Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Première partie. De l'an mil à 1341

Chapitre III. Les ducs de la maison de Dreux et leur monnaie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Bigot, Essai…, p. 364.

Que iceluy seigneur
ait pouvoir d’icelle monnoye faire
et icelle monnoye puet estre prinse.
Réponse du roi au duc Jean III
sur le fait de ses monnaies, 13391.

1C’est au xiiie siècle que l’on voit naître l’administration et les cadres institutionnels de la monnaie. Peu à peu, le duché se dote d’une administration monétaire et précise ses ambitions. Le phénomène est favorisé par la volonté d’affirmation du pouvoir ducal, spécialement sous Pierre de Dreux et Jean Ier le Roux. Dans le même temps, le duché s’ouvre sur l’extérieur, ce qui oblige à produire plus, c’est-à-dire à ouvrir des ateliers monétaires, et à mieux contrôler la circulation. Dans le dernier quart du siècle, l’acquisition de la vicomté de Limoges par la famille de Dreux permet au duc de frapper monnaie hors de Bretagne. La documentation désormais un peu plus abondante permet de mieux suivre les évolutions et de faire apparaître les grandes nouveautés.

Théorie et administration

  • 2 Pour une vue d’ensemble sur la période, La Borderie, Histoire de Bretagne, t. iii, p. 303-38, Legua (...)

2En 1213, la domination de la France de Philippe Auguste pèse sur la Bretagne2. Il place à la tête du duché un capétien, cadet d’une grande famille : Pierre de Dreux (1187-1250), marié à Alix de Bretagne, l’héritière du duché. Ce dernier règne en tant que baillistre, c’est-à-dire tuteur de son épouse. Pierre arrive dans un duché replié sur lui-même et fait tout pour renforcer le pouvoir ducal. Son fils Jean Ier le Roux (1237-1286) profite d’un règne long, qui correspond à ceux de Louis IX (1226-1270) et de Philippe III le Hardi (1270-1285). Il continue la politique d’agrandissement et de renforcement du domaine ducal entamée par son père. Toutes les méthodes sont mises en œuvre (ruse, force, argent). À sa mort, en 1286, la fortune de la famille ducale est constituée dans ses grandes

  • 3 C’est en tout cas l’avis de Pocquet du Haut-Jussé, « Jean le Roux qui savait et aimait compter », « (...)

3lignes. Il apparaît comme un prince économe, qui contrôle attentivement ses dépenses, comme d’ailleurs tous les membres de la maison de Dreux3.

Les espèces monétaires, témoins d’une volonté politique

  • 4 Les réformes de saint Louis sont présentées dans Favier, Dictionnaire…, p. 651.

4Faute de source écrite sur la théorie monétaire ducale, il faut aller chercher l’information ailleurs. Sous les Dreux, les pièces de monnaie apportent beaucoup d’éléments, en particulier sur la façon dont les ducs tournent les décisions royales et imposent leur point de vue. Depuis saint Louis, seul le roi peut monnayer de la forte monnaie, en particulier gros et écus d’or, mais l’interdiction concerne aussi le double denier, qui est la première étape vers l’élargissement des valeurs4.

5La première manifestation consiste à fabriquer des espèces interdites, comme le double denier.

Double-denier de Jean Ier, Vannes. Jézéquel 46.

Double-denier de Jean Ier, Vannes. Jézéquel 46.
  • 5 Jézéquel 46.
  • 6 Chronique de Rhuys : MCCXLIX : nova moneta recepta fuit Venetis in vigilia assumptionnis Beatae M. (...)
  • 7 Jézéquel 52.
  • 8 Par contre, il faut écarter le double denier attribué à Jean II et publié par Duby, Jézéquel 72. Ta (...)

6Les seuls exemplaires connus sont émis à Vannes par Jean Ier5. Ils reprennent le type à la croix ancrée, et portent à l’avers la légende + IOHS. DVX. BRITANNIE et au revers + VRBS VENETENSIS. Le double se distingue du denier par le poids (1,85 g-2,12 g) et la présence de points qui cantonnent la croix ancrée. Nous savons par la Chronique de Rhuys que l’atelier de Vannes ouvre en 12496. Comme le double denier est la seule monnaie vannetaise attestée, on peut penser que l’atelier a été fondé pour la frapper. Le duc est bien conscient d’enfreindre la législation royale et préfère tenter l’expérience loin de la frontière, avec peut-être un personnel nouveau qui sait rester discret les premiers temps. Le type monétaire confirme cette date, car la croix ancrée vit alors ses dernières années, pour disparaître aux alentours de 1250. Un piéfort de double de Jean Ier est d’interprétation plus difficile7. Il reprend le type à l’écu en bannière, mais il est difficile d’établir s’il s’agit du piéfort d’un double ou d’un denier. On ne connaît pas la pièce correspondante, et le denier est sensiblement différent, ce qui plaide en faveur de la première hypothèse. Ce ne serait pas surprenant car l’écu en bannière doit succéder assez rapidement au type à la croix ancrée. Comme il est aussi très complet, de la pouge au denier, on peut imaginer que le duc a fait frapper un double du nouveau modèle. Cette pièce n’a pas été retrouvée, mais le double vannetais n’a été signalé que récemment (1963)8.

7Un texte de 1274 confirme le témoignage de la numismatique et permet d’y voir plus clair. Aimar de Moncel rend un avis au roi concernant la monnaie bretonne, et spécialement les doubles deniers :

  • 9 AIV 1 F 7, f°3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89 ; Pla (...)

« Comme li quens de Bretaigne a eu commencié à faire une monnoie qui valoit II d et en cele forme et en cele manière où il l’avoit commanciée, il l’a apeticiée et amenuisiée de pies et de loi de V s pour livre9. »

  • 10 Jézéquel 89-91.
  • 11 Jézéquel 49-51 : écu ; Jézéquel 52-56 : écu en bannière.
  • 12 Cf. Bigot, Essai…, pièce justificative n° xi.
  • 13 Bigot 312 pour Saint-Brieuc, attribué à Jean II ; Bigot y voit une imitation du burgensis novus de (...)
  • 14 Bigot, Essai…, pièce justificative xix.
  • 15 Caron, Monnaies…, p. 31-32.
  • 16 Jézéquel 89-92.

8Il faut donc penser que la pièce, du module et du type du double vanne-tais, à l’exception des points cantonnant la croix, n’est pas un denier mais un double. La suppression des points est la marque de la deuxième émission affaiblie, signalée par Aimar de Moncel. Au total, le dossier est assez important pour le xiiie siècle et permet de recouper les informations. Restent les doubles deniers de Jean III émis à la fin des années 133010. Ces témoignages font apparaître que Jean le Roux veut donner à la Bretagne l’échantillon le plus large possible d’espèces. Il innove en émettant des doubles à la croix ancrée, puis il fait frapper des demi-oboles ou pouges, des oboles et des deniers au type de l’écu et de l’écu en bannière, avec peut-être un double denier pour cette série11. Pourquoi le duc a-t-il orienté sa politique dans ce sens ? Constatant la reprise et l’apparition de nouvelles espèces en Italie et en France, il organise un nouveau système et complète le denier de ses multiples et divisions : pite, obole, double. Il s’attire alors les reproches de Louis IX qui ne voit pas d’un bon œil cette évolution contraire aux orientations monarchiques12. Ces nouveautés se manifestent aussi par une politique d’imitation des espèces royales, contrairement aux ordonnances de saint Louis, renouvelées par ses successeurs. C’est sous Jean III que le phénomène se développe. S’il est difficile de voir dans le denier à l’écu herminé de Jean III une copie du burgensis novus de Philippe le Bel13, on sait qu’en 1339, les maîtres royaux prétendent que les monnaies royales sont imitées à Nantes et Limoges. Ils envoient des commissaires pour s’emparer des coins, et ceux-ci constatent qu’il n’y a entre elles et le « coing du roi si petite différence que le commun pueple ne puet la connoistre14 ». Cette fabrication remonte à trois ans (soit 1336) et porte sur une somme de 150 000 £ pour Nantes et Limoges15. On possède bien pour la fin du règne de Jean III des monnaies manifestement imitées de celles du roi, en particulier celles qui portent BRITON et BRIT dans le champ16. Elles s’inspirent

  • 17 Duplessy 271 et Poey d’Avant 1546 et ss.

9du denier parisis de septembre 1329 à décembre 1339 et du double tournois de Philippe VI, émis entre janvier 1337 et avril 1340, mais dans ce dernier cas, la légende de revers MONETA DVPLEX est remplacée par SIGNVM DEI VIVI, traditionnelle des monnaies du Maine17.

  • 18 Jézéquel 52-56 puis 48-51.
  • 19 Sur les détails de typologie, cf. chapitre suivant.

10La politique monétaire s’exprime aussi d’une façon plus symbolique à travers les types et les blasons. À partir de 1213, l’unification monétaire de la Bretagne autour du type à la croix ancrée et du denier de Guingamp est très intéressante. Le fait que ces monnaies aient la même valeur que l’angevin révèle une volonté politique. Cette impression est corroborée par l’évolution typologique des pièces de Jean Ier. Après avoir repris les types monétaires de son père, il émet de nouvelles séries, à l’écu de Bretagne puis à l’écu en bannière18. Le nantais à l’écu est une des premières monnaies à porter des armoiries, voire la première. Il reprend une forme de bouclier très allongé, que l’on retrouve sur les sceaux de Jean Ier. La pièce a du succès et elle est rapidement imitée19. On retrouve une touche originale avec l’écu en bannière et la nef, unique en son genre sur les pièces de cette époque. Le blason continue à être le thème dominant sous Jean II, Arthur II et Jean III. On trouve plus de variétés à Limoges où les armes ducales sont écartelées avec celles des duchesses douairières. Les légendes n’offrent pas d’intérêt particulier. Pierre ne fait pas figurer son nom sur ses espèces, car il est baillistre du duché, administrateur au nom de sa femme. Jean le Roux conserve l’anonymat en même temps que le type à la croix ancrée, qui a beaucoup de succès. À partir des années 1250, on trouve habituellement le nom du duc suivi du titre, DVX au revers, BRITANIE ou COMES RICHMVD à partir d’Arthur II. Deux variétés apparaissent : CASTRI GIGAMPI pour les monnaies anonymes de la fin du xiiie siècle, et SIGNVM DEI VIVI sur les imitations des monnaies royales par Jean III.

Denier de Jean Ier à l’écu et à l’écu en bannière, atelier inconnu. Jézéquel 49 et 53.

Denier de Jean Ier à l’écu et à l’écu en bannière, atelier inconnu. Jézéquel 49 et 53.

11Les monnaies doivent beaucoup au développement de la mode des armoiries et des sceaux armoriés. Les armoiries apparaissent vers 1130 dans l’Ouest de l’Europe, et se généralisent vers 1220 dans la noblesse. L’écu fleurdelisé apparaît en 1211 sur le sceau de Louis de France, fils de Philippe Auguste.

Sceau et contresceau de Pierre de Dreux. DM II, pl. 8, sceau lxxii.

Sceau et contresceau de Pierre de Dreux. DM II, pl. 8, sceau lxxii.
  • 20 Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir. L’évolution du sceau des ducs de Bretagne du xiie au (...)
  • 21 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 402.

12En 1213, Pierre de Dreux arbore ses armoiries sur son sceau20, mais il faut attendre le milieu du xiiie siècle pour que Jean Ier fasse apparaître ses armoiries sur ses monnaies, à savoir l’échiqueté d’or et d’azur de Dreux, au franc quartier d’hermines. Cette série met fin à la croix ancrée. Ce blason a pour défaut aux yeux de Jean II, de rappeler un peu trop l’origine française de son lignage. La date d’abandon du blason de Dreux n’est pas clairement établie. Pour Arthur de la Borderie, c’est Jean III qui délaisse les armes de Dreux pour les hermines en 131821.

Denier de Jean III au blason d’hermine plain, atelier de Brest. Jézéquel 85.

Denier de Jean III au blason d’hermine plain, atelier de Brest. Jézéquel 85.
  • 22 Bigot, Essai…, p. 98, et Bigot 325. Iste I ohannes non voluit portare arma D rocensis comitatus, qu (...)
  • 23 Dieudonné, Manuel…, t. iv, p. 126, note 2
  • 24 Pastoureau, « L’hermine : de l’héraldique ducale à la symbolique de l’État », 1491. Bretagne, terre (...)
  • 25 M. Pastoureau évoque les hésitations de Poey d’Avant.
  • 26 Cf. Coativy, « Les pseudo-blancs… », p. 9.
  • 27 Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir… », p. 134.

13Bigot reprend l’Anonyme de Saint-Brieuc et attribue à Jean II l’usage du blason d’hermine plain22. Pour Dieudonné, le texte de la Chronique de S aint-Brieuc est un « argument fragile » pour l’attribution des monnaies à l’écu d’hermine plain à Jean II23. M. Pastoureau signale quant à lui qu’en sigillographie, le changement d’armes a lieu vers 1315-1316, peut-être 131224. Il est un peu rapide sur les données venant contredire l’héraldique, et s’il signale la difficulté de dater la monnaie, il ne dit pas un mot sur les deniers attribués par Bigot à Jean II25. On ne peut pas négliger la note de l’Anonyme de Saint-Brieuc, même s’il n’est pas à une invraisemblance près, surtout en matière de monnaie26. C’est en tout cas sur un acte daté du 13 décembre 1316 que l’on trouve pour la première fois le blason d’hermine plain, confirmé par des sceaux de 1318 et 132027.

  • 28 L’or et l’argent, le sable, le sinople, les gueules et l’azur, l’hermine et la contre-hermine, le v (...)
  • 29 Pour Bigot, Essai…, p. 81, Pierre de Dreux suit l’exemple de saint Louis.
  • 30 Dumas, Le monnayage…, p. 278-279 et Dumas 9.11.
  • 31 Les graveurs de sceaux bretons ne sont pas non plus en retard pour représenter les dernières nouvea (...)

14Entre 1213 et les années 1310, un siècle s’est écoulé et les Dreux sont devenus de Bretagne avant tout. Le duc décide alors d’abandonner l’échiquier pour ne garder que les hermines. Il convient de s’arrêter sur cette décision. Elle est héraldique tout d’abord. Le semé d’hermines a l’avantage d’être un signe de puissance souveraine, qui n’est pas sans rappeler le semé de fleurs de lis des rois de France. Par ailleurs, les armes pleines sont, de fait, limitées à dix, et il ne va pas sans un certain prestige d’en orner son blason28. La décision est aussi politique. Elle manifeste la volonté de couper le lien avec la famille d’origine française, et par filiation avec la famille royale. Enfin, la monnaie y trouve son compte. Le type devient de fait plus lisible pour les illettrés, et les pièces diffusent auprès des Bretons et au-delà des frontières le symbole des ducs de Bretagne. Le vecteur employé est abondant et ne coûte rien à la famille régnante. D’une manière générale, l’adoption par la Bretagne de la monnaie au type armorié est novatrice, puisque la première monnaie qui porte le blason des rois de France est l’écu d’or de Louis IX, daté par J. Duplessy de l’extrême fin du règne, l’année 127029. Si l’on regarde du côté de la Bourgogne, le blason apparaît sur les monnaies de Robert II (1272-1305)30. Si Gui de Genève, évêque de Langres (1266-1296), Louis de Flandre, comte de Nevers (1296-1321) et Gui de Lusignan (1303-1308) l’adoptent, Jean Ier en est un des premiers initiateurs, si ce n’est le premier31. Cette politique originale nécessite le soutien d’une administration de qualité, et c’est pourquoi les ducs de Dreux dotent leur seigneurie d’un outil efficace.

Adaptation des ateliers et naissance d’une administration

  • 32 Jézéquel 60-66.
  • 33 Encore faudrait-il disposer d’un échantillon important de monnaies, et bien identifier les pièces i (...)
  • 34 La première mention écrite de l’atelier de Nantes date de 1224, Geslin de Bourgogne et Barthélémy, (...)
  • 35 Liste des ateliers d’après Jézéquel, Monnaies…, p. 303-304.
  • 36 Caron, n° 41, signale l’atelier de Hennebont sous Jean II. La monnaie doit être rendue à Jean de Mo (...)

15Au début de son règne, Pierre Mauclerc annexe l’atelier de Guingamp et le fait fonctionner à son profit. Dans un premier temps, le type à la tête barbue est maintenu, avant de laisser la place aux monnaies anonymes à l’échiqueté de Dreux32. Si l’on date ces émissions des années 1260, on peut conclure qu’une partie au moins des pièces de Jean Ier à l’écu de Bretagne a été émise à Guingamp. La production est tellement importante sous les Penthièvre et après les années 1260 qu’on imagine mal les ducs arrêtant de faire œuvrer l’atelier. Comme les deniers à l’écu ne portent pas de référence d’atelier, il est difficile de le prouver. Seule une analyse des éléments-traces du métal permettrait d’y voir plus clair33. En tout cas, le duc de Bretagne est seul à monnayer dans sa seigneurie à partir des années 1220, privilège exceptionnel à une époque où tous les princes territoriaux doivent faire face à des dissidences. Au moment où Pierre de Dreux prend le pouvoir, l’atelier de Rennes complète celui de Guingamp. Rien ne permet d’affirmer que Nantes travaille à cette époque, même si c’est tout à fait possible34. Les monnaies indiquent que les ateliers se multiplient tout au long de la période35. Sous Pierre de Dreux, les officines de Guingamp, Nantes et Rennes fonctionnent. Jean Ier y ajoute Vannes, et Jean II Jugon36. Arthur II profite de la possession de Limoges pour entretenir un atelier hors du duché. Jean III complète l’ensemble avec Evran et Brest. Plusieurs motivations entrent en ligne de compte. Rennes et Nantes bénéficient de leur ancrage dans le paysage monétaire, et aussi Guingamp, mais dans une moindre mesure. Le poids économique de ces trois villes, ainsi que celui de Vannes est aussi un facteur important. Enfin, cet ensemble permet d’assurer une « couverture » monétaire convenable du duché. On note malgré tout la discrétion de la Basse-Bretagne, et la présence d’un atelier à Evran, si c’est bien de cette ville qu’il s’agit, reste surprenante.

  • 37 DM I 1006-1009, et ALA E 161.11.
  • 38 La Borderie, « Exécution testamentaire du duc Jean le Roux », acte 95.
  • 39 Coativy, « La mise en place… », p. 41.
  • 40 Sur la naissance de la Chambre des comptes de Bretagne et ses fonctions, voir Kerhervé, L’État bret (...)

16En parallèle, c’est sous les Dreux que l’on voit se dessiner l’administration bretonne, et en particulier dans ce domaine. En 1267, puis en 1271 et 1275, le maître de la monnaie apparaît pour la première fois dans les textes37. Même s’il est difficile de savoir ce que ce terme recouvre précisément, il faut imaginer une structure suffisamment élaborée pour qu’il y ait un maître et des employés. Un acte de mai 1288 nous apprend qu’il existe des associés du maître et que le maître prend l’atelier à ferme. Celle-ci est renouvelée pour un montant de 12 £, mais rien ne précise pour combien de temps, peut-être un an38. En 1306, Bonin Gui se rend en Italie pour y chercher des essayeurs et des fondeurs pour l’atelier de Nantes39. Il faut attendre l’extrême fin de la période pour trouver mention des serments (1339) et du garde (1340). L’organisation sort de l’ombre, conforme à ce que l’on en connaît à la fin du Moyen Âge. On ne sait pas qui contrôle alors les ateliers. Il existe une commission ambulatoire, issue de la curia ducis, chargée de vérifier périodiquement les rôles de comptes des sénéchaux et des receveurs locaux, et peut-être a-t-elle en charge le contrôle de la monnaie40. On peut d’ailleurs noter sa présence dans des villes où fonctionnaient des ateliers monétaires, Rennes, Nantes, Guingamp et Vannes.

  • 41 Cartulaire de Saint-Melaine, f°17, cité par Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de B (...)
  • 42 Cf. supra, p. 74-75.
  • 43 La Borderie, Nouveau recueil…, acte n° viii.
  • 44 Geslin De Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxl.
  • 45 La Borderie, Nouveau recueil…, Rennes, 1902, acte i.
  • 46 Blanchet, « Le monnayage des comtes de la Marche », p. 5.

17Par ailleurs, Jean Ier rachète définitivement en 1254 les droits dont bénéficiait Saint-Melaine de Rennes41. Il s’agit de libérer le dernier lien qui rattache la monnaie bretonne au domaine religieux. Ce droit des moines de Saint-Melaine sur la Monnaie de Rennes remonte au xiie siècle. Il est régulièrement confirmé à chaque changement de règne (1139, 1158, 1193)42. En 1225, Pierre de Dreux confirme la perception d’un dixième du monétage, puis Jean Ier dans les années 1240. Ce dernier fait également restituer 300 £ d’arrérages aux moines43. Finalement, en 1254, il rachète définitivement leurs droits sur l’atelier de Rennes44. Le monastère sert aussi de banque au duc, qui y dépose une partie de son argent. Le 24 décembre 1229, Pierre libère l’abbaye du dépôt qu’il lui avait confié45. Ces deux pratiques sont bien connues du Moyen Âge. À Paris, les Templiers accueillent l’argent du roi, et à Limoges, les vicomtes donnent une obole par livre de monnaies frappées à la maison des lépreux, comme l’atteste l’enquête du 25 novembre 124446. En même temps que le pragmatisme triomphe dans l’organisation de la principauté, les ducs s’attachent à mieux surveiller la circulation des espèces étrangères.

Le contrôle de la circulation monétaire

  • 47 Fecit etiam sine episcopo et ejus assensu in civitate nannetensis banniri quod moneta turonensis no (...)
  • 48 Bigot, Essai…, p. 360, et Recueil des ordonnances des rois de France, t. i, p. 449.
  • 49 Sur l’aspect strictement économique, cf. chapitre suivant.
  • 50 Planiol, Histoire…, p. 380. Sont autorisées « parce que le peuple croit qu’il n’y a pas assez de mo (...)
  • 51 Pierre de Dreux, le père de Jean Ier, est arrière-petit-fils de Louis VI le Gros ; il a été élevé à (...)
  • 52 1274 : XXII. Comes Britannie emendavit hoc quod ipse monetam suam, que erat de pondere novem solido (...)
  • 53 Bigot, Essai…, p. 362-363.
  • 54 Sur la situation réelle de la circulation monétaire, cf. infra, p. 159-180.

18Une sentence rendue par Otton, évêque de Porto, nous apprend que Pierre puis Jean ont fait décrier la monnaie royale dans l’évêché de Nantes. Ce mandement est perdu, mais nous en avons une mention en 1248, dans les plaintes de l’évêque de Nantes47. Ce texte a donné lieu à plusieurs interprétations. Pour Planiol, il s’agit d’une interdiction des monnaies étrangères, et la décision s’étend à tout le duché. En fait, il ne faut y voir qu’un épisode supplémentaire dans la lutte des ducs contre l’évêque de Nantes. Mais l’acte a une autre portée, car il s’agit pour le duc d’assurer la circulation de sa monnaie, et éventuellement de tester la volonté royale. La mesure est hardie et relève tout à fait d’une pratique classique de politique monétaire médiévale. Sans qu’il y ait décri, il semble bien que les ateliers fondent de la monnaie royale pour fabriquer des espèces bretonnes, ce qui amène le roi à rappeler le duc à l’ordre en 130848. L’évolution de la valeur de la monnaie intéresse aussi ce domaine, dans la mesure où les dévaluations de la monnaie bretonne ont attiré les remontrances royales, et placent la monnaie dans un contexte beaucoup plus politique qu’économique49. Il semble que l’affaire démarre en 1265, quand le roi se charge de fixer la valeur de la monnaie bretonne50. Notons tout de même que le duc peut s’estimer heureux de la décision, puisque Louis IX favorise autant que possible les monnaies des membres de son lignage, le « nantais », l’« angevin » et le « mansois51 ». Sans tenir compte de ces décisions, Jean Ier modifie la valeur de sa monnaie en 1274, à la baisse, ce qui lui vaut immédiatement une condamnation en règle du Parlement de Paris52. L’affaire rebondit en 1315 puis en 1320, lorsque le roi reproche à Jean III de muer sa monnaie, au détriment de la population53. On peut remarquer la ténacité des ducs, nonobstant les ordonnances royales. Dans ce domaine, il n’y a pas d’alignement du duché sur le royaume54.

Les limites

  • 55 Dumas, Le monnayage…, pl. IV, n° 10.1.1 à 10.7.3.
  • 56 Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 144 et 169. Même situat (...)

19Malgré tout, il ne faut pas appliquer à la politique monétaire des Dreux un cadre trop moderne. Elle relève en grande partie du pragmatisme et de l’adaptation à la situation du moment, et souffre de limites importantes. En premier lieu, il n’y a pas de frappe de monnaie d’or en Bretagne avant la guerre de Succession, ni de grosse monnaie d’argent. Au contraire, depuis les années 1260, le roi de France en émet, en petit nombre au début, puis de plus en plus au xive siècle. En parallèle, le gros d’argent de 12 deniers s’impose comme la monnaie d’argent de référence de l’Occident médiéval. En Bourgogne, les premiers florins sont frappés sous Eudes IV (1315-1349), en même temps que des gros55. En Flandre, Marguerite de Constantinople (1244-1280) émet des demi-gros et Robert de Béthune (1305-1322) imite le gros royal56. Jean le Roux et ses successeurs ne se sentent pas assez puissants, et peut-être pas assez riches, pour frapper de telles pièces. Par ailleurs, il ne faut pas négliger le poids politique du roi de France. C’est une chose de muer sa monnaie quand tout le monde le fait, ou d’émettre des doubles-deniers, c’en est une autre de défier le roi dans des domaines aussi sensibles. Il faut voir dans la combinaison de ces arguments les raisons de l’absence de frappe d’or et de gros d’argent en Bretagne avant le milieu du xive siècle.

  • 57 Le roi remet l’amende le 18 mars 1340, Bigot, Essai…, p. 365-366.
  • 58 Bigot, Essai…, p. 363-365.

20L’imitation de la monnaie royale se cantonne à la fin du règne de Jean III, et encore les légendes de revers sont-elles modifiées. Le duc ne prend pas vraiment de risque et se limite aux doubles-deniers. Si l’on commence à en trouver un peu plus sous Jean III, c’est à cause des débuts du conflit franco-anglais. Le roi est trop occupé à lutter contre Edouard III pour trop se préoccuper de la frappe de doubles par un de ses vassaux. Malgré cela, dans l’affaire des monnaies de Nantes et de Limoges imitées de la monnaie royale, le duc subit en 1339 une amende, assortie de la confiscation des coins, ce qui prouve qu’à cette époque, le roi est encore bien décidé à défendre sa monnaie. Finalement, le jeu des alliances est tel que Philippe VI préfère se plaindre pour la forme, plutôt que de se priver de la fidélité de Jean III57. On ne trouve pas non plus de théorie très élaborée de l’État sous les Dreux, et encore moins de texte la décrivant point par point. Par contre, elle se lit en filigrane dans la réponse faite en 1339 aux gens du duc par les commissaires du roi à Saint-Germain-en-Laye58. Si les changeurs et monnayeurs de Limoges ont accepté de fondre de la monnaie royale, c’est bien malheureux et le duc en est désolé. La défense est molle et manque de sincérité. Les monnayeurs du serment de France ne rejoignent pas les ateliers royaux lorsque ceux-ci ouvrent. Est-ce bien nécessaire puisque le roi a largement le nombre de monnayeurs nécessaire pour ses ateliers ? La monnaie du duc de Bretagne circule hors de Bretagne, mais le duc n’y peut rien, et c’est aux autres seigneurs de se charger de faire la police chez eux. Enfin, on lui reproche de faire une monnaie trop proche de celle du roi. Non répond le duc, puisqu’il a modifié la légende de revers, qui reprend celle des deniers mansois. Lors de ce conflit d’autorité, le roi est encore maître du jeu, mais on voit poindre les grandes lignes de la future théorie monétaire ducale qui trouvera toute sa force au xve siècle.

  • 59 Graphique très parlant dans Favier, Finance et fiscalité…, p. 53 (argent) et 55 (or), surtout pour (...)
  • 60 J 60-67.
  • 61 6 variétés pour le denier Jézéquel 60, et 3 pour Jézéquel 61.
  • 62 Duplessy 262.
  • 63 Duplessy 263.
  • 64 « Car nul ne puet fondre la monnoye du roy », Bigot, Essai…, p. 364, 1339.

21L’aspect politique de la question ne suffit pas à tout expliquer, et les crises monétaires sont pour beaucoup dans ces phénomènes. En 1295, une première crise affecte le royaume, mais elle ne dure pas très longtemps, et elle concerne surtout la monnaie d’or59. En Bretagne, l’époque est dominée par les deniers anonymes de Guingamp60. Il est difficile de suivre les étapes de la crise en Bretagne à travers cette monnaie, dont les variétés sont pourtant nombreuses61. Par contre, lors des turbulences monétaires qui affectent le règne de Philippe VI, la situation du duché est plus facile à suivre. Le 1er janvier 1337, Philippe VI émet un gros à la couronne à 851/1000 de fin62. De 1337 à 1340, son titre tombe à 479/1000, alors que le cours de la pièce ne change pas (10 dt). En janvier 1341, le gros à la fleur de lis est porté à 15 dt, et si le poids de cette pièce est légèrement supérieur à celui de la précédente, il le rejoint dès la deuxième émission (17 février), alors que le cours ne bouge pas et que le titre baisse63. Les monnaies noires suivent la même évolution. Les ducs de Bretagne n’ont pas le choix : pour éviter l’exode monétaire, ils adaptent leur production au contexte de crise. L’opération est très rentable et les commissaires royaux ne s’y trompent pas : ils accusent Jean III d’avoir refondu les monnaies royales, ce qui est interdit depuis saint Louis64. Si le titre choisi par l’État est identique à celui de la monnaie royale, l’atelier gagne sur la préparation du métal, qui peut être réutilisé sans manipulation, ce qui fait baisser les coûts de fabrication, et de plus, le duc bénéficie du seigneuriage. Si le titre breton est abaissé, l’augmentation des dépenses d’affinage est compensée par la plus grande quantité de pièces frappées. L’imitation des types royaux permet enfin d’insérer ces pièces dans la circulation monétaire générale, et annonce la période d’imitation caractéristique de la guerre de Succession. Plus qu’une rébellion déclarée, c’est plutôt d’une orientation économique qu’il s’agit, et l’argument revient donc à minorer en partie l’aspect politique de l’attitude de Jean III vis-à-vis du roi.

Une nécessaire adaptation

22Toutes les nouveautés qui marquent ce domaine aux xiiie et xive siècles obligent la Bretagne à modifier les structures existantes pour suivre les grandes évolutions. Ce phénomène touche directement les ateliers, mais aussi les pratiques quotidiennes de la comptabilité.

Renouveler les ateliers

  • 65 À noter qu’il existe aussi un Jean de la Monnoye à Rennes en 1213. Comptes de dépenses de Jean Le L (...)
  • 66 Podevin, L’atelier de Nantes des origines à sa fermeture, Armor numis, n° 100, oct. 1992, p. 16-19.
  • 67 1306 : quittance de Bonin Gui, marchand de Florence, Bigot, Essai…, pièce justificative n° xiv.
  • 68 Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 167-168, et Finance et fiscalité…, p. 35-36. Jusqu’à sa mo (...)

23La large diffusion des deniers à la croix ancrée et des nantais à l’écu, et leur grande fréquence sur le marché, attestent du « décollage » de la production monétaire au xiiie siècle. Le phénomène se maintient sur toute la période et cela ne va pas sans poser de problème au pouvoir, ce qui l’amène à agrandir les ateliers existants. Celui de Nantes est reconstruit en 1307, et un dénommé Jean de la Monnaie est indemnisé de six livres pour avoir loué sa maison aux monnayeurs pendant la durée des travaux65. Au xiiie siècle, il est situé près du couvent des Jacobins, puis reconstruit place du Bouffay, où il reste jusqu’à sa disparition au xixe siècle66. Il est adossé au mur des fortifications qui longent la Loire. Comme on l’a vu plus haut ; le duc envoie le Florentin Bonin Gui en Italie pour y chercher des spécialistes, en particulier des essayeurs et des fondeurs67. Le phénomène ne se limite pas à la Bretagne, car à la même époque (1305), les ateliers de Paris, Troyes et Tournai sont gérés par des Florentins de la compagnie des Peruzzi68. Il y a à Paris au début du xive siècle une famille de Guy, marchands d’origine italienne, comme Thote Guy, fils de Nicolas Guy. C’est ce Thote Guy qui conseille Enguerrand de Marigny pour les affaires financières ; c’est un neveu des plus célèbres représentants de ce groupe, Biche et Mouche (Albizzo et Musciatto Guidi dei Francezi) ; il est possible qu’il existe un lien entre cette famille et Bonin, mais rien ne vient étayer cette hypothèse.

La Monnaie de Nantes au xviie siècle. Podevin, L’atelier monétaire de Nantes…, p. 18.

La Monnaie de Nantes au xviie siècle. Podevin, L’atelier monétaire de Nantes…, p. 18.
  • 69 Kerhervé, L’État Breton…, p. 194.
  • 70 Jézéquel 70, 83-84 et 85.
  • 71 Bigot 312-316.
  • 72 Caron, Monnaies…, p. 30-31.
  • 73 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 88-89 et 353.
  • 74 Bigot, Essai…, p. 125-126, Jézéquel, Les monnaies…, p. 93, n° 152.

24L’atelier de Rennes change aussi. D’abord situé au Placis-Conan, au sud-ouest de la vieille cité, il se déplace ensuite vers le nord-ouest, entre la muraille et la rue de la Cordonnerie, mais nous ne pouvons pas dater le transfert69. En parallèle, de nouveaux ateliers ouvrent : Guingamp, annexé par Pierre de Dreux, mais aussi Vannes en 1249, Jugon sous Jean II, Evran et Brest sous Jean III, à moins que B ne désigne Saint-Brieuc70, comme le prétend Bigot sans justifier son choix71. Poey d’Avant reprend cette hypothèse, mais Caron signale que Chauffier ne reconnaît comme atelier que ceux connus par les textes, ce qui revient à écarter Evran, Jugon et Saint-Brieuc72. Yannick Jézéquel garde cet atelier, mais assorti d’un point d’interrogation. Cette attribution se heurte à un problème de taille. La ville de Saint-Brieuc fait entièrement partie du régaire de l’évêque, avec les paroisses limitrophes de Langueux, Trégueux, Ploufragan, l’essentiel de Saint-Michel et de Cesson. Cette constatation va à l’encontre d’une attribution briochine. On sait les princes de l’Église très susceptibles sur la frappe monétaire dans leur temporel, comme le montrent encore aux xive et xve siècles les affrontements de Charles de Blois et de l’évêque de Quimper, et ceux de Jean V contre l’abbé de Redon. Par contre, Brest fait partie du Domaine depuis 1240, et le château se prête à abriter un atelier monétaire, comme au xive siècle73. Quand à la monnaie de Charles de Blois attribuée à Saint-Brieuc, elle est douteuse. Bigot utilise Duby dont on sait le manque de précision, et qui a lui-même emprunté la pièce à Ducarel74. Tant que cette pièce n’aura pas été retrouvée, il ne faut pas en tenir compte.

Apparition de la monnaie de compte

  • 75 John Day a signé deux synthèses sur la genèse de la monnaie de compte en Europe, « Les monnaies de (...)
  • 76 1300 (Pâques) : rôle des comptes rendus au duc à Muzillac : nombreuses mentions de monnaies. Somme (...)
  • 77 1301 (17 avril), ALA 14 J 2-15.
  • 78 ALA E 211.1, 1303.
  • 79 Duplessy, Les monnaies…, p. 102-103.
  • 80 Dumas, Le monnayage…, ne donne pas de précision sur ces nouveautés en Bourgogne.
  • 81 Favier, Finance et fiscalité…, p. 43 et Fournial, Histoire monétaire…, p. 30-31.
  • 82 Exemple dans Kerhervé, L’État breton…, p. 212, tableau 12.

25L’apparition du gros et de l’écu en France au milieu du xiiie siècle modifie considérablement le paysage monétaire, mais aussi les habitudes des praticiens de l’argent. Les nouvelles monnaies sont utilisées dans la comptabilité, mais les mutations monétaires leur enlèvent rapidement toute réalité, ce qui provoque la naissance de la monnaie de compte, en partie déconnectée de la réalité numismatique75. L’utilisation de la monnaie de compte se justifie à partir du moment où la comptabilité en deniers n’est plus valable, du fait de la présence de monnaies de plus fortes valeurs, mais qui ne correspondent pas forcément aux unités habituelles, sou (12 deniers) et livre (20 sous). La Bretagne adopte tardivement ce système. En 1300, un paiement se fait en deniers76. Un an plus tard, le duc assigne au domaine de Sauceuil, près de Longjumeau, une rente de 4 £t77, et en 1303, le receveur de Muzillac enregistre en monnaie de compte les sommes des rentes perçues78. C’est donc au tout début du xive siècle que le duché adopte le nouveau mode de comptage de l’argent. Les modifications nombreuses du cours des monnaies royales expliquent le phénomène. Sous le règne de Philippe le Bel, les mutations monétaires sont très nombreuses, spécialement après les désastres de la guerre de Flandre79. La Bretagne n’échappe pas à l’influence de son puissant voisin et adapte sa comptabilité aux nouveautés80. En 1337, le roi de France innove et développe la notion de pied de la monnaie, qui permet d’estimer les variations entre le titre, le poids et le cours des monnaies81. Nous n’en trouvons aucune trace en Bretagne, au xive ni au xve siècle. Les sources du Bas Moyen Âge permettent bien de le calculer pour telle ou telle monnaie, mais n’en font jamais mention82.

Des faussaires en Bretagne

26Il semble que les nouveautés n’échappent pas aux faussaires, qui sont actifs à cette époque, car les faux sont particulièrement nombreux, et pour certains, bien intégrés dans le paysage économique. Le commerce actif, associé à une circulation monétaire plus rapide, facilitent cette activité lucrative mais dangereuse. On peut distinguer deux séries.

Faux deniers du début du xiiie siècle. Jézéquel 39, 40 et 42.

Faux deniers du début du xiiie siècle. Jézéquel 39, 40 et 42.
  • 83 Jézéquel 39, 40 et 42.
  • 84 Bigot 179.
  • 85 Poey d’Avant 309.
  • 86 Bigot 182.
  • 87 Poey d’Avant 313.
  • 88 Caron, Monnaies féodales…, p. 29.

27La première regroupe des monnaies du début du xiiie siècle, avec la monnaie hybride à légende d’avers + BRIHSV REX et de revers + NANII CIVI, une autre portant + BRITAN DVX REX et TVRONVS CIVII (légende rétrograde) et la dernière + REDONIS CIVI et + SCS MARTINVS83. Dans le premier cas, le graveur est probablement analphabète, et il faut se garder de toute conclusion politique sur une quelconque aspiration d’un duc à la royauté, ou d’une reconnaissance de la qualité ducale par Philippe Auguste. Pour Bigot, la pièce est bien de Philippe Auguste84, mais Poey d’Avant pense à juste titre qu’il s’agit d’un faux85. La monnaie à légende de denier tournois a été diversement commentée. Pour Bigot, il s’agit d’un Essai86. Poey d’Avant rectifie la visée en indiquant que c’est « l’œuvre de quelque maladroit faussaire87 ». Caron relance le débat et y voit « la première transition respectant au droit le type breton de la croix ancrée et produisant au revers la légende et la croix du denier tournois88 ». La mauvaise qualité de la gravure et l’incohérence de la légende renvoient ce denier dans le groupe des faux. Caron récidive d’ailleurs dans son commentaire sur la pièce à légende SCS MARTINVS, qu’il est le premier à publier. Pour lui, « c’est le tournois complet ». C’est plus simplement une erreur de liaison de coins. Un faussaire qui imite les monnaies du moment s’est trompé en prenant deux coins et a produit cette monnaie hybride.

Faux denier à légende STEPPAN COM (es) et DVX BRITANIE. Jézéquel 44.

Faux denier à légende STEPPAN COM (es) et DVX BRITANIE. Jézéquel 44.
  • 89 Jézéquel 44.
  • 90 Metcalf, « Une trouvaille de la fin du xiiie s. provenant de Bretagne », RN, 1976, p. 171-185.

28Les monnaies à légende + STEPPAN COM et + DVX BRITANIE89 sont plus difficiles à situer. Les légendes contradictoires et le faible poids des pièces (0,79 g-0,85 g) plaident pour des faux. Il est aussi possible qu’après l’annexion de l’atelier, les monnayeurs aient commencé par user les coins locaux avant d’en graver de nouveaux. Enfin, D. M. Metcalf signale un denier au type à la croix ancrée, avec une légende incompréhensible + IIGOSEDUSIIC90. Cette monnaie s’ajoute à l’épais dossier du faux monnayage en Bretagne au début du xiiie siècle.

Faux deniers du milieu du xiiie siècle. Jézéquel 58 et 59.

Faux deniers du milieu du xiiie siècle. Jézéquel 58 et 59.
  • 91 Jézéquel 58 et 60.
  • 92 Bigot 208.
  • 93 Poey d’Avant 369.
  • 94 Poey d’Avant 2595. Cette monnaie a soulevé en Poitou les mêmes débats que les faux bretons. Certain (...)
  • 95 Jézéquel 49, note.

29Le milieu du xiiie siècle est aussi marqué par ce phénomène, mais dans une moindre mesure. Deux monnaies sont particulièrement intéressantes : un denier porte à l’avers + LVDOVICVS REX, croix, et au revers + B RIT AIII E, écu au franc quartier d’hermines, et un autre + IOHANNES DVX et TVROIVNS CIVI, au type du denier tournois91. Dans le cas de la monnaie à légende royale, la cause est entendue pour Bigot : Jean Ier imite la monnaie royale. Les monnaies sont frappées dans le même atelier et par inadvertance, un monnayeur « qui ne savait pas lire, comme bon nombre de ses pareils » a pris un coin pour l’autre92. Pour Poey d’Avant, « il ne faut attacher aucune importance à ce petit monument93 ». Il signale qu’il a eu la pièce en main et que son aloi en fait un faux, tout comme ses irrégularités nombreuses. Y. Jézéquel n’est pas convaincu et retient l’hypothèse d’une confusion de coins, sans écarter l’hypothèse d’un faux monnayage ducal. La monnaie de cuivre au revers de denier tournois relève du même phénomène, voire est issue du même atelier que la précédente. Il faut réunir le revers de l’une et l’avers de l’autre et inversement pour retrouver la situation de départ. Le métal de mauvaise qualité confirme le tout. On peut rattacher à cet atelier un denier hybride à légende d’avers + IOANNES. DVX et de revers + PICTAVININSIS, au châtel surmonté d’un lis94. Enfin, des deniers à l’écu de Jean Ier sont connus avec des légendes fantaisistes95. Il pourrait s’agir de monnaies qui sortent des mêmes officines, bien qu’elles ne se présentent pas comme des faux.

  • 96 Les trouvailles de deniers hybrides : Trédaniel III : 1 denier hybride DVX BRITANIE/TVRONVS CIVI ; (...)
  • 97 Les monnaies de Guingamp à légende STEPHAN COMES/DVX BRITANIE dans les trésors : Plourivo, 1 ex. ; (...)

30En définitive, la question importante est de savoir quel aurait été l’intérêt des ducs de Bretagne de contrefaire la monnaie royale, et de produire de tels hybrides, et qui en aurait été dupe. Les changeurs qui apportent du métal aux ateliers n’auraient certainement pas accepté de recevoir de « vraies-fausses » monnaies royales en échange de leur métal. Par ailleurs, le duc n’a aucun avantage à payer en fausse monnaie. C’est inutile et dangereux, pour son image sur place et hors de Bretagne. Il est difficile d’imaginer la réaction de saint Louis apprenant qu’un de ses vassaux contrefait la monnaie royale, mais il est fort probable que le duc concerné aurait dû abandonner le pouvoir rapidement. Il s’agit tout simplement de fausse monnaie « traditionnelle ». Les sources ne mentionnent aucun procès pour le xiiie siècle, mais elles sont tellement lacunaires qu’il ne faut pas s’en étonner. Au xve et au xve siècles, les cas sont nombreux et font partie du paysage de la délinquance. Le seul cas particulier qui peut être retenu, avec toutes les réserves qui s’imposent, est celui des monnaies à légende STEPPAN COM et DVX BRITANIE, produites sous deux appellations antinomiques. La situation du moment est connue, l’explication plausible car, dans ce seul cas, elle n’engage que le duc de Bretagne. Mais le doute subsiste et il reste difficile de se prononcer. Les cinq trésors qui en contiennent prouvent qu’elles circulent correctement96. On les trouve souvent associées aux monnaies de Philippe Auguste frappées pour la Bretagne, ce qui donne une date aux alentours de 1210, confirmée par leur type. Celles à légende STEPHAN COMES/DVX BRITANIE sont connues en plus grand nombre, 30 exemplaires, dont 27 dans le trésor de Trédaniel (22), à proximité de Guingamp97.

La production monétaire

En Bretagne

  • 98 Jézéquel 34-37 et 49.
  • 99 Jézéquel 73 pour Nantes et Jézéquel 70 pour Jugon ; Jézéquel 60-66.
  • 100 Poey d’Avant, Monnaies…, t. ii, p. 84 ssq.
  • 101 Le système s’étend par la suite à certains ateliers du royaume (M du Mont-Saint-Michel, C de Chinon (...)
  • 102 Jézéquel Limoges 2-4.
  • 103 Jézéquel 87.
  • 104 Sur les piéforts bretons médiévaux, Coativy, « Le travail du graveur en Bretagne au Moyen Âge », AS (...)
  • 105 Jézéquel 88.
  • 106 Sur la finalité des piéforts, voir chapitre vi sur le fonctionnement des ateliers, III. B. 2 : le t (...)

31Avant la fin du xiiie siècle, la monnaie ne porte pas de marque d’origine. C’est le cas du denier à l’écu, alias nantais à l’écu, où la légende de revers n’est pas explicative, comme sur les monnaies anonymes à la croix ancrée98. Sous le règne de Jean II, on voit apparaître les différents d’atelier : N pour Nantes et I pour Jugon, et sur les monnaies anonymes de Guingamp à l’échiqueté de Dreux, le trident relève peut-être de la même logique99. Les lettres d’atelier deviennent presque systématiques à partir d’Arthur II. Il faut aller chercher l’inspiration de cette méthode en Aquitaine anglaise, où des lettres servent de différents, comme en Bretagne : G pour Guessin, L pour Limoges, A pour Agen, etc.100. Ce système se met en place sous Edouard Ier (1272-1307) et continue par la suite101. Un problème se pose pour identifier l’atelier à la moucheture d’hermine. On en trouve trois variétés non attribuées pour Limoges102. Il pourrait s’agir de Rennes, mais tout aussi bien de Nantes puisqu’un denier au champ écartelé porte au 2e de revers une moucheture et au 3e le N de Nantes103. D’autres nouveautés jalonnent la vie des ateliers bretons104. C’est sous Jean Ier qu’apparaissent les premiers piéforts, avec entre autres le problématique piéfort du double denier à l’écu en bannière, et celui du denier à l’écu. Le troisième est celui d’une monnaie non retrouvée de Jean III au champ écartelé d’hermine et de Dreux105. Ces objets servent de « patrons » aux graveurs des ateliers, qui les copient dans l’exécution des coins monétaires106.

Monnaies de Nantes, Jugon et Guingamp. Jézéquel 70, 73 et 64.

Monnaies de Nantes, Jugon et Guingamp. Jézéquel 70, 73 et 64.
  • 107 Source : Y. Jézéquel. Répartition par atelier : Nantes : 20 (+ 1 pour Limoges) ; Guingamp : 20 ; Br (...)

32Il est difficile d’estimer la production des ateliers bretons au xiiie et au début du xive siècle et il faut se rabattre sur les monnaies elles-mêmes pour essayer de l’apprécier107. Deux ateliers dominent le paysage, Guingamp et Nantes. Le premier doit peut-être sa place aux mines d’argent du Penthièvre. Il faut malgré tout remarquer que sous Jean II et Jean III, la production guingampaise semble s’essouffler, et c’est sous Charles de Blois qu’ont lieu les dernières émissions monétaires. L’atelier ferme ensuite, peut-être à la suite de l’épuisement des filons exploitables ou rentables à l’époque, ou parce qu’il est situé sur les terres des vaincus de la guerre de Succession.

Répartition des frappes par atelier sous les ducs de Dreux.

Répartition des frappes par atelier sous les ducs de Dreux.
  • 108 La Borderie, Recueil d’actes inédits…, Rennes, 1902, p. 64-74. Il est d’ailleurs tout à fait révéla (...)
  • 109 Poey d’avant, Monnaies…, t. i, p. 355-356, l’abbaye de Saint-Martial de Limoges émet des barbarins, (...)

33Nantes doit sa réussite au commerce. C’est un important port marin et fluvial. Il est plus difficile d’expliquer l’activité de Brest, Evran et Jugon. On sait par l’enquête du vicomte d’Avranches en 1296, que la côte nord de la Bretagne profite d’un commerce très actif, en particulier avec la Normandie voisine108. C’est probablement la raison de l’activité de ces ateliers. Créée en 1249, l’officine de Vannes vivote, bien qu’il soit impossible d’estimer la part qu’elle prend dans la frappe des deniers à l’écu, si abondants. Il en va de même pour Rennes, même si la première moitié du siècle s’annonce prometteuse. Lors de la frappe des deniers anonymes à la croix ancrée, dans les années 1210-1250, Rennes arrive en tête avec 1 357 des 2 535 exemplaires trouvés dans les trésors, suivi de Nantes avec 881 exemplaires et Guingamp 282. Cette pièce correspond aux années 1210-1250. Il est par contre difficile d’expliquer la discrétion de l’atelier de Rennes par la suite, mais il faut tenir compte de l’absence de localisation des nantais à l’écu. Enfin, les ducs frappent monnaie à Limoges. Les variétés attribuées à cette ville la mettent au rang d’Evran et Brest. Rappelons que le duc n’est pas seul à y monnayer, mais qu’il doit faire avec la concurrence d’un atelier abbatial109.

  • 110 Vellet, « Le trésor médiéval de Mérolle à Juvigné (Mayenne) », Cahiers numismatiques, juin 99, p. 1 (...)
  • 111 Hors de Bretagne, on trouve aussi des monnaies nantaises à Mareuil-sur-Lay II (1225-1240), au Poiré (...)

34L’absence de monnaies de Nantes dans les trésors du Rheu (1213-1223) et Trédaniel III (1225-1230) pose problème. Elles n’apparaissent que dans celui de Plourivo (1235-1240). Il s’agit de trésors réunis hors de la zone de circulation des monnaies nantaises, mais cela indique peut-être aussi un démarrage plus tardif de l’atelier ligérien. Les trésors trouvés hors de Bretagne nous aident peu. À Tripoli (1220-1225), il n’y a qu’un denier rennais, sur 3 533 monnaies. À Juvigné, il y a trois deniers nantais, pour 16 rennais et un guingampais110. Ce trésor est daté de 1213-1223 par absence de monnaies de Louis VIII-Louis IX, mais la fourchette chronologique reste floue, et la composition du trésor (des deniers de Philippe Auguste, du Mans, de Saint-Martin-de-Tours) ne permet pas de l’affiner. À Senillé (1233-1237), on trouve aussi des monnaies nantaises, dans un trésor convenablement daté111. L’atelier de Nantes n’a semble-t-il fonctionné qu’à partir des années 1220.

Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).

Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).

Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).

Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).

Tableau 15. – Les titres des monnaies de Jean I à Jean III. Source : analyses M. F. Guerra.

Tableau 15. – Les titres des monnaies de Jean I à Jean III. Source : analyses M. F. Guerra.

35L’analyse des éléments-traces des monnaies des ducs de Dreux permet de faire apparaître des différences intéressantes entre les monnaies du xiiie siècle et celles des siècles précédents. La présence de l’or diminue dans les monnaies tout au long de la période car les techniques d’affinage du métal progressent. Alors qu’à l’époque carolingienne, le denier contient 0,3 % d’or, il n’en comprend plus que 0,01 % sous Jean Ier. Par ailleurs, on constate une évolution du taux d’arsenic, qui se renforce au xiiie siècle par rapport à l’époque précédente. Le phénomène se précise si on traite cet élément en fonction du cuivre et de l’antimoine. Deux ensembles se dégagent alors nettement, ce qui laisse penser à l’existence de deux sources d’approvisionnement en métal précieux. Il faut peut-être y voir l’ouverture d’une nouvelle mine, mais rien ne permet de l’affirmer. Au xiiie siècle, le zinc ne figure plus que comme élément-trace, signe de l’abandon du laiton comme complément de l’argent. Désormais, le cuivre pur est employé à cette fin, ce que confirme très clairement la courbe de l’anticorrélation cuivre-argent. Faute d’analyse suffisamment nombreuse, il est difficile d’aller au-delà de ces constatations très simples, mais la technologie offre des possibilités pour encore inexploitées de faire progresser notre connaissance de l’économie médiévale.

Les monnaies des princes bretons hors de Bretagne

36La frappe de monnaies par les ducs de Bretagne ne se limite pas au duché, car les alliances matrimoniales ouvrent de nouveaux horizons aux princes de la Maison de Dreux. C’est en particulier le cas à Limoges, mais aussi à Nogent-le-Rotrou et en Cambrésis.

L’atelier de Limoges

  • 112 Coativy, Monnaies de Bretagne, liste des vicomtes bretons de Limoges : 1273 : Arthur de Bretagne ép (...)

37En 1273, Arthur de Bretagne épouse Marie, fille de Guy VI (1230-1263) comte de Limoges112. Les monnaies quittent alors l’anonymat, et comme la seigneurie passe de douaire en apanage, la numismatique en est très variée.

Monnaie de Jean III, atelier de Limoges. Jézéquel Limoges 5.

Monnaie de Jean III, atelier de Limoges. Jézéquel Limoges 5.
  • 113 Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 65-67.

38Les types reprennent habituellement ceux des monnaies bretonnes, avec une préférence pour l’écu mi-parti de Dreux, mi-parti de Limoges, et les armoiries dans le champ. L’introduction des blasons des duchesses douairières multiplie les meubles et les écartelés, et les légendes mentionnent les titres de duc de Bretagne et de vicomte de Limoges. Ces monnaies ont pour la plupart été frappées à Limoges, où un atelier fonctionne depuis le xie siècle. Cependant, en 1328-1329, un denier porte la marque d’atelier de Nantes. Détail cocasse, André de Chauvigny, seigneur de Brosse-Huriel, copie cette monnaie, au point de reprendre la lettre N de l’atelier nantais… Guy IV de Saint-Pol fait de même après avoir épousé Marie de Bretagne, fille de Jean II et de Béatrix d’Angleterre. Guy IV meurt en 1339 mais sa veuve continue de monnayer en s’inspirant des types flamands113.

Monnaies de Jean III et Isabelle de Castille, et de Jean III et Jeanne de Savoie. Jézéquel Limoges 2 et 8.

Monnaies de Jean III et Isabelle de Castille, et de Jean III et Jeanne de Savoie. Jézéquel Limoges 2 et 8.
  • 114 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 13-14.
  • 115 Bretagne, Layette, J 240, f° 105 ; AIV 1 F 582, f° 8.
  • 116 Bigot, Essai…, pièce justificative n° xix, p. 363-364.
  • 117 Bigot, Essai…, pièce justificative n° xx, p. 366.
  • 118 Caron, Monnaies…, p. 120, archives de Pyrénées-Atlantiques, E 624, et Cartier, « Notice sur les mon (...)
  • 119 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 9.

39Les rapports difficiles que le roi entretient avec le duc de Bretagne au sujet de sa monnaie s’étendent à Limoges. En 1315, l’ordonnance royale précise que les deniers frappés par les vicomtes doivent être à 3 d de loi, et peser 16 s 9 d maille double au marc de Paris114. Entre 1319-1327, un arrêt du Parlement de Paris pose le problème de « la monnoye que le duc de Bretagne avoit fait forger en Bretagne et en Limosin115 ». Hélas, nous n’en savons pas plus à ce moment-là. C’est le début d’une querelle qui dure jusqu’en 1339, date à laquelle les gens du roi viennent saisir les coins de Limoges. La procédure indique que le duc contrefait les doubles, qui se rapportent au type du piéfort connu de Limoges. Le conflit est aggravé du fait que le duc de Bretagne autorise les changeurs à envoyer des monnaies royales à la fonte, « specialement à Limoges116 ». L’affaire est grave. Les commissaires royaux interrogent le maître de l’atelier, qui confesse le délit, de même que les changeurs. Par ailleurs, l’ordonnance royale rappelle au duc qu’il doit faire une monnaie différente de la sienne. Pour Limoges, le texte précise qu’il doit reprendre le type précédent, « où il y avoit un escu de Bretaingne à un quart des deniers de Limoges, et se il pouvoit faire monnoye, si ne puet-il celle fourme changer ». En 1340, le roi ne renonce pas à sa position et déclare que « nos commissaires et gens ont bien et justement fait ce que ont fait sur ce117 ». Toutefois, il remet son amende au duc, mais lui rappelle ses interdictions. À part ces difficultés, on ne sait pratiquement rien, si ce n’est qu’en 1340, Olivier de La Tour-Neuve ou de la Cour-Neuve est maître de l’atelier118. D’un point de vue féodal, le duc est bien moins libre qu’en Bretagne. L’atelier relève de l’abbaye de Saint-Martial. Les vicomtes adoptent une politique ferme vis-à-vis de ce suzerain. Si Guy VI, sa veuve Marguerite, et Arthur de Bretagne prêtent bien l’hommage, ils en exceptent la Monnaie, ce qui cadre bien avec ce que l’on sait de la politique générale des Dreux en matière de monnaie et d’hommage119. Les consuls ont un droit de regard sur les espèces. Dans un acte, il apparaît

  • 120 AD de Limoges, GG 208, n° 77, cité par Blanchet, « Le monnayage de Limoges-Château et de Limoges-Ci (...)

« que quand messeigneurs les Vicomtes de Lymoges faisoient battre monnoye, les consulz de la ville de Lymoges y commectoient le maistre comme lesdiz sgrs vicomtes, et y mectoient une garde pour eulx et prenoient le quarte partie du proffit de ladicte monnoye120 ».

  • 121 dhénin, « Les monnaies des vicomtes de Limoges aux xiiie et xive s. », BSFN, 1975-1976, p. 788-790, (...)
  • 122 2 deniers de Guy VII de Penthièvre (1315-1317), frère de Jean III, dans chacune de ces trouvailles.

40En 1977, M. Dhénin a entièrement repris le classement des monnaies de Limoges, et en a publié beaucoup d’inédites ou de peu connues121. Le nombre de variétés est impressionnant (24). Dans son livre sur les monnaies de Bretagne, Yannick Jézéquel ne répertorie que les monnaies ducales de Jean III, seul ou avec ses épouses. Mais les pièces frappées par les autres vicomtes circulent en Bretagne, comme l’attestent les trésors de Riec-sur-Belon, Vannes et Saint-Jeande-Brévelay122.

Denier d’André de Chauvigny. Poey d’Avant 2071.

Denier d’André de Chauvigny. Poey d’Avant 2071.
  • 123 Poey d’Avant 2071.
  • 124 Jézéquel Limoges 1.
  • 125 Dhénin G 3.
  • 126 Dieudonné, Manuel de numismatique française, p. 249.
  • 127 Sur la composition du trésor de Jean III, cf. infra, chapitre suivant sur la circulation monétaire (...)

41Dans ce dernier, on note aussi la présence d’un denier de Marguerite de Bomès (1265-1299 et 1314-1320), dame de Châteaumeillant, au type breton-limousin, ainsi que huit deniers d’André de Chauvigny (vers 1305-1347), hélas non décrits. Il est fort probable qu’il s’agit encore d’imitations des monnaies de Limoges123. Toutes ces monnaies sont rares, originales comme imitations, à l’exception des deniers de Jean III et Jeanne de Savoie qui sont un peu plus fréquents sur le marché. Il est possible que certaines de ces pièces aient été émises en Bretagne. La croix d’un denier de Jean III est cantonnée d’un E oncial, peut-être pour Evran124. Une monnaie de Jean III a la croix cantonnée d’un N oncial, peu lisible125. D’ailleurs, M. Dhénin fait part d’un doute sur la lecture de la lettre d’atelier. Blanchet et Dieudonné mentionnent aussi cette particularité, mais considèrent que c’est « par abus sans doute126 ». La présence massive de monnaies de Limoges dans le trésor de Jean III, en 1341, peut laisser supposer qu’elles ont été frappées à Nantes pour être ensuite convoyées à Limoges, mais sans plus de certitude127. Hors du duché, deux membres de la famille ducale frappent monnaie, Pierre de Bretagne, fils de Jean Ier, et Marie de Bretagne, fille de Jean II.

Pierre et Marie de Bretagne

  • 128 Poey d’Avant, Monnaies…, t. i, p. 264, et Kerhervé, « La “Généalogie des roys, ducs et princes de B (...)
  • 129 Pierre Le Baud n’en parle pas, Kerhervé, « La Généalogie des roys… », p. 551.
  • 130 Poey d’Avant n° 6867-6872, Rouyer et Hucher, Histoire du jeton au Moyen Âge, Paris, 1858, p. 161, C (...)

42Une charte du 13 juin 1265 nous apprend que Pierre de Bretagne, le deuxième des six fils de Jean le Roux, cède à Anne de Château-Gontier, épouse de Girard Chabbot, seigneur de Rais, les terres de Vue et Maumusson128. En échange, il reçoit Nogent-le-Rotrou, avec notamment le « droit de battre monnaie ». Au moment où écrit Poey d’Avant, on n’a pas retrouvé de denier de Nogent-le-Rotrou. Marie de Bretagne est la fille de Jean II et de Béatrix d’Angleterre129. Elle épouse Gui IV de Saint-Pol, en Cambrésis. Il meurt en 1317 mais sa femme continue à monnayer soit comme douairière, soit comme tutrice de son fils Gui, jusqu’en 1339130.

Gros et double de Marie de Bretagne. Poey d’Avant 6868, 6871-6872.

Gros et double de Marie de Bretagne. Poey d’Avant 6868, 6871-6872.
  • 131 En Bretagne, elle n’est employée que par Alain de Goëlo, sur les deniers de Guingamp.
  • 132 Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 185.
  • 133 Poey d’Avant, pl. 161, n° 6.
  • 134 Rouyer et Hucher, Histoire du jeton…, n° 93, p. 160-161.

43Elle émet deux gros et un double à son nom, Marie de Bretaigne. L’usage de la langue vulgaire sur les monnaies est assez rare au Moyen Âge131. Il faut aussi noter que c’est la première représentante de la Maison de Bretagne à émettre des gros d’argent, avant Jean IV et Charles de Blois. Ses monnaies s’inspirent du type flamand, et elles imitent en particulier le nouveau gros au lion debout de Louis de Crécy (1322-1346)132. On lit à l’avers du double MARIE DE BRET’, et au revers NOVA D’ELINCOURT, avec dans le champ : M (aigle) O-NETA en deux lignes133. L’utilisation dans le champ d’un animal figuré inséré dans une légende est très originale. Il existe aussi un jeton aux armes Guy IV de Châtillon, comte de Saint-Pol et de Marie de Bretagne, à l’écu échiqueté de Dreux au franc quartier d’hermines, dans un hexalobe134.

La monnaie de cuir

  • 135 Roussel-Hidoux, « Y a-t-il eu des monnaies bretonnes médiévales en cuir ? », ASBNH, 1998, p. 40-44. (...)
  • 136 Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 183-18 (...)
  • 137 Ce que rappelle M. Popoff, du Cabinet des Médailles, et que rapporte C. Y. Roussel-Hidoux.
  • 138 Sur la place du cuir et des fourrures dans le duché, Kozérawski et Rosec, Vivre et mourir à la cour (...)

44Serpent de mer de la numismatique bretonne, les monnaies de cuir ont donné lieu à de nombreuses interprétations. D’après l’abbé Travers, des monnaies de cuir sont présentes dans le trésor de Jean III. Claude-Youenn Roussel-Hidoux fait le tour du problème135. Après avoir présenté la question, il aborde les sources et les traite, sans jamais hésiter à faire part de ses doutes, ni de ses interrogations. Il appuie essentiellement sa démonstration sur les textes des abbés Travers et Bourdeaut, mais il note que ceux-ci citent rarement leurs sources. Il pose pour finir le problème de la conservation et de l’aspect de monnaie de nécessité qu’auraient eu ces pièces sous le court règne d’Anne de Bretagne (1488-1491). D. Cariou y voit des monnaies de cuivre, cuir ayant été mal lu. En fait, la réponse est très simple. Jean Favier rappelle que, face à la pénurie récurrente de monnaie au Moyen Âge, les hommes se sont adaptés et ont cherché d’autres étalons de valeur136. La fourrure a souvent servi de monnaie de remplacement, en particulier en Russie, mais aussi en Europe Occidentale137. À Barcelone, à Raguse comme à Bruges, les marchands échangent peaux de martres contre épices et peaux d’écureuil contre vin. En 1445 à Barcelone, 17 peaux de martres valent 22 douzaines de peaux d’agneaux noirs. Il ne faut donc pas aller chercher plus loin la signification de cette monnaie de cuir. Bien réelle dans la Bretagne médiévale, puis mal interprétée par la suite, la monnaie de cuir replace la Bretagne dans le commerce médiéval138.

*

45Pierre et Jean Ier mènent une politique monétaire originale et multiplient les innovations. Tout en s’assurant le monopole du monnayage, ils luttent contre les espèces du roi de France et suivent attentivement les évolutions conjoncturelles. Ils savent aussi profiter des nouveautés, ce qui les amène à frapper des oboles et des doubles. La monnaie apparaît dès lors comme un instrument de souveraineté non négligeable, et une théorie monétaire très pragmatique se met en place, à défaut d’une réflexion politique véritable. Il ne faut pas pour autant idéaliser la situation. Jusqu’à la guerre de Succession, le duché n’émet ni gros, ni monnaie d’or. De plus, les ducs ont des difficultés à imposer leur point de vue, constamment contesté par la justice royale. On constate enfin que la politique monétaire au xive siècle est très timorée. Jean II, Arthur II et surtout Jean III ne font pas preuve d’initiative et suivent les événements sans innover.

Notes

1 Bigot, Essai…, p. 364.

2 Pour une vue d’ensemble sur la période, La Borderie, Histoire de Bretagne, t. iii, p. 303-38, Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 17-38, et Coativy, La Bretagne ducale. La fin du Moyen Âge, p. 7-17.

3 C’est en tout cas l’avis de Pocquet du Haut-Jussé, « Jean le Roux qui savait et aimait compter », « Le plus ancien rôle… », p. 53.

4 Les réformes de saint Louis sont présentées dans Favier, Dictionnaire…, p. 651.

5 Jézéquel 46.

6 Chronique de Rhuys : MCCXLIX : nova moneta recepta fuit Venetis in vigilia assumptionnis Beatae M. V. tempore ejusdem Comitis. DM I 152.

7 Jézéquel 52.

8 Par contre, il faut écarter le double denier attribué à Jean II et publié par Duby, Jézéquel 72. Tant que cette monnaie n’aura pas été retrouvée en nature, il restera difficile de raisonner sur les dessins de Duby.

9 AIV 1 F 7, f°3 v° ; extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89 ; Planiol, Histoire…, t. iii, p. 381, note 7, et traduction en vieux français cité par Dumas, « Monnaies féodales et étrangères… », p. 98, note 6, avec erreur de date, 1278 au lieu de 1274.

10 Jézéquel 89-91.

11 Jézéquel 49-51 : écu ; Jézéquel 52-56 : écu en bannière.

12 Cf. Bigot, Essai…, pièce justificative n° xi.

13 Bigot 312 pour Saint-Brieuc, attribué à Jean II ; Bigot y voit une imitation du burgensis novus de Philippe le Bel. Planiol, Histoire…, p. 388, attribue l’imitation à Jean le Roux, mais il y a une impossibilité chronologique. Y. Jézéquel le donne à Jean III (J 85), s’appuyant sur la date de 1316 d’abandon de l’échiqueté de Dreux. Par ailleurs, la pièce à légende BRANCORV (Caron n° 42) a été réattribuée depuis à Bar.

14 Bigot, Essai…, pièce justificative xix.

15 Caron, Monnaies…, p. 31-32.

16 Jézéquel 89-92.

17 Duplessy 271 et Poey d’Avant 1546 et ss.

18 Jézéquel 52-56 puis 48-51.

19 Sur les détails de typologie, cf. chapitre suivant.

20 Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir. L’évolution du sceau des ducs de Bretagne du xiie au xve siècle », MSHAB, 1991, p. 132 ; il faut y voir les effets de l’influence monarchique sur un proche de la famille royale.

21 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 402.

22 Bigot, Essai…, p. 98, et Bigot 325. Iste I ohannes non voluit portare arma D rocensis comitatus, quando factus fuit dux, sed ipsa reliquit et pleina arma Britannicae, id est herminas planas assumpsit, DM I 41.

23 Dieudonné, Manuel…, t. iv, p. 126, note 2

24 Pastoureau, « L’hermine : de l’héraldique ducale à la symbolique de l’État », 1491. Bretagne, terre d’Europe, p. 257.

25 M. Pastoureau évoque les hésitations de Poey d’Avant.

26 Cf. Coativy, « Les pseudo-blancs… », p. 9.

27 Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir… », p. 134.

28 L’or et l’argent, le sable, le sinople, les gueules et l’azur, l’hermine et la contre-hermine, le vair et le contre-vair.

29 Pour Bigot, Essai…, p. 81, Pierre de Dreux suit l’exemple de saint Louis.

30 Dumas, Le monnayage…, p. 278-279 et Dumas 9.11.

31 Les graveurs de sceaux bretons ne sont pas non plus en retard pour représenter les dernières nouveautés techniques, comme l’aigrette et la chaîne d’épée en 1293. En 1306, Jean II fait figurer sur son sceau ses armes, avec une bordure de léopards, rappel des armes de sa mère, fille de Henri III, Lefort des Ylouses, « Le sceau et le pouvoir… », p. 133.

32 Jézéquel 60-66.

33 Encore faudrait-il disposer d’un échantillon important de monnaies, et bien identifier les pièces issues des autres ateliers.

34 La première mention écrite de l’atelier de Nantes date de 1224, Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxlvii.

35 Liste des ateliers d’après Jézéquel, Monnaies…, p. 303-304.

36 Caron, n° 41, signale l’atelier de Hennebont sous Jean II. La monnaie doit être rendue à Jean de Montfort ou Jean IV.

37 DM I 1006-1009, et ALA E 161.11.

38 La Borderie, « Exécution testamentaire du duc Jean le Roux », acte 95.

39 Coativy, « La mise en place… », p. 41.

40 Sur la naissance de la Chambre des comptes de Bretagne et ses fonctions, voir Kerhervé, L’État breton…, p. 343 ssq., et Renaudin, Les domaines des ducs de Bretagne. Leur administration du xiiie s. au xve s., Paris, 1957, p. 280-395, qui donne les comptes de 1263-1267 avec table comparative. L’appréhension de ces phénomènes est d’autant plus difficile qu’en 1426, un incendie a détruit les documents anciens, Kerhervé, L’État breton…, p. 242, note 9, et La Gibonais, Recueil des édits…, p. v.

41 Cartulaire de Saint-Melaine, f°17, cité par Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxl. À la même époque, le duc de Bourgogne se livre à la même opération en rachetant à Robert d’Anglus tous ses droits sur l’atelier de Dijon (1251). L’année suivante, il se fait céder par l’abbaye Saint-Bénigne tous les droits qu’elle possède sur le même atelier. À partir de ce moment-là, comme en Bretagne, Hugues IV libère ses ateliers de toutes les entraves qui pesaient sur eux, Dumas, Le monnayage…, p. 8.

42 Cf. supra, p. 74-75.

43 La Borderie, Nouveau recueil…, acte n° viii.

44 Geslin De Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxl.

45 La Borderie, Nouveau recueil…, Rennes, 1902, acte i.

46 Blanchet, « Le monnayage des comtes de la Marche », p. 5.

47 Fecit etiam sine episcopo et ejus assensu in civitate nannetensis banniri quod moneta turonensis non reciperetur in ea, DM I 937 et Planiol, La Très ancienne Coutume…, p. 328, acte n° 4. Voir aussi Engel et Serrure, traité de numismatique du Moyen Âge, t. ii, p. 368-369 et 381-388. Planiol, Histoire…, t. iii, p. 406, Pocquet du Haut-Jussé, Les papes…, t. i, p. 137.

48 Bigot, Essai…, p. 360, et Recueil des ordonnances des rois de France, t. i, p. 449.

49 Sur l’aspect strictement économique, cf. chapitre suivant.

50 Planiol, Histoire…, p. 380. Sont autorisées « parce que le peuple croit qu’il n’y a pas assez de monnaies tournois ou parisis » les nantais à l’écu et les angevins à raison de 15 pour 12 tournois (ce qui indique que la monnaie bretonne s’aligne sur l’angevin). Ceux qui les prennent à un cours plus élevé risquent une amende. Fournial, Histoire monétaire…, p. 83.

51 Pierre de Dreux, le père de Jean Ier, est arrière-petit-fils de Louis VI le Gros ; il a été élevé à la Cour et c’est un compagnon de jeu du futur Louis VIII, Leguay et Martin, Fastes et malheurs…, p. 15. Pour une généalogie de la famille de Dreux, Richard, Saint Louis, p. 614. Charles est un frère cadet de saint Louis, et il reçoit l’Anjou et le Maine en apanage (1346-1285), Ibid., p. 139.

52 1274 : XXII. Comes Britannie emendavit hoc quod ipse monetam suam, que erat de pondere novem solidorum, minoravit et posuit ad pondus duodecim solidorum ac injunctum fuit dicto comiti ut expellat Lombardos de terra sua juxta ordinacionem domini Regis. Extrait du registre des olim, t. ii, p. 60, cité par Bigot, Essai…, p. 89, ordonnances, collection du Louvre, t. ii, p. 60, et Planiol, Histoire…, t. iii, p. 381, note 7. Ce texte a été diversement interprété, cf. texte de Pitre-Chevalier, cité par Bigot, Essai…, p. 89 : « Le duc ayant fabriqué des pièces de douze sous qui ne contenait que la matière de neuf sous, le Parlement de Paris lui enjoignit de les rétablir sur l’ancien pied. » Erreur d’interprétation reprise dans la RPO de 1856. Il s’agit d’un passage de 108 au marc (9 sous) à 144 au marc (12 sous) d’après l’abbé Travers.

53 Bigot, Essai…, p. 362-363.

54 Sur la situation réelle de la circulation monétaire, cf. infra, p. 159-180.

55 Dumas, Le monnayage…, pl. IV, n° 10.1.1 à 10.7.3.

56 Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 144 et 169. Même situation en Hainaut. Chalon, Recherches sur les monnaies des comtes de Hainaut, Bruxelles, 1848-1857, n° 13, double-tiers de Marguerite de Constantinople, n° 24, gros tournois de Jean d’Avesnes (1280-1304), mais il faut attendre le milieu du xive siècle pour voir apparaître l’or.

57 Le roi remet l’amende le 18 mars 1340, Bigot, Essai…, p. 365-366.

58 Bigot, Essai…, p. 363-365.

59 Graphique très parlant dans Favier, Finance et fiscalité…, p. 53 (argent) et 55 (or), surtout pour la crise suivante.

60 J 60-67.

61 6 variétés pour le denier Jézéquel 60, et 3 pour Jézéquel 61.

62 Duplessy 262.

63 Duplessy 263.

64 « Car nul ne puet fondre la monnoye du roy », Bigot, Essai…, p. 364, 1339.

65 À noter qu’il existe aussi un Jean de la Monnoye à Rennes en 1213. Comptes de dépenses de Jean Le Lombard pour l’exécution du testament de Jean II, duc de Bretagne : « Johanni de Moneta, pro locagio domus sue monetariis, dum fieret Moneta Nannetensis, 6 £ », La Borderie, Nouveau recueil…, acte n° 26, art. 10 et acte xxxv du testament de Jean II ; donné par Bigot, Essai…, pièce justificative n° xiv.

66 Podevin, L’atelier de Nantes des origines à sa fermeture, Armor numis, n° 100, oct. 1992, p. 16-19.

67 1306 : quittance de Bonin Gui, marchand de Florence, Bigot, Essai…, pièce justificative n° xiv.

68 Favier, Philippe le Bel, Paris, 1978, p. 167-168, et Finance et fiscalité…, p. 35-36. Jusqu’à sa mort en 1312, Betin Cassinel intervient dans le monnayage royal avec d’autres manieurs d’argent comme le Florentin Donato Brunelli. Betin Cassinel et son frère Mathieu prennent à bail l’atelier de Paris et celui de Toulouse, et on retrouve à Sommières Sornat Cacinel. Ils font partie de la noblesse lucquoise. Sur l’origine de Thote Guy et de son frère Vanne Guy, voir Philippe le Bel, p. 18-19, et p. 521. Dans les années 1290-1340, on trouve des Italiens comme généraux-maîtres dans le royaume, ainsi qu’à Prague en 1300-1305, Fournial, Histoire monétaire…, p.16 et 80.

69 Kerhervé, L’État Breton…, p. 194.

70 Jézéquel 70, 83-84 et 85.

71 Bigot 312-316.

72 Caron, Monnaies…, p. 30-31.

73 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 88-89 et 353.

74 Bigot, Essai…, p. 125-126, Jézéquel, Les monnaies…, p. 93, n° 152.

75 John Day a signé deux synthèses sur la genèse de la monnaie de compte en Europe, « Les monnaies de compte médiévales et le problème de l’étalon », Monnaies et marchés au Moyen Âge, p. 251-270, et plus récemment : « Naissance et mort des monnaies de comptes », RN, 1998, p. 335-343.

76 1300 (Pâques) : rôle des comptes rendus au duc à Muzillac : nombreuses mentions de monnaies. Somme totale : environ 9800 l. en deniers, La Borderie, Nouveau recueil… acte xx.

77 1301 (17 avril), ALA 14 J 2-15.

78 ALA E 211.1, 1303.

79 Duplessy, Les monnaies…, p. 102-103.

80 Dumas, Le monnayage…, ne donne pas de précision sur ces nouveautés en Bourgogne.

81 Favier, Finance et fiscalité…, p. 43 et Fournial, Histoire monétaire…, p. 30-31.

82 Exemple dans Kerhervé, L’État breton…, p. 212, tableau 12.

83 Jézéquel 39, 40 et 42.

84 Bigot 179.

85 Poey d’Avant 309.

86 Bigot 182.

87 Poey d’Avant 313.

88 Caron, Monnaies féodales…, p. 29.

89 Jézéquel 44.

90 Metcalf, « Une trouvaille de la fin du xiiie s. provenant de Bretagne », RN, 1976, p. 171-185.

91 Jézéquel 58 et 60.

92 Bigot 208.

93 Poey d’Avant 369.

94 Poey d’Avant 2595. Cette monnaie a soulevé en Poitou les mêmes débats que les faux bretons. Certains y ont vu une monnaie de Jean sans Terre, d’autres de Jean de Berry. Poey d’Avant tranche en soulignant que cette pièce relève de la même logique que les faux bretons, qu’elle est de très bas billon, que son poids est faible et qu’elle est le fruit de l’inadvertance d’un faussaire.

95 Jézéquel 49, note.

96 Les trouvailles de deniers hybrides : Trédaniel III : 1 denier hybride DVX BRITANIE/TVRONVS CIVI ; Inconnu III Bretagne : 1 denier au type anonyme à la croix ancrée, avec légende + IIGOSEDVSIIC ; Manderen : 1 denier hybride Saint-Martin-de-Tours/Rennes (Caron II 10, qui l’attribue à la trouvaille dite de Sierck) ; Mareuil-sur-Lay II, 1 denier anonyme hybride BRITAN DVX REX/TVRONVS CIVII ; Senillé, 1 denier hybride.

97 Les monnaies de Guingamp à légende STEPHAN COMES/DVX BRITANIE dans les trésors : Plourivo, 1 ex. ; Le Rheu, 1 ex. ; Trédaniel III, 27 ex. ; Courcelles-en-Frémoy, 1 ex.

98 Jézéquel 34-37 et 49.

99 Jézéquel 73 pour Nantes et Jézéquel 70 pour Jugon ; Jézéquel 60-66.

100 Poey d’Avant, Monnaies…, t. ii, p. 84 ssq.

101 Le système s’étend par la suite à certains ateliers du royaume (M du Mont-Saint-Michel, C de Chinon, P de Parthenay au début du xive siècle), mais aussi au Roussillon, où P sert d’initiale pour Perpignan (fin xve s.). Ibid., p. 220.

102 Jézéquel Limoges 2-4.

103 Jézéquel 87.

104 Sur les piéforts bretons médiévaux, Coativy, « Le travail du graveur en Bretagne au Moyen Âge », ASBNH, 1995, p. 12-18, et Salaün, « Les piéforts médiévaux bretons », ASBNH, 1998, p. 17-18.

105 Jézéquel 88.

106 Sur la finalité des piéforts, voir chapitre vi sur le fonctionnement des ateliers, III. B. 2 : le travail du graveur.

107 Source : Y. Jézéquel. Répartition par atelier : Nantes : 20 (+ 1 pour Limoges) ; Guingamp : 20 ; Brest : 6 ; Evran : 5 (+ 1 pour Limoges) ; Vannes : 4 ; Jugon : 2 ; Rennes : 1 ; Limoges : 6 et moucheture d’hermine pour Limoges : 5.

108 La Borderie, Recueil d’actes inédits…, Rennes, 1902, p. 64-74. Il est d’ailleurs tout à fait révélateur que le vicomte d’Avranches soit passé à Jugon, Saint-Brieuc et Guingamp, sur les traces d’un marchand peu recommandable, Banguel Malclavel.

109 Poey d’avant, Monnaies…, t. i, p. 355-356, l’abbaye de Saint-Martial de Limoges émet des barbarins, qui connaissent un grand succès au xiiie siècle.

110 Vellet, « Le trésor médiéval de Mérolle à Juvigné (Mayenne) », Cahiers numismatiques, juin 99, p. 19-24.

111 Hors de Bretagne, on trouve aussi des monnaies nantaises à Mareuil-sur-Lay II (1225-1240), au Poiré-sur-Velluire (1226-1245), à Pontmain (1223-1245), mais les fourchettes de datation sont trop imprécises pour en tirer des conclusions.

112 Coativy, Monnaies de Bretagne, liste des vicomtes bretons de Limoges : 1273 : Arthur de Bretagne épouse Marie (morte en 1291), fille de Guy VI (1230-1263), comte de Limoges, et de Marguerite de Bourgogne. La vicomté devient alors apanage de garçon ou douaire de duchesse ; Jean III (1312-1341) épouse Isabelle de Castille (duchesse, 1312-1328) ; 1301-1314 : Jean (III), vicomte ; 1314-1317 : Guy VII, vicomte, frère de Jean III. En 1317, il échange Limoges contre l’apanage de Penthièvre ; 1317-1328 : Isabelle de Castille ; 1328-1329 : Jean III ; 1329-1338 : Isabelle de Savoie ; 1338-1341 : Jean III ; 1341-1345 : Jean de Montfort dispute la vicomté à Charles de Blois. En 1341, Jean de Montfort s’y précipite pour y mettre la main sur le trésor de Jean III ; 10 janvier 1345 : la vicomté est adjugée par le roi à Charles de Blois ; 1365 : le traité de Guérande reconnaît aux Penthièvre la vicomté ; 1365-1384 : Jeanne de Penthièvre ; 1384 : Jean de Blois hérite de la vicomté à la mort de Jeanne de Penthièvre.

113 Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 65-67.

114 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 13-14.

115 Bretagne, Layette, J 240, f° 105 ; AIV 1 F 582, f° 8.

116 Bigot, Essai…, pièce justificative n° xix, p. 363-364.

117 Bigot, Essai…, pièce justificative n° xx, p. 366.

118 Caron, Monnaies…, p. 120, archives de Pyrénées-Atlantiques, E 624, et Cartier, « Notice sur les monnaies ecclésiastiques et baronales du Limousin », RN, t. vi, 1841, p. 31.

119 Guibert, « La monnaie de Limoges », p. 9.

120 AD de Limoges, GG 208, n° 77, cité par Blanchet, « Le monnayage de Limoges-Château et de Limoges-Cité », BSAHL, t. lxxviii, p. 5-6.

121 dhénin, « Les monnaies des vicomtes de Limoges aux xiiie et xive s. », BSFN, 1975-1976, p. 788-790, et Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, t. civ, 1977, p. 91-104.

122 2 deniers de Guy VII de Penthièvre (1315-1317), frère de Jean III, dans chacune de ces trouvailles.

123 Poey d’Avant 2071.

124 Jézéquel Limoges 1.

125 Dhénin G 3.

126 Dieudonné, Manuel de numismatique française, p. 249.

127 Sur la composition du trésor de Jean III, cf. infra, chapitre suivant sur la circulation monétaire au milieu du xive siècle, Le poids de la monnaie royale.

128 Poey d’Avant, Monnaies…, t. i, p. 264, et Kerhervé, « La “Généalogie des roys, ducs et princes de Bretaigne” de Pierre Le Baud (1486) », Mélanges offerts à Léon Fleuriot, p. 551.

129 Pierre Le Baud n’en parle pas, Kerhervé, « La Généalogie des roys… », p. 551.

130 Poey d’Avant n° 6867-6872, Rouyer et Hucher, Histoire du jeton au Moyen Âge, Paris, 1858, p. 161, Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 66.

131 En Bretagne, elle n’est employée que par Alain de Goëlo, sur les deniers de Guingamp.

132 Gaillard, Recherches sur les monnaies des comtes de Flandre, Gand, 1857, n° 185.

133 Poey d’Avant, pl. 161, n° 6.

134 Rouyer et Hucher, Histoire du jeton…, n° 93, p. 160-161.

135 Roussel-Hidoux, « Y a-t-il eu des monnaies bretonnes médiévales en cuir ? », ASBNH, 1998, p. 40-44. Ogée mentionne au passage « les monnaies noires de cuir ». Il précise qu’elles étaient en cuir fort, avec empreinte d’hermines et d’autres caractères distinctifs, Ogée, Dictionnaire…, p. 120.

136 Favier, De l’or et des épices. Naissance de l’homme d’affaires au Moyen Âge, Paris, 1987, p. 183-184.

137 Ce que rappelle M. Popoff, du Cabinet des Médailles, et que rapporte C. Y. Roussel-Hidoux.

138 Sur la place du cuir et des fourrures dans le duché, Kozérawski et Rosec, Vivre et mourir à la cour des ducs de Bretagne, Morlaix, 1993, p. 12. Le tarif des cuirs est donné par Leguay et Martin, Fastes…, p. 250.

Table des illustrations

Titre Double-denier de Jean Ier, Vannes. Jézéquel 46.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-1.png
Fichier image/png, 91k
Titre Denier de Jean Ier à l’écu et à l’écu en bannière, atelier inconnu. Jézéquel 49 et 53.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-2.png
Fichier image/png, 151k
Titre Sceau et contresceau de Pierre de Dreux. DM II, pl. 8, sceau lxxii.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-3.png
Fichier image/png, 140k
Titre Denier de Jean III au blason d’hermine plain, atelier de Brest. Jézéquel 85.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-4.png
Fichier image/png, 87k
Titre La Monnaie de Nantes au xviie siècle. Podevin, L’atelier monétaire de Nantes…, p. 18.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-5.png
Fichier image/png, 556k
Titre Faux deniers du début du xiiie siècle. Jézéquel 39, 40 et 42.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-6.png
Fichier image/png, 259k
Titre Faux denier à légende STEPPAN COM (es) et DVX BRITANIE. Jézéquel 44.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-7.png
Fichier image/png, 80k
Titre Faux deniers du milieu du xiiie siècle. Jézéquel 58 et 59.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-8.png
Fichier image/png, 185k
Titre Monnaies de Nantes, Jugon et Guingamp. Jézéquel 70, 73 et 64.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-9.png
Fichier image/png, 235k
Titre Répartition des frappes par atelier sous les ducs de Dreux.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-10.png
Fichier image/png, 88k
Titre Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-11.png
Fichier image/png, 424k
Titre Les éléments-traces des monnaies bretonnes (xie-xiiie siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-12.png
Fichier image/png, 433k
Titre Tableau 15. – Les titres des monnaies de Jean I à Jean III. Source : analyses M. F. Guerra.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-13.png
Fichier image/png, 16k
Titre Monnaie de Jean III, atelier de Limoges. Jézéquel Limoges 5.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-14.png
Fichier image/png, 77k
Titre Monnaies de Jean III et Isabelle de Castille, et de Jean III et Jeanne de Savoie. Jézéquel Limoges 2 et 8.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-15.png
Fichier image/png, 146k
Titre Denier d’André de Chauvigny. Poey d’Avant 2071.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-16.png
Fichier image/png, 62k
Titre Gros et double de Marie de Bretagne. Poey d’Avant 6868, 6871-6872.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25396/img-17.png
Fichier image/png, 240k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540