Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Cinquième partie. Conclusions

Compte rendu des discussions

Axelle Brodiez et Sylvain Pattieu

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Axelle Brodiez et Sylvain Pattieu

  • 1 Andrieu C., Le Beguec G., Tartakowsky D., Associations et champs politiques, Publications de la So (...)

2Comme lors du précédent colloque, « Associations et champ politique1 », le choix a été fait de présenter les communications au travers de rapports de synthèses, permettant de donner une plus large expression aux discussions voire aux débats. Ceux-ci ont permis de soulever des interrogations et des problématiques transversales, et ainsi de mieux construire l'objet « syndicats et associations ». Trois grands axes se sont dégagés : le souci d'élaborer une typologie des motifs aboutissant à la constitution d'un syndicat ou d'une association, qui a permis de dégager de vraies différences mais aussi de relativiser le hiatus entre ces deux formes de groupement ; la mise en avant de la diversité du rapport au politique, troisième pôle en creux, mais omniprésent et souvent structurant, du diptyque associations/syndicats ; les tentatives enfin de dégager des critères de périodisation sur les rapports et les dominances entre ces deux formes.

Diversité des motifs de constitution d'une association ou d'un syndicat :

3Les contributeurs au débat ont souligné la diversité des motifs de constitution d'une association ou d'un syndicat. Un point commun essentiel est pourtant la constitution du groupe autour d'une identité professionnelle, que permettent le syndicat comme l'association, dans le cas des chercheurs notamment (Michel Pinault). Mis à part cet aspect, les débats ont tourné autour des raisons du primat du syndical ou de l'associatif.

4La création d'un syndicat obéit à la volonté de défendre les intérêts communs d'un groupe, comme celui des gardiens de prison qui se structure autour de revendications portant sur les salaires, le temps de travail et un souci de dignité de la profession (Christian Carlier). Ce choix syndical n'est cependant pas toujours un premier choix : il peut résulter, dans le cas des enseignants du primaire, d'un échec de l'amicalisme, devenu un ternie plutôt péjoratif après 1918 (Loïc Le Bars). Cette décision est aussi soumise aux changements de la législation, aux éventuelles levées d'interdiction, qui permettent une meilleure défense par le syndicat que par l'association. Elle peut correspondre aux mutations d'une profession, chez les artistes où le besoin d'être reconnus comme travailleurs se fait sentir (Marie-Ange Rauch). Le syndicalisme peut aussi dans ce cas être compris comme une revendication d'indépendance, au sein d'une même corporation, entre employeurs et salariés, tandis que l'amicalisme regroupe l'ensemble des catégories.

5Le choix d'une forme associative ou amicaliste peut être privilégié en opposition au modèle syndical. C'est le cas pour les enseignants de lycée qui ne se syndiquent pas par peur du label syndical, alors même que la direction des associations est parfois plus poussée vers le syndicalisme que la base et tente en vain de la convaincre (Laurent Frajerman). L'association peut également être considérée comme une forme plus souple et moins réglementée que le syndicat (Claire Villiers). L'exemple de l'Institut d'histoire CGT montre que cette souplesse est utilisée directement par la confédération elle-même, afin de répondre d'urgence à un manque tout en recevant des subventions et en contribuant à la formation (Michel Pigenet). Dans un tout autre domaine, la CGT a recours aux militantes de l'Union des femmes françaises quand elle décide de mettre des femmes en avant lors d'une grève qui se termine en procès : les militantes de l'UFF deviennent alors les « femmes de Tréfimétaux » (David Hamelin, Dominique Loiseau).

6Autre aspect, le rôle d'une sociabilité moins directement politique a aussi été souligné : c'est le cas en ce qui concerne des amicales des ingénieurs des chemins de fer, évoquées par Georges Ribeill, avec un rituel très codifié et un repas annuel durant lequel le ministre des Travaux publics est invité. On retrouve cette forme du banquet dans l'amicalisme de l'enseignement privé (Bruno Poucet). En ce qui concerne les Comités d'entreprise, les loisirs organisés par l'association Tourisme et travail permettent une sociabilité de vacances revendiquées comme populaires (Sylvain Pattieu). Cette sociabilité de loisirs existe aussi chez les cheminots, pour lesquels l'attitude du patronat, qui instaure très tôt des associations et des complémentaires, est fondamentale (Pierre Guillaume, Georges Ribeill).

7Ces choix entre association et syndicalisme reflètent-ils des différences internes propres à chacune des structures ?

8Le clivage du genre est le premier mis en évidence dans le débat et concerne la place respective des femmes dans le syndicalisme et dans les associations : les infirmières s'inscrivent davantage dans des associations que dans les syndicats (Évelyne Diebolt), les femmes de gendarmes, souvent institutrices et parfois syndicalistes par ailleurs, jouent un rôle fondamental dans leurs associations (Arnaud-Dominique Houte). Si le décalage de la proportion hommes-femmes selon les milieux professionnels peut être un facteur explicatif (Matthias Gardet), dans les syndicats d'enseignants de gymnastique, profession pourtant féminisée, les femmes sont peu présentes dans le syndicat et gèrent « l'intérieur » (Guilhem Véziers).

9Les fonctions elles-mêmes sont différentes selon les structures si l'on compare les coordinations, à l'existence brève, et les syndicats appelés à gérer sur la durée (Laurent Frajerman). Pourtant, à l'opposé de cette différence entre coordination et syndicats, les syndicats ont pu être associés au turn-over et les associations à une plus grande stabilité (Michel Dreyfus). La comparaison entre les structures syndicales, même liées au logement, et l'association DAL (Droit au logement), introduit un nouveau critère, celui du statut des membres : alors que le syndicat postule une solidarité entre égaux, parfois non réalisée dans le décalage entre base et direction, et vécue dans la mauvaise foi, l'association assume l'inégalité de fait entre les dirigeants et une base défavorisée et dépourvue de logement (Bénédicte Havard- Duclos).

10Néanmoins, malgré ces différences importantes entre structures syndicales et associatives, le choix d'un mode d'organisation est parfois indifférent, ou lié simplement à la volonté de rompre l'isolement, comme dans le cas des juges pour enfants (Françoise Tétard).

11L'existence sur des terrains proches de syndicats et d'associations conduit à poser la question d'une typologie de leurs rapports. Il est possible de distinguer des associations totalement contrôlées par les structures syndicales, des syndicats qui ont une participation dans les associations, ou des rapports de partenariat entre les deux (Guy Putfin). Dans le cadre du syndicalisme à bases multiples, les rapports s'instaurent sous l'angle de la complémentarité, même si le syndicat garde le contrôle (Michel Dreyfus). C'est sous l'angle de la répartition des rôles que doit être comprise la séparation entre l'Ordre des médecins, instauré sous Vichy et qui s'occupe de la déontologie, ayant tenté par exemple de freiner la loi Veil, et les syndicats de médecins, qui traitent des revendications corporatives et négocient avec l'État (Pierre Guillaume).

12Des rapports de concurrence peuvent s'instaurer, soit assumés quand il s'agit de lutter pour l'hégémonie au sein du même champ, soit de manière sous-jacente quand le rapport est pensé en termes de complémentarité, comme c'est le cas lors de conflits entre Tourisme et travail et salariés de l'association syndiqués à la CGT (Sylvain Pattieu). Le conflit peut se révéler violent quand des militants de l'éducation populaire, ou des éducateurs, salariés et directeurs de structures, se retrouvent face à face dans un contexte syndical (David Hamelin, Samuel Boussion). La concurrence concerne aussi la prétention à la représentativité, avec comme enjeu l'accès aux médias (Laurent Frajerman). L'intégration parfois difficile des plus importantes centrales syndicales dans l'association ATTAC (Association pour une taxation des transactions financières pour l'aide aux citoyens) témoigne du fait que les grandes organisations syndicales sont rétives aux réseaux (Jacques Capdevielle).

Le politique, « troisième homme » du diptyque (M. Margairaz) ?

13La question du rapport au politique, bien que non directement posée, est revenue avec récurrence et sous de multiples formes.

14Certains ont souligné que les associations peuvent être, tout comme les syndicats, un moyen de politisation des adhérents (Bénédicte Havard- Duclos).

15D'autres ont inversement insisté, à propos de l'amicalisme municipal, sur la fonction de dépolitisation syndicale et partisane due à l'attachement premier à la figure patriarcale du maire : les amicales apparaissent avant tout comme un lieu de rencontre, de compromis et de « tempérance politique », voire un « sas trans-partisan et trans-syndical » (Emmanuel Bellanger). Le rapport au politique constitue aussi, comme il l'a été rappelé, une ligne de fracture entre syndicats - ainsi les attitudes fortement divergentes de FO et de la CFDT par rapport au pouvoir (Michel Dreyfus) —, mais aussi entre associations, discriminant principalement celles recourant fortement aux subventions, ayant un ministère de tutelle et un rapport à l'État fait d'un « mélange d'amour et de haine » (Françoise Tétard), et dont on, peut par ce biais, saisir le positionnement dans le champ politique (Marie-Ange Rauch). Il peut enfin évoluer au sein d'une même structure : la première génération de comités de gendarmes retraités, fortement politisée, laisse ainsi rapidement place à une seconde qui, tirant les leçons de ses échecs, se tourne dès 1906 vers l'apolitisme (Arnaud-Dominique Houte).

16Plusieurs des associations et syndicats évoqués lors de ce colloque se sont en outre historiquement insérés dans des groupements politiques structurés, dont le cas le plus archétypique est le « conglomérat » communiste

17- on désigne par ce terme des groupements à forte structuration par le centre, producteur pour l'ensemble d'idéologie et de stratégie (Michel Pigenet). Le débat a notamment permis de pointer l'hétérogénéité des rapports au politique selon le niveau appréhendé. Ainsi au niveau national, un système en « parapluie » prévaut jusqu'aux années 1950, où le PCF, à la pointe de l'édifice, donne les directives et fait lien entre les différentes organisations de masse, CGT comprise (Axelle Brodiez). Au niveau local en revanche, la pointe du parapluie paraît souvent tenue par le syndicat, ainsi dans l'Ouest (Dominique Loiseau) ou dans les mines, l'identité corporative prévalant sur l'appartenance politique (Michel Pigenet). Ce système sous-tend alors des relations hiérarchiques mais diachroniquement variables entre organisations, avec cependant toujours une domination du parti et du syndicat sur les organisations de masse. Dans la « mouvance » catholique en revanche, il n'y aurait pas hiérarchie entre les trois types de structures, mais complémentarité (Dominique Loiseau). Ces organisations fortement politisées peuvent aussi accroître conjoncturellement la prégnance de la dimension politique dans les associations qu'elles croisent, ainsi la Ligue des Droits de l'Homme ayant refusé la fusion proposée dans les années 1930 par le Secours rouge (Emmanuel Naquet).

18La question du rapport au politique a invité en creux plusieurs intervenants à souligner la non-interchangeabilité des termes. « Conglomérat » n'est pas « nébuleuse », qui n'est ni « mouvance », ni « constellation », ni « réseau » (Axelle Brodiez) ; l'UNSA-Éducation fait partie d'un « écosystème » et non d'un « conglomérat » (Guy Putfin). Le terme de « champ » mérite lui aussi attention, en tant que concept sociologique. S'il a pu être appliqué aux « nébuleuses réformatrices » du tournant du xxe siècle (Alain Chatriot), il peut aussi convenir à l'analyse du politique avec une signification englobante (« champ politique ») et être sans doute également adéquat pour le syndical (Danielle Tartakowsky) ; il ne peut en revanche en aucune façon convenir pour l'associatif, trop vaste et diversifié (Françoise Tétard). A enfin été soulignée la pertinence pour le niveau local du terme « écosystème », qui connote très adéquatement le milieu et l'enracinement (Michel Pigenet).

Éléments pour une périodisation

19Le souci de typologie, qui ressort des comptes rendus supra, s'est parallèlement traduit par des tentatives de périodisation des rapports associations/syndicats.

20Est préalablement fortement ressortie la diversité des critères. Les scansions peuvent être provoquées par la législation affectant les professions, ainsi chez les fonctionnaires : structurés dès les années 1840 sous la forme de groupes virtuels, autour de journaux professionnels, ils sont interdits de syndicalisation par la loi de 1884 et recourent à la forme mutualiste, jusqu'à la loi de 1898 qui interdit la défense d'intérêts professionnels et induit, jusqu'en 1901 qui offre enfin un cadre juridique adéquat, un recours aux organisations professionnelles (Jeanne Siwek). Les gardiens de prisons se constituent également en association en se saisissant de la loi de 1901 (Christian Carlier). Plus récemment, la précarisation de certaines professions (nettoyage, gardiennage,...) constitue, en France, un critère fortement défavorable à la syndicalisation, du simple fait du fort turn-over et de la pression subie (Évelyne Perrin) ; et réciproquement, les syndicats ne paraissent pas aptes à soutenir ceux qui travaillent le moins, comme le montrent les négociations sur les intermittents du spectacle (Marie-Ange Rauch). Les associations ou les collectifs peuvent alors devenir une alternative et une force structurelle (intermittents, chercheurs), interrogeant la pertinence de la forme syndicale traditionnelle (Évelyne Perrin). Le cas français ne peut pourtant être considéré comme archétypique, la situation en Belgique paraissant moins critique sur ce sujet, tant par l'absence de désyndicalisation que par la très forte syndicalisation des chômeurs (Jean Faniel). Les différences entre pays, entre secteurs (David Hamelin) et entre organisations, voire selon les échelles adoptées (Danielle Tartakowsky), rendent ainsi fort difficile toute tentative de périodisation générale.

21Certaines tendances lourdes ne s'en dégagent pas moins, notamment en raison de l'émergence de scansions fortes, ainsi 1936 ou 1945, pour les lois sociales, l'État-providence (Alain Chatriot) et le rôle offert aux syndicats (Michel Pigenet). L'État apparaît ainsi comme un acteur déterminant dans la périodisation, la législation, les politiques publiques, les formes prises par les structures étatiques et la tradition de subsidiarité dans la politique sociale influant fondamentalement sur le rapport entretenu avec les syndicats et les associations (Michel Pigenet). Pour la période très contemporaine, la pensée de l'engagement paraît évoluer d'une structuration par le syndicalisme dans les années 1960, à une structuration par le politique dans les années 1970, puis par les associations dans les années 1980 (Nicolas Hatzfeld). Sur la plus longue durée, il y a globalement évolution de l'amicale au syndicat, puis à l'association (Michel Margairaz). Parallèlement, l'émergence puis le déclin d'une identité longtemps structurante et englobante, celle des travailleurs, dessinent un passage d'universaux politiques à des universaux par le travail, puis, aujourd'hui, une absence d'universaux faute de pensée du devenir (Danielle Tartakowsky).

*

22Ces interventions n'ont évidemment pas épuisé le sujet, ni prétendu régler les questions de typologie et de périodisation. Leur mérite est néanmoins de les avoir assez centralement mis en débats, de façon constructive, et d'avoir ouvert ou consolidé des problématiques de lecture des contributions écrites. De nombreux contributeurs ont également souligné combien la question biographique, finalement peu abordée lors de ce colloque surtout centré sur les organisations, nécessiterait d'être creusée, que ce soit sous l'angle des réseaux, des multi-adhésions et des multipositionnalités. Les trajectoires militantes, outre les changements professionnels, peuvent amener des militants de l'éducation populaire à se retrouver des deux côtés de la table de négociation, des catholiques à concilier foi et marxisme, des syndicalistes à devenir des militants associatifs et vice-versa. La question des réseaux et des passerelles entre les différentes formes de militantisme se pose ainsi avec acuité et ouvre des perspectives fécondes de recherche.

Notes

1 Andrieu C., Le Beguec G., Tartakowsky D., Associations et champs politiques, Publications de la Sorbonne, 2001.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540