Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Première partie. De l'an mil à 1341

Chapitre IV. Types et circulation monétaires sous les Dreux

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Sauf cas particulier, les mentions de monnaies dans les trésors n’ont pas été retenues dans cette é (...)

1Alors qu’au xiie siècle, les ducs n’émettent guère plus d’un type monétaire par règne, la situation change radicalement au siècle suivant. Les ateliers se multiplient, les émissions varient au rythme des mutations et les types se diversifient, pour des raisons politiques et économiques. Il nous a donc fallu commencer par ordonner les différentes monnaies. Si le travail a été largement débroussaillé par nos prédécesseurs, en particulier par Alexis Bigot, le temps des Dreux est une période pour laquelle il reste encore des séries à resituer. Dans ce domaine, comme dans celui de l’étude de la circulation, nous sommes servi par l’existence de nombreux trésors, bien décrits et bien datés. Recoupées avec les trouvailles moins explicites, ces informations permettent de dresser un bilan fiable de la situation. Les découvertes sont suffisamment nombreuses pour permettre d’étudier séparément le xiiie siècle, jusqu’aux années 1270, puis la première moitié du xive siècle, mais nous ne pouvons que constater un vide entre ces deux époques. Il est heureusement possible de restituer en partie la situation, d’après les sources écrites et les trésors non bretons. Enfin, les espèces nées de la crise monétaire et surtout de la guerre de Succession donnent une date butoir précise1.

Chronologie des émissions monétaires

Les monnaies de Pierre de Dreux à Arthur Ier (1213-1312)

Les monnaies à la croix ancrée

  • 2 Bigot, Essai…, p. 54-55.
  • 3 Poet d’Avant, Monnaies…, p. 54, Caron, Monnaies… et de Mey, Les monnaies… Signalons que la rédactio (...)
  • 4 Jézéquel, Les monnaies…, p. 32-34.
  • 5 Nota : les trouvailles vagues (monnaies bretonnes de Pierre…) et les trouvailles tardives contenant (...)
  • 6 G. Salaün commet une erreur de chronologie en s’appuyant sur des sources erronées, en particulier l (...)
  • 7 Duplessy 1, Pluherlin.

2Ce type bien connu était daté, jusqu’à une date récente, entre la fin du xiie et le début du xiiie siècle. Bigot explique que ces deniers « sont partagés indifféremment entre Constance, Arthur et Guy de Thouars (1186-1206)2 ». Il remarque bien qu’elles ont une parenté stylistique avec celles de Philippe Auguste mais sans en tirer de conclusions. Enfin, il constate qu’elles ont continué à être émises sous Pierre de Dreux. Poey d’Avant reprend les conclusions de Bigot, Caron n’en dit pas un mot, de Mey non plus3, et récemment, Yannick Jézéquel a repris les attributions traditionnelles4. Les trésors apportent une tout autre vision du problème et indiquent une période de circulation qui va de 1213-1215 aux années 1245-12505. Celui de Rédéné, convenablement daté vers 1202-1213, n’en contient pas. Par contre, on en trouve à Rieux, dans un enfouissement précisément daté de 1213-1215. Il faut donc réattribuer ce type à Pierre de Dreux. Mais, il apparaît aussi que la frappe s’est poursuivie sous le règne de Jean Ier. Celle du double-denier à la croix ancrée apporte une date précise, puisque l’on sait par la Chronique de Rhuys qu’un atelier ouvre à Vannes en 1249, probablement pour frapper cette pièce6. C’est aussi à cette conclusion qu’aboutit Jean Duplessy après l’étude du trésor de Pluherlin7. Le dernier dépôt non breton à en contenir, sans comprendre de nantais à l’écu, est celui de Roanne (1245-1249). Le suivant, Jonzac (1250-1255), possède quant à lui cette dernière monnaie. Toutes les données convergent donc pour conclure à l’abandon de ce type monétaire vers 1250.

  • 8 Duplessy, Les monnaies françaises…, t. i, p. 78-79.
  • 9 Dumas, Le monnayage…, p. 8.

3L’explication de sa disparition et de son remplacement par de nouveaux types est à chercher hors de Bretagne. Dans les années 1240-1250, Louis IX modifie le denier tournois. Il s’agit probablement d’un affaiblissement pour couvrir les frais inhérents à la préparation de la croisade8. Dans le cadre de l’économie française du xiiie siècle et de l’imbrication des différentes monnaies, il faut mettre en rapport ce changement avec celui de la monnaie bretonne. En Bourgogne, un changement affecte la monnaie dans les années 1252-1253, et le digenois neuf apparaît en 1255. Le changement se manifeste par une perte de valeur de la monnaie bourguignonne par rapport au tournois (moins 9 %) et par un changement de type9. La résiliation de la dîme de Saint-Melaine par Jean Ier en 1254 apporte peut-être un élément supplémentaire au dossier. À partir de cette date, les moines de Saint-Melaine ne bénéficient plus d’une dîme sur l’atelier de Rennes. Si on fait le parallèle avec la Bourgogne, on peut se demander si Jean le Roux ne le fait pas pour opérer un changement de valeur du denier. À l’intérieur de cette série, Y. Jézéquel sépare deux types de monnaies, une variété à flan large,

  • 10 J 34 (large) et J 35 (étroit).
  • 11 1235 (15 janvier), R. de Hillion emprunte à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois 60 £ de monnaies coura (...)

4une autre à flan étroit10. Il s’agit certainement d’un affaiblissement de la pièce, sans changement de type. Le denier à flan large est probablement le premier dans l’ordre chronologique, le petit en second. Dans un emprunt à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois, du 15 janvier 1235, il est question d’un versement en monnaie courante, fréquemment synonyme de dévaluation11. Le trésor de Senillé, vers 1233-1237, dans lequel les deux types sont présents, apporte un indice chronologique supplémentaire.

Le denier à l’écu

Deniers, obole et demi-obole à l’écu de Jean Ier. Jézéquel 48-51.

Deniers, obole et demi-obole à l’écu de Jean Ier. Jézéquel 48-51.
  • 12 Jézéquel 48 et 49.
  • 13 Trésors contenant des monnaies à l’écu : Yffiniac, 1249-1266 ; Saint-Nicolas-du-Pélem, 1250-1255 ; (...)
  • 14 Jézéquel 49 b et d. Le trésor de Saint-Clair-sur-Ellé contenait 136 monnaies à la pointe de l’écu c (...)
  • 15 Boudeau 33. Elle apparaît dans le catalogue de Boudeau, qui indique qu’il l’a vendue à M. Soullard, (...)

5Dans les années 1250, le denier à la croix ancrée est remplacé par le denier à l’écu, alias nantois à l’écu. Il existe deux variétés de légende, la première avec IOHANNES DVX, la deuxième avec IOHANN COMES, et deux points cantonnant la pointe de l’écu12. Jean Ier est un des premiers, voire le premier, à blasonner ses monnaies. C’est un coup de maître, et l’écu est d’emblée fin et équilibré. Les trésors de Jonzac (1250-1255) et Bouvron (1251-1266), en donnent le début de la frappe. Il est émis à Nantes, comme l’indique son surnom, mais rien ne permet de l’affirmer puisqu’il ne porte pas de marque d’atelier. Ce n’est en rien limitatif et il est fort probable que Rennes et Guingamp en ont aussi produit. Il est abondamment frappé pendant 20 ans13. Le trésor Inconnu III Bretagne (1265-1270) est le dernier dépôt breton révélateur. Il contient aussi des deniers à l’écu en bannière et à la nef, signe de la transition. Il faut noter le succès de cette monnaie qui se répand dans le royaume, mais aussi à l’étranger puisqu’on en trouve dans les trésors belges de Huy (1294-1296) et de Mohiville (1312). En l’état actuel, il est difficile de savoir si l’utilisation de l’E lunaire et de l’E carré qui apparaissent sur les pièces relève d’un différent d’émission, d’un différent d’atelier ou d’une fantaisie de graveur, et les descriptions de trésors ne sont pas assez précises pour trancher. Par contre, il est possible que le cantonnement de la pointe de l’écu soit un différent d’émission, comme à Saint-Clair-sur-Ellé (1250-1260)14. Il faut rapprocher cette pièce du denier à légende IOHANN COMES, qui offre la même caractéristique, espèce très rare qui n’est signalée dans aucun trésor15. Une hypothèse soulevée par J. Santrot est intéressante. Il propose d’y voir une monnaie émise en 1268,

  • 16 Catalogue de l’exposition 1491-1991, la Bretagne au temps des ducs, p. 28, n° 12-17.

« lorsque Jean Ier recouvre le comté de Richemont par le mariage de son fils avec Béatrix d’Angleterre. Cette monnaie pourrait alors avoir été frappée au nom de Jean II, au titre de comte, du vivant de son père16 ».

6Comme le comté de Richemont n’a jamais appartenu à Jean Ier, l’idée est à retenir.

Le denier à la nef

  • 17 Jézéquel 57.
  • 18 Plus récemment, De Mey (De Mey 84) signalait que « l’on ne connaît que le piéfort de cette pièce », (...)

7S’il est déjà problématique de dater les monnaies abondantes que l’on trouve fréquemment dans les trésors, il est bien plus difficile encore de dater les raretés comme le denier à la nef17. Il a été publié en 1855 par F. Parenteau dans la Revue des provinces de l’ouest, à la suite de la trouvaille des Echaubrognes, en même temps que le denier à l’écu en bannière, et il est longtemps resté « unique18 ».

Denier à la nef de Jean Ier. Jézéquel 57.

Denier à la nef de Jean Ier. Jézéquel 57.
  • 19 Inconnu III Bretagne. Poids du denier à la nef : 1,09 g (Poey d’Avant 351), 1,06 g (Jézéquel 57) et (...)

8Depuis, il en a été repéré plusieurs exemplaires sur le marché numismatique, mais il reste rare malgré tout. Sauf découverte éventuelle, le denier à la nef ne semble pas avoir eu de divisions, alors que le denier à l’écu en bannière présente une obole et une pite, comme le nantais à l’écu. Il n’est répertorié que dans trois trésors, celui des Echaubrognes des années 1270, en compagnie d’un denier à l’écu en bannière, le trésor Inconnu III Bretagne (1265-1270), avec des deniers à l’écu en bannière et à l’écu, et la trouvaille de La Roche-Bernard, en compagnie de deniers à l’écu19. Le fait qu’on le découvre systématiquement associé à des deniers à l’écu ou à l’écu en bannière, le place dans les années 1270. Les analyses du titre nous apportent un élément de datation, a utiliser avec prudence, mais cependant très utile. Avec 42,5 % de fin, le denier à la nef se situe à mi-chemin entre le denier à l’écu (55,2 % de fin) et le denier à l’échiquier (32, 9 % de fin), ce qui le place entre ces deux types, si on applique une logique inflationniste.

  • 20 Bigot, Essai…, p. 94.
  • 21 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 64.
  • 22 Jézéquel, Les monnaies…, p. 43.
  • 23 Prou, Les monnaies carolingiennes, Paris, 1896, Louis le Pieux (814-840), n° 63. On trouve aussi un (...)

9Pourquoi un tel type ? À l’avers, on voit nettement une nef, représentée de façon très schématique : un croissant épais représente la maîtresse poutre, la coque est « pointée », le plat-bord très net, mâture et voilure sont représentées par les haubans, qui se réunissent sous la croix de début de légende. Les hypothèses concernant ce denier sont variées. F. Parenteau y voit une copie du denier tournois, et pour lui, il s’agit d’un trompe-l’oeil. Bigot réfute cette idée20. Le modèle est sensiblement différent et la croix anglaise de revers ne peut tromper personne. Il propose comme raison le départ en croisade de Jean Ier. Poey d’Avant la rejette, et souligne que cela n’entre pas du tout dans les habitudes de l’époque21. Comme le fait remarquer Yannick Jézéquel, Jean Ier n’a d’ailleurs participé à la croisade que de loin, pour remplacer son fils, et il est rentré rapidement en Bretagne après la mort de Saint Louis22. Il faut plutôt y voir un rappel du commerce maritime breton, florissant au xiiie siècle. Le navire est un thème rare en numismatique médiévale, si ce n’est sur les très beaux deniers carolingiens de Dorestadt23. La parenté est troublante, mais trop éloignée dans le temps pour être retenue.

Le denier à l’écu en bannière

Piéfort du double, denier, obole et demi-obole à l’écu en bannière de Jean Ier. Jézéquel 52-53 et 55-56.

Piéfort du double, denier, obole et demi-obole à l’écu en bannière de Jean Ier. Jézéquel 52-53 et 55-56.
  • 24 Denier publié en 1856 par Parenteau, « Découverte des Echaubrognes… », p. 493-501, en même temps qu (...)
  • 25 Jézéquel 52.
  • 26 Caron 39, Dumas, « Monnaies féodales… », p. 99, n° 14. La demi-obole se trouve aussi sous le nom de (...)
  • 27 Philippe le Hardi (1363-1404) émet un denier à l’écu carré en 1392, Dumas, 13.8.1.
  • 28 Duplessy, « Observations sur quelques monnaies des ducs de Bretagne », asBnH, 1998, p. 36.
  • 29 Il nous est difficile de juger du monnayage anglais, mais il se pourrait qu’en ce cas précis, la mo (...)
  • 30 353 deniers à l’écu triangulaire, Poey d’Avant 356-359 (0,791 g de moyenne) ; 93 monnaies à l’écu c (...)
  • 31 AIV 1 F 7, f° 3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89, et (...)
  • 32 Des analyses plus nombreuses seraient souhaitables car l’étude d’un petit échantillon peut cacher d (...)

10Cette belle pièce a aussi été publiée par Fortuné Parenteau, en même temps que le denier à la nef24. Il se caractérise par la présence d’un blason de forme carrée, qui lui vaut son surnom, mais on le trouve aussi désigné sous le nom de denier à l’échiquier. Il offre une parenté stylistique certaine avec le type précédent, en particulier le revers quasiment interchangeable. Il s’agit d’une série très cohérente qui comprend une pite, une obole et peut-être un double. Celui-ci n’est pas connu, mais un piéfort en donne le type, et qui diffère par la présence de croisettes qui cantonnent chaque angle de l’écu, et par la ponctuation par annelets25. La demi-obole a été publiée en 1882 par Caron, et l’obole, signalée par Fillon, a été retrouvée et publiée par F. Dumas en 196326. Ce type est lui aussi très original et peu fréquent en numismatique médiévale27. Pour Jean Duplessy, il date des années 1280, car c’est en 1279 que la croix longue apparaît sur les monnaies anglaises28. Les trouvailles viennent contredire cette chronologie. Le trésor inconnu III Bretagne (1265-1270) en contient 93 exemplaires, et celui des Echaubrognes (1246-1270), dix, ce qui conduit à placer ce type monétaire dans la deuxième moitié du règne de Jean Ier, avant 127029. Le trésor Inconnu III Bretagne révèle que les deniers à l’écu sont 15 % plus lourds que ceux à l’écu, ce qui pourrait laisser croire à une réévaluation, d’autant qu’ils semblent, à l’œil, de meilleur aloi30. En fait, le titre de la monnaie analysée indique 32,9 % de fin. L’alourdissement de la pièce est donc un piège. Le poids semble indiquer un renforcement du poids de fin, alors que l’aloi, difficile à mesurer par l’utilisateur, est plus faible. Si on prend un poids théorique de 1 g pour le denier, avec 100 g d’argent pur, on peut frapper 200 g d’alliage à 50 % de fin, soit 200 deniers. Si on augmente le poids de la monnaie à 1,15 g, mais avec 30 % de fin, on peut frapper 300 g d’alliage, soit 260 deniers. La rentabilité est évidente. En 1274, un extrait du registre des Olim indique que le duc affaiblit sa monnaie d’un quart31. Nous y voyons la confirmation de la baisse du titre entre le denier à l’écu et celui à l’échiquier, avec une étape intermédiaire et rapide, le denier à la nef32.

11Les séries monétaires de Pierre de Dreux et Jean Ier offrent un bilan contrasté. D’un côté, des monnaies bien diffusées et bien connues, faciles à dater, et de l’autre, deux types attachants mais rares et difficiles à situer. Sous Jean II, un changement a lieu, avec l’adoption des deniers au champ de Dreux et au franc quartier d’hermines.

Le denier guingampais à légende DVX BRITANIE/STEPHAN COMES 33

  • 33 Jézéquel 44.

12Peu nombreux dans les trésors (28 exemplaires pour le xiiie siècle), ils ont pu être frappés juste après le rattachement de l’atelier de Guingamp au domaine ducal, avec réutilisation jusqu’à usure des coins déjà existants. Il ne faut probablement pas y voir une intention politique, mais un effet du pragmatisme de l’atelier monétaire. L’opération n’a pas dû être très longue si l’on en juge par la rareté de cette monnaie.

Les monnaies de Jean II (1286-1305) et d’Arthur Ier (1305-1312)

Denier et obole anonyme de Guingamp aux armes de Dreux. Jézéquel 64-65.

Denier et obole anonyme de Guingamp aux armes de Dreux. Jézéquel 64-65.
  • 34 Bigot, Essai…, p. 82-84. Poey d’Avant, Monnaies…, p. 60, conserve cette chronologie.
  • 35 En Morbihan, plusieurs lieux-dits s’appellent Kergonan. Nous pensons qu’il s’agit de Kergonan en Pl (...)
  • 36 Parenteau, « La découverte des Echaubrognes… », p. 496.
  • 37 Duplessy, « Numismatique de Châteaumeillant (xiie-xiv es.) », p. 334.
  • 38 C’est l’opinion de Duplessy, « Observations sur quelques monnaies des ducs de Bretagne », p. 36. Tr (...)
  • 39 Jézéquel 60-66.
  • 40 Le denier Jézéquel 67 de Nantes, à légende COMES RICHMVD ne relève pas du même ensemble, même s’il (...)
  • 41 Jézéquel 66.
  • 42 Dhénin B 3-5, E 2.

13Le vide observé dans les trésors bretons entre 1270 et 1314 peut être comblé par les trésors exogènes, très utiles pour compléter le corpus. Bigot attribue les deniers anonymes aux armes de Dreux à Pierre Mauclerc34. Pour appuyer sa datation, il utilise le trésor de Kergonan, actuellement Plouharnel35, ainsi que la date du rattachement de Guingamp au domaine ducal, et reprend en cela l’opinion de Ramé et de Fillon. Il remarque malgré tout que ce type « fut conservé par les successeurs de Mauclerc ». Dès 1855, F. Parenteau rend à Jean II les monnaies anonymes de Guingamp, à l’aide du trésor des Echaubrognes (1312-1322)36. J. Duplessy observe que l’on ne trouve ces monnaies que dans des trésors des années 1300-1320 comme Rocamadour, entre 1308 et 1311, Vouvant, entre 1315 et 1320, et Saint-Maixent, entre 1315 et 132237. Au vu de la chronologie indiquée par les trésors, cette série a été émise sous Jean II (1286-1305)38. Il faut à mon sens la prolonger sous Arthur Ier (1305-1312), voire au début du règne de Jean III (1312-1341). C’est uniquement sous ce dernier règne que l’on en trouve dans les trésors bretons. Entre 1315 et le début des années 1320, ce type est abandonné. On ne le trouve ni à Brech (1322-1328), ni à Plounévez-Moédec (1330-1333). Ces monnaies comptent quatorze variétés et offrent de nombreuses caractéristiques communes39. Elles ne sont connues que pour Guingamp, et présentent un type similaire, à l’exception de la place du quartier40. Le revers est systématiquement cantonné d’un trident, qui fait figure de différent d’atelier, même si le nom apparaît en toutes lettres en légende de revers sous la forme CASTRI GIGAMPI. Des variantes discrètes existent malgré tout. À l’avers, dans la légende DVX BRITANNIE, la forme du E varie, comme sur les monnaies de Jean Ier. Sur une obole, on voit une hermine au 3e, en plus du trident au 2e, en cantonnement de la croix41. Il est difficile d’en dire plus. Des monnaies de Limoges ont probablement été frappées à Guingamp, car des deniers et oboles d’Arthur II et de Guy VII présentent le trident à la même place42. Ils reprennent le type guingampais du moment, avec les variantes héraldiques des armoiries de mariage.

  • 43 AN Z1b 54, f°2.
  • 44 Trouvailles de monnaies de Jean II : Saint-Marcel-de-Félines : 1311-1322 ; Saint-Jean-Brévelay : 13 (...)
  • 45 Bigot 317, Poey d’Avant 378, Dumas, « Monnaies féodales… », p. 100 et Jézéquel 70-71. Pour Limoges, (...)
  • 46 Trouvailles contenant des monnaies d’Arthur II : Saint-Jean-Brévelay : 1314-1317 ; Plouharnel : 131 (...)
  • 47 Y. Jézéquel donne une date erronée du trésor de Kergonan-Plouharnel (1292-1307). Il contient des mo (...)

14Le denier au champ de Dreux au franc quartier d’hermines est représenté dans l’enquête royale sur les monnayages féodaux de 1315, et on voit apparaître ces pièces en Bretagne dans les années 1314-1317, plus de dix ans après la mort de Jean II43. La maigreur du corpus de trésors ne permet pas d’affiner la datation, puisqu’il n’y a que trois trouvailles qui en comprennent, toutes postérieures à son règne44. Il est tout à fait possible que nombre de monnaies classées à Jean II doivent être repoussées au début du règne de Jean III. Les exemplaires cantonnés d’un I ont été traditionnellement attribués à Jugon, mais il est possible que le I soit le rappel de l’initiale de Jean45. Les monnaies d’Arthur II (1305-1312) ne posent guère de problème d’attribution du fait qu’elles sont signées et que le siècle ne compte qu’un seul Arthur46. Il faut tout de même remarquer que ce duc ne frappe de monnaies qu’au type du champ blasonné, comme son prédécesseur. Par ailleurs, une obole anonyme de Guingamp porte les armes de Limoges. On en a trouvé dans le trésor de Plouharnel (1314-1317)47. Il est possible que cette monnaie soit aussi du début du règne de Jean III.

Les monnaies de Jean III (1312-1341)

Les types originaux

  • 48 Jézéquel 67.
  • 49 Jézéquel 86.
  • 50 Sous réserve que le E soit bien l’initiale d’Evran.
  • 51 À moins qu’elles aient été monnayées toutes les deux en même temps, ce qui semble surprenant.

15Après avoir repris les types précédemment en usage, Jean III modifie sensiblement ceux-ci, puis se lance dans une politique d’imitation des monnaies royales à la fin de son règne. Le denier anonyme, à légende COMES RICHEMVD, est à rapprocher du denier suivant de Jean III. Il offre à peu de chose près le même revers. Il faut donc le placer au début du règne, dernier avatar des monnaies sans nom de prince48. Le denier à légende I. DVX est frappé à Nantes uniquement49. On le trouve dans les dépôts de Saint-Maixent-l’École (1315-1322) et de Vouvant (1315-1322), en parallèle avec le denier à l’écu d’Evran50. Dans la droite ligne des règnes précédents, cette monnaie n’a dû être émise qu’au tout début du règne de Jean III. Elle est rapidement remplacée par les deniers à l’écu frappé à Evran51.

Deniers de Jean III d’Evran, pour la Bretagne et pour Limoges. Jézéquel 83 et L 1.

Deniers de Jean III d’Evran, pour la Bretagne et pour Limoges. Jézéquel 83 et L 1.
  • 52 Contrairement à l’opinion de M. Dhénin et Y. Jézéquel, il est difficile d’attribuer cette monnaie à (...)
  • 53 Jézéquel Limoges 1.
  • 54 Dhénin B 1 et 2.

16On retrouve ce type à Limoges, pour la dernière fois, mais le franc quartier d’hermines fait place aux trois tours de Castille, ce qui date précisément la monnaie de 1314-131752. Le denier à l’écu n’est connu que pour Evran, si l’on en juge par le E cantonnant la croix de revers. On le trouve dans les trésors de Vannes III (1315-1317), Saint-Maixent-l’École et Vouvant. Elle court en même temps que le denier de Nantes au franc quartier de Bretagne. Nous sommes tenté de voir dans ce type une nouveauté, qui fait la transition entre les deniers aux armes dans le champ, juste avant l’adoption du blason d’hermine plain. Il ne faut pas accorder trop d’importance à la titulature qui figure sur ces pièces. On trouve le traditionnel DVX BRITANIE, mais aussi COMES RICHMVD et VICEC LEMOVIC53. L’atelier d’Evran émet des deniers qui portent l’une ou l’autre de ces légendes, peut-être en même temps, ou à peu de distance chronologique. Le type est connu à Limoges sous Arthur II (1275-1301)54. Cette monnaie fait le lien typologique entre les monnaies de Jean Ier et celles de Jean III.

Piéfort du denier de Jean III aux armes écartelées. Jézéquel 88.

Piéfort du denier de Jean III aux armes écartelées. Jézéquel 88.
  • 55 Jézéquel 88 et Duplessy 244.
  • 56 Jézéquel Limoges 3.

17Dans les années 1320, Jean III abandonne les armes au franc quartier et adopte un type nouveau, au champ écartelé de Dreux et d’hermines. Deux éléments de datation viennent nous aider à y voir plus clair, et c’est heureux car les trésors ne nous sont d’aucune utilité. D’une part, il existe un piéfort qui reprend le type de l’avers, tandis qu’il offre au revers une croix fleurdelisée qui s’inspire du double parisis de Charles IV émis à partir du 15 octobre 132255. D’autre part, le modèle est repris à Limoges, après la mort d’Isabelle de Castille (1317)56. Ces éléments convergent vers une datation de la fin des années 1310 et du début des années 1320.

  • 57 Jézéquel 85. Cf. Corpus des ateliers monétaires.
  • 58 Pastoureau, BSFN, juillet 1979, p. 554-555.
  • 59 C’est l’idée de Dhénin, « Les monnaies des vicomtes… », p. 103. Le modèle aurait été le double Dupl (...)
  • 60 Bigot 325. Bigot ne mentionne aucune origine pour cette monnaie dont il ne signale qu’un exemplaire (...)

18Anciennement attribué à Saint-Brieuc, il faut rendre le denier au blason d’hermine plain à Brest57. Il apparaît dans le trésor de Riec-sur-Belon (avril 1340novembre 1341), qui en contient deux exemplaires. À noter que celui qui est reproduit dans Bigot et Jézéquel a le T de BRITANNIE annelé, ce qui pourrait être une marque de maître. Il n’est pas possible de rattacher le type de l’avers à une monnaie royale. Pour Bigot, il est imité du bourgeois simple de Philippe le Bel (26 janvier 1311), mais la comparaison se limite à la croix longue du revers, ce qui est maigre. L’héraldique nous apprend que ce n’est qu’en 1316 que Jean III adopte le blason aux hermines58. Il est donc possible que cette monnaie prenne le relais du denier au champ écartelé. Il en existe 6 variétés différentes signalées par Y. Jézéquel, toutes pour l’atelier brestois, ce qui laisse supposer une émission assez longue. Il faut y voir une monnaie de la fin du règne de Jean III, voire de celui de Jean de Montfort. Par contre, sa présence à Riec-sur-Belon (1340-1341) rend caduque l’hypothèse de l’imitation par Jean IV du denier non retrouvé de Jean le Bon59. Pour G. Salaün, le denier au champ d’hermines peut être attribué à Jean III, pour la période 1315-1328. Il s’appuie sur les trésors de Vannes III et de Manderen, mais les descriptions de ces trésors n’en mentionnent pas, même s’ils comprennent bien des monnaies de Jean III60. En l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’attribuer définitivement ce type à Jean III. Au mieux peut-on noter sa parenté avec les deniers voisins de Charles de Blois et Jean IV, ce qui plaide pour une datation basse. Comme nous le verrons plus bas, l’étude des imitations apporte quelques éléments de réponse en ce sens, sans pour autant éclairer totalement la question.

L’inspiration royale

  • 61 Jézéquel 88.
  • 62 1319-1327, Bretagne, Layette, J 240, f° 105. AIV 1 F 582, f°8.
  • 63 Poey d’Avant 1606 bis et ss.

19Si l’on en juge d’après le piéfort du denier au champ écartelé, Jean III manifeste des velléités d’imitation à partir des années 132061. C’est à cette occasion que le Parlement de Paris se tourne une première fois vers le duc pour le lui reprocher, comme l’atteste une ordonnance perdue qui concerne « la monnoye que le duc de Bretagne avoit fait forger en Bretagne et en Limosin62 ». C’est pendant la décennie suivante que Jean III se lance vraiment dans cette politique, ce qui lui vaut un vigoureux rappel à l’ordre de la part du roi. La pratique se développe en Bretagne et à Limoges et porte sur les émissions du double tournois de Philippe VI, frappé à partir du 1er janvier 1337. Le roi fait figurer dans le champ les lettres FRAN, accompagnées de symboles divers (lis, annelet, étoile…). Comme nous l’avons vu plus haut, les émissions bretonnes suivent de près celles du roi. Le revers est différent et reprend la devise du coronat du Maine, SIGNVM DEI VIVI63. L’imitation n’est pas totale, et le duc se réserve l’argument de cette différence pour pouvoir répondre au souverain en cas de besoin.

Doubles de Jean III imités de ceux du roi. Jézéquel 90 et 92.

Doubles de Jean III imités de ceux du roi. Jézéquel 90 et 92.
  • 64 Caron, monnaies…, p. 31-32.
  • 65 AN J 241 B, n°35, AIV 1F 582, f°27, AIV 1F 7, f°9, preuves du traité de la Cour des monnaies, p. 15 (...)
  • 66 1340 (18 mars) : remise d’amende par le roi, Bigot, Essai…, pièce justificative xx.
  • 67 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 397.

20Le roi intervient à nouveau, en trois étapes. En 1339, les maîtres royaux affirment que les monnaies royales sont imitées à Nantes et Limoges. Ils envoient des commissaires pour s’emparer des coins, car « il n’y a entre elles et le coing du roi si petite différence que le commun peuple ne peut la connaître64 ». Le duc se justifie, mais le roi ne l’entend pas ainsi. Les reproches portent sur deux axes principaux, l’imitation et la fonte des monnaies royales. La réaction du pouvoir royal est vigoureuse. Une amende frappe le prince, et si cela ne suffit pas, l’acte rappelle « que le roy a bulle de Rome que nul prélats, barons et autres du royaume ne doivent et ne peuvent faire monnoie semblable à la sienne, sous peine d’excommunication65 ». Finalement, l’affaire se règle à l’amiable l’année suivante66. Il faut chercher les raisons de la mansuétude royale dans le contexte politique. En 1339, Jean III participe avec 8 000 soldats bretons à la guerre contre la coalition anglo-germano-flamande, et en juin 1340, il fournit une escadre au roi67. Dans ces conditions, Philippe VI ne peut prendre le risque d’être trop rigoureux vis-à-vis du duc. En conséquence, nous serions tenté de voir dans le type au champ d’hermines une monnaie frappée à l’extrême-fin du règne, après les condamnations royales, et continuée au début de la guerre de Succession par Montfort et Charles de Blois.

21Si l’on met à part la période d’imitations, le règne de Jean III donne l’impression que plusieurs types différents ont été frappés en même temps dans plusieurs ateliers. Evran émet des monnaies à l’écu, pendant que Nantes frappe des deniers au type ancien puis à l’écartelé. Dans les années 1330, l’imitation est une nouveauté d’importance, promise à un bel avenir, qui montre les liens étroits entre le monnayage breton et celui du monde occidental.

Une monnaie en prise avec l’Occident

Monnaies fortes, faibles et courantes

  • 68 Recueil des ordonnances des rois de France, t. i, p. 94, DM I 152, Bigot, Essai…, pièce justificati (...)
  • 69 AIV 1 F 7, f°3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89, et P (...)
  • 70 Cité par Dumas, « Monnaies féodales… », p.98, note 6.
  • 71 Saulcy, Recueil de documents…, p. 149.
  • 72 Maxe-Werly, « Du cours de la monnaie dans la région du Barrois. Notes inédites de feu L. Maxe-Werly (...)
  • 73 Duplessy, Les monnaies françaises…, p. 102-103.
  • 74 La Borderie, nouveau recueil…, p. 150, 153 et 154.
  • 75 Favier, philippe le Bel, p. 194-205.
  • 76 La Borderie, nouveau recueil…, acte xxvi.
  • 77 Ibid., acte xxvi, 135.
  • 78 Jézéquel 89-91 des émissions de 1337-1340 et Jézéquel 92 de 1329-1339.

22Deux notions sont importantes pour cerner l’évolution de la monnaie bretonne à l’époque des Dreux, la dualité monnaie forte-monnaie faible, qui peut marquer une mutation monétaire, et celle de monnaie courante, qui évoque la place de la monnaie bretonne dans la circulation. Le premier texte notable est une ordonnance royale de 1265, qui règle le cours du nantais à l’écu, à quinze pour douze deniers tournois68. Neuf ans plus tard, le duc modifie et affaiblit sa monnaie d’un quart, comme nous l’apprend un extrait du registre des olim69. Jean Ier joue aussi sur le cours du double, comme le signale Aimar de Moncel vers 1274, lorsqu’il rend un avis au roi concernant la monnaie bretonne70. La parité habituelle avec la monnaie royale est rétablie et en 1294, le cours est à nouveau de quinze bretons pour douze tournois71. La monnaie bretonne subit des fluctuations plus marquées à la fin du xiiie siècle. Le 11 juin 1299, une ordonnance du comte Guy de Flandre, donnée à Gand, stipule que « personne ne sera assez hardi pour prendre […] le nantois et le nantemitois pour ce qu’ils valent72 ». Il faut se rappeler que depuis 1295, Philippe le Bel anticipe la hausse de l’argent pour financer la guerre73. La Bretagne n’échappe pas au mouvement, mais les sources ne sont pas assez nombreuses pour permettre de suivre précisément les évolutions. Entre 1303 et 1305, le cours de la monnaie change à nouveau. Dans le compte des obsèques de Jean II, la différence entre monnaie faible et monnaie forte est de un à trois, et le duc aligne alors sa valeur sur celle du roi74. J. Favier rappelle qu’entre 1303 et 1306, la monnaie royale est au plus bas, après les désastres de la guerre de Flandre75. En 1306-1308, le rapport de un à trois est toujours mentionné76. L’extrait du compte de Roland le Lombard témoigne en revanche d’une tentative de réévaluation, quand il signale une somme de « 40 l que il en ot de la monnoie qui lors couroit, 20 l foible monnois, valanz 6 l 13 st77 ». Les textes n’évoquent plus les mutations par la suite, mais les émissions monétaires de la fin du règne de Jean III, imitées de la monnaie royale, montrent à nouveau que le duché est entré dans une période de fluctuations. Les doubles deniers de la fin des années 1330 s’inspirent largement des doubles de Philippe VI, et les espèces bretonnes suivent de près les émissions royales78.

Tableau 16. – Les monnaies royales et leurs imitations bretonnes (1337-1340). Sources : Duplessy, Les monnaies… et Jézéquel, Les monnaies

Tableau 16. – Les monnaies royales et leurs imitations bretonnes (1337-1340). Sources : Duplessy, Les monnaies… et Jézéquel, Les monnaies…
  • 79 Le trésor d’Hennebont est analysé par Salaün, « Le trésor d’Hennebont (Morbihan) redécouvert », BSF (...)
  • 80 En Bourgogne, elles apparaissent plus tardivement, vers 1258. Elles révèlent des incertitudes quant (...)
  • 81 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, anciens évêchés de Bretagne, t. iii, p. 81, et Levron, Catalogue (...)
  • 82 Paiement de 80 £ en monnaie courante, DM I 1026 et 1058.
  • 83 Paiement in bona moneta curente in Comitatu Britanniae, DM I 1063.
  • 84 La Borderie, nouveau recueil… : 1290 (16 janvier) : cynq cenz lib. de mon. courante, acte xv ; 1296 (...)

23Ces monnaies circulent ensemble, comme l’attestent les découvertes de Riecsur-Belon et d’Hennebont, preuve de la réussite de l’opération de copie79. Le roi n’est d’ailleurs pas dupe et fait saisir les coins monétaires de Nantes et Limoges. Les sommes exprimées en monnaie courante permettent de compléter un peu le dossier80. La première est du 15 janvier 1235, lorsque R. de Hillion emprunte à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois « 60 livres de monnaie courante » pour s’acquitter envers les Juifs81. Ces précisions se font discrètes ensuite pour réapparaître en novembre 1271, en juin 128182 et en 128283. À partir de 1290, les références se multiplient, signes des variations fréquentes du cours de la monnaie84. Les mentions de monnaie courante, significatives des mutations, peuvent aider à classer les différentes émissions monétaires. Nous en donnons ci-dessous un tableau sommaire.

Tableau 17. – Les mentions de « monnaie courante ».

Tableau 17. – Les mentions de « monnaie courante ».

24À partir de 1290, on peut considérer que cette notion est une référence implicite aux mutations monétaires induites par les variations du cours de la monnaie royale.

Les émissions à légende COMES RICHMVD

  • 85 Jeulin, « Un grand “Honneur” anglais… », p. 265-302.

25L’histoire de la dévolution du comté de Richemont est très complexe, contrairement à ce que l’on pourrait croire85. Pierre de Dreux perd en 1235 l’honneur acquis par ses prédécesseurs en 1148, mais Jean Ier le récupère le 7 juillet 1268. Il le donne immédiatement à son fils, le futur Jean II. En 1294, Edouard Ier le reprend, jusqu’en avril 1298, puis de mai 1303 à mai 1304. Ce n’est pas Arthur II qui en hérite, mais Jean de Bretagne, fils de Jean II, de 1306 à 1334. Fin mars 1334, au décès de Jean de Bretagne, le comté passe entre les mains de Jean III, jusqu’à sa mort en 1341. Le 24 septembre 1341, Edouard III le donne à Jean de Montfort, mais le 20 septembre 1342, il le rétrocède à Jean de Gand. Richemont revient entre les mains de Jean IV de 1372 à 1382, en 1383-1384, puis le 20 novembre 1388, jusqu’en 1399.

Tableau 18. – L’honneur de Richemont sous les Dreux et les Montforts. Source : Jeulin, « Un grand “Honneur” anglais… ».

Tableau 18. – L’honneur de Richemont sous les Dreux et les Montforts. Source : Jeulin, « Un grand “Honneur” anglais… ».
  • 86 Jézéquel 86. Pour J. Duplessy, les deniers de Nantes à légende COMES RICHEMVD seraient du début du (...)
  • 87 Jézéquel 78-80.
  • 88 Jézéquel 83-84 et 86.

26Sous les Dreux, trois séries de monnaies portent la mention COMES RICHEMVD. La première est un denier anonyme aux armes de Dreux, frappé sous Jean II, Arthur II et peut-être Jean III (1286-1341). Jean de Bretagne n’a probablement pas monnayé, surtout pas comme DVX BRITANIE. Cette monnaie se rapproche d’un autre type de Jean III, au revers similaire86. Ensuite, Arthur II émet des pièces aux armes de Dreux, avec un franc quartier d’hermines, mais il n’est pas comte de Richemont87. Le dernier à le faire est Jean III, avec les deniers à l’écu de Dreux au franc quartier d’hermines, bien qu’il ne soit comte que de 1334 à 134188. Il faut donc voir dans ces monnaies une revendication politique. Elles semblent avoir été frappées à des moments où le duc n’est plus officiellement comte de Richemont, au moins sous Arthur II, peut-être sous Jean II et Jean III.

Imitations et homotypies

Deniers à la croix ancrée de Melun et de Guillaume II de Chalon. Poey d’Avant 56 et 5634.

Deniers à la croix ancrée de Melun et de Guillaume II de Chalon. Poey d’Avant 56 et 5634.
  • 89 On lira en particulier sur les imitations de monnaies bretonnes Duplessy, « Numismatique de Château (...)
  • 90 Poey d’Avant, monnaies…, t. i, p. 291-292, remarque au sujet d’une monnaie de Vierzon (Poey d’Avant (...)
  • 91 Poey d’Avant 36, pl. I, n° 21.
  • 92 Bourgogne, Dijon : Poey d’Avant 5658, cxxx.16, Hugues III (1162-1193) ; comté de Chalon, Poey d’Ava (...)
  • 93 Uzès : Poey d’Avant 3862, lxxxvi, 11 : Raimon III (1208-1212) ; Anduse : Poey d’Avant 3852-4, lxxxv (...)
  • 94 Celles : Poey d’Avant 2059-2060, xlv.4 et 5 : Robert de Courtenay (1198-1239) ; Sainte-Sévère : Poe (...)

27Sur une aussi longue période, les imitations et les influences sont nombreuses, et l’étude chronologique semble la plus appropriée pour essayer de comprendre les mécanismes et la logique de diffusion des types89. Le xiiie siècle est une période de renouvellement des types monétaires traditionnels, le royaume comme les seigneuries sont affectés par le phénomène, et la Bretagne n’y échappe pas. Trois modèles bretons sont copiés, la croix ancrée, l’écu et les armes de Dreux90. On peut distinguer trois grands ensembles, la Bourgogne, le Berry et le Languedoc, ainsi qu’une occurrence en Ile-de-France. C’est dans cette région que la croix ancrée apparaît, au xie siècle, à Melun, sur une monnaie au nom de Lothaire91. Elle a peut-être eu une influence sur la Bourgogne, mais c’est peu probable du fait de sa rareté et de l’écart chronologique d’un siècle. C’est à Hugues III (1162-1193) ou à Guillaume de Chalon (1168-1203) que l’on doit le retour de ce motif, d’ailleurs imité à Autun92. Le Languedoc forme le deuxième ensemble, avec Raimon III d’Uzès (1208-1212), à Anduse avant 1236 et à Roquefeuil93. Le Berry est plus tardif, avec un monnayage au nom de Robert de Courtenay (1198-1239), puis d’Hugues Ier (1256), à Sainte-Sévère, et enfin Guillaume de Vierzon (1302-1303)94. Il n’est pas trop difficile de rattacher la Bretagne à cette filiation. La progression du modèle s’est faite d’Est en Ouest, de la Bourgogne vers le duché, en passant par le Berry. Dans le cas qui nous intéresse, on peut écarter les seigneuries du Sud-Ouest, dont l’influence est minime dans l’Ouest.

Denier de Châteauroux au nom de Guillaume. Poey d’Avant 1964.

Denier de Châteauroux au nom de Guillaume. Poey d’Avant 1964.
  • 95 Poey d’Avant 3935.
  • 96 Poey d’Avant 1964.
  • 97 Poey d’Avant 5848-5849.
  • 98 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 36.
  • 99 C’est d’ailleurs l’opinion de M. Pastoureau, « La diffusion des armoiries et les débuts de l’hérald (...)
  • 100 Charenton : Guillaume de Courtenay (1255) Caron 163 ; Nevers : Eudes de Bourgogne (1257-1267) Poey (...)
  • 101 Caron 163.
  • 102 Poey d’Avant 1964.
  • 103 Poey d’Avant 2143-2144.

28La chronologie des monnaies à l’écu est plus difficile à établir. Si l’on écarte une monnaie provençale de Raimond Bérenger IV (1209-1245), dont l’influence sur la Bretagne est difficile à prouver95, deux monnaies peuvent avoir été à l’origine des monnaies bretonnes. Il s’agit d’un denier de Châteauroux, émis par Guillaume Ier (1203-1233), mais il pourrait être aussi de Guillaume II (1233-1270) ou de Guillaume III (1270)96. Il en va de même pour Langres, avec un denier de Guillaume de Joinville (vers 1215)97, à moins qu’il ne soit de Guillaume III (1307-1317)98, puisque le type change radicalement, et le style de la monnaie évoque bien plus le xive siècle que le début du xiiie siècle. Sachant que c’est vers 1250 que le duc de Bretagne émet des deniers à l’écu, et compte tenu de ces réserves, on peut voir plutôt en Jean le Roux l’initiateur de ce type, ce qui revient à inverser le sens de circulation du modèle99. À partir du milieu des années 1250, il se développe ailleurs, à Charenton (1255), Nevers (1257-1267), Vierzon (1270) et en Bourgogne (1272-1305)100. Cette diffusion cadre parfaitement avec la chronologie établie pour le denier breton. Toutes ces pièces circulent d’ailleurs ensemble comme l’attestent les trésors de Saint-Nicolas-du-Pélem, contenant des monnaies de Vierzon, et surtout la trouvaille Inconnu III Bretagne dans laquelle les imitations sont particulièrement bien représentées, avec des deniers de Charenton101, Déols-Châteauroux102 et Nevers103.

  • 104 Châteauroux : Guillaume II (1233-1270) et Guillaume III (1270), Poey d’Avant 1968-1972, et Caron 13 (...)
  • 105 Brosse-Huriel : Poey d’Avant 2071, XLV.13, André de Chauvigny (1317).
  • 106 C’est en tout cas l’opinion de Guibert, « La monnaie de Limoges », p.8.
  • 107 Pour Cartier, il faut y voir le résultat des nombreuses alliances entre les familles de Brosse et d (...)
  • 108 Poey d’Avant 4675-4676 et 4681.
  • 109 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 168. Poey d’Avant 4666 sur imitation des év (...)
  • 110 Caron 672 et Poey d’Avant 6864.
  • 111 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 198.

29Les monnaies qui portent les armes dans le champ sont assez peu nombreuses104. Par suite d’une durée d’émission particulièrement longue, de la fin du xiiie au milieu du xive siècle, en Bretagne comme à Limoges, le type breton se prête particulièrement aux imitations, quelquefois bien surprenantes. Ce sont les monnaies bretonnes de Limoges qui inspirent les imitations d’André de Chauvigny, seigneur de Brosse105. Il garde l’échiqueté de Dreux mais place les gerbes de Brosse en franc-quartier. Il met la lettre N de l’atelier de Nantes au 2e canton de la croix et remplace la légende LEMOVICENSIS par VICECOMES BRVCIE. Il paraît s’appuyer sur l’abandon de certaines prérogatives du monastère de Saint-Martial de Limoges pour frapper monnaie106, et imite servilement le type breton-limousin mais aussi les monnaies chinonaises107. Les copies de Saint-Paul-Trois-Châteaux relèvent d’une politique de plus grande envergure, qui consiste à imiter « tous azimuts ». Dragonnet de Montauban (1300-1326), Guillaume de Cardaillac (1327-1328) ou Guillaume Guitard (1349), et Jean Ier Costi (1349-1361) ont imité les monnaies bretonnes108. C’est une pratique systématique des seigneurs de Saint-Paul, qui copient aussi les deniers du Puy, de Viviers, d’Avignon, d’Orange et de Vienne109. Compte tenu de la distribution géographique, ce sont encore les monnaies de Limoges qui ont servi de prototype. À Elincourt, dont l’atelier relève du comté de Saint-Pol, nous avons à nouveau affaire à des seigneurs copieurs. On doit à Guy IV de Saint-Pol (1300-1317) une copie du denier breton au franc-quartier, avec les hermines, ou en les remplaçant par les armes de Bourgogne110. L’origine est plus facile à expliquer, par le fait qu’en 1292 Marie de Bretagne épouse Guy IV. Les comtes de Saint-Pol profitent de la situation de l’atelier, en terre d’Empire, pour se livrer sans vergogne à la copie. Comme à Saint-Paul-Trois-Châteaux, les imitations sont variées : doubles de Charles IV, gros de Hainaut, coquibus de Cambrai, gros liégeois et flamands… En 1337, à la même époque que Jean III, il subit les remontrances royales, semble-t-il sans effet111.

  • 112 Caron 157-158.
  • 113 Il s’agit de la monnaie de Guy VII (1315-1317), Dhénin E 2.
  • 114 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 97.
  • 115 Dans son deuxième corpus de trésors, Jean Duplessy n’indique de monnaies de ce dernier que dans ces (...)
  • 116 Poey d’Avant 4497 et pl. xcvii, 13.
  • 117 Poey d’Avant 4498-4500.

30Marguerite de Bomès, dame de Châteaumeillant (morte en 1323), imite dans les mêmes années les monnaies de Limoges112. Elle remplace les hermines du franc quartier par les pals de ses armoiries, et fait figurer au 2e canton de la croix le trident de Guingamp113. Cette monnaie entre dans une logique d’imitation car les seigneurs de Châteaumeillant frappent aussi aux types de Limoges, Chinon, La Marche, etc.114. Ces imitations circulent en Bretagne, et on les trouve dans les trésors de Saint-Jean-Brévelay, avec des monnaies d’André de Chauvigny et de Marguerite de Bomès, et de Vannes III, avec un denier d’André de Chauvigny115. Compte tenu de la distance, il est difficile de savoir si le denier d’Orange au champ écartelé est une imitation de la monnaie bretonne. Il s’agit d’une pièce au nom de Raimond, qui porte à l’avers un champ écartelé de quatre fois les mêmes armes, à savoir trois cornets. Au revers, la croix est cantonnée d’un P116. Poey d’Avant hésite à attribuer cette monnaie à Raimond III (1335-1340) ou à Raimond IV (1340-1393). La similitude avec la monnaie bretonne incite à y voir une monnaie du premier, ou du début du règne du second. Comme les autres, les seigneurs d’Orange accusent une nette tendance à imiter les monnaies voisines, en particulier celles d’Aquitaine117.

31Les monnaies des ducs de la Maison de Dreux offrent donc un champ de recherche très large, par leur variété et leur influence. Comme à cette époque, la circulation monétaire s’accroît, il est possible grâce aux trésors, de suivre leur diffusion et de constater leur impact sur l’économie de la principauté.

La circulation monétaire : l’affirmation de la monnaie bretonne (1213-1310)

32La répartition générale des pièces trouvées en Bretagne permet une approche fiable de la situation, par suite de leur grand nombre.

33La carte de répartition des trésors est plus fournie que pour la période précédente. L’ouest et le centre de la péninsule se singularise par un vide que l’on peut expliquer par une monétarisation moins importante de la région, ou peut-être plus simplement par une situation plus calme qu’en Haute-Bretagne. Les côtes sont riches en trouvailles, signe d’une intense activité économique, mais aussi d’une insécurité plus grande. Enfin, la carte est peut-être tout simplement le reflet le plus net de la différence d’efficacité des sociétés archéologiques du siècle dernier en matière de publication des découvertes.

Tableau 19. – Répartition des monnaies enfouies en Bretagne sous Pierre de Dreux et Jean Ier.
Source : Corpus des trésors.

Tableau 19. – Répartition des monnaies enfouies en Bretagne sous Pierre de Dreux et Jean Ier.Source : Corpus des trésors.

La monnaie bretonne dans les trésors du xiiie siècle

34Avec 4 091 monnaies, soit 43,5 % de l’ensemble des monnaies trouvées en Bretagne, la monnaie bretonne occupe incontestablement la première place dans la circulation monétaire du duché entre 1213 et les années 1270. Au xiiie siècle, les deniers de Penthièvre sont encore présents dans la circulation, et on en retrouve d’ailleurs des exemplaires jusqu’au milieu du xive siècle, mais en assez petit nombre (11). De même, il subsiste quelques monnaies de Conan IV, mais en nombre très réduit (une seule mention). Déjà peu nombreux au moment de leur frappe, ces types sont rapidement noyés dans la masse des deniers anonymes à la croix ancrée, puis des deniers de Jean Ier à l’écu. Il faut certainement y voir aussi une volonté politique d’expurger la circulation monétaire du souvenir des règnes précédents. C’est particulièrement net pour les monnaies des Penthièvre, qui continuent à circuler hors de Bretagne, alors qu’elles deviennent très minoritaires dans le contexte local. C’est peut-être aussi une réalité économique. Si on part du principe d’une diminution progressive du titre entre le xiie et le xiiie siècle, les monnaies anciennes ont dû disparaître rapidement de la circulation, du fait de la loi de Gresham.

Répartition des trésors (1213-1341).

Répartition des trésors (1213-1341).
  • 118 Jézéquel 54. Metcalf, « Une trouvaille… », p. 171-185.

35Les monnaies à la croix ancrée occupent vite la première place. On en dénombre 2 535 dans le corpus de trésors, pour la période qui nous intéresse. Il faut noter la présence discrète de monnaies de Pierre Mauclerc, frappées à Guingamp, avec légende hybride DVX BRITANIE/STEPHAN COMES, dont 28 exemplaires sont signalés. Les deniers à l’écu remplacent peu à peu les monnaies à la croix ancrée (911 exemplaires). Née sous Jean Ier, l’obole est très discrète, à l’exception d’une trouvaille de 67 exemplaires dans le trésor d’Yffiniac. Les cas du denier à l’écu en bannière et du denier à la nef ont été abordés plus haut. Ils sont rares en Bretagne (4 deniers à la nef, 93 deniers à l’écu carré) comme ailleurs. Des monnaies fausses ou au moins surprenantes apparaissent plutôt fréquemment, et l’on remarque deux deniers à légende incorrecte, un denier hybride DVX BRITANIE/TVRONVS CIVI. Une monnaie du trésor Inconnu III Bretagne pose problème : elle porte l’écu en bannière mais le franc quartier est à senestre, et elle ne pèse que 0,448 g. Il peut s’agir d’un denier usé ou d’une obole, et on y a vu une pièce de faux-monnayeur118. Il est très difficile de trancher, d’autant plus que cette pièce est restée unique jusqu’à présent, et que le trésor dans lequel elle a été trouvée est d’origine inconnue.

La monnaie royale

36Les monnaies royales occupent une place de choix dans la circulation monétaire avec 24,8 % de l’ensemble, et il n’y a guère de trésors qui n’en contiennent. Il subsiste encore quelques deniers de Louis VI et Louis VII mais c’est un phénomène résiduel, avec simplement deux mentions, sauf dans le cas du trésor Inconnu III Bretagne, dans lequel les monnaies de Louis VII sont au nombre de 151. Par contre, on dénombre 708 monnaies de Philippe II, pour l’essentiel de Saint-Martin-de-Tours, à l’exception de 7 monnaies frappées en Bretagne. Le trésor Inconnu III Bretagne pose encore problème car les monnaies de Tours ne représentent que 8,2 % du total des pièces de Philippe II, alors que des ateliers aussi divers qu’Arras, Montreuil, Péronne ou Saint-Omer sont présents. Les monnaies au nom de Louis, difficiles à attribuer à Louis VIII ou Louis IX, sont particulièrement nombreuses (1474), uniquement des deniers tournois. Les espèces royales sont donc fortement implantées dans le duché, mais elles ne sont pas assez nombreuses pour supplanter les monnaies bretonnes. L’unification du denier sur le modèle tournois ne permet pas de savoir quelle est la provenance géographique des monnaies royales trouvées en Bretagne. Le trésor Inconnu III Bretagne, qui contient des monnaies de Louis VII (1137-1180) et du début du règne de Philippe II donne cependant quelques indications.

Tableau 20. – Répartition par atelier des monnaies royales du trésor Inconnu III Bretagne.
Source : Corpus des trésors.

Tableau 20. – Répartition par atelier des monnaies royales du trésor Inconnu III Bretagne.Source : Corpus des trésors.
  • 119 Duplessy 1, n° 132.

37Un problème d’interprétation se pose dans la mesure où l’analyse du tableau est autant celle de la circulation en Bretagne que celle du travail des ateliers royaux. On remarque que les ateliers d’Arras et de Paris sont très bien représentés, avec plus de 82 % du total, ce qui correspond à ce que l’on sait de leur activité. Dans le trésor d’Etampes (1191-1210), on retrouve sensiblement les mêmes éléments119.

Les monnaies féodales et étrangères

38Les monnaies féodales sont également bien représentées, puisqu’elles arrivent en seconde place, avec 31,7 %. On note quelques monnaies anciennes et minoritaires, comme trois oboles de Melle au type immobilisé de Charles le Simple, quatre deniers de Richard Coeur de Lion (1189-1196), un denier de Meaux, d’Etienne de La Chapelle (1161-1171), et deux deniers de l’évêque de Reims, Samson (1148-1161). Les espèces héritées du xiie siècle sont encore très présentes dans la circulation monétaire, en particulier celles de Saint-Martinde-Tours (981), celles du Maine au type d’Herbert (401). Mais ce sont les monnaies des grandes principautés du xiiie siècle qui font une apparition remarquée. Charles Ier d’Anjou est représenté par 531 deniers et oboles, dont 36 provençales, Alphonse de Poitiers par 728 pièces du Poitou, 15 de Toulouse, 46 de Riom, 22 du Comtat-Venaissin. Enfin, les ateliers de Thibaut IV (1201-1253), comte de Champagne, fournissent 114 monnaies de Provins et 1 denier de Troyes. Le reste des pièces d’origine seigneuriale forme un ensemble assez disparate, détaillé dans le tableau suivant.

Tableau 21. – Les monnaies féodales en Bretagne au xiiie siècle. Source : Corpus des trésors.

Tableau 21. – Les monnaies féodales en Bretagne au xiiie siècle. Source : Corpus des trésors.
  • 120 Dumas, Le monnayage…, p. 18.
  • 121 Reynaud, « La circulation monétaire en Vivarais… », p. 67-70.

39On remarque tout de même l’évêché de Reims, dont les monnaies sont peu courantes, et qui est bien représenté par 56 monnaies dont 34 de Guillaume II (1219-1227), mais seulement dans le trésor atypique Inconnu III Bretagne. L’ensemble représente ce que l’on pourrait désigner comme un « faciès de l’ouest de la France ». En Bourgogne, ce sont des monnaies radicalement différentes qui circulent, comme celles de Langres, Mâcon, Tournus, Auxerre, avec des extensions vers la vallée du Rhône et le Viennois120. Dans le Vivarais, on trouve des monnaies de Lyon, Vienne, Valence, Viviers, et surtout des deniers melgoriens121. Il s’agit donc de paysages différents, plus marqués par les principautés du Sud et de l’Est.

  • 122 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxlvii.
  • 123 Levron, Catalogue des actes de pierre de dreux, acte 168.
  • 124 AIV 1 F 587. Il s’agit probablement d’une chapelle du comté de Richemont.

40Le plus surprenant reste la quasi-absence de monnaies étrangères. On ne trouve qu’une mention d’esterlins d’Henri III (1216-1272). Cette situation est d’autant plus surprenante que les monnaies anglaises sont relativement fréquentes dans les trésors antérieurs à 1213, de même que dans la première moitié du xive siècle. Comme il est difficile d’envisager un arrêt du commerce entre les Îles Britanniques et la péninsule armoricaine, on ne peut que constater l’efficacité du contrôle de la circulation monétaire par l’État ou les particuliers. En effet, le poids de fin des monnaies anglaises est très élevé. En 1268, une charte du prieuré de Dinan indique que 250 £ sterling valent 1 000 £t122. Garder des esterlins n’offre pas grand intérêt, alors que les échanger contre des monnaies bretonnes est certainement très rentable, d’où leur extrême rareté. Car ces monnaies sont bien présentes à l’époque, comme l’attestent les textes. Le 26 octobre 1230, Henri III s’engage à payer 50 £ sterling au duc123. Le 22 février 1272, Jean, comte de Richemont, offre 72 sterlings pour les réparations de la chapelle de Coteront124.

Monnaies de fouilles et monnaies isolées

41La répartition des monnaies isolées et de fouilles est très différente de celle des trésors, mais le nombre d’occurrences est très faible (14).

Tableau 22. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles du xiiie siècle trouvées en Bretagne. Source : Corpus des monnaies isolées.

Tableau 22. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles du xiiie siècle trouvées en Bretagne. Source : Corpus des monnaies isolées.
  • 125 La description n’est pas claire, mais il est probable que le numéro aurait été précisé s’il s’était (...)

42Les ducs de Bretagne ne sont représentés que par deux deniers, et encore l’un d’eux est-il douteux dans la mesure où il est attribué à Pierre de Dreux, et que depuis Bigot, on a donné à ce prince les monnaies anonymes de Guingamp, frappées à la fin du xiiie et au début du xive siècle. C’est d’autant plus remarquable que les deniers à la croix ancrée, comme ceux à l’écu, sont très abondants en Bretagne et dans le royaume. La répartition entre monnaies royales et féodales est conforme à celle qu’indiquent les trésors. Les origines sont aussi concordantes, avec un denier de Charles Ier d’Anjou (1246-1285), au moins une monnaie de Toulouse, d’Alphonse de Poitiers (1249-1271), une autre du Poitou, et deux oboles de Bouchard V, comte de Vendôme (1249-1271). Ces trouvailles confirment la présence de plus en plus massive des espèces seigneuriales dans la circulation monétaire bretonne. Mais le plus surprenant tient à la présence de trois monnaies étrangères, alors qu’elles sont absentes des trésors. Ce sont un penny d’Alexandre III d’Écosse (1249-1286), un esterlin d’Henri III d’Angleterre (1216-1272) et un denier de Jean Ier de Brabant (1268-1294)125. Ces trouvailles confirment la circulation des monnaies étrangères, en particulier des Iles Britanniques, étrangement absentes des trésors. La monnaie de Jean de Brabant trouvée à Quiberon n’est pas suffisamment bien décrite pour en tirer des conclusions définitives (il peut aussi bien s’agir d’une monnaie de Jean II ou Jean III). Les monnaies flamandes ne circulent vraiment qu’au début du siècle suivant, comme nous le verrons plus bas. Desservies par le manque de trésor, la fin du xiiie siècle et la première décennie du xive ne sont pas connues. La situation ne sort de l’ombre qu’après 1310.

La circulation monétaire : l’invasion de la monnaie royale (1310-1341)

43Entre les années 1270 et les années 1310, les rapports entre les différentes monnaies se transforment radicalement, comme l’atteste le tableau suivant.

Tableau 23. – Répartition des monnaies trouvées en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.

Tableau 23. – Répartition des monnaies trouvées en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.

44Deux phénomènes concomitants sont particulièrement frappants, le recul de la monnaie bretonne qui passe de 43,5 % à 15,8 % de la masse monétaire, alors que la monnaie royale devient largement majoritaire et monte de 24,8 % à 63,9 %. Le duc n’est plus en mesure de lutter contre le royaume, qui produit d’excellentes monnaies, comme le gros que l’on trouve enfin en Bretagne, alors que la principauté n’émet que des deniers et des doubles. Il faut donc reconnaître la réussite de la politique royale, qui vise à limiter aux territoires des principautés la circulation de leurs monnaies, et en même temps à imposer ses pièces. Une autre manifestation de cette réussite se trouve dans le recul des autres monnaies seigneuriales, qui passent de 31,7 à 17 %. Une analyse plus détaillée permet de faire apparaître les grands axes de ces nouveautés.

La suprématie de la monnaie royale

  • 126 Duplessy 221, 222, 223, 225, 227, 229, 231, 232, 233.
  • 127 DM I 1201-1204.

45Il reste encore en circulation des monnaies anciennes et l’on trouve six deniers de Paris de Louis VII (1137-1180) et douze deniers de Philippe II (1180-1223), avec des ateliers déjà connus comme Tours (4), Arras (4), Paris (1) et Saint-Omer (1), mais aussi Rennes (2). Si l’on compte 31 deniers tournois et une obole parisis de Louis IX (1226-1270), il faut remarquer la présence de 35 gros tournois, absents des ensembles de la période précédente. Les monnaies de Philippe III (1270-1285) et surtout de Philippe IV (1285-1314) sont représentées à travers de nombreuses variétés : assez peu de gros tournois (4) mais cela n’empêche pas la présence de deux faux, peu de mailles (1 blanche et 1 tierce), 108 doubles, deniers et oboles, qui représentent convenablement les nombreuses émissions monétaires de Philippe le Bel126. Les gros tournois ne connaissent qu’une diffusion lente, et Philippe V n’en laisse qu’un seul dans les trésors de la région. Le règne de Charles IV (1322-1328) fournit un seul gros et 343 doubles parisis. L’inventaire dressé à la mort de Jean II (1305) permet de compléter un peu notre documentation. On trouve essentiellement des sommes exprimées « en parisiz e en tornois dobles et en mailles blanches fortes »(9 902 £).Les autres descriptions ne précisent pas la nature des monnaies, à l’exception de 805 £ de bretons, mansois « e d’autres menues monnoeies & aus autres dons sunt estrellins127 ».

  • 128 Nous étudions plus bas en détail le problème de l’or en Bretagne au xiiie siècle, en complétant les (...)

46Si l’on s’arrête à la situation à la fin des années 1320, il faut souligner la discrétion des grosses monnaies. On ne dénombre en tout et pour tout que 43 gros dont 2 faux, pour 2 mailles et 500 doubles, deniers et oboles. On trouve bien quelques monnaies d’or de Louis X (1314-1316), Philippe V (1316-1322) et Charles IV (1322-1328), mais dans des trouvailles mal décrites ou postérieures à leur période de circulation. La Bretagne s’adapte timidement aux nouvelles conditions économiques. La rupture a lieu semble-t-il sous Philippe VI (1328-1350). C’est sous son règne que les mentions de monnaies d’or se multiplient, et les trésors livrent des royaux (1328), des parisis (1329), des écus (1337-1349), deux lions d’or (1338), au moins un double (1340). Les monnaies d’argent sont variées, avec 62 gros à la couronne (1337-1340) et un gros à la fleur de lis (1341). Les doubles tournois (291), doubles (60) et deniers parisis (14) complètent l’ensemble. Il faut donc placer l’intégration de la Bretagne assez tardivement dans la nouvelle circulation monétaire, avec monnaies d’or et grosses monnaies d’argent. Si des frémissements se manifestent à la fin du xiiie siècle, le décollage n’a lieu que dans les années 1320-1330, sous le règne de Philippe VI128.

Le recul de la monnaie ducale

  • 129 Y. Jézéquel distingue 8 types pour 15 variétés.

47Avec 220 monnaies bretonnes et 24 monnaies de Limoges, la Bretagne tient une place réduite dans la circulation monétaire. Les monnaies du début du xiiie siècle, en particulier les deniers à la croix ancrée, ont disparu, et l’on trouve une seule mention de monnaies de Penthièvre, sans plus de précision. Celles de Jean Ier sont encore présentes, mais en petit nombre, avec 21 deniers et une obole. Une nouvelle série, dite « anonyme aux armes de Dreux », fait son apparition dans le trésor de Saint-Jean-Brevelay. Pourtant très variée, cette série est assez discrète puisqu’elle ne fournit que 14 spécimens129. Les monnaies d’Arthur II sont au nombre de 45, et celles de son successeur Jean III forment un lot de 70 pièces. C’est à cette époque que l’on voit se développer dans le duché les premières imitations de monnaies royales, nées de la crise et d’une volonté d’intégrer le numéraire breton à la circulation du royaume. L’atelier de Limoges mérite une attention toute particulière. La vicomté de Limoges entre dans la famille de Bretagne par le mariage, en 1275, de l’héritière Marie avec Arthur de Bretagne. Souvent confiée en douaire, la seigneurie est le siège d’une activité monétaire variée, mais peu importante en quantité. Les relations entre les deux ensembles sont assez étroites, ce qui explique la présence de 24 monnaies, soit un peu moins de 10 % de l’ensemble des monnaies bretonnes. On y trouve 22 monnaies frappées par Jean III, une émise en 1317 par Jean III et Isabelle de Castille, une autre par Jean III et Jeanne de Savoie (1329-1334).

  • 130 Caron VII, 9 et Poey d’Avant 2071.

48On peut à la limite y rattacher les six monnaies du frère de Jean III, Guy VII (1314-1317), mais nous les avons placées dans les monnaies féodales. On remarque enfin la circulation en Bretagne des imitations de monnaies bretonnes de Châteaumeillant, ainsi que de Brosse130. On ne peut que constater la réussite de la politique d’imitation, menée pourtant assez loin du duché et de Limoges.

Espèces féodales et étrangères en Bretagne

49Avec 262 monnaies, soit 17,4 % du total, les monnaies féodales reculent sensiblement. Elles sont fortement concurrencées par la monnaie royale, et résistent très mal à la progression de cette dernière, au même titre que les monnaies ducales d’ailleurs.

Tableau 24. – Les monnaies féodales en Bretagne (1310-1340). Source : Corpus des trésors.

Tableau 24. – Les monnaies féodales en Bretagne (1310-1340). Source : Corpus des trésors.
  • 131 21 fermetures, Coativy, monnaies royales…, p. 11. Sur les problèmes d’érosion des profits et de la (...)
  • 132 Duplessy 2, p. 14.
  • 133 Blois : Jeanne (1279-1292) : 2 oboles ; Blois : Gui Ier (1303-1342) : 17 deniers et oboles ; Blois  (...)

50De plus, les ateliers monétaires seigneuriaux ferment en nombre dans les années 1300-1330, conséquence d’une politique royale volontariste, autant que de l’érosion des profits que les seigneurs peuvent tirer des ateliers, par suite de la hausse du prix du marc d’argent131. Par rapport à la période précédente, un autre changement radical se produit. Les monnaies féodales ne dépassent jamais les cent exemplaires dans les trouvailles, alors qu’auparavant, on comptait cinq seigneuries représentées par plus de cent pièces. Au mieux trouve-t-on 65 deniers, et encore sont-ils au nom de Foulques d’Anjou, c’est-à-dire d’avant l’arrivée de la famille de Dreux au pouvoir ! Seulement six seigneuries fournissent plus de dix pièces. Le recul des monnaies seigneuriales se produit donc à plusieurs niveaux, en pourcentage comme en chiffres absolus. La composition de l’ensemble varie peu, et l’on retrouve des espèces bien connues d’Anjou, de Provins, de Châteaudun… Comme au xiiie siècle, on rencontre dans les années 1300-1340 des monnaies du xiie siècle, en particulier les 65 deniers au nom de Foulques, mais aussi treize au nom d’Herbert du Mans, dix deniers de Saint-Martin-de-Tours, cinq deniers de Gien, de Geoffroy III (1120-1160), et une d’Eléonore de Vermandois. On remarque par contre la progression des monnaies de Blois, qui passent de deux à 38, dont les deux-tiers de Gui de Châtillon (1303-1342), la bonne position des monnaies de Charles d’Anjou, qui progressent de deux places dans le classement. On note enfin l’arrivée des monnaies bourguignonnes, bien représentées par 31 pièces. C’est Eudes IV de Bourgogne (1315-1349) qui, le premier, ose s’affranchir des ordonnances royales, et frapper monnaie à Auxonne. La présence de cet atelier en terre d’Empire lui permet de contourner la législation du roi de France, et c’est une réussite comme l’atteste l’entrée de ses monnaies en Bretagne132. Les oboles sont plus fréquemment citées qu’au xiiie siècle, avec huit mentions, mais elles ne sont pas souvent dénombrées133. On ne rencontre pas de grosses monnaies d’argent seigneuriales, tout au plus cinq doubles d’Eudes IV de Bourgogne (1315-1350).

Tableau 25. – Les monnaies étrangères en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.

Tableau 25. – Les monnaies étrangères en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.
  • 1 Elle n’a pas été comprise dans le total.

Note 11

  • 134 Duplessy 1, p. 19.

51En parallèle avec les monnaies bourguignonnes, les monnaies du Nord entrent en Bretagne, et les anglaises reviennent, formant les deux-tiers des monnaies étrangères. Il est plus difficile d’expliquer la présence d’un écu d’or de Louis V de Bavière (1315-1347), même s’il manifeste certainement une ouverture du grand commerce breton au début du xive siècle, comme la monnaie piémontaise et celle de Neufchâteau, mais on ne peut tirer des conclusions définitives avec seulement trois monnaies. Il faut aussi remarquer la présence de quelques grosses monnaies dans cet échantillon, un demi-gros de Jean III de Brabant (1312-1355), un double de Bruxelles de Jean II (1294-1312) et cinq doubles de Chiny et d’Yves. On peut d’ailleurs placer dans ce groupe les esterlins, dont la valeur est plus forte que celle des deniers continentaux. La présence d’une imitation d’esterlin n’est pas surprenante. Ces copies sont frappées en Flandre, à partir des années 1280, par le Brabant, la principauté de Liège, le comté de Namur, l’évêché de Cambrai et le Hainaut. Très rapidement, elles se glissent dans la circulation, au point qu’Edouard Ier doit prendre des mesures sévères pour limiter le phénomène134. Ces pièces entrent donc tout à fait dans la logique des autres monnaies étrangères, anglaises et flamandes.

  • 135 C’est aussi le constat de J.-P. Leguay, qui note qu’« il est très difficile de se prononcer sur l’i (...)
  • 136 La Borderie, nouveau recueil…, p. 64-74.
  • 137 Espagne art. 8, 17, Florence art. 14 ou les côtes de France : Bayonne, art. 17. Ernaut Bidon, Bayon (...)

52Comme pour les monnaies seigneuriales, une partie des monnaies étrangères nous échappe du fait de la mauvaise description de beaucoup de trouvailles. On connaît en particulier de nombreuses mentions de monnaies anglaises, et une de monnaies flamandes. Il est donc probable que le tableau ci-dessus minimise la présence des monnaies étrangères, sans pour autant qu’on puisse le corriger135. Ce constat est à rapprocher de ce que l’on sait du commerce breton au tournant du xiiie et du xive siècle. Alerté par un trafic de fer, le roi envoie le vicomte d’Avranches en Bretagne en Normandie et en Bretagne le 17 mai 1296, pour enquêter136. Le rapport de l’officier est très riche et permet une bonne approche du commerce maritime et terrestre. Il montre que la côte nord de la Bretagne connaît une activité économique intense, mais le reste de la péninsule aussi, y compris des villes de l’intérieur comme Lesneven, Lamballe, Guingamp… Les navires font le commerce du blé, du vin, du sel et du fer. Des marchands étrangers sont installés en Bretagne, comme l’Italien Banguel Maclavel, le Bayonnais Ernaut Bidon. De nombreuses mentions évoquent le grand commerce maritime et il est question au fil des pages des Flandres, de l’Espagne, de Florence et des côtes atlantiques de France137.

La circulation quotidienne

53La liste des monnaies isolées et de fouilles est plus longue que pour la période précédente, avec 45 occurrences, plus un jeton, contre seulement 14 auparavant. La carte de répartition fait apparaître une nouvelle fois le poids des côtes et le vide de l’intérieur, à l’exception de Rennes et de sa région.

Répartition des monnaies isolées (1213-1341).

Répartition des monnaies isolées (1213-1341).

54La répartition des monnaies isolées et de fouilles offre une image différente. Le centre du duché est vide et la présence des pièces se limite aux bordures côtières, à l’exception de quelques trouvailles dans la région rennaise. La Basse-Bretagne compte plusieurs pièces, ce qui vient à l’encontre de l’impression laissée par la carte de la page précédente. Il est difficile d’expliquer la discrétion du sud-ouest de la Bretagne et de la région nantaise, en dehors des limites évoquées pour la carte des trésors.

Tableau 26. – Monnaies de fouilles et monnaies isolées (1310-1341). Source : Corpus des trésors.

Tableau 26. – Monnaies de fouilles et monnaies isolées (1310-1341). Source : Corpus des trésors.

55Les trouvailles montrent une situation différente de celle des trésors, où les monnaies royales l’emportent largement sur les monnaies bretonnes. Avec 23 exemplaires, soit la moitié de l’échantillon, la monnaie ducale occupe la meilleure place. Si on se fie aux descriptions, souvent lacunaires, les deniers forment l’essentiel du porte-monnaie, et, si aucun double n’est signalé, on remarque une obole de Jean II. Les monnaies anonymes de Guingamp sont aussi peu représentées que dans les trésors, avec une seule mention de « quelques deniers anonymes de Guingamp » à Rennes. On remarque aussi les 15 monnaies de Jean III (1312-1341), signe d’une monétarisation de plus en plus forte de l’économie bretonne au fur et à mesure que l’on avance dans le temps. Une monnaie de l’atelier de Limoges, de Jean III et d’Isabelle de Castille (1314-1315 et 1317) est là pour rappeler que ces pièces circulent indifféremment en Bretagne et dans le comté. Les monnaies royales sont assez variées. Avec dix monnaies, le règne de Philippe IV (1285-1314) est mieux représenté que celui de Philippe VI (1328-1350) qui n’en fournit que six. Si on met cela en parallèle avec la multiplication des espèces de Jean III, il faut peut-être voir le maximum d’influence de la monnaie royale en Bretagne sous Philippe le Bel. Une fois de plus, l’échantillon est maigre et il faut se garder de toute conclusion définitive. Les monnaies d’argent de forte valeur sont représentées par un gros de Philippe IV (1285-1314), un autre de Philippe VI (1328-1350), ainsi qu’un demi-gros de Charles IV (1322-1328).

  • 138 Labrot, une histoire économique et populaire du moyen Âge…, p. 33-37.

56Les monnaies féodales offrent un profil surprenant, avec seulement quatre oboles dont trois de Gui de Châtillon, comte de Blois (1307-1342), et une de Charles III d’Anjou (1290-1325). Il faut peut-être y voir une solution de remplacement à l’insuffisance des oboles locales, aussi peu nombreuses dans les trouvailles que sur le marché numismatique. Cette présence est d’autant plus étonnante que ce sont des monnaies que l’on ne retrouve pas dans les trésors. La liste des monnaies étrangères est rapidement dressée, avec une petite monnaie d’argent d’Edouard II ou d’Edouard III. La situation est rigoureusement à l’inverse de l’époque précédente, où la discrétion des monnaies étrangères dans les trésors était compensée par leur présence en monnaies isolées. Il semble qu’au jour le jour, les Bretons utilisent essentiellement les monnaies ducales et royales. La circulation est bien contrôlée par les changeurs, et ils ne laissent pour ainsi dire pas de monnaies féodales ou étrangères en circulation. Le jeton au type des monnaies de Charles IV (1322-1328), trouvé dans la chapelle de l’ancien château d’Orange à Vieux-Vy-sur-Couesnon, mérite une attention particulière. Si la description est exacte, c’est le plus ancien jeton trouvé en Bretagne. On sait que par la suite, ils se multiplient, et on en trouve de nombreuses mentions à la fin du xive siècle et au xve siècle, dans les trésors, en trouvailles isolées et dans les textes. Cette découverte de Vieux-Vy marque donc l’entrée des jetons décorés en Bretagne. Cela correspond assez à ce qui ce fait ailleurs à cette époque, et on signale que leur utilisation se développe avec la monétarisation croissante de l’économie138.

57Autre manière d’approcher la circulation monétaire, l’inventaire du trésor ducal à la mort de Jean III (1341) permet de dresser un bilan de la monnaie d’argent à la fin de l’époque de Dreux, à la veille de la guerre de Succession.

Tableau 27. – Les monnaies d’argent dans le trésor ducal en 1341. Source : DM I 1413-1415 et Bigot, PJ XXI.

Tableau 27. – Les monnaies d’argent dans le trésor ducal en 1341. Source : DM I 1413-1415 et Bigot, PJ XXI.
  • 139 Jézéquel 89-92.
  • 140 Duplessy 262. On les trouve en nombre dans le trésor de Riec-sur-Bélon, contemporain (1340-1341).
  • 141 Duplessy 260.
  • 142 Duplessy 263.
  • 143 Dans la première moitié du xive siècle, les Bretons assurent de 11 à 19 % du commerce maritime au d (...)

58La description pose quelques problèmes d’interprétation. Si la monnaie de Limoges est signalée à chaque fois, l’origine des doubles n’est pas spécifiée. En 1341, on peut légitimement penser qu’il s’agit de doubles bretons inspirés de ceux du roi139. Les dénominations de monnaies royales sont pour le moins fantaisistes, comme ces oboles blanches, mais le cours de ces pièces permet de les replacer dans le contexte. Les oboles blanches de 10 d sont des gros à la couronne de Philippe VI, émis en janvier 1337, au cours de 10 dt140. Les oboles blanches à 15 d doivent être des gros parisis de Philippe VI, émis en septembre 1329, au cours de 15 dt141. Il est peu probable que ce soient des gros à la fleur de lis, émis en janvier 1341, au même cours142. Faute de précision, il est difficile de trancher. Le mystère reste entier pour ce qui des oboles de Bordeaux. Il peut s’agir d’esterlins comme de gros d’Edouard III. Avec les deux-tiers de l’ensemble, le duché de Bretagne est bien représenté, mais paradoxalement par des monnaies de Limoges. La monnaie royale fournit des gros, ce qui est une nouveauté par rapport au début du siècle, et les monnaies d’Aquitaine évoquent le commerce du vin de Bordeaux, mais pour une très faible part de l’ensemble143.

59Le trésor de Riec-sur-Belon, enfoui entre avril 1340 et novembre 1341, donne une image sensiblement différente et permet de corriger l’image trompeuse donnée par le document précédent dont il est contemporain.

Tableau 28. – Les monnaies du trésor de Riec-sur-Belon (29). Source : Corpus des trésors.

Tableau 28. – Les monnaies du trésor de Riec-sur-Belon (29). Source : Corpus des trésors.
  • 144 Jézéquel Limoges 6.
  • 145 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 424-425.

60Les monnaies royales sont bien mieux représentées, avec 80,3 % au lieu de 33,1, les doubles bretons sont assez discrets, de même que les monnaies de Limoges, mais ce trésor est celui qui en fournit malgré tout le plus d’exemplaires. Les monnaies d’Aquitaine sont absentes, les féodales et les étrangères peu nombreuses. Et encore s’agit-il du nombre des monnaies, alors que l’inventaire fonctionne par valeur. Si l’on appliquait cette grille au trésor, la part des monnaies royales augmenterait considérablement. Pourtant, le faciès des deux trésors est le même, avec des différences de pourcentage. Cela amène quelques remarques sur l’inventaire de Jean III. Ce « trésor papier » donne une image faussée de la réalité, en accentuant la part des monnaies locales au détriment des monnaies étrangères, ce qui est tout à fait logique. Pour une raison difficile à établir, les monnaies de Limoges sont surreprésentées dans le trésor de Jean III, mais rien n’indique que toutes les monnaies de Limoges sont frappées dans cette ville, et il y en a même une à porter le N de Nantes144. En 1341, un stock de monnaies pour Limoges attend peut-être à Nantes de partir, mais la tradition historique veut que Jean de Montfort, candidat à la succession de Jean III, se précipite de Nantes à Limoges en mai 1341 pour s’emparer du trésor de son prédécesseur145. Elle s’appuie sur une phrase de Froissart, disant que Jean III avait accumulé dans cette ville son « grant tresor ». Si l’on en juge par l’inventaire, le trésor n’est pas à Limoges, où l’on voit mal ce que Jean III aurait pu en faire en ce lieu, mais à Nantes, et Jean de Montfort n’a peut-être pas eu à se rendre en Limousin pour s’emparer des monnaies de la vicomté.

Monnaies bretonnes hors de Bretagne (1210-1341)

61Entre 1210 et 1280, les monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne sont particulièrement nombreuses, signe de réussite et d’adaptation de ces pièces aux conditions du moment. Ce sont en particulier les deniers à la croix ancrée et les nantais à l’écu. Avant 1280, ces deux types de monnaies sont présents partout en France, et on en trouve aussi bien dans le Nord (Avesne-sur-Helpe) qu’en Meurthe-et-Moselle (Pagny-sur-Moselle) ou dans la Vienne (Smarves). Cependant, la diffusion se fait essentiellement dans l’ouest de la France, en Normandie, Anjou et Poitou, et vers le Nord. À Mareuil-sur-Lay II, sur 15 442 monnaies examinées, enfouies vers 1223-1245, il y a plus de 8 000 monnaies bretonnes, 6 000 deniers à la croix ancrée de Nantes et 2 000 de Rennes. Les découvertes isolées hors de Bretagne sont aussi très nombreuses, et confirment la bonne insertion de ces pièces dans la circulation du royaume de France, voire hors de cet espace. On en trouve à Toulouse, dans l’Yonne et dans le Pas-de-Calais. La fréquence des trouvailles dans le nord de la France et vers les Pays-Bas et le Luxembourg confirme ce que l’on entrevoyait dans l’étude des trésors bretons. Après 1280, la situation change peu, et la présence des monnaies de Jean II et Jean III à l’étranger se fait plus nette, spécialement dans le Nord, mais les pièces bretonnes désormais plus présentes dans le sud du royaume, le long des fleuves. Il faut souligner en particulier le rôle du bassin de la Loire, ainsi que ceux de la Charente, de la Dordogne, de la Meuse… La présence de monnaies bretonnes, de Pierre de Dreux et Jean Ier à Athènes, à Tripoli (Liban), Hawwardjian (Syrie), Kessab (Syrie) et dans un trésor syrien non localisé, rappelle que les Bretons ont participé aux croisades. Ces trouvailles jalonnent les itinéraires et les destinations traditionnelles de la période.

Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1213-1280).

Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1213-1280).

Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1280-1341).

Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1280-1341).

Répartition des trésors contenant des monnaies de Limoges.

Répartition des trésors contenant des monnaies de Limoges.

62La carte des découvertes de monnaies de Limoges n’est pas très explicite. Peu nombreuses dans les trésors, elles circulent essentiellement en Bretagne, spécialement dans la région de Vannes, et autour de l’atelier, avec deux découvertes à Limoges, une dans le canton et une autre dans la Creuse voisine. Seize exemplaires trouvés à proximité de Saint-Maixent-l’École jalonnent la route vers la Bretagne. Enfin, les trouvailles faites dans l’est de la France et au Luxembourg montrent une circulation très limitée.

Petite et grosse monnaie de 1213 à 1341

63Le retour de l’or et l’apparition du gros modifient considérablement la vie économique de la France au xiiie siècle, et la Bretagne n’échappe pas au phénomène.

Oboles et gros

  • 146 Beaucoup de deniers de Jean Ier sont ébréchés ou cassés (n° 12, 12, 14, 17, 20, etc.).
  • 147 DM I 1086. Il faut certainement y voir une monnaie de compte. Du métal en lingot ou sous forme de v (...)
  • 148 1305 ou 1306 : inventaire des biens du duc Jean II, DM I 1201-1204.

64L’obole n’est pas fréquente et on n’en compte que 113 sur l’ensemble des monnaies trouvées dans le duché (1,3 %), mais 3 sur 14 monnaies isolées (21,4 %). Les thésauriseurs cherchent les deniers plutôt que ces petites pièces sans grande valeur, trop faciles à perdre. Par contre, il est important de signaler la présence de fragments de monnaies et de monnaies cassées dans les trésors, à côté de pièces complètes, en particulier une douzaine dans les trésors de Bouvron et Pluherlin146. Il peut s’agir de deniers coupés en deux pour en faire des oboles, comme de pièces trop fragiles et qui se sont brisées lors de l’étude du trésor. Par contre, la proportion d’oboles dans les monnaies isolées et de fouilles confirme leur présence dans les porte-monnaie médiévaux, avec la même sous-représentation que pour les monnaies étrangères. Il faut dire que ces pièces de petite taille sont faciles à perdre, et n’offrent pas une valeur suffisamment élevée pour que leur propriétaire retourne le sol pour les retrouver. L’apparition du gros est difficile à établir précisément. Les trésors de La Guerche (1310-1320) et Saint-Jean-Brévelay (1314-1317) en fournissent les premiers exemplaires. À cette époque, les grosses monnaies prennent place dans la circulation monétaire, mais le vide de la documentation entre 1270 et les années 1310, ne permet pas une grande précision. Les textes comblent en partie cette lacune. En 1288, un paiement de 1500 £ se fait en deniers, ce qui représente un grand nombre de monnaies (360 000 deniers)147. En 1305, des mailles blanches fortes et des gros tournois vieil apparaissent et font partie du trésor accumulé par Jean II148. C’est donc entre la fin des années 1290 et avant 1305 que la grosse monnaie d’argent s’implante en Bretagne. Il faut désormais attendre de découvrir des jalons, entre 1270 et 1300, pour affiner la datation.

Les débuts difficiles de l’or

L’or du duc

  • 149 Chédeville, « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit dans les pays de l’ouest de la France (...)
  • 150 Sur la datation de l’écu d’or de saint Louis, Duplessy 2, p. 9 et id., Les monnaies françaises…, t. (...)
  • 151 Inconnu II Bretagne.
  • 152 Les dernières mentions de monnaies arabes dans les textes datent des années 1260, et les derniers t (...)
  • 153 ALA E 67, Levron, Catalogue…, acte 169, et Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 384.
  • 154 10 novembre 1231, La Borderie, « Recueil d’actes inédits… », p.429.
  • 155 Levron, Catalogue…, acte n° 258.

65La question de l’or en Bretagne n’a pas fait l’objet d’études approfondies149. Les trésors et les trouvailles isolées apportent une image neuve, d’autant que les textes commencent à être suffisamment nombreux pour venir les appuyer. Par ailleurs, la reprise de la frappe de monnaies d’or en France à l’extrême fin du règne de saint Louis, et sa continuation sous ses successeurs donnent une chronologie bien nette150. Un double dinar d’or du Maroc a été découvert avec d’autres monnaies d’or françaises royales. Il a été frappé entre 642 et 830 de l’Hégire, c’est-à-dire 1264 à 1452151. Nous ne savons rien d’autre, mais il faut y voir un trésor de la deuxième moitié du xiiie siècle ou de la première moitié du xive siècle, dans la logique d’avant 1270, où l’on ne trouvait que ces pièces d’or en circulation152. Cette trouvaille est confirmée par les textes. Le 25 novembre 1230, Pierre Mauclerc reçoit la promesse par Eonnet Alexandre d’un versement de 700 pièces d’or, montant du bail de la régale de l’évêché de Nantes153. Un an plus tard, on trouve la mention d’indemnités versées en partie en or au chapitre de Rennes pour destruction d’églises : « ipsi vero redditerunt vigenti libras et sexdecim solidos et septem obolos in obolis aureis154 ». Enfin, en juin 1238, Pierre de Braine (l’ancien duc Pierre Mauclerc) ratifie la donation faite par sa sœur Isabelle à Thibaut de Champagne de l’or que celui-ci tenait de son héritage à Provins155. Comme au xiie siècle, le vocabulaire révèle le peu d’habitude de l’utilisation de ce métal, et il faut constater le vide qui va des années 1230 au début du xive siècle, signe, non de la disparition de la monnaie d’or en Bretagne, mais au moins du ralentissement de sa circulation. La situation change au tout début du xive siècle.

  • 156 DM I 1201-1204.
  • 157 Sur les circonstances de l’accident, La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 376-378.
  • 158 Duplessy 210 : 1305, cours inconnu.
  • 159 Si on l’estime à 20 st la pièce (en 1305, le mantelet de 3,496 g est à 13 ¾ st, D 21), l’ensemble t (...)
  • 160 Le cours du marc d’or est donné par Favier, Finance et fiscalité…, p. 61.
  • 161 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 378-381, et nouveau recueil…, acte xxiii.
  • 162 Par contre, il possède de la vaisselle d’or déposée à la Tourneuve, comme l’atteste un inventaire d (...)
  • 163 1305 (du 1er au 18 décembre), La Borderie, Nouveau recueil…, acte xxv, art. 201 et 203.
  • 164 D 209 et Favier, Finance et fiscalité…, p. 56.
  • 165 Bompaire, L’économie…, p. 259-260, et Dumas, Le monnayage…, p. 48.

66La première mention de pièces d’or « nouveau style » date de 1306, lors de l’inventaire des biens de feu le duc Jean II156. Le 18 novembre 1305, le duc meurt à Lyon, victime de l’effondrement d’un mur sur lequel ont pris place des spectateurs qui assistent à l’entrée dans la ville du pape Clément V, monté sur une mule dont Jean II tient la bride157. La mort du duc donne lieu à l’établissement d’un inventaire de ses biens. Les exécuteurs testamentaires trouvent au château de la Tour-Neuve, à Nantes, de fortes sommes en argent et en orfèvrerie. Mais c’est à Lyon, sur le duc et dans ses bagages, que l’on découvre « une poche o plusieurs pièces d’or pesanz environ un marc », une bourse avec cinq florins à la reine, 67 anneaux d’or et deux d’argent, ainsi que 14,5 marcs 2 onces d’or en vaisselle. Les florins à la reine ont été émis dans l’année158. Si l’on part du poids théorique de cette pièce (4,706 g) et que l’on en divise un marc (244,753 g), on peut en déduire que lors de la chute du mur, le duc porte sur lui 52 florins de Philippe le Bel, ce qui fait une coquette somme159. Si l’on s’en tient au prix du marc d’or non monnayé, cela représente 59 £t160. Cette liste offre d’autant plus d’intérêt qu’il existe un inventaire plus ancien et plus détaillé du trésor ducal, dressé en 1303. Publié par A. de La Borderie, il n’indique pas de monnaies d’or161. Il faut donc penser qu’en 1303, la monnaie d’or est encore rare en Bretagne, puisque le duc n’en possède semble-t-il pas, mais il s’en procure en quittant le duché162. Le compte d’Aubéri nous renseigne en effet sur l’origine des monnaies : « En perte de florins que Pierres de Baden et Pierres de Pontblanc empruntèrent à Lions et ne les mistrent pas pour tant comme il lour en convient vendre, 9 l15 s163. » Les deux hommes ne semblent pas très au fait de l’usage de la monnaie d’or et y laissent plus de 9 £, ce qui confirme le manque d’habitude de l’administration vis-à-vis du métal jaune. Le compte mentionne aussi un gros florin de 73 s. Il pourrait s’agir d’une chaise d’or, émise en 1303, et dont le cours initial est de 62 s 6 dt164. Cette chronologie correspond assez à ce que l’on connaît dans le royaume. C’est dans la seconde partie du règne de Philippe le Bel que l’on voit apparaître l’or dans la comptabilité royale. En Bourgogne, les premières mentions datent de 1274, avec une utilisation croissante dans la décennie 1330-1340, de 1295 en Forez et en Lyonnais, mais elles ne deviennent abondantes que dans les années 1325, voire 1340 en Rhénanie165. La Bretagne se situe donc dans son époque, légèrement en retard par rapport aux autres principautés.

Une installation définitive

  • 166 AIV 1 F 587.
  • 167 AIV 1 F 587.

67Dans la première moitié du xive siècle, l’or trouve sa place dans l’économie du duché. En 1307, André, chevalier, promet 1000 £ de vieil or pour la jouissance du régaire de Rennes166. En juillet 1315, on enregistre une promesse du duc touchant l’or déposé à la Tour-Neuve167. Le premier trésor contenant des monnaies d’or royales est celui du Trévoux, 1322-1328, si on met à part une monnaie isolée à Lamballe I. En 1341, la monnaie d’or est partie intégrante du trésor ducal. C’est une fois de plus l’inventaire de Jean III qui nous donne les informations les plus riches. Il est daté du 15 juin 1341 et il détaille les différentes pièces conservées à Nantes.

Tableau 29. – Monnaies d’or trouvées à Nantes à la mort de Jean III (1341). Source : DM I 1413-1415.

Tableau 29. – Monnaies d’or trouvées à Nantes à la mort de Jean III (1341). Source : DM I 1413-1415.
  • 1 La liste comprend deux séries de chiffres, répartis ici entre première et deuxième mentions.

Note 11

  • 168 Duplessy 212, 234 et 237.
  • 169 Duplessy 255.

68L’agnel est une monnaie de Charles IV, à moins qu’il ne s’agisse de monnaies encore plus anciennes, de Louis X, de Philippe IV ou V168. Toutes ces espèces sont relativement récentes puisqu’on y trouve des couronnes et des doubles d’or, frappés en 1340. Parmi les grandes émissions de Philippe VI, il manque l’ange d’or, émis le 27 janvier 1341169. Le florin de Florence apparaît, avec 53 exemplaires seulement. La monnaie la mieux représentée est le double d’or, une grosse pièce d’or, émise à deux reprises en 1340, et qui court pour 60 st. Parmi les pièces de grande valeur, on trouve aussi le parisis de 7,2 g et la très belle couronne royale. On constate que le duché est approvisionné en monnaies les plus récentes, et on retrouve la diversité propre aux grands trésors de monnaies d’or du temps. Les espèces représentées ici sont d’ailleurs celles que l’on enfouit à la même époque.

  • 170 Les trésors contenant des monnaies d’or, avant 1341 : Bécherel : plusieurs monnaies d’or de Philipp (...)

Tableau 30. – Les monnaies d’or des trésors bretons 170 Sources : pour la Bretagne, Corpus des trésors, et pour les mentions d’or dans la comptabilité bourguignonne, Dumas, Le monnayage, p. 48.

Tableau 30. – Les monnaies d’or des trésors bretons 170 Sources : pour la Bretagne, Corpus des trésors, et pour les mentions d’or dans la comptabilité bourguignonne, Dumas, Le monnayage, p. 48.
  • 171 1342 (2 juin) : Hervé de Léon doit verser à Gauthier de Mauny pour sa libération, « trois mil livre (...)

69L’agnel a beaucoup de succès puisqu’il apparaît au moins dans quatre trouvailles, avant et après 1341, et dans le trésor de Jean III. Il en va de même pour le double d’or. Une seule monnaie étrangère n’est présente que dans les enfouissements, l’écu de Louis V de Bavière. On y trouve par contre des florins de Florence, dont on sait par les textes, qu’il est aussi utilisé en Bretagne à cette époque171. La situation bourguignonne est sensiblement la même, et l’on retrouve les mêmes dénominations dans les années 1330-1340. Le comptage des pièces nous donne une vision légèrement différente.

Tableau 31. – Nombres et mentions de monnaies d’or antérieures à 1341 dans les trésors. Source : Corpus des trésors.

Tableau 31. – Nombres et mentions de monnaies d’or antérieures à 1341 dans les trésors. Source : Corpus des trésors.
  • 172 Duplessy 1, p. 9.

70L’écu arrive largement en tête, suivi de l’agnel. Le double, le royal et le lion sont aussi attestés, mais les descriptions ne donnent pas toujours le nombre d’exemplaires. Les autres monnaies sont peu représentées. On remarque l’ange d’or, superbe et rare monnaie de l’année 1341, dans un trésor enfoui entre 1365 et 1385. On ne peut que regretter que ceux de Bécherel et de Vannes I, très variés, n’aient pas fait l’objet d’une étude approfondie. Si l’on additionne les monnaies par règne, de Louis X à Philippe VI, en comptant deux pièces pour les références du type « des monnaies de tel roi », on obtient la répartition suivante : Louis X : 1 ; Philippe V : 4 ( ?) ; Philippe VI : 40, évolution tout à fait révélatrice de l’ouverture progressive de la Bretagne à la monnaie d’or. L’absence d’écu de saint Louis n’est pas surprenante, puisqu’aucun trésor connu n’a encore fourni cette monnaie172.

*

71Le temps des Dreux apparaît donc comme une période particulièrement faste, qui se caractérise par des nouveautés marquantes dans le monnayage breton. Le duché adopte des types novateurs, qui connaissent un succès rapide et sont largement copiés. Si le blason est repris par les seigneurs français, la croix longue va devenir le symbole de la monnaie anglaise à partir de la fin du xiiie siècle. On constate aussi la bonne place de la monnaie bretonne au xiiie siècle, puis son retrait au xive siècle, où elle est concurrencée puis dépassée par la monnaie royale après 1310. En parallèle, les monnaies seigneuriales reculent très nettement, mais de nouvelles principautés sont représentées, comme celles de la famille d’Anjou au xiiie siècle, et la Bourgogne d’Eudes IV au xive siècle. Les monnaies étrangères sont discrètes, mais comme les trésors, elles indiquent l’ouverture du commerce vers la Flandre et d’autres régions d’Europe comme l’Italie, l’Allemagne, l’Ecosse… Enfin, une grande rupture a lieu dans les années 1300, avec l’arrivée de l’or et son installation rapide dans les années 1330, en même temps que l’implantation définitive de la grosse monnaie d’argent. La situation monétaire a profondément évolué entre le règne de Jean II et celui de Jean III. La crise qui s’annonce provoque des changements encore plus spectaculaires.

Notes

1 Sauf cas particulier, les mentions de monnaies dans les trésors n’ont pas été retenues dans cette étude, contrairement aux chapitres précédents. Elles sont relativement peu nombreuses par rapport aux monnaies convenablement décrites, et par ailleurs elles ne changent en rien la répartition, et ne font donc pas apparaître de variations.

2 Bigot, Essai…, p. 54-55.

3 Poet d’Avant, Monnaies…, p. 54, Caron, Monnaies… et de Mey, Les monnaies… Signalons que la rédaction de ce dernier catalogue a fait attribuer très souvent ces monnaies au seul Guyde Thouars.

4 Jézéquel, Les monnaies…, p. 32-34.

5 Nota : les trouvailles vagues (monnaies bretonnes de Pierre…) et les trouvailles tardives contenant ces monnaies (guerre de Succession par ex.) ont été écartées. Alençon, 1213-1215 ; Rieux, 1213-1223 ; Le Rheu, 1213-1223 ; Mareuil-sur-Lay II, 1223-1245 (le trésor comprenait 2 deniers au nom d’Etienne sans nom d’atelier, au nom du duc Poey d’Avant pl. X n° 15) ; Smarves, 1223-1245 ; Trédaniel III, 1225-1230 ; Le Poiré-sur-Velluire, 1226-1245 ; Senillé, 1233-1237 (contient des monnaies de plusieurs modules, détaillées) ; Plourivo, 1235-1240 ; Gisors, 1244-1245 ; Roanne, 1245-1249 ; Plancoët, vers 1250 ( ?).

6 G. Salaün commet une erreur de chronologie en s’appuyant sur des sources erronées, en particulier la date de 1259 comme ouverture de Vannes, à la suite d’une erreur de Blanchet et Dieudonné dans leur manuel de numismatique française. Il fait courir le double de Vannes jusqu’en 1275, date à laquelle le roi reproche au duc d’avoir joué sur la valeur de sa monnaie. À cette époque, il y a plus de 20 ans que ce type est abandonné au profit de l’écu de Bretagne. Enfin, il appuie sa démonstration sur un corpus trop étroit, qui ne tient pas compte du trésor des Echaubrognes par exemple, Salaün, « La chronologie des deniers… », p. 23.

7 Duplessy 1, Pluherlin.

8 Duplessy, Les monnaies françaises…, t. i, p. 78-79.

9 Dumas, Le monnayage…, p. 8.

10 J 34 (large) et J 35 (étroit).

11 1235 (15 janvier), R. de Hillion emprunte à l’abbaye de Saint-Aubin-des-Bois 60 £ de monnaies courantes pour s’acquitter envers les Juifs, Geslin de Bourgogne, Anciens évêchés de Bretagne…, t. iii, p. 81, et Levron, Catalogue des actes de Pierre de Dreux, acte 216. En Bourgogne, ces mentions apparaissent plus tardivement, vers 1258. Elles révèlent des incertitudes quant au cours de la monnaie, Dumas, Le monnayage…, p. 18.

12 Jézéquel 48 et 49.

13 Trésors contenant des monnaies à l’écu : Yffiniac, 1249-1266 ; Saint-Nicolas-du-Pélem, 1250-1255 ; Jonzac, 1250-1255 ; Avesnes-sur-Helpe, 1250-1270 ; Redon I, 1250-1286 ; Bouvron, 1251-1266 ; Pluherlin, 1253-1255 ; Lamballe II, vers 1253-1259 ; Saint-Clair-sur-Elle, 1255-1260 ; Saint-Pardoux-les-Cards, 1257-1266 ; Courcelles-en-Frémois, 1270-1271 ; La Feuillie, 1270-1285.

14 Jézéquel 49 b et d. Le trésor de Saint-Clair-sur-Ellé contenait 136 monnaies à la pointe de l’écu cantonnée de deux points.

15 Boudeau 33. Elle apparaît dans le catalogue de Boudeau, qui indique qu’il l’a vendue à M. Soullard, qui lui-même en a fait don au Musée Dobrée, où elle se trouve aujourd’hui.

16 Catalogue de l’exposition 1491-1991, la Bretagne au temps des ducs, p. 28, n° 12-17.

17 Jézéquel 57.

18 Plus récemment, De Mey (De Mey 84) signalait que « l’on ne connaît que le piéfort de cette pièce », confusion avec le double à l’écu en bannière. Ce statut d’unicité perpétuelle est une bénédiction pour les marchands, qui continuent très longtemps à vendre le deuxième exemplaire connu.

19 Inconnu III Bretagne. Poids du denier à la nef : 1,09 g (Poey d’Avant 351), 1,06 g (Jézéquel 57) et 0,733 g (ex. du trésor Inconnu III Bretagne).

20 Bigot, Essai…, p. 94.

21 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 64.

22 Jézéquel, Les monnaies…, p. 43.

23 Prou, Les monnaies carolingiennes, Paris, 1896, Louis le Pieux (814-840), n° 63. On trouve aussi un navire sur le noble d’or anglais, plus tardif.

24 Denier publié en 1856 par Parenteau, « Découverte des Echaubrognes… », p. 493-501, en même temps que le denier à la nef. Il apparaît aussi sous le nom de denier à l’échiquier.

25 Jézéquel 52.

26 Caron 39, Dumas, « Monnaies féodales… », p. 99, n° 14. La demi-obole se trouve aussi sous le nom de mite (Caron), de pite ou de pouge. Dans les comptes, elle apparaît sous l’appellation de demi-obole, pouge ou provinoise.

27 Philippe le Hardi (1363-1404) émet un denier à l’écu carré en 1392, Dumas, 13.8.1.

28 Duplessy, « Observations sur quelques monnaies des ducs de Bretagne », asBnH, 1998, p. 36.

29 Il nous est difficile de juger du monnayage anglais, mais il se pourrait qu’en ce cas précis, la monnaie bretonne ait influencé un monnayage extérieur. Comme il est fort probable que le type du denier à l’écu a essaimé un peu partout en Europe, cela fait deux éléments de plus à verser aux dossiers des réussites monétaires de Jean Ier.

30 353 deniers à l’écu triangulaire, Poey d’Avant 356-359 (0,791 g de moyenne) ; 93 monnaies à l’écu carré PA 353-355 : 0,909 g (15 % plus lourdes que celles à l’écu triangulaire).

31 AIV 1 F 7, f° 3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89, et Planiol, Histoire…, t. iii, p. 381, note 7.

32 Des analyses plus nombreuses seraient souhaitables car l’étude d’un petit échantillon peut cacher des anomalies, difficiles à détecter.

33 Jézéquel 44.

34 Bigot, Essai…, p. 82-84. Poey d’Avant, Monnaies…, p. 60, conserve cette chronologie.

35 En Morbihan, plusieurs lieux-dits s’appellent Kergonan. Nous pensons qu’il s’agit de Kergonan en Plouharnel.

36 Parenteau, « La découverte des Echaubrognes… », p. 496.

37 Duplessy, « Numismatique de Châteaumeillant (xiie-xiv es.) », p. 334.

38 C’est l’opinion de Duplessy, « Observations sur quelques monnaies des ducs de Bretagne », p. 36. Trouvailles contenant des monnaies anonymes de Guingamp : Angers : 1290-1300 ; Bressuire : 1293-1295 ; Rocamadour : 1302-1312 ; Saint-Marcel-de-Félines : 1311-1322 ; La Guerche : 1312-1322 ; Plouharnel : 1314-1317 ; Saint-Jean-de-Brévelay : 1314-1317 ; Vannes III : 1315-1317 ; Saint-Maixent-l’Ecole : 1315-1322 ; Vouvant : 1315-1322.

39 Jézéquel 60-66.

40 Le denier Jézéquel 67 de Nantes, à légende COMES RICHMVD ne relève pas du même ensemble, même s’il s’agit d’une monnaie anonyme.

41 Jézéquel 66.

42 Dhénin B 3-5, E 2.

43 AN Z1b 54, f°2.

44 Trouvailles de monnaies de Jean II : Saint-Marcel-de-Félines : 1311-1322 ; Saint-Jean-Brévelay : 1314-1317 ; Vannes III : 1315-1317.

45 Bigot 317, Poey d’Avant 378, Dumas, « Monnaies féodales… », p. 100 et Jézéquel 70-71. Pour Limoges, Dhénin D 3, avec le G de Guy en cantonnement de la croix.

46 Trouvailles contenant des monnaies d’Arthur II : Saint-Jean-Brévelay : 1314-1317 ; Plouharnel : 1314-1317 ; Vannes III : 1315-1317 ; Saint-Maixent-l’Ecole : 1315-1322 ; Manderen : 1327-1328.

47 Y. Jézéquel donne une date erronée du trésor de Kergonan-Plouharnel (1292-1307). Il contient des monnaies de Philippe IV et Louis X. Il date des années 1314-1317.

48 Jézéquel 67.

49 Jézéquel 86.

50 Sous réserve que le E soit bien l’initiale d’Evran.

51 À moins qu’elles aient été monnayées toutes les deux en même temps, ce qui semble surprenant.

52 Contrairement à l’opinion de M. Dhénin et Y. Jézéquel, il est difficile d’attribuer cette monnaie à la deuxième partie du douaire de Marie de Limoges (1317). Elle a pu tout aussi bien être frappée entre 1314 et 1315.

53 Jézéquel Limoges 1.

54 Dhénin B 1 et 2.

55 Jézéquel 88 et Duplessy 244.

56 Jézéquel Limoges 3.

57 Jézéquel 85. Cf. Corpus des ateliers monétaires.

58 Pastoureau, BSFN, juillet 1979, p. 554-555.

59 C’est l’idée de Dhénin, « Les monnaies des vicomtes… », p. 103. Le modèle aurait été le double Duplessy 321, de 1353, non retrouvé.

60 Bigot 325. Bigot ne mentionne aucune origine pour cette monnaie dont il ne signale qu’un exemplaire connu.

61 Jézéquel 88.

62 1319-1327, Bretagne, Layette, J 240, f° 105. AIV 1 F 582, f°8.

63 Poey d’Avant 1606 bis et ss.

64 Caron, monnaies…, p. 31-32.

65 AN J 241 B, n°35, AIV 1F 582, f°27, AIV 1F 7, f°9, preuves du traité de la Cour des monnaies, p. 15 et Bigot, Essai…, pièce justificative xix.

66 1340 (18 mars) : remise d’amende par le roi, Bigot, Essai…, pièce justificative xx.

67 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 397.

68 Recueil des ordonnances des rois de France, t. i, p. 94, DM I 152, Bigot, Essai…, pièce justificative xi et Planiol, Histoire…, p. 380.

69 AIV 1 F 7, f°3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89, et Planiol, Histoire…, t. iii, p. 381, note 7.

70 Cité par Dumas, « Monnaies féodales… », p.98, note 6.

71 Saulcy, Recueil de documents…, p. 149.

72 Maxe-Werly, « Du cours de la monnaie dans la région du Barrois. Notes inédites de feu L. Maxe-Werly », Bulletin de numismatique, 1903, p. 30-31.

73 Duplessy, Les monnaies françaises…, p. 102-103.

74 La Borderie, nouveau recueil…, p. 150, 153 et 154.

75 Favier, philippe le Bel, p. 194-205.

76 La Borderie, nouveau recueil…, acte xxvi.

77 Ibid., acte xxvi, 135.

78 Jézéquel 89-91 des émissions de 1337-1340 et Jézéquel 92 de 1329-1339.

79 Le trésor d’Hennebont est analysé par Salaün, « Le trésor d’Hennebont (Morbihan) redécouvert », BSFN, février 1999, p. 23-28.

80 En Bourgogne, elles apparaissent plus tardivement, vers 1258. Elles révèlent des incertitudes quant au cours de la monnaie, Dumas, Le monnayage…, p. 18.

81 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, anciens évêchés de Bretagne, t. iii, p. 81, et Levron, Catalogue des actes de pierre de dreux…, acte 216.

82 Paiement de 80 £ en monnaie courante, DM I 1026 et 1058.

83 Paiement in bona moneta curente in Comitatu Britanniae, DM I 1063.

84 La Borderie, nouveau recueil… : 1290 (16 janvier) : cynq cenz lib. de mon. courante, acte xv ; 1296 (11 mai) : cinq soulz de monnoye courante de cens, acte xvii ; 1298 (22 juillet) : mention d’une amende juques à cinquante livres de monnoye courente, acte xix ; 1304 (19 mars) : aumône aux Carmes de Ploërmel de cent lipvres de monnoye courant en Bretaigne, acte xxiv ; 1306-1308 : extrait du compte de Roland le Lombard ; 1317 : mention de 69 £, in moneta Britonica & alia communi, acte xxvi et DL II 467 ; 1333 : vente d’une terre pour 14 £ 15 s de bonne monnaie courante, c’est à savoir maille blanche pour 4 d et autre monnoye, DM I 1367 ; 1337 (août) : paiement de 600 £ de monnaie courante. Testament de Jean de Derval, AIV 1 F 3, f°40 v°.

85 Jeulin, « Un grand “Honneur” anglais… », p. 265-302.

86 Jézéquel 86. Pour J. Duplessy, les deniers de Nantes à légende COMES RICHEMVD seraient du début du règne d’Arthur II, Duplessy, « Observations sur quelques monnaies des ducs de Bretagne », p. 36.

87 Jézéquel 78-80.

88 Jézéquel 83-84 et 86.

89 On lira en particulier sur les imitations de monnaies bretonnes Duplessy, « Numismatique de Châteaumeillant (xiie-xive s.) », mélanges offerts au docteur J.-B. Colbert de Beaulieu, p. 331-344 ; id. : « Numismatique de Brosse, Saint-Sévère et d’Huriel… », p. 82-102 ; id., « Deux deniers inédits de Pierre Ier de Brosse… », p. 182-185.

90 Poey d’Avant, monnaies…, t. i, p. 291-292, remarque au sujet d’une monnaie de Vierzon (Poey d’Avant 2034-2036) que la croix ancrée jouit d’une grande faveur au Moyen Âge.

91 Poey d’Avant 36, pl. I, n° 21.

92 Bourgogne, Dijon : Poey d’Avant 5658, cxxx.16, Hugues III (1162-1193) ; comté de Chalon, Poey d’Avant 5634 : Guillaume II de Chalon (1168-1203) ; Autun : Poey d’Avant 5648-9, non daté.

93 Uzès : Poey d’Avant 3862, lxxxvi, 11 : Raimon III (1208-1212) ; Anduse : Poey d’Avant 3852-4, lxxxvi, 3-5 : avant 1236 ; Roquefeuil : Poey d’Avant 3856-8, lxxxvi, 7-8 et catalogue Barré-Platt, novembre 98, n° 853 pour l’obole, xiiie siècle ?

94 Celles : Poey d’Avant 2059-2060, xlv.4 et 5 : Robert de Courtenay (1198-1239) ; Sainte-Sévère : Poey d’Avant 2076, xlv, n° 17 : Hugues Ier (1256) ; Vierzon : Poey d’Avant 2034-6, xliv.6 et 7 : Guillaume (1302-1303). Une des imitations de Vierzon porte une croix ancrée, cantonnée de 4 points. Il s’agit du type vannetais.

95 Poey d’Avant 3935.

96 Poey d’Avant 1964.

97 Poey d’Avant 5848-5849.

98 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 36.

99 C’est d’ailleurs l’opinion de M. Pastoureau, « La diffusion des armoiries et les débuts de l’héraldique », La France de Philippe Auguste, le temps des mutations, p. 737-760, p. 740, qui signale (note 8) que les premières monnaies à armoiries semblent être celles de Jean le Roux, et que la monnaie de l’évêché de Langres présentant un écu en sautoir, attribuée à Guillaume II de Joinville (1209-1219) doit être attribuée à Gui Ier de Rochefort (1250-1266).

100 Charenton : Guillaume de Courtenay (1255) Caron 163 ; Nevers : Eudes de Bourgogne (1257-1267) Poey d’Avant 2143-2144 (dont il y avait 28 ex. dans le trésor de Courcelles-en-Frémois) ; Charenton : Jean Ier (1268) PA 2082 ; Vierzon : Blanche : Poey d’Avant 2031. Poey d’Avant signale que ces monnaies faisaient partie d’un trésor contenant aussi des monnaies de Jean Ier de Bretagne, dont la dame de Vierzon s’est inspirée. Pour Caron, elle est de Jeanne de Brabant, 1270. Caron, monnaies…, p. 95 ; Nevers : Robert de Dampierre (1271-1296) : Poey d’Avant 2153-2156 ; Bourgogne : Robert II (1272-1305) PA 5673.

101 Caron 163.

102 Poey d’Avant 1964.

103 Poey d’Avant 2143-2144.

104 Châteauroux : Guillaume II (1233-1270) et Guillaume III (1270), Poey d’Avant 1968-1972, et Caron 133 ; La Marche : Hugues XIII (1282-1303), Poey d’Avant 2628-2629.

105 Brosse-Huriel : Poey d’Avant 2071, XLV.13, André de Chauvigny (1317).

106 C’est en tout cas l’opinion de Guibert, « La monnaie de Limoges », p.8.

107 Pour Cartier, il faut y voir le résultat des nombreuses alliances entre les familles de Brosse et de Vendôme. Poey d’Avant, monnaies féodales…, p. 300. Dieudonné repousse cette affirmation, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 95.

108 Poey d’Avant 4675-4676 et 4681.

109 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 168. Poey d’Avant 4666 sur imitation des évêques de Vivier, 4669, des évêques de Vienne, 4671 et 4677 des princes d’Orange, 4680 des évêques de Die.

110 Caron 672 et Poey d’Avant 6864.

111 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 198.

112 Caron 157-158.

113 Il s’agit de la monnaie de Guy VII (1315-1317), Dhénin E 2.

114 Dieudonné, manuel de numismatique française…, t. iv, p. 97.

115 Dans son deuxième corpus de trésors, Jean Duplessy n’indique de monnaies de ce dernier que dans ces deux trésors bretons, Duplessy II.

116 Poey d’Avant 4497 et pl. xcvii, 13.

117 Poey d’Avant 4498-4500.

118 Jézéquel 54. Metcalf, « Une trouvaille… », p. 171-185.

119 Duplessy 1, n° 132.

120 Dumas, Le monnayage…, p. 18.

121 Reynaud, « La circulation monétaire en Vivarais… », p. 67-70.

122 Geslin de Bourgogne et Barthélémy, anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxlvii.

123 Levron, Catalogue des actes de pierre de dreux, acte 168.

124 AIV 1 F 587. Il s’agit probablement d’une chapelle du comté de Richemont.

125 La description n’est pas claire, mais il est probable que le numéro aurait été précisé s’il s’était agi de Jean II ou Jean III.

126 Duplessy 221, 222, 223, 225, 227, 229, 231, 232, 233.

127 DM I 1201-1204.

128 Nous étudions plus bas en détail le problème de l’or en Bretagne au xiiie siècle, en complétant les trésors par la documentation écrite.

129 Y. Jézéquel distingue 8 types pour 15 variétés.

130 Caron VII, 9 et Poey d’Avant 2071.

131 21 fermetures, Coativy, monnaies royales…, p. 11. Sur les problèmes d’érosion des profits et de la hausse du marc d’argent, Favier, Finance et fiscalité…, p. 61, et Duplessy 2, p. 13.

132 Duplessy 2, p. 14.

133 Blois : Jeanne (1279-1292) : 2 oboles ; Blois : Gui Ier (1303-1342) : 17 deniers et oboles ; Blois : Gui de Châtillon (1303-1342) : 12 deniers et oboles ; Chartres : 4 deniers et oboles anonymes ; Châteaudun : 9 deniers et oboles anonymes ; Anjou : Charles II (1285-1290) ou III (1290-1325) : 15 deniers et oboles ; Chartres : 7 deniers et oboles anonymes ; Marche : Charles de France (1315-1322) : 1 denier et 1 obole.

1 Elle n’a pas été comprise dans le total.

134 Duplessy 1, p. 19.

135 C’est aussi le constat de J.-P. Leguay, qui note qu’« il est très difficile de se prononcer sur l’importance du commerce armoricain du temps de Pierre Mauclerc et de ses successeurs. Le risque est soit d’en exagérer l’importance […], soit, à l’inverse de le sous-estimer », Fastes et malheurs…, p. 51.

136 La Borderie, nouveau recueil…, p. 64-74.

137 Espagne art. 8, 17, Florence art. 14 ou les côtes de France : Bayonne, art. 17. Ernaut Bidon, Bayonnais installé à Saint-Brieuc, s’associe avec Sensin de Rivière pour acheter une coque à des Flamands, art. 8. A Morlaix, un Morlaisien s’associe à un marchand de Florence pour porter du vin de la Rochelle, vers la Normandie ou la Flandre, art. 14.

138 Labrot, une histoire économique et populaire du moyen Âge…, p. 33-37.

139 Jézéquel 89-92.

140 Duplessy 262. On les trouve en nombre dans le trésor de Riec-sur-Bélon, contemporain (1340-1341).

141 Duplessy 260.

142 Duplessy 263.

143 Dans la première moitié du xive siècle, les Bretons assurent de 11 à 19 % du commerce maritime au départ de Bordeaux, Cassard, « Les marins bretons à Bordeaux au début du xive siècle », ABPO, 1979, p. 119-133, et du même, Les Bretons et la mer, Rennes, 1998, p. 166-168.

144 Jézéquel Limoges 6.

145 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 424-425.

146 Beaucoup de deniers de Jean Ier sont ébréchés ou cassés (n° 12, 12, 14, 17, 20, etc.).

147 DM I 1086. Il faut certainement y voir une monnaie de compte. Du métal en lingot ou sous forme de vaisselle devait servir d’appoint aux monnaies.

148 1305 ou 1306 : inventaire des biens du duc Jean II, DM I 1201-1204.

149 Chédeville, « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit dans les pays de l’ouest de la France (xie-xiiie siècles) », Cahiers de civilisation médiévale, t. xvii, 1974, p. 305-323. L’auteur ne s’appuie que sur les textes, et néglige les découvertes de monnaies. Il constate l’absence de mention d’or dans l’Ouest de 1110-1120 à 1322 (première mention d’un florin de Florence, dans le cartulaire de l’évêché du Mans). C’est d’autant plus surprenant qu’il mentionne l’article de Duplessy sur les trouvailles de monnaies d’or ; p. 311-312 : il pose la question de la place de la monnaie dans l’élargissement de l’économie : les trésors et les monnaies isolées apportent une bonne réponse.

150 Sur la datation de l’écu d’or de saint Louis, Duplessy 2, p. 9 et id., Les monnaies françaises…, t. i, p. 92-93.

151 Inconnu II Bretagne.

152 Les dernières mentions de monnaies arabes dans les textes datent des années 1260, et les derniers trésors qui en comprennent se placent aussi à cette époque, Duplessy, « La circulation des monnaies arabes… », p. 130-131 et 144.

153 ALA E 67, Levron, Catalogue…, acte 169, et Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 384.

154 10 novembre 1231, La Borderie, « Recueil d’actes inédits… », p.429.

155 Levron, Catalogue…, acte n° 258.

156 DM I 1201-1204.

157 Sur les circonstances de l’accident, La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 376-378.

158 Duplessy 210 : 1305, cours inconnu.

159 Si on l’estime à 20 st la pièce (en 1305, le mantelet de 3,496 g est à 13 ¾ st, D 21), l’ensemble totalise 52 £.

160 Le cours du marc d’or est donné par Favier, Finance et fiscalité…, p. 61.

161 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 378-381, et nouveau recueil…, acte xxiii.

162 Par contre, il possède de la vaisselle d’or déposée à la Tourneuve, comme l’atteste un inventaire de juin de la même année 1303. AIV 1 F 587.

163 1305 (du 1er au 18 décembre), La Borderie, Nouveau recueil…, acte xxv, art. 201 et 203.

164 D 209 et Favier, Finance et fiscalité…, p. 56.

165 Bompaire, L’économie…, p. 259-260, et Dumas, Le monnayage…, p. 48.

166 AIV 1 F 587.

167 AIV 1 F 587.

1 La liste comprend deux séries de chiffres, répartis ici entre première et deuxième mentions.

168 Duplessy 212, 234 et 237.

169 Duplessy 255.

170 Les trésors contenant des monnaies d’or, avant 1341 : Bécherel : plusieurs monnaies d’or de Philippe de Valois (écus d’or parisis, double, royal, lion, etc.) et un écu d’or de Louis V de Bavière (1315-1347). Milieu xive s. ; Gévezé : 1 royal d’or de Philippe VI (1328-1350) ; Lamballe I : 1 agnel de Philippe V.1316-1322 ; Locmariaquer : 1 lion d’or (1338) de Philippe VI (1328-1350) ; Le Trévoux I : une trentaine de monnaies d’or dont 1 agnel de Louis X et des pièces de Charles IV. 1322-1328 ; Savenay II : des agnels de Philippe IV (1285-1314), D 212 ou Philippe V (1316-1322), D 237. 1285-1322 ; Le Sel : une monnaie d’or de Philippe VI. 1328-1350 ; Quimperlé I : 20 écus d’or de Philippe VI. 1337-1350 ; Locmariaquer : un lion d’or (1338) de Philippe VI. 1338-1342 ; Savenay II : des agnels de Philippe IV ou V. Monnaies antérieures à 1350 et contenues dans des trésors bretons postérieurs : Questembert I : au moins 1 double royal d’or de Philippe VI (1340). 1355-1364 ; Rouillac : 39 pièces d’or : des agnels de Philippe V et VI. 1364-1385 (compté 1 Philippe V et 1 Philippe VI) ; Saint-Caradec : 8 écus d’or de Philippe VI (1328-1350), Empire : Charles IV, roi des Romains (1346-1355), 1 florin d’or, Florence : 1 florin d’or assez usé qui serait de 1330. 1358-1360 ; Vannes I : une soixantaine de pièces en or dont Philippe VI (1328-1350), 1 royal d’or, 1 écu d’or, 1 ange d’or. 1365-1385.

171 1342 (2 juin) : Hervé de Léon doit verser à Gauthier de Mauny pour sa libération, « trois mil livres d’esterlins ou la value en flourins de Flourence, ou d’autres de coigns royaux ». AIV 1 F623, f° 7.

172 Duplessy 1, p. 9.

Table des illustrations

Titre Deniers, obole et demi-obole à l’écu de Jean Ier. Jézéquel 48-51.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-1.png
Fichier image/png, 298k
Titre Denier à la nef de Jean Ier. Jézéquel 57.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-2.png
Fichier image/png, 76k
Titre Piéfort du double, denier, obole et demi-obole à l’écu en bannière de Jean Ier. Jézéquel 52-53 et 55-56.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-3.png
Fichier image/png, 287k
Titre Denier et obole anonyme de Guingamp aux armes de Dreux. Jézéquel 64-65.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-4.png
Fichier image/png, 127k
Titre Deniers de Jean III d’Evran, pour la Bretagne et pour Limoges. Jézéquel 83 et L 1.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-5.png
Fichier image/png, 124k
Titre Piéfort du denier de Jean III aux armes écartelées. Jézéquel 88.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-6.png
Fichier image/png, 59k
Titre Doubles de Jean III imités de ceux du roi. Jézéquel 90 et 92.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-7.png
Fichier image/png, 207k
Titre Tableau 16. – Les monnaies royales et leurs imitations bretonnes (1337-1340). Sources : Duplessy, Les monnaies… et Jézéquel, Les monnaies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-8.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Tableau 17. – Les mentions de « monnaie courante ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-9.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau 18. – L’honneur de Richemont sous les Dreux et les Montforts. Source : Jeulin, « Un grand “Honneur” anglais… ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-10.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Deniers à la croix ancrée de Melun et de Guillaume II de Chalon. Poey d’Avant 56 et 5634.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-11.png
Fichier image/png, 131k
Titre Denier de Châteauroux au nom de Guillaume. Poey d’Avant 1964.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-12.png
Fichier image/png, 68k
Titre Tableau 19. – Répartition des monnaies enfouies en Bretagne sous Pierre de Dreux et Jean Ier.Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-13.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Répartition des trésors (1213-1341).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-14.png
Fichier image/png, 141k
Titre Tableau 20. – Répartition par atelier des monnaies royales du trésor Inconnu III Bretagne.Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-15.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 21. – Les monnaies féodales en Bretagne au xiiie siècle. Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-16.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-17.png
Fichier image/png, 6,5k
Titre Tableau 22. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles du xiiie siècle trouvées en Bretagne. Source : Corpus des monnaies isolées.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-18.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Tableau 23. – Répartition des monnaies trouvées en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-19.png
Fichier image/png, 10k
Titre Tableau 24. – Les monnaies féodales en Bretagne (1310-1340). Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-20.png
Fichier image/png, 22k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-21.png
Fichier image/png, 7,0k
Titre Tableau 25. – Les monnaies étrangères en Bretagne (1310-1341). Source : Corpus des trésors.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-22.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Répartition des monnaies isolées (1213-1341).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-23.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 26. – Monnaies de fouilles et monnaies isolées (1310-1341). Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-24.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Tableau 27. – Les monnaies d’argent dans le trésor ducal en 1341. Source : DM I 1413-1415 et Bigot, PJ XXI.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-25.png
Fichier image/png, 12k
Titre Tableau 28. – Les monnaies du trésor de Riec-sur-Belon (29). Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-26.png
Fichier image/png, 12k
Titre Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1213-1280).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-27.png
Fichier image/png, 85k
Titre Répartition des monnaies bretonnes trouvées hors de Bretagne (1280-1341).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-28.png
Fichier image/png, 86k
Titre Répartition des trésors contenant des monnaies de Limoges.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-29.png
Fichier image/png, 74k
Titre Tableau 29. – Monnaies d’or trouvées à Nantes à la mort de Jean III (1341). Source : DM I 1413-1415.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-30.png
Fichier image/png, 18k
Titre Tableau 30. – Les monnaies d’or des trésors bretons 170 Sources : pour la Bretagne, Corpus des trésors, et pour les mentions d’or dans la comptabilité bourguignonne, Dumas, Le monnayage, p. 48.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-31.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 31. – Nombres et mentions de monnaies d’or antérieures à 1341 dans les trésors. Source : Corpus des trésors.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25397/img-32.png
Fichier image/png, 10k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540