Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Deuxième partie. Théorie et administration

Chapitre VII. Les sources d’approvisionnement des ateliers monétaires

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

1Une des grandes préoccupations des États du Moyen Âge est d’assurer l’approvisionnement de leur territoire en métal précieux. Il existe deux grands axes d’intervention possibles, le contrôle du métal en circulation et la recherche de nouveaux gisements. Le change occupe une place de choix dans cette politique, car la fonte des espèces étrangères constitue l’essentiel du métal précieux à la disposition des ateliers. Le duc ne néglige pas non plus les trouvailles épisodiques de trésors, et n’hésite pas, en temps de crise, à monnayer une partie de sa vaisselle. Enfin, le pouvoir se lance dans une politique raisonnée d’approvisionnement, en particulier par l’emprunt. L’exploitation minière, qui permet d’accroître l’autosuffisance, n’est pas non plus négligée. Les Montforts entreprennent en ce domaine une politique volontariste, caractéristique des États de la fin du Moyen Âge.

Le change

2Longtemps aux mains des Juifs, les activités bancaires et de change passent entre les mains des Lombards et autres Cahorsins dans le courant du xiiie siècle. Desservie par les faiblesses de la documentation, la situation ne commence à s’éclairer qu’à la fin de la période, avec la réglementation de la profession.

Juifs et Lombards. La banque sous les Dreux

  • 1 Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 51. Sur le développement du crédit et du change en France (...)
  • 2 23 février 1222, accord entre Pierre de Dreux et l’évêque de Nantes, et mars 1340, traité entre Jea (...)
  • 3 DM I 111, Chroniques annaux, et La Borderie, histoire…, t. iii, p. 337-339.
  • 4 Les Juifs sont taxés, pratiquement rançonnés en Saintonge et en Poitou, mesures fiscales autant que (...)
  • 5 Ploërmel, 10 avril 1240, donné en latin par DM I 914-915, d’Argentré, L’Histoire de Bretaigne…, p. (...)
  • 6 DM I 1009, en 1270, Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, t. iii, Saint-A (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 La Borderie, Nouveau recueil…, acte xxvi.
  • 9 Auberi, qui tient le compte d’exécution du testament de Jean II, après 1305, est sans doute un Lomb (...)

3Le commerce de l’argent se propage dans les villes et dans les campagnes au xiiie siècle1. Au début du siècle, des prêteurs sur gages juifs sont présents un peu partout, comme à Guérande et à Nantes, sous la responsabilité d’un sénéchal. Juridiquement, ils relèvent du pouvoir seigneurial, que le seigneur soit laïc ou religieux2. Cependant, tout ne va pas pour le mieux, comme l’indique le pogrom dont les Juifs sont victimes en 1236, en Bretagne et en Poitou3. C’est dans un esprit de croisade que Jean Ier décide en avril 1240 de les chasser, à la demande des évêques et des barons, si l’on en croit la lettre ducale. L’incitation semble donc venir de la base. Dans un accord de mars 1240, rien ne laisse pourtant prévoir la mesure qui tombe le mois suivant4. C’est tout bénéfice pour les emprunteurs. Les dettes sont supprimées, les terres hypothéquées et les gages libérés, et le meurtre d’un Juif n’est désormais plus passible de poursuite5. Après 1240, la place vide est rapidement comblée par des Lombards – à Nantes, Guingamp, Quimper, Quimperlé – ou par des Cahorsins6. À Rennes en 1262, ces derniers tiennent boutique de change, ainsi que des Lombards et des Italiens, présents aussi dans de petites bourgades comme Châteauneuf-de-la-Noë où résident deux Florentins, Estiemble Auber et Leon (1297). Les mentions se font un peu plus nombreuses à partir de la fin du xiiie siècle. En 1297, des Lombards sont signalés à Saint-Aubin7. En 1306-1307, le compte de Roland Le Lombard, au patronyme significatif, indique que Jehan Le Caourcin, de Dinan, lève des taxes au profit du duc, tandis que Robert du Change travaille à Nantes8. Comme dans la France de Philippe le Bel, les financiers ultramontains ont atteint les sphères de la haute administration financière9.

  • 10 D’Argentré, Histoire de Bretagne, éd. de 1588, f° 244 v°.
  • 11 Abbé Peyron, Cartulaire de l’église de Quimper, Quimper, 1909, p. 76-78, acte 39.
  • 12 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, t. iii, p. 81, et Levron, Catalogue (...)

4On ne sait rien des conditions dans lesquelles les usuriers travaillent. Bertrand d’Argentré nous apprend que les Juifs font affaire avec les nobles, mais aussi les marchans et surtout le menu peuple, ce qui est aussi le cas dans le reste de l’Europe10. L’ordonnance de 1240 indique qu’ils prêtent sur gages, mobiliers et immobiliers. De rares mentions nous donnent quelques indications supplémentaires. En 1227, les fils d’Amelin, chevalier, vendent à l’évêque de Cornouaille des rentes en miel et en froment, à Kerfeunteun près de Quimper, pour rembourser un emprunt souscrit auprès de Juifs11. Le 15 janvier 1235, à Lamballe, R. de Hillion emprunte 60 £ à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois pour s’acquitter en vers eux12. Les sommes sont d’importance, et le recours à l’Église pour se sortir d’un mauvais pas est une solution qui semble avoir du succès. Les quelques textes que nous possédons sur les Juifs ne permettent pas de se faire une idée de leur perception par la population. L’expulsion de 1240 indique qu’elle est négative, et il en va probablement de même pour les Lombards. En mai 1296, l’enquête du vicomte d’Avranches en Bretagne amène à l’arrestation à Quimper du Lombard Banguel Malclavel. Le texte nous apprend qu’il a des valets, lombards eux aussi. Il est soupçonné d’avoir coulé un bateau, après en avoir vendu la marchandise à son profit. Ses origines lombardes en font un coupable idéal.

  • 13 Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.
  • 14 Planiol, Histoire…, t. iv, p. 171-172.

5Nous ne connaissons pas le statut du Florentin Bonin Gui, que le duc envoie en Italie en 1306 chercher des monnayeurs13. Par contre, la première mention de banque apparaît peu de temps après, en 1319. Bonacorso Morelli et Gorio Binaccio représentent en Bretagne la banque Bardi de Florence14. Le duché affirme alors sa place dans le grand commerce international. Les documents sont trop peu nombreux pour cerner les conditions de vie de ces deux Florentins. Nous ne savons pas s’ils sont de passage, ou implantés pour une longue période, ni quel est le détail de leurs activités. Par contre, leur simple présence indique que le marché local intéresse les grands manieurs d’argent. L’acte de 1319 concerne Guingamp et on peut légitimement penser qu’il y avait déjà des banquiers auparavant dans les villes de plus grande importance, à Rennes et à Nantes par exemple, mais rien n’a subsisté de la présence dans ces cités d’une succursale ou de facteurs des grandes compagnies toscanes de ce temps. Peut-être représentent-ils dans la cité ligérienne une société de commerce italienne. Le dossier sur le change et la banque est bien maigre. Les textes nous donnent quelques indications éparses mais il est difficile d’en tirer des conclusions générales. Le paysage s’éclaircit un peu sous les Montforts.

Change et commerce du métal aux xive et xve siècles

  • 15 Même constat chez Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monétaire en (...)
  • 16 Bouchart, Les grandes chroniques…, livre iii, XLV, p. 395.
  • 17 Contamine, L’économie médiévale…, p. 262-264 : la plus ancienne mention date de 1093, à Angers. En (...)

6Nous ne possédons pas de sources directes sur le change, et il faut dès lors aller chercher une information qui est dispersée dans toute la documentation15. Le rôle du changeur manuel consiste à échanger des monnaies étrangères contre des monnaies bretonnes, moyennant une commission. Les monnaies qu’il sort de la circulation sont envoyées à l’atelier monétaire le plus proche pour y être fondues. Il est aussi amené à fournir de la petite monnaie contre une pièce de forte valeur, ou l’inverse. Son travail est compliqué par la grande diversité des pièces qui circulent au Moyen Âge, comme l’attestent les trésors. De plus, il doit se tenir étroitement au courant des mutations monétaires, pour éviter de perdre de l’argent après un affaiblissement de titre. La plus ancienne mention de change en Bretagne daterait du début du xie siècle. Alain Bouchart signale que le duc Alain III (1008-1040) restaure l’abbaye de Saint-Méen et donne aux moines la « faculté d’avoir marché et change d’or et d’argent dans leur ville16 ». L’information est fantaisiste : la formule rappelle celle des lettres du xvesiècle. On imagine mal qui aurait pu tenir change d’or à Saint-Méen au xie siècle, alors que l’or ne circule plus. Il est préférable de croire à une revendication de l’abbaye, qui s’appuie sur un acte apocryphe, repris sans trop d’esprit critique par Alain Bouchart. D’ailleurs, la mise en place du change en France a lieu à la fin du xie siècle, au xiie en Bourgogne, et ce n’est qu’au xiiie siècle que l’activité sort partiellement de l’ombre en Bretagne17.

  • 18 ALA B 11, f° 127 v°.
  • 19 Le Mené, La ville de Nantes…, p. 155-158 ; il siège au conseil de la ville en 1487-1496.
  • 20 Sur la réglementation du métier de changeur, Chevallier, « Les changeurs en France dans la première (...)
  • 21 Bigot, Essai…, pièce justificative xxv.
  • 22 Blanchard, Actes de Jean V…, actes vi et 2250 (16 janvier 1437).
  • 23 1491 (janvier), coût de l’acte : 6 écus et en marge gratis, Le Bourhis, Compte du produit de la dél (...)
  • 24 Blanchard, Actes de Jean V…, actes 2252 et 2400 ; Planiol, Histoire…, t. iv, p. 172.
  • 25 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 2250.
  • 26 C’est le cas en Bourgogne, où le duc fixe le nombre et les emplacements, Dumas, Le monnayage…, p. 1 (...)
  • 27 Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au xve s. », p. 83, Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. (...)
  • 28 Cariou, « Une table de changeur au musée de Guérande », ASBNH, 1996, p. 39.

7On ne sait rien du mode de recrutement des changeurs, si ce n’est qu’à Dinan, Guillaume Fere succède à son père18. On remarque aussi à Nantes le changeur Jean Blanchet, qui porte le nom d’une famille de monnayeurs, mais rien n’indique une parenté certaine19. Pour s’installer, il faut une autorisation ducale20. En 1374, Martin de Foulques est nommé général maître du roi en Bretagne, avec pour mission secondaire d’établir les changeurs21. En avril 1405, Roland Conan reçoit l’autorisation de tenir table de change. La lettre précise qu’habituellement, le changeur peut « tenier et exercer par lui et un sien clerc table de change en noz villes, foires, marchez et ailleurs22 ». Il en coûte six écus pour voir la lettre scellée, mais quelquefois, le duc accorde la gratuité23. Les changeurs sont regroupés dans les mêmes quartiers, place du Change et rue des Juifs à Nantes, au Change au duc à Rennes, dans le quartier de la Cohue, près de la porte Jacquet. Il faut payer pour s’installer : en 1436, le duc baille un emplacement de change pour l’entraille de 32 écus d’or et 44 sous de rente annuelle24. Habituellement, la lettre de nomination indique l’évêché d’exercice, quelquefois la ville, mais il arrive que l’activité soit autorisée sur l’ensemble du duché. Les lettres conservées concernent dans cinq cas l’évêché de Rennes, dans trois celui de Nantes, et dans un celui de Saint-Malo (Dinan). Quatre hommes reçoivent l’autorisation d’exercer dans tout le duché, comme Jehan Darragonys qui peut exercer « universellement par tout nostre duché25 ». En ville, rien n’indique explicitement que les changeurs n’ont pas la liberté de choisir l’emplacement où ils travaillent, mais la concentration de la profession dans les mêmes quartiers et l’obligation de payer pour s’installer vont dans le sens d’un contrôle du pouvoir26. À Rennes, les changeurs sont installés dans de toutes petites cabanes, des cabarets, de 4 à 6 pieds carrés, pour 7 pieds de haut27. Il faut y faire tenir une table. Le musée des amis de Guérande possède une table de changeur, du xvie ou début du xviie siècle. Elle présente deux plateaux, celui du dessous sert à poser les coffrets, papiers, balances, celui du dessus à faire tinter les pièces sur l’ardoise ou le marbre28.

Table de changeur du xvie ou xviie siècle conservée au musée de Guérande. Cliché C. Aubert.

Table de changeur du xvie ou xviie siècle conservée au musée de Guérande. Cliché C. Aubert.
  • 29 ALA E 127/15, et Planiol, La Très Ancienne Coutume…, p. 440, article 84.
  • 30 Dumas, Le monnayage…, p. 174 : première lettre de nomination attestée le 22 mars 1419, mais elle fa (...)
  • 31 ALA E 127/16.

8Comme tous les manieurs de métaux précieux, les changeurs relèvent du général maître des monnaies. Lors de sa prise de fonction, le nouveau venu doit lui prêter serment, mais on ne connaît pas la teneur exacte de l’engagement29. Par comparaison avec ce qui se fait dans le reste du royaume, on peut penser qu’il promet de respecter les mandements ducaux, de ne pas chercher à frauder sur les monnaies ni à exporter de métal précieux, et qu’il s’engage a approvisionner les ateliers monétaires. La documentation n’est pas très étendue, mais fait apparaître deux étapes. Au début du xve siècle, le duc intervient dans une activité qui semblait libre, au moins peu contrôlée jusque-là. Cette nouveauté va avec le renforcement progressif de l’État et le développement de structures de gouvernement plus solides. On constate la même évolution en Bourgogne un peu plus tard, dans les années 142030. Le fait qu’il faille attendre 1459 pour trouver un texte obligeant les changeurs à prêter serment pose problème. Il faut y voir une nécessité économique et politique. Jusque-là, rien n’oblige à réglementer, et l’activité fonctionne seule, avec comme seule limite l’obligation de demander au pouvoir une lettre d’installation. L’obligation du serment intervient en même temps qu’une intervention compliquée du pouvoir ducal au sujet du cours des plaques et des targes, en avril 145931. Par la suite, l’impression ne fait que se renforcer. Plus le pouvoir ducal a besoin d’argent, plus il intervient dans les activités de change, et c’est pour la période 1489-1491 que nous avons le plus de lettres d’institution, en parallèle avec la crise de la fin du duché et les émissions monétaires à répétition.

  • 32 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 2477.
  • 33 15 août 1467. Le change porte sur 30 000 £ en or. Pour des sommes moindres, le montant était peut-ê (...)
  • 34 Jolec, acte 323. La guerre entre la Bretagne et la France semble imminente, et les montres générale (...)
  • 35 Jolec, acte 322.
  • 36 ALA B 11, f° 255.
  • 37 Ibid., f° 52 bis v°-53, 1487 (1er décembre).
  • 38 Kerhervé, L’État breton…, p. 219-220, 3 décembre 1487.
  • 39 1487 (4 décembre) : injonction de savoir combien les habitants de Saint-Brieuc et Montcontour possè (...)

9Le travail du changeur est multiforme. L’essentiel consiste à échanger « toutes especes d’or et monnoye » contre des monnaies bretonnes, et éventuellement l’inverse quand c’est nécessaire. C’est le cas en mars 1441, lorsque le duc fait changer 6 000 écus à Nantes et « qu’il n’y eut point de change à les porter en Angleterre32 ». À chaque manipulation, le changeur encaisse une commission, de l’ordre de 3 à 4 deniers par écu33. Dans l’optique du pouvoir, son rôle consiste à mobiliser le métal nécessaire au bon fonctionnement des ateliers. Lors des opérations de change, les monnaies étrangères, décriées ou faibles sont mises de côté. Le métal est stocké puis envoyé à la Monnaie pour y être fondu et converti en numéraire. Il faut d’ailleurs quelquefois pousser les changeurs à s’en séparer, comme le 21 avril 1467, où, dans un contexte difficile pour le duché, le duc ordonne de récupérer l’or et l’argent d’espaves, frauduleusement déposés chez les changeurs et les orfèvres par des particuliers qui auraient dû en révéler la découverte à l’administration34. En période de crise, il suffit d’attendre la hausse du prix du métal précieux pour faire de solides bénéfices, d’autant que la demande augmente quand le duc fait frapper monnaies et que les ateliers recherchent de l’or et de l’argent35. Dès lors, il faut les contraindre, comme le 14 août 1488, lorsque le « general des monnoyes reçoit l’ordre de faire injonction et commandement aux changeurs de poïer le billon qu’ilz pourront fournir aux monnoyes36 ». En cas d’urgence, le pouvoir peut les obliger à trouver du métal. Le 1er décembre 1487, un mandement enjoint à Jehan Lode, installé à Nantes, d’acheter 400 marcs d’argent et de billon. Il est demandé aux sujets du duc de vendre leur métal, et en même temps, les maîtres rennais et nantais reçoivent l’ordre de s’en servir pour monnayer des gros37. Deux jours plus tard, le même Jehan Lode prend à ferme pour 64 000 £ le seigneuriage de 4 000 sous de loi, qu’il s’engage à faire brasser par les Monnaies en gros à 3 deniers38. Quand ce n’est pas suffisant, le duc ordonne une enquête pour savoir ce que les particuliers possèdent, en vue de les obliger à donner l’argent. Elle se fait alors par ville, comme à Saint-Brieuc et Montcontour, où il n’y a pas d’atelier, et même les clercs n’y échappent pas39.

  • 40 Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier…, p. 172 : les marchands en ont aussi le droit, (...)
  • 41 AIV 1 F 588 et AIV 1 F 626, 1er septembre 1397 et 14 janvier 1398.
  • 42 1407 (25mars) : rémission pour Jehan Boucherotqui « avait eu » un grant numbre d’argent d’un change (...)

10Les textes ne précisent pas si les changeurs sont les seuls à avoir le droit d’approvisionner les ateliers monétaires, comme c’est le cas en Bourgogne ou à Montpellier40. Deux versements de la fin du xive siècle indiquent qu’à ce moment-là des particuliers peuvent encore le faire. Ce sont des marchands, et l’opération porte sur une quantité assez importante de métal, un peu plus de 216 marcs. Un deuxième versement a lieu quinze jours plus tard, mais nous ne savons pas de quel ordre41. Ce sont les seuls cas repérés, et ils se placent avant la mise en place de la réglementation, au début du xve siècle, ce qui laisse croire que cette possibilité disparaît par la suite, et que les changeurs possèdent un monopole. Nous ne connaissons pas de marché parallèle, mais certains particuliers possèdent de grandes quantités de métal, ouvré ou non, et une lettre de rémission du 25 mars 1407 fait penser que des changeurs clandestins sévissent dans le duché42.

Les autres sources d’approvisionnement

11Le contrôle du change permet en partie de surveiller le commerce du métal précieux et de subvenir aux besoins des ateliers monétaires. Mais ça ne suffit pas et les ducs se tournent vers d’autres méthodes, plus ou moins efficaces, comme la confiscation du métal trouvé en terre, la refonte de monnaies et de vaisselle, et les expédients fiscaux comme l’emprunt et le don de seigneuriage.

Le métal trouvé en terre

  • 43 Dumas, « Un point de droit : la propriété de trouvailles fortuites en pays de droit coutumier penda (...)
  • 44 Planiol, La Très ancienne Coutume…, p. 172-173, art. 153. La législation est identique en Bourgogne (...)
  • 45 DM II, 1667, un témoignage stipule que « les princes de Bretagne doivent avoir la jouissance des th (...)
  • 46 Planiol, La Très Ancienne Coutume…, p. 506, art. 17.
  • 47 Allenou, Histoire féodale des marais, territoire et église de dol. Enquête par tourbe, ordonnée par (...)
  • 48 hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 149 ssq.
  • 49 Cité par Guillotin de Corson, Miscellanées bretonnes, Nantes, 1904, p. 248.
  • 50 Hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 149 ssq.

12La propriété du sous-sol appartient au duc, et en particulier les trésors et objets précieux, comme dans le royaume, en Touraine, en Anjou, en Champagne et en Artois43. La Coutume et ses commentateurs le rappellent : « Les trovailles d’or et d’argent sont au prince44. » Les Bretons en sont conscients comme l’atteste l’enquête sur les droits royaux et ducaux de 145545. De fait, si quelqu’un trouve un trésor et le cache, il doit être puni comme larron, mais il y a malgré tout deux limites. Dans les nota de la Coutume, d’origine angevine, on lit « que les trovailles d’or et d’argent sont aux barons et autres nobles qui ont justice en leurs terres, posé qu’ilz y soint trouvées46 », chose précisée à Dol par l’enquête ordonnée en octobre 1181 par Henri II : les trésors découverts sur le régaire de Dol appartiennent à l’évêque47. La Coutume fait aussi la différence entre les trésors dont on peut retrouver le propriétaire, et ceux trop anciens pour que ce soit possible. « On juge du tems du dépôt par l’empreinte de la monnoie48. » Mais il existe des possibilités de contestations. Les conditions de la découverte interviennent dans l’attribution du trésor. » Les trouvailles d’or et d’argent sont au prince, s’ils n’ont suite (propriétaire connu), pourveü que terre soit effondrée49. » De même, les trésors d’or ou d’argent trouvés en terre par » béchement ou ouverture » appartiennent au prince50.

13Le hasard fait quelquefois bien les choses. En 1386, Jehan du Breill et l’abbé de Saint-Melaine trouvent, lors d’une chasse au renard, un trésor sur les terres de l’abbaye. Ils le remettent au duc, « en son parlement ». Jean IV le fait

  • 51 L’événement est rapporté par Jehan du Breill lors de l’enquête de 1455, DM II, 1654-1655.

« jetter et espandre en l’auditoire ou tencit ledit parlement et les gens qui y estoient en prindre ce que en peurent avoir. Et ce fut fait affin que ceux qui là estoient eussent mémoire que les thrésors et monnoies trouvées en terre appartenoient au duc51 ».

14On peut noter que le duc profite de la session du Parlement de Bretagne pour bien rappeler ses droits. En 1464, il ne faut pas moins de trois serviteurs du duc pour aller récupérer en Léon

  • 52 Gourvès, 1464, acte 169, 1464 (14 mars).

« une pièce ou lingot d’or de grant poys et valeur, et faire injoncion et commandement de par le duc, sur grosses paines et de désobéissance, de la baillier et délivrer es mains desdits commis sans aucunes diminucion, affin de l’envoïer devers le duc, à qui ledit lingot appartient. Et en cas de leur reffus ou opposition, l’ajournement personnellement et par arrest devant le duc et son conseil pour répondre sur le cas au procureur général52 ».

  • 53 ALA E 205 f° 140 v°, 1472 (15 janvier).

15Un marc d’argent découvert dans une maison en 1472 est versé au trésor de l’Épargne pour en faire de la vesselle53. Un autre trésor, trouvé sur les terres de la seigneurie de Lamballe, aboutit dans les caisses du duc. Il s’agit de

  • 54 Cité par Chauvin, Les comptes de la châtellenie…, p. 49, note 42, compte en date de 1433-1434.

« IIII escuz d’espave quelx une jeune fille trouva ou chemin de la chapelle, lesquieux Rolland Richart eut en garde dont on y avoit dous o le cressant et I ebresché et l’autre ne peczoit pas florance qui furent venduz LXIIII s54 ».

  • 55 Corcuff, acte 788, 1487 (15 février).
  • 56 Berthemet, acte 173, 15 mars 1466.

16Tout n’est pas toujours confisqué par le pouvoir, mais il faut malgré tout rappeler les droits du souverain. En 1487, Guillaume de Forest et Jehan Bouessel reçoivent une somme d’or et d’argent trouvée en terre, pour une valeur de 120 écus55. Quelquefois, le prince abandonne ses droits, mais il le fait officiellement, par le biais d’un mandement. En 1466, François II abandonne à Bertrand Hingant la jouissance d’un trésor trouvé à Couëron, avec « tout le droit et interest que le duc peust avoir en certains tresors mucez et celez qui ont esté trouvez puix nagueres56 ».

Les refrappes et les refontes

  • 57 Poey d’Avant 1103, L’Isle Du Dréneuc, Musée Dobrée. Catalogue général…, n° 98.
  • 58 Facit… banniri in civitate nannetica quod moneta turonensis non recipiretur in ea, texte perdu ; si (...)
  • 59 Texte perdu. Simple mention dans un mandement de Charles de Blois du 20 juin 1360. DM I 1533-1534, (...)
  • 60 1490 (22 mars). Publié par La Borderie, Choix de documents…, acte n° xviii, Le Bourhis, acte 676. T (...)

17Si l’on en juge par le peu de témoins qui ont subsisté, la pratique économique qui consiste à surfrapper les monnaies semble avoir été rarement utilisée. Poey d’Avant signale une targe rennaise surfrappée de Jean V, le catalogue du musée Dobrée aussi et nous connaissons de même un gros à l’écu de François II pour Nantes57. Dans aucun des cas, il n’est possible de déterminer l’origine de la monnaie précédente et l’examen du gros de François II ne permet pas d’exclure qu’il s’agît tout simplement d’un treflage. Malgré tout, il est fort probable que pendant la guerre de Succession les ateliers ont eu recours à cet expédient pour gagner du temps, compte tenu des émissions monétaires multiples et souvent très rapprochées, faites dans un métal de qualité médiocre. Plus connu mais rarement attesté en Bretagne, probablement du fait des lacunes dans la documentation, le décri d’espèces étrangères ou démonétisées peut servir à approvisionner les ateliers à peu de frais. En 1237, Pierre de Dreux interdit la circulation de la monnaie tournois à Nantes58. Le texte est hélas perdu et le contexte (lutte entre le duc et l’évêque de Nantes) ne permet pas d’en connaître les circonstances exactes. De la même façon, l’ordonnance de Charles de Blois de peu antérieure au 20 juin 1360 ne nous est pas parvenue. Elle stipulait que « nulle monnoie de hors le royaume n’auroit cours par le duché59 ». Le contexte général permet d’apporter un peu de lumière. Charles veut faire disparaître de la circulation monétaire les espèces de son adversaire, sans toucher pour autant aux monnaies de son puissant protecteur le roi de France. À nouveau, c’est un contexte de crise qui provoque le décri du 22 mars 1490. Un mandement très détaillé règle le cours des monnaies, donnant un tableau précis des espèces alors en circulation en Bretagne60. La raison invoquée est traditionnelle, la mutation monétaire : « À present avons ordonné estre fait nouveau pyé de monnaye de plus fort loy, taille et cours. » Il est interdit de recevoir les monnaies énumérées qui doivent être envoyées aux ateliers pour y être fondues.

  • 61 La fonte d’objets précieux pour les convertir en monnaie est pratiquée dès l’Antiquité. Rebuffat, L (...)
  • 62 Jones, Actes de Charles de Blois, acte 219, 25 mai 1358.
  • 63 Jolec, acte 906, 1467 (10 novembre).
  • 64 Il est souvent difficile de faire la différence, sauf quand l’envoi à la fonte est expressément sti (...)
  • 65 Corcuff, acte 1055, 1487 (9 juin).
  • 66 Coativy, « Les florins de François II et d’Anne de Bretagne », ASBNH, 1994, p. 43-46, et Cariou, «  (...)

18On connaît de nombreux mandements de fonte d’objets précieux pour en récupérer le métal, en particulier dans les dernières années du règne de François II, en lien avec la guerre61. Le phénomène n’est pourtant pas nouveau puisque, depuis l’Antiquité, on pratique le stockage du métal sous forme de vaisselle ou d’objets d’art, facilement réalisables en cas de besoin. Ainsi, l’abbé de Saint-Melaine de Rennes prête à Charles de Blois 2 000 écus d’or en vaisselle en mai 1358, pour l’aider à payer sa rançon62. Un siècle plus tard, l’abbé de cette abbaye donne au duc 100 marcs et 5 onces d’argent en vaisselle63. Le trésorier des guerres, Olivier Baud, reçoit un mandement qui lui enjoint de les faire monnayer immédiatement à Rennes. Dans les années 1480, les ordonnances de fonte ou de mise en gage se multiplient64. Le 9 juin 1487, Gilles Thomas reçoit une décharge pour faire ouvrer 800 marcs de vaisselle d’argent65. Dans un cas bien particulier, l’acte est suffisamment précis pour faire correspondre la fonte de vaisselle avec une monnaie bien définie. Le 29 juillet 1491, Anne de Bretagne envoie sa vaisselle à la fonte pour solder les militaires qui assurent la défense de Rennes, et 50 marcs d’argent aboutissent à l’atelier monétaire. L’émission a pour différent un point sous la croisette initiale66.

  • 67 Quéro, acte n° 421, 11 mai 1473.
  • 68 Le Bourhis, acte 502, 1490 (1er mars).
  • 69 L’emprunt porte sur 250 £. AIV 1 F 96 D.
  • 70 Nombreux exemples dans DM II 38, 200 francs, II 49, 200 francs, II 65, 300 francs et 3 252 francs, (...)
  • 71 Pas de témoignage précis en Bretagne, malgré de nombreuses affaires de ce genre. En Bourgogne en 13 (...)

19La saisie peut aussi servir à approvisionner les ateliers. En 1473, le duc fait confisquer tous les objets précieux de ses ennemis laissés à Tréguier, espèces, argent à monnayer, vaisselle et bijoux67. Dans un contexte plus dramatique, Anne fait saisir et envoyer à l’atelier de Rennes 6 écuelles d’argent de 12 marcs 3 onces, 5 plats d’argent de 22 marcs 3 onces, « le tout armoïez des armes du sire de Rieux ». Il s’agit d’une réponse à la rébellion à Nantes du puissant maréchal68. Quelquefois, la vaisselle d’argent sert de gage, comme ce chauderon d’argent que l’évêque de Rennes engage en 1419-142069. Le métal précieux entre aussi en Bretagne par le biais des pensions et dons que le roi ou les princes donnent aux ducs et aux Bretons70. Enfin, lors de la saisie des stocks de faux-monnayeurs, le métal termine à l’atelier le plus proche71.

Fretin et lingots

  • 72 Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée et pouvoir des princes, Paris, 1986, p. 67-68.
  • 73 Bompaire, L’atelier…, p. 301-303, remarque que tous ceux qui ont des contacts avec la monnaie (atel (...)
  • 74 Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée…, p. 67-68.
  • 75 Chauvin, Les comptes…, p. 54, et DM II 1207.
  • 76 DM II 1270 ; dans ces deux cas, il peut s’agir de vaisselle comme de lingots, les textes demeurant (...)
  • 77 Kermarrec, acte 149.
  • 78 Venneuguès, acte 971, 1462 (24 décembre).
  • 79 Jolec, acte 21, 1467 (9 janvier). Nombreux exemples : 1467 (3 juin), 1 000 marcs d’argent ; 1467 (2 (...)

20Les particuliers possèdent souvent du métal sous forme de poussière, de poudre ou de déchets. Selon Marie-Thérèse Boyer-Xambeu, 20 à 50 % des transactions pouvaient se payer en fretin à la fin du Moyen Âge, jusqu’à 90 % des petites transactions à Paris au xve siècle72. À l’origine, on trouve bien sûr le rognage des pièces de monnaies, en particulier celui des espèces décriées ou de poids trop lourd73. Le fretin n’apparaît pas directement dans notre documentation, mais il sert probablement, à moins qu’il ne soit rapidement fondu en lingots. Ceux-ci peuvent aussi avoir pour origine le grand commerce, très actif en Bretagne dès le xiiie siècle. Le métal non monnayé est en effet accepté comme moyen de paiement sur certaines grandes foires, à Anvers au xive siècle, à Lyon au xve siècle74. Il apparaît régulièrement, dans les comptabilités privées et publiques. À Lamballe en 1419-1420, la seigneurie enregistre des paiements en marcs d’argent. Dans son testament, rédigé en 1428, Marie de Bretagne prévoit des dons pour un montant de 4 marcs d’argent75. L’administration ducale connaît aussi le phénomène. Dans le compte de 1433-1434, Jean Mauléon mentionne le paiement de 19 marcs 7 onces 6 gros d’argent76. C’est aussi un moyen de stockage du métal précieux, à l’abri des décris. En 1468, Hervé Lezongar possède chez lui 40 marcs d’argent. Comme c’est souvent le cas, leur présence est révélée lorsqu’il se fait voler par sa sœur et son beau-frère 77… Les sauf-conduits n’oublient jamais de mentionner la présence possible parmi les biens des marchands d’ » or, argent monnoyé ou a monnoyer, vexelle, joyaulx78 ». La formule est stéréotypée mais révélatrice de l’usage de métal brut et de sa reconnaissance par l’État. Dans un autre ordre d’idée, les menaces d’amende sont très souvent exprimées en marcs de métal précieux, spécialement en argent, en fonction de la richesse du coupable. C’est le cas le 9 janvier 1467, pour une somme de 500 marcs, le 3 juin de la même année pour le double79. Il faut à nouveau souligner le stéréotype mais il est là encore, très révélateur.

Les expédients fiscaux

  • 80 Pour plus de détails, Kerhervé, L’État breton…, p. 626-633, Corcuff, acte 1134, (11 août). Autre ex (...)
  • 81 Corcuff, acte 1101, 1487 (2 août) et ALA B 11, f° 58 v°-59. Il arrive que l’emprunt concerne les mo (...)
  • 82 Kerhervé, L’État breton…, p. 212-213.

21La monnaie offre la possibilité d’expédients fiscaux relativement faciles à mettre en œuvre, l’emprunt et le don de seigneuriage. L’emprunt est une forme masquée de l’impôt. Réservé aux périodes de crise, il est théoriquement volontaire, comme en 1487, quand Guillaume de Kerloeguen et Olivier Lestour reçoivent la commission d’emprunter le plus possible de marcs d’or et d’argent dans les évêchés de Léon, Cornouaille et Tréguier80. Mais il faut parfois contraindre les exempts à participer à l’effort de guerre. Le 2 août 1487, les Nantais doivent fournir 1 200 marcs d’argent blanc monnayable, et le 4 décembre 1487, les habitants de Rennes reçoivent l’ordre de payer 2 000 marcs d’argent à Pierre Champion, maître de la monnaie de Rennes. Bon prince, le duc fait cadeau aux Rennais du seigneuriage sur 400 marcs, pour l’entretien des murs de la ville81. Ces méthodes ont un double avantage. L’emprunt alimente les ateliers monétaires en métal, mais en plus, le métal est de meilleure qualité que celui des monnaies. Coupé avec du cuivre, il permet d’augmenter le bénéfice. Comme il n’est pas nécessaire de verser une commission à l’achat, et que le cours des pièces est supérieur à leur valeur de fin, l’opération est tout bénéfice. En période de crise, les ducs ont aussi recours aux dons de seigneuriage, qui se multiplient à la fin des années 1480. L’avantage est d’augmenter considérablement le volume de métal traité par les ateliers. Les inconvénients sont nombreux. Jean Kerhervé a calculé que sur un peu moins de 10 000 marcs battus à Rennes et Nantes, le manque à gagner pour le duc est de l’ordre de 90 000 £, et, en parallèle, le prix du marc de fin augmente considérablement82. Reste alors une méthode apparemment plus simple qui consiste à retenir le métal précieux.

  • 83 Sur le problème de la famine monétaire à la fin du Moyen Âge, synthèse de Spufford, Money and its u (...)
  • 84 Jolec, acte 846, 1467 (20 octobre). Pendant les années de crise de la fin du duché, la situation s’ (...)
  • 85 Jones, acte de Jean IV…, actes n° 577-578 du 15 mai 1386, et Kerhervé, L’État breton…, p. 204.
  • 86 1458 (19 avril), ALA E 127/12.
  • 87 Kerhervé, L’État breton…, p. 209.
  • 88 Jolec, acte 846, 1467 (20 octobre).
  • 89 Dumas, Le monnayage…, p. 184-186.

22Les « économistes » de l’époque, si tant est qu’on puisse recourir à ce terme anachronique pour qualifier les conseillers du prince en matière d’économie, sont persuadés que la fuite du métal est dangereuse pour la santé économique du duché. Par ailleurs, les autorités comme les populations ne peuvent que subir la pénurie de monnaies commune à l’Occident à la fin du Moyen Âge83. Dans une ordonnance de frappe de 1467, le pouvoir constate que les marchands vont faire monnayer « aux païs voisins de notre païs84 ». Pour remédier à cette dérive, qui apparaît en fait comme un phénomène ancien, il est envisagé des solutions autoritaires sont envisagées dès le temps de Jean IV. En 1379, le duc interdit l’exportation de l’or, et en particulier la levée des procurations d’Église85. En 1458, un mandement précise que les changeurs peuvent être contraints à envoyer des monnaies aux ateliers86, et en 1459, il est interdit d’exporter de l’argent blanc hors du duché87. Neuf ans plus tard, la situation ne s’est pas améliorée, et le duc décide d’augmenter le prix d’achat du métal précieux pour en éviter l’exode88. Le montant de la surcote est laissé à l’appréciation de l’atelier. La répétition des ordonnances semble montrer leur peu d’efficacité, et il faut dire que l’administration ducale n’a pas les moyens d’un tel contrôle, surtout quand on sait la très forte valeur qui peut être réunie en or dans un petit espace, et qu’il est à la portée du premier venu de sortir du métal précieux du duché. Par contre, on ne connaît pas d’achat de lingots à l’extérieur du duché, comme c’est le cas en Bourgogne par exemple, sur les foires de Bourgogne et de Lyon89, sauf le 26 février 1488, lorsque le duc délivre

  • 90 ALA B 11, f° 123 v°.

« congé et licence à Colinet de Marchy de achater de qui bon luy semblera des billons et marcs d’argent pour les porter à estre ouvrez et monnoyez en gros es monnoye de Rennes et de Nantes90 ».

  • 91 Ordonnances des rois de France, t. vii, p. 560-561.
  • 92 Touchard, Le commerce…, p. 255, et Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 394, avec les tarifs p (...)

23Hélas, le texte n’est pas suffisament précis pour que l’on sache s’il ne concerne que la Bretagne, ou aussi l’extérieur. Par contre, il arrive que des Bretons se livrent à ce genre de trafic, comme Jehan de Fay, demeurant à Fougères, qui s’engage en avril 1393 à fournir à la monnaie royale de Rouen « 2 000 marcs d’argent en billon monnoyez sur les coings de Bretaigne en deniers à 4 deniers 8 grains de loy91 ». Par ailleurs, les rares mentions d’importation de métaux non ferreux concernent l’étain, 2 300 livres chargées en 1480 sur un bateau breton en provenance d’Angleterre, ou le cuivre livré à Vannes par les marchands espagnols92.

24À une époque où il est difficile de contrôler la circulation monétaire et de réglementer le commerce du métal précieux, le pouvoir se tourne vers le sous-sol, susceptible de lui fournir l’or et l’argent qui lui manquent.

Les mines

  • 93 De nombreux travaux ont porté sur les mines bretonnes, en particulier Monange, Une entreprise indus (...)

25La Bretagne offre l’image d’une région essentiellement agricole, dont l’économie est complétée par la mer. Mais elle a aussi un passé industriel et minier. En grande partie oubliées, les mines de Bretagne ont connu leur heure de gloire, en particulier au xviiie siècle, quand on venait de l’Europe entière à Huelgoat-Poullaouen, admirer les méthodes d’extraction du plomb argentifère93. Au Moyen Âge, l’activité est déjà bien attestée, à tel point qu’il commence à apparaître une législation minière.

La législation minière

  • 94 ALA 14 J 2-15. Les droits énumérés, typiques du xve siècle, pourraient indiquer un acte apocryphe.

26Elle entre dans la législation seigneuriale, au même titre que l’exploitation du bois ou des landes seigneuriales. La plus ancienne mention daterait du xie siècle. Si elle n’est pas apocryphe, une charte de Berthe, comtesse de Bretagne, et de son fils Conan (1040-1066), concède à l’abbaye Saint-Georges de Rennes la paroisse de Plougasnou, avec « les droits féodaux et les revenus, les vassaux nobles et roturiers, les droits de bris, de galois, la recherche de l’or94 ».

  • 95 DM II 1134-1135 et 1269. En Bourgogne, quand un particulier veut exploiter une mine, il doit en fai (...)
  • 96 Hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 177, art. 581.

27En Bretagne comme dans le reste de la France médiévale, le sous-sol appartient au duc qui peut en déléguer l’exploitation. Au xve siècle, la chancellerie en a bien conscience, quand elle précise en 1423 que Jean de Penhoët peut jouir des revenus de sa mine selon le droit des fiefs du royaume de France. Le duc lui donne congé et licence pour ouvrir une mine d’argent sur ses terres, autorisation renouvelée en 143495. Le propriétaire du sol, ici un seigneur châtelain, ne peut donc pas ouvrir une mine sur ses terres comme il l’entend, mais doit en référer au prince. Par la suite, Hévin confirme cet état de fait dans son Commentaire de la coutume de Bretagne : « Quoique les mines d’or et d’argent appartiennent aussi naturellement aux particuliers, dans le fonds desquel elles sont, que les carrières, on en fait un droit prohibitif au prince96. »

  • 97 Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », BSAF, 1903, p. 71-72. Cette mine, située es parties de (...)
  • 98 Même situation en Navarre où le souverain doit fournir le bois nécessaire au boisage, Leroy, « Théo (...)
  • 99 DM II 1134-1135, et Villiers du terrage, « Recherche de l’or… », p.70-89.
  • 100 DM II 1134.
  • 101 DM II 1269.

28La mise en exploitation de la mine est aussi du ressort du prince. En 1509, le roi autorise Salmon Honoré à exploiter des mines en Cornouaille97. Les textes de 1423 et 1434 indiquent aussi que le concessionnaire de la mine reçoit le privilège de prendre tout le bois nécessaire, quelqu’en soit le propriétaire, ainsi que tout ce dont il a besoin. Cela donne lieu à des réclamations dont Jean de Penhoët se fait l’interprète, et finalement, le duc ne maintient pas l’autorisation primitive98. Désormais, les mineurs doivent recevoir le consentement des propriétaires avant de se servir, et les dédommager99. L’exploitant doit verser au duc une partie de la production, mais le pouvoir s’engage à indemniser les dégâts causés sur les terrains d’autrui100. Il est difficile d’appréhender le paiement des taxes. Le droit d’exploiter est donné « de grace especialle », et le duc l’accorde, « pourveu que nous soyons payez de nos deniers en tels cas accoustumés101 ». La décision est prise en conseil, preuve de son importance, et peut-être aussi de sa nouveauté.

  • 102 En Bourgogne, l’exploitant minier doit demander au duc l’autorisation d’ouvrir une mine. Il devient (...)

29Le rappel et la classification de cette réglementation font probablement suite aux plaintes de Jean de Penhoët, tracassé par les agents de l’administration102.

  • 103 Herbaut, « Exploitation et législation minière », p.93-104.
  • 104 C’est beaucoup. Au xiiie s., en Bohème, les rois prélèvent un huitième du métal, en Italie, un quar (...)
  • 105 Spufford, Money and its use…, p. 127 : en Angleterre, avant 1290, les mineurs gardent le métal pour (...)
  • 106 Autres exemples dans Hesse, « Artistes, artisans ou prolétaires ? Les hommes de la mine au Moyen Âg (...)

30Faute de comptes d’exploitation pour l’or et l’argent, seule l’extraction du fer en forêt de Quintin permet une approche convenable103. Les mines sont étroitement surveillées par un officier de la seigneurie, un garde de la myne, le plus souvent un forestier. Il mesure le minerai extrait et surveille la vente. Les mineurs vendent eux-mêmes leur production, mais le seigneur en prélève au passage une partie, 50 % à la fin du xve siècle104. Les forgerons de la région de la forêt de Quintin sont exempts de taxes à l’exportation du minerai, tandis que les forgerons du dehors doivent payer un droit, s’ils achètent directement aux mineurs, alors que les achats au seigneur ne sont pas soumis à taxation. C’est un système rudimentaire, qui tend à être remplacé par le salariat à la fin du Moyen Âge105. Notons enfin que la présence de nobles, comme les seigneurs de Névet et Penhoët comme exploitants miniers n’est pas un trait particulier à la Bretagne, car l’exploitation du sous-sol concerne la propriété foncière et donc la mise en valeur du domaine106.

La recherche du métal

  • 107 Barrandon, Aubin, Benusiglio, Hiernard, Nony, Scheers, L’or gaulois. Le trésor de Chevanceaux et le (...)

31L’or est un métal universellement répandu sur la planète, dont les teneurs moyennes sont de l’ordre de 1 gramme à la tonne. Il existe par endroit des concentrations anormales qui forment alors les gisements. On en distingue trois types : les gisements filoniens, où l’or est associé à divers minerais (pyrite, blende, galène…) et souvent invisible à l’œil nu, pris le plus souvent dans une gangue quartzeuse ; les gisements sédimentaires où le minerai aurifère se trouve dans des strates d’origine marine ; les gisements alluvionnaires ou éluvionaires, sables transportés par un cours d’eau ou le vent. Les deux derniers types de gisements résultent de la destruction d’un gisement de type filonien, et peuvent être exploités par orpaillage. L’or natif comporte toujours une part naturelle d’argent qu’il faut éliminer pour obtenir un métal pur107. L’argent est plus complexe à exploiter. Il faut d’abord laver le minerai pour écarter les stériles, puis le griller. La réaction qui se produit alors permet ensuite d’extraire le métal, plomb et argent.

  • 108 Sur les techniques qu’emploient les essayeurs, cf. supra, chapitre précédent, p. 229.

32La séparation des deux ne pose pas de problème, car les méthodes sont connues depuis l’Antiquité108.

  • 109 Spufford, Money and its use…, p. 123 : c’est par exemple le cas de Charles d’Anjou en Italie, ce qu (...)
  • 110 Contamine et alii, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 251-252.
  • 111 C’est en tout cas l’avis de M. Bompaire, ibid., p. 253, l’augmentation de la production minière s’a (...)
  • 112 DM II 1134-1135. Au Moyen Âge, mine est aussi synonyme de minerai. La situation est rigoureusement (...)
  • 113 Au xvie siècle, Henri VIII embauche 1 000 mineurs allemands, sous la direction de Joachim Höchstett (...)
  • 114 Spufford, Money and its use…, p. 122, 129-130. On en connaît aussi dans le cadre de l’artillerie du (...)
  • 115 Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », p.71-72.

33Les ducs de Bretagne favorisent la recherche de nouvelles sources de métal précieux, comme d’ailleurs les autres princes de la fin du Moyen Âge109. Le phénomène est précoce, et correspond au retour du dynamisme économique. Dès les années 1150, de nouvelles mines sont mises en exploitation en Europe, et les découvertes se succèdent jusqu’au début du xive siècle110. Par ailleurs, dès la seconde moitié du xiie siècle, des tentatives voient le jour en Bourgogne et en Berry, mais leur mise en exploitation tourne court. Il faut aussi remarquer que les ateliers monétaires se multiplient au même rythme que des mines nouvelles sont mises en exploitation111. Le pouvoir breton fait appel à des spécialistes pour rechercher des filons, quitte à en faire venir de l’étranger. C’est le cas en 1423, après la grave crise monétaire de 1417-1421. Jean V fait venir l’Allemand Claux Lattreba et son équipe de compagnons et de serviteurs, pour « oupvrer et faire apurement des mines d’argent et autres métaux que trouveront112 ». L’arrivée de ces Allemands en Bretagne est conforme à ce qu’on observe dans toute l’Europe, où c’est à eux qu’on fait appel pour mettre des mines en exploitation113. Nous ne savons pas comment se passe leur installation dans le duché, mais là où ils s’implantent, les mineurs allemands apportent leurs propres lois, forment une communauté et s’organisent en petits groupes, sous la tutelle d’un « entrepreneur ». Jusqu’au xve siècle, les mineurs sont leurs propres maîtres, et ils conservent leur liberté d’action et leur code du travail114. À Noël 1506, un mandement royal adressé à Jehan Gibon et maître François Le Saux, auditeurs de la Chambre des comptes, leur enjoint d’aller dans la région de Quimper pour enquêter sur la rumeur. En 1519, une commission est adressée aux juges de Cornouaille, Carhaix, Morlaix et Tréguier pour François Guillard, afin de faire une enquête sur des vols commis dans les mines d’étain, plomb, cuivre, mercure, argent, fors l’or, et de faire arrêter les délinquants. L’exemption pour l’or laisse penser que sa production bénéficiait d’une attention toute particulière115.

  • 116 Spufford, Money and its use…, p. 114, 119, 124-125, 128, et Contamine et alii, L’économie médiévale(...)
  • 117 La Bretagne province. 1532-1789, Skol Vreizh, Morlaix, 1980, p. 144.
  • 118 Brûlé, Mineurs de Bretagne, p. 5 et 10 pour le texte de l’inspecteur général Monnet.

34Faute de sources, il est impossible de chiffrer la production de métal dans le duché, moins favorisé que d’autres centres miniers. Dans les années 1250-1270, les riches mines de Bohême produisent 4 t d’argent par an116. Au xiiie siècle, la production d’Orzals en Rouergue, ou celles de Brandes-en-Oisans s’élève à quelques quintaux. Au début du xive siècle, il sort des ateliers monétaires de Kutna-Horâ (mines découvertes en 1298) entre 6,3 et 6,5 t de métal par an, pour une production minière annuelle de 20 à 25 t d’argent. Dans la première moitié du xive siècle, les mines anglaises fournissent de 350 à 900 kg d’argent par an, pour une production monétaire de l’ordre de 15 t. Dans ce dernier cas, les mines constituent un apport non négligeable mais sont donc très loin de fournir suffisamment de métal pour alimenter les ateliers. C’est certainement la situation en Bretagne, sauf peut-être pour l’atelier de Guingamp au temps des Penthièvre, mais sous prétexte qu’elles n’ont pas laissé de trace, il ne faut pas minorer la place des mines bretonnes. Si l’on garde en mémoire qu’en 1784 les 500 mineurs de Pont-Péan produisent 270 kg d’argent par an, et ceux de Huelgoat-Poullaouen 1 600 à 1 700 kg, soit 4 % de la production mondiale117, il n’est pas exclu que les mines médiévales, repérables au moins à Huelgoat, aient été d’un bon apport. Anne Brûlé rappelle le texte de l’inspecteur général Monnet, qui écrivait en 1779 qu’ » autant les autres (provinces) sont pauvres en mines, autant celle-cy en abonde : et l’on ne craint pas d’avancer que c’est la Province de France et peut-être de l’Europe la plus riche en mines de toutes espèces118 ».

35Il faut en effet pour cette période ajouter aux mines déjà citées de Pont-Péan, Huelgoat-Poullaouen, les gîtes de Châtelaudren, Carnoët, Plusquellec, etc.

Le paysage minier

  • 119 Le problème se pose de la même façon pour les mines de fer, Herbaut, « Exploitation et législation (...)
  • 120 Dans le cartulaire de Redon, il est question d’une minière dans la centaine de Laillé, sur laquelle (...)
  • 121 Sur les mines en Armorique à l’époque romaine, Galliou, L’armorique romaine, 137-143, et pape, La B (...)
  • 122 Trébern et Baudic, À la recherche de l’or en Bretagne, Châteaulin, 1978, p. 18.
  • 123 Guigues et Dewismes, La prospection minière à la batée dans le Massif armoricain, Paris, 1969, p. 1 (...)
  • 124 L’or gaulois. Cahier E. Babelon, n° 6.

36Le paysage minier breton au Moyen Âge n’est pas aisé à décrire119. Des mines antiques et du haut Moyen Âge ont été identifiées, par l’archéologie ou par les textes, en particulier celle d’Abbaretz, exploitées à l’époque mérovingienne, et celle de Pont-Péan probablement à l’époque carolingienne120. Des monnaies romaines trouvées dans les sablières stannifères de Saint-Renan laissent penser que le site est exploité sous l’Empire121. L’or alluvionnaire est très facilement accessible pour le chercheur amateur. Tous les ruisseaux bretons charrient un peu d’or, qui se présente sous la forme de paillettes que l’on trouve dans les sables et les graviers. Certains placers sont plus riches que d’autres, dans une même rivière ; là où le cours d’eau s’élargit, le courant diminuant d’intensité, les matériaux charriés se déposent, proportionnellement à leur poids, les plus lourds d’abord. Les coudes, angles, souches, etc., tout ce qui peut arrêter ou dévier le courant, sont aussi a priori plus riches en or. Enfin, les petites crevasses peuvent jouer le même rôle que les tasseaux de sluice122. Les prospecteurs les plus chanceux trouvent des pépites qui, dans le Massif Armoricain, dépassent rarement 5 mm, et sont habituellement de forme plate et enrobées de limonite. Les principales zones à pépites sont le Blavet, les environs de Josselin, Rosporden, Pont-de-Buis, la bordure nord du massif de Locronan, la plage de Porz-Mellec en Plestin-Les-Grèves, la région de Vitré, etc.123. La rareté des métaux précieux au Moyen Âge, en particulier l’or, appelle quelques réflexions : l’exploitation de filons ou de placers, qui sont de trop faible teneur pour être intéressants actuellement, pouvait alors se révéler rentable ; par ailleurs, des gisements de surface ont pu être exploités à l’époque sans laisser de trace. Actuellement, seule la découverte d’une mine médiévale fossilisée ou le recours aux éléments-traces contenus dans l’alliage des monnaies permettraient de faire progresser la recherche. Une analyse non destructive des alliages monétaires affinerait nos connaissances sur l’origine du métal. Une telle étude, menée notamment sur le monnayage d’or gaulois et byzantin, a permis de savoir si l’or utilisé était natif ou provenait de refonte124.

37Les recherches qui concernent l’or en Bretagne font apparaître de nombreux sites. Nous donnons ici les plus importants ou ceux qui ont pu être exploités dans l’Antiquité ou au Moyen Âge :

  • le gisement d’or des Miaules, de Château-Gonthier (Mayenne) à La Selle-Guerchaise (Ille-et-Vilaine) selon une direction dominante sud-est nord-ouest ; ce filon est jalonné sur une quarantaine de kilomètres de travaux anciens d’exploitation sous la forme de fosses et de talus, mais ces travaux anciens sont mal datés, peut-être antiques125 ;
  • un ensemble cornouaillais, riche en or, regroupe la plage du Ris, en Douarnenez (Finistère), et la mine de Névet, en Locronan, qui contient or et argent126 ;
  • à Lanmeur (Finistère), l’exploitation de la cassitérite a permis de recueillir 7 kg d’or en sous-produit, et à Plestin (Côtes-d’Armor), la mine de Coatromarc’h est en activité au début du xviie siècle127 ;
  • à Lopérec (Finistère), on connaît un filon aurifère128 ;
  • au sud-ouest d’Elliant (Finistère) des indices d’or ont été reconnus au début des années quatre-vingt, à proximité d’une ancienne excavation près de Kerambars129 ;
  • près de Vay (Loire-Atlantique), des fosses plus ou moins comblées indiquent une exploitation ancienne. Les fragments de quartz recueillis alentour contiennent des paillettes130 ;
  • dans la vallée de l’Oust, les régions de Piriac-sur-Mer, Pénestin et Beslé (Loire-Atlantique), les concentrations atteignent le taux élevé de 21 g la tonne131 ;
  • aux environs de Tressignaux (Côtes-d’Armor), plusieurs pépites de belles tailles ont été découvertes par le passé132 ;
  • dans la région de Loudéac (Côtes-d’Armor), les teneurs dans les ruisseaux peuvent s’élever jusqu’à 1 g la tonne ; à Locarn (Côtes-d’Armor) au lieu-dit la Boissière un filon quartzeux a fourni des teneurs de l’ordre de 5 g la tonne ;
  • dans la région de Dahouët (Côtes-d’Armor), au lieu-dit La mine d’or, qui apparaît sur les cartes à partir de 1811, de la cassitérite a été exploitée par orpaillage133.
  • 134 Renseignement fournis par Jacques Le Quéré, orpailleur. En Afrique où cette activité est abondammen (...)
  • 135 Si on compte 200 jours d’activité annuelle, à 1 g par jour, ça représente la coquette somme de 66 £ (...)

38Comme on peut le constater, les références sont nombreuses et concernent toute la Bretagne. Un coup d’œil sur la carte des gisements d’or dressée par Guigues et Dewisme est tout à fait révélateur. Les points qui représentent les lieux où sont attestées des teneurs correctes en or couvrent l’intérieur du duché. Des renseignements pris auprès d’un orpailleur professionnel permettent de se faire une idée de la rentabilité possible des placers bretons. Dans les meilleures années, Jacques Le Quéré a « sorti » plus d’un kilogramme d’or, et même jusqu’à un et demi, mais en utilisant des moyens que les prospecteurs médiévaux n’avaient peut-être pas à leur disposition. En ne pratiquant que l’orpaillage, une famille peut produire sans grande difficulté un gramme d’or par jour, mais peut monter jusqu’à deux ou trois grammes134. Si l’on se rappelle que trois grammes d’or représentent un écu de 25 sols, l’activité est tout à fait rentable135.

Gisements d’or alluvionnaires du Massif armoricain. Guigues et Dewisme, La prospection minière…, p. 141.

Gisements d’or alluvionnaires du Massif armoricain. Guigues et Dewisme, La prospection minière…, p. 141.
  • 136 La construction d’un important oppidum à proximité des filons montre l’ancienneté de l’exploitation (...)
  • 137 Sur l’exploitation moderne de l’argent de Huelgoat-Poullaouen, Monange, Une entreprise industrielle (...)
  • 138 Breton en bragou et portant chapeau à guides sur la gravure réalisée pour L’illustration en 1845, B (...)

39Il est plus difficile d’aller plus avant et d’établir une carte des mines médiévales. Les sources nous révèlent deux exploitations, évoquées plus haut, une mine d’argent sur les terres de Jehan de Penhoët et une mine dans la région de Quimper. Par ailleurs, les mines d’argent des Côtes-d’Armor semblent aussi en activité si l’on en juge par la production monétaire guingampaise, intense jusqu’au milieu du xiiie siècle, plus discrète ensuite, et les puits encore signalés à Huelgoat-Poullaouen dans les années 1540, sans que le texte fasse allusion à l’exploitation136. Les monnaies indiquent une période d’activité de l’atelier des Penthièvre du début du xiie siècle au milieu du xive siècle. Les trésors contenant des monnaies guingampaises dites « des Etienne » donnent une fourchette chronologique plus étroite, de 1150 à 1250. Elles sont relayées par les monnaies des Dreux, et l’on peut envisager une fermeture des mines, ou tout au moins un ralentissement de l’exploitation dans les années 1350, ce qui amène à penser que la guerre de Succession fut préjudiciable à l’activité minière. L’exploitation industrielle de l’époque moderne à Poullaouen-Huelgoat a sans doute fait disparaître toute trace de travail médiéval137. De ce fait, il est difficile de savoir à quoi ressemblent ces mines. Deux paysages sont possibles, de longues tranchées creusées en surface le long du filon, comme à l’époque romaine, ou des galeries. Une photographie prise au début du siècle à Huelgoat montre l’entrée d’une galerie à flanc de coteau, qui s’enfonce horizontalement dans le sol. Une « porte » composée d’un linteau de bois et de murs permet l’accès. À l’intérieur, le ciel des galeries est supporté par des poutres. Les plaintes des riverains de la mine de Penhoët rappellent la surexploitation du bois à proximité des mines. Mais nous ne savons rien des mineurs, en dehors de la présence de Klaus Lattrebba et de ses compagnons. On peut simplement penser qu’ils se recrutent parmi les paysans de la région, les brassiers pouvant fournir une main-d’œuvre bon marché. C’est d’ailleurs la même situation au xviiie siècle : l’encadrement est exogène, la main-d’œuvre bretonne138.

40Une fois de plus, l’information est fragmentaire et fait beaucoup appel à ce qui se passe ailleurs. Pourtant, trois gisements sont un peu mieux connus, Huelgoat, Penhoët et Névet.

Un commis et trois mines bretonnes

41Les archives permettent d’apporter un peu de lumière sur François Guillart, commis des mines de Bretagne, dont le nom est lié aux trois exploitations qui apparaissent dans la documentation, Huelgoat, Penhoët et Névet. Curieusement, les informations sont très variées, mais difficiles à recouper. La mine de Penhoët est connue par les documents médiévaux, mais n’a pas été localisée précisément, la mine de Huelgoat a certainement fourni du métal, mais il n’en est pas question dans la documentation, et la mine de Névet est bien localisée mais n’est connue que par l’archéologie ! Autant dire que la tâche de l’historien qui cherche à esquisser un tableau de l’activité minière en Bretagne à la fin du Moyen Âge n’est pas des plus simples.

François Guillart

  • 139 Sa période d’activité va de 1490 à 1517, Le page, Finances et politique…, p. 551-552, notice 298.
  • 140 Kerhervé, Catalogue prosopographique, p. 579, notice 60.
  • 141 ALA B 18, f° 104.
  • 142 Ibid., f° 21.
  • 143 ALA B 22, f° 108.
  • 144 Sur la Villeder, Brûlé, Mineurs…, p. 16 et 28-29. L’auteur note que le site, exploité depuis la Tèn (...)

42C’est un personnage de premier plan en matière de recherche de minerais139. Il apparaît dans l’administration financière bretonne sous la duchesse Anne, avant 1491140. Il multiplie les spéculations financières et prend la ferme des ports et havres de Cornouaille, puis toutes celles de Basse-Bretagne, avant d’obtenir celle des brefs en 1509-1512. Il est aussi trésorier des Guerres141. C’est en tant que « commis au faict des mignes de Bretaigne » qu’il nous intéresse. Il semble appliquer une politique assez rigoureuse puisqu’on le trouve mentionné en 1509 au sujet de la mine d’or trouvée « es parties dudit Kempercorentin142 », mais il s’intéresse aussi au gisement de Huelgoat six ans plus tard, pour lequel il se fait livrer du bois143. Si on ajoute à cela qu’il est seigneur de la Villeder en Sérent, où il existe un gisement d’étain argentifère, on voit qu’il a pris sa fonction au sérieux, mais son activité minière n’est connue que par trois mandements qui confirment la réalité de l’intérêt porté aux mines du duché au tournant des xve et xvie siècle, et en particulier à celles de Huelgoat144. Il meurt avant le 1er mai 1517.

La mine de Huelgoat 145

  • 145 Le site a été récemment mis en valeur par une association locale, qui a dégagé et fléché les haldes (...)
  • 146 Sur le camp d’Artus, bibliographie dans Galliou, Carte archéologique de la Gaule. Le Finistère, Par (...)
  • 147 En Poullaouen.
  • 148 Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, p. 263.
  • 149 Monange, Une entreprise industrielle au xviiie siècle…, p. 11-12.
  • 150 Dreyer, Terres et paysages dans le domaine royal de Huelgoat, Châteauneuf, Landeleau d’après le ren (...)

43La présence à Huelgoat d’un oppidum gaulois très important, le camp d’Artus, est probablement la conséquence de l’existence du gisement de plomb argentifère dès l’Âge du Fer146. Son exploitation intensive du xviiie au xxe siècle ne permet pas, dans l’état actuel des choses, de retrouver les traces de la mine médiévale. Le toponyme la Vieille-Mine pourrait indiquer son emplacement, à proximité de l’ancienne fonderie, mais à distance de la mine moderne147. Il est hélas difficile à dater. Par contre, on ne constate sur place aucune trace d’activité minière, ce qui porte à croire qu’il est très ancien, bien antérieur à la remise en exploitation du xviiie siècle. Lors de cette reprise, les exploitants commencent par remettre en état trois kilomètres de galeries anciennes, ce qui leur prend six mois. Comme la mine n’a pas été exploitée au xviie siècle, il faut en conclure qu’elle l’a été à l’époque antérieure, peut-être aux xve et xvie siècles, notamment au temps où François Guillart s’y intéresse148. D’autres indices vont dans ce sens. Au xv ou au xvie siècle, on construit à Huelgoat une digue et on aménage un étang, qui servent à mettre en œuvre les machines hydrauliques d’exhaure. La tradition attribue ces travaux à la reine Anne149. Dans le rentier domanial de 1540 de Huelgoat, Châteauneuf et Landeleau de 1540, il est également question de mine, citée à huit reprises. Les plus values enregistrées pour les parcelles voisines, adjugées aux enchères par les commissaires réformateurs du Domaine, sont plus fortes que celles des terres où s’ouvrent les puits eux-mêmes, et l’alliance mine-moulin est très recherchée du fait de ces implications techniques sur le traitement du minerai150. Le faisceau de présomptions en faveur d’une exploitation médiévale du gisement de Poullaouen est donc convergent, mais nous manquons hélas d’éléments plus précis, qui permettraient d’affiner les dates et de cerner l’importance du phénomène.

La mine de Penhoët

  • 151 Commune de Saint-Martin-des-Champs, Finistère.
  • 152 Baronne de Beausoleil, citée par Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », p. 87-89. On note aus (...)
  • 153 Il s’agit de Jean de Penhoët, amiral de Bretagne. La famille apparaît au xiiie siècle, mais c’est l (...)
  • 154 DM II 1133-1134.
  • 155 Ibid., 1269.

44À peu de distance de Huelgoat-Poullaouen, la région de Morlaix est connue anciennement pour ses ressources en métal précieux. Dans l’inventaire de la baronne de Beausoleil, il est fait mention, près des Récollets, dans le bois de Penité-Pénélé151, d’une bonne mine de plomb contenant quantité d’argent. Des gisements sont aussi mentionnés à Guissény, Saint-Martin et Taulé, où se trouve une mine de plomb qui a sa « fontaine minérale » près la chapelle de la Madeleine152. Par ailleurs, deux documents médiévaux évoquent la mine du seigneur de Penhoët153. Le premier date du 20 mars 1423, et se place juste après la crise monétaire du début de la décennie. Jean V fait venir des mineurs allemands, « pour oupvrer et faire apurement des mines d’argent et autres métaux que trouveront154 ». Dix ans plus tard, Jean V accorde au sire de Penhoët le droit d’exploiter une mine d’argent sur ses terres155. C’est lui qui solicite auprès du duc l’autorisation « de faire chercher mine d’argent en aucunes de ses terres et seigneuries », qui lui répond favorablement, pour « l’augmentation du bien public de notre pays ». Il ne nous a pas été possible de localiser précisément la mine, pour laquelle on a proposé les bois de Penité-Pénélé, qui se situent précisément à proximité du château de Penhoët. C’est probablement l’endroit où il faut chercher des traces d’exploitation. La paroisse de Saint-Thégonnec et ses alentours offrent tous les avantages que l’on peut attendre pour l’exploitation d’une mine : bois sur les coteaux des vallées avoisinantes, rivières suffisamment nombreuses pour faire fonctionner des moulins, région bien peuplée, apte à fournir de la main-d’œuvre, mais rien de précis ne permet de conclure avec certitude en ce sens. La situation est un peu plus claire dans le cas de la mine de Névet.

La mine de Névet 156

  • 156 Je ne peux que redire ma reconnaissance à M. et Mme Marc Kern qui ont bien voulu me laisser accéder (...)

45Comme dans les régions de Huelgoat et Morlaix, la présence de métal précieux est connue depuis longtemps autour de la « montagne » de Locronan, en Cornouaille. La documentation, plus variée, permet de dresser un tableau plus précis que dans les deux cas précédents.

Histoire et légende

  • 157 Galliou, Carte archéologique… p. 57. Si on en croit Delécluse, « Notes sur la mine d’or de Névet », (...)
  • 158 Guigon, « Les résidences de Locronan », MSHAB, 1992, p. 18 et 24-25.
  • 159 Toponyme du haut Moyen Âge, Lez signifiant « cour » et argant « argent ». Renseignement communiqué (...)
  • 160 Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, art. Névet.

46Des ruines romaines ont été retrouvées à Névet, ainsi que des tegulae157, mais les fouilles archéologiques d’une villa carolingienne à Locronan sont beaucoup plus intéressantes pour nous. Cinq bâtiments ont été dégagés sur une dizaine, et les travaux ont révélé un site de travail de l’or, avec en particulier une aire de grillage et un atelier d’orfèvre. Les archéologues y ont trouvé des coupelles d’affinage, lingotières, pierres de touche, pinces…, ainsi qu’une petite cupule d’or, caractéristique de l’orfèvrerie du haut Moyen Âge158. En dehors de son intérêt intrinsèque, cette trouvaille nous éclaire sur l’activité d’exploitation et de travail de l’or à la fin du premier millénaire. L’archéologie confirme la toponymie. Le lieu-dit Lézargant, en Kerlaz, est tout à fait révélateur de la présence d’une mine ancienne, les toponymes en lez étant caractéristiques de la période du ixe au xiie siècle, avec simplement un passage de l’or à l’argent, ce qui est assez surprenant159. La famille de Névet apparaît au xiiie siècle, avec Hervé qui contribue au denier de la croisade en 1270. Elle prospère pendant tout le Moyen Âge et l’Ancien Régime, avant de tomber en quenouille, en la personne de Malo, qui épouse en 1729 Louis du Breil de Pontbriand. Le lignage est à l’origine d’un château, actuellement disparu, et possède des terres éparpillées pour l’essentiel sur les paroisses de Plogonnec et Plonévez-Porzay160. Ils blasonnent d’or au léopard morné de gueules. Dans ce cas, le fond d’or pourrait être interprété comme une allusion à la présence des mines, mais avec toute la prudence qui s’impose pour ce genre de lecture des armoiries. Deux documents évoquent la mine de Locronan, sans la nommer ni la localiser précisément. Le premier date du 25 décembre 1506. C’est un

  • 161 ALA B 16 f° 114.

« mandement à maître Jehan Gibon, auditeur à la Chambre des comptes, de se transporter es parties de Kemper-Corentin où l’on dit y avoir mine d’or, pour dessentir la verité afin d’en avertir le roy et la reyne161 ».

  • 162 ALA B 18, f° 21.
  • 163 Chauris, Le Bail et Guigues, Minéraux de Basse-Bretagne, Daoulas, 1986, p. 36 ; Pierrot, Chauris et (...)
  • 164 Horellou, Histoire de Kerlaz. Son histoire, ses légendes, ses familles nobles, Brest, 1920, p. 139. (...)
  • 165 Trévédy, Histoire de la maison de Névet, Quimper-Rennes-Saint-Brieuc, sd.

47Malgré sa sobriété, cette mention nous donne quelques informations utiles. Tout d’abord, la mine d’or est connue au début du xvie siècle, et elle est même en activité. De plus, l’intérêt du pouvoir n’est pas émoussé puisqu’il envoie quelqu’un d’important, un auditeur des Comptes. Enfin, la propriété royale du sous-sol nous est rappelée implicitement. En 1509, François Guillart, commis aux mines, semble rencontrer quelques difficultés dans l’exploitation de la mine. Il a délégué « Salmon Honoré pour commis à faire besoigner […] aux mines qui ont esté trouvées es parties dudit Kempercorentin162 ». L’or est donc fréquemment signalé dans la région, en particulier à Locronan et Kerlaz. Sa présence est à mettre en relation avec le granite de cette région, auréolé d’une zone aurifère163. L’architecture militaire apporte quelques précisions supplémentaires sur son exploitation. Hervé VI de Névet est le premier de sa lignée à s’intituler seigneur de Lezargant, lieu-dit de la mine. C’est donc avant sa mort en 1444 que le château originel des Névet, en Plogonnec, est abandonné, puis reconstruit à Lezargant, en Kerlaz164. Il faut probablement y voir la conséquence de la remise en activité de la mine, le seigneur de Névet se rapprochant du gisement de façon à pouvoir mieux en contrôler l’exploitation. Dans le courant du xvie siècle, le souvenir de la mine se perd, et, dans son mémoire de 1644, Jean de Névet n’en dit rien165.

  • 166 Pouchous, « Monographie… », 173-174, et Horellou, Histoire de Kerlaz…, p. 131-135 et 139.

48La légende prend alors la place de l’histoire, et ce n’est pas sans intérêt. M. Pouchous et l’abbé Horellou nous en donnent les grandes lignes166. À les en croire, lorsque les seigneurs de Névet déplacèrent leur résidence,

  • 167 L’idée est de Pouchous, reprise par l’abbé Horellou puis par Peyron et Abgrall, notices sur les par (...)

« on prétend qu’ils trouvèrent une mine d’argent et même d’or au pied du château ; mais ne voulant pas qu’on l’exploitât, ils y établirent un grand étang dont les eaux font encore mouvoir les tournants du Moulin de Névet. À l’ouest du mur de clôture des jardins, se voit l’ouverture d’un souterrain167 ».

  • 168 Delécluse, « Notes sur la mine d’or de Névet », p. vi et vii.

49L’abbé Horellou en donne plusieurs explications, qui mêlent La Fontenelle et les Guerres de la Ligue. Pour pouvoir se sauver, les seigneurs de Névet auraient fait creuser une voie souterraine reliant le château à d’autres châteaux du voisinage. « On dit que ce souterrain cache un trésor… » Un habitant du pays s’y étant glissé pour l’y chercher marcha environ 10 minutes, gêné par les flaques d’eau. À un endroit où les galeries se ramifient, il trouva une fontaine qui portait une inscription en rouge et un écusson. À ce moment, sa lanterne s’éteignit et il dut rentrer… E. Delecluze ajoute qu’une dame de Névet, voulant éviter à ses descendants les dangers de la richesse, inonda la mine, qui recouverte par l’eau forma un étang. Au fond de cet étang, d’une profondeur insondable selon les paysans alentours, se situe le puits de la mine. La légende veut qu’une galerie aboutisse au Ris168. Notons que l’étang, asséché dans les années 1920, n’a révélé aucune trace de puits, de galerie ni de mine… Mais ce pays est coutumier des mythes et légendes. La ville d’Ys, ses églises et palais couverts d’or, ne s’élevait-elle pas à quelque distance, au large de la plage du Ris ?

Les vestiges

  • 169 Les tunnels auraient servi de dépôt d’explosifs pendant la guerre.

50L’actuel château est construit sur un kippe, une montagne factice. Un impressionnant mur de soutènement assure la stabilité de l’ensemble. À un endroit, il offre une structure étrange, en retrait, difficilement explicable. À peu de distance, on voit l’entrée d’une mine, qui ouvre à flanc de coteau et dessert trois galeries. La façade de l’ensemble a été dégagée dans la colline. Le porche est surmonté par un aplomb d’une dizaine de mètres environ. La partie droite a été renforcée par un mur de soutènement. Le sol du porche est sensiblement remonté si l’on en juge par sa faible hauteur, comparée à celle des galeries elles-mêmes. Des effondrements et peut-être un dynamitage par les Allemands à la fin de la Seconde Guerre mondiale pourraient expliquer cette situation169. L’entrée actuelle se présente grossièrement sous la forme d’une patte d’oie. La galerie de gauche se prolonge sur environ 10 m, puis s’abaisse lentement, tandis que le sol remonte, du fait de l’effondrement de la voûte granitique. Elle se poursuit semble-t-il au-delà, sur environ 120 m en direction de la vallée toute proche ; et son issue est visible en hiver. La galerie centrale est accessible sur une dizaine de mètres, offrant jusqu’à 1,60 mètre de hauteur, et en largeur plus de deux de largeur en sa partie la plus vaste. On y distingue des traces d’outils, se présentant sous la forme de « vagues » ou d’ondulations de un à deux centimètres de large et de haut. La troisième galerie, celle de droite, ouvre sur une vingtaine de mètres. Par ailleurs, un puits ouvre sur la gauche, à environ dix mètres, et deux mètres plus haut que l’actuelle entrée, peut-être une ouverture d’aération. Sur les bords du chemin menant du manoir à un moulin ruiné, dont il ne subsiste que le bief et la digue, on distingue ce qui pourrait être également un départ de galerie, actuellement effondrée.

  • 170 Renseignements communiqués par Yves Lulzac et Marc Kern. Pour Y. Lulzac, du BRGM, rien ne justifie (...)
  • 171 Bien que ces techniques soient plus adaptées à l’étude de la monnaie gauloise ou carolingienne, par (...)

51Un crassier de quatre à cinq mètres de hauteur masque l’ouverture des galeries. Il est constitué de petits blocs de pierre et d’arène granitique, et recouvert de 15 centimètres de terre végétale. Il est possible que la vallée qui se trouve devant l’entrée de la mine ait été également comblée en partie par des déblais. En effet, la pente douce naturelle, menant vers le trou sans fond, au fond de la dépression, est corrigée par un fort apport de terre. L’ensemble forme un terrain plat se terminant brutalement sur un fossé sec, de deux à trois mètres de profondeur. La propriété est située en bordure d’un bois, la Forêt de Névet, suffisant pour l’approvisionnement en poutres, et à proximité d’une rivière. L’ensemble est particulièrement intéressant, par la variété des vestiges, galeries, crassier, sans compter la présence de trois moulins sur le ruisseau qui arrose la vallée, est caractéristique de l’activité minière, grande consommatrice d’énergie. Il en fallait pour broyer le minerai et assurer l’exhaure, bien que dans le cas présent, ce soit la pente des galeries qui ait, semble-t-il, rempli cet office. En revanche, des prospections à la battée menées par le BRGM et des amateurs dans les années 1980 n’ont rien donné, aucune trace d’or, seulement de la pyrite170. Les mines bretonnes médiévales attendent donc toujours leur archéologue, dont les prospections combinées avec les progrès de l’analyse des minerais et des éléments-traces seraient susceptibles d’apporter du nouveau sur la question171.

*

52L’analyse du change et de la production minière montre combien il est difficile de distinguer ce qui relève de l’empirisme de ce qui fait partie de la politique économique à la fin du Moyen Âge, même si, au fur et à mesure que se met en place de l’État breton, les interventions du pouvoir se font de plus en plus fréquentes, atteignant leur maximum d’efficacité à la fin du xve siècle. En dehors des mesures techniques pour contrôler les flux de métaux précieux, les ducs orientent le duché vers une autre direction, la recherche de filons nouveaux, pour accroître leur indépendance monétaire. Il est aussi possible que, si les mines sortent de l’ombre à la même époque, ce soit pour les mêmes raisons. C’est donc au milieu du règne de Jean V que le duc prend vraiment conscience de l’importance du problème, précisément au moment où il importe de remettre en ordre le système monétaire, et où il fait le choix de renouer avec la bonne monnaie et de se lancer – ou relancer – dans la frappe d’espèces d’or.

Note

1 Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 51. Sur le développement du crédit et du change en France, Carpentier et Le Mené, La France du xie au xve siècle…, p. 187-188, 262-263 et 286-288. Pour A. Chédeville, le troc est rare et l’usage de lingots se limiterait au départ en croisade, puisque nos monnaies étaient inconnues dans les pays lointains, Chédeville, « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit dans les pays de l’ouest de la France (xie-xiiiesiècle) », Cahiers de civilisation médiévale, t. xvii, 1974, p. 309-325. L’explication n’est probablement pas satisfaisante. Les trésors trouvés au Proche-Orient montrent une circulation monétaire assez proche de celle de l’Europe, mises à part bien sûr les espèces émises sur place. Les croisés emportent avec eux la monnaie de leur pays d’origine et savent bien la reconnaître sur place.

2 23 février 1222, accord entre Pierre de Dreux et l’évêque de Nantes, et mars 1340, traité entre Jean le Roux et Raoul de Fougères, La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 336.

3 DM I 111, Chroniques annaux, et La Borderie, histoire…, t. iii, p. 337-339.

4 Les Juifs sont taxés, pratiquement rançonnés en Saintonge et en Poitou, mesures fiscales autant que racistes, si efficaces qu’au bout du compte, les Juifs ne peuvent plus payer tellement ils sont appauvris… Faute de pouvoir les pressurer plus, le pouvoir le chasse et confisque leurs biens, Favier, Philippe le Bel, p. 198. L’inspiration n’est pas la même en Bretagne.

5 Ploërmel, 10 avril 1240, donné en latin par DM I 914-915, d’Argentré, L’Histoire de Bretaigne…, p. 302-303 (éd. 1618). La non-poursuite pour le meurtre d’un Juif est peut-être à mettre en lien avec le pogrom de 1236. Il pourrait s’agir d’une forme de rémission pour meurtre. Certains reviennent pourtant, comme ce Dizabbet le juiff, escuier, comptes d’Auffroy Guinot, AIV 1 F 629, f° 26, 1430-1431.

6 DM I 1009, en 1270, Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, t. iii, Saint-Aubin, n° 333, en 1297.

7 Ibid.

8 La Borderie, Nouveau recueil…, acte xxvi.

9 Auberi, qui tient le compte d’exécution du testament de Jean II, après 1305, est sans doute un Lombard, si l’on en juge par le patronyme, très proche de celui des Lombards de Châteauneuf en 1297.

10 D’Argentré, Histoire de Bretagne, éd. de 1588, f° 244 v°.

11 Abbé Peyron, Cartulaire de l’église de Quimper, Quimper, 1909, p. 76-78, acte 39.

12 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne, t. iii, p. 81, et Levron, Catalogue des actes de Pierre de Dreux, acte 216. Le coût du crédit au xiiie siècle : à Cambrai dans les années 1230-1240, le taux s’élève à 17,65 % d’intérêt. À Venise, il est de 5 à 8 %, en Angleterre de 12,5 % à 33,3 % (les sommes prêtées se situent en général entre 10 et 20 sous). Les rois de France imposent aux Juifs un plafond de 33,5 % (1223, 1230 et 1234) mais au temps de Philippe le Bel, en 1284, il se situe entre 34 et 266 %, Bériou, « Usure, crédit et restitution : un dossier inattendu dans les manuscrits de Robert de Sorbon », Commerce, finances et société (xie-xvie siècles). Mélanges Henri Dubois, Paris, 1993, p. 135-155.

13 Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.

14 Planiol, Histoire…, t. iv, p. 171-172.

15 Même constat chez Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monétaire en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du xve siècle, thèse de l’École des Chartes, Paris, 1980, p. 2 et 176, sur la maigreur des informations concernant l’approvisionnement en métal précieux.

16 Bouchart, Les grandes chroniques…, livre iii, XLV, p. 395.

17 Contamine, L’économie médiévale…, p. 262-264 : la plus ancienne mention date de 1093, à Angers. En 1140, à Chartres, les changeurs apparaissent aussi comme monnayeurs et orfèvres. Le métier est alors une nouveauté. Au xiiie s., ils forment un groupe très puissant. Peu surveillé au début (1299, statut des changeurs de Florence), le métier se structure au xive s.

18 ALA B 11, f° 127 v°.

19 Le Mené, La ville de Nantes…, p. 155-158 ; il siège au conseil de la ville en 1487-1496.

20 Sur la réglementation du métier de changeur, Chevallier, « Les changeurs en France dans la première moitié du xive siècle », Économie et société au Moyen Âge. Mélanges E. Perroy, Paris, 1973, p. 153-160, et Dumas, Le monnayage…, p. 172-180.

21 Bigot, Essai…, pièce justificative xxv.

22 Blanchard, Actes de Jean V…, actes vi et 2250 (16 janvier 1437).

23 1491 (janvier), coût de l’acte : 6 écus et en marge gratis, Le Bourhis, Compte du produit de la délivrance des sceaux, actes 360 et 447.

24 Blanchard, Actes de Jean V…, actes 2252 et 2400 ; Planiol, Histoire…, t. iv, p. 172.

25 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 2250.

26 C’est le cas en Bourgogne, où le duc fixe le nombre et les emplacements, Dumas, Le monnayage…, p. 175.

27 Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au xve s. », p. 83, Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 240, et Blanchard, Actes de Jean V, 2252.

28 Cariou, « Une table de changeur au musée de Guérande », ASBNH, 1996, p. 39.

29 ALA E 127/15, et Planiol, La Très Ancienne Coutume…, p. 440, article 84.

30 Dumas, Le monnayage…, p. 174 : première lettre de nomination attestée le 22 mars 1419, mais elle fait référence à des prédécesseurs.

31 ALA E 127/16.

32 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 2477.

33 15 août 1467. Le change porte sur 30 000 £ en or. Pour des sommes moindres, le montant était peut-être différent, Kermarrec, acte 39.

34 Jolec, acte 323. La guerre entre la Bretagne et la France semble imminente, et les montres générales de la noblesse sont fixées au 1er mai. Sur le contexte, La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 456-457.

35 Jolec, acte 322.

36 ALA B 11, f° 255.

37 Ibid., f° 52 bis v°-53, 1487 (1er décembre).

38 Kerhervé, L’État breton…, p. 219-220, 3 décembre 1487.

39 1487 (4 décembre) : injonction de savoir combien les habitants de Saint-Brieuc et Montcontour possèdent d’argent ou de marcs d’argent à prêter au duc. Le même jour, même injonction pour les gens d’Église de l’évêché de Rennes, ALA B 11, f° 57 v° et 58.

40 Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier…, p. 172 : les marchands en ont aussi le droit, mais pas les simples particuliers.

41 AIV 1 F 588 et AIV 1 F 626, 1er septembre 1397 et 14 janvier 1398.

42 1407 (25mars) : rémission pour Jehan Boucherotqui « avait eu » un grant numbre d’argent d’un changeur appelé Maître G. de Montceau, que tenait Macé Kadaren. L’argent a été rendu par la suite, Blanchard, Actes de Jean V, acte n° 472.

43 Dumas, « Un point de droit : la propriété de trouvailles fortuites en pays de droit coutumier pendant le règne de Saint-Louis », BSFN, 1972, n° 7, p. 273-274.

44 Planiol, La Très ancienne Coutume…, p. 172-173, art. 153. La législation est identique en Bourgogne, où « il appartient à la dignité de monseigneur de Bourgogne et de son droit de noblesse qu’il ait tous trésors découverts en toute la contrée de Bourgogne », Schnerb, L’État bourguignon…, p. 49.

45 DM II, 1667, un témoignage stipule que « les princes de Bretagne doivent avoir la jouissance des thrésors trouvés dans les terres de leur pays ».

46 Planiol, La Très Ancienne Coutume…, p. 506, art. 17.

47 Allenou, Histoire féodale des marais, territoire et église de dol. Enquête par tourbe, ordonnée par Henri II, roi d’Angleterre, Paris, 1917, p. 70.

48 hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 149 ssq.

49 Cité par Guillotin de Corson, Miscellanées bretonnes, Nantes, 1904, p. 248.

50 Hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 149 ssq.

51 L’événement est rapporté par Jehan du Breill lors de l’enquête de 1455, DM II, 1654-1655.

52 Gourvès, 1464, acte 169, 1464 (14 mars).

53 ALA E 205 f° 140 v°, 1472 (15 janvier).

54 Cité par Chauvin, Les comptes de la châtellenie…, p. 49, note 42, compte en date de 1433-1434.

55 Corcuff, acte 788, 1487 (15 février).

56 Berthemet, acte 173, 15 mars 1466.

57 Poey d’Avant 1103, L’Isle Du Dréneuc, Musée Dobrée. Catalogue général…, n° 98.

58 Facit… banniri in civitate nannetica quod moneta turonensis non recipiretur in ea, texte perdu ; simple mention en 1248 dans les plaintes de l’évêque de Nantes, DM I 937, et Planiol, La Très ancienne Coutume…, p. 328.

59 Texte perdu. Simple mention dans un mandement de Charles de Blois du 20 juin 1360. DM I 1533-1534, pLanioL, La Très ancienne Coutume…, p. 355, et Jones, Actes de Charles de Blois…, acte 247.

60 1490 (22 mars). Publié par La Borderie, Choix de documents…, acte n° xviii, Le Bourhis, acte 676. Tableau publié par Kerhervé, L’État breton…, p. 188. Il ne faut cependant pas se hâter de conclure et comparer avec les trésors réels ou virtuels (liste de monnaies prêtées par exemple) qui donnent souvent une image différente mais plus fiable.

61 La fonte d’objets précieux pour les convertir en monnaie est pratiquée dès l’Antiquité. Rebuffat, La monnaie dans l’antiquité, p. 60-63 : Athènes, avant le combat décisif des îles Arginuses, fait fondre les 7 statues d’or de Nikai du Parthénon pour faire armer des trières. La cité en tire 14 talents d’or (environ 367 kg) et monnaye ce métal pour la première fois, Blanchet, « La fonte de vaisselle et la monnaie », PVSFN, 5 janvier 1918, p. IV-VIII : 407 av. JC : 1576 : la vaisselle d’argent des habitants du royaume est transformée en monnaies par Henri III ; 1689 : Louis XIV envoie à la fonte des meubles en argent massif. Blanchet : « Refontes des métaux précieux », rn, 1955, p. 251-257 : Charles V fait fondre une partie de sa vaisselle en 1370 (1 000 marcs pour financer des galères). À la mort de Charles V, le duc d’Anjou, régent, s’empare de 32 000 francs d’or, ainsi que de lingots et de barres de métal précieux à Melun et dans d’autres châteaux de la région parisienne. Le 28 mai 1372, il envoie à la fonte 2 000 marcs de vaisselle d’argent. En 1381, le roi envoie sa vaisselle d’or à la fonte : 97 marcs puis 121 et encore 348 marcs. Même opération en 1382 (100 marcs d’or et 600 marcs d’argent) puis en 1389, de la vaisselle d’or venant de la maison de la reine.

62 Jones, Actes de Charles de Blois, acte 219, 25 mai 1358.

63 Jolec, acte 906, 1467 (10 novembre).

64 Il est souvent difficile de faire la différence, sauf quand l’envoi à la fonte est expressément stipulé.

65 Corcuff, acte 1055, 1487 (9 juin).

66 Coativy, « Les florins de François II et d’Anne de Bretagne », ASBNH, 1994, p. 43-46, et Cariou, « Une monnaie obsidionale de Rennes retrouvée », ASBNH, 1997, p. 61-62.

67 Quéro, acte n° 421, 11 mai 1473.

68 Le Bourhis, acte 502, 1490 (1er mars).

69 L’emprunt porte sur 250 £. AIV 1 F 96 D.

70 Nombreux exemples dans DM II 38, 200 francs, II 49, 200 francs, II 65, 300 francs et 3 252 francs, etc.

71 Pas de témoignage précis en Bretagne, malgré de nombreuses affaires de ce genre. En Bourgogne en 1300, la totalité des monnaies saisies chez un faussaire est refrappée, et l’atelier retient 30 % du métal pour ses frais. Le reste est partagé entre le châtelain local, le prévôt et les sergents qui ont participé à l’arrestation, guerreau, « L’atelier monétaire royal… », p. 375.

72 Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée et pouvoir des princes, Paris, 1986, p. 67-68.

73 Bompaire, L’atelier…, p. 301-303, remarque que tous ceux qui ont des contacts avec la monnaie (ateliers, maîtres, changeurs…) les rognent. La pratique est systématique chez les changeurs sur les espèces décriées, surtout d’or et d’argent.

74 Boyer-Xambeu, Deleplace et Gillard, Monnaie privée…, p. 67-68.

75 Chauvin, Les comptes…, p. 54, et DM II 1207.

76 DM II 1270 ; dans ces deux cas, il peut s’agir de vaisselle comme de lingots, les textes demeurant imprécis.

77 Kermarrec, acte 149.

78 Venneuguès, acte 971, 1462 (24 décembre).

79 Jolec, acte 21, 1467 (9 janvier). Nombreux exemples : 1467 (3 juin), 1 000 marcs d’argent ; 1467 (28 novembre), 500 écus, Jolec, actes 489, 932, etc.

80 Pour plus de détails, Kerhervé, L’État breton…, p. 626-633, Corcuff, acte 1134, (11 août). Autre exemple le 19 avril 1488, emprunt de 40 marcs d’or, ALA B 11, f° 171 bis v°. Les mêmes méthodes sont employées en Bourgogne, Dumas, Le monnayage…, p. 180-184.

81 Corcuff, acte 1101, 1487 (2 août) et ALA B 11, f° 58 v°-59. Il arrive que l’emprunt concerne les monnayeurs, comme en 1468 (8 février) : emprunt du duc aux exempts d’impôt, « pour satisfaire au paiement des gens de guerre », Kermarrec, acte 113.

82 Kerhervé, L’État breton…, p. 212-213.

83 Sur le problème de la famine monétaire à la fin du Moyen Âge, synthèse de Spufford, Money and its use…, p. 339-362. 1386 (1er février) : lettre par laquelle le duc signale « que a present nous ne feismes monnoie d’or et qu’il ne puet bonnement estre trouvé ne recouvré en nostre païs », Jones, Actes de Jean IV…, acte n° 574, Planiol, La Très Ancienne Coutume…, n° 27, et Dhénin, « Florin et double-florin… », p. 200 (avec une erreur de date, AS au lieu de NS).

84 Jolec, acte 846, 1467 (20 octobre). Pendant les années de crise de la fin du duché, la situation s’aggrave et le duc explique la famine monétaire par « les pilleries et dommaiges que nosdits ennemis ont fait sur nosdits païs et subgez », ALA B 13 f° 133.

85 Jones, acte de Jean IV…, actes n° 577-578 du 15 mai 1386, et Kerhervé, L’État breton…, p. 204.

86 1458 (19 avril), ALA E 127/12.

87 Kerhervé, L’État breton…, p. 209.

88 Jolec, acte 846, 1467 (20 octobre).

89 Dumas, Le monnayage…, p. 184-186.

90 ALA B 11, f° 123 v°.

91 Ordonnances des rois de France, t. vii, p. 560-561.

92 Touchard, Le commerce…, p. 255, et Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 394, avec les tarifs p. 250, qui concernent le fer, l’étain, le plomb, le cuivre et le laiton.

93 De nombreux travaux ont porté sur les mines bretonnes, en particulier Monange, Une entreprise industrielle au xviiie siècle : les mines de Poullaouen et du Huelgoat (1732-1791), thèse de doctorat de troisième cycle dactylographié, Rennes, 1972, et Brûlé, Mineurs de Bretagne, Morlaix, 1988, avec bibliographie indicative. L’époque médiévale est rarement abordée, et toujours très rapidement.

94 ALA 14 J 2-15. Les droits énumérés, typiques du xve siècle, pourraient indiquer un acte apocryphe.

95 DM II 1134-1135 et 1269. En Bourgogne, quand un particulier veut exploiter une mine, il doit en faire la demande au duc. Il devient alors propriétaire de plein droit du sous-sol, l’ancien propriétaire étant indemnisé, sur estimation des officiers ducaux, Braunstein et Chapelot, « Mines et métallurgie en Bourgogne à la fin du Moyen Âge », Mines, carrières et métallurgie dans la France médiévale, Paris, 1983, p. 36-38. Si l’exploitation des métaux précieux est étroitement surveillée, les mines de fer le sont beaucoup moins, du fait de l’abondance des gisements, herBaut, « Exploitation et législation minière en forêt de Quintin aux xve et xvie s. », MSHAB, 1988, p. 93-104.

96 Hévin, Coutume générale du païs et duché de Bretagne, Rennes, 1745-1748, t. ii, p. 177, art. 581.

97 Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », BSAF, 1903, p. 71-72. Cette mine, située es parties de Quimper Corentin, est probablement à l’origine d’une tradition populaire qui veut que l’Odet charrie des paillettes d’or au niveau du Stangala à Quimper, guyader, « Compte rendu », BSAF, 1903, p. xiv.

98 Même situation en Navarre où le souverain doit fournir le bois nécessaire au boisage, Leroy, « Théorie monétaire et extraction minière en Navarre vers 1340 », RN, 1972, p. 105-123.

99 DM II 1134-1135, et Villiers du terrage, « Recherche de l’or… », p.70-89.

100 DM II 1134.

101 DM II 1269.

102 En Bourgogne, l’exploitant minier doit demander au duc l’autorisation d’ouvrir une mine. Il devient alors propriétaire du sous-sol, sous réserve de dédommager l’ancien propriétaire. En Bourgogne, les mineurs dépendent de la Chambre des comptes et ont le même statut que les monnayeurs, Braunstein et Chapelot, « Mine et métallurgie en Bourgogne… », p. 35-38.

103 Herbaut, « Exploitation et législation minière », p.93-104.

104 C’est beaucoup. Au xiiie s., en Bohème, les rois prélèvent un huitième du métal, en Italie, un quart puis un huitième du minerai. Les comtes de Savoie se contentent d’un dixième voire d’un quinzième, selon les mines, en Espagne, un cinquième, Spufford, Money and its use…, p. 128. Il est possible que le prélèvement varie selon le métal exploité.

105 Spufford, Money and its use…, p. 127 : en Angleterre, avant 1290, les mineurs gardent le métal pour eux, moyennant le versement d’un pourcentage au roi. Après réforme, les mines appartiennent au roi qui paye les mineurs à la tâche.

106 Autres exemples dans Hesse, « Artistes, artisans ou prolétaires ? Les hommes de la mine au Moyen Âge », Artistes, artisans et production artistique en France au Moyen Âge, p. 437, avec une évolution sociologique : au xiie-xiiie s., ce sont surtout les ducs et les comtes, et à partir du xive s., la petite et moyenne noblesse.

107 Barrandon, Aubin, Benusiglio, Hiernard, Nony, Scheers, L’or gaulois. Le trésor de Chevanceaux et les monnayages de la façade atlantique, Paris, 1994, p. 19-23.

108 Sur les techniques qu’emploient les essayeurs, cf. supra, chapitre précédent, p. 229.

109 Spufford, Money and its use…, p. 123 : c’est par exemple le cas de Charles d’Anjou en Italie, ce qui aboutit à la découverte des mines de Longobucco en Calabre en 1274.

110 Contamine et alii, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 251-252.

111 C’est en tout cas l’avis de M. Bompaire, ibid., p. 253, l’augmentation de la production minière s’accompagne de la multiplication des ateliers monétaires, en particulier en Italie, dans l’ancien royaume d’Arles, en Provence et en Dauphiné. C’est aux xiie et xiiie s. que les ateliers féodaux se multiplient dans le royaume.

112 DM II 1134-1135. Au Moyen Âge, mine est aussi synonyme de minerai. La situation est rigoureusement identique en Navarre au milieu du xive siècle. Les mines de plomb argentifères du nord-ouest du royaume sont en 1339-1340 à un Florentin, Paul Gérard ou Girardi, « maître des mines du roi ». Il est chargé de recruter et de surveiller le personnel et l’exploitation. C’est un entrepreneur et non un ouvrier salarié. En 1340, ses gages se montent à 774 £ 4 s 8 d. Le sous-sol appartient au roi qui peut concéder l’exploitation des richesses, moyennant un revenu fixe. On compte dans la mine 38 personnes (dont 4 maîtres pour affiner l’argent et le cuivre et 5 femmes qui aident trois spécialistes à laver la mine) et 2 ou 3 muletiers. L’auteur du rapport au roi de Navarre insiste sur le fait que la concession est moins rentable que l’exploitation directe du sous-sol par le seigneur, mais pose moins de problème, Leroy, « Théorie monétaire et extraction minière… », p. 105-123. Au xvie siècle, Henri VIII d’Angleterre fait venir l’Allemand Joachim Höchstetter et six compagnons pour prospecter et ouvrir des mines. Ehrenberg, Le siècle des Fugger, Paris, 1955, p. 101-102. Contamine et alii, L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 252 : les mineurs en Sardaigne et en Angleterre sont Allemands au Moyen Âge. Le phénomène est général en Europe, et John Day le met en rapport avec la grande famine monétaire. Il faut plutôt y voir un contrecoup de la crise de 1417-1421, « La grande famine monétaire… », p. 43.

113 Au xvie siècle, Henri VIII embauche 1 000 mineurs allemands, sous la direction de Joachim Höchstetter, pour mettre en valeur son patrimoine minier. Braunstein et Chapelot, « Mines et métallurgie… », p. 36-38. On compte jusqu’à 65 % d’étrangers parmi les mineurs des paroisses d’Allevard et de la Chapelle-du-Bard en Dauphiné, hesse, « Artistes, artisans ou prolétaires ?… », p. 447-448. En 1730, ce sont également des ingénieurs allemands qui relancent la production de Huelgoat-Poullaouen.

114 Spufford, Money and its use…, p. 122, 129-130. On en connaît aussi dans le cadre de l’artillerie ducale.

115 Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », p.71-72.

116 Spufford, Money and its use…, p. 114, 119, 124-125, 128, et Contamine et alii, L’économie médiévale, p. 252.

117 La Bretagne province. 1532-1789, Skol Vreizh, Morlaix, 1980, p. 144.

118 Brûlé, Mineurs de Bretagne, p. 5 et 10 pour le texte de l’inspecteur général Monnet.

119 Le problème se pose de la même façon pour les mines de fer, Herbaut, « Exploitation et législation minière… », p. 93-104.

120 Dans le cartulaire de Redon, il est question d’une minière dans la centaine de Laillé, sur laquelle se trouve le site de Pont-Péan (commune de Bruz), Cartulaire de Redon, app. n° xxxv, p. 367. Les fouilles attestent le travail de l’or à Locronan (Guigon), évoqué par ailleurs dans les Hisperica famina, un poème breton du Haut Moyen Âge. Les mines de Plélauff sont exploitées vers 750, datation obtenue au carbone 14 dans une galerie à 36 m. de profondeur. Giot, « Chronique de datation… », AB, 1965, p. 145-146, et archéologie en Bretagne, n° 14, p. 37-38.

121 Sur les mines en Armorique à l’époque romaine, Galliou, L’armorique romaine, 137-143, et pape, La Bretagne romaine, p. 125-129. 900 t d’étain ont pu être produites à Abbaretz-Nozay à l’époque romaine. À Trémuson, des monnaies romaines des ier et iie siècles ont été retrouvées dans les galeries de la mine d’argent.

122 Trébern et Baudic, À la recherche de l’or en Bretagne, Châteaulin, 1978, p. 18.

123 Guigues et Dewismes, La prospection minière à la batée dans le Massif armoricain, Paris, 1969, p. 142-143.

124 L’or gaulois. Cahier E. Babelon, n° 6.

125 Ibid., p. 266-267.

126 Mentionné par la baronne de Beausoleil, citée par Villiers du Terrage, » Recherche de l’or… »,p.87-89. Il s’agit de l’Extrait d’une liste des mines de Bretagne recueillie et publiée par Gobet. La liste en question a été dressée par la baronne de Beausoleil, et publiée en 1632.

127 Ibid., p. 76. À noter la présence d’or signalé dans la baie de Lannion, sur la côte, mais aussi dans un ruisseau comme celui de Toul-an-Héry (Plestin) ou sur la plage de Pors-Mellec. Chauris et Houlgatte, « Y-a-t-il de l’or dans les Côtes-d’Armor ? », MSECdN, 1993, p. 167-176 et Galliou, L’Armorique romaine, p. 139.

128 Dautriat, article sur les recherches menées par le BRGM sur le filon de Lopérec, Le Télégramme, 20 février 1992.

129 Id., Ibid.

130 Chauris et Houlgatte, « Y-a-t-il de l’or… », p. 164-180.

131 Pape, La Bretagne romaine, p. 127.

132 Découverte en 1836 d’une pépite de 20 onces vendue 942 F à un orfèvre de Saint-Brieuc. Toujours à Tressignaux, en 1815, une femme trouva dans un champ une pépite d’or natif sur une gangue de quartz blanc. L’orfèvre de Saint-Brieuc la paya 900 F, en détacha l’or et revendit la gangue à M. Robiquet, membre de l’Institut, qui en fit présent au Cabinet des mines de Paris. À Inzinzac, on trouva une pépite qui fut vendue 200 F à un horloger, revendue 1 500 à un autre et finalement cédée à la Monnaie pour 11 500 F. Plusieurs pépites de moindre valeur ont été découvertes dans les environs, Trébern et Baudic, À la recherche de l’or en Bretagne, p. 18. L’orpaillage y était pratiqué de façon épisodique avant la Seconde Guerre mondiale.

133 Au xviiie siècle, le conseil de fabrique préconise un dérochement sur les basses du rocher de la Muette. Il s’agit en partie d’électrum (alliage naturel d’or et d’argent).

134 Renseignement fournis par Jacques Le Quéré, orpailleur. En Afrique où cette activité est abondamment pratiquée, l’orpaillage se fait traditionnellement en famille. Les teneurs bretonnes se situent aux alentours de 1 à 2 g la tonne, traitement réalisable dans une journée. Monsieur Le Quéré s’est reconverti dans l’exploitation pédagogique de son activité.

135 Si on compte 200 jours d’activité annuelle, à 1 g par jour, ça représente la coquette somme de 66 £ de revenu. Un autre calcul est possible en prenant la valeur du marc d’or comme élément de base, Favier, Finance et fiscalité…, p. 61. Dans les années 1440, le marc d’or vaut en moyenne 87 £ 10 s, ce qui place le gramme d’or à 7 s 3 d, soit une fois et demi le salaire d’un ouvrier qualifié de l’époque, et trois fois celui d’un manœuvre.

136 La construction d’un important oppidum à proximité des filons montre l’ancienneté de l’exploitation, Giot, Briard et Pape, Protohistoire de la Bretagne, Rennes, 1979, p. 389-392 avec plans et photos ; Dreyer, Terres et paysages…, p. 28.

137 Sur l’exploitation moderne de l’argent de Huelgoat-Poullaouen, Monange, Une entreprise industrielle au xviiie siècle… Sur la vie minière en Bretagne au xixe siècle, Brûlé, Mineurs de Bretagne.

138 Breton en bragou et portant chapeau à guides sur la gravure réalisée pour L’illustration en 1845, Brûlé, Mineurs…, p. 7.

139 Sa période d’activité va de 1490 à 1517, Le page, Finances et politique…, p. 551-552, notice 298.

140 Kerhervé, Catalogue prosopographique, p. 579, notice 60.

141 ALA B 18, f° 104.

142 Ibid., f° 21.

143 ALA B 22, f° 108.

144 Sur la Villeder, Brûlé, Mineurs…, p. 16 et 28-29. L’auteur note que le site, exploité depuis la Tène, est ensuite abandonné jusqu’aux années 1830. Il est donc fort probable, même si nous n’en avons pas la preuve formelle, qu’il est connu au début du xvie siècle. Comme à Huelgoat, il fait aujourd’hui l’objet d’un parcours d’archéologie industrielle.

145 Le site a été récemment mis en valeur par une association locale, qui a dégagé et fléché les haldes, la galerie subsistante, les puits, etc. Nous ne pouvons qu’encourager ce genre d’initiative, propre à sauvegarder un patrimoine souvent négligé. L’association envisage même de rouvrir la mine à la visite, en particulier une galerie longue de 330 m, Motta, « Le projet de Locmaria-Berrien : rouvrir une mine de plomb au public », Le Télégramme, 30 septembre 1994.

146 Sur le camp d’Artus, bibliographie dans Galliou, Carte archéologique de la Gaule. Le Finistère, Paris, 1989, p. 89-90. Même constatation chez pape, étendue à la voie romaine, qui coupe le site d’exploitation du métal : « Le plus surprenant est la traversée du site par l’une des voies romaines les plus nettes de l’Armorique », La Bretagne romaine…, p. 127.

147 En Poullaouen.

148 Delumeau (dir.), Histoire de la Bretagne, p. 263.

149 Monange, Une entreprise industrielle au xviiie siècle…, p. 11-12.

150 Dreyer, Terres et paysages dans le domaine royal de Huelgoat, Châteauneuf, Landeleau d’après le rentier de 1540, MM, Brest, 1981.

151 Commune de Saint-Martin-des-Champs, Finistère.

152 Baronne de Beausoleil, citée par Villiers du Terrage, « Recherche de l’or… », p. 87-89. On note aussi le lieu-dit Lézarc’hant en Saint-Pol, mais qui peut faire référence à une mine comme à une personne (Bernard Tanguy).

153 Il s’agit de Jean de Penhoët, amiral de Bretagne. La famille apparaît au xiiie siècle, mais c’est l’amiral qui fait sa fortune. La branche aînée se fond en 1475 dans Rohan-Gié, Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, art. Penhoët. La seigneurie éponyme se trouve sur la commune de Saint-Thégonnec, Finistère. De nombreux travaux portent actuellement sur cette famille, en particulier ceux de Guy Travel et Patrick Kernévez.

154 DM II 1133-1134.

155 Ibid., 1269.

156 Je ne peux que redire ma reconnaissance à M. et Mme Marc Kern qui ont bien voulu me laisser accéder à la mine, et à André Bozec qui a joué le rôle de « guide indigène ».

157 Galliou, Carte archéologique… p. 57. Si on en croit Delécluse, « Notes sur la mine d’or de Névet », BSAF, 1929, p. VI et VII, les murs du château comprenaient des restes romains. Névet se situe sur la commune de Kerlaz.

158 Guigon, « Les résidences de Locronan », MSHAB, 1992, p. 18 et 24-25.

159 Toponyme du haut Moyen Âge, Lez signifiant « cour » et argant « argent ». Renseignement communiqué par B. Tanguy.

160 Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, art. Névet.

161 ALA B 16 f° 114.

162 ALA B 18, f° 21.

163 Chauris, Le Bail et Guigues, Minéraux de Basse-Bretagne, Daoulas, 1986, p. 36 ; Pierrot, Chauris et Laforêt, Inventaire minéralogique de la France. Finistère, Paris, 1973.

164 Horellou, Histoire de Kerlaz. Son histoire, ses légendes, ses familles nobles, Brest, 1920, p. 139. Pouchous donne la date de 1377, mais sans préciser ses sources, Pouchous, « Monographie de la paroisse de Plonévez-Porzay », BSAF, 1894, p. 173-174.

165 Trévédy, Histoire de la maison de Névet, Quimper-Rennes-Saint-Brieuc, sd.

166 Pouchous, « Monographie… », 173-174, et Horellou, Histoire de Kerlaz…, p. 131-135 et 139.

167 L’idée est de Pouchous, reprise par l’abbé Horellou puis par Peyron et Abgrall, notices sur les paroisses, Quimper, 1919, t. v, article Kerlaz.

168 Delécluse, « Notes sur la mine d’or de Névet », p. vi et vii.

169 Les tunnels auraient servi de dépôt d’explosifs pendant la guerre.

170 Renseignements communiqués par Yves Lulzac et Marc Kern. Pour Y. Lulzac, du BRGM, rien ne justifie les travaux d’extraction, et ceux-ci ont été faits sur les conseils d’un alchimiste ou d’un radiésthésiste.

171 Bien que ces techniques soient plus adaptées à l’étude de la monnaie gauloise ou carolingienne, parce que le métal faisait l’objet d’un commerce moins actif qu’au bas Moyen Âge. Des analyses actuellement en cours devraient mettre en évidence les liens entre les mines d’argent de Huelgoat et les émissions monétaires des Osismes. Par ailleurs, on constate une grande fréquence des découvertes monétaires gauloises dans cette région. Étude en cours par Philippe Abolivier.

Indice delle illustrazioni

Titolo Table de changeur du xvie ou xviie siècle conservée au musée de Guérande. Cliché C. Aubert.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25401/img-1.png
File image/png, 639k
Titolo Gisements d’or alluvionnaires du Massif armoricain. Guigues et Dewisme, La prospection minière…, p. 141.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25401/img-2.png
File image/png, 239k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540