vassal (100 000 écus d’or pour lui, et autant pour son alliée la comtesse de Laval et pour Alain d’Albret…). C’est probablement alors qu’est donné le mandement reconnaissant la validité des frappes monétaires opérées par Rieux99. Il renonce par ailleurs à son titre de gouverneur de la duchesse100. Pour La Borderie101, Rieux apparaît comme un des seigneurs les plus influents du duché, « patriote » fervent, hostile au mariage d’Anne avec Rohan ou Maximilien. Son parcours semble plutôt chaotique, marqué par l’appât du gain et du pouvoir, jalonné de multiples trahisons vis-à-vis de François II, du roi de France et d’Anne de Bretagne.

  • 102 DM III 462, et Bigot, Essai…, pièce justificative xl, p. 391.
  • 103 Les monnaies de la duchesse cette année-là sont à 2 d de titre, Kerhervé, L’État breton…, p. 212.
  • 104 Il s’agit de : av. : + ANNA […] A. (moucheture) °. Un point à la base de l’écu ; rv. : […] EDICTVM. (...)

43Les collections consultées abritent des monnaies qui peuvent être rattachées à cette dissidence monétaire. Il s’agit de gros à l’écu portant six hermines posées 3 2 1, au revers une croix feuillue, frappés à Nantes. L’hermine et le point en fin de légende rappellent les dernières monnaies émises sous François II102. Rieux cherche donc à s’inscrire dans la continuité des émissions ducales. Les quantités frappées peuvent être estimées par les textes. Il y est question de 500 marcs 4 onces 7 gros de métal, soit 3 000 marcs d’œuvre, à 72 au marc et à 2 d de titre, soit un minimum de 216 000 pièces103. Trois pièces conservées sont susceptibles de faire partie de cette émission. Il s’agit de gros nantais de bas aloi, qui se caractérisent par un N de fin de légende d’avers et un N oncial au cœur de la croix qui prend la forme d’un R par ajout d’un point104.

44L’accord de 1490 met fin à ce monnayage illégal et le mariage de la duchesse Anne à la fin de l’année 1491 semble clore définitivement le chapitre de l’histoire monétaire des Montforts, mais c’était sans compter avec la ténacité de la jeune duchesse qui s’empresse de restaurer ses prérogatives à la mort de Charles VIII, spécialement dans le registre qui nous intéresse.

Le temps du veuvage de la reine Anne (1498-1499)

  • 105 Sur l’arrière-plan politico-financier de la période, synthèse de Le Page, Finances et politique…, p (...)

45Après la mort de Charles VIII (8 avril 1498), Anne réaffirme son autorité sur le duché, et dès le lendemain du décès, elle rétablit la chancellerie puis convoque à Amboise barons et prélats bretons. La monnaie s’inscrit directement de cette reprise en mains de la Bretagne. La disparition des sources et la fugacité dans ce deuxième règne ne permettent d’appréhender que les grandes lignes de sa politique en 1498-1499105. Il faut donc essayer de tirer le plus possible d’informations des monnaies qui nous sont parvenues, et de faire parler les quelques textes qui évoquent le sujet.

Les monnaies

  • 106 13 septembre 1503, Bigot, Essai…, pièce justificative lv, p. 405.

46En 1503, un mandement de frappe de douzain rappelle « que de tous temps y a eu oudit pays ung seul cours de monnoie comme principaulté séparée106 ». C’est en vertu de ce précepte qu’entre 1498 et 1499 la duchesse émet trois types différents de monnaies d’or, d’argent et de billon.

La cadière

Cadières d’or, datée et non datée (Nantes). Jézéquel 429-430.

Cadières d’or, datée et non datée (Nantes). Jézéquel 429-430.
  • 107 DM II ccxxiii, Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir… », p. 138-139, sceau de majesté d’Anne (...)
  • 108 Sur l’arrière-plan politique de la période 1498-1499, Kerhervé, « 1498 : la monnaie d’or millésimée (...)
  • 109 La cadière rennaise, signalée par Leblanc, n’a pas été retrouvée. Il pourrait s’agir d’un exemplair (...)
  • 110 Une étude détaillée des différences de coins nous apprendrait beaucoup sur la quantité de monnaies (...)
  • 111 Jézéquel 429.
  • 112 Jézéquel 428.

47Seule monnaie d’or émise par Anne de Bretagne pendant son veuvage, la cadière est la transposition numismatique du sceau en majesté de la princesse pour la période 1489-1491107. Elle y est représentée assise sur un trône, tenant dans la main droite l’épée, dans la gauche le sceptre qui ne figure pas sur le sceau. Elle est vêtue d’une robe blasonnée, mi-parti de France et de Bretagne, et ce choix n’est pas innocent. Par le biais du métal noble, il s’agit de rappeler à tous que la duchesse a restauré son pouvoir, en particulier celui de rendre la justice, de faire la guerre, et, bien sûr, de frapper monnaie d’or. La réouverture des ateliers à son profit n’est pas anodine, mais empreinte d’une forte charge symbolique, et elle entre dans une démarche plus large d’affirmation de la souveraineté ducale108. Seul l’atelier de Nantes émet des cadières109. Elles sont frappées en assez grand nombre, sous deux types différents, pour un total de quatre variétés, soit une fourchette probable de 40 000 à 120 000 monnaies110. Le premier modèle est daté en chiffres arabes111. Le graveur a adapté son travail et la couronne à hauts fleurons sert aussi d’initiale à la légende d’avers. Sur le deuxième type, la duchesse occupe le champ et le trône est traité de façon différente, plutôt comme un banc. Les détails sont particulièrement soignés, en particulier le rendu du sol par des pointillés, les plis et les boutons de la robe et le décor du trône. La légende d’avers rappelle la double qualité de duchesse et de reine, par la grâce de dieu. Entre 1488 et 1491, cette formule ne figure que sur une obole, actuellement perdue112. Le revers n’offre rien de particulier. La croix pseudolisée est cantonnée de quatre mouchetures couronnées, avec la légende royale habituelle : SIT NOMEN DOMINI BENEDICTVM, chaque mot séparé des autres par une moucheture.

  • 113 En Provence, on trouve le monnayage de Jeanne de Naples (1343-1382), en particulier le franc à pied (...)
  • 114 1491-1991. La Bretagne au temps des ducs, p. 170, notice n° 209-8.
  • 115 Sur la datation des monnaies de la région rhénane, Grierson, Monnaies du moyen Âge, p. 278. À noter (...)
  • 116 Deschamps de Pas 83 et ss pour 1477, 1478, 1480.
  • 117 Le franc à pied de Charles V ou le royal de Charles VII.

48Cette monnaie est particulièrement intéressante. C’est une des premières à représenter une femme, qui plus est comme souveraine113. Nous connaissons l’auteur du patron, ce qui est exceptionnel. En effet, la duchesse demande à l’enlumineur Jean Bourdichon de proposer des modèles114. Cela explique certainement la grande qualité esthétique et le parti-pris d’originalité de la série monétaire de 1498-1499, or comme argent. C’est aussi la première monnaie datée du royaume, alors que l’habitude de la datation commence bien plus tôt dans les pays de l’espace rhéno-danubien, de façon occasionnelle vers 1430, les Flamands ayant adopté cette pratique sous Charles le Téméraire, en 1474115. L’habitude semble alors prise puisqu’elle se prolonge sous le court règne de Marie de Bourgogne116. Le deuxième modèle pose quelques problèmes typologiques. Alors que la gravure du type est très soignée, la légende est confuse. Les N sont inversés et la « mise en page » de la légende est surprenante, car si les premières lettres sont tassées, la fin est aérée, à tel point que la lettre d’atelier est isolée entre deux vides, et il faut y voir le travail de deux graveurs. Le traitement du visage en particulier est particulièrement différent. Alors que sur le modèle daté, il est jeune et très déterminé, sur l’autre pièce, il est « passe partout » et rappelle les poinçons utilisés pour les monnaies royales représentant le souverain117.

Le blanc à l’écu

Blancs à l’écu (Nantes et Rennes). Jézéquel 432 et 434.

Blancs à l’écu (Nantes et Rennes). Jézéquel 432 et 434.
  • 118 Les exemplaires pesés par Y. Jézéquel oscillent entre 2,3 et 2,8 g. Les targes pèsent habituellemen (...)

49Le blanc d’Anne reprend dans ses grandes lignes celui de 1488-1491118. L’écu est pointu, mi-parti de France et de Bretagne, entouré de la légende : ANNA FRAN REGIA ET BRITON DVCISSA. Au revers, une croix pattée et fourchée est cantonnée ou non de quatre mouchetures, simples ou couronnées.

Tableau 78. – Les blancs d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies…

Tableau 78. – Les blancs d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies…

50Une deuxième différenciation peut se faire par la présence ou l’absence d’une moucheture en début de légende d’avers.

Tableau 79. – Les variantes de ponctuation du blanc d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies

Tableau 79. – Les variantes de ponctuation du blanc d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies…
  • 119 Jézéquel 433.
  • 120 Jézéquel 432 d.
  • 121 Écartelé comme sur les monnaies de Limoges sous les Dreux, Jézéquel Limoges 4 et ss. Nombreux exemp (...)
  • 122 En tenant compte des trois hermines du milieu, coupées en deux et déjà dénombrées.
  • 123 À partir du xvie siècle sur les jetons de la Chambre des comptes de Bretagne, et du xviie siècle su (...)

51La moucheture initiale n’est pas sans rappeler les émissions de la fin du premier règne d’Anne (1488-1491), mais le classement donne l’impression qu’une grande liberté a été laissée au graveur, ce qui explique le nombre important de variétés pour une monnaie assez rare. Quelques originalités sont à noter, comme la présence d’une moucheture au cœur de la croix de revers à Rennes 119 ou la présence de la lettre d’atelier au-dessus de l’écu à Nantes120. Les armoiries sont aussi originales. Les blasons de mariage sont habituellement mi-parti ou écartelés121, par contre, la disposition des mouchetures est nouvelle. Celles du milieu sont coupées, ce qui n’est pas sans rappeler un semé d’hermine, disposition inédite. Leur nombre est aussi surprenant puisqu’on en compte 11, si l’on double le nombre apparent122. Traditionnellement, le blason breton en compte dix, jamais coupées par le bord de l’écu. Il faut le rapprocher de la symbolique très forte des semés médiévaux, liés à l’exercice du pouvoir souverain. Le passage à la cour du roi a permis aux Bretons de mieux préciser leurs armes123.

Le douzain

Douzain d’Anne (Nantes). Jézéquel 436.

Douzain d’Anne (Nantes). Jézéquel 436.
  • 124 Jézéquel 436.
  • 125 Duplessy 666.
  • 126 Boone et Dieudonné, « Une monnaie de résistance… », p. xxxvi-xxxix.
  • 127 Bourde de La Rogerie, « Compte rendu », AB, 1935, t. xlii, p. 478.
  • 128 C’est à Lecoq-Kerneven que l’on doit la première mention d’une première monnaie de résistance (préc (...)

52Cette monnaie nantaise trouve difficilement sa place dans la deuxième série de monnaies d’Anne124. Elle est imitée du douzain de Louis XII pour la Bretagne, et donc postérieure à 1499125. Seule la légende les différencie. Dans le cas de la monnaie royale, on lit : (moucheture) LVDOVICVS FRACOR REX BRITONVM DVX, au lieu de : (moucheture) ANNA BRECTO (moucheture) RIVM DVCA N. Elle est publiée en 1931 par MM. Boone et Dieudonné, et ses inventeurs y voient une monnaie de résistance au mariage avec Charles VIII, frappée à Saint-Malo entre 1491 et 1493126. Par la suite, Dieudonné puis Bourde de la Rougerie émirent de sérieuses réticences, car ce type n’est adopté que sous Louis XII127. Rien n’explique cette pièce qui ne fait pas référence à la qualité de reine de la duchesse. Nous serions aussi tenté d’y voir une monnaie « indépendantiste » postérieure au deuxième mariage, mais rien ne corrobore cette interprétation de la vie politique locale128. De plus, les monnayeurs nantais auraient dans ce cas plutôt repris un type des Montforts que copié une monnaie royale. Peut-être faut-il y voir une velléité politique d’un graveur nantais ou l’œuvre d’un faussaire ?

Un symbole de souveraineté

  • 129 Bouchart, Les grandes croniques…, éd. Le Meignen, addition, f° 265 v°.
  • 130 ALA 14 J 2-15, AIV 6 B 1, Privilèges, franchises… de la Monnoye de Rennes, p. 11 ssq. et Bigot, Ess (...)
  • 131 ALA B 12 838, Turnus-Brutus, f° lxxvii et v°.
  • 132 C’est en particulier le cas en 1503, ALA B 14, f° 52-53.
  • 133 Danguy des Déserts, acte 188.

53Il est possible qu’Alain Bouchart pense entre autres à la monnaie quand il écrit au sujet d’Anne de Bretagne que lors de son veuvage, elle « advisa & disposa des choses nécessaires à son peuple129 ». Le lendemain de la mort de Charles VIII, la duchesse-reine restaure la chancellerie du duché (9 avril 1498). Cette rapidité d’exécution indique à quel point elle veut rétablir sa souveraineté sur la Bretagne. Dans un tel contexte, la monnaie apparaît plus que jamais comme un important symbole, et Anne l’a parfaitement compris, même si nous ne possédons que deux actes pour connaître sa détermination. Le 31 juillet 1498, elle confirme les privilèges des monnayeurs. Le texte est conservé intégralement et a été publié par Alexis Bigot130. Il commence par rappeler qu’ils « furent par les rois, ducs et princes de nostredit païs, nos predecesseurs, octoyez et concedez », et se poursuit par le rappel des exemptions diverses, accordées jadis et confirmées « aujourd’huy de nos authorité et grace speciale, pleine puissance et certaine science ». Il est signé de la main de la duchesse, en présence de ses principaux officiers, en particulier le trésorier et receveur général, le procureur général de la Chambre des comptes et le procureur général de Bretagne. Le deuxième acte est simplement mentionné dans l’inventaire Turnus-Brutus. Le 15 novembre de la même année, Anne émet un mandement sur les ateliers. Il stipule que le maître doit avoir un personnel compétent, disponible dès l’ouverture de l’atelier ; le recrutement est ouvert aux fils et filles de monnayeurs131. Dans les deux cas, il s’agit d’assurer l’indépendance des ateliers vis-à-vis des organismes royaux de contrôle. On ne sait malheureusement que très peu de choses en dehors de cela. Dès sa restauration en 1498, c’est la chancellerie de Bretagne qui enregistre les actes du pouvoir, et en particulier les actes monétaires132, c’est elle aussi qui gère le personnel monétaire133.

*

54La deuxième moitié du xve siècle passe d’un extrême à l’autre en matière de monnaie. Avant 1491, les types monétaires sont totalement détachés des modèles royaux. Les ducs font frapper un ensemble très cohérent de valeurs d’or, d’argent et de billon. L’administration monétaire est bien rodée et les ateliers atteignent une rentabilité oubliée depuis les émissions à répétition de 1417-1421. Le personnel est nombreux et efficace, et la production parfaitement contrôlée. Lors de la guerre contre la France, la situation se dégrade rapidement et le pouvoir a recours aux vieilles recettes des temps de crise, dévaluations et dons de monnayage, mais il est important de noter que François II continue de contrôler les émissions monétaires malgré des conditions difficiles. En 1488 Anne et ses conseillers héritent d’une situation dégradée et font de leur mieux pour assurer le nécessaire, avec plus ou moins de succès, compte tenu des trahisons et de l’épuisement du duché. On pourrait penser que le mariage avec Charles VIII sonne le glas de la monnaie de Bretagne. C’est sans compter avec la volonté de la duchesse-reine qui profite de son veuvage pour rétablir les institutions et une monnaie bretonne. Chant du cygne de la monnaie ducale, car lorsqu’elle épouse Louis XII, la restauration prend fin et le nom de la duchesse disparaît des espèces bretonnes bien que, jusqu’en 1539, la Bretagne garde des différents spécifiques, signes d’une réussite à long terme.

Notes

1 Bouchart, Grandes croniques de Bretaigne, t. II, p. 388.

2 Bigot, Essai…, p. 259.

3 Ordonnances des rois de France, t. xvi, p. 405, et Bigot, pièce justificative xxxv, octobre 1465.

4 Berthemet, acte 204.

5 Jolec, acte 322.

6 Corcuff, acte 486.

7 ALA B 11, f° 133 et v°.

8 Corcuff, acte 1070.

9 Catalogue de la Maison Platt, septembre 1997, n° 1049 ; catalogue Jean Elsen, Bruxelles, juillet 1998, n° 809.

10 Bigot, Essai…, p. 259.

11 Cariou, « Dénomination… », p. 23.

12 Jézéquel 384-387.

13 Jézéquel 387.

14 Pour plus de détails sur la mise en page, « Quelques précisions… ».

1 Le rapport entre les deux monnaies est à cette époque de 1 st = 0,833 sb, cf. Kerhervé, L’État breton…, p. 215, et Touchard, Le commerce…, p. 297.

15 Bompaire, « Saisies de monnaies prohibées au milieu du xv s. Le talbot d’or », RN, 1995, p. 170-171.

16 C’est le cas des trésors de Soudan, 1497-1515 ; Bourdet, 1508-1515 ; Herrenthals (Belgique, arr. de Turnhout), 1580, et Monheim (Allemagne), non détaillé.

17 Fichier manuscrit de M. Jean Duplessy.

18 Harmois, « Inventaire des découvertes archéologiques… », p. 160.

19 PVSAIV 1901, 10 avril 1900, p. xxvi.

20 Soullard, « Un écu d’or à la couronne de François II, duc de Bretagne, frappé à Nantes », BSAN, 1904, p. 99-102, et « Compte Rendu », rn, t. 8, 1905, p. l-li. À noter que la réputation d’inédit lui est très souvent accolée, ainsi lafaurie dans la préface de Musée thomas Dobrée. Monnaies nantaises & monnaies d’or, Nantes, 1973, ou Santrot dans la notice n° 50.14 du catalogue de l’exposition 1491-1991. La Bretagne au temps des ducs.

21 Elle est aussi connue à Cambrai et en Dauphiné, Dieudonné, Manuel…, p. 398.

22 ALA B 11, f° 133. Bigot ne reconnaît pas son existence et pense qu’il s’agit d’un écu et que l’écu couronne est celui du Dauphiné uniquement, Bigot, Essai…, p. 261.

23 DL II 1316, testament de la princesse du 22 septembre 1469.

24 ALA E 102/12, sceau 459.

25 Musée départemental breton, Quimper, inv. 922.1.1. Cf. catalogue de l’exposition 1491-1991. La Bretagne au temps des ducs, n° 72 : blason de Bretagne, sommé d’une couronne à hauts fleurons et entouré d’une cordelière.

26 1491-1991, La Bretagne…, n° 210.9.

27 Même écu couronné et entouré d’une cordelière, 1491-1991, La Bretagne…, n° 207.1. La notice indique que l’on retrouve la cordelière dans les livres de dévotion de Claude de France et de nombreux autres personnages de la cour appartenant à l’entourage de la reine.

28 La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 602.

29 Duplessy 539 A du 4 janvier 1474.

30 Duplessy 544 du 2 novembre 1475.

31 Duplessy 539 A.

32 Corcuff, actes 1019, 1070 et 1134.

33 La Borderie, » Choix de documents inédits sur le règne de la duchesse Anne », MSAIV, 1868, p. 336-339, acte n° lxiii.

34 Le Bourhis, Compte du produit de la délivrance des sceaux, acte 303.

35 Cochard, acte 574.

36 Le titre est considéré comme stable, à 18 carats, soit 750/1 000.

1 La destination du métal n’est pas précisée, et il est possible qu’il ait été utilisé en lingots.

37 DM II cciii et ccv.

38 Cariou remet en cause cette analyse dans « À propos d’un article sur les florins d’or de François II », ASBNH, 1995, p. 32. Ses arguments ne sont pas convaincants : il s’étonne de l’absence de cette pièce dans les collections, alors que l’on connaît la rareté des targes d’Anne de Bretagne, frappées à plus de 1 850 000 exemplaires ! Il est inexact d’affirmer que « florin, ducal et écu sont à cette époque synonymes » alors qu’un mandement les énumère en précisant le cours de chaque pièce. On ne peut pas non plus comparer les cours de 1470 à ceux de 1487 et 1488, car la crise a fait « grimper » la valeur de la monnaie et du métal. Enfin, treff ne signifie pas trèfle.

39 Jézéquel 413-415.

40 ALA E 127/13, DM II 1739-1740, Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, Bigot, pièce justificative xxxiv et ALA E 131, f° 21 v°.

41 Duplessy 548.

42 Jézéquel 416-417.

43 Duplessy 549.

44 3,2525 g de fin pour la monnaie royale, et 3,3242 g pour le gros breton.

45 Jézéquel 432-435.

46 Point sous la cinquième lettre pour Anne, B 1 279 pour Rennes.

1 Le pied a été calculé pour les besoins du tableau, car les ordonnances monétaires bretonnes ne le donnent jamais.

2 Émission de Vannes.

3 Jézéquel 415, une seule variété.

47 Type 1 : + FRANCISCVS : BRITONVM : DVX : N. Ecu semé de 6 hermines posées 3 2 1 ; + : SIT : NOMEN : DNI : BENEDICTVM : moucheture et annelet. Croix feuillue, cantonnée de 4 points. N dans une quartefeuille torsadée au centre.Type 2 : + : FRANCISCVS : BRITONVM : DVX : N : (moucheture et annelet). Ecu semé de 6 hermines posées 3 2 1 ; + : SIT : NOMEN : DNI : BENEDICTVM : (moucheture et annelet). Croix feuillue cantonnée de 4 points. Au centre, N dans une quartefeuille torsadée.

48 Bigot, Essai…, pièce justificative xlvi, et ALA B 10, f° 215.

49 1487 (novembre) : on frappe à Nantes un gros de plus basse loi, que l’on appelle le gros d’Orléans, Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 154 ; La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 528-529.

50 Berthemet, acte 205.

51 Jézéquel 416 f.

52 Que ce soit dans Corcuff ou dans ALA B 11, les dons de seigneuriage se succèdent à un rythme soutenu à partir de juin 1487.

1 Le 13 février 1488, mandement de monnayer des gros. Le seigneuriage se monte à 16 £ pour chaque sou de loi, ALA B 11, f° 109 v° et 110. Novembre 1486 : nous n’avons qu’une mention de seigneuriage. À 16 £ de bénéfice par marc de fin, on obtient 62,5 marcs à 500/1 000. Le calcul à partir du seigneuriage est bien moins fiable que les dons de seigneuriage et aboutit à sous-estimer la production. Pour ce mois-là, nous n’avons que cette information. Les chiffres donnés ici représentent donc un minimum, dans la mesure où des émissions entières nous échappent (celles de targes par exemple).

53 Morisson, La numismatique, p. 70.

54 Day, « Les frappes de monnaies en France et en Europe aux xive-xve siècles », Rythme de la production monétaire, de l’Antiquité à nos jours, Louvain, 1987, p. 537-577 avec de nombreux tableaux et cartes de répartition, et Day, « The great bullion famine in the fifteenth century », Past and Present, 1978, p. 3-54.

55 Cochard, acte 201.

56 Le titre est donné par Kerhervé, L’État breton…, p. 212, tableau 12.

57 On reste confondu quand on compare la quantité de métal frappée et le peu de monnaies subsistantes.

58 Jézéquel 421 c 3 et 4.

59 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv, avec erreur de date : 4 avril au lieu de 14 avril.

60 Kerhervé, L’État breton…, p. 212.

1 DL II 1528.

61 Cf. Bigot 1288-1292, Cochard, acte 573. Il n’en subsisterait que quatre exemplaires, dont un à la BNF. Renseignement D. Cariou.

1 C'est le métal envoyé à la fonte par Rieux révolté dans Nantes.

62 ALA B 570, et Kerhervé, L’État breton…, p. 220.

63 Les émissions de Rieux ne sont pas comptées par J. du Verger dans son total.

64 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv ; ALA E 127/14 du 22 janvier 1460. Les doubles à 1 d 18 grains (145/1 000). Avec 500 marcs de cuivre, soit 122,376 kg à 855/1 000 de cuivre, on peut préparer 143,13 kg d’alliage. Les deniers sont à 240 au marc (1 g), les doubles à 168 (1,45 g), mais le calcul des quantités produites n’est pas possible car on ne connaît pas la proportion des pièces frappées entre les deux valeurs.

65 AIV 1 F 638, Turnus-Brutus.

66 ALA B 11, f° 123 v°.

67 Tous les doubles et les deniers ont été compris dans le tableau. Pour les attributions de monnaies à François Ier, voir chapitre précédent. Les monnaies de Morlaix, sans différent (Jézéquel 397-398, deux variétés) n’ont pas été retenues. Il pourrait d’ailleurs s’agir de faux émis à Maastricht, attestés sous François II. marsy, « Les faux-monnayeurs… », p. 86. Une variété inédite de double pour Nantes, au type Jézéquel 399 b : + : D B : N.

68 Jézéquel 403.

69 Jézéquel 424 a.

70 Jézéquel 432 d.

71 Jézéquel 426.

72 Jézéquel 419. Sur cette monnaie, Coativy et Dhénin, « Une ou des oboles de François II… », p. 234237.

73 Duplessy 564.

74 Duplessy 565.

75 Boone et Dieudonné, « Une monnaie de résistance d’Anne de Bretagne ? », PVSFN, 4 juillet 1931, p. xxxvi-xxxix. Coronat de Marseille, D 615.

76 Sur les plaques, et en particulier les imitations, Dieudonné, Manuel…, p. 48-49.

77 Duplessy 480, double gros.

78 AIV 1F 109 f° 52.

79 ALA E 127/13 ; DM II 1739-1740 ; Ogée, Dictionnaire…, t. ii, p. 139, et Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv.

80 ALA E 127/16, 25 avril 1459.

81 ALA E 131, f° 21 v°.

82 Berthemet, acte 206.

83 AIV 1 F 638, Turnus-Brutus.

84 AIV 1 F 632, Turnus-Brutus.

85 ALA E 127.15, 1er mars 1459.

86 Jolec, acte 846.

87 Le 1er octobre 1467, le duc d’Alençon signe avec François II et Charles de Valois un traité pour recouvrer son duché de Normandie. La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 457 ssq.

88 Kerhervé, L’État breton…, p. 211.

1 Il s'agit du rapport entre la valeur du marc et le denier de fin.

2 Il s'agit de targes.

89 La Borderie, Choix de documents…, acte xviii, Le Bourhis, acte 676.

90 La Borderie, Choix de documents…, acte xix, Le Bourhis, acte 688.

91 En Bourgogne en 1359 par exemple ; Dumas, le monnayage…, p. 113.

92 ALA B 11, f° 13 v°, 253 v°, et 257.

93 Kerhervé, L’État breton…, p. 212.

94 ALA B 11, f° 30, f° 211, etc. Même situation dans les mêmes circonstances en Bourgogne dans les années 1420.

95 Merlet, La famille de rieux, Vannes, 1908, extrait de la Revue morbihannaise, p. 13-15, Planiol, Histoire…, t. iv, p. 30, Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 407-412, et Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, article Rieux.

96 Jean IV de Rieux est né le 27 juin 1447. Il participe en 1464 à la Ligue du bien public au côté de François II. En 1472, il accepte du roi la charge de lieutenant général, et en 1484 il se dresse contre le duc (traité de Montargis), mais revient l’année suivante à la fidélité. Il commande l’avant-garde bretonne à la bataille de Saint-Aubin-du-Cormier et sauve les débris de l’armée à Dinan. Le duc l’institue tuteur de ses deux filles, et Anne séjourne au château de Rieux de septembre 1488 au début de 1489. Il meurt le 9 février 1518 et est enterré dans l’église des Cordeliers d’Ancenis. Copy, art, société et politique…, p. 263, n° 1 signale que son tombeau, au couvent des cordeliers, a disparu. Le maréchal était représenté en prière, ce qui est une nouveauté, et s’y donnait le titre de grand capitaine (Id. p. 206 et 228).

97 Le Bourhis, acte 502, 1er mars 1489 : envoi à la fonte à Rennes de 6 écuelles d’argent de 12 marcs 3 onces, 5 plats d’argent de 22 marcs 3 onces, « le tout armoïez des armes du sire de Rieux ».

98 Les sommes versées et la liste nominative des habitants existent toujours, AM Nantes, CC 102 f° 5, comptes des miseurs de la ville, en 1488-1489, Planiol, Histoire…, t. iv, p. 28, note 61, et Kerhervé, L’État breton…, p. 970. La lettre de pardon rapporte la levée de cet impôt, juste avant de mentionner la frappe de monnaies, AM Nantes, CC 102 f° 5, comptes des miseurs de la ville en 1488-1489.

99 La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 564-572.

100 Dupouy, Histoire de Bretagne, Quimper, 1932, p. 184.

101 La Borderie, Choix de documents inédits…, p. 7-8.

102 DM III 462, et Bigot, Essai…, pièce justificative xl, p. 391.

103 Les monnaies de la duchesse cette année-là sont à 2 d de titre, Kerhervé, L’État breton…, p. 212.

104 Il s’agit de : av. : + ANNA […] A. (moucheture) °. Un point à la base de l’écu ; rv. : […] EDICTVM. (moucheture) °. Croix cantonnée de quatre points, le N en cœur porte une petite virgule, qui peut le faire passer pour un R. Cuivre légèrement noirci, coll. YC, Jézéquel 420 c 1. Av. : […] ANNA. BRITON […] DVC […]. Point à la base de l’écu ; rv. : […] MEN. DNI. BENED […], identique à celui de la pièce précédente, BN 855, cuivre légèrement noirci, comportant un peu d’argent. Jézéquel 420 c 1 ? ; av. : +. ANNA. BRITONVM. DVCISSA. N. (moucheture)° Ecu triangulaire, terminé par un point et portant 6 hermines posées 3.2.1 ; rv. : +. SIT. NOMEN. DNI. BENEDICTVM. (moucheture) °. Même croix cantonnée de quatre annelets et chargée d’un R en coeur, poids : 3,42 g, billon, Bigot 1263 et Poey d’Avant 1367, Jézéquel 420 c 2.

105 Sur l’arrière-plan politico-financier de la période, synthèse de Le Page, Finances et politique…, p. 26-30.

106 13 septembre 1503, Bigot, Essai…, pièce justificative lv, p. 405.

107 DM II ccxxiii, Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir… », p. 138-139, sceau de majesté d’Anne de Bretagne. Elle est représentée assise sur un trône, tenant l’épée dans la main droite. Il est daté de 1489. Pour la première fois, la légende est au nominatif : ANNA DEI GRACIA BRITANNIAE DUCISSA. C’est aussi la première apparition de DEI GRACIA sur un sceau. Il faut y voir l’influence des milieux de cour, hostiles à la France, même si Anne n’est pas étrangère à ce genre de problème.

108 Sur l’arrière-plan politique de la période 1498-1499, Kerhervé, « 1498 : la monnaie d’or millésimée d’Anne de Bretagne », Ar Men, décembre 1998, p. 62, et Coativy, La Bretagne ducale, p. 122-123.

109 La cadière rennaise, signalée par Leblanc, n’a pas été retrouvée. Il pourrait s’agir d’un exemplaire de Nantes, au type Jézéquel 430 mal lu, cf. Jézéquel, les monnaies…, p. 241.

110 Une étude détaillée des différences de coins nous apprendrait beaucoup sur la quantité de monnaies émises.

111 Jézéquel 429.

112 Jézéquel 428.

113 En Provence, on trouve le monnayage de Jeanne de Naples (1343-1382), en particulier le franc à pied sur lequel elle est peut-être représentée, mais c’est une copie de celui de Charles V, Rolland, Monnaies des comtes…, n° 90A.

114 1491-1991. La Bretagne au temps des ducs, p. 170, notice n° 209-8.

115 Sur la datation des monnaies de la région rhénane, Grierson, Monnaies du moyen Âge, p. 278. À noter que la médaille frappée par la ville de Lyon pour Louis XII et Anne de Bretagne est aussi datée en chiffre arabe (1499). DP 69, 75, 79, avec pour ce dernier type un piéfort daté 1475.

116 Deschamps de Pas 83 et ss pour 1477, 1478, 1480.

117 Le franc à pied de Charles V ou le royal de Charles VII.

118 Les exemplaires pesés par Y. Jézéquel oscillent entre 2,3 et 2,8 g. Les targes pèsent habituellement entre 2,2 g et 2,8 g. Le module est le même.

119 Jézéquel 433.

120 Jézéquel 432 d.

121 Écartelé comme sur les monnaies de Limoges sous les Dreux, Jézéquel Limoges 4 et ss. Nombreux exemples de blasons mi-partis dans 1491-1991, la Bretagne…, p.59 ssq., en particulier sur les vêtements des duchesses.

122 En tenant compte des trois hermines du milieu, coupées en deux et déjà dénombrées.

123 À partir du xvie siècle sur les jetons de la Chambre des comptes de Bretagne, et du xviie siècle sur ceux des États, les mouchetures ne sont plus dénombrées.

124 Jézéquel 436.

125 Duplessy 666.

126 Boone et Dieudonné, « Une monnaie de résistance… », p. xxxvi-xxxix.

127 Bourde de La Rogerie, « Compte rendu », AB, 1935, t. xlii, p. 478.

128 C’est à Lecoq-Kerneven que l’on doit la première mention d’une première monnaie de résistance (précoce !) de François II, Caron 93. À partir d’une targe mal frappée ou usée de Jean V, il lit ANNA N (ostra) H (er) ES BRITONV DV (ci) S (sa). Caron précise avec humour : « Nous laissons à M. Lecoq-Kerneven toute la responsabilité de sa très ingénieuse lecture. […] Des sceptiques ont été jusqu’à dire que c’était un exemplaire mal frappé de IOHANNES où les deux premières lettres seules seraient douteuses. » Cette interprétation d’une légende pourtant bien connue met en évidence les errements de certains érudits du xixe siècle plus qu’autre chose. Il faut les analyser dans leur contexte : c’est une époque où l’on cherche à tout prix les monnaies de Nominoë… Cf. par exemple l’attribution à Erispoë d’une obole imitée au xe/xie siècle d’un monnayage carolingien du Mans, Keranflec’h, « Castel-Cran. ixe siècle. Une obole inédite d’Erispoë (851-857) », Bulletin archéologique de l’association Bretonne, t. x, 1892, p. 111-144, avec gravure de la monnaie, p. 132 ; l’auteur lit Erispoë dans le monogramme dégénéré de Karolus.

129 Bouchart, Les grandes croniques…, éd. Le Meignen, addition, f° 265 v°.

130 ALA 14 J 2-15, AIV 6 B 1, Privilèges, franchises… de la Monnoye de Rennes, p. 11 ssq. et Bigot, Essai…, pièce justificative liv.

131 ALA B 12 838, Turnus-Brutus, f° lxxvii et v°.

132 C’est en particulier le cas en 1503, ALA B 14, f° 52-53.

133 Danguy des Déserts, acte 188.

Table des illustrations

Titre Florins (Rennes et Nantes) et demi-florin au cavalier de François II (Rennes). Jézéquel 385, 384 et 387.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-1.png
Fichier image/png, 382k
Titre Tableau 61. – Comparaison entre les émissions de florins au cavalier de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 62. – Comparaison entre le florin breton et l’écu couronne royal. Sources : Duplessy, Les monnaies…, et Berthemet, acte 204.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-3.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 63. – Les florins de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-4.png
Fichier image/png, 7,1k
Titre L’écu couronne de François II (indéterminé). Jézéquel 388.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-5.png
Fichier image/png, 94k
Titre Tableau 64. – Les émissions possibles de ducaux de François II et Anne36. Sources : Corcuff, acte 1070 ; Le Bourhis, Compte du produit…, acte 303 ; ALA B 11, f° 171 bis v° ; Cochard, acte 574.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-6.png
Fichier image/png, 11k
Titre Gros et demi-gros à l’écu (Nantes). Jézéquel 413 et 416.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-7.png
Fichier image/png, 287k
Titre Tableau 65. – Le titre du gros et les différents sous François II. Sources : Kerhervé, L’État breton…, p. 212 ; Jolec, acte 846 ; Bigot, PJ xxxviii ; ALA B 11, f° 206 v°-208 v° ; AMN HH 24.1, f° 3 ; ALA B 11, f° 263 v° et ALA E 128.8.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-8.png
Fichier image/png, 15k
Légende Note 11Note 22Note 33
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-9.png
Fichier image/png, 8,6k
Titre Tableau 66. – Répartition par différents et ateliers des gros de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-10.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 67. – La production de gros sous François II. Sources : CC 101 ; DL II 1420 ; DM III 239 ; Poullélaouën, acte 119 ; Corcuff, actes 341, 471, 829, 1 035 et ss., et ALA B 11, f° 2 ssq52.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-11.png
Fichier image/png, 23k
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-12.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 68. – Les émissions de gros de la duchesse A nne à 2 deniers de loi56. Source : AMN HH 24.3 ; Le Bourhis, actes 205 et 5 02, et Cochard, acte 201.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-13.png
Fichier image/png, 16k
Titre Gros à l’écu d’Anne de Bretagne (Nantes). Jézéquel 420.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-14.png
Fichier image/png, 164k
Titre Tableau 69. – Les variétés de gros d’Anne de Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-15.png
Fichier image/png, 7,8k
Titre Tableau 70. – Les variétés de cantonnement de la croix des gros d’Anne de Bretagne. Source des deux tableaux : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-16.png
Fichier image/png, 5,9k
Titre Blanc et demi-blanc à la targe (Nantes). Jézéquel 390 et 394.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-17.png
Fichier image/png, 222k
Titre Tableau 71. – Les targes et demi-targes de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-18.png
Fichier image/png, 10k
Titre Blanc à la targe d’Anne (Rennes). Jézéquel 423.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-19.png
Fichier image/png, 139k
Titre Tableau 72. – Les émissions de targes d’Anne de Bretagne. Sources : Le Bourhis, acte 688 ; Cochard, actes 574, 576 et 577, DL II 1528.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-20.png
Fichier image/png, 13k
Titre Tableau 73. – Les variétés de targes d’Anne de Bretagne. Sources : ibid. et Jézéquel, Les monnaies…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-21.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 74. – La production de monnaies d’argent sous Anne. Sources : mêmes sources que les tableaux 84 et 88.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-22.png
Fichier image/png, 15k
Titre Double et denier (Rennes). Jézéquel 400 et 405.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-23.png
Fichier image/png, 157k
Titre Tableau 75. – Doubles et deniers de François II. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-24.png
Fichier image/png, 10k
Titre Double et denier d’Anne (Rennes). Jézéquel 425-427.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-25.png
Fichier image/png, 157k
Titre Tableau 76. – Les variétés de doubles et de deniers d’Anne de Bretagne. Source : Jézéquel, Les monnaies…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-26.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Les oboles de François II (Rennes). Jézéquel 418-419.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-27.png
Fichier image/png, 142k
Titre Tableau 77. – Le titre du gros, le cours du marc d’argent et de l’écu d’or (1466-1491). Sources : Kerhervé, L’État Breton…, p. 214 ; Berthemet, acte 205 ; DM III 239 ; Corcuff, acte 1059 ; ALA B 11, f° 18 et Cochard, acte 578.
Légende Note 11Note 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-28.png
Fichier image/png, 13k
Titre Cadières d’or, datée et non datée (Nantes). Jézéquel 429-430.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-29.png
Fichier image/png, 298k
Titre Blancs à l’écu (Nantes et Rennes). Jézéquel 432 et 434.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-30.png
Fichier image/png, 294k
Titre Tableau 78. – Les blancs d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies…
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-31.png
Fichier image/png, 8,7k
Titre Tableau 79. – Les variantes de ponctuation du blanc d’Anne de Bretagne, 1498-1499. Source : Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-32.png
Fichier image/png, 6,1k
Titre Douzain d’Anne (Nantes). Jézéquel 436.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25405/img-33.png
Fichier image/png, 129k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540