Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Deuxième partie. Théorie et administration

Chapitre VI. Administration et fonctionnement des ateliers monétaires

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’atelier monétaire est un des rares secteurs de l’économie médiévale qui relève d’une logique préindustrielle. En effet, il faut y produire une grande quantité de monnaies, dans des conditions bien précises, et si beaucoup fonctionnent de manière artisanale, de grands ensembles comme Rennes et Nantes œuvrent avec un effectif de plusieurs dizaines de personnes. On connaît assez bien leur organisation, au moins au xve siècle, mais il subsiste malgré tout des obscurités, par exemple sur l’identification de telle ou telle lettre d’atelier, et l’on se prend à rêver une fois de plus aux archives perdues, en particulier aux comptes rendus par les maîtres, qui auraient permis de préciser la vie des officines au jour le jour.

Les ateliers monétaires

2Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les ateliers ne sont pas stables et le Moyen Âge est le temps des ouvertures et des fermetures, au gré de la situation économique et politique. Toujours situés en ville, ils forment des points remarquables, signalés par la fumée de fournaises et le bruit des marteaux.

Localisation

3Il est difficile d’avoir une vue d’ensemble des ateliers dans la mesure où leur géographie évolue d’un règne à l’autre. Par ailleurs, beaucoup de petits ateliers ne sont connus que par la présence de la lettre d’atelier sur les pièces, ce qui ne va pas sans poser des problèmes d’interprétation, pour B par exemple, attribué traditionnellement à Saint-Brieuc au xiiie siècle et dans la première moitié du siècle suivant, puis à Brest à partir de la guerre de Succession. Le tableau suivant essaie de synthétiser les connaissances que nous possédons sur tous ces ateliers.

Tableau 32. – Les ateliers monétaires des princes bretons. Source : Corpus des ateliers monétaires.

Tableau 32. – Les ateliers monétaires des princes bretons. Source : Corpus des ateliers monétaires.
  • 1 Différent : hermine en fin de légende, Cariou, « Un mystérieux atelier… », p. 28-29.
  • 2 Le nom de l’atelier est mentionné par le titre vicomte de Limoges, mais la localisation à Limoges n (...)

Note 11
Note 22

4Il faut utiliser le plus de sources possibles pour dresser un état des lieux fiable, malgré quelques ombres. La documentation est quelquefois explicite et certains ateliers apparaissent régulièrement dans les archives (Nantes, Rennes, Vannes…), avec des fourchettes chronologiques précises. Les monnaies nous donnent aussi un certain nombre de renseignements. Certaines portent en toutes lettres le nom d’atelier. C’est le cas par exemple pour Brest, Guérande, Guingamp, etc.

Nantes, la Tour de l’ancienne Monnaie. Lithographie de Forest d’après un dessin d’Hubert de La Michellerie (1839).

Nantes, la Tour de l’ancienne Monnaie. Lithographie de Forest d’après un dessin d’Hubert de La Michellerie (1839).
  • 1 Monnier, « La monnaie à Dinan », Armor Numis, n° 28, août 1971.
  • 2 PVSAIV, 1861, p. 14, Guibert : « La monnaie de Limoges », p. 16 ; gravure de laTour d’Argent de Mor (...)
  • 3 Bigot, Essai…, p. 184, et Planiol, Histoire…, t. iii, p. 391.
  • 4 Le Men, Monographie…, p. 92-94.
  • 5 Danjou, PVSAIV, 1861, p. 14.

5La toponymie urbaine est aussi précieuse puisque dix ateliers ont laissé une trace sous différentes formes. À Dinan, il se situe dans la chapelle Sainte Catherine1. À Brest, Fougères et Limoges, c’est dans le château, à Morlaix, Nantes et Rennes dans une des tours de l’enceinte urbaine2. Les noms de rues nous rappellent l’existence de ceux de Redon, de Vannes et du deuxième atelier rennais. À Ploërmel, c’est le nom d’une maison qui évoque la Monnaie3. Enfin, à Quimper, l’éphémère officine se situe rue Keréon, dans la domus in qua fuerunt fabri de Guingampo4. Dans le cas de Fougères, des fouilles archéologiques anciennes ont peut-être révélé l’atelier monétaire. En 1861, le numismate Danjou présente un blanc de Jean V de l’atelier de Fougères, découvert au château en 18575. Il signale qu’il y avait aussi un lingot de cuivre allié d’une très faible quantité d’argent, « provenant sans doute de l’atelier monétaire qui y avait été établi en 1428 ». On voit là où le lingot a été découvert, dans une tour, les débris d’une petite salle ayant eu une cheminée. Il pourrait s’agir de l’atelier mais l’ancienneté de la découverte et la maigreur des renseignements invitent à la prudence. On note cependant une prédilection pour les sites fortifiés, tours ou château. À Dinan, la situation est plus originale puisque les fournaises se trouvent dans la clôture d’un couvent. De tels choix s’expliquent facilement. Les tours, plus faciles à surveiller, permettent une meilleure protection pour une production « sensible », qui ne devait pas manquer d’attirer les convoitises. Cependant, c’est loin d’être systématique. À Quimper, Redon, et Ploërmel, il s’agit de maisons ordinaires, transformées à l’occasion en atelier. Il faut noter que ces ateliers qui ont connu une durée de vie limitée et dont la production n’était pas intense si l’on en juge par la rareté des monnaies qui nous sont parvenues.

Quelques ateliers douteux 6

  • 6 L’atelier de Quimperlé/Quemper-Guézennec est traité dans l’étude de l’atelier de Guingamp, p. 85-86
  • 7 Bigot 372.
  • 8 Caron, Monnaies…, p. 34.
  • 9 RN 1869, p. 206.
  • 10 REDONIS CIVIS.
  • 11 Jézéquel 153 et lettre de Y. Jézéquel du 19.1.99.
  • 12 Bompaire, « Identification et lecture des monnaies au xive siècle », RN, 1984, p. 192-207, 196-197. (...)
  • 13 Coativy, » L’atelier de Concarneau », ASBNH, 1994, p. 42, et Jones, Actes de Jean IV…, acte Lx, 8 n (...)
  • 14 Caron, Monnaies…, art. Déols, p. 81-85.

6Certains ateliers sont nés de l’imagination des auteurs. C’est le cas d’Auray puis Tréguier. Bigot lit sur une pièce de Charles de Blois AREG CIVIS, et l’attribue à Auray7. Caron revient sur l’attribution et donne la pièce à Tréguier8. Il signale qu’elle est passée de la collection d’Aussant à celle de Lecoq-Kerneven, qui lui aussi l’attribue à Auray. Chauffier reprend le dossier et fait remarquer que CIVIS ne peut se référer qu’à une cité épiscopale comme Tréguier, non à un bourg comme Auray9. Il propose de lire TREGORIS CIVIS. Par ailleurs, l’évêque suit Charles de Blois et il est un de ceux qui sollicitent sa mise en liberté. Il s’agit tout simplement d’un exemplaire mal lu10. Récemment, F. Dumas a attribué de nouveau une monnaie de Charles de Blois à Tréguier. Elle appuie sa démonstration sur la décoration d’un T de la légende, et l’hypothèse est reprise par Y. Jézéquel11. Il s’agit fort probablement d’une marque de maître, voire d’une fantaisie de graveur. Marc Bompaire rappelle que la forme des lettres est souvent mal interprétée, et il ne faut peut-être pas lui accorder trop d’importance12. Pour notre part, nous avions été tenté de doter Concarneau d’une Monnaie, mais la formule utilisée par le duc, sur laquelle nous avions fondé notre raisonnement est ambiguë et tant qu’aucune pièce portant la lettre C n’aura été retrouvée, cet atelier ne pourra entrer dans la liste13. Au xixe siècle, l’attribution de monnaies à l’atelier de Dol a fait l’objet d’une polémique particulièrement virulente. B. Fillon publie en effet dans ses études numismatiques un denier trouvé à Châteauroux en 1853 et l’attribue à Déols. Il récidive un peu plus tard à propos du trésor d’Issoudun. En 1865, M. Cartier émet l’hypothèse que la monnaie pourrait être non de Déols mais de Dol-de-Bretagne. Si Poey d’Avant suit B. Fillon, M. de Longpérier se range sur l’avis de Cartier. Obligé de se défendre, Fillon développe ses nombreux arguments en faveur de Déols et sa théorie l’emporte14. L’étude des trésors permet de réfuter définitivement cette hypothèse, du fait de l’absence en Bretagne de monnaie de Déols, que l’on aurait dû logiquement trouver en Bretagne si elles avaient été émises à Dol.

  • 15 Guibourg, « Les monnaies brestoises », Bsaf, 1962, p. xxxiv, et J 212.
  • 16 Jézéquel 212.
  • 17 En la Forest-Landerneau (Finistère).
  • 18 Sur tous ces points, Potier de Courcy, Histoire de Landerneau, rééd., Paris, 1991. Les monnaies son (...)

7En 1962, Emile Guibourg publie un double-denier de Jean IV, trouvé à Plounévez-Lochrist, qu’il attribue à Landévennec15. Lors de la séance de la Société Française de Numismatique, il s’attire des remarques de J. Lafaurie et J. Yvon qui voient un V pour Vannes et non un L. E. Guibourg explique son attribution en rappelant que Lannion et Lamballe sont blésistes et propose Landévennec. En 1352, elle est occupée par une garnison anglo-bretonne et transformée, sous le nom Château de Saint-Gwénnolé, en forteresse, affermée à un capitaine d’Edouard III pour le même prix qu’Hennebont. Y. Jézéquel se rallie à cette attribution16. Il nous apparaît plus judicieux d’attribuer ces monnaies à Landerneau pour les raisons suivantes. Féodalement, le duc de Bretagne n’a aucun droit sur l’abbaye de Landévennec, surtout d’un point de vue monétaire. Économiquement, Landévennec n’a aucun arrière-pays, pas de foires importantes, pas de ville. Landerneau cumule tous ces avantages. Le château de Joyeuse-Garde offre un abri sûr17. La ville est temporairement blésiste (15 jours) puis montfortiste semble-t-il, au moins Joyeuse-Garde jusqu’à la fin de la guerre18. Le lieu de la trouvaille incite enfin à penser à une ville de Basse-Bretagne. Autant de raisons pour attribuer ces monnaies à Landerneau.

  • 19 Bigot 312-316.
  • 20 Caron, Monnaies…, p. 30-31.
  • 21 La borderie, Histoire…, t. iii, p. 88-89.
  • 22 Ibid., p. 353.
  • 23 Jézéquel 85 ; Salaün, « La chronologie… », p. 23.
  • 24 Bigot, Essai…, p. 125-126, Jézéquel, Les monnaies…, p. 93 et J 152.

8Le problème se pose un peu dans les mêmes termes pour Saint-Brieuc. Bigot lui attribue les monnaies de Jean II à la lettre B, sans justifier son choix19. Poey d’Avant reprend cette hypothèse, mais Caron signale que Chauffier ne reconnaît comme atelier que ceux attestés par les textes, ce qui revient à écarter Evran, Jugon et Saint-Brieuc20. Yannick Jézéquel garde cet atelier, mais assorti d’un point d’interrogation. Cette attribution se heurte à un problème de taille. La ville de Saint-Brieuc fait entièrement partie du régaire de l’évêque, avec les paroisses limitrophes de Langueux, Trégueux, Ploufragan, l’essentiel de Saint-Michel et de Cesson21. Cet état de fait va à l’encontre d’une attribution briochine. On sait que les princes de l’Église sont très susceptibles concernant la frappe monétaire dans leur temporel. Qu’on se souvienne des démêlés de Jean Ier avec l’évêque de Nantes, de Charles de Blois avec l’évêque de Quimper et de Jean V avec l’abbé de Redon. Par contre, Brest fait partie du Domaine depuis 124022. Le château se prête à abriter un atelier monétaire, comme au xive siècle. Une seule monnaie pourrait avoir été frappée à Saint-Brieuc, et elle circule semble-t-il dans les années 1340-134123. Quand à la monnaie de Charles de Blois, elle est douteuse. Bigot utilise Duby dont on sait le manque de précision ; il a lui-même emprunté l’attribution de la pièce à Ducarel24. Tant que cette monnaie n’aura pas été retrouvée, il est prudent de ne pas en tenir compte.

Évolution chronologique

9Les ateliers carolingiens de Rennes et Nantes sont à l’origine de ceux du bas Moyen Âge. La situation n’est pas remise en cause à l’époque féodale, si ce n’est que Nantes entre alors en sommeil.

Tableau 33. – Les ateliers monétaires bretons sous les Dreux. Source : Corpus des ateliers monétaires.

Tableau 33. – Les ateliers monétaires bretons sous les Dreux. Source : Corpus des ateliers monétaires.
  • 1 Peu de monnaies portent la lettre d’atelier R sous les Dreux, mais il en existe de nombreuses sans (...)

Note 11

10Au xiie siècle, on assiste à la création d’un atelier dissident de type seigneurial, Guingamp, qui fonctionne au profit des Penthièvre. Pierre de Dreux le confisque très rapidement et le conserve en activité. Il faut noter que le mouvement de dissidence reste très limité en Bretagne car un seul seigneur ose s’y risquer, et c’est un proche de la famille ducale. Nous n’avons aucune autre mention d’atelier seigneurial. En 1249, le pouvoir ducal crée l’atelier de Vannes, complété au xive siècle par Evran et Brest. C’est aussi l’époque où l’on déplace l’atelier de Nantes, parce qu’il est trop petit, de même que celui de Rennes. La situation à la fin du temps des Dreux est donc à peu près claire : les ateliers de Nantes et Rennes conservent leur suprématie, et ils sont complétés par quelques ateliers secondaires comme Vannes, Guingamp, Evran et Brest.

  • 25 Le numéro Jézéquel 261, au type anglais, de l’atelier de Guérande, doit être rendu à la guerre de S (...)

Tableau 34. – Les ateliers monétaires bretons de 1341 à 149125. Source : Jézéquel, Les monnaies…, à partir de la page 137.

Tableau 34. – Les ateliers monétaires bretons de 1341 à 149125. Source : Jézéquel, Les monnaies…, à partir de la page 137.
  • 26 Cf. chapitre x : De la crise à la stabilisation (1417-1458).

11Avec la guerre de Succession, la situation devient plus confuse. Chaque belligérant ouvre des ateliers en fonction de ses possessions, des terres qu’il contrôle et probablement aussi de la nécessité de lever des taxes, ce qui semble être la motivation principale de Charles de Blois à Quimper. La fin du conflit éclaircit la situation et la production se cantonne à Brest, Jugon, Nantes, Rennes et Vannes. Encore faut-il mentionner la discrétion de Brest et de Jugon, héritages de la guerre. Jean V revient à une politique d’ateliers multiples et en crée à Dinan, Fougères, Morlaix, et Redon. Il s’agit de faire disparaître le plus rapidement possible les monnaies nées de la crise des années 1417-142126. La situation s’éclaircit sous François Ier et ses successeurs qui limitent la production à Rennes et Nantes pour la Haute-Bretagne, Morlaix pour la Basse-Bretagne. Vannes et Jugon œuvrent épisodiquement.

  • 27 AIV 1 F 96F.
  • 28 Dans l’Antiquité, on connaît des ateliers mobiles comme celui d’Aristonicos, en 133 av. J.-C., recu (...)

12On peut distinguer trois sortes d’ateliers, les ateliers permanents (Rennes, Nantes, et dans une certaine mesure Vannes), les ateliers « semi-permanents », connus par des frappes sous plusieurs règnes, mais pas pour toutes les émissions (Brest et Morlaix), et les ateliers temporaires et provisoires (les autres). Les ateliers de Rennes et de Nantes se déplacent : en 1305 pour celui de Nantes ; dans le courant du xive siècle pour celui de Rennes. Nous n’avons pas la date exacte pour ce dernier. En 1420, on y fabrique des canons27. Il n’y a peut-être aucun lien, mais les fournaises de l’ancien atelier pourraient avoir été utilisées pour le travail du métal. Les raisons de ces déplacements tiennent à la vétusté des bâtiments ou à l’inadaptation des ateliers à l’augmentation de la frappe liée à la monétarisation de plus en plus forte de l’économie. Il faut aussi y voir les effets de l’augmentation du personnel et de la réorganisation de l’espace urbain. Les petits ateliers posent moins de problèmes. Lorsqu’il décide d’en ouvrir un à Quimper, Charles de Blois y envoie trois hommes. À Redon, il est spécifié que les bâtiments seront rendus à leur usage d’origine après la fermeture de l’atelier, et à Dinan, il en va de même28.

Ouverture et entretien

  • 29 La borderie, Nouveau recueil…, acte xxvi, art. 10, et Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.
  • 30 Quimper : DM I 1455-1456, 10 septembre (1358 ?), Redon : Blanchard, Actes de Jean V…, acte 1529, 28 (...)

13C’est le duc qui prend la décision d’ouvrir de nouveaux ateliers, comme celui de Quimper, ou de le déplacer comme à Nantes sous Jean II29. Cela ne se passe pas toujours bien et à Redon, dans les années 1420, l’autorité se heurte à l’abbé qui défend ses droits, et Jean V doit s’incliner30 : l’abbé s’oppose à la création d’un atelier monétaire permanent et n’accepte qu’un bail de 12 ans, à l’issu duquel le bâtiment sera rendu à son usage d’origine et les fournaises abattues. Quant aux réparations, elles sont diversement partagées. Entre 1426 et 1428, le duc fait réparer une première fois l’atelier de Rennes. Pierre Guillot touche 27 £ 10 s

  • 31 Compte de Jehan Beauceporte, ALA E 211.10.

« pour avoir couvert et raparé […] la meson de la monnoie de Rennes et join de pierre lad. meson et cheville en chaulx31 ».

  • 32 ALA 127/12.
  • 33 Berthemet, acte 205 du 16 mars 1466.
  • 34 Leguay, Un réseau…, p. 141.
  • 35 Le Mené, La ville…, p. 15.

14Il faut croire que cela ne suffit pas puisqu’un mandement ducal de 1458 signale qu’il est toujours en mauvais état et nécessite des réparations. Le texte, qui concerne la frappe de deniers et de doubles, prévoit que le maître prélèvera un sou de loi par mois pour les frais, avec l’accord du garde et sous le contrôle de la Chambre des comptes32. En 1466, la situation ne s’est pas améliorée, et les bâtiments de la Monnaie sont toujours « cheüz en ruyne et decadence ». Le duc demande au maître de faire « ediffier et repparer lesdites mesons » des monnaies, le coût de l’opération doit être déduit du seigneuriage33. La mesure est inutile et, finalement, la ville de Rennes dépense 2 500 £ en 1482 pour réédifier l’hôtel des monnaies34. Vers 1475, le duc fait également reconstruire l’atelier de Nantes et alloue 2 500 £. Il faut pour cela condamner une poterne qui ouvre sur le port35. En 1482, les réparations ne semblent toujours pas avoir eu lieu, car l’état de la finance de cette année attribue 250 £ à

  • 36 ALA E 212.16, état de la finance, f° 21 v°.

« Maistre Denis Merolle pour emploier en l’ediffice de la maison des monnoyes de Nantes aussi du logeix et maison de l’estan de la duchesse au Bouffay dud. lieu de Nantes36 ».

  • 37 Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires au Moyen Âge », Monde de l’Oue (...)
  • 38 Feller, Faux-monnayeurs…, p. 8. Dans le cas de l’affaire de faux-monnayage de Le Moullec à Guingamp (...)

15Les ateliers monétaires ne sont pas une exception puisque les bâtiments publics sont souvent ruineux au Moyen Âge37. Les matériaux employés, bois et torchis en particulier, résistent mal aux caprices du temps. Le vandalisme latent n’arrange pas les choses. La mauvaise qualité du travail et le manque d’entretien expliquent aussi ce délabrement précoce. Les dépenses militaires grèvent les budgets urbains, les remparts et l’artillerie nécessitent trop d’argent. L’habitude est donc de consolider plutôt que de reconstruire. Les bâtiments publics ont aussi tendance à être trop petits, et les choses ne s’arrangent pas avec le développement urbain. Notons enfin que la marmite qui sert à bouillir les faux-monnayeurs est entretenue dans le royaume par l’atelier le plus proche. En Bretagne, la seule marmite connue se trouve à Rennes et ne peut pas en bouger38.

  • 39 Sur ce problème, Contamine et alii, L’économie…, p. 254.
  • 40 Pour la résidence des monnayeurs, cf. ALA B 2 988, évêché de Rennes : f°176 : Bourgbarré : 1 monnay (...)

16Nous ne savons pas combien de personnes travaillent aux ateliers39. Il n’y en a pas nécessairement beaucoup puisque l’atelier de Quimper est censé se mettre en route avec trois personnes. Mais des sites comme Rennes et Nantes requièrent beaucoup de main-d’œuvre, au moins en période d’émissions massives. Dans les années 1420, 25 monnayeurs habitent autour de Rennes, sans compter ceux qui résident intra muros40.

  • 41 Sous Pierre II (1450-1457) et Arthur III (1457-1458), il n’y a pas beaucoup plus de deux émissions (...)

17On constate une préférence marquée pour le sud de la ville, en particulier Chanteloup qui abrite huit familles. Un couloir de résidence se dessine, le long de l’axe Rennes-Nantes, facilité par les voies de communication. Certains n’hésitent pas à aller s’installer assez loin de leur lieu de travail, à Martigné-Ferchaud et Saint-Aubin-du-Pavail, soit une vingtaine de kilomètres. On en trouve aussi hors de l’évêché, à Saint-Léger-des-Prés. Si l’on y ajoute les informations tirées des autres sources, on constate même une plus grande dispersion, et certains habitent très loin de l’atelier (Plancoët, Ménéac, Loscouët, Dol…). Dans la mesure où ils n’œuvrent pas en permanence et où les émissions varient en volume, il est en effet possible de résider hors de la ville d’exercice41. La situation se complique lors des longues et importantes émissions de la fin du règne de François II, et les monnayeurs doivent alors résider sur place.

Résidence des monnayeurs rennais dans les années 1420. Registre de la réformation des feux, ALA B 2988.

Résidence des monnayeurs rennais dans les années 1420. Registre de la réformation des feux, ALA B 2988.
  • 42 ALA E 158, f° 88v°-90, et Le Mené, La ville…, p. 97, nombre donné par un esgail de la taille de 148 (...)
  • 43 Cf. infra, chap. sur les monnaies de François II et Anne.
  • 44 La Borderie, nouveau recueil…, p. 411, acte n° 84, acte n° 26, art. 10, et acte 35 du testament de (...)
  • 45 Blanchard, actes de Jean V…, acte 2222.
  • 46 Jones, Actes de Charles de Blois…, acte 203 (dans cet acte, il faudrait certainement corriger la po (...)
  • 47 Kermarrec, acte 925, 1468 (17 octobre). Actuellement, le quartier nantais du Bouffay n’abrite plus (...)

18À Nantes dans les années 1450, 39 personnes essaient d’échapper à l’impôt en se faisant passer pour monnayeurs, et en 1487, les exempts du fait de monnaie comptent 74 feux42. À Vannes, pour la reprise des activités en 1488-1491, on connaît sept noms, mais ouvriers et monnayeurs sont certainement largement sous-estimés, puisqu’ils ne représentent que deux personnes, pour cinq officiers, alors qu’au sein de l’atelier, la répartition entre monnayeurs et ouvriers se fait plus généralement sur la base d’un tiers de monnayeurs pour deux tiers d’ouvriers. D’après les chiffres de production monétaire mensuelle entre mars 1487 et septembre 1488, on peut estimer à un minimum d’une trentaine le nombre d’ouvriers et de monnayeurs employés à Nantes et Rennes à cette époque43. Lieu de travail des uns, l’atelier monétaire fait office pour les autres de point remarquable dans le paysage urbain. Il sert régulièrement de référence, voire de nom de famille. En 1213, on trouve à Rennes un Jean de la Monnoye. Dans le compte de dépenses de Jean Le Lombard pour l’exécution du testament de Jean II, duc de Bretagne, il est question en 1305 de Johanni de Moneta, qui touche 6 £ pro locagio domus sue aux monnayeurs44. Enfin, en 1436, on trouve un autre personnage du même nom à Vannes, toujours prénommé Jehan45. Les actes évoquent souvent l’atelier, même s’il est désaffecté. En août 1357 à Nantes, un acte cite une maison « sise entre le chemin qui maine de la porte Droin Lillart a l’aire d’une part, et l’ereau où fut jadis la vuille monnaie d’autre46 ». Incidemment, le quartier nous est décrit, comme lors du don à Guillaume Dyonis d’un terrain à Nantes également, au Bouffay, « ouquel sont noz monnoyes, y a plusieurs places et endroiz vuides qui de gueres ne servent47 ».

19Centre d’une production préindustrielle, l’atelier joue donc un rôle important dans la cité médiévale. Ce n’est pourtant qu’un élément d’une institution plus importante, qui recouvre une administration structurée et efficace.

L’administration monétaire

20Les ateliers sont sous la tutelle directe de l’État, représentés par le général maître. Celui-ci dirige l’administration monétaire et joue un rôle de premier plan dans la vie financière du duché, assisté par un receveur et sous le contrôle de la Chambre des comptes.

Les généraux maîtres

  • 48 Fournial, Histoire…, p. 15. Sur la liste de ses attributions, Blanchet, Nouveau manuel…, p. 12-13. (...)
  • 49 Cartier, « Notice sur les monnaies ecclésiastiques et baronales du Limousin », RN, t. vi, 1841, p. (...)
  • 50 En Bourgogne, le premier général maître est repéré en 1392. De 1395 à 1420, la fonction est doublée (...)
  • 51 Kerhervé, L’État breton…, p. 194-196.
  • 52 Sur cet épisode de la lutte entre les ducs et les Penthièvre, La borderie, Histoire…, t. iv, p. 153 (...)
  • 53 Bigot, Essai…, p. 377.

21On peut voir dans les deux maîtres royaux de la monnaie qui, le 24 juin 1294, prononcent une sentence de restitution du droit de battre monnaie à l’évêque de Viviers (Ardèche), les ancêtres des généraux maîtres des Monnaies. Le terme général ne date que des environs de 134548. Leur apparition est plus tardive dans les principautés, et la Bretagne semble avoir suivi l’une des premières l’exemple royal, en 1340 à Nantes, avec Olivier de La Tour Neuve, et à Limoges, avec Guy Pignece49. En 1360, Jamet Jumel travaille au service de Charles de Blois qui imite dans le duché les monnaies comme les institutions royales50. Les textes bretons ne précisent pas ses fonctions, mais les actes permettent d’en recenser un certain nombre, et la comparaison avec ce qui se fait ailleurs permet de déduire le reste. Il n’y en a en général qu’un, bien que l’on connaisse des dédoublements de la fonction. C’est le cas en 1407 lorsque Nicolas du Porche et Jacques Uguet se partagent le travail. Comme le remarque Jean Kerhervé, peut-être y en a-t-il un pour la Haute-Bretagne, un autre pour la Basse51. L’hypothèse est peu plausible dans la mesure où les ateliers bas-bretons sont peu nombreux et où leur production est faible par rapport à celle de l’ensemble Nantes-Rennes-Vannes. Le renforcement de l’administration monétaire peut aussi s’expliquer par la nécessité d’accroître les frappes au moment de la guerre contre les Penthièvre52. Le cas se présente une deuxième fois, en 1420, car une confirmation des privilèges des monnayeurs leur donne pour juge « les grands généraux Maistres de nozdites Monnoyes, ou l’un d’eux53 ». Il faut noter que la crise monétaire sévit à plein pendant cette période, ce qui justifierait le renforcement temporaire de l’administration monétaire, d’autant que le duc frappe alors monnaie d’or.

  • 54 Kerhervé, L’État breton…, p. 196.
  • 55 Meschinot, Les lunettes des princes, éd. Martineau-Génieys, Genève, 1972.
  • 56 Le Page, Finances et politique…, p. 437

22Le recrutement se fait en partie dans la profession54. Jamet Thomas, fils de monnayeur, est maître à Nantes en 1445, général maître de 1465 à 1474. Jehan Hagomar et Nicolas du Porche sont aussi monnayeurs, maîtres de l’atelier de Nantes et de Rennes pour le deuxième. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où le fonctionnement d’un atelier est assez complexe, et il faut pour les contrôler et les surveiller des hommes qui maîtrisent bien une activité très spécialisée. Berthelot Le Mée est un pur produit de la monnaie, ce qui est rare. J. Kerhervé ne lui attribue aucune autre fonction, ce qui est exceptionnel. Dans l’ensemble, les généraux maîtres sont largement engagés dans l’administration du duché et la vie de cour. Les gens de finances en fournissent quelques-uns, tel Jehan Chauvin, qui est auditeur à la Chambre des comptes avant de prendre le poste et de le cumuler avec son office principal. S’agit-il d’une faveur accordée à un grand serviteur de l’État ou de l’affirmation du lien organique entre la Chambre et les Monnaies ? La seconde explication convient mieux dans ce cas. En revanche, c’est la faveur qui explique l’accès de Jehan Meschinot qui est étranger à sa spécialisation. Courtisan et célèbre « rhétoriqueur », il est l’auteur des Lunettes des princes55. Il exerce la fonction de général de 1486 à 1491. Arthur du Pan, général maître à partir de 1503, et probablement dès 1499, ne semble pas avoir de passé de monnayeur, pas plus que son successeur Guillaume Loysel56. D’abord cantonné dans la profession de monnayeur, le recrutement des généraux s’ouvre donc peu à peu vers les gens de finances puis les courtisans. Plusieurs raisons entrent en ligne de compte. Les fonctions de Jamet Jumel, en pleine guerre de Succession, consistent à gérer de trois à six ateliers monétaires, dans un contexte de crise et avec de multiples mutations. Dans la deuxième moitié du xve siècle, deux ateliers bien encadrés et bien équipés émettent toujours à peu près toujours les mêmes pièces, sous le contrôle de la Chambre des comptes. Dès lors, il n’est plus nécessaire d’engager des spécialistes, même si Jehan Meschinot prend sa charge très au sérieux pendant le conflit franco-breton de 1487-1491.

  • 57 DM II 901, Bigot, Essai…, pièce justificative xxxi, et DM II 1131. Dans le royaume, ils gagnent 200 (...)
  • 58 1433, compte d’Auffroy Guinot, DM II 1259 ; 1459-1460, compte de La Noë, DM II 1745.
  • 59 1465 (25 juin), Jolec, acte 72.
  • 60 Berthemet, acte 936.
  • 61 Le Page, Finances et politique…, p. 437, notice 51.
  • 62 Kermarrec, acte 941.

23Le salaire annuel du général est de 100 £ en 1417, et de 200 £ à partir de 142357. Si dans le royaume, le paiement se fait par tiers, il semble qu’en Bretagne, le versement se fasse en une seule fois58. Jamet Thomas est payé sur les profits des monnaies, mais il arrondit ses fins de mois car il perçoit en plus une somme par marc d’œuvre travaillé59. Le versement des gages ne se fait pas toujours sans mal. Le 12 août 1461, Jehan du Fau, « lors grant maistre des monnaies », reçoit ses 200 £ pour gages d’un an, mais avec retard car les gens des Comptes ont refusé delesluidonner, » disants que c’estoint gaiges nouveaulx et non acoustumez60 ». La remarque est surprenante, puisque ce montant est fixé depuis les années 1420. Arthur du Pan touche la même somme au début du xvie siècle61. Les frais de déplacement s’ajoutent aux gages et sont couverts par l’État. En 1468, Jamet Thomas touche 62 £ 6 sous 5 d pour les dépenses qu’il a faites à la poursuite de « certains malfaicteurs et faulx monnoiers62 ».

  • 63 Les attributions des généraux maîtres flamands (xve siècle) sont plus étendues : ils doivent visite (...)
  • 64 Dans le royaume, ils sont tenus de visiter les ateliers au moins deux fois par an et de façon impro (...)
  • 65 1490 (30 janvier) : confirmation de général maître des Monnaies pour Jehan Meschinot, Le Bourhis, a (...)

24Les fonctions du général sont variées et s’étendent au-delà de la monnaie stricto sensu63. Il est à la tête de l’administration monétaire et sa tâche première est de la surveiller64. À chaque changement de règne, il doit demander le renouvellement de sa nomination65. Le mandement ducal qui établit Jehan de Lespervez, le 18 février 1423, précise que le duc lui donne

  • 66 Bigot, Essai…, pièce justificative xxxi, et DM II 1131.

« plein pouvoir, autorité de par nous, & mandement especial, et mande aux maistres particuliers, gardes, ouvriers, monnoyers & autres officiers […] audit Charles estre obéissans & diligemment entendants66 ».

  • 67 Le 11 mai 1458, Pasquier Bourgneuff prête serment devant les grands maîtres des monnaies, DL II 119 (...)
  • 68 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 378.

25Dans ce cas, sa situation est notablement renforcée par ses fonctions de second président de la Chambre des comptes, nouvelle illustration du lien entre les deux administrations. En temps normal, il convoque les monnayeurs devant le Parlement, en particulier lors de la prestation du serment de fidélité et de discrétion qu’ils doivent à leur entrée en fonction67. Quand un monnayeur veut quitter le duché, il lui faut l’autorisation du général maître68. C’est aussi à lui que le Parlement fait appel pour trancher ce qui est de son ressort, la monnaie et le change. En 1384, Philippot Turpin

  • 69 DM II 465, 23 mai 1384. Philippot Turpin, est probablement général maître, même si son titre est se (...)

« maistre des monnoyes de Bretagne, à instance duquel plusieurs changeurs et ouvriers de monnoyes avoient adjournement en cest Parlement, a requis luy supercéder sesdites causes & à sa requeste ainsi a esté fait jusques à la prochaine ouverture de cesdit Parlement69 ».

  • 70 En 1527, il court à Poitiers des testons faits en Bretagne et trop faibles. Essayés, ils montrent u (...)

26Il doit visiter les Monnaies et s’assurer que tout s’y passe conformément aux règlements70.

  • 71 1431 (16 mars et 17 avril), Blanchard, Actes de Jean V…, actes 1941 et 1947.
  • 72 DL II 984, 1422 (26 juin). Comme le dauphin garde à sa cour les Penthièvre, ennemis jurés de Jean V (...)
  • 73 Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv, p. 384.
  • 74 Jolec, acte 322.

27C’est aussi un « grand officier ». Il siège au Conseil ducal, et peut être amené à sortir de son rôle purement administratif71. C’est le cas en juin 1422, quand il figure dans l’ambassade envoyée par le duc vers les rois de France et d’Angleterre72. Il participe à la rédaction du texte final, ou tout au moins donne son consentement. Il est plus souvent consulté dans le cadre de ses compétences, et en particulier sur la frappe des monnaies. En 1459, dans un mandement de François II sur une nouvelle émission, il est placé en tête de ceux à qui est donné l’ordre de « vaquer sans delay » à la fabrication des monnaies73. Il intervient aussi dans la décision des nouvelles émissions, et ses avis sont écoutés, comme l’attestent « certaines autres remonstrances nous faictes par notredit maistre general ». Le texte indique que si le cours de la monnaie relève du Conseil, le général maître intervient pour les aspects pratiques de la frappe74.

  • 75 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 810, 1407 (29 juin).
  • 76 1488 (14 août), ALA B 11, f° 255.
  • 77 Berthemet, acte 511, 21 juin 1466.
  • 78 Bigot, Essai…, pièce justificative xxv. En 1459, le duc adresse une lettre au maître des monnaies s (...)
  • 79 Berthemet, actes 516 à 535, et 918 à 931, 1466 (22 juin et 13 novembre).
  • 80 Bigot, Essai…, pièce justificative xxii.
  • 81 Kermarrec, acte n° 934.
  • 82 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 376. Ce privilège est confirmé par Anne de Bretagne en (...)

28Il possède des attributions judiciaires de premier plan. Sur la supplication de Vincent du Gahill, un mandement enjoint à Nicollas du Porche de se renseigner sur un procès concernant Guillaume Allenot, « touchant le fait des monnaies », et rappelle qu’il agit « en deffendant à tous autres toute cognoessance, et enjoint de faire selon l’usement desd. monnaies75 ». Sa juridiction s’étend à tous ceux qui travaillent le métal précieux : monnayeurs, changeurs, orfèvres, doridiers, merciers, tabletiers (courtiers, petits marchands) et affineurs76. En 1466, Jamet Thomas, général maître, est envoyé enquêter sur « les abus, fraudes o pilleries auxquel se livrent des monnayeurs, des orfèvres, des doridiers et autres mestiers dependens par reformacion du fait et office dudit maistre général77 ». Ses fonctions le mettent en contact avec les changeurs qu’il établit et dont il reçoit le serment78. En cas de crise, il peut les forcer à approvisionner les ateliers monétaires, comme en 1488, quand Jehan Meschinot reçoit l’ordre « de faire injonction et commandement aux changeurs de poïer le billon qu’ilz pourront fournir aux monnoyes ». Il a un rôle très important en matière de lettres de change, puisque c’est lui qui signe certaines de celles qui sont émises pour le compte du duc79. Par extension, il est aussi naturellement amené à traiter les affaires de faux-monnayage. Jamet Jumel est chargé en juin 1360 de s’emparer de tous ceux qui contrefont les monnaies de Charles de Blois, « hors lieu saint », et de les faire jeter en « bonne prison fermée80 ». Le 28 octobre 1468, c’est Jamet Thomas qui est commis pour s’enquérir des maux, fraudes et abus que font plusieurs « subgez » en fait de monnaies d’or et d’argent et « auxi de vaixelle » et de les faire « metre en prinsons du duc81 ». Au sein de l’atelier, il ne juge qu’en appel, la première juridiction compétente étant celle du prévôt82. Les cas de meurtre, larcin et rapt ne relèvent pas de sa compétence. Il intervient aussi lors de la fabrication de jetons par les ateliers monétaires. C’est à Berthelot Le Mée que le duc envoie le 18 avril 1477 l’ordre de frapper

  • 83 Bihan, acte 625, cité dans Le livre doré, appendice, p. 38-39.

« 600 gictons d’argent des loy et taille qui lui sera ordonné par les gens du Conseill pour servir et departir ausdits gens du Conseill et finance83 ».

  • 84 Le Grand Maistre des Monnoies est présent, DM II 1266-1267.

29Il peut enfin agir hors du cadre strictement économique, en tant que « consultant », comme le 10 octobre 1434, lors d’une séance du Conseil concernant le paiement de la pension de Guillaume de Blois84.

  • 85 Jolec, acte 448.
  • 86 Kerhervé, L’État breton…, p. 196-197.
  • 87 ALA B 11, f° 46 v°-47.
  • 88 La Gibonnais, Recueil des édits…, p. 279-282.

30Son pouvoir est malgré tout limité. En 1467, Jehan de Vay et Jamet Thomas sont envoyés « voir et tenir »les comptes de feux Perrot Picard l’aîné et Marc Cadaran, autrefois maître et garde des monnaies de Nantes, et de Jehan Gendron et Guillaume Geraud, maître et garde à Nantes85. Le général maître, Jamet Thomas, homme du métier, est assisté par un président des Comptes. Il ne dispose que d’une autorité relative par rapport à la Chambre lors de l’audition des comptes et de l’ouverture des boîtes, où il siège avec les auditeurs et le président de la Chambre86. En 1487, un mandement de vérifier les revenus des ateliers de Rennes et de Nantes est adressé au trésorier général87. La situation semble se dégrader après 1491 et, le 22 juillet 1494, les lettres de commission pour saisir les boîtes des ateliers de Rennes et de Nantes sont envoyées à un général des finances royales. Elles doivent être essayées à Paris, en présence de Pierre Champion (maître à Rennes) et Julien du Vergier (maître à Nantes). Les Bretons s’en plaignent et, six mois plus tard, une ordonnance royale indique que les boîtes sont renvoyées en Bretagne pour y être ouvertes par la Chambre des comptes. Le général maître breton assistera à l’ouverture, en présence d’un ou deux généraux maîtres royaux88. Il faut donc dresser un tableau en demi-teinte du poids du général maître. Il supervise l’administration monétaire et décharge la Chambre des comptes d’une partie de son travail, mais il n’a pas beaucoup d’autonomie et relève de plusieurs autres services comme le Conseil (prise de décision des frappes monétaires) et surtout de la Chambre qui contrôle son travail et empiète sur ses prérogatives.

Le receveur du profit des monnaies

  • 89 Le receveur du produit des monnaies de Rennes est mentionné dans ALA B 571, f° 62 v° en 1485.
  • 90 Kerhervé, L’État breton…, p. 219-220.
  • 91 Lot et fawtier, Histoires des institutions…, t. ii, p. 251-252.

31Si cet officier, dont le rôle est de percevoir le seigneuriage de monnaies revenant au duc, n’apparaît en France qu’en 1491, il existe en Bretagne dans les années 1415-1420. Le poste est alors détenu par Jehan Mauléon, trésorier de l’Épargne, Jean Périou, trésorier et receveur général, et Raoul Guichenneuc, trésorier des Guerres. Si le titre disparaît après 1420, la fonction survit au moins jus-qu’en 1424, puisqu’il existe une charge de fermier du seigneuriage des Monnaies de Bretagne, confiée à Jean de Varades et Perrin Léon. Elle réapparaît à la fin de la période d’indépendance, en 148589. Le 3 décembre 1487, Jean Lode prend à ferme pour 64 000 £ le seigneuriage de 4 000 sous de loi, qu’il s’engage à faire brasser par les Monnaies en gros à 3 deniers90. Dans le royaume, le receveur recueille le profit du seigneuriage et les monnaies des boîtes. Il échappe très vite au contrôle de la Chambre des monnaies pour passer sous celui du Trésor91. Si l’on en juge par les postes occupés par les receveurs bretons dans l’administration financière, force est de constater le même phénomène. Ils passent de l’administration monétaire au cadre plus large de l’administration financière. Le phénomène montre aussi les limites du pouvoir des généraux maîtres, cantonnés dans un secteur restreint. Il semble que la fonction de receveur soit temporaire. Elle n’apparaît en Bretagne qu’en période de crise aiguë, lorsque le pouvoir a besoin de beaucoup d’argent très vite. Le receveur, comme le général maître et tout le personnel monétaire, dépend directement de la Chambre des comptes, qui assure une importante mission de surveillance.

La Chambre des comptes et la monnaie

  • 92 Étude détaillée de Kerhervé, L’État breton…, p. 341-403, spécialement p. 196 et 381 sur ses liens a (...)
  • 93 1458 (19 avril), mandement ducal pour fabriquer des deniers et des doubles. Le maître devra rendre (...)
  • 94 Blanchard, Actes de Jean V, acte n° 360.
  • 95 La Gibonnais, Recueil des édits…, p. 279-282.

32Faute d’une Cour des monnaies bretonne, la responsabilité supérieure du contrôle des ateliers revient à la Chambre des comptes92. Elle agit dans le cadre du Domaine et contrôle les revenus du duc. Les mandements de frappe précisent parfois que le maître doit rendre compte de ses profits devant la Chambre, mais c’est loin d’être systématique, certainement parce que la chose est évidente pour tout le monde93. L’audition des comptes est une affaire sérieuse, qui regroupe un personnel compétent. La plus ancienne mention date d’octobre 1406. Les deux maîtres passent alors devant « Jamet le Coq, Guillaume Mauvoisin, auditeurs des comptes, Jehan Chauvin et Jehan Guerin, clercs desd. comptes94 ». Un mandement du 7 août 1485 indique comme examinateurs l’évêque de Cornouaille, premier président de la Chambre, Guillaume Guéguen, second président, Jehan Meschinot, général maître des Monnaies, Pierre Le Bel, Raoullet Peigne, Pierre de Vay et Pierre Géraud, auditeurs95. Il faut dire qu’à cette occasion, tous les ateliers sont concernés, à un moment où leur activité est particulièrement importante du fait de la guerre. Quelquefois, les maîtres ne veulent pas coopérer et il faut les contraindre. Le 18 avril 1488, une commission est adressée aux gens

  • 96 ALA B 11, f° 175 v°-176.

« desdicts Comptes, de contraindre reamment et de fait Guillaume Picaud, maistre des monnoyes de Nantes, de rendre compte et reliqua en ceste ville de Nantes, devant eulx ou quatre d’iceulx, du droit seigneurial et de tout le revenu desdictes monnoyes, du temps dempuis son dernier compte jucques à present. Et à ce appeller Jehan Meschinot, seigneur des Mortiers, general desdictes monnoyes96 ».

33Cependant, la menace n’est pas bien grande car le même acte prévoit de donner « audict Picaud soins et temps suffisant de faire et fermer ses comptes à ce qu’il en puisse rendre final ». Quand un changement affecte la gestion de l’atelier, c’est la Chambre qui décide des mesures à prendre. En 1489, elle décide

  • 97 Le Bourhis, acte 433, registre de chancellerie. 1489 (30 décembre).

« de defalquez et rabatre à Pierre Champion, maistre particulier des monnoyes de Rennes, sur le devoir de taille et descharge desdites monnoyes jucques à la somme de deux cens escuz d’or qu’il a baillé à la duchesse pour emploïer au poïement des Almans97 ».

  • 98 ALA B 11, f° 46 v°-47, 1487 (24 novembre).
  • 99 Berthemet, acte 442, 1466 (9 juin).
  • 100 Corcuff, acte 275, 1486 (4 août).

34Si pour une raison ou une autre, la Chambre n’est pas en mesure de faire le travail, elle délègue à un haut fonctionnaire de confiance le soin de vérifier les comptes. En novembre 1487, c’est le trésorier général qui vérifie les revenus des ateliers monétaires de Rennes et de Nantes98. La compétence des gens des comptes s’étend au contrôle de la qualité des monnaies, lors de l’ouverture des boîtes qui contiennent les échantillons de la production. Elle intervient dans la vie quotidienne des ateliers, vise les chartes qui concernent les « libertez et privillèges desdites monnaies », et les réforme à l’occasion99. Enfin, elle mandate les salaires du maîtres et des officiers100.

L’organisation des ateliers

35L’atelier monétaire médiéval bénéficie d’un encadrement très structuré, et d’une abondante main-d’œuvre, au moins à Nantes et Rennes. Officiers et monnayeurs exercent sous la direction du maître particulier.

Le maître particulier

  • 101 Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien rôle… », p. 62, acte 39.

36De l’ensemble de la profession, ce sont les maîtres que nous connaissons le mieux. Ils sont fréquemment cités dans les actes ducaux, même s’il nous est difficile de dresser des listes continues. La plus ancienne mention d’un maître date de 1262, et elles se multiplient par la suite101. La charge est complexe et les attributions évoluent avec le temps.

Mode d’attribution de la charge

  • 102 ALA E 131, f° 21 v°.
  • 103 En Flandre, Deschamps de Pas, « Essai sur l’histoire monétaire… », p. 465, l’enchère à la chandelle (...)
  • 104 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14, et F. Dumas, Le monnayage…, p. 88-94.
  • 105 ALA B 11, f° 206, 23 juin. On a un bon exemple des étapes suivantes, mais hélas hors période. Jean (...)
  • 106 1487 (14 novembre), ALA B 11, f° 33.
  • 107 Kerhervé, Catalogue prospographique…, p. 324.
  • 108 E 131 f° 24 v°, les candidats à l’adjudication d’atelier monétaire se font tirer l’oreille. En Flan (...)
  • 109 Berthemet, acte 460.
  • 110 1398 (14 janvier), quittance du versement d’argent à l’atelier de Rennes, la somme n’est pas précis (...)

37Les maîtres se recrutent dans la profession, comme les Bourgneuff et Thomas, ou dans la bourgeoisie tels Jehan Hagomar, Pierre Champion et Julien Thierry, tous trois merciers. Les méthodes de recrutement sont variées, et évoluent en fonction des époques et de la conjoncture. Un mandement du 7 juillet 1459 nous apprend que la Monnaie de Nantes est baillée à qui veut la prendre102. La Chambre des comptes ou le général maître demandent de faire savoir à tous que l’atelier sera mis aux enchères, qui se font traditionnellement à la chandelle, devant les gens des Comptes, au plus offrant et au dernier enchérisseur103. En 1459, c’est l’argentier Jean Préseau qui est consulté sur le projet et probablement aussi sur les candidats potentiels104. La lettre de nomination indique la quantité de métal qu’il doit s’engager à battre. En 1488, Denis Andrieux prend l’atelier de Vannes. Il lui est donné congé de battre 2000 sous de loi. Quand l’affaire est sûre, le général maître reçoit le serment du nouveau maître105. Il existe d’autres modes de désignation. Le maître qui quitte sa fonction peut proposer un successeur. C’est le cas de Julien du Verger, qui est nommé à la requête de son prédécesseur Guillaume Picault106. Ce dernier reste encore quelque temps en poste et ne quitte sa charge qu’en mai 1488107. Quand il n’y a pas de volontaires pour affermer l’atelier comme c’est le cas en 1459, la solution de la régie directe est adoptée, et le duc désigne un personnage qui connaît le métier108. C’est certainement le cas de Julien Thierry, qui est payé 60 £ pour ses fonctions de maître à Nantes en 1466109, le versement de gages ne se concevant que s’il est officier et non adjudicataire. Il est possible qu’il y ait eu à certains moments deux maîtres à Rennes, mais le texte n’est pas clair et peut évoquer un personnage et son successeur110. Le phénomène est connu pour des ateliers royaux, où l’on trouve un maître pour l’argent, l’autre pour l’or. Ce n’est certainement pas la raison en Bretagne. Il faut plutôt y voir une répartition des risques.

Attributions du maître

  • 111 Jolec, acte 906.
  • 112 Corcuff, acte 1037.
  • 113 ALA B 12844, inventaire d’archives, 12 juillet 1760.

38Elles sont variées. Il reçoit les ordonnances de monnayage et les applique. Un mandement du 10 novembre 1467 met bien en évidence les différentes étapes de son intervention. Olivier Baud, trésorier des guerres, reçoit de l’abbé de Saint-Melaine 100 marcs 5 onces d’argent en vaisselle. Il les transmet immédiatement à la Monnaie de Rennes. Le maître donne 7 £ 8 s 4 d par marc, y compris le seigneuriage qui est de 3 s 4 d. Le trésorier reçoit du maître la somme de 733 £ 15 s pour 95 marcs 1 once ½ gros d’argent111, moyennant quoi le trésorier donne relation du versement du seigneuriage à Bourgneuff pour ses comptes. Les mandements détaillent quelquefois l’utilisation du seigneuriage. Lors de la guerre franco-bretonne, les ordonnances de frappe sont en général assorties de la destination des profits monétaires. Le 8 juin 1487, l’atelier de Nantes reçoit mandement de monnayer 3 000 s de loi, en gros. Le seigneuriage doit être versé à Michel Coëtanlem, secrétaire du duc, pour l’enterrement de la duchesse Marguerite de Foix, ainsi que pour la solde des gens de guerre en garnison à Nantes et Guérande, et pour les dépenses du prince d’Orange. L’argent est remis à Guillaume Juzel, trésorier général112. Le maître doit fournir à la Chambre un registre rendant compte de sa gestion. Il n’en existe plus en Bretagne mais un inventaire d’archives de la Chambre en signale quelques-unes, comme ce « livre en parchemin intitulé apurement de Pierre Champion, maistre particulier des monnoyes de Rennes pour l’année (1502)113 ».

  • 114 1498 (15 novembre) : ordonnance sur les ateliers et les orfèvres. Le maître doit avoir un personnel (...)
  • 115 1459, mandement à Pierre Preseau, maître des monnaies de nantes, de payer et contenter les officier (...)
  • 116 Par exemple, 1486 (1er octobre) : décharge de 416 £ 3 s 6 d, Corcuff, acte 201 ; 1471 (22 octobre), (...)
  • 117 Cumont, « Un officier monétaire au xive s. », Gazette numismatique française, 1897, p. 187-232 : Ni (...)
  • 118 Blanchet, « L’atelier monétaire du Prince Noir à Limoges en 1365 », RN, 1898, p. 512. Entre mai 136 (...)
  • 119 Jolec, acte 328, 1467 (19 avril).

39Le maître est responsable du recrutement de son personnel permanent et occasionnel, qu’il est chargé de payer114. Dans ce dernier cas, c’est le pouvoir qui fixe les sommes à rembourser115. Il assure les dépenses inhérentes au fonctionnement de l’atelier. Elles apparaissent le plus souvent sous forme de décharges, mais sans le détail des sommes116. Un acte flamand nous donne une idée de la variété des frais assumés par le maître, qui prend en charge l’alimentation et le salaire des ouvriers, le charbon, le bois et le fer nécessaire à la frappe, les coins et les gâteaux de Noël117 ! À Limoges, au temps du Prince Noir, les paiements se font en monnaie frappée pendant l’exercice118. C’est le maître qui reçoit les nouveaux venus dans l’atelier. En ce domaine, les quelques mandements qui subsistent pour la Bretagne semblent indiquer que tout ne se passe pas toujours bien. En 1467, la nomination du courtisan Gacien Mathis entraîne probablement des réactions au sein de l’atelier de Nantes, ce qui oblige le duc à intervenir en sa faveur119. Le responsable de l’atelier peut aussi être amené à se plaindre, ou à transmettre une plainte de son personnel. Lors de la frappe de florins par François II, les maîtres rennais et nantais expliquent au duc

  • 120 Ibid., acte 322, 1467 (21 avril).

« que pour le bien de nous et de notre païs et pour obvier aux pertes et dechez que nosdits maistres de monnaie particuliers ont eu et pevent avoir à ouvrer seulement lesdits flourins, il est de neccessité faire ouvrer de monnaie des demiz-flourins120 ».

40Il arrive que le maître fabrique autre chose que des pièces. C’est le cas des jetons, frappés pour les « gens du Conseill et finance, commis à besoigner esdites finances », sur ordre du général maître Berthelot Le Mée. En 1477, JulienThierry doit

  • 121 Bihan, acte 625, 1477 (18 avril).

« fournir la valluer desdits gictons, tant pour l’argent qui à ce sera employé, que pour les mises à ce requises, et lui sera alloué par les gens des Comptes rendant relation dudit Le Mee121 ».

  • 122 Quéro, acte n° 117 du 16 janvier 1473.
  • 123 Dhénin, « Florin et double-florin… », p. 211.
  • 124 Par exemple Nantes, B 1367-1382 (étoile), 1383-1386 (fer de lance) ; Rennes, 1405-1413 (moucheture) (...)

41Le métal est pris sur le seigneuriage. La frappe de jetons est très surveillée car elle s’apparente à celle des monnaies, et peut donc laisser la place à des pratiques qui relèvent du faux monnayage. Par ailleurs, les compétences du maître en matière de qualité de métal sont reconnues, et c’est à Gilles Bourgneuff, alors maître à Rennes, que François II s’adresse pour estimer la valeur d’une coupe d’or et d’un pied de tableau du même métal en 1473122. Comme les orfèvres, il peut posséder une marque qu’il appose sur les pièces qui sortent de son atelier, mais en Bretagne, nous sommes loin d’être aussi bien renseignés que pour d’autres ateliers, Lyon par exemple, et nous devons nous contenter d’hypothèses. M. Dhénin voit dans le V pointé de DEVS sur le florin de Jean V une marque de maître car les florins sont l’œuvre d’un même graveur et le différent d’émission est un O pointé123. Il faut également voir dans le trèfle anciennement attribué à Redon une marque de maître ou de graveur. Sous Louis XII, il semble que l’étoile et le fer de lance en début de légende, à Nantes, l’hermine et la croix, à Rennes, soient des marques de maîtres124.

  • 125 1486 (4 août), mandement aux gens des Comptes d’allouer à Guillaume Picaud, maître des Monnaies de (...)
  • 126 1458 (19 avril), des deniers et des doubles. Au maître 3 s 2 d de brassage sur chaque marc ouvré, A (...)
  • 127 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21 : en 1419-1420, à Limoges, le maître touche une remise de (...)
  • 128 Berthemet, acte 204-205. Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monét (...)
  • 129 Kerhervé, L’État breton…, p. 199.
  • 130 Jolec, acte 905, 1467 (10 novembre). Par contre, on ne connaît pas en Bretagne de cadeaux faits par (...)
  • 131 ALA B 4303, compte des dépenses de la Chambre des comptes. Quand un estrangier au service ordinaire (...)
  • 132 Le 30 mars 1495 ; le plat principal est de la carpe, carême oblige.

42Quand il n’est pas fermier, le maître touche des gages d’officier, qui se montent à 60 £ et sont versés sur ordre de la Chambre des comptes125. Habituellement, il se paye sur la frappe de la monnaie. Les ordonnances de monnayage fixent ses bénéfices, en général 3 s 4 d par marc d’œuvre, quelquefois moins, 3 s 2 d, parfois un peu plus, 4 s 2 d126. Ce sont les montants que l’on trouve ailleurs à la même époque127. Pour l’or, les revenus sont plus bas, en proportion de la valeur du métal, 10 s par marc d’œuvre en 1466128. Selon le principe du pourcentage, plus l’activité de l’atelier est importante, plus les bénéfices du maître le sont aussi. Sur les 51 000 marcs frappés à Rennes en 1487-1488, le brassage s’élève à 10 265 £, sur lesquelles il faut déduire les salaires et dépenses diverses, ce qui laisse, malgré tout, une coquette somme pour le maître. Les déchets occasionnés par la frappe sont pris en compte, et estimés à une once pour 40 marcs, le double à partir de 1488, ainsi que les tolérances, qui permettent de jouer sur la part de métal précieux dans l’alliage. Si l’essayeur est compétent, le métal est produit au minimum de fin, sinon, un alliage trop riche se solde par une perte pour le maître129. Les remèdes s’établissent à un quart de carat et 12 grains par marc d’or, mais le jeu sur le fin, qui consiste à « chatouiller » au plus près le remède, n’est pas sans risque, si on en juge par le nombre de cas de faux-monnayage liés à cette pratique. Le duc peut aussi favoriser la frappe en abandonnant au maître une partie du seigneuriage. Des cadeaux viennent parfois grossir ses revenus. Le 10 novembre 1467, l’essayeur Robin de Chereville est autorisé à « allouer les empirances qui se pevent trouver sur les marcs d’argent qu’il reczoit » au maître Gilles Bourgneuff130. Il peut aussi bénéficier d’avantages en nature, en particulier quand il est de passage à la Chambre des comptes. Ses repas lui sont offerts, et, en 1495, Pierre Champion en profite plusieurs fois, avec pour compagnons de table le général maître Jehan Hagomar, l’essayeur de Rennes, François Parès, ou des officiers de finances comme Tudual Millon131. La nourriture et variée et de qualité, et l’on boit du « vin blanc » et de l’« ypocras132 ».

Les officiers

  • 133 Pour une approche globale, Coativy, « La mise en place… », ASBNH, 1994, p. 41-42.

43L’organisation interne des ateliers bretons ne pose pas de gros problème, et sa mise en place progressive suit ce que l’on peut constater dans le royaume et les autres principautés133. L’organisation en est très simple : le maître gère l’atelier et assure le contact entre les clients et son administration de tutelle, le garde, assisté du contregarde, surveille le travail et les hommes, le tailleur de fers grave les coins monétaires, l’essayeur vérifie l’aloi du métal, ouvriers et monnayeurs assurent la préparation des flans et la frappe.

Les gardes et contregardes

  • 134 ALA 14 J 4 f° 114 v° et Jones, Actes de Charles de Blois, acte 139. Corpus des gardes et contregard (...)
  • 135 ALA B 10 f° 54 v°. Il touche 120 £t en Bourgogne au début du xve siècle, 100 florins en Provence en (...)

44La fonction est attestée en Bretagne à Nantes en 1340 et 1341134. Le garde touche en Bretagne 80 £ de gages annuels en 1486, pour surveiller l’atelier135.

  • 136 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14. En Flandre, au xve siècle, le garde des monnaies doit enregis (...)
  • 137 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14, Diderot, L’Encyclopédie…, art. monnayage, et Kerhervé, L’État (...)
  • 138 ALA B 11 f° 18, 4 octobre 1487.
  • 139 Jones, Actes de Charles de Blois…, acte n° 139, 7 octobre 1341.
  • 140 ALA E 127/12. Mention dans DL II 1199-1203.
  • 141 Berthemet, acte 206.
  • 142 Id., acte 230, 1466 (29 mars).
  • 143 Kerhervé, L’État breton…, p. 201.

45En parallèle, il conserve les coins monétaires, et les récupère quand ils sont hors d’usage. Pour le contrôle, il prélève des monnaies, scelle les boîtes, et fait essayer les espèces à l’intérieur de l’atelier. Il note ensuite les titres sur le livre de délivrances des brèves, auxquelles il annexe les certificats d’essai136. Le contregarde supervise les achats de métal précieux, remplace le garde en cas d’absence, et surveille les relations entre le garde et le maître137. Le garde conserve les ordonnances ducales et doit pouvoir les produire en cas de nécessité138. Dans la pratique, ses attributions vont bien au-delà. Ainsi, c’est le garde de Nantes qui s’occupe de la saisie des biens de Gilles Maillart, accusé d’avoir frappé de la monnaie faible « en une leur maison139 ». Il intervient aussi auprès des changeurs qu’il peut contraindre à envoyer du métal à l’atelier. Il a donc pouvoir pour agir en amont de la frappe140. Par ailleurs, les registres qu’il tient peuvent servir à la Chambre des comptes, voire au Conseil ducal pour déterminer sa politique monétaire. Le 16 mars 1466, une ordonnance concernant le cours des esterlins dans le duché est rédigée « sellon les papiers desdits gardes141 ». La nomination de ces derniers est du ressort du Conseil, comme tout ce qui touche à la monnaie. Le mandement ducal en précise rarement les conditions si ce n’est pour Antoine Turmel, garde de Rennes, « aux gaiges qui y appartiennent », à cause de la démission de Gilet Duret, « qui est ancien homme et ne peut plus exercer iceli office142 ». Le recrutement se fait dans les familles de monétaires, comme pour Pasquier Bourgneuff et Gilles Thomas. Mais on constate que la plupart des gardes et contregardes n’appartiennent pas à des familles connues (Cadaran, Turmel, Le Cavelier…). Peut-être doit-on y voir un recrutement séparé du reste des monnayeurs, dans un souci d’impartialité et de qualité du service rendu. Le garde est aussi bénéficiaire des privilèges de la profession, en particulier la succession héréditaire. C’est le cas de Gilles Carré qui remplace son père comme contregarde, ce qui à long terme peut nuire à la qualité de la surveillance143.

Les graveurs

  • 144 L’essentiel se trouve dans Coativy, « Les graveurs en Bretagne au Moyen Âge », ASBNH, 1995, p. 12-1 (...)
  • 145 Dhénin, « Quelques remarques sur le travail des graveurs de coins », Rythme de la production monéta (...)
  • 146 Il existe par contre des coins ou carrés de l’époque moderne, en particulier au Musée de Bretagne à (...)

46La fabrication d’une monnaie n’a quasiment pas évolué entre l’Antiquité et la fin du Moyen Âge144. Le monnayeur dispose un flan lisse entre deux coins, donne un grand coup de marteau et la pièce commence sa carrière. Le graveur de coins occupe une place de choix dans cette genèse. C’est lui qui sculpte en creux les fers et c’est avant tout le résultat de son art que l’on admire. On ne connaît le nom que de trois d’entre eux pour le Bas Moyen Âge, et il est difficile de leur attribuer des pièces. Comme le souligne Michel Dhénin, on ne possède quasiment aucune source concernant leur travail, à l’exception bien sûr des monnaies elles-mêmes, et la Bretagne ne fait pas exception à la règle145. Il ne nous reste en effet aucun traité technique, pas d’outil de gravure ni de coin146. Il faut donc se contenter de l’étude des monnaies et des archives pour glaner quelques informations.

Les fonctions

  • 147 Grierson, Monnaies et monnayage. introduction à la numismatique, Paris, 1976, p. 130. Un texte flam (...)
  • 148 Le Bourhis, acte 706.
  • 149 Dumas, « Monnayage et monnayeurs », Artistes, artisans et production artistique au moyen Âge, t. i, (...)
  • 150 Manceron, « L’atelier monétaire de Nantes », BSAN, 1952, p. 26. Une recherche dans Les orfèvres de (...)
  • 151 Dhénin, « Florin et double florin… », p. 210-214. La pratique est connue par la suite, comme en 155 (...)
  • 152 Bigot 777. Ce phénomène de correction de coin au profit d’un autre atelier est attesté par ailleurs (...)
  • 153 Bigot 1140, Jézéquel 406 bis.
  • 154 Vente du crédit de la bourse, (avril 1993), n° 1504. Le coin de l’unicum de 1508 pourrait avoir été (...)

47Il semble que dans la plupart des cas, des orfèvres servent comme graveurs. Ils ont l’habitude du travail du métal et de la précision. En 1908, Ali Dinar, sultan du Darfour, crée un atelier monétaire. Un orfèvre de la ville se révèle compétent alors que ses collègues ne sont pas à la hauteur. Il fabrique deux coins et l’armurier du palais trois autres, mais de mauvaise qualité. L’usure est telle qu’il faut les regraver à plusieurs reprises147. Cet exemple contemporain nous apprend que tous les orfèvres ne sont pas capables de graver des coins, alors qu’un armurier peut éventuellement le faire, mais la réussite esthétique laisse à désirer. De plus, le travail ne s’arrête pas là car il faut retoucher les coins usagés. Dans un atelier à forte production, ouvert régulièrement, Rennes et Nantes par exemple, la présence régulière du graveur est donc nécessaire au bon fonctionnement de l’entreprise. Trois noms seulement apparaissent pour la Bretagne médiévale et du début de l’époque moderne : Gilles Brouexel, institué graveur à Rennes le 5 avril 1490148, Jacques de Sauveterre qui exerce à Nantes en 1495-1496 et est aussi graveur de sceaux pour la Chambre des comptes149, et Jean Gicquel qui travaille à Nantes en 1524150. Par recoupement et étude des liaisons de coins, M. Dhénin a pu analyser la situation de Rennes, Nantes et Vannes dans les années 1420. Lors de la frappe du florin, Nantes emploie deux graveurs, Vannes un et Rennes aucun. Ce dernier atelier est probablement approvisionné par Nantes151. Du côté des monnaies, on trouve un gros au lion de Jean IV qui porte comme marque d’atelier un V surchargé d’un N152. Il laisse penser que le coin a été fabriqué à Vannes puis retouché à Nantes, peut-être alors en « panne » de graveur. Un double denier de Pierre II porte un N en fin de légende d’avers et un R en fin de légende de revers153. Dans ce deuxième cas, deux coins fabriqués au même endroit mais pour deux ateliers différents ont été mal appareillés. Enfin, une cadière d’Anne de Bretagne présente un espace anormal à l’avers, laissé pour inscrire la lettre d’atelier. Le N de Nantes est par ailleurs à l’envers, comme si l’on avait fabriqué des coins sans lettre d’atelier, celle-ci étant rajoutée ensuite154. Au total, nous avons à nouveau bien peu d’éléments pour dresser un tableau de la situation au Bas Moyen Âge. Les choses s’éclaircissent un peu quand on aborde le statut des hommes et leur méthode de travail.

  • 155 Sur une imitation de Jean IV d’un gros blanc à la couronne, un faussaire s’est contenté d’une simil (...)
  • 156 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14.
  • 157 Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 35.
  • 158 Dumas, Le monnayage…, p. 488.
  • 159 En Provence en 1456, le tailleur est payé par le maître sur le seigneuriage. Il touche 10 florins p (...)

48Le tailleur de fers est un des officiers de l’atelier. Il doit bien sûr savoir lire et écrire, ce qui ne semble d’ailleurs pas être le cas des faux-monnayeurs dont les légendes sont souvent fautives155. Il doit garder le secret sur les instructions qu’il reçoit de l’autorité émettrice156. Il est dédommagé pour ses fournitures, spécialement le fer des coins. Une fois ceux-ci inutilisables, il doit les oblitérer et peut les refondre pour s’en resservir157. Enfin, sa fonction lui donne le droit de frapper trois monnaies pour tester la qualité de son travail158. Comme tous les autres employés, il bénéficie des privilèges et des exemptions propres à la profession. On ne sait selon quels critères il est payé, soit sur le seigneuriage, soit au nombre de coins, à moins qu’il ne reçoive des gages fixes liés à son office, comme le garde159.

Le choix des types

  • 160 Jolec, acte 322. Devis signifie au Moyen Âge blason ou signes figurés accompagnés de mots, et pas s (...)
  • 161 Corcuff, acte 829.
  • 162 Cochard, acte 573.

49Le travail du graveur est soumis à l’autorité ducale et le choix des types a lieu au Conseil. En 1467, le Conseil décide la frappe de « flourins portans en caractere notre propre nom et devis160 ». Le 6 mars 1487, un mandement ordonne la frappe de gros et précise que le différent doit être un point creux entre la croix et l’ornière des deux côtés161. En juillet 1491, la duchesse Anne ordonne de monnayer des targes et l’acte donne le différent d’émission, un gros point sous la petite croix du caractère en louche162. On note ce jour-là au Conseil la

50présence du trésorier général et de Jehan Hagomar, ancien maître de Rennes et futur général maître de Bretagne. Le pouvoir de chacun n’est pas précisé mais on peut penser que le trésorier a évoqué les aspects économiques et Jehan Hagomar les problèmes techniques du lancement de la nouvelle monnaie. Il semble donc que ce soit en Conseil que le pouvoir arrête les types et les différents. Le graveur travaille ensuite selon ses indications, et n’a finalement que peu de liberté. Pour ce qui est des légendes, il reprend celles qui sont en vigueur de manière immémoriale. La parenté très forte entre types numismatiques et types sigillographiques (targe, cadière, duc à cheval et en armes…) ne fait que rappeler la volonté ducale en matière de représentation et de propagande. On sait par ailleurs que les graveurs de monnaies fabriquent aussi des matrices de sceaux, Jacques de Sauveterre par exemple, ce qui renforce la parenté entre les deux domaines.

Piéfort d’un blanc à la targe de François II, atelier de Nantes. Catalogue de la collection E. Guibourg, n° 229.

Piéfort d’un blanc à la targe de François II, atelier de Nantes. Catalogue de la collection E. Guibourg, n° 229.
  • 163 Metman,« La taille directe des sceaux-matrices. Heurs et malheurs des graveurs de sceaux », Les gra (...)
  • 164 Coativy, « Le travail… », p. 18, et Salaün, « Les piéforts médiévaux bretons », ASBNH, 1998, p. 17- (...)
  • 165 Bigot 406, piéfort d’un gros de Charles de Blois en billon doré, 28,4 g.
  • 166 Bigot 1381.
  • 167 Double denier de Jean Ier, Bigot 279 et Caron 43.
  • 168 Le piéfort d’un gros à l’étoile de Jean le Bon, en billon doré et champlevé, est fortement entaillé (...)

51Les textes ne nous expliquent pas comment on passe de la décision en Conseil ducal à la fabrication des coins en atelier. Un patron est fourni aux graveurs qui s’en inspirent. Ce peut être un dessin, une empreinte sur cire, comme c’est le cas pour les sceaux, ou un piéfort163. Le corpus de treize piéforts et essais que nous avions dressé en 1995 a depuis été complété par Gildas Salaün et porté à seize164. Ils sont d’un poids nettement supérieur aux monnaies, jusqu’à dix fois plus lourd, et de qualité en général meilleure165. Le métal employé est habituellement celui de la pièce, y compris pour l’or166. La répartition par règne fait apparaître la place prépondérante du temps de Charles de Blois qui en compte neuf. C’est une période de forte instabilité monétaire ; celle également où la Bretagne cherche sa voie en matière monétaire (imitation, frappe de l’or…). Peut-être Charles est-il plus attentif aux types monétaires que son compétiteur ? La prudence s’impose car tous les piéforts de Jean IV n’ont peut-être pas été retrouvés. La finalité des piéforts n’est pas bien établie. Deux hypothèses sont plausibles : ou ils servent de modèle aux ateliers monétaires, ou ils sont frappés pour être présentés au pouvoir, qui décide en connaissance de cause. Le fait que deux piéforts n’aient pas été retrouvés comme monnaie va plutôt dans ce sens167. Il est possible que certains aient été utilisés comme monnaie. Le piéfort d’une targe de François II a été oblitéré d’un coup de cisaille, probablement par un utilisateur qui croyait avoir affaire à un faux168.

Les techniques de travail

  • 169 Généralités sur la fabrication des coins dans Grierson, monnaies et monnayage…, p. 130-139, et Dhén (...)
  • 170 Collection privée, Jézéquel 413 i et 390 g 1.
  • 171 Blancs et gros de Jean V, gros à l’écu et cavalier d’or de François II, gros à l’écu et doubles à l (...)

52Elles sont fort mal connues et seul l’examen attentif des monnaies peut nous livrer des informations, en particulier l’étude des défauts et des retouches, qui est particulièrement riche pour comprendre l’élaboration du coin169. Deux grandes techniques sont employées, le burin et les poinçons. Dans ce dernier cas, on emboutit le coin avec un certain nombre de poinçons qui ont la forme d’une lettre, d’une partie de lettre ou d’un symbole, l’hermine par exemple. À Nantes, dans la première moitié du règne de François II, le graveur possède au moins trois poinçons d’hermines : le grand pour meubler l’écu, le moyen pour la targe et la demi-targe, et le petit pour le différent de fin de légende170. La gravure requiert plus d’habileté mais l’usage de poinçons procure des coins plus résistants du fait de la compression du métal. Le plus souvent, les deux méthodes sont employées en même temps. Confronté à la surface du coin, le graveur détermine les proportions, le rapport entre le type et la légende, et la disposition de l’ensemble. Il apparaît à l’examen que les proportions sont à peu près les mêmes d’une monnaie à l’autre et d’une région à l’autre, au moins à partir de la création du gros. Il y a donc une « école occidentale » à laquelle appartiennent les tailleurs bretons. Un calcul effectué sur les monnaies ducales du xve siècle fait apparaître un rapport de 1 à 2,5 et jusqu’à 1 à 4 entre la légende et le motif central. Le rapport le plus faible caractérise les monnaies d’argent, sur lesquelles la légende prend beaucoup de place, le plus fort les monnaies d’or, où le motif est le plus important171. Une fois la mise en place terminée, le graveur la matérialise d’un coup de compas.

Targe de François II, atelier de Rennes, sur laquelle on distingue le coup de compas destiné à cerner la croix du revers. Jézéquel 392.

Targe de François II, atelier de Rennes, sur laquelle on distingue le coup de compas destiné à cerner la croix du revers. Jézéquel 392.
  • 172 Dhénin, « Quelques remarques… », p.455.

53Nombreuses sont les monnaies qui ont gardé le cercle délié du coup de compas et le point de rotation. Certains types monétaires, où le point de rotation apparaît systématiquement, laissent penser qu’il s’agit d’un élément du décor, voire d’un différent ou d’une marque. C’est très net sur le revers des targes au nom de François. Cette remarque est aussi valable pour l’avers des cavaliers d’or de François II. Il faut donc ajouter aux trois catégories de tracés étudiées par M. Dhénin172, relatifs à l’architecture de la monnaie, à la construction du type et à la mise en place de la légende, une quatrième, le différent, et une cinquième, l’élément décoratif. Une fois le coup de compas donné, le graveur peut masquer son trait sous un grènetis. On constate la parfaite cohérence du rayon du grènetis par rapport au point central quand celui-ci subsiste, que ce soit celui de l’extérieur ou celui séparant la légende du décor.

  • 173 Reproduit dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, La Bretagne au temps des ducs, Daoulas, 199 (...)
  • 174 Les poinçons ont été utilisés dès l’Antiquité pour certaines gravures répétitives (lettres, grèneti (...)
  • 175 En particulier une obole de Jean II de Guingamp, dont les montants verticaux des lettres sont faits (...)
  • 176 Collection du Musée Dobrée. Il est reproduit dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, La Breta (...)

54Il compose ensuite la légende et le motif. Pour cela, il semble que le graveur utilise les deux techniques évoquées plus haut. Sur un gros d’Anne de Bretagne conservé au Musée Dobrée173, les hermines de l’écu sont toutes tréflées, ce qui n’est pas le cas de la monnaie. On peut en conclure que le graveur a utilisé un poinçon pour les emboutir, mais que l’opération n’a pas réussi du premier coup et qu’il a fallu recommencer, ce qui a provoqué le tréflage. Le cas est particulièrement fréquent et l’examen de notre collection nous montre plusieurs cas d’hermines tréflées, en particulier sur un blanc à la targe de Jean V de l’atelier de Redon. Par ailleurs, l’homogénéité des hermines sur les monnaies bretonnes confirme l’usage de poinçons174. Des hermines gravées au burin varieraient bien plus en taille et en forme, surtout quand on en compte six sur une seule monnaie. Pour ce qui est des lettres, le problème est plus compliqué. Pour l’élaboration des légendes, l’usage conjoint des deux méthodes est avéré au xiiie siècle. Sur certaines monnaies, au xive siècle en particulier, la variété des lettres indique une gravure au burin tandis que l’homogénéité des légendes du xve siècle plaide en faveur de l’usage de poinçons175. Quelles que soient les époques, certains éléments simples de la légende peuvent avoir été poinçonnés comme les annelets, les étoiles, etc. Sur un cavalier d’or de François II, le poinçon de l’étoile de légende du revers a laissé une empreinte circulaire très nette176. L’usage du burin est patent pour les motifs développés sur l’or au xve siècle, ce qui n’est pas surprenant compte tenu de la finesse du travail exigé.

  • 177 Sochodolski, « The organisation of minting in 11th and 12th century Poland », Wiadmosci numismatycz (...)
  • 178 Grierson, Monnaies et monnayage…, p. 488.
  • 179 Dhénin, « Florin et double-florin… », p.210 et215.
  • 180 Sur un demi-blanc de Jean V, PA 1 018, un H parasite dans IOHANNES est rectifié par la surcharge d’ (...)
  • 181 B 778. Il s’agit d’un N de fin de légende surfrappé d’un V.
  • 182 Par exemple un blanc au polylobe de Nantes de Jean V, Coll. YC.
  • 183 Coativy, « Florin… », ASBNH, 1994, p. 44-46.

55Nous n’avons aucun élément qui permette d’estimer la durée de fabrication d’un coin. Il faut procéder par comparaison avec les chiffres fournis par d’autres ateliers. En 1565, il faut 14 jours pour la gravure au burin d’un coin, mais seulement une journée pour la gravure au poinçon177, ce qui est logique, car il faut plus de temps et de talent pour réaliser un coin d’avers de cavalier ou de cadière que pour un gros à l’écu. Nous sommes aussi très mal renseignés sur la durée de vie des coins monétaires. Les auteurs qui ont étudié la question donnent une fourchette de 5 000 à 35 000 pièces par paire de coins178. Pour la Bretagne, seule l’étude fouillée de Michel Dhénin donne un ensemble de liaisons de coins pour le florin de Jean V. Il a retrouvé pour Nantes neuf coins de droits et onze coins de revers. Il s’agit d’un ensemble de coins gravés et mis en service à peu près en même temps et utilisés sans appariement préconçu179. Le graveur peut aussi avoir à reprendre son coin, pour corriger une faute d’orthographe 180 ou modifier une lettre d’atelier181. De nombreuses monnaies laissent apparaître des signes de fatigue du coin182. Le coin terminé est remis au garde, qui en surveille l’utilisation, puis la destruction quand il est devenu inutilisable. Cependant, s’il n’est pas trop abîmé, il peut être conservé comme l’atteste un mandement d’Anne de Bretagne qui stipule les conditions d’utilisation de coins de monnaies d’or de feu son père183.

56Les graveurs gravent aussi les coins des jetons, en particulier ceux de la Cham-bre des comptes qui reprennent des revers monétaires, voire des types monétaires, targes, écus couronnés, revers d’écus… Pour les autres, rien n’est clair. Une comparaison détaillée apporterait des réponses, en particulier au niveau de la forme des lettres.

L’essayeur

  • 184 Les essayeurs bretons : François Pares, essayeur à Rennes, résigne en faveur de son fils, Kerhervé, (...)
  • 185 Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.
  • 186 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21 : à Limoges en 1419-1420, l’essayeur touche 50 £, ainsi q (...)

57On possède huit noms d’essayeurs bretons, qu’on ne peut tous rattacher à des familles d’orfèvres ou de changeurs184. La première mention date de 1306 quand Bonin Gui va à Florence chercher des fondeurs pour la Monnaie de Nantes185. Le vide documentaire s’étend ensuite sur plus de 150 ans, jusqu’à l’apparition des registres de chancellerie. On ne sait pas ce que gagne cet officier186. Comme pour le graveur, son travail en Bretagne ne se singularise pas par rapport au reste de l’Europe car les mêmes méthodes d’affinage et de vérification devaient être employées un peu partout.

  • 187 Dumas, Le monnayage…, p. 87.
  • 188 fournial, Histoire…, p. 11-12.

58Ce travail commence dès l’achat du métal, quand l’essayeur en détermine l’aloi et donc la valeur. En Bourgogne, deux prélèvements sont faits, dont un immédiatement pour vérifier l’aloi et un deuxième en cas de contestation entre le vendeur et l’essayeur187. Ensuite, il prépare les alliages, contrôle le titre et le poids du métal et note le tout sur un parchemin qu’il remet au garde de l’atelier. Si tout est correct, il donne au maître l’autorisation de frappe188. Le plus souvent, l’essayeur est un orfèvre ou un changeur, chargé de composer les alliages et de vérifier le titre des monnaies frappées. Sa formation est empirique et se fait « sur le tas », en travaillant avec un orfèvre en exercice. Pour la composition des alliages, il peut se servir de métal déjà travaillé ou composer lui-même ses alliages, à partir de métal pur. Pour obtenir un métal pur, la technique médiévale qui semble la plus courante est la coupellation. Pour vérifier le titre, l’usage de la pierre de touche, un jaspe à grain lisse ou quartz, de couleur noire, permet de déterminer l’aloi au 1/288. L’orfèvre frotte l’objet sur la pierre, et à côté un touchau dont le titre est connu. La comparaison des deux traces permet d’estimer la pureté du métal essayé, quitte à recommencer avec une autre aiguille si le premier test n’est pas satisfaisant. Il faut cependant une bonne habitude pour frotter avec la même vigueur les deux objets. En Flandre, au xve siècle, l’essayeur a à sa disposition plusieurs touches ou touchiaux, qui appartiennent au comte. Un texte flamand donne une bonne idée de la façon dont se passe l’essayage :

  • 189 Deschamps de Pas, Essai sur les monnaies…, 1861, p. 463, et 1862, p. 118.

« Premièrement, mondit seigneur veult et ordonne estre faiz en ladite monnoye lesdits escus d’or de Hollande nommez clinquars à XVII karas d’or à la touche à prendre escus d’or à la couronne viese de France, selon l’aguille d’or sur ce faite et aloiée par Jehan Rasoir et Pierre de Haulteville, généraulx maistres des monnoyes de mondit seigneur, et en la présence des gens de comptes d’icellui seigneur à Lille pour formes, et y aura trois aguille faites, dont l’une sera mise en la boiste de ladite monnoye, la seconde en la main desdits gens des comptes, de Guy Guilbaut, receveur général des finances de mondit seigneur ou de ses-dits généraulx maistres, et la tierce en la main desdits maistres particuliers pour exemple de leur ouvraige189. »

  • 190 halleux, « Méthode d’essai et d’affinage des alliages aurifères… », p.39-77.

59Les grandes méthodes d’essayage antiques et médiévales sont aussi à la disposition des essayeurs médiévaux, et peuvent se séparer en deux ensembles, méthode non destructive et méthode destructive190. Les principales méthodes non destructives reposent sur le son, en faisant tinter la monnaie sur une pierre pour en déterminer l’aloi, sur le chauffage, la couleur du métal passé au feu indique une pureté relative et permet d’identifier les principaux métaux alliés, en particulier l’argent et le cuivre, et sur le principe du poids spécifique. Les méthodes destructives, plus précises sont au nombre de trois : la cémentation se fait par chauffage du métal, en présence d’une préparation (son, fumier brûlé, suie, sel, souffre…) qui modifie ses propriétés et sa composition par réduction ou absorption ; la coupellation consiste à chauffer l’alliage tout en soufflant de l’air à sa surface, le plomb s’oxyde et se forme en croûte, ce qui permet d’affiner l’argent peu à peu ; cette méthode peut aussi être appliquée à l’or pour en enlever le cuivre ; la troisième utilise l’acide, qui laisse l’or intact, et dissout les autres métaux.

  • 191 ALA 1 J 114 f° 1 et 2 v°. Il pourrait s’agir d’un manuel destiné à l’enseignement ou à un examen, p (...)

60Un extrait de livre d’orfèvre est conservé aux Archives départementales de Loire-Atlantique191. Il s’agit d’une feuille de parchemin pliée, de façon à former quatre pages. La dernière phrase du dernier paragraphe se termine abruptement, ce qui indique une page arrachée d’un livre plus important. Les renseignements donnés montrent le côté empirique des méthodes, qui relèvent plus de la cuisine que de la chimie. Nous en donnons deux extraits, pour l’argent et le billon :

« Ce tu veulz savoir combien de denier de loy a ung marc d’argent fin, sailt qu’il en va douze deniers de loy et en deniers de loy à vingt quatre grains de loy.
Ce tu veulz savoir aloyer vingt marcs de billon, qui sont a six deniers de loy et les veult alloye a quatre deniers de loy, tu devras combien vallent les XX a six deniers de loy qui vallent six solz huit deniers et les XX à six deniers vallent dix solz de quoy il va des loy trois solz quatre deniers lesquelz (interrompu). »

  • 192 Halleux, « Méthode d’essai et d’affinage des alliages aurifères… », p. 59-69.

61L’expérience d’orfèvre apporte beaucoup à l’essayeur. La maigre documentation sur cette profession en Bretagne au Moyen Âge ne permet pas de compléter le curriculum vitae des quelques essayeurs signalés par la documentation. On peut noter la résignation d’un père envers son fils, gage d’expérience et d’habitude de l’atelier monétaire, comme c’est le cas pour les Parès, père et fils. L’essayeur peut aussi compléter sa documentation auprès des changeurs dont on sait par les livres qu’ils nous ont laissés qu’ils ont une idée assez précise, bien qu’empirique, du titre des monnaies. L’essayeur peut encore se servir des archives de l’atelier, qui lui donnent des précisions sur les émissions précédentes. On ne sait pas dans quelle mesure ils interviennent dans l’élaboration des longues listes de monnaies acceptées dans le duché. Peut-être est-ce simplement le travail de la Chambre des comptes ou des changeurs. Enfin, l’essayeur a à sa disposition un certain nombre d’ouvrages pour le guider dans son travail. De nombreux livres antiques ou médiévaux donnent des recettes et des techniques pour travailler le métal. S’il n’existe à notre connaissance aucune source rapportant les lectures des orfèvres bretons, on peut supposer qu’ils ont eu dans les mains, au moins les plus riches d’entre eux, ces livres antiques. Si la littérature byzantine et grecque, très abondante sur ce sujet, n’était peut-être pas lue, les auteurs de langue latine étaient au moins accessibles, tels les Compositiones Lucenses (vers 800), les Mappae Clavicula (ixe-xiie siècle), les Diversiarum artium schedula de Théophile (première moitié du xiie siècle), le Pseudo-Gerber (vers 1300) et bien d’autres qui expliquent les techniques de coupellation, cémentation et chauffage propres à étudier la composition d’un alliage192.

  • 193 Fournial, Histoire monétaire…, p. 16 et Dumas, Le monnayage…, p. 96.
  • 194 Bompaire, L’atelier monétaire royal…, p. 118.

62Dans le royaume depuis 1305 ainsi qu’en Bourgogne, il existe un office d’essayeur général193. Il est chargé de surveiller l’aloi des monnaies et de procéder à l’essayage des monnaies mises en boîtes ainsi que de celles qui circulent en Bourgogne. Il a enfin son avis à donner quant à l’ouverture des mines. Si la fonction n’est pas attestée en Bretagne, il est fort probable qu’un essayeur ou un orfèvre est chargé du même travail. Faute de document, nous ne pouvons raisonner que par comparaison. On ne connaît pas non plus de cas de cumul de fonctions, comme à Villeneuve-lès-Avignon, au début du xve siècle, où le tailleur est aussi essayeur194. L’atelier de Quimper, s’il avait fonctionné, aurait fatalement induit un cumul, compte tenu d’une équipe réduite à trois personnes. Nous ne connaissons pas dans le détail l’organisation des petits ateliers (Jugon, Morlaix, Redon…) mais il est aussi fort probable qu’ils fonctionnaient également à effectif réduit, porte ouverte au cumul des fonctions.

Monnayeurs et ouvriers

63Pourtant les plus nombreux au sein de l’atelier, les ouvriers et les monnayeurs sont les plus mal connus, car la documentation ne livre qu’une information parcimonieuse. Ils ne s’occupent que de la fabrication des espèces. L’ouvrier prépare les flans et le monnayeur les frappe.

Recrutement et législation

  • 195 C’est aussi le cas dans le royaume, Blanchet, Nouveau manuel de numismatique…, p. 9.
  • 196 Jolec, acte n° 234, 348 et 470.
  • 197 Le Bourhis, acte 839, 26 mars 1490.
  • 198 ALA B 11, f° 206, 214 v°, 216 v°, et Le Bourhis, acte 920, le 7 juin 1490.

64Le recrutement se fait habituellement par hérédité ou par droit de grâce. Lors de son arrivée au pouvoir, le duc peut aussi créer un monnayeur et un ouvrier par atelier, de même que lors d’une naissance dans la famille ducale195. C’est le cas en 1463 de Gacien Mathis, Jehan de La Noë et Jehan Belin, institués « en faveur et contemplation du joyeulx advenement et nativité du filz du duc, conte de Montfort196 ». Mais ces deux méthodes ne suffisent pas toujours à garnir les ateliers. Le pouvoir peut nommer un ouvrier, quand il n’y a personne pour reprendre la place d’un défunt ou d’un retraité, voire lors d’une résignation de charge. Jehan de Coesquault est ainsi créé « monnoyer du serment de l’Empire es monnoye de Vennes ou lieu de Rolland Leseven » qui « s’en est désapointé de son consentement ». Un monnayeur peut donc se démettre volontairement de son office197. Cette résignation in favorem révèle le contrôle efficace que le groupe assure sur l’accès à la profession. Lors de la réouverture d’un atelier, les contraintes de la production peuvent aussi obliger à engager du personnel. C’est particulièrement net à Vannes où les embauches sont bien connues par les registres de chancellerie. En 1488, le pouvoir nomme un maître, deux essayeurs, deux gardes et deux monnayeurs198. Curieusement, ces deux derniers ne sont nommés qu’en 1490. Il est possible que le pouvoir ait trouvé sur place des spécialistes pour lancer la production, avant d’en employer deux nouveaux, à moins qu’il n’y ait eu un détachement de personnel rennais ou nantais. Les nominations tombent en « paquet », comme à Nantes en mars 1487, un fondeur et un essayeur, et en décembre 1489, deux contregardes et un monnayeur. Elles scandent peut-être tout simplement les séances du Conseil ducal ou de la Chambre des comptes, ou les nécessités dues à la surcharge de travail. Les nouveaux monnayeurs reçoivent une lettre de nomination, qu’ils peuvent être amenés à présenter. En 1395,

  • 199 DM II 655.

« Perrinet Bourgneuf a apparu sa lettre de Monsieur en lacz de soie d’avoir été croyé monnoyeur de par Monsieur au serment de l’Empire es monnoyes de Rennes o toute exemption accoustumée199 ».

  • 200 À partir de 1469, serment d’Empire. Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 70-71.
  • 201 Kerhervé, L’État breton…, p. 201.

65Le mode de scellage, les lacs de soie qui vont généralement de pair avec la cire verte, souligne la solennité, c’est-à-dire le caractère perpétuel de ce type d’office, transmissible par hérédité. Pour être définitivement admis, l’impétrant doit verser un écu de droit d’entrée200. Nous ne savons pour ainsi dire rien des origines sociales des monnayeurs, en dehors des courtisans. Comme le dit Jean Kerhervé, « on imagine mal Jehan Belin… ou Gathien Mathis… tenant le maillet et le coin, sauf peut-être le jour de leur réception à la Monnaie201 ».

  • 202 Du halgouët, Les archives bretonnes…, p. 159.

66Dans ces cas-là, la principale motivation du nouveau venu est de bénéficier des exemptions fiscales et de l’hérédité. Pour les autres, rien ne nous renseigne. En janvier 1492, Charles VIII nomme Nicolas Potier maître ouvrier à la Monnaie de Vannes202. Il s’agit d’une nouveauté puisque c’est la première fois que le titre apparaît en Bretagne. Il faut simplement y voir un ouvrier déjà formé et qui a passé avec succès son chef-d’œuvre.

  • 203 Coativy, Monnaies royales, monnaies princières…, p. 74-78.
  • 204 Les mandements de nomination spécifient toujours la spécialité. Nombreux exemples dans le catalogue (...)
  • 205 Jolec, acte 348 en 1463.
  • 206 ALA B 11, f° 213 v°, 1488 (16 février).
  • 207 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 376.

67La législation des serments s’applique en Bretagne et règle la vie des ateliers203. Les nouveaux ouvriers demandent l’octroi du marteau, pour amincir les lames, et les monnayeurs le maillet qui sert à la frappe. La répartition entre les deux spécialités est de l’ordre d’un monnayeur pour deux à quatre ouvriers, car la frappe exige moins de travail que la préparation des flans. Les salaires sont identiques pour les uns et les autres, fixés avant la frappe en fonction du métal à travailler. Les monnoyers sont soumis à un certain nombre de restrictions dues au caractère sensible de leur travail : les spécialités de monnayeurs et d’ouvriers ne sont pas interchangeables, sauf sur décision du parlement général du serment, et uniquement pour raison de santé204 ; le cumul des charges est aussi interdit. Ces restrictions s’appliquent au quotidien car l’ouvrier n’a pas le droit de quitter la fournaise pour la monnedière, et vice-versa pour le monnayeur. En cas d’infraction, les autres compagnons doivent cesser leur ouvrage. Cette réglementation a pour but d’éviter les fraudes, en particulier la conversion en monnaies de métal appartenant à l’ouvrier, et dont la frappe clandestine serait particulièrement rentable. Le monnayeur doit aussi se faire recevoir dans l’atelier le plus proche de son domicile, et ne peut le quitter pour un autre qu’avec l’accord des autres compagnons, et sous réserve d’être muni d’une lettre d’autorisation du prévôt. En Bretagne, la règle n’a pas dû être scrupuleusement observée, car Jehan de La Noë demeure à Nantes et est ouvrier à Rennes205. Les circonstances peuvent également obliger l’administration à enfreindre les règlements. En 1487-1488, par suite d’un surcroît de travail, le duc fait envoyer à Nantes des Rennais et des Vannetais, dont il prend les frais en charge206. De même, un monnayeur ne peut quitter librement le duché. Il lui faut l’accord du général maître des monnaies207. Cette obligation de résidence offre l’avantage, pour l’autorité, de pouvoir mobiliser rapidement le personnel, mais aussi de limiter le risque de cumul de charges entre deux ateliers. Enfin, elle interdit le changement d’atelier pour éviter des sanctions disciplinaires.

  • 208 Rolland, Monnaies des comtes…, p. 31 et 72, et Fournial, Histoire monétaire…, p. 14.
  • 209 Planiol, Histoire…, t. iii, p. 394, et Blanchard, Actes de Jean V…, acte n° 73.
  • 210 1352-1358, Guibert, « La monnaie de Limoges », p.31.
  • 211 Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, paroisses de Lieuron, de Piré et de Saint-Servan.
  • 212 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 377.
  • 213 Bigot, Essai…, pièce justificative liv.

68Si la liste des monnayeurs bretons fait apparaître essentiellement des hommes, les femmes ne sont pas exclues du métier. Elles ne peuvent entrer dans la profession que par hérédité, à condition d’être nées après l’admission comme monnayeur de leur père, mais elles peuvent transmettre leurs privilèges à leurs enfants mâles. Une femme ne peut travailler qu’à la fournaise, pour « marroquer et vanner le feu208 ». Un mandement de Jean V, daté de 1405, qui sous-entend que l’atelier refuse de l’embaucher, ordonne de respecter les droits de Jacquette Suchet209. À Limoges, à l’époque de Charles de Blois, Guillerme Pinhetta, travaille en même temps que son père Léonard, ou à sa suite, vers 1352-1358210. Une femme peut aussi faire profiter son mari de ses avantages. C’est le cas de Jeanne Bourgneuff, épouse d’Olivier Jolif, « non contribuant à cause de sa femme211 ». Enfin, en 1420, les femmes ne sont pas oubliées dans la liste des bénéficiaires des privilèges de monnaies212. En définitive, ces tailleresses ne jouent qu’un rôle mineur et ne sont certainement admises que lorsque la famille est dans la misère. En 1498, il est précisé que les avantages dont bénéficient les veuves, du fait de leur mari, disparaissent en cas de remariage, pour éviter certainement l’adjonction de nouveaux membres au milieu des familles privilégiées213.

Préparation du métal et frappe

  • 214 Guey, « Recherche de laboratoire à Lyon », BSFN, décembre 1963, p. 310-311.

69L’atelier reçoit le métal sous les formes les plus variées : vaisselle, lingot, monnaies, etc. Les opérations de transformation en numéraire commencent par la fonte. L’alliage est ensuite essayé, ce qui permet de connaître son titre, et éventuellement de le corriger en y ajoutant du métal précieux ou au contraire du cuivre, lors de l’affinage. Un texte de 1617 détaille les opérations de fabrication de la monnaie, en particulier l’ajustage des flans214 :

  • l’ouvrier amène le lingot de métal à l’épaisseur voulue pour les flans ;
  • il coupe ensuite le lingot en carrés 3 à 4 grains plus fort que le poids du flan, puis il bat et recuit les carreaux ;
  • il ajuste le poids des carreaux en coupant les pointes ;
  • il arrondit et rabat les pointes ;
  • il ajuste les flans à la forme de la monnaie avant de les rebattre, de les recuire et enfin de les blanchir ;
  • le monnayeur peut alors de deux ou trois coups de marteaux frapper les monnaies.
  • 215 Charles de Blois, au type Jézéquel 164-165.

70Comme dans le cas du graveur, les pièces de monnaie nous renseignent en partie sur les techniques de travail. Le trésor de Plouagat, daté de la guerre de Succession, est fort de 428 monnaies, dont 327 deniers du même type, des ateliers de Nantes et Rennes215. De très mauvaise qualité, les flans semblent avoir été découpés avec des cisailles, beaucoup de monnaies ont habituellement une jolie forme carrée ou en losange, aux coins arrondis, qui ne peut s’expliquer que comme cela. Un travail à l’emporte-pièce aurait été plus net et plus régulier. Les monnayeurs ne sont pas très regardants sur la forme des pièces car ils ont laissé passer au moins une moitié de flans aux formes insolites. L’ajustage à la forme des monnaies ne semble pas avoir été leur préoccupation majeure, comme le montre le tableau suivant, qui fait apparaître les différences largeur-longueur des monnaies du trésor de Plouagat.

Deniers du trésor de Plouagat, sur lesquels on distingue bien les traces de cisailles, qui leur donnent ces formes originales, oblongues et carrée. Charles de Blois, ateliers de Nantes et Rennes, Jézéquel 164-165.

Deniers du trésor de Plouagat, sur lesquels on distingue bien les traces de cisailles, qui leur donnent ces formes originales, oblongues et carrée. Charles de Blois, ateliers de Nantes et Rennes, Jézéquel 164-165.
  • 216 Monnaies de Charles de Blois au type des hermines posées 2 3 2, Jézéquel 164-165.

Tableau 35. – Trésor de Plouagat. Vingt exemplaires de l’atelier de Rennes 216

Tableau 35. – Trésor de Plouagat. Vingt exemplaires de l’atelier de Rennes 216
  • 217 Dumas, « Représentations de monnayeurs au travail à Kutna-Horâ (Bohème) au milieu du xve siècle », (...)
  • 218 Fréquence des largeurs : 14 : 1 ; 15 : 4 ; 16 : 8 ; 17 : 8 ; 18 : 12 ; 19 : 5 ; 20 : 2 ; largeur mo (...)
  • 219 Faute d’une balance précise, nous n’avons pu mesurer efficacement le poids des monnaies de Plouagat (...)
  • 220 Gros au lion de Montfort tenant la targe de Bretagne, Jézéquel 254 Vannes, 3,12 à 3,55 g ; targes d (...)
  • 221 Jézéquel 384-385.
  • 222 Par exemple, Bigot 173 et 174 sont des monnaies surfrappées du xiiie siècle ; on connaît aussi un g (...)

71À Kutna-Horâ, le métal est coulé dans des poches de toile de forme rectangulaire humectées, dans lesquelles des coutures verticales déterminent plusieurs compartiments. Les poches sont ensuite plongées dans l’eau froide, et le métal se présente sous la forme de cylindres qui sont ensuite aplatis. Un procédé identique est connu en Allemagne au xvie siècle217. C’est semble-t-il cette méthode qui est employée en Bretagne au xive siècle. Le lingot de métal affiné, prêt à être transformé en flans, a la forme d’une tige de métal mince et ronde. Il est martelé pour être aplati et amené à la largeur voulue, de 18 mm218. L’ouvrier y découpe alors des carreaux de forme rectangulaire à l’aide de ciseaux. Il corrige le poids et un peu la forme en coupant les coins puis frappe les monnaies. Il faut noter le petit nombre de monnaies rondes, 3 sur 20 dans notre échantillon, révélateur de la production rennaise, et les formes quelquefois baroques des pièces ainsi obtenues. Le problème du poids se pose assez peu pour cette monnaie noire, puisqu’il peut varier du simple au double219. La faible valeur des pièces et les petites quantités de fin en jeu, liées au caractère fiduciaire des deniers et des doubles, expliquent ce phénomène. Pour les monnaies de plus forte valeur, les fourchettes sont plus étroites, mais restent malgré tout importantes220. La variation est mieux contrôlée sur l’or, ce qui n’est pas surprenant, avec moins de 10 % d’écart de poids pour les écus de Nantes et Rennes de François II221. Il arrive enfin qu’il n’y ait pas besoin de fabriquer de flans, quand des monnaies sont surfrappées, mais le phénomène est assez rare si on en juge par le peu d’exemplaires repérés222.

  • 223 Généralités sur la frappe dans Fournial, Histoire monétaire…, p. 11-12, Diderot, L’encyclopédie…, a (...)
  • 224 Bigot, Essai…, p. 394.

72Pour la frappe, le monnayeur se sert de deux coins d’acier trempé pour imprimer la marque qui fait du flan une monnaie223. Le trousseau mesure entre 15 et 25 centimètres. Les coups du marteau l’écrasent en partie. Le type de l’avers y est gravé en creux. La pile, de la même taille que le trousseau n’a pas la même forme. Elle présente un talon qui est engagé dans un billot de bois, le cépeau, ou un tonneau, pour lui donner plus d’assise. Le monnayeur pose le flan sur la pile, puis le recouvre du trousseau. Quelques coups de marteau et le flan devient monnaie. Les monnaies sont ensuite pesées, ainsi que les déchets de métal pour s’assurer que le poids final correspond au poids initial. L’État fait mettre en boîte une partie de la production monétaire. En 1487, le contrôle se fait par trentier, soit environ une fois par mois224.

Le prévôt

  • 225 Fournial, Histoire monétaire…, p. 12, Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 73, et Kerhervé, L’État (...)
  • 226 Kerhervé, « Une famille… », AB, 1976, p. 17.
  • 227 AMN CC 19. Ce sont les membres de familles de gens de finances du xve siècle, Kerhervé, L’État bret (...)
  • 228 François Thomas est qualifié de prévôt du serment de France.
  • 229 Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 73.

73Le rôle du prévôt consiste essentiellement à organiser le travail au sein de l’atelier, et à veiller à son bon fonctionnement. Il n’est pas officier mais est élu par les compagnons de l’atelier dont il est membre225. Il est possible qu’il ait un lieutenant. La fonction est attestée à Nantes au début du xvie siècle. En 1506, François Thomas est prévôt, et il a pour lieutenant Guillaume Couppegorge226. Un peu plus tard, Jean Spadine est miseur de la ville de Nantes et prévôt des monnayeurs, et son lieutenant est Gilles Couppegorge227. Par ailleurs, il y a peut-être eu par endroit un prévôt par serment228. Sa tâche consiste à répartir l’ouvrage entre monnayeurs et ouvriers, et à surveiller la préparation des flans. Quand ceux-ci sont prêts, c’est lui qui les recueille, ainsi que les déchets, pour peser le tout et vérifier que rien n’a disparu. À la suite de cette opération, il touche son salaire et celui de ses ouvriers. Si l’on en croit la législation provençale, alignée sur celle des serments, le prévôt est élu pour trois ou six mois, et il ne peut quitter sa charge, sauf indignité229. Mais ses fonctions ne le cantonnent pas dans le travail de l’atelier. Il réside obligatoirement dans la ville où il exerce et c’est à lui que le pouvoir s’adresse pour convoquer les hommes au travail. Il a des pouvoirs judiciaires importants au sein de l’atelier, et il juge en première instance les petits délits comme disputes et rixes, port d’armes prohibées, vol – puni de mise au chômage ou de renvoi de l’atelier –, falsification de lettre de compagnonnage, passible de la mise à pied – mais aussi des affaires de moralité comme la séduction de la femme, de la fille ou de la sœur d’un compagnon, qui entraîne l’expulsion de l’atelier et la perte des privilèges, ou l’entretien d’une concubine, secrète ou publique, puni de la mise au chômage jusqu’au renvoi de la personne concernée, à qui, de surcroît, est interdit l’accès à l’atelier. Enfin, le prévôt veille au respect du devoir parental, car le compagnon est tenu d’assurer à ses parents la nourriture et le vêtement, sous peine de voir disparaître un tiers de son salaire, et, en cas de résistance, d’être exclu de l’atelier, voire de la profession.

  • 230 Sur tout ce qui précède, Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 74, et Guerreau, « L’atelier monétai (...)
  • 231 Berthemet, acte 442.

74Outre ses responsabilités en matière de justice et de police au sein de l’atelier, le prévôt arbitre aussi les différends qui peuvent surgir entre les compagnons et sanctionne toute infraction aux règlements corporatifs230. Il veille au respect des mandements et des privilèges, et peut en demander confirmation aux autorités. Une injonction de 1466 stipule que les prévôts des Monnaies de Rennes, Nantes et Vannes doivent comparaître devant la Chambre des comptes et le général maître des monnaies. Ils doivent apporter les chartes et lettres concernant les « libertez et privilleges desdites monnaies » pour y mettre de l’ordre. On peut imaginer que s’il leur est demandé d’apporter les actes des trois ateliers, il y avait des différences, peut-être minimes, d’un atelier à l’autre231. À l’énoncé de ses responsabilités, le prévôt apparaît comme un personnage hybride, à mi-chemin du contremaître et du représentant corporatif, soutenant les réclamations de ses collègues, réglant le fonctionnement quotidien de l’atelier, mais s’appuyant sur un règlement strict pour maintenir la discipline. C’est lui qui, de facto, fait fonctionner l’atelier.

*

75Pareille à ses homologues, l’administration monétaire bretonne est très hiérarchisée, preuve de la complexité du travail et de l’intérêt que lui porte le pouvoir. Activité « stratégique », la frappe de monnaie n’est pas laissée au hasard. La Bretagne n’a donc rien a envier au royaume ni aux autres principautés, et s’il n’y a pas de Cour des monnaies dans le duché, c’est parce que la centralisation atteinte au xve siècle ne le justifie pas et que la Chambre des comptes assure ce travail sans difficulté. En 300 ans, sous les ducs de Dreux puis de Montfort, un système très cohérent a été élaboré pour le bien de l’État. Il applique les décisions du duc et met en œuvre la théorie monétaire bretonne. Le duché bénéficie d’une indépendance complète en matière de monnaie et a su s’en donner les moyens. Les structures d’administration sont bien développées et très complètes. L’ensemble fonctionne d’ailleurs de manière satisfaisante et, quand le besoin s’en fait sentir, il s’adapte en créant de nouvelles fonctions, celle de receveur par exemple, et suffit à traiter tout le métal nécessaire au pays.

Notes

1 Différent : hermine en fin de légende, Cariou, « Un mystérieux atelier… », p. 28-29.

2 Le nom de l’atelier est mentionné par le titre vicomte de Limoges, mais la localisation à Limoges ne pose pas de difficulté.
Ce n’est pas comme la mention duc de Bretagne, qui ne donne pas d’indication précise.

1 Monnier, « La monnaie à Dinan », Armor Numis, n° 28, août 1971.

2 PVSAIV, 1861, p. 14, Guibert : « La monnaie de Limoges », p. 16 ; gravure de laTour d’Argent de Morlaix dans Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 36 et de l’atelier de Nantes dans Kerhervé, L’État breton, p. 195 ; plan de Rennes dans LeGuay, « Le paysage urbain de Rennes au xve s. », MSHAB, 1977, p. 80-81.

3 Bigot, Essai…, p. 184, et Planiol, Histoire…, t. iii, p. 391.

4 Le Men, Monographie…, p. 92-94.

5 Danjou, PVSAIV, 1861, p. 14.

6 L’atelier de Quimperlé/Quemper-Guézennec est traité dans l’étude de l’atelier de Guingamp, p. 85-86.

7 Bigot 372.

8 Caron, Monnaies…, p. 34.

9 RN 1869, p. 206.

10 REDONIS CIVIS.

11 Jézéquel 153 et lettre de Y. Jézéquel du 19.1.99.

12 Bompaire, « Identification et lecture des monnaies au xive siècle », RN, 1984, p. 192-207, 196-197. Nombreux exemples de lettres décorées et de symboles divers sur des monnaies de Philippe III dans Duplessy, Les monnaies françaises…, p. 107.

13 Coativy, » L’atelier de Concarneau », ASBNH, 1994, p. 42, et Jones, Actes de Jean IV…, acte Lx, 8 novembre 1365. Jean IV fait don à Robert Knolles des châtellenies de Concarneau, Rosporden et Fouesnant. Pour Concarneau, Knolles reçoit le profiz de monnaie. On retrouve la formule en 1361 (12 mai) : donation par le duc de la châtellenie de Pontcallec, avec faiz et cognoissances de monnoie, Jones, actes de Charles de Blois…, acte 257.

14 Caron, Monnaies…, art. Déols, p. 81-85.

15 Guibourg, « Les monnaies brestoises », Bsaf, 1962, p. xxxiv, et J 212.

16 Jézéquel 212.

17 En la Forest-Landerneau (Finistère).

18 Sur tous ces points, Potier de Courcy, Histoire de Landerneau, rééd., Paris, 1991. Les monnaies sont des doubles avec BRIT TONV dans le champ, imitation des doubles royaux frappés en 1351, Guibourg et Dumas, « Trouvaille de Plounévez-Lochrist », RN, 1964, p. 182. À cette époque, il peut s’agir difficilement de Lesneven qui est aux mains des blésistes de 1351 à 1359, Le Goff, Lesneven, destin d’une capitale, Lesneven, 1992, p.46.

19 Bigot 312-316.

20 Caron, Monnaies…, p. 30-31.

21 La borderie, Histoire…, t. iii, p. 88-89.

22 Ibid., p. 353.

23 Jézéquel 85 ; Salaün, « La chronologie… », p. 23.

24 Bigot, Essai…, p. 125-126, Jézéquel, Les monnaies…, p. 93 et J 152.

1 Peu de monnaies portent la lettre d’atelier R sous les Dreux, mais il en existe de nombreuses sans lettre d’atelier. Il est difficile d’imaginer une fermeture de Jean II à Jean IV. En 1262, un texte signale l’ouverture de l’atelier, mais il n’existe semble-t-il pas de monnaie connue. Il faut donc penser qu’il continue de fonctionner, sans différent particulier, Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien rôle des comptes du duché », MSHAB, 1946, p. 62, acte 39.

25 Le numéro Jézéquel 261, au type anglais, de l’atelier de Guérande, doit être rendu à la guerre de Succession. Le numéro 280 est probablement brestois mais la monnaie de Dinan numéro 288 est peut-être à rendre à Jean V. Les monnaies de Jean de Monfort, dit le Captif, père de Jean IV (Jézéquel 93-97) ont été comptées avec celles de Jean IV, première période.

26 Cf. chapitre x : De la crise à la stabilisation (1417-1458).

27 AIV 1 F 96F.

28 Dans l’Antiquité, on connaît des ateliers mobiles comme celui d’Aristonicos, en 133 av. J.-C., reculant devant l’armée romaine. Il lui faut simplement un bon graveur et quelques ouvriers, Rebuffat, La monnaie dans l’Antiquité, p. 63.

29 La borderie, Nouveau recueil…, acte xxvi, art. 10, et Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.

30 Quimper : DM I 1455-1456, 10 septembre (1358 ?), Redon : Blanchard, Actes de Jean V…, acte 1529, 28 juin 1422.

31 Compte de Jehan Beauceporte, ALA E 211.10.

32 ALA 127/12.

33 Berthemet, acte 205 du 16 mars 1466.

34 Leguay, Un réseau…, p. 141.

35 Le Mené, La ville…, p. 15.

36 ALA E 212.16, état de la finance, f° 21 v°.

37 Leguay, « Un aspect du patrimoine breton : les bâtiments utilitaires au Moyen Âge », Monde de l’Ouest et ville du monde. Mélanges Chédeville, Rennes, 1998, p. 258-261.

38 Feller, Faux-monnayeurs…, p. 8. Dans le cas de l’affaire de faux-monnayage de Le Moullec à Guingamp, le prévenu est pendu après amputation de la main parce qu’il n’est pas possible de déplacer la marmite.

39 Sur ce problème, Contamine et alii, L’économie…, p. 254.

40 Pour la résidence des monnayeurs, cf. ALA B 2 988, évêché de Rennes : f°176 : Bourgbarré : 1 monnayeur ; f° 168 : Cesson : 1 monnayeur ; f° 181 v° : Chanteloup : 8 monnayeurs ; f° 168 v° : Châtillon-sur-Seiche : 2 monnayeurs ; f° 164 : Martigné-Ferchaud : 1 monnayeur ; f° 163 : Saint-Aubin-du-Pavail : 2 monnayeurs ; f° 175 : Saint-Erblon : 1 monnayeur ; f° 183 : Saint-Grégoire : 3 monnayeurs ; f°163 v° : Saint-Laurent-des-Vignes : 2 monnayeurs (non retrouvés). Saint-Léger-des-Prés ; f°161 : Saint-Martin-des-Vignes : 2 monnayeurs (non retrouvés) ; Total : 23 monnayeurs. Autres localisations (pour l’essentiel Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, sauf mention contraire) : Nozay, Blanchet en 1428 ; Cesson, Bourgneuff, à partir de 1453 ; Loscouët, Gouézel en 1513 ; Plancoët, Guitton en 1423 ; Ménéac, LeTillon en 1513 ; Dol, Pares en 1513 ; Sainte-Luce, Pineau en 1454 ; Vignoc, Roncerais en 1513 ; Haute-Goulaine, Ronceray en 1513 ; Bourg-des-Comptes, Rue en 1513 ; Rennes (35), Pierre Champion habite rue Saint-Sauveur, Leguay, « Le paysage urbain de Rennes au xve s. », MSHAB, 1977, p. 89. À Saint-Malo d’où il est originaire, Berthelot Le Mée possède un ouvroir sous les halles et plusieurs maisons, rue Blatterie, près de la cathédrale. À Nantes, on retrouve rue de la Poissonnerie les Cadaran, Préseau et Thomas. Jamet Thomas est deux fois propriétaire rue du Bouffay. À Vannes en 1455, Eon Bugaut habite dans le centre commerçant. Il possède cinq maisons en ville. Il est aussi receveur d’Auray depuis 1450, Kerhervé, L’État breton…, p. 862-868.

41 Sous Pierre II (1450-1457) et Arthur III (1457-1458), il n’y a pas beaucoup plus de deux émissions de deniers et de doubles, J 406-412.

42 ALA E 158, f° 88v°-90, et Le Mené, La ville…, p. 97, nombre donné par un esgail de la taille de 1487, AM Nantes, CC 383.

43 Cf. infra, chap. sur les monnaies de François II et Anne.

44 La Borderie, nouveau recueil…, p. 411, acte n° 84, acte n° 26, art. 10, et acte 35 du testament de Jean II.

45 Blanchard, actes de Jean V…, acte 2222.

46 Jones, Actes de Charles de Blois…, acte 203 (dans cet acte, il faudrait certainement corriger la porte Droin-Lillart en Brient-Maillart). Autres exemples en 1385 (29 janvier) : donation d’un terrain situé à proximité de la Monnaie de Nantes. id., actes de Jean IV…, acte 533 ; et, en 1484 (15 novembre), on travaille à faire des acoudouers entre la Monnaie de Rennes et les Portes Mordelaises. Pijon, « Choix de pièces inédites tirées des archives de Rennes », BSAIV, 1881, p. 53-81, p. 80.

47 Kermarrec, acte 925, 1468 (17 octobre). Actuellement, le quartier nantais du Bouffay n’abrite plus beaucoup d’espace vide. On y note cependant une vigne, plantée en la présence des représentants de la commune libre du Bouffay et de la commune libre de Montmartre, dans un recoin de la rue du Vieil Hôpital.

48 Fournial, Histoire…, p. 15. Sur la liste de ses attributions, Blanchet, Nouveau manuel…, p. 12-13. Liste des généraux maîtres bretons, notices détaillées en annexe ii : Olivier de La Tour Neuve, 1340 (Nantes) ; Guy Pignece, 1340 (Limoges) ; Jamet Jumel, 1360 (Pour Charles de Blois) ; Martin de Foulques, 1374 (pour le roi de France) ; Philippot Turpin, 1384 ; Nicolas du Porche, 1407 ; Jacques Uguet, 1407 ; Salmon Périou : avant 1422 ; Jehan Chauvin, 1422 ; Charles de Lespervez, 1422, 1430 et 1433 ; Jehan du Fau, 1459 ; Jamet Thomas, 1465-1474 ; Berthelot Le Mée, 1474, 1475 et 1481 ; Jehan Meschinot, 1486-1491 ; Jehan Hagomar, 1494-1498 ; Arthur du Pan, 1503 et 1508 ; Guillaume Loisel, 1517-1518 ; Pierre Porte, 1527 ; Pierre Cosnoal, 1532 ; Jean Hux, 1536 ; D. Le Page oublie Pierre Porte dans sa liste, et il élargit les dates de façon hâtive car les documents manquent. Par exemple, rien n’indique que Arthur du Pan a succédé à Jean Hagomar (1498) pour garder la fonction jusqu’à sa mort en 1517-1518, Le Page, Finances et politique…, p. 437, notice 51. Les lacunes de la documentation ne permettent pas de dresser une liste complète, mais le xve siècle est assez bien connu, et il est probable que les lacunes de la fin de la période seront corrigées à l’avenir.

49 Cartier, « Notice sur les monnaies ecclésiastiques et baronales du Limousin », RN, t. vi, 1841, p. 31.

50 En Bourgogne, le premier général maître est repéré en 1392. De 1395 à 1420, la fonction est doublée, puis revient à un seul titulaire. Comme en Bretagne, elle perdure après la réunion du duché à la Couronne, Dumas, Le monnayage des ducs de Bourgogne, p. 94. En Provence, l’office n’apparaît qu’en 1465, Rolland, Monnaies des comtes de Provence…, p. 31.

51 Kerhervé, L’État breton…, p. 194-196.

52 Sur cet épisode de la lutte entre les ducs et les Penthièvre, La borderie, Histoire…, t. iv, p. 153-154.

53 Bigot, Essai…, p. 377.

54 Kerhervé, L’État breton…, p. 196.

55 Meschinot, Les lunettes des princes, éd. Martineau-Génieys, Genève, 1972.

56 Le Page, Finances et politique…, p. 437

57 DM II 901, Bigot, Essai…, pièce justificative xxxi, et DM II 1131. Dans le royaume, ils gagnent 200 £ p, payées par tiers. En Flandre sous les ducs de Bourgogne, ils touchent 200 florins avant 1434, le double par la suite, Deschamps de Pas, « Essai sur l’histoire monétaire… », RN, 1862, p. 118.

58 1433, compte d’Auffroy Guinot, DM II 1259 ; 1459-1460, compte de La Noë, DM II 1745.

59 1465 (25 juin), Jolec, acte 72.

60 Berthemet, acte 936.

61 Le Page, Finances et politique…, p. 437, notice 51.

62 Kermarrec, acte 941.

63 Les attributions des généraux maîtres flamands (xve siècle) sont plus étendues : ils doivent visiter les Monnaies, faire clore les boîtes, vérifier les tarifs de change des changeurs ; ordonner aux changeurs de délivrer du métal précieux aux ateliers (la somme est fonction de la rentabilité de l’office) ; payer chaque année au profit du duc la valeur du seigneuriage restant ; vérifier les poids et balances des changeurs, orfèvres, merciers, et de tous les artisans du métal précieux ; envoyer les fraudeurs devant la justice, sans jamais aller contre les franchises et privilèges ; être présents à l’ouverture des boîtes ; bailler les Monnaies, Deschamps de Pas, « Essai sur l’histoire monétaire… », RN, 1862, p. 118.

64 Dans le royaume, ils sont tenus de visiter les ateliers au moins deux fois par an et de façon impromptue, Blanchet, Nouveau manuel…, p. 13.

65 1490 (30 janvier) : confirmation de général maître des Monnaies pour Jehan Meschinot, Le Bourhis, acte 587.

66 Bigot, Essai…, pièce justificative xxxi, et DM II 1131.

67 Le 11 mai 1458, Pasquier Bourgneuff prête serment devant les grands maîtres des monnaies, DL II 11991203. Jean Hux, seigneur de la Trocardière, est général et grand maître du pays et duché de Bretagne, en activité en août 1536. C’est lui qui entérine les lettres de Jean Taupier, maître des Monnaies de Nantes, Saulcy, Histoire numismatique du règne de François Ier, Paris, 1876, p. 27.

68 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 378.

69 DM II 465, 23 mai 1384. Philippot Turpin, est probablement général maître, même si son titre est seulement maistre des monnoyes de Bretagne.

70 En 1527, il court à Poitiers des testons faits en Bretagne et trop faibles. Essayés, ils montrent un titre de 10 d 18 grains de fin. Le général maître Pierre Porte inspecte les ateliers en décembre de cette année, Saulcy, Histoire numismatique du règne de François Ier, p. 89 et 114. C’est le même Pierre Porte qui fait essayer 10 blancs le 30 septembre 1527. Ils sont au bon titre, soit 3 d 18 grains, id. p. 141.

71 1431 (16 mars et 17 avril), Blanchard, Actes de Jean V…, actes 1941 et 1947.

72 DL II 984, 1422 (26 juin). Comme le dauphin garde à sa cour les Penthièvre, ennemis jurés de Jean V, ce dernier envoie une ambassade auprès de Charles VI et de Henri V, pour jurer et ratifier en son nom le traité de Troyes (21 mars 1420) qui reconnaît le pouvoir du roi d’Angleterre ; sur le contexte de cette ambassade, La Borderie, Histoire…, t. iv, p. 216-217.

73 Bigot, Essai…, pièce justificative xxxiv, p. 384.

74 Jolec, acte 322.

75 Blanchard, Actes de Jean V…, acte 810, 1407 (29 juin).

76 1488 (14 août), ALA B 11, f° 255.

77 Berthemet, acte 511, 21 juin 1466.

78 Bigot, Essai…, pièce justificative xxv. En 1459, le duc adresse une lettre au maître des monnaies sur les changeurs, avec mandement au prévôt de Nantes d’interdire par annonce publique cette profession à quiconque n’aura pas prêté serment au maître des Monnaies, ALA E 127/15.

79 Berthemet, actes 516 à 535, et 918 à 931, 1466 (22 juin et 13 novembre).

80 Bigot, Essai…, pièce justificative xxii.

81 Kermarrec, acte n° 934.

82 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 376. Ce privilège est confirmé par Anne de Bretagne en 1498. Id., p. 403.

83 Bihan, acte 625, cité dans Le livre doré, appendice, p. 38-39.

84 Le Grand Maistre des Monnoies est présent, DM II 1266-1267.

85 Jolec, acte 448.

86 Kerhervé, L’État breton…, p. 196-197.

87 ALA B 11, f° 46 v°-47.

88 La Gibonnais, Recueil des édits…, p. 279-282.

89 Le receveur du produit des monnaies de Rennes est mentionné dans ALA B 571, f° 62 v° en 1485.

90 Kerhervé, L’État breton…, p. 219-220.

91 Lot et fawtier, Histoires des institutions…, t. ii, p. 251-252.

92 Étude détaillée de Kerhervé, L’État breton…, p. 341-403, spécialement p. 196 et 381 sur ses liens avec la monnaie.

93 1458 (19 avril), mandement ducal pour fabriquer des deniers et des doubles. Le maître devra rendre compte de ses profits à la Chambre des comptes. ALA E 127/12.

94 Blanchard, Actes de Jean V, acte n° 360.

95 La Gibonnais, Recueil des édits…, p. 279-282.

96 ALA B 11, f° 175 v°-176.

97 Le Bourhis, acte 433, registre de chancellerie. 1489 (30 décembre).

98 ALA B 11, f° 46 v°-47, 1487 (24 novembre).

99 Berthemet, acte 442, 1466 (9 juin).

100 Corcuff, acte 275, 1486 (4 août).

101 Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien rôle… », p. 62, acte 39.

102 ALA E 131, f° 21 v°.

103 En Flandre, Deschamps de Pas, « Essai sur l’histoire monétaire… », p. 465, l’enchère à la chandelle a lieu quinze jours avant la prise en main effective de l’atelier. Celui qui prend l’atelier s’engage pour trois ans. Le bail est rompu si le prince modifie le pied de sa monnaie, risquant alors de modifier les revenus du maître, dans un sens ou dans l’autre.

104 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14, et F. Dumas, Le monnayage…, p. 88-94.

105 ALA B 11, f° 206, 23 juin. On a un bon exemple des étapes suivantes, mais hélas hors période. Jean Ferré prête serment le 15 octobre 1522 et il est mis en possession de l’atelier de Rennes le 21 octobre. De même, le 27 avril 1534, Jean Taupier remplace feu Guillaume Raboteau à la tête de l’atelier de Nantes. Ses lettres ne sont entérinées que le 5 août 1536, Saulcy, p. 4 et 6. Il est possible qu’il faille lire Raboceau, et dans ce cas, il pourrait s’agir de la famille qui produit deux secrétaires de chancellerie au xve siècle. Exemples dans ALA B 4, f° 3-5 et ss. Pierre est anobli en 1453. Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, art. Raboceau.

106 1487 (14 novembre), ALA B 11, f° 33.

107 Kerhervé, Catalogue prospographique…, p. 324.

108 E 131 f° 24 v°, les candidats à l’adjudication d’atelier monétaire se font tirer l’oreille. En Flandre au xve siècle, on place un commis habile et suffisant à la tête de l’atelier si personne ne veut l’affermer, Deschamps de Pas, « Essai sur l’histoire monétaire… », p. 118. C’est aussi le cas en Bourgogne.

109 Berthemet, acte 460.

110 1398 (14 janvier), quittance du versement d’argent à l’atelier de Rennes, la somme n’est pas précisée. Bertrand Bruneau et Morice Boczard étaient maîtres, AIV 1 F 626, 14 janvier 1398. En 1406, Bertrand Bruneau est maître de la Monnaie avec Jean Thomas, Kerhervé, « Une famille d’officiers… », p. 19 ; fourniaL, Histoire monétaire…, p. 14.

111 Jolec, acte 906.

112 Corcuff, acte 1037.

113 ALA B 12844, inventaire d’archives, 12 juillet 1760.

114 1498 (15 novembre) : ordonnance sur les ateliers et les orfèvres. Le maître doit avoir un personnel compétent, disponible dès l’ouverture de l’atelier. Le recrutement est ouvert aux fils et filles de monnayeurs, ALA B 12 838, Turnus-Brutus, f° 77.

115 1459, mandement à Pierre Preseau, maître des monnaies de nantes, de payer et contenter les officiers d’icelles comme ils seraient trouves en la Chambre des Comptes (Turnus-Brutus), AIV 1 F 632 ; 1488 (16 février), mandement s’adressant à Guillaume Picaud, maistre particulier des monnoyes de nantes, de poïer à certains ouvriers et monnayers venuz de rennes et Vennes en ceste ville, la somme de 35 £ pour leur deffroy. dabté le 16e jour de febvrier derroin, ALA B 11, f° 213 v°.

116 Par exemple, 1486 (1er octobre) : décharge de 416 £ 3 s 6 d, Corcuff, acte 201 ; 1471 (22 octobre), remboursement de 804 £ 15 s 10 d à Bourgneuff, 500 écus à Thierry, Quéro, acte 145.

117 Cumont, « Un officier monétaire au xive s. », Gazette numismatique française, 1897, p. 187-232 : Nicolas Chavre (mort en 1397), financier lombard enrichit dans le commerce, maître de la Monnaie de Louvain dans les années 1370-1380. Il cumule les fonctions de maître de la Monnaie et châtelain de Louvain, chambellan du duc, il approvisionne la cour en tissus, fruits, charbon… Il assiste aux comptes et à l’essayage de l’atelier de Lille (1392). Il peut prélever pour lui-même 10 % sur le bénéfice du monnayage (le 10e denier). Pour obtenir sa nomination, il prête 3 000 francs au duc. L’atelier de Louvain monnaye 14 485 marcs d’or soit 869 000 pieters du 1er juillet 1375 au 8 mars 1383 et 24 285 marcs d’argent du 1er juillet 1375 au 1er janvier 1379.

118 Blanchet, « L’atelier monétaire du Prince Noir à Limoges en 1365 », RN, 1898, p. 512. Entre mai 1365 et mai 1366, 4 933 marcs de demi-gros sont frappés à Limoges pour le Prince Noir. Sur 6 933 £ de profit, le maître dépense 7 £ 5 s pour la venue du général maître, 65 s 4 d pour une balance, 30 s pour un messager, 5 001 £ sur mandement du prince et 1 £ pour les gages du garde.

119 Jolec, acte 328, 1467 (19 avril).

120 Ibid., acte 322, 1467 (21 avril).

121 Bihan, acte 625, 1477 (18 avril).

122 Quéro, acte n° 117 du 16 janvier 1473.

123 Dhénin, « Florin et double-florin… », p. 211.

124 Par exemple Nantes, B 1367-1382 (étoile), 1383-1386 (fer de lance) ; Rennes, 1405-1413 (moucheture) et 1414-1418 (croix).

125 1486 (4 août), mandement aux gens des Comptes d’allouer à Guillaume Picaud, maître des Monnaies de Nantes, ses gages, depuis la date de son institution le 5 août 1486, à payer à Gilles Thomas, garde des Monnaies. Corcuff, acte 275. 1486 (4 septembre), ordonnance à Guillaume Picaud, maître de Nantes, de 60 £ de gages et pension pour son office. Corcuff, acte 1098. 1466 (11 juin), Julien Thierry est institué maître de Nantes, à 60 £ de gages, à prendre sur les recettes de la monnaie, Berthemet, acte 460.

126 1458 (19 avril), des deniers et des doubles. Au maître 3 s 2 d de brassage sur chaque marc ouvré, ALA E 127/12 ; 1459 (14 avril), des grands (10 d) et des petits blancs (5 d), des doubles et des deniers, le brassage à 3 s 4 d, ALA E 127/13 ; 1467 (10 novembre), mandement d’allouer à Gilles Bourgneuff, maître des Monnaies de Rennes, le prix de 3 s 4 d par marc monnayé, appartenant au duc, Jolec, acte 905 ; 1490 (7 juin) : des gros blancs de 4 d de loi, 6 s 8 d de taille et 10 d de cours ; 9£ 9 s 7 d par sou de loi alloyé, et pour le maître, 3 s 4 d du marc, Le Bourhis, acte 920, Registre de chancellerie ; 1503 (1er avril), des écus au soleil, de grands blancs à la couronne, et des demis à l’équipollent, et de liards ; brassage des deniers, 3 s 6 d de Bretagne, 3 s 4 d pour les liards, Danguy des Déserts, acte 373 ; 1487 (11 juin), gros à l’oeillet, pour le brassage 4 s 2 d, Corcuff, acte 1059.

127 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21 : en 1419-1420, à Limoges, le maître touche une remise de 3, 4 à 5 sous par marc, suivant les espèces fabriquées. En Flandre au temps des ducs de Bourgogne, il est moins payé avec 2 s 4 d à 2 s 10 d, Deschamps de Pas, « Essai sur les monnaies… », p.110 et459.

128 Berthemet, acte 204-205. Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monétaire en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du xvesiècle, thèse de l’École des Chartes, Paris, 1980, p. 59 : les revenus du maître et du personnel varient selon les opérations et la valeur des monnaies frappées. Pour des agnels, le 1er février 1355, le maître ne touche que 0,35 %.

129 Kerhervé, L’État breton…, p. 199.

130 Jolec, acte 905, 1467 (10 novembre). Par contre, on ne connaît pas en Bretagne de cadeaux faits par le pouvoir au moment de la prise de fonction comme à Angers en 1424, où le maître touche 500 £t, Daniel, « 21 octobre 1424. Charte réglant les conditions de rétribution d’un Maître particulier de la Monnaie d’Angers », BSFN, juillet 1970, p. 563-564.

131 ALA B 4303, compte des dépenses de la Chambre des comptes. Quand un estrangier au service ordinaire est de passage, il est « pointé » dans le compte. Pour une étude de détail de la nourriture consommée à la Chambre en 1495, Kerhervé, L’État breton…, p. 820-824.

132 Le 30 mars 1495 ; le plat principal est de la carpe, carême oblige.

133 Pour une approche globale, Coativy, « La mise en place… », ASBNH, 1994, p. 41-42.

134 ALA 14 J 4 f° 114 v° et Jones, Actes de Charles de Blois, acte 139. Corpus des gardes et contregardes bretons : Nantes, Bourgneuf (Pasquier), 1458 ; Cadaran (Marc), avant 1467 ; Finet (Jehan), 1489 ; Geraud (Guillaume), avant 1467 ; Laleu (Jehan de), 1489 ; Le Cavelier (François), 1487 ; Thomas (Gilles), avant et en 1486 ; Rennes, Carré (Michel), en 1488 et avant 1510 ; Carré (Gilles), après 1510 ; Cario (Michel), 1488 ; Duret (Gilles), 1466 ; Saint-Lo, Du Corre (Henri) et Du Lauret (Yvonnet), nommés en 1449 par le duc de Bretagne ; Vannes, Jehan Chauczon, nommé le 9 juillet 1488 et Jehan Bourdin le 11 juillet 1488.

135 ALA B 10 f° 54 v°. Il touche 120 £t en Bourgogne au début du xve siècle, 100 florins en Provence en 1425, Cockshaw, « Le fonctionnement des ateliers monétaires sous Philippe le Hardi », Bulletin du cercle d’étude numismatique de Bruxelles, 1970, p. 24-37 ; Rolland, Les monnaies…, p. 35 ; Kerhervé, L’État breton…, p. 200 ; Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21 : en 1419-1420, à Limoges, les deux gardes touchent chacun 100 £, le contregarde 25 £. Ils encaissent par ailleurs 30 s pour 1 000 deniers.

136 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14. En Flandre, au xve siècle, le garde des monnaies doit enregistrer toutes délivrances d’or et d’argent sur un livre de parchemin qui est remis avec les boîtes. Il met les deniers en boîte à chaque délivrance, au hasard. Il enregistre le poids et l’aloi aussi justement que possible, Deschamps de Pas, « Essai sur les monnaies… », p.118. En Bretagne, les certificats ont tous disparu, comme les comptes de maîtres. L’inventaire de 1760 indique qu’à cette date, il n’en subisse plus qu’un, de 1488 : « Autre papier couvert de parchemin intitulé compte du garde des monnoyes de Rennes pour l’an [1488]. » ALA B 12 844.

137 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14, Diderot, L’Encyclopédie…, art. monnayage, et Kerhervé, L’État breton…, p. 200.

138 ALA B 11 f° 18, 4 octobre 1487.

139 Jones, Actes de Charles de Blois…, acte n° 139, 7 octobre 1341.

140 ALA E 127/12. Mention dans DL II 1199-1203.

141 Berthemet, acte 206.

142 Id., acte 230, 1466 (29 mars).

143 Kerhervé, L’État breton…, p. 201.

144 L’essentiel se trouve dans Coativy, « Les graveurs en Bretagne au Moyen Âge », ASBNH, 1995, p. 12-18.

145 Dhénin, « Quelques remarques sur le travail des graveurs de coins », Rythme de la production monétaire de l’Antiquité à nos jours, Louvain-la-Neuve, 1987, p. 454.

146 Il existe par contre des coins ou carrés de l’époque moderne, en particulier au Musée de Bretagne à Rennes, coins officiels ou de faux-monnayeurs.

147 Grierson, Monnaies et monnayage. introduction à la numismatique, Paris, 1976, p. 130. Un texte flamand (probablement de 1466) prouve une intervention directe du pouvoir dans le choix du graveur : « Et à ceste fin, seront mis en euvre tailleurs pour tailler les coings aultres plus abiles et meilleurs ouvriers que ceulx qui ont taillé les aultres. Et sera prins garde à ce que les dessusdiz deniers soient bien forgiez et ouvrez et de bonne rondeur, comme il appartient », Deschamps de Pas, « Essai sur les monnaies… », p. 142

148 Le Bourhis, acte 706.

149 Dumas, « Monnayage et monnayeurs », Artistes, artisans et production artistique au moyen Âge, t. i, Paris, 1986, p. 489.

150 Manceron, « L’atelier monétaire de Nantes », BSAN, 1952, p. 26. Une recherche dans Les orfèvres de Nantes, Cahier de l’Inventaire, Nantes, 1989, n’a rien donné.

151 Dhénin, « Florin et double florin… », p. 210-214. La pratique est connue par la suite, comme en 1550, quand le graveur d’Angers vient à Nantes apporter des matrices, car l’atelier n’a pas encore reçu les nouvelles, de Paris. AMN HH 25.

152 Bigot 777. Ce phénomène de correction de coin au profit d’un autre atelier est attesté par ailleurs, et il entre dans la liste des dix causes de regravure qu’a dressée M. Dhénin.

153 Bigot 1140, Jézéquel 406 bis.

154 Vente du crédit de la bourse, (avril 1993), n° 1504. Le coin de l’unicum de 1508 pourrait avoir été gravé à Nantes pour une monnaie rennaise, Coativy et Cariou, « Un unicum pour Rennes. Réflexion sur les écus de Bretagne de Louis XII », ASBNH, 1997, p. 65.

155 Sur une imitation de Jean IV d’un gros blanc à la couronne, un faussaire s’est contenté d’une simili légende extérieure, Dumas, « Monnaies féodales et étrangères récemment acquises par le Cabinet des Médailles », RN, 1963, p. 101.

156 Fournial, Histoire monétaire…, p. 14.

157 Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 35.

158 Dumas, Le monnayage…, p. 488.

159 En Provence en 1456, le tailleur est payé par le maître sur le seigneuriage. Il touche 10 florins par mois, Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 35. Cette mensualisation laisse penser qu’il travaillait de façon irrégulière pour l’atelier. À Malines, entre 1390 et 1392, le graveur reçoit de l’argent pour les poinçons qu’il a fabriqués. Il semble ici être payé au nombre de coins, Cockshaw, « Le fonctionnement des ateliers monétaires sous Philippe le Hardi », Bulletin du cercle d’études numismatiques de Bruxelles, 1970, p. 24-37, p. 29. Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21, en 1419-1420, à Limoges le tailleur touche 50 £t, et il touche par ailleurs 30 sous pour 1 000 deniers.

160 Jolec, acte 322. Devis signifie au Moyen Âge blason ou signes figurés accompagnés de mots, et pas seulement la devise ou le cri de guerre. Les instructions complètes devaient être plus précises. Les mandements le deviennent après 1491, et l’ordonnance de 1508, qui concerne la frappe d’or et d’argent, est particulièrement détaillée, Coativy et Cariou, « Un unicum pour Rennes. Réflexion sur les écus de Bretagne de Louis XII », ASBNH, 1997, p. 66-67.

161 Corcuff, acte 829.

162 Cochard, acte 573.

163 Metman,« La taille directe des sceaux-matrices. Heurs et malheurs des graveurs de sceaux », Les graveurs d’acier et la médaille, de l’Antiquité à nos jours, Paris, 1971, p. 270, le graveur possède des tablettes de cire sur lesquelles il grave les projets, jusqu’à l’acceptation par son client. La technique comporte deux étapes : la partie centrale de la matrice est coulée et la légende reste vierge. Elle est ensuite gravée en taille directe.

164 Coativy, « Le travail… », p. 18, et Salaün, « Les piéforts médiévaux bretons », ASBNH, 1998, p. 17-18. Il s’agit d’un chiffre assez élevé, puisque, dans un travail récent, M. Merson répertorie seulement une trentaine de piéforts féodaux, dont un pour la Provence et deux pour la Bourgogne. Ce chiffre pourrait être revu largement à la hausse, en reprenant l’ensemble des collections publiques et privées, Merson, « Le piéfort au Moyen Âge », BSFN, 1992, p. 395.

165 Bigot 406, piéfort d’un gros de Charles de Blois en billon doré, 28,4 g.

166 Bigot 1381.

167 Double denier de Jean Ier, Bigot 279 et Caron 43.

168 Le piéfort d’un gros à l’étoile de Jean le Bon, en billon doré et champlevé, est fortement entaillé au droit comme au revers. Cette mutilation a pu être effectuée à l’atelier monétaire comme hors de celui-ci, saves, « Trois piéforts du xive siècle », BSFN, mai 1977, p. 198. Au xixe siècle, les fausses pièces finissent souvent percées par un clou, au-dessus du comptoir des mastroquets.

169 Généralités sur la fabrication des coins dans Grierson, monnaies et monnayage…, p. 130-139, et Dhénin, « Quelques remarques… », p. 453-457 et pl. viii et ix.

170 Collection privée, Jézéquel 413 i et 390 g 1.

171 Blancs et gros de Jean V, gros à l’écu et cavalier d’or de François II, gros à l’écu et doubles à l’hermine passant d’Anne de Bretagne (1488-1491).

172 Dhénin, « Quelques remarques… », p.455.

173 Reproduit dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, La Bretagne au temps des ducs, Daoulas, 1991, p. 170, n° 209.1.

174 Les poinçons ont été utilisés dès l’Antiquité pour certaines gravures répétitives (lettres, grènetis…), Rebuffat, La monnaie dans l’antiquité, p. 70.

175 En particulier une obole de Jean II de Guingamp, dont les montants verticaux des lettres sont faits au poinçon, mais les jambages au burin ; uniquement au poinçon, un blanc à la targe de Dinan de Jean V et un blanc à la targe de François II, coll. YC.

176 Collection du Musée Dobrée. Il est reproduit dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, La Bretagne au temps des ducs, p. 87, n° 50.13.

177 Sochodolski, « The organisation of minting in 11th and 12th century Poland », Wiadmosci numismatyczne, n° 17, 1973, p. 78.

178 Grierson, Monnaies et monnayage…, p. 488.

179 Dhénin, « Florin et double-florin… », p.210 et215.

180 Sur un demi-blanc de Jean V, PA 1 018, un H parasite dans IOHANNES est rectifié par la surcharge d’un A.

181 B 778. Il s’agit d’un N de fin de légende surfrappé d’un V.

182 Par exemple un blanc au polylobe de Nantes de Jean V, Coll. YC.

183 Coativy, « Florin… », ASBNH, 1994, p. 44-46.

184 Les essayeurs bretons : François Pares, essayeur à Rennes, résigne en faveur de son fils, Kerhervé, L’État breton, p. 201, note 103, et ALA 14 J 15 ; Raoul Parès ; Lambert Taniou, Nantes, avant 1487 (il meurt assassiné en 1487), Corcuff, acte 954 ; Jacques Harny, institué essayeur à Nantes le 27 mars 1487, en remplacement de feu Lambert Taniou, Corcuff, acte 954 ; Lucas Picaud, nommé à Nantes le 26 mars 1487, Corcuff, acte 940 (peut-être s’agit-il de la deuxième famille Picaud de Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, affranchie de fouage en 1480) ; Robin de Chereville, essayeur à Rennes en 1467, Jolec, acte 905 (probablement un descendant de Guillaume de Chereville, maître à Rennes avant 1395), Kerhervé, L’État breton…, p. 198 ; Uguet Chairneau, nommé à Vannes le 28 juin 1488, ALA B 11, f° 216 v° et Jehan Martin, nommé à Vannes le 8 juillet 1488, ALA B 11, f° 214 v°.

185 Bigot, Essai…, pièce justificative xiv.

186 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 21 : à Limoges en 1419-1420, l’essayeur touche 50 £, ainsi que 30 sous pour 1 000 deniers. À la même époque, en Provence, il gagne 40 £, et en Bourgogne sous Phi-lippe le Hardi 12 £, Rolland, Monnaies des comtes de Provence…, p. 35, et Cockshaw, « Le fonctionnement… », p. 29.

187 Dumas, Le monnayage…, p. 87.

188 fournial, Histoire…, p. 11-12.

189 Deschamps de Pas, Essai sur les monnaies…, 1861, p. 463, et 1862, p. 118.

190 halleux, « Méthode d’essai et d’affinage des alliages aurifères… », p.39-77.

191 ALA 1 J 114 f° 1 et 2 v°. Il pourrait s’agir d’un manuel destiné à l’enseignement ou à un examen, pour la Chambre des comptes par exemple. L’état du fragment ne permet pas de trancher.

192 Halleux, « Méthode d’essai et d’affinage des alliages aurifères… », p. 59-69.

193 Fournial, Histoire monétaire…, p. 16 et Dumas, Le monnayage…, p. 96.

194 Bompaire, L’atelier monétaire royal…, p. 118.

195 C’est aussi le cas dans le royaume, Blanchet, Nouveau manuel de numismatique…, p. 9.

196 Jolec, acte n° 234, 348 et 470.

197 Le Bourhis, acte 839, 26 mars 1490.

198 ALA B 11, f° 206, 214 v°, 216 v°, et Le Bourhis, acte 920, le 7 juin 1490.

199 DM II 655.

200 À partir de 1469, serment d’Empire. Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 70-71.

201 Kerhervé, L’État breton…, p. 201.

202 Du halgouët, Les archives bretonnes…, p. 159.

203 Coativy, Monnaies royales, monnaies princières…, p. 74-78.

204 Les mandements de nomination spécifient toujours la spécialité. Nombreux exemples dans le catalogue des monnayeurs. Par contre, aux yeux du public et de la loi, toute personne travaillant dans un atelier est dite monnayeur, quel que soit sont rang, comme dans le registre ALA B 2988.

205 Jolec, acte 348 en 1463.

206 ALA B 11, f° 213 v°, 1488 (16 février).

207 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 376.

208 Rolland, Monnaies des comtes…, p. 31 et 72, et Fournial, Histoire monétaire…, p. 14.

209 Planiol, Histoire…, t. iii, p. 394, et Blanchard, Actes de Jean V…, acte n° 73.

210 1352-1358, Guibert, « La monnaie de Limoges », p.31.

211 Potier de Courcy, Armorial et nobiliaire…, paroisses de Lieuron, de Piré et de Saint-Servan.

212 Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 377.

213 Bigot, Essai…, pièce justificative liv.

214 Guey, « Recherche de laboratoire à Lyon », BSFN, décembre 1963, p. 310-311.

215 Charles de Blois, au type Jézéquel 164-165.

216 Monnaies de Charles de Blois au type des hermines posées 2 3 2, Jézéquel 164-165.

217 Dumas, « Représentations de monnayeurs au travail à Kutna-Horâ (Bohème) au milieu du xve siècle », BSFN, octobre 1970, p. 573-574.

218 Fréquence des largeurs : 14 : 1 ; 15 : 4 ; 16 : 8 ; 17 : 8 ; 18 : 12 ; 19 : 5 ; 20 : 2 ; largeur moyenne : 17,225 mm. C’est la même méthode qui est utilisée en Angleterre aux xie-xiiie siècles, Sellwood, » Technique de fabrication des ateliers anglais et français du ixe au xiiie siècle », BSFN, novembre 1975, p. 835-836.

219 Faute d’une balance précise, nous n’avons pu mesurer efficacement le poids des monnaies de Plouagat à l’exception des doubles d’Hennebont et de Quimperlé. Y. Jézéquel indique une fourchette de 0,43 à 0,89 g pour le denier aux hermines de Charles de Blois, J 164.

220 Gros au lion de Montfort tenant la targe de Bretagne, Jézéquel 254 Vannes, 3,12 à 3,55 g ; targes de Jean V de Nantes, Jézéquel 368, 2,73 à 2,84 g.

221 Jézéquel 384-385.

222 Par exemple, Bigot 173 et 174 sont des monnaies surfrappées du xiiie siècle ; on connaît aussi un gros et un denier François II.

223 Généralités sur la frappe dans Fournial, Histoire monétaire…, p. 11-12, Diderot, L’encyclopédie…, art. monnayage, et Dhénin, « La monnaie, art, artisanat, industrie ? », Artistes, artisans et production artistique en Bretagne au moyen Âge, Rennes, 1983, p. 86.

224 Bigot, Essai…, p. 394.

225 Fournial, Histoire monétaire…, p. 12, Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 73, et Kerhervé, L’État breton…, p. 200-201. Les prévôts bretons : Jean de Mellon en 1419-1420 et 1442 ; François Thomas, Nantes en 1506. Ce dernier a pour lieutenant Guillaume Couppegorge.

226 Kerhervé, « Une famille… », AB, 1976, p. 17.

227 AMN CC 19. Ce sont les membres de familles de gens de finances du xve siècle, Kerhervé, L’État breton…, p. 647 et 863.

228 François Thomas est qualifié de prévôt du serment de France.

229 Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 73.

230 Sur tout ce qui précède, Rolland, Les monnaies des comtes…, p. 74, et Guerreau, « L’atelier monétaire royal de Mâcon (1239-1421) », AESC, 1974, p. 372. En Bretagne, le prévôt juge en premier ressort, l’appel se faisant devant les généraux maîtres, Bigot, Essai…, pièce justificative xxix, p. 376.

231 Berthemet, acte 442.

Table des illustrations

Titre Tableau 32. – Les ateliers monétaires des princes bretons. Source : Corpus des ateliers monétaires.
Légende Note 11Note 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Nantes, la Tour de l’ancienne Monnaie. Lithographie de Forest d’après un dessin d’Hubert de La Michellerie (1839).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-2.png
Fichier image/png, 706k
Titre Tableau 33. – Les ateliers monétaires bretons sous les Dreux. Source : Corpus des ateliers monétaires.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 34. – Les ateliers monétaires bretons de 1341 à 149125. Source : Jézéquel, Les monnaies…, à partir de la page 137.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-4.png
Fichier image/png, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-5.png
Fichier image/png, 11k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-6.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Résidence des monnayeurs rennais dans les années 1420. Registre de la réformation des feux, ALA B 2988.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-7.png
Fichier image/png, 75k
Titre Piéfort d’un blanc à la targe de François II, atelier de Nantes. Catalogue de la collection E. Guibourg, n° 229.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-8.png
Fichier image/png, 188k
Titre Targe de François II, atelier de Rennes, sur laquelle on distingue le coup de compas destiné à cerner la croix du revers. Jézéquel 392.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-9.png
Fichier image/png, 148k
Titre Deniers du trésor de Plouagat, sur lesquels on distingue bien les traces de cisailles, qui leur donnent ces formes originales, oblongues et carrée. Charles de Blois, ateliers de Nantes et Rennes, Jézéquel 164-165.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-10.png
Fichier image/png, 603k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-11.png
Fichier image/png, 706k
Titre Tableau 35. – Trésor de Plouagat. Vingt exemplaires de l’atelier de Rennes 216
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25400/img-12.png
Fichier image/png, 14k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540