Version classiqueVersion mobile

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Livre des métiers de Bruges, vers 1370. Cité par Grierson, Les monnaies, Turnhout, 1977, p. 26. Nou (...)

Je ne suis mie si saegees des monnoies
que je les saiche perfaitement nommer
car on fait de jour en jour nouvelle monnoye
et lez nometon en un pays ou en un ville
autrement quen en l’autre1.

  • 2 Sur la monnaie en Chine à l’Âge du Bronze, Grierson, Monnaies et monnayage…, p. 57-96, et sur les l (...)
  • 3 Poey d’Avant 208-211.
  • 4 Jézéquel 1-2.

1L’histoire numismatique de la Bretagne est particulièrement longue. Dès l’Âge du Bronze, l’Armorique se distingue par la fabrication des haches à douille, outils paléomonétaires de bronze plombeux. Inutilisables en raison de la composition de l’alliage, stockées en grands ensembles de plusieurs centaines de pièces, différenciées selon les régions, elles rappellent le numéraire chinois de la même époque2. Les premières pièces d’or et d’argent apparaissent à l’époque gauloise. Frappées sur le territoire des cinq civitates mentionnées par César, elles font partie des plus belles réalisations de l’art gaulois. Dans un champ réduit à un peu plus d’un centimètre, les graveurs donnent vie avec génie à l’imaginaire celtique. La conquête romaine entraîne la disparition de ce symbole de souveraineté, et il faut attendre la fin du troisième siècle pour voir ouvrir des ateliers locaux de nécessité, lors de la crise des années 270. C’est à l’époque mérovingienne que naissent les officines de Rennes, Nantes et Vannes. Elles émettent des trientes d’or pâle, dont la circulation s’étend à tout le royaume franc. L’argent succède à l’or dans le courant du viie siècle, mais il faut attendre Charlemagne pour assister à une nouveauté décisive : la création du denier. Il est frappé à Rennes, et dans une moindre mesure à Nantes. Peu à peu, le type, la légende et l’aloi dégénèrent, et, aux alentours de l’an mil, un duc a l’audace de remplacer une formule devenue creuse, GRATIA DEI REX3, par son titre, DVX BRITANNIE4.

2Dès lors, le cadre chronologique s’impose de lui-même, car peu de temps après, le duc Alain III (1008-1040) fait sortir la monnaie de l’anonymat, et ensuite, tous les princes bretons monnayent sans interruption, jusqu’au xve siècle. Ils suivent de près ou de loin les nouveautés, innovent quelquefois et prennent peu à peu l’initiative de s’affranchir de la tutelle du roi de France. À partir de la guerre de Succession (1341-1364) et sous les Montforts (1364-1491), la monnaie devient un symbole de souveraineté, au même titre que la formule par la grâce de dieu, le port de la couronne à hauts fleurons et l’envoi d’ambassades à l’étranger. La bataille de Saint-Aubin-du-Cormier (1488), puis le mariage d’Anne avec Charles VIII (1491) sonnent le glas de ce monnayage princier, et les rois de France reprennent à leur profit les ateliers de Nantes et Rennes, principaux lieux d’émission des monnaies ducales. À partir de Louis XII, passé l’intermède du veuvage d’Anne de Bretagne, qui a vu la duchesse renouer un temps avec la tradition monétaire de son père, seules les hermines rappellent le particularisme du duché. Elles disparaissent à leur tour en 1539, victimes de la normalisation imposée par François Ier dans les années qui suivent l’édit d’Union de 1532. Désormais, plus rien ne distingue les pièces frappées en Bretagne, en dehors du 9 de Rennes et du T de Nantes. La centralisation du pouvoir provoque la fermeture de ces ateliers. À partir des années 1840, seuls des jetons, médailles et autres billets de fêtes bretonnes rappellent le passé numismatique de la région.

3L’histoire politique bretonne de la guerre de Succession au temps des Mont-forts est actuellement bien connue, mais celle des premiers ducs et des princes de la Maison de Dreux reste à faire. Dans le domaine plus restreint de la monnaie, si la description et le classement général des pièces ont été entamés très tôt, les autres aspects du problème ont été largement négligés par les chercheurs. Il fallait donc aller au-delà de l’objet, pour comprendre sa place dans la société politique et dans l’économie, dans le cadre d’une approche chronologique longue, et pour essayer de mettre en valeur les temps forts, les rythmes et les évolutions. Notre ambition est donc de mettre en relief l’émergence d’une pensée et la mise en place d’une politique monétaire en Bretagne à la fin du Moyen Âge, d’en présenter les promoteurs et les principaux acteurs, et d’en apprécier la réussite. Dès lors, il fallait aborder le sujet dans sa globalité et étudier la théorie comme la pratique et les hommes, mais aussi classer ou préciser les séries monétaires, les analyser et les suivre dans la circulation monétaire de l’époque, et enfin considérer les rapports entre monnaie et société.

4Les frontières de la Bretagne ducale à la fin du xve siècle ont été retenues comme base générale de notre travail. Elles évoluent au cours de la période envisagée. Avant 1213 par exemple, la région de Nantes échappe assez régulièrement au duc de Bretagne, pour tomber dans la mouvance de ses voisins, mais il en est fait abstraction, dans la mesure où cette situation n’influe pas sur la circulation monétaire, ni sur l’activité de l’atelier de Nantes, alors en sommeil. En revanche, il arrive aussi que les ducs contrôlent des ateliers étrangers à leur principauté, pour une courte durée (Parthenay dans les années 1420, Saint-Lô à la même époque), ou pour plus longtemps (Limoges de 1273 à 1365) : ils ont aussi été pris en compte car ils émettent des monnaies pour les princes bretons, quelquefois à leur nom. La circulation monétaire est envisagée dans le cadre de la principauté, mais aussi au-delà, pour mieux appréhender l’insertion des espèces bretonnes dans le royaume et ailleurs.

5La longueur de la période implique, sauf à risquer de perdre de vue les liens entre monnaie, économie et politique, de respecter la dimension chronologique et les convergences entre les ducs du temps féodal et les Montforts. L’importance de la question monétaire dans la politique de ces derniers et dans l’évolution de leurs rapports avec les rois de France, oblige par ailleurs à prendre quelque recul et à dépasser le « quotidien » de la monnaie pour dégager les constantes et les permanences de la politique monétaire. Notre étude s’articule donc logiquement en trois parties, et le plan adopté ménage chronologie et thématique. Dans un premier temps, nous avons choisi de présenter le premier monnayage, de l’an mil à 1341, en étudiant tour à tour les pièces en présence, leur circulation liée à la monétarisation de l’économie, mais aussi la lente maturation de la pensée politique appliquée à la monnaie. La réflexion se porte ensuite sur l’analyse de la place de la monnaie dans l’idéologie ducale, et les conséquences qui en découlent sur la naissance d’une administration spécifique et d’une réglementation qui s’impose à tous les manieurs d’argent. Le troisième volet de notre travail, consacré à la monnaie au temps de Montforts, s’attache à vérifier comment les ducs sont parvenus à mettre en pratique les idées des théoriciens, comment aussi ils ont su en tirer le plus grand profit, matériel sans doute, mais également politique.

  • 5 Paris, 1999.
  • 6 Bigot, Essai sur les monnaies…, Poey d’Avant, Les monnaies féodales…, et Caron, Monnaies féodales
  • 7 Sur le problème de la documentation écrite, cf. infra.
  • 8 7,5 t d’argent monnayées de janvier à août 1488, soit 1,5 t de plus que dans l’ensemble des atelier (...)

6Le parti pris choisi a été de réaliser une étude aussi large que possible, en conciliant la numismatique avec l’étude des archives et d’une bibliographie dispersée. Nous avons été très bien servi par la publication des Monnaies des comtes et ducs de Bretagne de Y. Jézéquel5, qui donne à la réflexion de l’historien une base numismatique très sûre, et nous a permis de nous dégager d’un travail laborieux de recensement de toutes les variétés nouvelles apparues depuis la publication des ouvrages de Bigot, Poey d’Avant et Caron6. Cependant, une documentation plus large nous a parfois amené à remettre en cause quelques-unes des conclusions de Y. Jézéquel. Si la publication récente de ce corpus nous a été très utile, cela ne doit pas cacher les difficultés rencontrées dans l’étude des documents originaux. Il ne subsiste pour ainsi dire pas d’archives monétaires en Bretagne, à l’exception des mandements ducaux de la fin du xve siècle, et pour douze ans seulement7. Il fallait donc renouveler le sujet en utilisant la numismatique. Le dénombrement, la description précise des monnaies, leur datation à partir de l’étude des trésors élargissent considérablement les possibilités de réflexion, et permettent de pallier les lacunes de la documentation. De même, à défaut de toujours pouvoir connaître par le verbe l’évolution de la pensée monétaire des princes et de leurs conseillers, l’analyse des types, des légendes et des liens entre les différentes séries autorise des conclusions novatrices, corroborées chaque fois que c’était possible par les archives conservées. Nous avons donc utilisé pleinement la numismatique comme science auxiliaire de l’histoire, et elle trouve ici parfaitement sa place. Il fallait cependant éviter d’en faire une fin en soi, et s’en servir comme d’un outil au service d’une synthèse qui vise à prendre en compte la dimension politique de la monnaie bretonne, aussi bien que sa place dans l’économie du temps. Par exemple, l’attention portée à la circulation monétaire par le biais de l’étude des trésors, ou encore la mise en évidence de l’importance de la production monétaire à la fin du règne de François II8 permettent de replacer la Bretagne dans l’économie de son temps.

  • 9 Comme les travaux de Favier, Finance et fiscalité…, Fournial, Histoire monétaire…, Spufford, Money (...)
  • 10 Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monétaire en Bas-Languedoc jus (...)
  • 11 Dumas, Le monnayage des ducs de Bourgogne, Louvain-la-Neuve, 1988.
  • 12 Rolland, Monnaies de comtes de Provence, xiiie-xve siècles. Histoire monétaire, économique et corpo (...)
  • 13 Moesgaard, La politique monétaire des rois lancastriens en Haute-Normandie de 1417-1419 à 1449-1450(...)

7Nous ne pouvons que regretter que la place de la monnaie dans l’historiographie contemporaine soit si discrète. Certes, d’un point de vue général, les travaux de synthèse nationale et internationale, ont été de précieuses références, indispensables pour mettre notre sujet en perspective9, de même que les grandes études régionales comme sur l’atelier de Montpellier étudié par M. Bompaire10, la Bourgogne du xie au xve siècle par F. Dumas11, la Provence par Rolland 12 et la Normandie lancastrienne par J.-C. Moesgaard13. Le fait est sans doute regrettable, car nous aurions aimé pouvoir confronter nos résultats avec ceux d’autres chercheurs et mieux situer le duché au sein du royaume et parmi les autres principautés, ne serait-ce que pour apprécier le degré d’originalité de sa politique monétaire, mais néanmoins grisant, car rien ne vaut pour l’historien les grandes étendues à explorer.

Notes

1 Livre des métiers de Bruges, vers 1370. Cité par Grierson, Les monnaies, Turnhout, 1977, p. 26. Nous indiquons habituellement en note le nom de l’auteur et une partie suffisante du titre du livre ou de l’article pour le retrouver en bibliographie. Les abréviations sont développées plus haut.

2 Sur la monnaie en Chine à l’Âge du Bronze, Grierson, Monnaies et monnayage…, p. 57-96, et sur les liens entre les haches à douille et la monnaie chinoise, Cariou, « La genèse de la monnaie en Chine… ».

3 Poey d’Avant 208-211.

4 Jézéquel 1-2.

5 Paris, 1999.

6 Bigot, Essai sur les monnaies…, Poey d’Avant, Les monnaies féodales…, et Caron, Monnaies féodales

7 Sur le problème de la documentation écrite, cf. infra.

8 7,5 t d’argent monnayées de janvier à août 1488, soit 1,5 t de plus que dans l’ensemble des ateliers royaux pour cette même année.

9 Comme les travaux de Favier, Finance et fiscalité…, Fournial, Histoire monétaire…, Spufford, Money and its use…, Grierson, Monnaies…, et Day, Monnaies et marchés

10 Bompaire, L’atelier monétaire royal de Montpellier et la circulation monétaire en Bas-Languedoc jusqu’au milieu du xve siècle, thèse de l’École des Chartes dactylographiée, Paris, 1980.

11 Dumas, Le monnayage des ducs de Bourgogne, Louvain-la-Neuve, 1988.

12 Rolland, Monnaies de comtes de Provence, xiiie-xve siècles. Histoire monétaire, économique et corporative, description raisonnée, Paris, 1956.

13 Moesgaard, La politique monétaire des rois lancastriens en Haute-Normandie de 1417-1419 à 1449-1450¸ mémoire de maîtrise, dactylographié, Copenhague, 1992.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search