Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Première partie. De l'an mil à 1341

Chapitre II. Le premier monnayage ducal

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Contamine et alii, L’économie médiévale, p. 189-192.
  • 2 Tonnerre, Naissance de la Bretagne, Angers, 1994, en particulier p. 493-542.

1L’économie de la Bretagne des xe-xiie siècles demeure une vaste terra incognita. P. Contamine note qu’à part les informations tirées des trésors, on ne sait quasiment rien du commerce du xe siècle1. Des travaux comme ceux de N.-Y. Tonnerre ont fait progresser nos connaissances, mais la situation reste floue2. L’étude des monnaies peut apporter un certain nombre de nouveautés. Les types monétaires, liés à l’histoire politique, facilitent l’approche de la réalité du pouvoir en ces temps obscurs, faute de sources. Par ailleurs, le fait qu’une pièce soit presque inaltérable, et suffisamment rare pour que sa découverte soit signalée, permet de bénéficier d’une source statistique, pour une période où elles manquent cruellement. Enfin, la cartographie des trésors et des monnaies isolées nous informe sur les réalités économiques du temps.

La mise en place du monnayage ducal

Un phénomène ancien

  • 3 Pour des généralités sur le monnayage breton, Coativy, Monnaies de Bretagne, Morlaix, 1992.

2On frappe monnaie en Bretagne depuis le iie siècle av. J.-C.3. Les numismates et les archéologues ont attribué des séries monétaires aux cinq cités gauloises des Osismes, des Coriosolites, des Vénètes, des Namnètes et des Riedones. À l’époque romaine, la production pour la Gaule est centralisée à Lyon. La crise sociopolitique du iiie siècle, qui provoque une pénurie monétaire, oblige les civitates à monnayer, mais ne concerne que la reprise des types impériaux. Ce phénomène s’arrête avec le retour à un calme précaire au début du ive siècle. Le monnayage médiéval commence réellement sous les rois mérovingiens, avec la frappe de trientes dans les villes de Nantes, Rennes, et Vannes, ainsi que dans de nombreux autres centres comme Déas ou Alet. Du côté breton, on utilise ces monnaies, ainsi que des monnaies byzantines ou du métal en lingot, l’étain par exemple. Peu à peu, l’usage de l’or recule et l’argent prend sa place, comme l’atteste la trouvaille de Bais.

Répartition par ateliers de la production des monétaires mérovingiens en Bretagne. Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 38.

Répartition par ateliers de la production des monétaires mérovingiens en Bretagne. Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 38.
  • 4 Lafaurie, « L’article XII de l’Édit de Pîtres… ».
  • 5 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 11-12.
  • 6 Bellaubre, Histoire numismatique et monétaire…, p. 51.
  • 7 Monetas argenteas et parvos denarios nigros, Chronique de Saint-Brieuc, DM I 33.

3La situation en est là lorsque la dynastie carolingienne se met en place. Une réforme monétaire consacre l’usage de l’argent, et des deniers sont émis à Rennes, et dans une moindre mesure à Nantes, bien que la question ne soit pas encore tranchée. Au sujet de l’édit de Pître (25 juin 864), Jean Lafaurie a montré que les monnaies sont frappées dans quelques ateliers, qui émettent pour plusieurs villes, et sous différents noms. Les monnaies sont ensuite envoyées sur place4. C’est l’étude des liaisons de coins qui lui a permis d’interpréter l’édit et de le rapprocher de la réalité des trouvailles. On peut dater le début du morcellement de la première moitié du ixe siècle, lorsque des dignitaires religieux obtiennent le privilège de battre monnaie, comme l’abbé de Corvey en Saxe, en 833, ou l’évêque du Mans, en 836. Si, en théorie, le droit régalien est respecté, en pratique, une brèche inquiétante est ouverte dans le monopole. À la fin du règne de Charles le Chauve (840-877), l’abbé de Corbie, Francon, élimine la marque impériale pour y placer la sienne. Ce n’est pas pour autant que les comtes mettent leur nom sur les pièces, puisqu’il faut attendre le xe siècle pour qu’ils passent à l’acte. Le premier baron à quitter les types immobilisés et à oser mettre son nom sur une pièce est Guillaume, comte d’Auvergne (918-926). Des voisins de la Bretagne, comme Guillaume Longue-Épée (927-942), duc de Normandie, et Thibaud le Tricheur (943-978), comte de Blois, de Chartres et de Tours, commencent très tôt un monnayage personnel5. La faiblesse du pouvoir impérial aggrave le phénomène et ils sont rapidement imités par des personnages comme Arnoul, comte de Flandre (964-986), Adalbéron, archevêque de Reims (969-988), Héribert, comte de Vermandois (988-1005)6. Il semble qu’en Bretagne, Nominoë (831 ?851) ait profité de son indépendance pour annexer les ateliers monétaires de Rennes et de Nantes, mais il est difficile d’attribuer à un principat précis les monnaies anonymes. Bigot s’y est essayé, sans grand succès, et tout au plus peut-on constater qu’il existe des types dégénérés qui marquent le passage de l’époque carolingienne aux temps féodaux. Les textes ne nous sont pas d’une grande utilité, si ce n’est que l’Anonyme de Saint-Brieuc signale les émissions de Geoffroy Ier 7 (992-1008).

Denier anonyme et denier de Rennes d’Alain III (1008-1040). Jézéquel 1-2.

Denier anonyme et denier de Rennes d’Alain III (1008-1040). Jézéquel 1-2.
  • 8 Jézéquel 2.

4Alain III (1008-1040) est le premier à mettre son nom sur une pièce8. Sa monnaie est inspirée de celle d’Eudes l’Ancien (1012-1037) de Déols, au type de l’étoile à cinq branches. Ses successeurs l’imitent, à Rennes uniquement.

Étude chronologique

  • 9 Le type monétaire s’inspire de Poey d’Avant 1298, émis par Eudes l’Ancien (1012-1037). Comme l’a re (...)
  • 10 Jézéquel 2 et Poey d’Avant pl. xl, n° 20.
  • 11 Poey d’Avant pl. iii, n° 19-21. Pour Y. Jézéquel, c’est une copie de la monnaie carolingienne au te (...)

5On ne peut attribuer à Alain III (1008-1040) que ce type monétaire9. La légende de revers REDONIS s’apparente à DEDOLIS, mais celle-ci n’apparaît que sous Raoul IV, à partir de 105210. À sa suite, Eudes (1040-1047), tuteur de Conan son neveu, monnaye à son nom. Deux types sont connus, le premier inspiré du monnayage carolingien, voire du monnayage normand, le second de celui de Conan II11.

Deniers d’Eudes (1040-1047) et de Conan II (1047-1066), Rennes. Jézéquel 3, 5 et 7.

Deniers d’Eudes (1040-1047) et de Conan II (1047-1066), Rennes. Jézéquel 3, 5 et 7.
  • 12 Jézéquel 4-10.
  • 13 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 250. Au sujet d’une monnaie d’Alphonse de France (1249- (...)

6Pour Poey d’Avant, le modèle normand a été émis sous Richard Ier (943-996), puis altéré peu à peu. Par la suite, c’est le monnayage d’Herbert du Maine qui sert de modèle, par ricochet, car il faut y voir une imitation des monnaies de Conan II, le rival d’Eudes12. Ce dernier est à l’origine du monnayage des Penthièvre, sur lequel nous reviendrons en détail. Un denier est attribué à Conan II (1047-1066). Il copie le monogramme d’Herbert, mais avec de nombreuses variétés, signe d’un grand nombre d’émissions. La large diffusion des monnaies d’Herbert permet aux monnaies bretonnes d’être acceptées hors du duché, mais cette explication économique est certainement réductrice. La faible distribution de la monnaie bretonne au xie siècle invalide en grande partie cette théorie. Il y a surtout un phénomène de mode, et les Bretons imitent ce qui se fait au moment où il faut choisir une figure pour la pièce. On peut imaginer que lors de la délibération entre le pouvoir politique et l’exécutant, des monnaies sont présentées. Le type le plus en vogue peut alors être adopté13. Cela ne nuit en rien à l’explication économique, mais la complète.

Deniers de Hoël II (1066-1084) et Alain IV (1084-1112), Rennes. Jézéquel 12 et 20.

Deniers de Hoël II (1066-1084) et Alain IV (1084-1112), Rennes. Jézéquel 12 et 20.
  • 14 La référence au marché numismatique, si elle doit être utilisée avec prudence, permet quelquefois d (...)
  • 15 Bain II : Anjou, 4 deniers et des oboles au nom de Geoffroy II ou III (1040-1060 et 1060-1069), et, (...)
  • 16 Deux monnaies trouvées lors de fouilles, une pièce et deux occurrences en trésor.

7Les deux variétés attribuées à Hoël II (1066-1084), avec des variantes, sont très rares, tant dans les trouvailles que sur le marché numismatique14. C’est assez surprenant compte tenu de la durée du règne (18 ans). Il faut peut-être chercher du côté de l’immobilisation du type des pièces de Conan II, qui expliquerait la différence de rareté entre ces espèces. Mais, faute de preuves, l’hypothèse de l’immobilisation doit être prise avec prudence. Comme les monnaies d’Alain IV (1084-1112) sont aussi rares, il faut imaginer sous ces règnes des frappes très limitées en temps et en quantité. Les trésors n’apportent pas de réponses mais la rareté des trouvailles et le petit nombre de monnaies recensées indiquent une circulation monétaire très restreinte. Tout au plus peut-on mentionner des monnaies au nom de Geoffroy d’Anjou et de Melle, au type immobilisé de Charles le Simple15. Le monnayage d’Alain IV pose un autre problème. On lui attribue deux types monétaires, avec des variétés. La dégénérescence du modèle au monogramme d’Hoël II aboutit à l’apparition d’une croix rosacée puis de la croix ancrée. Cette monnaie est rare sur le marché et dans les trouvailles, de même que les autres types monétaires de ce duc16. Pourtant, Bigot et Poey d’Avant en donnent 20 variétés, ce qui est difficilement explicable. Il ne peut s’agir que des pièces d’un trésor découvert au xixe siècle, et qui n’a pas été publié.

Denier de Conan III (1112-1148), Rennes. Jézéquel 22.

Denier de Conan III (1112-1148), Rennes. Jézéquel 22.
  • 17 Dumas, Le monnayage…, p. 6. Il s’agit du règne de Eudes II (1143-1162).
  • 18 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p.53.
  • 19 Poey d’Avant 3665 et 3686 ; 3788 ; 3816-3817 ; 5657 ; 6402.

8On ne donne à Conan III (1112-1148) que la monnaie qui porte IVS dans le champ, mais on en connaît de nombreuses variétés. Elle est abondante sur le marché numismatique, dans les trésors, et c’est la plus fréquente dans les trouvailles isolées (8 sur 30), signe d’une monétarisation plus grande de l’économie. L’imitation du type mansois s’est peut-être retournée contre son initiateur car ces pièces devaient être admises comme bretonnes par des population illettrées. En Bourgogne, c’est à la même époque que la monnaie prend de l’ampleur dans la vie économique17. Alfred Ramé et Yannick Jézéquel pensent que le mot IVS est une forme dégénérée du monogramme de Conan II. Pour Ramé, il s’agit en plus d’un type transitoire vers le DVX des monnaies de Conan IV et Geoffroy II. Poey d’Avant émet des doutes sur la première hypothèse, mais retient la seconde18. Il faut en effet beaucoup d’imagination pour comprendre comment on a pu passer du monogramme de Conan, très compliqué, au trois lettres de IVS. Placer un mot dans le champ n’est pas exceptionnel à cette époque. La symbolique du pouvoir y trouve son compte, si l’on traduit IVS par Droit. Si l’on fait le parallèle avec d’autres seigneuries, on trouve à la même époque VOX et PAX en Béarn, à Toulouse et à Barcelone, PAX à Amiens, et REX à Béziers19.

  • 20 Nous gardons l’appellation usuelle de cette monnaie, même si elle est parfois remise en cause. Bigo (...)

9Eudes de Porhoët (1148-1156) émet un denier et sa division, l’obole, qui réapparaît pour la première fois en Bretagne depuis l’époque carolingienne. Ces monnaies sont très rares. Les deniers, au type de la croix ancrée20, sont toujours de grande qualité d’exécution. L’obole porte dVX dans le champ, et il ne serait pas surprenant que l’on retrouve le denier du même type. C’est sous son règne et celui de Conan IV (1158-1169) que l’on voit apparaître DVX dans le champ de la monnaie.

Denier et obole d’Eudes de Porhoët (1148-1156), et denier de Conan IV (1158-1164), atelier inconnu. Jézéquel 25, 27 et 30.

Denier et obole d’Eudes de Porhoët (1148-1156), et denier de Conan IV (1158-1164), atelier inconnu. Jézéquel 25, 27 et 30.
  • 21 Dumas 4.2.
  • 22 Dumas, Le monnayage…, p. 6.
  • 23 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 4 3, note 71. L’attribution à Geoffroy Plantagenêt par (...)

10À la même époque, le duc de Bourgogne Hugues II (1102-1143) fait aussi figurer cette mention au même endroit21. Il s’agit pour lui de manifester la reprise en main de l’atelier monétaire de Dijon, qui appartenait anciennement aux moines de Saint-Bénigne22. Compte tenu de la situation politique bretonne, il est possible que la place de DVX dans le champ ne soit pas non plus anodine. Entre 1154 et 1156, le pouvoir d’Eudes est remis en cause par la majorité de Conan IV. C’est probablement à cette époque qu’il émet cette monnaie, confirmant ainsi son pouvoir. Reprenant Bigot et Poey d’Avant, Yannick Jézéquel attribue des monnaies à Geoffroy, comte de Nantes (1156-1158), mais il faut plutôt y voir des émissions du duc Geoffroy II. C’est l’opinion de J. Duplessy23. Le fait que ce denier soit rarissime, et inconnu en trésor ou en trouvaille isolée, ne facilite pas la datation. Le seul type monétaire de Conan IV (1158-1169), portant DVX dans le champ, est repris de l’obole d’Eudes de Porhoët. Ses monnaies sont aussi de grande qualité.

  • 24 Jézéquel 33.
  • 25 Jézéquel, Les monnaies…, p. 31.

11Geoffroy II Plantagenêt (1169-1186) émet trois types différents, si on rajoute la monnaie attribuée traditionnellement à Geoffroy, comte de Nantes : DVX dans le champ, IVS et la fleur de lis24. Le denier à la fleur de lis est inspiré d’une pièce contemporaine d’Antioche émise entre 1163 et 118825. Les Bretons sont en contact avec les seigneuries proches-orientales, du fait des croisades, mais ces relations n’expliquent pas pourquoi ils sont allés chercher l’inspiration aussi loin. Là encore, la mode, ou au moins le goût du moment, a certainement pesé très lourd dans le choix.

Deniers de Geoffroy Plantagenêt (1169-1186), atelier inconnu. Jézéquel 28, 31 et 33.

Deniers de Geoffroy Plantagenêt (1169-1186), atelier inconnu. Jézéquel 28, 31 et 33.
  • 26 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 15-16, précise que le roi comme les princes ne battaien (...)

12Il faut probablement envisager une période de circulation longue pour cette dernière monnaie car il semble bien que les successeurs de Geoffroy n’aient pas monnayé. On ne peut attribuer aucun type monétaire à Constance (1186-1202), Arthur Ier (1202) ni Guy de Thouars (1202-1213). Les monnaies à la croix ancrée, traditionnellement ramenées à ces règnes, n’apparaissent dans les trésors qu’à l’époque de Pierre de Dreux. Il peut y avoir une période sans frappe monétaire entre la fin du règne de Geoffroy II et l’arrivée de Pierre de Dreux, comme c’est attesté dans d’autres principautés26. Le pouvoir politique est alors chaotique, et les monnaies des Penthièvre sont assez nombreuses pour assurer les besoins de l’économie.

Deniers de Philippe Auguste (1206-1207), Nantes, Rennes et Guingamp. Jézéquel 38, 41 et P 17.

Deniers de Philippe Auguste (1206-1207), Nantes, Rennes et Guingamp. Jézéquel 38, 41 et P 17.
  • 27 Il existe des pièces pour Déols, Duplessy 178, Issoudun, Duplessy 179 et Laon, Duplessy 184-186.
  • 28 Jézéquel 38, sans nom d’atelier, Jézéquel 41 de Rennes, et Jézéquel-Penthièvre 17 de Guingamp. On p (...)
  • 29 Jézéquel 39 portant BRIHSV REX, Jézéquel 40 BRITAN DVX REX/TVRONVS CIVII, et Jézéquel 42 REDONIS CI (...)

13Le règne de Philippe Auguste (1180-1223) est marqué par la reconquête du royaume sur les Plantagenêts, ce qui l’amène à confisquer une partie des seigneuries continentales de cette famille. La Bretagne, qui fait partie de cet ensemble, passe alors sous tutelle royale, de 1206 à 1213. Comme dans les autres seigneuries récupérées par lui, le roi fait frapper monnaie à son nom27. On distingue deux émissions distinctes, à la croix ancrée, et à la légende PHILIPVS REX et DVX BRITANIE, sans nom d’atelier, avec variantes dans la disposition de la légende d’avers, et au châtel tournois, avec la légende PHILIPVS RE et CIVI REDONIS28. Dans le premier cas, Philippe Auguste exerce son droit monétaire en tant que duc, et il fait figurer ce titre sur les monnaies. Dans un deuxième temps, il annexe l’atelier de Rennes et apparaît simplement comme roi. Rien ne permet de donner les monnaies à légende DVX BRITANIE à Nantes. Il ne faut voir dans les autres types attribués à ce règne que des faux, si l’on tient compte des légendes aberrantes, de la très mauvaise qualité d’exécution et des incohérences entre avers et revers29.

Deniers à la croix ancrée, Nantes et Rennes. Jézéquel 34 et 37.

Deniers à la croix ancrée, Nantes et Rennes. Jézéquel 34 et 37.
  • 30 Jézéquel 25-26.
  • 31 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 59, et lettre de Y. Jézéquel du 13 février 1999.
  • 32 Bigot, Essai…, p. 54-55.
  • 33 En pratique, une attitude qui n’est pas sans rappeler le succès dans le temps des types nés sous Lo (...)

14Le problème de la croix ancrée est difficile à expliquer. Les monnaies de ce type sont traditionnellement attribuées aux règnes de Constance, Arthur Ier et Guy de Thouars (1186-1206). D’après les trésors, elles n’apparaissent que sous Pierre de Dreux, mais ce symbole figure déjà sur les monnaies d’Alain IV, avant d’être repris par Eudes de Porhoët (1148-1156)30. Pour Benjamin Fillon, Poey d’Avant et, plus près de nous, Yannick Jézéquel, le roi reprend un type qui circule en Bretagne. Ce dernier en déduit que les premières émissions de monnaies à la croix ancrée datent de 1199-120031, et s’appuie aussi sur le fait que Philippe Auguste reprend à Déols et Guingamp le type habituel. C’est probablement l’argument qui a servi à Bigot pour organiser le classement de ces monnaies, bien qu’il reste fort évasif sur le sujet, qu’il évoque la typologie sans grande conviction, les trouvailles sans en citer une en particulier, et qu’il se réfère à la charte de Saint-Melaine de Rennes qui n’éclaircit en rien le sujet32. Si l’on remonte à la dernière monnaie à la croix ancrée, on ne peut que constater sa grande qualité, de gravure comme de métal. Philippe Auguste n’a pas forcément repris un modèle qui circule en Bretagne à son arrivée, mais un type qui avait laissé un très bon souvenir dans la population33. L’étude des monnaies par règne ne permet pas d’avoir une vue d’ensemble du monnayage de la période et il convient maintenant d’aborder le problème des monnaies hybrides, de la place du monnayage des Penthièvre, et de quelques points de typologie.

Les ateliers

  • 34 Jézéquel 2-24. Pour Poey d’Avant, Monnaies féodales…, p. 39, au x et au début du xie siècle, plusie (...)
  • 35 Jézéquel 25-33.
  • 36 Tonnerre, Naissance de la Bretagne, p. 520-521 et 533.
  • 37 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 25 sqq.
  • 38 Bigot 175-176, Poey d’Avant 305-306, Duplessy 180, Jézéquel 38. Y. Jézéquel attribue à Nantes le de (...)
  • 39 Monnaies illustrées dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, 1491-1991…, p. 25, n° 12.4 à 12.6
  • 40 Catalogue de l’exposition de Daoulas, 1491-1991…, p. 25, n° 12.7.

15Rennes est le seul atelier mentionné pendant la période 1008-114834. Par la suite, la précision disparaît pour être remplacée par une légende du type BRITANIE35. Il faut attendre Philippe Auguste puis Pierre de Dreux pour voir réapparaître un nom d’atelier sur les monnaies anonymes à la croix ancrée. Les textes sont plus explicites, puisque la donation d’un dixième du monétage à l’abbaye Saint-Melaine de Rennes atteste de l’existence de l’atelier, d’Alain III à Pierre de Dreux. La situation de celui de Nantes est plus confuse. Il a une production confidentielle à l’époque carolingienne. En 1103, le pouvoir ducal s’installe dans la ville, et à la fin du siècle, Nantes est la première ville du duché, couvrant une superficie d’environ 22 ha36. Pierre de Dreux y réalise un vaste programme de fortification pour englober la nouvelle ville. Dans ces conditions, comment expliquer la discrétion de l’atelier ? La ville est soumise aux aléas politiques de l’époque, et constamment convoitée par les puissants voisins des ducs de Bretagne37. On peut penser que c’est Philippe Auguste qui crée l’atelier, mais on ne possède pas de pièce portant NAMNETIS CIVITAS pour le confirmer, et il faut attendre Pierre de Dreux et les monnaies à la croix ancrée. À cette époque, la situation diplomatique est nettement plus stable et le duc conforte le poids économique de la ville par la création d’une Monnaie38. Le seul personnage dont on peut admettre qu’il y ait frappé est le comte de Nantes, Geoffroy (11561158), mais l’attribution de ces pièces plaide plutôt en faveur de Geoffroy II Plantagenêt. On remarque deux périodes très distinctes pour l’exécution des coins. Sous les règnes de Conan II (1040-1066), Hoël II (1066-1084) et Alain IV (1084-1112), les graveurs ne font aucun effort de qualité, en particulier sur le grènetis qui sépare la légende du motif central, et qui est caractéristique39. La situation s’inverse sous les règnes d’Eudes de Porhoët (1148-1156) et de Conan IV (1158-1169), et pour certaines monnaies de Conan III40. Les sources ne permettent pas d’expliquer ces différences. Tout au plus peut-on dire que le graveur rennais des années 1150-1160 soigne son travail, contrairement à ses prédécesseurs. Par la suite, la qualité d’exécution rejoint ce qui se fait ailleurs et on ne constate plus guère de différences notables.

Tableau 6. – Les titres des monnaies de Conan II à Philippe II. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23, et analyses M. F. Guerra.

Tableau 6. – Les titres des monnaies de Conan II à Philippe II. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23, et analyses M. F. Guerra.
  • 41 Analyse réalisée par Madame M. F. Guerra en 1999, sur le denier CM BNF G 652 A.
  • 42 Les poids sont donnés par Y. Jézéquel. Seuls les exemplaires les plus lourds ont été retenus. Il ne (...)
  • 43 Ce phénomène n’est pas original, et il est bien connu dans le reste de la France, Carpentier et Le (...)
  • 44 Chédeville, « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit… », p.306. Un texte de 1096 pourrait (...)
  • 45 Hypothèse de madame M. F. Guerra. Courrier d’octobre 1999.

16Le titre des monnaies évolue considérablement de l’an 1000 à 1213. Sous Charles le Chauve, l’aloi des deniers rennais est très élevé, avec 93,1 % de fin41. Sous Conan II, l’argent représente encore plus de la moitié de la pièce, puis le pourcentage descend tout au long de la période, pour se stabiliser aux alentours de 35 % au début du xiiie siècle. Il est difficile d’expliquer les 36,4 % de la pièce de Conan III, à une époque où le titre se situe autour de 50 %. Des analyses complémentaires permettraient d’affiner le chiffre et de savoir s’il s’agit d’un accident ou d’une dévaluation. La suite du tableau plaide en faveur de la première hypothèse, car le taux se rétablit aux environs de 50 % au règne suivant. Le poids des monnaies indique aussi une inflation irrégulière, particulièrement marquée entre les règnes d’Alain IV et de Conan III42. Le denier passe de 1,38 g à 1,14 g, soit une perte de l’ordre de 17 %43. Si l’on compare avec ce que l’on sait de ce règne, il s’agit d’une adaptation du denier breton à de nouvelles données économiques. La réduction de poids permet d’augmenter les quantités de pièces frappées, tout en les adaptant mieux à la réalité économique du moment et en accroissant le seigneuriage. A. Chédeville propose une autre explication, qui n’est d’ailleurs pas contradictoire. Pour lui, on assiste à la fin du xie siècle à des dévaluations, qui touchent la Bretagne dans les années 1080-1110, phénomène qui concerne aussi Angers et sans doute Le Mans. Il le lie à la reprise économique qui bute sur le manque de métal, alors que la demande de pièces est plus importante. Par ailleurs, les princes voient dans ces mutations monétaires un moyen pratique d’augmenter leurs revenus44. Le taux de zinc des monnaies de Conan II et d’Alain IV, très élevé (2,64 % et 1,33 %), mérite que l’on s’y attarde. Il pourrait s’agir d’un ajout de laiton au lieu de cuivre pour amener les marcs d’œuvre au titre voulu. La pratique est attestée dans le reste de la France à la même époque. Par la suite, le taux redescend à un niveau habituel, de 0,1 à 0,2 % sous Conan IV, explicable par la refonte des pièces. Comme le zinc a un point de fusion très bas, il s’évapore rapidement pour ne plus figurer qu’à l’état d’élément-trace. De même, on constate que le taux de plomb augmente au fur et à mesure que la proportion d’argent diminue. C’est peut-être lié à un changement d’origine du cuivre qui sert à abaisser le titre45. On peut remarquer que les pratiques en usage dans les ateliers bretons correspondent à celles du reste du royaume.

  • 46 Dumas et Barrandon, Le titre et le poids de fin…, p. 52.
  • 47 Dumas, « La monnaie au xe siècle », Settimane di Spoleto, 1991, p. 565-614, et Barrandon et Dumas, (...)
  • 48 Melle, Pont-Péan et Huelgoat. ibid.
  • 49 Spufford, Money and its use…, p. 109-110, et Bompaire et alii, L’économie médiévale, p. 251-252. En (...)

17Dans les pièces de Philippe Auguste, émises vers 1212, on trouve entre 305 et 347 mg de fin, soit un titre de 4 d. Une ordonnance sur le change en Normandie, datée de 1204, signale que le guingampois a le même taux de change que le tournois et l’angevin, ce qui indique une parité. Les monnaies à la croix ancrée ont un titre inférieur, de 118 à 239 mg, soit 3 d 12 grains. Ce n’est pas surprenant dans la mesure où elles sont postérieures aux précédentes. Elles ont visiblement subi une dévaluation46. L’origine du métal est tout aussi difficile à appréhender47. Dans la deuxième moitié du xe ou au xie siècle, les mines de Melle ferment, à la suite de l’épuisement des filons. L’étude des isotopes d’un certain nombre de mines d’argent médiévales ne permet pas d’éclairer le sujet48. Un denier rennais de Charlemagne a été frappé avec du minerai de Melle, mais pas celui de Charles le Chauve, que son alliage ne peut non plus rapprocher des mines de Huelgoat et Pont-Péan. Le minerai peut arriver du Poitou en Bretagne au début du ixe siècle. Une fois de plus, faute d’analyses, nous ne pouvons qu’attendre de nouvelles recherches. Si l’on compare avec ce qui ce passe dans le reste de l’Europe à la même époque, on peut admettre que les mines d’argent bretonnes sont mises ou remises en service à cette époque, comme l’atteste l’exploitation probable des mines de Penthièvre qui approvisionnent l’atelier de Guingamp49.

Les mines d’argent en Europe, 1170-1230. Spufford, Money and its use…, carte 11, p. 110.

Les mines d’argent en Europe, 1170-1230. Spufford, Money and its use…, carte 11, p. 110.
  • 50 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 219 et iii, p. 178-179. Notons qu’il s’agit le plus souv (...)
  • 51 Dumas, Le monnayage…, p. 4.
  • 52 Bigot, Essai…, p. 351.
  • 53 Bigot, Essai…, p. 351-352. Nota : Guillermus est devenu Guillelmus.
  • 54 Guillotel, « Administration et finances ducales sous Conan III », SHAB, 1991, p. 19-43 ; la monnaie (...)
  • 55 Bigot, Essai…, p. 352-355, et Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. c (...)

18Un dernier problème concerne le don par les ducs d’un dixième du monétage à Saint-Melaine de Rennes. Le monnayage d’abbaye est un phénomène fréquent au Moyen Âge classique. Le seigneur donne un atelier à une abbaye, ou délègue aux moines le droit de frapper monnaie. Charles le Simple confirme en 919 le droit de battre monnaie à Saint-Martin-de-Tours, privilège renouvelé par Raoul et Hugues Capet. À Cluny, Guillaume, duc d’Aquitaine, fait de même envers l’abbaye, avec le don des ateliers de Saint-Jean-d’Angély et de Niort. Il ne se contente pas de faire profiter l’abbaye d’un don de seigneuriage, mais le lui abandonne tout entier50. Le texte précise aussi que la production doit être similaire à celle de l’atelier de Poitiers. À Dijon, Robert (1032-1076) dispose de ses droits sur la monnaie au profit de l’abbaye de Saint-Étienne. Son successeur Hugues Ier accorde les mêmes faveurs à Saint-Bénigne51. En Bretagne, la situation est sensiblement différente. Alain III et sa femme (1008-1040) abandonnent un dixième du monétage, pour restaurer Saint-Melaine de Rennes. En 1139, Conan III confirme le don sur les conseils de sa mère, ce que les autres ducs reprennent de règne en règne comme en 1158 sous Conan IV52. Dans ce dernier cas, l’acte précise qu’il le fait pour le salut de son âme, celle de son père et de ses ancêtres et de ses successeurs, avec le conseil de ses barons53. Pour Hubert Guillotel, Conan III peut difficilement ne pas renouveler la dîme du monnayage. Deux actes signalent que le duc déclare percevoir 12 deniers par livre à la Monnaie de Rennes et qu’à la pesée, toute part lui revenant, et qui sera inférieure à six deniers reviendra aux moines54. La donation est à nouveau confirmée en 1193, 1225 et 1249. C’est en 1254 que Jean Ier la révoque définitivement55. Les textes nous donnent quelques détails sur la transaction. Le monétaire Guillerm ou Guillaume est affranchi et tient sa fonction par hérédité. Il reçoit un salaire s’élevant au huitième du poids de métal. La somme est d’importance et recouvre probablement le salaire du reste du personnel de l’atelier, ainsi que les frais de gestion et d’entretien. Il faut remarquer ici la précocité de la transmission héréditaire.

19Si la monnaie ducale s’impose lentement de l’an mil au xiiie siècle, elle est fortement concurrencée, en Bretagne comme ailleurs, par un monnayage dissident, celui des barons.

Le monnayage de Penthièvre et de Cornouaille

  • 56 Dizerbo et Dhénin, « Un denier d’un comte de Cornouaille (début du xie siècle) », BSFN, janvier 200 (...)
  • 57 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 55 et 88-92.

20Exceptionnellement, la Bretagne compte peu de monnayages dissidents. Il y a encore peu de temps, on ne connaissait que les pièces émises dans le Penthièvre au nom d’Étienne, mais depuis 2001, il faut y ajouter la monnaie de Budic, comte de Cornouaille56.Très abondantes dans les trésors des xiie et xiiie siècles, les monnaies de Penthièvre posent beaucoup de difficultés d’interprétation, faute de sources et du fait de l’immobilisation des types. L’étude approfondie des trésors permet de lever en partie le voile de la chronologie, et l’examen typologique de mieux replacer ces monnaies importantes dans leur époque. À l’origine, le comté de Penthièvre est un démembrement de la Domnonée57. Il recouvre toute la partie est du Trégor, et il est divisé en quatre ensembles : le comté de Lamballe, les châtellenies de Jugon, de Montcontour et de Cesson. La seigneurie la plus importante est le régaire épiscopal qui comprend Saint-Brieuc et cinq paroisses limitrophes. Les châteaux de Lamballe, Montcontour et Jugon sont des forteresses de premier plan. Après la mort d’Eudes (1035-1079), Étienne Ier (1093-1137) hérite du Trégor. Par mariage, il réussit à rattacher à cet ensemble la seigneurie de Guingamp. Profitant du décès de ses frères, il hérite du comté de Penthièvre et de celui de Richemont. Ces aléas font de lui un prince très puissant, particulièrement dangereux pour l’unité du duché. Dans les années 1123-1125, il doit soutenir une guerre contre son fils Geoffroy qui réussit à obtenir Lamballe.

Généalogie des Penthièvre. La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 616.

Généalogie des Penthièvre. La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 616.

Le droit de monnayer et ses implications

  • 58 Eudo… regnavit in Britanniam tamquam dux et fecit monetam argenteam. Anonyme de Saint-Brieuc, cité (...)
  • 59 Chédeville, « Le rôle de la monnaie… », p.305.
  • 60 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 162.
  • 61 Guillotel, « Les origines de Guingamp », MSHAB, 1979, p. 80-100, p. 97.

21Eudes, frère cadet d’Alain III, reçoit en 1035 en apanage les seigneuries de Guingamp et Lamballe. Cinq ans plus tard, il exerce l’administration du duché pendant la minorité de Conan II (1040-1047). Par la suite, il entre en lutte ouverte contre son neveu. Il meurt en 1079. L’Anonyme de Saint-Brieuc nous signale qu’il frappe des monnaies d’argent58. On lui attribue deux types monétaires, l’un inspiré du denier carolingien au temple, l’autre du monogramme d’Herbert du Mans et par ricochet de Conan II. Comment en est-il arrivé à monnayer ? Pour A. Chédeville, les comtes de Bretagne délèguent au Penthièvre le droit de frappe59. Il est aussi possible qu’Eudes ait exercé le droit de battre lors de la minorité de Conan, puis qu’il l’ait gardé par la suite. Le denier au temple doit être le plus précoce, le deuxième doit faire partie de l’époque de rébellion, car il copie les monnaies de Conan II (1047-1066). Par la suite, les Penthièvre continuent à battre monnaie, pour profiter de la manne que représente le seigneuriage, mais aussi par souci de montrer leur puissance. Aucune famille châtelaine n’atteint la puissance et le prestige du comte Étienne Ier. Guingamp devient en quelques années un centre politique et religieux de premier ordre60. Étienne s’intitule comte de Bretagne dans ses actes, et manifeste ainsi ses origines princières. Ce titre correspond au principe de son pouvoir et traduit la conception qu’il s’en fait. L’appartenance des Penthièvre à une branche cadette de la Maison de Bretagne justifie cette dignité qui, à l’origine, est indépendante du territoire qu’ils contrôlent61. Cette volonté d’exercer le pouvoir régalien se manifeste dans l’exercice du droit monétaire mais aussi d’autres façons, par le contrôle de l’épiscopat briochin et trégorrois par exemple.

Deniers au nom d’Étienne, Guingamp. Jézéquel-Penthièvre 1, 3 et 7.

Deniers au nom d’Étienne, Guingamp. Jézéquel-Penthièvre 1, 3 et 7.
  • 62 Bigot, Essai…, p. 69-70. À Rodez, on trouve une série de monnaies au nom des Hugues ayant possédé l (...)

22D’après Bigot, l’atelier de Guingamp oeuvre de 1093 (début du règne d’Étienne Ier) au règne de Charles de Blois (1341-1364). Lui et Poey d’Avant classent les monnaies dites des Étienne en groupes typologiques62. Bigot constate une dégradation du profil et en déduit quatre grandes périodes d’émission pour les xiie et xiiie siècles.

Tableau 7. – Classement des monnaies de Penthièvre selon Bigot. Source : Bigot, Essai…, p. 69-70.

Tableau 7. – Classement des monnaies de Penthièvre selon Bigot. Source : Bigot, Essai…, p. 69-70.
  • 63 Le dernier en date est Jézéquel, Les monnaies…, p. 244.
  • 64 Classement des trésors dans l’ordre chronologique : Nogent-le-Rotrou, 1140-1150 ; Tréguennec, 1148- (...)
  • 65 Les textes ne sont que d’une piètre utilité, et n’apportent rien à la datation. En 1204, la parité (...)

23Cette chronologie a été reprise par les autres numismates63. Comme celle des monnaies à la croix ancrée, elle est à reprendre à la lumière des trouvailles. En effet, les deniers de Guingamp apparaissent dans les trésors à la fin des années 1140 pour disparaître au milieu du xiiie siècle64. Le trésor de Tréguennec, bien daté des années 1148-1158, pose un problème de chronologie. Les deniers qui y sont représentés ont probablement été frappés à la fin du règne d’Étienne Ier (1093-1138), chronologie confirmée par les autres enfouissements. Il serait possible de les rattacher à Étienne-Conan, fils d’Henri Ier et petit-fils d’Étienne Ier, mais on ne sait quasiment rien de lui. Ces constatations amènent donc à réviser sérieusement la chronologie : la dégradation du profil a lieu sur un laps de temps assez court, de l’ordre d’une soixantaine d’années. Le classement typologique est à prendre en compte, mais il est hors de question de conserver la chronologie établie par Bigot65.

24En nous fondant sur plusieurs indications, nous proposons l’évolution suivante, appuyée aussi sur l’analyse du titre.

  • 66 Il s’agit des monnaies BNF G 877 et A 2 828.

Tableau 8. – Chronologie et titre des monnaies au type guingampais. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23 et analyses M. F. Guerra66.

Tableau 8. – Chronologie et titre des monnaies au type guingampais. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23 et analyses M. F. Guerra66.
  • 67 Jézéquel-Penthièvre 9 et 11.
  • 68 Bigot, Essai…, p. 65.

25Vers 1130-1140, le profil est assez proche de la réalité. Dans les années 1160- 1170, il se dégrade et devient difficilement reconnaissable. Dans le même temps, le titre des monnaies diminue sensiblement. Entre 1184-1206, les monnaies d’Alain de Goëlo forment un bon repère chronologique. Le titre est restauré et se rapproche de celui des monnaies alors en circulation. Ces monnaies marquent la fin du monnayage « dissident ». De 1206 à 1213, Philippe Auguste utilise l’atelier de Guingamp. Le titre se maintient, et correspond d’ailleurs grossièrement à celui des monnaies à la croix ancrée, qui sont immédiatement postérieures. Le revers pose aussi un certain nombre de problèmes. La croix est habituellement cantonnée de deux étoiles. Sous Alain de Goëlo, il n’y en a plus qu’une, et sous Philippe Auguste, il n’y en a pas du tout. On connaît aussi des pièces au nom d’Étienne à la croix non cantonnée67. Elles sont du type le plus tardif et il faut les placer après le règne de Philippe Auguste, et avant le rattachement de l’atelier à la Couronne de Bretagne, en 122368. Elles précèdent les deniers à légende DVX BRITANIE, émis par Pierre Mauclerc après cette date.

Des monnaies abondantes

26L’activité de l’atelier de Guingamp peut s’expliquer par la présence sur les terres des Penthièvre de mines de métal précieux.

L’exploitation du plomb argentifère au xviiie siècle. Brûlé, Mineurs…, p. 4.

L’exploitation du plomb argentifère au xviiie siècle. Brûlé, Mineurs…, p. 4.

27Comme le montre cette carte, les gisements argentifères sont nombreux en Bretagne, et en particulier dans la région de Guingamp.

Diffusion des monnaies de Penthièvre en Bretagne.

Diffusion des monnaies de Penthièvre en Bretagne.
  • 69 Dans un premier temps, nous avions pensé mettre en lien les mines de Huelgoat-Poullaouen avec la fr (...)
  • 70 Dumas, « La monnaie au xe siècle », Settimane di Spoleto, 1991, p. 565-614, et Barrandon et Dumas, (...)
  • 71 Jézéquel 116-7, 135, 148 et peut-être d’autres à l’atelier non précisé. Un denier signalé par Boude (...)

28Rien ne permet actuellement de les mettre en lien avec la frappe des deniers au nom d’Étienne, mais nous espérons que les progrès technologiques permettront sans tarder d’y voir plus clair69. Nous ne sommes pourtant pas entièrement désarmés. Des analyses très précises d’éléments-traces, effectuées par J.-N. Barrandon et F. Dumas grâce aux isotopes du plomb, ont permis d’établir le profil du métal sorti des mines bretonnes de Huelgoat et Pont-Péan70. D’autres analyses menées par Madame Maria-Filomena Guerra, sur du minerai de Huelgoat et des monnaies de Penthièvre et de Guingamp, n’ont hélas pas permis de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de l’ampleur des émissions par l’utilisation du minerai local. Le métal des pièces est issu de nombreuses refontes et les éléments-traces ne sont pas suffisamment caractéristiques pour faire apparaître clairement son origine. Il faudrait pour cela posséder des pièces des toutes premières émissions, dont on peut espérer que l’alliage possède encore les caractéristiques de son lieu d’origine. En attendant de nouvelles études en ce sens, on constate que les monnaies de Penthièvre sont très abondantes dans les trouvailles monétaires des xiie-xiiie siècles, et qu’elles apparaissent aussi régulièrement comme monnaies isolées. On peut penser que les filons les plus accessibles se sont progressivement épuisés. À partir du xive siècle, la production de Guingamp se fait relativement discrète. Charles de Blois y émet quelques monnaies et il semble bien que par la suite, l’atelier ferme définitivement71.

29La carte de diffusion des monnaies de Guingamp, même si elle s’avère un peu décevante faute de nombreuses trouvailles, éclaire malgré tout quelques points de l’histoire économique. On remarque tout d’abord le poids de la région Trégor-Pays de Saint-Brieuc dans les découvertes. Ce n’est pas surprenant, dans la mesure où l’ère de circulation de cette monnaie est avant tout la seigneurie dans laquelle elle est frappée. La côte sud de la Bretagne se distingue aussi nettement et les trésors confirment le poids du commerce maritime et du cabotage dans l’économie des xiie-xiiie siècles. Mais la circulation de ces espèces ne s’arrête pas aux frontières de la Bretagne, bien au contraire. Ces pièces ont largement essaimé hors de leur seigneurie d’origine.

  • 72 Au type Ber 22 à 43 : malon, Preston et Seltman, Coins of the crusader states, USA, 1994. Metcalf e (...)
  • 73 D’autant plus que ces monnaies sont rares.
  • 74 Tout au plus peut-on constater une ressemblance avec les monnaies d’Étienne II de Champagne et de S (...)
  • 75 Il s’agit du type Jézéquel 1 à légende DVX BRITAHHIE. Poey d’Avant 201-203.
  • 76 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 193.

30Les découvertes syriennes sont à mettre en rapport avec les croisades. Les nobles bretons, et peut-être plus spécialement ceux issus du Penthièvre, se rendent en Terre Sainte comme beaucoup. Rien de surprenant à ce que l’on retrouve ces monnaies dans les trésors proches-orientaux. À Kessab (Syrie) et à Tripoli (Liban), ils figurent avec des monnaies bretonnes de la même période, des xiie et xiiie siècles. La composition surprenante du trésor de Tripoli, avec 29,6 % de monnaies guingampaises, laisse penser que son possesseur était breton ou tout au moins du Grand-Ouest. L’impression est confirmée par une rare monnaie d’Alain IV (1084-1112). La présence d’un denier anonyme de Rennes, alors que le trésor est daté des années 1220-1225, vient confirmer la chronologie générale de la période. Réuni en Bretagne au temps de Pierre de Dreux, cet ensemble est perdu au Liban par un croisé breton, probablement peu de temps après son arrivée. En effet, on imagine mal le soldat enfouissant longtemps après son arrivée, un trésor d’une telle composition. Ces trésors apportent un éclairage particulier sur l’origine du thème des deniers des Penthièvre. Comme on l’a vu plus haut, des homotypies surprenantes marquent la numismatique bretonne des xie-xiie siècles. Dans le cas de ces pièces, le problème se pose dans les mêmes termes. On constate en effet une homotypie entre les premières monnaies au nom d’Étienne et celles de Bohémond III d’Antioche, sous le règne de Constance et de Renaud de Châtillon (1149-1163)72. Il faut y voir une nouvelle fois un phénomène de mode. Dans ce cas précis, l’explication économique n’a aucune valeur. Il n’y a aucun intérêt pour un vassal du duc de Bretagne à espérer que ses pièces vont se fondre dans la circulation monétaire proche-orientale73 ! Par contre, les croisés bretons connaissent ces pièces pour les avoir rencontrées lors de leurs passages en Terre Sainte, comme l’attestent les trésors évoqués ci-dessus. La fourchette chronologique retenue (1140-1206) laisse penser à une influence d’Antioche sur Guingamp, et non le contraire. D’un point de vue typologique, c’est aussi plus juste, car la dégénérescence démarrerait ensuite. Il est surprenant que les monnaies de Guingamp n’aient pas été imitées, compte tenu de leur succès74. Par ailleurs, Poey d’Avant voit dans le croissant qui cantonne la monnaie anonyme à légende DVX BRITANNIE l’origine des étoiles des monnaies au nom d’Étienne75. Il s’agit d’un denier au monogramme carolin très dégénéré. Peut-être faut-il réattribuer ces pièces à Eudes de Penthièvre. Poey d’Avant constate que les monnaies de Penthièvre sont tellement abondantes et ont joui d’un tel succès, qu’il estime probable qu’elles aient été fabriquées hors de Bretagne, hypothèse surprenante qu’il ne justifie pas76.

Le pseudo-atelier de Quimperlé

Faux denier de Quimperlé. Jézéquel-Penthièvre 15.

Faux denier de Quimperlé. Jézéquel-Penthièvre 15.
  • 77 Bigot, Essai…, p. 74-75.

31Avant d’en finir avec le monnayage des Penthièvre, il faut évoquer les monnaies dites de « Quimperlé » ou « Quemper-Guézennec ». Poey d’Avant dans le catalogue de sa collection, puis Bigot les signalent, sous les numéros 205 et 206 de l’Essai. Ce dernier propose l’attribution à l’atelier de Quimperlé, mais signale ses doutes, en particulier sur le nombre d’étoiles cantonnant la croix du deuxième exemp laire, qui n’en aurait qu’une, mais « il n’est pas sûr que la croix ne soit pas cantonnée de deux étoiles, la monnaie a souffert du frai dans cet endroit, et l’étoile qui reste est incomplète77 ».

  • 78 Caron 98.
  • 79 Le nom du numismate en question n’est hélas pas précisé.
  • 80 « Les ventes », Bulletin de Numismatique, 1895-1896, p. 75 : vente à Drouot, Raymond Serrure, les 1(...)
  • 81 « Le denier de Quimperlé », Courrier Numismatique, 1923-1924, p. 53 : M. Charbonnier a acquis une t (...)
  • 82 Ce personnage intéressant « invente » un trésor du côté de Provins, dont il distille les pièces aup (...)

32Caron en signale une autre variété78. Il date la pièce du milieu du xie siècle et en fait un des prototypes de la série. Il attribue la monnaie à Quimperlé, mais signale qu’un numismate breton propose Quemper-Guézennec79. La monnaie apparaît par la suite en vente publique en 1895, et un exemplaire est acquis par le Cabinet des Médailles pendant la Première Guerre mondiale80. Enfin, un trésor mal connu aurait contenu un denier de Quimperlé pour environ 1 300 monnaies de Guingamp81. Il semble bien que ce soit un faux contemporain. C’est l’opinion de Jean Duplessy, qui pense qu’il a été forgé par un marchand parisien. Le fait que l’exemplaire du Cabinet des Médailles provienne de la collection de M. Farigault, un faussaire bien connu, ne plaide pas en faveur de la véracité de la pièce82. Au Cabinet des Médailles, cette monnaie est actuellement classée parmi les faux.

  • 83 Exemplaires observés à la Maison Platt, en avril 1998.

33Un examen détaillé des faits ne lui laisse en effet pas beaucoup de chance. Les légendes sont aberrantes, puisque les monnaies portent à l’avers le nom d’atelier de Guingamp et au revers celui de Quimperlé. On n’en connaît aucun exemplaire dans une trouvaille avérée et bien décrite, et l’origine du premier spécimen est attachée au nom d’un faussaire bien connu. Or, il n’y a pas beaucoup d’effort à faire pour transformer les légendes déjà floues des monnaies de Guingamp. Enfin, l’examen de certaines pièces montre des traces de refrappe, tout au moins de bizarrerie dans la frappe83. Nous pensons donc que tant qu’il n’en aura été découvert aucun exemplaire en trésor, il sera très difficile de considérer cette monnaie comme vraie. Les monnaies des Penthièvre n’ont pas encore livré tous leurs secrets.

  • 84 Les pièces correspondent à Jézéquel 44-45 et Jézéquel-Penthièvre 1 à 17.
  • 85 Jézéquel-Penthièvre 16 et 11.

34La fin de ce monnayage dissident est mieux connue84. Alain de Goëlo (1184-1212) signe ses monnaies, y mettant d’ailleurs son nom en langue vulgaire, ALEN, ce qui est exceptionnel à l’époque. Ces pièces sont relativement rares, mais on en trouve des exemplaires dans les trésors de Nantes et de Mareuil. Elles n’offrent pas de grande différence avec celles au nom des Étienne, si ce n’est le cantonnement de la croix par une seule étoile. Entre 1213 et 1222, Henri II émet des deniers à la croix non cantonnée85.

Deniers d’Alain de Goëlo et d’Henri II. Jézéquel Penthièvre 16 et 11.

Deniers d’Alain de Goëlo et d’Henri II. Jézéquel Penthièvre 16 et 11.
  • 86 Dimidiam partem reddituum secundum pactum nostrum annuatim recepturo ad viginti annos pro triginta (...)

35Un accord entre les moines de Bon-Repos et Jean de Caurel signale un paiement en monnaie de Guingamp, ce qui laisse penser que l’atelier de Guingamp fonctionne encore en 121586. En 1222, Pierre de Dreux annexe la seigneurie et donc l’atelier, en s’appuyant sur les droits de sa femme Alix, issue d’une branche cadette des Penthièvre. Il frappe des deniers à légende DVX BRITANIE, gardant la légende STEPHAN COMES dans un premier temps, puis GVINGAMP par la suite. L’atelier ne disparaît donc pas après son rattachement, et connaît même une activité très importante à la fin du xiiie siècle.

La monnaie de Budic, comte de Cornouaille

Denier au nom de Budic, frappé à Châteaulin (29). Dizerbo et Dhénin, « Un denier… », p. 6.

Denier au nom de Budic, frappé à Châteaulin (29). Dizerbo et Dhénin, « Un denier… », p. 6.
  • 87 Dizerbo et Dhénin, « Un denier d’un comte de Cornouaille (début du xe siècle) », BSFN, janvier 2001 (...)
  • 88 Sur ses liens avec la Maison de Rennes, Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle. Mémoire, (...)

36Il reste à évoquer la monnaie au nom de Budic, comte de Cornouaille (vers 1008-1019). On peut lire à l’avers : + BVDICOCOCON’S (Budic, comte de Cornouaille), autour d’une croix formée de quatre triangles appointés, et au revers : + NINOCASTELLO (Châteaulin), autour d’une croix87. S’il est facile de rattacher cette pièce à celui que l’on appelle Budic Castellin, du nom de sa résidence de Châteaulin, absolument rien ne nous renseigne sur la délégation qu’il pourrait avoir reçue du pouvoir ducal pour pouvoir émettre ce rarissime denier, mais l’on sait cependant que le comte de Cornouaille entretient de bons rapports avec la Maison de Rennes88.

La circulation monétaire de l’an mil à 1213

37Nous sommes mieux armés pour étudier la circulation monétaire. Si les mentions de monnaies se limitent à quelques gloses, les pièces perdues et enfouies nous apprennent énormément de choses et l’historien possède enfin une source statistique, exceptionnelle pour cette époque.

Une économie en cours de monétarisation

Monnaies de fouilles et monnaies isolées

  • 89 Yvon, « Un texte médiéval sur la thésaurisation et la spéculation », BSFN, avril 1970, p. 521-522 : (...)
  • 90 Les antiquistes l’ont bien compris, en particulier les spécialistes du monde gaulois. Sans l’étude (...)

38Les monnaies isolées et monnaies de fouilles sont perdues par leurs utilisateurs pendant leur période de circulation. Elles sont beaucoup plus révélatrices de la circulation monétaire que les trésors qui comprennent des monnaies triées, accumulées sur plusieurs années et souvent liées au grand commerce et à la richesse. La pratique est bien connue, attestée par les manuels de confesseurs qui la rangent au rang des péchés mortels89. Les deux groupes donnent donc une vision différente et complémentaire des choses90. La cohérence de l’inventaire pour la période an 1000-1213 est d’ailleurs tout à fait intéressante et mérite une étude attentive. Le corpus est assez faible numériquement, et donne 32 monnaies trouvées en Bretagne, dont 20 monnaies bretonnes.

  • 91 La monnaie non identifiée de Pen-er-Malo en Guidel n’a pas été retenue dans cet inventaire. Par con (...)

Tableau 9. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles trouvées en Bretagne, xe-xiie siècles91. Source : Corpus des trouvailles de monnaies isolées et de fouilles.

Tableau 9. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles trouvées en Bretagne, xe-xiie siècles91. Source : Corpus des trouvailles de monnaies isolées et de fouilles.
  • 1 Les monnaies de Saint-Martin de Tours, au nom d’Herbert du Mans et de Foulques d’Anjou sont des typ (...)
  • 2 Dépendance de Cluny, l’abbaye est fondée en 926 par Aimar de Bourbon. En 994, Hugues Capet accorde (...)

Note 11
Note 22

  • 92 Toulmouche, Histoire archéologique…, p. 123-143, est particulièrement riche en trouvailles de toute (...)

39L’examen de la carte apporte nombre d’informations, mais pose aussi quelques problèmes. Le premier est la surreprésentation de Rennes et la sous-représentation de Nantes. L’historiographie explique en partie ce phénomène. Le cas de Rennes est particulièrement bien connu depuis les grands travaux exécutés dans le centre-ville à la fin du xixe siècle. De nombreuses monnaies ont alors été découvertes et très bien répertoriées dans le Bulletin de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine92. Le même travail n’a pas été fait à Nantes, robablement faute de numismates pour suivre les travaux, ou plus certainement par suite d’une mauvaise transmission des découvertes vers le milieu savant. Le Bulletin de la Société Archéologique de Nantes qui publie beaucoup de trésors à la même époque, néglige largement les trouvailles isolées. Le deuxième problème vient de l’insuffisance des rapports de fouilles, qui ne mentionnent que rarement les trouvailles de monnaies, et en particulier de monnaies médiévales. Cette pratique est pour le moins surprenante et ne permet pas de dresser des cartes très fournies. En dernier lieu, il faut noter que les monnaies trouvées lors de fouilles forment l’essentiel de ce corpus et que les trouvailles de monnaies isolées sont bien peu nombreuses. Il s’agit là encore d’une insuffisance de publication. Les vides trahissent tout autant une réalité archéologique qu’ils manifestent les lacunes de notre documentation.

  • 93 Phénomène déjà constaté à l’époque mérovingienne, Coativy, Monnaies de Bretagne, carte de diffusion (...)
  • 94 Carte des densités de population au début du xve siècle dans Kerhervé, L’État breton…, p. 547.

40Malgré ces limites, et en connaissance de cause, la carte apporte de nombreuses informations. Une fois de plus, il faut constater le poids de l’Armor. On a vraiment l’impression que les monnaies n’entrent pas à l’intérieur du pays, et que la circulation monétaire se cantonne sur les côtes93. Il faut y voir les conséquences d’une économie avant tout maritime, dans laquelle le cabotage constitue le vecteur majeur du commerce. Rappelons aussi qu’il semble qu’à toutes les époques, en particulier au Moyen Âge, la population bretonne se soit massée le long des côtes. Ces monnaies, perdues dans la vie quotidienne, reflètent aussi les densités de population94. L’habitat occupe une place prépondérante. En dehors de quatre cas, toutes les autres monnaies ont été découvertes sur des sites prestigieux ou connus, comme la ville de Rennes, l’abbaye de Landévennec, la cité du Yaudet, la crypte de Lanmeur, les châteaux de Lohéac et de Ploumoguer…

  • 95 Bertrand et Lucas, « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan (...)
  • 96 André, « Un village médiéval breton du xie siècle : Lann Gouh Melrand (Morbihan) », Archéologie méd (...)

41Il faut peut-être en tirer la conclusion que la monnaie ne circule qu’en milieu urbain et dans les sites qui accueillent une population aisée, avec toutes les limites évoquées plus haut. Le cas de Pen-er-Malo en Guidel vient en partie corriger cette vision95. On y a fouillé une maison mixte, édifiée au xe siècle. Les habitants sont des paysans, qui complètent leur alimentation par des produits de la mer, en particulier des crustacés et des coquillages. Ils ne semblent pas avoir été bien riches, si on en juge par la pauvreté du matériel archéologique trouvé en fouilles, et ils finissent par abandonner leur maison à la fin du xiie siècle. La présence de trois monnaies de Conan III est donc d’un intérêt capital. Elle indique qu’une population pauvre a des deniers à sa disposition, et que ces pièces ne représentent pas une exception dans leur vie puisqu’elle ne semble pas s’être donné la peine de les rechercher activement après leur perte. Ces pièces peuvent servir pour le commerce, mais il faut plutôt chercher une explication du côté du cens seigneurial, levé en monnaie. Il est regrettable que le contexte archéologique de la découverte n’ait pas été plus détaillé. Il aurait peut-être permis d’appréhender la façon dont les habitants de la maison usaient de la monnaie. Notons que le site plus ancien de Lan-Gouh en Melrand (xie siècle) n’a pas livré de pièces. Il s’agit ici d’une exploitation pauvre, très proche de la précédente. Si l’absence n’a pas vraiment de signification, il faut malgré tout la mettre en lien avec une économie encore peu monétarisée96.

Diffusion des monnaies isolées et monnaies de fouilles (xe-xiie siècles).

Diffusion des monnaies isolées et monnaies de fouilles (xe-xiie siècles).
  • 97 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 390 : « On assiste donc, du xie au xiiie siècle, à (...)

42Le paysage monétaire que nous révèlent les monnaies isolées, est banal et en même temps original. Banal car ces pièces sont les mêmes que celles que l’on trouve dans les trésors, du Maine, de l’Anjou, du Poitou et de Touraine. Il s’agit bien du fond commun des espèces qui circulent à cette époque. La présence de cinq monnaies des Étienne à Rouen et de deux à Saintes vient confirmer ce tableau. Le commerce est encore limité au Grand-Ouest, en attendant l’ouverture vers le Nord et le Sud. La présence « massive » de monnaies ducales pourrait être le signe d’une bonne maîtrise de la circulation monétaire au jour le jour. Les ducs contrôlent les espèces en circulation et réussissent à imposer leurs types, sans grande difficulté, à moins que cette absence ne révèle l’étroitesse du commerce breton. Certaines monnaies sont étrangement discrètes, en particulier celles de Guingamp, pourtant très nombreuses dans les trésors, ainsi que les monnaies royales. Cette constatation renforce l’idée que la circulation monétaire est surveillée et que les changeurs se chargent efficacement de sortir les monnaies étrangères. Des nuances intéressantes apparaissent, en particulier la fréquence des monnaies de Conan III (1112-1148), les plus nombreuses sur le plus de sites. Elles correspondent à la première monétarisation de l’économie bretonne, en lien avec le renouveau démographique et commercial97. Enfin, il est bien difficile d’expliquer la présence surprenante de trois deniers d’Eudon de Penthièvre (1040-1047) à Landévennec, car c’est une monnaie rarissime. Il faut croire qu’elles ont été rapidement refondues par ses successeurs qui voyaient d’un mauvais œil circuler les monnaies d’un usurpateur.

Les trésors

  • 98 Pour ne pas alourdir inutilement le tableau, nous l’avons limité aux dix principales variétés de mo (...)

Tableau 10. – Classement des principales monnaies présentes dans les trésors bretons (xie-xiie siècles)98. Source : Corpus des trésors bretons.

Tableau 10. – Classement des principales monnaies présentes dans les trésors bretons (xie-xiie siècles)98. Source : Corpus des trésors bretons.
  • 1 Pour séparer deux chiffres égaux, la meilleure place a été attribuée à celui qui avait le plus de m (...)

Note 11

  • 99 C’est le cas de la trouvaille des environs de Saint-Brieuc par exemple.
  • 100 Un denier de Henri Ier à Caran ou Cran, et un autre de Guillaume Ier d’Écosse (1195-1214) à Rédéné. (...)

43L’étude des trésors monétaires ne relève pas de la même logique que celle des monnaies isolées. Il faut alors travailler sur de grands chiffres et manier avec prudence les pourcentages. L’intérêt réside malgré tout dans le grand nombre de pièces, et leur variété, qui permettent une étude plus large que celle des pièces de fouilles. Le nombre de monnaies trouvées dans les trésors indique la nette domination des espèces bretonnes dans la circulation aux xie et xiie siècles. Elles représentent 62,6 % des deniers trouvés en Bretagne, et 65,5 % des dix principales variétés. Il faut tout de suite tempérer cette constatation car les monnaies de Penthièvre forment l’essentiel des monnaies bretonnes alors en circulation, avec 41,2 %. Les monnaies ducales arrivent donc en deuxième position. Si l’on se place sous l’aspect des occurrences dans les trésors, la vision est différente. Il s’agit dans ce cas de mesurer la fréquence d’apparition des pièces, sans tenir compte des quantités de monnaies trouvées. En effet, un trésor comme celui de Saint-Coulitz, comprenant un millier de monnaies de Conan III modifie très nettement l’échantillon. De plus, les occurrences permettent d’intégrer à l’étude les trouvailles anciennes et mal décrites, où les variétés de monnaies étaient signalées, mais sans précisions chiffrées99. La Bretagne apparaît intégrée à l’économie du Grand-Ouest, au moins au xiie siècle, si l’on en juge par la place qu’occupent Saint-Martin-de-Tours, le Maine et l’Anjou. L’image est ici rigoureusement la même que celle laissée par les monnaies de fouilles, ce qui n’est absolument pas surprenant. Les monnaies d’Henri II évoquent le rôle capital des Plantagenêts dans la région, dans la deuxième moitié du xiie siècle, mais elles montrent peut-être aussi l’ouverture du commerce maritime vers le Nord à cette époque. La présence d’une monnaie d’Henri Ier d’Angleterre (1100-1135) et d’une autre de Guillaume Ier d’Écosse (1195-1214) va dans le même sens 100.

44Le trésor de Rédéné mérite une étude à lui seul par la variété d’origines des monnaies recensées, et c’est la seule trouvaille de laquelle il est possible de tirer des conclusions précises sur le thésauriseur, son milieu professionnel et le monde qui l’entoure.

Répartition des monnaies isolées et des trésors (xie-xiie siècles).

Répartition des monnaies isolées et des trésors (xie-xiie siècles).
  • 101 Audran, « Découverte de monnaies baronnales… », p. 50-55 et Duplessy 1, n° 271 : il comprend des pi (...)

45Enfoui vers 1202-1213, il a été découvert en février 1876, au village de Limminec, fort de plus de plus de 500 monnaies 101. Le premier indice se trouve dans la présence de monnaies d’or, à une époque où l’on n’en frappe pas encore en Occident. Qui plus est, on trouve un aureus d’Auguste. La présence de cette pièce, comme d’ailleurs la variété des espèces, laisse penser que le propriétaire a longuement accumulé des monnaies, et que ce trésor représente les économies d’une vie. Les 50 dinars d’or nous montrent un deuxième aspect du commerce de cette époque, marqué par le manque de monnaies à forte valeur libératoire. Il faut dès lors aller chercher loin les pièces d’or, mais elles existent et les commerçants savent les trouver. Ces monnaies arabes nous donnent un renseignement supplémentaire et précis. La présence de monnaies anglaises, et aussi d’un denier écossais, seul de son espèce sur les 5 222 monnaies répertoriées, va tout à fait dans ce sens. Le marchand se livre au trafic international, par voie de mer, dans la région de Quimperlé. La Bretagne est représentée dans son échantillon par des pièces de Conan IV et Geoffroy II. Il a dû commencer à amasser dans les années 1160 et continuer son activité jusqu’au début du xiiie siècle. Il utilise surtout des monnaies au nom des Étienne, ce qui n’est pas surprenant, compte tenu de leur abondance, et aussi du fait qu’elles forment l’essentiel de la circulation, après les frappes de Geoffroy Plantagenêt et avant le denier à la croix ancrée de Pierre de Dreux. Enfin, il utilise comme tout le monde des pièces au nom d’Herbert du Mans, de Foulques d’Anjou, avec malgré tout un horizon plus vaste qui va jusqu’à la Champagne, mais aussi Angoulême, le Périgord et Souvigny, sur les contreforts du Massif central. Il cache sa fortune dans la première décennie du xiiie siècle, peut-être lors des troubles qui accompagnent la guerre de Philippe Auguste dans la région.

Diffusion de la monnaie en Bretagne

  • 102 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 120 et 369.

46On remarque en premier lieu le rôle de la mer dans la diffusion de la monnaie. Le sud-ouest de la Bretagne, de la pointe du Raz au golfe du Morbihan, offre un semis régulier de découvertes. Au nord, on constate la même chose, de la presqu’île de Crozon à la région de Saint-Brieuc. Il s’agit de régions traditionnellement tournées vers la mer, et pourvues de nombreux havres sommaires, mais suffisants pour assurer le commerce de l’époque. Si on entre dans l’intérieur du pays, les axes Rennes-Vannes et Rennes-Saint-Brieuc apparaissent nettement. Enfin, les villes sont plus ou moins représentées, mais on note la place importante de Nantes (trois trésors, dont des monnaies d’or), de Rennes, déjà évoquée pour les monnaies isolées, mais aussi d’ensembles secondaires comme Quimperlé, Dol, Saint-Brieuc, Tréguier, Morlaix et Châteaulin. Par contre, un désert breton se dessine, et couvre l’intérieur de l’ouest de la péninsule. Si on met de côté les deux trésors de Perret (22) et Saint-Gilles-Vieux-Marché (22), on ne peut que constater un grand vide. Ce blanc est peut-être dû à une mauvaise recension des trésors, mais il est malgré tout révélateur de la faiblesse des échanges dans le centre de la Bretagne à cette époque. Il faut aussi mettre ce phénomène en relation avec le commerce, logiquement bien plus actif sur les côtes et dans les villes que dans l’Argoat. La maigreur des sources ne permet pas de comparer avec d’autres produits. Deux cartes publiées par A. Chédeville et N.-Y. Tonnerre viennent appuyer cette constatation, celle des châteaux dans les années 1000-1030 et celle de la diffusion de la poterie onctueuse102.

47Dans le premier cas, l’est du duché est relativement bien quadrillé, alors qu’à l’ouest, seuls les fleuves côtiers sont pourvus de châteaux (Hennebont, Quimper et Châteaulin). L’impression est donc très proche de celle dégagée par la dispersion des monnaies. La deuxième carte est plus difficile à utiliser car elle couvre un champ chronologique beaucoup plus large, du xie au xive siècle. Malgré tout, le poids des côtes est très net, et l’intérieur beaucoup plus discret. On remarque aussi plus de trouvailles dans les régions de Guéméné et Noyal, ce qui correspond aux trésors de Perret et Saint-Gilles-Vieux-Marché. Il semble donc que cette région entretienne aux xie et xiie siècles une petite activité économique. Enfin, le comté de Nantes est pratiquement vide, à l’exception de la ville elle-même. Il s’agit, comme pour le centre de la Bretagne, d’une région de faible densité de population, et c’est probablement la raison de cette discrétion.

Les châteaux de l’an mil (1000-1030) d’après les sources écrites. Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 120.

Les châteaux de l’an mil (1000-1030) d’après les sources écrites. Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 120.

Diffusion de la poterie onctueuse de Cornouaille. Ibid., p. 369.

Diffusion de la poterie onctueuse de Cornouaille. Ibid., p. 369.

Diffusion des monnaies d’Henri II.

Diffusion des monnaies d’Henri II.
  • 103 Quimperlé III : 1152-1213 ; Plénée-Jugon : 1169-1189 ; Bais : vers 1180-1205 ; Caro III : vers 1194 (...)
  • 104 Duplessy 1, p. 17.

48Les trésors indiquent une période de circulation assez courte, portant essentiellement sur la deuxième moitié du xiie siècle103. Il semble que ces monnaies disparaissent de la vie économique dans les années 1200-1220. Elles nous apportent quelques précisions utiles, car elles marquent la place de la Bretagne dans le monde Plantagenêt. On sait par ailleurs qu’Henri II fait circuler ses monnaies dans ses fiefs continentaux, sans pour autant arrêter le monnayage local104. La carte de diffusion de ces pièces permet d’affiner notre vision du commerce dans la deuxième moitié du xiie siècle. Elle confirme les observations faites plus haut. La seule région concernée s’étend à l’est d’une ligne allant de Quimperlé à Saint-Brieuc. À la fin de notre période, la Bretagne occidentale n’a semble-t-il pas encore « décollé » économiquement.

Tableau 11. – Les trésors bretons de l’an 1000 aux années 1150. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 11. – Les trésors bretons de l’an 1000 aux années 1150. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 12. – Les trésors bretons dans les années 1150-1160. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 12. – Les trésors bretons dans les années 1150-1160. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 13. – Les trésors bretons des années 1180-1210. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 13. – Les trésors bretons des années 1180-1210. Source : Corpus des trésors monétaires.
  • 1 Saint-Martin-de-Tous.
  • 2 Vendôme.
  • 3 Châteaudun.
  • 4 Plénée-Jugon.

Note 11
Note 22
Note 33
Note 44

  • 105 DM I 704. Le duché suit l’évolution générale de la France, Carpentier et Le mené, La France du xie (...)
  • 106 Duplessy 339, 1035-1040 ; Duplessy 336 bis, 1040-1069 ; Duplessy 90, vers 1050 ; Duplessy 237 : 107 (...)
  • 107 AIV 1 F 587.

49La répartition des trésors par période chronologique permet d’affiner le bilan. Avant les années 1150, il ne circule guère en Bretagne que des monnaies ducales. Tout au plus trouve-t-on quelques mentions de monnaies angevines et de Melle, mais la circulation monétaire reste fermée, limitée à la Bretagne et à ses marges. Au milieu du xiie siècle, l’ouverture se manifeste par l’apparition de monnaies étrangères à la principauté, comme les deniers au nom de Foulques, ceux de Saint-Martin-de-Tours et d’Henri II, impression confirmée par les textes comme la charte de 1185 qui signale que les moines de Savigny achètent six quartiers de froment pour 40 £ angevines105. Élément de l’empire Plantagenêt, le duché participe à la vie économique d’un ensemble plus vaste, et cohérent. C’est à cette époque que les monnaies au nom d’Étienne font leur apparition et viennent compléter le paysage monétaire. Après 1170, la circulation s’élargit encore plus et la variété envahit les bourses bretonnes, sous la forme d’espèces du Mans, de Gien, de Vendôme, de Châteaudun… Un problème de chronologie se pose au sujet des monnaies au nom d’Herbert du Mans. Elles apparaissent dans les trésors français aux alentours de 1040, mais elles ne se multiplient dans les trésors bretons qu’à partir des années 1180 106. Cette date est étonnante, d’autant plus que les deux principautés sont très proches. C’est un signe supplémentaire du repli sur soi de l’économie bretonne avant son entrée dans l’orbite Plantagenêt. L’étude des sources écrites n’apporte que peu d’éléments supplémentaires. Il faut surtout attendre la fin de la période pour voir se multiplier les mentions de monnaies dans les actes. L’argent est aussi manié au poids comme en avril 1208 lorsque l’on promet au duc de 100 marcs d’argent, pour le droit de régale de l’évêché de Nantes 107. La somme est d’importance et dépasse le cadre (et les habitudes ?) de comptage des pièces.

Les monnaies bretonnes hors de Bretagne

  • 108 Je profite de cette remarque pour remercier MM. Bompaire et Jeanne Rose pour l’aide substantielle q (...)

50Dans l’étude des trésors français qui comprennent des monnaies bretonnes, le corpus de travail pose problème. La publication des trésors ne fait l’objet d’aucune consigne particulière, des trouvailles importantes ou de moindre envergure sont mal connues et les découvertes sur chantier archéologique ne sont pas vraiment diffusées en dehors de quelques cas exceptionnels. Si on ne bénéficie pas de l’aide des numismates des autres régions, le recensement des trouvailles devient rapidement aléatoire 108. Heureusement, nous possédons les deux volumes de Jean Duplessy sur les trésors monétaires français. Ils forment un ensemble indispensable et très structuré qui permet d’avoir une vision d’ensemble. L’analyse des trouvailles faites hors de Bretagne ne pose pas de problèmes particuliers. On n’y trouve que 82 monnaies ducales bretonnes, soit 0,3 % du total. Le duché ne figure donc pas comme un centre monétaire et commercial particulièrement actif.

Diffusion des monnaies bretonnes de Philippe Auguste.

Diffusion des monnaies bretonnes de Philippe Auguste.
  • 109 Contamine et alii, L’économie médiévale, p. 189.

51Tout au plus peut-on remarquer les meilleurs « scores » de Conan III et Geoffroy II. Rappelons que c’est sous leurs règnes que démarre l’économie monétaire dans la péninsule. Par contre, les deniers de Penthièvre sont bien présents dans l’ouest de la France, et dans une moindre mesure au Proche-Orient. La Bretagne n’est donc pas dans la même situation que la Normandie de Guillaume Longue-Épée, dont on retrouve à l’époque les deniers un peu partout en Europe du Nord : Irlande, Angleterre, Danemark, Suède, Allemagne, Pologne et Russie, signe de la réussite économique de Rouen, et en particulier du commerce des esclaves 109.

52La carte de diffusion des monnaies bretonnes de Philippe Auguste apporte quelques éléments intéressants. Le principal constat concerne la circulation, limitée semble-t-il à la Bretagne et à ses marges. Elle montre aussi une très faible dispersion des monnaies. Le trésor de Béganne indique une diffusion rapide de ces monnaies. Leur durée de circulation est particulièrement surprenante. Si l’essentiel des pièces a été retrouvé dans des trésors datés des années 1223-1245 (12 cas), il en circule encore dans la première moitié du xive siècle. On n’en trouve pas moins de cinq dans l’important trésor de Manderen (Moselle), daté de 1327-1328. Ces pièces n’ont pas dû être frappées en grand nombre, leur discrétion dans les trésors et leur rareté sur le marché numismatique l’indiquent clairement.

L’or

  • 110 Rappelons ici les travaux de Bloch, » Le problème de l’or au Moyen Âge », AESC, 1933, p. 1-34, Pire (...)
  • 111 Duplessy, » La circulation des monnaies arabes en Europe Occidentale du viiie au xiiie siècles », R (...)
  • 112 Duplessy, « La circulation… », p. 107.
  • 113 Inconnu Bretagne II.

53D’abord traités d’un point de vue économique, les rapports entre le monde musulman et l’Europe médiévale ont donné lieu à de nombreuses interprétations, parfois contradictoires 110. Il a fallu attendre Jean Duplessy pour voir aborder le problème du point de vue des trouvailles monétaires, et son analyse reste capitale pour comprendre les liens qui unissent le commerce européen médiéval au monde musulman111. Il recense 39 trésors ou monnaies isolées et 91 mentions littéraires ou comptables. Dans l’espace français, sur 14 trouvailles effectuées entre 1694 et 1928 qui contiennent des monnaies arabes, le xiie siècle arrive largement en tête avec 173 monnaies sur 237, soit un peu plus de la moitié. La mise en circulation de monnaies d’or européennes tarit le flux au milieu du xiiie siècle 112. L’étude approfondie des trésors bretons permet de compléter ce tableau de quatre découvertes dont une inédite113.

Tableau 14. – Trouvailles et mentions d’or en Bretagne au xiie siècle. Source : Corpus des trésors monétaires.

Tableau 14. – Trouvailles et mentions d’or en Bretagne au xiie siècle. Source : Corpus des trésors monétaires.
  • 1 Le trésor inconnu Bretagne II, période 1264-1462, n’entre pas dans ce tableau du fait de ses dates, (...)

Note 11

  • 114 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 242 et 383-384 et Chédeville, « Le rôle de la monn (...)
  • 115 Maître, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, Paris, 1896, actes cxxviii et cxxxiv.
  • 116 Cartulaire de Redon, p. 391, cité par Planiol, t. iii, p. 407, note 75.
  • 117 Vers 1170-1190 (vers), Lozac’hmeur et Ovazza, La Chanson d’Aiquin, Paris, 1985, p. 47, vers 33-34.
  • 118 Duplessy, « La circulation… », p.112.
  • 119 Ibid., p. 140, citant Duchesne et Fabre, Le Liber Censuum de l’Église Romaine, Paris, 1889-1952.
  • 120 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 383-384.
  • 121 Monnaies d’or arabes connues en Bretagne : Nantes VI (milieu xiie s., début xiiie s.) ;Quimperlé II (...)

54Les dernières mentions d’or « ancien style », c’est-à-dire héritées de l’époque carolingienne, coïncident avec la fin du xie siècle, voire le début du xiie siècle. En 1050, l’évêque de Nantes Airard, qui arrive de Rome, exige que les moines lui versent un cens d’un denier d’or pour les églises qu’ils ont reçues des laïques114. Cette tradition romaine est confirmée vers 1088-1099, lorsque Urbain II prend sous sa tutelle le monastère de Sainte-Croix, à condition de payer 2 deniers d’or par an. Le 8 novembre 1119, Callixte II renouvelle la protection, dans les mêmes termes115. La première mention de monnaie d’or « nouveau style » date de 1114. Dans le cartulaire de Redon, il est question de bizantium, quod Marabotinum vulgo dicitur… per singulos annos reddendum 116. Il s’agit de besants, et la précision concernant le fait qu’il s’agit de marabotins semble indiquer que le rédacteur n’est pas familier de ces monnaies arabes, révélatrices de la nouvelle donne économique. Soixante ans plus tard, la Chanson d’aquin fait mention de l’offrande d’un marc d’argent et d’un mangon117. Il faut noter que l’utilisation du mot mangon est presque uniquement littéraire et ne peut être rattachée à une monnaie d’or en particulier118. Même avec cette limite, sa présence dans le texte confirme l’usage de la monnaie d’or par les populations, et ne semble pas être exceptionnelle, puisqu’elle doit être comprise par le lecteur. En 1192, on trouve de nombreuses mentions de marabotins dans le Liber Censuum de l’Église Romaine, dont une pour l’église Kemperlé119. C’est une pièce d’or frappée par les Almoravides, dynastie berbère qui exerce son pouvoir sur l’Afrique du Nord (1061-1163), avant de l’étendre à l’Espagne. Il faut les rapprocher de la trouvaille mal connue de monnaies d’or arabes dans cette ville, qui vient confirmer l’intérêt des citations, ainsi que leur cadre chronologique. À la fin du xiie siècle, les difficultés des moines de Saint-Melaine à verser deux-tiers d’un aureus à l’abbaye de Pontlevoy en Sologne pour leur prieuré de Noyal, révèlent la rareté de ce numéraire. Ils préfèrent donner à la place 5 sous d’angevins « parce qu’il leur est difficile de trouver une aussi petite quantité d’or au juste poids 120 ». Les références sont encore rares et il faut attendre les années 1230 pour que les occurrences apparaissent de façon significative. Par contre, les trésors sont plus riches puisque cinq trouvailles ont livré des monnaies d’or arabes, trois antérieures à l’arrivée de Pierre de Dreux, l’un des deux autres entrant peut-être aussi dans cette catégorie 121.

  • 122 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 383.
  • 123 Duplessy, « La circulation… », p. 130-131.
  • 124 30 000 pièces d’or sont versées en 1070 par l’émir de Grenade en échange de la protection de la Cas (...)
  • 125 Idrisi, La première géographie de l’occident, éd. H. Bresc et A. Nef, Paris, 1999, p. 417-420, et R (...)
  • 126 la borderie, Histoire…, t. iii, p. 148-151.
  • 127 Cassard, La Bretagne des premiers siècles. Le Haut Moyen Âge, Paris, 1994, p. 111-112.

55Ces indices nous renseignent sur la vie économique en Bretagne dans la deuxième moitié du xiie et au début du xiiie siècle. Contrairement à ce qu’indique André Chédeville, l’or est utilisé comme monnaie 122, et sa présence confirme la monétarisation de l’économie, attestée par la multiplication des trouvailles de monnaies d’argent isolées. La chronologie est relativement facile à établir. Si l’on s’appuie sur quatre trouvailles et trois mentions bien localisées, on note une occurrence dans la première moitié du xiie siècle (Nantes, 1114), une autre courant xiie (Rennes), trois trouvailles et une mention dans la deuxième moitié du xiie et au début du xiiie (Nantes VI, Quimperlé III, Rédéné, et Quimperlé), ainsi qu’un trésor tardif mais mal connu, probablement de la fin xiiie-début xive siècle (inconnu Bretagne II). Tout cela indique un net redémarrage de l’économie à partir des années 1150, caractérisé à la fois par l’origine étrangère de ces monnaies (Espagne et Maroc) et leur forte valeur. Il faut s’attarder spécialement sur les trouvailles de Quimperlé et Rédéné. Il ne s’agit pas de monnaies isolées comme pour les deux autres trouvailles inconnues (à rapprocher de la pièce de La Rochelle) mais bien de trésors, contenant plusieurs monnaies d’or dans un cas, 51 à Rédéné si l’on compte l’aureus, ainsi que des monnaies d’argent en grand nombre, au moins pour cette dernière trouvaille. Il faut aussi les mettre en lien avec la demande en numéraire de forte valeur et mieux adapté au nouveau contexte économique. Dans le cas du dépôt de Rédéné, le nombre de monnaies est remarquable. Si l’on s’en tient à l’inventaire de Jean Duplessy, il se place en troisième position des trésors français après les découvertes de Monestir-del-Camp (Pyrénées-Orientales, une centaine de pièces) et Saint-Romain (Drôme, 50 à 60) 123. Ces trouvailles sont à mettre en lien avec les échanges d’or qui se multiplient en Espagne à cette époque entre les royaumes des taifas et les chrétiens. Les sommes engagées sont souvent très importantes, et une partie remonte vers le nord par le biais du commerce 124. Le texte du savant arabe Idrisi, né à Ceuta en 1099, qui rédige dans le courant du xiie siècle les Délassements de l’homme désireux de connaître à fond les diverses parties du monde, nous apporte d’ailleurs des renseignements d’origine musulmane sur la Bretagne125. On note que les villes de Nantes et Quimperlé, où ont été découvertes des monnaies arabes, sont citées comme des ports importants, en particulier le deuxième, dont il nous dit que c’est un endroit « remarquable par ses marchés et son industrie 126 ». Cette précision est d’autant plus précieuse que l’auteur s’appuie sur le témoignage des marchands arabes qui fréquentent nos côtes. Les trouvailles et mentions d’or arabes ne doivent donc pas être prises à la légère et regardées comme accessoires. Mises en rapport avec les autres sources, elles nous indiquent une réalité commerciale, l’ouverture du commerce breton au monde méditerranéen, au moins à la péninsule ibérique et peut-être au Maroc, dans la deuxième moitié du xiie siècle. Il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse, car leur rareté indique un phénomène malgré tout mineur. Il est donc capital de les mettre en relation avec le reste de la circulation monétaire, et en particulier avec la monnaie d’argent. On peut enfin rapprocher l’utilisation de ces monnaies des croisades. Les Bretons y participent nombreux dès la fin du xie siècle et jusqu’au xiiie siècle. Dans les années 1096-1101, le duc de Bretagne Alain Fergent fait le voyage, et ses successeurs l’imitent, en particulier au xiiie siècle, et si les Bretons restent discrets, ils sont bien présents en Terre Sainte. Leurs contacts avec les mondes musulman et byzantin, où l’or circule abondamment, ne sont certainement pas étrangers à son retour dans l’économie occidentale 127.

*

56Dans la deuxième moitié du xiie siècle, deux interventions extérieures viennent modifier le paysage monétaire, celle des Plantagenêts, avec Henri II et Geoffroy, et celle de Philippe Auguste qui monnaye en Bretagne, à Rennes et Guingamp. S’il est difficile de dire que la Bretagne sort de son isolement, compte tenu d’une circulation monétaire active et variée, les changements apportés sont apparents : variété des types (trois pour Geoffroy) et des ateliers (Guingamp, Nantes et Rennes sous Philippe Auguste). Jusqu’au milieu du xiie siècle, l’économie monétaire reste refermée sur elle-même. On ne trouve que peu de monnaies, et elles sont en grande majorité bretonnes. À partir des années 1150, l’économie s’ouvre sur l’extérieur, essentiellement vers les régions avoisinantes, en particulier le Maine et l’Anjou, mais aussi vers les Îles britanniques. L’intégration du duché dans le monde plantagenêt est certainement un élément capital de cette évolution. L’or, qui avait disparu au xie siècle, réapparaît aussi progressivement. Même s’il est encore discret, sa présence va dans le sens de cette ouverture. Il révèle aussi une économie plus solide, qui nécessite des monnaies de plus forte valeur libératoire. Au sein de la principauté, il faut souligner le poids des monnaies de Guingamp, seul monnayage dissident. La population n’est pas égale devant l’usage de la monnaie. Les villes et l’est de la péninsule semblent y avoir un accès facile, alors que l’Ouest et les campagnes semblent laissés en marge. Il faudra attendre le xiiie siècle pour voir cette situation évoluer vers plus d’ouverture. Toutes ces nouveautés demandent bien sûr à être corroborées par d’autres sources. Nous ne pouvons qu’espérer un regain d’attention pour cette période souvent négligée de l’histoire de Bretagne.

Notes

1 Contamine et alii, L’économie médiévale, p. 189-192.

2 Tonnerre, Naissance de la Bretagne, Angers, 1994, en particulier p. 493-542.

3 Pour des généralités sur le monnayage breton, Coativy, Monnaies de Bretagne, Morlaix, 1992.

4 Lafaurie, « L’article XII de l’Édit de Pîtres… ».

5 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 11-12.

6 Bellaubre, Histoire numismatique et monétaire…, p. 51.

7 Monetas argenteas et parvos denarios nigros, Chronique de Saint-Brieuc, DM I 33.

8 Jézéquel 2.

9 Le type monétaire s’inspire de Poey d’Avant 1298, émis par Eudes l’Ancien (1012-1037). Comme l’a remarqué Y. Jézéquel, la légende REDONIS copie la légende DOLEO CIVES. L’attribution de ce monnayage a soulevé au xixe siècle une polémique entre Longpérier et Fillon, l’un y voyant une monnaie de Dol-de-Bretagne, l’autre de Déols, cf. Caron, Monnaies…, p. 81-84.

10 Jézéquel 2 et Poey d’Avant pl. xl, n° 20.

11 Poey d’Avant pl. iii, n° 19-21. Pour Y. Jézéquel, c’est une copie de la monnaie carolingienne au temple, à légende CHRISTIANA RELIGIO. Il faut plutôt y voir une copie de la copie.

12 Jézéquel 4-10.

13 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 250. Au sujet d’une monnaie d’Alphonse de France (1249- 1271) qui imite les types d’Herbert du Mans, comme comte de Toulouse, Poey d’Avant constate qu’on ne trouve rien qui puisse justifier cette contrefaçon. Il note les « caprices » qui font que des seigneurs, souvent éloignés les uns des autres, copient des types en vogue. C’est un peu ce que l’on retrouve au xviie siècle dans le choix de la décoration des enclos paroissiaux. Chaque paroissien y va de son commentaire, ce qui explique des œuvres syncrétiques.

14 La référence au marché numismatique, si elle doit être utilisée avec prudence, permet quelquefois de confirmer ou d’infirmer les informations données par le reste de la documentation.

15 Bain II : Anjou, 4 deniers et des oboles au nom de Geoffroy II ou III (1040-1060 et 1060-1069), et, aux environs de Morlaix, une obole au type immobilisé de Charles le Simple, de Melle.

16 Deux monnaies trouvées lors de fouilles, une pièce et deux occurrences en trésor.

17 Dumas, Le monnayage…, p. 6. Il s’agit du règne de Eudes II (1143-1162).

18 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p.53.

19 Poey d’Avant 3665 et 3686 ; 3788 ; 3816-3817 ; 5657 ; 6402.

20 Nous gardons l’appellation usuelle de cette monnaie, même si elle est parfois remise en cause. Bigot, p. 51 et Poey d’Avant, Monnaies…, p. 53, parlent de rosace ou croix ancrée, et Jézéquel, Les monnaies…, p. 26, de croix dans un polylobe.

21 Dumas 4.2.

22 Dumas, Le monnayage…, p. 6.

23 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 4 3, note 71. L’attribution à Geoffroy Plantagenêt par Poey d’Avant, lors de la publication du catalogue de sa collection, est remise en cause par Bigot. Dans Monnaies féodales de France, Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 54, se range, sans enthousiasme, à l’explication de Bigot.

24 Jézéquel 33.

25 Jézéquel, Les monnaies…, p. 31.

26 Duplessy, Les trésors monétaires…, t. i, p. 15-16, précise que le roi comme les princes ne battaient pas monnaie en permanence mais à l’occasion de foires, de mariage, de guerre, de départ en croisade, etc. Dans des seigneuries comme Brosse et Sainte-Sévère dans le Berry, les émissions monétaires sont quelquefois séparées de plusieurs dizaines d’années !

27 Il existe des pièces pour Déols, Duplessy 178, Issoudun, Duplessy 179 et Laon, Duplessy 184-186.

28 Jézéquel 38, sans nom d’atelier, Jézéquel 41 de Rennes, et Jézéquel-Penthièvre 17 de Guingamp. On peut y ajouter la monnaie de Guingamp, probablement frappée avec l’accord d’Alain de Goëllo, qui entre dans une autre logique. C’est Philippe qui fait donner Guingamp à son allié Alain.

29 Jézéquel 39 portant BRIHSV REX, Jézéquel 40 BRITAN DVX REX/TVRONVS CIVII, et Jézéquel 42 REDONIS CIVI/SCS MARTINVS. J. Duplessy ne les retient pas dans son catalogue des monnaies royales.

30 Jézéquel 25-26.

31 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 59, et lettre de Y. Jézéquel du 13 février 1999.

32 Bigot, Essai…, p. 54-55.

33 En pratique, une attitude qui n’est pas sans rappeler le succès dans le temps des types nés sous Louis IX, constamment repris aux xive et xve siècles, en souvenir de la bonne qualité des monnaies du bon roi.

34 Jézéquel 2-24. Pour Poey d’Avant, Monnaies féodales…, p. 39, au x et au début du xie siècle, plusieurs ateliers bretons utilisent la légende REDONIS CIVITAS. Il ajoute plus loin que Nantes continue à monnayer pendant une période assez longue. Enfin, il signale que les légendes dégénèrent selon les conditions sociales dans lesquelles se trouvèrent les localités où les monnaies furent frappées. Rien ne permet d’être aussi affirmatif.

35 Jézéquel 25-33.

36 Tonnerre, Naissance de la Bretagne, p. 520-521 et 533.

37 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 25 sqq.

38 Bigot 175-176, Poey d’Avant 305-306, Duplessy 180, Jézéquel 38. Y. Jézéquel attribue à Nantes le denier de Philippe Auguste à légende DVX BRITANIE. Rien ne permet de l’affirmer et d’ailleurs, Bigot, Poey d’Avant et Duplessy ne le font pas.

39 Monnaies illustrées dans le catalogue de l’exposition de Daoulas, 1491-1991…, p. 25, n° 12.4 à 12.6.

40 Catalogue de l’exposition de Daoulas, 1491-1991…, p. 25, n° 12.7.

41 Analyse réalisée par Madame M. F. Guerra en 1999, sur le denier CM BNF G 652 A.

42 Les poids sont donnés par Y. Jézéquel. Seuls les exemplaires les plus lourds ont été retenus. Il ne peut donc s’agir que d’une indication. Il faudrait une étude portant sur un échantillon plus important pour affiner notre approche. Alain III : 0,82 g ; Eudes : 1,41 g ; Conan II : 1,43 g ; Hoël II : 1,43g ; Alain IV : 1,38 g ; Conan III : 1,14g ; Eudes de Porhoët : 1,13g ; Geoffroy II : 1,3g et 1,11 g.

43 Ce phénomène n’est pas original, et il est bien connu dans le reste de la France, Carpentier et Le Mené, La France du xie au xve siècle…, p. 186-187.

44 Chédeville, « Le rôle de la monnaie et l’apparition du crédit… », p.306. Un texte de 1096 pourrait évoquer le phénomène. Il y est fait mention des anciennes monnaies bretonnes de Rennes appelées popelicans. Chédeville explique le mot par monnaie hérétique. Il pourrait s’agir d’une référence à l’ancienne monnaie, avant son affaiblissement. DL 200 et DM 488, Bigot, Essai…, p. 46.

45 Hypothèse de madame M. F. Guerra. Courrier d’octobre 1999.

46 Dumas et Barrandon, Le titre et le poids de fin…, p. 52.

47 Dumas, « La monnaie au xe siècle », Settimane di Spoleto, 1991, p. 565-614, et Barrandon et Dumas, « Minerai de Melle et monnaies durant le Haut Moyen Âge… », p. 901-906.

48 Melle, Pont-Péan et Huelgoat. ibid.

49 Spufford, Money and its use…, p. 109-110, et Bompaire et alii, L’économie médiévale, p. 251-252. En Allemagne, des mines sont mises en exploitation dans la région de Halle (Saxe), mais aussi en Bohême. Dans les années 1170-1230, les principales mines d’argent se situent en Allemagne (Meissen-Freiberg, Goslar, Mansfeld, Cologne, Ems), mais aussi en Autriche (Salzbourg) et en Italie (Massa, Montieri). Les mines de Meissen produisent à cette époque quatre tonnes d’argent par an. En France, des recherches sont menées pour trouver de nouveaux filons, en particulier à Largentière, Brandes-en-Oisans et Orzals. Par ailleurs, dès la seconde moitié du xiie siècle, des tentatives voient le jour en Bourgogne et en Berry, mais leur mise en exploitation tourne court.

50 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 219 et iii, p. 178-179. Notons qu’il s’agit le plus souvent de confirmations et non de dons. La genèse du phénomène mériterait une étude de fond.

51 Dumas, Le monnayage…, p. 4.

52 Bigot, Essai…, p. 351.

53 Bigot, Essai…, p. 351-352. Nota : Guillermus est devenu Guillelmus.

54 Guillotel, « Administration et finances ducales sous Conan III », SHAB, 1991, p. 19-43 ; la monnaie est traitée p. 24-25.

55 Bigot, Essai…, p. 352-355, et Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxl.

56 Dizerbo et Dhénin, « Un denier d’un comte de Cornouaille (début du xie siècle) », BSFN, janvier 2001, p. 6-9.

57 La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 55 et 88-92.

58 Eudo… regnavit in Britanniam tamquam dux et fecit monetam argenteam. Anonyme de Saint-Brieuc, cité par Poey d’Avant, Monnaies…, p. 46.

59 Chédeville, « Le rôle de la monnaie… », p.305.

60 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 162.

61 Guillotel, « Les origines de Guingamp », MSHAB, 1979, p. 80-100, p. 97.

62 Bigot, Essai…, p. 69-70. À Rodez, on trouve une série de monnaies au nom des Hugues ayant possédé la seigneurie (PA 3876-3881). Comme le remarque Poey d’Avant, il est difficile d’attribuer à chacun la monnaie qui lui appartient, d’autant qu’elles sont très abondantes. Le problème se pose dans les mêmes termes pour le monnayage au nom d’Étienne, Poey d’Avant, Monnaies féodales…, p. 306.

63 Le dernier en date est Jézéquel, Les monnaies…, p. 244.

64 Classement des trésors dans l’ordre chronologique : Nogent-le-Rotrou, 1140-1150 ; Tréguennec, 1148-1158 ; Massay, 1152-1160 ; Plénée-Jugon 1169-1189 ; Rennes I, 1175-1186 ; Bais 1180-1205 ; Aviron, 1180-1205 ; Cré, 1180-1205 ; Saint-Fraimbault-sur-Pisse, 1180-1205 ; Saint-Pierre-des-Landes, 1180-1205 ; Chabanais, 1189-1196 ; Bourg-Dun : 1190-1205 ; Caro III, 1194-1205 ; Rouen, vers 1200 ; Hottoten-Auge, 1200-1205 ; Rédéné, 1202-1213 ; Vallon-sur-Gée, 1206-1207 ; Inconnu, Auvergne, 1206-1207 ; Saint-Michel-en-l’Herm, 1206-1210 ; Béganne 1206-1213 ; Gençay, 1206-1219 ; Alençon, 1213-1215 ; Tripoli, 1220-1225 ; Mareuil-sur-Lay, 1223-1245 ; Trédaniel, 1225-1230 ; Le Poiré-sur-Velluire, 1226-1245 ; Senillé, 1233-1237 ; Plourivo, 1235-1240 ; Le Mans, 1246-1250. Le trésor des Herbiers, 1345-1365, est très tardif. Les trésors mal datés de Caro II, fin xiie-début xiiie, Plouisy, deuxième moitié du xiie-début xiiie s., Sulniac, fin xiie-début xiiie, n’ont pas été pris en compte.

65 Les textes ne sont que d’une piètre utilité, et n’apportent rien à la datation. En 1204, la parité est de une monnaie de Guingamp pour une monnaie d’Angers, Dumas et Barrandon, « Le titre et le poids… », p. 23. On trouve en 1215 un paiement exprimé en livres guingampoises, DM I 829.

66 Il s’agit des monnaies BNF G 877 et A 2 828.

67 Jézéquel-Penthièvre 9 et 11.

68 Bigot, Essai…, p. 65.

69 Dans un premier temps, nous avions pensé mettre en lien les mines de Huelgoat-Poullaouen avec la frappe des deniers guingampais, mais cette région cornouaillaise n’est acquise par les Penthièvre qu’en 1365, soit bien après l’arrêt des émissions. Renseignement donné par J. Kerhervé.

70 Dumas, « La monnaie au xe siècle », Settimane di Spoleto, 1991, p. 565-614, et Barrandon et Dumas, « Minerai de Melle et monnaies durant le Haut Moyen Âge… », p. 901-906.

71 Jézéquel 116-7, 135, 148 et peut-être d’autres à l’atelier non précisé. Un denier signalé par Boudeau, Monnaies françaises…, Boudeau 44 et Jézéquel 225, doit être écarté. Au mieux, il date de la guerre de Succession ou de l’immédiat après-guerre et n’influence donc pas la chronologie.

72 Au type Ber 22 à 43 : malon, Preston et Seltman, Coins of the crusader states, USA, 1994. Metcalf et Belaubre, « The early coinage of Bohémond III of Antioch », RN, 1995, p. 133-148, fin des années 1150-1163.

73 D’autant plus que ces monnaies sont rares.

74 Tout au plus peut-on constater une ressemblance avec les monnaies d’Étienne II de Champagne et de Sancerre (1152-1191), portant à l’avers : + IVLIVS CESA, tête de profil à droite, et au revers : STEPHANVS COME, croix cantonnée d’un point au 3e et 4e, PA 2001. Pour Poey d’Avant, il s’agit d’un type immobilisé.

75 Il s’agit du type Jézéquel 1 à légende DVX BRITAHHIE. Poey d’Avant 201-203.

76 Poey d’Avant, Monnaies féodales…, t. i, p. 193.

77 Bigot, Essai…, p. 74-75.

78 Caron 98.

79 Le nom du numismate en question n’est hélas pas précisé.

80 « Les ventes », Bulletin de Numismatique, 1895-1896, p. 75 : vente à Drouot, Raymond Serrure, les 1er et 2 juillet 1895, dont n° 42 : denier anonyme d’un duc de Bretagne, frappé à Quimperlé, 155 f. Diéudonné, « Le cabinet des médailles pendant la guerre », RN, 1920, p. 127 : acquisition du denier de Quimperlé pour les Penthièvre, n° 2 de la liste des monnaies féodales. Don de M. Farigault. Il faut noter le prix exceptionnel du denier en vente publique, 155 f or. Rappelons que Bigot, en 1857, signale que le prix d’un florin au cavalier de François II est d’environ 35 f, et estime un florin de Jean V aux alentours de 120 à 130 f. Fontenoy et Cariou, « Une lettre d’Alexis Bigot donnant les prix des monnaies bretonnes au xixe siècle », ASBNH, 1995, p. 46-47.

81 « Le denier de Quimperlé », Courrier Numismatique, 1923-1924, p. 53 : M. Charbonnier a acquis une trouvaille de 1 300 deniers des Étienne dont 1 de Quimperlé. Il date la monnaie de 1180.

82 Ce personnage intéressant « invente » un trésor du côté de Provins, dont il distille les pièces auprès des marchands, des collectionneurs et du Cabinet des Médailles. Il n’est probablement pas seul, et il y a quelqu’un d’autre dans l’affaire, qui « pense » les raretés. Pour Jean Duplessy, le don d’un exemplaire au Cabinet des Médailles permet au faussaire de faire de la publicité gratuite, par l’intermédiaire d’un article de Dieudonné dans la Revue Numismatique de 1920. Il suffit ensuite de vendre d’autres faux pour rentabiliser l’opération. Une probable inimitié contre Dieudonné, se double d’une opération commerciale. Ces renseignements m’ont été communiqués par Jean Duplessy (lettre du 6 avril 1999) et Michel Dhénin.

83 Exemplaires observés à la Maison Platt, en avril 1998.

84 Les pièces correspondent à Jézéquel 44-45 et Jézéquel-Penthièvre 1 à 17.

85 Jézéquel-Penthièvre 16 et 11.

86 Dimidiam partem reddituum secundum pactum nostrum annuatim recepturo ad viginti annos pro triginta libris guingampensium in presentia, DM I 829 (1215).

87 Dizerbo et Dhénin, « Un denier d’un comte de Cornouaille (début du xe siècle) », BSFN, janvier 2001, p. 6-9.

88 Sur ses liens avec la Maison de Rennes, Quaghebeur, La Cornouaille du ixe au xiie siècle. Mémoire, pouvoirs, noblesse, Quimper, 2001, p. 106-114.

89 Yvon, « Un texte médiéval sur la thésaurisation et la spéculation », BSFN, avril 1970, p. 521-522 : un manuel de confesseur du début du xive siècle passe en revue les fraudes possibles en particulier, le fait de mettre de côté les pièces lourdes et de bonne qualité, et de payer avec des pièces légères et de mauvaise qualité. Le confesseur précise que c’est une faute contre les hommes, la communauté et la seigneurie.

90 Les antiquistes l’ont bien compris, en particulier les spécialistes du monde gaulois. Sans l’étude attentive des trouvailles de monnaies isolées, les Vénètes seraient toujours sans séries monétaires attribuées. Sur le problème des monnaies isolées, cf. Grierson, Monnaies et monnayage…, p. 168-170. On verra aussi avec intérêt le travail mené par Gérard Fontenoy pour la réattribution aux Riedones de monnaies anciennement données aux Abrincates, fontenoy, « Pour en finir avec l’attribution aux Abrincates du statère riedone dit à la tête barbue », ASBNH, 1994, p. 1-3, ou Abolivier et Collin, « Les monnaies d’or des Osismii au cavalier armé, nouvelles découvertes », ASBNH, 1995, p. 1-4. Rappelons qu’en la matière, c’est J.-B. Colbert de Beaulieu qui a été le grand artisan de ces méthodes de recherche.

91 La monnaie non identifiée de Pen-er-Malo en Guidel n’a pas été retenue dans cet inventaire. Par contre, elle apparaît sur la carte des trouvailles qui ne repose que sur le comptage.

1 Les monnaies de Saint-Martin de Tours, au nom d’Herbert du Mans et de Foulques d’Anjou sont des types immobilisés, difficiles à rattacher à une période précise.

2 Dépendance de Cluny, l’abbaye est fondée en 926 par Aimar de Bourbon. En 994, Hugues Capet accorde à l’abbé le droit de battre monnaie, suite à une guérison attribuée à saint Mayeul, le plus célèbre des prieurs de Souvigny, et en 1320, Philippe le Long rachète le droit de monnayage. L’église abbatiale sert de nécropole aux ducs de Bourbons. Poey d’Avant, Monnaies…, t. i, p. 320-322.

92 Toulmouche, Histoire archéologique…, p. 123-143, est particulièrement riche en trouvailles de toutes les époques. Aussant, l’abbé Guillot et Decombe complètent la documentation.

93 Phénomène déjà constaté à l’époque mérovingienne, Coativy, Monnaies de Bretagne, carte de diffusion p. 40.

94 Carte des densités de population au début du xve siècle dans Kerhervé, L’État breton…, p. 547.

95 Bertrand et Lucas, « Un village côtier du xiie siècle en Bretagne : Pen-er-Malo en Guidel (Morbihan) », Archéologie Médiévale, 1975, p. 96-98 : 4 monnaies ont été trouvées sur le site, 3 au type IVS de Conan III et une inidentifiable. Le rapport ne donne pas plus de précision.

96 André, « Un village médiéval breton du xie siècle : Lann Gouh Melrand (Morbihan) », Archéologie médiévale, t. xii, 1982, p. 155-174.

97 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 390 : « On assiste donc, du xie au xiiie siècle, à un renforcement indéniable des échanges. »

98 Pour ne pas alourdir inutilement le tableau, nous l’avons limité aux dix principales variétés de monnaies enfouies en Bretagne à cette époque.

1 Pour séparer deux chiffres égaux, la meilleure place a été attribuée à celui qui avait le plus de monnaies.

99 C’est le cas de la trouvaille des environs de Saint-Brieuc par exemple.

100 Un denier de Henri Ier à Caran ou Cran, et un autre de Guillaume Ier d’Écosse (1195-1214) à Rédéné. En 1202, le seigneur de Goëlo donne à l’abbaye de Beauport une rente de 12 esterlins sur son manoir de Ravendal. On ne peut pas rattacher cet exemple à la circulation monétaire bretonne car il s’agit d’argent prélevé sur une seigneurie anglaise. Il atteste pourtant de l’utilisation de monnaies anglaises, peut-être accentuée par la possession par des Bretons de seigneuries outre-Manche. Cité par Geslin de Bourgogne et Barthélémy, Anciens évêchés de Bretagne…, p. ccxlvii.

101 Audran, « Découverte de monnaies baronnales… », p. 50-55 et Duplessy 1, n° 271 : il comprend des pièces de Conan IV (1158-1169) et Geoffroy II (1169-1186), de Penthièvre (la plus grande partie du trésor) pour la Bretagne, ainsi que des deniers de Saint-Martin de Tours ; Anjou, au nom de Geoffroi et de Foulques ; Le Mans, au type d’Herbert ; Montluçon, Gui de Dampierre (1202-1213) ; Déols, Raoul VI (1160-1176) ; Gien, Geoffroi III (1120-1160) ; Bourbon, au nom de Louis ; Nevers, Hervé de Donzy (1199-1223) ; Souvigny ; Guillaume Taillefer, comte d’Angoulême et de Périgord ; Vendôme ; Champagne ; d’Henri Ier (1152-1180) ou II (1180-1197) ; Angleterre, Henri II (1180-1205) ; Écosse, Guillaume Ier (1195-1214) ; Arabes : 50 dinars ou davantage dont 1 dinar sans nom d’atelier d’Abou Youssef Yacoub (1184-1199) et une monnaie d’or qui pourrait être un aureus d’Auguste.

102 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 120 et 369.

103 Quimperlé III : 1152-1213 ; Plénée-Jugon : 1169-1189 ; Bais : vers 1180-1205 ; Caro III : vers 1194-1205 ; Dol-de-Bretagne III : vers 1199-1205 ; Quessoy II : deuxième moitié du xiie s. ; Rochefort-en-Terre II : deuxième moitié du xiies. ;Rédéné : 1202-1213 ; Béganne : vers 1206-1213 ; Caran ? ou Cran ? : deuxième moitié du xiie s. ; Nantes V : milieu xiie s.-début xiiie s. ; Nantes I : vers 1200-1220.

104 Duplessy 1, p. 17.

1 Saint-Martin-de-Tous.

2 Vendôme.

3 Châteaudun.

4 Plénée-Jugon.

105 DM I 704. Le duché suit l’évolution générale de la France, Carpentier et Le mené, La France du xie au xve siècle…, p. 185-186.

106 Duplessy 339, 1035-1040 ; Duplessy 336 bis, 1040-1069 ; Duplessy 90, vers 1050 ; Duplessy 237 : 1073-1108 ; Duplessy 223 : 1112-1120.

107 AIV 1 F 587.

108 Je profite de cette remarque pour remercier MM. Bompaire et Jeanne Rose pour l’aide substantielle qu’ils m’ont apportée dans l’indexation des monnaies de fouille.

109 Contamine et alii, L’économie médiévale, p. 189.

110 Rappelons ici les travaux de Bloch, » Le problème de l’or au Moyen Âge », AESC, 1933, p. 1-34, Pirenne, Mahomet et Charlemagne, Bruxelles, 1937, Lombard, « Mahomet et Charlemagne. Le problème économique », AESC, 1948, p. 148-199, et Perroy, « Encore Mahomet et Charlemagne », revue Historique, 1954, p. 232-238.

111 Duplessy, » La circulation des monnaies arabes en Europe Occidentale du viiie au xiiie siècles », RN, 1956, p. 101-163.

112 Duplessy, « La circulation… », p. 107.

113 Inconnu Bretagne II.

1 Le trésor inconnu Bretagne II, période 1264-1462, n’entre pas dans ce tableau du fait de ses dates, mais il relève pourtant de la même logique.

114 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 242 et 383-384 et Chédeville, « Le rôle de la monnaie… », p. 307-308. Chédeville voit aussi une vieille tradition mérovingienne et le prestige de l’or. Par contre, il se trompe quand il date la fin des dernières mentions d’or héritées de l’époque carolingienne des années 1050.

115 Maître, Cartulaire de l’abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, Paris, 1896, actes cxxviii et cxxxiv.

116 Cartulaire de Redon, p. 391, cité par Planiol, t. iii, p. 407, note 75.

117 Vers 1170-1190 (vers), Lozac’hmeur et Ovazza, La Chanson d’Aiquin, Paris, 1985, p. 47, vers 33-34.

118 Duplessy, « La circulation… », p.112.

119 Ibid., p. 140, citant Duchesne et Fabre, Le Liber Censuum de l’Église Romaine, Paris, 1889-1952.

120 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 383-384.

121 Monnaies d’or arabes connues en Bretagne : Nantes VI (milieu xiie s., début xiiie s.) ;Quimperlé III (xiie s avant 1213) ; Rédéné (1202-1213) ; inconnu I & V. IV (indatable) ; inconnu Bretagne II (1264-1462). Il faut noter que l’on peut rapprocher de cette liste les trouvailles du Poiré-sur-Velluire (Vendée), 4 dinars d’or almohades (vers 1230), et de La Rochelle (Charente-Maritime), 1 dinar de Murcie (1149-1150).

122 Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 383.

123 Duplessy, « La circulation… », p. 130-131.

124 30 000 pièces d’or sont versées en 1070 par l’émir de Grenade en échange de la protection de la Castille, Durand, Musulmans et chrétiens…, p. 64.

125 Idrisi, La première géographie de l’occident, éd. H. Bresc et A. Nef, Paris, 1999, p. 417-420, et Ropars, « Le géographe arabe Edrisi, les villes de Bretagne et le nom ancien de Brest », archéologie en Bretagne, n° 25, 1980, p. 3-14 : la rédaction du texte est terminée au début de l’année 1154. L’auteur s’inspire des textes grecs, en particulier Strabon, mais aussi des témoignages des marchands arabes.

126 la borderie, Histoire…, t. iii, p. 148-151.

127 Cassard, La Bretagne des premiers siècles. Le Haut Moyen Âge, Paris, 1994, p. 111-112.

Table des illustrations

Titre Répartition par ateliers de la production des monétaires mérovingiens en Bretagne. Coativy, Monnaies de Bretagne, p. 38.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-1.png
Fichier image/png, 87k
Titre Denier anonyme et denier de Rennes d’Alain III (1008-1040). Jézéquel 1-2.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-2.png
Fichier image/png, 153k
Titre Deniers d’Eudes (1040-1047) et de Conan II (1047-1066), Rennes. Jézéquel 3, 5 et 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-3.png
Fichier image/png, 222k
Titre Deniers de Hoël II (1066-1084) et Alain IV (1084-1112), Rennes. Jézéquel 12 et 20.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-4.png
Fichier image/png, 172k
Titre Denier de Conan III (1112-1148), Rennes. Jézéquel 22.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-5.png
Fichier image/png, 75k
Titre Denier et obole d’Eudes de Porhoët (1148-1156), et denier de Conan IV (1158-1164), atelier inconnu. Jézéquel 25, 27 et 30.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-6.png
Fichier image/png, 145k
Titre Deniers de Geoffroy Plantagenêt (1169-1186), atelier inconnu. Jézéquel 28, 31 et 33.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-7.png
Fichier image/png, 169k
Titre Deniers de Philippe Auguste (1206-1207), Nantes, Rennes et Guingamp. Jézéquel 38, 41 et P 17.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-8.png
Fichier image/png, 200k
Titre Deniers à la croix ancrée, Nantes et Rennes. Jézéquel 34 et 37.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-9.png
Fichier image/png, 168k
Titre Tableau 6. – Les titres des monnaies de Conan II à Philippe II. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23, et analyses M. F. Guerra.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-10.png
Fichier image/png, 14k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-11.png
Fichier image/png, 11k
Titre Les mines d’argent en Europe, 1170-1230. Spufford, Money and its use…, carte 11, p. 110.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-12.png
Fichier image/png, 167k
Titre Généalogie des Penthièvre. La Borderie, Histoire…, t. iii, p. 616.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-13.png
Fichier image/png, 356k
Titre Deniers au nom d’Étienne, Guingamp. Jézéquel-Penthièvre 1, 3 et 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-14.png
Fichier image/png, 188k
Titre Tableau 7. – Classement des monnaies de Penthièvre selon Bigot. Source : Bigot, Essai…, p. 69-70.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-15.png
Fichier image/png, 8,3k
Titre Tableau 8. – Chronologie et titre des monnaies au type guingampais. Sources : Dumas-Barrandon, Le titre et le poids…, p. 23 et analyses M. F. Guerra66.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-16.png
Fichier image/png, 14k
Titre L’exploitation du plomb argentifère au xviiie siècle. Brûlé, Mineurs…, p. 4.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-17.png
Fichier image/png, 322k
Titre Diffusion des monnaies de Penthièvre en Bretagne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-18.png
Fichier image/png, 68k
Titre Faux denier de Quimperlé. Jézéquel-Penthièvre 15.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-19.png
Fichier image/png, 71k
Titre Deniers d’Alain de Goëlo et d’Henri II. Jézéquel Penthièvre 16 et 11.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-20.png
Fichier image/png, 126k
Titre Denier au nom de Budic, frappé à Châteaulin (29). Dizerbo et Dhénin, « Un denier… », p. 6.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-21.png
Fichier image/png, 327k
Titre Tableau 9. – Monnaies isolées et monnaies de fouilles trouvées en Bretagne, xe-xiie siècles91. Source : Corpus des trouvailles de monnaies isolées et de fouilles.
Légende Note 11Note 22
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-22.png
Fichier image/png, 22k
Titre Diffusion des monnaies isolées et monnaies de fouilles (xe-xiie siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-23.png
Fichier image/png, 70k
Titre Tableau 10. – Classement des principales monnaies présentes dans les trésors bretons (xie-xiie siècles)98. Source : Corpus des trésors bretons.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-24.png
Fichier image/png, 22k
Titre Répartition des monnaies isolées et des trésors (xie-xiie siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-25.png
Fichier image/png, 69k
Titre Les châteaux de l’an mil (1000-1030) d’après les sources écrites. Chédeville et Tonnerre, La Bretagne féodale…, p. 120.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-26.png
Fichier image/png, 123k
Titre Diffusion de la poterie onctueuse de Cornouaille. Ibid., p. 369.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-27.png
Fichier image/png, 91k
Titre Diffusion des monnaies d’Henri II.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-28.png
Fichier image/png, 82k
Titre Tableau 11. – Les trésors bretons de l’an 1000 aux années 1150. Source : Corpus des trésors monétaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-29.png
Fichier image/png, 14k
Titre Tableau 12. – Les trésors bretons dans les années 1150-1160. Source : Corpus des trésors monétaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-30.png
Fichier image/png, 11k
Titre Tableau 13. – Les trésors bretons des années 1180-1210. Source : Corpus des trésors monétaires.
Légende Note 11Note 22Note 33Note 44
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-31.png
Fichier image/png, 12k
Titre Diffusion des monnaies bretonnes de Philippe Auguste.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-32.png
Fichier image/png, 69k
Titre Tableau 14. – Trouvailles et mentions d’or en Bretagne au xiie siècle. Source : Corpus des trésors monétaires.
Légende Note 11
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/25395/img-33.png
Fichier image/png, 11k

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540