Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Cinquième partie. Conclusions

Associations, groupes d'intérêts, mouvements sociaux : mêmes concepts ? même combat ?

Michel Offerlé

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Michel Offerlé

2La mise en série sur une longue période de domaines proches et pourtant aussi dichotomisés que les associations et le mouvement associatif, les syndicats, le syndicalisme, le mouvement syndical et les mouvements sociaux (pour ne rien dire des partis politiques) apparaît tout à la fois incongrue et salutaire. Quatre raisons, proprement françaises, militent pour y renoncer.

  • 1 Ryfman P. : Les ONG, collection Repères, Paris, La Découverte, 2004.

3L'encadrement juridique d'abord, puisque la loi française, d'abord purement répressive (1791, 1834), se démultiplie en se libéralisant, donnant naissance à une profusion de statuts juridiques délimitant des labels, des missions, des territoires : au syndicalisme (du privé puis de la fonction publique), à la mutualité, aux diverses sortes d'associations (déclarées ou reconnues d'utilité publique), en attendant que des lois définissent clairement ce qu'est un parti politique (association encadrée par les lois de 1988 et suivantes sur le financement des activités politiques) ou une ONG dont le statut, purement associatif, n'est labellisé que par une commission1...

4Les pratiques, ensuite, entendues comme pratiques quotidiennes des intéressés « faisant du syndicalisme », « militant politiquement », « accomplissant des activités bénévoles », « partant comme volontaires » : d'où des routines, des savoir-faire, un vocabulaire, des points de repère séparés. D'autant plus séparés que l'histoire longue des formes s'est consolidée dans des référentiels institutionnels, organisationnels et émotionnels, dans des images stabilisées et intériorisées par les protagonistes (praticiens, compétiteurs et metteurs en forme tels que le Conseil national de la vie associative (CNVA), le Comité de la charte ou la Conférence permanente des coordinations associatives (CPCA) et par tous ceux qui coopèrent à l'institutionnalisation et à l'entretien des formes et au respect des territoires et des frontières. « Ce n'est pas du syndicalisme », « nous sortons du domaine de l'associatif ».

  • 2 Offerlé M. « Perspectives on French Contentious Politics » in Castrèn A-M and alii (ed.) Between H (...)

5La troisième raison tient à ce que le syndicat ou l'association, pour ne prendre qu'eux, sont plus que des mots. Ils évoquent immédiatement, pour ceux qui font partie de l'espace, un ensemble de représentations consolidées, qui le sont d'autant plus que les chercheurs, historiens, politistes ou sociologues, ont souvent confirmé, par l'exclusivité qu'ils donnaient à leur recherche, cette spécialité, que venait renforcer un commerce permanent avec les acteurs du champ considéré, eux-mêmes désireux, comme témoins et comme auto-historiens (revues militantes, centre d'études), de conserver une certaine maîtrise sur la chronique, la mémoire et les objets de leur propre histoire. Les ponts entre sociologie et histoire du syndicalisme, des groupes d'intérêts, des mouvements sociaux et des associations, et... des partis politiques, sont bien souvent difficiles à franchir2.

6Il faut enfin tenir compte de la contextualisation qui incite toujours l'historien, au sein de la spécificité temporellement située de son objet, à aborder prudemment le comparatisme historique, puisque l'existence et l'usage de chaque forme ne peuvent être comprises que dans la configuration qui les spécifie : s'associer en 1835 a peu de choses à voir avec se syndiquer en 2005.

7Pourtant on peut imaginer, de manière transversale, des macro-objets permettant de lier dans une communauté de destin historiographique ces objets apparemment erratiques.

  • 3 Offerlé M., op. cit., Rosanvallon P., Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004, Chatriot A (...)
  • 4 Cf. Bourdieu P., « Le capital social » Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1981, N° 31 ou (...)

8La question, récemment remise en débat, de la centralité de l'État en France ou de la faiblesse supposée des corps intermédiaires3 et la redécouverte des vertus de la société dite civile pourraient offrir des terrains d'analyse et de controverse. Le débat autour du capital social4 et de son évolution, largement disputé parmi les historiens et les sociologues américains, pourrait aussi être critiqué, acclimaté et retraduit dans des termes susceptibles de faire sens dans une configuration historique et intellectuelle française.

9Je préférerais montrer, ici, de quelle manière et à partir d'enquêtes de terrain, penser ensemble historiquement des formes d'engagement, qui peuvent être ou non vécues et conçues par les intéressés eux-mêmes (et par ceux qui s'y intéressent pour de multiples raisons, législateurs, policiers, adversaires, partenaires, journalistes ou chercheurs) comme complémentaires ou contradictoires, comme impensées ou impensables ensemble ; un tel exercice comparatiste permet, tout à la fois, de casser les routines intellectuelles et de secouer les certitudes militantes.

Mots engagés

10Les mots pour dire les liens sont des mots, réprimés, encadrés ou définis par la loi : compagnonnages, sociétés de secours mutuels, associations, amicales, chambres syndicales, organisations professionnelles, syndicats, mutuelles, partis ; ou ignorés par elle, car châtiés sous d'autres catégorisations, chambrées, sociétés de résistance, ou surveillés, cercles, ou, plus récemment, ignorés par elle car faisant partie désormais de la libre création et de la libre labellisation : sociétaire, collectifs, coordinations, coalitions. Ces mots sont entourés de champs lexicaux clivés renvoyant à des histoires peu à peu consolidées ayant donné corps à des « ismes » plus ou moins durcis : mutuellisme ou mutualisme, amicalisme, associationnisme, syndicalisme, qui existent les uns par rapport aux autres sous trois dimensions.

  • 5 Boltanski L., Les cadres, Paris, Minuit 1982, Offerlé M. Sociologie des groupes d'intérêt, (1994) (...)
  • 6 Damamme d.,« La jeunesse des syndicats de médecins ou l'enchantement du syndicalisme », Genèses, N (...)

11Dans l'espace à représenter, donc à construire5, qu'il s'agisse d'intérêts « corporatistes » ou professionnels ou de « causes », la forme même de leur prise en charge et de leur mobilisation6 importe : qu'un syndicat s'implante alors qu'il n'existe que des amicales, qu'une amicale se transforme en syndicat, qu'une amicale ou qu'un syndicat auparavant « autonome » crée ou rejoigne une fédération ou une confédération, et c'est tout l'équilibre de l'espace qui est remis en question. On voit aussi quel pouvoir détient l'autre, celui vers qui est organisé le regroupement (chef d'entreprise, État, adversaire) puisqu'il peut, par la censure de telle forme ou par l'agrément ou l'habilitation donné à tel protagoniste, intervenir sur la surface du jeu et sur sa configuration.

12Seconde dimension, celle transversale qui permet de regrouper horizontalement, d'homogénéiser, dans leur diversité, les manières conformes et légitimes d'exercice de la forme dans divers secteurs. Au sein de fédérations ou de confédérations représentant leurs membres et les voies organi- sationnelles pour le faire, mais aussi dans des conseils ou comités créés par l'État cooptant des généralistes de la société (Conseil national économique ou Conseil économique et social) ou par la voix de spécialistes sectoriels, de metteurs en forme, intellectuels organiques et/ou critique du syndicalisme ou du « mouvement associatif ».

  • 7 Barbet D., « Retour sur la loi de 1884. La production des frontières du syndical et du politique » (...)

13Troisième dimension, enfin, objet de dénégations et de stigmatisations, puisqu'elle confronte des agents spécialisés dans un type de représentation et d'action sociales à un secteur particulier, à des organisations, les partis, qui ont la compétence de la compétence, celle de fixer les frontières et de délimiter les territoires quand ils sont aux affaires7 et donc d'assigner associations et syndicats aux limites imposées de leur magistère.

  • 8 Lagroye J., Sociologie politique, 4e édition, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003.
  • 9 Ion J., La fin des militants ? Paris, Éditions de l'Atelier 1997, et alii. Le militantisme aujourd (...)

14Les rapports entre les partis et les autres organisations ont pu être décrits selon les figures de la tutelle et de la hiérarchie : « courroie de transmission », « récupération », « débouché politique ». Les « nébuleuses » communistes, laïques, catholiques pour la France peuvent être dénommées « écosystèmes », « conglomérat », « milieu partisan ou système d'action8 ». Le système peut être dit « pilarisé », en Belgique. Ainsi peut-on aborder finement le système, temporellement et spatialement changeant, des échanges qui prévalent dans telle configuration (l'autonomie et le fédéralisme sont des enjeux et des valeurs, des ressources et des contraintes) et comparer les modes de construction, de fonctionnement et de délitement des systèmes d'action désormais désarticulés ou rétrécis9.

Cadres de construction de la représentation

15L'histoire de la forme syndicale a été bien travaillée depuis plusieurs générations et l'on pourrait presque prendre le risque d'en tracer une « histoire naturelle » qui partirait de son indétermination pour passer vers une spécialisation reposant sur une séparation d'avec le politique-partisan et sur l'invention d'un territoire, d'un registre d'action et de répertoires proprement syndicaux. Après le long temps de la construction de l'attractivité, voire de l'exclusivité de la représentation par la forme syndicale de l'identité professionnelle (amicales et associations doivent mimer le syndicalisme ou reprendre son lexique pour ressembler à de « vrais travailleurs »), vient celui de la banalisation et de l'institutionnalisation (au sens sociologique du terme) ; avant que la référence soit critiquée, contournée ou dépouillée.

16Le syndicat est encore au centre de la représentation salariale (malgré les coordinations) mais le salariat des actifs n'est plus le centre unique des identités professionnelles et des identités tout court. Une partie de l'expansion associative des dernières décennies doit à l'apparition de concurrents aux syndicats sur des espaces où la réalisation de la prétention généraliste de ces derniers leur assurait un monopole de représentation du salarié comme actif mais aussi comme consommateur, malade, chômeur, retraité, hommes ou femmes.

17Depuis lors, parfois sous le label syndical, mais de plus en plus sous la forme associative, se sont créées des structures spécialisées de défense de ces intérêts et de ces causes. Sans qu'il soit besoin ici d'évoquer ces autres grandes « causes » (humanitaires, écologiques, droits-de-l'hommistes, féministes, homosexuelles...) dont la promotion a eu aussi pour effet de rapetisser le travail syndical vers la défense d'intérêts, d'acquis, marqués du sceau du « corporatisme ». Ce qu'il n'avait jamais été idéologiquement en France.

18L'évocation du mot syndical, dans la configuration française, renvoie, en effet, à une forme revendicative et militante (une histoire, des mots, des référents, un répertoire d'action) qui subsume son caractère professionnel et intéressé sous la référence au mouvement social. Longtemps, la sociologie du syndicalisme en France a été déconnectée de la sociologie des professions et surtout de la sociologie des groupes d'intérêts. Si les syndicats étaient des groupes d'intérêts, ce ne pouvait être que des groupes d'intérêts pas du tout comme les autres.

19Longtemps, deux modèles centraux ont dominé la représentation du syndicalisme en France, l'anarcho-syndicalisme (le syndicalisme désignant, au début du xxe siècle, une théorie politique) qui a pu être diversement réinvesti pour justifier d'autres filiations historiques (cf. les multiples commentaires de la Charte d'Amiens) et alléger le poids du référent cégé- tiste d'après 1945. Car on ne peut penser le syndicalisme en France sans évoquer le conglomérat communiste, à la fois comme forme matérielle et réticulaire légitime et comme instance de légitimation, qui a prétendu (avec un succès relatif) monopoliser l'expression du progrès social et, donc, du « vrai » militantisme, au détriment d'autres possibles syndicaux non réalisés ou minoritaires renvoyés aux ténèbres du réformisme. Historiquement, nous savons bien que la Confédération générale du travail (et le conglomérat communiste) a été beaucoup plus complexe et diversifiée ; et pourtant c'est bien cette sténographie militante qui a stylisé le syndicalisme de la France.

20En face, malgré l'importance du « mouvement associatif » et des références à « l'éducation populaire », le rapport de l'associatif au syndical est un rapport dominé ; soit le registre syndical est la référence, soit les qualités revendiquées par les porte-parole associatifs : apolitisme, recherche du compromis, souplesse, adaptabilité, gestionnaire, non revendicatif, convivialité, voire dans le domaine professionnel, unicité mais approche catégorielle, sont aussi des éléments à charge.

21Ce n'est que récemment que des référents plus larges ont pu s'installer sur les décombres de la généralité syndicale et prétendre à plus d'universalité en promouvant des « causes » via les ONG ou en réinventant la société civile contre l'État. Et aussi, rétrospectivement, en redécouvrant une autre histoire française des corps intermédiaires, à écrire et réécrire.

Typologies militantes

  • 10 Kriesi H., « Sviluppo organizzativo dei nuovi movimenti sociali e contcsto politico » Rivista ital (...)

22Peut-on dès lors proposer des typologies trans-historiques permettant de rendre compte des rapports associations-syndicats ? Concurrence, instrumentalisation, hiérarchisation et division du travail, convergence et exclusivité pourraient être des têtes de chapitres que l'on traduirait en indicateurs. On pourrait également solliciter les catégorisations de Hanspeter Kriesi10 en les utilisant pour les organisations prises comme des touts unifiés et pour leurs membres et militants qui investissent et utilisent les cadres qu'ils habitent et qu'ils créent de manière très diverse (cf. les tableaux ci-contre).

23Ces deux tableaux inspirés de H. Kriesi peuvent permettre de styliser pour les xixe et xxe siècles les particularités de quelques grands types de rassemblements et d'inciter à concevoir les déplacements qui peuvent se faire selon les conjonctures, les types de regroupements, et la place occupée dans l'organisation, bénéficiaires directs ou indirects, adhérents, bénévoles, militants, «   »...

24Fin XIXe Siècle

25Fin XXe Siècle

26On peut aussi préférer ne pas durcir typologiquement la différence entre ces formes, en plaidant pour l'évitement des querelles typologiques et en insistant sur trois caractéristiques que les contributions, ici rassemblées, ont permis de mettre à jour.

  • Dans certaines conjonctures historiques, il est plus question de continuum et d'imbrications de formes entre association et syndicat que d'opposition frontale et polaire ; de plus les registres d'action de l'une et de l'autre peuvent s'enchevêtrer et se faire écho. L'amicale peut, par choix ou par contrainte, être un lieu investi par le revendicatif, et la sociabilité, vitrine de l'amicalisme, être un puissant ressort de la fidélisation des énergies militantes syndicales
  • En second lieu, si typologies il y a, il ne saurait s'agir que stylisations historiquement situées car malgré la constance des nominaux, - association et syndicat, depuis que le mot existe -, leur sens et surtout leur commensurabilité ou leur mise en concurrence hiérarchique, n'ont cessé de se transformer, comme se sont transformés les cadres de légitimation et de délégitimation qui travaillent en miroir ces deux formes.
  • Enfin il paraît nécessaire de penser ensemble une stylisation idéale-typique de ces deux formes de lien volontaire dans leurs manifestations historiques diverses et donc de penser sur le long terme à l'institutionnalisation de deux « modèles » impliquant des pratiques et des registres d'action différents. Mais, dans le même mouvement, il convient de mettre l'accent sur les échanges constants qui attachent les uns aux autres. La sociologie in concreto des acteurs et des réseaux y autorise et incite fortement.

Les acteurs apparents et les autres

27En effet dès que l'on change la focale, et que l'on ne fait plus parler et agir les entités construites que sont « LE syndicalisme », « LE mouvement associatif » ou « LES associations », ce sont des agents qui agissent et choisissent sous contrainte les formes juridiques et emblématiques sous lesquelles ils investissent une carrière militante.

  • 11 Mc Adam D., Freedom Summer, Oxford University Press, 1988. Hirschman A, Défection et prise de paro (...)

28Sous contrainte de leurs propres trajectoires entremêlées (affectives, professionnelles, politiques) qui ne peuvent se comprendre que par une analyse processuelle qui replace leurs engagements et leurs désengagements dans leurs temporalités11 et dans les multipositionnalités militantes : ces agents « dédoublés », « porteurs de plusieurs casquettes », disposent de ressources dans plusieurs espaces militants. Faire la sociologie d'une organisation c'est, dès lors, rendre compte des liens officiels, ponctuels ou durables, qui la lient à d'autres organisations, mais aussi de l'ensemble des réseaux potentiellement mobilisables ou effectivement mobilisés par les acteurs de ces organisations. Ces derniers incarnent des frontières (je parle « en tant que ») et les transgressent (par l'accumulation de ressources collectives partiellement privatisées par les porte-parole voire par les membres des organisations). La séparation entre militant syndical et militant associatif est dès lors difficile à objectiver chez un militant œuvrant dans les deux espaces ; et le militantisme dans un « conglomérat », « un système d'action », n'est pas aussi univoque et vertical que ne le laisse entendre la métaphore de la courroie de transmission.

  • 12 Tilly C., « Les origines du répertoire de l'action collective en France et en en Grande Bretagne » (...)

29Les contraintes sont également historiques et sociétales ; en détournant la notion de répertoire d'action élaborée par Charles Tilly12, on peut considérer que les institutions (au sens sociologique) syndicales et associatives représentent des espaces de possibles à investir, à transformer et à réinventer constamment. Mais elles ne sont pas spontanément disponibles pour n'importe qui, n'importe quand. En fonction des milieux professionnels, des catégories sociales, des moments des cycles de vie, voire du genre (socio- logiquement il y a des groupes plus masculins ou plus féminins) la forme dominante associative ou syndicale qui s'impose comme forme naturelle, peut donner lieu à une infinité de modulations et de réappropriations sectorielles. Des contributions le démontrent bien : la place dans la hiérarchie, l'ancienneté de l'institutionnalisation du métier (cf. le cas des professions émergentes) et bien sûr les réglementations, ouvrent un espace plus ou.moins large de possibles et de probables quant au choix du répertoire et de l'identification au syndical ou à l'associatif.

30Enfin, on ne saurait oublier que les acteurs les plus visibles ne sont pas les seuls protagonistes de ces liens dits volontaires. Ici comme ailleurs, les alliés et les adversaires sont autant de ressources et de contraintes qui configurent les relations sociétaires. On a déjà parlé évidemment des trois grands « systèmes d'action » (catholique, laïc, communiste) dans lesquels syndicats et associations ont été partie prenante. On n'aura garde d'oublier les diverses modalités d'existence de la puissance publique, étatique et territoriale, qui se trouve dans des relations complexes d'échange avec les organisations volontaires. La littérature sociologique a pu ainsi empiriquement et théoriquement démontrer la fausse évidence de la coupure entre l'État et la société dite « civile » et souligner l'imbrication existant dans des secteurs entiers de la puissance publique entre ces deux entités : ainsi les vocables de « néo-corporatisme » de « corporatisme sectoriel » ou de « réseaux de politique publique » ont-ils pu être utilisés.

*

  • 13 Rozier S., L'Entreprise providence. Mécénat des entreprises et transformations de l'action publiqu (...)

31Le marché est peut-être l'oublié de ce tour d'horizon : est-ce dû à la trop grande généralité de la notion ? Pourtant l'étanchéité entre le champ associatif, relevant du tiers secteur, le champ syndical et le champ économique apparaît comme devant être questionnée. Non pas tant parce que certaines organisations dites à but non lucratif offrent des services marchands et non marchands. Mais parce que l'argumentaire de la professionalité et la référence entrepreneuriale peuvent fournir d'utiles ressources matérielles et argumentaires, en négatif comme en positif, dans les controverses sur ce que peut et doit être un « vrai syndicat » ou une « vraie association ». Les syndicats font aussi partie du marché du travail et les partenariats associations-entreprises dans le domaine mécénal ou dans celui de la responsabilité sociétale des entreprises constituent un bon point d'observation des rhétoriques et des formes d'accord pour saisir les formes de mise en équivalence du don et de l'argent13.

Notes

1 Ryfman P. : Les ONG, collection Repères, Paris, La Découverte, 2004.

2 Offerlé M. « Perspectives on French Contentious Politics » in Castrèn A-M and alii (ed.) Between History and Sociology, Helsinki SKS/Finnish Literature Society, 2004.

3 Offerlé M., op. cit., Rosanvallon P., Le modèle politique français, Paris, Seuil, 2004, Chatriot A., La démocratie sociale à la française, Paris, La Découverte, 2003, Le Lidec P., Les maires dans la République. L'Association des maires de France, élément constitutif des régimes politiques français depuis 1907, thèse, Paris 1, 2001. Offerlé M. Sociologie de la vie politique française, Paris, la Dé couverte, 2004

4 Cf. Bourdieu P., « Le capital social » Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1981, N° 31 ou dans un autre sens Putnam R.D., Bowling Alone. The Collapse and Revival of American Community, New York, Simon and Schuster, 2000, Skocpol T., Diminished Democracy : From Membership to Management in American Civic Life, University of Oklahoma Press, 2003. Skocpol T and Fiorina M. P. Civic Engagement in American Democracy, Brookings Institution Press and Russell Sage Foundation, 1999.

5 Boltanski L., Les cadres, Paris, Minuit 1982, Offerlé M. Sociologie des groupes d'intérêt, (1994) collection Clés, Paris, Montchrestien, édition 1998.

6 Damamme d.,« La jeunesse des syndicats de médecins ou l'enchantement du syndicalisme », Genèses, N° 3, 1991, Michel H., La cause des proproétaires, Paris, Belin, 2006.

7 Barbet D., « Retour sur la loi de 1884. La production des frontières du syndical et du politique », Genèses N° 3, 1991.

8 Lagroye J., Sociologie politique, 4e édition, Paris, Presses de Sciences-Po, 2003.

9 Ion J., La fin des militants ? Paris, Éditions de l'Atelier 1997, et alii. Le militantisme aujourd'hui, Paris, Cevipof-Autrement, 2005, Sawicki F., Les réseaux du parti socialiste, Paris, Belin 1997.

10 Kriesi H., « Sviluppo organizzativo dei nuovi movimenti sociali e contcsto politico » Rivista italiana di scienza politica, N° 1, 1993.

11 Mc Adam D., Freedom Summer, Oxford University Press, 1988. Hirschman A, Défection et prise de parole (1° édition française, 1970), Paris, Fayard, 1995. Bonheur privé, action publique, Paris, Fayard, 1982.Fillieule O., Stratégies de la rue, Paris, Presses de Sciences PO, 1997, Filieule O. (dir.), Le désengagement militant, Paris, Belin, 2005, Fillieule O. Et Mayer N. Présentation du numéro 1-2, 2001, de la Revue Française de Science Politique, « Devenirs militants ».

12 Tilly C., « Les origines du répertoire de l'action collective en France et en en Grande Bretagne », xxe siècle, N° 4,1984. La France conteste 1600-1980, Paris, Fayard, 1986.

13 Rozier S., L'Entreprise providence. Mécénat des entreprises et transformations de l'action publique dans la France des années 1960-2000, Thèse, université Paris 1, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540