Version classiqueVersion mobile

Syndicats et associations

 | 
Danielle Tartakowsky
, 
Françoise Tétard

Quatrième partie. Convergences

Le syndicalisme français et l'association ATTAC : une alliance problématique

Jacques Capdevielle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Jacques Capdevielle

2Parler d'« alliance » s'agissant des relations existantes entre le syndicalisme français et l'Association pour une taxation des transactions financières pour l'aide aux citoyens (ATTAC) est plus que prématuré alors même que tout existe, pour des raisons à la fois contingentes et structurelles, pour impulser une convergence qui tarde à se manifester.

3Pour des raisons contingentes d'abord : leur intérêt immédiat bien compris.

  • 1 Bergounioux A., Grunberg G., Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992, p. 361.

4D'un côté, même si leur audience reste beaucoup plus large, l'ensemble des organisations syndicales n'a cessé depuis une trentaine d'années de voir ses effectifs fondre : moins de 6 % des salariés actifs adhèrent aujourd'hui à un syndicat, toutes organisations confondues. De l'autre, la croissance d'ATTAC, 30 000 adhérents en à peine cinq ans d'existence, montre à l'inverse qu'il n'y a pas une fatalité du désengagement et du repli individuel chez nos concitoyens. On objectera que l'engagement dans un syndicat ou l'engagement dans ATTAC n'expose certes pas aux mêmes risques, compte tenu de la réalité actuelle du marché du travail. Un chômage massif et persistant, la liquidation des bastions syndicaux traditionnels comme la métallurgie ou le textile, la réduction de la part des établissements de plus de 500 salariés aux droits syndicaux étendus et la systématisation du recours à la sous-traitance, une précarisation croissante de l'emploi : autant d'évolutions qui ne favorisent guère l'action syndicale, alors que l'engagement à ATTAC se pratique en toute liberté, presque toujours en dehors du lieu de travail. Cette différence, essentielle, n'épuise pas pour autant l'explication. Les syndicats ne sont en effet pas les seuls à subir une érosion importante de leurs effectifs. Les partis politiques de gauche sont dans la même situation. Les effectifs du nouveau Parti Socialiste né à Epinay culminent en 1971, décroissent en 1972-1973 après la signature du Programme commun de gouvernement, avant de remonter jusqu'en 1978 et de décliner ensuite, après la rupture de l'Union de la Gauche1. Un constat semblable s'impose avec les adhérents du Parti Communiste. Or adhérer et militer au PS se fait en général aussi sur une base locale, qui n'entraîne guère de difficultés professionnelles pour celui qui s'y livre.

5Il reste que cette croissance d'ATTAC, fulgurante durant ses quatre premières années d'existence, semble avoir atteint aujourd'hui un pallier en même temps que son recrutement au sein des dites classes populaires reste marginal, comme l'attestent ses débats internes depuis un an. ATTAC, qui se veut « mouvement d'éducation populaire tourné vers l'action », a donc tout intérêt à ce que ses analyses et ses prises de positions pénètrent les milieux populaires en y étant relayées par les syndicats.

  • 2 Pernot J.-M., Dedans, dehors, la dimension internationale dans le syndicalisme français, Thèse de (...)

6Mais d'autres raisons ensuite, plus structurelles, devraient également favoriser une alliance entre les principales organisations syndicales et ATTAC. Face à l'évolution de la division internationale du travail depuis deux ou trois décennies et aux politiques de dérégulation qui l'accompagnent, face à la remise en cause des avantages acquis dans les pays du Nord, au nom de la concurrence internationale, face au chantage patronal aux délocalisations, tout milite pour que les syndicats s'allient à ceux qui contestent la mondialisation néolibérale. Tout milite pour que les représentants des salariés, victimes de la mondialisation néolibérale, s'allient à une association qui s'en est fait un des procureurs les plus écoutés au sein de la mouvance altermon- dialiste. Avec, il est vrai, un problème nouveau ces dernières années, à savoir que la poursuite de la construction de l'Union européenne tend à « ramener aux frontières de l'Europe une émergence internationale plus vaste2 ». C'est en particulier le cas de la CFDT.

7Nous partirons d'un constat : les circonstances particulières ayant présidé à la création d'ATTAC, la présence de certaines organisations syndicales bien circonscrites dès la fondation de cette association, avant de nous interroger sur les raisons qui font que celles-ci n'aient pas été ensuite rejointes par la majorité des forces syndicales.

Une présence syndicale dès la création d'ATTAC, mais très minoritaire et spécifique

  • 3 Tartakowsky D., « ATTAC ou les échelles-temps du libéralisme », in Andrieu Cl., Le Beguec G.,Tarta (...)

8Danielle Tartakowsky, rappelant les circonstances de la constitution d'ATTAC, insiste à juste titre sur le fait qu'ATTAC a été créée dans une conjoncture caractérisée par l'absence de toute échéance politique nationale en même temps qu'elle n'était pas davantage une composante ou un appendice du mouvement social, comme l'étaient les « États généraux du mouvement social » lancés en 1996 sous l'égide de Pierre Bourdieu. Elle en déduit une conséquence essentielle : ATTAC « s'inscrit dès lors dans une temporalité spécifique » échappant aux contraintes de la vie politique et sociale nationale3.

9Àl' origine d'ATTAC, il y a en effet un éditorial d'Ignacio Ramonet dans Le Monde diplomatique de décembre 1997, « Démocratiser les marchés », invitant à reprendre une proposition ancienne de James Tobin, un Américain prix Nobel d'économie, qui suggérait de taxer les mouvements de capitaux et d'en affecter les recettes à l'aide au développement. Devant l'accueil inattendu que reçoit cette initiative, des contacts sont pris, une première rencontre a lieu en mars 1998. D'autres suivent, qui vont déboucher sur une Assemblée générale constitutive de l'association en juin. Désormais, celle- ci est identifiée à la Taxe Tobin et le fameux « % » devient son symbole emblématique, repris dans les années qui suivent par les autres ATTAC qui se créent un peu partout dans le monde.

10Les thèmes retenus et les positionnements de l'association se calquent d'emblée sur le calendrier et les thèmes des grandes rencontres internationales consacrées aux problèmes posées par la mondialisation néolibérale, qu'il s'agisse des réunions du G7 ou du G8, de celles de l'OMC, du FMI et de la Banque mondiale, ou encore des sommets européens.

11Par certains côtés, cette inscription initiale dans une dimension internationale indépendamment du calendrier politique national permet d'éviter des choix de tactique politicienne qui pourraient diviser ses membres. On trouve dans ATTAC des adhérents sans affiliations partisanes et d'autres qui militent par ailleurs au Mouvement des citoyens (MDC) ou chez les verts, au PS ou au PCF ou encore à la LCR. Cette diversité politique partisane devrait faciliter le recrutement dans un mouvement syndical tout aussi divisé et diversifié dans ses orientations politiques.

  • 4 Pernot J.-M., thèse citée volume I, p. 64.

12Par d'autres côtés, il est vrai que cette dimension internationale n'est guère familière pour des syndicalistes dont l'action internationale relève plus du vœu pieux que d'un investissement réel. La thèse de Jean-Marie Pernot le démontre amplement : « Le syndicat engagé dans la vie internationale se construit d'abord en tant qu'acteur national4. » Jusqu'à une période récente, la présence des syndicats dans des instances internationales relève plus d'un besoin de légitimation en retour de leur existence sur la scène nationale que d'un véritable engagement internationaliste.

  • 5 Rehfeldt U., « Les stratégies syndicales européennes », in Fouquet A., Rehfeldt ULe Roux S., Le (...)
  • 6 Voir Levinsion C., « Le contre-pouvoir ouvrier face aux firmes multinationales », Le Monde diploma (...)
  • 7 Pernot J.-M., Ibid, p. 340-345.

13Les Syndicats professionnels internationaux (SPI), apparus dès la fin du xixe siècle, vont être à l'origine, dans les années 1960-1970, de tentatives pour établir un véritable contre-pouvoir syndical face à celui des multinationales. Charles Levinson - successivement secrétaire général adjoint de la Fédération internationale des organisations des travailleurs de la métallurgie (FIOM) et secrétaire général de la Fédération internationale de la chimie (ICF) - joue alors un rôle actif5. À partir de 1966, une cinquantaine de « conseils » de groupes mondiaux vont être ainsi mis en place, sans toutefois réussir à impulser de grandes mobilisations pour des avancées significatives. Il n'est pas sans intérêt de relever que, dans la vision de Charles Levinson, les firmes multinationales sont alors appréhendées à partir du cœur de leur métier : BSN-Saint-Gobain-Glaverbel, Sempérit-Michelin-Dunlop-Kléber-Colombes, consortiums bancaires comme la Société financière européenne ou Orion Multinational Services6. De fait, dans le papier-carton, la chimie, les transports avec les chemins de fer et la marine marchande, le textile, l'alimentation, les rapprochements professionnels l'emportent sur les clivages qui opposent alors les instances syndicales internationales7.

  • 8 Capdevielle J., Modernité du corporatisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, 185 p.

14Dans un monde du travail qui traverse une crise profonde et générale, les identités professionnelles vont s'imposer, plutôt que l'interprofessionnel, comme un ultime rempart face à l'offensive néolibérale. Nous ne reviendrons pas sur ce point que nous avons développé ailleurs8. Rappeler la dialectique à l'œuvre depuis une trentaine d'années entre corporatisme et internationalisme est toutefois nécessaire car elle nous éclaire lorsqu'on recense les organisations syndicales ayant participé à la création d'ATTAC : la Confédération paysanne, qui entend réhabiliter le « métier de paysan » contre son assimilation à l'industrie agro-alimentaire ; une série d'organisations syndicales constituées sur la base du métier comme SUD-PTT, le Syndicat national unifié des impôts (SNUI), le Syndicat national unifié des instituteurs et professeurs des écoles (SNUIPP), le Syndicat de la Magistrature (SM), la Fédération syndicale unitaire (FSU) ; l'absence d'instances confédérales de la CGT ou de la CFDT mais la présence de fédérations relevant de ces confédérations avec la Fédération des Finances CGT ou l'Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (UGICT), ou avec la Fédération générale des transports et de l'équipement (FGTE-CFDT).

15Le nombre d'organisations syndicales parties prenantes dans la création d'ATTAC ne doit toutefois pas faire illusion : tous effectifs confondus, elles ne représentent qu'une minorité des syndiqués français, eux-mêmes minoritaires au sein du monde du travail. Aucune des grandes confédérations interprofessionnelles - que l'on retienne la CGT, la CFDT ou FO - n'y participe officiellement en tant que telle. Par ailleurs, comment ne pas relever que les syndicats qui se sont investis activement dès l'origine dans la constitution d'ATTAC ont tous en commun, non seulement d'être constitués sur la base du métier mais aussi, pour la plupart, de privilégier dans leur pratique sinon dans leurs statuts un fonctionnement en réseau plutôt qu'une structure pyramidale de représentation ?

ATTAC et les syndicats : deux modèles de fonctionnement incompatibles ?

16Facilité par les nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC), le fonctionnement en réseau a permis des initiatives qui, bien que renouvelant complètement les perspectives de l'action syndicale, sont pourtant restées exceptionnelles.

17Dès 1998, la Fédération internationale des employés et techniciens (FIET, devenue depuis l'Union Network International — UNI) lance une campagne intitulée « Des droits en ligne pour les travailleurs en ligne ». Cette même année, des salariés d'Ubisoft créent un syndicat virtuel. Mais c'est surtout à partir d'un conflit en 2000 chez le libraire en ligne Amazon.com qu'on commence à prendre conscience, en France, de l'apport du « cybersyndica- lisme » à l'action syndicale internationale.

18À la suite d'une dégradation de leurs conditions de travail, accentuée avec le gonflement des commandes à l'approche des fêtes de fin d'année, les salariés américains d'Amazon.com basés à Seattle contactent leurs homologues européens, dans les pays où la firme est implantée. Ils le font par l'intermédiaire de la Washington Alliance of Technology Workers (WashTech), branche syndicale rattachée à la Communications Workers of America (CWA), et à l'initiative du Prewitt Organizing Fund (POF), un organisme américain à but non lucratif spécialisé dans l'implantation et le développement syndical.

19Un émissaire du POF, Patrick Moran, traverse l'Atlantique après avoir pris contact avec les personnels des centres de distribution d'Amazon.com localisés en France, en Allemagne et aux Pays-Bas. Le 21 novembre 2000, des responsables de SUD-PTT Loiret participent dans la banlieue d'Orléans, aux côtés de Patrick Moran, à une distribution de tracts destinés aux programmeurs et aux manutentionnaires d'un entrepôt d'Amazon.com. Le fait que, parmi l'ensemble des organisations syndicales françaises, le contact se soit établi avec SUD-PTT ne relève pas du seul hasard : cette organisation, de par son implantation professionnelle et ses origines est plus que d'autres prédisposée à un fonctionnement en réseau et apte à recourir aux NTIC.

20Cet exemple innovant en matière de coordination syndicale internationale ne va pourtant guère faire école. Des réticences, des appréhensions ou des craintes sont partagées par les responsables des entreprises comme par ceux des syndicats, dès lors qu'il s'agit de s'organiser en réseau, en recourant à la Toile.

  • 9 Lemaitre F., « Les e-tracts inquiètent les entreprises », Le Monde des 7 et 8 janvier 2001. Entrep (...)
  • 10 « Communication d'un nouveau style, l'utilisation du support intranet ou internet par les organisa (...)
  • 11 Taylor R., « Workers unité on the internet », Financial Times du 11 mai 2001.
  • 12 Extrait d'entretien de Christophe Aguiton, cité par Fraissard G. Et Mandard S., « Partis et syndic (...)
  • 13 Constat d'Olivier Blondeau, rapporté dans l'article précité.

21Du côté des directions des entreprises, même chez celles qui entendent présenter une image de modernité comme Technip, Atos ou France Télécom, il est évident qu'on ne tient guère à ce que l'intranet se transforme en tribune d'agitation syndicale9. Mais ces réticences et ces craintes sont souvent partagées par les organisations syndicales, qui craignent de se voir court-circui- tées dans leur rôle d'intermédiaires obligés entre les salariés et les directions10. De fait, si la solidarité internationale a tout à gagner de cette évolution, celle- ci facilite en revanche l'expression des dissidences internes comme on a pu le voir aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou en Norvège11. Bref, comme le résume un des fondateurs de SUD-PTT, par ailleurs acteur important dans la mouvance altermondialiste : « Internet déhiérarchise et redonne la parole et le pouvoir à la base12. » Ces risques de déstabilisation des hiérarchies en place expliquent que « ni les syndicats ni les partis politiques ne voient Internet comme un espace de travail », et qu'ils « s'en servent uniquement comme une vitrine13 ».

22De son côté, si la croissance d'ATTAC doit beaucoup à sa structuration dès l'origine en réseaux constitués autour des comités locaux et combinée avec le recours à Internet, cette combinaison n'est pas allée de soi à ses débuts. Elle réduit en effet la marge de manoeuvre de ses dirigeants comme on a pu la voir récemment avec le projet mort-né de présentation de listes « 100 % alter-mondialistes » aux élections européennes. L'ampleur de la remontée, à cette occasion, des réactions critiques provenant de tout ou partie d'un certain nombre de comités locaux, permise par ses liaisons horizontales, n'aurait vraisemblablement pas été rendue publique dans le cadre d'une structure pyramidale ; si le sommet y reçoit l'ensemble des critiques, il peut décider en effet de filtrer les informations destinées à redescendre vers la base.

  • 14 Sur les développements qui suivent, je renvoie à la thèse d'Éric George, George E., L'utilisation (...)

23Il faut bien voir que si ATTAC constitue, dans le monde francophone, une des associations où les potentialités du « réseau des réseaux » sont le plus exploitées14, son appropriation de l'Internet était loin d'être évidente lors du lancement de l'association.

24À la suite de l'éditorial d'Ignacio Ramonet, une liste « ATTAC-Talk » apparaît sur Internet dès février 1998, mais la première assemblée générale constitutive de l'association ignore cette initiative. L'extension du recours à Internet, la multiplication de listes de diffusion et de discussion se font de façon indépendante des instances dirigeantes de l'association. Cette extension est considérée semble-t-il alors comme un simple support technique. Elle résulte d'une part d'initiatives individuelles portées par deux ou trois animateurs convaincus de l'importance du recours à la Toile comme instrument de débats et de mobilisations face à la mondialisation néolibérale. L'existence d'un Webmestre s'impose rapidement dans le dispositif d'ATTAC, mais en l'absence de toute reconnaissance statutaire. D'autre part, d'autres initiatives qui vont dans le même sens émanent des comités locaux. Ainsi par exemple le comité ATTAC-Rhône créé très vite une liste de diffusion ouverte à tous les internautes qui désirent être informés sur ses activités et ses prises de position, et une liste de discussion réservée à ses seuls adhérents.

25Indépendamment de ces initiatives, Éric George souligne à juste titre que le recours à ces NTIC s'est aussi imposé pour des raisons prosaïquement financières, compte tenu des coûts qu'impliqueraient l'impression et l'envoi à 30 000 adhérents d'un bulletin sous forme papier comme le bulletin électronique Grain de sable.

  • 15 Christophe Aguiton, in Aguiton C. et alii, Où va le mouvement altermondialisation Paris, La Découv (...)
  • 16 Trautmann F., « Internet au service de la démocratie ? Le cas d'Attac », Cahiers du CEVIPOF, 30, o (...)

26Les NTIC mises au service d'une structure en réseaux réduisent encore une fois la marge de manœuvre des responsables et des porte-parole, en multipliant les occasions d'échange et en garantissant une visibilité aux attentes et aux positions de la base. Elles facilitent les relations transversales et l'interactivité. En même temps, la surabondance des sources d'information et des échanges peut rendre ce fonctionnement « peu lisible15 ». Mais surtout, l'étude que Flore Trautmann a consacré au fonctionnement d'ATTAC montre que les difficultés liées à la démocratisation de la « prise de décision » y restent entières16.

Les avantages et les inconvénients de la « cyberdémocratie » en matière syndicale

  • 17 Voir Tarrow S., Power in Movement. Social movements, Collective Action and Politics, Cambridge, Ca (...)

27La forme réseau facilite l'expression d'intérêts multiples et particuliers. En ce sens, c'est un catalyseur pour les mécontentements les plus divers qui peuvent ainsi entrer en correspondance et en résonance les uns avec les autres, et susciter des phénomènes d'émulation et de surenchère17. De ce fait, c'est une structure facilitant beaucoup les mobilisations. Cette dimension s'est révélée particulièrement opérationnelle à l'occasion du mouvement social des intermittents ou encore avec le conflit des enseignants au printemps 2003. Radicalisation de la mobilisation, foisonnement revendicatif, difficultés pour négocier et parvenir à un accord : ces caractéristiques étaient déjà présentes entre 1986 et 1993 avec le phénomène des coordinations. Hier comme aujourd'hui, la question reste entière de savoir qui aura la légitimité pour négocier un compromis qui s'impose ensuite à l'ensemble des intérêts ou des groupes sociaux mobilisés ?

28La forme réseau et le recours aux NTIC prédisposent à l'action directe et à une participation de tous à une délibération collective supposée déboucher sur un consensus. En revanche, ces pratiques sont difficilement compatibles avec des notions comme celles de « mandat », de  représentativité », de « délégation », de « vote », élaborées dans le cadre de structures de type pyramidal. Ce fonctionnement au consensus présente certes des avantages certains. Il valorise la délibération entre des approches au départ plus ou moins hétérogènes. Ce faisant, c'est un facteur important d'unification, mais une unification qui a aussi ses limites car ceux qui n'acceptent pas de rallier le consensus sont exclus. Par définition, le consensus ne peut reconnaître l'existence d'une majorité et d'une minorité.

29Le consensus est efficace lorsqu'il s'agit de favoriser l'expression de la diversité des attentes et des mécontentements et de tenter de réaliser leur convergence derrière une plate-forme revendicative commune. En revanche, il ne facilite pas la sélection de représentants bénéficiant d'une légitimité qui s'impose à tous, représentés et adversaires, pour conduire des négociations et passer un compromis avec les seconds, à partir de l'appréciation nécessairement subjective du rapport des forces à un moment donné. On le voit avec la mouvance associative alter-mondialiste : celle-ci réussit à sensibiliser et à mobiliser une part croissante de l'opinion derrière ses refus de certaines conséquences de la mondialisation néolibérale, sans parvenir pour autant à élaborer un projet de société alternatif.

*

  • 18 Descolonges M., Vertiges technologiques, Paris, La Dispute, 2002, p. 107. La démocratie participat (...)
  • 19 Le témoignage du secrétaire général de la CGT est à cet égard significatif de ce rapprochement et (...)

30Plus généralement, derrière ce recours aux NTIC dans le cadre d'organisation en réseau, il y a bien le risque de voir s'exprimer une conception sous-jacente de la démocratie qui « postule une communication directe entre les citoyens, libérée de tous les corps intermédiaires18 ». On comprend, dans ces conditions, que les syndicats — comme d'ailleurs les partis - hésitent à s'allier, indépendamment même d'éventuelles divergences politiques, à des associations ayant adopté ce mode de fonctionnement. Si une alliance entre ATTAC et l'ensemble du mouvement syndical n'est guère envisageable dans un avenir proche, un partage des rôles devrait pourtant s'imposer de plus en plus, les ONG mobilisant pour obtenir un rapport de forces favorable pour la défense des victimes de la mondialisation néolibérale, les syndicats négociant des compromis provisoires avec les tenants de cette dernière. Ce partage des rôles suppose une convergence minimale, comme l'atteste la présence désormais revendiquée d'une confédération comme la CGT au sein des forums sociaux19.

Notes

1 Bergounioux A., Grunberg G., Le long remords du pouvoir, Paris, Fayard, 1992, p. 361.

2 Pernot J.-M., Dedans, dehors, la dimension internationale dans le syndicalisme français, Thèse de l'Université Paris X-Nanterre, juin 2001, volume I, p. 287.

3 Tartakowsky D., « ATTAC ou les échelles-temps du libéralisme », in Andrieu Cl., Le Beguec G.,Tartakowsky D., (dir), Associations et champ politique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001, p. 643-657.

4 Pernot J.-M., thèse citée volume I, p. 64.

5 Rehfeldt U., « Les stratégies syndicales européennes », in Fouquet A., Rehfeldt ULe Roux S., Le syndicalisme dans la mondialisation, Paris, édit. de l'Atelier, 2000, p. 78.

6 Voir Levinsion C., « Le contre-pouvoir ouvrier face aux firmes multinationales », Le Monde diplomatique, mai 1973.

7 Pernot J.-M., Ibid, p. 340-345.

8 Capdevielle J., Modernité du corporatisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, 185 p.

9 Lemaitre F., « Les e-tracts inquiètent les entreprises », Le Monde des 7 et 8 janvier 2001. Entreprise d'ingénierie, Tethnip a par exemple signé dès juillet 2000 un accord autorisant les sections syndicales (en l'occurrence la CFDT et l'UGICT-CGT) à utiliser l'intranet. Mais en mars 2001, la direction exige que les syndicats suppriment les liens hypertextes qu'ils avaient établis avec les sites internet de leurs confédérations et d'autres sites extérieurs. Voir aussi gros M.-J., « Technip coupe les liens des syndicats avec l'extérieur », Libération du 12 mars 2001.

10 « Communication d'un nouveau style, l'utilisation du support intranet ou internet par les organisations syndicales permet de faire jeu égal avec les responsables d'entreprise pour la diffusion d'informations, en termes de rapidité et réactivité. Mais elle percute aussi complètement le savoir-faire traditionnel des syndicats en matière de dialogue, de consultation et de mobilisation syndicale. Sans compter qu'elle bouleverse aussi la hiérarchie syndicale », Rollot C., « La section syndicale veut sa place sur l'intranet », Le Monde interactif du 15 novembre 2000.

11 Taylor R., « Workers unité on the internet », Financial Times du 11 mai 2001.

12 Extrait d'entretien de Christophe Aguiton, cité par Fraissard G. Et Mandard S., « Partis et syndicats à la traîne », Le Monde interactif du 15 mars 2000.

13 Constat d'Olivier Blondeau, rapporté dans l'article précité.

14 Sur les développements qui suivent, je renvoie à la thèse d'Éric George, George E., L'utilisation de l'Internet comme mode de participation à l'espace public dans le cadre de l'AMI et au sein d'ATTAC : Vers un renouveau de la démocratie à l'ère de l'omnimarchandisation du monde ? Thèse effectuée dans le cadre conjoint de l'École Normale Supérieure de Fontenay/Saint-Cloud et de l'Université du Québec à Montréal.

15 Christophe Aguiton, in Aguiton C. et alii, Où va le mouvement altermondialisation Paris, La Découverte, 2003, p. 45.

16 Trautmann F., « Internet au service de la démocratie ? Le cas d'Attac », Cahiers du CEVIPOF, 30, octobre 2001, 105 p.

17 Voir Tarrow S., Power in Movement. Social movements, Collective Action and Politics, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 194 et suivantes.

18 Descolonges M., Vertiges technologiques, Paris, La Dispute, 2002, p. 107. La démocratie participative peut contribuer de façon efficace à restaurer une démocratie représentative aujourd'hui en crise mais elle ne saurait s'y substituer. Je me permets de renvoyer ici à mon ouvrage paru aux éditions Textuel, en janvier 2001 : Capdevielle J., Démocratie : la panne, 187 p.

19 Le témoignage du secrétaire général de la CGT est à cet égard significatif de ce rapprochement et de ces réserves persistantes : « Nous étions présents au Forum Social Européen qui vient de se tenir à Londres. Nous y allons avec notre spécificité : l'analyse de ce qui se passe dans les entreprises. (...) Nous participons, avec plus ou moins de bonheur d'ailleurs, à ces manifestations alter-mondialis- tes. On y rencontre des militants associatifs qui considèrent que le syndicalisme, c'est une forme dépassée d'organisation collective, qu'il n'y a pas grand-chose à en attendre, que les syndicats ont échoué sur toute la ligne... Bon ! », Thibault B„ Ma voix ouvrière, Paris, Stock, 2005, p. 201-202.

© Presses universitaires de Rennes, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search