Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La monnaie des ducs de Bretagne

 | 
Yves Coativy

Préface. De la Numismatique à l’Histoire

Jean Kerhervé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Transformer en sujet de recherche universitaire une passion cultivée depuis l’enfance n’est pas chose si fréquente, ni si facile à mener, car le chercheur doit précisément dépasser sa passion et s’efforcer de la soumettre à la loi de la raison. Un siècle et demi après la publication de l’Essai sur les monnaies du royaume et duché de Bretagne par Alexis Bigot (1857), il fallait une certaine audace pour tenter une nouvelle synthèse sur un sujet souvent effleuré depuis mais jamais traité au fond, tant les obstacles inhérents à la rareté des sources et à leur dispersion paraissaient insurmontables. Mais Yves Coativy aime « les grands espaces à explorer » ; relever un défi ne l’effraie pas, mieux, l’entreprise lui est apparue « grisante ». Aussi a-t-il voulu placer la barre assez haut. Sur la longue durée et dans un espace élargi bien au-delà des frontières bretonnes, en exploitant aussi les ressources de l’histoire comparative, il s’est fixé un triple objectif : suivre sur cinq siècles le développement de la monnaie ducale ; mesurer la monétarisation de l’économie régionale ; montrer comment la monnaie est inséparable de l’émergence, de l’affirmation et de l’aspiration à l’indépendance d’un État princier. Pour ce faire, il a fait le choix d’une démarche qu’il était l’un des rares, dans l’Ouest, à pouvoir mener à bien : mettre la numismatique, sa passion, au service de l’Histoire, sa vocation ; élever la première au rang de science complémentaire, et non seulement auxiliaire, de la seconde. Il a donc rassemblé une énorme documentation et exploité les informations de quelque 260 trésors bretons, 190 trésors non bretons et 140 trouvailles isolées, auxquels s’ajoutent les rares textes normatifs, les documents comptables, les actes de la pratique et même les témoignages littéraires. Cette documentation, dont les limites ne sont pas dissimulées, est habilement présentée dans un très beau chapitre liminaire où il apparaît lui-même comme le dernier maillon d’une longue chaîne « d’antiquaires » amoureux de la monnaie auxquels il sait rendre hommage, non sans humour parfois.

2Le lecteur appréciera à sa juste mesure l’ampleur du matériel numismatique mis en œuvre. Peu de monnaies ont échappé à l’enquête attentive de l’auteur, qui a bénéficié des conseils et de la collaboration des spécialistes en la matière (J. Duplessy, M. Dhénin, M. Bompaire, Y. Jézéquel). Ce catalogage systématique se révèle extrêmement précieux pour marquer les étapes de l’histoire monétaire – de la frappe des deniers (xie s.) à celle des gros et de l’or (milieu du xive s.) –, pour déterminer la part de l’imitation et celle de l’originalité, pour apprécier les fluctuations de la qualité des monnaies, en recourant au besoin à l’apport des techniques d’analyse des métaux, pour prendre position dans un certain nombre de débats tels l’attribution des pièces à tel ou tel atelier, l’identification des émetteurs homonymes (les ducs Jean et François en particulier), la datation des émissions controversées ou encore la chronologie de la frappe de l’or.

3Un autre point fort du livre, et peut-être son aspect le plus neuf, réside dans l’analyse de la circulation monétaire, fondée à la fois sur les enseignements des trésors volontairement enfouis, qui témoignent de la variété des espèces en circulation mais qui peuvent traduire l’accumulation d’une vie et sélectionnent les pièces en fonction de leur valeur ou de leur réputation, et sur les informations fournies par les trouvailles isolées de pièces perdues par leur propriétaire, qui révèlent le contenu du porte-monnaie, donc la circulation quotidienne, l’usage plus commun de la monnaie. Sont ainsi mises en évidence les étapes de la monétarisation de l’espace breton, très lente jusqu’à la fin du xiie siècle, accélérée par les frappes abondantes de deniers au milieu du xiiie siècle, mais réalisée seulement cinquante ans plus tard comme en témoigne l’invasion des espèces royales dans le duché. Des pages pleines d’intérêt sont consacrées à l’analyse fine de la place de l’or dans la circulation locale aux diverses époques, à la guerre monétaire que se livrent les partis pendant la guerre de Succession, période au cours de laquelle se produisent des ruptures d’avenir (frappe de l’or et apparition de la thématique royale), ou encore à l’extraordinaire profusion des émissions de monnaie dévaluée qui accompagnent les années de la guerre d’Indépendance (1487-1491).

4Même si la démarche est plus classique et les conclusions moins originales, un tel ouvrage ne pouvait négliger la dimension administrative de la monnaie. Il a donc fallu aller à la rencontre des monétaires et en esquisser une étude prosopographique, limitée par la relative indigence des sources. C’est l’occasion de bonnes mises au point sur les statuts et les privilèges du « métier », les associations professionnelles, le rôle de chaque catégorie de spécialistes, les conditions de travail, ou encore le faux-monnayage, très peu étudié dans le passé.

5Point d’orgue de la démonstration, l’étude de l’importance politique de la monnaie se devait d’occuper toute la place qu’elle méritait. Le sujet était partiellement défriché, mais l’ouvrage fait encore progresser la réflexion. _l démontre la précocité de l’affirmation du monopole ducal de la frappe, jamais remis en cause en Bretagne après la fermeture de l’atelier du premier « apanage » de Penthièvre vers 1220 ; il marque les étapes de la progression d’une pensée monétaire, certes embryonnaire, qui s’affine en même temps que se développe l’idée de l’État dans la principauté (les années mil trois quatre-vingts du règne de Jean _V constituent en ce sens une étape décisive) ; il analyse les efforts du pouvoir pour tenter de contrôler la circulation monétaire, dans la mesure de ses moyens. _l dégage ainsi la signification politique de la monnaie en montrant que l’inscription de titulatures ducales revendicatives en légende des pièces précède l’apparition de ces dernières dans le formulaire de la chancellerie (titre de duc, puis référence à la « grâce de Dieu »). La monnaie sert de support et de moyen d’affirmation à une symbolique du pouvoir qui se traduit par la frappe d’espèces jouant sur les symboles bretons – le blason aux hermines, l’hermine passante, la targe herminée, la couronne royale de Bretagne, la représentation du prince couronné en chevalier ou même en majesté. De ce point de vue, la comparaison avec les enseignements de la sigillographie est fort bien venue. Cette appréciation favorable de la politique monétaire ducale ne fait pas pour autant perdre de vue les réalités : le monnayage princier doit supporter non seulement la concurrence forte, en Bretagne même, mais aussi les critiques, voire les agressions de la monarchie qui remet sans cesse sa légitimité en cause, et la force d’expansion des espèces bretonnes reste relativement limitée en dehors des frontières.

6En définitive – et c’est tout l’intérêt du livre d’Yves Coativy –, l’histoire de la monnaie bretonne au Moyen Âge reflète assez bien celle de la principauté : des débuts modestes, image du retard au développement du duché, des progrès parallèles au renforcement du pouvoir princier sous les ducs de la maison de France, un âge d’or contemporain des Montforts, qui engagent le pays dans la voie de l’indépendance, une crise grave pendant la guerre franco-bretonne, suivie d’un bref été indien au temps de la duchesse et reine Anne qui réaffirme les droits souverains de son lignage en frappant la cadière d’or de 1498, un effacement progressif enfin, prélude à la suppression définitive du monnayage breton, quand le duché se fond dans le domaine royal sous François Ier. Tout n’est pas encore dit et l’enquête peut toujours s’affiner à la lumière de nouvelles trouvailles, mais l’ouvrage est d’excellent « aloi », l’alliance – ou si l’on ose dire « l’alliage » – de la Numismatique et de l’Histoire s’est révélée opérationnelle. La communauté scientifique et les amateurs d’histoire sauront sans aucun doute en reconnaître la « valeur intrinsèque » et l’apprécier au « cours » de la « forte monnaie » !

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540