Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Cinquième partie. Conclusions

Syndicats et associations en France et en Europe, une interrogation sur les originalités françaises

Patrick Pasture

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Patrick Pasture

  • 1 L'auteur tient à remercier Danielle Tartakowsky pour sa révision syntaxique de ce texte.

2Le regard porté sur les contributions rassemblées dans cet ouvrage est le regard distancié d'un historien belge, familier de la recherche sur les syndicats et les associations, dans une perspective comparative et transnationale, comme il l'est de l'histoire française1. Cette familiarité n'interdit pas un profond sentiment de dépaysement face à (certaines) des réalités ici décrites et analysées mais, aussi bien, face aux pratiques et aux approches des historiens, politistes et sociologues français qui les étudient, tant les unes et les autres divergent de celles qu'on peut observer ailleurs en Europe, sous l'influence, dominante, des pratiques et des orientations anglo-saxonnes.

Sources d'étonnement

3Les contributions font apparaître la relative faiblesse des syndicats et associations françaises. Françoise Tétard rappelle le nombre impressionnant des associations créées en France à la fin du xxe siècle mais on n'apprend guère sur leur assise effective. La question mérite pourtant qu'on se la pose dès lors que le syndicalisme français atteste, à l'évidence, qu'un nombre absolu d'associations élevé ne signifie pas un degré d'organisation ou une implantation à leur mesure. Qu'en était-il, en outre avant les années 1960 ? L'implantation associative en France ne paraît pas avoir été exceptionnellement importante entre la fin du xixe et le milieu du xxe siècle. Elle a vraisemblablement été moindre que dans certains autres pays européens. Il apparaît, de surcroît, que le monde associatif n'a pas eu, en France, le même poids politique et social que dans d'autres états, nous y reviendrons. Sans doute le cadre juridique français, législation et pratiques, y sont-ils pour beaucoup. Ce cadre juridique délimite les possibilités d'action des associations et syndicats, et indirectement leurs relations. C'est très clair avec la loi de 1901, mentionnée dans la plupart des textes concernant le début du xxe siècle. La lecture des contributions montre, toutefois, que ce cadre juridique détermine, aussi bien, en large partie, les approches des chercheurs. Aucune historiographie contemporaine, en Europe ou ailleurs, n'est autant préoccupée par les questions juridiques et institutionnelles. S'il est évident qu'il ne faut pas les sous- estimer, du moins leur prise en compte ne doit-elle pas s'opérer au détriment d'autres questions, peut-être plus fondamentales. Ainsi, celle du rôle des associations dans un système démocratique et leur apport à la démocratisation de la société, majeure dans la littérature anglo-saxonne (dans le cadre de la réflexion sur la « société civile ») qui n'est, ici, pas même évoquée. On ressent même une certaine réserve, voire une gêne quand il s'agit d'en débattre. Une certaine ouverture aux débats internationaux, même dans des recherches très pointues, ne serait pas entièrement déplacée.

4L'importance accordée au cadre juridique et en particulier à la loi de 1901 peut, en outre, conduire à oublier trop facilement que les syndicats ne forment qu'un type, un genre d'associations parmi d'autres (comme l'a utilement rappelé René Mouriaux lors des débats). En d'autres termes, on risque de créer une opposition quelque peu artificielle entre associations et syndicats, abordés comme s'ils étaient des objets différents, en s'interdisant, par là même, de les voir opérer ensemble. Or, les contributions montrent à l'évidence que syndicats et associations agissent souvent dans un même champ politique et social. Les modalités spécifiques de l'engagement des hommes et des femmes dépendent des circonstances, de la temporalité, des préférences personnelles et politiques, également du genre (gender).

  • 2 En Flandres, le mot syndicaat dans la pratique journalière est également couramment (langage non r (...)

5Dans la même perspective, on peut s'étonner que le colloque ait choisi de traiter, de conserver des syndicats ouvriers, tels que la CGT, et des corps professionnels de médecins, d'ingénieurs, de professions libérales. C'est parfaitement logique dans le cadre juridique français comme au demeurant, dans la langue, qui les désigne pareillement en termes de « syndicat » ou de « syndicalisme ». Mais tel n'est pas le cas dans d'autres langues. En néerlandais, par exemple, comme en allemand, on fait une distinction très nette entre le syndicat salarié, désigné par vakbond ( Gewerkschaft en allemand, trade(s) union en anglais), et syndicaat (Syndikat en allemand)2. Ce dernier terme est employé pour désigner une « union de gens d'affaires, établie à des fins commerciales ou industrielles » (un syndicat de banques par exemple), également dans un contexte criminel. Il peut également désigner un corps de métier (par exemple, les éleveurs de bovins), une organisation professionnelle ou un groupe de pression militant, tels les syndicats de médecins ou d'avocats ou encore les agriculteurs, en Belgique. Dans ce dernier sens, on emploie plutôt le mot Union en allemand (comme en anglais), jamais Gewerkschafi ou trade(s) union. Cette troisième signification a souvent une connotation catégorielle, corporatiste, péjorative.

6Bien entendu, il faut encore distinguer entre les associations créées à l'intérieur de syndicats — à des fins précises telles que la formation ou les loisirs ouvriers - et celles qui se constituent en dehors de tout contexte syndical, mais qui, parfois se confrontent au syndicat, telles les amicales professionnelles. La question des concurrences ou des convergences, au centre de beaucoup de contributions présentées ici, se posent en effet dans des termes tout à fait différents.

Originalité française ?

7Existe-t-il donc une originalité française ? On serait tenté de répondre par l'affirmative, avec quelques nuances.

8Une double constatation se dégage à la lecture des contributions. Premièrement, malgré le nombre impressionnant des créations associatives, le phénomène associatif apparaît moins développé dans la France des années 1880 aux années 1960 qu'il ne l'est dans certains pays voisins. Deuxièmement, Michel Dreyfus l'a fait remarquer à maintes reprises, le modèle syndical
domine dans le milieu ouvrier et salarial et les associations d'un autre type sont là moins présentes. En suscitant deux questions : n'y a-t-il pas une faiblesse spécifique des mutuelles et coopératives ? Ne faut-il pas faire une exception pour le monde communiste après 1945 ? Ce dernier est parfois considéré, par des chercheurs étrangers, comme assez proche du système des « familles politiques » ou de la « pilarisation » qui prévalent dans plusieurs autres pays européens dans cette période de « haute modernité », notamment en Belgique, aux Pays-Bas, en Autriche, en Suisse (où les divisions régionales et linguistiques l'emportent, cependant, sur les divisions politiques et religieuses) ou encore dans l'Allemagne de Weimar et l'Italie d'après-guerre, jusqu'à l'écroulement du système politique italien dans les années 1990.

  • 3 Voir en particulier les publications de Hellemans S., Strijd om de moderniteit. Sociale bewegingen (...)
  • 4 Les origines de cette particularité française sont complexes. Voir, à part des publications de Hel (...)

9Dans ces pays, selon des modalités et chronologies concrètes qui divergent considérablement, des mouvements sociaux (socialistes et catholiques/démocrates chrétiens en premier lieu, mais aussi libéraux ou autres ont créé, autour des années 1880, des réseaux d'organisations, dans plusieurs domaines de la vie politique, sociale, économique, culturelle et religieuse, qui sont intégrés, dans une même perspective idéologique et politique, sous la « direction » des partis politiques respectifs3 C'est d'ailleurs par comparaison avec ces pays « pilarisés », même si on ne dispose pas de véritables statistiques des niveaux d'organisation comparables, qu'apparaît le niveau d'organisation relativement faible de la France. La nature des relations entre les associations, avec la perspective politique comme vecteur de l'intégration organisationnelle, et entre ces associations, la société civile, et l'État apparaît, d'ailleurs, plus importante que les statistiques des organisations et des affiliés. Dans les pays « pilarisés » les associations occupent plus clairement qu'en France une position intermédiaire entre le citoyen et l'État et les frontières sont diffuses entre les deux, comme il apparaît dans les systèmes de prévoyance sociale, de la sécurité sociale, mais aussi bien dans le domaine culturel4.

10Rien de tel en France où s'affirme une prépondérance syndicale, de diverses manières. Elle apparaît chez ceux des groupes professionnels, où se développent des associations professionnelles « non syndicales », qu'ils soient instituteurs, gendarmes, fonctionnaires voire médecins ou magistrats. Il se dégage, en effet, là, une sorte d'évolution type : des amicales contribuent à créer un esprit de corps ou de métier, elles en viennent à adopter, dans un second temps, des perspectives et méthodes syndicales, voire, dans un troisième, un esprit de classe qui les rapproche des confédérations syndicales. Cette succession ne veut pas nécessairement dire substitution. Amicales et associations syndicales peuvent subsister l'une à côté de l'autre, en gardant des filiations. Des rivalités peuvent se creuser, des chevauchements, des empiétements, se manifester, et des « retombées », se produire, quand des syndicats agissent plutôt comme des amicales. De surcroît, l'évolution type décrite n'aboutit pas toujours. Une fois qu'un « nouveau syndicat », issu d'une amicale, intègre une confédération syndicale, de nouvelles tensions surgissent inévitablement, qui peuvent engendrer la désaffiliation et le retour à un statut et une pratique non-syndicale. Mais malgré cela, cette dynamique se dessine. Comme l'observe Françoise Tétard, le syndicalisme semble s'imposer au monde associatif ; comme s'il n'y existait pas d'autres modèles d'associations valables -illustration de la prépondérance du modèle syndical, en effet.

11On voit donc exister en France, après 1900-1901, une société où, dans le monde ouvrier en tout cas, les syndicats dominent les corps intermédiaires, se concentrant sur le monde du travail, compris toutefois dans un sens large, inclusif, mais où, néanmoins, d'autres associations professionnelles subsistent avec leur propre culture. Contrairement au modèle de la « pilari- sation », les diverses associations françaises entretiennent des relations soit de rivalité, soit de complémentarité, non d'intégration - exception faite pour le monde communiste où le politique domine (comme le démontre parfaitement David Hamelin dans sa micro-histoire du monde associatif dans la région de la Vienne).

12Il conviendrait de se demander dans quelle mesure la constitution de l'État providence et l'extension des services publics, en particulier dans et dès les années cinquante, introduit une recomposition des tâches entre l'État et les associations et modifie le rôle et les relations entre syndicats et autres associations. Que les contributions ici réunies ne soulèvent guère cette question ne doit pas conduire à l'ignorer ou en sous estimer l'importance, quand même on a choisi de ne pas s'y attarder.

Crise du syndicalisme et nouvel « associationisme » depuis les années soixante

13Dans le courant des années soixante, la donne change fondamentalement. On observe la formation et la croissance de nouvelles formes d'associations, en principe associées aux soi-disant « nouveaux mouvements sociaux » à moins qu'elles n'en constituent le coeur. Ces derniers apparaissent comme expression de nouvelles sensibilités et se distinguent ainsi des anciennes associations et des mouvements sociaux, devenus « anciens », même si dans les objectifs, comme dans les pratiques et actions entreprises, de nombreuses récurrences et certaines continuités sont manifestes, s'agissant, par exemple, de la lutte contre la précarité d'emploi et de logement. L'établissement d'un État providence, davantage axé sur la culture et le bien-être, autorise de nouveaux modes de financement des associations, qui renforcent des divisions existantes et introduisent de nouvelles divisions entre celles des associations qui s'institutionnalisent et, aux yeux de leurs opposants, se compromettent, et celles qui refusent cette institutionnalisation. Les années soixante sont, également, caractérisées par une crise de la représentation du travail, qui abouti finalement, mais pas automatiquement, à une crise du syndicalisme. Le cas français semble être, ici, emblématique. Les deux phénomènes semblent liés, mais sûrement le sont-ils d'une façon bien plus complexe qu'il n'apparaît à première vue.

  • 5 Les transformations des piliers en Belgique furent analysées par Huyse L., De verzuiling voorbij, (...)

14Comment les syndicats réagissent-ils face à ce nouvel « associationisme » ? Notons d'abord qu'ils éprouvent des tensions internes : la nouvelle dynamique touche, en effet, les services et associations à l'intérieur des syndicats, surtout les services de formation et les associations dans le domaine socioculturel. Ces concurrences nouvelles valent aussi bien dans les pays dits « pilarisés ». Pendant les années soixante et soixante-dix, de nouvelles associations et mouvements voient, là aussi, le jour, en prise sur de nouvelles sensibilités. Ils font concurrence aux anciennes associations et mouvements sociaux qui constituent le coeur des sociétés pilarisées, et remettent ainsi en cause les identités collectives, clivages politiques et formes institutionnelles existantes (en somme, les « piliers » mêmes), de l'extérieur aussi bien que de l'intérieur, en renforçant les forces centrifuges dans les familles politiques (ou piliers). Aux Pays-Bas, le paysage politique et syndical se recompose, avec, entre autres, une fusion des syndicats catholiques et socialistes, et les piliers se désintègrent. En Italie et en Belgique, ceux-ci arrivent à reprendre à leur compte les nouveaux thèmes. Ils reformulent et radicalisent leurs identités politiques mais renforcent également leurs stratégies institutionnelles, résultant, assez paradoxalement et contrairement aux attentes des sociologues et politistes contemporains, dans un renforcement des clivages et, dès lors, de la pilari- sation. Du moins ces mutations s'opèrent-elles dans la forme et les structures du pouvoir (les sources d'inspiration idéologique se dissipant)5 Dans ce processus, les syndicats jouent toujours un rôle capital. En s'inspirant en partie de l'expérience de la CFDT, la CSC belge par exemple, a non seulement radicalisé sa doctrine de la réforme de l'entreprise et développé un nouveau programme de promotion du bien-être, mais a aussi noué des liens importants avec un puissant nouveau mouvement social, le mouvement de la paix, très fort en Flandres.

15La réaction des syndicats français aux nouveaux mouvements et aux associations « extérieures » paraît bien différente. Plusieurs réactions coexistent, qui vont de l'ignorance et la distance, largement prédominantes si on se réfère aux références explicites dans les congrès, au rapprochement, dans le cas de la CFDT autour de l'autogestion. Les nouvelles associations ont parfois « dynamisé » les syndicats mais la distance reste grande, tant en terme de composition sociale que de culture de l'organisation, où la différence par rapport aux relations hommes - femmes apparaît clairement. Les méthodes d'action et les demandes d'engagement des nouveaux mouvements sociaux et associations rappellent singulièrement celles des syndicats, à l'origine, en renvoyant alors à des différences relevant de l'historicité plus qu'une différence d'essence. Si la CFDT paraît avoir essayé plus que d'autres de reprendre les thèmes et cultures des nouveaux mouvements sociaux, du moins des éléments des nouvelles sensibilités affleurent-ils aussi bien et sont-ils parfois reconnus à l'intérieur et à la base de la CGT (les femmes de Tréfimetaux), même s'ils ne paraissent pas avoir pesé sur la politique générale.

  • 6 Pasture P., « Prospects for Trade Union Renewal ? Historical Perspectives from Brussels (Belgium, (...)

16Dans les années 1980 et 1990, les choses paraissent se compliquer davantage, notamment en ce qui concerne les relations avec le monde syndical. Plusieurs développements, parfois contradictoires, se manifestent parallèlement. D'une part on observe chez les syndicats une prise de conscience du bien fondé et de l'importance des préoccupations des nouveaux mouvements sociaux, en partie motivés par les possibilités de subventions des associations : ainsi les nouvelles associations ont-elles, littéralement, gagné leur crédibilité au regard du monde syndical. Paradoxalement, c'est la CFDT qui revient alors sur son engagement comme « nouveau mouvement social » initial et se concentre sur une approche des réalités ouvrières plus « trade-unioniste ». Les nouveaux mouvements sociaux et les associations nouvelles, pour eux, s'institutionnalisent quelque peu et adoptent des stratégies et approches d'action plus syndicales. Et pourtant, globalement, le modèle syndical se dévalorise, en France encore plus qu'ailleurs, et les syndicats tombent dans une crise existentielle sans précédent. Les raisons de cette crise sont multiples. Loin d'être exclusivement le résultat des changements structurels de l'économie et de la composition sociale de la société, ils sont, selon nous, en premier lieu, la conséquence de certains choix et de calculs politiques, dont les antécédents historiques sont lointains. Ils trouvent leurs origines, en partie du moins, dans la rencontre manquée entre syndicats et associations et dans le relatif sous-développement du monde associatif entre État et citoyen en France. Paradoxalement, cette séparation entre syndicats et associations contribue à la sur-politisation des syndicats français et à une dévaluation de leurs aspects « syndicaux ». S'agissant des États-Unis, nous avons montré ailleurs que les expériences en matière de coopération entre syndicats et associations nouvelles n'inspirent guère d'optimisme pour un renouveau syndical appuyé sur une telle association6. Nous serions tentés de conclure, ici, que les syndicats pourraient éventuellement élargir leurs assises, renouer avec leur fonction originelle d'organisations au service (dans le double sens du terme) des travailleurs et des plus déshérités, et renforcer la fidélité des adhérents en développant une culture plus associative. Ces choix, nous en sommes conscients, vont à l'encontre des traditions syndicales et associatives françaises. Du moins s'inscriraient-ils davantage dans des traditions européennes continentales.

Notes

1 L'auteur tient à remercier Danielle Tartakowsky pour sa révision syntaxique de ce texte.

2 En Flandres, le mot syndicaat dans la pratique journalière est également couramment (langage non reconnu officiellement) employé comme synonyme de vakbond. Le mot syndicalisme y a le même sens qu'en France. Ce n'est pas le cas pourtant aux Pays-Bas, où le mot est l'extension du concept de syndicaat comme indiqué ci-dessus. Dès lors il y a une connotation nettement péjorative, ce qui n'est pas le cas en Flandres (où les syndicats sont appréciés assez positivement). Voir http ://taalunieversum.org/taal/advies/vraag/760/ (site de la Nederlandse taalunie, organisme officiel des gouvernements des Pays-Bas, de la Belgique et de la Suriname pour la coopération linguistique).

3 Voir en particulier les publications de Hellemans S., Strijd om de moderniteit. Sociale bewegingen en verzuiling in Europa siuds 1800, KADOC-Studies 10, Leuven University Press, Leuven, 1990 (duquel nous avons emprunté la définition de la pilarisation) et « Zuilen en verzuiling in Europa », in Becker U. (dir.), Nederlandse politiek in historisch en vergelijkend perspectief, Het Spinhuis, Amsterdam, 1993, 121-150.

4 Les origines de cette particularité française sont complexes. Voir, à part des publications de Hellemans citées, aussi Rosanvallon P., Le modèle politique français : La société civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours. Seuil, Paris, 2004 et Kalivas S., The Rise of Christian Democracy in Europe, Cornell University Press, Ithaca/Londres, 1996 (ses analyses ont une signification plus générale que le titre suggère. De plus le catholicisme et la Démocratie chrétienne ont joué un rôle important dans le développement des « pilarisations », et l'auteur offre une explication perspicace sur le pourquoi de son absence en France).

5 Les transformations des piliers en Belgique furent analysées par Huyse L., De verzuiling voorbij, Kritak, Leuven, 1987 et Hellemans. op cit.

6 Pasture P., « Prospects for Trade Union Renewal ? Historical Perspectives from Brussels (Belgium, Europe) », Labor History, XLV, 3 (2004) 402-414.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search